Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France"

Transcription

1 Sigeif 2011 Rapport annuel Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île--France

2 Sommaire Le message du présint Les chiffres clés 4 1 Le mon l énergie : les faits marquants Le Sigeif, acteur historique l intercommunalité 18 Structures et instances, les métiers du Sigeif au service s communes, le budget du Syndicat. 3 Garantir la bonne exécution s contrats concession 30 Les modalités du contrôle, le territoire, les clients et les consommations, le contrôle physique et comptable s ouvrages, les enquêtes annuelles satisfaction auprès s usagers. 4 TCFE, un nouveau service pour les communes 66 Sécuriser la perception la taxe sur la consommation finale d électricité. 5 Veiller à la sécurité et au respect l environnement 70 Enfouissement s lignes aériennes, maîtrise d ouvrage s travaux d enfouissement, développement et qualité l éclairage public. 6 Air les communes à améliorer leur efficacité énergétique 80 Accompagner la politique énergétique s communes, fournir nouveaux outils, veille technologique et expérimentation, valorisation s certificats d économies d énergie. 7 Acheter le gaz aux meilleures conditions 88 Réussite l appel d offres Communiquer pour un meilleur service 94 Le voir d informer : sensibiliser les élus et le grand public. Annexes 99 Membres du Comité d administration, recueil s actes administratifs, longueur s réseaux et consommation gaz et d électricité.

3 Le territoire du Sigeif MARTIN DU TERTRE BELLOY VILLIERS ADAM BÉTHEMONT LA FORÊT CHAUVRY MONTSOULT BAILT VILLAINES ATTAINVIL EN PARISIS PUISEUX EN FRANCE BOUFFÉMONT MOISSELS LOUVRES DOMONT GOUSSAINVIL VÉSINET MAISONS LAFFITTE MONTESSON CHATOU CROISSY CARRIÈRES RUEIL MALMAISON NANTERRE ESNES EAUBONNE ERMONT SANNOIS ARGENTEUIL COLOMBES COLOMBES LA GARENNE COLOMBES PUTEAUX MARGENCY COURBEVOIE MONTLIGNON GRATIEN ASNIÈRES CLICHY LA GARENNE VALLOIS PERRET NEUILLY SEINE ANDILLY SOISY MONT- MORENCY MONTMO- RENCY ENGHIEN S BAINS ÉPINAY SEINE L Î DENIS GENNEVILLIERS VILNEUVE LA GARENNE PISCOP VIL- TANEUSE OUEN BRICE FORÊT GROSLAY DEUIL LA MONTMAGNY BARRE PIERREFITTE DENIS AUBER- VILLIERS VILLIERS BEL SARCELS STAINS PRÉ ST-GERVAIS S LILAS ARNOUVIL GARGES LÈS GONESSE DUGNY BLANC MESNIL BOURGET LA COURNEUVE DRANCY PANTIN BONNEUIL BOBIGNY ROMAIN- VIL THILLAY GONESSE NOISY SEC BAGNOT MONTREUIL AULNAY BONDY ROSNY ROISSY S PAVILLONS RAINCY VIL- MOMB SEVRAN NEUILLY PLAISANCE TREMBLAY VILPINTE LIVRY GARGAN GAGNY VAUJOURS MONTFERMEIL CHELS MITRY MORY VILPARISIS COURTRY BROU CHANTEREINE VAIRES MARNE FURY CYR -D ARCY L ÉCO ROCQUENCOURT VERSAILS LA CEL CLOUD CHESNAY GARCHES VAUCRESSON CLOUD MARNES LA COQUETTE VIL D AVRAY VIROFLAY CHAVIL JOUY EN JOSAS SÈVRES VÉLIZY VILLACOUBLAY MEUDON IGNY BOULOGNE BILLANCOURT ISSY S MOULINEAUX CLAMART PSSIS ROBINSON CHÂTENAY MALABRY VERRIÈRES BUISSON VANVES MALAKOFF MONT- ROUGE CHÂTILLON BAGNEUX AUX ROSES SCEAUX ANTONY BOURG LA REINE GENTILLY IVRY KREMLIN BICÊTRE ARCUEIL CHARENTON PONT CACHAN VILJUIF VITRY L HAŸ S ROSES FRESNES CHEVILLY LARUE RUNGIS THIAIS ORLY VINCENNES MANDÉ JOINVIL MAURICE PONT ALFORTVIL MAISONS ALFORT CHOISY ROI CRÉTEIL NOGENT MARNE PERREUX MARNE MAUR DES FOSSÉS BONNEUIL MARNE LIMEIL BRÉVANNES BRY MARNE SY LÉGER NOISY GRAND MAROLS EN BRIE MASSY WIS SERVON ORSAY VILBON YVETTE CHAMPLAN CHILLY MAZARIN MORANGIS MANDRES S ROSES PÉRIGNY YERRES SAULX S CHARTREUX LONGJUMEAU ÉPINAY SÉNART BOUSSY ANTOINE BALLAIN- VILLIERS NOZAY MARCOUSSIS Adhésions sur l année (compétences gaz et électricité) : Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne) et Bois-d Arcy (Yvelines) habitants sur le territoire. 184 communes gaz, dont 63 communes électricité km réseaux gaz et km réseaux électriques. SEINE-ET-MARNE YVELINES ESSONNE HAUTS-DE-SEINE SEINE--DENIS VAL-DE-MARNE VAL-D OISE Limites départements

4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Jean-Jacques Guillet Présint du Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île--France Député s Hauts--Seine Maire Chaville Qu on le veuille ou non, les prix l énergie continueront d augmenter : pas seulement en raison la man en hausse s pays émergents, mais simplement parce que d énormes investissements sont nécessaires, à tous les maillons la chaîne. L exploration et l extraction du gaz comme du pétrole, dans s zones du globe où elles étaient, il y a quelques années encore, inimaginables, nécessitent s technologies d autant plus sophistiquées et coûteuses qu elles sont soucieuses protéger l environnement. L éloignement s nouveaux gisements renchérit le coût l acheminement. S il ne présente pas les mêmes inconvénients, le nucléaire troisième génération implique s investissements lourds, comme l illustrent les retards l EPR en Finlan et en France. Et l on connaît les impératifs en matière sûreté, qu il faut évimment assumer. L interconnexion s réseaux transport d électricité est une nécessité d autant plus urgente que la décision unilatérale l Allemagne d abandonner le nucléaire fragilise toute l Europe l énergie. Miser, entre autres énergies, sur le charbon contrecarre la lutte contre le réchauffement climatique et impose, au mieux, d importants efforts recherche et d investissement. Les réseaux distribution ne doivent pas être oubliés. Un effort significatif a été réalisé puis une dizaine d années sur le réseau gazier français, avec la quasi-disparition la fonte grise. Il n en a pas été même sur le réseau électrique. Le retard d investissement cumulé jusqu en 2010 doit maintenant être comblé. Pour les ux énergies, il est vrai que les gestionnaires réseaux ne disposaient pas toujours tarifs d acheminement à la hauteur s besoins. Ces tarifs sont aujourd hui réévalués mais pèsent inévitablement sur la facture réglée par le consommateur final. Ce rnier est bien éloigné ces questions, complexes mais fondamentales. Communication, pédagogie et trans- parence sont donc indispensables. Aucun acteur ne doit avoir peur la vérité, aucun n a à y perdre : l État doit dépolitiser les tarifs l énergie et respecter la vérité s prix d un marché mondial, que la collectivité finit toujours par payer et que, son côté, le consommateur ne doit plus méconnaître, afin d adopter un comportement énergétiquement vertueux. Quant aux distributeurs, ils doivent jouer le jeu l économie concessionnaire et la transparence vis-à-vis du concédant. Dans tous ces domaines, le Sigeif défriche la voie puis plusieurs années, en partenariat constant avec ses concessionnaires et tous les opérateurs du mon l énergie. En voie d aboutissement, la réactualisation s cahiers s charges nos concessions permettra notamment au Sigeif participer pleinement à la définition la programmation s investissements sur les réseaux, en particulier pour l électricité. Le nouveau succès l appel d offres fourniture gaz lancé en 2012 pour ux cent soixante-sept collectivités ou établissements publics démontre les avantages la massification et la concurrence. Depuis 2012, le Sigeif perçoit, pour le compte s communes, la TCFE, sécurisant ainsi le contrôle et la perception cette taxe, importante pour l équilibre s budgets communaux. Enfin, les avancées en matière maîtrise l énergie se poursuivent, avec la montée en puissance s certificats d économies d énergie et le partenariat avec l Ame pour un meilleur service aux petites communes. Le Sigeif reste sur sa ligne : savoir anticiper et proposer, au service ses cent quatre-vingt-quatre communes et s plus cinq millions consommateurs d énergie que le Syndicat regroupe et défend. n Le message du présint 3

5 184 communes clients GAZ les chiffres clés la concession en M recettes d acheminement pour GWh Valeur brute s ouvrages en concession : 1 383,9 M Valeur nette : 815,3 M 28,4 M consacrés au renouvellement s ouvrages 11,5 M consacrés au développement du réseau gaz Âge moyen du réseau : 25 ans 452 dommages avec fuites aux ouvrages gaz lors travaux sur voirie Clients coupés à la suite d un incint : conduites montantes, dont 46 % en concession 3022 postes détente distribution publique Recherche systématique fuites : km canalisations surveillées appels tiers pour fuite ou our gaz reçus au centre d appel dépannage GrDF Enquête satisfaction auprès s clients du gaz (1) 84 % s utilisateurs ont comme fournisseur GDF Suez et ont conservé les tarifs réglementés Seuls 9 % s utilisateurs ont l intention changer fournisseur Les différents usages du gaz* * 47 % l échantillon ont déclaré utiliser le gaz naturel. Pour l échantillon restant, 17 % utilisent le gaz en bouteille et 46 % n utilisent pas le gaz. (1) Extrait l enquête réalisée par l Ifop pour le compte du Sigeif, du 28 novembre au 12 décembre 2011, auprès d un échantillon représentatif s 184 communes adhérentes du Syndicat. 82 Cuisine 61 Eau chau 60 Chauffage 4

6 Répartition s clients* par tarif d acheminement clients ( 1,2 %) habitants Répartition la consommation* par tarif d acheminement GWh ( 23 %) T2 49,5 % T3-T4 et TP 1,1 % T3-T4 et TP 52,2 % T1 3,3 % T1 49,4 % T2 44,5 % * Voir définition s tarifs en page 35. Nature et longueur s réseaux distribution km (+ 0,6 %) Fonte ductile Basse pression 26 % 17,2 % Divers 0,4 % Polyéthylène 53,4 % Moyenne pression Acier 74 % 29 % Évolution la nature s réseaux à périmètre constant (en km) Part du polyéthylène (en %) 26 Fonte ductile Acier Polyéthylène Divers (cuivre, tôle bitumée...) 44, , , , , , , , , Chapitre 1 - Les chiffres clés 5

7 63 communes clients ÉCTRICITÉ les chiffres clés la concession en ,1 M recettes d acheminement pour 6779,9 GWh Valeur brute s ouvrages en concession : 691,2 M Valeur nette : 364,9 M 13,2 M consacrés au développement du réseau électrique 13,2 M consacrés à la qualité, à l environnement et au renforcement Âge moyen s réseaux : 32 ans Nombre d incints aux 100 km sur le réseau HTA : 7 Nombre d incints aux 100 km sur le réseau BT : 8,4 Clients coupés plus 3 heures, en durée cumulée : ,4 min durée moyenne coupure (critère B) Clients aidés FSL : Clients aidés TPN : 6093 Puissance installée s EnR : kw Enquête satisfaction auprès s clients l électricité (1) 90 % s utilisateurs ont comme fournisseur EDF et ont conservé les tarifs réglementés Seuls 12 % s utilisateurs ont l intention changer fournisseur Les différents usages l électricité (1) Extrait l enquête réalisée par l Ifop pour le compte du Sigeif, du 28 novembre au 12 décembre 2011, auprès d un échantillon représentatif s 63 communes adhérentes du Syndicat. 75 Cuisine 50 Eau chau 42 Chauffage 16 Éclairage 6

8 Répartition s clients par tarif clients (+ 2,2 %) habitants Répartition la consommation par tarif 6 779,8 GWh ( 0,6 %) Tarif bleu 91,2 % Tarif vert 0,3 % Tarif jaune 1,0 % Offres marché* 7,5 % Tarif bleu 47,2 % Tarif jaune 11,8 % Tarif vert 25,1 % Offres marché* 15,8 % * Clients ayant exercé leur éligibilité et conclu un nouveau contrat avec EDF ou un fournisseur alternatif. Nature et longueur s réseaux distribution Réseau HTA : 3 536,6 km (+ 1,3 %) réseau BT : 4 890,2 km (+ 1,9 %) Aérien 0,5 % Aérien 28,4 % Souterrain 99,5 % Souterrain 71,6 % Aérien nu Aérien torsadé 16 % 12,4 % Évolution la nature s réseaux Part du réseau aérien BT à périmètre constant (en km) (en %) ,5 HTA aérien HTA souterrain BT aérien nu 11,3 5 BT aérien torsadé BT souterrain 33,3 33, , , , , , , , Les chiffres clés 7

9 1Sigeif - Rapport d activité 2011

10 MONDE DE L ÉNERGIE S FAITS MARQUANTS 2011

11 1 Sigeif - Rapport d activité restera l année Fukushima, le plus grave accint nucléaire puis la catastrophe Tchernobyl, et ses conséquences sur le marché mondial l énergie, comme l abandon l atome par l Allemagne et la promesse d un âge d or du gaz naturel, qu il soit ou non conventionnel. Mon n Fukushima, tsunami mondial Fukushima, 11 mars Un puissant séisme magnitu 9 et un tsunami géant au nord-est du Japon dévastent la centrale nucléaire Fukushima-Daiichi, qui regroupe six réacteurs à eau bouillante, dont trois sont à l arrêt. La catastrophe entraîne une perte l alimentation électrique et la source d eau froi indispensable à l évacuation la chaleur s installations la centrale. Les cœurs s réacteurs 1, 2 et 3 ont en partie fondu, perçant les cuves métalliques qui contiennent le combustible et rongeant le béton s enceintes. Les explosions dues à l accumulation d hydrogène endommagent les bâtiments s trois réacteurs atteints, générant une pollution radioactive. Des dépressurisations relâchent dans l atmosphère s panaches produits fission, notamment d io 231, à durée vie courte, et césium, beaucoup plus persistant (il ne disparaît qu au bout trois cents ans). Des rejets très importants, à un dixième ceux Tchernobyl, estime l Institut radioprotection et sûreté nucléaire français (IRSN). Par ailleurs, les centaines milliers tonnes d eau déversées sur le site pour refroidir les réacteurs entraînent un écoulement massif d eau contaminée dans l océan Pacifique. n Hiver nucléaire en prévision Alors que le mon entier a les yeux rivés sur le Japon, la question se pose immédiatement savoir si l hiver nucléaire qui avait suivi en 1986 la catastrophe Tchernokyl va se reproduire. Il est encore trop tôt pour le dire, tant que la situation à Fukushima meure incontrôlable. Toujours est-il que le nouvel essor du nucléaire paraît compromis. En Allemagne, revenant sur sa décision prolonger la vie s centrales, Angela Merkel annonce la fermeture pour trois mois au moins s sept plus anciens réacteurs allemands (lire ci-ssous). L Italie, qui s apprête à relancer son programme nucléaire, décrète un moratoire d un an. La Suisse n exclut pas l arrêt pur et simple ses installations. En Chine, toute approbation d un nouveau projet est suspendue. Aux États-Unis, Barack Obama man une étu complète sur la situation du secteur. En Pologne, au Chili, en Jordanie, comme au Vietnam et au Koweït, s projets risquent ne voir jamais le jour. Au profit quelles énergies? Certainement du gaz, estiment la plupart s experts (lire page 12). Et aussi s énergies renouvelables, malgré leurs coûts production encore très élevés. 10

12 La centrale nucléaire Fukushima (Japon), après la catastrophe du 11 mars n France, inspection générale n Comment l Allemagne a soigné sa sortie L industrie nucléaire française marque aussi le pas. En témoigne notamment la décision britannique reporter l autorisation principe construire quatre réacteurs EPR proposés par Areva et EDF, afin s assurer que les leçons ont été tirées s événements du Japon. Du coup, Areva, le bras armé du nucléaire français, revoit à la baisse ses prévisions Pour le présint d EDF, Henri Proglio, lorsque l heure sera au bilan, nous saurons tirer les leçons la tragédie japonaise pour rendre nos installations encore plus sûres. De son côté, André-Clau Lacoste, présint l Autorité française sûreté nucléaire (ASN), déclare que personne ne peut garantir qu il n y aura jamais un accint grave en France. Dans cet esprit, le Premier ministre man une inspection toutes les centrales françaises, car il est essentiel pour les Français disposer d une information transparente fiable et disponible dans les meilleurs délais. L expertise portera également sur l EPR en construction à Flamanville dans la Manche (lire page 12). Une seule certitu : il y a désormais un avant et un après-fukushima dans la mémoire s catastrophes nucléaires. Au moment où l Allemagne annonce, début juin, sa sortie du nucléaire, au plus tard en 2022, la part cette énergie compose 22 % son mix production électrique, très loin s 80 % l électricité en France, qui fon sur l atome l essentiel sa sécurité énergétique. Aussi retentissant qu il paraisse, le rejet programmé mais définitif du nucléaire par la première puissance économique européenne n est pas vraiment une surprise. La volte-face d Angela Merkel qui avait accordé, l année précénte, douze ans prolongation aux réacteurs les plus anciens du pays fait, certes, écho aux angoisses suscitées par Fukushima. Mais, en remontant plus loin dans le temps, la chancelière alleman suit une orientation amorcée au cours s années 1990 : faire l Allemagne un champion mondial s technologies vertes et s énergies renouvelables. Une voie qui s était ssinée au début s années 1980, dans le sillage la catastrophe Tchernobyl du 26 avril Deuxième producteur mondial d éoliennes, juste rrière les États-Unis, l Allemagne est également le plus grand marché pour les panneaux photovoltaïques, vant l Espagne et le Japon. Selon le plan sortie envisagé par Berlin qui comprend également économies d énergie et rénovation bâtiments, la part s énergies renouvelables doit passer à 35 % en 2020, pour atteindre les 80 % en Chapitre 1 - Les faits marquants 11

13 1 Sigeif - Rapport d activité 2011 S DIFFÉRENTS TYPES DE GISEMENTS GAZIERS Le gaz schiste est un gaz naturel, composé essentiellement méthane, situé à gran profonur dans certains schistes (roches) s bassins sédimentaires. Contrairement aux gisements dits conventionnels gaz ou pétrole, il n est pas retenu sous une couche imperméable, mais emprisonné dans la roche elle-même, ce qui empêche un forage vertical classique et conduit à une fracturation hydraulique. Cette métho est dénoncée pour les risques qu elle fait courir, en sous-sol pour les nappes phréatiques et en surface pour les populations s régions d extraction. n Parc nucléaire français : bien, mais peut mieux faire Aucune s installations nucléaires françaises ne présente risque justifiant sa fermeture, mais leur sûreté doit être renforcée sans délai. Telle est, en résumé, la conclusion du rapport l Institut radioprotection et sûreté nucléaire (IRSN), publié à la fin l année, à la suite s évaluations complémentaires sûreté mandées après Fukushima par le Gouvernement aux exploitants. Ce rapport 477 pages émet toutefois s réserves dans l hypothèse d une catastrophe naturelle (séisme, inondation ou tempête) d une ampleur exceptionnelle qui pourrait mettre à l épreuve la résistance s cinquante-huit réacteurs en activité d EDF répartis sur dix-neuf sites, ainsi que l EPR en construction à Flamanville. Par rapport au référentiel sûreté en vigueur c est-à-dire aux aléas naturels considérés lors la conception s centrales, un certain nombre d écarts conformité ont été relevés. Il ne s agit pas défauts majeurs, mais facteurs fragilisation qu il faut corriger rapiment, commente Jacques Repussard, directeur général l IRSN. Qu en serait-il, en cas catastrophe dépassant les marges sécurité retenues à l époque la construction s réacteurs? Les experts l IRSN préconisent la mise en œuvre d une défense renforcée s équipements cruciaux qui forment le noyau dur s réacteurs. La mise en conformité du parc vrait prendre s années et exigera s investissements massifs. Vers un âge d or du gaz naturel «En 2035, le gaz naturel pourrait représenter plus d un quart la man mondiale en énergie, contre 21 % en 2011.» L Agence internationale l énergie (AIE), organe autonome créé par l OCDE, qui prévoyait avant Fukushima l installation 360 GW (gigawatts) nucléaires dans le mon d ici à 2030, réduit son estimation moitié. En compensation, la recherche d alternatives à l atome vient un enjeu prioritaire. Dans ce contexte, le gaz naturel, abondant et bon marché, est appelé à connaître un boom sans pareil. Il serait même à la veille d un âge d or, prédit, chiffres à l appui, le rapport l AIE publié le 16 juin. La man gaz a connu un rebond extraordinaire 7,4 % en un an, soit une s croissances les plus élevées s quarante rnières années, et vrait croître à un rythme rapi et régulier d ici à 2016, 2,4 % par an. En 2035, le gaz pourrait même représenter plus d un quart la man mondiale en énergie, contre 21 % actuellement. Les pays émergents seront les plus im- 12

14 Gaz charbon (grisou) Se trouve en quantité dans les mines charbon déjà exploitées. Forage à plus 2500 m On injecte à haute pression un mélange d eau, sable et produits chimiques pour fracturer la roche et récupérer le gaz schiste. Gaz conventionnel Se trouve dans s poches importantes. Nappe phréatique Grès Schiste Pétrole Gaz conventionnel associé Il est séparé du pétrole lors l extraction. Gaz schiste Le schiste, une roche qui présente un aspect feuilleté, contient parfois du méthane dans ses fissures. Gaz réservoir ultracompact (tight gas) Difficile à exploiter, car le gaz est emprisonné dans s roches où la pression est très forte. En rouge : Gaz non conventionnel. portants consommateurs, la man la Chine vant égaler, par exemple, celle l ensemble l Union européenne. La montée en puissance du gaz naturel au moins soixante-quinze ans réserves dans le mon s appuie sur le développement s gaz non conventionnels, en premier lieu le gaz schiste (lire ci-ssous). Ceuxci vraient représenter, d ici à 2035, plus 40 % l augmentation s volumes produits dans le mon. Gaz schiste : l Europe tiraillée Le gaz schiste divise l Union européenne, avec ux positions extrêmes affichées par les pays détenteurs s plus importantes réserves dans l UE : la Pologne (5,2 milliards mètres cubes) voit dans leur exploitation un moyen se libérer la dépendance s livraisons russes, et la France (5 milliards mètres cubes), qui a interdit la technique contestée la fracturation hydraulique et a abrogé, début octobre, trois permis recherche. Partisans et détracteurs se succènt à Bruxelles pour plair leur cause. D un côté, un rapport publié par le Centre européen pour la sécurité énergétique (Eucers) estime que les ressources en gaz schiste dans ses sous-sols permettraient à l UE couvrir la man pendant soixante ans. D un autre, l Association pour la santé et l environnement (HEAL) dénonce les dangers potentiels la fracturation hydraulique pour l environnement et la santé. Nord Stream, un gazoduc très attendu Nouvelle autoroute maritime du gaz entre la Russie et l Europe 1224 km sous la Baltique, le gazoduc Nord Stream, inauguré le 8 novembre à Lubmin (Allemagne), distribuera assez gaz pour 26 millions foyers en Europe. Devant un parterre chefs d État et gouvernement, François Fillon salue la conduite ce projet collectif, qui s inscrit dans une démarche coordonnée sécurité et diversification nos voies d approvisionnement. Cette démarche, a ajouté le Premier ministre, va dans le sens l ouverture récente à Moscou du centre franco-russe pour l efficacité énergétique, dont le coprésint français est Jean- Jacques Guillet, présint du Sigeif. GDF Suez détient 9 % Nord Stream, qui a coûté 7,4 milliards d euros. L accès universel à l électricité 31 octobre 2011, le jour où, selon les démographes s Nations unies, la population mondiale aurait dépassé les sept milliards d être humains. Sur ce nombre, près 20 %, soit plus 1,3 milliard personnes, n auraient pas accès à l électricité, d après l Agence internationale l énergie. Les chiffres fournis par l AIE sont édifiants. Si tant personnes sont encore oubliées par le courant électrique, elles sont au total 2,7 milliards à être réduites à s sources d énergie sale (charbon bois, bois) pour leurs besoins domestiques. Chapitre 1 - Les faits marquants 13

15 1 Sigeif - Rapport d activité 2011 Une situation aux conséquences économiques, sociales et sanitaires innombrables, principalement chez les plus déshérités s pays africains et asiatiques. L utilisation bois et charbon bois, par exemple, entraîne une pollution s habitations et la nourriture, qui provoque près un million et mi morts par an, accentue la déforestation et les dérèglements climatiques. Face à ces problèmes, le déficit d accès à l énergie est un chantier mondial plus en plus d actualité. Certes, selon l AIE, l équipement s populations privées d énergie est en marche. Près 6,7 milliards d euros (chiffres 2009) ont été investis pour développer l accès à une énergie morne, ce qui a permis à vingt millions personnes d accér à l électricité et à sept millions se pourvoir en équipements cuisine sains, à base biomasse. Les politiques d ai à l accès à l énergie, en cours ou annoncées, représentent s investissements l ordre 250 milliards d euros entre 2010 et Des sommes insuffisantes, au regard l AIE, pour assurer en 2030 l accès universel à l énergie, d autant qu il faut s attendre à un accroissement la population mondiale, qui vrait atteindre les neuf milliards en Durban sauve les meubles, mais pas (encore) le climat La conférence l ONU sur le climat, à Durban (Afrique du Sud), du 28 novembre au 10 décembre, crée la surprise en arrachant au rnier moment un accord qui suscite autant d interrogations que d espérances. 14

16 ÉVOLUTION DES PRIX DU GAZ pour les particuliers, DEPUIS 2005 (en euros/mwh) Depuis 2005, les prix du gaz ont augmenté 60 %. +5,6% +4,1% +5,5% +4,9% +1,9% 9,6% 1% +9,3% +4,1% +4,9% 61,77 +12,7% 38,91 +2,8% +3,7% 0,2% mai 2005 juil 2005 août 2005 sep 2005 nov 2005 mai 2006 août 2006 nov 2006 fév 2007 mai 2007 août 2007 nov 2007 jan 2008 mai 2008 août 2008 Après les ux échecs successifs s négociations multilatérales sur le climat, à Copenhague en 2009 et Cancun en 2010, aucun observateur, même parmi les plus avertis, n aurait misé sur les chances Durban parvenir à un quelconque texte porteur d une volonté politique et planétaire commune. Et pourtant... À l issue quatorze journées et ux nuits blanches négociations, alors que la conférence est officiellement terminée puis ux jours, les représentants s cent quatre-vingt-dix nations participantes accouchent d un accord, la veille encore inimaginable. Pour la première fois, tous les grands pays émetteurs gaz à effet serre acceptent s inscrire dans un accord global réduction s émissions. Cet accord vra être élaboré d ici à 2015, au plus tard, et entrer en vigueur à partir 2020, sans plus précision. La forme juridique que prendra l accord n est pas moins floue. Autant d incertitus qui laissent le champ libre à une foule d interprétations. Comme celle qui viendrait aux mauvais esprits prétendre que la feuille route, sortie du chapeau au rnier moment, pourrait bien être un leurre pour prémunir les négociations contre tout enlisement. Quoi qu il en soit verre à moitié plein ou verre à moitié vi, les acquis Durban sont une victoire pour l Europe, qui reste le moteur ces discussions internationales. France jan 2009 avr 2009 jan 2010 avr 2010 juil 2010 avr 2011 déc 2011 L augmentation s prix du gaz et l électricité «Pour limiter l augmentation du prix du gaz, le Gouvernement déci modifier sa règle calcul et faire une part plus gran au prix sur le marché mondial.» Épilogue, en décembre, du dossier épineux la fixation s prix du gaz pour les particuliers, avec l annonce d une augmentation 4,4 % à partir du 1 er janvier Une majoration qui vient s ajouter à celle 20 % puis 2009 (60% au total puis 2005). En contrepartie, le tarif social du gaz est revalorisé 10 %, mesure qui bénéficie à environ trois cent mille foyers à bas revenus. Le Gouvernement qui avait, le 1 er octobre, gelé toute augmentation avant le printemps 2012 s était fait recaler, fin novembre, par le Conseil d État pour n avoir pas tenu compte d une règle calcul officielle, qui aurait dû conduire à une augmentation 8,8 à 10 % s tarifs pour les particuliers, afin refléter l évolution s coûts d approvisionnement GDF Suez. Pour limiter l augmentation à 4,4 %, le Gouvernement a alors décidé modifier la règle calcul. La nouvelle formule fait une part plus gran au prix du gaz sur le marché mondial (ou spot), GDF Suez étant parvenu à renégocier avec ses fournisseurs une partie ses contrats d approvisionnement, inxés puis plus quarante ans sur les cours du pétrole. Chapitre 1 - Les faits marquants 15

17 1 Sigeif - Rapport d activité 2011 La nouvelle grille s tarifs reposera désormais, pour près 30 %, sur les prix marché, contre seulement 10 % auparavant. Contrairement au cours du pétrole, qui va flambée en flambée, celui du gaz sur les places marchés est en baisse puis l arrivée massive s gaz non conventionnels. L électricité, pour sa part, avait augmenté en moyenne 2,9 % au 1 er juillet. Une hausse 6,4 % puis un an, selon l Insee, après ux majorations consécutives en août 2010 et janvier EDF vend son courant nucléaire à ses concurrents L accès régulé s fournisseurs alternatifs à l électricité produite par les centrales nucléaires historiques d EDF (Arenh), prévu par la loi décembre 2010, a connu une application granur nature. Le premier guichet livraison l Arenh a en effet été ouvert le 1 er juillet, afin que ces fournisseurs puissent rivaliser avec les tarifs réglementés en proposant une part d électricité à bas prix dans leurs offres commerciales aux clients finals. Le prix cession l électricité par EDF à ses concurrents (40 euros/mwh) a fait l objet d un arbitrage ministériel que l accint Fukushima a certainement influencé, alors même que Henri Proglio avait, quelques semaines auparavant, mis en gar : Le nucléaire français n est pas en sol. À la faveur du prochain guichet ouvert sur la pério janvier juillet 2012, ce prix sera fixé à 42 euros/mwh et permettra, selon le ministre l Industrie, couvrir les investissements importants qu EDF vra réaliser sur son parc nucléaire dans les prochaines années. La voiture électrique en libre service débarque à Paris et en banlieue Une première cohorte d une soixantaine Bluecars d Autolib, système voitures électriques en libreservice, sur le modèle du vélo Vélib lancé en 2007, sillonne, puis début octobre, les rues Paris et sa banlieue. Ce dispositif, conçu par le groupe français Bolloré, sera accessible au grand public à partir du 5 décembre, avec au moins ux cent cinquante véhicules. Il sera par la suite étendu à quarante-six villes France. Ces voitures, dont la vitesse est limitée à 130 km/h, disposent d une autonomie 250 km en ville et 150 km au-là, selon leur constructeur. Pour atteindre un seuil rentabilité estimé par Bolloré à quatre-vingt mille utilisateurs, Autolib met en avant le coût modique l abonnement : 12 euros par mois pour un abonnement annuel et 5 euros pour la première miheure d utilisation. Le système voiture en libre-service existe déjà dans plusieurs grans villes du mon, mais l innovation française rési dans le caractère tout-électrique du véhicule, doté d une batterie lithium-métal-polymère (LMP), d une capacité stockage cinq fois supérieure à celle s batteries traditionnelles. 16

18 Chapitre 1 - Les faits marquants 17

19 2Sigeif - Rapport d activité 2011

20 SIGEIF, ACTEUR HISTORIQUE DE L INTERCOMMUNALITÉ

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz Sigeif 2012 Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz EXERCICE 2012 Sommaire Liste des communes adhérentes

Plus en détail

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz Sigeif 2010 Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz E x e r c i c e 2 0 1 0 Sommaire Liste des communes

Plus en détail

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Sigeif 2013 Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Exercice 2013 Sommaire Liste des communes

Plus en détail

Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz. Sigeif

Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz. Sigeif Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz Sigeif Rapport de contrôle de la concession de distribution publique de gaz EXERCICE 2011 Sommaire Liste des communes adhérentes du

Plus en détail

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne.

C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. INDICATEURS DE CONCESSION* 2 0 13 LE SYNDICAT ÉNERGIES HAUTE-VIENNE (SEHV) C est l organisme responsable du service public de l électricité en Haute-Vienne. PROPRIÉTAIRE DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES DE DISTRIBUTION

Plus en détail

Groupement. électroniques. de commandes. communications. pour les services de

Groupement. électroniques. de commandes. communications. pour les services de Groupement pour les services de électroniques Présentation Avec la création de nouveaux services aux usagers et une offre technologique de plus en plus riche et complexe, les budgets télécom de votre collectivité

Plus en détail

Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques

Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques Restitution des résultats de l étude diagnostic sur les déchets organiques Sommaire Quelques définitions La démarche du SYCTOM les objectifs Le contenu de l étude Bilan sur la cible déchets des ménages

Plus en détail

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Evolution du parc de sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Pôle Aménagement du Territoire Direction de l Habitat 1. Les communes «SRU» ont opéré un rattrapage accéléré 2. Les communes ayant un taux

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Sigeif 2011 Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité E x e r c i c e 2 0 1 1 Rapport présenté

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

Votre concession GrDF en 2011. Hérault Energies

Votre concession GrDF en 2011. Hérault Energies Votre concession GrDF en 2011 Hérault Energies 1 La chaîne gazière : de l extraction à la distribution de gaz naturel Exercice 2011 2 Des missions de service public confiées à GrDF au travers des contrats

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 M. l Adjoint CYPRIANI, Rapporteur : Les services publics délégués sont

Plus en détail

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2013

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2013 Syndicat des Eaux d'ile de France TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES AU 1ER TRIMESTRE 2013 Tableau du prix de l'eau au mètre cube et des redevances annexes par commune sur la base d'une

Plus en détail

Groupement d achat d électricité du SDE35 Puissances supérieures à 36 kva. Dossier de presse

Groupement d achat d électricité du SDE35 Puissances supérieures à 36 kva. Dossier de presse Syndicat départemental d énergie 35 Contact groupement d achat : Guénola MOISAN Assistante service énergie 02 99 23 04 34 g.moisan@sde35.fr Groupement d achat d électricité du SDE35 Puissances supérieures

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Structures et instances, les «métiers» du Sigeif au service des communes, le budget du Syndicat.

Structures et instances, les «métiers» du Sigeif au service des communes, le budget du Syndicat. Rapport annuel 2014 Sommaire Le message du président 3 Les chiffres clés 4 1 Le monde de l énergie : les faits marquants de l'année 2014 9 2 Le Sigeif, acteur majeur de la transition énergétique 17 Structures

Plus en détail

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004,

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004, OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE l énergie Depuis le 1 er juillet 2004, les marchés de l énergie sont ouverts à la concurrence pour les collectivités locales. Cela signifie que la collectivité

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France

Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Sigeif 2013 Rapport annuel Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Sommaire Le message du président 3 Les chiffres clés 4 1 Le monde de l énergie : les faits marquants de

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

ANNONCE TRANSMISE AVIS D'APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE - PROCÉDURE ADAPTÉE DATE D'ÉMISSION : 06/07/2013-07:53

ANNONCE TRANSMISE AVIS D'APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE - PROCÉDURE ADAPTÉE DATE D'ÉMISSION : 06/07/2013-07:53 ANNONCE TRANSMISE AVIS D'APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE - PROCÉDURE ADAPTÉE DATE D'ÉMISSION : 06/07/2013-07:53 CONTENU DE VOTRE AVIS NB : cet aperçu ne reflète que votre saisie. Les organes de publication

Plus en détail

Ouverture des Marchés de l énergie. Demi-journée technique 27 Mai 2014

Ouverture des Marchés de l énergie. Demi-journée technique 27 Mai 2014 Ouverture des Marchés de l énergie Demi-journée technique 27 Mai 2014 Ordre du jour Accueil Enjeux et implications de l ouverture des marchés de l énergie pour les communes (Directeur et conseillers CEP

Plus en détail

Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012

Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012 ÉNERGIES // TÉLÉCOMMUNICATIONS Les STATUTS du SIPPEREC ÉDITION NOVEMBRE 2012 Les statuts du SIPPEREC 2 Préambule 4 ARTICLE 1 : Composition et dénomination 6 Attributions 6 ARTICLE 2 : Compétences 6 ARTICLE

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012

Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 375 DACP REF : DACP2012059 Signataire : ED/ESP Séance du Conseil Municipal du 11/12/2012 RAPPORTEUR : Tedjini-Michel

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

P. BEAUJON Responsable Services Adm. Tel: 03 20 10 14 50 pieter.beaujon@electricite-loos.fr La Régie est une Entreprise Locale de Distribution Article L111-54 Code de l Energie Sont des «entreprises locales

Plus en détail

Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation

Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation 1 Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation Conférence de presse du Ministre de l Economie et du Commerce extérieur Luxembourg, le 22

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

1906 : la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d énergie reconnaît aux communes le pouvoir concédant en matière de distribution d électricité.

1906 : la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d énergie reconnaît aux communes le pouvoir concédant en matière de distribution d électricité. CHAPITRE 1 LA DISTRIBUTION D ELECTRICITE EST UN SERVICE PUBLIC LOCAL En France, tout au long du vingtième siècle, l organisation de la distribution locale d électricité a connu de profondes mutations.

Plus en détail

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE L industrie nucléaire, définition (1) Ensemble des procédés de transformation qui utilisent les propriétés du noyau atomique Dans le domaine civil l exploitation des

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 064 DACP REF : DACP2013013 Signataire : OL/ED Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 RAPPORTEUR : Jean

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique

GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique GrDF Un distributeur de gaz au cœur de la transition énergétique Ordre du Jour Chiffres clés 2013 GrDF Rappel - Les missions du distributeur GrDF Le modèle GrDF Relation concédant/concessionnaire Autorité

Plus en détail

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité

Sigeif. Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Sigeif 2010 Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité Rapport de contrôle de la concession de distribution publique d électricité E x e r c i c e 2 0 1 0 Sommaire Liste

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

OBJET : DEMOGRAPHIE - AFFAIRES GENERALES

OBJET : DEMOGRAPHIE - AFFAIRES GENERALES ALF/Aff. Générales SEANCE DU 7 DECEMBRE 2006 N 3 OBJET : DEMOGRAPHIE - AFFAIRES GENERALES Présentation du rapport annuel d activité du Syndicat Intercommunal Funéraire de la Région Parisienne (SIFUREP).

Plus en détail

Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France

Sigeif. Rapport annuel. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Sigeif 2012 Rapport annuel Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Sommaire Le message du président 3 Les chiffres clés 4 1 Le monde de l énergie : les faits marquants en

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

TRELISSAC 9 Mars 2015

TRELISSAC 9 Mars 2015 RÉUNION DES ELUS La Fin des Tarifs Réglementés de Vente L'accès des élus au Système d'information Géographique du SDE 24 Les bornes de recharge pour véhicules électriques TRELISSAC 9 Mars 2015 Groupement

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Tunis, le 13/06/2015 Abdessalem EL KHAZEN Agence Nationale pour la Maîtrise de l Energie ʺANMEʺ Le Contexte Energétique Tunisien

Plus en détail

L achat d électricité

L achat d électricité Bienvenue 1 L achat d électricité Journée d actualité du 17 avril 2014 Christian PONCELET Chargé de mission auprès de la Direction générale Responsable du groupement Achat Electricité (2004/2013) SIPPEREC

Plus en détail

Réglementés d électricité

Réglementés d électricité Fin des Tarifs Réglementés d électricité Bienvenue dans un monde nouveau 7 RepÈres pour vous y retrouver sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Quels sont les sites concernés par la fin des tarifs? 1 Q uels sont les sites

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité

FOIRE AUX QUESTIONS. Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité FOIRE AUX QUESTIONS Tout savoir sur le groupement de commandes organisé par le SDEHG pour l achat d électricité 1. Qui est concerné par la fin des tarifs réglementés de vente de l électricité (TRV)?...

Plus en détail

CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ. Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité

CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ. Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Tout taxi parisien doit comporter plusieurs équipements 1 3 1 2

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Sigeif. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France

Sigeif. Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Sigeif Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France Convention de concession pour le service public de la distribution de gaz signée le 21 novembre 1994 (Version consolidée à la

Plus en détail

Paris gagne à nouveau des

Paris gagne à nouveau des ATELIER PARISIEN D URBANISME 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Paris gagne à nouveau des Pierre-Émile Bidoux (Insee Ile-de-France), Émilie Moreau

Plus en détail

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT Confrontés au déclin mondial du nucléaire, les industriels du secteur et leurs relais politiques et médiatiques essaient d imposer l idée que cette technologie

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2012

TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES 1ER TRIMESTRE 2012 Syndicat des Eaux d'ile de France TARIF DE VENTE DE L'EAU ET DES REDEVANCES ANNEXES AU 1ER TRIMESTRE 2012 Tableau du prix de l'eau au mètre cube et des redevances annexes par commune sur la base d'une

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010 Dossier de presse Renouvellement durable de l éclairage public le 26 octobre 2010 Contacts VILLE DE BESANÇON Direction Voirie et Déplacements Christophe VUILLEMIN 03 81 61 52 18 Contact presse Catherine

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Rapport annuel d activité 2014 Synthèse

Rapport annuel d activité 2014 Synthèse Rapport annuel d activité 2014 Synthèse Les compétences du SDE35 Compétence électricité Organisation du service public de distribution d électricité Maîtrise d ouvrage des travaux sur les réseaux électriques

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013

ERDF dans les LANDES. Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF dans les LANDES Comités Territoriaux SYDEC 2013 ERDF, un acteur au sein du marché de l électricité Activités en concurrence Principalement EDF Production Loi du 10 février 2000 Activités régulées

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques

Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques Suppression des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques CCI Montpellier 16 septembre 2015 Sommaire 1. Préambule : les acteurs du marché 2. Fin des TRV : calendrier et dispositif d

Plus en détail

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après?

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après? Plus de quatre ans après l accident de Fukushima, l énergie nucléaire suscite toujours autant de réticences et de débats. Plusieurs pays comme l Allemagne ont ainsi décidé de «sortir du nucléaire», tandis

Plus en détail

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement DR R.Vezin DR Energie et patrimoine bâti : de l exemple à la généralisation 12 Mars 2013 Défis énergétiues, les enjeux et les perspectives de développement Christian LABIE, Directeur de RHONALPENERGIE-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011

Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 2011 Quelle production de logements en Ile de France dans le contexte actuel? Commission de conjoncture CERC IdF Mardi 8 novembre 211 1 Une production de logements en baisse pour la dernière décennie 37 logements

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1148 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste du 31 juillet 2013 relatif à l évolution de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail