Monitoring de la forêt de Doussala

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitoring de la forêt de Doussala"

Transcription

1 MONITORING DE LA FORÊT DE DOUSSALA Rapport d étude Rédigé par : Guy Roger IBOUILI, Coordinateur Technique de l association PROGRAM Personnel technique : Pisteurs : Romain Beville : Assistant Technique Pie Evrard NZIENGUI Guy Roger IBOUILI : Coordinateur Technique Joly MBADINGA Jean louis MAGANGA

2 Table des matières Introduction 2 1. Zone d étude 4 2. Matériel et méthode 5 3. Difficultés rencontrées 6 4. Résultats et analyse Réseau de pistes de la forêt de Doussala Les observations de la faune Grands singes Petits singes Antilopes Eléphant D autres espèces 15 Bibliographie 18 1

3 Tél : (+241) / (+241) Introduction L association PROGRAM, créée depuis 2004, œuvre dans le village Doussala situé dans le département de la Douigny, en périphérie Est du parc national de Moukalaba- Doudou (PNMD), dans le Complexe d Aires Protégées de Gamba (CAPG), province de la Nyanga. Dans ce village, les populations locales et PROGRAM se sont associés pour mettre en place une zone de protection et de valorisation des grands singes (forêt de Doussala), dans la périphérie du parc national. Ce site qui renferme une forte concentration en gorilles et chimpanzés, a été aménagé par un réseau de 4 km² de sentiers afin de permettre des activités de monitoring et de pistage de ces primates. Le village Doussala, qui a connu autrefois un développement économique à travers l exploitation de ses forêts par la Compagnie Equatoriale des Bois (CEB), est depuis 1989 frappé par la pauvreté, l exode rural, le manque d activités génératrices d emplois et de revenus financiers. Afin de concilier les problématiques de conservation des grands singes et les besoins en développement des populations locales, l association PROGRAM s est orientée vers la mise en place de l écotourisme communautaire à Doussala, centré sur l observation de ces primates et la valorisation des patrimoines naturels et culturels. Cette vision a pour ambition de faire de la conservation des gorilles et chimpanzés ainsi que celle du patrimoine naturel du PNMD un outil de développement pour les populations locales. Deux ans après sa création, l association a reçue l appui de scientifiques ayant permis de confirmer la forte concentration en grands singes de la forêt de Doussala. En effet, en 2006 PROGRAM a eu l appui du WCS à travers une mission de la primatologue Stéphanie Latour, dont l objectif était d évaluer les possibilités touristiques autour des grands singes en particulier (mesurer les opportunités d observation) mais aussi autour d autres grands mammifères représentant un intérêt pour les écotouristes (petits singes, éléphants etc.). Cette mission d évaluation avait montré des fortes possibilités d observations des grands singes. En 2008, une autre étude menée par un autre primatologue, Marc Fourrier, dont l objectif était de circonscrire l utilisation spatiale de cette forêt par les grands singes, a permis de constater que la forêt de Doussala était fortement fréquentée par ces derniers au cours de l année. 2

4 Afin de poursuivre le travail commencé par ces scientifiques et d évaluer le potentiel de vision des grands singes en particulier et des autres espèces de façon générale, pour une meilleure exploitation touristique de cette forêt, le personnel technique de l association PROGRAM a élaboré un protocole simple permettant de faire un diagnostic du potentiel de vision de la faune, en particulier des grands singes, dans la forêt de Doussala. Cette étude dont les données ont été collectées par les pisteurs de l association s est déroulée sur une période de six mois (de février à juillet 2009). 3

5 1. Zone d étude La zone concernée par cette étude est la forêt de Doussala, village situé à environ 86 km au Nord-Est de Tchibanga (S E ), en périphérie orientale du PNMD. Ce village, qui a longtemps été le siège de plusieurs exploitations forestières dont la plus importante est celle réalisée par la CEB ( ) et connaissant alors son plus haut niveau de développement, est depuis 1989 frappé par la pauvreté. Aujourd hui, les espoirs de ce village sont tournés vers le projet primatologie de l Université de Kyoto, qui travaille dans l habituation des grands singes depuis 1999, et l association PROGRAM qui œuvre pour la protection du patrimoine naturel et culturel et la promotion du tourisme communautaire depuis 2004, qui emploient quelques personnes et génèrent des revenu à la population locale. La forêt de Doussala, située au Nord de ce village, derrière la case d hébergement touristique de l association (Case Madre), est une forêt qui fait partie intégrante du terroir villageois de Doussala tel que défini actuellement par les études en cours effectuées par le WWF-Gamba. Cette forêt qui fait également partie de la concession forestière sous aménagement durable (CFAD) de la Compagnie des Bois du Gabon (CBG) a été mise en place par l association PROGRAM en collaboration avec les populations locales. La forêt de Doussala traverse de nombreux types de couverts et d habitats : forêt secondaire avec complexe cultural, forêt marécageuse inondée temporairement, forêt secondaire adulte, etc., et présente aussi un maillage hydrographique important et un relief assez accidenté, surtout au Nord-Est (les pentes peuvent être estimée à 12%). Un réseau de 4 km 2 de pistes a été aménagé dans cette forêt afin de mener le suivi et le pistage des grands singes. 4

6 Tél : (+241) / Figure 1 : Localisation de la forêt de Doussala 2. Matériel et méthode Le but de ce monitoring était d évaluer le taux de vision de la faune de façon générale et des grands singes en particulier dans la forêt de Doussala, ainsi que la répartition des sites de nids des grands singes afin d avoir une idée de l utilisation spatiale de cette forêt par ces derniers au cours des différentes périodes de l année et ainsi mieux orienter le pistage. Compte tenu du fait que certains sentiers du Sud-Est ont été abandonné en raison de l avancée des plantations de la population sur la forêt de Doussala, nous avons été obligé de procéder à nouveau à l enregistrement des sentiers existant (tracklogué) afin de redéfinir le réseau de sentiers de cette forêt. Cela a été fait à l aide d un GPS Garmin Map60Cx. En ce qui concerne la collecte des données relatives à l objectif de ce monitoring, nous avons chaque jour, matin et soir (matin 6 h h, soir 14 h h) parcouru un sentier différent à chaque passage, de façon à recouvrir l ensemble du réseau de sentier au cours de la semaine (du lundi au samedi matin). Le nombre de passage sur chaque sentier n a pas été pris en compte au cours dans cette étude. La collecte des données a durée six (6) mois (de février à juillet) correspondant à 76 jours 5

7 repartis comme suit : février 2 jours, mars 10 jours, avril 6 jours, mai 14 jours, juin 23 jours et juillet 21 jours. Compte tenu des difficultés de nos pisteurs à maîtriser le système de collecte des données, les empruntes, traces, crottes et autre indices de présence n ont pas été pris en compte. Les seules données recueillies ici sont les observations directes (acoustiques et visuelles). Au cours des différents passages sur les différentes pistes, lors d un contact direct avec la faune ou de l identification d un site de nids, à l aide d un GPS, d un carnet et d un crayon papier, des informations précises ont été souvent collectées (cf. annexe 1). Afin de faciliter la collecte des données en évitant d écrire le nom complet de l espèce observée, une fiche des codes des différentes espèces a été utilisée (cf. annexe 2). 3. Difficultés rencontrées Les difficultés rencontrées au cours de ce monitoring sont nombreuses et sont les suivantes : Le manque d expérience de la part de nos pisteurs dans l utilisation du GPS et d un système de collecte rigoureux des données scientifiques ; Le manque d expérience de la part du personnel technique dans la conception d un protocole d une telle étude ; Arrêts successifs et répétés de l étude liés au comportement individualiste de la population de Doussala, dont certaines personnes n hésitent pas à considérer la forêt, domaine de l Etat, qui fait partie de la CFAD de la CBG et qui est aujourd hui intégrée dans le terroir villageois de Doussala, comme une propriété privé, interdisant ainsi aux pisteurs d y accéder ; Arrêts de l étude pour cause de veillées et de décès même lointain. 6

8 4. Résultats et analyse 4.1. Réseau de pistes de la forêt de Doussala En l espace d une année, le réseau de pistes de la forêt de Doussala a connu des modifications importantes tant quantitativement que qualitativement. En effet, au cours de cette année, plusieurs pistes du côté Sud-Est de la forêt ont été éliminées du fait de l évolution des plantations des populations vers cette forêt. Cette situation s explique par le fait que la délimitation participative de la forêt de Doussala n est pas encore finalisée et le protocole d accord que nous avons initié depuis le début de l année est dans sa phase de conception. Aussi, des modifications ont été apportés sur la configuration de ce réseau de pistes, ceci pour éviter certains obstacles (pentes fortes, bois, rivière, etc.). La figure ci-dessous donne une idée des modifications qu a connu ce réseau de sentiers au cours de l année. Figure 2 : Réseau des pistes de l association PROGRAM Les observations de la faune Sur les 76 jours de pistage effectués par l équipe pendant les 6 mois de monitoring, 170 contacts directs avec la faune ont été enregistrés, correspondant à un taux de vision de 2,23 Observations/Jour de façon globale. 16 espèces ont été constamment observées, le tableau ci-dessous donne un aperçu de l ensemble des observations réalisées au cours de ce monitoring. 7

9 Tél : (+241) / (+241) Tableau 1. Ensemble des observations réalisées au cours de l étude Noms pilotes Espèces observées Noms scientifiques Nombre d'observation Durée moyenne d observation (mn) Gorilles de l'ouest Gorilla gorilla Chimpanzés Pan troglodytes Moustac Cercopithecus cephus Cercocèbe à collier Cercocebus torquatus Hocheur Cercopithecus nictitans Colobe Noir Colobus satanas 2 2 Singe couronné Cercopithecus pogonias Groupe mixte des petits singes (Moustac, Colobe, Hocheur, etc.) Chevrotin aquatique Hyemoschus aquaticus 1 1 Céphalophe bleu Cephalophus monticola Céphalophe à dos jaune Cephalophus sylvicultor Léopard Panthera pardus 1 1 Crocodile nain Osteolaemus tetraspis 1 24 Potto Perodictitus potto 1 2 Eléphant Loxodonta africana cyclotis 2 4 Mangouste Atilax paludinosis 1 2 Céphalophe à pattes blanches Cephalophe ogilbyi Nombre total d'observations 170 De toutes les observations réalisées, les Moustac (Cercopithecus cephus) ont été les plus observés suivis des Gorilles (Gorilla gorilla). Le Crocodile nain (Osteolaemus tetraspis), le Potto (Atilax paludinosis), le Léopard (Panthera pardus), etc., étant les moins observés au cours de cette étude. La figure ci-dessous présente la répartition des observations par espèce. 8

10 Figure 3 : Répartition des observations par espèce De février à juillet 2009, période pendant laquelle s est déroulée cette étude, il est vrai que la collecte mensuelle des données n a pas été égale, compte tenu des difficultés rencontrées sur le terrain. Cependant, on note une corrélation entre le nombre d observation et le nombre de jours de terrain effectué (cf. fig. 4). En effet, on constate que le nombre d observations augmente avec le nombre de jours de terrain. Plus le nombre des jours passés sur le terrain est important, plus le nombre d observations réalisé, l est aussi. Quant au taux d observation, celui-ci reste presque constant et tourne autour de 2 pour tous les mois et peu importe le nombre des jours passés sur le terrain au cours de chaque mois. En somme, un nombre important de jours de terrain n aurait pas eu forcément des conséquences directes sur le taux d observation. En dépit des difficultés, cette étude donne une idée du potentiel de vision de la faune dans la forêt de Doussala. La figure 4 ci-après permet d apprécier cette correspondance. 9

11 Figure 4 : Observations réalisées par mois Grands singes Sur 170 contacts réalisés correspondant à 16 espèces différentes, 30% des contacts ont été réalisés avec les grands singes. Ces résultats permettent de confirmer le fait que la forêt de Doussala renferme un fort potentiel en grands singes. Au regard des contacts de grands singes réalisés, on constate que 75% des grands primates observés sont les gorilles. Cela vient soutenir les arguments de Marc Fourrier selon lesquels la forêt de Doussala est fréquentée par un grand nombre de gorilles et seuls quelques individus de chimpanzés l utilisent comme territoire. Figure 4 : Proportion des grands singes par rapport aux autres espèces Figure 5 : Pourcentages des observations de gorilles et chimpanzés 10

12 a. Gorilles Le gorille est l espèce qui a été la plus rencontrée après le Moustac au cours de l étude. En effet, 38 contacts de gorilles ont été enregistrés avec une durée moyenne d observation de minutes (cf. tableau 1). Lorsqu on regarde les observations réalisées chaque mois, on constate que ceux des gorilles évoluent de façon croissante au cours de l année dans la forêt de Doussala. Plus on tend vers la grande saison sèche, qui commence dans la région autour de la deuxième quinzaine du mois de mai, plus les observations de gorilles augmentent. En effet, les grands singes en général et les gorilles en particulier fréquenteraient plus cette forêt pendant la grande saison sèche que pendant la saison des pluies. Cela se voit dans la répartition des observations de gorilles et des sites de nids au cours de la période d étude. Les figures 6 et 7 ci-dessous présentent l évolution des observations de gorilles et celle de la présence des sites de nids dans cette forêt. Figure 6 : Observation des gorilles Figure 7 : Observation des sites de nids Les observations de gorilles ont été réalisées à travers toute la forêt et surtout vers le Nord-Ouest. Et lorsqu on regarde la carte sur la répartition des sites des nids, on constate qu à partir du mois de mai, la plupart des sites de nids sont localisés sur la partie Ouest de la forêt et donc au bord de la rivière Moukalaba. 11

13 Figure 8 : Figure 9 : b. Chimpanzés Pendant toute la période de l étude, 13 contacts directs avec les Chimpanzés sur 170 ont été réalisés. Ceux-ci ont pour la plupart été réalisés au Nord-est de la forêt de Doussala. Nous avons clairement observé quatre individus d un groupe en déplacement au Nordest de la forêt au cours du mois de juin. 12

14 Ces observations souvent réalisées dans cette partie de la forêt confirme le fait qu un groupe utilise cette zone comme territoire et qu il s agit d'individus de ce groupe qui sont souvent observés (cf. Marc Fourrier). Comme les gorilles, ils peuvent être occasionnellement écoutés depuis la case Madre (case d hébergement touristique de l association PROGRAM). Figure 10 : Petits singes Il s agit des espèces les plus observées dans la forêt de Doussala pendant cette étude. En effet, sur 170 observations réalisées pour 16 espèces différentes, 90 sont des petits singes soit 53% des observations totales. Photo 1 : Cercocèbe à collier blanc (Cercocebus torquatus) Photo 2 : Moustac (Cercopithecus cephus) Petits singes observés dans les sentiers de la forêt de Doussala 13

15 Sur les 90 observations de petits singes, 5 espèces ont été constamment observées. Il s agit de : Moustac (Cercopithecus cephus) : 50 observations ; Cercocèbe à collier blanc (Cercocebus torquatus) : 12 observations Hocheur ou Nez blanc (Cercopithecus nictitans) :14 observations Colobe noir (Colobus satanas) : 2 observations Singe couronné (Cercopithecus pogonias) :2 observations Des groupes mixtes des petits singes ont été constamment rencontrés (10 observations). Figure 11 : Antilopes Au total 23 observations ont été réalisées. Ces observations concernent les espèces suivantes : Chevrotain aquatique (Hyemoschus aquaticus) : 1 observation ; Céphalophe bleu (Cephalophus monticola) : 14 observations ; Céphalophe à pattes blanches (Cephalophus ogilbyi) :4 observations ; Céphalophe à dos jaune (Cephalophus sylvicultor) : 4 observations. 14

16 Eléphant Plusieurs traces de présence (empruntes, crottes, etc.) ont été observées à travers la forêt tout le long de la période d étude. Cependant, une seule observation directe a été réalisée. Leur présence dans la forêt de conservation est surtout marquée pendant la période des fruits (Andok) et la saison sèche aux abords de la rivière Moukalaba D autres espèces Quelques espèces ont été aussi observées de façon insolite au cours de cette étude, il s agit de: Crocodile nain que nous avons surpris et observé longtemps sur une des pistes ; Potto, observé dans les mêmes conditions que le crocodile nain ; Mangouste ; Léopard dont les traces ont souvent été enregistrées dans la partie Nord-Est de la forêt de Doussala et que nous avons observé sur un parasolier à côté des Cercocèbes à collier blanc. 15

17 Conclusion Ce travail réalisé dans la forêt de Doussala a permis de tirer des informations importantes pour l avenir, en dépit du fait que les difficultés rencontrées n ont pas permis de conduire à terme ce monitoring prévu sur une période de un an. Il ressort toute de même que cette forêt renferme un fort potentiel en primates. En effet, 5 espèces de petits singes ont été fréquemment rencontrées au cours de l étude, avec une forte dominance de l espèce Cercopithecus cephus (Moustac). Ceux-ci peuvent être observés à travers toute la forêt et pendant toute la période de l année (du moins de février à juillet). Les gorilles et les chimpanzés ont été les deuxièmes espèces les plus rencontrées, avec une forte dominance de gorilles. Ceux-ci ont été observés pendant toute la durée de l étude et surtout dès le début (mi-mai) et pendant la saison sèche. En effet, à partir du mois de mai, plusieurs contacts avec les gorilles ont été enregistrés, surtout du côté Nord-Ouest de la forêt. De même, le plus grand nombre des sites de nids a été identifiée dans cette même zone et au cours de la même période. Cette partie de la forêt donne donc une grande possibilité d observation de gorilles au cours de l année. Car l étude réalisée par Marc Fourrier entre janvier et février 2008 a également montrée que le côté Nord-Ouest de cette forêt donne un fort taux de rencontre des grands singes (gorilles). Les chimpanzés constamment entendu et rencontré occasionnellement utiliseraient également une partie de cette forêt comme domaine vital. D autres espèces comme les antilopes présentent également un potentiel de vision, et peuvent être observés à travers cette forêt. Nous ne pouvons pas toutefois conclure avec exactitude en ce qui concerne la période allant de novembre à février car il convient de rappeler que ce monitoring a commencé au mois de février et les difficultés rencontrées n ont pas permis de l exécuter correctement au démarrage. Cependant, les études menées par Stéphanie Latour (marsavril 2006) et Marc fourrier (janvier-février 2008) avaient obtenues des taux de rencontres importants avec les grands singes (notamment les gorilles) offrant ainsi des grandes opportunités touristiques de vision de ce primates. En somme, cette forêt a une forte opportunité touristique de vision de grands primates avec un taux d observation de 2.23 et un taux de rencontre de 1.16 (Marc, 2008). Ces opportunités de vision pourraient s étendre sur toutes les périodes de l année et serait plus accentuée dans la partie Nord-Ouest de la forêt au regard des résultats obtenus par les différentes études dans cette forêt. Aussi, cette étude montre que la grande saison sèche donne des meilleures garanties d observation de ces primates que la saison de pluies. Pour mettre en valeur cette forêt, l association PROGRAM doit s orienter sur un produit de pistage des grands singes. Cependant, un suivi écologique de cette forêt peut apporter des informations importantes pour le pistage grâce à la connaissance du comportement des ce primates, ce qui permettrait d anticiper leurs déplacements. 16

18 De plus, la forêt de Doussala comprend de nombreux types d habitats allant des forêts secondaires avec complexe cultural au forêts secondaires adultes et forêts marécageuses inondées temporairement et présente aussi un maillage hydrographique important et un relief assez accidenté, surtout au Nord-Est. Cette configuration permet de découvrir en visitant cette forêt, un ensemble de caractéristiques abiotiques typiques des forêts tropicales humides. C est pourquoi, PROGRAM devra également aménager un circuit d interprétation et d orientation permettant non seulement de découvrir les multiples façades d une forêt tropicale humide mais surtout pour mettre en valeur les relations entre l homme, la forêt et les grands singes. Toutefois, avant l exploitation touristique de cette forêt à fort potentiel, l association devra procéder à un aménagement de ces sentiers afin de faciliter la progression lors du pistage et garantir la sécurité physique des touristes. En effet, la zone Est renferme un maillage hydrographique important traversant la plupart des sentiers de cette zone, et par conséquent des passerelles doivent être construites afin de faciliter la traversé de ces nombreux ruisseaux. De même, le Nord-Est et le Sud-Est comprennent des pentes importantes qui rendent difficile la circulation. Des marches doivent être installées afin de sécuriser la circulation des touristes dans l ensemble de la forêt de Doussala. 17

19 Bibliographie Annie Gautier & Al, Histoire naturelle des primates d Afrique centrale. Multipress-Gabon. 162p. Jonathan Kingdon, Guide des mammifères d Afrique. A&C black publisher London. 272p. Marc Fourrier, Les grands singes à Doussala: mission de cartographie. 15p + annexes. Stéphanie Latour, mars-avril Eco-tourisme et grands singes à Doussala: mission d évaluation. WCS-Gabon. 17p. 18

20 Annexes Annexe 1 : FICHE MONITORING FAUNE Auteur : Pisteurs : Date Transect WPT Esp. Obs. Type Obs. Nbr. Ind. Adultes Enfants Heure début FICHE MONITORING DES SITES DE NIDS Auteur : Pisteurs : Date Transect WPT Frais (aujourd'hui) Age des nids Récent (1-3 j.) Vieux (+ 3 j.) Heure Fin Plantes utilisées Nbr. Nids Commentaires Nids sol Nids arbres 19

21 Annexe 2 : Fiche des codes de quelques espèces fréquemment rencontrées. Codes de recueil des données écologiques Nom scientifique Nom français Code GPS Faune Cephalophus callipygus Céphalophe de Peters CP Cephalophus dorsalis Céphalophe bai CD Cephalophus leucogaster Céphalophe à ventre blanc CL Cephalophus monticola Céphalophe bleu CM Cephalophus nigrifons Céphalophe à front noir CN Cephalophus ogylbyi Céphalophe d'ogilbyi CO Cephalophus spp. Céphalophe rouge CR Cephalophus sylvicultor Céphalophe à dos jaune CS Cercopithecus cephus Moustac CC Cercopithecus neglectus Singe de Brazza BZ Cercopithecus nictitans Hocheur NI Cercopithecus pogonias Singe couronné PG Colobus guereza Colobe noir et blanc GZ Colobus satanas Colobe noir SA Dendrohyrax dorsalis Daman des arbres DD Gorilla gorilla Gorille de l'ouest GG Grands singes Grands singes GS Hippopotamus amphibius Hippopotame HI Hyemoschus aquaticus Chevrotain aquatique HA Hylochoerus meinertzhageni Hylochère HM Lophocebus albigena Cercocèbe à joues grises LA Loxodonta africana cyclotis Eléphant E Mandrillus sphinx Mandrill MS Manis gigantea Pangolin géant MG Manis tetradactyla Pangolin à longue queue MT Manis tricuspus Pangolin à écailles tricuspides P3 Neotragus batesi Antilope de Bates NB Orycteropus afer Oryctérope OA Osteolaemus tetraspis Crocodile nain OT Pan troglodytes Chimpanzé commun PT Panthera pardus Léopard PP Potamochoerus porcus Potamochère PO Syncerus caffer Buffle de forêt SC Tragelaphus Euryceros Bongo BO Tragelaphus scriptus Guib harnaché TS Tragelaphus spekei Sitatunga ST 20

22

23 Annexe 4: Données sur les sites des nids identifiés FICHE MONITORING DES SITES DE NIDS Auteur Pisteurs : Date Transect Waypoints Latitude Longitude Age Frais (aujourd'hui) Recent (1-3jr.) Vieux (+ 3 jr.) Plantes utilisées Nbre. nids 13-juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Parasolier juin-09 D X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 B X Aframomum 1 1 Bordure 18-juin-09 Moukalaba X Aframomum mai-09 D X Aframomum mai-09 A X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mars-09 B X Aframomum 1 1 Nids sol Nids arbres

24

25 Annexe 5 : Ensemble des données de la faune FICHE MONITORING FAUNE Auteur: Pisteurs : Waypoints Type Nbre. Durée Date Transect Latitude Longitude Espèce obser. indiv. Adultes Enfants (mn) Commentaires possibles 24-févr.-09 B GG A févr.-09 B CO V févr.-09 B CC V févr.-09 B CM V mars-09 B CM V mars-09 B E A 5 18-mars-09 B GG mars-09 Crête Mangouste V mars-09 Crête CC V mars-09 B GG A 8 04-mars-09 B GG A mars-09 Crête NI V mars-09 B PT A 5 09-mars-09 B CS V 1 2 Il nous a entendu venir. Il a fuit dès qu'il nous a vu 11-mars-09 B PT V 1 2 Sur un arbre, il s'est laissé tomber pour fuir au sol 11-mars-09 B PT V 8 2 Dans le groupe, il ya un blessé qui marche lentement 11-mars-09 B CC V 7 21 Sur les arbres, ils se déplacent sans tenir compte de notre présence 13-mars-09 B CC A 3 18-mars-09 B GG V 1 3 Dès qu'il nous a vu il a fuit 18-mars-09 B E V mars-09 B CM V mars-09 B CM V mars-09 B CO V mars-09 Crête CC V mars-09 B GG A mars-09 Iboumi CC V mars-09 B CO V mars-09 B CO V avr.-09 D GG V avr.-09 D CC V avr.-09 B CC V avr.-09 A CC V Bande 1 20-avr.-09 B PT A 4 20-avr.-09 B GG A 8 20-avr.-09 B PP V avr-09 Iboumi NI V 7 2

26 28-avr.-09 RAS 18-mai-09 A CC V mai-09 A CC V mai-09 B NI V mai-09 B NI V mai-09 A PT V mai-09 B GG V mai-09 B CC V mai-09 B PG V mai-09 B CC V mai-09 B CC V mai-09 B CC V mai-09 A NI v 8 1 Bordure 30-mai-09 Moukalaba CC V 2 1 Bordure 30-mai-09 Moukalaba CC V mai-09 D GG A mai-09 A GG V mai-09 D CT A 1 11-mai-09 B CC V mai-09 B CM V mai-09 B CM V mai-09 B CC V mai-09 Crête CC V mai-09 B CT V mai-09 B CT V mai-09 D NI V mai-09 D GG V mai-09 A CC V mai-09 D CC A mai-09 E CC A 4 17-mai-09 A HA V mai-09 A NI V mai-09 A OT V mai-09 B GG V juin-09 A SA V juin-09 B GG A 1 15-juin-09 Crête PT A 3 16-juin-09 B GG V juin-09 B CC V juin-09 Crête CC V juin-09 B CM V

27 08-juin-09 RAS 10-juin-09 B CM V juin-09 D CT V juin-09 Crête CC V juin-09 Iboumi CT V juin-09 A GG V juin-09 B CC V 3 5 Bordure 26-juin-09 Moukalaba PG, NI, CC V juin-09 B - B CC, CT, NI V juin-09 A PT A 2 19-juin-09 B CS V 1 2 Bordure 19-juin-09 Moukalaba GG V juin-09 A NI et CC V juin-09 A CS V juin-09 A Poto V juin-09 D NI V juin-09 A CC V juin-09 B CC V juin-09 B CM V juin-09 D CM V juin-09 D GG A 1 06-juin-09 A PT V juin-09 B GG A 2 02-juin-09 B CT V juin-09 B CT V juin-09 D GG V juin-09 D CC V juin-09 D GG A 3 Bordure 04-juin-09 Moukalaba CC V juin-09 A SA V juin-09 Crête NI V juin-09 Crête NI et CC V juin-09 B CC V juin-09 A GG A 4 13-juin-09 D GG A 8 13-juin-09 D CC V juin-09 A CC V juin-09 B CC v juin-09 B CT V 3 4 Bordure 18-juin-09 Moukalaba GG V

3 Cartographie participative du terroir de chasse

3 Cartographie participative du terroir de chasse 3 Cartographie participative du terroir de chasse 3.1 Principe général de la méthode La cartographie participative est un moyen d associer la population d un village (ou un groupe au sein de cette population)

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

COMPTE RENDU FINAL D EXECUTION DE PROJET

COMPTE RENDU FINAL D EXECUTION DE PROJET COMPTE RENDU FINAL D EXECUTION DE PROJET Nom de l organisation : SOS FORETS I. INFORMATIONS DE BASE Titre du projet : Inventaire biologique et étude écologique des forets classées de Dassioko Sud et de

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION 1. LES DIFFERENTS TYPES DE CARTES A. Cartes routières et touristiques - MICHELIN 1/150 000 à 1/200 000 - IGN Régionales : 1/250 000 TOP 100 1/100 000 Série Plein

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon

Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon Morin, A. 1, Meunier, Q. 1, Moumbogou, C. 1, Boldrini, S. 1, Vermeulen, C. 2 Résumé A l heure de l attribution

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc NOTE NATURALISTE Avril 2013 Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc Flavio Monti (Université de Ferrara et CEFE-CNRS de Montpellier) ; Mathieu Thévenet (expert

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015

BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015 BORDEREAU DE CREATION Patrimoine naturel / Millésime 2015 Produit Nom produit : Adresse du produit (établissement) Raison sociale : Civilité : Mlle Mme M. Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Commune

Plus en détail

Devenez partenaire SMART

Devenez partenaire SMART Aidez les éco-gardes en première ligne de la conservation... Devenez partenaire SMART ?Qu est-ce que SMART? Développé par des organisations internationales de protection de la nature en proche collaboration

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

SPW DGO1 Voies lentes en Wallonie. Manuel utilisateur de l application cartographique

SPW DGO1 Voies lentes en Wallonie. Manuel utilisateur de l application cartographique SPW DGO1 Voies lentes en Wallonie de l application cartographique IDENTIFICATION Projet : Agoracités Auteur : Amélie Ledent Type de document : Ref. NSI: Version: 1.1 Ref. Client: Date : 17/03/2010 Statut:

Plus en détail

De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun

De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun Retour au menu De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun C. Vermeulen (1), M. Vandenhaute (2), W. Delvingt (2) et M. Dethier (1) (1) Université

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Activités Bureau des Guides

Activités Bureau des Guides Activités Bureau des Guides au départ du CENTRE DE DEPAYSEMENT ET DE PLEIN AIR DE MARBEHAN 1 Table des Matières Introduction I. Faune II. Habitats III. Wildcraft & Orientation IV. Coin des Artistes V.

Plus en détail

Présentation de classe Projet «Images et patrimoine»

Présentation de classe Projet «Images et patrimoine» Présentation de classe Projet «Images et patrimoine» Nom de l'école : Ecole de Peyrole Village ou ville : Peyrole Département ou région : Tarn, Midi-Pyrénées Pays : France Texte descriptif de l'école :

Plus en détail

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière Guyane Bilan carbone et gestion forestière Séminaire organisé dans le cadre du projet CARPAGG «le carbone en forêt et en prairies issues de déforestation en Guyane, 1 octobre 2013» Le contexte de la forêt

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

Programme de la soirée

Programme de la soirée Programme de la soirée Exposé : les chauves-souris et le patrimoine bâti (+/- 45 ) Vidéo : les chauves-souris et les moines de l Abbaye d Orval (+/- 15 ) Questions réponses (+/- 15 ) Sortie nocturne à

Plus en détail

FRAIS DE VEHICULE 2012

FRAIS DE VEHICULE 2012 ASSOCIATION AGREEE DES MEDECINS DU HAUT-RHIN - BAS-RHIN - MOSELLE 10, rue de Leicester - 67000 STRASBOURG Tél. : 03.88.61.87.54 - Fax 03.88.41.18.11 VOL XXXVII N 33 - REGISTRE DES ASSOCIATIONS AGREMENT

Plus en détail

Fiche technique du projet DACEFI-2

Fiche technique du projet DACEFI-2 technique du projet DACEFI-2 La superposition des permis forestiers, des permis miniers et des futures forêts communautaires technique N 2 Contexte Au Gabon, le domaine forestier national (DFN) est divisé

Plus en détail

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 «Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 Mangroves, Sénégal Hellio-Vaningen En octobre 2013, dans le cadre d un partenariat entre la Convention de Ramsar et le Groupe Danone,

Plus en détail

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale Secrétariat Exécutif BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Email: secretariat.executif@rapac.org Web : www.rapac.org TERMES

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Département de la Loire-Atlantique (44) Commune de La Plaine sur Mer PLAN LOCAL D URBANISME Réunion publique de concertation 14 janvier 2013 Les étapes de l élaboration du PLU Prescription (DCM) 11/06/2009

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

TOUR DES LACS DU MERCANTOUR PARTIE NORD

TOUR DES LACS DU MERCANTOUR PARTIE NORD Bureau : 37, rue Manuel BP3 F- 04400 BARCELONNETTE Tél.04 92 81 29 97 contact@montagnes-ubaye.com www.ubaye-aventure.com TOUR DES LACS DU MERCANTOUR PARTIE NORD Randonnée itinérante 7 jours / 6 nuits Le

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

FRAIS DE VEHICULE 2014

FRAIS DE VEHICULE 2014 ASSOCIATION AGREEE DES MEDECINS DU HAUT-RHIN - BAS-RHIN - MOSELLE 10, rue de Leicester - 67000 STRASBOURG Tél. : 03.88.61.87.54 - Fax 03.88.41.18.11 VOL XXXVII N 33 - REGISTRE DES ASSOCIATIONS AGREMENT

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

Procédures Standard de Suivi des Populations de Crocodiles 1

Procédures Standard de Suivi des Populations de Crocodiles 1 Procédures Standard de Suivi des Populations de Crocodiles 1 Matthew H. Shirley 1 and Mitchell J. Eaton 2 1 Dept. of Wildlife Ecology & Conservation, University of Florida, Gainesville, FL, USA 2 U.S.

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes

Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes Lille - Marchiennes, le 21 mars 2009 6600 arbres pour la Forêt Domaniale de Marchiennes Inauguration de «La Forêt de l Avenir» 21, 22 et 23 mars 2009 Forêt de Marchiennes Forêt de l Avenir Crédit Agricole

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

les Carnets du p a ra d oxe

les Carnets du p a ra d oxe les Carnets du p a ra d oxe L É L É P H A N T dans l histoire du cinéma Dès les débuts du cinéma, le récit de voyage passionna les foules. NANOUK L ESQUIMAU de Robert Flaherty ou CHANG fure n t d énormes

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Le drone en forêt : Rêve ou réalité de performance?

Le drone en forêt : Rêve ou réalité de performance? Le drone en forêt : Rêve ou réalité de performance? Denis Cormier, ing.f., M.Sc. et Udaya Vepakomma, PhD Colloque 2015, Ass. forestière Vallée du St-Maurice 5 mai 2015, Golf Le Mémorial, Shawinigan Agenda

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Pyrénées. Présentation des Guides méthodologiques m de prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi 1ère JOURNEE TECHNIQUE «SCoT ET BIODIVERSITE»

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 MON VISAGE A LA MANIERE DE JEAN DUBUFFET OBJECTIFS - utiliser son expérience sensorielle visuelle pour produire une œuvre picturale. - réaliser une œuvre s'inspirant

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Association des Communes Forestières du Cameroun (ACFCAM) Centre Technique de la Forêt Communale BP 15 107 Yaoundé CAMEROUN

Association des Communes Forestières du Cameroun (ACFCAM) Centre Technique de la Forêt Communale BP 15 107 Yaoundé CAMEROUN RAPPORT DE L ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : PLANIFICATION DE L EXPLOITATION DESTINEE AU CHARGE DE CARTOGRAPHIE/GESTIONNAIRES DES DONNEES D INVENTAIRES ET D EXPLOITATION ET AUX AMENAGISTES DU CTFC

Plus en détail

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes Table des Annexes Annexe I : Procédure de désignation des sites Natura 2000 (ZPS et SIC). Annexe II : Composition du comité de pilotage. Annexe III : Exemple de cahier de pâturage tournant Manade. Annexe

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales : Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire SCoT de la CUA 53 Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales: Quelles difficultés surmonter?

Plus en détail

Tableau de bord stratégique ACTUALISATION DE JUILLET 2014

Tableau de bord stratégique ACTUALISATION DE JUILLET 2014 Tableau de bord stratégique ACTUALISATION DE JUILLET 2014 Table des matières 1. Population et structure des familles 2. Emploi 3. Propreté et Environnement 4. Mobilité 5. Activité économique et immobiliere

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

COURSE D ORIENTATION

COURSE D ORIENTATION JE SUIS JEUNE OFFICIEL EN COURSE D ORIENTATION Programme 2004-2008 PREAMBULE Ce petit mémento doit aider l élève du collège ou du lycée à arbitrer les rencontres sportives, en cours d éducation physique

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité

Commune de ROUSSET. Rapport de présentation du Règlement local de publicité Commune de ROUSSET Rapport de présentation du Règlement local de publicité Sommaire Introduction... 3 1. Contexte géographique et administratif... 4 1.1. Localisation... 4 1.2. Données chiffrées... 5 1.3.

Plus en détail

INVITATION AU VOYAGE

INVITATION AU VOYAGE Nature et terroir scrl Place Communale 20c 6230- Pont-à-Celles Tel 071/84.54.80 Fax 071/84.54.84 Lic A 5312 Nature Culture Confort Effort Dépaysement INVITATION AU VOYAGE Espagne : Sierra Morena Sur les

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée

Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée Adoptez la solution SMART pour votre aire protégée Puissant, Flexible, Gratuit. ?Qu est-ce que SMART? SMART (Spatial Monitoring and Reporting Tool Outil de suivi spatial et de rapportage) est bien plus

Plus en détail

Probabilités. Une urne contient 3 billes vertes et 5 billes rouges toutes indiscernables au toucher.

Probabilités. Une urne contient 3 billes vertes et 5 billes rouges toutes indiscernables au toucher. Lycée Jean Bart PCSI Année 2013-2014 17 février 2014 Probabilités Probabilités basiques Exercice 1. Vous savez bien qu un octet est une suite de huit chiffres pris dans l ensemble {0; 1}. Par exemple 01001110

Plus en détail

Lignes directrices pour de meilleures pratiques en matière d inventaire et de suivi des populations de grands singes

Lignes directrices pour de meilleures pratiques en matière d inventaire et de suivi des populations de grands singes Lignes directrices pour de meilleures pratiques en matière d inventaire et de suivi des populations de grands singes H. Kühl, F. Maisels, M. Ancrenaz & E.A. Williamson Série éditée par E.A. Williamson

Plus en détail

Lampes à DEL EcoShine II Plus

Lampes à DEL EcoShine II Plus Lampes à DEL EcoShine II Plus LAMPES POUR TABLETTE, RAIL et PAVILLON POUR COMPTOIRS MULTI-NIVEAUX, LIBRE-SERVICE ET DE PRODUITS SPÉCIALISÉS Une efficacité d éclairage maximale dans la vente d aliments

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES

CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES (En complément du cahier des charges Caractéristiques générales) HEBERGEMENTS INSOLITES (Cabanes ou nid ou bulles dans les arbres, cabanes flottantes, lodges, tipis, yourtes,

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES Recherche d un candidat pour la réouverture d un restaurant à Bussière-Galant bourg

APPEL A CANDIDATURES Recherche d un candidat pour la réouverture d un restaurant à Bussière-Galant bourg 28 mai 2015 Bussière-Galant APPEL A CANDIDATURES Recherche d un candidat pour la réouverture d un restaurant à Bussière-Galant bourg Mairie de Bussière-Galant Le Bourg 87230 BUSSIERE-GALANT Tél. : 05 55

Plus en détail

Monitoring socio-économique

Monitoring socio-économique Monitoring socio-économique Participation des personnes d origine étrangère au marché du travail 28 janvier 2014 LE MONITORING SOCIO-ECONOMIQUE? C est quoi? : Un outil qui permet de mesurer la participation

Plus en détail

au Canton de Wintzenheim

au Canton de Wintzenheim au Canton de Wintzenheim résentation de Duo sport partenaire du Sivom pour le afari Entreprise spécialisée dans la mise en œuvre de produits sportifs OUTDOOR DUO SPORT: C est 2 pôles d intervention Pôle

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire verger biodiversité eau arbre & forêt animations scolaires maternelle 3 secondaire Le CRIE vous propose ses animations en projet ainsi que toute une série d activités d 1 journée ou d 1/2 journée Découvrez-les

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE PROJET D AMÉNAGEMENT D UN CENTRE DE STOCKAGE DE SEDIMENTS Commune de Bessines-sur-Gartempe Maître d Ouvrage AREVA Etablissement de Bessines 1, Avenue du Brugeaud 87250 Bessines

Plus en détail

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Date : le 7 février 2005 Le transport scolaire Dans les politiques des commissions scolaires sur le transport scolaire, on établit une distance entre

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar (FDR)- version 2006-2008 Peut être téléchargée de : http://www.ramsar.org/ris/key_ris_index.

Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar (FDR)- version 2006-2008 Peut être téléchargée de : http://www.ramsar.org/ris/key_ris_index. Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar (FDR)- version 2006-2008 Peut être téléchargée de : http://www.ramsar.org/ris/key_ris_index.htm Catégories approuvées dans la Recommandation 4.7(1990) modifiée

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Symboles de nos cartes

Symboles de nos cartes 2011 Cartes nationales de la Suisse Symboles de nos cartes Supplément illustré de la légende des signes conventionnels des cartes nationales (CN) de la Suisse Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail