Monitoring de la forêt de Doussala

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitoring de la forêt de Doussala"

Transcription

1 MONITORING DE LA FORÊT DE DOUSSALA Rapport d étude Rédigé par : Guy Roger IBOUILI, Coordinateur Technique de l association PROGRAM Personnel technique : Pisteurs : Romain Beville : Assistant Technique Pie Evrard NZIENGUI Guy Roger IBOUILI : Coordinateur Technique Joly MBADINGA Jean louis MAGANGA

2 Table des matières Introduction 2 1. Zone d étude 4 2. Matériel et méthode 5 3. Difficultés rencontrées 6 4. Résultats et analyse Réseau de pistes de la forêt de Doussala Les observations de la faune Grands singes Petits singes Antilopes Eléphant D autres espèces 15 Bibliographie 18 1

3 Tél : (+241) / (+241) Introduction L association PROGRAM, créée depuis 2004, œuvre dans le village Doussala situé dans le département de la Douigny, en périphérie Est du parc national de Moukalaba- Doudou (PNMD), dans le Complexe d Aires Protégées de Gamba (CAPG), province de la Nyanga. Dans ce village, les populations locales et PROGRAM se sont associés pour mettre en place une zone de protection et de valorisation des grands singes (forêt de Doussala), dans la périphérie du parc national. Ce site qui renferme une forte concentration en gorilles et chimpanzés, a été aménagé par un réseau de 4 km² de sentiers afin de permettre des activités de monitoring et de pistage de ces primates. Le village Doussala, qui a connu autrefois un développement économique à travers l exploitation de ses forêts par la Compagnie Equatoriale des Bois (CEB), est depuis 1989 frappé par la pauvreté, l exode rural, le manque d activités génératrices d emplois et de revenus financiers. Afin de concilier les problématiques de conservation des grands singes et les besoins en développement des populations locales, l association PROGRAM s est orientée vers la mise en place de l écotourisme communautaire à Doussala, centré sur l observation de ces primates et la valorisation des patrimoines naturels et culturels. Cette vision a pour ambition de faire de la conservation des gorilles et chimpanzés ainsi que celle du patrimoine naturel du PNMD un outil de développement pour les populations locales. Deux ans après sa création, l association a reçue l appui de scientifiques ayant permis de confirmer la forte concentration en grands singes de la forêt de Doussala. En effet, en 2006 PROGRAM a eu l appui du WCS à travers une mission de la primatologue Stéphanie Latour, dont l objectif était d évaluer les possibilités touristiques autour des grands singes en particulier (mesurer les opportunités d observation) mais aussi autour d autres grands mammifères représentant un intérêt pour les écotouristes (petits singes, éléphants etc.). Cette mission d évaluation avait montré des fortes possibilités d observations des grands singes. En 2008, une autre étude menée par un autre primatologue, Marc Fourrier, dont l objectif était de circonscrire l utilisation spatiale de cette forêt par les grands singes, a permis de constater que la forêt de Doussala était fortement fréquentée par ces derniers au cours de l année. 2

4 Afin de poursuivre le travail commencé par ces scientifiques et d évaluer le potentiel de vision des grands singes en particulier et des autres espèces de façon générale, pour une meilleure exploitation touristique de cette forêt, le personnel technique de l association PROGRAM a élaboré un protocole simple permettant de faire un diagnostic du potentiel de vision de la faune, en particulier des grands singes, dans la forêt de Doussala. Cette étude dont les données ont été collectées par les pisteurs de l association s est déroulée sur une période de six mois (de février à juillet 2009). 3

5 1. Zone d étude La zone concernée par cette étude est la forêt de Doussala, village situé à environ 86 km au Nord-Est de Tchibanga (S E ), en périphérie orientale du PNMD. Ce village, qui a longtemps été le siège de plusieurs exploitations forestières dont la plus importante est celle réalisée par la CEB ( ) et connaissant alors son plus haut niveau de développement, est depuis 1989 frappé par la pauvreté. Aujourd hui, les espoirs de ce village sont tournés vers le projet primatologie de l Université de Kyoto, qui travaille dans l habituation des grands singes depuis 1999, et l association PROGRAM qui œuvre pour la protection du patrimoine naturel et culturel et la promotion du tourisme communautaire depuis 2004, qui emploient quelques personnes et génèrent des revenu à la population locale. La forêt de Doussala, située au Nord de ce village, derrière la case d hébergement touristique de l association (Case Madre), est une forêt qui fait partie intégrante du terroir villageois de Doussala tel que défini actuellement par les études en cours effectuées par le WWF-Gamba. Cette forêt qui fait également partie de la concession forestière sous aménagement durable (CFAD) de la Compagnie des Bois du Gabon (CBG) a été mise en place par l association PROGRAM en collaboration avec les populations locales. La forêt de Doussala traverse de nombreux types de couverts et d habitats : forêt secondaire avec complexe cultural, forêt marécageuse inondée temporairement, forêt secondaire adulte, etc., et présente aussi un maillage hydrographique important et un relief assez accidenté, surtout au Nord-Est (les pentes peuvent être estimée à 12%). Un réseau de 4 km 2 de pistes a été aménagé dans cette forêt afin de mener le suivi et le pistage des grands singes. 4

6 Tél : (+241) / Figure 1 : Localisation de la forêt de Doussala 2. Matériel et méthode Le but de ce monitoring était d évaluer le taux de vision de la faune de façon générale et des grands singes en particulier dans la forêt de Doussala, ainsi que la répartition des sites de nids des grands singes afin d avoir une idée de l utilisation spatiale de cette forêt par ces derniers au cours des différentes périodes de l année et ainsi mieux orienter le pistage. Compte tenu du fait que certains sentiers du Sud-Est ont été abandonné en raison de l avancée des plantations de la population sur la forêt de Doussala, nous avons été obligé de procéder à nouveau à l enregistrement des sentiers existant (tracklogué) afin de redéfinir le réseau de sentiers de cette forêt. Cela a été fait à l aide d un GPS Garmin Map60Cx. En ce qui concerne la collecte des données relatives à l objectif de ce monitoring, nous avons chaque jour, matin et soir (matin 6 h h, soir 14 h h) parcouru un sentier différent à chaque passage, de façon à recouvrir l ensemble du réseau de sentier au cours de la semaine (du lundi au samedi matin). Le nombre de passage sur chaque sentier n a pas été pris en compte au cours dans cette étude. La collecte des données a durée six (6) mois (de février à juillet) correspondant à 76 jours 5

7 repartis comme suit : février 2 jours, mars 10 jours, avril 6 jours, mai 14 jours, juin 23 jours et juillet 21 jours. Compte tenu des difficultés de nos pisteurs à maîtriser le système de collecte des données, les empruntes, traces, crottes et autre indices de présence n ont pas été pris en compte. Les seules données recueillies ici sont les observations directes (acoustiques et visuelles). Au cours des différents passages sur les différentes pistes, lors d un contact direct avec la faune ou de l identification d un site de nids, à l aide d un GPS, d un carnet et d un crayon papier, des informations précises ont été souvent collectées (cf. annexe 1). Afin de faciliter la collecte des données en évitant d écrire le nom complet de l espèce observée, une fiche des codes des différentes espèces a été utilisée (cf. annexe 2). 3. Difficultés rencontrées Les difficultés rencontrées au cours de ce monitoring sont nombreuses et sont les suivantes : Le manque d expérience de la part de nos pisteurs dans l utilisation du GPS et d un système de collecte rigoureux des données scientifiques ; Le manque d expérience de la part du personnel technique dans la conception d un protocole d une telle étude ; Arrêts successifs et répétés de l étude liés au comportement individualiste de la population de Doussala, dont certaines personnes n hésitent pas à considérer la forêt, domaine de l Etat, qui fait partie de la CFAD de la CBG et qui est aujourd hui intégrée dans le terroir villageois de Doussala, comme une propriété privé, interdisant ainsi aux pisteurs d y accéder ; Arrêts de l étude pour cause de veillées et de décès même lointain. 6

8 4. Résultats et analyse 4.1. Réseau de pistes de la forêt de Doussala En l espace d une année, le réseau de pistes de la forêt de Doussala a connu des modifications importantes tant quantitativement que qualitativement. En effet, au cours de cette année, plusieurs pistes du côté Sud-Est de la forêt ont été éliminées du fait de l évolution des plantations des populations vers cette forêt. Cette situation s explique par le fait que la délimitation participative de la forêt de Doussala n est pas encore finalisée et le protocole d accord que nous avons initié depuis le début de l année est dans sa phase de conception. Aussi, des modifications ont été apportés sur la configuration de ce réseau de pistes, ceci pour éviter certains obstacles (pentes fortes, bois, rivière, etc.). La figure ci-dessous donne une idée des modifications qu a connu ce réseau de sentiers au cours de l année. Figure 2 : Réseau des pistes de l association PROGRAM Les observations de la faune Sur les 76 jours de pistage effectués par l équipe pendant les 6 mois de monitoring, 170 contacts directs avec la faune ont été enregistrés, correspondant à un taux de vision de 2,23 Observations/Jour de façon globale. 16 espèces ont été constamment observées, le tableau ci-dessous donne un aperçu de l ensemble des observations réalisées au cours de ce monitoring. 7

9 Tél : (+241) / (+241) Tableau 1. Ensemble des observations réalisées au cours de l étude Noms pilotes Espèces observées Noms scientifiques Nombre d'observation Durée moyenne d observation (mn) Gorilles de l'ouest Gorilla gorilla Chimpanzés Pan troglodytes Moustac Cercopithecus cephus Cercocèbe à collier Cercocebus torquatus Hocheur Cercopithecus nictitans Colobe Noir Colobus satanas 2 2 Singe couronné Cercopithecus pogonias Groupe mixte des petits singes (Moustac, Colobe, Hocheur, etc.) Chevrotin aquatique Hyemoschus aquaticus 1 1 Céphalophe bleu Cephalophus monticola Céphalophe à dos jaune Cephalophus sylvicultor Léopard Panthera pardus 1 1 Crocodile nain Osteolaemus tetraspis 1 24 Potto Perodictitus potto 1 2 Eléphant Loxodonta africana cyclotis 2 4 Mangouste Atilax paludinosis 1 2 Céphalophe à pattes blanches Cephalophe ogilbyi Nombre total d'observations 170 De toutes les observations réalisées, les Moustac (Cercopithecus cephus) ont été les plus observés suivis des Gorilles (Gorilla gorilla). Le Crocodile nain (Osteolaemus tetraspis), le Potto (Atilax paludinosis), le Léopard (Panthera pardus), etc., étant les moins observés au cours de cette étude. La figure ci-dessous présente la répartition des observations par espèce. 8

10 Figure 3 : Répartition des observations par espèce De février à juillet 2009, période pendant laquelle s est déroulée cette étude, il est vrai que la collecte mensuelle des données n a pas été égale, compte tenu des difficultés rencontrées sur le terrain. Cependant, on note une corrélation entre le nombre d observation et le nombre de jours de terrain effectué (cf. fig. 4). En effet, on constate que le nombre d observations augmente avec le nombre de jours de terrain. Plus le nombre des jours passés sur le terrain est important, plus le nombre d observations réalisé, l est aussi. Quant au taux d observation, celui-ci reste presque constant et tourne autour de 2 pour tous les mois et peu importe le nombre des jours passés sur le terrain au cours de chaque mois. En somme, un nombre important de jours de terrain n aurait pas eu forcément des conséquences directes sur le taux d observation. En dépit des difficultés, cette étude donne une idée du potentiel de vision de la faune dans la forêt de Doussala. La figure 4 ci-après permet d apprécier cette correspondance. 9

11 Figure 4 : Observations réalisées par mois Grands singes Sur 170 contacts réalisés correspondant à 16 espèces différentes, 30% des contacts ont été réalisés avec les grands singes. Ces résultats permettent de confirmer le fait que la forêt de Doussala renferme un fort potentiel en grands singes. Au regard des contacts de grands singes réalisés, on constate que 75% des grands primates observés sont les gorilles. Cela vient soutenir les arguments de Marc Fourrier selon lesquels la forêt de Doussala est fréquentée par un grand nombre de gorilles et seuls quelques individus de chimpanzés l utilisent comme territoire. Figure 4 : Proportion des grands singes par rapport aux autres espèces Figure 5 : Pourcentages des observations de gorilles et chimpanzés 10

12 a. Gorilles Le gorille est l espèce qui a été la plus rencontrée après le Moustac au cours de l étude. En effet, 38 contacts de gorilles ont été enregistrés avec une durée moyenne d observation de minutes (cf. tableau 1). Lorsqu on regarde les observations réalisées chaque mois, on constate que ceux des gorilles évoluent de façon croissante au cours de l année dans la forêt de Doussala. Plus on tend vers la grande saison sèche, qui commence dans la région autour de la deuxième quinzaine du mois de mai, plus les observations de gorilles augmentent. En effet, les grands singes en général et les gorilles en particulier fréquenteraient plus cette forêt pendant la grande saison sèche que pendant la saison des pluies. Cela se voit dans la répartition des observations de gorilles et des sites de nids au cours de la période d étude. Les figures 6 et 7 ci-dessous présentent l évolution des observations de gorilles et celle de la présence des sites de nids dans cette forêt. Figure 6 : Observation des gorilles Figure 7 : Observation des sites de nids Les observations de gorilles ont été réalisées à travers toute la forêt et surtout vers le Nord-Ouest. Et lorsqu on regarde la carte sur la répartition des sites des nids, on constate qu à partir du mois de mai, la plupart des sites de nids sont localisés sur la partie Ouest de la forêt et donc au bord de la rivière Moukalaba. 11

13 Figure 8 : Figure 9 : b. Chimpanzés Pendant toute la période de l étude, 13 contacts directs avec les Chimpanzés sur 170 ont été réalisés. Ceux-ci ont pour la plupart été réalisés au Nord-est de la forêt de Doussala. Nous avons clairement observé quatre individus d un groupe en déplacement au Nordest de la forêt au cours du mois de juin. 12

14 Ces observations souvent réalisées dans cette partie de la forêt confirme le fait qu un groupe utilise cette zone comme territoire et qu il s agit d'individus de ce groupe qui sont souvent observés (cf. Marc Fourrier). Comme les gorilles, ils peuvent être occasionnellement écoutés depuis la case Madre (case d hébergement touristique de l association PROGRAM). Figure 10 : Petits singes Il s agit des espèces les plus observées dans la forêt de Doussala pendant cette étude. En effet, sur 170 observations réalisées pour 16 espèces différentes, 90 sont des petits singes soit 53% des observations totales. Photo 1 : Cercocèbe à collier blanc (Cercocebus torquatus) Photo 2 : Moustac (Cercopithecus cephus) Petits singes observés dans les sentiers de la forêt de Doussala 13

15 Sur les 90 observations de petits singes, 5 espèces ont été constamment observées. Il s agit de : Moustac (Cercopithecus cephus) : 50 observations ; Cercocèbe à collier blanc (Cercocebus torquatus) : 12 observations Hocheur ou Nez blanc (Cercopithecus nictitans) :14 observations Colobe noir (Colobus satanas) : 2 observations Singe couronné (Cercopithecus pogonias) :2 observations Des groupes mixtes des petits singes ont été constamment rencontrés (10 observations). Figure 11 : Antilopes Au total 23 observations ont été réalisées. Ces observations concernent les espèces suivantes : Chevrotain aquatique (Hyemoschus aquaticus) : 1 observation ; Céphalophe bleu (Cephalophus monticola) : 14 observations ; Céphalophe à pattes blanches (Cephalophus ogilbyi) :4 observations ; Céphalophe à dos jaune (Cephalophus sylvicultor) : 4 observations. 14

16 Eléphant Plusieurs traces de présence (empruntes, crottes, etc.) ont été observées à travers la forêt tout le long de la période d étude. Cependant, une seule observation directe a été réalisée. Leur présence dans la forêt de conservation est surtout marquée pendant la période des fruits (Andok) et la saison sèche aux abords de la rivière Moukalaba D autres espèces Quelques espèces ont été aussi observées de façon insolite au cours de cette étude, il s agit de: Crocodile nain que nous avons surpris et observé longtemps sur une des pistes ; Potto, observé dans les mêmes conditions que le crocodile nain ; Mangouste ; Léopard dont les traces ont souvent été enregistrées dans la partie Nord-Est de la forêt de Doussala et que nous avons observé sur un parasolier à côté des Cercocèbes à collier blanc. 15

17 Conclusion Ce travail réalisé dans la forêt de Doussala a permis de tirer des informations importantes pour l avenir, en dépit du fait que les difficultés rencontrées n ont pas permis de conduire à terme ce monitoring prévu sur une période de un an. Il ressort toute de même que cette forêt renferme un fort potentiel en primates. En effet, 5 espèces de petits singes ont été fréquemment rencontrées au cours de l étude, avec une forte dominance de l espèce Cercopithecus cephus (Moustac). Ceux-ci peuvent être observés à travers toute la forêt et pendant toute la période de l année (du moins de février à juillet). Les gorilles et les chimpanzés ont été les deuxièmes espèces les plus rencontrées, avec une forte dominance de gorilles. Ceux-ci ont été observés pendant toute la durée de l étude et surtout dès le début (mi-mai) et pendant la saison sèche. En effet, à partir du mois de mai, plusieurs contacts avec les gorilles ont été enregistrés, surtout du côté Nord-Ouest de la forêt. De même, le plus grand nombre des sites de nids a été identifiée dans cette même zone et au cours de la même période. Cette partie de la forêt donne donc une grande possibilité d observation de gorilles au cours de l année. Car l étude réalisée par Marc Fourrier entre janvier et février 2008 a également montrée que le côté Nord-Ouest de cette forêt donne un fort taux de rencontre des grands singes (gorilles). Les chimpanzés constamment entendu et rencontré occasionnellement utiliseraient également une partie de cette forêt comme domaine vital. D autres espèces comme les antilopes présentent également un potentiel de vision, et peuvent être observés à travers cette forêt. Nous ne pouvons pas toutefois conclure avec exactitude en ce qui concerne la période allant de novembre à février car il convient de rappeler que ce monitoring a commencé au mois de février et les difficultés rencontrées n ont pas permis de l exécuter correctement au démarrage. Cependant, les études menées par Stéphanie Latour (marsavril 2006) et Marc fourrier (janvier-février 2008) avaient obtenues des taux de rencontres importants avec les grands singes (notamment les gorilles) offrant ainsi des grandes opportunités touristiques de vision de ce primates. En somme, cette forêt a une forte opportunité touristique de vision de grands primates avec un taux d observation de 2.23 et un taux de rencontre de 1.16 (Marc, 2008). Ces opportunités de vision pourraient s étendre sur toutes les périodes de l année et serait plus accentuée dans la partie Nord-Ouest de la forêt au regard des résultats obtenus par les différentes études dans cette forêt. Aussi, cette étude montre que la grande saison sèche donne des meilleures garanties d observation de ces primates que la saison de pluies. Pour mettre en valeur cette forêt, l association PROGRAM doit s orienter sur un produit de pistage des grands singes. Cependant, un suivi écologique de cette forêt peut apporter des informations importantes pour le pistage grâce à la connaissance du comportement des ce primates, ce qui permettrait d anticiper leurs déplacements. 16

18 De plus, la forêt de Doussala comprend de nombreux types d habitats allant des forêts secondaires avec complexe cultural au forêts secondaires adultes et forêts marécageuses inondées temporairement et présente aussi un maillage hydrographique important et un relief assez accidenté, surtout au Nord-Est. Cette configuration permet de découvrir en visitant cette forêt, un ensemble de caractéristiques abiotiques typiques des forêts tropicales humides. C est pourquoi, PROGRAM devra également aménager un circuit d interprétation et d orientation permettant non seulement de découvrir les multiples façades d une forêt tropicale humide mais surtout pour mettre en valeur les relations entre l homme, la forêt et les grands singes. Toutefois, avant l exploitation touristique de cette forêt à fort potentiel, l association devra procéder à un aménagement de ces sentiers afin de faciliter la progression lors du pistage et garantir la sécurité physique des touristes. En effet, la zone Est renferme un maillage hydrographique important traversant la plupart des sentiers de cette zone, et par conséquent des passerelles doivent être construites afin de faciliter la traversé de ces nombreux ruisseaux. De même, le Nord-Est et le Sud-Est comprennent des pentes importantes qui rendent difficile la circulation. Des marches doivent être installées afin de sécuriser la circulation des touristes dans l ensemble de la forêt de Doussala. 17

19 Bibliographie Annie Gautier & Al, Histoire naturelle des primates d Afrique centrale. Multipress-Gabon. 162p. Jonathan Kingdon, Guide des mammifères d Afrique. A&C black publisher London. 272p. Marc Fourrier, Les grands singes à Doussala: mission de cartographie. 15p + annexes. Stéphanie Latour, mars-avril Eco-tourisme et grands singes à Doussala: mission d évaluation. WCS-Gabon. 17p. 18

20 Annexes Annexe 1 : FICHE MONITORING FAUNE Auteur : Pisteurs : Date Transect WPT Esp. Obs. Type Obs. Nbr. Ind. Adultes Enfants Heure début FICHE MONITORING DES SITES DE NIDS Auteur : Pisteurs : Date Transect WPT Frais (aujourd'hui) Age des nids Récent (1-3 j.) Vieux (+ 3 j.) Heure Fin Plantes utilisées Nbr. Nids Commentaires Nids sol Nids arbres 19

21 Annexe 2 : Fiche des codes de quelques espèces fréquemment rencontrées. Codes de recueil des données écologiques Nom scientifique Nom français Code GPS Faune Cephalophus callipygus Céphalophe de Peters CP Cephalophus dorsalis Céphalophe bai CD Cephalophus leucogaster Céphalophe à ventre blanc CL Cephalophus monticola Céphalophe bleu CM Cephalophus nigrifons Céphalophe à front noir CN Cephalophus ogylbyi Céphalophe d'ogilbyi CO Cephalophus spp. Céphalophe rouge CR Cephalophus sylvicultor Céphalophe à dos jaune CS Cercopithecus cephus Moustac CC Cercopithecus neglectus Singe de Brazza BZ Cercopithecus nictitans Hocheur NI Cercopithecus pogonias Singe couronné PG Colobus guereza Colobe noir et blanc GZ Colobus satanas Colobe noir SA Dendrohyrax dorsalis Daman des arbres DD Gorilla gorilla Gorille de l'ouest GG Grands singes Grands singes GS Hippopotamus amphibius Hippopotame HI Hyemoschus aquaticus Chevrotain aquatique HA Hylochoerus meinertzhageni Hylochère HM Lophocebus albigena Cercocèbe à joues grises LA Loxodonta africana cyclotis Eléphant E Mandrillus sphinx Mandrill MS Manis gigantea Pangolin géant MG Manis tetradactyla Pangolin à longue queue MT Manis tricuspus Pangolin à écailles tricuspides P3 Neotragus batesi Antilope de Bates NB Orycteropus afer Oryctérope OA Osteolaemus tetraspis Crocodile nain OT Pan troglodytes Chimpanzé commun PT Panthera pardus Léopard PP Potamochoerus porcus Potamochère PO Syncerus caffer Buffle de forêt SC Tragelaphus Euryceros Bongo BO Tragelaphus scriptus Guib harnaché TS Tragelaphus spekei Sitatunga ST 20

22

23 Annexe 4: Données sur les sites des nids identifiés FICHE MONITORING DES SITES DE NIDS Auteur Pisteurs : Date Transect Waypoints Latitude Longitude Age Frais (aujourd'hui) Recent (1-3jr.) Vieux (+ 3 jr.) Plantes utilisées Nbre. nids 13-juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 B X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juil.-09 Moukalaba X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Parasolier juin-09 D X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 A X Aframomum juin-09 B X Aframomum 1 1 Bordure 18-juin-09 Moukalaba X Aframomum mai-09 D X Aframomum mai-09 A X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mai-09 B X Aframomum mars-09 B X Aframomum 1 1 Nids sol Nids arbres

24

25 Annexe 5 : Ensemble des données de la faune FICHE MONITORING FAUNE Auteur: Pisteurs : Waypoints Type Nbre. Durée Date Transect Latitude Longitude Espèce obser. indiv. Adultes Enfants (mn) Commentaires possibles 24-févr.-09 B GG A févr.-09 B CO V févr.-09 B CC V févr.-09 B CM V mars-09 B CM V mars-09 B E A 5 18-mars-09 B GG mars-09 Crête Mangouste V mars-09 Crête CC V mars-09 B GG A 8 04-mars-09 B GG A mars-09 Crête NI V mars-09 B PT A 5 09-mars-09 B CS V 1 2 Il nous a entendu venir. Il a fuit dès qu'il nous a vu 11-mars-09 B PT V 1 2 Sur un arbre, il s'est laissé tomber pour fuir au sol 11-mars-09 B PT V 8 2 Dans le groupe, il ya un blessé qui marche lentement 11-mars-09 B CC V 7 21 Sur les arbres, ils se déplacent sans tenir compte de notre présence 13-mars-09 B CC A 3 18-mars-09 B GG V 1 3 Dès qu'il nous a vu il a fuit 18-mars-09 B E V mars-09 B CM V mars-09 B CM V mars-09 B CO V mars-09 Crête CC V mars-09 B GG A mars-09 Iboumi CC V mars-09 B CO V mars-09 B CO V avr.-09 D GG V avr.-09 D CC V avr.-09 B CC V avr.-09 A CC V Bande 1 20-avr.-09 B PT A 4 20-avr.-09 B GG A 8 20-avr.-09 B PP V avr-09 Iboumi NI V 7 2

26 28-avr.-09 RAS 18-mai-09 A CC V mai-09 A CC V mai-09 B NI V mai-09 B NI V mai-09 A PT V mai-09 B GG V mai-09 B CC V mai-09 B PG V mai-09 B CC V mai-09 B CC V mai-09 B CC V mai-09 A NI v 8 1 Bordure 30-mai-09 Moukalaba CC V 2 1 Bordure 30-mai-09 Moukalaba CC V mai-09 D GG A mai-09 A GG V mai-09 D CT A 1 11-mai-09 B CC V mai-09 B CM V mai-09 B CM V mai-09 B CC V mai-09 Crête CC V mai-09 B CT V mai-09 B CT V mai-09 D NI V mai-09 D GG V mai-09 A CC V mai-09 D CC A mai-09 E CC A 4 17-mai-09 A HA V mai-09 A NI V mai-09 A OT V mai-09 B GG V juin-09 A SA V juin-09 B GG A 1 15-juin-09 Crête PT A 3 16-juin-09 B GG V juin-09 B CC V juin-09 Crête CC V juin-09 B CM V

27 08-juin-09 RAS 10-juin-09 B CM V juin-09 D CT V juin-09 Crête CC V juin-09 Iboumi CT V juin-09 A GG V juin-09 B CC V 3 5 Bordure 26-juin-09 Moukalaba PG, NI, CC V juin-09 B - B CC, CT, NI V juin-09 A PT A 2 19-juin-09 B CS V 1 2 Bordure 19-juin-09 Moukalaba GG V juin-09 A NI et CC V juin-09 A CS V juin-09 A Poto V juin-09 D NI V juin-09 A CC V juin-09 B CC V juin-09 B CM V juin-09 D CM V juin-09 D GG A 1 06-juin-09 A PT V juin-09 B GG A 2 02-juin-09 B CT V juin-09 B CT V juin-09 D GG V juin-09 D CC V juin-09 D GG A 3 Bordure 04-juin-09 Moukalaba CC V juin-09 A SA V juin-09 Crête NI V juin-09 Crête NI et CC V juin-09 B CC V juin-09 A GG A 4 13-juin-09 D GG A 8 13-juin-09 D CC V juin-09 A CC V juin-09 B CC v juin-09 B CT V 3 4 Bordure 18-juin-09 Moukalaba GG V

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous?

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ Antoine Verville, Directeur général adjoint du ROBVQ 3e Forum national sur les lacs Mont-Tremblant,

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ?

L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ? L AMÉNAGEMENT DU VIEUX-PORT DE TROIS-RIVIÈRES : VERS UN PROJET INTÉGRÉ? Vers un Cette recherche porte sur le réaménagement du Vieux- Port de Trois-Rivières à des fins récréatives, réalisé en 1988, et ses

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

MISSION ECOVOLONTARIAT CODE DU PROJET:TN001. Circuit de découvertes de l oasis de Chenini Gabes 1. Appel à candidature

MISSION ECOVOLONTARIAT CODE DU PROJET:TN001. Circuit de découvertes de l oasis de Chenini Gabes 1. Appel à candidature MISSION ECOVOLONTARIAT CODE DU PROJET:TN001 Circuit de découvertes de l oasis de Chenini Gabes 1 Appel à candidature De: 1er Juillet 2015 à: 30 Septembre 2015 numéro des volontaires: 1 âge:18 30 Langue

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Convention-cadre de partenariat entre

Convention-cadre de partenariat entre D O S S I E R D E P R E S S E Convention-cadre de partenariat entre le Syndicat intercommunal de rivière du Calavon-Coulon, le Conservatoire d espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d Azur et le Parc

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Projet Appui d un Observateur Indépendant au Contrôle et au Suivi des Infractions Forestières au Cameroun

Projet Appui d un Observateur Indépendant au Contrôle et au Suivi des Infractions Forestières au Cameroun C a me ro u n Projet Appui d un Observateur Indépendant au Contrôle et au Suivi des Infractions Forestières au Cameroun Rapport de l Observateur Indépendant No. 120Fr Mission conjointe UCC Observateur

Plus en détail

DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL)

DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL) DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL) Carte Superficie : 350 000 ha Catégorie IUCN : VI Label international : Aucun Principales pressions le braconnage ; la conversion des terres de l AP pour la culture

Plus en détail

Accord collectif de travail portant les dispositions particulières applicables aux formateurs itinérants

Accord collectif de travail portant les dispositions particulières applicables aux formateurs itinérants Accord collectif de travail portant les dispositions particulières applicables aux formateurs itinérants 1/12 Préambule Le document de la Direction de l'afpa "Dialogue social et modernisation de la gestion

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin II. Le e-marketing mix de Eco-Benin 1. La Politique de Communication Après sa création en 1999, l organisation Eco-Benin a consacré ses premières années d existence à développer et aménager des sites et

Plus en détail

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015

CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 CONSULTATIONS COMMUNAUTAIRES 2014-2015 RAPPORT DE SYNTHÈSE Est de Terre-Neuve Ouest de Terre-Neuve Labrador TABLE DES MATIERES 1. Introduction... 3 2. Portrait de la population répondante... 4 3. Les avis

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Espérance. Partage. Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména

Espérance. Partage. Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména Espérance et Partage Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména Espérance et Partage, Association suisse d aide aux malades et orphelins du Sida au Tchad, ONG reconnue

Plus en détail

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire

RAPPORT FINAL GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE. L Ecole, Instrument de la Paix - Côte d Ivoire GUIDE DE L EDUCATION AUX DROITS DE L HOMME ET FORMATION DES ENSEIGNANTS EN COTE D IVOIRE RAPPORT FINAL Abidjan, Décembre 2013 I- RESUME DU PROJET Ce rapport a pour objet l édition et la vulgarisation d

Plus en détail

LISTE DES ACRONYMES... 5 CHAPITRE 1... 6 DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 6 1.1-RAPPELS ET DÉFINITIONS PRÉVUES DANS LA LOI FORESTIÈRE... 7 1.1.

LISTE DES ACRONYMES... 5 CHAPITRE 1... 6 DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 6 1.1-RAPPELS ET DÉFINITIONS PRÉVUES DANS LA LOI FORESTIÈRE... 7 1.1. Préambule Le Guide Technique National pour l aménagement et la gestion des forêts domaniales complète le décret 0689/PR/MEFEPEPN, du 1 er décembre 2004 définissant les normes techniques d aménagement et

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Août 2009 2008 Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Udo LANGE ANALYSE COMMENTEE DU SUIVI DU PLAN D AFFAIRES DE LA PENDJARI Exercice 2008 A nalyse des dépenses Le plan

Plus en détail

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT PRÉFET DE MEURTHE-ET-MOSELLE FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT Coordonnées du demandeur : Nom (personne morale ou physique) :...... Adresse :..........

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

1 QUELQUES DONNÉES DE BON SENS :

1 QUELQUES DONNÉES DE BON SENS : 1 Michel Marec 9 juin 2009 Commission Espaces Publics Conseil de Quartier Bas des Pentes Presqu'île 1 Place d Albon 69001 Lyon T 04 72 00 93 98 michelmarec@numericable.fr Objet : Traversée à vélo de la

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

PROTOCOLE D ATTRIBUTION DES INCITATIFS DU PROGRAMME TECHNOLOGIE FORESTIÈRE AUTOMNE 2015 HIVER 2016

PROTOCOLE D ATTRIBUTION DES INCITATIFS DU PROGRAMME TECHNOLOGIE FORESTIÈRE AUTOMNE 2015 HIVER 2016 PROTOCOLE D ATTRIBUTION DES INCITATIFS DU PROGRAMME TECHNOLOGIE FORESTIÈRE AUTOMNE 2015 HIVER 2016 BOURSE MAXIMALE DE 3 000 $ 1. La bourse totalisant un maximum de 3 000 $ est accordée à l élève admis

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre Samedi 3 septembre 2011 Convention de Partenariat entre la Ville de Paris et le Conseil Général de La Réunion Dossier de presse Communication du Conseil Général Tél. : 0262 21 86 30 Fax : 0262 21 39 45

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 Introduction: Le Programme de travail conjoint CMS-CITES pour 2015-2020 comprend une liste non exhaustive d activités conjointes qui s articulent autour

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail

Rapport de gestion de projet

Rapport de gestion de projet Rapport de gestion de projet Affectation des projets de programmation aux étudiants Université Montpellier II Licence 3 Lamant Adrien, Rogery Arthur, Maher Ishak April 2015 1 Membres de l équipe de développement

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

PRODUIT 1.3 «Achèvement d une étude de faisabilité»

PRODUIT 1.3 «Achèvement d une étude de faisabilité» Ministère des Eaux et Forêts, de l Environnement et du Développement Durable Projet OIBT 392/06 rev2(f) «Projet Régional d Exploitation à Faible Impact dans les Pays du Bassin du Congo» PRODUIT 1.3 «Achèvement

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE Titre : soutien/mise en œuvre du projet de télémédecine Département : unité des Programmes DESCRIPTION DE POSTE Responsable hiérarchique : Responsable de l'unité des Programmes Relations fonctionnelles

Plus en détail

CHAPITRE 20 LÉCONI-BATÉKÉ-LÉFINI

CHAPITRE 20 LÉCONI-BATÉKÉ-LÉFINI CHAPITRE 20 LÉCONI-BATÉKÉ-LÉFINI Paul Telfer, Fiona Maisels, Noe Mabiala, Alain Ampolo, Apolinar Tsoumou, Clement Inkamba-Nkulou, Sandra Nse Esseng, Nicolas Bout Aménagement de l affectation des terres

Plus en détail

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture de la 7 ème Assemblée générale Mardi 12 mai 2015 Au mois de juillet dernier, lors

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Leila Maziz & Thomas Fondjo UNESCO Centre du patrimoine mondial Zone d intervention 7 sites du

Plus en détail

Comprendre les cartes topographiques

Comprendre les cartes topographiques Les cartes topographiques sont disponibles en différentes échelles selon le niveau de précision exigé par la randonnée. Voici une présentation des trois échelles les plus utiles aux randonneurs. Pour ceux

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Rapport Technique sur le thème de l'écologie

Rapport Technique sur le thème de l'écologie MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DURABLE DE L ECONOMIE FORESTIERE ET DE L ENVIRONNEMENT Projet de Gestion des Ecosystèmes Périphériques au Parc National de Nouabalé- Ndoki Rapport Technique sur le thème de l'écologie

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE La MRC des Laurentides est située au cœur de la région du même nom. Elle s étale sur 2 500 km 2 et compte 20 villes et municipalités locales. Sa population de

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Entre : L Université du Maine, établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, représenté par son Président Monsieur Yves GUILLOTIN, assisté de

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Crédits photo : Jérémie Lusseau. Livret d exposition

Crédits photo : Jérémie Lusseau. Livret d exposition Crédits photo : Jérémie Lusseau Exposition Sources de Vie Livret d exposition Bienvenue à l exposition Sources de Vie Cette exposition photo a été créée afin de mettre en valeur la beauté de la diversité

Plus en détail

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche

La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs. Approche La problématique de l assurance visà-vis des risques naturels majeurs Approche principe Les assurances sont souvent très frileuses des qu il s agit d assurer un risque à la Martinique qui pour eux cumule

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

ACHAT DE DEUX ARTICLES CADASTRAUX EN

ACHAT DE DEUX ARTICLES CADASTRAUX EN Commune de Val-de-Ruz Conseil communal ACHAT DE DEUX ARTICLES CADASTRAUX EN NATURE FORÊT SUR LE DOMAINE FORESTIER DE CHÉZARD-SAINT-MARTIN Rapport du Conseil communal au Conseil général Version : 1.0 -

Plus en détail

Fiche Informative sur l action

Fiche Informative sur l action Fiche Informative sur l action Titre de l action : Bienvenue au collège,accueil des 6èmes par les 4èmes Académie de Poitiers Collège Isaac de Razilly 2, Rue Albert Renaud 86330 Saint-Jean de Sauves tel

Plus en détail

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau 1 Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des Ressources naturelles et de l'environnement Département de l'agriculture Département de la Nature et des Forêts Département de la Ruralité et des

Plus en détail

REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE SAINTE MARIE DES CHAMPS Elaboration du POS Prescrite le : 05.07.1978 Approuvée le : 13.01.1984 Sources : Normandie vue du ciel 1 e Modification Approuvée le

Plus en détail

DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE

DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE NEODeS - Passage de la phase 1 à la phase 2 Éléments de référence pour assurer la continuité Page 1 Sommaire 1. La relation employeur salarié... 3 2. Le positionnement du

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Module B File indienne

Module B File indienne TABLE DES MATIÈRES FILE INDIENNE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE AVEC FILE NON PROTÉGÉE RELAIS DE DESCENTE COMMENT NE PAS

Plus en détail

15/16-DP-026 FORMULAIRE DE RÉPONSE À LA DEMANDE DE PROPOSITIONS. Le 26 juin 2015, 13h HAE. rfp@heqco.ca SECTION A DESCRIPTION DE LA MISSION

15/16-DP-026 FORMULAIRE DE RÉPONSE À LA DEMANDE DE PROPOSITIONS. Le 26 juin 2015, 13h HAE. rfp@heqco.ca SECTION A DESCRIPTION DE LA MISSION 15/16-DP-026 FORMULAIRE DE RÉPONSE À LA DEMANDE DE PROPOSITIONS Numéro de DP : Titre de la DP : 15/16-DP-026 Gestion des données de recherche et envoi d un incitatif aux participants (essai sur le terrain

Plus en détail

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu 20 juin 2008 Introduction Return to care (RTC) est une initiative spécifique

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Projet de réhabilitation et de sécurisation du chemin de grande randonnée du Pas de Sagatte (secteur Diois Gervanne)

Projet de réhabilitation et de sécurisation du chemin de grande randonnée du Pas de Sagatte (secteur Diois Gervanne) Mountain Bikers Foundation Maison de la Montagne 5, Rue Raoul Blanchard 38000 GRENOBLE Tél. : 09.51.13.81.84 Mail : info@mbf-france.fr Projet de réhabilitation et de sécurisation du chemin de grande randonnée

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

- Rapport d activité Fondation FFB - Association Vienne et Moulière Solidarité VMS

- Rapport d activité Fondation FFB - Association Vienne et Moulière Solidarité VMS - Rapport d activité Fondation FFB - Association Vienne et Moulière Solidarité VMS - JANVIER 2014 - Le chantier d insertion GEMECO de l Association Vienne et Moulière Solidarité / VMS a ouvert le 15 avril

Plus en détail

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard Point de la situation des travaux engagés pour la construction d un robot sous-marin pour le concours SAUC E (fourniture 3 associée au contrat MRIS 2006-2009) Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Plus en détail

Territoire de l étude

Territoire de l étude Note de présentation - Novembre 2011 Etat d avancement de l étude Fonctionnement hydraulique du complexe «Etangs Palavasiens Etang d Ingril Etang de l Or» en période de crue et de tempête marine Contexte

Plus en détail

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er janvier 2017. Le conseil après en avoir délibéré a fixé

Plus en détail

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale»

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY «Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» VISITES SUR SITE ET ECHANGES AUTOUR DU PROJET

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE Check-List du Carnet de Voyages Chris2neuX PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE I. Appréciation des possibilités humaines II. Etude du terrain III. Etude prévisions météorologiques IV. Etude du terrain

Plus en détail

L union fait la force

L union fait la force L union fait la force faire la différence Vous faites la différence Vous faites la différence En tant que membre, vous êtes toujours au cœur de nos préoccupations. Ensemble, nous unissons nos efforts pour

Plus en détail

Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 B. J. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 B. J. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 Date : 13 mai 2015 Numéro de dossier : AD-13-96 DIVISION D APPEL Entre: B. J. Appelant Et Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité T. 021 706 11 20 F. 021 706 11 39 greffe@bussigny.ch N/réf : CW/fc AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 18 août 2010 Préavis municipal N 10 /2010 relatif

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

Enquête sur les déplacements domicile travail. Printemps 2013. Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie

Enquête sur les déplacements domicile travail. Printemps 2013. Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie Enquête sur les déplacements domicile travail Printemps 2013 Faite par le SGEN-CFDT de Basse-Normandie Enquête réalisée auprès de tous les personnels du Second degré disposant d'une adresse électronique

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail