Aspects normaux et pathologiques de la lecture. Laurent Sparrow

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects normaux et pathologiques de la lecture. Laurent Sparrow"

Transcription

1 1 Aspects normaux et pathologiques de la lecture Laurent Sparrow Université de Lille 3 UFR de Psychologie Laboratoire URECA BP Villeneuve d'ascq Cedex Résumé : Lorsque nous lisons un texte, nous n avons pas conscience de la difficulté et de la complexité des opérations réalisées par notre système visuel. En une fraction de seconde, notre cerveau reconnaît les mots et accède à leur sens. Néanmoins, avant d arriver à tel niveau de lecture fluente, de longues séances d apprentissage sont nécessaires et de nombreux enfants, malgré cela, éprouvent de sérieuses difficultés face à l écrit. Si la lecture semble si facile au lecteur expert c est en raison du caractère automatisé des processus mis en jeux. De nombreux traitements cognitifs sont réalisés, allant de la perception visuelle jusqu à la reconnaissance des mots pour finalement aboutir à la compréhension explicite du texte. Néanmoins, le caractère automatique et très rapide de ces traitements rend leur étude très complexe. Mais grâce à l enregistrement des mouvements oculaires, ces processus peuvent être étudiés en temps réel et de façon plus naturelle ; des mesures comme les durées de fixations ou la position du regard permettent d inférer les traitements cognitifs sous-jacents au décodage et à la compréhension. Cette approche est très fructueuse et bon nombre de processus perceptuels et linguistiques ont ainsi pu être étudié. De plus, les investigations concernant la motricité oculaire des sujets mauvais lecteurs ou dyslexiques ont permis de mieux localiser les étapes de traitement perturbées chez ces sujets. Mots clés : lecture, mouvements oculaires, accès lexical, médiation phonologique, dyslexie.

2 2 Abstract ; Normal and pathological aspects of reading While reading a text, one has no conscious access to the complex nature of the operations in which the visual system is engaged. Within fractions of a second, the brain identify the words and gain access to their meaning. These underlying treatments are particularly uneasy to disentangle in the expert reader due to the automatization of the operations. Eye movements recording provides an ecological way to study these process in real time: it is now possible to infer the sequence of cognitive operations leading to decoding and comprehension. Moreover, by investigating the oculomotor responses in poor readers and dyslexic subjects, the impaired stages of words processing have been better identified. Keywords : reading, eyes movements, lexical access, phonological mediation, dyslexia.

3 3 Introduction L étude des mouvements oculaires est depuis longtemps considérée comme un moyen privilégié d investigation des processus mis en oeuvre dans la lecture (Huey, 1908 ; Javal, 1906). Les mesures oculomotrices présentent l avantage d être sensibles à un grand nombre de processus cognitifs et peuvent être obtenues dans des conditions relativement naturelles, par exemple, sans demander au sujet de réponse particulière. En effet, les tâches habituellement utilisées dans ce domaine consistent à présenter au sujet des mots isolés puis à enregistrer des réponses de décision lexicale, de décision catégorielle ou de prononciation. Ces épreuves permettent un contrôle très précis de la situation expérimentale, mais comportent un inconvénient majeur : les procédures utilisées pour lire des mots présentés isolements ne sont peut-être pas équivalentes à celles qui sont utilisées pour lire des mots présentés en contexte. Une activité comme la lecture n est peut-être pas décomposable en plusieurs comportements élémentaires (le tout n est pas forcément égal à la somme des parties). De plus, ces tâches font parfois appel à des stratégies spécifiques qui ne seront pas utilisées en lecture. Par exemple, un lecteur adulte identifie, en moyenne, 5 mots par seconde, ce qui fait 200 ms par mot. Or, les latences de décision lexicale les plus rapides ne descendent pas en dessous de 500 ms, ce qui représente plus du double du temps requis pour identifier un mot. Ce délai supplémentaire représente le temps nécessaire à la prise de décision et à la réalisation de la réponse : ces processus ne sont pas forcément impliqués dans la lecture normale. L extrême rapidité des processus de reconnaissance visuelle des mots mérite d être soulignée puisque l identification d un mot nécessite que sa forme lexicale soit distinguée de toutes les autres formes lexicales connues du lecteur et dont le nombre est estimé entre et formes (sans compter les formes alternatives comme les italiques, ou les écritures manuscrites). Afin de rendre compte de cette rapidité, les chercheurs ont formulé l hypothèse d une structure de stockage très organisée des mots appelée lexique mental. Dans ce cadre, reconnaître un mot écrit consisterait alors à mettre en correspondance la forme physique, visuelle de ce mot imprimé sur une page et sa représentation abstraite, stockée en mémoire, sa représentation lexicale.

4 4 Cette mise en correspondance et non seulement rapide mais aussi automatique, ce qui rend son étude encore plus complexe. Chez un adulte - lecteur expert - le caractère automatique de l'identification des mots écrits est mis en relief par l'effet dit "stroop", qui résulte d'une interférence entre le sens d'un mot et sa forme. Ainsi, quand on demande de nommer la couleur de l'encre d'un mot, la réponse est plus longue quand le mot écrit est un nom de couleur qui ne correspond pas à la couleur de l'encre, par exemple, "vert" écrit en rouge. Le lecteur expert ne peut donc pas s empêcher de lire, même lorsqu on lui demande explicitement de ne pas le faire, ce qui est le propre d'un automatisme. Cet exemple indique que l'expert a accès quasi immédiatement et automatiquement à la forme, mais aussi au sens des mots. Ces propriétés sont en soit très étonnantes quand on sait que la lecture est une compétence très récemment acquise. Phylogenèse du langage L écriture est une invention récente, de quelques milliers d années. L architecture de notre cerveau n a donc pas encore eu la possibilité de s adapter aux difficultés posées par la reconnaissance visuelle des mots, ce qui n est pas le cas pour le langage oral. L analyse neuropsychologique du langage, débutée au XIXe siècle avec des auteurs comme Broca (1861) et Wernicke (1874), a permis de mettre en évidence des centres spécialisés dans le traitement du langage oral. Cette spécialisation, qui résulte d une lente évolution, facilite la production et la compréhension du langage articulé. Or, aucune aire cérébrale ayant quelques propriétés originales n est spécialisée dans le traitement du langage écrit. Comme nous le verrons un peu plus loin, on peut même spéculer qu au contraire, ce sont les systèmes d écritures eux-mêmes qui ont évolué afin de s adapter aux contraintes de notre système visuel. Australopithecus Afarensis s'est dressé sur ses deux pattes il y a cinq millions d'années. Plus de deux millions et demi d'années se sont ensuite écoulées entre la bipédie et le début de la fabrication d'outils et un autre million d'années avant le dernier accroissement brusque de la capacité cérébrale, il y a ans. L'Homo Erectus quittait l'afrique il y a ans et laissait la place à l'homo Sapiens Sapiens il y a un peu plus de cent mille ans. Le moment de l'apparition du langage

5 5 ne fait pas l'unanimité, mais il est probablement apparu quelque part en Afrique de l'est il y a près de ans. En tout cas, les auteurs s accordent pour admettre que les conditions physiologiques et anatomiques, indispensables à l apparition du langage, se retrouvent chez l Homo Sapiens-Sapiens. Les premiers crânes retrouvés ayant une structure définitivement moderne remonteraient à ans, mais il est tout à fait possible que cette configuration anatomique soit le résultat d une évolution ayant débutée il y a ans, chez l Homo Erectus. En tout état de cause, la communication (sous forme de signes) et l utilisation de symboles (par exemple, des coupelles creusées dans la pierre recouvrant une sépulture, des marques en croix) sont bien antérieures à l apparition du langage. Le langage est bien évidemment basé sur le symbole : tel objet est représenté par un autre (oral ou visuel). Anatomiquement, l Homo Sapiens est très différent de ses prédécesseurs, avec en particulier la capacité de communiquer oralement. Il est tout a fait possible que certains ancêtres du Sapiens parlaient, mais ils devaient utiliser une langue bien différente pour une raison simple : le système vocal permettant de produire des sons de paroles n apparaît que chez l Homo Sapiens. En effet, la langue orale est composée de sons spécifiques : il ne s agit pas de bruits, de musique, mais de sons bien particuliers, composé d un mélange des deux et de résonances. Les sons sont des vibrations de l air. Ces vibrations sont émises par les cordes vocales puis sont modifiées par un système très complexe de filtres appelé le tractus vocal. Ces filtres amplifient, rajoutent des harmoniques de telle sorte qu au final, le son produit est très complexe, composé de plusieurs pics de fréquence. Ce sont ces pics qui permettent de différencier les sons entre eux. INSERER FIGURE 1 Le tractus vocal Chez l'être humain adulte, la cavité laryngée (milieu du cou, figure 1) forme un premier tube et les cavités buccale et nasale forment un second tube. Par comparaison, chez tous les mammifères, le larynx est haut, presque au même niveau que la langue et débouche immédiatement dans les cavités nasale et buccale alors que chez l'humain adulte, le larynx est beaucoup plus bas. Cet abaissement donne naissance à la cavité laryngée, absente chez les mammifères (figure 1). Chez

6 6 l'australopithèque, la portion de pharynx au-dessus du larynx était bien plus petite que chez l'homme moderne. Cet espace pharyngique restreint ne lui permettait pas de moduler les sons produits par les cordes vocales, du moins pas autant que chez Homo Sapiens (Lieberman, 1973). L australopithèque utilisait probablement un système de communication plus développé que celui des grands singes, mais son répertoire vocal était très limité par rapport à celui de l'homme moderne. Néanmoins, cette hypothèse d une baisse du larynx ne nous apprend rien sur l origine même du langage : ce n'est certainement pas parce que Sapien peut parler qu il s est mis à parler. Une autre hypothèse, plus plausible, serait de considérer que cette descente du larynx constitue, en fait, une amélioration considérable du système vocal et donc de la communication. INSERER FIGURE 2 Pour bien comprendre pourquoi, il suffit de suivre le chemin parcouru par les ondes sonores (figure 2). A l origine des sons de parole, nous avons une vibration des cordes vocales ayant une certaine fréquence (fréquence fondamentale). Puis, par propagation de l air, ces vibrations vont voyager dans les différentes cavités du tractus vocal où elles vont entrer en résonance, c'est-à-dire qu elles vont s enrichir de nouvelles fréquences. Les petites cavités vont générer des fréquences élevées (donc des sons aiguës) alors que les cavités plus importantes vont générer des fréquences plus basses (et donc des sons plus graves). Ces différentes fréquences vont donc enrichir le son de base afin de produire des sons plus complexes. Ces différents pics de fréquence sont appelés des formants. Les sons de paroles sont composés de 3 formants F1, F2 et F3 : le premier dépend de la cavité pharyngale, le deuxième de la cavité buccale et le troisième de la position des lèvres (figure 2). Grâce à la présence de ces formants, ces sons complexes et riches peuvent être facilement distingués. Ce caractère distinctif permet de communiquer facilement, rapidement et de façon efficace : les sons de paroles sont faciles à discriminer. Voilà pourquoi on considère que la descente du larynx constitue une amélioration du système langagier : un son riche en harmoniques est plus facile à produire et à reconnaître qu un son pauvre en fréquences ou composé essentiellement de bruits. Grâce à ce système, il est possible de produire 650 sons différents (appelés phonèmes), mais, pour une langue comme le français, en trentaine seulement de ces phonèmes est utilisée. Ce qui,

7 7 finalement, rend ce système très économique : avec à peine 30 sons différents, nous sommes capables de produire et de comprendre une infinité d énoncés! Nous verrons un peu plus loin que les systèmes d écriture alphabétique permettent de relier les unités de base de l écrit (les graphèmes comme «a» «f» mais aussi «ou», «ph») aux unités correspondantes de l oral (les phonèmes, c'est-à-dire les sons /a/, /f/ ). L écrit et l oral sont donc reliés, et pour bien comprendre comment le lecteur expert lit (ou comment l enfant apprend à lire), il est nécessaire de s intéresser aussi à la façon dont il produit et comprend les énoncés oraux. Spécialisation hémisphérique Cette possibilité de prononcer des sons complexes est une chose, encore faut-il coordonner tous les muscles impliqués et pour cela, il nous faut un cerveau suffisamment développé pour le faire. Les études de neuropsychologie ont permis la découverte des aires du cerveau spécialisées dans ces fonctions, grâce notamment à l étude des aphasies, qui est une perte partielle ou complète de l utilisation du langage consécutive à des lésions cérébrales. Les anarthries sont aussi un phénomène important : il s agit d une perte du programme articulatoire pour l exécution d un mouvement (comme la mobilité de la langue). Ces études ont notamment débuté grâce à Broca, anthropologiste et anthropométriste, qui tenait dans les années 1860 une consultation à l'hôpital de Bicêtre. Il a constaté qu un de ses patients présentait un trouble sévère de la production du langage sans atteinte de la compréhension. L'autopsie permet à Broca de décrire l'aspect extérieur du cerveau de son patient : il observe alors une lésion de la région frontale inférieure ; en fait, la lésion est massive, due à une énorme hémorragie ventriculaire frontale gauche. En 1865, Broca a étudié les cerveaux de quatre autres patients présentant les mêmes symptômes et localise les centres du langage articulé dans le lobe antérieur gauche. L aphasie de Broca met en avant l existence d une aire critique de la production de sons du langage articulé. Il s agit de l aire de Broca située dans l hémisphère gauche (d où la loi de la dominance hémisphérique gauche du langage). Lorsque les sons parviennent à une oreille, le système auditif les analyse et envoie ensuite un message au cortex auditif. Les sons sont reçus comme signifiants quand ils sont décodés dans l aire de Wernicke (une aire de la compréhension). Pour que l on puisse simplement répéter les mots par exemple, il faut que ce signal décodé soit transféré jusqu à l aire de Broca. Les ordres sont

8 8 ensuite transmis aux aires corticales motrices qui commandent le mouvement des lèvres, de la langue, du larynx. C est donc grâce à cette spécialisation que le langage oral peut être produit et compris si facilement et si rapidement. Pour le langage écrit, les choses ne se passent pas de la même façon. Comme nous l avons indiqué plus haut, il n y a pas de spécialisation particulière. Que l on présente un mot ou une image, les mêmes aires corticales réagiront. En effet, on pense que l apparition de l écriture est trop récente pour que l architecture de notre cerveau se soit modifiée afin de s adapter aux difficultés particulières de la reconnaissance visuelle des mots. Si nous représentons l évolution de notre espèce sur une échelle de temps équivalente à une année, et si nous considérons que les premières formes de langage sont apparues le 1er Janvier avec l Homo Habilis, alors nous pourrons dater l apparition de l écriture au 31 Décembre à 10 heures, c'est-à-dire, très récemment. Phylogenèse de l écrit Partout où elle est apparue, l écriture a débuté par des systèmes de représentations pictographiques représentant le plus fidèlement possible un objet réel. Ce type d écriture suppose bien sûr l existence d autant de signes que d objets, ce n est donc pas un système très économique ni très facile à utiliser. Pour éviter la multiplicité de ces signes, on améliora alors ce système. D abord en permettant au dessin de signifier non seulement l objet dessiné mais aussi certaines réalités rattachées au même objet : ainsi, en Mésopotamie, pays entouré de montagnes, le symbole permettant de représenter ces montagnes symbolisera aussi par la suite l idée de frontière, et, au-delà de la frontière, l étranger (figure 3). On passe ainsi du pictogramme à l idéogramme. INSERER FIGURE 3 La simplification ultime, et très ingénieuse aussi, interviendra avec la création de l alphabet. Cette fois, on ne garde qu un signe, simplifié à l extrême, en ne le référant plus ni à l image, ni au son de l objet désigné, mais juste au début du son. Prenons l exemple de la lettre «a». Au commencement était le bœuf ou le taureau. Cet animal avait une grande importance pour les civilisations rurales : force motrice,

9 9 symbole d énergie. Chez les Phéniciens, le bœuf (dont l ancien nom sémitique est «aleph») ne représente plus qu une image stylisée de la tête avec quelques variantes. Par la suite, l image figurative disparaît et la tête devient un simple trait sur lequel reposent les cornes. Le signe, à l étape suivante, tourne à 90 et les cornes traversent la tête. Puis c est le retournement complet de cette forme qui donnera l'alpha grec, d où provient le "A" de notre alphabet, qui sera en même temps associé au premier son du mot «aleph», c'est-à-dire au phonème /a/ (figure 4). INSERER FIGURE 4 Cet alphabet phénicien, formellement établis 1000 ans avant J.C., ne cessera d être modifié et simplifié. Les Grecs vont le transformer pour l adapter à leur langue. L invention la plus significative des Grecs sera l attribution à certaines lettres phéniciennes, dont ils n avaient pas l usage, la valeur de voyelles : alpha ( Α ), l epsilon (Ε), l omicron (Ο) et l upsilon (Ψ). Pour la sonorité i, ils inventèrent une nouvelle lettre, le iota. Au début les mots étaient écrits sans séparation, mais plus tard on les sépara les uns des autres. Dans le même ordre d idée, les accents sont apparus progressivement. La langue grecque avait en effet cette particularité de posséder un accent musical qui se traduisait dans chaque mot par un changement de hauteur portant sur une des syllabes de ce mot. L alphabet que les Grecs avaient hérité des Phéniciens ne tenant pas compte de telles nuances, ils inventèrent alors les trois accents de l écriture grecque : aigu, grave et circonflexe. Progressivement, son par son, signe par signe, l alphabet grec fut ainsi élaboré mais avec des différences notables selon les régions. Mais vers 400 avant J.C., on imposa un alphabet commun, sans variantes locales, ainsi qu un sens de lecture, de la gauche vers la droite. Concernant le français, dérivé du latin, la graphie actuelle a été fixée fin du XIV sous la pression des imprimeurs. Un même système, mais beaucoup de variantes Ce principe alphabétique n a pas été adopté dans toutes les civilisations. Certains systèmes sont restés idéographiques (comme le Chinois, qui dispose de plusieurs milliers de signes, ce qui rend son apprentissage très difficile). D autres sont restés syllabiques (de 80 à 120 signes). Quant au système alphabétique, une autre variabilité apparaît concernant la façon de représenter les couples lettre-son, c'est-à-

10 10 dire, les relations graphème-phonème. En effet, certaines langues multiplient ces relations (langues irrégulières), alors que d autres tendent à les réduire (langues régulières). La langue anglaise, par exemple, dispose de 1120 graphèmes pour une quarantaine de phonèmes. En français, on utilise 190 graphèmes pour 35 phonèmes, et en Italien, 33 pour 25 phonèmes. Voltaire, membre de l Académie Française, écrivait à propos d une réforme de l orthographe : «l écriture est la peinture de la voix, plus elle est ressemblante, meilleure elle est». Mais certains académiciens, plus conservateurs, ont préféré «suivre l ancienne orthographe qui distingue les gens de lettres d avec les ignorants et les simples femmes»! Cette irrégularité pose d ailleurs beaucoup de difficultés en ce qui concerne l apprentissage, les jeunes Italiens lisent nettement mieux et plus rapidement que les Français et les Anglais (Paulesu et al., 2001). En effet, lors de l apprentissage, les enfants vont s appuyer principalement sur une procédure de décodage (qui consiste à relier les graphèmes aux phonèmes), ce qui est long et laborieux. L irrégularité d une langue n est pas un facteur causal déterminant en ce qui concerne les troubles d apprentissage de la lecture, mais représente tout de même une difficulté supplémentaire qui ne facilitera pas l apprentissage chez les enfants éprouvant déjà un certain retard. L accès au lexique On trouve donc dans une langue comme le français des mots dont la prononciation peut facilement être déduite de l orthographe (mots réguliers comme «table») et d autres pour lesquels cela n est pas possible (mots irréguliers). Le graphème «OI» par exemple, se prononce /wa/ dans «oie», «oiseau» et /O/ dans «oignon». Ce mot est donc irrégulier, cela signifie qu il est nécessaire d apprendre sa prononciation, et qu il n est pas possible de la déduire. Coltheart (1978) a d ailleurs constaté que la procédure utilisée pour lire les mots réguliers et irréguliers n était pas forcément la même. En effet, il a observé que certaines personnes étaient incapables de prononcer les mots irréguliers, alors que la prononciation de mots réguliers, de mots nouveaux ou d autres qui n existent pas dans la langue (pseudomot, comme «clixe») restait possible. Il observa aussi, dans un autre échantillon de sujets, que certaines personnes étaient cette fois incapable de prononcer des mots nouveaux ou des pseudomots tout en gardant la possibilité de lire des mots irréguliers ou réguliers. On peut donc conclure de ces observations que, pour lire, les sujets de ces

11 11 deux populations utilisent une procédure qui est efficace pour les mots réguliers, mais qui reste inopérante pour les mots irréguliers dans le premier cas, comme pour les mots nouveaux ou les pseudomots dans l autre. INSERER FIGURE 5 Coltheart (1978) considère donc que 2 procédures sont nécessaires afin de pouvoir lire tous les types de mots (figure 5), mais que chez certains sujets, l une de ces procédures pouvait être déficiente. Une première procédure, appelée «accès direct», fonctionne par appariement direct entre la forme visuelle du mot et sa représentation lexicale stockée en mémoire. Les mots seraient donc reconnus sur la base de leur orthographe. Cette procédure est efficace pour les mots irréguliers car elle permet de récupérer en mémoire une représentation phonologique déjà stockée, mais inopérante pour les mots nouveaux ou les pseudomots car dans ces deux cas, il n existe pas de représentation lexicale. Pour ces deux types de matériel, on utilise une procédure indirecte, appelée aussi procédure d assemblage phonologique, qui consiste à associer aux graphèmes composant le mot ou le pseudomot, le phonème correspondant puis à fusionner l ensemble afin d en déduire la prononciation. Cette procédure d assemblage ne peut donc pas être utilisée pour les mots irréguliers sous peine d aboutir à une prononciation totalement erronée (pour le mot «oignon», on obtiendrait /wanion/ par exemple). Selon Coltheart (1978), ces deux procédures sont utilisées en parallèle chez le lecteur expert. Si l une de ces procédures est déficiente cela pourrait engendrer des difficultés de lecture (dyslexie) de type différent selon le type de procédure atteinte. La dyslexie de surface serait issue d une déficience de l accès direct, le patient rencontrerait alors des difficultés pour lire les mots irréguliers. La dyslexie phonologique, plus fréquente, serait associée à une déficience de la procédure indirecte d assemblage phonologique, ayant pour conséquence des difficultés de lecture de mots nouveaux ou de pseudomots. Dans la formulation initiale de son modèle, Coltheart (1978) considérait que les deux procédures étaient activées automatiquement et que la procédure indirecte d assemblage phonologique était plus lente, à cause du processus même d assemblage. En effet, cette procédure se déroule en trois temps : le mot est d abord décomposé en graphèmes élémentaires, puis, dans un deuxième temps, on

12 12 associe, à chacun de ces graphèmes le phonème correspondant et enfin, ces phonèmes sont fusionnés afin d obtenir le code phonologique final. Ces opérations ralentissent le traitement. Par conséquent, selon Coltheart (1978), les mots fréquents ont plus de chances d être reconnus grâce à la voie directe puisque à force de rencontrer ces mots, on réalise des associations directes entre la forme visuelle du mot et leur représentation lexicale. En revanche, si le mot n a pas été rencontré très souvent, la médiation phonologique a plus de chances de participer à son identification puisque ces associations directes n ont pas pu être consolidées par la répétition. Néanmoins, les modèles théoriques plus récents n opposent plus la voie directe et la voie indirecte. Ils insistent au contraire sur l interactivité de divers processus et sur l activation simultanée d informations phonologiques et orthographiques (Harm & Seidenberg, 2004). Au début de l apprentissage de la lecture, les enfants vont s appuyer principalement sur la conversion grapho-phonologique. Cela leur permet d'apprendre à lire tous les mots réguliers («table», «route» ). En revanche, ils font beaucoup d'erreurs quand ils doivent lire des mots irréguliers, même très fréquents, comme «sept», généralement lu comme «septembre». Comme nous l avons évoqué précédemment, la facilité de cet apprentissage dépend de la transparence des relations entre code écrit et code oral. S'il n'y a pas de système d'écriture totalement transparent par rapport à l'oral, certains le sont plus que d'autres : l'espagnol, l'italien, l'allemand, et même le français, par rapport à l'anglais. Or plus l'écriture est proche de l'oral, plus vite et mieux les enfants apprennent à lire. Un autre point crucial est que les études longitudinales - celles dans lesquelles on suit les mêmes enfants pendant une longue période pour traquer les prédicteurs de l'apprentissage de la lecture - montrent que la maîtrise du décodage est le sine qua non de cet apprentissage, les bons décodeurs précoces étant ceux qui progressent le plus, y compris pour la lecture de mots irréguliers (Morais, 1988 ; Sprenger-Charolles & Casalis, 1996). La conversion grapho-phonologique permet donc la construction du lexique orthographique et donc la possibilité d'utiliser, au fur et à mesure qu'il s'enrichit, la procédure directe. Si la voie phonologique est déficiente, les conséquences seront donc importantes sur l'apprentissage et les chances de devenir un bon lecteur.

13 13 Afin d étudier ces processus les chercheurs ont développé des paradigmes spécifiques (décision lexicale, décision sémantique, prononciation ) et pour assurer un contrôle expérimental correct, ils ont procédé de manière analytique. Ainsi, différentes étapes ont été identifiées et analysées séparément : analyse perceptuelle, accès au lexique, accès au sens, compréhension ; de même, la majorité des études concernait la lecture de mots isolés, quitte parfois à sacrifier la nature même de la lecture (lire des phrases afin d en déduire un sens) au profit d avantages méthodologiques. C est dans ce contexte que c est développé un recours massif aux techniques d enregistrement des mouvements oculaires. L avantage de cette méthode est qu elle donne la possibilité d étudier la lecture en temps réel et de façon plus naturelle ; des mesures comme les durées de fixation ou la position du regard permettent d inférer les processus cognitifs sous-jacents à la lecture. Cette approche est très fructueuse et bon nombre de processus perceptuels et linguistiques ont ainsi pu être étudiés dans des conditions normales de lecture. Motricité oculaire dans la lecture Au cours de la lecture, les yeux ne parcourent pas le texte de façon continue, mais par sauts brusques appelés saccades, immédiatement suivies par des périodes de fixation où l œil reste immobile. L enregistrement des saccades et des fixations permet d obtenir une multitude d indices que l on peut classer en 2 catégories : les indices temporels (durées des fixations) et les indices spatiaux (amplitude des saccades, lieu de fixation dans le mot). Chez le lecteur expert, la longueur moyenne d une saccade est de 7 à 9 caractères et la durée moyenne des fixations est comprise entre 200 et 250 ms. Environ 10 à 15 % des saccades sont des régressions, c'est-à-dire que le sujet retourne à un endroit du texte qui a déjà été lu précédemment. Néanmoins, ces valeurs fluctuent énormément d un mot à l autre, et l objectif des études utilisant l enregistrement des mouvements oculaires est de rendre compte de cette variabilité. Les durées de fixations sont affectées par la difficulté du traitement cognitif. Ainsi, les mots de basse fréquence sont fixés plus longuement que les mots de fréquence élevée. Cet effet de fréquence est classiquement interprété comme témoignant de

14 14 l accès lexical. On observe aussi un effet de la contrainte contextuelle, que l on évalue en mesurant la prédictibilité du mot, c'est-à-dire la proportion de juges qui, au cours d un pré-test, ont correctement prédit le mot cible à partir du contexte précédant (par exemple, si on présente «il était une», on constate que 90 % des sujets répondent «fois»). En lecture, les mots prédictibles sont fixés moins longtemps que les mots peu prédictibles. Concernant les points de fixation, on observe que les lecteurs ont tendance à positionner leur regard à mi-course entre le début et le milieu du mot. Ce point a été dénommé lieu de fixation préféré (Rayner, 1979). Les points de fixation se distribuent de façon gaussienne auteur de ce lieu de fixation préféré et ces distributions sont sensibles à la distance de départ de la saccade et à la longueur du mot cible. Ainsi, quand le lieu de départ de la saccade s éloigne du mot cible, la distribution des lieux de fixation se décale vers la gauche et la variance s accentue. Ces différents indices ne sont utilisables que lorsque les mots ont fait l objet d une fixation, or on constate que, pour un texte simple, 17 % des mots ne sont pas fixés par le sujet sans que, pour autant, la compréhension en soit perturbée. Ce résultat a conduit les chercheurs à proposer un nouvel indice, la probabilité de fixation. La longueur des mots et le lieu de départ de la saccade influent fortement et de façon additive sur cette probabilité, la fréquence et la contrainte contextuelle ayant moins d influence (Brysbaert & Vitu, 1998). Même si la majorité des saccades sont progressives (de la gauche vers la droite), on observe entre 10 à 15 % de régressions. Ces régressions dépendent de la difficulté du texte, de la syntaxe (Rayner & Pollatsek, 1989) mais aussi de la prédictibilité (Zola, 1984). La dyslexie Dans les pays économiquement favorisés, environ 20 % à 25 % des enfants présentent des difficultés d'apprentissage de la lecture. Un cinquième d'entre eux (entre 3 et 6 % selon les études) peut être considéré comme dyslexiques. Mais il y a plusieurs types de dyslexiques : les dyslexies développementales et les dyslexies acquises. On parle de dyslexie développementale lorsqu un enfant éprouve un retard

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle

Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Immaturité du système oculomoteur chez les enfants dyslexiques mise en évidence dans une tâche de lecture et de recherche visuelle Maria Pia Bucci 1, Naziha Nassibi 1, Christophe-Loic Gerard 2, Emmanuel

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Par José Morais (Université Libre de Bruxelles ULB)

Par José Morais (Université Libre de Bruxelles ULB) RAPPORT ADDITIONNEL SUR LES BONNES PRATIQUES DE REEDUCATION RENCONTREES DANS CERTAINS CENTRES EN FRANCE, SUITE A LA DIFFUSION DU QUESTIONNAIRE DE DI, PREPARATOIRE AU FORUM MONDIAL DE LA DYSLEXIE (UNESCO,

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

CRITIQUE DE LA TROUSSE D ÉVALUATION ADOLEXIE

CRITIQUE DE LA TROUSSE D ÉVALUATION ADOLEXIE CRITIQUE DE LA TROUSSE D ÉVALUATION ADOLEXIE Par Marc Barakat, PhD, neuropsychologue Introduction : Adolexie est une batterie qui sert à évaluer les processus de lecture et d écriture en se basant sur

Plus en détail

Lecture & Cerveau : apprentissage, lecture experte, et dysfonctionnement

Lecture & Cerveau : apprentissage, lecture experte, et dysfonctionnement Lecture & Cerveau : apprentissage, lecture experte, et dysfonctionnement Johannes Ziegler Laboratoire de Psychologie Cognitive CNRS et Université de Provence Thèmes de Recherche : Lecture et apprentissage

Plus en détail

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf)

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) Anne Revol-Meo Evoli (tel : +39.063332009 e-mail : anne@meoevoli.it) Institut Saint Dominique Rome 9 avril 2003 Anne Revol-Meo Evoli La dyslexie

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.»

«L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» «L évolution du langage chez l enfant. l De la difficulté au trouble.» (Marc Delahaie,, médecin m phoniatre, chercheur et formateur) Synthèse Donatien ROUX Chargé de mission «Maîtrise de la langue Prévention

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

LOGICIEL LIBRE EN LECTURE. Syllaphon au cycle 2

LOGICIEL LIBRE EN LECTURE. Syllaphon au cycle 2 Syllaphon LOGICIEL LIBRE EN LECTURE Syllaphon au cycle 2 A partir de syllabes ou de mots inventés, ce logiciel propose des activités permettant de développer les capacités suivantes. Ecrire en respectant

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

La Collection Tirelire

La Collection Tirelire La Collection Tirelire Les logiciels de la Collection Tirelire sont des logiciels pédagogiques pour l entrée dans l écrit des adultes non-lecteurs et non-scripteurs. Ils sont destinés à être utilisés par

Plus en détail

Dyslexie et processus visuo-attentionnels

Dyslexie et processus visuo-attentionnels Dyslexie et processus visuo-attentionnels Stéphanie Bellocchi L.A.D.A. Département de Psychologie Université de Bologna Italie stephanie.bellocchi@unibo.it stephanie.bellocchi@gmail.com Dyslexie développemental

Plus en détail

TROUBLES DES APPRENTISSAGES

TROUBLES DES APPRENTISSAGES TROUBLES DES APPRENTISSAGES Quels indices prendre en compte pour un repérage étayé? Observer les jeunes enfants dans leur comportement, dans leurs apprentissages, à l aide de critères précis et pertinents

Plus en détail

A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux)

A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux) A propos des travaux d'emilia Ferreiro (D'après Roland Goigoux) Objet de la recherche d'emilia Ferreiro : Montrer que les enfants qui débutent leur scolarité primaire construisent leur savoir "lire-écrire"

Plus en détail

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Pascale Pradat-Diehl Service MPR de la Salpêtrière pascale.pradat@psl.aphp.fr PLAN Langage, aphasies et aphasiques

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

Idées reçues sur la dyslexie

Idées reçues sur la dyslexie Idées reçues sur la dyslexie Annie Dumont Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L auteur les prend pour point de départ

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE RÉALITÉS SONORES DE LA LANGUE, SEGMENTATION DE L ÉCRIT ET DE L ORAL Comparer la longueur de plusieurs

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE

DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE DIFFERENTES FORMES DE DYSLEXIE ET SIGNES D ALERTE - TABLEAU RECAPITULATIF, p. 2 à 5 «Les différentes formes de dyslexie» - LES TROUBLES SPECIFIQUES DU LANGAGE ECRIT, p. 6 à 7 «Les signes d alerte» 1 TABLEAU

Plus en détail

APPRENDRE À PARLER ET

APPRENDRE À PARLER ET APPRENDRE À PARLER ET SAVOIR PARLER Corinne Gallet : enseignante ressource TSL L IMPORTANCE DU LANGAGE Le langage est un outil de pensée Le langage est un outil de communication Le langage est un indicateur

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE TS - Physique-Chimie - Spécialité Son et musique - Séance 1/9 Domaine d étude : émetteurs et récepteurs sonores Mots-clefs : voix, acoustique physiologique, reconnaissance vocale LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif.

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. INFORMATION SUR LA SURDITE Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. 1) Les différents degrés de surdité : - En dessous de

Plus en détail

Surdité & langage : Problèmes spécifiques rencontrés par l enfant sourd

Surdité & langage : Problèmes spécifiques rencontrés par l enfant sourd 2009/2010 M1 : UE16 Surdité & langage : Problèmes spécifiques rencontrés par l enfant sourd Laurent Sparrow ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Objectifs : Mieux connaitre une population spécifique,

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture

Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Prévention, observation et repérage des difficultés en lecture Si l esprit qui dit non sait pourquoi il dit non, il a déjà les moyens de définir son prochain oui.» Pierre Gréco Implications pédagogiques

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

La vision. Rôle de première ligne. Approche multidisciplinaire. Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes

La vision. Rôle de première ligne. Approche multidisciplinaire. Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes La vision Geneviève Provost Francine Gaulin optométristes Rôle de première ligne Premier examen visuel entre 6 mois et 1 an Deuxième examen visuel à partir de 3 ans. Troisième examen visuel avant l entrée

Plus en détail

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE

NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Université Paris-Descartes M2 RECHERCHE PSYCHOLOGIE COGNITIVE NECO Pr Nicole Fiori NEUROSCIENCES COGNITIVES DU LANGAGE Ouvrage recommandé : Fiori N. (2006). Les Neurosciences Cognitives. Armand Colin,

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans)

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) Le développement du langage Découvrez comment l apprentissage de la lecture et de l écriture a un impact sur le développement du langage Quand s inquiéter du langage

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie

ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie ECU E45SL Semestre 2 Préparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de l enseignement 1) L orthophonie : présentation

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices Master 1 Sciences du Sport et du Mouvement Humain UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices 48H CM 12H TD contrôle terminal écrit (2H) contrôle continu (TD) 1 Présentation générale Apprentissage

Plus en détail

Programme de l école maternelle

Programme de l école maternelle Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91 - Mission Ecole maternelle Attendus par domaine et sous-domaine d apprentissage DSDEN 91- Mission Ecole maternelle- Page 1

Plus en détail

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/

Plan. Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies. Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Plan Introduction à la Neuropsychologie Langage et Aphasies Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ - Conception classique - Conception actuelle II Troubles acquis de la communication A.

Plus en détail

Langage oral, langage écrit...

Langage oral, langage écrit... Langage oral, langage écrit... De la difficulté... Aux troubles C Billard Kremlin Bicêtre Paris santé réussite www.arta.fr le concept de Troubles Spécifiques du Langage : les questions? Quand s inquiéter

Plus en détail

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880)

Langage et Aphasies. Paul Broca (1824-1880) Langage et Aphasies Paul Broca (1824-1880) I- Le langage et son évaluation Donnez le nom d un objet servant à mesurer les angles. Langage : quelques erreurs «Une table, non..une chaise, non.» «Un tatu..tabuba..non

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE.

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. Objectifs : Echanger autour des pratiques de classe à propos de la construction du concept de nombre et de quantité. Réfléchir à partir d apports didactiques

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Dyslexie Quoi de neuf? La théorie phonologique...

Dyslexie Quoi de neuf? La théorie phonologique... Dyslexie Quoi de neuf? La théorie phonologique... Circulez il n y a rien à voir (ou peu) nous dit ici Franck Ramus, chercheur au CNRS à propos de certaines études sur l origine ou les origines de la dyslexie.

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Que signifie la phrase suivante?

Que signifie la phrase suivante? SPE TS AE 1 : Reconnaissance vocale son et musique Emetteurs et récepteurs sonores La reconnaissance vocale est une technique permettant d'analyser une parole et de la retranscrire sous une forme exploitable

Plus en détail

Johannes Christoph Ziegler

Johannes Christoph Ziegler Johannes Christoph Ziegler Expérience professionnelle Depuis Directeur de Recherches, Laboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS et Université de Provence, Pôle 3C 1998-2005 Chargé de Recherches, Laboratoire

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

SE PREPARER A APPRENDRE A LIRE ET A ECRIRE en maternelle. Distinguer les sons de la parole Aborder le principe alphabétique Quelques définitions

SE PREPARER A APPRENDRE A LIRE ET A ECRIRE en maternelle. Distinguer les sons de la parole Aborder le principe alphabétique Quelques définitions SE PREPARER A APPRENDRE A LIRE ET A ECRIRE en maternelle Distinguer les sons de la parole Aborder le principe alphabétique Quelques définitions Syllabe : Une syllabe est la fusion de phonèmes qui découpent

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

TP : La voix, de sa création à sa reconnaissance

TP : La voix, de sa création à sa reconnaissance TP : La voix, de sa création à sa reconnaissance Mots-clés : Voix, Acoustique physiologique, Reconnaissance vocale I. Comment la voix se crée-t-elle? I.1. Etude documentaire Doc 1 Le corps humain, un instrument

Plus en détail

Le portrait fonctionnel

Le portrait fonctionnel ANNEXE Le portrait fonctionnel Comment dresser le portrait fonctionnel de l enfant? D abord, il importe de lire les séries d énoncés qui suivent et de trouver ceux qui correspondent à votre enfant. Plus

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Ex : Life [laɪf] et Live [liv]

Ex : Life [laɪf] et Live [liv] Fluence et déchiffrage, MAU Sophie, PAILHES Aurélie Fluence 10 Aborder la phonétique anglaise par les couleurs Classe de 6 ème anglais LV1 En anglais, il existe plus de 1000 combinaisons de lettres différentes

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

La dyslexie développementale touche près de 10 % des enfants d âge scolaire et

La dyslexie développementale touche près de 10 % des enfants d âge scolaire et 8 L OPTOMÉTRISTE septembre / octobre 2013 ARTICLE 1 Dyslexie développementale et vision 1 re partie Par Quercia P. 1, Feiss L. 2, Michel C. 3, ophtalmologistes 1 Service d ophtalmologie, Hôpital universitaire,

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents.

- préparation à l étude des sons et des graphies. - Développer une sensibilité Phonologique -Repérer à l oral des sons identiques et différents. Les alphas S1 A la bibliothèque S2 A la bibliothèque (2) TAOKI ET COMPAGNIE Période 1 Compétences visées Exercices Manipulation du code Grammaire Expression orale Expression écrite - S appuyer sur les

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

... Au service de l instruction publique... ... Avec une approche nouvelle.

... Au service de l instruction publique... ... Avec une approche nouvelle. Le GRIP... Le Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes est une association loi 1901 subventionnée par le Ministère de l Éducation. www.instruire.fr... Au service de l instruction publique...

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Quelques précisions. La phonologie c est l étude de l association d une phonie àune ou plusieurs graphies, de son chant àson écriture.

Quelques précisions. La phonologie c est l étude de l association d une phonie àune ou plusieurs graphies, de son chant àson écriture. Lecture au CP/CE1 Atelier des suppléants Privas le 19/01/11 DDEC 07 et 26 Quelques précisions Lire c est accéder àla compréhension de ce qui a étélu en utilisant des techniques de reconnaissance globale

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

TD Acquisition du langage. 1. Bruner 2. Prosodie

TD Acquisition du langage. 1. Bruner 2. Prosodie TD Acquisition du langage 1. Bruner 2. Prosodie J. Bruner (1/5) Le langage s apprend en grande partie dans l interaction sociale Pb essentiel à résoudre pour l enfant = apprendre à produire un énoncé adapté

Plus en détail

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL

Fiche pratique «Adaptation de tests» L2MA C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL Fiche pratique «Adaptation de tests» C. CHEVRIE-MULLER, A.M. SIMON, S. FOURNIER, 1997 LANGAGE ORAL 1. 2. et 8. FLUENCES PHONETIQUES ET SEMANTIQUES, ANTONYMES Objectifs Evaluer le stock phonologique de

Plus en détail

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur :

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : éduscol Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : Septembre 2015 Table des matières Introduction 4 1. Se familiariser avec l écrit et ses fonctions

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Transcrire une langue : la question du choix d un système orthographique. Éléments pour une réflexion

Transcrire une langue : la question du choix d un système orthographique. Éléments pour une réflexion Transcrireunelangue:laquestionduchoixd unsystèmeorthographique. Élémentspouruneréflexion MichelFayol UniversitéBlaisePascaletCNRS Peu de langues ont eu à s interroger sur la forme que pourrait prendre

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance :

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance : Ecole Maternelle Livret d évaluation Nom :. Prénom :.. Date de naissance : Toute Petite section Petite section Moyenne section Grande section Année :. /. Année :. /. Année :. /. Année :. /. Barème retenu

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français L illettrisme, une question scolaire Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français Quelques points de discussion Des chiffres pour poser le problème Manifestations et causes

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite:

CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure. Ensuite: CODAGE DES EC ET UE : L1, L2 etc. pour indiquer le semestre J pour majeure, N pour mineure Ensuite: Majeures Développement : J11 (-1,-2, -3 pour options) et J12 pour profession Sociale : J21 (-1,-2, -3

Plus en détail

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE)

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) Connaissance des nombres entiers naturels Compétences relatives aux quantités et aux nombres Être capable de : - comparer des quantités en utilisant

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE

LA DICTÉE À L ADULTE LA DICTÉE À L ADULTE «L enfant qui ne peut ni écrire, ni orthographier de manière suffisamment autonome peut toutefois développer ses capacités de production de textes écrits en les dictant à l adulte

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail