OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES"

Transcription

1 OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? PAR EILIDH KENNEDY Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International SEPTEMBRE 2013

2 QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? par Eilidh Kennedy / Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International Les principes dunantistes d humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance sont au cœur de la philosophie des ONG, lesquelles existent pour satisfaire à l'impératif humanitaire «la motivation première qui nous pousse à répondre à des catastrophes est de soulager les souffrances des victimes les moins aptes à résister au stress causé par un désastre» 1. La clarté de l objectif, motivé par dessus tout par des préoccupations humanitaires, a permis aux organisations humanitaires de préserver leur accès aux bénéficiaires pour qui elles travaillent. «L'éthique de l'humanitaire (...) présuppose que la valeur de l action doit être regardée à l aune des conséquences qu elle emporte. Elle cherche donc à fournir assistance pour sauver des vies ce qui sous tend que les motivations importent pour garantir la bienveillance» 2.». Les ONG étant motivées par le droit d'offrir une assistance humanitaire à tous les citoyens de tous les pays, et non par des considérations politiques ou des incitations économiques, elles détiennent une place de premier choix pour intervenir dans des situations complexes. La protection de l'espace humanitaire est une composante essentielle de l'action humanitaire au quotidien et le respect des principes humanitaires est la seule façon de s'assurer que les agences pourront accéder à leurs bénéficiaires et répondre à l'impératif humanitaire sur le long terme. L implication croissante des entreprises privées dans le secteur humanitaire, en tant que partenaires et exécutants, remet en cause l'idée selon laquelle les organisations travaillant dans le secteur humanitaire doivent être uniquement animées par l'impératif humanitaire. L'intégration de sociétés commerciales dont le but premier est de faire du profit nécessite un examen des conséquences lorsque l'impératif humanitaire n est plus qu une motivation parmi tant d autres. 1 ICRC Code of Conduct, Clause 1 2 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg 733 1

3 POURQUOI LA LOGISTIQUE? En cinq ans, entre 2006 et 2010, les agences humanitaires ont disposé de 62 milliards de dollars pour répondre aux catastrophes internationales 3. L'intervention d'urgence est un secteur en pleine croissance et offre de nombreuses opportunités dues au nombre croissant de catastrophes. Le propos de ce papier sera donc de se pencher sur la question de savoir si la prolifération des entreprises commerciales au sein du volet logistique de l aide humanitaire, porte atteinte à la pureté d intention des agences humanitaires. La logistique humanitaire se définit comme étant «le processus de planification, d'exécution et de contrôle de l efficacité, de la rentabilité du flux et du stockage des marchandises et des matériaux, ainsi que des informations correspondantes, du point d'origine au point de consommation, et ce, dans le but d'alléger la souffrance des personnes vulnérables» 4. Elle est considérée comme la pierre angulaire du secours aux sinistrés, représentant entre 60 et 80% des dépenses totales des agences humanitaires dans des contextes d urgence 5. Le fait que la logistique soit un domaine de l'intervention humanitaire dans lequel les entreprises privées ont une grande expertise et sont déjà considérablement engagées, mérite qu on s y attarde. En effet, le secteur privé vise à être aussi rentable que possible. L accroissement des investissements en faveur de la professionnalisation de la chaîne d'approvisionnement ainsi que le facteur technologique contribuent à faire des entreprises privées de performants logisticiens. A l inverse, la chaîne d'approvisionnement humanitaire ne s attache pas au profit, mais plutôt à la rapidité et au coût 6. Les agences humanitaires négocient au sein d environnements inconnus, complexes et changeants dans le but de livrer des biens aux populations vulnérables, le plus rapidement possible, et ce, avec des ressources limitées. Les chaînes d'approvisionnement humanitaire peuvent d ailleurs être de courte durée et instables en termes de ressources et de demande 7. Bien que les agences humanitaires soient plus flexibles, leur capacité à développer une chaîne d'approvisionnement rationnalisée, qui puisse augmenter l'efficacité et 3 Global Humanitarian Assistance, Delivery Workstream 4 Thomas, A. and Kopczak, L (2005) From Logistics to Supply Chain Management: The path forward in the humanitarian sector Fritz Institute, pg. 2 5 Blansjaar, M. and Van der Horwe. C. Importance of IT in Humanitarian Supply Chain: Opportunities and Challenges in HELIOS Project in Christopher, M. and Tatham, P. (2011) Humanitarian Logistics: Meeting the Challenge of Preparing for and Responding to Disasters, UK and USA, Kogan Page Publishers and Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 475) 6 Tomasini, R. and Wassenhove, L. (2009) From preparedness to partnerships: case study research on humanitarian logistics International Transactions in Operational Research pp pg Oloruntoba, R. and Gray, R. (2006) Humanitarian aid: an agile supply chain? Supply Chain Management: An International Journal Vol. 11 No. 2 pp

4 réduire les coûts, est limitée par les le contexte changeant dans lesquelles elles évoluent. Même si l activité logistique est stratégique pour les agences humanitaires, elles accusent un retard de quelques décennies par rapport au secteur privé en matière d investissements dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement 8. Ceci, combiné avec le contexte en constante évolution, a entraîné l inefficacité relative des agences humanitaires par rapport aux entreprises commerciales. L introduction des entreprises privées dans le secteur de la logistique a été largement favorisée par les exigences croissantes des bailleurs de fonds en termes de réduction des dépenses et d optimisation des coûts 9. En raison de l'efficacité qu'elle affiche dans ce domaine, l expertise en termes de logistique du secteur privé est souvent perçue comme une valeur ajoutée dans les chaînes d'approvisionnement humanitaire. Néanmoins, l impact de sa participation sur la préservation à long terme de l'espace humanitaire doit être débattu. MOTIVATIONS DU SECTEUR PRIVÉ L'objectif global d'une entreprise commerciale est de faire du profit et de distribuer des dividendes à ses actionnaires 10. Cela ne signifie pas pour autant que les entreprises privées ne peuvent pas tenter de s'aligner sur les principes humanitaires ou qu'elles ne sont pas sensibles aux besoins que les agences humanitaires essaient de satisfaire. Cependant, quelque soit le réseau complexe des motivations et moteurs guidant la stratégie de l entreprise, l intérêt de cette dernière sera toujours au cœur de ses choix 11. La responsabilité sociale des entreprises, l image positive renvoyée, ainsi que la motivation des employés, sont autant de raisons pour lesquelles les entreprises investissent dans le domaine humanitaire. Cependant, elles utilisent également l'aide humanitaire comme un espace d'apprentissage et de développement de compétences, un moyen pour faire croître leur entreprise ou encore pour accéder à de nouveaux marchés. À cet égard, les partenaires du secteur privé se livrent à une instrumentalisation de l'aide «l'utilisation de l'action ou de la rhétorique humanitaire comme outil pour poursuivre des fins politiques, sécuritaires, économiques ou tout autre but non humanitaire, traînerait dans la boue les principes humanitaires et en limiterait l'accès aux personnes qui en ont besoin» Thomas, A. and Kopczak, L (2005) From Logistics to Supply Chain Management: The path forward in the humanitarian sector Fritz Institute, pg. 7 9 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg Beamon, B. and Balcik B. (2008) Performance measurement in humanitarian relief chains International Journal of Public Sector Management, Vol. 21 No. 1 pp4 25 pg 7 11 Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 487) 12 The use and abuse of humanitarian principle IRIN News Service 3

5 L instrumentalisation de l'aide est le plus souvent considérée comme étant du ressort des gouvernements, lesquels peuvent utiliser l'aide humanitaire afin d améliorer la perception de leur politique étrangère ou de leur action militaire. Toutefois, l utilisation de l aide humanitaire à des fins politiques ou économiques la dévie de son but premier de soulagement de la souffrance humaine et porte atteinte au maintien de l'espace humanitaire. QUEL EST LE COÛT DE L EXPANSION DU SECTEUR PRIVÉ AU SEIN DE LA SPHÈRE HUMANITAIRE? L objection à la participation du secteur privé trouve souvent pour réponse la réplique suivante : «Si la légitimité et le bien fondé de l'action humanitaire sont basés strictement sur l objectif à remplir et les résultats escomptés sauver des vies au meilleur prix alors pourquoi ne pas faire appel à un organisme privé, le cas échéant?» 13. Sauver des vies au prix le plus bas est une manière étroite et réductrice de considérer le travail humanitaire. À son niveau le plus élémentaire et fondamental, l'action humanitaire a pour visée d accomplir ses objectifs. Cependant, une définition plus globale d'une opération humanitaire réussie est celle qui a pour but «d atténuer les besoins urgents d'une population à travers une réduction durable de sa vulnérabilité, et ce, dans les plus courts délais et avec le moins de ressources possibles» 14. Cette définition, bien que plus complète, ne prend toutefois pas en compte les modalités d actions de l'intervention humanitaire. Si l incarnation des principes dunantistes et la poursuite de l'impératif humanitaire peuvent sembler secondaires ils sont en réalité essentiels pour permettre aux agences humanitaires de continuer à apporter de l aide aux plus défavorisés dans le futur. Si les ONG se refusent à se conformer à ces principes, l'espace au sein duquel elles opèrent se réduira progressivement, et, par voie de conséquence, leur accès aux populations vulnérables également. L'empiètement du secteur privé dans le domaine humanitaire signifie que la préservation des principes dunantistes ainsi que la réalisation, avant toute autre considération, de l'objectif humanitaire ne sont plus considérées comme des paramètres essentiels pour juger de la réussite d'une opération humanitaire. Et les bénéficiaires seront les grands perdants de cette dégradation du système humanitaire. 13 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg Tomasini RM and Van Wassenhove (2004) A framework to unravel, prioritize and coordinate vulnerability and complexity factors affecting a humanitarian response operation in Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 480) 4

6 L idée est souvent avancée que la participation des entreprises du secteur privé à la logistique humanitaire, où le contact direct avec les bénéficiaires est limité, n'affecterait pas l intervention et permettrait même aux organisations humanitaires d'opérer plus efficacement. Bien que l amélioration de l'efficacité des ONG soit essentielle, les agences humanitaires ne peuvent prétendre à être indépendantes, impartiales ou, plus important encore, uniquement motivées par l'impératif humanitaire, si 60 à 80% de leur budget sont alloués à une entreprise à but lucratif dont les motivations sont toutes autres. L ingérence du privé dans le secteur de la logistique humanitaire brouille les frontières de l espace humanitaire, remet en question l essence même de l acteur humanitaire ainsi que la légitimité des ONG à intervenir partout. «Tout compromis sur les principes humanitaires... annulerait le but de l'opération et la placerait en dehors du cadre éthique et du mandat conféré aux organismes participants» 15. La diversification des acteurs ainsi que l implication croissante du secteur privé dans les opérations humanitaires a donc inéluctablement conduit à la dilution de l'importance des principes et de l'impératif humanitaire, gardiens de la protection de l'espace dans lequel les ONG évoluent. Quel sera alors l'avenir de l intervention humanitaire dans un monde où la participation d une multitude d acteurs semble inévitable? UNE RÉGULATION NÉCESSAIRE Si l'expansion du secteur privé dans la logistique humanitaire est susceptible d'être tempérée par la complexité du système, son intégration n en demeure pas moins irréversible. Les agences humanitaires doivent chercher à en limiter les effets sur l'espace humanitaire. Le problème majeur concernant la participation des entreprises dans le secteur humanitaire réside dans l'absence de directives 16. Par comparaison, l'implication militaire dans la réponse humanitaire est régie par les directives d'oslo. Ces dernières précisent que l'implication militaire dans les réponses humanitaires doit être commandée par les principes humanitaires, et qu elle doit éviter l'aide directe autant que possible, celle ci ne devant être utilisée qu'en dernier recours 17. Les normes SPHERE reconnaissent quant à elles «que la participation accrue du secteur privé dans la réponse humanitaire [ requiert] des lignes directrices et des stratégies similaires à celles du dialogue civilo militaire» Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 479) 16 Binder, A. and Witte, J. (2007) Business engagement in humanitarian relief: key trends and policy implications Global Public Policy Institute and Overseas Development Institute pg Oslo Guidelines (2007) Guidelines on The Use of Foreign Military and Civil Defence Assets In Disaster Relief 18 The Sphere Project (2012) Humanitarian Charter and Minimum Standards in Humanitarian Response 5

7 Le Forum Economique Mondial a élaboré un document similaire sur les grands principes directeurs régissant la collaboration public privé dans l action humanitaire 19. Comme bien souvent avec les directives, elles ne sont pas exécutoires et ne suggèrent pas que les entreprises privées devraient n être sollicitées qu en dernier recours. La mise en place de lignes directrices et de tels documents pourraient contrebalancer l'effet de la multiplication des acteurs dans le domaine humanitaire en insufflant aux partenariats les valeurs de l'humanisme. Cependant, la diversification des partenaires modifie inéluctablement l'espace humanitaire que les principes dunantistes essaient de protéger. La relation qui s'est développée entre les ONG et les entreprises privées doit être surveillée de près par les ONG tant que les entreprises continuent d investir dans leurs capacités logistiques. Il est primordial que les organisations humanitaires conservent le contrôle de chaque phase de la mise en œuvre de leur réponse afin que l accès aux bénéficiaires, aujourd hui et demain, soit protégé. Les bénéficiaires sont au cœur de l action humanitaire et, sans accès continu et durable, les agences humanitaires ne seront plus en mesure d offrir des interventions permettant de sauver des vies, ce dont les populations touchées par des catastrophes ont besoin. Les principes et l'impératif humanitaires sont les gardiens ultimes de l'espace humanitaire. Le maintien de cet espace doit être prôné à tous les niveaux et aujourd hui, seules les ONG sont capables de répondre à cette mission. 19 UN World Economic Forum (2008) Guiding Principles for Public Private Collaboration for Humanitarian Action 6

8 QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? par Eilidh Kennedy / Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES Dirigé par Michel Maietta, chercheur associé à l Iris et conseiller stratégique à la direction humanitaire de Save the Children International france.org IRIS TOUS DROITS RÉSERVÉS INSTITUT DE RELATIONS INTERNATIONALES ET STRATÉGIQUES 2 bis rue Mercœur PARIS / France T (0) F (0) france.org france.org strategiques.info 7

XXVIII e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge 2-6 décembre 2003 PUBLICS DANS LE DOMAINE HUMANITAIRE :

XXVIII e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge 2-6 décembre 2003 PUBLICS DANS LE DOMAINE HUMANITAIRE : 03/IC/12 Original: anglais Genève, 2003 XXVIII e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge 2-6 décembre 2003 LES SOCIÉTÉS NATIONALES DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE EN TANT

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES LE SECTEUR PRIVÉ VEUT-IL SE PAYER L HUMANITAIRE? Compte-rendu du Stand UP de l humanitaire organisé le 23 septembre 2014 OCTOBRE 2014 Ce compte-rendu n est pas une

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES L HUMANITAIRE EST-IL DEVENU ZOMBIE? Compte-rendu du premier Stand UP de l humanitaire (22 mai 2014) autour de Stéphanie Rivoal, présidente d Action Contre la Faim,

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ;

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ; Accord de Séville - Conseil des Délégués - Séville, 25-27 novembre 1997 PRÉAMBULE PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES [1] Article 1 Champ d application de l Accord Article 2 Objet et buts de l Accord

Plus en détail

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional La consultation régionale du Sommet Humanitaire Mondial pour l'afrique de l Ouest et

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children FORMATION des PARTENAIRES STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS Ouagadougou, 06/05/2015 Save the Children Qu est-ce que la gestion des dons et subventions? La fonction de gestion des dons et subventions

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère Analyse et comparaison Note d orientation provisoire, mars 2015 (version 2) ProjetSphere.org/CHS Sommaire Introduction... 3 La CHS et

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Document d orientation : Fonds de financement commun pour les pays du Bureau de la coordination des affaires humanitaires et au-delà

Document d orientation : Fonds de financement commun pour les pays du Bureau de la coordination des affaires humanitaires et au-delà Document d orientation : Fonds de financement commun pour les pays du Bureau de la coordination des affaires humanitaires et au-delà Vision : D ici à 2017, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire 24-26 mars 2014

Séminaire d introduction au droit international humanitaire 24-26 mars 2014 Séminaire d introduction au droit international humanitaire 24-26 mars 2014 Description du séminaire Le cours explore des sujets du droit international humanitaire (DIH) auxquels sont exposés des acteurs

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE Ainsi, la Croix-Rouge est une aventure humaine. 1 Elle est née de l'expérience d'henry Dunant qui entreprit, le 24 juin 1859, sur le champ de bataille de

Plus en détail

HUMANISER LA VIE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

HUMANISER LA VIE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE HUMANISER LA VIE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE «Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent!»... (Henry Dunant) 2 Ainsi, la Croix-Rouge est

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

Cent cinquante-troisième session. Rome, 12-14 mai 2014

Cent cinquante-troisième session. Rome, 12-14 mai 2014 Mai 2014 FC 153/8 Add.1 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-troisième session Rome, 12-14 mai 2014 Réponse de la direction du PAM aux recommandations issues du rapport du Commissaire aux comptes sur les

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

Réduction des risques de catastrophes. DG ECHO Politique thématique n 5

Réduction des risques de catastrophes. DG ECHO Politique thématique n 5 DG ECHO Politique thématique n 5 Réduction des risques de catastrophes Renforcer la résilience en réduisant les risques de catastrophes dans l action humanitaire Septembre 2013 Aide humanitaire et Protection

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: 2 Le code de conduite pour le Mouvement international de la Croix- Rouge et du Croissant- Rouge et pour les ONGs lors des opérations de secours en cas de catastrophes Préparé conjointement par la Fédération

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE Réponse du CCBE sur la consultation publique de la Commission européenne sur l'informatique en nuage

Plus en détail

PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES

PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DU PLAIDOYER POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : PLAIDOYER

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE)

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE) Date submitted: 19/08/2009 Le contrôle de l Internet dans les bibliothèques russes : qui décide? Irina Trushina Chercheur, Bibliothèque Nationale de Russie Président de la table ronde sur l éthique professionnelle

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée 1/5 Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée I. Objectif Ces lignes directrices visent à établir un cadre transparent régissant les relations entre les entreprises et

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES LE DIRECTEUR DU CABINET DU MINISTRE Paris, le 2 MAI 2005 N NOR/INT/D/05/00053/C LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES

Plus en détail

Eau Alimentation en eau Assainissement Ressources en eau. Résumé. Directives de la Coopération Autrichienne pour le Développement

Eau Alimentation en eau Assainissement Ressources en eau. Résumé. Directives de la Coopération Autrichienne pour le Développement Eau Alimentation en eau Assainissement Ressources en eau Résumé Directives de la Coopération Autrichienne pour le Développement Mentions légales Ministère fédéral des Affaires européennes et internationales

Plus en détail

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Agenda : réunion 14 janvier 2014 1. Présentation des participants et validation de l agenda 2. Suivi des points d action de la réunion

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES FORUM REGIONAL SUR LA POLITIQUE HUMANITAIRE Dakar 2-3 octobre

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/07/14 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Lloyd s Register Group

Lloyd s Register Group RSE & SYSTÈMES DE MANAGEMENT Comment déployer une démarche pragmatique et efficace de RSE Christophe GASQUET, Lloyd s Register EMEA Business Development Manager France - Energy Division Responsable d audit

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: Code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et pour les Organisations non-gouvernementales (ONG) lors des opérations de secours en cas de catastrophe 2 Le code

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Investir dans notre avenir

Investir dans notre avenir Investir dans notre avenir Consultations sur le budget fédéral 2013-14 Analyse et recommandations Association canadienne du transport urbain 1 er novembre 2012 1 Investir dans notre avenir Au cours de

Plus en détail

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment)

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) Le CPFR (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) «Redéfinir les rôles et compétences pour réussir la collaboration Supply Chain entre Industriels et Distributeurs» Viviane MARC Directrice

Plus en détail

Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique d APC 2009-2012 Version abrégée

Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique d APC 2009-2012 Version abrégée Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique d APC 2009-2012 Version abrégée À propos de ce document Il s agit d une version abrégée du plan d action stratégique d APC pour

Plus en détail

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales 2 Vers une économie circulaire Introduction Depuis l avènement de l ère industrielle au XIXe siècle,

Plus en détail

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Des changements majeurs dans le paysage international de financement du développement ont

Plus en détail

Enquête de satisfaction client 2009

Enquête de satisfaction client 2009 Enquête de satisfaction client 2009 High Performance Sealing Technology Bienvenue au 3e rapport d enquête de Satisfaction client James Walker. En 2006 lorsque nous lancions notre 1ère enquête, les marchés

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/09/15 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION)

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION) SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES PERFECTIONNEMENT (SOUTIEN, PROFESSIONNEL, ENSEIGNANT ET DE GESTION) Numéro du document : 1098-09 Adoptée par la résolution : 176 10 98 En date du : 6 octobre 1998 Signature

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/COMTD/AFT/W/9 10 octobre 2008 (08-4836) Comité du commerce et du développement Aide pour le commerce PROGRAMME DE TRAVAIL DE L'OMC SUR L'AIDE POUR LE COMMERCE RÉSULTATS

Plus en détail

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Incitatifs fiscaux pour les dons de charité Présentation à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Plus en détail

Plate-forme pour une industrie verte

Plate-forme pour une industrie verte Plate-forme pour une industrie verte Déclaration de soutien 1) En tant que dirigeants d organisations gouvernementales, d entreprises et de sociétés civiles du monde entier, nous avons l honneur de déclarer

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises PME, réseautage et optimisation de la chaîne logistique Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Les investissements conformes à la Shariah

Les investissements conformes à la Shariah Les investissements conformes à la Shariah Le développement des secteurs bancaire et financier islamiques s est accéléré dans la dernière décennie. Selon le «Dubaï International Financial Center» (DIFC),

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION PREAMBULE Ayant été tout récemment nommée directrice générale d' Algérie Poste,c'est une réelle opportunité et un honneur pour moi d'etre

Plus en détail

1 La livraison à domicile pour les détaillants Augmenter les ventes et réduire les coûts

1 La livraison à domicile pour les détaillants Augmenter les ventes et réduire les coûts Livraison à domicile pour les détaillants : Augmenter les ventes et réduire les coûts Les détaillants ont passé plusieurs décennies à optimiser l'expérience des consommateurs en magasin. Ils doivent désormais

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

la conformité LES PRINCIPES D ACTION

la conformité LES PRINCIPES D ACTION La fonction Conformité au sein de BNP Paribas La fonction Conformité a été créée en décembre 2004, en anticipation de nouvelles dispositions du règlement 97-02 sur le contrôle interne des établissements

Plus en détail

MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015

MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015 MEETINGS & EVENTS EN EUROPE : «FAIRE PLUS AVEC MOINS», TENDANCE MAJEURE POUR 2015 En France, l activité du secteur MICE sera le reflet de la situation économique du pays Paris, le 18 novembre 2014 Selon

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

LE CRÉDIT INDIVIDUEL ADASHEN-MATA. Areynatou MAGA MAAZOU

LE CRÉDIT INDIVIDUEL ADASHEN-MATA. Areynatou MAGA MAAZOU LE CRÉDIT INDIVIDUEL ADASHEN-MATA Areynatou MAGA MAAZOU L organisation non gouvernementale Weybi est une ONG de lutte pour la défense des intérêts stratégiques de la femme nigérienne. Dans cet objectif,

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes logistiques

Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes logistiques Aurélie Charles Doctorante Université Toulouse Mines Albi CGI / INSEAD Encadrants Matthieu Lauras, Lionel Dupont, Luk Van Wassenhove GDR MACS 2009 Annecy Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes

Plus en détail

Quels progrès dans le développement des composants icargo?

Quels progrès dans le développement des composants icargo? News letter n 5 Juin 2013 Editorial Erick Cornelisse icargo est un projet de l'union européenne du septième programme-cadre qui vise à faire progresser et à étendre l'utilisation des TIC pour soutenir

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination 05.085 Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination (en exécution de l art. 13, al. 2, de l organisation de l armée) du 2 décembre 2005 Messieurs les Présidents, Mesdames

Plus en détail

SafeNet La protection

SafeNet La protection SafeNet La protection des données La conception à l'action, SafeNet protège intelligemment les informations pendant tout leur cycle de vie Les informations peuvent faire progresser votre activité, mais

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail