THESE DE DOCTORAT DE L'UNIVERSITE PARIS 6. Spécialité. Informatique. présentée par. Margaret EDWARDS. pour l'obtention du titre de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THESE DE DOCTORAT DE L'UNIVERSITE PARIS 6. Spécialité. Informatique. présentée par. Margaret EDWARDS. pour l'obtention du titre de"

Transcription

1 THESE DE DOCTORAT DE L'UNIVERSITE PARIS 6 Spécialité Informatique présentée par Margaret EDWARDS pour l'obtention du titre de Docteur de l'université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Intérêt d'un modèle agrégé pour étudier le comportement et simplifier la simulation d'un modèle individu-centré de consommation couplé à un modèle de ressource en eau Soutenue le 17 septembre 24 devant le jury : Jean-Pierre Briot Edith Perrier Jean-Pierre Müller Alexis Drogoul François Goreaud Nils Ferrand Directeur de thèse Rapporteur Rapporteur Examinateur Examinateur Examinateur 1

2 Laboratoire du directeur de thèse Jean-Pierre BRIOT Laboratoire d'informatique de Paris 6 (LIP6) 8 rue du Capitaine Scott 7515 PARIS Laboratoire d'accueil Laboratoire d'ingénierie pour les Systèmes Complexes Cemagref 24, avenue des Landais AUBIERE 2

3 Résumé La nécessité de gérer les ressources au mieux devient cruciale pour éviter leur épuisement et une dégradation durable de l'environnement. Les modèles facilitent la gestion, en permettant d'évaluer les conséquences de différents choix. Or il s'avère souvent nécessaire de simuler un système où interagissent des processus très différents. Ceci pose des questions méthodologiques de modélisation concernant à la fois la mise en oeuvre d'un couplage et le choix de l'échelle. Le choix de l'échelle pour les modèles de population se cristallise souvent sur l'opposition entre deux approches : individu-centrée (fine mais coûteuse en temps et nécessitant de nombreuses simulations pour connaître les lois d'évolution globales) et agrégée (dont la forme analytique suffit souvent à caractériser le comportement et dont la simulation éventuelle est plus rapide). Ces deux questions jouent un rôle central pour la modélisation de la ressource en eau et plus particulièrement son évolution quantitative à l'échelle d'un bassin versant. Dans ce travail de thèse, nous avons exploré dans quelles conditions il est possible d'utiliser un modèle agrégé pour étudier le comportement ou simplifier la simulation d'un modèle individu-centré de consommation couplé à un modèle de ressource, appliqué à la simulation de la ressource en eau. Nous avons suivi une démarche exploratoire en comparant des résultats de simulation des modèles individu-centré et agrégé de consommation couplés à un modèle de ressource en eau. Nous avons construit des modèles simples en couplant un sous-modèle hydrologique pluie-débit classique (GR2m) avec un sous-modèle de consommation simulant la diffusion d'un comportement économe ; à partir de la forme individu-centrée de celui-ci nous avons construit en cohérence un modèle agrégé suivant les principes de la socio-dynamique. Nous avons exploré les différences entre ces modèles pour quatre cas de figure. Dans un premier temps nous avons étudié la différence entre les modèles de consommation sans couplage afin de comprendre les sources de différence intrinsèques aux sous-modèles de consommation. Dans un deuxième temps nous avons étudié l'influence de la forme de couplage à la fois sur l'évolution des modèles, et sur leur différence. Dans un troisième temps nous avons exploré comment l'introduction d'une hétérogénéité soit des consommateurs soit de la ressource pouvait se faire de façon linéaire. Enfin nous avons comparé l'influence de différents types de liens (sociaux et environnementaux) sur l'évolution. Notre étude nous a permis de montrer l'intérêt du modèle agrégé pour simuler et pour comprendre le modèle individu-centré. Pour commencer, la forme analytique du modèle agrégé nous fournit des outils pour étudier le modèle individu-centré qu'il approxime : il présente des propriétés proches de celles du modèle individu-centré mais son fonctionnement est beaucoup plus facile et rapide à connaître. En particulier l'étude théorique nous a permis de prévoir ses attracteurs et de proposer une explication dynamique aux différences entre modèles (dont les transitions entre attracteurs diffèrent, conduisant à une forte variabilité des résultats de l'individu-centré), ce qui nous a permis d'en prévoir approximativement la localisation. Ensuite la mise en regard de ces deux modèles facilite le choix de l'échelle. Les zones de différence permettent d'identifier et de comprendre les spécificités du modèle individu-centré (réseau des interactions et couplage en ce qui nous concerne) et d'en localiser l'influence. Ceci permet d'argumenter le choix de l'échelle. Enfin il devient aussi possible dans les zones de similarité de remplacer le modèle individu-centré par le modèle agrégé dont les propriétés mathématiques à un niveau global sont connues, et dont la simulation est plus rapide. Nous avons de plus montré que le choix de l'échelle ne pouvait être dissocié du choix de couplage. Ces résultats nous ont permis de conclure sur l'intérêt de notre approche pour la mise en œuvre d'un questionnement sur l'échelle et aussi plus simplement pour l'étude de modèles individu-centrés couplés et de proposer quelques éléments de méthode relativement génériques. Mots-clés : couplage, échelle, modèle individu-centré, modèle agrégé, dérivée 3

4 Abstract Careful resource management has become crucial for avoiding resource exhaustion and long-lasting deterioration of the environment. Models prove a helpful support for management by assessing the possible outcomes of management choices. Simulating resources often requires to model many interacting processes. This raises methodological modelling questions, more particularly : how to link models and which scale to choose. For modelling populations the choice of the scale often opposes indvidual-based to aggregate approaches. Individual-based models (IBM) provide a more detailed description of the dynamics but are more costly in simulation time ; moreover they need many simulations for characterising global dynamics. Aggregate models provide mathematical insights on the overall dynamics and need less simulation time. Both questions of link and scale are central for modelling the water resource and more particularly the evolution of quantity available at the river basin scale. In this thesis we have explored under which conditions it is possible to use an aggregate model for studying or simulating the global evolution of an IBM of water consumption linked to a water resource model. We followed an exploratory approach by comparing simulation results for these two models. We chose simple sub-models : a rainfall-runoff hydrological model for the resource and a diffusion model simulating the spread of careful consumption behaviours in a population following environmental information. We derived an aggregate consumption model from the IBM following the principles of socio-dynamics. We tested the existence of a difference for four different cases. First we compared the two consumption models without environmental information. Second we studied the influence of various kinds of environmental information on the evolution of each model and on their difference. Third we explored whether passing to more than one resource and/or population could be done in a linear way. Fourth we compared the influence of social versus environmental influence on the evolution. Our study shows the contribution of an aggregate model for simulating and studying an IBM. To begin with, the aggregate model provides helpful elements through its analytical form for exploring the IBM, which it approximates. Their behaviours are close but characterising the aggregate model proves faster. A theoretical study of the aggregate model defined its attractors and allowed us to explain the difference between the models as due to a difference in the attraction basins. Thereby we could approximately foresee the parameter values leading to a difference. Moreover comparing these two models helps to argue the choice of the scale. The existence of a difference underlines the specificities of the IBM and reveals under which conditions they are important (social network and influence of the link to the resource for our models). Finally when both models are identical, the aggregate can favourably replace the IBM. Moreover our study shows that the form of the link conditions the choice of an appropriate scale. These results lead us to conclude on the contribution of our approach for tackling the question of the scale and for facilitating the study of linked IBM. We propose some general methodological elements. Keywords : Linking models, scale, IBM, aggregate, derivative 4

5 "Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie." Hamlet William SHAKESPEARE "L'œil doit se garer de la poussière et le pied au contraire ne pas la craindre." Journal Paul CLAUDEL "Toute Pensée émet un Coup de Dé." Un coup de dé jamais n'abolira le hasard Stéphane MALLARME 5

6 Remerciements J'aimerais adresser en préambule à de ce travail, qui n'aurait pas été ce qu'il est sans eux, mes remerciements les plus sincères et toute ma reconnaissance à tous ceux qui incarnent le "nous", pour leur participation à la réflexion et à la mise en œuvre du travail de thèse, qui s'est avérée plus qu'une simple expérience professionnelle. Pour commencer je remercie Jean-Pierre Briot d'avoir bien voulu être mon directeur de thèse au cours de ces quatre années, pour ses conseils stratégiques, ainsi que sa gentillesse. Je remercie Guillaume Deffuant de m'avoir accueillie au sein de son laboratoire. Je remercie également dans leur ensemble les membres du LISC pour une atmosphère chaleureuse et un environnement de travail très agréable, ainsi que tous ceux que j'ai eu la chance et le plaisir de croiser au Cemagref. Merci en particulier à tous mes compagnons thésards (Lamb, Fred, Sophie, Jean-Marc, Nicolas...) : naviguer ensemble permet parfois de rendre l'esquif plus léger! Je remercie également l'université Blaise Pascal, dont un demi-poste d'ater a permis de financer la quatrième année de thèse. J'adresse ici tous mes remerciements à ceux qui m'ont accueillie au CUST, et qui ont fait de cette année une expérience enrichissante à maints égards, enseignants en premier lieu, et élèves. Je remercie très vivement Edith Perrier et Jean-Pierre Müller d'avoir accepté de rapporter cette thèse, ainsi que toutes les personnes ayant accepté de participer au jury : Jean-Pierre Briot, Alexis Drogoul, François Goreaud et Nils Ferrand. Je suis très reconnaissante - au-delà de ces lignes - à mes encadrants successifs - Nils Ferrand puis François Goreaud - qui ont su m'enseigner l'importance de différentes facettes de la recherche ; à François Goreaud, sans qui la thèse ne serait pas ce qu'elle est, pour sa gentillesse, sa participation à la réflexion et ses multiples suggestions en dépit d'un sujet de thèse éloigné de ses questions de recherche, ses précieux conseils pour la rédaction, et une importante réflexion sur la rigueur et sa mise en œuvre ; et à Nils Ferrand, qui m'a le premier fait entrevoir la joie que l'on peut trouver dans la recherche, pour le contact conservé en dépit de l'éloignement et pour nos discussions toujours très inspirantes et fructueuses. J'ai eu la chance de bénéficier des lumières de plusieurs comités de pilotages successifs, dont je tiens à remercier très vivement tous les membres pour leurs conseils éclairés! Je remercie Guillaume Deffuant pour sa contribution significative à la réflexion, en particulier concernant le choix du modèle social. Je remercie pour son aide Flavie Cernesson, qui a proposé le sous-modèle hydrologique. Je remercie également pour nos échanges très enrichissants Jean-Pierre Müller, David Hill, Isabelle Alvarez, Olivier Barreteau et Lena Sanders. Une partie de ce travail doit beaucoup à Sylvie Huet, que je remercie pour avoir mis en œuvre après les avoir parfois proposées les simulations dans le cas sans couplage, pour avoir traité et synthétisé les résultats sous forme graphique, et pour nos nombreuses discussions sur les résultats. Merci à Stefan Bernard, pour avoir optimisé le code du modèle individu-centré, précieux gain en temps pour toutes les simulations! Cette thèse s'étant déroulé dans le cadre d'un projet européen qui l'a partiellement financé, FIRMA, je tiens à adresser mes remerciements à l'ensemble de ses participants pour nos interactions intéressantes et enrichissantes et plus particulièrement à Anne van der Veen pour ses encouragements. Je remercie tous les relecteurs qui ont pris du temps pour m'aider à améliorer ce document. Si je ne détaille pas ici ma gratitude à ceux qui ont donné à ces quelques années leur valeur humaine et toute leur profondeur, c'est que les mots n'y suffiront pas... 6

7 7 Je dédie ce mémoire à mes parents

8 Table des matières I. INTRODUCTION ENJEUX DE MODÉLISATION POUR LA GESTION DES RESSOURCES ENJEUX SOCIAUX CONCERNANT LA GESTION DE L'EAU ENJEUX SCIENTIFIQUES : MODÈLES POUR L'AIDE À LA GESTION DE L'EAU OBJECTIF ET STRATÉGIE PLAN II. ETAT DE L'ART : QUESTIONS DU COUPLAGE ET DE L'ECHELLE POUR LES MODÈLES LIANT EAU ET POPULATION CHAPITRE 1. LES INTERACTIONS ENTRE L'HOMME ET LA RESSOURCE EN EAU SONT MULTIPLES 16 CHAPITRE 2. LA FORME ET L'ÉCHELLE D'INTERACTION EST UNE QUESTION CENTRALE POUR LA MODÉLISATION DE LA RESSOURCE CHAPITRE 3. OUTILS INFORMATIQUES POUR LE COUPLAGE CHAPITRE 4. LA QUESTION DE L'ÉCHELLE EST IMPORTANTE POUR LA MODÉLISATION CHAPITRE 5. LES MODÈLES HYDROLOGIQUES COUPLÉS CHAPITRE 6. LES MODÈLES DE POPULATION COUPLÉS CHAPITRE 7. CONCLUSION III. MATÉRIEL ET MÉTHODES CHAPITRE 1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES MODÈLES CHAPITRE 2. SOUS-MODÈLE HYDROLOGIQUE CHAPITRE 3. SOUS-MODÈLE DE CONSOMMATION INDIVIDU-CENTRÉ CHAPITRE 4. NOUS AVONS CONSTRUIT UN MODÈLE AGRÉGÉ DE CONSOMMATION EN COHÉRENCE 64 CHAPITRE 5. DIFFÉRENCES ENTRE LES MODÈLES CHAPITRE 6. PREMIÈRE VERSION SIMPLIFIÉE DU MODÈLE DE CONSOMMATION (ÉTUDE SANS COUPLAGE) 71 CHAPITRE 7. DEUXIÈME VERSION SIMPLIFIÉE DU MODÈLE DE CONSOMMATION (ÉTUDE DU COUPLAGE) 73 CHAPITRE 8. AUTRES VERSIONS SIMPLIFIÉES DU MODÈLE DE CONSOMMATION CHAPITRE 9. MISE EN ŒUVRE DU COUPLAGE CHAPITRE 1. INFORMATIONS DE COUPLAGE CHAPITRE 11. COMMENT COMPARER LES MODÈLES COUPLÉS AGRÉGÉ ET INDIVIDU-CENTRÉ?. 87 8

9 IV. SOURCES DE DIFFERENCE INHERENTES AU SOUS-MODELE SOCIAL CHAPITRE 1. ENJEUX ET MISE EN ŒUVRE CHAPITRE 2. PREMIERS ÉLÉMENTS SUR L'APPORT D'OUTILS THÉORIQUES POUR COMPRENDRE ET PRÉVOIR LA DIFFÉRENCE... 9 CHAPITRE 3. INFLUENCE DE PLUSIEURS PARAMÈTRES SUR LE CHANGEMENT D'ATTRACTEUR (SOUS-MODÈLE AGRÉGÉ), LIEU POTENTIEL DE DIFFÉRENCE ENTRE LES MODÈLES CHAPITRE 4. TEST PAR UNE APPROCHE SIMULATOIRE DU LIEN ENTRE LE CHANGEMENT D'ATTRACTEUR ET LA DIFFÉRENCE ENTRE LES MODÈLES CHAPITRE 5. INFLUENCE D'HYPOTHÈSES SIMPLIFICATRICES SUR LA DIFFÉRENCE CHAPITRE 6. LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉPARTITION DE COMPORTEMENTS MINORITAIRES REPRÉSENTE UNE SPÉCIFICITÉ DU MODÈLE INDIVIDU-CENTRÉ CHAPITRE 7. CONCLUSION V. INFLUENCE DE LA FORME DE COUPLAGE CHAPITRE 1. INFLUENCE DES PARAMÈTRES DE L INFORMATION DE COUPLAGE CHAPITRE 2. INFLUENCE DE L'INFORMATION DE COUPLAGE POUR UNE UNITÉ HYDROLOGIQUE ET UNE UNITÉ DE POPULATION VI. LINÉARITÉ DE LA DÉCOMPOSITION EN PLUSIEURS POPULATIONS OU RESSOURCES CHAPITRE 1. ENJEUX ET MISE EN OEUVRE CHAPITRE 2. RÉSULTATS POUR LA PREMIÈRE INFORMATION DE COUPLAGE CHAPITRE 3. RÉSULTATS POUR LA DEUXIÈME INFORMATION DE COUPLAGE CHAPITRE 4. CONCLUSION VII. INFLUENCES SPATIALES ET RELATIONNELLES CHAPITRE 1. ENJEUX ET MISE EN OEUVRE CHAPITRE 2. INTRODUCTION DE LIENS SOCIAUX ENTRE LES DEUX POPULATIONS (SANS COUPLAGE) 193 CHAPITRE 3. PARTAGE DE L'INFORMATION DE COUPLAGE VIII. DISCUSSION

10 CHAPITRE 1. BASILIC : BÉNÉFICE D'UN MODÈLE AGRÉGÉ POUR SIMULER ET INFÉRER (ÉTUDIER) LES LOIS (LE COMPORTEMENT) D'UN MODÈLE INDIVIDU-CENTRÉ DE CONSOMMATION COUPLÉ À UNE RESSOURCE EN EAU CHAPITRE 2. LA QUESTION DE L'ÉCHELLE NE PEUT ÊTRE DISSOCIÉE DE LA QUESTION DU COUPLAGE 215 CHAPITRE 3. LIMITES DE CE TRAVAIL CHAPITRE 4. COMMENT CHOISIR L'ÉCHELLE D'UN MODÈLE COUPLÉ RESSOURCE ET CONSOMMATION CHAPITRE 5. COMMENT GÉNÉRALISER CES RÉSULTATS AU CAS DE LA GESTION D'UNE RESSOURCE 228 CHAPITRE 6. UTILISATION D'UN MODÈLE DANS UN CADRE PLUS LARGE IX. CONCLUSION

11 I. INTRODUCTION "Les rivières sont des chemins qui marchent et qui portent où l'on veut aller." Pensées Blaise PASCAL Enjeux de modélisation pour la gestion des ressources Il est crucial de gérer les ressources au mieux. Une prise de conscience de la nécessité d'une gestion durable face au risque d'épuisement des ressources et à la pollution s'est cristallisée à la conférence de Rio en Elle a conduit à l'élaboration à un niveau international d'accords multilatéraux et de protocoles portant sur le changement climatique (Kyoto), la diversité biologique (Carthagène), entre autres. Elle replace au centre des préoccupations l'évaluation des choix économiques et de développement sur l'environnement et plus particulièrement sur les ressources. Les modèles de la réalité permettant d'évaluer les conséquences de différents choix sont pour cela une aide précieuse (Schmidt-Lainé et Pavé 22). Or construire des modèles des ressources se révèle souvent difficile et soulève des questions non seulement thématiques (quel modèle approche au mieux la réalité?) mais aussi, à leur intersection, méthodologiques (quels instruments pour la modélisation?). Ainsi l'évolution de la ressource se situe souvent au croisement de multiples processus dont elle dépend et qu'elle influence (climat, fertilité du sol, actions humaines, ) et deux questions méthodologiques apparaissent actuellement centrales pour sa modélisation : la mise en œuvre du couplage et le choix de l'échelle. Le couplage de modèles peut soulever des difficultés d'ordre conceptuel (Costanza et al. 1993) et pratique (Argent et Houghton 21). La complexité et le nombre des interactions entre l'homme et la ressource (et plus généralement l'écosystème) nourrit un courant de réflexion en recherche ; ainsi Pickett et al. (1997) proposent un modèle conceptuel des relations entre l'homme et l'écosystème et qui permet de prendre en compte différents niveaux. De plus même si souvent un seul sens est pris en compte dans les modèles, les interactions sont à double sens, et il semble dès lors important de considérer ces deux sens d'influence à la fois. Le choix de l'échelle de représentation d'un processus peut se poser presque systématiquement : elle ne concerne pas uniquement le niveau de détail des objets et la précision (pas temporel et spatial), mais aussi les facteurs explicatifs et les règles d'évolution. En effet l'échelle choisie, qui dépend souvent de l'échelle d'observation, n'est pas forcément l'échelle optimale, où il est possible de connaître les paramètres déterminants et de saisir des lois aussi proches de la réalité que possible. Ceci conduit Grimm (1999) à souligner l'intérêt primordial pour la modélisation des écosystèmes d'une réflexion sur le choix de l'échelle, en particulier par la confrontation entre modèles individu-centrés et agrégés. Les modèles individu-centrés permettent une description individuelle des processus et la modélisation explicite des interactions. Ils présentent l'avantage d'être souvent intuitifs et pédagogiques. D'un point de vue informatique, leur simulation est souvent coûteuse en temps et en mémoire en raison de la multitude des entités en jeu. De plus la compréhension des lois 11

12 d'évolution globales nécessite de nombreuses simulations pour permettre la formulation et la vérification d'hypothèses pertinentes. Inversement les modèles agrégés donnent directement l'évolution de variables à un niveau global. Leur forme analytique permet souvent de caractériser leur comportement sans nécessiter de simulation ; si celle-ci s'avère nécessaire, elle est souvent plus rapide que la simulation d'un modèle individu-centré. Les questions du couplage et de l'échelle sont en particulier centrales pour la modélisation de la ressource en eau, que nous choisissons comme cadre d'application de cette thèse. Enjeux sociaux concernant la gestion de l'eau La gestion de l'eau constitue un enjeu majeur à la fois individuel et collectif : c'est un élément indispensable à la survie et à la production alimentaire, mais elle représente également un enjeu d'ordre économique, que ce soit pour l'agriculture (Qadir et al. 23), pour certaines industries (production hydro-électriques, industrielle, ), et enfin pour certaines activités du tertiaire (et en particulier le tourisme : pêche, baignade, (Goossen et Langers 2)). L'apport des modèles pour l'aide à la gestion de l'eau est divers : à la prédiction s'ajoute une représentation des processus à des fins d'enseignement ou de gestion collective (Barreteau & Bousquet 2), ou encore la négociation (Rousseau 23). Or l'évolution de l'eau à l'échelle du bassin est difficile à prévoir en raison des interdépendances multiples entre l'eau et l'écosystème et de l'aléa climatique qui joue un rôle important sur l'évolution de la ressource. Enjeux scientifiques : modèles pour l'aide à la gestion de l'eau La construction d'un modèle de la ressource en eau à l'échelle du bassin versant est un défi scientifique qui soulève des questions de modélisation : aucun modèle ne permet de simuler un tel système dans toute sa complexité. En fonction de leur objectif les différents modèles existants représentent différents centrages et leurs critères de validation varient (Pavé 1994). Pour répondre à un objectif de modélisation donné, la question paraît souvent moins de chercher à construire un modèle, que de choisir le plus adapté parmi la multitude des modèles déjà existants. Nous pouvons citer parmi les thématiques : le partage de l'eau pour l'irrigation et l'optimisation de l'utilisation de l'eau à des fins agricoles (Rosegrant et al. 2), la gestion des crues, l'adéquation des aménagements urbains à faire face aux eaux d'orage, l'évolution de la qualité de l'eau. Une question importante est l'évolution quantitative de la ressource, qui dépend en partie des prélèvements humains. De plus un des enjeux actuels de la modélisation dans ce domaine est l'évaluation de l'influence d'incitations politiques et de campagnes d'information sur les prélèvements. Le couplage Modéliser la dynamique de l'eau de façon précise en prenant en compte ses interactions avec son environnement amène souvent le modélisateur à construire un modèle couplé. En effet la dynamique de l'eau est influencée par d'autres processus : par exemple le ruissellement dépend des caractéristiques du couvert végétal (en perpétuelle évolution) et d'aménagements éventuels (digues, ), l'infiltration dépend des caractéristiques du sol, en particulier de sa porosité, l'évolution quantitative dépend du prélèvement végétal et animal... 12

13 L'eau influence souvent ces facteurs en retour : les végétaux, les animaux, les êtres humains ne peuvent prospérer s'ils n'ont pas accès à une bonne ressource. Les interactions de l'homme avec la ressource occupent une place particulière. L'impact de l'homme sur la ressource est particulièrement important (de façon directe par les prélèvements et les rejets mais aussi lorsque l'homme se substitue à la nature par ses cultures, irrigue, construit des villes et des barrages). Les interactions entre l'homme et la ressource sont multiples et se placent à différentes échelles géographiques (allant de l'aménagement des berges, du prélèvement local jusqu'aux barrages et aux prélèvements des villes) et sociales (de l'individu (par exemple agriculteur irriguant) à l'industrie et à la société. Inversement, l'eau représente un enjeu important pour l'homme et conditionne sa survie et son développement. La question de l'échelle pour le sous-modèle social Un processus humain peut souvent être modélisé à différentes échelles ; c'est en particulier vrai en ce qui concerne la modélisation des interactions entre l'homme et la ressource en eau. L'existence d'un couplage introduit une nouvelle contrainte sur le choix de l'échelle. Dans la littérature l'échelle des modèles couplés semble influencer plus fortement le sous-modèle anthropique - dont les objets changent qualitativement - qu'hydrologique. Pour celui-ci le choix de l'échelle se traduit plus particulièrement sur la modélisation des interactions, ce qui se cristallise sur l'opposition entre deux approches de modélisation : l'approche individucentrée et l'approche agrégée. Objectif et stratégie L'objectif de cette thèse est d'explorer dans quelles conditions il est possible d'utiliser un modèle agrégé pour étudier le comportement ou simplifier la simulation d'un modèle individu-centré de consommation couplé à un modèle de ressource en nous inscrivant dans le cadre applicatif de la ressource en eau. Nous avons pour cela suivi une démarche exploratoire pour la comparaison des résultats de simulation des modèles individu-centré et agrégé de consommation couplés à un modèle de ressource. Nous avons défini des indicateurs de comparaison adaptés. Nous avons choisi des modèles simples pour limiter les temps de simulation et faciliter l'analyse des résultats. Pour le sous-modèle hydrologique nous avons pris un modèle pluiedébit classique avec un pas mensuel, GR2m (Makhlouf et Michel 1994), que nous avons ajusté sur les données de l'orb (rivière de l'hérault). Pour le sous-modèle de consommation, nous avons choisi de modéliser plus précisément comment une information sur la ressource partagée par l'ensemble des consommateurs peut inciter à l'économie et avons pour cela choisi un modèle de diffusion de l'innovation (Blume 1993, Valente 1995, Young 1999). Il s'agit d'un modèle individu-centré, à partir duquel nous avons construit en cohérence un modèle agrégé de consommation suivant la démarche de la socio-dynamique (Weidlich 2). Nous avons exploré les différences entre ces modèles pour quatre cas de figure. Dans un premier temps nous avons étudié la différence entre les modèles de consommation sans couplage afin de comprendre les sources de différence intrinsèques aux sous-modèles. Dans un deuxième temps nous avons étudié l'influence de la forme de couplage à la fois sur l'évolution des modèles, et sur leur différence. Dans un troisième temps nous avons exploré dans quel cas l'introduction d'une hétérogénéité soit des consommateurs soit de la ressource 13

14 pouvait se faire de façon linéaire. Enfin nous avons comparé l'incidence de différents types de liens sociaux et environnementaux sur l'évolution. Plan Dans une première partie bibliographique nous montrons que les questions méthodologiques du couplage et du choix de l'échelle sont centraux pour la modélisation de la ressource en eau. Dans une deuxième partie nous présentons les modèles que nous avons utilisés, le couplage que nous mettons en œuvre et les indicateurs de comparaison. Nous détaillons ensuite les résultats de comparaison entre les modèles, correspondant aux quatre temps que nous avons cités plus haut. La discussion permet d'argumenter la proposition de cette thèse, de citer quelques résultats généraux, et en particulier l'intérêt de notre approche et quelques outils pour sa mise en oeuvre. 14

15 II. ETAT DE L'ART : QUESTIONS DU COUPLAGE ET DE L'ECHELLE POUR LES MODELES LIANT EAU ET POPULATION "La plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le mystère des choses." Comment je vois le monde Albert EINSTEIN " Selon une théorie, si jamais quelqu'un, pour quelque raison que ce soit, découvre exactement la raison de l'existence de l'univers, ce dernier disparaîtra instantanément et sera remplacé par quelque chose d'encore plus étrange et inexplicable. Selon une autre théorie, cela s'est déjà produit. " Le restaurant de la fin du monde Douglas ADAMS Résumé L'état de l'art des modèles de gestion de l'eau à l'échelle du bassin versant fait apparaître le rôle central de deux questions méthodologiques : le couplage et l'échelle. Ceci nous permet de justifier l'intérêt de notre questionnement dans ce cadre particulier et d'introduire les choix que nous avons fait concernant les modèles. Un tour d'horizon des modèles de gestion à l'échelle du bassin versant révèle la diversité des interactions entre l'homme et la ressource et la nécessité d'une réflexion et d'outils pour le couplage. Cette diversité thématique des interactions se traduit en termes d'échelles et nous conduit à évoquer la diversité des échelles en jeu pour la représentation de l'eau et des processus humains en lien avec la ressource. Cette diversité semble se traduire plus fortement sur le modèle anthropique où elle se cristallise sur la prise en compte des interactions et conduit à l'opposition entre modèles individucentrés et agrégés. 15

16 Chapitre 1. Les interactions entre l'homme et la ressource en eau sont multiples A. Les enjeux de l'eau pour l'homme sont multiples L'eau joue un rôle majeur dans le développement de l'activité humaine. Il joue à la fois le rôle de ressource (pour la consommation végétale, animale ou humaine), de milieu (pour la faune piscicole), de vecteur (pour les substances chimiques, ou certaines maladies), et d'agent (en particulier lors des crues). Les enjeux autour de l'eau, non négligeables pour l'homme, se déclinent suivant ces différents rôles. Premièrement, l'eau est une ressource essentielle quotidienne, non seulement pour l'homme, mais pour ses cultures et ses animaux d'élevage, dont dépend son alimentation. Elle est de plus essentielle à certains processus industriels (traitement chimique, refroidissement, ). La ressource, qui participe de la qualité de l'environnement joue aussi un rôle indirect bien que non négligeable (Bergh et al. 21). Deuxièmement, l'eau est un milieu pour la faune piscicole, qui représente une ressource alimentaire (et parfois un atout touristique). Troisièmement l'eau peut être affectée par des substances dissoutes, qu'elle contribue à répandre, en particulier une partie de celles utilisées pour l'agriculture : engrais, insecticides, pesticides, qui épandus en amont peuvent affecter l'eau en aval. L'eau est de plus un vecteur pour les organismes et les virus, et peut ainsi jouer un rôle dans la propagation des épidémies. L'utilisation de l'eau comme ressource étant soumise à sa bonne qualité (Elpiner 1989 évalue les effets de l'eau sur la santé humaine), cette propriété affecte directement l'usage de l'eau. L'étude de l'incidence de rejets toxiques correspond à une branche de recherche particulière, l'écotoxicologie (Babut et al. 23). Quatrièmement, la rivière est un agent qui modèle le paysage (par son lit, mais aussi dont peuvent dépendre la végétation et la faune) ; lors d'événements extrêmes la rivière peut devenir exceptionnellement une menace. Les pluies d'orages, si elles excèdent les capacités d'écoulement des ouvrages urbains peuvent suffire à créer une situation de crise. Mais la force hydraulique est aussi utilisée pour la production d'énergie, qui dépend de son évolution à long terme (Mimikou et al. 1999). Au croisement de plusieurs de ces rôles se cristallisent des enjeux liés aux activités humaines : l'alimentation (végétale et animale), le revenu agricole, certaines industries, le tourisme (Goossen et Langers 2 pour les Pays-Bas, Salmona et Verardi 21 pour la côte italienne (Portofino)). Le manque de ressource peut être critique (Starkloff 1998). Nous nous intéresserons principalement dans ce qui suit à l'eau en tant que ressource. 16

17 B. L'influence de l'homme sur l'eau est multiple L'influence humaine sur l'eau peut se décliner sous différentes formes. Elle peut être directe, concernant en particulier les prélèvements agricoles (X. Chen et al. 21) et domestiques, qui peuvent modifier significativement le régime hydrologique (Law et al. 1997). Elle peut aussi concerner les rejets, éventuellement polluants (chimiques ou bactériologiques) : ponctuels (s'il s'agit de rejets domestiques ou industriels) ou diffus (pour les engrais et pesticides : Burt 21). Elle concerne également l'aménagement des berges (impact de la construction de digues : X. Chen et al. (21), Z. Chen et al. (21) sur la sédimentation, Charles et al. (2) pour l'impact sur les truites). L'influence se concentre plus particulièrement autour des villes : ainsi Booth et Jackson (1997) évoquent les conséquences directes de l'urbanisation, à déplorer en aval. Des prélèvements excessifs peuvent mettre en péril la ressource (Starkloff 1998). Mais elle peut également être indirecte, bien que significative, par exemple en ce qui concerne la déforestation ou l'occupation des sols ; l'urbanisation et les choix de culture agricoles agissent sur le ruissellement et l'évapotranspiration, et donc sur des variables microclimatiques telles que l'humidité du sol et la température de surface (Carslon et Arthur 1998) ; ils agissent également sur le renouvellement de la nappe phréatique qui dépend de plus de la présence ou non d'arbres (Bellot et al. 21). H. Wang et al. (1997) évoquent le rôle de prélèvements excessifs dans la nappe sur l'effondrement karstique (couche géologique poreuse). Vörösmarty et al. (23) mentionnent le rôle humain sur la sédimentation. Les choix d'aménagement ont un impact sur le débit (Z. Chen et al. 21) mais aussi sur la faune piscicole (Martin et al. 1999) ou terrestre : alouettes par exemple (Weber et al. 21) et plus généralement sur l'écosystème (Salmona et Verardi 21). Elle prend souvent des proportions qui la rendent déterminante au regard d'autres facteurs : ainsi lorsque l'homme entreprend de modeler le paysage (par ses choix agricoles et l'utilisation de l'irrigation) il se substitue au développement naturel de toute une partie du couvert végétal ; l'extension des villes vient altérer la berge des rivières et le fragile équilibre des prélèvements et des rejets. C. Conclusion : interactions multiples entre l'homme et la ressource Les interactions entre l'homme et la ressource sont donc multiples. Dès lors pour modéliser la ressource il est important de prendre en compte l'influence humaine. Nous pouvons de plus observer qu'il existe une multitude d'interactions entre l'homme et la ressource. Ces interactions varient par leur centrage thématique, par leur localisation, leur forme, leur échelle. Voyons à présent comment les différents modèles existants traduisent l'hétérogénéité spatiale des interactions et donc la complexité posée par la question du couplage. 17

18 Chapitre 2. La forme et l'échelle d'interaction est une question centrale pour la modélisation de la ressource Les modèles pour la gestion de l'eau à l'échelle du bassin versant sont caractérisés par une grande diversité d'objectifs (qui déterminent leur validation). Ainsi les modèles pour l'aide à la gestion peuvent avoir différentes buts : prévoir (Jamieson et Fedra 1995), comparer l'issue de différents scénarios (Lanini et al. 24, Weber et al. 21, Bergh et al. 21), optimiser la gestion (Rosegrant et al. 2). Ils peuvent permettre également d'explorer des questions de recherche : modéliser un processus (Beaujouan et al. 21 simulent l'hétérogénéité spatiale de la pollution diffuse) ou comprendre un enchaînement d'influences complexes (Weber et al. 21 cherchent à caractériser l'expansion de l'habitat d'un oiseau en fonction des choix politiques et économiques influant sur la gestion du territoire, l'occupation du sol et l évolution de la ressource en eau). Des exemples de modèles figurent dans (Coquillard et Hill 1997). Ces différents objectifs de modélisation s'appliquent bien entendu à un ensemble de centrages thématiques possibles. L'objectif et la thématique influent sur la motivation du couplage et sa mise en œuvre, et plus précisément sur la forme et l'échelle des interactions en jeu, qui varient grandement suivant les modèles. Burel et al. (1992) distinguent deux définitions de l'échelle (spatiale) : le pas de résolution (distance entre deux sites de recueil de données) et l'étendue de l'espace étudié, qui caractérise son hétérogénéité. Ici de même nous nous interrogerons sur les caractéristiques d'une interaction et sur la forme prise par l'ensemble des interactions lorsqu'elles se distinguent qualitativement les unes des autres. A. Interactions à l'échelle individuelle Certains modèles focalisent sur un processus ; l'interaction peut être considérée dans le modèle comme spatialement ponctuelle et l'ensemble des interactions présente une certaine homogénéité. En raison de la petite échelle à laquelle ce type de modèle se place et de sa précision thématique, les entités décrites sont au niveau de l'individu. Par exemple, les modèles de croissance végétale concentrent les interactions entre l'homme et la ressource autour de la plante. L'interaction est supposée homogène et le passage à l'échelle du système représenté (le champ) se fait par une agrégation simplement additive (voir par exemple EPIC : Williams 1995, CATCHCROP : Perez et al. 22), bien qu'il existe dans d'autres domaines une modélisation plus fine des interactions entre végétaux (Goreaud 2). Les entités qui interagissent sont l'agriculteur (pour les choix de culture, d'irrigation, d'épandage, etc ) et la plante (représentative de l'ensemble). B. Interactions à l'échelle de la rivière Les modèles d'évolution de la ressource en quantité ou en qualité, qui simulent des prélèvements pour l'irrigation et des rejets polluants (ponctuels), modélisent une hétérogénéité de l'interaction le long du linéaire de la rivière. Dans ce cas les entités modélisées sont 18

19 souvent à une échelle entre l'individu et le groupe hétérogène : par exemple la parcelle, l'exploitation agricole (regroupant un ensemble de travailleurs), l'unité de production hydroélectrique, la ville caractérisée par une demande en eau agrégée. Les enjeux de modèles à cette échelle peuvent être multiples (calcul de ressource, optimisation économique) d'étendues spatiales diverses (sous-bassin versant à l'ensemble d'un bassin les bassins versants pouvant être de tailles très différentes), de niveau de généralité variable (allant du cas appliqué à l'outil de simulation plus générique). Citons quelques exemples pour illustrer cette diversité. Lanini et al. (24) simulent la distribution et l'utilisation d'eau pour l'irrigation à l'échelle d'un sous-bassin versant (il y a deux sortes d'irrigation possibles) ; leur modèle s'appuie sur des données réelles et évalue l'impact d'un scénario de prélèvement montpelliérain à la nappe et de la fermeture du canal d'irrigation. WaterWare (Jamieson et Fedra 1996) est un système d'aide à la décision permettant de simuler l'évolution de la ressource le long d'une rivière (en intégrant le calcul des prélèvements), suivant une représentation par graphe (nœuds-arcs). Les modèles d'optimisation économique à l'échelle d'un bassin versant intègrent plusieurs exploitations, en cherchant le plus souvent à optimiser le revenu total sous la contrainte d'une ressource partagée (Quinn et al. 21, Bronstert et al. 2 évaluent également la production d'énergie). Charles et al. (2) modélisent les migrations d'une population de truites dans le réseau arborescent d'une rivière, en testant l'influence de plusieurs changements de ce réseau (canaux,...). C. Interactions à l'échelle du bassin versant Pour les modèles dont le questionnement est principalement spatial ou qui combinent un grand nombre de processus ou encore qui s'intéressent à de longs enchaînements de causalités, les interactions présentent une hétérogénéité surfacique. Parmi les questionnements spatiaux citons la prise en compte d'une hétérogénéité spatiale pour les choix agricoles et son impact sur la pollution, abordée par Beaujouan et al. (21), ou encore le modèle de Feuillette (21) qui simule l'impact sur la nappe du creusement des puits. Ici l'hétérogénéité est introduite par le modèle social qui modifie les choix d'interaction à la ressource : un modèle économique et social lui permet d'estimer l'intérêt et le choix pour un agriculteur de creuser un puits. Nombre de modèles suivent un découpage régulier de l'espace, les entités observées étant de type densité dans l'unité spatiale. C'est le cas des automates cellulaires, qui font parfois appel à des Systèmes d'information Géographique (SIG) (base de données spatiales). Ainsi BASINS simule l'évolution quantitative et qualitative de l'eau, en intégrant des sources de pollution ponctuelles et diffuses à l'aide d'un SIG. La simulation peut porter plus spécifiquement sur l'occupation du sol, et plus particulièrement sur le développement urbain ; le lien à la ressource est alors indirect (Batty et al. 1999, White et Engelen 2, qui couplent deux modèles (économique et territorial) à deux échelles différentes). Le modèle EcoBalance d'harmaajärvi (2) s'appuie sur des données de type SIG pour calculer le coût économique et écologique (fournis de façon synthétique) du développement humain ; une description spatiale précise permet ici d'obtenir un résultat peu intuitif : en effet les villages 'écologiques' s'avèrent en moyenne plus coûteux pour l'environnement, en particulier en raison de leur isolement et de la pollution liée au transport de ses habitants. 19

20 Enfin un ensemble de modèles lient plus généralement le développement humain à la ressource pour évaluer l'impact des choix de gestion sur l'environnement. Ainsi l'objectif de PLM (Voinov et al. 1999) est d'estimer les facteurs d'influence anthropiques sur l'écosystème pour permettre d'élaborer des stratégies efficaces afin de mieux préserver les ressources. Il utilise un SIG. Il reprend le sous-modèle GEM (simulant la quantité et qualité de l'eau ainsi que le développement des algues et macrophytes : Fitz et al. 1996), appliqué sur les cellules d'une grille régulière (caractérisées chacune par un habitat). Les flux transversaux entre cellules sont simulés. Le modèle d'extension de la zone résidentielle s'appuie sur une estimation de l'intérêt économique d'une conversion, qui dépend de l'environnement, des infrastructures, de la politique gouvernementale, ce qui permet d'évaluer l'impact de choix de gestion sur l'environnement. Martin et al. (1999) étudient comment les choix agricoles conditionnent la survie d'un poisson (topeka shiner). Weber et al. (21) s'intéressent à l'expansion de l'alouette, en couplant à l'aide d'un SIG trois sous-modèles : un modèle calculant l'occupation du sol suivant une procédure d'optimisation économique, un modèle hydrologique (SWAT) et un modèle écologique de type automate cellulaire. Bergh et al. (21) calculent des indicateurs de qualité environnementale (survie ou non d'espèces) pour comparer différents scénarios de développement économique ; le découpage se fait sur une grille régulière (utilsation du logiciel MODFLOW). D. Conclusion Les interactions entre l'homme et la ressource sont diverses, se font à différentes échelles, et varient spatialement non seulement par leurs caractéristiques, mais par leur nature (elles peuvent porter sur la quantité ou sur la qualité de l'eau et ne sont pas les mêmes en zone agricole ou urbaine, par exemple). De plus sur ces exemples nous pouvons voir un lien fort entre l'échelle des interactions et la représentation humaine. En effet pour l'eau, que ce soit le linéaire de la rivière ou une simulation surfacique des flux, on observe qualitativement la même chose, et à des échelles géographiques proches. Au contraire on observe une grande diversité quantitative et qualitative de représentation, de l'agriculteur à l'exploitation (regroupant plusieurs travailleurs), à l'usine hydroélectrique (entité économique), à la ville, et enfin à l'évolution de l'occupation du sol (agricole mais aussi extension résidentielle et urbanisation) qui reflète des choix collectifs influencés par l'économie et la politique nationale (déterminés à l'extérieur du bassin versant) et où l'individu en tant que tel n'apparaît plus. Pour refléter toute la complexité des interactions en jeu qui est sujet de recherche Pickett et al. (1997) proposent un modèle conceptuel très général de l'intégration humaine dans l'écosystème. Il permet de rendre compte la multiplicité des interactions en décrivant différents types de caractéristiques pour chacun des sous-systèmes (processus, structures, règles d'évolution) et en considérant différents niveaux (physique, cognitif). Il définit de plus un sous-système hybride, à l'interface entre écosystème et société humaine. Cette description élaborée des sous-systèmes en présence permet de représenter la complexité des interactions, et plus particulièrement la diversité des déterminants et des règles d'évolution humaines qui interfèrent avec l'environnement et qui se traduisent entre autres par la diversité des échelles en jeu (de l'individu aux institutions, aux normes, à l'économie). Ce rapide tour d'horizon montre toute la complexité du couplage entre la ressource eau et les activités humaines, abordée par les modèles existants suivant différentes pistes. Dès lors ce 2

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION EN "GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE"

OFFRE DE FORMATION EN GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE ASSOCIATION NATIONALE D ACTIONS ENVIRONNEMENTALES (A.N.A.E.) OFFRE DE FORMATION EN "GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE" Janvier 2015 Lot II Y 39A Bis Ampasanimalo Antananarivo Tél 020 22 680 36-032 40

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME AVEC LE SDAGE DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE 2010 FICHE 1. LES ORIENTATIONS ET DISPOSITIONS DU SDAGE A TRADUIRE DANS LES DOCUMENTS D URBANISME DIRECTIONS DEPARTEMENTALES

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne Le Tableau de Bord du SAGE Vienne - Décembre 2008 - Etablissement Public du Bassin de la Vienne 3 place du 11 novembre 87220 FEYTIAT Tél. : 05.55.06.39.42 Fax. : 05.55.30.17.55 epbv@epbv.fr www.eptb-vienne.fr

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE VOS CONTACTS : Sandrine LIEBART Conseillère Formation Génie Technique et Ecologique, Systèmes d'information Géographique sandrine.liebart@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Nadine POLOMBO Ecole polytechnique de l'université de Tours Département Aménagement npolombo@univ-tours.fr Le projet SIG n'est pas seulement un

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE

SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE Etudes du et du Projet d'electrification Rurale SECTION 4 : ELABORATION DU SYSTEME D'INFORMATION INTEGRE TABLE DES MATIERES PAGE 1. Introduction 1 2. Composition du Système d'information Intégré (SII)

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Annexe 2 INFORMATION ET GESTION. Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies de la gestion

Annexe 2 INFORMATION ET GESTION. Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies de la gestion Bulletin officiel hors-série n 1 du 12 février 2004 Programme des lycées (pages 56 à 61) Annexe 2 INFORMATION ET GESTION Spécialité «Communication» Classe de première de la série Sciences et technologies

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

Distribution d'une interface de modélisation pour ns-2

Distribution d'une interface de modélisation pour ns-2 UFR Sciences et Technologies Université de la Réunion Distribution d'une interface de modélisation pour ns-2 Master 1 Sciences et Technologies de l'information et de la Communication (STIC) LAROSE Cedrik

Plus en détail

Processus de développement UP

Processus de développement UP Chapitre 1 Processus de développement UP I. Pourquoi UP? II. Définition III. Activités et phases IV. Modèles mis en place 1. Pourquoi UP? Les notions de base acquises dans le module ACOO1, notamment la

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Présenté par : Mr. Hassan BAHHAR

Présenté par : Mr. Hassan BAHHAR المملكة المغربية Royaume du Maroc Secrétariat d État Chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Programme National de lutte contre la Pollution Atmosphérique (PN-Atm) Présenté

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

3- Qu'est-ce qu'un SIG

3- Qu'est-ce qu'un SIG 3- Qu'est-ce qu'un SIG Essentiel de la géomatique version 7 Les ministères en charge du développement durable, du logement, des territoires et de l'agriculture 15 mai 2013 Paternité - Pas d'utilisation

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes 3. ÉPREUVES À l issue des épreuves orales, aussi bien en CCF qu'en forme ponctuelle, les s ne donnent aucune indication sur la valeur de la prestation du candidat. La note proposée n'est pas communiquée

Plus en détail

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne point de vue sur l importance attributaire d un référentiel 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional.

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional. C. Une nécessaire clarification des règles relatives aux mesures compensatoires Dans le cadre du principe «Eviter Réduire - Compenser», les conseillers rappellent la nécessité de clarifier les règles inhérentes

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL"

LE COMITE ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL" Placé auprès du Secrétaire d'etat chargé de l'environnement, le Comité EGPN est l'un des groupes consultatifs du SRETIE. Composé de scientifiques,

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE Le développement durable relève aujourd'hui du droit public : Traité d'amsterdam pour l Europe, et pour la France, LOADDT, Loi d'orientation

Plus en détail

Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles

Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles Écotoxicité des polymères organiques de synthèse placés en fin de vie dans les sols agricoles Partie I : Synthèse bibliographique sur l'écotoxicité des plastiques dits "biodégradables" Partie II : Biodégradation

Plus en détail

Géolocalisation pour l'information environnementale. Besoins et enjeux, le cas de l'eau.

Géolocalisation pour l'information environnementale. Besoins et enjeux, le cas de l'eau. Géolocalisation pour l'information environnementale. Besoins et enjeux, le cas de l'eau. René LALEMENT ONEMA Conseil scientifique du SOeS, 10 avril 2015 Un sujet politique et technique (Presque) toutes

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE

SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE 1 SGBDR et conception d'un système d'information avec MERISE Séminaires Codes & Travaux @ IRISA 26 Avril 2007 Anthony ASSI Ingénieur Expert R&D Plateforme Bio Informatique / Equipe Symbiose 2 SGBDR : Système

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

Évaluation des incidences Natura 2000 Trame simplifiée pour les actes d'urbanisme

Évaluation des incidences Natura 2000 Trame simplifiée pour les actes d'urbanisme Évaluation des incidences Natura 2000 Trame simplifiée pour les actes d'urbanisme 1 / 14 Sommaire PREAMBULE...3 1. Description du projet...4 2. Identification du ou des sites Natura 2000 concernés...5

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

DOCUMENT D'INCIDENCES pour l'élaboration de votre dossier de Déclaration Loi sur l'eau

DOCUMENT D'INCIDENCES pour l'élaboration de votre dossier de Déclaration Loi sur l'eau RAPPEL DES REFERENCES DU DOSSIER (réservé à l'administration) N Cascade :... Date de dépôt :... Tampon GUE : Direction Départementale des Territoires du Gers Guichet unique de l'eau DOCUMENT D'INCIDENCES

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation

Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Les fiches En Lignes fiche n 39 Décembre 2007 Évaluer la satisfaction des participants à une action de formation Sommaire : Pourquoi évaluer?---------------------- p. 1 Quoi évaluer?----------------------------

Plus en détail

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Lapointe Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

Agence Nationale de la Recherche. Projets de Recherche et d'innovation 2005. Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H

Agence Nationale de la Recherche. Projets de Recherche et d'innovation 2005. Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H Agence Nationale de la Recherche Projets de Recherche et d'innovation 2005 Plan d'action National sur l'hydrogène et les piles à combustible PAN-H Programme DRIVE : Données expérimentales pour l évaluation

Plus en détail

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES BULLETIN DE l'acn n 28 INSEE Association de Comptabilité Nationale 18, bd Adolphe Pinard 75675 PARIS CEDEX 14 (France) DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES Henri DUPRAT

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES

ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉVALUATION DES PARAMÈTRES CINÉTIQUES DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES APPLICATION AUX COMBUSTIBLES MIXTES ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE POUR L'OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR ÈS SCIENCES TECHNIQUES PAR

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

DDE60 / SAUE. Juin 2009. Atlas des zones de ruissellement de l'oise Méthodologie de constitution des données

DDE60 / SAUE. Juin 2009. Atlas des zones de ruissellement de l'oise Méthodologie de constitution des données DDE60 / SAUE Atlas des zones de ruissellement de l'oise Méthodologie de constitution des données Atlas des Zones de Ruissellement de l'oise Calculs de bassins versants à l'aide l'extension ArcHydro d'arcgis

Plus en détail

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE

Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE Le Système Relationnel d Audit de l Hydromorphologie des cours d eau d eau SYRAH- CE État d avancement Johann MOY Bureau des milieux aquatiques Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable

Plus en détail

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord

AlivrableV.3. Phase1. Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux. Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Direction Départementale des Territoires et de la Mer Nord Méthode particulière de définition des aléas et des enjeux p.5 Introduction Pourquoi un PPR? p.7 Partie 1 Méthode de détermination de l aléa p.22

Plus en détail

Perception de l'espace et modélisation Responsable: Dominique Schneuwly, Regis Caloz

Perception de l'espace et modélisation Responsable: Dominique Schneuwly, Regis Caloz Geographic Information Technology Training Alliance (GITTA) presents: Perception de l'espace et modélisation Responsable: Dominique Schneuwly, Regis Caloz Table des matières 1. Perception de l'espace

Plus en détail

Un point de vue d'ingénieur sur l'intégration des connaissances et des données pour/par la modélisation et la simulation des socio-écosystèmes

Un point de vue d'ingénieur sur l'intégration des connaissances et des données pour/par la modélisation et la simulation des socio-écosystèmes Un point de vue d'ingénieur sur l'intégration des connaissances et des données pour/par la modélisation et la simulation des socio-écosystèmes RISQUES SANITAIRES Risques sanitaires Émergence et ré-émergence

Plus en détail

Rapport d'analyse des besoins

Rapport d'analyse des besoins Projet ANR 2011 - BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR--2013-17 FR Redacteur : 0. Lhomme Introduction...4 La configuration

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 7 FÉVRIER 2014 DELIBERATION N CR-14/01.067 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE L'EDUCATION Stratégie régionale d'adaptation des structures d'accueil et de travail Programme régional

Plus en détail

Traduire une démarche d évaluation environnementale

Traduire une démarche d évaluation environnementale Fiche pratique 4 Cadrage préalable et évaluation environnementale des documents d urbanisme Traduire une démarche d évaluation environnementale a b c d e f g h i différents éléments attendus du rapport

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Conception par les élèves d exercices d évaluation

Conception par les élèves d exercices d évaluation Conception par les élèves d exercices d évaluation Jean-Jacques Belen, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre au lycée Jean Mermoz de Saint-Louis Discipline : SVT Niveau : Terminale scientifique

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Méthode Analyse Conception Introduction à UML Génie logiciel Définition «Ensemble de méthodes, techniques et outils pour la production et la maintenance

Plus en détail

Méthodes fonctionnelles : SADT

Méthodes fonctionnelles : SADT Méthodes fonctionnelles : SADT Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Introduction Principes de base Représentations graphiques Actigrammes & Datagrammes Conventions simplificatrices

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine

Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine DHI Eau Environnement Santé Conférence francophone ESRI 30 septembre 2009 Outil d aide à la décision pour la gestion hydraulique intégrée des barrages de Haute-Vilaine Samia Mejdi DHI Eau Environnement

Plus en détail

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS 1 - A l'origine, l'atelier Central de l'environnement (ACE) 2 - De l'ace à la Sous Direction de l'aménagement

Plus en détail

Apports des rôles à la construction et à l expérimentation de modèles multi-agents pour la gestion de ressources renouvelables

Apports des rôles à la construction et à l expérimentation de modèles multi-agents pour la gestion de ressources renouvelables Apports des rôles à la construction et à l expérimentation de modèles multi-agents pour la gestion de ressources renouvelables What roles can bring in designing and experimenting agent-based models used

Plus en détail

Projet cindynique Poursuite de l'informatisation de la méthode MOSAR

Projet cindynique Poursuite de l'informatisation de la méthode MOSAR ADAM Carine SARCIAUX Pierre Projet cindynique Poursuite de l'informatisation de la méthode MOSAR Avec B. DEBRAY 1 INTRODUCTION 3 Formalisation du problème 3 La méthode MOSAR 3 Etape 1A: Modélisation systémique

Plus en détail

Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique. PA 201-NYA-EV Calcul différentiel

Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique. PA 201-NYA-EV Calcul différentiel DEC 200.EV - Sciences de la nature, profil EVS 203-NYB-EV 3 Électricité et magnétisme Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique PA 201-NYA-EV Calcul

Plus en détail

Co-construction d'un outil de gestion intégrée sur le bassin du Merguellil, Tunisie

Co-construction d'un outil de gestion intégrée sur le bassin du Merguellil, Tunisie Le Goulven P., Bouarfa S., Kuper M., 2004. Gestion intégrée de l'eau au sein d'un bassin versant. Actes de l atelier du PCSI, 2-3 décembre 2003, Montpellier, France Co-construction d'un outil de gestion

Plus en détail

PROGRAMME FRIEND - AGIRE AIDE À LA GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU

PROGRAMME FRIEND - AGIRE AIDE À LA GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU PROGRAMME FRIEND - AGIRE AIDE À LA GESTION Alain DEZETTER Centre ORSTOM 01 BP 182 Ouagadougou 01 BURKINA FASO Les travaux de la conférence internationale sur l'eau et l'environnement (ICWE, Dublin, Janvier

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Spécificités des eaux de ruissellement

Spécificités des eaux de ruissellement Spécificités des eaux de ruissellement Mardi 9 Avril 2013 CCI du Doubs àbesançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Comment définir les eaux de ruissellement?

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER Université Lyon 2 - Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l Art, Tourisme Institut d Urbanisme de Lyon LICENCE GEOGRAPHIE - AMENAGEMENT Parcours AMENAGEMENT ETUDES URBAINES Licence préparatoire

Plus en détail

Numériser les documents d'urbanisme Quel intérêt?

Numériser les documents d'urbanisme Quel intérêt? Numériser les documents d'urbanisme Quel intérêt? DDT du Rhône 12 octobre 2012 Stéphane LEVEQUE Chargé d Études Planification et Mise en Œuvre Certu Ministère de l Égalité des Territoires et du Logement

Plus en détail

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface Université de Paris Sud - Bât 504 & 509 91405 ORSAY Cedex, France Prospection géophysique sur le site potentiel d'un C.E.T. Imagerie

Plus en détail

LES TACHES DU MANAGER

LES TACHES DU MANAGER 1 LES TACHES DU MANAGER 1 Domaines de Management Avant de définir les tâches, il me semble utile de classer les différents domaines entrant dans le cadre du management d une équipe. J en ai défini cinq.

Plus en détail

Loi utilisation sous-sol

Loi utilisation sous-sol Loi utilisation sous-sol Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant l'auteur de l'évaluation

Plus en détail

LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Projet de guide ZH Agence de l Eau Loire-Bretagne - Ouest-Aménagement Colloque SAGE M.

LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Projet de guide ZH Agence de l Eau Loire-Bretagne - Ouest-Aménagement Colloque SAGE M. LES ZONES HUMIDES POTENTIELLEMENT : Espaces de forte valeur patrimoniale (faune et flore) : - refuges de biodiversité (nombreuses espèces végétales et animales) - milieux («habitats naturels») favorables

Plus en détail

Corrigé - Exercices. A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions.

Corrigé - Exercices. A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions. Exercice 1 A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions. 1. D'après vous, pourquoi utilise-t-on le terme d'«urbanisation» plutôt que celui d'«urbanisme»? On utilise le terme

Plus en détail

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Point de vue géographique UMR 7300 Espace Université d Avignon GDR MoDys École Thématique Modys : Modélisation et

Plus en détail

SAGE Ellé Isole Laïta. De l élaboration du SAGE vers sa mise en œuvre :

SAGE Ellé Isole Laïta. De l élaboration du SAGE vers sa mise en œuvre : SAGE Ellé Isole Laïta De l élaboration du SAGE vers sa mise en œuvre : Plouëc du Trieux Le 7 octobre 2009 917 km 2 Le bassin versant Ellé-Isole-Laïta 38 communes 3 départements Initiation de la démarche

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre? Secrétariat du Grand Conseil QUE 115-A Date de dépôt : 2 octobre 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un

Plus en détail

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 131 sur 138 Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 132 sur 138 Carte

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail