. Paul MBA ABESSOLE. Libreville, le 3:0/03/20 I 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". Paul MBA ABESSOLE. Libreville, le 3:0/03/20 I 3"

Transcription

1 . Paul MBA ABESSOLE Libreville, le 3:0/03/20 I 3

2 -Table des matières O. INTRODUCTION 01. Le contenu du changement 0.2. Lanécessité d'une cohérence idéologique 1. La définition du changement L.L. l'initiation. '1..2. La rupture totale 1.3. Le toilettage 2. Les niveaux du changement 2.'l.,. Au niveau des choses 2.2. Aaniveau des hommes 2.3. Au niveau des intelligences 3. Les résistances du changement 3.1- L'inertie 3.2. Les thèmes à discussions sans fins Le sabotage Le Tribalisme La révolte 4. Les conditions du changement 4.1,.La formation 4.2.Les informations 3 J T t4 t4 16 t6 t7

3 I 4.4.La valorisation du principe.< réussir ensemble,, 4.5. Ladisponibilité des promoteurs du changement T7 18 I rl I I 5. Comment conduire un changement 5.L. Les hommes et les femmes du changement 5.2. Les ignorants 5.3. Les sceptiques 5.4. Les actants éclairés? 6. Quelle méthode? 6.'l,La mauvaise expérience de la conférence nationale 6.2La méthode de Jésus 7.La stratégie et la tactique? 7 l.la stratégie 7.2La tactique 8. Le RPG et le changement 8.1 Le RPG, un parti du changement 8.2Le RPG, parti d'avenir 18 t9 T T

4 O. lntroduction Le contenu du changement. De quelque bord politique que I'on soif tout le monde aspire au changement. Mais on ne lui donne pas le même contenu, soit à cause du niveau où on I'envisage, soit à cause de I'idéologie dont on se réclame. En ce qui concerrre le Rassemblement Pour le Gabon, le changement n'est pas une simple idée que I'on agite pour attirer les gens, mais une volonté de faire sortir le Gabon et ses habitants du sous-développemen! Ie plus rapidement possible, une ambition permanente. Cæ, dans I'oppositiorç hier, conune dans la Majorité Républicaine pour I'Emergence, aujourd'hui, nous parlons du changement en termes identiques, depuis plus de vingt ans.

5 0. 2. La nécessité d'une cohérence idéologique. On sait qu'un menteur ne se souvient jamais de ce qu'il a dit. ]'en ai fait I'expérience à maintes reprises. I'ai eu I'occasion de discuter avec nombre de personnalités politiques, religieuses et autres. ]'avais toujours pris soin de noter par écrit ce qu'elles me disaient sur différents sujets que nous avions abordés ensemble. I'ai eu I'occasion de discuter avec certaines de ces personnalités plusieurs fois. En relisant mes notes, je me suis rendu compte que leurs différentes positions étaient en contradiction. C'est ainsi que j'ai découvert qu'elles n'avaient pas dit la vêrité, car la vérité est nécessairement cohérente. Ce qui vaut pour les hommes vaut aussi, à mon sens/ pour les partis politiques. Tout le monde, au Gabory peut reconnaître que le RPG, depuis 1990, tient toujours le même discours. Combien de partis politiques peuvent en dire autant dans notre pays?,'l Li

6 0.2. Le plan de notre exposé. Notre exposé comporte huit parties: 1.La définition du changement. 2.Les niveaux du changement. 3. Les résistances au changement. 4. Les conditions du changement. 5. Les hommes et les femmes du changement. 6. Quelle méthode pour le changement? 7. Quelle stratégie et quelle tactique? 8. Le RPG et le changement. 1. La définition du changement. Le changement, à quelque niveau que I'on se place, est le fait de passer d'un état à un autre, en bien ou en mal. Ce passage se fait se de trois manières.

7 1. 1. L'imitation. D'abord r pàr l'imitation qui est un faire semblant. On change les mots, en laissant les réalité telle. C'est conune si on peignait une vieille maison sans y ajouter une transformation. Nous excluons ce changement qui, pour nous, n'en pas un. 1,.2. La rupture totale. En suite par une rupture totale avec ce qui était avant pour entrer dans une réalité totalement différente. Il s'agit ici, d'une aliénation. On sort de sa culture pour entrer dans une autre au point qu'on ne retrouve plus une trace de la culture d'origine. Ce passage est une assimilation. Il s'agit ici d'un changement négatif. Nous rejetons ce changement qui est une révolution. L'on sait que toute révolution entraine et des traumatismes dont difficilement. des violences on se libère

8 L.3. Le toilettage. Enfin par un toilettage du modèle originel, qu'on enrichit avec de nouveaux éléments. Ce changement est une transformatiorç c'est-à-dire une mutation en une autre forme avec le reflet de celle qui existait auparavant. C'est cette dernière qui nous intéresse, c'est elle qui constitue le vrai progrès. Nous ne sonunes pas pour n'importe quel changement, mais pour un changement positif, un changement-progrès. 2. Les niveaux du changement. Autant que possible, Ie changement doit être endogène. Il doit se justifier par des causes internes. Autrement dit, it doit être le résultat d'une analyse des réalités de la vie de ceux qui sont concernés par le changement. Il en est ainsi des changements politiques dont les causes sont les injustices dans une société, injustices contre lesquelles réagissent des victimes. L'on peut accepter de joindre à ce changement des éléments exogènes, comme dans le cas de l'adoption

9 des technologies nouvelles. 2.L. Auniveau des choses. Les changements peuvent intervenir au niveau des choses. Celles-ci sont disposées d'une certaine manière et ont entre elles, un type de relations. On peut modifier cette disposition et en adopter une autre sans que les choses cessent d'être ce qu'elles sont. Quelqu'un peut décider d'organiser I'intérieur de sa maison d'une autre manière; un commerçant peut disposer son magasin autrement. Le nouvel ordre introduit un changement. On peut également transformer une forêt en une plantation de bananiers ou d'autres produits agricoles. Une maison d'habitation peut se changer en une école ou en une aire de jeu intérieur. Un bon exemple, à cet égard, dans le livre de la genèse où il est dit qu'au commencement, il y avait un tohu bohu, c'est-à-dire un désordre général. C'est dans celui-ci que Dieu intervient et imprime une organisation. il donne à chaque chose une place, une

10 Iimite afin qu'elle joue pleinement son rôle dans l'ensemble de la création (Gn '1,, 1.-29). Dieu promeut le changement par sa parole: < Dieu dit >) Dire (< amar )) ; en hébreu, veut précisément dire < prononcer un oracle o Aa niveau des hommes. Les changements peuvent aussi se produire dans la vie des hommes: soit par rapport à la gestion de leur communauté où ils exercent le pouvoir les uns après les autres avec des idéologies, des systèmes politiques différents, instituant ainsi un cycle de changements dans leur vie; soit par rapport à leur mode de vie: on peut passer d'un système traditionnel à un système industriel, à un niveau de vie plus ou moins aisée, selon les périodes historiques. On peut changer les responsables et en mettre d'autres à leur place.

11 2. 3. Au niveau des intelligences. Les changements peuvent enfin se produire au niveau des intelligences humaines. L'on sait que la plus grande maladie de f intelligence est I'ignorance. Le changement, dans ce domaine, repose essentiellement sur la lutte contre le non savoir par I'enseignement. On donne aux intelligences une formation et une flexibilité qui leur permettent de se développer positivement. Mais quel que soit le changement et à quelque niveau qu'il se situe, il comporte toujours des transformations qui passent par des étapes. On peut passer pil des toilettages, par des ruptures ou par des conflits parfois. La transformation demande de donner une autre forme ou un autre contenu aux choses existantes. Cela nécessite un travail qui demande des efforts physiques et intellectuels. Des efforts physiques par lesquels on met les corps en activité pour transformer I'environnement. Si on veut transformer une

12 forêt en une plantation de bananiers, il faut débrousser I'herbe, abattre les arbres, préparer la tene à accueillir les semences, etc... Des efforts intellectuels aussi. Il faut analyser les hommes, Ies choses et les situations afin de prendre des orientations qui permettront d'aboutir aux résultats souhaités. On fait des choix. Le changement peut exiger qu'on sorte certaines personnes du système pour y faire entrer d'autres, plus efficaces, capables d'innover afin que les choses ne soient plus conune avant. I1 ne s'agit pas d'opposer les jeunes et les anciens, mais d'utiliser autrement toutes les compétences et tous les savoir-faire. On rompt avec le passé ou avec une partie de celui-ci, afin de faire émerger de nouvelles réalités. Cela ne va pas sans peine. Car on rencontre souvent des résistances. \t

13 3. Les résistances au changement. En effet, l'abandon de certaines habitudes de faire ou de penser entraîne parfois des conflits et suscite des résistances qui prennent plusieurs formes L'inertie. La forme la plus courante est I'inertie qui est apathie, manque d'activité, indolence, manque d'énergie, manque d'initiative. Elle est souvent non dite. Dans ce cas, on parle de changement et on fait semblant d'être d'accord avec ce qui est décidé pour changer les choses, mais on ne fait rien concrètement pour faire bouger les choses. On se contente de grandes déclarations qui s'évanouissent après les réunions. La procrastination ou Ia remise de I'application des décisions au lendemain est, ici, I'arme principale. On répand I'atonie dans tous les centres d'action. L2

14 3.2. Les thèmes à discussions sans fin. Après I'inertie vient la de I'introduction des thèmes de débats qui donnent lieu à des discussions sans fin. On va d'une explication à une autre, sans arriver à prendre des décisions concrètes. Nous connaissons bien cela dans notre pays, dans nos partis politiques, dans nos familles. Finalement on tourne en rond et on se met dans I'incapacité de mener un changement à son terme. La technique est celle du dilatoire Le sabotage. Le sabotage est aussi une autre façon de résister au changement. On met tout en æuvre pour rendre les décisions inapplicables, pour empêcher d'avancer. Par exemple, oî coupe le courant pour empêcher qu'une réunion ne se tienne le soir ou on sabote le moteur d'une voiture qui doit conduire à un lieu où doit se tenir une 13

15 réunion en vue de prendre des décisions importantes pour le changement. Ou alors on qualifie le changement à engager comme une ineptie Le tribalisme. Viennent ensuite les préoccupations tribalistes de bas étage qui démobilisent une partie des gens capables de promouvoir Le changement; la géopolitique systématiquement appliquée dans tous les domaines d'action est très négative. On se cache derrière ce qu'on appelle l'équilibre ethnique, oublieux qu'une appartenance ethnique ne confère pas une compétence. La compétence, il faut le dire bien fort, est le résultat des études ou d'un apprentissage. Personne ne naît savant on le devient par un travail assidu. t4

16 3. 5. La révolte. Enfin, le moyen extrême de résister contre le changement est la révolte qui conduit aux violences et à tous les extrémismes dont le principe est le refus de tout dialogue. Les extrémismes ont pour objectif d'anéantir I'autre différenû ils occultent les raisons des choses parce qu'ils sont incapables d'analyse objective. Ils ressemblent à un homme qui, voulant enlever la mauvaise herbe de son champ, y met du feu. Le résultat il détruit et la mauvaise herbe et le bon Sain. La politique de la terre brûiée n'ouvre à un aucun changement. il y a beaucoup d'autres techniques de résistance face auxquelles peuvent se trouver les promoteurs du changement. Ces derniers, orr le devine, doivent faire partie d'une élite. Un wai changement demande des hommes et des femmes compétentes pour le mener jusqu'à son aboutissement. Il faut des hommes et des femmes qui expliquent le changement et montrent son

17 bien- fondé. Pour qu'un changement soit effectif, il faut que la majorité des bénéficiaires I'acceptent. Il faut pour cela plusieurs conditions. 4. Les conditions du changement Les contacts directs La première condition à notre avis, est la proximité qui veut que les promoteurs du changement aient des contacts directs et permanents avec ceux qui sont concernés par leur démarche. Il faut présenter les choses dans un langage compréhensible, le changement doit naturellement passer par la culture de ses bénéficiaires La formation. La deuxième condition est la formation. Elle exige une initiation spécialisée ou un niveau suffisamment élevé pour faire comprendre et aimer le changement. Cette formation doit être faite dans Ie domaine relatif au 16

18 i 0 changement. Elle fait acquérir des connaissances sur I'objet du changement, et sur ses enjeux. Les connaissiltces ne srinventent pâs, on les acquiert dans des écoles ou lors des stages organisés à cet effet Les informations. La troisième condition est la diffusion des informations. Tous les concernés par un changement doivent être à un niveau d'information suffisamment élevé. Celle-ci doit circuler à l'aide d'un organe d'information. Contrairement à ce qu'on croit, cacher l'information mène à l'échec et Ia communiqu$ conduit au succès La valorisation du principe ensemble>>. La quatrième condition est la valorisation du principe: << on ne peut réussir qu'ensemble,r. Il est nécessaire d'impliquer T7

19 le maximum d'honunes et de femmes pour montrer qu'il s'agit d'une action qui profite à tout le monde. Chacun doit, à son niveau, contribuer à la réussite. \ 4.5. La disponibilité du promoteur du changement. La cinquième condition est la disponibilité. Un promoteur du changement doit être ouvert et accessible à tous. S'il ne peut pas parler à tout le monde, il doit encourager des rencontres afin que tous prennent la mesure des enjeux du moment. Toutes ces conditions relèvent du principe de la démocratie participative qui veut qu'on ne décide rien avant d'avoir pris I'avis des concernés par la décision. 5, Comment conduire un changement? Un changement ne se mène pas n'importe comment, il faut savoir en déterminer les différentes étapes, c'est-à-dire mettre en 18

20 place une stratégie, qui consiste à choisir des actions susceptibles de conduire efficacement au but fixé. Une fois que les étapes sont déterminées, on étudie la tactique qui établit la succession des actions à poser/ s uls provoquer des secousses susceptibles de retarder la réalisation de I'objectif poursuivi Les hommes et les femmes du changement. Avec qui mener un changement? L'objectif, pour être atteint, a besoin d'une équipe d'hommes et de femmes choisis avec soin. I1 faut tenir à l'écart du changement les ignorants, les naiïs, les sceptiques et methe les actants éclairés au cæur de toute activité Les ignorants? Les ignorants, ceux qui sont incapables de poser de vraies questions ou de donner des informations de quelque intérêt que ce soit pour atteindre le but. On les reconnaît par le

21 fait qu'ils sont toujours hors-sujet, dans leurs questions et dans les réponses qu'ils donnent à certaines questions Les naïfs? Les naifs croient à tout ce qu'on leur dit. Ils se fient aux apparences parce qu'ils n'ont personnelles. Ils pas de convictions rapportent tous les cancans et les.. kongossas >> des quartiers. Ils répètent comme des perroquets toutes les rumeurs des cafés et des bars de la ville. Ils récitent tout ce qu'ils entendent, colrune des perroquets, sans rien y comprendre Les sceptiques? Les sceptiques ne croient en rien, doutent de tout, même d'eux-mêmes. Leur scepticisme est propre à démobiliser ceux qui ont envie d'avancer. On les reconnaît à leurs questions: < Est-on sûr qu'en faisant cela on va avoir les résultats escomptés? A-t-on suffisamment analysé les obstacles que I'on va rencontrer >> De telles questions, sont a

22 propres à amener ceux qui des entendent à << se décourager > Les actants éclairés. Les actants éclairés sont choisis parmi les hommes et les femmes, capables de promouvoir le changement. Ils savent analyser objectivement les sifuations, les choses et les personnes. Ils peuvent lire à I'intérieur des choses et voir leurs relations de cause à effets avec d'autres choses. Ils savent mesurer et affronter les difficultés pendant longtemps. Ils sont endurants et fidèles. Et parce que fidèies à une idée, ils sont incomrptibles. 6. Quelle méthode? I ne suffit pas d'avoir les ressources humaines pour promouvoir efficacement un changement, il faut avoir aussi une méthode. Car la plupart des changements n'aboutissent pas à cause de leur mauvais management. Tel fut le cas de notre fameuse Conférence Nationale, en t

23 6.7. La mauvaise Conférence Nationale. experrence de la Je considère que la Conférence Nationale de 1990 (23 mars-l9 avril) dont on parle, aujourd'hui, comme d'un succès a êtê, certes, une expérience, mais une mauvaise expérience. Elle aurait pu être bénéfique pour notre pays s'il ne s'y était trouvé une bande de saboteurs. je rappelle que j'avais émis l'idée de cette rencontre nationale, dès le 8 août!983, lors de ma première conférence de presse, en tant de Présidant du Mouvement de Redressement National (MORENA), à I'hôtel WAGRAM, à Paris. J'avais lancé un appel à la réconciliation nationale; en ces termes: compte immédiate du profond désir de changement du peuple gabonais. Et par conséquent, la CONVOCATION, dès le lendemain de la fête nationale, d'une TABLE RONDE entre le MORENA et le PDG, sur la démocratisation du pays ". C'est dans le prolongement de cette idée de

24 t réconciliation nationale, que jravais préconisé, au cours de la Conférence Nationale, le Rassemblement Social Démocrate Gabonais (RSDG). Dans ma compréhension, c'était non pas un pafti politique comme ont voulu faire croire des gens de mauvaise foi dont l'objectif était de me barrer la route, mais un laboratoire où, après Vingt-trois ans de monopartisme, pil conséquent de pensée unique, nous devions apprendre à discuter ensemble des graves sujets concernant I'avenir de notre pays. Il fallait absolument éviter d'improviser et'de se lancer dans des aventures. Nous pouvions nous donner trois ans pour cet apprentissage. Mais j'ai été traité de tous les norns par nos prétendus intellectuels. C'est ainsi que nous nous sonunes engagés dans laventure du multipartisme où nous nous trouvons enlisés, aujourd'hui. On fait de I'opposition par coquetterie, on exerce le pouvoir par volonté de puissance et non par amour pour le pays. Qui a raison? Qui a tort? Qu'on me dise lequel des deux

25 hommes, perdus dans une forêt et qui marchent chacury dans une direction opposée du village, a raison ou tort! Il faut bien reconnaître que nous n'avons atteint aucun des objectifs que nous avions visés à la Conférence Nationale, à cause des extrémistes dont, du reste, certains étaient complices secrets du pouvoir en place. De mon point de vue, il nous fatft une méthode efficace pour réussir. Avant tout, une précision de vocabulaire: on confond souvent méthode et méthodologie. La méthode, (dr grec < méta = selorl suivant > et de.. odos = voie, route ") est Ie chemin à suivre pour atteindre un objectif, c'est une sorte de balisage du chemin. Par contre, la méthodologie est le discours sur I'art de baliser rationnellement un chemin ou un cheminement, en vue de découvrir la vétitê, un trésor ou un objectif. je redonne, plus de vingt ans après, la méthode que j'ui toujours prônée pour arriver à un vrai changement au Gabon. Ma 24

26 méthode est fondée sur celle de Jésus, personnage historique auquel même les non-croyants peuvent se référer, car c'était un Maître, <( un Rabbi ". 6.2.La méthode de Jésus. La méthode de Jésus pour le changement était homéopathique. L'homéopathie est un système de soins médicaux qui consiste à traiter la maladie par des re-mèdes qu'on suppose avoir la propriété de produire des symptômes semblables à cette maladie et qu'on administre à dose infiniment petite. ii Comment a-t-il procédé? Face à un système religieux corrompu, pourri, avec les prêtres, les scribes, les pharisiens et les docteurs de la loi, il l'a pris en compte sans s'y identifier. il y a produit un discours invitant au dépassement de I'existanÇ il y a proposé des valeurs nouvelles qu'on pourrait qualifier de modernes. Il a donné son programme, dans l'évangile de lean, résumé par cette phrase:.,

27 ]e suis le chemin (odos) et la vérité (alêthéia) et la vie (Zôe) " 0t'1.4,6).Il ne s'est opposé à personne directement, mais ses déclarations situaient chacun de ceux qui l'écoutaient. Nous sommes face à une politique des petits pas. On avance à la manière de I'eau qui inonde sans faire de bruit. Il faut donner à chacury pffi une sorte de maïeutique, un pouvoir de distanciation vis-à-vis de ce qu'ii est et de ce qu'il pense. Un être humain ne peut changer que s'il a appris d'abord à se dédoubler, c'est-à-dire à être capable de se mettre en cause. Et se metile en cause, c'es.t reconnaître que ce qu'on est et ce qu'on a n'a pas de valeur éternelle, qu'il y a toujours possibilité de bien ou de mieux viwe que maintenant. Pour avancer d'un pas sûr, il faut avoir une stratégie et une tactique. 7.La stratégie et la tactique? 7.1. La stratégie. i - Le mot stratégie, pour les hellérristes, est dérivé du grec 26

28 armée> et (< ageirt conduire>>. Ce dernier terme est relatif à I'habileté à diriger, à coordonner des actions pour atteindre un objectif. Il s'agit d'une analyse des situations, des différents éléments dont celles-ci sont faites, de leur corrélation. C'est à partir de cette analyse que I'on détermine les différentes étapes à parcourir La tactique. La tactique est déterminée par I'ordre et par la manière dont les actes doivent être engagés. Elle exige la présence sur Ie terrain des acteurs les plus qualifiés qui doivent sradapter en permanence aux différentes situations, sans dévier de I'objectif à atteindre. 8. Le RPG et le changement. I1 faut dire que, pt rapport à la conception du changement, le Rassemblement Pour le Gabon reste un Parti Spécial. I1 voit le 27

29 changement corrune un ensemble de choses propres à produire le bien-être à I'homme dans son intégralité. Pour ce Parti, le changement ne doit êffe considéré conune tel, chez un peuple, que s'il assume la culture de celui-ci, son mode d'être dans un environnement spécifique Le RPG, un parti du changement. Le RPG est le seul Partt, au Gaboru aujourd'hui, à proposer le même projet de société depuis plus de Vingt-deux ans. C'est dire gu'il se situe bien au-delà des visions partisanes et politiciennes. Le changement, selon lui, a conune fondement: I'homme éduqué, sain, ayant un emploi et un toit. En dehors de cela, le changement n'est qu'illusoire. Voilà pouquoi nous invitons tous les Gabonais à se rassembler pour la réalisation de cette ambition 28

30 8.2.Le RPG, parti d'avenir. Le RPG est passé par bien des difficultés: les sabotages orchestrés par ses adversaires, les brimades, les humiliations, les trahisons, I'achat de certains de ses militants, le vol de ses victoires. A aucun moment, il n'a fait appel à la violence. Au contraire, il s'est toujours efforcé d'éviter les positions extrémistes. Pour lui, il faut, avant tout, sauvegarder I'unité des Gabonais. Il a toujours défendu la paix en invitant les uns et les autres à dépasser les clivages. politiques. I1 est toujours resté sur cette position. Voilà pourquoi on peut dire que le RPG est un parti d'avenir aussi bien pour les jeunes que pour les anciens. Fait à Libreville, le 30 Mars Paul MBA-ABESSOLE. 29

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

LA LECTURE, C EST L AFFAIRE DE TOUS

LA LECTURE, C EST L AFFAIRE DE TOUS LA LECTURE, C EST L AFFAIRE DE TOUS Michel Eymard INTELLECTUELLEMENT, J'AI COMPRIS... Depuis quelques années, nous nous sommes appliqués, d'abord à nous convaincre, ensuite à démontrer, que : "L'ENFANT

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA Q. : Quelle est la repre-ientatìvìte- du MORENA? R. : On m a dit qu actuellement le MORENA aurait 80 % de sympathisants...

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

«Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera. Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante :

«Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera. Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : «Entretien avec Nejia Ben Mabrouk» Françoise Wera Ciné-Bulles, vol. 8, n 3, 1989, p. 20-23. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/34287ac Note : les règles

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents Le Programme de formation Le premier cycle du primaire Information aux parents Septembre 2000 En septembre prochain, votre enfant sera au premier cycle du primaire, c'est-à-dire qu'il ou elle entrera en

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

2. En quoi le marché des connaissances sert-il aux apprentissages des élèves?

2. En quoi le marché des connaissances sert-il aux apprentissages des élèves? 1. Qu'est-ce qu'un marché des connaissances? Un marché des connaissances, c'est un moment organisé et structuré pour permettre à une partie des enfants que nous appelons " marchands " de partager avec

Plus en détail

Bilan de stage à Montréal!

Bilan de stage à Montréal! Bilan de stage à Montréal! J'ai commencé mon deuxième stage au Centre de Réadaptation en Déficiences Intellectuelles et en Troubles Envahissants du Développement (CRDITED) de Montréal pour une durée de

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT!

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! un jeu de Pierre Charriot Des amis se sont lancés un défi : être capable d'escalader le plus haut possible une chaîne de montagne. Mais, attention, nous n'avons pas affaire

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie

20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie 20 questions qui ont le pouvoir de changer votre vie Mes amis.es de l ACADÉMIE ZÉROLIMITE, Aujourd hui est le début d une nouvelle aventure: Celle de l ACADÉMIE ZÉROLIMITE. Plusieurs d entre vous génèreront

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

Quand un homme est agressé en chemin

Quand un homme est agressé en chemin Point de Passage obligé 6 : Jésus, «notre salut» Quand un homme est agressé en chemin Intention théologique du module : Jésus, Dieu proche, invite les hommes à s «approcher» de leurs frères. Introduction

Plus en détail

LES TACHES DU MANAGER

LES TACHES DU MANAGER 1 LES TACHES DU MANAGER 1 Domaines de Management Avant de définir les tâches, il me semble utile de classer les différents domaines entrant dans le cadre du management d une équipe. J en ai défini cinq.

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre?

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? 6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? Avoir une bonne méthode de travail nécessite plusieurs étapes qu il ne faut pas négliger : - D abord, pendant le

Plus en détail

Faire des élèves des blogueurs avertis

Faire des élèves des blogueurs avertis Faire des élèves des blogueurs avertis J-L Kpodar Professeur de français (collège Émile Zola, Toulouse) jean-luc.kpodar@ac-toulouse.fr Je voudrais montrer dans cet article l'intérêt d'utiliser des sites

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM "LA PAROLE AU PERSONNEL!"

Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM LA PAROLE AU PERSONNEL! Région Vaud Délégation syndicale EVAM RAPPORT SUR L'ENQUETE DE SATISFACTION A L'ATTENTION DU PERSONNEL DE L'EVAM "LA PAROLE AU PERSONNEL" 1. Commentaires généraux L'enquête "La parole au personnel" a été

Plus en détail

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran 39, rue Louis-Favre 1201 Genève Tél. 022 345 96 35 Fax : 022 345 96 40 E-mail : info@soubeyran.ch www.soubeyran.ch

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

La réalisation des tâches de planification stratégique

La réalisation des tâches de planification stratégique Identifier les principaux composants de la réussite Pour obtenir les résultats escomptés, un projet doit bénéficier d'objectifs clairement définis et approuvés, d'une équipe motivée, ainsi que d'un plan

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014

EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 EVALUATION DU STAGE MATHC2+ - OCTOBRE 2014 16 élèves (sur 27 au total) ont répondu au questionnaire à la fin du stage mathc2+. Voici quelques éléments qui sont ressortis de ce questionnaire (j ai laissé

Plus en détail

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Introduction Bienvenue et merci d'avoir pris le temps de télécharger ce rapport gratuit. Voici l'affaire. Après la lecture

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

Refondation de l'école primaire : prenez la parole

Refondation de l'école primaire : prenez la parole Refondation de l'école primaire : prenez la parole Depuis cet été des concertations pour refonder l'école ont été engagées. Vous qui en serez au quotidien les premiers acteurs, qu'en pensez-vous? À travers

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS)

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) ÛFEflS Présentation de l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) aux Consultations particulières et aux Auditions publiques sur le projet ôe loi no 144, Loi sur [es prestations familiales

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE

ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE ENQUÊTE SUR LES CLASSES-LECTURE Dans le souci d évaluer le plus complètement possible les effets de leur séjour dans leur centre, les responsables du Centre de classes-lecture de Grenoble multiplient les

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

Les grands secrets et du bonheur

Les grands secrets et du bonheur Les grands secrets DE L ACCOMPLISSEMENT DE SOI et du bonheur Parce que la plus grande des victoires est toujours celle que l on remporte sur soi-même Bruno Lallement 2007 http://www.accomplissement-de-soi.org

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

Correction des exercices et des projets personnels. Commentaires particuliers 6/5/2013 17:10:18 20 Très bons Très bonne Bonne ITIC

Correction des exercices et des projets personnels. Commentaires particuliers 6/5/2013 17:10:18 20 Très bons Très bonne Bonne ITIC Horodateur Note générale relative à l'enseignement de Pierre Vélon Supports de cours et travaux dirigés Correction des exercices et des projets personnels Disponibilité de Pierre Vélon en dehors des heures

Plus en détail

Informatique pour Tous

Informatique pour Tous Informatique pour Tous Introduction et plan d'un cours en 15 chapitres François Guiberteau Introduction Analogie L'apprentissage de notions nouvelles, souvent abstraites, est complexe. L'informatique fait

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

Coordonnées du tuteur de stage : Nom et prénom: Fonction dans l'entreprise Numéro de téléphone : Adressa mail :

Coordonnées du tuteur de stage : Nom et prénom: Fonction dans l'entreprise Numéro de téléphone : Adressa mail : Coordonnées du tuteur de stage : Nom et prénom: Fonction dans l'entreprise Numéro de téléphone : Adressa mail : Stage effectué du 12 au 16 janvier 2016 NOM et Prénom du stagiaire : Activité ou poste proposé

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

Rebecca Léo Thomas Gaspard

Rebecca Léo Thomas Gaspard Parfois on va à l'école parce que nos parents n'ont pas le temps, ou sinon nos parents ne savent pas tout. On va à l école pour avoir un bon métier et une belle maison, pour développer notre intelligence,

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

Les 17 secrets de la prise de parole à l improviste

Les 17 secrets de la prise de parole à l improviste Les 17 secrets de la prise de parole à l improviste Comment prendre la parole efficacement, même si vous ne vous y attendiez pas Christian H. GODEFROY Edi-Inter - Route de Chancy 28, CH 1213 Petit Lancy

Plus en détail

5 points importants. pour mettre en œuvre son auto-formation

5 points importants. pour mettre en œuvre son auto-formation 5 points importants pour mettre en œuvre son auto-formation Ebook mis à disposition sur le site Fliuka.net réalisé par Natacha Aubriot Dernière mise à jour le 25 juillet 2014 5 points importants pour mettre

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 - En 2003, l Eurobaromètre a eu 30 ans, d où vous est venue l idée d étudier l opinion publique européenne? Le

Plus en détail

A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS

A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS A PROPOS DU BILAN SOCIOPROFESSIONNEL DANS LES CPAS Valérie DESOMER Coordinatrice au Centre de Formation de la Fédération des CPAS valerie.desomer@uvcw.be Bernard DUTRIEUX Chef de service - Centre de formation

Plus en détail

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou Communiqué de presse Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou De nombreuses personnes dépendantes de l alcool boivent pendant des années à leur place de travail sans que personne

Plus en détail

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT INTRODUCTION En matière de gestion des ressources humaines, il ne suffit pas à une municipalité de bien choisir et de bien former son personnel, il faut qu'elle puisse périodiquement en contrôler l'évolution,

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني A L L O C U T I O N de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

Questionnaire de Conclusion

Questionnaire de Conclusion Lumière(s) Des Nations 1 Centre de formation de serviteurs de Dieu pour les pays francophones Cours N 50 Questionnaire de Conclusion S Claude PAYAN - 1 - Chers frères et sœurs, En conclusion de cette série

Plus en détail

CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker

CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker CONSTRUIRE L'ORGANISATION D après Human ressource strategy par James W. Walker CONCEVOIR L'ORGANISATION DESCRIPTIF L'organisation est un élément-clé dans le processus du management des ressources humaines.

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

Article 2.- La présente décision sera enregistrée et communiquée ou besoin sera. LE MINISTRE DE L 'ENVIRONNEMENT ET DES FORETS

Article 2.- La présente décision sera enregistrée et communiquée ou besoin sera. LE MINISTRE DE L 'ENVIRONNEMENT ET DES FORETS Décision N 1354/D/MINEF/CAB du 26 novembre 1999 fixant les procédures de classement des forêts du domaine forestier permanent de la République du Cameroun LE MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT ET DES FORETS,

Plus en détail

EJCM - NOMIC 2007 Martine PUTZKA Wenjing ZHU Zhen ZHOU Zhengyang CHEN

EJCM - NOMIC 2007 Martine PUTZKA Wenjing ZHU Zhen ZHOU Zhengyang CHEN 5 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T II. L enfant cible de la publicité A. La publicité cible les enfants La publicité, en tant qu'un des phénomènes sociaux les plus variables, a joué un rôle de plus

Plus en détail

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES INDICATEURS PRÉVUS POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES INDICATEURS PRÉVUS POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES GREENE PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES Dans le présent document, chacune des compétences associées au poste de préposé aux

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé École supérieure de danse du Québec Note concernant les propositions de réorganisation de l école Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé Novembre 1990 Réorganisation administrative de l'école supérieure

Plus en détail

Quand α rencontre π...

Quand α rencontre π... Quand α rencontre π... Namur - jeudi 11 décembre 2014 Frédéric Maes Collectif Alpha Quand α rencontre π... Avant d'être un «briscard»... Je ne suis pas tombé dans la marmite quand j'étais petit. Comment

Plus en détail

Environnement de programmation

Environnement de programmation Environnement de programmation 1.La programmation Les ordinateurs sont stupides! à un point dont on n'a pas idée. Ils ne réagissent ni ne répondent qu'à des situations ou à des données anticipées par le

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

ERDESS VD2_9_M6 (BB) Version anonyme. (Brouhaha dans la classe, M Clavel commence le débat à 2:51) Mme Clavel écrit au tableau les instructions

ERDESS VD2_9_M6 (BB) Version anonyme. (Brouhaha dans la classe, M Clavel commence le débat à 2:51) Mme Clavel écrit au tableau les instructions (Brouhaha dans la classe, M Clavel commence le débat à 2:51) Mme Clavel écrit au tableau les instructions 5 M: Voilà Merci! T'es assise comment là? Les garçons ils te laissent te mettre comme ça? sympa

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 89 DU 30 JANVIER 2007 CONCERNANT LA PRÉVENTION DES VOLS ET LES CONTRÔLES DE SORTIE DES TRAVAILLEURS QUITTANT L'ENTREPRISE OU LE LIEU DE TRAVAIL --------------------------

Plus en détail

Appréciation du comportement critères d'évaluation:

Appréciation du comportement critères d'évaluation: Appréciation du comportement critères d'évaluation: 1. Méthodes de travail / traitement des informations J'utilise pour chaque situation de travail la méthode appropriée. Je choisis des informations et

Plus en détail

ECOLE DE CHASSE C6 Manuel du parfait newbie. Ecole de Chasse C6. Communications Ailier V1.0

ECOLE DE CHASSE C6 Manuel du parfait newbie. Ecole de Chasse C6. Communications Ailier V1.0 Ecole de Chasse C6 Communications Ailier V1.0 1 Table des matières Introduction 3 I Pertinence 4 II Clarté 5 III Concision 7 2 INTRODUCTION La bonne tenue des communications audiophoniques est absolument

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise

Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise Gérer les Ressources Humaines au plus près des Projets de l'entreprise Par Annie GUILLEMIN et Jean-Pierre ROLLET Directeurs associés d'axiales Introduction En cette fin de siècle, une des caractéristiques

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF)

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d assurer une meilleure compréhension

Plus en détail

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Merci de prendre le temps de remplir ce questionnaire. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il s'agit seulement de s'exprimer au plus près

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Un cri de ralliement : Neal Keny-Guyer, le PDG de Mercy Corps, s'adresse au personnel du siège de Mercy Corps Le 8 juillet 2015

Un cri de ralliement : Neal Keny-Guyer, le PDG de Mercy Corps, s'adresse au personnel du siège de Mercy Corps Le 8 juillet 2015 Un cri de ralliement : Neal Keny-Guyer, le PDG de Mercy Corps, s'adresse au personnel du siège de Mercy Corps Le 8 juillet 2015 http://www.mercycorps.org/about-us/strategic-roadmap Neal Keny-Guyer : Aujourd'hui

Plus en détail

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs www.forres.ch Séminaire de base IIII Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs Extrait de : Méthodologie de projet en promotion de la santé «quint-essenz» www.quint-essenz.ch

Plus en détail

Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions

Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions Compte rendu des travaux Cabinet Gérard Guitton Conseil Le 10 mai 2007 CROS 0507- CR - Séminaire 21 avril 2007.doc SOMMAIRE 1. Introduction...

Plus en détail

CR Meetup SXUX #1 17 avril 2012

CR Meetup SXUX #1 17 avril 2012 CR Meetup SXUX #1 17 avril 2012 http://siliconxperience.org/rd_projects/1er-meetup-pour-les-professionnels-dux-sxux-17-avr/ Premier Meet-Up des communautés amies UXParis et Silicon Xperience (SX) autour

Plus en détail