. Paul MBA ABESSOLE. Libreville, le 3:0/03/20 I 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". Paul MBA ABESSOLE. Libreville, le 3:0/03/20 I 3"

Transcription

1 . Paul MBA ABESSOLE Libreville, le 3:0/03/20 I 3

2 -Table des matières O. INTRODUCTION 01. Le contenu du changement 0.2. Lanécessité d'une cohérence idéologique 1. La définition du changement L.L. l'initiation. '1..2. La rupture totale 1.3. Le toilettage 2. Les niveaux du changement 2.'l.,. Au niveau des choses 2.2. Aaniveau des hommes 2.3. Au niveau des intelligences 3. Les résistances du changement 3.1- L'inertie 3.2. Les thèmes à discussions sans fins Le sabotage Le Tribalisme La révolte 4. Les conditions du changement 4.1,.La formation 4.2.Les informations 3 J T t4 t4 16 t6 t7

3 I 4.4.La valorisation du principe.< réussir ensemble,, 4.5. Ladisponibilité des promoteurs du changement T7 18 I rl I I 5. Comment conduire un changement 5.L. Les hommes et les femmes du changement 5.2. Les ignorants 5.3. Les sceptiques 5.4. Les actants éclairés? 6. Quelle méthode? 6.'l,La mauvaise expérience de la conférence nationale 6.2La méthode de Jésus 7.La stratégie et la tactique? 7 l.la stratégie 7.2La tactique 8. Le RPG et le changement 8.1 Le RPG, un parti du changement 8.2Le RPG, parti d'avenir 18 t9 T T

4 O. lntroduction Le contenu du changement. De quelque bord politique que I'on soif tout le monde aspire au changement. Mais on ne lui donne pas le même contenu, soit à cause du niveau où on I'envisage, soit à cause de I'idéologie dont on se réclame. En ce qui concerrre le Rassemblement Pour le Gabon, le changement n'est pas une simple idée que I'on agite pour attirer les gens, mais une volonté de faire sortir le Gabon et ses habitants du sous-développemen! Ie plus rapidement possible, une ambition permanente. Cæ, dans I'oppositiorç hier, conune dans la Majorité Républicaine pour I'Emergence, aujourd'hui, nous parlons du changement en termes identiques, depuis plus de vingt ans.

5 0. 2. La nécessité d'une cohérence idéologique. On sait qu'un menteur ne se souvient jamais de ce qu'il a dit. ]'en ai fait I'expérience à maintes reprises. I'ai eu I'occasion de discuter avec nombre de personnalités politiques, religieuses et autres. ]'avais toujours pris soin de noter par écrit ce qu'elles me disaient sur différents sujets que nous avions abordés ensemble. I'ai eu I'occasion de discuter avec certaines de ces personnalités plusieurs fois. En relisant mes notes, je me suis rendu compte que leurs différentes positions étaient en contradiction. C'est ainsi que j'ai découvert qu'elles n'avaient pas dit la vêrité, car la vérité est nécessairement cohérente. Ce qui vaut pour les hommes vaut aussi, à mon sens/ pour les partis politiques. Tout le monde, au Gabory peut reconnaître que le RPG, depuis 1990, tient toujours le même discours. Combien de partis politiques peuvent en dire autant dans notre pays?,'l Li

6 0.2. Le plan de notre exposé. Notre exposé comporte huit parties: 1.La définition du changement. 2.Les niveaux du changement. 3. Les résistances au changement. 4. Les conditions du changement. 5. Les hommes et les femmes du changement. 6. Quelle méthode pour le changement? 7. Quelle stratégie et quelle tactique? 8. Le RPG et le changement. 1. La définition du changement. Le changement, à quelque niveau que I'on se place, est le fait de passer d'un état à un autre, en bien ou en mal. Ce passage se fait se de trois manières.

7 1. 1. L'imitation. D'abord r pàr l'imitation qui est un faire semblant. On change les mots, en laissant les réalité telle. C'est conune si on peignait une vieille maison sans y ajouter une transformation. Nous excluons ce changement qui, pour nous, n'en pas un. 1,.2. La rupture totale. En suite par une rupture totale avec ce qui était avant pour entrer dans une réalité totalement différente. Il s'agit ici, d'une aliénation. On sort de sa culture pour entrer dans une autre au point qu'on ne retrouve plus une trace de la culture d'origine. Ce passage est une assimilation. Il s'agit ici d'un changement négatif. Nous rejetons ce changement qui est une révolution. L'on sait que toute révolution entraine et des traumatismes dont difficilement. des violences on se libère

8 L.3. Le toilettage. Enfin par un toilettage du modèle originel, qu'on enrichit avec de nouveaux éléments. Ce changement est une transformatiorç c'est-à-dire une mutation en une autre forme avec le reflet de celle qui existait auparavant. C'est cette dernière qui nous intéresse, c'est elle qui constitue le vrai progrès. Nous ne sonunes pas pour n'importe quel changement, mais pour un changement positif, un changement-progrès. 2. Les niveaux du changement. Autant que possible, Ie changement doit être endogène. Il doit se justifier par des causes internes. Autrement dit, it doit être le résultat d'une analyse des réalités de la vie de ceux qui sont concernés par le changement. Il en est ainsi des changements politiques dont les causes sont les injustices dans une société, injustices contre lesquelles réagissent des victimes. L'on peut accepter de joindre à ce changement des éléments exogènes, comme dans le cas de l'adoption

9 des technologies nouvelles. 2.L. Auniveau des choses. Les changements peuvent intervenir au niveau des choses. Celles-ci sont disposées d'une certaine manière et ont entre elles, un type de relations. On peut modifier cette disposition et en adopter une autre sans que les choses cessent d'être ce qu'elles sont. Quelqu'un peut décider d'organiser I'intérieur de sa maison d'une autre manière; un commerçant peut disposer son magasin autrement. Le nouvel ordre introduit un changement. On peut également transformer une forêt en une plantation de bananiers ou d'autres produits agricoles. Une maison d'habitation peut se changer en une école ou en une aire de jeu intérieur. Un bon exemple, à cet égard, dans le livre de la genèse où il est dit qu'au commencement, il y avait un tohu bohu, c'est-à-dire un désordre général. C'est dans celui-ci que Dieu intervient et imprime une organisation. il donne à chaque chose une place, une

10 Iimite afin qu'elle joue pleinement son rôle dans l'ensemble de la création (Gn '1,, 1.-29). Dieu promeut le changement par sa parole: < Dieu dit >) Dire (< amar )) ; en hébreu, veut précisément dire < prononcer un oracle o Aa niveau des hommes. Les changements peuvent aussi se produire dans la vie des hommes: soit par rapport à la gestion de leur communauté où ils exercent le pouvoir les uns après les autres avec des idéologies, des systèmes politiques différents, instituant ainsi un cycle de changements dans leur vie; soit par rapport à leur mode de vie: on peut passer d'un système traditionnel à un système industriel, à un niveau de vie plus ou moins aisée, selon les périodes historiques. On peut changer les responsables et en mettre d'autres à leur place.

11 2. 3. Au niveau des intelligences. Les changements peuvent enfin se produire au niveau des intelligences humaines. L'on sait que la plus grande maladie de f intelligence est I'ignorance. Le changement, dans ce domaine, repose essentiellement sur la lutte contre le non savoir par I'enseignement. On donne aux intelligences une formation et une flexibilité qui leur permettent de se développer positivement. Mais quel que soit le changement et à quelque niveau qu'il se situe, il comporte toujours des transformations qui passent par des étapes. On peut passer pil des toilettages, par des ruptures ou par des conflits parfois. La transformation demande de donner une autre forme ou un autre contenu aux choses existantes. Cela nécessite un travail qui demande des efforts physiques et intellectuels. Des efforts physiques par lesquels on met les corps en activité pour transformer I'environnement. Si on veut transformer une

12 forêt en une plantation de bananiers, il faut débrousser I'herbe, abattre les arbres, préparer la tene à accueillir les semences, etc... Des efforts intellectuels aussi. Il faut analyser les hommes, Ies choses et les situations afin de prendre des orientations qui permettront d'aboutir aux résultats souhaités. On fait des choix. Le changement peut exiger qu'on sorte certaines personnes du système pour y faire entrer d'autres, plus efficaces, capables d'innover afin que les choses ne soient plus conune avant. I1 ne s'agit pas d'opposer les jeunes et les anciens, mais d'utiliser autrement toutes les compétences et tous les savoir-faire. On rompt avec le passé ou avec une partie de celui-ci, afin de faire émerger de nouvelles réalités. Cela ne va pas sans peine. Car on rencontre souvent des résistances. \t

13 3. Les résistances au changement. En effet, l'abandon de certaines habitudes de faire ou de penser entraîne parfois des conflits et suscite des résistances qui prennent plusieurs formes L'inertie. La forme la plus courante est I'inertie qui est apathie, manque d'activité, indolence, manque d'énergie, manque d'initiative. Elle est souvent non dite. Dans ce cas, on parle de changement et on fait semblant d'être d'accord avec ce qui est décidé pour changer les choses, mais on ne fait rien concrètement pour faire bouger les choses. On se contente de grandes déclarations qui s'évanouissent après les réunions. La procrastination ou Ia remise de I'application des décisions au lendemain est, ici, I'arme principale. On répand I'atonie dans tous les centres d'action. L2

14 3.2. Les thèmes à discussions sans fin. Après I'inertie vient la de I'introduction des thèmes de débats qui donnent lieu à des discussions sans fin. On va d'une explication à une autre, sans arriver à prendre des décisions concrètes. Nous connaissons bien cela dans notre pays, dans nos partis politiques, dans nos familles. Finalement on tourne en rond et on se met dans I'incapacité de mener un changement à son terme. La technique est celle du dilatoire Le sabotage. Le sabotage est aussi une autre façon de résister au changement. On met tout en æuvre pour rendre les décisions inapplicables, pour empêcher d'avancer. Par exemple, oî coupe le courant pour empêcher qu'une réunion ne se tienne le soir ou on sabote le moteur d'une voiture qui doit conduire à un lieu où doit se tenir une 13

15 réunion en vue de prendre des décisions importantes pour le changement. Ou alors on qualifie le changement à engager comme une ineptie Le tribalisme. Viennent ensuite les préoccupations tribalistes de bas étage qui démobilisent une partie des gens capables de promouvoir Le changement; la géopolitique systématiquement appliquée dans tous les domaines d'action est très négative. On se cache derrière ce qu'on appelle l'équilibre ethnique, oublieux qu'une appartenance ethnique ne confère pas une compétence. La compétence, il faut le dire bien fort, est le résultat des études ou d'un apprentissage. Personne ne naît savant on le devient par un travail assidu. t4

16 3. 5. La révolte. Enfin, le moyen extrême de résister contre le changement est la révolte qui conduit aux violences et à tous les extrémismes dont le principe est le refus de tout dialogue. Les extrémismes ont pour objectif d'anéantir I'autre différenû ils occultent les raisons des choses parce qu'ils sont incapables d'analyse objective. Ils ressemblent à un homme qui, voulant enlever la mauvaise herbe de son champ, y met du feu. Le résultat il détruit et la mauvaise herbe et le bon Sain. La politique de la terre brûiée n'ouvre à un aucun changement. il y a beaucoup d'autres techniques de résistance face auxquelles peuvent se trouver les promoteurs du changement. Ces derniers, orr le devine, doivent faire partie d'une élite. Un wai changement demande des hommes et des femmes compétentes pour le mener jusqu'à son aboutissement. Il faut des hommes et des femmes qui expliquent le changement et montrent son

17 bien- fondé. Pour qu'un changement soit effectif, il faut que la majorité des bénéficiaires I'acceptent. Il faut pour cela plusieurs conditions. 4. Les conditions du changement Les contacts directs La première condition à notre avis, est la proximité qui veut que les promoteurs du changement aient des contacts directs et permanents avec ceux qui sont concernés par leur démarche. Il faut présenter les choses dans un langage compréhensible, le changement doit naturellement passer par la culture de ses bénéficiaires La formation. La deuxième condition est la formation. Elle exige une initiation spécialisée ou un niveau suffisamment élevé pour faire comprendre et aimer le changement. Cette formation doit être faite dans Ie domaine relatif au 16

18 i 0 changement. Elle fait acquérir des connaissances sur I'objet du changement, et sur ses enjeux. Les connaissiltces ne srinventent pâs, on les acquiert dans des écoles ou lors des stages organisés à cet effet Les informations. La troisième condition est la diffusion des informations. Tous les concernés par un changement doivent être à un niveau d'information suffisamment élevé. Celle-ci doit circuler à l'aide d'un organe d'information. Contrairement à ce qu'on croit, cacher l'information mène à l'échec et Ia communiqu$ conduit au succès La valorisation du principe ensemble>>. La quatrième condition est la valorisation du principe: << on ne peut réussir qu'ensemble,r. Il est nécessaire d'impliquer T7

19 le maximum d'honunes et de femmes pour montrer qu'il s'agit d'une action qui profite à tout le monde. Chacun doit, à son niveau, contribuer à la réussite. \ 4.5. La disponibilité du promoteur du changement. La cinquième condition est la disponibilité. Un promoteur du changement doit être ouvert et accessible à tous. S'il ne peut pas parler à tout le monde, il doit encourager des rencontres afin que tous prennent la mesure des enjeux du moment. Toutes ces conditions relèvent du principe de la démocratie participative qui veut qu'on ne décide rien avant d'avoir pris I'avis des concernés par la décision. 5, Comment conduire un changement? Un changement ne se mène pas n'importe comment, il faut savoir en déterminer les différentes étapes, c'est-à-dire mettre en 18

20 place une stratégie, qui consiste à choisir des actions susceptibles de conduire efficacement au but fixé. Une fois que les étapes sont déterminées, on étudie la tactique qui établit la succession des actions à poser/ s uls provoquer des secousses susceptibles de retarder la réalisation de I'objectif poursuivi Les hommes et les femmes du changement. Avec qui mener un changement? L'objectif, pour être atteint, a besoin d'une équipe d'hommes et de femmes choisis avec soin. I1 faut tenir à l'écart du changement les ignorants, les naiïs, les sceptiques et methe les actants éclairés au cæur de toute activité Les ignorants? Les ignorants, ceux qui sont incapables de poser de vraies questions ou de donner des informations de quelque intérêt que ce soit pour atteindre le but. On les reconnaît par le

21 fait qu'ils sont toujours hors-sujet, dans leurs questions et dans les réponses qu'ils donnent à certaines questions Les naïfs? Les naifs croient à tout ce qu'on leur dit. Ils se fient aux apparences parce qu'ils n'ont personnelles. Ils pas de convictions rapportent tous les cancans et les.. kongossas >> des quartiers. Ils répètent comme des perroquets toutes les rumeurs des cafés et des bars de la ville. Ils récitent tout ce qu'ils entendent, colrune des perroquets, sans rien y comprendre Les sceptiques? Les sceptiques ne croient en rien, doutent de tout, même d'eux-mêmes. Leur scepticisme est propre à démobiliser ceux qui ont envie d'avancer. On les reconnaît à leurs questions: < Est-on sûr qu'en faisant cela on va avoir les résultats escomptés? A-t-on suffisamment analysé les obstacles que I'on va rencontrer >> De telles questions, sont a

22 propres à amener ceux qui des entendent à << se décourager > Les actants éclairés. Les actants éclairés sont choisis parmi les hommes et les femmes, capables de promouvoir le changement. Ils savent analyser objectivement les sifuations, les choses et les personnes. Ils peuvent lire à I'intérieur des choses et voir leurs relations de cause à effets avec d'autres choses. Ils savent mesurer et affronter les difficultés pendant longtemps. Ils sont endurants et fidèles. Et parce que fidèies à une idée, ils sont incomrptibles. 6. Quelle méthode? I ne suffit pas d'avoir les ressources humaines pour promouvoir efficacement un changement, il faut avoir aussi une méthode. Car la plupart des changements n'aboutissent pas à cause de leur mauvais management. Tel fut le cas de notre fameuse Conférence Nationale, en t

23 6.7. La mauvaise Conférence Nationale. experrence de la Je considère que la Conférence Nationale de 1990 (23 mars-l9 avril) dont on parle, aujourd'hui, comme d'un succès a êtê, certes, une expérience, mais une mauvaise expérience. Elle aurait pu être bénéfique pour notre pays s'il ne s'y était trouvé une bande de saboteurs. je rappelle que j'avais émis l'idée de cette rencontre nationale, dès le 8 août!983, lors de ma première conférence de presse, en tant de Présidant du Mouvement de Redressement National (MORENA), à I'hôtel WAGRAM, à Paris. J'avais lancé un appel à la réconciliation nationale; en ces termes: compte immédiate du profond désir de changement du peuple gabonais. Et par conséquent, la CONVOCATION, dès le lendemain de la fête nationale, d'une TABLE RONDE entre le MORENA et le PDG, sur la démocratisation du pays ". C'est dans le prolongement de cette idée de

24 t réconciliation nationale, que jravais préconisé, au cours de la Conférence Nationale, le Rassemblement Social Démocrate Gabonais (RSDG). Dans ma compréhension, c'était non pas un pafti politique comme ont voulu faire croire des gens de mauvaise foi dont l'objectif était de me barrer la route, mais un laboratoire où, après Vingt-trois ans de monopartisme, pil conséquent de pensée unique, nous devions apprendre à discuter ensemble des graves sujets concernant I'avenir de notre pays. Il fallait absolument éviter d'improviser et'de se lancer dans des aventures. Nous pouvions nous donner trois ans pour cet apprentissage. Mais j'ai été traité de tous les norns par nos prétendus intellectuels. C'est ainsi que nous nous sonunes engagés dans laventure du multipartisme où nous nous trouvons enlisés, aujourd'hui. On fait de I'opposition par coquetterie, on exerce le pouvoir par volonté de puissance et non par amour pour le pays. Qui a raison? Qui a tort? Qu'on me dise lequel des deux

25 hommes, perdus dans une forêt et qui marchent chacury dans une direction opposée du village, a raison ou tort! Il faut bien reconnaître que nous n'avons atteint aucun des objectifs que nous avions visés à la Conférence Nationale, à cause des extrémistes dont, du reste, certains étaient complices secrets du pouvoir en place. De mon point de vue, il nous fatft une méthode efficace pour réussir. Avant tout, une précision de vocabulaire: on confond souvent méthode et méthodologie. La méthode, (dr grec < méta = selorl suivant > et de.. odos = voie, route ") est Ie chemin à suivre pour atteindre un objectif, c'est une sorte de balisage du chemin. Par contre, la méthodologie est le discours sur I'art de baliser rationnellement un chemin ou un cheminement, en vue de découvrir la vétitê, un trésor ou un objectif. je redonne, plus de vingt ans après, la méthode que j'ui toujours prônée pour arriver à un vrai changement au Gabon. Ma 24

26 méthode est fondée sur celle de Jésus, personnage historique auquel même les non-croyants peuvent se référer, car c'était un Maître, <( un Rabbi ". 6.2.La méthode de Jésus. La méthode de Jésus pour le changement était homéopathique. L'homéopathie est un système de soins médicaux qui consiste à traiter la maladie par des re-mèdes qu'on suppose avoir la propriété de produire des symptômes semblables à cette maladie et qu'on administre à dose infiniment petite. ii Comment a-t-il procédé? Face à un système religieux corrompu, pourri, avec les prêtres, les scribes, les pharisiens et les docteurs de la loi, il l'a pris en compte sans s'y identifier. il y a produit un discours invitant au dépassement de I'existanÇ il y a proposé des valeurs nouvelles qu'on pourrait qualifier de modernes. Il a donné son programme, dans l'évangile de lean, résumé par cette phrase:.,

27 ]e suis le chemin (odos) et la vérité (alêthéia) et la vie (Zôe) " 0t'1.4,6).Il ne s'est opposé à personne directement, mais ses déclarations situaient chacun de ceux qui l'écoutaient. Nous sommes face à une politique des petits pas. On avance à la manière de I'eau qui inonde sans faire de bruit. Il faut donner à chacury pffi une sorte de maïeutique, un pouvoir de distanciation vis-à-vis de ce qu'ii est et de ce qu'il pense. Un être humain ne peut changer que s'il a appris d'abord à se dédoubler, c'est-à-dire à être capable de se mettre en cause. Et se metile en cause, c'es.t reconnaître que ce qu'on est et ce qu'on a n'a pas de valeur éternelle, qu'il y a toujours possibilité de bien ou de mieux viwe que maintenant. Pour avancer d'un pas sûr, il faut avoir une stratégie et une tactique. 7.La stratégie et la tactique? 7.1. La stratégie. i - Le mot stratégie, pour les hellérristes, est dérivé du grec 26

28 armée> et (< ageirt conduire>>. Ce dernier terme est relatif à I'habileté à diriger, à coordonner des actions pour atteindre un objectif. Il s'agit d'une analyse des situations, des différents éléments dont celles-ci sont faites, de leur corrélation. C'est à partir de cette analyse que I'on détermine les différentes étapes à parcourir La tactique. La tactique est déterminée par I'ordre et par la manière dont les actes doivent être engagés. Elle exige la présence sur Ie terrain des acteurs les plus qualifiés qui doivent sradapter en permanence aux différentes situations, sans dévier de I'objectif à atteindre. 8. Le RPG et le changement. I1 faut dire que, pt rapport à la conception du changement, le Rassemblement Pour le Gabon reste un Parti Spécial. I1 voit le 27

29 changement corrune un ensemble de choses propres à produire le bien-être à I'homme dans son intégralité. Pour ce Parti, le changement ne doit êffe considéré conune tel, chez un peuple, que s'il assume la culture de celui-ci, son mode d'être dans un environnement spécifique Le RPG, un parti du changement. Le RPG est le seul Partt, au Gaboru aujourd'hui, à proposer le même projet de société depuis plus de Vingt-deux ans. C'est dire gu'il se situe bien au-delà des visions partisanes et politiciennes. Le changement, selon lui, a conune fondement: I'homme éduqué, sain, ayant un emploi et un toit. En dehors de cela, le changement n'est qu'illusoire. Voilà pouquoi nous invitons tous les Gabonais à se rassembler pour la réalisation de cette ambition 28

30 8.2.Le RPG, parti d'avenir. Le RPG est passé par bien des difficultés: les sabotages orchestrés par ses adversaires, les brimades, les humiliations, les trahisons, I'achat de certains de ses militants, le vol de ses victoires. A aucun moment, il n'a fait appel à la violence. Au contraire, il s'est toujours efforcé d'éviter les positions extrémistes. Pour lui, il faut, avant tout, sauvegarder I'unité des Gabonais. Il a toujours défendu la paix en invitant les uns et les autres à dépasser les clivages. politiques. I1 est toujours resté sur cette position. Voilà pourquoi on peut dire que le RPG est un parti d'avenir aussi bien pour les jeunes que pour les anciens. Fait à Libreville, le 30 Mars Paul MBA-ABESSOLE. 29

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA Q. : Quelle est la repre-ientatìvìte- du MORENA? R. : On m a dit qu actuellement le MORENA aurait 80 % de sympathisants...

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT!

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! un jeu de Pierre Charriot Des amis se sont lancés un défi : être capable d'escalader le plus haut possible une chaîne de montagne. Mais, attention, nous n'avons pas affaire

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Rebecca Léo Thomas Gaspard

Rebecca Léo Thomas Gaspard Parfois on va à l'école parce que nos parents n'ont pas le temps, ou sinon nos parents ne savent pas tout. On va à l école pour avoir un bon métier et une belle maison, pour développer notre intelligence,

Plus en détail

novembre 11 page 1/10 CQS

novembre 11 page 1/10 CQS Les bibliothèques, nouvelles sous Windows 7, facilitent la recherche, la compatibilité et l organisation des fichiers qui se trouvent à différents endroits sur votre ordinateur ou votre réseau. Une bibliothèque

Plus en détail

Quand α rencontre π...

Quand α rencontre π... Quand α rencontre π... Namur - jeudi 11 décembre 2014 Frédéric Maes Collectif Alpha Quand α rencontre π... Avant d'être un «briscard»... Je ne suis pas tombé dans la marmite quand j'étais petit. Comment

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Merci de prendre le temps de remplir ce questionnaire. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il s'agit seulement de s'exprimer au plus près

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

Management du changement. Les 12 erreurs fatales

Management du changement. Les 12 erreurs fatales Management du changement Les 12 erreurs fatales qui vont faire échouer vos projets de CRM Patrice Wellhoff Erreur 1 S il y a bien une erreur classique qui se répète de projet CRM en projet CRM, c est de

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Les CMSs, comment ça marche et comment choisir le bon CMS? (mon site, pas à pas)

Les CMSs, comment ça marche et comment choisir le bon CMS? (mon site, pas à pas) Les CMSs, comment ça marche et comment choisir le bon CMS? (mon site, pas à pas) Author : soufiane Bonjour, J'ai parlé dans les tutoriels précédents de la série "mon site, pas à pas" sur les divers langages

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Guide de conception pédagogique et graphique de sites W3 éducatifs

Guide de conception pédagogique et graphique de sites W3 éducatifs Guide de conception pédagogique et graphique de sites W3 éducatifs PHASE 1 L analyse de besoin Version 3.0 Le 5 juin 2001 Denyse Gilbert Spécialiste en applications pédagogiques des technologies de l information

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation Pour repenser son organisation au sortir d'un plan de départs volontaires, l'industriel SEPR a "osé" solliciter la participation de ses salariés. Avec succès. Réflexions de Pierre Casadei, Directeur des

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE 1 LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 47, du 29 juin 2001 Délai référendaire: 20 août 2001 Loi promulguée par le Conseil d'etat le 22 août 2001 Entrée en vigueur

Plus en détail

Églantine et les Ouinedoziens

Églantine et les Ouinedoziens Églantine et les Ouinedoziens La grande migration Églantine, 24 ans, est informaticienne. Elle a grandi dans un monde de libertés informatiques. Elle survit dans notre société propriétaire en faisant du

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Conditions d'utilisation du portail client «yourdkv» Sommaire

Conditions d'utilisation du portail client «yourdkv» Sommaire Conditions d'utilisation du portail client «yourdkv» Sommaire Article 1 - Informations générales... 2 Article 2 - Acceptation des conditions d'utilisation... 2 Article 3 - Modifications... 2 Article 4

Plus en détail

LES tests d'acceptation

LES tests d'acceptation dans la série : b.d. agile! Idée et dessins par Anis berejeb : www.berejeb.com LES tests d'acceptation reflexions, experimentations... réussites et échecs... apprentissage et amelioration. à Partager avec

Plus en détail

INTRANET: Pédagogie générale

INTRANET: Pédagogie générale INTRANET: Pédagogie générale Les objectifs généraux : trois axes fondamentaux et trois types d activités associées. Les outils : A. Le cahier d ordinateur. B. Le projet de classe. C. Les projets personnels.

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Qu est ce qu une bibliothèque?

Qu est ce qu une bibliothèque? Qu est ce qu une bibliothèque? Les bibliothèques sont les endroits où vous allez pour gérer vos documents, votre musique, vos images et vos autres fichiers. Vous pouvez parcourir vos fichiers de la même

Plus en détail

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée 15-604067 Version 11a - (29/04/2011) 2011 AVAYA Tous droits réservés. Note Bien que tous les efforts nécessaires aient été mis en œuvre en vue de

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487 OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES En entreprise Optimiser la pensée, démultiplier les talents Activités axées entreprises En équipe et en individuel Chaque individu a en lui une immense

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail

Le Seven Card Stud. Club Poker 78

Le Seven Card Stud. Club Poker 78 Club Poker 78 Juin 2013 Introduction Le Seven Card Stud est une variante de poker née aux USA, au milieu du XIXe siècle. À partir des années 1930, ce jeu devient la variante la plus populaire dans les

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

L'analyse des médias et son application dans l'entreprise

L'analyse des médias et son application dans l'entreprise L'analyse des médias et son application dans l'entreprise par Jairo Lugo-Ocando Page 1 sur 7 Table des matières 1) Biographie du conférencier...3 2) Ouverture internationale...3 a) Analyse des médias...3

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

API08 Evaluation site internet

API08 Evaluation site internet UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE DE COMPIEGNE API08 Evaluation site internet Fédération Française des échecs Emilien NOTARIANNI Printemps 2014 Table des matières Introduction... 2 Evaluation «subjective»... 3

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Guide d utilisation de OroTimesheet

Guide d utilisation de OroTimesheet Guide d utilisation de OroTimesheet www.orotimesheet.com Copyright 1996-2015 OroLogic Inc. Révision 8.0.2 Table des matières I Table des matières Table des matières...i Guide d'utilisation de OroTimesheet...1

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail