Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3"

Transcription

1 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600 pages établissant le bilan, 20 ans après, de l accident de Tchernobyl. Le résumé de ces travaux est présenté dans un rapport intitulé : L héritage de Tchernobyl : impacts sanitaires, environnementaux et socio-économiques (52 pages, en anglais), qui reprend les conclusions de centaines de scientifiques, économistes et spécialistes de la santé en terme de conséquences sanitaires, environnementales et socioéconomiques. Il établit aussi des recommandations, dans ces domaines, à destination des trois pays les plus durement affectés par le plus grave accident nucléaire de l histoire : le Belarus (la Biélorussie), l Ukraine et la Russie. 1 L accident Le 26 avril 1986, le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine ex URSS) explose, provoquant aussi un incendie du cœur. Durant une dizaine de jours, des éléments radioactifs seront libérés dans l atmosphère. En terme de conséquences de l accident, les radioéléments rejetés dont l impact est le plus important sont : L iode 131, dont la demi-vie est égale à 8 jours (la moitié des éléments radioactifs a disparu en 8 jours) ; Le césium 137, de demi-vie 30 ans ; Le strontium 90 et les isotopes du plutonium dans une moindre mesure. L iode 131 et le césium 137 ont été dispersés dans une grande partie de l Europe dans les jours qui ont suivi l accident. La contamination n est pas uniforme mais présente des taches de contamination plus ou moins élevée, en fonction des quantités de précipitations. Le strontium et le plutonium sont restés très majoritairement dans une zone de 100 km autour du réacteur. L iode 131 a disparu en quelques semaines ou mois par décroissance radioactive. Le césium 137 reste présent dans de larges zones contaminées : environ 5 millions de personnes vivent, dans les trois pays les plus touchés, sur des territoires contaminés à plus de 37 kbq.m -2, parmi lesquelles sur des zones strictement contrôlées, où la contamination dépasse 555 kbq.m -2. A titre de comparaison, la contamination en césium 137 des sols en France est en moyenne de 3 à 4 kbq.m -2 provenant des retombées des essais 1 AIEA : Agence Internationale de l Energie Atomique 2 OMS : Organisation Mondiale de la Santé 3 PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement 4 Le forum est composé de huit institutions spécialisées du système des Nations Unies : l AIEA, l OMS, le PNUD, la FAO (organisation des nations unies pour l alimentation et l agriculture), le PNUE (Programme des Nations Unies pour l Environnement), l OCHA (bureau de coordination des affaires humanitaires), l UNSCEAR (comité scientifique des Nations Unies pour l étude des effets des rayonnements ionisants) et la Banque mondiale, ainsi que des gouvernement du Bélarus, de la Russie et de l Ukraine.

2 nucléaires atmosphériques, auxquels s ajoutent entre 0 et 10 kbq.m -2 l accident de Tchernobyl, selon l importance des précipitations. déposés après Les habitants situés dans les zones les plus exposées ( personnes) ont été évacués dans les jours qui ont suivi. Cette zone, de 30 km de diamètre, est appelée zone d exclusion. Une très faible partie de la population a commencé à regagner cette zone. Durant les années qui ont suivi, d autres populations ont été évacuées, cependant cette évacuation ayant eu lieu plus tardivement, elle n a eu que peu d impact sur la diminution de l exposition. En tout environ personnes ont été évacuées de territoires contaminés. 2 Les conséquences sanitaires Trois populations différentes ont été exposées lors de l accident : Les travailleurs en activité dans la centrale, et ceux ayant assuré les opérations d urgence (en particulier les pompiers) et de retour à la normale : personnes, dont un millier environ intervenus le premier jour ont reçu de très fortes doses de rayonnement; Les habitants évacués des zones très contaminées ; Les habitants des territoires contaminés qui n ont pas été évacués. 2.1 Les travailleurs et intervenants sur le site de Tchernobyl Exposition aiguë Parmi les travailleurs intervenus en urgence,, environ cinquante décès sont recensés depuis 1986, chez ceux ayant reçu une irradiation aiguë, avec des doses au corps entier allant de 2 à 20 Gy 5, soit plus de 1000 fois l exposition moyenne annuelle en France. Cancers, troubles du système circulatoire Un excès de leucémies (hors leucémie lymphoïde chronique, non radio-induite) semble être observé chez les travailleurs les plus exposés (au-delà de 150 msv). D autres types de cancers et des troubles du système circulatoire ne sont pas exclus dans cette même population. Sur la base de calcul de risque, le Forum estime à 2200 le nombre de décès potentiels chez ces travailleurs exposés, la dose moyenne reçue se situant autour de 100 msv 6 (avec un maximum à environ 500 msv). Par comparaison, l exposition moyenne en France due au rayonnement naturel est de 2,4 msv par an. Cataracte (opacités du cristallin qui altèrent la vision quand elles sont étendues) Les résultats les plus récentsindiquent une augmentation de fréquence des cataractes, pour des doses à partir de 250 mgy (dose au niveau des yeux), c est à dire pour des doses plus basses que celles connues par les observations antérieures. 2.2 Les habitants des zones les plus touchées Cancers de la thyroïde chez les enfants L exposition à l iode radioactif dans les jours qui ont suivi l accident a entraîné une augmentation très importante du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes enfants 5 Le Gray (Gy) s emploie pour mesurer une exposition aiguë avec un effet spécifique et certain sur la santé. (1 mgy = 0,001 Gy) 6 Le Sievert (Sv) s emploie pour évaluer une exposition plus faible, dont les conséquences sur la santé ne sont ni certaines, ni spécifiques. (1 msv = 0,001 Sv)

3 et dans une moindre mesure chez les adolescents exposés des territoires contaminés. Les doses reçues à la thyroïde sont élevées : de 30 à 300 mgy en moyenne, avec un maximum à 50 Gy. Ces doses sont dues à l absorption d iode radioactif. L iode, absorbé par les aliments, en particulier le lait, va se fixer très préférentiellement sur la thyroïde, entraînant une forte exposition de cet organe. Plus de 2000cancers de la thyroïde (jusqu à 4000 selon les sources), dont neuf ont entraîné le décès, ont été enregistrés entre 1992 et 2000 en Belarus, Ukraine et Russie, imputables à Tchernobyl de manière quasiment certaine. En 2005, aucune augmentation des cancers de la thyroïde n a été décelée chez les adultes exposés. Remarque : l iode radioactif dispersé par l accident de Tchernobyl a entraîné une contamination de l environnement et des aliments maximum fin avril 1986, décroissant jusqu en juillet 1986, fin de la période de contamination par l iode. Autres cancers Jusqu en 2005, il n y a pas d augmentation des leucémies ou autres cancers (hors cancers de la thyroïde chez les enfants) chez les habitants des zones les plus contaminées. L irradiation des organes autres que la thyroïde, est due pour l essentiel au césium radioactif qui se répartit dans l ensemble du corps humain. Parmi les personnes évacuées considérées comme les plus contaminées, les expositions sont estimées à 17 msv et 31 msv en moyenne, respectivement pour les Ukrainiens et les Biélorusses, avec un maximum de 300 à 380 msv. Le Forum estime, qu à ces niveaux de dose, il sera impossible de déceler un une augmentation du risque de cancer due à l irradiation post-tchernobyl chez les adultes exposés. Effets sur la descendance Il n y a pas d observation indiquant une baisse de fertilité, une augmentation de malformations ou d effets héréditaires. Le Forum indique qu en raison des doses relativement faibles reçues par une grande partie de la population, ces effets sont peu probables. L augmentation des malformations congénitales observées en particulier au Belarus depuis 1986 n est probablement pas due à la contamination, car elle est semblable dans les régions contaminées et celles non contaminées. Troubles psychologiques et mentaux L évacuation de quelque personnes hors des zones contaminées a été une expérience très traumatisante. Une des conséquences majeures de l accident de Tchernobyl est l augmentation significative des troubles psychologiques : stress, dépression, anxiété, sentiment «d être en mauvaise santé». Le Forum souligne que le manque d information claire au sujet des risques réellement encourus est aussi une des causes de ces troubles. La pauvreté qui sévit dans ces régions est un frein réel à un retour à une vie normale et équilibrée pour les populations concernées. 2.3 Nombre de décès estimé chez les personnes les plus exposées L irradiation augmente le risque de développer un cancer, pour des doses supérieures à ~ msv. En-dessous de ces niveaux, le risque est calculé par extrapolation et les instances internationales considèrent que ces calculs représentent la limite supérieure du risque. Le Forum a établi des projections sur le nombre «maximum» de décès par cancer en tenant compte des doses reçues par les travailleurs, les personnes évacuées, et les résidents des territoires les plus contaminés, soit environ personnes. Le Forum a également estimé le nombre de décès par maladies cardiovasculaires dus à l accident de Tchernobyl. Les estimations fournissent le nombre d environ 4000 décès dus à Tchernobyl dans cette population, incluant les décès enregistrés (50 décès chez les travailleurs les plus irradiés et 9 décès par cancer de la thyroïde) et le nombre de décès attribuables directement à

4 l accident de Tchernobyl au cours des 60 ans suivant l accident. L augmentation attendue des cancers engendrée par la radioexposition serait alors de 3% par rapport aux cancers mortels spontanément attendus dans cette population (environ décès par cancer). 2.4 Dose actuelle reçue par les populations Pour la majorité des 5 millions de personnes qui vivent actuellement dans des zones contaminées, les expositions se situent en deçà des limites recommandées pour le public (1 msv). Toutefois, habitants des territoires les plus contaminés reçoivent encore une dose annuelle supérieure à 1 msv. Les niveaux d exposition vont continuer à baisser lentement mais la plus grande partie de l exposition résultant de l accident est advenue. 3 Les conséquences sur l environnement 3.1 Les zones à très forte exposition Dans la zone d exclusion (30 km autour du réacteur), on a constaté un accroissement de la mortalité des conifères, des invertébrés et des mammifères, ainsi qu une perte de la capacité de reproduction végétale et animale. Aujourd hui, la diminution des niveaux d exposition a permis aux populations biologiques de se rétablir, bien que l on ait constaté des effets génétiques des rayonnements dans les cellules somatiques et germinales de plantes et d animaux. 3.2 Transmission des éléments radioactifs dans la chaîne alimentaire Durant les tous premiers mois après l accident, la contamination de la chaîne alimentaire s est effectuée essentiellement parce que les éléments radioactifs s étaient déposés sur les plantes. Par la suite, ces éléments ont migré dans les sols et ont été absorbés par les plantes à travers les racines. L iode 131, de part sa transmission importante selon le schéma herbe-vache-lait-homme, a posé très rapidement un problème de contamination de la thyroïde en iode radioactif. Cette contamination a cessé en quelques mois au plus, par la disparition de l iode 131 par décroissance radioactive avec une demi-vie de 8 jours. Le césium 137 (et dans une moindre mesure le césium 134 de demi-vie 2,1 ans), parce qu il a tendance à persister dans les couches superficielles des sols, reste très biodisponible pour les racines, et provoque ainsi une contamination persistante des plantes. Le strontium 90 a contaminé une zone restreinte (environ 100 km autour du réacteur), et, du fait de sa solubilité plus importante, il a migré plus facilement que le césium vers des zones où il ne devenait plus disponible pour les plantes. Il est observé en concentrations faibles dans les zones aquifères. L américium 241 et les isotopes du plutonium ne posent pas actuellement de problème de contamination car leur concentration est faible, et ils sont très peu absorbés par les plantes. 3.3 En Europe A l échelle de l Europe toute entière, la préoccupation majeure aujourd hui est la contamination en césium. Elle persistera encore des dizaines d années puisque la demi-vie du césium 137 est de 30 ans. Le niveau de contamination est faible sur la plus grande partie

5 du territoire européen, cependant certaines taches de contamination importante ont été répertoriées, et, à titre d exemple, la viande de renne reste fortement contaminée dans certaines régions scandinaves (Finlande, Norvège, Suède). 3.4 La contamination des territoires habités au Belarus, en Ukraine et en Russie Dans les zones urbaines, le niveau de rayonnement dans l air au-dessus des zones habitées est redevenu normal (au même niveau que le fond naturel de rayonnement), cependant des niveaux plus élevés sont parfois observés au-dessus des sols nus (parcs et jardins par exemple). Dans les zones agricoles, le césium est responsable de la contribution la plus importante à la contamination interne pour les populations, car il persiste dans le lait, la viande et certains végétaux. Cependant, à de rares exceptions près, la concentration en césium 137 dans les aliments se situe en dessous de 100 Bq.kg -1, considéré comme un niveau sûr. Dans les zones forestières, la contamination en césium 137 reste plus importante que dans les produits agricoles, en particulier dans les champignons, les baies et le gibier. Comme l exposition provenant des produits agricoles a baissé, l impact relatif de l exposition provenant des produits forestiers a augmenté et ne diminuera qu avec la lente migration du césium dans le sol et sa décroissance radioactive. Les zones aquatiques ont, durant les premières semaines, été fortement contaminées par les éléments radioactifs déposés. Rapidement la décroissance radioactive et la migration de ces éléments vers les sédiments (qui resteront longtemps un «réservoir» pour ces éléments) ont engendré une baisse importante des niveaux de contamination des eaux. Du strontium 90 est retrouvé dans plusieurs espèces de poissons. Cependant il se concentre essentiellement au niveau des arêtes et se retrouve peu dans l alimentation humaine. Le césium 137, en revanche, retrouvé souvent à un niveau de concentration voisin dans les poissons, peut poser un problème pour l alimentation humaine. C est en particulier le cas pour certains lacs fermé de Russie, d Ukraine ou du Belarus où les restrictions imposées à la pêche doivent être maintenues.

Accident de Tchernobyl et accident de Fukushima. Points communs et différences

Accident de Tchernobyl et accident de Fukushima. Points communs et différences Accident de Tchernobyl et accident de Fukushima Points communs et différences Deux accidents classés au niveau 7 de l échelle INES Echelle INES : échelle internationale des événements nucléaires permettant

Plus en détail

Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue. Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour!

Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue. Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour! Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour! En regardant cette petite image vous avez sans doute déjà compris que nous allons maintenant parler

Plus en détail

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE Florence MENETRIER CEA/DSV/Prositon PROtection Sanitaire contre les rayonnements Ionisants et TOxiques Nucléaires S F RP F u ku s h ima 4 a n s

Plus en détail

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc)

Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) 6Protection de l environnement 6 3 Le projet CAROL (Camargue-Rhône-Languedoc) P. RENAUD (IRSN) S. CHARMASSON (IRSN) F. EYROLLES (IRSN) L. POURCELOT (IRSN) C. DUFFA (IRSN) Figure 1 Le projet CAROL, lancé

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2.

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2. Campagne 2012 Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2 Zone de 8 km LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE Gentilly-2 La centrale nucléaire

Plus en détail

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES L impact des produits chimiques dangereux sur les femmes Amorce de réflexion suite à un atelier d experts Synthèse du rapport paru le 8 mars 2016 Ce rapport a pour objet une revue de l information disponible

Plus en détail

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS?

12 avril 2011 1. COMMENT SE FORMENT LES DEPOTS RADIOACTIFS? L IRSN publie une estimation des doses reçues au Japon par irradiation externe due aux dépôts radioactifs provoqués par l accident de la centrale de Fukushima-Daiichi 12 avril 2011 L IRSN fait le point

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires. Mise à jour au 17 Mars

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires. Mise à jour au 17 Mars Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé DIRECTION GENERALE DE LA SANTE QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires Mise à jour au 17 Mars 1. Existe-t-il un risque pour la santé

Plus en détail

LA PRISE D IODE STABLE EN

LA PRISE D IODE STABLE EN LA PRISE D IODE STABLE EN CAS D ACCIDENT NUCLÉAIRE TOUT PUBLIC " UN MOYEN EFFICACE DE PROTECTION CONTRE UNE CONTAMINATION RADIOACTIVE DE LA GLANDE THYROÏDE " E n cas d accident grave, certaines installations

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne L. Lebaron-Jacobs, J.L. Godet, A. Rannou Experts Article 31 Traité EURATOM Rôle de l'union européenne Traité Euratom (1957) permettre

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

Fukushima- Daiichi. Conditions et suivi sanitaire des. la population japonaise. Bernard le Guen Directeur Délégué Radioprotection Sécurité EDF DPN

Fukushima- Daiichi. Conditions et suivi sanitaire des. la population japonaise. Bernard le Guen Directeur Délégué Radioprotection Sécurité EDF DPN L accident de Fukushima- Daiichi Conditions et suivi sanitaire des intervenants et de la population japonaise Bernard le Guen Directeur Délégué Radioprotection Sécurité EDF DPN Conséquences sanitaires

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

Compléments alimentaires :

Compléments alimentaires : Compléments alimentaires : Leur place dans l alimentation d aujourd hui par Dr Didier Souveton Médecin nutritionnist & médecin du sport Directeur médical Metabolic Balance Directeur général Metabolic PROFIL

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Carte d identité du produit

Carte d identité du produit Affaires Techniques & Réglementaires LA FICHE DE DONNEES DE SECURITE Carte d identité du produit Le terme «produit» est un terme couramment utilisé. Toutefois, dans le cadre de la législation, notamment

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme André Aurengo Académie nationale de médecine Les rayonnements émis par les substances radioactives sont dits «rayonnements ionisants»

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Y a-t-il un risque d exposition à la radioactivité par la contamination des aliments?

Y a-t-il un risque d exposition à la radioactivité par la contamination des aliments? Japon : Préoccupations liées au nucléaire FAQ Risques sanitaires actuels Quels sont actuellement les risques sanitaires liés aux radiations au Japon pour ceux qui résident à proximité du réacteur par rapport

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs

Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs DES de radiologie : 15 Janvier 2010 Organisation de la radioprotection Organismes internationaux, législation européenne, législation et réglementation française La protection des travailleurs Professeur

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité?

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité? Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Classe : Terminale Enseignement : Physique-chimie STI2D-STL THEME du programme : Santé Sous-thème : Prévention

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE SÉRIE ES et L Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 Le sujet comporte 10 pages, numérotées de 1/10 à 10/10, dont une annexe page

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Campagne 2013-14 Bilan du commerce extérieur

Campagne 2013-14 Bilan du commerce extérieur Campagne 2013-14 Bilan du commerce extérieur Source : Douanes françaises Commerce extérieur français des pommes de terre de conservation Une campagne dans la moyenne 1,76 million de pommes de terre françaises

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Radon et radiations ionisantes

Radon et radiations ionisantes 1 Radon et radiations ionisantes Boris Melloni Service de Pneumologie Limoges L homme est exposé à une irradiation X naturelle de cause cosmique, tellurique et alimentaire et une irradiation artificielle

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Evolution institutionnelle RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Créé en 1951, le CSRS a évolué institutionnellement, sur trois grandes phases : (i) de 1951 à 2001, entièrement administré par la Commission

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé Direction de santé publique Les communications cellulaires utilisent des radiofréquences (RF) qui sont des non-ionisantes 0 Hz 50 Hz 10 khz

Plus en détail

(Catalogue de mesures CMD) Groupe de travail Evaluation et contre-mesures ComABC

(Catalogue de mesures CMD) Groupe de travail Evaluation et contre-mesures ComABC Mise en œuvre du Concept des mesures à prendre en fonction des doses (CMD): mesures visant à réduire l exposition à l irradiation après un accident dans une centrale nucléaire (Catalogue de mesures CMD)

Plus en détail

(Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011)

(Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011) 1 (Photo: Inondations a Madagascar à la suite du cyclone Bingiza en provenance de l Océan Indien, février 2011) INTRODUCTION Madagascar est le pays d Afrique le plus exposé aux chocs climatiques. Il est

Plus en détail

Conférence de presse. Analyse des 58 documents déclassifiés Une transparence limitée

Conférence de presse. Analyse des 58 documents déclassifiés Une transparence limitée Conférence de presse Mercredi 3 juillet 2013 Analyse des 58 documents déclassifiés Une transparence limitée POUR TOUT CONTACT Jean-Luc SANS : 06 27 93 50 03 Bruno BARRILLOT : 06 25 87 35 80 Levée du secret

Plus en détail

Etude pour la mise en place d une stratégie de communication et de visibilité du projet dans l écorégion WAMER

Etude pour la mise en place d une stratégie de communication et de visibilité du projet dans l écorégion WAMER Gouvernance, politiques de gestion des ressources marines et réduction de la pauvreté dans l'écorégion WAMER Etude pour la mise en place d une stratégie de communication et de visibilité du projet dans

Plus en détail

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Laurent DEPROIT, chef de la division de Marseille de l ASN Réunion plénière du 3 juin 2015 1 Sommaire 1. Les missions de l ASN 2. Les principales

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles Non classifié TAD/CA/APM/WP(2010)33 TAD/CA/APM/WP(2010)33 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 04-Nov-2010 Français

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

SECURITE ROUTIERE. Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne SECURITE ROUTIERE Les données sont issues de l exploitation des Bulletins d Analyse d Accidents Corporels (BAAC) 24.Source : SETRA-DREIF 2 Quelques données générales sur l insécurité routière francilienne

Plus en détail

Les pouvoirs publics ont souhaité disposer d un

Les pouvoirs publics ont souhaité disposer d un 5Synergie protection - environnement 5 2 La gestion des sites industriels potentiellement contaminés par des substances radioactives A. OUDIZ (IRSN) B. CESSAC (IRSN) J. BRENOT (IRSN) J.-P. MAIGNE (IRSN)

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE 1 - Dose délivrées : RX conventionnelle TDM Médecine nucléaire Radiothérapie 2 - Effets des ray. sur la grossesse : malformatifs cancérogènes 3 - Situations

Plus en détail

Face à un accident nucléaire

Face à un accident nucléaire Face à un accident nucléaire Collection Livrets des professionnels Sommaire Qu est-ce qu un accident nucléaire?... 2 Comment est géré un accident nucléaire en France?... 3 Quelles sont les missions de

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE M.Bourguignon (DGSNR), JB.Fleutot (SPRA), C.Telion (SAMU de Paris), M.Ammerich (DGSNR), P.Carli (SAMU de Paris) Les

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

GUIDE RELATIF AUX EXIGENCES REGLEMENTAIRES APPLICABLES AU TRANSPORT DES MATIERES RADIOACTIVES EN ZONE AEROPORTUAIRE

GUIDE RELATIF AUX EXIGENCES REGLEMENTAIRES APPLICABLES AU TRANSPORT DES MATIERES RADIOACTIVES EN ZONE AEROPORTUAIRE GUIDE RELATIF AUX EXIGENCES REGLEMENTAIRES APPLICABLES AU TRANSPORT DES MATIERES RADIOACTIVES EN ZONE AEROPORTUAIRE DGSNR/SD1/TMR/ AIR Révision 0 de février 2006 Ce guide ne substitue pas à la réglementation

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Raison de plus pour ne pas voter le budget!

Raison de plus pour ne pas voter le budget! Raison de plus pour ne pas voter le budget! Retraite : les travailleurs du nucléaire exclus du compte pénibilité, une double peine LE PLUS. A partir de 2015, les salariés exposés à des facteurs de pénibilité

Plus en détail

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI INTRODUCTION La réglementation r actuelle : CIPR 60 Recommandations internationales Directive 90/641/EURATOM Directive 96/29/EURATOM Directive 97/43/EURATOM Nouvelles contraintes

Plus en détail

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 La formation professionnelle et statutaire s agents s ministères 2008 à 2012 Salah Idmachiche Entre 2008 et 2012, le

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/71/58 7 novembre 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Exercices nucléaires «3 en 1» de la Grande Région. Phase post-accidentelle

Exercices nucléaires «3 en 1» de la Grande Région. Phase post-accidentelle k Exercices nucléaires «3 en 1» de la Grande Région Phase post-accidentelle Guy Stebens Haut-Commissariat à la Protection nationale La situation du Luxembourg Le Luxembourg est un pays non nucléaire Les

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention CIRC UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention Message du Directeur Le CIRC est un organisme de recherche unique au monde. Depuis 50 ans, le Centre apporte une contribution

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2005/10 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 25 janvier 2005 Français Original:

Plus en détail

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Question 1. Comment voyez-vous la situation actuelle du marché des PPP en Russie en ce moment? Réponse. Il faut définir

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire Citation: Thompson JM, MacLean MB. Données probantes concernant les pratiques exemplaires en matière

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Comment d accident nucléaire

Comment d accident nucléaire 1 2 Comment d accident nucléaire se protéger en cas? Malgré les systèmes de sécurité très élaborés, les consignes strictes et les contrôles rigoureux, un accident dans une installation nucléaire n est

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

3. Les grands accidents nucléaires et leurs conséquences

3. Les grands accidents nucléaires et leurs conséquences 3. Les grands accidents nucléaires et leurs conséquences On peut distinguer différentes catégories d accidents : 1) Les accidents de criticité, 2) Les accidents provenant d installations ou de sources

Plus en détail

et le rayonnement UV

et le rayonnement UV page 1/6 Source : Bancs Solaires CSPC (2006) et le rayonnement UV Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - En plus de la lumière naturelle du soleil, les utilisateurs de bancs solaires en quête d un teint

Plus en détail

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût

Épices & Herbes. Irradiation. L innovateur de bon goût Épices & Herbes Irradiation Irradiation Tables des matières La conservation des aliments Les maladies d origine alimentaire -un problème d ordre mondial Le procédé d irradiation alimentaire Les bienfaits

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Observatoire des technologies de l information Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Juin 2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 METHODOLOGIE... 3 2.1 Type d enquête et taille de l échantillon...

Plus en détail