Première conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, 28 et 29 avril 2011)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, 28 et 29 avril 2011)"

Transcription

1 Première conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, 28 et 29 avril 2011) DOCUMENT DE POLITIQUE GÉNÉRALE ALIMENTATION ET NUTRITION Jeudi 28 avril h30-18h00 Table ronde n 2 Alimentation et nutrition (Salle Amur, Tour 2) Programme : - S'entendre sur l'objectif de réduction des risques de maladies non transmissibles par la promotion des pratiques alimentaires saines. - Décrire les politiques et programmes efficaces en matière d'alimentation et de nutrition et présenter les initiatives rentables ou ayant un rapport coût/efficacité particulièrement intéressant. Principaux messages : - Les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire doivent relever un double défi : lutter à la fois contre la dénutrition et contre le surpoids. - Les gouvernements devraient interdire les acides gras trans, réduire la teneur en sel des aliments industriels, réglementer le marketing des aliments et des boissons non alcoolisées à destination des enfants et améliorer l'accessibilité des fruits et des légumes. - Si l'on veut accélérer les progrès obtenus dans la lutte contre les maladies non transmissibles liées à l'alimentation, il faut que les autorités nationales prennent l'initiative ; il faut un véritable engagement politique, des mécanismes de gouvernance efficaces et complets et une infrastructure et des investissements appropriés. - De multiples acteurs doivent être impliqués, et les activités d'évaluation et de supervision sont essentielles. Questions à aborder : - Quelles sont les conséquences en termes de politique publique de la grande accessibilité des aliments déséquilibrés proposés à bas prix? - Quelles sont les actions prioritaires? Page 1 sur 7

2 Contexte Alors que les nations tentent d'éradiquer les problèmes de dénutrition, leur population tombe souvent dans le piège de l'industrialisation de la chaîne alimentaire, facteur d'obésité. Selon les dernières estimations, 1,7 milliards de personnes sont en surpoids, et parmi elles, 500 millions sont obèses. En 2010, à l'échelle mondiale, le nombre d'enfants d'âge préscolaire en surpoids ou obèses 1 était évalué à 43 millions. Ce phénomène va croissant dans les populations les plus pauvres des pays en pleine transition d'un point de vue nutritionnel. Entre 1990 et 2015, le problème de surpoids des nourrissons et des jeunes enfants devrait progresser plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire que dans les autres pays. Ce phénomène, que certains ont baptisé la "transition nutritionnelle" fait que les systèmes de santé nationaux doivent désormais s'attaquer aux maladies non transmissibles liées à l'alimentation tout en poursuivant leur lutte contre la dénutrition et contre les maladies transmissibles classiques. En 2010, environ 171 millions d'enfants présentaient un retard de croissance. La plupart de ces enfants souffrant de dénutrition chronique ont une mère en surpoids ou obèse et ont plus de risque de développer une obésité plus tard dans leur vie. Si l'on veut qu'ils soient complets, les programmes de nutrition doivent donc venir répondre à ce double défi. Pour avoir une alimentation saine, un individu doit : - atteindre un bon équilibre entre les apports caloriques tirés de son alimentation et les dépenses énergétiques liées à son activité physique ; - limiter les apports énergétiques totaux provenant d'aliments gras en privilégiant les acides gras saturés aux acides gras insaturés ; - augmenter sa consommation de fruits, de légumes, de céréales complètes ainsi que de noix et autres fruits à coque ; et - limiter sa consommation de sucre et de sel. Les gouvernements devraient : - veiller à réduire la teneur en sel, en acides saturés et en acides gras trans des produits alimentaires manufacturés ; - mieux sensibiliser les individus aux bonnes habitudes alimentaires ; - réglementer le marketing des aliments et des boissons non alcoolisées à destination des enfants ; - imaginer des dispositifs financiers et fiscaux pour promouvoir la consommation des aliments sains. Nouvelles perspectives L'industrialisation de la chaîne alimentaire a modifié la composition des repas, désormais beaucoup plus caloriques. Les schémas de consommation alimentaire tendent à s'uniformiser partout dans le monde ; les populations privilégiant de plus en plus les aliments plus chers et de qualité supérieure (comme la viande et les produits laitiers). La consommation de glucides complexes (comme l'amidon) a reculé et celle de sucres raffinés a progressé. La consommation de sucre a été multipliée par 50 dans les pays industrialisés, et jusqu'à 15 % des apports énergétiques 1 Écart standard de +2 (ou davantage) au dessus de la moyenne des critères de l'oms. Page 2 sur 7

3 proviennent désormais de sucres raffinés. Ce sont pour la plupart des sucres "cachés" dans les boissons et aliments industriels et non pas des sucres ajoutés par le consommateur à sa nourriture. Dans de nombreux pays la teneur en graisses des repas a augmenté de 20 à 40 %. Cette augmentation a été constante et particulièrement rapide à partir des années 1980 dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. La consommation quotidienne de sel dans le cadre de l'alimentation est aujourd'hui de 9 à 12 grammes. Dans les pays en développement, la consommation de viande et de produits laitiers continue d'augmenter. Parallèlement à cela, la production de fruits et de légumes n'augmente pas suffisamment, notamment en Afrique. En dépit des quelques impacts positifs en termes de nutrition que ces changements représentent, cette évolution explique directement l'augmentation des risques de maladies non transmissibles. Nouveaux développements Face aux défis nutritionnels qui se posent à l'échelle mondiale, la Soixante Troisième Assemblée mondiale de la Santé a demandé à l'oms de rédiger un plan d'action complet sur la nutrition maternelle, des nourrissons et des jeunes enfants. Un plan qui devrait favoriser la mise en œuvre de politiques et de programmes de nutrition et d'alimentation partout dans le monde. Pour contrecarrer les pratiques publicitaires intensives et autres techniques de marketing ciblant les enfants, la Soixante Troisième Assemblée mondiale de la Santé a validé un ensemble de recommandations concernant le marketing des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées à destination des enfants. Ce document préconise d'entreprendre une action nationale et internationale visant à réduire l'impact sur les enfants du marketing des denrées alimentaires particulièrement riches en graisses saturées, en acides gras trans, en sucres et en sel. Nouveaux paramètres Dans une approche portant sur l'intégralité de la vie des individus, les meilleurs résultats sont obtenus en intervenant au plus tôt dans la vie des jeunes enfants mais aussi en agissant auprès des enfants un peu plus grands et des adolescents. Il a été prouvé qu'une mauvaise alimentation pendant la grossesse et en début de vie majore les risques de développer une maladie non transmissible plus tard dans la vie. L'amélioration de l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants impose de combiner diverses stratégies : protection de la maternité dans le milieu du travail, amélioration des pratiques familiales et communautaires, actions au sein du système de santé (initiative Hôpitaux Amis des Bébés par exemple) et optimisation des compétences des personnels de santé. Il existe des solutions efficaces et parfaitement réalistes pour lutter contre les risques liés à une mauvaise alimentation. De nombreux éléments permettent de dire que la réduction de la consommation de sel est, par exemple, une solution particulièrement rentable (rapport coût/efficacité) dans le cadre de la prévention des maladies non transmissibles (MNT). Selon certaines estimations, si la consommation de sel parvenait à être réduite jusqu'au niveau recommandé, jusqu'à 2,5 millions de décès par crise cardiaque ou attaque cardiaque pourraient être évités chaque année dans le monde. Cinq pays (la Finlande, la France, l'irlande, le Japon et le Royaume-Uni) ont obtenu en ce sens des résultats positifs tangibles. Le fait de remplacer les acides gras trans par des acides gras insaturés dans l'alimentation permet de réduire le risque de maladies cardio-vasculaires. En la matière, les gouvernements ont entrepris Page 3 sur 7

4 diverses actions dans plusieurs domaines : régulation des normes alimentaires, recommandations nutritionnelles, information sur les effets nocifs des acides gras trans (par la communication de messages nutritionnels et de santé), indication volontaire ou obligatoire de la teneur en acides gras trans sur les étiquettes des aliments et reformulation volontaire des produits industriels. Les mesures d'interdiction sont les plus efficaces. La limitation du marketing portant sur les aliments et les boissons à fortes teneurs en sel, graisses ou sucres et ciblant spécifiquement les enfants constitue un autre moyen particulièrement rentable de lutter contre les MNT. La publicité à la télévision entraîne une augmentation de la consommation de produits de grignotage et de boissons très sucrées, d'aliments particulièrement pauvres en nutriments ainsi qu'une augmentation des apports caloriques. Une étude récente indique que depuis 2003, 20 pays ont adopté ou ont entrepris de mettre au point des politiques prévoyant des obligations, des recommandations officielles et diverses autres mesures d'autoréglementation. Face à l'augmentation spectaculaire des cas d'obésité et des MNT liées à l'alimentation, les îles Fidji et divers autres pays du Pacifique Ouest ont pris certaines décisions : taxation des aliments et des boissons, réglementation des importations et restriction de l'utilisation d'ingrédients peu intéressants sur le plan nutritionnel. Pour encourager la consommation de produits conformes aux bonnes pratiques alimentaires, certains autres pays ont testé des mesures d'incitation financière : baisse des taxes, subventions aux prix et autres mesures d'incitation à la production. Les stratégies de communication et d'information sont aussi cruciales dans les campagnes de promotion des habitudes alimentaires saines. Si bien que l'indication d'une information appropriée sur les étiquettes des aliments concernant leurs caractéristiques nutritionnelles est nécessaire pour aider les consommateurs à faire les bons choix. L'amélioration de l'alimentation servie dans les cantines scolaires associée à d'autres initiatives lancées dans le domaine de l'éducation peut avoir un effet positif sur les habitudes alimentaires des plus jeunes. De même, les actions menées sur le lieu de travail peuvent avoir un impact bénéfique sur le poids des populations adultes et sur le risque cardio-vasculaire. Des conseils cohérents et professionnels, dispensés par les professionnels de santé des centres de soins primaires peuvent également avoir une influence positive sur les comportements individuels. Plusieurs éléments indiquent que les initiatives menées simultanément sur plusieurs fronts entraînent souvent de meilleurs résultats pour la santé que les initiatives esseulées, sans oublier qu'elles sont généralement plus rentables et que le lancement simultané d'initiatives nationales et locales impliquant plusieurs secteurs favorise de façon générale la mise en œuvre des politiques d'alimentation et de nutrition. Échelle d'intervention Même si la plupart des États Membres ont mis en place des politiques et des programmes de nutrition, ces outils n'ont pas tous forcément été adoptés de façon officielle, ils ne répondent pas forcément de façon exhaustive à tous les problèmes en termes de nutrition et ne prévoient pas forcément une articulation cohérente avec tous les plans et programmes d'intervention. Malgré la rapide progression du taux d'obésité chez les enfants, de très nombreux pays à faible revenu et à revenu intermédiaire n'ont pas encore pris conscience du double enjeu que constitue la lutte Page 4 sur 7

5 contre la dénutrition et contre le surpoids. La collaboration entre États Membres et avec les principaux acteurs concernés autour d'initiatives concertées à l'échelle mondiale permettrait d'impulser certaines actions prioritaires grâce au partage d'informations et à la mutualisation des ressources. Accélérer les avancées Pour accélérer les progrès obtenus en termes de réduction du risque de MNT liées à l'alimentation, il faut que les autorités nationales prennent l'initiative. Et cet effort nécessite un vrai engagement politique, des mécanismes de gouvernance efficaces et complets, une infrastructure de santé robuste et des investissements appropriés. Il est nécessaire d'entreprendre simultanément des actions aux niveaux national et local et d'impliquer systématiquement les multiples parties prenantes afin de correctement évaluer les besoins, de planifier les actions de façon pertinente, de créer des systèmes de surveillance efficaces et de garantir l'adhésion des populations aux programmes et aux politiques. Une plus grande efficacité peut être obtenue par des interventions concertées et durables lancées aux échelles nationale et locale. Collaborer autour d'un programme commun Un ensemble d'initiatives liées à l'approvisionnement alimentaire et à l'information de la population doit être lancé, en impliquant systématiquement les différents secteurs concernés (le secteur de la santé mais aussi l'agriculture, le secteur industriel, le secteur de l'éducation et le secteur social). Ce type d'actions s'inscrit dans le cadre des recommandations des stratégies mondiales de l'oms (Stratégie mondiale pour l alimentation, l exercice physique et la santé et Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant). Ces initiatives peuvent par exemple prévoir des mesures législatives -ou autres- destinées à favoriser l'allaitement des nourrissons, l'obtention d'un environnement nutritionnel sain dans les écoles, la réduction des teneurs en sel, en acides gras trans, en graisses saturées et en sucres des produits industriels et la fourniture d'une alimentation saine dans les établissements publics. Il peut également s'agir de mesures économiques décidées pour promouvoir les choix alimentaires sains et décourager les mauvaises habitudes alimentaires. Il s'agit aussi de communiquer une information précise et fiable aux consommateurs, de limiter le marketing portant sur les produits alimentaires ou les boissons et ciblant spécifiquement les enfants ou encore de prévoir de dispenser des informations et des conseils nutritionnels dans les centres de santé primaires et secondaires. Partenariats L'application des politiques en matière d'alimentation et de nutrition nécessite l'engagement des équipes gouvernementales dans leur intégralité. Le secteur agricole pourrait par exemple veiller à ce que la production primaire, la transformation des produits alimentaires, leur distribution et leur commercialisation se fassent dans le sens des objectifs de santé. Les autorités de protection des consommateurs pourraient veiller à ce que des informations appropriées soient communiquées aux consommateurs. Le secteur de l'éducation pourrait s'assurer que l'école oriente les enfants vers les bonnes pratiques de consommation et d'alimentation. Le secteur de l'urbanisme pourrait faire en sorte de favoriser l'accès à de la nourriture saine et salubre. Dans le milieu du travail, il serait envisageable de prévoir des congés parentaux appropriés, des pauses permettant l'allaitement et de permettre une certaine flexibilité pour les femmes qui allaitent leur enfant. Les Page 5 sur 7

6 politiques sociales pourraient prévoir des avantages sociaux pour améliorer la sécurité alimentaire des groupes de populations vulnérables. Les ONG impliquées dans ce domaine et les associations de consommateurs pourraient aider à définir des approches propres à encourager le changement et pourraient également agir pour contrôler l'application effective, par le secteur public et par le secteur privé, de leurs engagements. Les acteurs de la chaîne alimentaire pourraient améliorer la disponibilité des produits sains (notamment des fruits et des légumes) et des produits à faible teneur en graisses saturées, en sucres ajoutés et en sel. Quant aux médias, ils pourraient participer à des campagnes de sensibilisation sur la nutrition et la sécurité sanitaire des aliments. Les publicitaires et les grandes marques de l'agroalimentaire devront, eux, se plier aux recommandations concernant le marketing des aliments et des boissons non alcoolisées à destination des enfants. Page 6 sur 7

7 Remarques Le présent document ne traduit aucune prise de position officielle de la part de l'organisation Mondiale de la Santé. Il s'agit uniquement d'un outil de travail permettant d'examiner le point de vue des différentes parties impliquées concernant l'objet évoqué. Toutes les références faites à des partenaires internationaux ne sont que des suggestions et n'impliquent aucunement une quelconque adhésion ou un quelconque engagement de leur part vis-à-vis du présent document. L'Organisation Mondiale de la Santé ne garantit aucunement que les informations contenues dans le présent document sont complètes et précises. Elle ne pourra donc en aucun cas être tenue responsable d'un quelconque préjudice qui pourrait résulter de leur utilisation. Les appellations employées dans le présent document et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part de l Organisation Mondiale de la Santé aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Les lignes en pointillé sur les cartes représentent des frontières approximatives, dont le tracé peut ne pas avoir fait l objet d un accord définitif. La mention de marques ou de produits commerciaux spécifiques ne signifie pas que ces marques ou produits commerciaux sont agréés ou recommandés par l Organisation Mondiale de la Santé de préférence à d autres de nature analogue. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu il s agit d un nom déposé. L Organisation Mondiale de la Santé a pris toutes les précautions raisonnables pour vérifier les informations contenues dans le présent document. Toutefois, le présent document est diffusé sans aucune garantie, expresse ou implicite. La responsabilité de l interprétation et de l utilisation de ce document incombe au lecteur. En aucun cas l Organisation Mondiale de la Santé ne saurait être tenue responsable des préjudices subis du fait de son utilisation. Sauf indication contraire, les données contenues dans le présent document de travail sont tirées de la version 2004 de l'étude de l'oms sur la charge de morbidité dans le monde. D'autres informations sont disponibles à l'adresse : Organisation Mondiale de la Santé, Tous droits réservés. Le présent document est soumis à la clause de droits d'auteur suivante : Page 7 sur 7

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A69/7 Add.1 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire 13 mai 2016 La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant Orientations en vue de mettre

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES

Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Programme d'aide au développement Jura - Cameroun SOINS DE SANTE PRIMAIRES Cadre des projets L'action du Service de la coopération fonde sa légitimité dans la Constitution jurassienne à travers ses articles

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF POLITIQUE POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF FORMATION GÉNÉRALE DES JEUNES FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES FORMATION PROFESSIONNELLE # 48-01 Adoption le 12 juin 2007

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES - RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique alimentaire COTE : DAEC 2008-01 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration EN VIGUEUR en août 2008 RESPONSABLE DE L'APPLICATION : La Direction

Plus en détail

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE :

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : I (Sensibilisation) De charger un groupe indépendant d'experts, de l OCDE par exemple, d effectuer une étude

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 RÉSULTATS DES TRAVAUX du : CONSEIL en date du : 6 décembre 2001 n doc. préc. : 14378/01

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008 Lignes directrices à l attention des opérateurs économiques relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire et d activité physique du Programme National Nutrition Santé Ces lignes

Plus en détail

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES Numéro 2 2005 SYSTEMES DE FINANCEMEMENT DE LA SANTE: COMMENT REDUIRE LES DEPENSES CATASTROPHIQUES Chaque année, plus de 150 millions de personnes dans 44 millions de ménages doivent faire face à des dépenses

Plus en détail

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne P7_TA(0)008 Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne Résolution du Parlement européen du mars 0 sur la lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne (0/9(RSP)) Le Parlement

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.08.2009 C (2009) 6464 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 sur l'éducation aux médias dans l'environnement numérique pour une industrie

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique 1 2 3 4 5 6 Consultation publique Vers l élaboration du Programme pour des Systèmes alimentaires durables du Cadre décennal de programmation concernant les modes de consommation et de production durables

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

- Politique favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif -

- Politique favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif - - favorisant une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif - 1. PRÉAMBULE Il est reconnu que les jeunes en forme et en santé réussissent mieux à l école; ils sont plus attentifs et se concentrent

Plus en détail

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Si tout le monde risque de contracter une maladie d origine alimentaire, il y a

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Quelle collation à la récré?

Quelle collation à la récré? Quelle collation à la récré? Jeudi 17 novembre 2011 Sidonie FABBI, diététicienne dipl. Unité alimentation et mouvement - SSJ 25/11/2011 - Page 1 Service de santé de la jeunesse Promouvoir le bien-être

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

Introduction à la 2 e édition

Introduction à la 2 e édition Introduction à la 2 e édition Parue en 2003, l expertise opérationnelle «Santé des enfants et des adolescents, propositions pour la préserver» présente un état des lieux des connaissances sur plusieurs

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

POLITIQUE ALIMENTAIRE

POLITIQUE ALIMENTAIRE POLITIQUE ALIMENTAIRE MODIFIÉ ET ADOPTÉ LE 1 AVRIL 2014 L alimentation est un besoin essentiel à la vie et va bien au-delà du simple fait de se nourrir. Elle touche toutes les dimensions du développement

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Pour une vie en santé

Pour une vie en santé Mémoire de l AMC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Pour une vie en santé Présenté par : Anne Doig, MD, CCFP, FCFP Présidente sortante Priorité au discours prononcé A healthy population

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

- POLITIQUE DE COMMUNICATION -

- POLITIQUE DE COMMUNICATION - - POLITIQUE DE COMMUNICATION - 1. PRÉAMBULE À la Commission scolaire des Portages-de-l=Outaouais, on reconnaît que les communications constituent un élément majeur dans la poursuite de notre mission et

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Appel à projets/concours services innovateurs TÉLÉCENTRES, PASSERELLES DU DÉVELOPPEMENT RURAL AUX CARAÏBES

Appel à projets/concours services innovateurs TÉLÉCENTRES, PASSERELLES DU DÉVELOPPEMENT RURAL AUX CARAÏBES Appel à projets/concours services innovateurs TÉLÉCENTRES, PASSERELLES DU DÉVELOPPEMENT RURAL AUX CARAÏBES Annonce et Règlement du concours www.taiguey.org/cta-contest 1. Description générale 2. Catégories,

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Adoptée au Conseil des commissaires séance ordinaire du vendredi 24 octobre 2008. Direction des Services éducatifs PRÉAMBULE

Adoptée au Conseil des commissaires séance ordinaire du vendredi 24 octobre 2008. Direction des Services éducatifs PRÉAMBULE Adoptée au Conseil des commissaires séance ordinaire du vendredi 24 octobre 2008. TITRE : POLITIQUE «MANGEZ MIEUX, BOUGEZ PLUS» ORIGINE : Direction des Services éducatifs DESTINATAIRES : Directions des

Plus en détail

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL Organisation mondiale de la Santé, 2008 WHO/CDS/EPR/IHR/2007.2 Bureau OMS de Lyon pour la préparation et la réponse des pays aux épidémies 58, avenue Debourg, 69007 Lyon,

Plus en détail

STRATÉGIE DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITÉ DU PIDC

STRATÉGIE DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITÉ DU PIDC CI-13/CONF.201.8 Point de l ordre du jour : Débat : Stratégie de communication et de visibilité du PIDC NOTE D INFORMATION CONTEXTE ET OBJET Le PIDC obtient de bons résultats et possède d importants fonds

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Table des matières INTRODUCTION...3 1. NATURE ET PORTÉE...4 2. CHAMP D APPLICATION...4 3. PRINCIPES ET VALEURS...5 4. OBJECTIFS GÉNÉRAUX...6 5. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES...6

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES 2016-2017 POUR LA MISE EN PLACE D'UNE FORMATION INTRA-EPLEFPA SUR LE THEME «PLAISIR A LA CANTINE»

APPEL A CANDIDATURES 2016-2017 POUR LA MISE EN PLACE D'UNE FORMATION INTRA-EPLEFPA SUR LE THEME «PLAISIR A LA CANTINE» PRÉFET DE LA RÉGION LANGUEDOC-ROUSSILLON-MIDI-PYRÉNÉES Direction régionale de l alimentation, de l agriculture et de la forêt -Service Régional de la Formation et du Développement -Service Régional de

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé Contribution du travail socio-éducatif auprès des jeunes pour les aider à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, en particulier le passage du système éducatif au monde du travail Résultats

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc.

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc. Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955,

Plus en détail

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde

Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Plan pour la sécurité de l aviation dans le monde Faits saillants Étant donné que, d après les prévisions, la croissance du trafic aérien doublera au cours des 15 prochaines années, il faut s occuper proactivement

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

LA LETTRE DU PRESIDENT

LA LETTRE DU PRESIDENT Plan stratégique 2011-2015 LA LETTRE DU PRESIDENT Au nom de l'équipe de direction, j'ai le plaisir de vous présenter la nouvelle stratégie quadriennale d'intrahealth International, LEAD : Une stratégie

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/EM.7/L.1 23 juin 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

Jack. Layton. Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé

Jack. Layton. Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé Jack Layton Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé 1 Bâtir un régime public novateur de services de santé Tout au long des années 1990, les Canadien(ne)s se sont faits dire que le débat

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

ETUDE DE CAS: L EXPERIENCE DU FONDS ROUTIER EN ZAMBIE

ETUDE DE CAS: L EXPERIENCE DU FONDS ROUTIER EN ZAMBIE ETUDE DE CAS: L EXPERIENCE DU FONDS ROUTIER EN ZAMBIE Objectifs de l'étude de cas N. Gananadha, National Roads Board of Zambia Entre 1987 et 1990, le réseau routier primaire de la Zambie s'est détérioré

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

Avis de vacance de poste n : Date limite de dépôt des candidatures : 27.08.2012. Unité administrative : N de poste : ICC-3110-E-ASG-9466

Avis de vacance de poste n : Date limite de dépôt des candidatures : 27.08.2012. Unité administrative : N de poste : ICC-3110-E-ASG-9466 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Greffier (ASG) 2028FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 27.08.2012 Unité administrative : Lieu d'affectation : Type et durée de l'engagement

Plus en détail

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET 2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET Le programme conjoint MDG-F Culture et développement au Sénégal dont l objectif est d appuyer la mise en œuvre des

Plus en détail

Recrutement et Maintien/Fidélisation Un Cadre d Actions

Recrutement et Maintien/Fidélisation Un Cadre d Actions Recrutement et Maintien/Fidélisation Un Cadre d Actions 1. PRÉAMBULE 1.1 L'accès aux services de santé pour tous est un droit humain fondamental. Ce droit est un élément essentiel du modèle social européen.

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Les mythes alimentaires Le pain fait engraisser. Le lait est bon seulement pour les enfants. Le jeûne permet de purifier l organisme. Toutes ces affirmations,

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques Aperçu Le présent document offre un aperçu du texte sur Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques, 3e édition,

Plus en détail

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance Associé Fondateur : Rony GAMIETTE - Tél : 06 03 79 31 03 E-Mail : rony.gamiette@rogamconsulting.com 1 L AUDIT DE PERFORMANCE 2 SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Prévenir... les effets du viellissement

Prévenir... les effets du viellissement Prévenir... les effets du viellissement 3 Les quatre clés du bien vieillir 1 Bien s alimenter Les besoins évoluent avec l âge En prenant de l âge, on a tendance à manger avec moins d appétit. Il est vrai

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS)

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS) Programmes d activités physiques s parascolaires pour les filles et les jeunes femmes POLITIQUE ET RECOMMANDATIONS DROIT D AUTEUR 2011 ACAFS Octobre 2011 Les fournisseurs de programmes d activités physiques

Plus en détail

Ouagadougou, Hôtel Palm Beach, 03 Mai 2013. Serge R. SANOU Arcep / CIRT-BF Serge.sanou@arcep.bf

Ouagadougou, Hôtel Palm Beach, 03 Mai 2013. Serge R. SANOU Arcep / CIRT-BF Serge.sanou@arcep.bf Ouagadougou, Hôtel Palm Beach, 03 Mai 2013 Serge R. SANOU Arcep / CIRT-BF Serge.sanou@arcep.bf 1 Environnement des TICs Aspects règlementaires Définition de la cybersécurité Caractérisation du cyberespace

Plus en détail