CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION"

Transcription

1 CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LES DROGUES : DOCUMENT DE CONSULTATION MINISTÈRE DE LA JUSTICE DU CANADA RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ET PROPOSITIONS LÉGISLATIVES VISANT À AMÉLIORER LES ENQUÊTES SUR LES INFRACTIONS DE CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LA DROGUE PRÉVUES DANS LE CODE CRIMINEL Le présent document a été préparé à partir des travaux effectués par le Groupe de travail du Comité consultatif des hauts fonctionnaires sur la conduite avec facultés affaiblies Octobre 2003

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MESURES LÉGISLATIVES... 3 ENQUÊTES... 4 THÉORIE DE L ÉVALUATION POUR DÉTECTER LA CONSOMMATION DE DROGUES APPLIQUÉE PAR DES AGENTS FORMÉS À CETTE FIN... 5 OPTIONS EN VUE D AMÉLIORER LES ENQUÊTES CONCERNANT LES INFRACTIONS DE CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LA DROGUE ALINÉA 253B) DU CODE CRIMINEL LIMITES EN CE QUI A TRAIT AUX DROGUES AUTRES QUE L ALCOOL DEMANDES PRÉVUES DANS LA LOI CONCERNANT LE PROGRAMME - PHASE I DEMANDES PRÉVUES DANS LA LOI CONCERNANT LE PROGRAMME - PHASE II DEMANDES PRÉVUES DANS LA LOI CONCERNANT LE PROGRAMME PHASE III INFRACTIONS DE REFUS CONSIDÉRATIONS DU POINT DE VUE DE LA CHARTE

3 INTRODUCTION En 1999, le Comité permanent de la Chambre des communes sur la justice et les droits de la personne a examiné les dispositions du Code criminel sur la conduite avec facultés affaiblies et a entendu les témoignages de la police ainsi que de la communauté scientifique affirmant que la conduite avec facultés affaiblies par les drogues constituait un problème grave sur les routes du Canada. L affaiblissement des facultés découlait de la consommation de drogues illicites et de la consommation excessive de drogues licites. Dans son rapport intitulé Vers l élimination de la conduite avec facultés affaiblies, le Comité permanent recommandait aux fonctionnaires fédéraux, provinciaux et territoriaux d examiner comment améliorer les dispositions du Code criminel ayant trait aux enquêtes sur les infractions liées à la conduite avec facultés affaiblies. Le Groupe de travail sur la conduite avec facultés affaiblies relevant du Comité de coordination des hauts fonctionnaires a entrepris cette tâche. MESURES LÉGISLATIVES L article 253 du Code criminel distingue deux types précis d'infractions. En vertu de l alinéa 253a) du Code criminel, commet une infraction quiconque conduit un véhicule à moteur, un bateau, un aéronef ou du matériel ferroviaire lorsque sa capacité de conduire un tel véhicule est affaiblie par l'alcool ou par une drogue. Cette disposition vise aussi l affaiblissement des facultés par l effet combiné d une drogue et de l alcool, même lorsque la consommation d'une seule de ces substances n a pas pour effet d affaiblir les facultés. Aux termes de l alinéa 253b) du Code criminel constitue une infraction le fait de conduire un véhicule à moteur, un bateau, un aéronef ou du matériel ferroviaire avec un taux d alcoolémie dépassant quatre-vingts milligrammes d alcool par cent millilitres de sang. L alinéa 253b) n établit pas de «limite légale» dans le cas d une drogue, autre que l alcool. Les experts en criminalistique ont fait savoir que contrairement à l alcool, il est souvent extrêmement difficile d établir le seuil de concentration précis à partir duquel les facultés de la plupart des conductrices ou des conducteurs seront affaiblies. De plus, il se peut que l analyse de certains liquides organiques pour trouver des traces de drogue indique simplement qu'il y a eu consommation de drogue plusieurs jours ou même plusieurs mois auparavant. Les articles 254, 256 et 258 du Code criminel établissent de façon exhaustive les procédures permettant à un agent de la paix de recueillir des éléments de preuve dans les cas de conduite avec facultés affaiblies par l'alcool et de soumettre ces éléments de preuve à un tribunal en vue de prouver que le prévenu a commis une infraction à l alinéa 253b) du Code. Le policier peut demander à la conductrice ou au conducteur de fournir un échantillon d haleine dans un 3

4 «appareil de détection approuvé» lorsqu il soupçonne, avec raison, la présence d alcool dans son organisme. S il a des motifs raisonnables de croire que la conductrice ou le conducteur a commis une infraction aux termes de l article 253 dans les trois heures précédentes, le policier peut lui demander de fournir un échantillon d haleine dans un «alcootest approuvé». Si la conductrice ou le conducteur est incapable de fournir un échantillon d haleine dans l alcootest approuvé, le policier peut lui demander de fournir un échantillon de sang. Si un échantillon de sang est prélevé aux fins de l analyse de l alcoolémie, l échantillon peut aussi être analysé pour y détecter la présence de drogue. Comme le recommandait le Comité permanent, le législateur a modifié l article 256 du Code criminel en 2000 afin de permettre à un policier de demander un mandat ordonnant le prélèvement d un échantillon de sang d une conductrice ou d un conducteur inconscient s il a des motifs raisonnables de croire qu une infraction de conduite avec facultés affaiblies par la drogue prévue à l article 253 a été commise dans les quatre heures précédentes et qu il est impliqué dans un accident ayant causé des lésions corporelles ou la mort. Avant cette modification, ce genre de mandat ne pouvait être décerné qu'en rapport avec l alcoolémie. ENQUÊTES Actuellement, dans le cas des enquêtes au sujet d une infraction prévue à l alinéa 253a) du Code criminel pour conduite avec facultés affaiblies par les drogues, les policiers s en remettent habituellement aux symptômes de l affaiblissement des facultés, au comportement au volant et aux témoignages de personnes présentes. Si les policiers n ont pas reçu de formation spécifique en matière d évaluation des effets de la drogue, cette tâche peut être à peu près impossible à accomplir. Pour les policiers formés, qui s en remettent au bon vouloir de la conductrice ou du conducteur pour participer aux tests physiques et fournir des échantillons de liquides organiques, ils ne seront peut-être pas en mesure de vérifier leurs soupçons dans bien des cas parce que le suspect peut refuser de participer volontairement aux tests et que les policiers ne disposent d aucune mesure législative pour l'y contraindre. Dans le cas des enquêtes sur les infractions de conduite avec facultés affaiblies par l alcool, les policiers peuvent s en remettre à leurs observations des symptômes bien connus de l ivresse et du comportement au volant (dans le cas des infractions prévues à l alinéa 253a)) ou à l analyse des échantillons d haleine ou de sang (dans le cas des infractions prévues à l alinéa 253b)) ou aux deux. Si le policier n a pas de motifs raisonnables de croire que les facultés de l individu sont affaiblies par l alcool (c est-à-dire que rien n indique la présence d alcool, ni l'aveu de la conductrice ou du conducteur ni d'autres observations faites par le policier), un policier n est pas autorisé présentement à le contraindre à subir un test pour vérifier si ses facultés sont affaiblies par les drogues. 4

5 À l heure actuelle, les situations dans lesquelles une demande de prélèvement d un échantillon de sang en vue d évaluer l alcoolémie d une conductrice ou d un conducteur conscient (échantillon qui pourrait faire l objet d une analyse subséquente pour y détecter la présence de drogues) sont relativement rares. Les situations dans lesquelles un policier pourrait obtenir un mandat ordonnant le prélèvement d un échantillon de sang chez une conductrice ou un conducteur inconscient en vertu de l article 256 pour y détecter la présence d alcool ou de drogues sont aussi rares. THÉORIE DE L ÉVALUATION POUR DÉTECTER LA CONSOMMATION DE DROGUES APPLIQUÉE PAR DES AGENTS FORMÉS À CETTE FIN Dans le cadre de leurs enquêtes, les policiers de la Colombie-Britannique et de certaines autres administrations canadiennes ayant reçu une formation spécifique en matière d évaluation des drogues et une attestation à cet effet demandent aux conductrices et aux conducteurs soupçonnés de conduite avec facultés affaiblies par les drogues de se soumettre de plein gré aux tests pour déterminer leur sobriété. Ils appliquent à cette fin un protocole utilisé depuis longtemps dans de nombreux États américains et prévu dans leurs mesures législatives sur la circulation routière et parfois dans leurs mesures législatives pénales. Aux États-Unis, la loi suppose que la conductrice ou le conducteur a donné son consentement à l analyse chimique d un échantillon de sang, d haleine ou d urine s il est arrêté légalement pour vérifier s il conduit son véhicule alors que ses facultés sont affaiblies par l alcool ou les drogues. Cette disposition connue sous le nom de «règle du consentement implicite» est très utile pour les organismes responsables de l application de la loi. Le défaut de se soumettre à ces analyses chimiques entraîne une sanction pénale. Ces mesures législatives prévoient non seulement que le suspect doit fournir un échantillon, mais aussi que le policier peut détenir ou arrêter l individu afin d obtenir des éléments de preuve. Afin de bien comprendre les propositions législatives exposées ci-dessous, il est nécessaire de bien connaître la nature du protocole applicable aux enquêtes portant sur la conduite avec facultés affaiblies par les drogues. Une bonne enquête réalisée par un policier formé à cet effet aboutira à une évaluation exacte de l affaiblissement des facultés d un suspect, et, le cas échéant, aux fins de l alinéa 253a) du Code. L évaluation d un suspect réalisée par un agent de la paix formé à cet effet a été élaborée en Californie et mise en application avec succès dans plusieurs administrations afin de lutter contre la conduite avec facultés affaiblies par les drogues; cette évaluation est connue sous le nom de Programme d expert en reconnaissance de drogues («Drug Recognition Expert (DRE) Program») (ci-après le «Programme»). En vertu de ce Programme, les policiers reçoivent une formation intensive leur permettant de faire subir divers tests, d évaluer le 5

6 suspect et de déterminer si ses facultés sont affaiblies par les drogues et, le cas échéant, d établir de quelle drogue il s'agit. Après lui avoir fait passer plusieurs tests, si le policier conclut que les facultés du suspect sont affaiblies par les drogues, il pourra lui demander de fournir un échantillon de sang ou d urine à des fins d analyse. L échantillon de sang ou d urine ainsi obtenu fait l objet d une analyse pour déterminer la présence de drogue (et non sa concentration). Si le policier a bien fait passer les tests et évalué le suspect avec exactitude, ses conclusions concernant la nature de la drogue consommée devraient correspondre aux résultats de l analyse des échantillons de sang ou d urine réalisée par le technicien de laboratoire. Une poursuite est engagée lorsqu il y a concordance entre les résultats. Au cours de la Phase I, l attention de l enquêteur sera attirée par un véhicule conduit d'une manière irrégulière ou qui semble s écarter de la norme. Le policier entrera alors en contact avec la conductrice ou le conducteur suspect en la ou le contraignant à arrêter son véhicule et en s approchant d elle ou de lui, ou en s'arrêtant sur les lieux d un accident. Pendant ce contact, le policier pourra ainsi se rendre compte de l état physique de la conductrice ou du conducteur. Ses observations pourront porter sur des indicateurs communs dans les cas de conduite avec facultés affaiblies : difficultés d'élocution, yeux injectés de sang, problèmes de coordination lorsqu'il s'agit de montrer son permis de conduire, etc. De plus, le policier peut lui demander de se soumettre sur-le-champ à des tests de sobriété normalisés (par exemple, marcher, se tenir sur une jambe, le nystagmus du regard horizontal) afin de lui permettre d invoquer des motifs raisonnables pour affirmer que les facultés du conducteur sont affaiblies. Si les observations du policier correspondent à l état d un individu dont les facultés sont affaiblies par l alcool, il pourra demander au suspect de fournir un échantillon d haleine. S il n y a pas d indice de la présence d alcool, mais que le policier soupçonne un affaiblissement des facultés, le policier pourra demander à la conductrice ou au conducteur de lui fournir un échantillon de salive. L analyse de l échantillon de salive prend environ cinq minutes et elle peut être faite sur place. Toutefois, il se peut que l analyse de la salive ne puisse détecter une gamme étendue de drogues. Certaines administrations ont utilisé un échantillon de sueur prélevé sur le front de la conductrice ou du conducteur, mais à l instar des échantillons de salive, il se peut que cette analyse ne puisse détecter une gamme étendue de drogues. Compte tenu des observations découlant des tests de sobriété normalisés ou des résultats de l analyse de la salive ou de la sueur, le policier peut raisonnablement croire que les facultés du suspect sont affaiblies par les drogues; dans ce cas, il aura des motifs pour demander au suspect de le suivre au poste de police afin d y subir une évaluation en vertu du Programme. La Phase II de l enquête se déroule au poste de police alors qu un échantillon d haleine est obtenu pour confirmer que les facultés ne sont pas affaiblies par l alcool. De fait, si le taux d alcoolémie de la conductrice ou du conducteur correspond aux indicateurs d affaiblissement des facultés causé par l alcool, le policier ne continuera pas son enquête concernant les drogues, mais il 6

7 recommandera simplement le dépôt d accusations de conduite avec facultés affaiblies par l alcool (c est-à-dire que l alcool serait considéré comme la cause de l affaiblissement des facultés) ou de conduite avec une alcoolémie dépassant la «limite légale». Si l individu réussit le test de l alcootest approuvé, éliminant dès lors l alcool comme cause de l affaiblissement des facultés, le policier commencera une série de tests pour déterminer si les facultés sont affaiblies par les drogues. Ces tests comprennent : 1. Un examen des yeux pour mesurer la taille de la pupille, le mouvement vertical et horizontal des yeux et leur convergence. La taille de la pupille et la capacité de mouvement fluctuent selon le niveau d affaiblissement des facultés et la drogue qui en est responsable. 2. Ensuite, le suspect est amené dans une chambre noire où le policier mesure de nouveau la taille de la pupille et procède à un examen d ingestion lui permettant de déterminer s il y a des résidus de drogue dans les narines ou dans la gorge. Cet examen a lieu dans une pièce totalement noire dans laquelle le suspect doit demeurer environ 90 secondes avant l examen; cet examen a lieu à la lampe de poche. Le policier pointe sa lampe de poche à partir de plusieurs directions dans les yeux du suspect et, à l aide d un appareil, il prend note de plusieurs mesures de la pupille et de la façon dont l œil réagit au changement de lumière. La drogue consommée a une incidence sur la réaction de l œil. De plus, le policier demande au suspect d ouvrir la bouche afin qu il puisse voir l intérieur de celle-ci et la gorge. Il inspectera aussi les narines du suspect. 3. Le policier administre aussi des tests de sobriété exigeant des habiletés en matière de fractionnement de l attention. Ces tests comprennent un test d équilibre, marcher et tourner, se tenir sur un pied et placer un doigt sur le nez. Chacun de ces tests permettra d observer non seulement les habiletés en matière de coordination, mais la capacité du suspect de se concentrer simultanément sur plusieurs tâches. Chaque test aidera à déterminer le niveau de l affaiblissement des facultés et fournira des indices au sujet de la drogue consommée. 4. Le policier procède aussi à des examens physiques pour vérifier les signes vitaux, à savoir la fréquence cardiaque du suspect et sa pression artérielle, le tonus musculaire et la recherche des endroits sur le corps où la drogue a été injectée. La drogue consommée aura une incidence sur les signes vitaux et par conséquent, ceux-ci sont utiles aux fins de l évaluation. 7

8 5. Enfin, le policier interroge le suspect afin d obtenir un aveu au sujet de la consommation de la drogue ou d autres renseignements susceptibles d aider à son évaluation. Les tests d évaluation prennent environ 45 minutes. À l issue de cette phase, le policier sera en mesure de donner son opinion sur l affaiblissement des facultés du suspect et sur la cause de celle-ci. La Phase III de l enquête exige un examen toxicologique; on demande au suspect de fournir un échantillon de sang ou d urine pour fins d analyse. Cette phase de l évaluation est essentielle puisque l analyse détectera toute trace de drogue consommée par le suspect. Lorsque l analyse concorde avec l opinion formée par la personne ayant réalisé l évaluation en vertu du Programme, les preuves médico-légales confirment cette opinion. Il convient de signaler que l analyse de l échantillon de sang ou d urine ne vise pas à déterminer quelle drogue a été consommée ou quand les facultés du suspect ont été affaiblies par une drogue en particulier. L évaluation du policier et ses observations sur les indicateurs de l affaiblissement des facultés, confirmées par les résultats de l analyse de l échantillon de sang ou d urine, permettent à la poursuite de convaincre le tribunal que les facultés de la conductrice ou du conducteur étaient affaiblies par une drogue pendant qu elle ou qu il conduisait son véhicule. En bref, la première phase concerne le contact initial au bord de la route entre la conductrice ou le conducteur et le policier. À ce moment-là, le policier, par ses observations générales ou des tests de sobriété normalisés administrées par un agent formé à cette fin ou par un examen de salive ou de sueur par écouvillon peut avoir des motifs raisonnables de croire à un affaiblissement des facultés attribuable aux drogues, et passer à la phase II. La deuxième phase consiste en une série plus complète de tests physiques administrés au poste de police par un agent formé à cette fin; celui-ci classifie la famille de drogue susceptible d avoir affaibli les facultés du suspect. La troisième phase concerne l analyse d un échantillon de sang ou d urine fourni par la conductrice ou le conducteur. La principale préoccupation à l égard de ce système (utilisé dans certaines administrations canadiennes, comme la Colombie Britannique, mais seulement lorsque le suspect y participe de son plein gré) est que plusieurs conductrices ou conducteurs dont les facultés sont affaiblies par les drogues n accepteront vraisemblablement pas de se soumettre aux tests. Par conséquent, il est souhaitable d adopter des mesures législatives autorisant les policiers à demander au suspect de se soumettre aux tests. 8

9 OPTIONS EN VUE D AMÉLIORER LES ENQUÊTES CONCERNANT LES INFRACTIONS DE CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES PAR LA DROGUE Plusieurs options législatives sont susceptibles d être retenues en vue d améliorer la capacité d un agent enquêteur d obtenir des preuves et la capacité de la poursuite de faire admettre ces preuves au procès. 1. Alinéa 253b) du Code criminel Limites en ce qui a trait aux drogues autres que l alcool Une option consiste à créer une «limite légale» pour la consommation de drogues, à l instar de l alcool, à l alinéa 253b) du Code criminel. La plupart des États américains et des pays européens ne tentent pas de préciser une «limite légale». Toutefois, quelques-uns fixent une «limite zéro», mais le cannabis suscite beaucoup d inquiétudes, par exemple, parce qu une limite zéro excède le but qui consiste à sanctionner les conductrices ou les conducteurs qui non seulement consomment des drogues, mais aussi dont les facultés sont affaiblies par cette substance. Dans le cas du cannabis, la présence de cette substance pourrait ne pas révéler une consommation récente et encore moins un affaiblissement des facultés. 2. Demandes prévues dans la loi concernant le Programme - Phase I Comme plusieurs agents reçoivent désormais la formation nécessaire pour administrer des tests de sobriété normalisés sur-le-champ, il serait préférable qu en se fondant sur un soupçon raisonnable de présence de drogues dans l organisme, l agent de la paix possédant une attestation l autorisant à administrer des tests de sobriété normalisés puisse demander à une conductrice ou un conducteur de se soumettre à des tests de sobriété normalisés sur-lechamp. Pour ce qui est de justifier un soupçon d infraction et d en faire un motif raisonnable de croire qu une infraction a été commise aux termes de l alinéa 253a), cela serait semblable au fait de demander un échantillon d haleine prélevé à l aide d un «appareil de détection approuvé», utilisé généralement en rapport avec une enquête sur la conduite avec facultés affaiblies par l alcool en vertu de l alinéa 253b) (l échec à l égard de l «appareil de détection approuvé» ne constitue pas une infraction, mais il fournit un motif raisonnable pour permettre à un agent de demander un échantillon d haleine prélevé à l aide d un «alcootest approuvé»). Un «échec» à des tests de sobriété normalisés n aboutirait pas à une accusation, mais il pourrait fonder les motifs raisonnables nécessaires pour demander au suspect de participer à une évaluation en vertu du Programme. (Une proposition semblable susceptible d aider les enquêtes sur la conduite avec facultés affaiblies par l alcool serait d étendre la même demande ayant trait aux tests de sobriété normalisés, compte tenu d un soupçon raisonnable de la présence d alcool dans l organisme et de faire en sorte que l échec entraîne une demande de fournir un échantillon d haleine dans un «alcootest approuvé». 9

10 Cette procédure pourrait aider les policiers lorsqu un «appareil de détection approuvé» n est pas disponible.) Si le policier soupçonne, avec raison, la présence de drogues dans l organisme de la conductrice ou du conducteur, il pourrait être autorisé à demander un échantillon de salive ou de sueur sur-le-champ. Cela serait analogue au fait de demander un échantillon d haleine dans un «appareil de détection approuvé», utilisé généralement à l égard des enquêtes en vertu de l alinéa 253b). Un «échec» n entraînerait pas le dépôt d une accusation. Il fournirait des motifs raisonnables pour demander une évaluation en vertu du Programme. Le policier doit être en mesure de confirmer le soupçon sur-le-champ avant de poursuivre son enquête sur les facultés affaiblies par les drogues. L analyse d échantillon de salive ou de sueur sur-le-champ pourrait confirmer le soupçon du policier. Il devrait incomber au policier et non au suspect de décider s il y a lieu de procéder à des tests de sobriété normalisés ou à l écouvillonnage de salive ou de sueur. De plus, l agent sur place qui recueille des éléments de preuve (aveux ou observations d indicateurs de l affaiblissement des facultés) et qui a des motifs raisonnables et probables de croire que le suspect conduisait son véhicule pendant que ses facultés étaient affaiblies par la drogue doit posséder le pouvoir conféré par la loi de demander au suspect de participer à une évaluation en vertu du Programme. Si le policier a des motifs raisonnables de croire que la conductrice ou le conducteur a commis une infraction prévue à l alinéa 253a) impliquant une drogue ou l effet combiné de l alcool et d une drogue au cours des trois heures précédentes, il pourrait être autorisé à demander à la conductrice ou au conducteur de l accompagner au poste de police afin qu elle ou il participe à une évaluation en vertu du Programme par un agent autorisé à administrer les tests du Programme. Les résultats des tests, à l instar des résultats de l «alcootest approuvé», seraient admissibles en preuve pour prouver une infraction prévue à l alinéa 253a) dans ce cas. (Le Groupe de travail a envisagé l option de légiférer un pouvoir de détention pendant que le policier demande un mandat afin de contraindre la personne à participer à une évaluation en vertu du Programme. Le Groupe a fait face à deux domaines opposés de préoccupation, à savoir : 1) la longueur de cette procédure, particulièrement en ce qui a trait aux drogues ayant un effet à court terme et 2) une preuve plus convaincante dans le cas de contestation fondée sur la Charte s il y a un mandat.) 3. Demandes prévues dans la loi concernant le Programme - Phase II Des mesures législatives sont nécessaires pour permettre à un policier muni d une attestation l autorisant à effectuer une évaluation en vertu du Programme de le faire et de contraindre la conductrice ou le conducteur à y participer. Il 10

11 pourrait être nécessaire aussi d établir dans la loi ou dans les règlements le processus applicable à une évaluation en vertu du Programme (à l instar des mesures législatives reconnaissant l «alcootest approuvé» dans le cas de l alcool). En obligeant le policier à posséder l attestation requise, on s assure du respect du protocole. Certains croient toutefois que ce processus pourrait s avérer trop restrictif puisque la situation peut évoluer avec le temps. L attestation du policier pourrait éviter de devoir énoncer dans la loi ou les règlements les diverses étapes d une évaluation en vertu du Programme. 4. Demandes prévues dans la loi concernant le Programme Phase III Il est nécessaire de demander un échantillon d un liquide organique en vue de confirmer la présence de drogues, s il existe des preuves raisonnables que la conductrice ou le conducteur a commis l infraction d avoir conduit un véhicule avec facultés affaiblies par des drogues aux termes de l alinéa 253a) ou affaiblies par une combinaison d alcool et de drogue dans les trois heures précédentes; cette demande pourrait entraîner le prélèvement d un échantillon d urine, de sang ou de salive. À l instar des résultats de l évaluation en vertu du Programme, le résultat serait admissible en preuve pour prouver l infraction, par opposition aux observations initiales, aux résultats des tests de sobriété normalisés ou de l écouvillonnage de salive ou de sueur lesquels pourraient servir seulement à déterminer si le policier a des motifs raisonnables nécessaires pour demander une évaluation en vertu du Programme ou une analyse de substances organiques. Les questions ayant trait à la chaîne de possession des pièces, etc. semblent avoir été abordées sans problème en Colombie- Britannique. On croit qu une modification au Code criminel sera nécessaire pour veiller à ce que les résultats de l analyse soient admis au procès sur attestation. 5. Infractions de refus Il est nécessaire de créer une infraction de refus ayant trait aux tests de sobriété normalisés, à l évaluation en vertu du Programme, et aux demandes de fournir un échantillon de substances corporelles, semblable aux infractions découlant des refus liés à l «appareil de détection approuvé» et à l «alcootest approuvé» ou aux demandes de prélèvement d un échantillon de sang prévues dans le Code criminel. À défaut de prévoir des sanctions, il n y aurait aucune amélioration par rapport à la situation actuelle qui dépend de la participation de plein gré de la conductrice ou du conducteur au protocole de vérification de la présence de drogues. CONSIDÉRATIONS DU POINT DE VUE DE LA CHARTE Les propositions législatives sont vulnérables du point de vue de la Charte canadienne des droits et libertés. Elles contraignent le suspect à participer à un processus susceptible d aboutir à des preuves de sa culpabilité. Lors de 11

12 l analyse de ces propositions, il faudrait tenir compte des dispositions actuelles du Code criminel qui permettent les demandes d échantillon d haleine et d échantillon de substances corporelles pour analyse génétique, lesquelles ont survécu à des contestations fondées sur la Charte. Il faudrait aussi examiner le moment où un suspect doit être informé de son droit à un avocat. Envoyez vos commentaires d'ici le 1 er décembre 2003 à : M. H. Pruden, avocat-conseil Section de la politique en matière de droit pénal 284, rue Wellington, pièce 5029 Ottawa (ON) K1A 0H8 Courriel : 12

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba.

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba. Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

Arrêt du 28 janvier 2015 Chambre pénale. Composition Vice Président: Jérôme Delabays. Parties. Objet. X., recourant, contre. MINISTERE PUBLIC, intimé.

Arrêt du 28 janvier 2015 Chambre pénale. Composition Vice Président: Jérôme Delabays. Parties. Objet. X., recourant, contre. MINISTERE PUBLIC, intimé. Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 260 Arrêt du 28 janvier 2015 Chambre pénale Composition Vice Président:

Plus en détail

Administration de pilotage des Laurentides. Politique sur la consommation de drogues et alcool

Administration de pilotage des Laurentides. Politique sur la consommation de drogues et alcool Administration de pilotage des Laurentides La présente politique s adresse particulièrement à ceux qui occupent des «postes critiques pour la sécurité» notamment les pilotes employés de l Administration,

Plus en détail

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving T r a f f i c i n j u r y r e s e a r c h F o u n d a t i o n Sondage sur la sécurité routière de 2011 L alcool au volant au Canada The knowledge source for safe driving LA Fondation de recherches sur

Plus en détail

Projet de loi n o 42. Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude. Présentation

Projet de loi n o 42. Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude. Présentation PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 42 Loi modifiant le Code de la sécurité routière et le Règlement sur les points d inaptitude Présentation Présenté par Madame Julie Boulet

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

Circulaire n COL 16/98 du Collège des Procureurs généraux près les Cours d appel

Circulaire n COL 16/98 du Collège des Procureurs généraux près les Cours d appel Bruxelles, le 14 décembre 1998. Collège des Procureurs généraux Circulaire n COL 16/98 du Collège des Procureurs généraux près les Cours d appel Monsieur/Madame le Procureur général, Monsieur/Madame le

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Conduite avec facultés affaiblies

Conduite avec facultés affaiblies Conduite avec facultés affaiblies Conséquences sévères Évaluation des conducteurs avec facultés affaiblies La conduite de tout véhicule avec des facultés affaiblies par l alcool ou la drogue est dangereuse

Plus en détail

Politique d utilisation de véhicules municipaux

Politique d utilisation de véhicules municipaux Politique d utilisation de véhicules municipaux Adopté le 24 février 2011 1 POLITIQUE D UTILISATION DE VÉHICULES MUNICIPAUX 1. OBJECTIFS La présente politique a comme objectifs : - Établir les règles concernant

Plus en détail

Programme d antidémarreurs éthylométriques

Programme d antidémarreurs éthylométriques Programme d antidémarreurs éthylométriques GUIDE DE L UTILISATEUR Il a été démontré que les antidémarreurs pouvaient réduire les cas de conduite en état d ébriété, que ce soit au Canada ou à l étranger.

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues;

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues; Procédure administrative : La drogue et l alcool Numéro : PA 7.009 Catégorie : Administration des écoles Pages : 7 Approuvée : le 19 octobre 1998 Modifiée : le 10 septembre 2012 Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2008/6 9 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

Section Médecine légale

Section Médecine légale Section Médecine légale Patient accidenté en état d ébriété et demande d alcoolémie à la police (Dr Benoit Parrot) Transfusion de sang et de produits sanguins Pour Témoins de Jéhovah (Dr Jean-François

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL Logo de l entreprise L entreprise XYZ Inc. «EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL de L ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 BUT DE LA POLITIQUE...2 DÉFINITIONS...2 CHAMP D

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Introduction Ordonnances du tribunal pour votre protection Le système judiciaire peut contribuer à vous protéger d un conjoint violent.

Plus en détail

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers www.cic.gc.ca/etudier Le Canada est doté de l un des systèmes d éducation les meilleurs et les plus respectés au monde. Chaque

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.

UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention. J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus. UNE POLITIQUE ALCOOL ET STUPÉFIANTS QUI PRÉVIENT Colloque 2015 Via Prévention J.Jacques Alary C.A.É., F.C.I.L.T.,CCLP. j.alary@alaryplus.ca Plan de la présentation Les obligations américaines Le contexte

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants

Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants Service administratif de rajustement de la pension alimentaire pour enfants En quoi consiste ce service? Le gouvernement du Yukon envisage d offrir un service administratif qui se chargerait de rajuster

Plus en détail

Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante :

Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante : 0BUCIRCULATION ROUTIERE Partie législative du code de la route métropolitain. 1BUCHAPITRE 3 3BUDISPOSITIONS APPLICABLES A LA NOUVELLE-CALEDONIE Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables

Plus en détail

SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION

SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION Merci de participer à la Semaine canadienne de la sécurité routière. Grâce à votre participation, nous pourrons faire connaître cette

Plus en détail

Service d information et de recherche parlementaires

Service d information et de recherche parlementaires Résumé législatif LS-543F PROJET DE LOI C-32 : LOI MODIFIANT LE CODE CRIMINEL (CONDUITE AVEC FACULTÉS AFFAIBLIES) Laura Barnett Division du droit et du gouvernement Le 20 décembre 2006 Révisé le 25 septembre

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2014-669

Décision de télécom CRTC 2014-669 Décision de télécom CRTC 2014-669 Version PDF Ottawa, le 19 décembre 2014 Numéro de dossier : 8622-B2-201411256 Bell Canada Demande de redressement provisoire pour assurer rapidement des conditions d accès

Plus en détail

POLITIQUE POUR UN ENVIRONNEMENT SANS DROGUE OU ALCOOL DANS NOS ÉCOLES ET AU CENTRE* (Révisée le 11 mai 2012)

POLITIQUE POUR UN ENVIRONNEMENT SANS DROGUE OU ALCOOL DANS NOS ÉCOLES ET AU CENTRE* (Révisée le 11 mai 2012) POLITIQUE POUR UN ENVIRONNEMENT SANS DROGUE OU ALCOOL DANS NOS ÉCOLES ET AU CENTRE* (Révisée le 11 mai 2012) 1. Énoncé de mission La Commission scolaire Central Québec, de par sa devise «Continuons à apprendre»,

Plus en détail

ADDICTION SUISSE 07.11.2012. Dépistage alcool et drogues: une bonne idée?

ADDICTION SUISSE 07.11.2012. Dépistage alcool et drogues: une bonne idée? ADDICTION SUISSE 07.11.2012 Dépistage alcool et drogues: une bonne idée? L expérience des CFF Dr méd. Pierre-Albert Voumard Responsable et médecin-chef MedicalService CFF Contenu de la présentation 1.

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues chez les conducteurs de camions du Québec

Consommation d alcool et de drogues chez les conducteurs de camions du Québec Consommation d alcool et de drogues chez les conducteurs de camions du Québec A-M. Lemire 1, M. Montégiani 1 et C. Dussault 2 1 Études et stratégies en sécurité routière, Société de l assurance automobile

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés Le processus de résolution de litiges fiscaux Que vous soyez un administrateur fiscal, un directeur financier, un entrepreneur ou un particulier aux prises avec une question fiscale personnelle, nos conseillers

Plus en détail

L alcoolémie au volant (AAV) en Finlande. Paris 14 Septembre 2010 Matti Järvinen Liikenneturva

L alcoolémie au volant (AAV) en Finlande. Paris 14 Septembre 2010 Matti Järvinen Liikenneturva L alcoolémie au volant (AAV) en Finlande Paris 14 Septembre 2010 Matti Järvinen Liikenneturva Faits sur la Finlande 5,3 millions d habitants 2,5 millions de véhicules motorisés 300 morts sur la route 6,5

Plus en détail

Formule T Statistique de l'application des règlements de la circulation

Formule T Statistique de l'application des règlements de la circulation Centre canadien de la statistique juridique Formule T Statistique de l'application des règlements de la circulation Mois de Confidentiel une fois rempli Veuillez envoyer cet exemplaire à la Direction générale

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Code de conduite pour les membres du Conseil d administration

Banque européenne d investissement. Code de conduite pour les membres du Conseil d administration Banque européenne d investissement Code de conduite pour les membres du Conseil d administration Code de conduite pour les membres du Conseil d administration 2011 page 1 / 6 Champ d application du Code

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales ATTENDU QUE les membres ont adopté lors d une assemblée annuelle tenue le 5 novembre 2013, le présent Code de déontologie abrogeant l ancien Code de déontologie de l Association des massothérapeutes du

Plus en détail

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments FACULTÉS AFFAIBLIES Alcool Drogues Médicaments NE CONDUISEZ PAS! L alcool, les drogues et certains médicaments affectent votre capacité de conduire. Si vous conduisez avec les facultés affaiblies, vous

Plus en détail

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009 Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation La haute autorité a été saisie de deux réclamations relatives aux refus de scolarisation

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Règlement de différent

Règlement de différent Règlement de différent Section de la politique : Conseil d administration Sous-section de la politique : Gestion des affaires et du risque Titre de la politique : Règlement de différent Déclaration de

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 5 Comment un salarié peut-il contester le(s) motif(s) du licenciement? Le salarié s attachera

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Administré par Universités Canada. Ville Province Code postal

Administré par Universités Canada. Ville Province Code postal 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT 1 Administré par Universités Canada M. M me Prénom Adresse permanente N o et rue App. Ville Province Code postal Téléphone Courriel* * Obligatoire : Universités Canada

Plus en détail

Programme canadien antidopage (PCA) de 2015

Programme canadien antidopage (PCA) de 2015 Programme canadien antidopage (PCA) de 2015 FAQ sur la transmission de renseignements au Centre canadien pour l éthique dans le sport (CCES) de la part d organismes d application de la loi Pourquoi est-il

Plus en détail

Le Barreau du Québec désire vous faire part de certains commentaires qu'a suscités l'examen des projets de lois 42 et 55 mentionnés en rubrique

Le Barreau du Québec désire vous faire part de certains commentaires qu'a suscités l'examen des projets de lois 42 et 55 mentionnés en rubrique Montréal, le 17 décembre 2007 Madame Julie Boulet Ministre des Transports Gouvernement du Québec 700 boul René-Lévesque Est, 29 ième étage Québec, QC G1R 5H1 Objet : Projet de loi 42 "Loi modifiant le

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Note de service À : De : Objet :

Note de service À : De : Objet : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances;

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances; RÈGLEMENT 12-CM-143 DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE DANS LA MUNICIPALITÉ DE VILLEROY ET RÉGISSANT L USAGE ET LE TRANSPORT SUR LES CHEMINS MUNICIPAUX

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

l'organisation d'un intégrateur de services fédéral (CO-A-2015-025) données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 20/2015 du 10 juin 2015 Objet : avis relatif au projet d'arrêté royal déterminant les critères sur la base desquels des données sont qualifiées d'authentiques en exécution de la loi du 15 août

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

Procédure à suivre en cas de perquisition

Procédure à suivre en cas de perquisition Procédure à suivre en cas de perquisition Date 20 mai 2011 Auteurs Dominic Therien Madeleine Renaud La présente note résume les mesures à prendre et les procédures à suivre dans l éventualité où les locaux

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 11 octobre 2007 N 221 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 septembre 2007.

Plus en détail

Introduction. Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche

Introduction. Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche Introduction Enquêtes pré-embauche : vous pouvez respecter les droits de la personne dans l embauche Ce que vous pouvez faire Ce que vous pouvez demander Lignes directrices pour les employeurs concernant

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU

ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU SÉMINAIRE MSA SANTÉET SÉCURITÉ AU TRAVAIL ALCOOL AU TRAVAIL: ASPECTS JURIDIQUES ET RESPONSABILITÉ PAR MATHIEU DESREUX JURISTE DROIT SOCIAL FDSEA 26 ET: LE DR JEAN-PIERRE MARTY MÉDECIN DU TRAVAIL MSA ARDÈCHE

Plus en détail

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009 DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION Novembre 2009 1010, rue Sherbrooke Ouest, bureau 510, Montréal (Québec) H3A 2R7 Tél. : 514-288-5161-1-877-288-5161

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée; 1/11 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 37/2013 du 14 novembre 2013 Objet: Demande d autorisation d accès à la Banque-Carrefour des véhicules du SPF Mobilité et Transports par

Plus en détail

Justifier financièrement un projet subventionné par le Relais Social. Vade-mecum à destination des partenaires

Justifier financièrement un projet subventionné par le Relais Social. Vade-mecum à destination des partenaires Justifier financièrement un projet subventionné par le Relais Social Vade-mecum à destination des partenaires Pour pouvoir réaliser des actions innovantes et toujours plus adaptées au public en grande

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote

Projet de Note d orientation XXXX. Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote Projet de Note d orientation XXXX Fixation d un juste prix pour les titres négociés hors cote I. INTRODUCTION L article 1 de la Règle XXXX des courtiers membres concernant la fixation d un juste prix pour

Plus en détail

Demande d Inscription Initiale

Demande d Inscription Initiale Demande d Inscription Initiale ATTENDEZ D AVOIR TOUTE LA DOCUMENTATION REQUISE AVANT DE REMPLIR CE FORMULAIRE. Documents requis : Il incombe aux candidats de s assurer que leur relevé de notes est envoyé

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail