de l industrie Développement durable: rapport programmatique UEL page 37 Editorial page 3 Il faudra rester vigilant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de l industrie Développement durable: rapport programmatique UEL page 37 Editorial page 3 Il faudra rester vigilant"

Transcription

1 écho 3 juin 2007 de l industrie Développement durable: rapport programmatique UEL page 37 Editorial page 3 Il faudra rester vigilant Actualité page 9 Succès commerciaux en 2006 pour Paul Wurth S.A. Opinion page 46 Assemblée générale de la FEDIL

2

3 Sommaire Echo de l industrie 7, rue Alcide de Gasperi Luxembourg-Kirchberg B.P L-1013 Luxembourg Service publicité : (+352) Editeur : FEDIL a.s.b.l. Business and Employers Federation Luxembourg Paraît 6 fois par an Abonnement annuel 14,50 EUR (Luxembourg) 15,50 EUR (Etranger) Directeur : Nicolas Soisson Rédacteur en chef : Tom Hermes Ont collaboré à ce numéro : Tom Hermes, Marc Kieffer, Romain Lanners, Emmanuelle Mathieu, Georges Santer, Sonja Streicher, René Winkin Conception : Vidale-Gloesener Impression et mise en page : Imprimerie Centrale S.A. La reproduction des articles est autorisée moyennant indication de la source Editorial Il faudra rester vigilant Interview Norbert Becker, président du conseil d administration d ATOZ Actualité D importants succès commerciaux en 2006 pour Paul Wurth S.A. / 2006, l année de la consolidation pour Luxair / Cargolux : le bénéfice net positivement influencé par la vente d avions / La société Lamesch rejoint le groupe SITA-SUEZ / Cegedel va baisser ses tarifs standard / Gazprom et Soteg vont construire une centrale turbine-gaz-vapeur en Allemagne Focus Développement durable : rapport programmatique de l UEL Opinion Assemblée générale de la FEDIL : «Assurer la compétitivité future du Luxembourg et son attrait pour les investisseurs» / Commerce international : défi s et opportunités pour l UE / Flexicurity : une solution aux problèmes de l emploi? Chronique juridique Le contrat d initiation à l emploi / Le statut des dirigeants de sociétés au niveau de la sécurité sociale Carte blanche Au service de l économie luxembourgeoise Par Marcel Gross, directeur général de l entreprise des P&T 1

4 Easy500/700: La nouvelle génération des modules logiques encore plus performants et plus diversifiés. Produits d automatisation, solutions et services développés autour de la commande et de la visualisation pour accroîtreles performances de vos machines et installations Terminaux-automates pour PC Automates pour PC Terminaux-automates système embarqué Automates modulaires Automates compacts Terminaux opérateur E/S décentralisées Relais et modules logiques 2 Le nouvel easy a encore plus de fonctions. Je peux l utiliser dans la plupart des applications. Moeller Electric S.A. Boîte Postale 1823 L Luxembourg Tél: (00352) Fax: (00352) L easy500/700 remplace l easy400/600. La technique évolue toujours, ce que nous voyons autour de nous. Nous exigeons un maximum de fonctions du module logique. Avec la nouvelle série 500/700, c est possible: encore plus de fonctions sur l affichage multiplication des mémoires internes, des modules de temporisation et des compteurs compteurs rapides fonctions de temporisation plus étendues lignes de programmation plus nombreuses horloge annuelle. Cette nouvelle génération permet une grande plage de tensions d alimentation, e.a. 12 VDC. Vos programmes existants peuvent être transposés et appliqués aux nouveaux modules logiques easy.

5 Editorial Il faudra rester vigilant C est en date du 9 mai dernier que le Premier ministre, Jean- Claude Juncker, a prononcé devant la Chambre des députés son discours portant sur la situation économique, sociale et fi nancière du pays, discours qui intervient à un moment où l économie nationale a renoué avec un taux de croissance soutenu (6,2% en 2006 contre 4% en 2005) pour avoir été entraîné par les performances économiques positives à l échelle mondiale, voire européenne. S il faut se réjouir du fait que l économie nationale, d une manière générale, se porte bien, il y a cependant lieu de procéder à une analyse plus fine. En effet, les chiffres établis par le STATEC concernant la production industrielle pour l année 2006 mettent en évidence des évolutions défavorables dans certaines branches de l industrie, notamment dans l industrie chimique, l industrie des boissons et du tabac, l industrie du bois ainsi que l industrie du papier et du carton, affichant non seulement une baisse des volumes de production et des chiffres d affaires, mais aussi un recul du nombre des salariés. Cet état des choses amène le STATEC à conclure que l année 2006, sous l effet de certaines restructurations, a été une «mauvaise année pour l emploi industriel», que «les effectifs dans l industrie ont plus reculé au Luxembourg que dans la zone euro» et qu il s agit d une «rupture par rapport aux années précédentes pendant lesquelles le Luxembourg avait été relativement épargné par la désindustrialisation de l emploi» (Conjoncture Flash, mai 2007). Dès lors, la FEDIL rejoint le Premier ministre venant de faire le constat que l économie luxembourgeoise se développe de manière irrégulière et que le secteur de l industrie - hors sidérurgie - évolue nettement moins bien que les activités financières ou le secteur des services. Compte tenu de ce qui précède, force est de constater que la vigilance reste de mise. De l avis de la FEDIL, ceci concerne évidemment l introduction d un statut unique pour salariés du secteur privé qui ne saura se concrétiser aux dépens des entreprises. Dès lors, la FEDIL salue le fait que le gouvernement vienne de confirmer que l introduction projetée du statut unique devra tenir compte des spécificités sectorielles et ne devra pas entraîner des charges financières supplémentaires pour l économie. La vigilance reste également de mise pour ce qui est de la situation des finances publiques. Certes, la conjoncture actuelle fait que les recettes budgétaires sont bien supérieures aux estimations, mais il est incontestable que les dépenses budgétaires continuent à augmenter à un rythme beaucoup trop rapide. L assainissement des fi nances publiques devra donc rester une priorité du gouvernement, tout comme l amélioration de la compétitivité des entreprises. Dans cet ordre d idées, il faut soutenir le gouvernement dans sa volonté d appliquer toutes les décisions prises au sein du Comité de coordination tripartite, notamment celles ayant trait à la modulation des tranches d indexation des salaires. Par ailleurs, il faut saluer l ouverture annoncée de discussions avec les associations patronales au sujet de la fi scalité des entreprises, le défi étant d assurer que l imposition des entreprises au Luxembourg puisse rester compétitive par rapport aux pays voisins. S il faut donc féliciter le gouvernement pour avoir dressé un bilan objectif de la situation économique actuelle, d un côté, il faut constater, de l autre côté, que le discours prononcé en date du 9 mai dernier manque d ambitions dans le sens où il fait état d une absence de mesures concrètes pouvant s attaquer aux défis structurels du pays. En l occurrence, il s agit de la viabilité de nos systèmes sociaux devant faire face au vieillissement des populations, à certains dysfonctionnement du marché du travail - le chômage augmente, malgré la création nette d emplois - et aux insuffisances du système éducatif ne parvenant pas à tous les stades à préparer les jeunes aux exigences du monde du travail. Nicolas Soisson, directeur de la FEDIL 3

6 4

7 Interview Norbert Becker Atoz N é en 1953, Norbert Becker, président du conseil d administration d Atoz Tax Advisers, peut se prévaloir d une expérience professionnelle de 25 ans passés au sein de feu la société d audit Arthur Andersen, un bureau de conseil emporté par la vague Enron. Pour la deuxième année consécutive, Atoz a été sélectionné, en 2007, meilleur cabinet de conseil fi scal à Luxembourg par l International Tax Review, un magazine professionnel édité à Londres. Qu est-ce qui vous distingue des Big Four? Est-ce que vous vous considérez comme un concurrent ou plutôt comme un prestataire de services complémentaires? «Les Big Four sont essentiellement et avant tout des réviseurs d entreprises, le conseil constituant plutôt une activité accessoire. Ce qui nous distingue par conséquent, c est que nous sommes indépendants de l activité d audit puisque nous n exerçons pas ce métier. Dans cette logique, nous ne sommes pas des concurrents, étant donné que nous sommes dans un autre métier. Ce que nous faisons exclusivement, ils le font accessoirement». Au cours de votre carrière professionnelle vous avez notamment exercé des responsabilités aux Etats-Unis et en Angleterre. Est-ce que ces expériences vous ont particulièrement marqué? «En effet, j ai eu l occasion d assumer plusieurs types de responsabilités, d abord géographiques - Europe de l Est, Asie centrale, Moyen Orient, Inde - ensuite fonctionnelles, en tant que directeur financier au niveau du groupe. J ai été marqué par le développement époustouflant des économies émergentes et impressionné par l esprit d entreprise et par la volonté de réussir qui y règnent. La chose qui m a le plus impressionné en travaillant à l étranger, c est l environnement propice à la création d entreprises et au développement de projets. A Londres, par exemple, les entreprises poussent comme des champignons. Elles ne sont pas tenues en haleine par une jungle de règlements et d autorisations. C est le marché qui sanctionne si une entreprise est performante ou pas, ce qui est en fl agrante opposition par rapport à la tendance bien répandue à vouloir toutréglementer. De cette façon, nous tuons l initiative et il est grand temps de détricoter tout cela». Fin mars, le ministre de l Economie et du Commerce extérieur a présenté le bilan 2006 en matière de politique de diversification économique. Il en ressort que, sur les 16 investissements ayant eu lieu en 2006, seulement deux sont d origine industrielle, les autres se situant majoritairement dans le domaine du commerce électronique et de l informatique. Est-ce que ce bilan se recouvre avec les expériences professionnelles que vous vivez au sein de votre cabinet? «Oui tout à fait, et d ailleurs nous avons accompagné un certain nombre de ces projets. En effet, ces dernières années, le Luxembourg s est très bien positionné dans le secteur des techniques de l information et de la communication. Pour preuve : de nombreuses entreprises leader dans leur domaine se sont implantées au Luxembourg. Et grâce à une coordination parfaite entre administrations le ministère de l Economie et du Commerce extérieur, le département Communications du ministère d Etat et l SNCI - et acteurs concernés, une véritable chaîne de succès a été construite à partir d une toute petite entreprise qui s est installée à Luxembourg, sur recommandation de l undeleurs fonds decapital à risque, unfonds luxembourgeois, dont je suis le président. Il s agit en l occurrence de Skype, vendue à Ebay et dont je fais partie des membres du conseil d administration. Depuis, Ebay a installé son quartier général européen à Luxembourg. Prochainement, une filiale d Ebay, à savoir Paypal, sera constituée comme première banque électronique, avec plus de 140 millions de clients au monde. Finalement, Joost, une nouvelle entreprise dans le domaine de la télévision par Internet et fondée par les pères de Skype, a choisi de s établir au Luxembourg». D après vous, quelles seraient les pistes à explorer en matière de diversification du tissu économique? «Il y a quinze ans j avais proposé que le Luxembourg s investisse dans les technologies de l environnement (ndlr : «Luxembourg, situation et défis. Vision pour demain», Arthur Andersen Luxembourg, 1993 ) à une époque où l on ne parlait pas encore de développement durable. L idée maîtresse était que le Luxembourg dév eloppe un centre de compétences pour ces technologies. 5

8 ««««Il faudra mener une politique industrielle nouvelle» «Je ne suis pas un adepte des redistributions sélectives» «Arrêtons les régimes d exception, réduisons le taux de base» C est alors que certains hommes politiques m ont dit que, si j avais des visions, j aurais tout intérêt à consulter mon médecin. Aujourd hui, force est de constater qu à l époque, nous avions raté une belle occasion pour diversifier le tissu économique. Mais je reste persuadé qu il faut poursuivre la politique de diversification, car j estime qu une économie saine ne doit se reposer sur une structure monolithique. Partant, il faudra mener une politique industrielle nouvelle. Cependant, nous avons de sérieuses difficultés à nous positionner comme des concurrents sur un marché mondial, notamment en raison d un manque de flexibilité du temps de travail. Pour vous dire, j ai eu l occasion de défendre le Luxembourg dans un projet de localisation industrielle qui aurait entraîné, à terme, la création de plus de 500 emplois, ainsi qu un niveau considérable d investissements. Finalement, nous avons perdu le dossier contre le Canada, qui n est pourtant pas connu comme un bradeur en matière de législation sociale. Il est clair que, sans changement d attitude, aucun nouveau projet industriel de taille ne s établira chez nous». Le 9 mai dernier, lors de déclaration du gouvernement sur la situation économique, sociale et financière du pays, le Premier ministre a déclaré que l imposition des entreprises du Luxembourg doit rester compétitive par rapport à celle de ses voisins, tout en soulevant la question de savoir si cet objectif peut être mieux atteint par la réduction de l impôt sur les collectivités ou plutôt par des mesures fiscales plus ciblées soutenant les investissements en R&D et les transferts en propriété intellectuelle. Selon vous, quelle stratégie faudrait-il préconiser? «Je ne suis pas un adepte des redistributions sélectives, car en dernière analyse, l administration rendra l obtention de ces mesures très difficiles avec, comme conséquence, que très peu d entreprises n en bénéficieront. D autre part, je ne suis pas convaincu que de telles mesures soient compatibles avec les règles de concurrence européennes. Arrêtons donc les régimes d exception et réduisons le taux de base pour tous. Dans les études de relocalisation, les entreprises examinent en premier lieu de taux de base. Si celui-ci ne se situe pas dans le peloton de tête, on ne passera même pas le cap de la première sélection». A l heure actuelle, le Luxembourg est-il toujours compétitif d un point de vue de la fiscalité des entreprises? «Il faut en effet reconnaître que les taux d imposition ont été ramenés à des taux concurrentiels. Cependant, il y a des mesures urgentes qui s imposent, comme l abolition d un véritable handicap, à savoir du droit d apport. D autre part, je pense qu il y a lieu de moderniser certaines dispositions qui concernent la durée d amortissement d un immeuble, étant donné que les taux actuellement en vigueur ont été fixés à une époque où les immeubles étaient construits pour durer tout un siècle. Or, la durée de vie des immeubles est aujourd hui nettement inférieure, notamment en raison du fait que, dans une optique de développement durable, bon nombre de bâtiments non amortis sont détruits et remplacés par des bâtiments contemporains, à la pointe du progrès. Parlant toujours de dispositions fi scales, et plus précisément de la non-déductibilité des tantièmes d administrateurs : jene vois pas aunom dequoides rémunérations payées à des administrateurs et imposables dans leur chef ne seraient pas déductibles dans le chef de l entreprise. A mon avis, il s agit-là d une disposition totalement obsolète». Entretien : Tom Hermes A propos d Atoz Créé en 2004, Atoz est un cabinet de conseils fiscaux et d ingénierie financière indépendant dont le champ d action se situe au niveau du conseil à des clients locaux et internationaux. 6

9 7

10 Service «Civil Construction» Le service «Civil Construction» de Paul Wurth S.A. vous offre une gamme complète de prestations dans le domaine du développement de projets, de l ingénierie, de la réalisation de projets jusqu à leur mise en exploitation. Sa filiale GEPROLUX S.A. vous propose tous les services degestion de projets, depuis le lancement du projet avec établissement du programme de construction jusqu à laréception finale avec mise en service del ouvrage. Nos atouts: une large expérience sur le marché de la construction des compétences polyvalentes éprouvées une indépendance assurée des prestations «sur mesure» unpartenariat durable lamaîtrise de la qualité, du budget et des délais. Autant de forces qui font de nous le partenaire de confiance 8 GEPROLUX Paul Wurth S.A. 32, rue d Alsace B.P L-1022 Luxembourg Tél.: (+352) Fax.: (+352)

11 Actualité D importants succès commerciaux pour Paul Wurth S.A. Le fait saillant de l exercice 2006 a été la commande de la part du groupe ThyssenKrupp de trois hauts fourneaux complets, dont un pour son usine de Duisburg-Hamborn en Allemagne et deux hauts fourneaux construits dans le cadre de l implantation d une nouvelle usine intégrée à Sepetiba au Brésil. Réputé pour ce savoir-faire, Paul Wurth s est encore vu confier tout récemment la conception et la livraison de deux hauts fourneaux pour Hyundai Steel en Corée du Sud. Par ailleurs, les investissements du groupe Arcelor Mittal destinés à la modernisation de ses usines en France, notamment, continuent d avoir des répercussions favorables pour Paul Wurth. Un autre fait marquant commercial a été l obtention d une commande pour une installation de type Primus, à réaliser à Taiwan la deuxième après l installation en opération chez Primorec à Differdange. Paul Wurth s est par ailleurs vu attribuer, début 2007, de la GAL Zentralkokerei Saar une commande de deux batteries de coke destinées à approvisionner le site de la Dillinger Hütte. L extension des compétences du groupe s est poursuivie début 2007 avec la création de Paul Wurth Automation au Canada. Cette nouvelle entité est spécialisée dans le développement de modules de programmation informatiques standardisés pour les principaux équipements et procédés commercialisés par Paul Wurth. Devant la nécessité d adapter l organisation à la forte croissance des activités mais aussi en vue de transmettre à temps le savoir-faire accumulé de Paul Wurth, certaines sociétés du groupe ont réalisé au cours de l année 2006 un effort important de recrutement. Progressant d environ 9%, l effectif du groupe totalise aujourd hui près de personnes. Le renforcement des équipes concernait aussi la division Civil Construction, spécialisée dans la gestion de projets et de chantiers de construction principalement au Luxembourg. Alors que certains grands chantiers comme la Cour de Justice des Communautés européennes, la Cité Judiciaire au Plateau du Saint-Esprit ou encore l aérogare au Findel, sont entrés dans la phase chaude, Paul Wurth a obtenu, entre autres, la commande pour la direction de chantier de la nouvelle laiterie de Luxlait. La division Civil Construction a également élargi en 2006 ses compétences au domaine de la gestion des eaux par la signature, en février 2006, d un accord de coopération avec Aquafin, acteur de référence en Belgique. Le chiffre d affaires consolidé du groupe a progressé en 2006 de +16,9% à un niveau record de 341,6 millions d euros Marc Solvi, directeur général de Paul Wurth S.A. (292,1 millions d euros pour 2005). Notamment la forte augmentation du résultat opérationnel à 17,8 millions d euros a permis de presque doubler le bénéfice consolidé net à 20,0 millions d euros (10,1 millions d euros en 2005). En termes géographiques et sous l effet des commandes pré-mentionnées de ThyssenKrupp Steel, ce sont le Brésil (37,4%) et l Allemagne (23,1%) qui ont le plus contribués aux nouvelles commandes en Dans son ensemble, les affaires conclues au départ de clients situés dans la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) représentent 46,1% des nouvelles commandes du groupe. Outre le carnet de commandes élevé qui assurera une charge de travail importante au-delà de 2007, ce sont les perspectives d investissements substantiels de l industrie sidérurgique indienne mais également de celles d autres pays émergeants qui permettent à Paul Wurth d être optimiste pour l évolution commerciale et financière à court terme. Les marchés plus matures de l occident contribueront aussi à la bonne marche des affaires. Les efforts consentis en matière de R&D ne manqueront pas de se révéler payants. Eu égard à la problématique du réchauffement planétaire et conscient de l impact potentiel que cette évolution risque d avoir sur l industrie et la sidérurgie en particulier, les travaux de recherche de Paul Wurth visent également à réduire les émissions de dioxyde de carbone lors de la production de fonte. Photo : Anouk Antony / Luxemburger Wort 9

12 10

13 Actualité 2006, l année de la consolidation pour Luxair Adrien Ney, directeur général, et Marc Hoffmann, président du conseil d administration Lors de la présentation à la presse qui s est tenue dans les locaux de la Philharmonie à Luxembourg, le président du conseil d administration, Marc Hoffmann, et le directeur général et président du comité de direction, Adrien Ney, ont présenté des chiffres 2006 tout à fait encourageants : le chiffre d affaires est en augmentation à 333,5 millions d euros, le résultat d exploitation augmente à 4,3 millions, le résultat net grimpe à 16,9 millions. Le projet de restructuration «Building a new airline» porte donc ses premiers fruits. Les premières mesures décidées au niveau de l activité Airline ont permis de réduire de moitié la perte enregistrée en Le résultat d exploitation pour 2006 est de -6,4 millions et de premiers indicateurs montrent que cette évolution positive se poursuit en2007. L arrivée des nouveaux avions Q400 va augmenter la rentabilité opérationnelle et permettra aussi à l Airline d introduire une structure tarifaire plus dynamique qui a pour but de satisfaire tous les types de clients. Ceci permettra à la division Airline d équilibrer ses comptes en Le réseau de destinations a gagné en efficacité par l adaptation des fréquences vers certaines destinations et l abandon de quelques routes non profitables. Ces mesures, combinées à une utilisation optimisée de la flotte et des premiers changements au niveau commercial signifient que la base nécessaire pour le repositionnement de l activité des vols réguliers a ainsi pu être créée. «En septembre, l Airline va renforcer encore davantage sa position par une stratégie commerciale fraîchement définie qui a comme priorité le développement de la qualité des services offerts au client», a précisé Marc Hoffmann, le président reconduit. En 2006, Luxair Tours a compté passagers, soit 3,7% de plus que l année précédente. À partir de la saison d été 2007, les 4 avions de type Boeing 737 de la fl otte Luxair seront employés exclusivement pour les activités du Tour Operating, permettant à Luxair Tours d offrir davantage de choix à son client. Pour 2007, l optimisme est ainsi de mise : Luxair Tours vise les passagers. Avec tonnes traitées au CargoCenter Luxair en 2006, l aéroport du Luxembourg a pu consolider sa position de 5 e aéroport européen de fret. Cette progression de 2% par rapport à l année précédente souligne le savoir-faire et la qualité du Cargo Handling de Luxair pendant une année difficile pour le fret aérien. Pour stimuler la progression constante de cette activité, Luxair a investi dans de nouvelles infrastructures qui seront opérationnelles fin de cette année, portant la capacité annuelle du CargoCenter à presque 1 million de tonnes. Pour consolider ses activités à l aéroport de Luxembourg, Luxair compte diversifier son activité. Forte de son expérience positive avec Luxair Cargo Deutschland Gmbh à l aéroport de Francfort, Luxair Cargo Handling est en train d analyser de quelle façon elle peut développer son savoirfaire reconnu et recherché au plan international. «Building a new airline» demande aussi une mise en question générale des structures de la société et une dynamisation des procédures et des activités, tout en gardant à l esprit le rôle socio-économique que Luxair joue à Luxembourg et dans la Grande Région. Dans cette optique et pour améliorer la productivité, Luxair a introduit en 2006, avec le soutien des partenaires sociaux, un programme de départs volontaires sur deux ans. Aujourd hui, 128 employés à plein temps ont opté pour ce programme de départs volontaires et on quitté la société, 44 autres ont signé un accord de départ et vont quitter Luxair avant décembre Photo : Tessy Hansen / Luxemburger Wort 11

14 12

15 Actualité Cargolux Le bénéfice net positivement influencé par la vente d avions En date du 19 avril, les actionnaires de Cargolux Airlines International S.A. ont approuvé les résultats financiers de la société pour l année fiscale 2006 lors de l assemblée générale. Bien que la production, mesurée en tonnes kilomètres, fût légèrement plus faible qu en 2005 (-0,4%), le nombre de tonnes transportées a augmenté de 1% pour atteindre tonnes. La capacité, mesurée en tonnes kilomètres disponibles, a baissé de 3,2% étant donné qu aucun nouvel avion n a rejoint la flotte de Cargolux en 2005 et que la société a loué moins de capacité que les années précédentes. Les taux de remplissage ont progressé positivement pour atteindre 72,4%, soit une augmentation de 2,1 points par rapport à Le chiffre d affaires net consolidé a augmenté de 5,5% pour atteindre 1,5 milliard de dollars. Par ailleurs, les dépenses d exploitation consolidées ont augmenté de 8,8% pour atteindre 1,4 milliard de dollars. La raison principale de cette augmentation des coûts est le prix du kérosène. La facture globale de carburant ayant atteint 581,5 millions de dollars, en augmentation de 22% par rapport à 2005, le kérosène représente actuellement plus de 40% des coûts de l entreprise (37,2% en 2005). Les surcharges de kérosène, enregistrées comme source de revenu, n ont pas pleinement compensé l augmentation du coût du kérosène enregistrée en Cargolux prépare activement un programme de renouvellement de sa flotte, approuvé par le conseil d administration en 2005, en mettant en place un processus de vente structuré de sa flotte actuelle. Les ventes d avions, liées à des opérations de leasing, sont destinées à faciliter le basculement vers la nouvelle flotte : lorsque les premiers avions rejoindront la fl otte à partir de 2009, des avions de la fl otte actuelle seront cédés. Ainsi Cargolux a obtenu des prix de vente intéressants à la hauteur des hautes performances de ces avions qui sont actuellement en forte demande. Après la date du bilan le conseil d administration a autorisé l achat de trois B747-8F supplémentaires (augmentant ainsi le nombre de commandes fermes de ces avions de nouvelle génération à 13), ainsi que deux options pour l achat de deux avions supplémentaires. Les nouvelles commandes permettront d accélérer le renouvellement de la flotte en faveur du B747-8F, successeur de l actuel B F, et de bénéficier de ses performances accrues, notamment au niveau environnemental. Cargolux prépare activement un programme de renouvellement de sa flotte, approuvé par le conseil d administration en 2005 Afin de soutenir la société dans ses efforts visant à rassembler les fonds importants nécessaires à ce renouvellement de flotte, les actionnaires ont décidé de ne pas payer de dividendes pour l année Lors de l assemblée générale qui s est tenue le 18 avril, les personnes suivantes ont été nommées en tant que membres du conseil pour une durée d un an : Pierre Gramegna (réélu en tant que président du conseil), Jean Meyer, Jean- Claude Finck, Alain Georges, Fritz Grotz, Marc Hoffmann, Max Nilles, Gaston Reinesch (exerçant le mandat pour SNCI), Karl Wüthrich et Rolf Winiger. Photo: Guy Wolff / Luxemburger Wort 13

16 S-net Mobile Vos comptes à portée de main Au Luxembourg, plus de personnes effectuent leurs principales opérations bancaires via S-net, l Internet Banking de la BCEE. Aujourd hui, la BCEE innove avec S-net Mobile, une nouvelle version de S-net spécialement conçue pour smartphones et PDA tournant sous Windows Mobile, versions 5 ou S-net Mobile vous permet ainsi de réaliser les opérations bancaires les plus courantes. Ce nouveau service est accessible via les trois opérateurs de téléphonie mobile du Luxembourg et les opérateurs étrangers.* Grâce à S-net Mobile vous aurez toujours vos comptes à portée de main! Plus d informations sur S-net Mobile peuvent être obtenues sur et auprès de votre agence BCEE habituelle. * Les frais de communication facturés par les opérateurs de téléphonie mobile pour la connexion à S-net Mobile peuvent varier d un opérateur à l autre. 14 Banque et Caisse d'epargne de l'etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B 30775,

17 Actualité La société Lamesch rejoint le groupe SITA-SUEZ Le comité de direction de la société Lamesch : Yves Feuillen (directeur technique), Etienne Marot (directeur administratif et fi nancier), Alain Jacob (directeur général), Jacques Lonneux (directeur commercial) La société Lamesch de Bettembourg vient d entamer une nouvelle étape de son développement en affi chant son appartenance au groupe international SITA-SUEZ. Sans rien perdre de son caractère luxembourgeois, la société Lamesch bénéficie désormais de la force d un grand groupe international. Si les problèmes environnementaux sont mondiaux, les solutions sont pour la plupart locales. D où l intérêt pour Lamesch de s associer à un partenaire fiable à long terme. En acquérant une dimension internationale, la société Lamesch se positionne plus encore comme un opérateur spécialisé du secteur des déchets et du recyclage au Grand-Duché. La société LAMESCH, créée en 1962 au Grand-Duché de Luxembourg par Jean LAMESCH, est spécialisée dans la collecte, le traitement, l élimination et le recyclage des déchets ainsi que dans le nettoyage public et industriel. La société grand-ducale occupe actuellement plus de 350 personnes sur le site de Bettembourg. Elle dispose pour mener à bien ses missions d une flotte de plus de 100 camions, d un parc de containers et compacteurs pour les déchets industriels, ménagers et spéciaux, d une unité de recyclage de papier, carton, verre, plastique, bois, déchets industriels, encombrants, de construction, mais aussi d un atelier de réparation de palettes, d une installation de démontage d appareils électroménagers, électroniques et TV, d une usine de traitement physicochimique pour les hydrocarbures, émulsions, acides, boues, d unités de filtres presses mobiles pour la déshydratation de boues communales et industrielles, d un centre de regroupement pour déchets spéciaux, d un centre de démontage de véhicules hors d usage et d un centre de traitement de déchets de balayures et d avaloirs. En collectant tonnes de déchets recyclables en moyenne par an, LAMESCH contribue à la préservation des ressources naturelles, à la protectiondel environnement et au développement durable. SITA, filiale à 100% du groupe SUEZ (ex-lyonnaise des Eaux), représente l un des quatre pôles stratégiques de ce groupe. Division de SUEZ Environnement, qui compte plus de collaborateurs à travers le monde, SITA est aujourd hui leader européen de la gestion des déchets et le quatrième opérateur mondial présent dans 30 pays répartis sur 4 zones géographiques : Europe, Amérique latine et Amérique du Nord, Asie-Pacifique. SITA offre à ses clients communaux et industriels toute la gamme de prestations pour la gestion des déchets ménagers, banals et spéciaux (hors déchets nucléaires) : collecte traditionnelle et sélective, tri et recyclage, valorisation biologique, incinération avec valorisation énergétique, stockage et élimination dans des installations agréées. SITA est également présent dans le secteur de la propreté urbaine et industrielle (assainissementet maintenance). Leader dans son secteur en France, et très active également en Belgique, comme dans les autres pays européens, SITA maîtrise toutes les étapes de la gestion globale des déchets. En tant que filiale de Suez Environnement, la société collecte, achemine, trie, traite, valorise et recycle les déchets des collectivités locales, des entreprises, des professionnels de santé et des particuliers et apporte un service fi able, efficace et respectueux de l environnement. Photo : Tessy Hansen / Luxemburger Wort 15

18 Nos services diversifiés font votre force! Le Groupe Cegedel vous garantit une valeur sûre et stable. Outre l approvisionnement en électricité et gaz, nos investissements stratégiques nous permettent de vous proposer des services multiples. Cette diversification s étend à des domaines aussi variés que le chauffage, le froid, la cogénération, les télécommunications au niveau national et de la Grande Région, ainsi que la gestion technique des bâtiments. Vous le constatez par vous-même : notre savoir-faire vous accompagne au quotidien. La confiance à portée de main 16 écho l industrie L énergie en mouvement

19 Actualité Cegedel va baisser ses tarifs standard Compte tenu d une stabilisation des prix sur les marchés internationaux, ainsi que d une stratégie d achat prudente, Cegedel est en mesure d annoncer une baisse de ses tarifs standard avec effet au 1 er juillet Cette baisse sera en moyenne de l ordre de 3 à 4 %. Le groupe Cegedel clôture l exercice 2006 avec des résultats favorables. En ce qui concerne la maison mère, différentes tendances ont été observées en 2006 : la pression sur les marges a pesé à nouveau sur le résultat opérationnel des activités traditionnelles liées à la fourniture d électricité, suite aux efforts consentis au niveau des prix de vente face à une concurrence accrue. D un autre côté, la reprise de l activité économique a entraîné une demande croissante en énergie électrique et a eu une infl uence positive sur les résultats de Cegedel. Par ailleurs, le développement favorable des activités de diversification a continué en 2006, confirmant ainsi le bien-fondé des initiatives prises en la matière depuis quelques années. Sur le plan technique, Cegedel et sa filiale Cegedel Net sont conscientes de leurs responsabilités sur le long terme et veillent au parfait état de fonctionnement des infrastructures afin de continuer à assurer la fiabilité des réseaux. Des travaux de modernisation et de renforcement des réseaux à tous les niveaux de tension sont réalisés en permanence et les dépenses d investissement réalisées en 2006 dans ce domaine ont atteint quelque 25 millions d euros. La conjoncture internationale était à nouveau marquée par une forte hausse des prix des différentes ressources énergétiques. Les prix du pétrole, du gaz naturel et du charbon ont fortement augmenté au cours des deux dernières années, entraînant avec eux les prix de l électricité. Malgré une politique d optimisation efficace de son portefeuille d achat, Cegedel a donc dû faire face à une forte augmentation du coût de son approvisionnement en électricité sur les marchés européens. Par conséquent, la société a dû adapter ses prix de vente au 1 er janvier 2006, de même qu au 1 er janvier En ce qui concerne les résultats financiers du groupe Cegedel en 2006, établis selon les normes comptables internationales (IFRS), on constate que le bénéfice consolidé progresse à 75,3 millions d euros (contre 56,5 millions d euros en 2005) grâce à la bonne performance des sociétés consolidées et la comptabilisation d une plus-value exceptionnelle liée à la transaction artelis/cegecom. Le chiffre d affaires de la maison mère (dont les états financiers sont établis selon les normes comptables luxembourgeoises) est en augmentation de 4,6 % et s établit à 292,8 millions d euros, en raison de la progression des prix de vente. Romain Becker, directeur général, et Roland Michel, président du conseil d administration Dans le contexte de la libéralisation du secteur de l énergie, Cegedel et Soteg étudient actuellement la possibilité d une collaboration qui pourrait déboucher sur un rapprochement des deux sociétés. Photo : Anouk Antony / Luxemburger Wort Comme suite aux décisions de l assemblée générale ordinaire du 8mai 2007 ayant fixé le dividende de l exercice 2006 à 2,55 euros, nets d impôts luxembourgeois, le conseil d administration en adécidé la mise en paiement àpartir du 5 juin Le paiement se fera contre remise du coupon n 9des actions de la société, aux guichets des banques ci-après: au Grand-Duché de Luxembourg: Dexia -Banque Internationale à Luxembourg Fortis Banque Luxembourg Banque et Caisse d Epargne de l Etat Banque de Luxembourg Société Générale Bank &Trust en Belgique: Dexia Banque Belgique Fortis Bank Société anonyme R.C.S. Luxembourg No B4513 Siège social: rue Thomas Edison, Strassen 17

20 Fournisseur de gaz naturel et d électricité. NOS ÉNERGIES À VOTRE SERVICE. La bonne gestion de l énergie est un facteur clé dans la compétitivité des entreprises. Pour cette raison SOTEG met toute son énergie au service de ses partenaires. Non seulement SOTEG fournit le gaz naturel et l électricité, mais livre également le conseil professionnel pour la consommation efficace des énergies. SOTEG S.A. Domaine Schlassgoart Bâtiment 9 66, rue de Luxembourg B.P. 132 L-4002 ESCH-SUR-ALZETTE Siège social: boulevard Royal L-2449 LUXEMBOURG Service commercial: Tél.: (+352) Fax: (+352)

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée Trading Update 3 ème trimestre 2008 Information règlementée Bruxelles - 3 Novembre 2008 A. Performance financière durant le 3 ème trimestre 2008 1. La performance opérationnelle des unités de cogénération

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking...

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking... _ FR Sommaire Informations clés... 04 Profil... 06 Corporate et Institutional Banking... 08 Retail Banking... 10 Private Banking... 12 Treasury et Financial Markets... 14 La BIL à votre service depuis

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Orolia annonce ses résultats annuels 2007

Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Orolia annonce ses résultats annuels 2007 Un chiffre d affaires consolidé en hausse de 47% par rapport au chiffre d affaires reconstitué 1 de 2006 Paris, le 30 avril 2008 - Orolia SA (NYSE Euronext Paris

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Le respect de l environnement

Le respect de l environnement Le respect de l environnement 1 L entreprise familiale Galliker en harmonie avec son temps Depuis 1918 à travers quatre générations l entreprise Galliker a appris à endosser ses responsabilités. La rapidité

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE 12, rue Léon Laval - L-3372 Leudelange www.luxempart.lu R.C.S. B27846 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultat net global consolidé de 51,31 millions au 31.12.2012 ( 2,14 par titre) comparé à 32,57 millions au 31.12.2011

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Paris - 11 juin 2015 CONSTRUIRE L AVENIR, C EST NOTRE PLUS BELLE AVENTURE I - Présentation du Groupe 2 Profil Un groupe industriel diversifié Le groupe Bouygues propose

Plus en détail

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015 Schneider Electric Lyon 30 mars 2015 1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, établies sur la base des estimations actuelles de la Direction

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008 Conférence Investisseurs 1 er avril 2008 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS SECURITIES SERVICES LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS Compte tenu des contraintes réglementaires grandissantes, de la complexité accrue

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

mandats isr - developpement durable

mandats isr - developpement durable mandats isr - developpement durable Banque Neuflize OBC Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 383 507 453 euros. Siège social : 3 avenue Hoche- 75008 Paris 552 003 261 RCS

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

La STIB. Sur les rails du développement durable. www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles

La STIB. Sur les rails du développement durable. www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles La STIB Sur les rails du développement durable www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles Le développement durable occupe une place prépondérante dans le domaine des transports publics.

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution.

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution. LA LETTRE AUX ACTIONNAIRES ÉTÉ 2009 N 2 MESSAGE DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE Madame, Monsieur, Cher actionnaire, J ai le plaisir de vous présenter le deuxième numéro de notre lettre aux actionnaires. Dans

Plus en détail

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services

La naissance de BNP Paribas Rental Solutions. renforce l offre de location longue durée avec services t Puteaux, le 28 juin 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE La naissance de BNP Paribas Rental Solutions renforce l offre de location longue durée avec services de BNP Paribas La location avec service d équipements

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile

2 nd vie des produits technologiques. Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile 2 nd vie des produits technologiques Ecocitoyenneté et nouveaux modèles économiques dans la téléphonie mobile SOMMAIRE Electronique Grand Public : un marché de masse! Un cadre réglementaire : depuis 2006

Plus en détail

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine?

Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine? Épargne Comment réduire mes impôts tout en diversifiant mon patrimoine? AXA Entrepreneurs & Croissance 2014 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Durée de blocage : 6 ans minimum pouvant aller jusqu

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

E LDS: refroidir intelligemment

E LDS: refroidir intelligemment E LDS: refroidir intelligemment REGLer surveiller OPTIMIser ECKELMANN GROUPE ECKELMANN AG, Wiesbaden. Ferrocontrol GmbH & Co. KG, Herford, ferrocontrol.de eckelmann.de E LDS: MANAGEMENT DU FROID, DE L

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

souscrire un contrat luxembourgeois

souscrire un contrat luxembourgeois souscrire un contrat luxembourgeois Au Grand-Duché, les souscripteurs de contrat d assurance vie ou de capitalisation qui bénéficient d un régime de protection contrôlé par les pouvoirs publics ont, en

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu MOBILITÉ 2014 Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu ASSURER LA MOBILITÉ DE DEMAIN L ACA ET LA FIA DEMANDENT AUX DÉCIDEURS EUROPÉENS : d assurer le développement cohérents de la «voiture connectée»,

Plus en détail

Market Data Feed. Maîtrisez le flux.

Market Data Feed. Maîtrisez le flux. Market Data Feed Maîtrisez le flux. Market Data Feed (MDF) est un service très performant de diffusion de données de marché en temps réel permettant une importante personnalisation dans leur sélection.

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires The better electric. 391 MWc puissance photovoltaïque construite par BELECTRIC 2011. BELECTRIC est le leader mondial de l étude, la fourniture et la réalisation (EPC) de systèmes photovoltaïques selon

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail