Proposer des améliorations au réseau permanent de surveillance de la qualité de l'air ;

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposer des améliorations au réseau permanent de surveillance de la qualité de l'air ;"

Transcription

1 ENVIRONNEMENT DE L UNITE DE VALORISATION ENERGETIQUE DES DECHETS (UVED) DE LUNEL-VIEL Campagne temporaire de mesures au Sud de l UVED Printemps 2010 Lexique Cd : cadmium Zn : zinc Cr : chrome, As : arsenic Ni : nickel, Hg : mercure Tl : thallium PM 10 : particules en suspension de diamètre inférieur à 10 µm PM 2,5 : particules en suspension de diamètre inférieur à 2,5 µm NO 2 : dioxyde d azote NOx : oxydes d azote µg : microgramme (1 µg = 0, g = 10-6 g) ng : nanogramme (1 ng = 0, g = 10-9 g) UVED = Unité de Valorisation Energétiques des Déchets BDQA = Banque de Données de la Qualité de l Air I - CONTEXTE Dans le cadre de conventions passées avec le Syndicat «Entre Pic et Etang», est chargé d'exploiter un dispositif permanent de surveillance de la qualité de l'air dans l'environnement de l'usine d'incinération des ordures ménagères de Lunel-Viel, également appelé Unité de Valorisation Energétique des Déchets (UVED). La synthèse des mesures de ce dispositif permanent est disponible sur le site internet d En complément, le Syndicat Pic et Etang a confié en 2010, à, la réalisation d'une campagne de mesures temporaire au Sud de l UVED, dont les résultats sont présentés ci-après. II OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE TEMPORAIRE Approfondir les connaissances "qualité d'air" au Sud de l'uved, en particulier pour les PM 2,5, à proximité du point théoriquement le plus influencé par les émissions de poussières de l UVED ; Comparer les valeurs de PM10, NO 2 et métaux obtenues sur ce site avec celles de la station fixe située au stade de Lunel-Viel ; Proposer des améliorations au réseau permanent de surveillance de la qualité de l'air ; Utiliser ces résultats dans le cadre du Programme de Surveillance de la Qualité de l'air (PSQA) pour améliorer la connaissance de la qualité de l'air dans l Est de l Hérault. III MOYENS MIS EN OEUVRE station mobile d installée en limite Sud de la parcelle de l UVED (rond violet sur le plan de la page suivante) ; mesure en continu dans l air ambiant du 23 mars au 21 juin 2010 des PM 10, PM 2,5 et NOx (résolution temporelle de la mesure : quart d heure) ; mesure du 23 mars au 24 mai 2010 des métaux (arsenic, cadmium, chrome, mercure, nickel, thallium et zinc) : prélèvement hebdomadaire sur filtre des PM 10 (1) présentes dans l air ambiant puis analyse à posteriori par un laboratoire accrédité. (1) Conformément aux réglementations européenne et française, les métaux dans l air ambiant sont recherchés dans les particules en suspension PM 10. Les Echelles de la Ville, Antigone, 3 place Paul Bec, Montpellier Tél Fax P1/8

2 Station mobile Mesures des PM 10, PM 2,5, NO 2 et métaux dans l air ambiant Toit de l incinérateur vu depuis la station mobile RN 113 Nord UVED Grillage Emplacement station mobile Ce dispositif temporaire vient compléter le dispositif permanent de surveillance autour de l UVED (voir description en annexe). En particulier, il existe une station fixe de mesures située au stade de Lunel- Viel, à 700 mètres à l Est de l UVED (polluants mesurés : PM 10, métaux, NO 2, chlorures et dioxines dans l air ambiant). P2/8

3 IV RESULTATS DES MESURES DE PM 10, PM 2,5, NO 2 ET METAUX DANS L AIR AMBIANT 4.1 Comparaison aux seuils réglementaires Remarque : les normes réglementant les teneurs en PM10, PM 2,5, NO 2 et métaux dans l air ambiant sont généralement basées sur l année civile. Or, les mesures réalisées au Sud de l UVED de Lunel-Viel ont eu lieu du 22 mars au 21 juin Il n est donc pas possible de comparer strictement les concentrations obtenues avec les valeurs de référence annuelles. Les comparaisons sont donc présentées uniquement à titre indicatif afin de mettre en évidence une problématique éventuelle. A titre d information, d une manière générale, en milieu urbain ou périurbain, les concentrations moyennes de PM 10, PM 2,5 et NO 2 mesurées au printemps sont légèrement plus faibles que les moyennes annuelles (de l ordre de 5 % pour les PM 10, 10% pour les PM 2,5 et 20% pour le NO 2). Particules PM 10 PM MARS AU 21 JUIN 2010 Station mobile Sud UVED Station fixe Stade Lune-Viel Moyenne en µg/m Nombre de moyennes journalières supérieures à µg/m 3 REGLEMENTATION (Art R221-1 du Code de l Environnement) Type de norme Objectif de qualité Valeur limite Valeur Réglementaire 30 µg/m 3 en moyenne annuelle 40 µg/m 3 en moyenne annuelle Pas plus de 35 Valeur limite dépassements par an Seuil d information et de recommandation Nombre de moyennes journalières supérieures à 0 0 Seuil d alerte 80 µg/m 3 Commentaires PM 10 : à 150 mètres au Sud de l UVED, compte tenu des niveaux observés au printemps 2010, il n y a pas de risque de dépasser les seuils réglementaires. Particules PM 2,5 µg/m 3 PM 2,5 23 MARS AU 21 JUIN 2010 Station mobile Sud UVED Moyenne 12 REGLEMENTATION (Art R221-1 du Code de l Environnement) Type de norme Valeur en moyenne annuelle Objectif de qualité 10 Valeur cible Commentaires PM 2,5 : à 150 mètres au Sud de l UVED, Valeur limite l objectif de qualité annuel n est probablement pas respecté, comme c était le cas en 2009 sur les 3 sites de mesures urbains de la région 2 ; compte tenu des niveaux observés au printemps 2010, il n y a pas de risque de dépasser la valeur cible 2010 et la valeur limite En 2009, en milieu urbain, la moyenne annuelle PM 2,5 était de 14 µg/m 3 à Montpellier, 14 µg/m 3 à Nîmes et 17 µg/m 3 à Perpignan. P3/8

4 Dioxyde d azote (NO 2 ) NO 2 23 MARS AU 21 JUIN 2010 Sud UVED (station mobile) Stade de Lunel-Viel (station fixe) REGLEMENTATION (Art R221-1 du Code de l Environnement) Type de norme Moyenne en µg/m Valeur limite en 2010 Nombre de moyennes horaires supérieures à µg/m 3 Valeur limite Valeur Réglementaire 40 µg/m 3 en moyenne annuelle Pas plus de 18 heures de dépassements par an Seuil d information Nombre de moyennes horaires supérieures à 0 0 Seuil d alerte 400 µg/m 3 Commentaires NO 2 : à 150 mètres au Sud de l UVED, compte tenu des niveaux observés au printemps 2010, il n y a pas de risque de dépasser les seuils réglementaires. Métaux Métaux en ng/m 3 METAUX Sud UVED (station mobile) Moyenne 23/03 au 24/05/10 Valeurs cibles en moyenne annuelle (a) Arsenic 0,45 6 Cadmium 0,20 5 Chrome 1,6 - Mercure < 0,20 - Nickel 1,7 20 Thallium < 0,80 - Zinc 16,4 - (a) article R221-1 du Code de l Environnement Commentaires arsenic, cadmium et nickel : à 150 mètres au Sud de l UVED, compte tenu des niveaux observés au printemps 2010, il n y a pas de risque de dépasser les seuils réglementaires. Remarque : dans le Code de l Environnement, il n y a pas de seuil réglementaire pour le chrome, le mercure, le thallium et le zinc dans l air ambiant. P4/8

5 4.2 Comparaison avec d autres sites de mesures de la région PM 10, PM 2,5, NO 2 µg/m 3 Sud UVED Stade Lunel-Viel Moyenne du 22 mars au 21 juin 2010 Montpellier urbain Nîmes urbain Montpellier trafic Nîmes trafic PM PM 2,5 12 nm nm nm NO nm = non mesuré Comparaison Sud UVED / stade Lunel-Viel (PM 10, NO 2 ) Les concentrations moyennes de PM 10 et de NO 2 sur les 2 sites de mesures sont équivalentes. Comparaison avec Montpellier et Nîmes NO 2 au Sud de l UVED : concentration moyenne inférieure à celle enregistrée en milieu urbain et à proximité du trafic routier. PM 10 et PM 2,5 au Sud de l UVED : concentrations moyennes équivalentes ou inférieures à celles constatées en milieu urbain. Remarques concernant les PM 10 et PM 2,5 PM 10 : les études réalisées par ont montré que les concentrations de PM 10 en Languedoc-Roussillon étaient globalement équivalentes entre sites urbains, périurbains et certains sites ruraux. Les exceptions concernent : - les sites ruraux éloignés (comme le parc national des Cévennes) où les concentrations de PM 10 sont plus faibles ; - les sites à proximité immédiate d émetteurs (proximité trafic routier ou proximité de certaines industries) où les concentrations sont plus élevées (au niveau de fond régional, s ajoute une influence locale). PM 2,5 : En Languedoc-Roussillon, la mesure permanente des PM 2,5 a débuté en 2009 sur 3 sites urbains. Des mesures seront prochainement mises en œuvre sur des sites de proximité trafic routier. Pour information, en France, en 2009, - la concentration moyenne en milieu urbain calculée à partir de 53 sites s élève à 18 µg/m 3 ; les moyennes enregistrées en Languedoc-Roussillon (entre 14 et 17 µg/m 3 ) sont donc inférieures à la moyenne française. - la concentration moyenne à proximité du trafic routier calculée à partir de 8 sites s élève à 22 µg/m 3. (Source : BDQA) Métaux Site Période As Cd Cr Ni Tl Zn Sud UVED Printemps /03 au 24/05/10 0,45 0,2 1,6 1,7 <0,8 16, ,4 0,2 1,7 1,3 0,2 16,3 Lunel-Viel 2010 (01/01 au 30/05) 0,5 0,2 1,3 0,8 0,2 12,3 Saint Estève ,3 0,2 1,4 1,6 0,8 12,2 Montpellier - site trafic 11 semaines en ,9 0,2-2,7 - - Montpellier - site urbain ,3 0,2-1,8 - - Les concentrations de métaux au Sud de l UVED sont équivalentes à celles enregistrées au stade de Lunel-Viel. P5/8

6 4.3 Etude de l influence de l UVED Fonctionnement UVED A 150 mètres au Sud de l UVED, les concentrations de PM 2,5, PM 10, NO 2 et métaux ne sont pas plus élevées lorsque les 2 lignes de l UVED fonctionnaient par rapport à la période d arrêt d une ou des 2 lignes de l UVED (voir l exemple des PM 2,5 sur le graphe ci-dessous) 60 Sud UVED (station mobile) Moyennes journalières PM 2,5 - Printemps 2010 Arrêt ligne 1 µg/m Arrêt ligne mars 27-mars 1-avr. 6-avr. 11-avr. 16-avr. 21-avr. 26-avr. 1-mai 6-mai 11-mai 16-mai 21-mai 26-mai 31-mai 5-juin 10-juin 15-juin 20-juin Remarque : les concentrations moyennes de PM10, PM 2,5, NO 2 et métaux sont même légèrement plus élevées lors des périodes d arrêt d une ou des 2 lignes de l UVED (mois d avril). Ce constat s observe sur une grande partie de la région. Les conditions météorologiques moins favorables à la dispersion des émissions de polluants sur cette période expliquent la légère hausse des niveaux de polluants dans l air ambiant. Roses de pollution A 150 mètres au Sud de l UVED, les concentrations de PM 2,5, PM 10, NO 2 et métaux ne sont pas plus élevées lorsque le vent est de secteur Nord (environ 50% du temps), c est-à-dire lorsque la station ponctuelle est sous le vent de l UVED (voir la rose de pollution 3 PM 10 ci-contre). Les concentrations de PM 10 les plus élevées ont été enregistrées pour des vents provenant de secteur Sud/Sud- Est (Marin), et les plus faibles par vent de Nord-Ouest. Rose de pollution PM10 Station mobile - Printemps 2010 Ouest Nord Est Sud 3 Sur une rose de pollution, le segment coloré dans chaque direction est proportionnel à la concentration moyenne de PM 10 lorsque le vent vient de la direction correspondante. P6/8

7 Comparaison avec les émissions de l UVED A 150 mètres au Sud de l UVED, les concentrations de PM 2,5, PM 10 et NO 2 ne sont pas corrélées avec l évolution des émissions de l UVED (voir l exemple du NO 2 sur la graphique ci-dessous). Lunel-Viel - Printemps 2010 Evolution des émissions de poussières de l'uved et des concentrations de NO 2 dans l'air ambiant au Sud de l'uved Arrêt ligne 1 NO2 dans l'air ambiant au Sud de l'uved en µg/m Arrêt ligne Emissions de poussières de l'uved en mg/nm 3 22-mars 29-mars 5-avr. 12-avr. 19-avr. 26-avr. 3-mai 10-mai 17-mai 24-mai 31-mai 7-juin 14-juin 21-juin NO2 dans l'air ambiant (Sud UVED) Emissions ligne 1 Emissions ligne 2 Quelques cas particuliers pour les PM 10 et NO 2 Par rapport au site permanent situé sur le stade de Lunel-Viel, des concentrations à peine plus élevées de PM 10 et de NO 2 sont constatées au Sud de l UVED pendant quelques heures sur les 3 mois de mesures. Elles restent cependant peu élevées au regard des seuils réglementaires. De plus, ces différences n ont pas d influence sur les concentrations moyennes (voir 4.2.1). V BILAN Comparaison aux seuils réglementaires PM 10, NO 2 et Métaux : les concentrations de ces polluants à 150 mètres au Sud de l UVED ne présentent pas de risque de dépasser les seuils réglementaires PM 2,5 : à 150 mètres au Sud de l UVED, les concentrations de PM 2,5 : - ne présentent pas de risque de dépasser la valeur cible 2010 et la valeur limite 2010 ; - pourraient, comme sur les autres sites de mesures de la région, ne pas respecter l objectif de qualité annuel. Comparaison avec le site permanent de Lunel-Viel Les concentrations moyennes de PM 10, NO 2 et métaux enregistrées au Sud de l UVED sont équivalentes à celles obtenues sur le site permanent situé au stade de Lunel-Viel. Influence de l UVED A 150 mètres au Sud de l UVED, pendant la période de mesures, - il n a pas été mis en évidence d influence significative de l UVED sur les concentrations moyennes de NO 2, PM 10, PM 2,5 et métaux dans l air ambiant ; - l impact potentiel du fonctionnement de l UVED sur les concentrations de NO 2 et de PM 10 dans l air ambiant s est limité à quelques heures (3%) et n a pas eu d incidence sur le respect des seuils réglementaires et sur les concentrations moyennes. P7/8

8 ANNEXE P8/8

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

LIAISON A50 A57 TRAVERSEE

LIAISON A50 A57 TRAVERSEE LIAISON A5 A57 TRAVERSEE SOUTERRAINE DE TOULON SECOND TUBE (SUD) ANALYSE DES DONNEES DE QUALITE DE L AIR NOVEMBRE 27 A JANVIER 28 TOULON OUEST, PUITS MARCHAND, TOULON EST Liaison A5 A57 Traversée souterraine

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011

BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 18/06/2012 QUALITAIR CORSE BILAN PSQA ANNEES 2010 ET 2011 Bilan PSQA 2010-2015 version 2012 Savelli Page blanche TABLE DES MATIERES Introduction... 1 1 Composition et financement de l association... 2

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg

Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Etude de la qualité de l air en proximité automobile sur la Communauté Urbaine de Strasbourg Simulation état 2006 Avec le soutien de la Communauté Urbaine de Strasbourg Strasbourg Communauté Urbaine ASPA

Plus en détail

TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr

TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr Réf. : 090 510 082A V1 Valbonne Sophia Antipolis TechniSim Consultants 2 rue Saint Théodore 69003 Lyon Tél : 04 72 33 91 67 Email : technisim@wanadoo.fr Zone d Aménagement Concertée (ZAC) des Clausonnes

Plus en détail

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation

Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation Bulletin trimestriel - mai - juin Zoom sur le métier de technicien(ne) d exploitation L équipe d Atmo Auvergne se compose de 12 personnes réparties dans les pôles : administration, études/communication,

Plus en détail

DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS

DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS DÉVELOPPER LE GAZ NATUREL DANS LES TRANSPORTS Les enjeux pour la transition énergétique Didier Lebout, Strategy and Development Director Gazprom Marketing and Trading France Deauville, 28 juin 2013 Dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012

CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE. Janvier 2012 CARTOGRAPHIE FINE DES NIVEAUX DE DIOXYDE D AZOTE DANS LE COEUR DENSE DE L AGGLOMÉRATION PARISIENNE Janvier 2012 AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Cartographie fine des niveaux

Plus en détail

Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports?

Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports? Quelles perspectives de développement pour le gaz naturel dans les transports? Le regard de Gazprom Marketing and Trading France 29 octobre 2014 Sommaire 1. Les atouts du GNV pour les transitions énergétiques

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5

Introduction 1. 1/ Présentation de l étude 2. 1.1/ Contexte environnemental du port 2. 1.2/ Mode opératoire de l étude 3. 2/ Résultats de l étude 5 EVALUATION DE LA QUALITE DE L AIR SUR LA ZONE DU PORT DE NICE Janvier - Mars / Août - Septembre 25 SOMMAIRE Introduction 1 1/ Présentation de l étude 2 1.1/ Contexte environnemental du port 2 1.2/ Mode

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve Chauffage au bois ATTENTION à la qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Chauffage au bois, un enjeu important pour la qualité de l'air... 3 Le chauffage au bois,

Plus en détail

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles

Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Exposition de la Population aux Polluants atmosphériques en Europe Projet PEOPLE à Bruxelles Description du projet Parmi les activités liées à la santé qui sont menées à l Unité d Emissions et de Santé

Plus en détail

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II

Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Obligations d information environnementale des entreprises après le Grenelle II Laurence Lanoy Mathieu Farge 28 mars 2011 Intersol Introduction Les obligations d information environnementale sont imposées

Plus en détail

Surveiller la qualité de l air avec les élèves

Surveiller la qualité de l air avec les élèves Surveiller la qualité de l air avec les élèves L air que nous respirons est à la fois l affaire et la responsabilité de tous. La santé publique, l environnement et les conditions de vie future sur Terre,

Plus en détail

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Analysis of heavy metals (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) in soils by ICP-MS Nicolas ALSAC Eurofins Environnement

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

RÈGLEMENT 90-4. Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air

RÈGLEMENT 90-4. Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air RÈGLEMENT 90-4 Règlement modifiant le règlement 90 relatif à l'assainissement de l'air A une assemblée du Conseil de la Communauté urbaine de Montréal tenue le Il est décrété et statué: 1. Le règlement

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

Surveillance de la qualité de l air : Description du système français d'assurance qualité

Surveillance de la qualité de l air : Description du système français d'assurance qualité Surveillance de la qualité de l air : Description du système français d'assurance qualité NOVEMBRE 2010 Tatiana Macé (LNE) François Mathé (EMD) Eva Léoz-Garziandia (INERIS) PREAMBULE Le Laboratoire Central

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger

GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger SOMMAIRE GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger o o o o o o o o o o o o

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Evaluation de modèles pour la simulation de la pollution à proximité des axes routiers

Evaluation de modèles pour la simulation de la pollution à proximité des axes routiers Modélisation et traitements numériques Evaluation de modèles pour la simulation de la pollution à proximité des axes routiers Novembre 2007 Programme 2007 A. Wroblewski (EMD), V. Riffault (EMD), J-Y. Chatelier

Plus en détail

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES

DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES DOSSIER : L OZONE SOUS TOUTES SES COUTURES Avec le soleil et la chaleur de l été, c est aussi les épisodes de pollution à l ozone qui reviennent. Le dossier ci-dessous propose de répondre aux 12 questions

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit

Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures

Plus en détail

La gamme SAM ARGOPOL

La gamme SAM ARGOPOL La gamme SAM ARGOPOL La gamme : SAM ARGOPOL 2 Les systèmes d acquisition SAM ARGOPOL La gamme SAM ARGOPOL se compose d un ensemble de stations d acquisition de données. Robustes, fiables, modulaires, elles

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN

ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN ÉVALUATION PROSPECTIVE DES ÉMISSIONS ET DES CONCENTRATIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES À L HORIZON 2020 EN ÎLE-DE-FRANCE - GAIN SUR LES ÉMISSIONS EN 2015 Révision du Plan de Protection de l Atmosphère

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE

MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MEMOIRE TECHNIQUE & METHODOLOGIQUE Document à remplir et

Plus en détail

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes ATMO Poitou-Charentes, centre régional de surveillance de la qualité de l air Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes Crédit-photo : Gérard Sulmont (RNSA) Référence : POLN_EXT_12_193

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

1. Utilisation conforme à l usage prévu. 2. Propriétés. 3. Montage. Capteur de CO 2 AMUN 716 9 101

1. Utilisation conforme à l usage prévu. 2. Propriétés. 3. Montage. Capteur de CO 2 AMUN 716 9 101 310 164 01 Capteur de CO 2 AMUN 716 9 101 1. Utilisation conforme à l usage prévu Le capteur sert à la détection de dioxyde de carbone (CO 2 ) et de la température dans l espace d habitation. La teneur

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Sdem50. Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche. Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014

Sdem50. Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche. Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014 Sdem50 Projet de déploiement d infrastructures de recharge sur le département de la Manche Communauté de communes de Sèves-Taute le 7 octobre 2014 Un peu d histoire Les prémices du véhicule électrique

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Suivi environnemental de réalisation (SER)

Suivi environnemental de réalisation (SER) Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol Suivi environnemental de réalisation (SER) Commission d information et de suivi, séance du 11.12.2009 Grégoire Monin, directeur de CSD Porrentruy,

Plus en détail

ENJEUX MAJEURS DU PROJET

ENJEUX MAJEURS DU PROJET Construction et exploitation de la centrale thermique diésel Ouaga III au Burkina Faso Auteur : Samuel YONKEU, Burkina Faso Chef d Unité Thématique d Enseignement et de Recherche, Institut International

Plus en détail

PRESENTATION GROUPE LHP

PRESENTATION GROUPE LHP PRESENTATION GROUPE LHP 1. PRESENTATION DU GROUPE Micropolluants Technologie : Laboratoire d analyses spécialisé dans la détection de polluants présents à l état de traces et d ultra traces dans les domaines

Plus en détail

Propositions faites par le RPP, soutenues par :

Propositions faites par le RPP, soutenues par : Propositions faites par le RPP, soutenues par : Communiqué de presse Paris, le 17/10/14 Plan national santé-environnement 3 : Pour le Rassemblement pour la planète le compte n y est pas! Les membres du

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 416 RÈGLEMENT SUR LA QUANTITÉ ET LA QUALITÉ DES EAUX USÉES Avis de motion donné le 18 août 2003 Adopté le 2 septembre 2003 En vigueur le 6 août 2004 NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

RENCONTRE PERFORMANCE ENERGETIQUE

RENCONTRE PERFORMANCE ENERGETIQUE RENCONTRE PERFORMANCE ENERGETIQUE Agir sur les comportements Nantes - le 1 L agenda CHU 21 Comment s est il construit? A partir d actions engagées avant 2008: PDE, intervention au conseil d administration

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre!

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre! En savoir QUIZZ + Plan de Protection de l Atmosphère des Bouches-du-Rhône 1 2 3 4 J ai le droit de brûler mes déchets de tonte de pelouse en petite quantité dans ma cour non exposée à la route. Mes déchets

Plus en détail

Madame Monsieur, Yves ALLIENNE

Madame Monsieur, Yves ALLIENNE Madame Monsieur, Merci à l A.P.H et à sa Présidente de m avoir permis de présenter ce qui fait le quotidien des Services Municipaux en matière de Propreté Urbaine. Le classement de notre belle station

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3

Installations classées pour la protection de l'environnement Campagne de mesure de bruit SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 SOMMAIRE I. OBJET DE L ETUDE... 3 II. MODE OPERATOIRE... 3 A. MATERIEL UTILISE... 3 1) Sonomètre... 3 2) Calibreur... 3 B. METHODE DE MESURE... 4 C. POSITIONNEMENT DU MATERIEL... 4 III. CAMPAGNE DE MESURE...

Plus en détail

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie?

Protégez-vous des risques liés aux fumées de soudage. Information prévention. Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes soudeurs en atelier de Métallerie Serrurerie? Protégez-vous des risques

Plus en détail

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR

1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Fiche méthodologique INDICATEUR : L DEN LIÉ AU TRAFIC AÉRIEN THEME : BRUIT 1 INTERET ET ELEMENTS D INTERPRETATION DE L INDICATEUR Question posée par l indicateur : Quelle est la répartition spatiale des

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

For the benefit of business and people. 1 - Présentation du projet de la ZAC. 7 - Suivi environnemental et programme d intervention

For the benefit of business and people. 1 - Présentation du projet de la ZAC. 7 - Suivi environnemental et programme d intervention Ancien site des Ferronneries du Midi Future ZAC Ponts Jumeaux Projet de dépollution 15 décembre 2004 For the benefit of business and people 1 - Présentation du projet de la ZAC 2 - Rappel de l historique

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

Région du lac de Gras

Région du lac de Gras E. Davey and W. Puznicki le 3 août 1997 Division de la gestion des eaux Affaires indiennes et du Nord canadien, Yellowknife (T. N.-O.) Résumé Dans ce rapport, on présente les résultats d'une étude sur

Plus en détail

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88)

DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) DISPERSION ATMOSPHERIQUE DES REJETS DU SITE SVPR à SAINTE-MARGUERITE (88) Ce document a été réalisé en collaboration avec APAVE Alsacienne SAS 3 rue de l Euron BP 21055 Maxeville 54522 LAXOU Cedex Références

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

Lettre d'information Janvier 2005. Éditorial :

Lettre d'information Janvier 2005. Éditorial : Lettre d'information Janvier 2005 Cette lettre d'information est destinée aux utilisateurs des produits iséo, qu'il s'agisse des stations de mesures ARGOPOL TM ou du logiciel XR et de ses différents modules.

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI)

DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) 1 S.A.S. GRANULATS VICAT DEMANDE D AUTORISATION DE STOCKAGE DE DECHETS INERTES (ISDI) COMMUNE DE MONTAILLEUR LIEU-DIT «LES BLACHERES» DEPARTEMENT DE LA SAVOIE (73) Novembre 2014 Siège Social : 4, Rue Aristide

Plus en détail

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès

Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Véhicules Propres pour l amélioration de la qualité de l air Les Stratégies de progrès Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 21 Moteurs et Carburants

Plus en détail

Déplaçons-nous autrement!

Déplaçons-nous autrement! Déplaçons-nous autrement! Pffff!!! Encore une heure pour rentrer du boulot! Nos habitudes Un quoi? Nous, on a mis en place un «PDE»! Plan de Déplacements Entreprise! On s est organisé pour covoiturer,

Plus en détail

Arrêté du 11 mars 2015 relatif aux annonces de réduction de prix à l'égard du consommateur

Arrêté du 11 mars 2015 relatif aux annonces de réduction de prix à l'égard du consommateur Guylaine BOURDOULEIX Objet: DocPratic n 226 N 226-21/04/2015 Modèle de PV d AGO de changement de gérant dans la SARL Lorsqu il y a un changement de gérant de la SARL, l assemblée générale ordinaire décidant

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels

Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi. Informations et chiffres essentiels Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels 2014 La Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi Informations et chiffres essentiels Initié en 2009

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Loi sur la médecine dentaire scolaire

Loi sur la médecine dentaire scolaire Schulzahnpflegedienst SZPD Bd de Pérolles 23, 1700 Fribourg T +41 26 305 98 02/03, F +41 26 305 98 09 Loi sur la médecine dentaire scolaire Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Étude d'incidence des cancers à proximité des usines d incinération d'ordures ménagères

Étude d'incidence des cancers à proximité des usines d incinération d'ordures ménagères Santé environnement Étude d'incidence des cancers à proximité des usines d incinération d'ordures ménagères Rapport d étude Pascal Fabre, Côme Daniau, Sarah Goria, Perrine de Crouy-Chanel Pascal Empereur-Bissonnet

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION ACTION 2.3 POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR

PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION ACTION 2.3 POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR PROGRAMME DE COOPERATION ALCOTRA PROJET STRATEGIQUE AERA ACTION 2.3 ETAT DES LIEUX DE LA MODELISATION POUR L ETUDE DE LA QUALITE DE L AIR RESUME L action 2.3 du projet statégique AERA, intitulée «Etat

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail