I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO 50001

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO 50001"

Transcription

1 I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO Un Système de Management de l Energie (SME) a pour objectif de développer une gestion méthodique de l énergie. Il s agit de l approche privilégiée pour faire face à l augmentation durable des prix de l énergie et des risques liés au changement climatique. Cet outil est l élément principal permettant de certifier un organisme ISO : Management de l Energie. Les objectifs de la norme sont: De connaitre le patrimoine technique. De s assurer de l engagement de la Direction à améliorer la performance énergétique De trouver et mettre en œuvre des actions d amélioration continue de la performance énergétique D organiser et s assurer de l exploitation et de la maintenance. La norme se fonde sur une approche d amélioration continue dite PDCA : Plan, Do, Check, Act (Planifier, Faire, Vérifier, Agir) et suit un modèle cyclique intégré aux pratiques quotidiennes. II. Politique Energétique Figure 1 : Modèle de système de management de l énergie L objectif de cette étape est de s assurer de l engagement de la Direction à améliorer la performance énergétique de l organisme. Afin de s assurer de son engagement, il est nécessaire pour l organisme d exprimer de façon formelle ces intentions vis à vis de sa politique énergétique. Pour cela, une charte a été créée dans laquelle nous retrouvons : L engagement en matière d amélioration continue de la performance énergétique L engagement en matière de disponibilité des informations et des ressources nécessaires à la réalisation des objectifs L engagement en matière de respect des exigences dans les domaines de la consommation et du rendement énergétique L engagement en matière de formation du personnel Outre cette charte, la Direction a déjà fait preuve de sa motivation avec plusieurs actions: Stagiaire mandaté afin d effectuer les premières démarche en vue d une certification ISO Mise en place d une équipe représentant la Direction Participation à l opération collective «Energie» L opération collective «Energie» m a été proposée par le Délégué Régional du Groupe AFNOR, Monsieur Pascal THOMAS lors d un colloque à l Ecole de Management de Strasbourg intitulé «Relevez le défi de la performance énergétique avec la norme ISO 50001». Cette démarche a été acceptée par la Direction de l EuroAirport et va débuter au mois de septembre Cette opération se déroule en plusieurs étapes. En premier lieu, une formation technique mais aussi managériale sera assurée par un professionnel de l efficacité énergétique. Ensuite, l équipe «Energie» va être accompagnée afin de peaufiner le SME. Une visite d évaluation par un auditeur qualifié en vue de s assurer que les installations sont prêtes à passer l audit de certification ISO niveau 2 sera ensuite effectuée. La dernière étape est un colloque de clôture permettant de partager un retour d expérience sur l opération avec les autres entreprises. 1

2 III. Planification énergétique 3.1. Au niveau de l ensemble du site de l EuroAirport La planification énergétique consiste à établir, mettre en œuvre et tenir à jour des objectifs et cibles énergétiques documentés pour chaque procédé et installation. Pour réussir à atteindre ces objectifs, une revue énergétique a été réalisée. Elle consiste à analyser les usages et les consommations énergétiques en identifiant les sources d énergies actuelles et en évaluant les usages et les consommations énergétiques passés et actuelles. De cette revue énergétique est ressorti un schéma du flux énergétique. A la suite de cette revue énergétique, le calcul de la consommation d énergie de référence a été réalisé en tenant compte : Des rendements des chaudières Des rendements des moteurs à cogénération Des pertes lors du transport de chaleur Des pertes de transformation de l électricité en dehors du site Les valeurs obtenues proviennent du logiciel Energy Management Solution ou de relevés effectués directement sur site. Les Indices de Performance Energétique (IPE) de chaque bâtiment ont ensuite été trouvés en faisant le rapport consommation d énergie primaire sur la surface brute du bâtiment. La consommation d énergie ne correspond pas exactement à la consommation énergétique prise dans la RT En effet, les compteurs installés dans les bâtiments ne permettent pas d avoir les consommations des cinq postes stipulés dans la réglementation thermique. IDE (kwh Ep/ (m² SUB. an) Varia%on de l'indice de Dépense Energé%que Figure 2: Indice de Performance Energétique des principaux bâtiments De plus, les surfaces prises en compte ne sont pas les Surfaces de plancher Hors Œuvre Nette au sens de la RT 2012 dans un bâtiment tertiaire car le logiciel dont disposait le département Génie Civil ne donnait que les surfaces brutes. Il est donc difficile de comparer les Indices de Performance Energétique avec l étiquette énergétique de la RT 2012 Le graphique ci-dessus illustre bien la diminution de consommation de la majorité des bâtiments. Ces améliorations sont dues aux différentes actions mises en place sur le site. Suite à cette étude, des plans d actions ont été proposés afin d avoir des résultats en adéquation avec la norme RT 2012 mais aussi pour remplir au mieux le schéma de flux énergétique : Mise en place de compteurs pour chaque poste de consommation (chauffage, refroidissement, ECS, éclairage et auxiliaire) Calcul des Surfaces Hors d œuvre Nette selon la RT 2012 grâce au logiciel Building One Aérogare Westend Gare de Fret Catering Jet AviaKon Pool Technique Crossair 2

3 3.2. Au niveau de l Aérogare Afin de nous rapprocher au plus près des attentes de la RT 2012 et de compléter le schéma du flux énergétique, une étude plus restreinte a été effectuée sur l ensemble Aérogare, Gate Sud et Jetée. Ces bâtiments ont été choisis car ils correspondent à ceux ayant le plus de compteurs. Ils permettent donc de se rapprocher au plus près de consommations des 5 postes. Nous ne sommes tout de même pas capables d avoir tous les postes consommations mais nous avons les données de : Chauffage et ECS ; Ventilation ; Refroidissement ; Eclairage et force. Le poste de consommation «force» prend en compte la consommation des installations informatiques, les ascenseurs, les escaliers roulant, panneaux d informations et les installations de tri bagage. Grâce aux valeurs obtenues avec le logicel EMS et Building One, un rapport a été créé faisant la comparaison entre les : Types de consommation (primaire et finale) ; Types d énergie (gaz naturel et électricité) ; Zones traitées (Aérogare, Jetée et Gate Sud) ; Postes desservis (Climatisation, ventilation, chauffage, éclairage et forces). Suite à cette étude, nous nous apercevons que l ensemble Aérogare, Jetée et Gate Sud aurait une étiquette énergétique de classe H si nous nous fions à la RT 2012 pour les bâtiments tertiaires. Cette classe énergétique ne représente pas exactement l état actuel des bâtiments. Premièrement, le calcul de consommation a été fait par rapport à 4 postes (Climatisation, ventilation, chauffage, éclairage et forces). Or dans le poste «force», on retrouve de multiples informations qui ne sont pas à prendre en compte dans la RT Deuxièmement, la hauteur sous plafond des différentes pièces n est pas conventionnelle. En effet, une étude a montré qu environ m² de la surface à une hauteur de plus de 15m. Il serait judicieux d avoir une étiquette énergétique en fonction du volume du bâtiment et non de la surface. Quatre plans d actions ont été proposés afin d être en adéquation avec la norme RT 2012 et donc pouvoir comparer les bâtiments grâce à l étiquette énergétique : Mettre en place des compteurs d électricité pour l éclairage et l ECS ; Mettre en place des compteurs de calories pour l ECS ; Rajouter un compteur d électricité pour les installations de climatisation au niveau du Gate Sud ; Etudier le matériel pris en compte pour la partie climatisation et ventilation. Cibles énergétiques Suite aux deux études sur les consommations énergétique, on a pu s apercevoir que la consommation électrique des installations de chauffage, ventilation et climatisation représentent plus de la moitié de la consommation énergétique totale. Une étude plus approfondie a donc été effectuée sur les principaux systèmes électriques permettant de faire fonctionner les installations de CVC. Le but de cette étude était donc de connaître le plus précisément possible la consommation d énergie des pompes et des ventilateurs. Les fiches techniques des centrales de traitement d air ainsi que le relevé sur site des plaques signalétiques ont permis de quantifier les consommations annuelles. 3

4 Les plans d actions Après avoir ciblé les installations permettant d atteindre les objectifs énergétiques, des plans d actions ont été mis en place. Ils font suite à la Directive Energy related Products (ErP) qui est une réglementation européenne dont le but est d améliorer l efficacité énergétique des produits consommant de l énergie sur l ensemble de leurs cycles de vie. L objectif de cette directive est de réduire de 20% nos consommations d énergie à l horizon IV. Mise en œuvre et fonctionnement Une fois la trame générale dessinée avec la planification énergétique, l organisme doit en assurer la concrétisation. Pour cela la mise en place des plans d actions concernant les pompes va être concrétisée suite à un partenariat avec l entreprise KSB. Le principe de cet accord était le suivant : KSB faisait un effort financier sur la vente de plusieurs pompes et en contrepartie, la Direction de l EuroAirport acceptait de donner les relevés de consommation énergétique des pompes mis en place. KSB pouvait ainsi mettre en avant l efficacité de leurs technologies sur site alors que l EuroAirport avait l opportunité d accéder à une nouvelle technologie à prix réduit. Les pompes que vont mettre en place KSB sont munies de moteurs SuPremE avec la technologie PumpDrive ainsi que de PumpMeter. KSB a une politique énergétique qui concorde exactement avec les exigences de la norme ISO En effet, la norme stipule que tous les achats qui sont en rapport avec l usage énergétique doivent être évalués en tenant compte de leur performance globale. Pour cela, des critères d évaluation de l usage, de la consommation et de l efficacité énergétique sur la durée de vie de fonctionnement du matériel doivent être établis. Et c est bien pour cela que KSB a été choisi, leur politique énergétique est basée sur le faite de considérer les coûts sur la durée de vie et non pas sur le seul investissement initial. La preuve en est avec les matériaux qu ils utilisent pour leurs moteurs SuPremE mais aussi avec leur logiciel EasySelect qui permet de calculer le coût du cycle de vie d une pompe. V. Vérification En toute logique, la performance du système doit être vérifiée. Les caractéristiques essentielles du fonctionnement doivent être surveillées, mesurées et analysées à intervalles planifiés. Des plans de mesures d énergie ont été créés afin de s assurer de la performance énergétique des installations. Ils permettent de remplir un audit interne qui sert à vérifier la conformité des dispositions prévues et des objectifs fixés. VI. Revue de management Les modules thématiques de l Outil de Management de l Energie sont déclinés sur la base des sujets trouvés dans la norme ISO (Politique énergétique, planification énergétique, mise en œuvre et fonctionnement et vérification) Dans chaque module, on retrouve des blocs déclinés sous forme de fichiers reprenant essentiellement : Les documents de référence ; Les notes descriptives ou fonctionnelles ; Les tableaux de synthèse ; Les formulaires. 4

5 La gestion de l Outil de Management de l Energie est réalisée par l équipe «Energie» qui en assure : La mise à disposition au personnel technique concerné ; La mise à jour des documents en fonctions des modifications et évolutions potentielles ; La veille réglementaire. VII. Conclusion Conclusion générale Le but de mon Projet de Fin d Etudes était de faire un état des lieux de l entreprise et d effectuer les premières démarches dans l optique d une certification ISO de l EuroAirport Bâle-Mulhouse. Après s être assuré de l engagement de la Direction à améliorer la performance énergétique de l organisme, une planification énergétique a été réalisée. Elle a permis de mettre en évidence les difficultés rencontrées pour avoir des indices de performance énergétique en adéquation avec la RT Il est difficile d obtenir la consommation énergétique des cinq postes imposés par la réglementation thermique. De plus la Surface de plancher Hors Œuvre Nette au sens de la RT 2012 dans un bâtiment tertiaire est complexe à trouver et elle ne permet pas de comparer des bâtiments tertiaires entre eux. Ces derniers ayant leur hauteur sous plafond qui varie fortement selon l usage. Une des solutions à ce problème serait la création d une étiquette énergétique en fonction du volume du bâtiment et non de la surface. La planification énergétique a aussi permis d établir un programme d actions pour réduire et maîtriser les coûts énergétiques. Des futures actions vont être mises en place afin de réduire la consommation des pompes et des ventilateurs mais aussi pour satisfaire les exigences de la Directive Européene Energy related Products. Grâce à la participation à l opération «Energie» et aux actions réalisées et programmées, la certification devient un objectif de plus en plus concret si toutefois la Direction continue de faire vivre son Système de Management de l Energie. Expérience personnelle Ce projet m a permis de m initier aux domaines du système de management, aux normes, à la gestion et au pilotage de projets, domaines très peu abordés au cours notre formation. J ai aussi pu constater lors de conférences que les entreprises sont de plus en plus engagées face aux problématiques énergétiques et environnementales. Désormais, dans son besoin de satisfaction, le client s intéresse aux bonnes pratiques énergétiques et environnementales mises en place pour la réalisation d un service ou d un produit. On devrait voir de plus en plus d entreprise certifié ISO

Résumé. Key words: Management Energy policy Energy planning - Pumps

Résumé. Key words: Management Energy policy Energy planning - Pumps Résumé Mon Projet de Fin d Etudes, réalisé dans les locaux du Pool Technique de l EuroAirport Bâle-Mulhouse, avait pour but d effectuer les premières démarches en vue de certifier l aéroport ISO 50001

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire

Focus sur l attribution des labels. 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Focus sur l attribution des labels 1. Consommation spécifique d'énergie primaire Le label principal du certificat porte sur la consommation d énergie primaire estimée pour le bâtiment et ses installations

Plus en détail

Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment

Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment S si Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment TP 2 heures Noms : Prénoms : Classe : Date : Note : /20 Problématique Le propriétaire a relevé mensuellement

Plus en détail

Etude des systèmes et de l inertie dans la RT 2012 pour le résidentiel

Etude des systèmes et de l inertie dans la RT 2012 pour le résidentiel GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Etude des systèmes et de l inertie dans la RT 2012 pour le résidentiel Réalisé dans la société CARDONNEL Ingénierie par Julie DUCHATELLE TUTEUR INSTITUTIONNEL

Plus en détail

mai 2014 Présentation générale de la démarche environnementale

mai 2014 Présentation générale de la démarche environnementale L agence de développement et d urbanisme du pays de Montbéliard www.adu-montbeliard.fr Système Management Environnemental Manuel Environnemental mai 2014 Présentation générale de la démarche environnementale

Plus en détail

ISO 50001. Système de management de l énergie. La situation de départ. Les attentes sur l énergie

ISO 50001. Système de management de l énergie. La situation de départ. Les attentes sur l énergie ISO 50001 Système de management de l énergie La situation de départ Les attentes sur l énergie Retrouver de la flexibilité budgétaire au plus vite Répondre à la réduction des coûts internes, pour améliorer

Plus en détail

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser Fiches pratiques Gérer - Informer - Préserver - Économiser 26 Labels Européens dans la construction neuve Poussée par son adhésion aux protocoles de Montréal et de Kyoto et par la prise de conscience de

Plus en détail

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique 10 avril 2013 ROGER Marie-Christine Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation de la construction DGALN/DHUP/QC Le contexte

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : pas de référence Construction :

Plus en détail

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert Annexes et attestations du Règlement relatif au Label Vert 2014 Annexe 1 CAHIER DES CHARGES 2014 relatif au Label Vert USPI Genève Pour l année 2014, la régie souhaitant bénéficier du Label Vert USPI Genève

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

Colloque ISO 9001: 2015

Colloque ISO 9001: 2015 À la découverte d ISO 9001 Colloque ISO 9001: 2015 Plan de la présentation ISO ISO 9001 Certificats Avantages 7 grands principes Évolution Survol de la norme Questions ISO «International Organisation for

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Avec ACTIS, optez pour la maison économe.

Avec ACTIS, optez pour la maison économe. Avec ACTIS, optez pour la maison économe. solutions ACTIS : ATTEINDRE LA CLASSE B DU DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DEVIENT POSSIBLE. Isolants minces multicouches réflecteurs Isolants en fibres

Plus en détail

Le Gesec GIE (GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE) REUNISSANT SUR LA FRANCE DES ENTREPRISES INDEPENDANTES DE GENIE CLIMATIQUE, CHAUFFAGE, ELECTRICITE

Le Gesec GIE (GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE) REUNISSANT SUR LA FRANCE DES ENTREPRISES INDEPENDANTES DE GENIE CLIMATIQUE, CHAUFFAGE, ELECTRICITE Le Gesec GIE (GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE) REUNISSANT SUR LA FRANCE DES ENTREPRISES INDEPENDANTES DE GENIE CLIMATIQUE, CHAUFFAGE, ELECTRICITE Date de création : 1970 Siège social : Saint Avertin (Indre

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 21 novembre 2012)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 21 novembre 2012) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 21 novembre 2012) Les présentes Règles Techniques établies par l association

Plus en détail

Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations règlementaires, prévisionnelles et réelles CSTB-IFPEB

Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations règlementaires, prévisionnelles et réelles CSTB-IFPEB Matinée technique IFPEB - 28 novembre 2012 Mieux comprendre les notions de consommations CSTB-IFPEB Mieux comprendre les notions de consommations Eléments de contexte : La Règlementation thermique 2012

Plus en détail

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne Programme 1. Contexte 2. Bilan énergétique 3. Indicateurs du logiciel PEB 4. Champs d application et exigence PEB 5.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance FéVRIER 2012 A Nouvelle règlementation thermique RT2012, ce qu il faut retenir 1. RT, les dates d application en fonction des dates de dépôt de PC Quelle règlementation thermique respecter? Le tableau

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001

SYSTEMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ISO14001 Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, Alors on saura que l argent ne se mange pas. Géronimo, chef apache SYSTEMES

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

ENTREPRISE SOLARES BAUEN CONTRAT DE PROGRES IDEE ALSACE 2015-2018. Version du

ENTREPRISE SOLARES BAUEN CONTRAT DE PROGRES IDEE ALSACE 2015-2018. Version du ENTREPRISE SOLARES BAUEN CONTRAT DE PROGRES IDEE ALSACE 2015 - Version du 1 I Présentation de notre entreprise Notre activité Historique Faits et chiffres clés Nos motivations pour l adhésion à la signature

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble

Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble de l ARS Retour d'expérience du management de l énergie au CHRU de Grenoble Christophe DUMONT-GIRARD 22 octobre 2015 Pôle Travaux et services techniques Service énergies sécurité technique développement

Plus en détail

Présentation de ce document :

Présentation de ce document : Préconisations et propositions Présentation de ce document : La mise en place du nouvel enseignement STI2D en spécialité présente plusieurs difficultés : - Un référentiel de formation modifié contenant

Plus en détail

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises 2016 Usine du futur 1 I. Contexte S inscrivant dans le cadre des 34 plans industriels et le développement de l Usine du Futur, le Conseil régional

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Certifier ISO 14001 les petites centrales hydroélectriques : une approche novatrice

Certifier ISO 14001 les petites centrales hydroélectriques : une approche novatrice Certifier ISO 14001 les petites centrales hydroélectriques : une approche novatrice La Norme ISO 14001 : le principe d amélioration continue 6 La Revue de Direction 5 Le contrôle et l action corrective

Plus en détail

L essentiel de La Rt 2012

L essentiel de La Rt 2012 L essentiel de la RT 2012 Philippe Leblond L essentiel de la RT 2012 Obligations et mise en œuvre de la réglementation thermique 2 e édition À tous ceux qui m ont soutenu, sans les citer pour n oublier

Plus en détail

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil Présentation et Mise en application de l outil Robert PELZER Bureaux d études BETEC Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise en application de l outil Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

Complément à la notice d utilisation du module de calcul de C (RT 2005 et RT Ex) Pour Visual TTH 2008. FISA, Le 01/04/2009

Complément à la notice d utilisation du module de calcul de C (RT 2005 et RT Ex) Pour Visual TTH 2008. FISA, Le 01/04/2009 Complément à la notice d utilisation du module de calcul de C (RT 2005 et RT Ex) Pour Visual TTH 2008. FISA, Le 01/04/2009 1. Les variantes Dans le contexte actuel, il est judicieux d expérimenter plusieurs

Plus en détail

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) Service à la clientèle SQS Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Règles de transition Table des matières 1. Publication

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Matinale de l Energie La rénovation énergétique des bâtiments existants 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Introduction Le contexte économique et écologique o Hausse inexorable des prix

Plus en détail

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION EN QUALITE-MÉTHODES NORMES ET SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE STRATEGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE Page 2 FORMATION PERSONNALISEE Evaluation du besoin Ecoute de votre besoin

Plus en détail

L éco prêt à taux zéro :

L éco prêt à taux zéro : L éco prêt à taux zéro : - Description et objectif : Destiné à financer les rénovations thermiques représentant des montants importants, c est l une des principales mesures financières du Grenelle Environnement

Plus en détail

Les grands principes de la RT2012. - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC

Les grands principes de la RT2012. - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC Les grands principes de la RT2012 - La réglementation en quelques mots, - les changements constatés avec le BBC CERQUAL Direction des Etudes et Recherches Septembre Octobre 2011 1 Les textes et le calendrier

Plus en détail

Opération collective 2016 123 M Energie

Opération collective 2016 123 M Energie Opération collective 2016 123 M Energie Appel à candidatures Entreprises pour la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie avant le 3 mars 2016 ISO 50001:2011, Systèmes de management

Plus en détail

Norme ISO 9001 version 2000

Norme ISO 9001 version 2000 Norme ISO 9001 version 2000 Page 1 Plan Introduction : QQOQCP «comprendre les enjeux pour l organisme» 1.Les 8 principes du Management de la Qualité 2.ISO 9001 : 2000 et cycle PDCA 3.Le système documentaire

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Fédération Française des Tuiles et Briques 17, rue Letellier 75015 PARIS A l'attention de Hervé Pétard Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Indice 04 Dossier : n 13E496 Chargé

Plus en détail

L ALAMBIC. Diagnostic Développement Durable. MFQ Franche-Comté - 2006/2007

L ALAMBIC. Diagnostic Développement Durable. MFQ Franche-Comté - 2006/2007 L ALAMBIC Diagnostic Développement Durable MFQ Franche-Comté - 2006/2007 1 Le Développement Durable, un outil de management global, une démarche de progrès «Certains sentent la pluie à l avance d autres

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE L ÉNERGIE DANS LES CHAMBRES D HÔTEL ET DE MOTEL. octobre 2012

SYSTÈME DE GESTION DE L ÉNERGIE DANS LES CHAMBRES D HÔTEL ET DE MOTEL. octobre 2012 SYSTÈME DE GESTION DE L ÉNERGIE DANS LES CHAMBRES D HÔTEL ET DE MOTEL octobre 2012 Système de gestion de l énergie dans les chambres d hôtel et de motel Plan de cours Objectif global Comprendre les principes

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

ISO 9000 version 2000 : management des processus

ISO 9000 version 2000 : management des processus 2001-2002 ISO 9000 version 2000 : management des processus David ROUSSE SOMMAIRE I - Avant propos 3 II - Introduction 3 III - Concept de processus 3 IV - Identification des processus 4 V - Pilotage des

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI Document de présentation technique d Allstream Table des matières Introduction 3 Architecture de réseau SIP 4 Avantages

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL

RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL TU Sy Quan Master CCI 2010-2011 Projet Exoculture http://exoculture.free.fr RAPPORT D ACTIVITES GENIE LOGICIEL Tu Sy Quan Master CCI 1 I. Présentation générale Dans le cadre de la formation du Master CCI,

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie date Améliorer du jour votre Libellé performance énergétique : les dispositifs d accompagnement 4 novembre 2014 Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie Aline PIERRE

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail

Contenu de la norme ISO 50001-2011

Contenu de la norme ISO 50001-2011 Contenu de la norme ISO 50001-2011 22 novembre 2011 Virginie BUCHHEIT Luxcontrol 1, av. des Terres Rouges BP 349 L-4004 Esch/Alzette Tel : +352 54 77 11 281 Fax : +352 54 77 11 266 www.luxcontrol.com Email:

Plus en détail

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert Annexes et attestations du Règlement relatif au Label Vert 2015 Annexe 1 CAHIER DES CHARGES 2015 relatif au Label Vert USPI Genève Pour l année 2015, la régie souhaitant bénéficier du Label Vert USPI Genève

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI Présentation des études de cas Paul Calberg-Ellen, MANEXI 1 GÉNÉRALITÉS 2 POURQUOI? Tester concrètement les propositions de méthode issues des différentes «tâches» du projet : Méthode d audit Détermination

Plus en détail

Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf

Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf Piloter sa démarche qualité efficacement Claude Ferreboeuf p. 1 Sommaire 1 Le système de management - C est quoi avec les 5 parties intéressées? - Le pilotage par le fonctionnement des processus (Statique)

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux.

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux. Annexe Prise en compte de la démarche de développement durable et solidaire pour les opérations de moins de 15 logements Grille du référentiel départemental Justifier des choix réalisés pour les travaux

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE

UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE 1025 2 51 5 UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE Météo-France ne se contente pas d apporter son expertise à la définition, à l évaluation et à la mise en œuvre des politiques durables, il contribue aussi par

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

Process Communication. pour être en phase

Process Communication. pour être en phase Process Communication pour être en phase Nouveaux enjeux, nouveaux talents TRAVAILLER ENSEMBLE Les progrès technologiques de ces dernières décennies ont changé le visage des organisations en offrant un

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage IGNES (les Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) rassemble 60 entreprises industrielles

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Rafraîchissement/Climatisation et chauffage solaire

Rafraîchissement/Climatisation et chauffage solaire Rafraîchissement/Climatisation et chauffage solaire Quelle rentabilité en bâtiment tertiaire? Quelles économies d énergie offre le couplage solaire/gaz naturel? Diapo 1 Une étude technico-économique conomique

Plus en détail

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 LE PLUS IMPORTANT: RESPECT DE LA RT 2012. Pour les permis déposés à partir du 01/01/2013 1 / Lors du dépôt de permis de construire il faudra fournir une

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Centexbel. Règlement général de certification. Produits de construction

Centexbel. Règlement général de certification. Produits de construction Centexbel Centre scientifique et technique de l industrie textile belge Règlement général de certification Produits de construction ouwproducten_fr.doc saved: 14/07/11 blz. 1 / 9 Contenu 1 Introduction

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

L audit énergétique dans l entreprise

L audit énergétique dans l entreprise L audit énergétique dans l entreprise Entreprises petites ou moyennes, la question de la maîtrise de l énergie revêt pour vous une importance décisive. Le groupe de travail «Maîtrise de l énergie dans

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 120862 Valable jusqu au : 11/12/2022 Type de bâtiment : Immeuble Type d activités: Bureaux Année de construction : < 1949 Surface utile : 417,06 m² Adresse : 66, rue du Général Leclerc 14800 DEAUVILLE

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail