EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY"

Transcription

1 EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY Décembre 2013

2 2 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES SOMMAIRE Sommaire... 2 Introduction... 3 Les bases de données de législation... 3 La base de données de clauses contractuelles... 3 I. Qu est ce qu un contrat?... 5 II. Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat Avec qui faut-il conclure un contrat? Que faut-il mettre dans le contrat?... 7 III. Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles Le préambule La transmission des droits de l auteur La durée de la cession L étendue territoriale de la cession L énumération des formes d exploitation Le droit moral La rémunération La rémunération proportionnelle Délai d exécution Garanties Etablissement des comptes et paiements Crédits Inexécution des obligations Obligations particulières Contrefaçons Cession par le producteur de ses droits et obligations Loi applicable Traitement des différends et litiges IV. Exemple de contrat complet rédigé en se servant de la base de données de clauses contractuelles Exemple : un producteur charge un scénariste d écrire le scénario d un film de long métrage de fiction Exemple de contrat liant un producteur et un scénariste pour l écriture du scénario d un film de long métrage de fiction

3 Introduction 3 INTRODUCTION Le présent guide a pour objet d aider les professionnels du cinéma et de l audiovisuel à utiliser de façon optimale la base de données de clauses contractuelles qui a été développée pour eux dans le cadre du Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne. Trois bases de données sont disponibles sur ce site : deux bases de données de législation et une base de données de clauses contractuelles. Ces bases de données ont été conçues de façon à être complémentaires. LES BASES DE DONNÉES DE LÉGISLATION Les deux bases de données de législation présentent la législation des pays participant au Programme Euromed Audiovisuel dans le domaine du droit d auteur appliqué à l industrie du cinéma et de l audiovisuel ainsi que dans le domaine du droit du cinéma et de l audiovisuel. La législation est présentée de deux façons différentes : 1. Textes en version intégrale, classés par date : - lien vers les textes intégraux relatifs au droit d auteur - lien vers les textes intégraux relatifs au droit du cinéma et de l audiovisuel 2. Textes classés conformément à un index de concepts qui permet à l utilisateur d accéder immédiatement à l information précise qu il recherche. Ainsi, par exemple, n est il pas nécessaire consulter le texte complet de la loi pour connaître les conditions de forme auxquelles doit répondre un contrat relatif à la transmission de droits d auteur ; il suffit de rechercher ce concept dans l index des concepts pour accéder immédiatement aux dispositions légales relatives à cette question dans les différents pays dont la législation figure dans la base de données - lien vers la base de données de concepts du droit d auteur - lien vers la base de données de concepts du droit du cinéma et de l audiovisuel Cette classification de la matière permet également la comparaison puisque les dispositions nationales des différents pays et les dispositions des conventions internationales apparaissent sur un seul document. Le mode d emploi des bases de données de législation est accessible par ce lien. LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La base de clauses contractuelles présente, pour différents types d œuvres (les films cinématographiques de fiction, les films documentaires, les téléfilms et les séries télévisées) des modèles de clauses en vue de la conclusion de contrats avec différents auteurs (auteur d une œuvre littéraire préexistante, scénariste, réalisateur, compositeur) ainsi qu avec les comédiens.

4 4 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Le présent guide a pour objet d expliquer comment utiliser au mieux les modèles de clauses contenus dans cette base de données, en relation avec la législation applicable dans chaque pays. Les contrats à conclure seront soit des cessions soit des concessions de droits. La cession de droits consiste en un transfert de la propriété de droits d auteurs sur une œuvre ; La concession de droits (aussi appelée licence) consiste en une autorisation d exploitation d une œuvre limitée dans le temps. Il est important de garder à l esprit que la conclusion de contrats de cession ou de concession de droits repose sur le principe de la chaîne des droits. Les droits se transmettent d une personne à l autre (de l auteur au producteur ; du producteur au distributeur ; du distributeur à l exploitant de salles ou au télédiffuseur, etc.), et chacun ne peut transmettre que les droits qui lui ont été cédés ou concédés par la personne qui le précède dans la chaîne des droits. Ainsi, si un producteur de films veut pouvoir exploiter un film en vidéo à la demande (VOD), il doit nécessairement se faire céder les droits pour cette forme particulière d exploitation par l ensemble des titulaires de droits d auteur et de droits voisins sur le film. De même, le distributeur qui, dans un pays étranger, veut pouvoir concéder à des chaînes de télévision des droits de télédiffusion, doit avoir acquis ces droits du producteur qui les aura lui-même acquis des auteurs. Les contrats qui sont présentés dans la base de données se rapportent à la transmission des droits appartenant aux personnes qui sont titulaires originaires de droits d auteur sur une création de l esprit et de droits voisins sur une prestation, à savoir les auteurs des éléments créatifs qui seront intégrés au film et les artistes interprètes et exécutants. Cette information est importante puisque, le producteur ne pouvant céder que les droits qu il a lui-même acquis auprès des titulaires originaires, il est capital qu il veille à conclure des contrats avec toutes les personnes qui sont titulaires de droits d auteur ou de droits voisins sur des éléments qui seront intégrés dans le film ou l œuvre audiovisuelle. Le principe de la chaîne des droits repose sur la particularité des œuvres cinématographiques et audiovisuelles au plan économique. Il est important de garder à l esprit qu un film ou une œuvre audiovisuelle ne s exploite pas de la même façon qu un bien manufacturé. Ainsi, par exemple, un fabricant de chaussures vendra-t-il au public les paires de chaussures qu il aura fabriquées. Chaque acheteur d une paire de chaussures deviendra propriétaire de cet objet et en fera ce qu il voudra. La situation est différente dans le domaine de la production cinématographique ou audiovisuelle : le producteur ne vend pas l œuvre elle-même mais accorde des autorisations de communiquer l œuvre au public (par exemple sous forme d exploitation cinématographique, télévisuelle, VOD) ou de reproduire l œuvre et de vendre ou louer des copies de cette œuvre au public (par exemple sous forme de DVD). Il y a donc toujours lieu de faire une distinction entre l œuvre elle-même (qui reste en général la propriété du producteur) et les reproductions de l œuvre (c est-à-dire les supports sur lesquels l œuvre est reproduite en vue de son exploitation). Le fait d être propriétaire d un support (par exemple un DVD) n entraîne aucun droit de propriété sur l œuvre elle-même. L acheteur du DVD ne pourra donc utiliser celui-ci que pour les formes d exploitation autorisées par le producteur.

5 Qu est ce qu un contrat? 5 I. QU EST CE QU UN CONTRAT? Le contrat est un élément essentiel de la vie économique : il fixe les termes d un échange. De nombreux contrats devront être conclus pour produire et exploiter un film ou une œuvre audiovisuelle et ces contrats sont très importants. Dans le domaine des industries culturelles, le contrat est souvent vu comme une «formalité» nécessaire pour accéder à des moyens financiers. L industrie du cinéma et de l audiovisuel n échappe pas à cette tendance. Les moyens financiers auxquels le contrat permettra d accéder peuvent par exemple consister en aides publiques payées au producteur ou constituer la rémunération payée par le producteur à l auteur. Le fait de voir dans le contrat seulement une «formalité nécessaire» a souvent pour conséquence que les parties ne consacrent pas suffisamment de temps et d attention à la négociation et à la rédaction des contrats. Ceci peut, par la suite, avoir des conséquences néfastes pour l entreprise lorsque surgit un litige relatif à l exécution ou à l interprétation d un contrat. Un contrat, ce n est pas seulement un «papier» dont on a besoin pour pouvoir faire le film. Le contrat n est d ailleurs pas un «papier». Dans la plupart des législations, le contrat écrit ne constitue que la preuve du contrat, c est-à-dire la preuve de l accord des parties qui naîtra en général du simple échange de leurs consentements. Un contrat est en effet avant tout un accord entre deux ou, le cas échéant, plusieurs parties. Cet accord présente une caractéristique particulière : il crée des obligations. Cela signifie que les parties qui n exécutent pas volontairement ou complètement leurs obligations peuvent être contraintes (par une décision judiciaire) de les exécuter (par exemple payer une somme due qui n a pas été payée) ou être obligées de payer des dommages et intérêts si l exécution ne peut être forcée (par exemple n avoir pas rédigé le scénario promis dans le délai convenu). Avant d aboutir au contrat écrit, qui ne constituera que la preuve de l accord des parties, il importe donc de se mettre d accord. Que veut-on faire? Comment veut-on le faire? Il apparaît immédiatement qu il est dangereux d utiliser des contrats dit «types» qui peuvent circuler sur internet ou provenir d autres sources dans la mesure où il n existe pas de «film type», de «producteur type» ou d «auteur type». Chaque projet est unique, chaque relation est particulière et chaque contrat nécessitera un examen approfondi de la part des parties concernées. S il est déconseillé de se référer à un contrat type (c est-à-dire un contrat qui pourrait apparaître comme complet mais qui ne conviendrait pas nécessairement au projet développé par les parties) des clauses types peuvent être proposées, sachant qu elles devront être adaptées à chaque cas d espèce. Le premier objectif de la base de données de clauses contractuelles qui est proposée ici est d attirer l attention des parties sur les points qui doivent faire l objet d un accord de leur part. Il est important de garder à l esprit que les parties à un contrat ont nécessairement, sur un certain nombre de points, des intérêts concurrents. Si toutes les personnes qui collaborent à la production d un film ont intérêt à ce que celui-ci soit le meilleur possible, qu il ait le plus grand succès possible et génère le plus de recettes possible, le partage de ces recettes montrera par exemple que tous les intérêts en présence ne sont pas convergents.

6 6 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La clé d une bonne négociation contractuelle est la clarté. On se méfiera toujours, dans une négociation, de ce que l on considère comme «évident». Lorsqu un litige naît, on entend souvent une partie dire que, pour elle, il était «évident» qu elle avait droit à ceci ou à cela, que la partie adverse «devait bien savoir que» ou «devait bien avoir compris que». L autre partie quant à elle estimera que rien de tel n a jamais été convenu. Il est illusoire pour une partie de penser qu il serait «normal» que l autre partie accepte, postérieurement à la conclusion du contrat, une chose qu elle n a pas acceptée dans le cadre de la négociation. C est la raison pour laquelle la négociation contractuelle, qui précède la signature du contrat, est tellement importante. Elle a pour objet de discuter tous les points qui doivent être réglés entre les parties et d y apporter une réponse de façon à éviter la survenance de conflits par la suite. Une bonne négociation sera donc complète ; elle n esquivera ou n oubliera aucun point important pour le projet des parties. D une manière générale, plus un contrat aura été préparé, négocié et rédigé avec soin, moins le risque de voir surgir ultérieurement un conflit entre les parties contractantes sera élevé. Il est en effet beaucoup plus facile de s accorder sur les réponses à apporter à la survenance d un problème lorsque l on négocie le contrat que lorsque celui-ci est en cours d exécution. Encore faut-il, au moment de la négociation, avoir conscience de la survenance possible de ce problème. Une bonne négociation repose dès lors sur une bonne compréhension des éléments qui vont être négociés (cela implique, par exemple, une bonne compréhension de l économie du film : comment sera-t-il produit? comment sera-t-il distribué? comment sera-t-il exploité?) Un contrat n est donc pas un simple «papier». C est le résultat d une démarche qui doit être préparée et exécutée avec soin afin que ce résultat corresponde réellement à la volonté des parties et offre un fondement solide à leur coopération. II. UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES POUR LA PRÉPARATION D UN CONTRAT Le producteur qui se trouve confronté à la nécessité d établir des contrats dans le cadre de la production d un film ou d une œuvre audiovisuelle doit répondre à deux questions essentielles : - Avec qui doit-il conclure un contrat? - Que faut-il mettre dans ce contrat? 1. AVEC QUI FAUT-IL CONCLURE UN CONTRAT? En vertu du principe de la chaîne des droits, le producteur d un film ne pourra transmettre, pour l exploitation du film, que les droits qu il aura lui-même acquis des titulaires originaires de droits que sont les auteurs et les artistes interprètes titulaires de droits voisins. Il est donc indispensable, pour que le film puisse être exploité sans difficulté, que le producteur acquière les droits de tous les titulaires de droits d auteur ou de droits voisins qui auront collaboré au film. Il importe donc de déterminer qui est titulaire de droits d auteur ou de droits voisins sur le film ou sur un élément intégré au film.

7 Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat 7 Ces titulaires de droits sont en général définis par la loi. Ce lien permet d accéder, dans la base de données de législation relative au droit d auteur, au concept qui rassemble la législation définissant la qualité d auteur ; ce lien permet d accéder au concept qui rassemble la législation définissant les titulaires de droits voisins que sont les artistes interprètes et exécutants. Il résulte de l examen de ces dispositions qu un contrat devra en général être conclu avec : - L auteur de l œuvre littéraire préexistante adaptée pour faire le film (si tel est le cas) ; - Le ou les scénaristes ; - Le ou les dialoguistes ; - Le réalisateur ; - Le compositeur de la musique spécialement composée pour le film ; - L auteur du graphisme (pour une œuvre d animation). Cela ne signifie pas qu il n y a pas lieu d acquérir les droits, le cas échéant, d autres catégories de créateurs (par exemple, le créateur des décors du film, si ceux-ci sont originaux, même s il n a pas la qualité de coauteur du film ; le créateur d une œuvre protégée (par exemple un tableau, une sculpture, un extrait d un spectacle qui apparaissent dans le film, etc.). Les modèles de clauses proposés dans la présente base de données seront donc adaptés selon les circonstances. Les modèles de clauses proposés dans la base se rapportent : - À l auteur de l œuvre littéraire préexistante - Au scénariste - Au réalisateur - Au compositeur de la musique spécialement composée pour le film - Aux comédiens 2. QUE FAUT-IL METTRE DANS LE CONTRAT? Si les éléments essentiels du contrat que sont l objet (par exemple l acquisition des droits sur un scénario) et le prix (la rémunération que le producteur paiera au scénariste en échange de cette acquisition) viennent immédiatement à l esprit, de nombreux autres points doivent faire l objet d un accord des parties en fonction de la nature de l opération projetée. C est la raison pour laquelle il faut partir de la réalité matérielle sur laquelle se fonde l accord des parties pour examiner les différents points qui nécessitent un accord des parties et non partir d un contrat préexistant dont on se bornerait à supprimer ou modifier ce qui ne convient pas. Le contrat qui, rappelons-le, n est pas un «papier» mais bien l accord des parties sur toute une série de points lié au projet qu elles veulent réaliser ensemble, accord qui fera ensuite l objet d un écrit, n a pas seulement pour objectif de définir ce qu une partie apporte et ce qu elle recevra en échange, mais aussi et ceci est très important de définir à l avance l attitude que les parties adopteront à l égard d un certain nombre de problèmes qui pourraient surgir durant l exécution

8 8 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES du contrat. Dès lors, un contrat, c est aussi la réponse, définie à l avance entre les parties, à une série de questions qui commencent toutes par les mots suivants : «que ferons-nous dans le cas où». Voici quelques exemples de situations issues de la pratique de la production cinématographique et audiovisuelle qui sont susceptibles de faire naître une confrontation entre les parties au contrat et, à défaut de réponse adéquate, de dégénérer en litige : - Que ferons-nous si le film est coproduit par un coproducteur étranger et que celui-ci exige la réécriture du scénario par un autre scénariste? Aucun auteur n aime voir son œuvre modifiée par un tiers. Et pourtant l industrie cinématographique et audiovisuelle exige souvent qu il soit procédé à un tel travail. Il faut donc décider à l avance de ce que l on fera si la question se pose, de façon à éviter que, à défaut de réponse, un conflit ne naisse au moment où la question se pose. - Que ferons-nous si le scénariste n est pas en mesure d achever le scénario dans les délais ou s il refuse de le faire? Le producteur pourra-t-il faire poursuivre le travail par un tiers? Sera-t-il obligé de conserver le travail inachevé de l auteur? - Que ferons-nous si la production du film n a pas été entreprise plusieurs années après la signature du contrat? Le scénariste sera-t-il obligé d attendre indéfiniment que le projet se mette en place? Pourra-t-il récupérer ses droits? - Que ferons-nous si le producteur décide, en cours de production ou ultérieurement, de céder ses droits sur le film à un tiers? Sera-t-il déchargé de toutes ses obligations à l égard du scénariste? - Que ferons-nous si, en cas de participation de l auteur aux recettes d exploitation, le producteur ne paie pas à l auteur ce qui lui revient ou omet de lui transmettre les décomptes? L exploitation du film pourrait-elle être bloquée à la demande du scénariste, avec les dommages que cela entraînerait non seulement pour le producteur mais aussi pour les autres auteurs? Il apparaît de ce qui précède que la qualité d un contrat et son utilité pour les parties sera directement liée au soin qui aura été mis à apporter, à un moment où les relations sont sans nuages, des réponses précises au plus grand nombre possible de questions «sensibles» (c est-àdire susceptibles de provoquer un conflit entre les parties) qui peuvent se poser dans le cours de l exécution du contrat. En faisant cela, les parties garderont à l esprit qu elles bénéficient du principe de la liberté contractuelle (c est-à-dire qu elles peuvent mettre dans leur contrat ce qu elles veulent) mais que cette liberté n est pas totale et qu il y a lieu, dans le cadre de la rédaction d un contrat, de tenir compte du fait que la loi peut imposer le respect de certaines dispositions et conditionner la validité du contrat à ce respect. Ces conditions sont essentiellement de deux ordres : les conditions de forme et les conditions de fond. - Les conditions de forme se rapportent à la forme que prendra l accord des parties une fois conclu. Dans le domaine du droit d auteur, la loi impose souvent la forme écrite et peut conditionner la validité du contrat au respect de cette forme.

9 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 9 - Les conditions de fond : la loi peut imposer le respect de certaines dispositions relatives par exemple à la manière d inventorier les droits cédés ou de rémunérer l auteur. Ainsi, par exemple, un certain nombre de législations imposent-elles une énumération détaillée des différents droits cédés, les droits qui ne figurent pas dans cette énumération étant considérés, sur base du principe de l interprétation restrictive des cessions, comme étant restés la propriété de l auteur. Pour savoir si de telles dispositions existent dans le cadre de la législation qui sera appelée à régir le contrat à conclure, il y a lieu de se tourner vers la base de données de législation relative au droit d auteur. On trouvera, au chapitre 3 consacré à la titularité et à la transmission des droits, un point 3.2. relatif à la transmission des droits entre vifs et dans celui-ci un point relatif à la transmission par le titulaire originaire des droits (c est-à-dire en général l auteur ou l artiste interprète) qui se divise en dix rubriques dont la seconde, numérotée rassemble les dispositions législatives qui concernent les conditions de forme et les mentions obligatoires des contrats. Dans cette rubrique une distinction est faite entre les dispositions qui régissent les droits des auteurs et celles qui régissent les droits des artistes interprètes titulaires de droits voisins. Ce lien permet d y accéder. Les dispositions législatives applicables à cette matière apparaissent dans cette rubrique non seulement pour le pays dont la loi régira le contrat (en général la loi nationale du producteur du film) mais aussi pour les autres pays participant au Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne, ce qui, en cas de coproduction avec un autre de ces pays, permettra de vérifier les dispositions applicables à cette matière dans cet autre pays et, le cas échéant, le respect de ces dispositions par le coproducteur avec lequel on envisage de contracter. On sera attentif au fait que toutes les législations ne prévoient pas de dispositions spécifiques pour les œuvres cinématographiques et audiovisuelles ; c est, dans un tel cas, la disposition générale qui s appliquera à ces œuvres. Les parties à la négociation contractuelle veilleront à garder à l esprit, durant toutes leurs négociations, les obligations ainsi imposées par la loi, de façon à ce qu elles soient parfaitement respectées dans le cadre du contrat qu elles établiront. S il est indispensable, par exemple lorsque la loi oblige les parties à énumérer individuellement les droits cédés, de respecter cette obligation pour que le contrat soit valable, rien n empêche évidemment les parties de procéder de la sorte lorsque la loi ne prévoit pas une telle obligation. Cette façon de procéder présente en effet un double avantage : - Elle permet à chacune des parties au contrat de se rendre compte avec précision de ce qu elle donne et de ce qu elle reçoit ; - Elle permettra ultérieurement au producteur de négocier plus facilement des contrats d exploitation dans la mesure où aucun doute n est susceptible de surgir quant au point de savoir si une forme d exploitation déterminée fait bien partie du contrat ou non. Les modèles de clauses proposés dans la base de données reprennent donc systématiquement l énumération de tous les droits qui peuvent être cédés par l auteur au producteur. III. RÉDIGER UN CONTRAT EN SE SERVANT DE LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES

10 10 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Cette base de données présente des modèles de clauses contractuelles pour quatre types d œuvres (films de fiction, films documentaires, téléfilms et séries télévisuelles) pour des contrats à conclure avec cinq types de titulaires de droits : l auteur d une œuvre littéraire préexistante adaptée, le scénariste, le réalisateur, le compositeur de la musique du film et les comédiens. Si un certain nombre de situations différentes ont été prises en compte, la réalité est nécessairement beaucoup plus large et impliquera, dans un certain nombre de cas, que ces clauses soient adaptées au cas d espèce. Il ne faut donc pas les considérer comme des «passepartout» qui seraient utilisables dans n importe quelle situation. Ce sont les situations les plus fréquentes qui ont été prises en compte ici. Quant aux solutions proposées, elles ne sont évidemment pas les seules possibles. Il est donc toujours loisible aux parties de modifier, de supprimer ou d ajouter des éléments à ces clauses, en gardant à l esprit les règles dont la loi impose le respect (voir supra les conditions de forme et de fond), si nécessaire avec l aide d un juriste spécialisé. En outre, la rédaction de certains contrats pourra exiger, en fonction des caractéristiques du projet, l ajout de certaines clauses non présentes ici. La base de données de clauses contractuelles présente, en quatorze chapitres, les questions sur lesquelles les parties devront trouver un accord si elles souhaitent que leur contrat soit efficace (c est-à-dire qu outre la définition des éléments essentiels du contrat, il puisse servir à résoudre une difficulté ou apporter une réponse à une question surgissant dans le cours de l exécution du contrat à propos de laquelle les intérêts des parties peuvent être opposés). Ces quatorze points sont analysés ci-dessous. Pour chaque point, l analyse est suivie, à titre d illustration, de la présentation d un modèle de clause tel qu il figure dans la base de données. Par souci de cohérence, les modèles de clause relatifs aux 14 points se rapportent à une situation de fait identique : la conclusion, entre un producteur et un scénariste, d un contrat relatif à l écriture d un scénario de film de long métrage de fiction. Les «rushes» que constituent ces clauses éparses sont ensuite «montés» sous la forme d un exemple de contrat complet. 1. LE PRÉAMBULE Le préambule définit le projet des parties. Il est important que les parties s accordent très précisément sur ce qu elles veulent faire ensemble et sur la façon dont elles veulent le faire. Le préambule sera le reflet des discussions préliminaires des parties et définira exactement ce qu elles veulent faire ensemble. Par exemple : un film de cinéma de fiction basé sur un scénario à écrire par l auteur. Dans ce cadre, il est important de préciser : - S il n existe pas encore de scénario ; ou - S il existe déjà une première version du scénario et, dans ce cas, si elle a été écrite par le scénariste avec lequel le producteur se propose de contracter ou si elle a été écrite par un tiers, ce qui impliquera pour le scénariste de travailler au départ d une œuvre écrite par un autre scénariste.

11 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 11 Il est également important de préciser : - Si le scénario à écrire est une œuvre entièrement originale, c est-à-dire une histoire imaginée et développée par le scénariste (ce qui n exclut pas que le travail d écriture se fasse sur base d un cahier des charges fourni par le producteur) ; ou - S il s agit de l adaptation d une œuvre préexistante, par exemple un roman que le producteur souhaite transposer à l écran. Il sera également précisé dès l abord et cette question est très importante si le scénariste est appelé à travailler seul à l écriture du scénario ou en collaboration avec un ou plusieurs tiers. Les négociations préalables, qui déboucheront sur le préambule du contrat, sont également l occasion de vérifier certains points essentiels pour le bon développement du projet : - Si le scénario à écrire consiste en l adaptation d une œuvre littéraire préexistante, on s assurera que le producteur est bien titulaire des droits d adaptation sur cette œuvre soit pour les avoir acquis à titre définitif, soit pour avoir acquis le droit de devenir titulaire des droits d adaptation dans un délai déterminé. Cela signifie, dans la deuxième hypothèse, que le producteur a conclu un contrat d option (c est-à-dire un contrat lui permettant d acquérir les droits d adaptation dans un délai déterminé à des conditions convenues d avance). Il est important de vérifier, dans un tel cas, que le contrat est encore valable (que le délai pour l exercice de l option n est pas dépassé). - Lorsqu il existe une première version du scénario écrite par le scénariste, on s assurera que le scénariste n a pas antérieurement déjà proposé ou cédé des droits sur ce scénario à un autre producteur. La même précaution sera également appliquée dans le cadre d un contrat à conclure avec l auteur d une œuvre préexistante à adapter. Il peut arriver en effet qu un auteur oublie de bonne foi qu il a déjà conclu un contrat dans le passé relativement à l œuvre qui fait l objet de la négociation parce que ce projet n a connu aucun développement. Mais le fait que le producteur qui a acquis ces droits n a pas développé le projet ne signifie pas que les droits sur le scénario ou sur l œuvre littéraire préexistante à adapter sont automatiquement revenus à l auteur. Le producteur interrogera donc l auteur sur ce point et lui proposera la signature d une clause basée sur les trois options suivantes : - L auteur n a jamais proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à quiconque. - L auteur a proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à un autre producteur mais n a jamais conclu aucun contrat relativement à ce scénario. - L auteur a conclu un contrat relativement au scénario ou relativement à un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, avec un autre producteur mais il apporte la preuve de la rupture de ce contrat.

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180 Sommaire analytique Livre I - Clausier Numéro des dossiers PARTIE 1 A B Agent............................................................................................ I.120 Arbitrage........................................................................................

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure En bref Les brochures, quelle que soit leur forme, sont un élément clé

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet 1 CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet ENTRE : Le ministère de la Culture et de la Communication situé 182, rue Saint-Honoré - 75033 Paris

Plus en détail

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL ORIGINAL : français DATE : Mars 2005 F MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION BUREAU MAROCAIN DU DROIT D AUTEUR (BMDA) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION?

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? Le contrat d édition est un contrat par lequel L auteur d une œuvre de l esprit (ou ses ayants droit) cède le droit de fabriquer (ou faire fabriquer) en nombre des exemplaires

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE infos@droitbelge.net CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE Auteur: Me Frédéric Dechamps (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel

1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel 1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel 1. Propriété 1.1 Support physique : Le Cessionnaire aura la propriété matérielle des supports physiques (copie Zip, CD-ROM, DVD ou tout autre support

Plus en détail

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE Madrid, le 14 janvier 1985 ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE»

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» 1. LA SOCIETE ORGANISATRICE La Macif, société d assurance mutuelle à cotisations variables, entreprise régie par le Code des assurances,

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR ENTRE LES SOUSSIGNES : L'AGENCE XXX dont le siège est situé représentée aux fins des présentes par CI-APRES DENOMMEE : " L'Agence" D'une part, ET : «NOM» Photographe,

Plus en détail

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Coordonnées FUTUROSOFT Coordonnées CLIENT Raison Social : FUTUROSOFT Société à responsabilité limitée au capital de 109.763 Euros 8-10

Plus en détail

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés.

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés. CONDITIONS GENERALES Article 1. Objet. 1.1. En remplissant le formulaire de déclaration, le producteur audiovisuel, dont les coordonnées sont reprises sur le formulaire de déclaration (ci-après: le Producteur

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE CAHIER DES CHARGES Référence : CRM2008/001 Objet : Création d un logo et réalisation d un support de communication Remise des offres : Date limite de réception des offres : 28 août 2008 à 16 heures Adresse

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Strasbourg, le 02/04/2015 Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Introduction Le programme de soutien à la distribution a pour objectif de renforcer la distribution des films européens

Plus en détail

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques Texte original 0.443.917.2 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques (Accord de coproduction entre la Suisse et la Belgique) Conclu le 9 janvier

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION Entre la société DIDA CONCEPT dont le siège social est 50, rue de Metz 54 580 Auboué n SIREN :438 756 330. Représentée par son Gérant, Monsieur Pascal NEY Désignée ci-après

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales lient tout Utilisateur du Site à CREATIV LINK à compter de la création d un compte sur le Site afin de bénéficier d une Prestation

Plus en détail

Convention N 2013/P1/MMSH/015

Convention N 2013/P1/MMSH/015 1 sur 10 CONVENTION DE PARTENARIAT Convention N 2013/P1/MMSH/015 Entre L université d Aix-Marseille Etablissement public national à caractère scientifique, culturel et professionnel Jardin du Pharo, 58,

Plus en détail

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à :

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à : Article 1 : Principes de cession La reproduction et la réédition des créations du prestataire sont soumises à la perception de droits d auteur selon la loi du 11 mars 1957. La cession de ces droits ne

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION Analyse d un devis de production Le devis de production, élaboré à partir des besoins du scénario, est un budget prévisionnel de dépenses comprenant la description

Plus en détail

Contrat de commande Œuvre musicale

Contrat de commande Œuvre musicale Contrat de commande Œuvre musicale Définitions Commande : Relation contractuelle conclue entre un Commanditaire et un Compositeur, pour un tarif prédéterminé, en vertu de laquelle une Œuvre musicale sera

Plus en détail

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine»

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Les présentes Conditions Générales d Utilisation régissent l ensemble des différentes utilisations de l APPLICATION tablettes

Plus en détail

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE Jeudi 25 juin 2015 Agnès Robin Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier Equipe de Recherche Créations

Plus en détail

ATTESTATION PARENT SEUL

ATTESTATION PARENT SEUL Je soussigné(e) : Monsieur/Melle/ Mme ATTESTATION PARENT SEUL Domiciliée au :... Nationalité :... Déclare être la mère /père biologique de : De l Enfant mineur, désigné ci-après et garantit être seule

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Contrat de traduction

Contrat de traduction Contrat de traduction Contrat entre les soussignés : M..... Ci-après dénommé(e) «le Traducteur» d une part Et les Éditions. Ayant leur siège social :.. Représentées par.. Ci-après dénommées «l Éditeur»

Plus en détail

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part CONTRAT DE SERVICES EN LIGNE ENTRE LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part ET Le client Ci-après dénommé «le client»

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Le droit d auteur et les. thèses électroniques

Le droit d auteur et les. thèses électroniques Le droit d auteur et les Projet soutenu par l ANR thèses électroniques 26 mars 2009 Sommaire 1.Droit d auteur a. Définition b. Types d œuvres c. Titularité des droits d. Cession des droits d auteur e.

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL ACOUBAT SOUND VERSION 7

LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL ACOUBAT SOUND VERSION 7 03 Juin 2014 LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL ACOUBAT SOUND VERSION 7 La présente licence d utilisation du Logiciel ACOUBAT SOUND VERSION 7 est téléchargeable à tout moment et gratuitement sur le site

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

Règlement du Concours "Filme nous la Comté"

Règlement du Concours Filme nous la Comté Règlement du Concours "Filme nous la Comté" La première édition du concours se tiendra en 2015. Ce dernier est organisé par l'association Club Ciné d'yronde et Buron, loi 1901. Le concours "Filme nous

Plus en détail

Règlement du jeu «concours photos Animaux» Valable du 1 er au 30 juin 2015

Règlement du jeu «concours photos Animaux» Valable du 1 er au 30 juin 2015 Règlement du jeu «concours photos Animaux» Valable du 1 er au 30 juin 2015 Article 1 : Présentation de la société organisatrice RADIO DREYECKLAND - 52 rue du Sauvage - 68100 Mulhouse Article 2 : Participation

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT REMBOURSABLE POUR LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE OU TÉLÉVISUELLE QUÉBÉCOISE

CRÉDIT D IMPÔT REMBOURSABLE POUR LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE OU TÉLÉVISUELLE QUÉBÉCOISE CRÉDIT D IMPÔT REMBOURSABLE POUR LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE OU TÉLÉVISUELLE QUÉBÉCOISE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 SOCIÉTÉS ADMISSIBLES 5 PRODUCTIONS ADMISSIBLES 6-12 1. Catégories de films

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs)

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) Creative Expression Benefiting From Your Copyright and Using the Copyright Works of Others in Your Business Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program

Plus en détail

Convention de Licence Érudit (Open Source)

Convention de Licence Érudit (Open Source) Convention de Licence Érudit (Open Source) Cette convention est une licence de logiciel libre régissant les modalités et conditions relatives à l utilisation, la reproduction, la modification et la distribution

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

Rédaction et négociation des contrats de licences

Rédaction et négociation des contrats de licences Rédaction et négociation des contrats de licences Partenariat Modèle contractuelle Clauses juridiques standard Principe d évaluation du brevet Département De l idée au projet à sa mise sur le marché, les

Plus en détail

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler.

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler. La marque - FAQs Délivrée par l autorité compétente, la marque enregistrée est un signe distinctif protégé permettant à une entreprise de différencier ses produits ou ses services de ceux d autres entreprises.

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES ENTRE, La société SHOPPING FLUX SARL, dont le siège social est situé : 21 avenue du Fort 92120 Montrouge Immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France SAICA GROUP Conditions Générales d Achat - France 1. Domaine d application 1.1. A titre de conditions déterminantes du consentement et sauf exception expresse faisant l objet de conditions particulières

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION APPLICATION MOBILE «PLUCHE PLUCHE» Date d entrée en vigueur des Conditions Générales d Utilisation : 13 Mars 2013 Mise à jour le 13 Mars 2013 Les présentes conditions

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS 1. Nom de la société de production (proposant) : 2. Adresse : 3. Le proposant est : Particulier Société de personnes Personne morale, dont les membres

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION Ce document doit être écrit de façon lisible, en LETTRES CAPITALES, sans oublier de mentionner les accents ou diverses ponctuations afin de permettre une saisie correcte des informations

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

MARCHE RELATIF A LA CONCEPTION D UN STAND SUR LE SALON PROFESSIONNEL BIOFACH 2016

MARCHE RELATIF A LA CONCEPTION D UN STAND SUR LE SALON PROFESSIONNEL BIOFACH 2016 ARBIO Aquitaine INTERBIO Midi- Pyrénées Cité Mondiale, 2 Av Daniel Brisebois 6 Parvis des Chartrons BP 82256 Auzeville 33075 BORDEAUX 31322 CASTANET- TOLOSAN ARBIO Aquitaine INTERBIO Midi- Pyrénées MARCHE

Plus en détail

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N Pouvoir adjudicateur : Chambre de Métiers et de l'artisanat de la Drôme représentée par son Président, Laurent SERRE Clos des Tanneurs Avenue Adolphe Figuet 26104 ROMANS/ISERE CEDEX Tél. 04 75 48 72 00

Plus en détail

Bernard Lecomte. Les photos sur Internet

Bernard Lecomte. Les photos sur Internet Bernard Lecomte Les photos sur Internet Les photos sur Internet Vous possédez un blog ou des «pages perso» sur Internet et vous souhaitez les illustrer avec quelques photos, rien de plus facile! Mais,

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence BESOINS PROPRES DE L'AGENCE LICENCE TYPE DE l'esa 4 [Contractant] et [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence Contrat partiellement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Traitement comptable de contrats de factoring Projet d avis Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un contrat conclu avec un organisme

Plus en détail

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011

Collège d autorisation et de contrôle. Avis n 02/2011 Collège d autorisation et de contrôle Avis n 02/2011 Première évaluation de la Recommandation du 24 juin 2010 relative à la mise en valeur des œuvres européennes et de la Communauté française dans les

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel. CONDITIONS GENERALES Entre la société «CLIENT» et la société Generix

CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel. CONDITIONS GENERALES Entre la société «CLIENT» et la société Generix CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel CONDITIONS GENERALES Entre la société et la société Generix ENTRE : «dénomination_sociale» Société au capital social de : Dont le siège est situé à :

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

Déclaration d accord pour archivage et exploitation. Informations sur le contenu COMPAGNIE / CHORÉGRAPHE : PRESTATION : CHORÉGRAPHE : Nom :

Déclaration d accord pour archivage et exploitation. Informations sur le contenu COMPAGNIE / CHORÉGRAPHE : PRESTATION : CHORÉGRAPHE : Nom : COMPAGNIE / CHORÉGRAPHE : Nom : Personne de contact : Pays : Informations sur le contenu PRESTATION : Titre de l œuvre : Date et lieu de la représentation (enregistrée sur le support) : Date et lieu de

Plus en détail

Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014

Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014 Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014 ARTICLE 1 OBJET, Société Nationale de Programme au capital de 1 560 000, inscrite au RCS de Paris sous le numéro 326 094 471, dont le siège social est

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

Ressources APIE. Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics. de l immatériel. Cahier pratique.

Ressources APIE. Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics. de l immatériel. Cahier pratique. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics En bref La majorité des informations publiques détenues

Plus en détail

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche TITRE : Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-150421-13 Date : 21 avril 2015 Révisions : Résolution : Date : TABLE

Plus en détail

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes :

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Conditions générales de vente PREAMBULE I / Définitions Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Bon Cadeau : désigne le document

Plus en détail

PLUG AND GO SOLUTIONS

PLUG AND GO SOLUTIONS PLUG AND GO SOLUTIONS Conditions Générales d Utilisation des Logiciels Plug&Copy Scan (pncbackups.exe), Plug&Copy Backup (pncbackup.exe) et Plug&Copy Cloud (pnccloud.exe) 1-Définitions Les parties conviennent

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels Daniel Quintart Avocat au barreau de Bruxelles juris@belgacom.net CETIC 1 Plan Préliminaires Première partie Aperçu de la protection des logiciels

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

La Réunion, terre d images et de tournages

La Réunion, terre d images et de tournages TOP RÉSA 2011 / 20-23 SEPTEMBRE 2011 À PARIS www.regionreunion.com La Réunion, terre d images et de tournages LA RÉUNION AU PATRIMOINE MONDIAL DE L HUMANITÉ cirques, pitons, remparts Terre d images Terre

Plus en détail

l immatériel Sites Internet publics et droits de propriété intellectuelle En bref

l immatériel Sites Internet publics et droits de propriété intellectuelle En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Sites Internet publics et droits de propriété intellectuelle En bref La visibilité et l offre de services sur Internet s imposent

Plus en détail

Règlement du Concours «Reflexe Civique»

Règlement du Concours «Reflexe Civique» Règlement du Concours «Reflexe Civique» Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé ci-après «l Organisateur»), Société par actions simplifiées, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours Règlement du Concours «Un week-end à la campagne» Certifié concours équitable naturapics http://www.naturapics.com/la-certification-concours-equitablenaturapics/ Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail