EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY"

Transcription

1 EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY Décembre 2013

2 2 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES SOMMAIRE Sommaire... 2 Introduction... 3 Les bases de données de législation... 3 La base de données de clauses contractuelles... 3 I. Qu est ce qu un contrat?... 5 II. Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat Avec qui faut-il conclure un contrat? Que faut-il mettre dans le contrat?... 7 III. Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles Le préambule La transmission des droits de l auteur La durée de la cession L étendue territoriale de la cession L énumération des formes d exploitation Le droit moral La rémunération La rémunération proportionnelle Délai d exécution Garanties Etablissement des comptes et paiements Crédits Inexécution des obligations Obligations particulières Contrefaçons Cession par le producteur de ses droits et obligations Loi applicable Traitement des différends et litiges IV. Exemple de contrat complet rédigé en se servant de la base de données de clauses contractuelles Exemple : un producteur charge un scénariste d écrire le scénario d un film de long métrage de fiction Exemple de contrat liant un producteur et un scénariste pour l écriture du scénario d un film de long métrage de fiction

3 Introduction 3 INTRODUCTION Le présent guide a pour objet d aider les professionnels du cinéma et de l audiovisuel à utiliser de façon optimale la base de données de clauses contractuelles qui a été développée pour eux dans le cadre du Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne. Trois bases de données sont disponibles sur ce site : deux bases de données de législation et une base de données de clauses contractuelles. Ces bases de données ont été conçues de façon à être complémentaires. LES BASES DE DONNÉES DE LÉGISLATION Les deux bases de données de législation présentent la législation des pays participant au Programme Euromed Audiovisuel dans le domaine du droit d auteur appliqué à l industrie du cinéma et de l audiovisuel ainsi que dans le domaine du droit du cinéma et de l audiovisuel. La législation est présentée de deux façons différentes : 1. Textes en version intégrale, classés par date : - lien vers les textes intégraux relatifs au droit d auteur - lien vers les textes intégraux relatifs au droit du cinéma et de l audiovisuel 2. Textes classés conformément à un index de concepts qui permet à l utilisateur d accéder immédiatement à l information précise qu il recherche. Ainsi, par exemple, n est il pas nécessaire consulter le texte complet de la loi pour connaître les conditions de forme auxquelles doit répondre un contrat relatif à la transmission de droits d auteur ; il suffit de rechercher ce concept dans l index des concepts pour accéder immédiatement aux dispositions légales relatives à cette question dans les différents pays dont la législation figure dans la base de données - lien vers la base de données de concepts du droit d auteur - lien vers la base de données de concepts du droit du cinéma et de l audiovisuel Cette classification de la matière permet également la comparaison puisque les dispositions nationales des différents pays et les dispositions des conventions internationales apparaissent sur un seul document. Le mode d emploi des bases de données de législation est accessible par ce lien. LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La base de clauses contractuelles présente, pour différents types d œuvres (les films cinématographiques de fiction, les films documentaires, les téléfilms et les séries télévisées) des modèles de clauses en vue de la conclusion de contrats avec différents auteurs (auteur d une œuvre littéraire préexistante, scénariste, réalisateur, compositeur) ainsi qu avec les comédiens.

4 4 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Le présent guide a pour objet d expliquer comment utiliser au mieux les modèles de clauses contenus dans cette base de données, en relation avec la législation applicable dans chaque pays. Les contrats à conclure seront soit des cessions soit des concessions de droits. La cession de droits consiste en un transfert de la propriété de droits d auteurs sur une œuvre ; La concession de droits (aussi appelée licence) consiste en une autorisation d exploitation d une œuvre limitée dans le temps. Il est important de garder à l esprit que la conclusion de contrats de cession ou de concession de droits repose sur le principe de la chaîne des droits. Les droits se transmettent d une personne à l autre (de l auteur au producteur ; du producteur au distributeur ; du distributeur à l exploitant de salles ou au télédiffuseur, etc.), et chacun ne peut transmettre que les droits qui lui ont été cédés ou concédés par la personne qui le précède dans la chaîne des droits. Ainsi, si un producteur de films veut pouvoir exploiter un film en vidéo à la demande (VOD), il doit nécessairement se faire céder les droits pour cette forme particulière d exploitation par l ensemble des titulaires de droits d auteur et de droits voisins sur le film. De même, le distributeur qui, dans un pays étranger, veut pouvoir concéder à des chaînes de télévision des droits de télédiffusion, doit avoir acquis ces droits du producteur qui les aura lui-même acquis des auteurs. Les contrats qui sont présentés dans la base de données se rapportent à la transmission des droits appartenant aux personnes qui sont titulaires originaires de droits d auteur sur une création de l esprit et de droits voisins sur une prestation, à savoir les auteurs des éléments créatifs qui seront intégrés au film et les artistes interprètes et exécutants. Cette information est importante puisque, le producteur ne pouvant céder que les droits qu il a lui-même acquis auprès des titulaires originaires, il est capital qu il veille à conclure des contrats avec toutes les personnes qui sont titulaires de droits d auteur ou de droits voisins sur des éléments qui seront intégrés dans le film ou l œuvre audiovisuelle. Le principe de la chaîne des droits repose sur la particularité des œuvres cinématographiques et audiovisuelles au plan économique. Il est important de garder à l esprit qu un film ou une œuvre audiovisuelle ne s exploite pas de la même façon qu un bien manufacturé. Ainsi, par exemple, un fabricant de chaussures vendra-t-il au public les paires de chaussures qu il aura fabriquées. Chaque acheteur d une paire de chaussures deviendra propriétaire de cet objet et en fera ce qu il voudra. La situation est différente dans le domaine de la production cinématographique ou audiovisuelle : le producteur ne vend pas l œuvre elle-même mais accorde des autorisations de communiquer l œuvre au public (par exemple sous forme d exploitation cinématographique, télévisuelle, VOD) ou de reproduire l œuvre et de vendre ou louer des copies de cette œuvre au public (par exemple sous forme de DVD). Il y a donc toujours lieu de faire une distinction entre l œuvre elle-même (qui reste en général la propriété du producteur) et les reproductions de l œuvre (c est-à-dire les supports sur lesquels l œuvre est reproduite en vue de son exploitation). Le fait d être propriétaire d un support (par exemple un DVD) n entraîne aucun droit de propriété sur l œuvre elle-même. L acheteur du DVD ne pourra donc utiliser celui-ci que pour les formes d exploitation autorisées par le producteur.

5 Qu est ce qu un contrat? 5 I. QU EST CE QU UN CONTRAT? Le contrat est un élément essentiel de la vie économique : il fixe les termes d un échange. De nombreux contrats devront être conclus pour produire et exploiter un film ou une œuvre audiovisuelle et ces contrats sont très importants. Dans le domaine des industries culturelles, le contrat est souvent vu comme une «formalité» nécessaire pour accéder à des moyens financiers. L industrie du cinéma et de l audiovisuel n échappe pas à cette tendance. Les moyens financiers auxquels le contrat permettra d accéder peuvent par exemple consister en aides publiques payées au producteur ou constituer la rémunération payée par le producteur à l auteur. Le fait de voir dans le contrat seulement une «formalité nécessaire» a souvent pour conséquence que les parties ne consacrent pas suffisamment de temps et d attention à la négociation et à la rédaction des contrats. Ceci peut, par la suite, avoir des conséquences néfastes pour l entreprise lorsque surgit un litige relatif à l exécution ou à l interprétation d un contrat. Un contrat, ce n est pas seulement un «papier» dont on a besoin pour pouvoir faire le film. Le contrat n est d ailleurs pas un «papier». Dans la plupart des législations, le contrat écrit ne constitue que la preuve du contrat, c est-à-dire la preuve de l accord des parties qui naîtra en général du simple échange de leurs consentements. Un contrat est en effet avant tout un accord entre deux ou, le cas échéant, plusieurs parties. Cet accord présente une caractéristique particulière : il crée des obligations. Cela signifie que les parties qui n exécutent pas volontairement ou complètement leurs obligations peuvent être contraintes (par une décision judiciaire) de les exécuter (par exemple payer une somme due qui n a pas été payée) ou être obligées de payer des dommages et intérêts si l exécution ne peut être forcée (par exemple n avoir pas rédigé le scénario promis dans le délai convenu). Avant d aboutir au contrat écrit, qui ne constituera que la preuve de l accord des parties, il importe donc de se mettre d accord. Que veut-on faire? Comment veut-on le faire? Il apparaît immédiatement qu il est dangereux d utiliser des contrats dit «types» qui peuvent circuler sur internet ou provenir d autres sources dans la mesure où il n existe pas de «film type», de «producteur type» ou d «auteur type». Chaque projet est unique, chaque relation est particulière et chaque contrat nécessitera un examen approfondi de la part des parties concernées. S il est déconseillé de se référer à un contrat type (c est-à-dire un contrat qui pourrait apparaître comme complet mais qui ne conviendrait pas nécessairement au projet développé par les parties) des clauses types peuvent être proposées, sachant qu elles devront être adaptées à chaque cas d espèce. Le premier objectif de la base de données de clauses contractuelles qui est proposée ici est d attirer l attention des parties sur les points qui doivent faire l objet d un accord de leur part. Il est important de garder à l esprit que les parties à un contrat ont nécessairement, sur un certain nombre de points, des intérêts concurrents. Si toutes les personnes qui collaborent à la production d un film ont intérêt à ce que celui-ci soit le meilleur possible, qu il ait le plus grand succès possible et génère le plus de recettes possible, le partage de ces recettes montrera par exemple que tous les intérêts en présence ne sont pas convergents.

6 6 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La clé d une bonne négociation contractuelle est la clarté. On se méfiera toujours, dans une négociation, de ce que l on considère comme «évident». Lorsqu un litige naît, on entend souvent une partie dire que, pour elle, il était «évident» qu elle avait droit à ceci ou à cela, que la partie adverse «devait bien savoir que» ou «devait bien avoir compris que». L autre partie quant à elle estimera que rien de tel n a jamais été convenu. Il est illusoire pour une partie de penser qu il serait «normal» que l autre partie accepte, postérieurement à la conclusion du contrat, une chose qu elle n a pas acceptée dans le cadre de la négociation. C est la raison pour laquelle la négociation contractuelle, qui précède la signature du contrat, est tellement importante. Elle a pour objet de discuter tous les points qui doivent être réglés entre les parties et d y apporter une réponse de façon à éviter la survenance de conflits par la suite. Une bonne négociation sera donc complète ; elle n esquivera ou n oubliera aucun point important pour le projet des parties. D une manière générale, plus un contrat aura été préparé, négocié et rédigé avec soin, moins le risque de voir surgir ultérieurement un conflit entre les parties contractantes sera élevé. Il est en effet beaucoup plus facile de s accorder sur les réponses à apporter à la survenance d un problème lorsque l on négocie le contrat que lorsque celui-ci est en cours d exécution. Encore faut-il, au moment de la négociation, avoir conscience de la survenance possible de ce problème. Une bonne négociation repose dès lors sur une bonne compréhension des éléments qui vont être négociés (cela implique, par exemple, une bonne compréhension de l économie du film : comment sera-t-il produit? comment sera-t-il distribué? comment sera-t-il exploité?) Un contrat n est donc pas un simple «papier». C est le résultat d une démarche qui doit être préparée et exécutée avec soin afin que ce résultat corresponde réellement à la volonté des parties et offre un fondement solide à leur coopération. II. UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES POUR LA PRÉPARATION D UN CONTRAT Le producteur qui se trouve confronté à la nécessité d établir des contrats dans le cadre de la production d un film ou d une œuvre audiovisuelle doit répondre à deux questions essentielles : - Avec qui doit-il conclure un contrat? - Que faut-il mettre dans ce contrat? 1. AVEC QUI FAUT-IL CONCLURE UN CONTRAT? En vertu du principe de la chaîne des droits, le producteur d un film ne pourra transmettre, pour l exploitation du film, que les droits qu il aura lui-même acquis des titulaires originaires de droits que sont les auteurs et les artistes interprètes titulaires de droits voisins. Il est donc indispensable, pour que le film puisse être exploité sans difficulté, que le producteur acquière les droits de tous les titulaires de droits d auteur ou de droits voisins qui auront collaboré au film. Il importe donc de déterminer qui est titulaire de droits d auteur ou de droits voisins sur le film ou sur un élément intégré au film.

7 Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat 7 Ces titulaires de droits sont en général définis par la loi. Ce lien permet d accéder, dans la base de données de législation relative au droit d auteur, au concept qui rassemble la législation définissant la qualité d auteur ; ce lien permet d accéder au concept qui rassemble la législation définissant les titulaires de droits voisins que sont les artistes interprètes et exécutants. Il résulte de l examen de ces dispositions qu un contrat devra en général être conclu avec : - L auteur de l œuvre littéraire préexistante adaptée pour faire le film (si tel est le cas) ; - Le ou les scénaristes ; - Le ou les dialoguistes ; - Le réalisateur ; - Le compositeur de la musique spécialement composée pour le film ; - L auteur du graphisme (pour une œuvre d animation). Cela ne signifie pas qu il n y a pas lieu d acquérir les droits, le cas échéant, d autres catégories de créateurs (par exemple, le créateur des décors du film, si ceux-ci sont originaux, même s il n a pas la qualité de coauteur du film ; le créateur d une œuvre protégée (par exemple un tableau, une sculpture, un extrait d un spectacle qui apparaissent dans le film, etc.). Les modèles de clauses proposés dans la présente base de données seront donc adaptés selon les circonstances. Les modèles de clauses proposés dans la base se rapportent : - À l auteur de l œuvre littéraire préexistante - Au scénariste - Au réalisateur - Au compositeur de la musique spécialement composée pour le film - Aux comédiens 2. QUE FAUT-IL METTRE DANS LE CONTRAT? Si les éléments essentiels du contrat que sont l objet (par exemple l acquisition des droits sur un scénario) et le prix (la rémunération que le producteur paiera au scénariste en échange de cette acquisition) viennent immédiatement à l esprit, de nombreux autres points doivent faire l objet d un accord des parties en fonction de la nature de l opération projetée. C est la raison pour laquelle il faut partir de la réalité matérielle sur laquelle se fonde l accord des parties pour examiner les différents points qui nécessitent un accord des parties et non partir d un contrat préexistant dont on se bornerait à supprimer ou modifier ce qui ne convient pas. Le contrat qui, rappelons-le, n est pas un «papier» mais bien l accord des parties sur toute une série de points lié au projet qu elles veulent réaliser ensemble, accord qui fera ensuite l objet d un écrit, n a pas seulement pour objectif de définir ce qu une partie apporte et ce qu elle recevra en échange, mais aussi et ceci est très important de définir à l avance l attitude que les parties adopteront à l égard d un certain nombre de problèmes qui pourraient surgir durant l exécution

8 8 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES du contrat. Dès lors, un contrat, c est aussi la réponse, définie à l avance entre les parties, à une série de questions qui commencent toutes par les mots suivants : «que ferons-nous dans le cas où». Voici quelques exemples de situations issues de la pratique de la production cinématographique et audiovisuelle qui sont susceptibles de faire naître une confrontation entre les parties au contrat et, à défaut de réponse adéquate, de dégénérer en litige : - Que ferons-nous si le film est coproduit par un coproducteur étranger et que celui-ci exige la réécriture du scénario par un autre scénariste? Aucun auteur n aime voir son œuvre modifiée par un tiers. Et pourtant l industrie cinématographique et audiovisuelle exige souvent qu il soit procédé à un tel travail. Il faut donc décider à l avance de ce que l on fera si la question se pose, de façon à éviter que, à défaut de réponse, un conflit ne naisse au moment où la question se pose. - Que ferons-nous si le scénariste n est pas en mesure d achever le scénario dans les délais ou s il refuse de le faire? Le producteur pourra-t-il faire poursuivre le travail par un tiers? Sera-t-il obligé de conserver le travail inachevé de l auteur? - Que ferons-nous si la production du film n a pas été entreprise plusieurs années après la signature du contrat? Le scénariste sera-t-il obligé d attendre indéfiniment que le projet se mette en place? Pourra-t-il récupérer ses droits? - Que ferons-nous si le producteur décide, en cours de production ou ultérieurement, de céder ses droits sur le film à un tiers? Sera-t-il déchargé de toutes ses obligations à l égard du scénariste? - Que ferons-nous si, en cas de participation de l auteur aux recettes d exploitation, le producteur ne paie pas à l auteur ce qui lui revient ou omet de lui transmettre les décomptes? L exploitation du film pourrait-elle être bloquée à la demande du scénariste, avec les dommages que cela entraînerait non seulement pour le producteur mais aussi pour les autres auteurs? Il apparaît de ce qui précède que la qualité d un contrat et son utilité pour les parties sera directement liée au soin qui aura été mis à apporter, à un moment où les relations sont sans nuages, des réponses précises au plus grand nombre possible de questions «sensibles» (c est-àdire susceptibles de provoquer un conflit entre les parties) qui peuvent se poser dans le cours de l exécution du contrat. En faisant cela, les parties garderont à l esprit qu elles bénéficient du principe de la liberté contractuelle (c est-à-dire qu elles peuvent mettre dans leur contrat ce qu elles veulent) mais que cette liberté n est pas totale et qu il y a lieu, dans le cadre de la rédaction d un contrat, de tenir compte du fait que la loi peut imposer le respect de certaines dispositions et conditionner la validité du contrat à ce respect. Ces conditions sont essentiellement de deux ordres : les conditions de forme et les conditions de fond. - Les conditions de forme se rapportent à la forme que prendra l accord des parties une fois conclu. Dans le domaine du droit d auteur, la loi impose souvent la forme écrite et peut conditionner la validité du contrat au respect de cette forme.

9 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 9 - Les conditions de fond : la loi peut imposer le respect de certaines dispositions relatives par exemple à la manière d inventorier les droits cédés ou de rémunérer l auteur. Ainsi, par exemple, un certain nombre de législations imposent-elles une énumération détaillée des différents droits cédés, les droits qui ne figurent pas dans cette énumération étant considérés, sur base du principe de l interprétation restrictive des cessions, comme étant restés la propriété de l auteur. Pour savoir si de telles dispositions existent dans le cadre de la législation qui sera appelée à régir le contrat à conclure, il y a lieu de se tourner vers la base de données de législation relative au droit d auteur. On trouvera, au chapitre 3 consacré à la titularité et à la transmission des droits, un point 3.2. relatif à la transmission des droits entre vifs et dans celui-ci un point relatif à la transmission par le titulaire originaire des droits (c est-à-dire en général l auteur ou l artiste interprète) qui se divise en dix rubriques dont la seconde, numérotée rassemble les dispositions législatives qui concernent les conditions de forme et les mentions obligatoires des contrats. Dans cette rubrique une distinction est faite entre les dispositions qui régissent les droits des auteurs et celles qui régissent les droits des artistes interprètes titulaires de droits voisins. Ce lien permet d y accéder. Les dispositions législatives applicables à cette matière apparaissent dans cette rubrique non seulement pour le pays dont la loi régira le contrat (en général la loi nationale du producteur du film) mais aussi pour les autres pays participant au Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne, ce qui, en cas de coproduction avec un autre de ces pays, permettra de vérifier les dispositions applicables à cette matière dans cet autre pays et, le cas échéant, le respect de ces dispositions par le coproducteur avec lequel on envisage de contracter. On sera attentif au fait que toutes les législations ne prévoient pas de dispositions spécifiques pour les œuvres cinématographiques et audiovisuelles ; c est, dans un tel cas, la disposition générale qui s appliquera à ces œuvres. Les parties à la négociation contractuelle veilleront à garder à l esprit, durant toutes leurs négociations, les obligations ainsi imposées par la loi, de façon à ce qu elles soient parfaitement respectées dans le cadre du contrat qu elles établiront. S il est indispensable, par exemple lorsque la loi oblige les parties à énumérer individuellement les droits cédés, de respecter cette obligation pour que le contrat soit valable, rien n empêche évidemment les parties de procéder de la sorte lorsque la loi ne prévoit pas une telle obligation. Cette façon de procéder présente en effet un double avantage : - Elle permet à chacune des parties au contrat de se rendre compte avec précision de ce qu elle donne et de ce qu elle reçoit ; - Elle permettra ultérieurement au producteur de négocier plus facilement des contrats d exploitation dans la mesure où aucun doute n est susceptible de surgir quant au point de savoir si une forme d exploitation déterminée fait bien partie du contrat ou non. Les modèles de clauses proposés dans la base de données reprennent donc systématiquement l énumération de tous les droits qui peuvent être cédés par l auteur au producteur. III. RÉDIGER UN CONTRAT EN SE SERVANT DE LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES

10 10 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Cette base de données présente des modèles de clauses contractuelles pour quatre types d œuvres (films de fiction, films documentaires, téléfilms et séries télévisuelles) pour des contrats à conclure avec cinq types de titulaires de droits : l auteur d une œuvre littéraire préexistante adaptée, le scénariste, le réalisateur, le compositeur de la musique du film et les comédiens. Si un certain nombre de situations différentes ont été prises en compte, la réalité est nécessairement beaucoup plus large et impliquera, dans un certain nombre de cas, que ces clauses soient adaptées au cas d espèce. Il ne faut donc pas les considérer comme des «passepartout» qui seraient utilisables dans n importe quelle situation. Ce sont les situations les plus fréquentes qui ont été prises en compte ici. Quant aux solutions proposées, elles ne sont évidemment pas les seules possibles. Il est donc toujours loisible aux parties de modifier, de supprimer ou d ajouter des éléments à ces clauses, en gardant à l esprit les règles dont la loi impose le respect (voir supra les conditions de forme et de fond), si nécessaire avec l aide d un juriste spécialisé. En outre, la rédaction de certains contrats pourra exiger, en fonction des caractéristiques du projet, l ajout de certaines clauses non présentes ici. La base de données de clauses contractuelles présente, en quatorze chapitres, les questions sur lesquelles les parties devront trouver un accord si elles souhaitent que leur contrat soit efficace (c est-à-dire qu outre la définition des éléments essentiels du contrat, il puisse servir à résoudre une difficulté ou apporter une réponse à une question surgissant dans le cours de l exécution du contrat à propos de laquelle les intérêts des parties peuvent être opposés). Ces quatorze points sont analysés ci-dessous. Pour chaque point, l analyse est suivie, à titre d illustration, de la présentation d un modèle de clause tel qu il figure dans la base de données. Par souci de cohérence, les modèles de clause relatifs aux 14 points se rapportent à une situation de fait identique : la conclusion, entre un producteur et un scénariste, d un contrat relatif à l écriture d un scénario de film de long métrage de fiction. Les «rushes» que constituent ces clauses éparses sont ensuite «montés» sous la forme d un exemple de contrat complet. 1. LE PRÉAMBULE Le préambule définit le projet des parties. Il est important que les parties s accordent très précisément sur ce qu elles veulent faire ensemble et sur la façon dont elles veulent le faire. Le préambule sera le reflet des discussions préliminaires des parties et définira exactement ce qu elles veulent faire ensemble. Par exemple : un film de cinéma de fiction basé sur un scénario à écrire par l auteur. Dans ce cadre, il est important de préciser : - S il n existe pas encore de scénario ; ou - S il existe déjà une première version du scénario et, dans ce cas, si elle a été écrite par le scénariste avec lequel le producteur se propose de contracter ou si elle a été écrite par un tiers, ce qui impliquera pour le scénariste de travailler au départ d une œuvre écrite par un autre scénariste.

11 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 11 Il est également important de préciser : - Si le scénario à écrire est une œuvre entièrement originale, c est-à-dire une histoire imaginée et développée par le scénariste (ce qui n exclut pas que le travail d écriture se fasse sur base d un cahier des charges fourni par le producteur) ; ou - S il s agit de l adaptation d une œuvre préexistante, par exemple un roman que le producteur souhaite transposer à l écran. Il sera également précisé dès l abord et cette question est très importante si le scénariste est appelé à travailler seul à l écriture du scénario ou en collaboration avec un ou plusieurs tiers. Les négociations préalables, qui déboucheront sur le préambule du contrat, sont également l occasion de vérifier certains points essentiels pour le bon développement du projet : - Si le scénario à écrire consiste en l adaptation d une œuvre littéraire préexistante, on s assurera que le producteur est bien titulaire des droits d adaptation sur cette œuvre soit pour les avoir acquis à titre définitif, soit pour avoir acquis le droit de devenir titulaire des droits d adaptation dans un délai déterminé. Cela signifie, dans la deuxième hypothèse, que le producteur a conclu un contrat d option (c est-à-dire un contrat lui permettant d acquérir les droits d adaptation dans un délai déterminé à des conditions convenues d avance). Il est important de vérifier, dans un tel cas, que le contrat est encore valable (que le délai pour l exercice de l option n est pas dépassé). - Lorsqu il existe une première version du scénario écrite par le scénariste, on s assurera que le scénariste n a pas antérieurement déjà proposé ou cédé des droits sur ce scénario à un autre producteur. La même précaution sera également appliquée dans le cadre d un contrat à conclure avec l auteur d une œuvre préexistante à adapter. Il peut arriver en effet qu un auteur oublie de bonne foi qu il a déjà conclu un contrat dans le passé relativement à l œuvre qui fait l objet de la négociation parce que ce projet n a connu aucun développement. Mais le fait que le producteur qui a acquis ces droits n a pas développé le projet ne signifie pas que les droits sur le scénario ou sur l œuvre littéraire préexistante à adapter sont automatiquement revenus à l auteur. Le producteur interrogera donc l auteur sur ce point et lui proposera la signature d une clause basée sur les trois options suivantes : - L auteur n a jamais proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à quiconque. - L auteur a proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à un autre producteur mais n a jamais conclu aucun contrat relativement à ce scénario. - L auteur a conclu un contrat relativement au scénario ou relativement à un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, avec un autre producteur mais il apporte la preuve de la rupture de ce contrat.

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO

CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO ENTRE :, auteur,, D'UNE PART, ET, auteur,, D'AUTRE PART, ETANT DONNE QUE et ont décidé d unir leurs compétences dans le but d écrire de façon concertée

Plus en détail

Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" D autre part, En présence du :

Entre : Ci-après dénommé (e) l Auteur D une part, Et : Ci-après dénommé (e) l Editeur D autre part, En présence du : CONTRAT DE CESSION DES DROITS D EDITION MUSICALE Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" En présence du : D autre part, Bureau Burkinabé du Droit d Auteur,

Plus en détail

Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle

Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle Document téléchargeable sur www.resonance-culture.fr Entre

Plus en détail

Licence Publique de l Union européenne V.1.1

Licence Publique de l Union européenne V.1.1 Licence Publique de l Union européenne V.1.1 EUPL Communauté Européenne 2007 La présente Licence Publique de l Union européenne ("EUPL") 1 s applique à toute Œuvre ou Logiciel (telle que ci-dessous définis)

Plus en détail

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Préambule Ce document est réalisé dans le cadre du PRAI (Programme régional d actions innovatrices)

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet 1 CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet ENTRE : Le ministère de la Culture et de la Communication situé 182, rue Saint-Honoré - 75033 Paris

Plus en détail

Le contrat de production/d artiste

Le contrat de production/d artiste Le contrat de production/d artiste Check-list pour la négociation d un contrat de production/d artiste AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE 1. Parties 2. Option 3. Objet 4. Cession 5. Durée 6. Prérogatives du Producteur 7. Garanties

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014 ERGOPIX Sàrl Conditions générales - octobre 2014 1. Généralités 1.1 ERGOPIX Sàrl (ci-après : Ergopix) est une société active dans la création de plateformes web, ayant son siège social à Vevey. 1.2 Les

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE

CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE CONTRAT DE CONCESSION DE LICENCE DE MARQUE Entre les soussignés La Société Anonyme d Economie Mixte (S.A.E.M.) de gestion des espaces de stationnement ROUEN PARK dont le siège social est sis Mairie de

Plus en détail

Contrat droit à l'image Photographe/Modèle Prestation & collaboration.

Contrat droit à l'image Photographe/Modèle Prestation & collaboration. Contrat droit à l'image Photographe/Modèle Prestation & collaboration. Article 1 Des prises de vue Le Modèle déclare être majeur (plus de dix-huit ans), et poser librement et volontairement pour chacune

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels.

Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels. SEMINAIRE ECONOMIE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ECOLE DES MINES DE PARIS Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels. Emmanuel Gougé Avocat (Cour d Appel de Paris) Solicitor (England

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

CONVENTION DE PARRAINAGE

CONVENTION DE PARRAINAGE Annexe N 1 au dossier de candidature CONVENTION DE PARRAINAGE Entre les soussignés : La Fondation Igor Stravinsky, dont le siège est situé au 1 bis, rue du Tir 1204 Genève (SUISSE), CH-660-7616008-0, représentée

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production Avis du [ ] I. Introduction 1. Le présent avis envisage la façon

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1 CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES Nouveau modèle Note explicative 1 A. Introduction Le remplacement d un intermédiaire d assurances, à l initiative du client,

Plus en détail

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés.

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés. CONDITIONS GENERALES Article 1. Objet. 1.1. En remplissant le formulaire de déclaration, le producteur audiovisuel, dont les coordonnées sont reprises sur le formulaire de déclaration (ci-après: le Producteur

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION

CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION Document EUREPGAP Contrat de sous-licence & de certification (V2.3) Page 1 sur 7 CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION pour la participation en tant que participant de marché intéressé dans le cadre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales lient tout Utilisateur du Site à CREATIV LINK à compter de la création d un compte sur le Site afin de bénéficier d une Prestation

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION Entre la société DIDA CONCEPT dont le siège social est 50, rue de Metz 54 580 Auboué n SIREN :438 756 330. Représentée par son Gérant, Monsieur Pascal NEY Désignée ci-après

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES Nom/prénom : Pseudonyme : Adresse : Téléphone : Ci-après dénommé «LE MANDANT» D UNE PART, ET Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social

Plus en détail

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court ENTRE : La Société., (Sarl, Sa, autres ) au capital de dont le siège social est au, représentée par : inscrite au RCS

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

ACQUISITION, MAINTENANCE DE PHOTOCOPIEURS

ACQUISITION, MAINTENANCE DE PHOTOCOPIEURS Mairie de Pontcharra 95 avenue de la Gare 38530 Pontcharra ACQUISITION, MAINTENANCE DE PHOTOCOPIEURS Marché INFO2015-01 RÈGLEMENT DE CONSULTATION Date limite de remise des dossiers : Le vendredi 3 avril

Plus en détail

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 Les règlements seront sujets à modifications courant 2015, pour plus d'information, veuillez vous adresser au 03-80-44-37-09 et le site internet de la Région www.regionbourgogne.fr

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE 1) Droits d exploitation audiovisuelle des compétitions professionnelles... 185 2) Match télévisé... 185 3) Match des Champions... 185

Plus en détail

Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010

Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010 Fonds de production télévisuelle s.à.r.l. Zinggstrasse 16 CH-3007 Berne Tél. 031 370 10 60 Fax 031 370 10 61 www.tpf-fpt.ch info@tpf-fpt.ch Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes. Aix Les Bains - le 17 novembre 2015

Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes. Aix Les Bains - le 17 novembre 2015 Numérique et droit de propriété intellectuelle Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes Aix Les Bains - le 17 novembre 2015 Notre environnement! Fotolia oct. 2015 Fotolia oct. 2015 Fotolia oct. 2015 Fotolia

Plus en détail

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION (Si l auteur assure l exécution des deux contributions, écriture et réalisation, il

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

Le contrat d édition à l ère du numérique

Le contrat d édition à l ère du numérique Le contrat d édition à l ère du numérique Présentation de l accord-cadre entre le Syndicat national de l édition et le Conseil permanent des écrivains Assises du livre numérique SNE 2013 Liliane de Carvalho

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

GIP E BOURGOGNE NOTE D ANALYSE UTILISATION DES DONNEES DE L IGN

GIP E BOURGOGNE NOTE D ANALYSE UTILISATION DES DONNEES DE L IGN NOTE D ANALYSE UTILISATION DES DONNEES DE L IGN 16 05 2014 Sommaire 1. Approche générale 3 1.1 Préambule 3 1.2 La Situation 3 1.2.1 La situation technique 3 1.2.2 La situation juridique 3 1.2.3 La situation

Plus en détail

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques DROIT > Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques Décembre 2014 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

ANNEXE 3 du Règlement de la réutilisation d informations publiques détenues par les archives départementales de la Haute-Loire

ANNEXE 3 du Règlement de la réutilisation d informations publiques détenues par les archives départementales de la Haute-Loire ANNEXE 3 du Règlement de la réutilisation d informations publiques détenues par les archives départementales de la Haute-Loire LICENCE DE RÉUTILISATION DES DONNÉES PUBLIQUES CONSENTIE À TITRE GRATUIT POUR

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 5 PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL Le logiciel... 9 1. Quelle est la législation applicable?... 9 2. Le droit des brevets s applique-t-il aux

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE

CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE Entre les soussignés, Et (Nom, prénom), demeurant (adresse), Dénommé(e) ci-après «l Artiste» VOZ IMAGE située 4, avenue du Maréchal Juin 92100 Boulogne-Billancourt,

Plus en détail

CRÉER PROTÉGER REPRODUIRE DIFFUSER

CRÉER PROTÉGER REPRODUIRE DIFFUSER MANUELA DOURNES L IMAGE ET LE DROIT CRÉER PROTÉGER REPRODUIRE DIFFUSER Groupe Eyrolles, 2010 ISBN : 978-2-212-12575-7 SOMMAIRE V Introduction.................................................... XII Chapitre

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION,

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONSCIENTS du fait que l affacturage international a une fonction importante

Plus en détail

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs DEFINITIONS : CONNAISSANCES PROPRES : Toutes les informations et connaissances techniques et/ou scientifiques,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES ENTRE, La société SHOPPING FLUX SARL, dont le siège social est situé : 21 avenue du Fort 92120 Montrouge Immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Conditions générales 1 [Dispositions générales] 2 [Conclusion du Contrat] 3 [Matériaux fournis par le Client]

Conditions générales 1 [Dispositions générales] 2 [Conclusion du Contrat] 3 [Matériaux fournis par le Client] Conditions générales de prestation de services graphiques fournis par la société CGS Drukarnia sp. z o.o. ayant son siège social à Mrowino k. Poznania, ul. Towarowa 3 drukarniakreatywna 1 [Dispositions

Plus en détail

CONVENTION D AUTORISATION DE DIFFUSION D IMAGES PHOTOGRAPHIQUES DANS LE CADRE DU PORTAIL ARAGO

CONVENTION D AUTORISATION DE DIFFUSION D IMAGES PHOTOGRAPHIQUES DANS LE CADRE DU PORTAIL ARAGO CONVENTION D AUTORISATION DE DIFFUSION D IMAGES PHOTOGRAPHIQUES DANS LE CADRE DU PORTAIL ARAGO Entre : X, dont le siège/domicile est.en sa qualité de / représenté aux fins de signature des présentes par

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général,

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, CONVENTION DE TOURNAGE Entre : Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, ci-après dénommé «Le CONTRACTANT» d une part. Et : La

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

CONVENTION TOURNAGE. D autre part [nom de la personne] propriétaire de [nom du lieu] située à [adresse], (ci-après, «le contractant»)

CONVENTION TOURNAGE. D autre part [nom de la personne] propriétaire de [nom du lieu] située à [adresse], (ci-après, «le contractant») CONVENTION TOURNAGE Entre D une part la société de [nom de la société] dont le siège est social est situé [adresse du siège social], représentée par [nom de la personne], en sa qualité de [titre de la

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD

CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD I. PREAMBULES : a) CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD Nos conditions générales étant de stricte application, le co-contractant ne pourra les modifier unilatéralement et il ne pourra y être dérogé que par

Plus en détail

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés INTRODUCTION Veuillez lire attentivement les termes et conditions de cette Licence

Plus en détail

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON

KELIP S ASSURANCE. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON P a g e 1 KELIP S ASSURANCE Société par Actions Simplifiée au capital de 6 000 euros Siège social : 42 rue Sergent Michel BERTHET 69009 LYON Immatriculée au Registre de Commerce de Lyon sous le numéro

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Contrat de licence d utilisation de progiciel

Contrat de licence d utilisation de progiciel Contrat de licence d utilisation de progiciel Date : mercredi 9 avril 2014 Version : V01 SSL Europa - 8 chemin des Escargots - 18200 Orval - France T: +33 (0)9 88 99 54 09 www.ssl-europa.com ENTRE LES

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Conditions Générales Lemaire Informatique au 01 Janvier 2016

Conditions Générales Lemaire Informatique au 01 Janvier 2016 Article 1 : Définitions Lemaire Informatique est situé à 1741 Cottens route des Vulpillières 22. Lemaire Informatique fournit toute prestation de service en relation avec les nouvelles technologies (informatique,

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015

CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 CONVENTION N 2015-C-DGAE-DAC-17 RELATIVE A L OPERATION D AIDE A L ACHAT D INSTRUMENTS DE MUSIQUE Année 2015 ENTRE le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, 86008 Poitiers représenté par Monsieur

Plus en détail

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ;

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; CONVENTION-TYPE Entre le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; et le Titulaire «Dénomination sociale» «Forme juridique»

Plus en détail

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg La présente charte a pour objet de définir les conditions et modalités d'exploitation de la marque Hosted in Luxembourg ci-après désignée «Le

Plus en détail

Conditions générales de vente Anne Cauvel

Conditions générales de vente Anne Cauvel Conditions générales de vente Anne Cauvel Définitions Est appelé Anne Cauvel, nous, l auteur Anne Cauvel de Beauvillé, sise 74, rue Lévis, 75017 Paris, France. Est appelé Client la personne physique ou

Plus en détail