EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY"

Transcription

1 EUROMED AUDIOVISUEL III GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES MICHEL GYORY Décembre 2013

2 2 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES SOMMAIRE Sommaire... 2 Introduction... 3 Les bases de données de législation... 3 La base de données de clauses contractuelles... 3 I. Qu est ce qu un contrat?... 5 II. Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat Avec qui faut-il conclure un contrat? Que faut-il mettre dans le contrat?... 7 III. Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles Le préambule La transmission des droits de l auteur La durée de la cession L étendue territoriale de la cession L énumération des formes d exploitation Le droit moral La rémunération La rémunération proportionnelle Délai d exécution Garanties Etablissement des comptes et paiements Crédits Inexécution des obligations Obligations particulières Contrefaçons Cession par le producteur de ses droits et obligations Loi applicable Traitement des différends et litiges IV. Exemple de contrat complet rédigé en se servant de la base de données de clauses contractuelles Exemple : un producteur charge un scénariste d écrire le scénario d un film de long métrage de fiction Exemple de contrat liant un producteur et un scénariste pour l écriture du scénario d un film de long métrage de fiction

3 Introduction 3 INTRODUCTION Le présent guide a pour objet d aider les professionnels du cinéma et de l audiovisuel à utiliser de façon optimale la base de données de clauses contractuelles qui a été développée pour eux dans le cadre du Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne. Trois bases de données sont disponibles sur ce site : deux bases de données de législation et une base de données de clauses contractuelles. Ces bases de données ont été conçues de façon à être complémentaires. LES BASES DE DONNÉES DE LÉGISLATION Les deux bases de données de législation présentent la législation des pays participant au Programme Euromed Audiovisuel dans le domaine du droit d auteur appliqué à l industrie du cinéma et de l audiovisuel ainsi que dans le domaine du droit du cinéma et de l audiovisuel. La législation est présentée de deux façons différentes : 1. Textes en version intégrale, classés par date : - lien vers les textes intégraux relatifs au droit d auteur - lien vers les textes intégraux relatifs au droit du cinéma et de l audiovisuel 2. Textes classés conformément à un index de concepts qui permet à l utilisateur d accéder immédiatement à l information précise qu il recherche. Ainsi, par exemple, n est il pas nécessaire consulter le texte complet de la loi pour connaître les conditions de forme auxquelles doit répondre un contrat relatif à la transmission de droits d auteur ; il suffit de rechercher ce concept dans l index des concepts pour accéder immédiatement aux dispositions légales relatives à cette question dans les différents pays dont la législation figure dans la base de données - lien vers la base de données de concepts du droit d auteur - lien vers la base de données de concepts du droit du cinéma et de l audiovisuel Cette classification de la matière permet également la comparaison puisque les dispositions nationales des différents pays et les dispositions des conventions internationales apparaissent sur un seul document. Le mode d emploi des bases de données de législation est accessible par ce lien. LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La base de clauses contractuelles présente, pour différents types d œuvres (les films cinématographiques de fiction, les films documentaires, les téléfilms et les séries télévisées) des modèles de clauses en vue de la conclusion de contrats avec différents auteurs (auteur d une œuvre littéraire préexistante, scénariste, réalisateur, compositeur) ainsi qu avec les comédiens.

4 4 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Le présent guide a pour objet d expliquer comment utiliser au mieux les modèles de clauses contenus dans cette base de données, en relation avec la législation applicable dans chaque pays. Les contrats à conclure seront soit des cessions soit des concessions de droits. La cession de droits consiste en un transfert de la propriété de droits d auteurs sur une œuvre ; La concession de droits (aussi appelée licence) consiste en une autorisation d exploitation d une œuvre limitée dans le temps. Il est important de garder à l esprit que la conclusion de contrats de cession ou de concession de droits repose sur le principe de la chaîne des droits. Les droits se transmettent d une personne à l autre (de l auteur au producteur ; du producteur au distributeur ; du distributeur à l exploitant de salles ou au télédiffuseur, etc.), et chacun ne peut transmettre que les droits qui lui ont été cédés ou concédés par la personne qui le précède dans la chaîne des droits. Ainsi, si un producteur de films veut pouvoir exploiter un film en vidéo à la demande (VOD), il doit nécessairement se faire céder les droits pour cette forme particulière d exploitation par l ensemble des titulaires de droits d auteur et de droits voisins sur le film. De même, le distributeur qui, dans un pays étranger, veut pouvoir concéder à des chaînes de télévision des droits de télédiffusion, doit avoir acquis ces droits du producteur qui les aura lui-même acquis des auteurs. Les contrats qui sont présentés dans la base de données se rapportent à la transmission des droits appartenant aux personnes qui sont titulaires originaires de droits d auteur sur une création de l esprit et de droits voisins sur une prestation, à savoir les auteurs des éléments créatifs qui seront intégrés au film et les artistes interprètes et exécutants. Cette information est importante puisque, le producteur ne pouvant céder que les droits qu il a lui-même acquis auprès des titulaires originaires, il est capital qu il veille à conclure des contrats avec toutes les personnes qui sont titulaires de droits d auteur ou de droits voisins sur des éléments qui seront intégrés dans le film ou l œuvre audiovisuelle. Le principe de la chaîne des droits repose sur la particularité des œuvres cinématographiques et audiovisuelles au plan économique. Il est important de garder à l esprit qu un film ou une œuvre audiovisuelle ne s exploite pas de la même façon qu un bien manufacturé. Ainsi, par exemple, un fabricant de chaussures vendra-t-il au public les paires de chaussures qu il aura fabriquées. Chaque acheteur d une paire de chaussures deviendra propriétaire de cet objet et en fera ce qu il voudra. La situation est différente dans le domaine de la production cinématographique ou audiovisuelle : le producteur ne vend pas l œuvre elle-même mais accorde des autorisations de communiquer l œuvre au public (par exemple sous forme d exploitation cinématographique, télévisuelle, VOD) ou de reproduire l œuvre et de vendre ou louer des copies de cette œuvre au public (par exemple sous forme de DVD). Il y a donc toujours lieu de faire une distinction entre l œuvre elle-même (qui reste en général la propriété du producteur) et les reproductions de l œuvre (c est-à-dire les supports sur lesquels l œuvre est reproduite en vue de son exploitation). Le fait d être propriétaire d un support (par exemple un DVD) n entraîne aucun droit de propriété sur l œuvre elle-même. L acheteur du DVD ne pourra donc utiliser celui-ci que pour les formes d exploitation autorisées par le producteur.

5 Qu est ce qu un contrat? 5 I. QU EST CE QU UN CONTRAT? Le contrat est un élément essentiel de la vie économique : il fixe les termes d un échange. De nombreux contrats devront être conclus pour produire et exploiter un film ou une œuvre audiovisuelle et ces contrats sont très importants. Dans le domaine des industries culturelles, le contrat est souvent vu comme une «formalité» nécessaire pour accéder à des moyens financiers. L industrie du cinéma et de l audiovisuel n échappe pas à cette tendance. Les moyens financiers auxquels le contrat permettra d accéder peuvent par exemple consister en aides publiques payées au producteur ou constituer la rémunération payée par le producteur à l auteur. Le fait de voir dans le contrat seulement une «formalité nécessaire» a souvent pour conséquence que les parties ne consacrent pas suffisamment de temps et d attention à la négociation et à la rédaction des contrats. Ceci peut, par la suite, avoir des conséquences néfastes pour l entreprise lorsque surgit un litige relatif à l exécution ou à l interprétation d un contrat. Un contrat, ce n est pas seulement un «papier» dont on a besoin pour pouvoir faire le film. Le contrat n est d ailleurs pas un «papier». Dans la plupart des législations, le contrat écrit ne constitue que la preuve du contrat, c est-à-dire la preuve de l accord des parties qui naîtra en général du simple échange de leurs consentements. Un contrat est en effet avant tout un accord entre deux ou, le cas échéant, plusieurs parties. Cet accord présente une caractéristique particulière : il crée des obligations. Cela signifie que les parties qui n exécutent pas volontairement ou complètement leurs obligations peuvent être contraintes (par une décision judiciaire) de les exécuter (par exemple payer une somme due qui n a pas été payée) ou être obligées de payer des dommages et intérêts si l exécution ne peut être forcée (par exemple n avoir pas rédigé le scénario promis dans le délai convenu). Avant d aboutir au contrat écrit, qui ne constituera que la preuve de l accord des parties, il importe donc de se mettre d accord. Que veut-on faire? Comment veut-on le faire? Il apparaît immédiatement qu il est dangereux d utiliser des contrats dit «types» qui peuvent circuler sur internet ou provenir d autres sources dans la mesure où il n existe pas de «film type», de «producteur type» ou d «auteur type». Chaque projet est unique, chaque relation est particulière et chaque contrat nécessitera un examen approfondi de la part des parties concernées. S il est déconseillé de se référer à un contrat type (c est-à-dire un contrat qui pourrait apparaître comme complet mais qui ne conviendrait pas nécessairement au projet développé par les parties) des clauses types peuvent être proposées, sachant qu elles devront être adaptées à chaque cas d espèce. Le premier objectif de la base de données de clauses contractuelles qui est proposée ici est d attirer l attention des parties sur les points qui doivent faire l objet d un accord de leur part. Il est important de garder à l esprit que les parties à un contrat ont nécessairement, sur un certain nombre de points, des intérêts concurrents. Si toutes les personnes qui collaborent à la production d un film ont intérêt à ce que celui-ci soit le meilleur possible, qu il ait le plus grand succès possible et génère le plus de recettes possible, le partage de ces recettes montrera par exemple que tous les intérêts en présence ne sont pas convergents.

6 6 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES La clé d une bonne négociation contractuelle est la clarté. On se méfiera toujours, dans une négociation, de ce que l on considère comme «évident». Lorsqu un litige naît, on entend souvent une partie dire que, pour elle, il était «évident» qu elle avait droit à ceci ou à cela, que la partie adverse «devait bien savoir que» ou «devait bien avoir compris que». L autre partie quant à elle estimera que rien de tel n a jamais été convenu. Il est illusoire pour une partie de penser qu il serait «normal» que l autre partie accepte, postérieurement à la conclusion du contrat, une chose qu elle n a pas acceptée dans le cadre de la négociation. C est la raison pour laquelle la négociation contractuelle, qui précède la signature du contrat, est tellement importante. Elle a pour objet de discuter tous les points qui doivent être réglés entre les parties et d y apporter une réponse de façon à éviter la survenance de conflits par la suite. Une bonne négociation sera donc complète ; elle n esquivera ou n oubliera aucun point important pour le projet des parties. D une manière générale, plus un contrat aura été préparé, négocié et rédigé avec soin, moins le risque de voir surgir ultérieurement un conflit entre les parties contractantes sera élevé. Il est en effet beaucoup plus facile de s accorder sur les réponses à apporter à la survenance d un problème lorsque l on négocie le contrat que lorsque celui-ci est en cours d exécution. Encore faut-il, au moment de la négociation, avoir conscience de la survenance possible de ce problème. Une bonne négociation repose dès lors sur une bonne compréhension des éléments qui vont être négociés (cela implique, par exemple, une bonne compréhension de l économie du film : comment sera-t-il produit? comment sera-t-il distribué? comment sera-t-il exploité?) Un contrat n est donc pas un simple «papier». C est le résultat d une démarche qui doit être préparée et exécutée avec soin afin que ce résultat corresponde réellement à la volonté des parties et offre un fondement solide à leur coopération. II. UTILISATION DE LA BASE DE DONNÉES POUR LA PRÉPARATION D UN CONTRAT Le producteur qui se trouve confronté à la nécessité d établir des contrats dans le cadre de la production d un film ou d une œuvre audiovisuelle doit répondre à deux questions essentielles : - Avec qui doit-il conclure un contrat? - Que faut-il mettre dans ce contrat? 1. AVEC QUI FAUT-IL CONCLURE UN CONTRAT? En vertu du principe de la chaîne des droits, le producteur d un film ne pourra transmettre, pour l exploitation du film, que les droits qu il aura lui-même acquis des titulaires originaires de droits que sont les auteurs et les artistes interprètes titulaires de droits voisins. Il est donc indispensable, pour que le film puisse être exploité sans difficulté, que le producteur acquière les droits de tous les titulaires de droits d auteur ou de droits voisins qui auront collaboré au film. Il importe donc de déterminer qui est titulaire de droits d auteur ou de droits voisins sur le film ou sur un élément intégré au film.

7 Utilisation de la base de données pour la préparation d un contrat 7 Ces titulaires de droits sont en général définis par la loi. Ce lien permet d accéder, dans la base de données de législation relative au droit d auteur, au concept qui rassemble la législation définissant la qualité d auteur ; ce lien permet d accéder au concept qui rassemble la législation définissant les titulaires de droits voisins que sont les artistes interprètes et exécutants. Il résulte de l examen de ces dispositions qu un contrat devra en général être conclu avec : - L auteur de l œuvre littéraire préexistante adaptée pour faire le film (si tel est le cas) ; - Le ou les scénaristes ; - Le ou les dialoguistes ; - Le réalisateur ; - Le compositeur de la musique spécialement composée pour le film ; - L auteur du graphisme (pour une œuvre d animation). Cela ne signifie pas qu il n y a pas lieu d acquérir les droits, le cas échéant, d autres catégories de créateurs (par exemple, le créateur des décors du film, si ceux-ci sont originaux, même s il n a pas la qualité de coauteur du film ; le créateur d une œuvre protégée (par exemple un tableau, une sculpture, un extrait d un spectacle qui apparaissent dans le film, etc.). Les modèles de clauses proposés dans la présente base de données seront donc adaptés selon les circonstances. Les modèles de clauses proposés dans la base se rapportent : - À l auteur de l œuvre littéraire préexistante - Au scénariste - Au réalisateur - Au compositeur de la musique spécialement composée pour le film - Aux comédiens 2. QUE FAUT-IL METTRE DANS LE CONTRAT? Si les éléments essentiels du contrat que sont l objet (par exemple l acquisition des droits sur un scénario) et le prix (la rémunération que le producteur paiera au scénariste en échange de cette acquisition) viennent immédiatement à l esprit, de nombreux autres points doivent faire l objet d un accord des parties en fonction de la nature de l opération projetée. C est la raison pour laquelle il faut partir de la réalité matérielle sur laquelle se fonde l accord des parties pour examiner les différents points qui nécessitent un accord des parties et non partir d un contrat préexistant dont on se bornerait à supprimer ou modifier ce qui ne convient pas. Le contrat qui, rappelons-le, n est pas un «papier» mais bien l accord des parties sur toute une série de points lié au projet qu elles veulent réaliser ensemble, accord qui fera ensuite l objet d un écrit, n a pas seulement pour objectif de définir ce qu une partie apporte et ce qu elle recevra en échange, mais aussi et ceci est très important de définir à l avance l attitude que les parties adopteront à l égard d un certain nombre de problèmes qui pourraient surgir durant l exécution

8 8 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES du contrat. Dès lors, un contrat, c est aussi la réponse, définie à l avance entre les parties, à une série de questions qui commencent toutes par les mots suivants : «que ferons-nous dans le cas où». Voici quelques exemples de situations issues de la pratique de la production cinématographique et audiovisuelle qui sont susceptibles de faire naître une confrontation entre les parties au contrat et, à défaut de réponse adéquate, de dégénérer en litige : - Que ferons-nous si le film est coproduit par un coproducteur étranger et que celui-ci exige la réécriture du scénario par un autre scénariste? Aucun auteur n aime voir son œuvre modifiée par un tiers. Et pourtant l industrie cinématographique et audiovisuelle exige souvent qu il soit procédé à un tel travail. Il faut donc décider à l avance de ce que l on fera si la question se pose, de façon à éviter que, à défaut de réponse, un conflit ne naisse au moment où la question se pose. - Que ferons-nous si le scénariste n est pas en mesure d achever le scénario dans les délais ou s il refuse de le faire? Le producteur pourra-t-il faire poursuivre le travail par un tiers? Sera-t-il obligé de conserver le travail inachevé de l auteur? - Que ferons-nous si la production du film n a pas été entreprise plusieurs années après la signature du contrat? Le scénariste sera-t-il obligé d attendre indéfiniment que le projet se mette en place? Pourra-t-il récupérer ses droits? - Que ferons-nous si le producteur décide, en cours de production ou ultérieurement, de céder ses droits sur le film à un tiers? Sera-t-il déchargé de toutes ses obligations à l égard du scénariste? - Que ferons-nous si, en cas de participation de l auteur aux recettes d exploitation, le producteur ne paie pas à l auteur ce qui lui revient ou omet de lui transmettre les décomptes? L exploitation du film pourrait-elle être bloquée à la demande du scénariste, avec les dommages que cela entraînerait non seulement pour le producteur mais aussi pour les autres auteurs? Il apparaît de ce qui précède que la qualité d un contrat et son utilité pour les parties sera directement liée au soin qui aura été mis à apporter, à un moment où les relations sont sans nuages, des réponses précises au plus grand nombre possible de questions «sensibles» (c est-àdire susceptibles de provoquer un conflit entre les parties) qui peuvent se poser dans le cours de l exécution du contrat. En faisant cela, les parties garderont à l esprit qu elles bénéficient du principe de la liberté contractuelle (c est-à-dire qu elles peuvent mettre dans leur contrat ce qu elles veulent) mais que cette liberté n est pas totale et qu il y a lieu, dans le cadre de la rédaction d un contrat, de tenir compte du fait que la loi peut imposer le respect de certaines dispositions et conditionner la validité du contrat à ce respect. Ces conditions sont essentiellement de deux ordres : les conditions de forme et les conditions de fond. - Les conditions de forme se rapportent à la forme que prendra l accord des parties une fois conclu. Dans le domaine du droit d auteur, la loi impose souvent la forme écrite et peut conditionner la validité du contrat au respect de cette forme.

9 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 9 - Les conditions de fond : la loi peut imposer le respect de certaines dispositions relatives par exemple à la manière d inventorier les droits cédés ou de rémunérer l auteur. Ainsi, par exemple, un certain nombre de législations imposent-elles une énumération détaillée des différents droits cédés, les droits qui ne figurent pas dans cette énumération étant considérés, sur base du principe de l interprétation restrictive des cessions, comme étant restés la propriété de l auteur. Pour savoir si de telles dispositions existent dans le cadre de la législation qui sera appelée à régir le contrat à conclure, il y a lieu de se tourner vers la base de données de législation relative au droit d auteur. On trouvera, au chapitre 3 consacré à la titularité et à la transmission des droits, un point 3.2. relatif à la transmission des droits entre vifs et dans celui-ci un point relatif à la transmission par le titulaire originaire des droits (c est-à-dire en général l auteur ou l artiste interprète) qui se divise en dix rubriques dont la seconde, numérotée rassemble les dispositions législatives qui concernent les conditions de forme et les mentions obligatoires des contrats. Dans cette rubrique une distinction est faite entre les dispositions qui régissent les droits des auteurs et celles qui régissent les droits des artistes interprètes titulaires de droits voisins. Ce lien permet d y accéder. Les dispositions législatives applicables à cette matière apparaissent dans cette rubrique non seulement pour le pays dont la loi régira le contrat (en général la loi nationale du producteur du film) mais aussi pour les autres pays participant au Programme Euromed Audiovisuel de la Commission européenne, ce qui, en cas de coproduction avec un autre de ces pays, permettra de vérifier les dispositions applicables à cette matière dans cet autre pays et, le cas échéant, le respect de ces dispositions par le coproducteur avec lequel on envisage de contracter. On sera attentif au fait que toutes les législations ne prévoient pas de dispositions spécifiques pour les œuvres cinématographiques et audiovisuelles ; c est, dans un tel cas, la disposition générale qui s appliquera à ces œuvres. Les parties à la négociation contractuelle veilleront à garder à l esprit, durant toutes leurs négociations, les obligations ainsi imposées par la loi, de façon à ce qu elles soient parfaitement respectées dans le cadre du contrat qu elles établiront. S il est indispensable, par exemple lorsque la loi oblige les parties à énumérer individuellement les droits cédés, de respecter cette obligation pour que le contrat soit valable, rien n empêche évidemment les parties de procéder de la sorte lorsque la loi ne prévoit pas une telle obligation. Cette façon de procéder présente en effet un double avantage : - Elle permet à chacune des parties au contrat de se rendre compte avec précision de ce qu elle donne et de ce qu elle reçoit ; - Elle permettra ultérieurement au producteur de négocier plus facilement des contrats d exploitation dans la mesure où aucun doute n est susceptible de surgir quant au point de savoir si une forme d exploitation déterminée fait bien partie du contrat ou non. Les modèles de clauses proposés dans la base de données reprennent donc systématiquement l énumération de tous les droits qui peuvent être cédés par l auteur au producteur. III. RÉDIGER UN CONTRAT EN SE SERVANT DE LA BASE DE DONNÉES DE CLAUSES CONTRACTUELLES

10 10 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA BASE DE DONNEES DE CLAUSES CONTRACTUELLES Cette base de données présente des modèles de clauses contractuelles pour quatre types d œuvres (films de fiction, films documentaires, téléfilms et séries télévisuelles) pour des contrats à conclure avec cinq types de titulaires de droits : l auteur d une œuvre littéraire préexistante adaptée, le scénariste, le réalisateur, le compositeur de la musique du film et les comédiens. Si un certain nombre de situations différentes ont été prises en compte, la réalité est nécessairement beaucoup plus large et impliquera, dans un certain nombre de cas, que ces clauses soient adaptées au cas d espèce. Il ne faut donc pas les considérer comme des «passepartout» qui seraient utilisables dans n importe quelle situation. Ce sont les situations les plus fréquentes qui ont été prises en compte ici. Quant aux solutions proposées, elles ne sont évidemment pas les seules possibles. Il est donc toujours loisible aux parties de modifier, de supprimer ou d ajouter des éléments à ces clauses, en gardant à l esprit les règles dont la loi impose le respect (voir supra les conditions de forme et de fond), si nécessaire avec l aide d un juriste spécialisé. En outre, la rédaction de certains contrats pourra exiger, en fonction des caractéristiques du projet, l ajout de certaines clauses non présentes ici. La base de données de clauses contractuelles présente, en quatorze chapitres, les questions sur lesquelles les parties devront trouver un accord si elles souhaitent que leur contrat soit efficace (c est-à-dire qu outre la définition des éléments essentiels du contrat, il puisse servir à résoudre une difficulté ou apporter une réponse à une question surgissant dans le cours de l exécution du contrat à propos de laquelle les intérêts des parties peuvent être opposés). Ces quatorze points sont analysés ci-dessous. Pour chaque point, l analyse est suivie, à titre d illustration, de la présentation d un modèle de clause tel qu il figure dans la base de données. Par souci de cohérence, les modèles de clause relatifs aux 14 points se rapportent à une situation de fait identique : la conclusion, entre un producteur et un scénariste, d un contrat relatif à l écriture d un scénario de film de long métrage de fiction. Les «rushes» que constituent ces clauses éparses sont ensuite «montés» sous la forme d un exemple de contrat complet. 1. LE PRÉAMBULE Le préambule définit le projet des parties. Il est important que les parties s accordent très précisément sur ce qu elles veulent faire ensemble et sur la façon dont elles veulent le faire. Le préambule sera le reflet des discussions préliminaires des parties et définira exactement ce qu elles veulent faire ensemble. Par exemple : un film de cinéma de fiction basé sur un scénario à écrire par l auteur. Dans ce cadre, il est important de préciser : - S il n existe pas encore de scénario ; ou - S il existe déjà une première version du scénario et, dans ce cas, si elle a été écrite par le scénariste avec lequel le producteur se propose de contracter ou si elle a été écrite par un tiers, ce qui impliquera pour le scénariste de travailler au départ d une œuvre écrite par un autre scénariste.

11 Rédiger un contrat en se servant de la base de données de clauses contractuelles 11 Il est également important de préciser : - Si le scénario à écrire est une œuvre entièrement originale, c est-à-dire une histoire imaginée et développée par le scénariste (ce qui n exclut pas que le travail d écriture se fasse sur base d un cahier des charges fourni par le producteur) ; ou - S il s agit de l adaptation d une œuvre préexistante, par exemple un roman que le producteur souhaite transposer à l écran. Il sera également précisé dès l abord et cette question est très importante si le scénariste est appelé à travailler seul à l écriture du scénario ou en collaboration avec un ou plusieurs tiers. Les négociations préalables, qui déboucheront sur le préambule du contrat, sont également l occasion de vérifier certains points essentiels pour le bon développement du projet : - Si le scénario à écrire consiste en l adaptation d une œuvre littéraire préexistante, on s assurera que le producteur est bien titulaire des droits d adaptation sur cette œuvre soit pour les avoir acquis à titre définitif, soit pour avoir acquis le droit de devenir titulaire des droits d adaptation dans un délai déterminé. Cela signifie, dans la deuxième hypothèse, que le producteur a conclu un contrat d option (c est-à-dire un contrat lui permettant d acquérir les droits d adaptation dans un délai déterminé à des conditions convenues d avance). Il est important de vérifier, dans un tel cas, que le contrat est encore valable (que le délai pour l exercice de l option n est pas dépassé). - Lorsqu il existe une première version du scénario écrite par le scénariste, on s assurera que le scénariste n a pas antérieurement déjà proposé ou cédé des droits sur ce scénario à un autre producteur. La même précaution sera également appliquée dans le cadre d un contrat à conclure avec l auteur d une œuvre préexistante à adapter. Il peut arriver en effet qu un auteur oublie de bonne foi qu il a déjà conclu un contrat dans le passé relativement à l œuvre qui fait l objet de la négociation parce que ce projet n a connu aucun développement. Mais le fait que le producteur qui a acquis ces droits n a pas développé le projet ne signifie pas que les droits sur le scénario ou sur l œuvre littéraire préexistante à adapter sont automatiquement revenus à l auteur. Le producteur interrogera donc l auteur sur ce point et lui proposera la signature d une clause basée sur les trois options suivantes : - L auteur n a jamais proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à quiconque. - L auteur a proposé le scénario ou un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, à un autre producteur mais n a jamais conclu aucun contrat relativement à ce scénario. - L auteur a conclu un contrat relativement au scénario ou relativement à un scénario pouvant être considéré comme similaire, en tout ou en partie, avec un autre producteur mais il apporte la preuve de la rupture de ce contrat.

LE CONTRAT DE COPRODUCTION

LE CONTRAT DE COPRODUCTION LE CONTRAT DE COPRODUCTION 1. Parties 2. Objet 3. Durée 4. Responsabilité de la production 5. Budget et financement de la production 6. Répartition des recettes d exploitation 7. Livraison des masters

Plus en détail

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court

Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court Contrat de commande d'une œuvre musicale originale pour court métrage ou film court ENTRE : La Société., (Sarl, Sa, autres ) au capital de dont le siège social est au, représentée par : inscrite au RCS

Plus en détail

LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE LE CONTRAT D OPTION ET DE CESSION DE DROITS D ADAPTATION ET D EXPLOITATION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE 1. Parties 2. Option 3. Objet 4. Cession 5. Durée 6. Prérogatives du Producteur 7. Garanties

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production Avis du [ ] I. Introduction 1. Le présent avis envisage la façon

Plus en détail

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle

Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle Modèle de contrat d auteur dans le cadre d une œuvre audiovisuelle originale établi en conformité avec le code de la propriété intellectuelle Document téléchargeable sur www.resonance-culture.fr Entre

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROITS D EXPLOITATION : REALISATION (Si l auteur assure l exécution des deux contributions, écriture et réalisation, il

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs

Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs Adopté à l unanimité par l AG de l ARF/FDS du 5 mai 2012 à Berne Le présent guide est né dans la foulée des consultations

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS D ADAPTATION AUDIOVISUELLE ET COMMENTAIRES

MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS D ADAPTATION AUDIOVISUELLE ET COMMENTAIRES SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES Hôtel de Massa 38, rue du Fbg-St-Jacques, 75014 Paris tél : 01 53 10 12 00 fax : 01 53 10 12 12 www.sgdl.org - courriel : sgdl@sgdl.org MODÈLE DE CONTRAT DE CESSION DES DROITS

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO

CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO CONVENTION DE COLLABORATION A L ECRITURE DU SCENARIO ENTRE :, auteur,, D'UNE PART, ET, auteur,, D'AUTRE PART, ETANT DONNE QUE et ont décidé d unir leurs compétences dans le but d écrire de façon concertée

Plus en détail

Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" D autre part, En présence du :

Entre : Ci-après dénommé (e) l Auteur D une part, Et : Ci-après dénommé (e) l Editeur D autre part, En présence du : CONTRAT DE CESSION DES DROITS D EDITION MUSICALE Entre : Ci-après dénommé (e) "l Auteur" D une part, Et : Ci-après dénommé (e) "l Editeur" En présence du : D autre part, Bureau Burkinabé du Droit d Auteur,

Plus en détail

CONTRAT DE COMMANDE ET CESSION DE DROITS

CONTRAT DE COMMANDE ET CESSION DE DROITS CONTRAT DE COMMANDE ET CESSION DE DROITS Entre : L Université XXX Adresse XXX représentée par son Président, XXX ci-après dénommée l Etablissement (ou La bénéficiaire), d'une part, et Madame/Monsieur/Messieurs

Plus en détail

À REMPLIR EN DEUX EXEMPLAIRES

À REMPLIR EN DEUX EXEMPLAIRES MANDAT DE VENTE À REMPLIR EN DEUX EXEMPLAIRES n a-d ENTRE LES SOUSSIGNÉES : La société de Production ou Association :... Société à responsabilité limitée au capital de :... Immatriculée au registre du

Plus en détail

DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DROIT DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Module 1 - Chapitre 3 Module 1 - LES DROITS DE L émeteur Chapitre 3 - LA PROTECTION D UNE CRéATION PUBLICITAIRE EN PRATIQUE Quelle protection pour une oeuvre

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROIT D EXPLOITATION : ECRITURE ET REALISATION

CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROIT D EXPLOITATION : ECRITURE ET REALISATION CONTRAT DE PRODUCTION D UNE ŒUVRE AUDIOVISUELLE INSTITUTIONNELLE OU «DE COMMANDE» DROIT D EXPLOITATION : ECRITURE ET REALISATION ENTRE : La Société SA / SARL, au capital de.. F, inscrite au Registre du

Plus en détail

LE CONTRAT D AUTEUR-REALISATEUR

LE CONTRAT D AUTEUR-REALISATEUR LE CONTRAT D AUTEUR-REALISATEUR 1. Parties 2. Objet 3. Droits cédés 4. Exclusivité et option préférentielle 5. Autorisations expresses 6. Durée et territoires 7. Rémunération 8. Obligations du Réalisateur

Plus en détail

Fonds Image de la Francophonie TELEVISION

Fonds Image de la Francophonie TELEVISION Fonds Image de la Francophonie TELEVISION Successeur du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud (créé en 1988 et géré avec des commissions de sélection régulières depuis 1990), Le Fonds Images

Plus en détail

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180 Sommaire analytique Livre I - Clausier Numéro des dossiers PARTIE 1 A B Agent............................................................................................ I.120 Arbitrage........................................................................................

Plus en détail

Fonds Image de la Francophonie TELEVISION

Fonds Image de la Francophonie TELEVISION Fonds Image de la Francophonie TELEVISION Successeur du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud (créé en 1988 et géré avec des commissions de sélection régulières depuis 1990), Le Fonds Images

Plus en détail

CONTRAT-TYPE «PRODUCTION AUDIOVISUELLE»

CONTRAT-TYPE «PRODUCTION AUDIOVISUELLE» CONTRAT-TYPE «PRODUCTION AUDIOVISUELLE» DROIT D EXPLOITATION: ECRITURE ET REALISATION Ce document a seulement valeur d illustration. ENTRE LES SOUSSIGNES: La Société SA / SARL, au capital de, inscrite

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet 1 CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet ENTRE : Le ministère de la Culture et de la Communication situé 182, rue Saint-Honoré - 75033 Paris

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Les objectifs Ce fonds a pour objectifs de soutenir l écriture, le développement et la production d œuvres produites

Plus en détail

ACCORD RELATIF À LA COPRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

ACCORD RELATIF À LA COPRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ACCORD RELATIF À LA COPRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE Signé à Beijing, le 23 février 1987 En vigueur le 23 février 1987 ACCORD RELATIF À

Plus en détail

Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL

Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL Conditions Générales de Vente de Nova Beez SARL Les conditions générales de vente ont pour objet de définir les droits et obligations de Nova Beez et de son client dans le cadre des prestations et services.

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 Les règlements seront sujets à modifications courant 2015, pour plus d'information, veuillez vous adresser au 03-80-44-37-09 et le site internet de la Région www.regionbourgogne.fr

Plus en détail

Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur

Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur Prise de position du Grand-Duché de Luxembourg par rapport au Questionnaire de l OMPI aux fins de l enquête sur les systèmes d enregistrement et de dépôt du droit d auteur A. Enregistrement et inscription

Plus en détail

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

FR - 2015. Service Public Fédéral FINANCES

FR - 2015. Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE FR - 2015 Service Public Fédéral FINANCES AVANT - PROPOS Le but de cette brochure est de fournir une information générale sur le nouveau système de Tax Shelter, basée sur la Loi

Plus en détail

1 Brefs rappels sur la protection des logiciels par le droit d auteur

1 Brefs rappels sur la protection des logiciels par le droit d auteur 1 Brefs rappels sur la protection des logiciels par le droit d auteur Par définition, le droit d auteur est le droit exclusif accordé à son titulaire c est-à-dire au créateur de l œuvre de l esprit en

Plus en détail

Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003. Dans le cadre de cette contribution, nous exposerons l analyse de l AEPO sur ces deux points.

Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003. Dans le cadre de cette contribution, nous exposerons l analyse de l AEPO sur ces deux points. Les discussions au sein du Comité Permanent du Droit d Auteur et des Droits Connexes (SCCR) de l OMPI sur la protection des organismes de radiodiffusion Séminaire AEPO, 6 et 7 Octobre 2003 Les discussions

Plus en détail

FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE CLERMONT-FERRAND / 30 janvier - 7 février 2015 RÈGLEMENTS

FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE CLERMONT-FERRAND / 30 janvier - 7 février 2015 RÈGLEMENTS FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE CLERMONT-FERRAND / 30 janvier - 7 février 2015 RÈGLEMENTS Compétition Internationale Participation des films internationaux à la Compétition Labo et au Marché du Film Court

Plus en détail

CONTRAT DE COMMANDE ET DE CESSION DE DROITS MY PROVENCE FESTIVAL / LAUREAT

CONTRAT DE COMMANDE ET DE CESSION DE DROITS MY PROVENCE FESTIVAL / LAUREAT CONTRAT DE COMMANDE ET DE CESSION DE DROITS MY PROVENCE FESTIVAL / LAUREAT Entre les soussignés : Bouches-du-Rhône Tourisme, Association loi 1901 financée par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Dont

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Droit international privé et immatériel

Droit international privé et immatériel Droit international privé et immatériel Première partie. Les biens incorporels en droit international privé I. Les sources des règles de droit international privé applicables en matière de propriété intellectuelle

Plus en détail

Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes. Aix Les Bains - le 17 novembre 2015

Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes. Aix Les Bains - le 17 novembre 2015 Numérique et droit de propriété intellectuelle Evelyne Moreau - CAPE - Mines Nantes Aix Les Bains - le 17 novembre 2015 Notre environnement! Fotolia oct. 2015 Fotolia oct. 2015 Fotolia oct. 2015 Fotolia

Plus en détail

Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0

Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0 Attribution - Non Commercial Pas d Oeuvres Dérivées 2.0 La création sonore que vous vous apprêtez à écouter et/ou télécharger sur le site www.silenceradio.org est protégée par la loi belge du 30 juin 1994

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS D AUTEUR

CONTRAT DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CONTRAT DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CE DOCUMENT EST IMPORTANT, IL CONTIENT PLUSIEURS DISPOSITIONS IMPORTANTES PORTANT SUR VOS DROITS ET OBLIGATIONS. EN COCHANT LA CASE ACCEPTATION DE CE CONTRAT (CI-APRÈS

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure En bref Les brochures, quelle que soit leur forme, sont un élément clé

Plus en détail

Contrat de commande et de cession des droits d auteur

Contrat de commande et de cession des droits d auteur Contrat de commande et de cession des droits d auteur Entre les soussignés : Université.. représentée par son Président ci-après dénommée «l Université» D UNE PART, ET : M. demeurant ci-après dénommé «l

Plus en détail

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE

ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE L'ESPAGNE Madrid, le 14 janvier 1985 ACCORD SUR LES RELATIONS CINÉMATOGRAPHIQUES ENTRE LE GOUVERNEMENT

Plus en détail

LE DROIT D AUTEUR, CREATIVE COMMONS ET LES LICENCES SUR ZESTE DE SAVOIR

LE DROIT D AUTEUR, CREATIVE COMMONS ET LES LICENCES SUR ZESTE DE SAVOIR LE DROIT D AUTEUR, CREATIVE COMMONS ET LES LICENCES SUR ZESTE DE SAVOIR Arius, Flori@n.B 22 décembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Comprendre le droit d auteur 7 2.1 Les principes du droit

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION?

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? Le contrat d édition est un contrat par lequel L auteur d une œuvre de l esprit (ou ses ayants droit) cède le droit de fabriquer (ou faire fabriquer) en nombre des exemplaires

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION

CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION CONTRAT D ACQUISITION PAR DONATION NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE WWW.TOUSCOPROD.COM CONDITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX PORTEURS DE PROJET PRÉAMBULE Les présentes conditions particulières (les «Conditions Particulières») viennent

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales lient tout Utilisateur du Site à CREATIV LINK à compter de la création d un compte sur le Site afin de bénéficier d une Prestation

Plus en détail

Demande de soutien sélectif

Demande de soutien sélectif PROGRAMMES AUDIOVISUELS (unitaire ou série) Fiction et animation, documentaire et recréation de spectacles vivants Soutien à la production Dossier 2016 Version octobre 2015 Demande de soutien sélectif

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Fonds Images de la Francophonie CINEMA

Fonds Images de la Francophonie CINEMA Fonds Images de la Francophonie CINEMA Successeur du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud (créé en 1988 et géré avec des commissions de sélection régulières depuis 1990), Le Fonds Images

Plus en détail

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL ORIGINAL : français DATE : Mars 2005 F MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION BUREAU MAROCAIN DU DROIT D AUTEUR (BMDA) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON

Plus en détail

Produits et distribution. Marchés. Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013

Produits et distribution. Marchés. Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013 Communication FINMA 49 (2013) 14 août 2013 Produits et distribution Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch A58690 Sommaire Représentants de

Plus en détail

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle 1 Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle Délibération CPR n 15.07.24.88 du 3 juillet 2015 Abroge et remplace

Plus en détail

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Coordonnées FUTUROSOFT Coordonnées CLIENT Raison Social : FUTUROSOFT Société à responsabilité limitée au capital de 109.763 Euros 8-10

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION D IMAGE. Entre les soussignés. >Madame/Monsieur... Demeurant. Dénommé ci-après «L ARTISTE» La société HEXOA

CONTRAT DE CESSION D IMAGE. Entre les soussignés. >Madame/Monsieur... Demeurant. Dénommé ci-après «L ARTISTE» La société HEXOA CONTRAT DE CESSION D IMAGE Entre les soussignés Merci de bien vouloir remplir les champs ci-dessous >Madame/Monsieur... Né(e) le à Demeurant.. Dénommé ci-après «L ARTISTE» ET La société HEXOA Société à

Plus en détail

Qui en sont les contributeurs?

Qui en sont les contributeurs? fiche pratique DE LA CAPTATION D UN SPECTACLE À SON EXPLOITATION Difficile d improviser une captation, plus difficile encore de (pouvoir) l exploiter sans avoir fait un point sur la législation applicable

Plus en détail

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique La pratique contractuelle L importance des sociétés de gestion collective dans la gestion des droits des producteurs. Que se

Plus en détail

Licence Publique de l Union européenne V.1.1

Licence Publique de l Union européenne V.1.1 Licence Publique de l Union européenne V.1.1 EUPL Communauté Européenne 2007 La présente Licence Publique de l Union européenne ("EUPL") 1 s applique à toute Œuvre ou Logiciel (telle que ci-dessous définis)

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

ACCEPTATION DES CONDITIONS INHERENTES À L UTILISATION

ACCEPTATION DES CONDITIONS INHERENTES À L UTILISATION ACCEPTATION DES CONDITIONS INHERENTES À L UTILISATION L Editeur du Site détient et exploite ce site. Son utilisation implique que vous acceptez l ensemble des termes, conditions et notifications contenus

Plus en détail

CONTRAT D'ÉDITION. M Demeurant ci-dessous dénommé Auteur d une part,

CONTRAT D'ÉDITION. M Demeurant ci-dessous dénommé Auteur d une part, CONTRAT D'ÉDITION LES SOUSSIGNÉS : M Demeurant ci-dessous dénommé Auteur d une part, et la Société : Éditions Dédicaces Inc., dont le siège est 6285, rue De Jumonville, Montréal (Québec) H1M 1R7, Canada,

Plus en détail

Compétition Nationale Participation des films français aux compétitions internationale et Labo Marché du Film Court

Compétition Nationale Participation des films français aux compétitions internationale et Labo Marché du Film Court FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE CLERMONT-FERRAND / 1 er - 9 février REGLEMENTS 2013 Compétition Nationale Participation des films français aux compétitions internationale et Labo Marché du Film Court Règlement

Plus en détail

RÉSEAU DE TÉLÉVISION DES PEUPLES AUTOCHTONES. LA PRÉSENTE ENTENTE CONCERNANT LES PRODUCTEURS prend effet le 201.

RÉSEAU DE TÉLÉVISION DES PEUPLES AUTOCHTONES. LA PRÉSENTE ENTENTE CONCERNANT LES PRODUCTEURS prend effet le 201. RÉSEAU DE TÉLÉVISION DES PEUPLES AUTOCHTONES LA PRÉSENTE ENTENTE CONCERNANT LES PRODUCTEURS prend effet le 201. e jour de ENTRE : une entreprise constituée en société en vertu des lois de, (ci-après appelée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE CAHIER DES CHARGES Référence : CRM2008/001 Objet : Création d un logo et réalisation d un support de communication Remise des offres : Date limite de réception des offres : 28 août 2008 à 16 heures Adresse

Plus en détail

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine»

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Les présentes Conditions Générales d Utilisation régissent l ensemble des différentes utilisations de l APPLICATION tablettes

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels.

Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels. SEMINAIRE ECONOMIE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE ECOLE DES MINES DE PARIS Introduction aux contrats de licences : l exemple des logiciels. Emmanuel Gougé Avocat (Cour d Appel de Paris) Solicitor (England

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel SALAIRES DU DOUBLAGE (3 août 2006) (Etendu par arrêté du 18

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION

CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION CONTRAT DE LICENCE/COLLABORATION Entre la société DIDA CONCEPT dont le siège social est 50, rue de Metz 54 580 Auboué n SIREN :438 756 330. Représentée par son Gérant, Monsieur Pascal NEY Désignée ci-après

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

Convention de Designer

Convention de Designer http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de Designer Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de

Plus en détail

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part CONTRAT DE SERVICES EN LIGNE ENTRE LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part ET Le client Ci-après dénommé «le client»

Plus en détail

Contrat de commande Œuvre musicale

Contrat de commande Œuvre musicale Contrat de commande Œuvre musicale Définitions Commande : Relation contractuelle conclue entre un Commanditaire et un Compositeur, pour un tarif prédéterminé, en vertu de laquelle une Œuvre musicale sera

Plus en détail

CONTRAT DE MANAGEMENT

CONTRAT DE MANAGEMENT MANAGER ou AGENT : Gère la carrière d'un artiste débutant ou reconnu. Prospecte, négocie et suit les contrats d'engagement (conditions artistiques, techniques, économiques et juridiques). * Peut aussi

Plus en détail

La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF

La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF La Licence ODbL (Open Database Licence) AHJUCAF/JURICAF Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés.

Article 1. Objet. Pour toutes les autres utilisations, le Producteur est tenu de s adresser directement à l ayant droit des enregistrements concernés. CONDITIONS GENERALES Article 1. Objet. 1.1. En remplissant le formulaire de déclaration, le producteur audiovisuel, dont les coordonnées sont reprises sur le formulaire de déclaration (ci-après: le Producteur

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE»

REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» REGLEMENT DU CONCOURS MACIF «PRIX MACIF DU FILM ECONOMIE SOCIALE» 1. LA SOCIETE ORGANISATRICE La Macif, société d assurance mutuelle à cotisations variables, entreprise régie par le Code des assurances,

Plus en détail

NOS FORMATIONS. et JURIDIQUE. PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée!

NOS FORMATIONS. et JURIDIQUE. PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée! NOS FORMATIONS ADMINISTRATION et JURIDIQUE PAOMULTIMÉDIAWEB3DCINÉMAAUDIOVISUELSON La formation idéale existe, nous l avons inventée! Karine > 01 43 80 23 51 06 82 25 59 49 karine@ellipseformation.com www.ellipseformation.com

Plus en détail

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES Par Caroline WEHNER Juriste en Propriété Intellectuelle, REGIMBEAU Et par Evelyne ROUX Associée, Responsable du Département Marques

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE

CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE CONTRAT DE CESSION D ŒUVRE ORIGINALE Entre les soussignés, Et (Nom, prénom), demeurant (adresse), Dénommé(e) ci-après «l Artiste» VOZ IMAGE située 4, avenue du Maréchal Juin 92100 Boulogne-Billancourt,

Plus en détail

CORSE - RÈGLEMENTS 2014

CORSE - RÈGLEMENTS 2014 CORSE - RÈGLEMENTS 2014 Aide à l écriture Cette aide est destinée à participer aux frais d'écriture d'un scénario (repérages, voyages, travail avec un scénariste, un dialoguiste...) de court métrage, long

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 5 PARTIE 1 L ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE CHAPITRE 1 CADRE GÉNÉRAL Le logiciel... 9 1. Quelle est la législation applicable?... 9 2. Le droit des brevets s applique-t-il aux

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION Analyse d un devis de production Le devis de production, élaboré à partir des besoins du scénario, est un budget prévisionnel de dépenses comprenant la description

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques Texte original 0.443.917.2 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques (Accord de coproduction entre la Suisse et la Belgique) Conclu le 9 janvier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L APPEL À PROPOSITIONS. lié à la production des portraits filmés du Jeu de Paume

CAHIER DES CHARGES POUR L APPEL À PROPOSITIONS. lié à la production des portraits filmés du Jeu de Paume CAHIER DES CHARGES POUR L APPEL À PROPOSITIONS lié à la production des portraits filmés du Jeu de Paume Date limite de réception des offres: 05/01/2015 Dates du contrat : du 24/02/15 au 30/02/16 La convention

Plus en détail