#4Approches critiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "#4Approches critiques"

Transcription

1 #4Approches critiques

2 APPROCHES CRITIQUES Dossier réalisé par Imène Amara, Edberg Porporty, Romain Ratel, avec Paul Lemperière et Medhi Bouteraa Une ouverture à la recherche Bien que vivement encouragée par la Direction générale des patrimoines, sans que pour autant en soient donnés les moyens à ses enseignants (qui n ont pas le statut d enseignant-chercheur ni un volant d heures dédié à cette activité de recherche, à la différence des enseignants des universités), la recherche dans les écoles d architecture reste balbutiante, surtout dans celles dont l effectif enseignant est réduit. Si certains enseignants de l ENSA de Clermont-Ferrand mènent des travaux, seuls ou affiliés à des laboratoires le plus souvent parisiens, aucun développement ne semble envisagé à court ou moyen terme pour faire émerger une recherche spécifique, ancrée dans les territoires. Dans le cadre du réseau Espace rural projet spatial, l ENSACF est cependant engagée dans une démarche exploratoire. À ce titre, elle accueillera en novembre prochain les cinquièmes rencontres de cette structure, dont les travaux et publications montrent le dynamisme et l intérêt 1. Afin de combler ce vide, la revue est donc apparue comme une première étape dans la construction d un processus de recherche. En révélant les forces vives au sein de l équipe enseignante et de la communauté étudiante, ce support permet à l école d être visible, donc de s affirmer. Par la mise en avant de projets pédagogiques particuliers au sein du cycle Licence, par la publication de travaux menés dans chaque domaine d étude ou au sein d ateliers, peut s esquisser, au fil des numéros de cette revue, un portrait en creux de notre école. Certains domaines d étude ont fait le pari que la recherche pouvait s engager par le projet, d autres qu elle s enrichissait plutôt par les disciplines associées. Si les démarches sont spécifiques au sein de chaque domaine d étude, la commission pédagogique a choisi de mettre en place, en parallèle, un enseignement de tronc commun qui développe l approche critique, titre éponyme de l unité d enseignement désignée. Cette dernière est une plateforme ouverte au débat critique sur des sujets d actualité, ayant trait à l architecture et à ses pratiques et transcendant les questions posées au cours du cycle Master, quel que soit le domaine d étude choisi par l étudiant. Nous voulons engager un travail critique conçu comme le reflet des interrogations d une école d architecture inscrite dans un 70 / Cf. territoire singulier mais ouverte à d autres horizons géographiques, politiques, artistiques, scientifiques, sociaux et culturels. L approche pédagogique y est transversale, pluridisciplinaire, inter-domaines d étude et adossée à la recherche. Cet enseignement vise ainsi un triple objectif : constituer une première phase de préparation au mémoire - élaboré individuellement en S8 et S9 dans le cadre des trois domaines d étude de l école - ; constituer le cahier central du numéro de la revue de l école ; mettre en place, peut-être, une plateforme de travail théorique et scientifique pour l ensemble des enseignants de l école. Pour cette première année d expérimentation, nous avons retenu comme thématique «L Architecture comme projet politique : quels enjeux pour la ville et les territoires?», en souhaitant travailler à partir de l exemple de la ville de Nantes d une part, de la situation clermontoise d autre part, tout en mobilisant des références internationales. L enjeu est de proposer aux étudiants une pluralité d attitudes et donc, d exercices, de modes d expression, de modes de transmission, dont nombreux sont les outils mobilisés dans la recherche architecturale et urbaine. Les différents supports de réflexion mis à la disposition des étudiants ont pour objectif de comprendre les tenants et aboutissants des situations analysées et plus spécifiquement du jeu d acteurs qui, dans le cadre de projets métropolitains, apparaît souvent complexe ; ces différentes sources constituent, par ailleurs, des outils méthodologiques, utiles à la réalisation du mémoire Conception de la frise technologique retraçant les grands évènements de Clermont-Ferrand, lors du workshop de l enseignement «UE 7.2 Approches critiques» ( Ratel) (bibliographie, constitution et participation à des tables rondes, analyse de discours, construction d un argumentaire, élaboration d une problématique). C est la synthèse de ce travail dont rend compte le cahier présenté 2. Il retrace la genèse, les «errements» et les réussites d un projet pédagogique d initiation à la recherche mené avec des étudiants de Master 1. Au-delà de cet objectif pédagogique, la revue cf est aussi, nous semble-t-il, l opportunité de prendre du recul par rapport à l école : les enseignements dispensés ne s apparentent plus seulement à des exercices, ni à des sanctions ou obtentions d ECTS, mais ouvrent le champ de la réflexion critique où, ce qui se joue «ici» à l ENSACF, ne peut se comprendre et s enrichir sans un «ailleurs» qui le met en perspective. Géraldine Texier-Rideau et Amélie Flamand, enseignantes-chercheures HCA et SHS, ENSACF La plateforme UE 7.2 Approches critiques est coordonnée par Amélie Flamand, Géraldine Texier-Rideau et Rafaël Magrou 1 Voir l article sur le colloque ERPS dans le cahier #5 2 Ce cahier central a été conçu sous la direction de Géraldine Texier-Rideau et Amélie Flamand. Il a été rédigé et mis en page avec la participation des étudiants inscrits dans l option Diffuser l architecture : principalement Romain Ratel, Edberg Porporty et Imène Amara et, de manière très partielle, Paul Lemperière et Medhi Bouterra.

3 Cf. / 71

4 Ailleurs Retours d expériences > Objectifs et méthodes À travers ce nouvel enseignement, l objectif annoncé aux étudiants était d aiguiser leur esprit critique en les amenant à se positionner sur un sujet d actualité. Pour cette première session, nous avons abordé le thème de l architecture comme projet politique, au sens étymologique du terme, qui découle de polis, la cité. En ce sens, l intervention de l architecte est toujours politique car elle participe à l édification du territoire des hommes. Il nous appartenait, dès lors, de comprendre la forme prise par cet acte politique aujourd hui et le rôle joué par l architecte parmi la multitude d acteurs intervenant dans la fabrication de la ville. Pour répondre à cette question, un certain effort de distanciation a donc été nécessaire. Les approches proposées au cours du semestre ont cherché, à leur manière, à provoquer le recul nécessaire. Dans cette optique, les étudiants se sont dotés d une «boîte à outils» destinée à développer leur esprit critique. Les données ainsi recueillies ont été retranscrites à travers une grande diversité de supports : cartes et plans de synthèse communs à tous les groupes, livrets, frises, etc. > Regards croisés L approche choisie dans l UE 7.2 préfère, à l isolement disciplinaire, l ouverture pour comprendre qui participe à la fabrication de la ville. Pour ce faire, il importe de regarder à la fois d autres territoires, mais aussi d autres manières de créer ou de diffuser le savoir. Dans le cadre de cet enseignement, l échange direct avec les acteurs est apparu déterminant pour saisir les enjeux urbains. Deux tables rondes et des conférencesdébats ont été organisées par nos enseignants. Ces modalités ont d abord été expérimentées lors du voyage à Nantes, où les étudiants ont été conviés à une première table ronde avec des acteurs locaux : Alain Bertrand, directeur-adjoint de la SAMOA, Laurent Devisme, sociologue, enseignant à l ENSA de Nantes et Astrid Gingembre, coordonnatrice de l opération Voyage à Nantes et collaboratrice de Jean Blaise. À Clermont-Ferrand, le grand amphithéâtre de l ENSACF a accueilli des conférences avec des intervenants spécialisés dans la 72 / Cf. fabrique de la ville tels que Rachid Kander, directeur de l agence d urbanisme et de développement de Clermont Métropole, des universitaires comme Thomas Zanetti, docteur en géographie, aménagement et urbanisme à l université Jean Monnet de Saint-Étienne, ainsi que des acteurs de la vie culturelle de la ville, comme Olivier Bianchi, adjoint au maire chargé de la politique culturelle de Clermont-Ferrand ou encore Jean-Claude Saurel, président du festival du Court-Métrage. Durant le semestre, six groupes de travail, explorant chacun une thématique, ont été créés : espaces publics, traces et mémoires, mobilité, image et perception, polarités et vivre à Clermont-Ferrand. Cette répartition a permis de centrer le regard sur différents aspects de la ville afin de mettre en évidence certaines interactions qui n auraient pu être décelées autrement. Si chaque thème a généré des questionnements particuliers, tous les groupes ont soulevé le rôle joué par quelques acteurs majeurs et le rapport de force établi entre eux pour contrôler l évolution de la ville de Clermont-Ferrand. La figure tutélaire de Michelin depuis la fin du XIX e siècle est, à ce titre, un des exemples les plus parlants et, à de nombreuses reprises, convoqué dans ce travail de synthèse. Par ailleurs, certains groupes ont mis l accent sur des «dysfonctionnements» ou des difficultés pour certains acteurs à s entendre sur le développement futur de la ville. Le groupe «Image et perception» rend Affiche du voyage à Nantes (2013) (www.levoyageanantes.fr/fr) compte notamment de l absence d une politique de renouvellement urbain innovante à Clermont-Ferrand (à l inverse d une ville comme Nantes) ; les étudiants du groupe «Traces et mémoire» constatent, eux, les difficultés rencontrées quand les projets des «acteurs de la mémoire» (archéologues et historiens de la ville gallo-romaine enfouie) coïncident peu avec ceux des investisseurs qui participent à l élaboration de la ville de demain. > Expérimenter différents outils et modes de représentation Lorsqu il cherche à comprendre un territoire ou une ville, l architecte a souvent, comme réflexe premier, d en analyser le plan. Il utilise les outils qu il maîtrise, ceux dont il a l habitude de se servir. Aborder un sujet avec une approche critique, c est à la fois essayer de nouveaux outils, mais aussi associer ceux que l on maîtrise avec d autres approches pour enrichir notre connaissance sur un sujet donné. Pour mener à bien les différents travaux demandés, les étudiants ont donc puisé dans la «boite à outils» qui était mise à leur disposition (le travail d enquête de terrain des journalistes, les questionnaires des sociologues, l exploitation d une bibliographie variée ), voire exploré des approches nouvelles (l arpentage, le relevé ) pour poser des regards nouveaux et pluriels sur la ville prise en tant qu objet d étude. La dimension expérimentale de l enseignement consiste donc à essayer de nouveaux outils avec lesquels les étudiants ne sont pas forcément habitués à réfléchir

5 et à représenter. Pour la première fois dans leur formation, les futurs architectes effectuent un travail d analyse profond, développé sur un semestre, sur un sujet bien précis ayant trait à la ville. Ce travail s apparente plus au domaine de la recherche qu à celui pratiqué dans l école pendant le cycle de licence. Il permet de travailler à la fois le fond et la forme : les exercices de la phase «Dans la peau d un journaliste» ont beaucoup aidé les étudiants à formuler une pensée à l écrit, ainsi qu à exprimer un point de vue critique face à une situation donnée. Grâce à ce travail, ils ont aussi compris que, quel que soit le contexte, l architecture est intimement liée à la politique et plus spécialement lorsque les enjeux sont financiers ou bien liés au prestige, à l image de la ville. Dans cette unité d enseignement, le projet n a pas été oublié. Le groupe «Mobilité et espaces publics» a, suite à leur analyse, proposé un projet fictif de ligne de tram B le long duquel de nouveaux espaces publics pourraient être réaménagés. La particularité pédagogique de cette unité d enseignement a été de laisser les étudiants gérer eux-mêmes le temps qui leur était imparti pour effectuer le travail, prendre des initiatives et s essayer à l autonomie. Les enseignants sont intervenus, à différents moments de la réflexion, pour mettre en place toutes les conditions nécessaires à la production de la réflexion critique, tout en ne donnant que des orientations minimales. Cet enseignement avait aussi pour objectif de préparer les étudiants au travail de rédaction de leur mémoire de fin d études, positionné en S8 et S9. Les travaux de recherche (bibliographie, sources archivistiques, revue de presse) comme la rédaction d articles ont permis d acquérir certains réflexes nécessaires à l élaboration du mémoire de fin d études de Master. Dossier Image & Perception : Accary Valérian / Astier David / Constans Stéphane / Derouault Johannie / Esther Alexandre / Gravelle Nina / Massacry Jéromine / Paumier Antoine / Porporty Edberg / Serrurier Jérémy / Sicard Guillaume. Dossier Mobilité : Adelantado Pauline / Auger Clarisse / Bernardet Elodie / Boyer Cécile / Coudert Marine / Hech Yannick / Peralta Vera / Ratel Romain / Sautereau Alexis. Dossier Espaces publics : Damas Fabien / Girardin Amaury / Kusnierek Hannah / Lagrange Julien / Laporte Mathieu / Marty Hugo / Mazuel Jonathan / Richon Amandine / Suceava Ioana / Susan Roxana. Dossier Traces & Mémoires : Combes Jean / Emard Gabriel / Fillias Lucien / Frackiewicz Cedric / Huang Yuanpu / Gangarossa Laurie / Martinat Anthony / Rousseau Laurent / Thémiot Paul / Vinadelle Nicolas. Dossier Centralité : Allart Bastien / Amara Imène / Betend Marie- Laure / Carpov Anastasia / Ciurte Loredana / El Khayati Abdelhadi / Merloi Adina / Oana Maniculea / Pallavicini Mathieu / Schieberlein David. Dossier Vivre dans l entre-deux villes : Aba El Houcine / Bouteraa Medhi / Dotremont Hervé / Laurent Damien / Lemperiere Paul / Marfisi Nora / Martinez Damian / Reygade Théophile / Vlasa Ligia. Cf. / 73

6 Ailleurs Retours d expériences zooms Vue depuis le Quai des Antilles, extrémité ouest de l île de Nantes ( Ratel) Table ronde, Nantes Lors du voyage d études à Nantes, une table ronde a été organisée dans l incontournable «Lieu Unique». Trois intervenants étaient invités à nous parler du jeu d acteurs nantais : Alain Bertrand, directeur-adjoint de la SAMOA (Société d aménagement de la métropole Ouest-Atlantique), Astrid Gingembre, coordonnatrice de l opération Voyage à Nantes (collaboratrice de Jean Blaise, directeur artistique de la biennale d art contemporain Estuaire et du Voyage à Nantes) et Laurent Devisme, sociologue et enseignant à l École nationale supérieure d architecture de Nantes. Alain Bertrand a expliqué les trois missions de la SAMOA : la mise en place d une stratégie de développement de la métropole Nantes / Saint-Nazaire, le pilotage global des projets de l île de Nantes et notamment du développement du quartier de la création. Ont été mis en avant les étapes d évolution de ce vaste projet territorial et le rôle que chaque acteur de la métropole était censé jouer. À ce titre, ont été évoqués la position de l architecte dans ce projet ambitieux et le travail accompli par Alexandre Chemetov durant neuf ans pour le développement de l île de Nantes, à travers son Plan-guide. Astrid Gingembre a évoqué le rôle joué par les projets culturels dans le développement et l appropriation de la ville par les habitants mais aussi par et pour les touristes : Le Voyage à Nantes, mis en place durant l été 2012, est à la fois une structure et un événement dont le but est de développer un tourisme urbain et estival grâce à des animations ludiques - souvent gratuites - dans tous les hauts-lieux de la ville et en invitant les artistes à s exposer dans l espace urbain pour réveiller la ville grâce à l art. Le parcours-promenade, guidé par un fil rose, se dessine jusqu à Saint-Nazaire et intègre la biennale d art contemporain Estuaire dont était proposé le dernier opus. L intervention de Laurent Devisme s est déroulée autour de la thématique de la fabrique de la ville évoquée dans l ouvrage Nantes, petite et grande fabrique urbaine, qu il a dirigé, en s interrogeant sur le rôle du Plan-guide de Chemetov dans la fabrication urbaine et ses répercussions sur les manières d habiter à Nantes dans ces territoires en reconversion. Les méthodes et outils, mis en place par l équipe de recherche du laboratoire LAUA pour analyser ce territoire, ont été aussi présentés. 74 / Cf.

7 Le Plan-guide : projet de développement de l île de Nnates (documents graphiques extraits de l ouvrage Nantes, petite et grande fabrique urbaine, p. 178) Cf. / 75

8 Ailleurs Retours d expériences zooms > À propos de capteurs et d écritures Laurent Devisme Maître-assistant SHSA, LAUA, ENSA de Nantes Suggérons trois enjeux de description des réalités urbaines en transformation. Le premier est relatif à notre quotidien urbain, le second à la découverte de l inconnu urbain, le troisième au projet urbain tel qu on pourrait aussi l aborder et l enseigner dans une école d architecture. La saisie des transformations concrètes des espaces publics, de leur tonalité, questionne nos capacités de lecture. Il faut, plus souvent qu on ne le croit, se réapproprier la matérialité de la ville, ce qui ne veut pas dire une opposition à la saisie de la ville comme texte. C est bien une exigence de décentrement que cette connaissance du quotidien urbain : ce qui est familier n est pas pour autant connu. De ce côté, une véritable description urbaine reste d actualité, dans les pas des recommandations de Georges Pérec produisant son «journal d un usager de l espace» en cherchant à saisir tout ce qui advient. Dans cette perspective, s il faut le plus souvent se trouver un guide, c est à défaut un principe qui peut jouer un tel rôle : chercher à être systématique, développer une approche par incongruité en prenant au sérieux les effets d un dispositif comme le rond-point par exemple. Si le sens commun n indique aucune charge affective a priori pour ce qui permet la distribution optimale des flux d unités véhiculaires en plusieurs directions, on peut, à condition d y regarder de plus près, saisir en quoi il transforme les paysages, la cognition de l automobiliste comme la teneur de certains espaces publics. Retrouvons volontiers cet aphorisme de Flaubert selon lequel tout est intéressant à partir du moment où on l observe assez longtemps. À l inverse de l observation de notre quotidien familier, il faut aussi tester nos capacités descriptives dans des contextes inconnus. Ainsi du protocole que nous avons pu activer au Laua, intitulé «une semaine, une ville» et de ses extensions. Il s agit d un test de l écriture in situ, de la description ramassée de ce qui s observe dans une ville non familière. L hypothèse principale est bien qu il existe une ville saillante que l on peut voir à l œil nu! C est une traversée plus qu un arpentage, motivée par le pari que la ville qui se donne à voir «à tout le monde», 76 / Cf. au quotidien, par ses espaces publics, est susceptible de nous en apprendre sur la condition urbaine. En somme, le programme de recherche de G. Simmel sur «les grandes villes et la vie de l esprit», qui a plus d un siècle, reste d actualité, questionnant toujours les capacités du passant sans rôle manifeste qu est le chercheur en cette occasion. On voit ici que «nommer / classer» des photographies est d un précieux recours. Par extension, l exercice peut s appliquer sur une coupe de temps de 48h. C est alors une petite épreuve physique certes, l attention flottante pourra-t-elle l emporter sur la nécessité de se reposer? L écriture «à chaud» permet en tout cas de mettre en œuvre des figures du phénomène que l on a sous les yeux. Qu en est-il par exemple de ce qui se signale toujours d abord par des vues zénithales - je songe à Dubaï en l occurrence? Que peut-on dire de l architecture iconique et de la ville «marketée» lorsque l on se place au ras des pâquerettes? Le troisième registre de questionnement de l observation porte sur le projet urbain. J essaie à cet égard dans mon travail de chercheur et en lien avec les matières que j enseigne, de me rapprocher des acteurs de la fabrique urbaine. Cette nécessité provient du fait que le projet urbain comme le projet territorial sont globalement mal connus en tant que collectifs d énonciation et de réalisation. L échelle architecturale est quant à elle mieux cernée mais presque toujours sous les auspices de l emblème et de la singularité d un quelconque auteur. Les deux cadrages descriptifs énoncés plus haut valent toujours pour le projet urbain. L observation de l espace insulaire en transformation (île de Nantes) est ainsi passée par ce que nous avons nommé «La battue de l île de Nantes», dans le registre de la traversée à visée de décentrement et de consignation de la ville manifeste. Une première fois avec l hypothèse que la ville en projet laisse des interstices et des temps dont certains usagers font quelque chose. Une deuxième fois avec trois analyseurs, saisis par des binômes enquêteurs qui partent en quête d un thème (habiter l île, nature en l île, travailler sur l île). La battue peut facilement associer l observation flottante et l observation focalisée. Dans une visée cumulative, ce type d observation, cartographié, permet de montrer des transformations très rapides, ainsi du registre des activités commerciales - les commerces de bouche notamment - ou de la transformation de rues (on ne peut qu inviter à faire l ethnographie du «mail du front populaire», une nouvelle rue issue du plan-guide d A. Chemetoff). La ville en projet passe en outre par un déploiement accentué d activités qu il faut prendre au sérieux. Ajoutons l enjeu de la description des actants des transformations urbaines : ici le rapprochement avec les opérateurs du projet prend tout son sens, notamment s il vaut dans la durée, nécessitant un rapport de confiance comme une clarté des visées analytiques. Il faut notamment pouvoir accéder à un ensemble de réunions technicopolitiques (l enjeu de les observer est central), pratiquer leur calme examen, complété par des entretiens longs dans lesquels les particularités des cultures professionnelles puissent s exprimer. Cette approche n est pas localiste, le suivi des acteurs peut mener loin, passer d un dispositif à un autre. Elle permet de voir la plasticité des outils, la reconfiguration du gouvernement urbain (comment s est constituée la société du Voyage à Nantes, au croisement de quels enjeux), l émergence de nouveaux espaces vitrines (le quartier de la création). C est à de telles observations et analyses que différentes recherches contractuelles ont pu nous conduire, impliquant Nantes Métropole dans leur financement. En pratiquant une ethnographie des projets et stratégies dont on trouve si peu trace dans la littérature sur le projet urbain, on procède également à un travail de «décolonisation» du langage, fortement marqué par l univers du management.

9 > Quelques références Devisme (Laurent), «De quelques enseignements de la fabrique urbaine en mode projet urbain : le prisme nantais» in La France, une géographie urbaine (dir. L. Cailly, M. Vanier), Paris, A.Colin, 2011, p Devisme (Laurent), «48h Dubaï. De quoi cette ville est-elle le témoin?» avec Pauline Ouvrard in Lieux communs, n 14, 2011, p Devisme (Laurent), «Une semaine - une ville. À la recherche d une expressivité de l urbain» In Lieux communs, n 12, 2009, p Devisme (Laurent), Dumont (M.), «L éthologue et le tenure track : figures nantaises d activistes de la pensée urbanistique» in Annales de la recherche urbaine, n 104, Pérec (Georges), Espèces d espaces, Paris, Galilée, Pérec (Georges), Penser / Classer, Paris, Hachette, Offres urbaines éphémères : L île phénoménale. Soirée d inauguration d Estuaire. (Source : Images extraites d une planche photographique réalisée par l équipe de recherche LAUA, rapport déc. 2007) Photographies : Pierre-Arnaud Barthel Extrait de Petite et grande fabrique urbaine, p64 Cf. / 77

10 Ailleurs Retours d expériences zooms > Perspective internationale source : > La ville fantôme de Kangbashi 3 Le projet de Kangbashi, ville nouvelle chinoise, débute au cours des années 2000, pour accueillir près d un million d habitants. La course à la croissance donne lieu à la construction d une ville moderne et surdimensionnée, bâtie entièrement sur ordre du pouvoir politique local. Pour réaliser un placement financier, des investisseurs ont acquis des propriétés sans intention de les vendre, de les louer ou même d y habiter. Les populations locales n étant pas assez riches pour s y installer, c est en réalité une ville déserte qui s érige puisqu un dixième seulement de sa capacité est habité. Dans les pays émergents comme sur les vieux continents, les villes fantômes deviennent un phénomène urbain de plus en plus courant, sous l effet de la crise mondiale, et entraînent parfois toute une région dans leur chute. Le paysage architectural produit est spectaculaire et terrifiant : les mêmes tours de logements d aspect monolithique se répètent à l infini. Victimes de la folie des grandeurs, de longues et larges avenues ne desservant aucun bâtiment sont tracées puis laissées à l abandon. L impact sur le territoire est énorme puisque ces voiries occupent une surface considérable. Ville-dortoir reliée à une ville mère située 78 / Cf. à 30 kilomètres, celle-ci ne possède aucun équipement de première nécessité. Si sa construction a créé des emplois, cette ville constitue surtout un modèle d urbanisation rapide dans une zone désertique et le résultat est catastrophique. Aucun projet ne semble avoir été pensé en adéquation avec les besoins réels des habitants de cette région : comment une ville sans équipements peut-elle attirer de nouveaux arrivants? Comment des habitations «haut de gamme», hors de prix, peuvent-elles être proposées à d éventuels acheteurs de classe populaire ou de classe moyenne? Face à cet échec, la ville a alors décidé de lancer une opération comprenant de nouveaux programmes afin de rentabiliser les investissements colossaux mis en jeu. Des architectes reconnus sont appelés à la rescousse, après coup, pour «sauver» la ville. Initié en 2008 par la compagnie chinoise Jiang Yuan Water Engineering Ldt, le programme Ordos 100 a pour objectif d attirer de nouveaux habitants à Kangbashi et de «remplir» la ville nouvelle. Sous la houlette d Ai Weiwei et de Herzog & de Meuron, 100 architectes de 27 nationalités, sont amenés à dessiner les plans de 100 villas de mètres carrés chacune. De cette expérience inédite, le célèbre artiste chinois a tiré un film intitulé Ordos 100 qui a été présenté avec deux autres vidéos lors de la 41 e édition de l IFFR (International Film Festival Rotterdam). Ce projet médiatisé a été réalisé sans qu il y ait eu pour autant de véritable réflexion quant à l insertion urbaine de ces villas et ne semble pas permettre la construction d une urbanité. Que dire de l engouement suscité par ce projet de la part des architectes? Dans le cas de Kangbashi, la ville a été pensée comme un coffre-fort pour investisseurs et l intervention d architectes de renommée ne semble qu un pis-aller, peu à même de ramener de la vie dans la ville fantôme. 3 Cet article a été pensé par Cédric Frackiewicz sur la base du travail réalisé dans le cadre de l enseignement Approches critiques, perspectives internationales.

11 Schéma du déroulement de la ville de Kangbashi. Frackiewicz Les cent villas du projet Ordos 100 Juan Pablo Maza Carlos Bedoya, Victor Jaime, Wonne Ickx, Abel Perles Vue aérienne d une partie de la ville. MOS - Michael Meredith, Hilary Sample Source : kangbashi-ville-nouvelle-et-deserte-en-mongolie-interieure. OBRA architects Cf. / 79

12 Ici Portrait de Clermont Clermont-Ferrand, une ville multiple Les étudiants ont analysé Clermont-Ferrand à travers six thématiques avant de les croiser lors d un atelier final : son image, sa mémoire, son réseau de mobilité, ses polarités, ses espaces publics mais aussi les manières d habiter la capitale auvergnate ont été questionnés pour mettre en évidence les relations complexes qui se jouent entre les acteurs contribuant à la fabrication de la ville, qu ils soient politiques, économiques, sociauxculturels, associatifs, institutionnels, ou encore appartenant à des groupes privés. À la lecture des dossiers réalisés, des questions transversales émergent et permettent d esquisser un portrait, en creux, de Clermont- Ferrand, sous la forme d un triptyque. Un territoire-archipel De Augustonemetum à Clermont-Ferrand, la capitale des Arvernes n a cessé de se développer depuis sa fondation. Elle changera bientôt d échelle passant de Clermont Communauté à celle de la métropole : le Grand Clermont (regroupant 108 communes) est un ambitieux projet d aménagement territorial piloté par l agence Clermont Métropole. Sa bible se nomme SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) et engage la ville dans un développement sans précédent à long terme. De manière générale, le SCoT incite à maîtriser la périurbanisation et à stimuler l organisation en archipel de l agglomération en facilitant les déplacements, plus particulièrement par les transports collectifs. Sur ce territoire éclaté, l équité sociale et territoriale ne peut s opérer que si les pôles de vie sont mis en réseaux selon une logique d intermodalité, cette organisation visant à améliorer l attractivité de l ensemble du Grand Clermont en offrant un cadre de vie agréable à ses habitants. Alors que la population du territoire tend à vieillir, le SCoT pose comme enjeu d attirer une population nouvelle qui lui permettrait d atteindre habitants et de faire ainsi partie des métropoles qui comptent. Ce document s appuie sur le potentiel économique et démographique de Clermont-Ferrand, seule ville du territoire pouvant capter les grands équipements (le TGV) et dotée de moyens lui permettant de jouer un rôle à l échelle nationale. 80 / Cf. > Le tramway L un des enjeux du SCoT, en termes de mobilité, est d améliorer l accessibilité vers et depuis la métropole. Si la mobilité sous toutes ses formes revêt un caractère nécessaire pour atteindre les objectifs d équité de déplacement pour l ensemble de la population, c est avant tout sur le tramway que semble reposer le projet de déplacement : en effet, la ligne A (actuellement La Pardieu- Champratel) a été pensée de manière à avoir un grand nombre de correspondances mais aussi de parc-relais, permettant de faire l interface entre la voiture et les modes de déplacement doux. Le tramway structure donc les déplacements mais aussi l immobilier. En effet, l essentiel des grands projets urbains se fait le long de cette ligne : infrastructures et équipements deviennent supports d espaces publics - bien que de qualité discutable - qui structurent les quartiers desservis. Ce moyen de transport doux très emprunté par les Clermontois essuie, cependant, de vives critiques quant à l irrégularité du trafic le week-end due au manque de desserte transversale, notamment de la gare, même si la ligne de bus à haut niveau de service (ligne B) tente de combler le vide. > Le TGV comme trait d union entre Clermont et Montferrand? L arrivée du TGV est programmée pour Ce qui ne semble pour l instant qu une figure d annonce (notamment depuis l annonce du report de la ligne LGV Paris-Orléans- Clermont-Lyon à 2035), apparaît pourtant essentiel dans le projet métropolitain, qui vise à désenclaver la ville. En mars 2012, un groupe de réflexion réunissant une trentaine de professionnels des agences d urbanisme françaises - la FNAU - a planché sur l emplacement idéal de la future gare TGV de Clermont et l a située dans l entredeux villes. Il s agit d un espace longtemps délaissé entre Clermont et Montferrand, là où Michelin a su développer ses activités et sur lequel tous les espoirs de développement se portent aujourd hui : polarité administrative (Centre de la République, CAF, Commissariat, etc.) et culturelle (La Coopérative de Mai, Polydôme, etc.) Au fil des années, cet espace d abord hors la ville, qui a accueilli des activités porteuses de nuisances (abattoirs, usines, caserne, cimetière), s est transformé. Mais de grandes portions de territoire en friche se maintiennent après la cessation de certaines Les différentes échelles de mobilité de l agglomération Clermontoise (Source : Dossier du thème mobilité )

13 Carte de synthèse indiquant les orientations principales des liens qui unissent les différents quartiers de l entre-deux-villes entre eux et avec le reste de la ville. L orientation principale des liens suit l axe Clermont- Montferrand. Le Brezet exerce une attraction secondaire et les relations avec un territoire plus lointain est perceptible. (Carte effectuée par le groupe du thème vivre dans l entre-deux villes.) activités industrielles. Ces enclaves mal exploitées constituant des obstacles dans la ville, il est envisagé d y créer un véritable centre métropolitain, grâce à la construction d équipements majeurs à rayonnement régional qui sont déjà ouverts ou en projet sur le site. L implantation de la future gare TGV à cet endroit apparaitrait dès lors significative pour la transformation de ce morceau de ville, nécessitant sans aucun doute le rééquilibrage de la carte clermontoise. La ligne à grande vitesse représente ainsi un potentiel considérable pour Clermont, mais aussi pour la métropole à la recherche d un dynamisme économique et d une revalorisation de son image. > L Auvergne verte Parmi les attraits que compte cette ville, la proximité de la nature est l un des plus marquants. Une proximité telle que pendant longtemps la végétation interne à la ville semblait accessoire : hormis le jardin Lecoq et le parc Montjuzet, Clermont est pauvre en espaces verts urbains. Dans la politique de métropolisation conduite par la Ville, la nature redevient l un des enjeux les mieux portés par les élus. La Chaîne des Puys, paysage exceptionnel du territoire français, fait corps avec une ville qui l a pourtant souvent ignorée dans ses étapes de développement «contre-nature». Elle en définit pourtant les limites au nord, à l ouest et au sud, et est perceptible dans la quasitotalité de la ville. C est donc parce que ce territoire spécifique participe à l identité de Clermont-Ferrand, mais aussi pour son potentiel de développement touristique et de mise en valeur patrimoniale, que la région entreprend sa sauvegarde à travers une démarche de classement au patrimoine mondial de l UNESCO. Cette volonté de préserver ce que la métropole a de plus précieux, la nature (50% du territoire est situé dans deux grands parcs régionaux), participe de la construction d une nouvelle image. Après la ville industrielle et noire de par sa pierre volcanique, l heure est à la ville verte ou à l «écocité», dont l image est aujourd hui façonnée et véhiculée par l association «Auvergne Nouveau Monde» avec l aval de la municipalité. Bien que les ambitions soient réelles, nous ne pouvons pourtant que constater l absence de projets enclenchés à l échelle du Grand Clermont, dont une large part du territoire, rural, reste isolé et peu concerné par les transformations à venir. Cette incohérence entre le discours et l action ralentit indéniablement la marche vers la métropolisation. Pour autant, les volontés politiques sont là et les efforts ne sont pas négligeables, même si les enjeux écologiques de la ville dépassent largement la simple création d éco-quartiers, pour créer une «éco-métropole» ambitieuse. «Le Grand Clermont est un territoire actif où vivent personnes. Il s étend sur 108 communes, autour d une grande agglomération : Clermont-Ferrand, capitale auvergnate. Il est l alliance entre la force d une métropole et la richesse de territoires ruraux dynamiques et rayonne bien au-delà des simples frontières de l Auvergne.Le Grand Clermont est aussi en charge de la rédaction du SCoT. Il s agit d un document d urbanisme et de planification, pour répondre aux besoins à venir de la population. Il fixe un cadre de développement à long terme. Il sert à trouver un équilibre entre les espaces urbains ou à urbaniser et les espaces naturels. Il doit nous permettre de satisfaire les besoins immédiats et futurs tout en préservant les ressources pour les générations futures. C est au SCoT que revient la difficile mission de trouver de la cohérence entre des intérêts locaux variés, et parfois divergents, et ce pour bien vivre ensemble.» Définition extraite du site du Grand Clermont. Cf. / 81

14 Ici Portrait de Clermont Frise iconographique construite à partir de multiples supports (sites internet, photographies tirées d ouvrages ou prises in situ ) représentant les images associées à Clermont-Ferrand. (Conception : groupe Image & Perception) Une politique culturelle par délégation? Depuis 1935, la ville de Clermont-Ferrand est un bastion socialiste. Pour autant, cette longévité politique ne semble pas avoir engendré un projet culturel ambitieux. Durant le mandat de Roger Quilliot ( ), par ailleurs ministre de l urbanisme et du logement, la municipalité ne tire pas profit des subventions d État qu André Malraux met à la disposition des villes françaises pour encourager le développement de la vie culturelle. C est donc une autre forme de culture qui s organise à Clermont-Ferrand, à travers une poignée d associations, qui pallie le vide laissé par la municipalité clermontoise persuadée, durant cette époque, que l urgence est ailleurs. Aujourd hui, les élus socialistes, attirés par le statut valorisant de métropole régionale, tentent de reprendre la main. Pour rattraper le retard, ils développent des projets de valorisation du paysage et du patrimoine bâti. La culture, moteur de dynamique urbaine, est donc développée à travers un double jeu d acteurs, institutionnel et associatif. > Mécénat paternaliste versus exception culturelle associative Parmi les «poids lourds» de la ville, l entreprise Michelin ne semble jouer qu un rôle très mineur dans la vie culturelle clermon- 82 / Cf. toise. Au début du XX e siècle, l entreprise vise l éducation des ouvriers, et fonde, de manière durable, une culture populaire basée exclusivement sur le sport, notamment à travers son club de rugby. En dehors de cet investissement sportif, l entreprise est quasi-inexistante dans le mécénat culturel de Clermont-Ferrand. Il aura fallu la 35 e édition (en 2013) du plus important événement culturel de la ville, le Festival International du Court Métrage, pour que Michelin fasse un geste : un soutien financier de euros dans la partie internationale du festival. Car l invité, cette année-là, est l Inde, pays dans lequel la firme a de gros intérêts économiques et souhaite, encore une fois, soigner son image. Ce festival, le deuxième événement de ce type en France le plus important après celui de Cannes en termes de fréquentation, est la parfaite représentation de la vie culturelle clermontoise par délégation. Créée en 1978 de manière autonome par trois étudiants clermontois, Antoine Lopez, Georges Bollon et Jean-Luc Mathion, la structure - association loi de ce festival, est indépendante de la ville, qui lui fournit surtout les lieux et une logistique adaptée pendant la semaine de projection (promotion, partenariat avec la SMTC pour les transports en communs ). Ces moyens mis à disposition du Festival par la Ville deviennent néanmoins de plus en plus importants au fil des années. Et ce même lorsque les intérêts de ces deux acteurs divergent. Afin de pouvoir augmenter le potentiel de fréquentation du Festival et arguant de la proximité de la ligne de tramway, la municipalité a voulu offrir au Festival une salle comptant plus de places - au Polydôme - ; la direction du Festival a jugé, quant à elle, le lieu trop éloigné de l aire d influence de la manifestation, l objectif annoncé depuis sa création étant de permettre aux festivaliers comme aux professionnels du marché du court métrage de pouvoir faire tous leurs déplacements à pied. En outre, pour créer un lieu dédié à ce qui est devenu une institution -, le festival du court métrage et son association de sauvegarde du film court «Sauve qui peut le court métrage» -, la Ville a créé la Jetée en plein centre-ville. Il n en reste pas moins que, étant une association à but non lucratif, le festival doit non seulement assurer des partenariats avec les financeurs publics (la municipalité, le département, la région, l État, etc.) mais aussi avec des investisseurs privés (les imprimeries De Bussac, Canal +, Nikon ) pour continuer d exister et de se développer. Ainsi, si le festival du court est maintenant connu à l échelle internationale par les initiés, il est également devenu, sur son territoire natal, un pilier culturel de la ville, mais également de toute la région. En s appuyant sur l association Plein-Champ des cinémas d Auvergne, il organise des projections en zone rurale et se porte plus particulièrement à la rencontre d un public néophyte

15 et très jeune, dans le cadre scolaire. Cette rencontre des Auvergnats avec le cinéma, qui ne cesse de se développer en dehors de l événement festival, et qui produit une activité culturelle toute l année, est la preuve sans conteste que les associations sont la force culturelle du territoire clermontois. > Le réveil tardif des pouvoirs publics Bien que fortement développée par le monde associatif (musique, art, cinéma ), l offre culturelle est aujourd hui en passe d être reprise en main par la municipalité qui ambitionne, enfin, de rattraper le train culturel qu elle a laissé passer au début des années Après de nombreuses années de déni de la culture, puis d hésitation, elle semble donc prête à s investir pleinement dans la politique culturelle. Elle souhaite ainsi étoffer et soutenir les acteurs privés et indépendants pour renforcer la vitalité culturelle clermontoise : la Coopérative de Mai, voulue par la Ville, gérée par une association (Pop art), implantée sur un terrain appartenant à Michelin, est l exemple parfait d un partenariat réussi entre public et privé. Cette ambition culturelle nouvelle s inscrit dans la politique de développement à l échelle métropolitaine : elle est basée à la fois sur la construction de grands équipements et sur la mise en valeur de son patrimoine. Olivier Bianchi, adjoint au maire chargé de la culture, exprime son souhait de lancer des projets «emblématiques» (Grande Bibliothèque, scène nationale...), à l image de grandes métropoles comme Bordeaux ou Nantes. La mairie entend ainsi faire passer le budget de la culture de 7% à environ 13% lors du prochain budget municipal, en espérant atteindre 20%, à l image de la ville de Montpellier. Outre les projets de construction, la Ville souhaite aussi participer à la valorisation de son patrimoine paysager, et encourage le classement de ses Monts. Pour autant, le discours est encore peu clair concernant le patrimoine bâti et notamment celui situé sous terre. Car Clermont-Ferrand est un vaste site archéologique (460 fouilles archéologiques en 15 ans, rien que sur le territoire clermontois) qui devrait impulser une politique culturelle de revalorisation plus importante de ce patrimoine enfoui. Bien que grande richesse, les vestiges gallo-romains semblent constituer un patrimoine parfois «gênant», qui freine certains projets de construction, grevant par ailleurs considérablement le budget alloué (le cas du carré Jaude 2 en est un exemple édifiant). Source : com/ Le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand est un festival consacré au film court, ouvert à tous les publics. Il est la plus grande manifestation de ce type au monde, comptant en moyenne entrées. Parallèlement, il accueille aussi un marché du court-métrage pendant la semaine de l événement. Cette institution existe depuis Au début, il s agissait d une association universitaire confidentielle. Face à un rapide succès, la manifestation s institutionnalise. Tous les cinémas de Clermont-Ferrand participent désormais à l événement. En 2000, la ville a cofinancé - avec l Europe, l État, les Conseils général du Puy-de- Dôme et régional d Auvergne - un lieu spécifique où sont regroupés les bureaux et un centre de documentation cinématographique rassemblant plus de titres. Ceci donne à l association une visibilité en dehors du festival. L association promeut, par ailleurs, le cinéma toute l année dans les écoles de l agglomération clermontoise. Le festival a été le tremplin pour de nombreux réalisateurs aujourd hui reconnus, tels Cédric Klapisch, Jean-Pierre Jeunet ou encore Jan Kounen. Cf. / 83

16 Ici Portrait de Clermont Michelin, figure tutélaire de la ville? > Michelin, le père En 1889, lorsque les frères Michelin reprennent une petite entreprise d articles en caoutchouc installée à Clermont-Ferrand depuis 1832, ils ne se doutent certainement pas de l importance économique, sociale et politique qu elle aura 130 ans plus tard sur la ville. Si Clermont-Ferrand est aujourd hui associée dans l imaginaire collectif à Bibendum, c est certainement parce que l histoire de la firme s est écrite en parallèle de celle de la ville. C est tout d abord par l implantation de ses usines successives que Michelin opère une première colonisation du territoire clermontois, dans une zone jusqu alors délaissée entre Clermont centre et Montferrand. Très rapidement, les besoins de la petite entreprise nécessitent des aménagements particuliers pour les ouvriers dont les conditions de vie sont difficiles : des cités ouvrières d abord (3 443 logements construits entre 1905 et 1930), puis des équipements (écoles, cliniques, coopératives et équipements sportifs). Ces aménagements posent les bases de ce qui sera le paternalisme de Michelin : l on naît, l on vit et l on meurt sous la bannière de la firme. Présence de Michelin en 1925 Cartes issues du dossier centralités, partie 1, Clermont-Ferrand une ville aux multiples polarités Présence de Michelin en 1952 > Michelin, le «maire» La puissance de Michelin se déploie au fil des années et son rapport avec Clermont- Ferrand évolue considérablement au point de devenir l un des acteurs phares, mais officieux, de la politique de la ville. Sans posséder de pouvoir décisionnel, l influence politique de l entreprise est très importante. Cette influence montre le rapport ancestral de complicité entendue, entre économie et politique, bien que d obédiences politiques différentes. En effet, le pouvoir qu elle détient sur la ville, la firme le doit en grande partie à sa puissance financière. Son apport d actifs est considérable avec ses emplois, qui en font le plus gros employeur de la région. Historiquement, comme l explique Thomas Zanetti dans la thèse qu il a soutenue récemment sur les rapports entre Clermont- Ferrand et Michelin (cf. texte dans ce dossier), le géant du pneu a toujours été un contre-pouvoir pour la ville de Clermont- 84 / Cf. Ferrand. Face à la montée en puissance de l entreprise capitaliste, la Ville de gauche a toujours veillé à la défense des droits des ouvriers et à leur cadre de vie. Un rapport de force qui a paradoxalement augmenté le pouvoir de l entreprise, qui était assurée d une main d œuvre ouvrière pacifiée en échange de la prise en main totale de la vie de ses employés. Durant les Trente Glorieuses, l influence de Michelin sur le développement de la ville ne cesse de s étendre, notamment dans le domaine du développement d infrastructures de déplacement, production de pneus oblige. Tout d abord, la firme a contribué au premier chef à l implantation d un aéroport sur le sol auvergnat, afin de desservir les principaux sites Michelin dans le monde. Par ailleurs, ses dirigeants ont su exploiter certains événements majeurs comme la venue, un temps, du Concorde. En tant que fournisseur des pneumatiques de ce supersonique franco-anglais, Michelin utilise alors le prestige et l avancée technologique de l aviation française en s y associant. Plus récemment Clermont a réintroduit - à l instar de nombreuses villes dites métropolitaines - le tramway comme mode de déplacement sur son territoire. Le choix d un tramway monorail sur pneu relève là encore d une pression de la firme, qui a également eu un rôle décisif lors de l élaboration du parcours privilégiant la desserte de ses sites d exploitation et de décision, au détriment d autres lieux pourtant structurants pour la ville, comme la gare. Toute puissante, l entreprise s octroie donc un droit de regard sur les plus grands projets de la ville, en particulier ceux qui peuvent modifier la dépendance de celle-ci vis-à-vis d elle. > Michelin stratège Clermont-Ferrand dépend de Michelin. Comment ne pas dépendre d une entreprise qui vous apporte une telle quantité

17 Michelin et l ASM d emplois? Certes, certaines usines Michelin ferment et le nombre d ouvriers baisse, mais Michelin n abandonne pas encore son lieu de naissance : elle est la seule entreprise du CAC 40 à avoir gardé son siège en province. Elle prévoit même d y ouvrir un centre de recherche : une bonne nouvelle pour la ville à la recherche d une aura métropolitaine d excellence, même si l implication de l entreprise reste toujours stratégique et en rapport avec une logique de profit et d affirmation de son image. Ainsi la firme investit dans le club de rugby local, club qui portait son nom à ses débuts, Association Sportive de Michelin qui a, depuis, évolué en Association Sportive Montferrandaise avant d être rebaptisé ASM-Clermont Auvergne. Aujourd hui, ce club, l un des meilleurs du rugby français et international, véhicule toujours l image de Michelin. Michelin et la ville de Clermont offrent ainsi l image d un couple distant mais soudé, aux intérêts bien compris. Le projet «Urbalad» sur le site Michelin de Ladoux est le symbole d une entente cordiale mais surtout durable instaurée entre Clermont-Ferrand et Michelin. (source : info Magazine 07/02/2011) > Michelin partenaire Clermont-Ferrand, nous l avons vu, est fortement marquée par l image de Michelin. Au-delà des enjeux politiques, le rapport qui se joue depuis des décennies entre l entreprise privée et la municipalité relève, en réalité, d une entente basée sur un profit réciproque. En tant que deuxième propriétaire foncier de la ville, Michelin ne peut que très difficilement être ignoré, même si ces moyens de contrôle s amenuisent au fil des ans. Avec la fermeture des usines, elle lègue aussi à la ville des friches et des terrains, dont celui du nouveau CHU Estaing par exemple. Ces rétrocessions de terrains sont, pour Michelin, une manière de mettre en place une entente cordiale, après plusieurs années d ignorance. Ainsi, la Ville tend à regagner son territoire et son pouvoir de gouvernance, non sans faire participer la firme à son développement futur. Dans la perspective d un Grand Marcel Michelin ( ), fondateur de l ASM. Le club de rugby est créé en 1911 par Marcel Michelin. L association a alors pour vocation d occuper et distraire les employés de l entreprise. Dès 1926, l ASM compte parmi les clubs de première division du rugby français, place à laquelle elle s est maintenue depuis. Bien qu elle entretienne toujours un lien particulier avec le club qu elle a façonné, la firme a aujourd hui pris ses distances avec l AS montferrandaise, devenue une société anonyme sportive professionnelle (SASP). Michelin serait presque devenu un simple sponsor si elle n avait été le propriétaire du stade. Ce détachement est dans la droite ligne d une politique plus large de désengagement des œuvres sociales. C est cependant un homme de Michelin, Éric de Cromières, qui prendra la tête prochainement du club. Clermont, le rôle de Michelin sera plus que jamais important. Un rôle politique d abord, avec la mise en place de délégués Michelin dans les ateliers de réflexion sur le développement de la ville : une première qui sort le géant du pneu de son droit de regard officieux sur la politique clermontoise. En affirmant sa position de métropole et de capitale régionale, Clermont-Ferrand doit apparaître comme une ville dynamique et conviviale, pour attirer notamment les cadres de la multinationale. Malgré son retard (sur le plan culturel notamment, mais aussi en termes de développement urbain), Clermont-Ferrand semble ainsi prête à amorcer un renouveau, à condition que les ambitions politiques des uns coïncident avec les désirs des autres. En mettant en œuvre le projet du Grand Clermont, les différents acteurs de la ville ont dû se mettre autour de la table et échanger, dresser aussi le bilan d années de maladresses et de repli. Il importe aujourd hui aux élus, aux professionnels et aux citoyens de consolider les forces du territoire clermontois et d asseoir la politique culturelle de la ville, en y apportant une plus grande cohérence, afin d augmenter son attractivité. Dans cette marche vers la métropolisation, Michelin apparaît comme un acteur clé avec lequel la ville doit renforcer le dialogue, dans un but de développement commun. L ambition clermontoise est loin d être vaine, et repose maintenant sur les volontés politiques et économiques. Sans pouvoir réellement faire une comparaison avec la ville de Nantes, on ne peut qu être surpris cependant par la différence de parcours de deux villes où la stabilité politique apparaît, pour l une, comme une véritable opportunité de développement et, dans une certaine mesure, comme un frein pour l autre. Souhaitons donc que les débats aient enfin lieu et que l ambition annoncée se concrétise. Cf. / 85

18 Ici Portrait de Clermont zooms Lever de soleil sur Clermont-Ferrand (Source : Arnaud Frich. Table ronde, Clermont-Ferrand Cette fois, c est l école d architecture qui recevait trois nouveaux interlocuteurs pour évoquer les projets et les acteurs majeurs de Clermont-Ferrand. Rachid Kander, directeur de l agence d urbanisme et de développement de Clermont Métropole, a rappelé les différentes échelles de gouvernance (Ville, Clermont communauté, Clermont métropole ) et les acteurs qui y sont associés. Ont été aussi analysés les enjeux auxquels la Ville est confrontée, et présentés les territoires de développement futur pour mener à bien ce projet de métropolisation. Jean-Claude Saurel, président du Festival du Court Métrage, a rappelé la genèse de cet événement, né en Il a aussi parlé de la place qu occupe le festival international du court métrage, de ses collaborations avec d autres instances culturelles et associatives (ENSACF, Traces de vie, Carnets de voyage, etc.) et insisté sur la notion d éducation populaire que porte le festival à travers son ouverture à tous les publics et pas seulement aux initiés. Thomas Zanetti, docteur en géographie, aménagement et urbanisme, à l université Jean Monnet de Saint-Étienne, nous a présenté les relations qu entretient la firme Michelin avec la ville de Clermont-Ferrand, depuis le début du XX e siècle. Ce portrait de Clermont a aussi été enrichi par une visite du théâtre-opéra, alors en pleine restauration, et suivie d une conférence animée par Olivier Bianchi, adjoint au maire chargé de la politique culturelle depuis Ce dernier a évoqué la place de la culture dans la politique clermontoise et le retard que celle-ci tend à rattraper. Il a aussi rappelé que les ambitions étaient réelles et qu elles pourraient se concrétiser à travers la construction de lieux culturels nouveaux, dont le développement permettrait à la Ville de se repositionner sur le devant de la scène culturelle clermontoise jusque-là sous la houlette des associations. 86 / Cf.

19 Arrêt de tramway Ligne A tramway Ligne B Voies principales Pistes cyclables Bornes Moovicité Parkings relais Arrêts principaux Carte des enjeux du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale.) Source : carte effectuée par le groupe mobilité Logo du Grand Clermont. (Source : Clôture du 35 e Festival du court métrage Source : Travaux de la grande salle de l Opéra Source : photographie d un étudiant lors de la visite de chantier organisée par l école Cf. / 87

20 Ici Portrait de Clermont zooms > Le rôle de Michelin dans la production urbaine clermontoise d un siècle à l autre Thomas Zanetti Docteur en géographie, aménagement et urbanisme, Université Jean-Monnet Saint-Étienne On peut dresser un portrait des relations entre Clermont et Michelin en analysant l influence de l entreprise sur la construction de la ville, dans ses dimensions à la fois spatiales et sociales. En faisant un bond dans le passé, à l époque où se sont définies les relations entre l élite économique et l élite politique, on peut en effet mieux saisir les formes contemporaines de la gouvernance urbaine clermontoise. À la fin du XIX e siècle, époque à laquelle naît l entreprise Michelin, Clermont-Ferrand est caractérisé par sa morphologie urbaine spécifique. Il existe en effet un entre-deux villes qui correspond au cœur géographique de la commune, autour de l axe de deux kilomètres qui sépare les deux centres anciens de Clermont et de Montferrand. Cette particularité va être mise à profit par Michelin, qui va se rendre propriétaire de nombreux terrains dans cet entre-deux villes, à la fois pour construire des usines et des quartiers d habitation. On peut donc dire que se construit un «espace Michelin» formé d une double dimension, industrielle et résidentielle, et occupant une surface de 180 hectares en L entreprise est donc à cette époque le principal aménageur de la ville et il y a à Clermont un lien ténu entre les processus d industrialisation et d urbanisation. Une fois cet espace Michelin constitué, il se forme ce que l on peut appeler un «monde Michelin», qui est composé des cités patronales et des équipements collectifs construits par l entreprise : en 1930, Michelin possède logements à Clermont-Ferrand. Étant donné la concentration de ces logements dans des secteurs spécifiques, il se crée un monde clos sur lui-même. Avec l ensemble des équipements paternalistes comme les écoles, les installations médicales ou sportives, on voit apparaître une organisation sociale spécifique, qui signe le passage de l «espace Michelin» au «monde Michelin». Durant cette première moitié du XX e siècle, face à une entreprise qui étend sa logique productive à la construction de la ville, la municipalité de Clermont dispose d une marge de manœuvre très réduite, d autant 88 / Cf. qu elle est confrontée aux problèmes urbains engendrés par la brutale croissance industrielle et démographique, notamment le manque de logements. Dans le domaine de l habitat ouvrier, les pouvoirs publics laissent ainsi le secteur privé, et surtout Michelin, assumer la charge du logement populaire et la résolution de la crise du logement. Sur un plan plus politique, les dirigeants de Michelin ne participent jamais directement Vue de la cité de La Plaine au début des années 1930 (Source : Bonnet, Gazagnes, 2002) à la vie politique locale ; néanmoins les relations entre la mairie et l entreprise sont nombreuses, et souvent caractérisées par une compréhension mutuelle, sans toutefois que s installe une véritable coordination. Michelin détient un pouvoir sur la ville suffisamment important pour ne pas avoir à solliciter la puissance publique. La majorité des interactions entre la ville et la firme se joue dans le domaine de l aménagement urbain ; on peut recenser un conflit notable entre les deux acteurs, qui intervient en L usine Cataroux à la fin des années (Source : Zanetti, 2012)

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN. L entre - deux villes

CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN. L entre - deux villes CLERMONT - FERRAND SAINT - JEAN L entre - deux villes Clermont-Ferrand/Saint-Jean 20 L entre deux villes Site inscrit dans l ÉcoCité Clermont métropole Population : 143 000 hab. (ville) ; 290 000 hab.

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire amur promotion 2012-2013 La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé Partenaire Equipe Projet Laure Bellon-Serre Marie Chevillotte Clément Javouret Pierre Le Moual

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Budget des universités : un effort sans précédent

Budget des universités : un effort sans précédent Clermont-Ferrand, 25/01/2010 Rectorat Service communication Contact presse Béatrice Humbert Téléphone 04 73 99 33 00 Fax 04 73 99 33 01 Mél. Ce.comm @ac-clermont.fr 3 avenue Vercingétorix 63033 Clermont-Ferrand

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Guide d élaboration d un plan de développement

Guide d élaboration d un plan de développement Guide d élaboration d un plan de développement Présentation du guide Plan de développement : définissez votre avenir Pourquoi faire un plan de développement? Certains diront que ne pas de développer c

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Manager le changement

Manager le changement Une vraie démarche structurée pour réussir le changement Le changement? Une opportunité mais aussi un risque. Dans un contexte de plus en plus fluctuant, la capacité à bien gérer les transitions est devenue

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

Les petites lanternes magiques

Les petites lanternes magiques FESTIVAL DU FILM D ANIMATION SCOLAIRE Les petites lanternes magiques Juin 2008, Tournefeuille, cinéma Utopia Le G.R.A.P.E & La Menagerie Pour la troisième édition du Festival Les Petites Lanternes Magiques,

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services

Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise. Notre offre de services Le Cluster du Quartier de la création vous accompagne dans le lancement et le développement de votre entreprise Notre offre de services 2 Genèse 3 Le Quartier de la Création Genèse du projet urbain Située

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue)

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue) en partenariat avec présente «Votre Association dans le Grand Paris, quel avenir?» Thème 4 : Comment le Web et l innovation numérique peuvent-ils contribuer à construire un espace démocratique, social

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

contrats de développement territorial (CDT) projet de territoire de long terme

contrats de développement territorial (CDT) projet de territoire de long terme 2 3 Situé dans la vallée de la Seine, à moins de trois kilomètres au sud de Paris, desservi aujourd hui par les RER C et D, l autoroute A 86 et demain par le réseau du Grand Paris Express, le territoire

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Charte d engagements réciproques 2015

Charte d engagements réciproques 2015 Charte d engagements réciproques 2015 SOMMAIRE PREAMBULE... 2 OBJECTIFS..... 2 INTERETS MUTUELS...3 ENGAGEMENTS RECIPROQUES..3 ENGAGEMENTS DE LA CITE NANTES EVENTS CENTER..4 ENGAGEMENTS DU CONTRIBUTEUR....4

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Dossier de presse Université de Lille

Dossier de presse Université de Lille Dossier de presse Université de Lille 14 octobre 2013 Présentation de la stratégie politique globale Le projet Université de Lille correspond à une démarche de rapprochement des trois universités lilloises

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Alsace Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Alsace 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques géographiques

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

La métropole Nantes - Saint Nazaire

La métropole Nantes - Saint Nazaire La métropole Nantes - Saint Nazaire Visibilité internationale Stratégie de marque pour le territoire Conseil de développement Séance du 27 octobre 2010 Un rayonnement national Avec des interventions dans

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2012 Public Cible N d agrément formation Diplômés de niveau Bac

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques - Economie de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail