L activité de banque centrale dans un contexte de dette publique élevée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L activité de banque centrale dans un contexte de dette publique élevée"

Transcription

1 L activité de banque centrale dans un contexte de dette publique élevée CHRISTIAN NOYER Gouverneur Banque de France Dans le contexte de crise fi nancière et de dette publique historiquement élevée qui a caractérisé les dernières années, les banques centrales ont été confrontées à des exigences considérablement accrues. Elles ont réagi en adoptant des mesures non conventionnelles, en ajustant leur cadre opérationnel et en accroissant de manière signifi cative la taille de leur bilan. Nous serons sans doute amenés à vivre pendant un certain temps encore avec cette conjonction de dette publique élevée et de mesures non conventionnelles. Il est donc essentiel de maintenir des objectifs clairs et de préserver les deux piliers fondamentaux de l activité de banque centrale hérités du consensus antérieur à la crise : la priorité accordée à la stabilité des prix et son corollaire, l indépendance de la banque centrale. Banque de France Revue de la stabilité fi nancière N 16 Avril

2 Dans de nombreuses économies avancées, la dette publique a atteint des niveaux sans précédent en temps de paix. Dans le même temps, la crise a poussé les banques centrales à réaliser des interventions également sans précédent, tant par leur ampleur que par leur diversité. Une question essentielle, pour les marchés comme pour les autorités, est de savoir si nos cadres actuels de fonctionnement, fondés sur la domination monétaire (c est-à-dire la capacité de la banque centrale à remplir son mandat de manière efficace), la stabilité des prix et l indépendance de la banque centrale seront suffisamment robustes pour faire face à ces évolutions. Au stade actuel, cette question est largement abstraite : les anticipations d inflation sont solidement ancrées, les banques centrales agissent en toute indépendance et la domination monétaire semble bien assurée. Si l on se projette dans l avenir néanmoins, il est possible de distinguer un certain nombre de risques. Ils appellent à une très grande prudence dans l élaboration des décisions et à un renforcement du cadre de l action publique. Le présent article analyse les interactions entre politique monétaire et politique budgétaire dans un contexte de dette publique très élevée et en déduit un certain nombre de conséquences. Les prescriptions détaillées de politique font encore défaut même si une stratégie communément préconisée consiste à associer flexibilité à court terme et assainissement crédible à long terme. Dans la plupart des pays, il n existe pas de cadre institutionnel capable de servir de base à ces engagements de plus long terme. Les intervenants de marché pourraient, par conséquent, rester sceptiques quant à la capacité politique à se saisir véritablement des problèmes liés à l ajustement budgétaire. La crédibilité est essentielle car la soutenabilité elle-même est endogène. Il est très clairement apparu en Europe au cours de l année 2011 que les prophéties concernant la soutenabilité de la dette pouvaient être auto-réalisatrices. Elles poussent à la hausse les primes de risque et les taux d intérêt, ce qui nécessite de dégager des excédents primaires plus importants et complique l atteinte de l équilibre budgétaire. Dans un contexte de dette publique élevée, l interaction entre politiques budgétaires et marchés de capitaux est complexe et instable. Deux écueils doivent être évités : les références à l Histoire qui, bien que très utiles et instructives, ne doivent être considérées ni comme une raison de se résigner ni comme une preuve que les défauts sont inévitables. À l inverse, dans les pays où les déficits peuvent être facilement financés, il ne doit y avoir de place ni pour la complaisance, ni pour le report du processus d ajustement. 1 POLITIQUE BUDGÉTAIRE ET DETTE PUBLIQUE L augmentation des ratios de dette/pib a mené les économies avancées en territoire inconnu. Comme le notent Reinhart et Rogoff dans leur étude majeure, This time is different, tous les pays dont le ratio a dépassé 80 % ont connu de longues périodes de faible croissance et d instabilité financière. Cependant, l Histoire nous éclaire peu dans les circonstances actuelles. Les marchés financiers ont atteint une profondeur et un stade de développement inégalés au cours des cent cinquante dernières années. Le monde déborde d épargne en quête d instruments de placement sûrs et liquides. Et tous les pays ont fait part de leur détermination à maîtriser leur dette et à placer leurs finances publiques sur une trajectoire soutenable. 2 LES POLITIQUES MONÉTAIRES Avant la crise, une description de la politique monétaire des principales économies avancées aurait mis en évidence quatre caractéristiques : elles étaient centrées sur un objectif précis : la stabilité des prix, et ne recherchaient ou n exerçaient pas de responsabilité particulière en matière de stabilité financière ; elles étaient soumises à des limites : les bilans des banques centrales étaient de taille très réduite et les taux d intérêt constituaient leur unique instrument ; elles étaient indépendantes, condition reconnue comme nécessaire à l ancrage des anticipations d inflation, et incarnée par des cadres institutionnels très solides ; et elles étaient efficaces : la «Grande Modération», période de volatilité exceptionnellement faible de la production et de l inflation, a été largement considérée comme le fruit de politiques monétaires efficaces et avisées. Dette publique, politique monétaire et stabilité fi nancière 10 Banque de France Revue de la stabilité fi nancière N 16 Avril 2012

3 Nous avions le sentiment d avoir enfin trouvé un régime monétaire pérenne et en adéquation avec les caractéristiques d une économie de marché moderne. Les marchés financiers semblaient efficients et la borne zéro des taux d intérêt ainsi que la trappe à liquidité apparaissaient comme de pures curiosités historiques. Avec le recul, nous voyons bien aujourd hui que cette économie «idéale» n a sans doute jamais existé. La «Grande Modération» a probablement été tout autant le résultat d une «bonne fortune» (découlant des effets désinflationnistes de la mondialisation) que celui d une «bonne politique». La stabilité monétaire est une condition certes nécessaire, mais pas suffisante, de la stabilité financière, car les marchés de capitaux ne sont pas toujours et pas nécessairement efficients. L efficacité de l instrument du taux d intérêt peut par ailleurs être rapidement annulée par des spirales financières négatives. Les banques centrales ont répondu à la crise par des mesures sans précédent et, ce faisant, ont connu trois changements majeurs. Leurs interventions se sont diversifiées, avec deux objectifs : débloquer les marchés financiers (par la fourniture exceptionnelle de liquidité et des achats temporaires d actifs), et contourner la borne zéro des taux d intérêt en faisant baisser les taux d intérêt réels à long terme grâce à des achats d obligations d État, et/ou à l orientation des taux d intérêt. En conséquence, la taille des bilans des banques centrales a triplé, ce qui a considérablement accru leur rôle dans l intermédiation financière et a pu faire naître des inquiétudes, du moins chez certains, quant à d éventuelles retombées inflationnistes. 3 LES INTERACTIONS ENTRE POLITIQUES BUDGÉTAIRE ET MONÉTAIRE Les interactions entre la politique budgétaire et la politique monétaire peuvent être considérées sous différents angles. Le premier est un angle «technique» : en temps normal, les autorités budgétaires et monétaires interagissent par le biais de la gestion de la dette publique. Les titres d État constituent la principale source de collatéral pour les opérations monétaires. Et la gestion de la dette a une incidence sur le profil de la courbe des rendements, et donc sur les mécanismes de transmission de la politique monétaire. Dans une perspective plus large, les politiques monétaire et budgétaire déterminent conjointement la production et l inflation. Ces interactions sont parfois qualifiées de «stratégiques», car le policy mix est le produit d actions autonomes de la part des autorités budgétaire et monétaire, chacune s efforçant d atteindre le résultat le plus proche de ses préférences (ou de son mandat). Toutefois, si l émetteur souverain est parfaitement solvable, ce «jeu» est dominé par la banque centrale indépendante qui, en toutes circonstances, est en mesure d atteindre son objectif d inflation. Lorsqu elles prennent leurs décisions de politique monétaire, les banques centrales intègrent la situation budgétaire comme une variable «exogène», potentiellement source de chocs sur l inflation, et réagissent en conséquence en prenant toutes les mesures nécessaires pour atteindre la stabilité des prix. Les politiques non conventionnelles entraînent trois difficultés supplémentaires. D abord, les achats d actifs publics et privés sont parfois perçus comme des mesures «quasi-budgétaires». L utilisation dynamique du bilan des banques centrales a des effets sur l allocation et sur la distribution des ressources dans l économie. Elle peut favoriser ou pénaliser certaines garanties ou certains emprunteurs. Elle peut contribuer au transfert de ressources entre les agents privés. Ensuite, avec l augmentation de la taille de leur bilan, les banques centrales peuvent être perçues comme accroissant les risques potentiels sur leur capital et/ou sur leur capacité à distribuer à l État les bénéfices générés par le seigneuriage. La plupart du temps, cette crainte n est pas fondée puisque les banques centrales peuvent atténuer les risques qu elles prennent en adoptant des mesures appropriées telles que l application de décotes aux garanties. Les gouvernements pourraient toutefois utiliser cet argument pour tenter d influencer des aspects spécifiques de la politique monétaire. Enfin, évidemment, les achats d emprunts publics par les banques centrales peuvent être considérés comme un financement monétaire de l État. C est d ailleurs la raison pour laquelle les achats sur le marché primaire sont interdits dans la zone euro. Les interventions sur le marché secondaire peuvent se Banque de France Revue de la stabilité fi nancière N 16 Avril

4 justifier soit pour débloquer les marchés et assurer une transmission correcte des impulsions monétaires (dans la zone euro) soit, dans d autres juridictions, pour influer sur les taux longs et sur les primes de risque lorsque les taux directeurs atteignent la borne zéro. Un équilibre délicat doit être trouvé entre l ampleur de ces opérations (parfois significative afin de produire des résultats) et la nécessité d éviter tout malentendu quant à l objectif réel poursuivi. 4 LES NIVEAUX ÉLEVÉS DE DETTE PUBLIQUE Les niveaux élevés de dette publique limitent les possibilités des politiques budgétaire et monétaire. Ce phénomène est bien connu en ce qui concerne la politique budgétaire. Au-delà d un certain point, qui n est absolument pas prévisible ou automatique, si la politique budgétaire devient trop accommodante, les agents privés commencent à anticiper un resserrement pour l avenir. Ils deviennent «ricardiens» et adaptent leur épargne en conséquence. La relance budgétaire devient alors contreproductive tandis que l assainissement, en revanche, favorise la croissance. Il se peut que l Europe soit aujourd hui proche d une telle situation. Des niveaux élevés de dette publique rendent également la solvabilité de l État très dépendante de l orientation monétaire. En présence d un encours important de dette, les taux d intérêt ont une influence considérable sur l équilibre budgétaire. Toutes choses égales par ailleurs, des excédents primaires plus élevés sont requis pour atteindre l équilibre et maintenir la soutenabilité. Dans des circonstances extrêmes, avec des niveaux de dette très élevés, et si la politique monétaire doit être durcie, il n y a aucun moyen de dégager l excédent primaire nécessaire. Il n existe alors pas d «état du monde» dans lequel la contrainte budgétaire et l objectif de stabilité des prix puissent être satisfaits simultanément. Les économies doivent alors choisir entre le défaut souverain et l inflation. La plupart des économies avancées sont très loin de ce point critique. Toutefois, si des doutes persistent quant à la soutenabilité de la dette dans de grandes économies, ils pourraient affecter les perceptions du marché relatives aux politiques monétaires. Si ces doutes se transformaient en certitudes, les économies avancées pourraient découvrir une situation dans laquelle le conflit potentiel entre stabilité des prix et solvabilité de l État deviendrait flagrant et aigu. En résumé, un niveau élevé d endettement public augmente la probabilité d une domination budgétaire (dans laquelle la politique monétaire perd son indépendance et son efficacité) dans le futur. Si cette possibilité était perçue et intégrée dans les anticipations actuelles d inflation, elle pourrait représenter une menace importante pour la stabilité monétaire et financière. 5 LA STABILITÉ FINANCIÈRE Les marchés de dette souveraine sont les plus liquides du monde (mais pas nécessairement les plus efficients ainsi que l a montré, par le passé, leur incapacité à imposer des politiques budgétaires soutenables). C est pourquoi les obligations d État des économies avancées, notamment des États-Unis, servent naturellement de réserve de valeur, y compris pour les non-résidents. Comment le caractère sans risque, et donc la liquidité, de la dette souveraine sont-ils garantis en dernière analyse? Selon une école de pensée actuellement en vogue, l emprunteur souverain conserve toujours le contrôle de la «planche à billets» et ne peut donc faire défaut sur sa dette. À ce compte, seuls les emprunteurs souverains disposant du pouvoir d émission monétaire peuvent effectivement émettre des titres réellement sûrs. En revanche, ceux qui ont transféré leur souveraineté monétaire à une banque centrale supranationale (comme dans la zone euro) ne peuvent pas émettre de dette intrinsèquement sûre et sont pénalisés par des primes de risque et des taux d intérêt plus élevés. Cette analyse suppose que la monnaie et les obligations sont deux moyens parfaitement substituables pour générer du revenu public. Elle intègre la possibilité de monétiser la dette publique, quelles qu en soient les conséquences pour l inflation. Je ne partage absolument pas cette analyse. Bien que techniquement correcte, elle est en contradiction totale avec l essence et les principes de tous les régimes monétaires actuels, y compris l indépendance de la banque centrale. Une Dette publique, politique monétaire et stabilité fi nancière 12 Banque de France Revue de la stabilité fi nancière N 16 Avril 2012

5 approche plus juste consisterait à considérer la dette publique comme liquide et sans risque parce qu elle est garantie par le pouvoir de l État de lever des impôts, dans le présent comme dans le futur. Pour cette raison, elle est tout à fait à même de transférer de la valeur d une période, ou d une génération, à une autre, ce qui est exactement ce que les agents économiques attendent d une réserve de valeur. À l évidence, les obligations d État ne peuvent remplir cette fonction que s il n y a aucun doute sur le futur pouvoir d imposition de l État, ce qui se rapproche beaucoup d une définition de la soutenabilité de la dette. Et la qualité de la dette publique dépend également, sur la durée, du pouvoir d achat de la monnaie, c est-à-dire de la stabilité des prix, et repose donc sur la crédibilité de la banque centrale à réaliser son objectif de façon permanente. 6 CONCLUSION Les exigences qui se posent à toutes les grandes banques centrales se sont fortement accrues avec la crise, entraînant un ajustement considérable de leurs cadres opérationnels et une extension notable de leur palette d instruments de politique monétaire. En assumant toutes leurs responsabilités, les banques centrales prennent également des risques supplémentaires. La multiplication de leurs interventions pourrait être interprétée comme une dilution de leurs objectifs. Les intervenants de marché et certains responsables politiques ont tendance à considérer les banques centrales comme des entités omnipotentes, dont les bilans peuvent être utilisés sans coûts, et à toutes sortes de fins. Il existe également un doute, tout au moins une ambiguïté, dans l esprit de certains analystes, quant au véritable objectif de certaines de leurs interventions, comme les achats d obligations d État. La dominance budgétaire, réelle ou perçue, peut être jugée possible. En résumé, l activisme des banques centrales peut compliquer la réalisation du cœur de leur mandat, la stabilité des prix, face à des contraintes et à des pressions croissantes. Pour la période à venir, nous devrons peut-être vivre avec la conjonction d une dette publique élevée et de mesures non-conventionnelles. Il est probable que la politique monétaire aura recours, durant un certain temps, à une diversité d instruments. Les mesures macroprudentielles interagiront de manière complexe avec les politiques monétaires. Il est donc d autant plus important de conserver des objectifs clairs et de rester fidèle à deux caractéristiques fondamentales des banques centrales, héritées du consensus antérieur à la crise : la priorité accordée à la stabilité des prix et son corollaire, l indépendance de la banque centrale. Il ne doit y avoir aucune ambiguïté sur ce que les banques centrales tentent de réaliser. Plus leurs mesures sont non-conventionnelles, plus leur objectif ultime doit être clair. Toutes les grandes banques centrales du monde sont à présent engagées dans des interventions exceptionnelles : elles achètent des montants considérables de dette ou bien elles fournissent de la liquidité aux banques. Ces opérations ont une justification claire ; mais comme toutes les autres, elles ne peuvent atteindre leur objectif que si les anticipations d inflation sont solidement ancrées. À cet égard, les appels de certains économistes et intervenants de marché en faveur d un assouplissement temporaire des objectifs de stabilité des prix sont erronés. Au contraire, il est très significatif que deux grandes banques centrales, celles des États-Unis et du Japon, aient récemment décidé de quantifier leur objectif de stabilité des prix et d améliorer leur communication en conséquence. Dans l ensemble, la zone euro est bien protégée contre tous ces risques grâce à la robustesse de son cadre institutionnel. La stabilité des prix constitue, sans aucune ambiguïté, l objectif prioritaire de la politique monétaire, inscrit dans le Traité de l Union européenne. Le financement monétaire des États est strictement interdit. L Eurosystème (la BCE et les banques centrales nationales) est extrêmement bien capitalisé. Son indépendance est donc protégée contre tout risque lié à la croissance de son bilan. Par conséquent, les doutes relatifs à la soutenabilité budgétaire ne peuvent pas se traduire par une montée de l inflation. Ainsi que l expérience l a montré, de tels doutes entraînent une augmentation des écarts de rendement des obligations souveraines. Par conséquent, il est très important qu un assainissement budgétaire crédible soit mis en œuvre dans l ensemble de la zone euro. La dette publique est aussi un bien public. Sa valeur doit être fermement défendue et protégée maintenant, et à l avenir. Banque de France Revue de la stabilité fi nancière N 16 Avril

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux POINTS DE PRESSE POUR LE CHAPITRE 3 DES PERSPECTIVES DE L ECONOMIE MONDIALE, AVRIL 2013 TELLE L HISTOIRE DU CHIEN QUI N A PAS ABOYE : L INFLATION A-T-ELLE ETE MUSELEE, OU S EST-ELLE SIMPLEMENT ASSOUPIE?

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise La zone euro est depuis le début de la crise grecque au bord de l implosion. Un doute profond s est progressivement généralisé à l ensemble des pays, et une question a émergé : la création d une monnaie

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*)

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les Journées de l Economie Lyon, 12-13 novembre 2009 «Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire?» (*) les vues exprimées

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Désiré Loth La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

L avenir de la dette publique

L avenir de la dette publique L avenir de la dette publique Radu Nechita, de l Université de Cluj (Roumanie) est chercheur associé à l IREF. Il commente une étude sur l avenir de la dette publique présentée (en anglais) sous l égide

Plus en détail

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime?

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? juin - N 71 Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? On observe depuis mi-7 une forte accélération des taux de défaut sur les cartes de crédit (credit cards). Outre l effet cyclique négatif (taux

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Perspectives de l'économie mondiale, octobre 2009 Par Antonio Fatas, Prakash

Plus en détail

Introduction. 18 février 2016

Introduction. 18 février 2016 18 février 2016 Évaluation de la notification par la Belgique conformément à l article 458, paragraphe 9, du règlement (UE) n 575/2013 concernant la prorogation d une mesure nationale plus stricte pour

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle Nations Unies Conseil économique et social Commission économique pour l Afrique Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique Quarante-neuvième session

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Séminaire de recherche Banque de France Sciences Po Mardi 16 juin 2015. Le financement de l économie : de nouveaux canaux pour la croissance

Séminaire de recherche Banque de France Sciences Po Mardi 16 juin 2015. Le financement de l économie : de nouveaux canaux pour la croissance Séminaire de recherche Banque de France Sciences Po Mardi 16 juin 2015 Le financement de l économie : de nouveaux canaux pour la croissance Introduction de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes)

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE: Une calculette non-programmable et non graphique. REMARQUE IMPORTANTE :

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.10.2009 SEC(2009) 1390 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la COMMUNICATION

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Principes directeurs relatifs aux obligations simplifiées en matière de plan de redressement

Principes directeurs relatifs aux obligations simplifiées en matière de plan de redressement boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Communication Bruxelles, le 8 juin 2015 Référence: NBB_2015_19

Plus en détail

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA)

Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Bruxelles, le 15 mars 2012. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats financiers 2011 de BNP Paribas Fortis (Fortis Banque SA) Résultat net avant activités abandonnées d EUR 585 millions (*), après dépréciation des

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

réflexions r perspectives

réflexions r perspectives Les opérateurs immobiliers face au projet de réforme: r réflexions r et perspectives Séminaire du 5 novembre 2008 Manuela von Kuegelgen Avocat Simont Braun I. En guise d introduction: quelques constats

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

PREVISIONS DE RENDEMENTS

PREVISIONS DE RENDEMENTS Perspectives PREVISIONS DE RENDEMENTS 2015-2019 Perspectives «L avenir est comme un couloir dans lequel nous ne voyons que grâce à la lumière venant de derrière.» Cette citation d Edward Weyer Jr. résume

Plus en détail

Culture économique et sortie de la crise financière. Michel Zerbato

Culture économique et sortie de la crise financière. Michel Zerbato Culture économique et sortie de la crise financière Michel Zerbato La spéculation : une vieille histoire! La crise financière est due à une spéculation sans frein favorisée par les NTIC et l opacité des

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06 Concevoir des politiques fiscales propices à l acquisition de compétences La conception du système fiscal exerce une influence considérable sur le niveau des compétences au sein des économies de l OCDE,

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé

Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé Pour une approche systémique du renforcement des systèmes de santé Les réponses du secteur de la santé à l évolution du monde ont été inadéquates et naïves....les carences du système exigent une solution

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS. Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII

LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS. Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII LA POLITIQUE MONETAIRE DANS TOUS SES ETATS Emmanuel Carré Maître de conférences Université Paris XIII PLAN DE LA PRESENTATION 1. POLITIQUES MONETAIRES NON CONVENTIONNELLES EN THEORIE 2. POLITIQUES MONETAIRES

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre François Facchini Professeur Agrégé des Universités, UP11 et économiste associé au Centre d Economie de la Sorbonne (UP1) Université d Automne de l

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS Droit d'auteur protégé, propriété du radiodiffuseur. Votre licence se limite à un usage privé, interne et non commercial. Toute reproduction, diffusion, transmission ou autre utilisation de la présente

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail