Section 2. Les règles de filiation par le sang

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section 2. Les règles de filiation par le sang"

Transcription

1 Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet A. Les règles particulières à chaque filiation applicables jusqu au 30 juin 2005 Il existe trois types de filiation : la filiation légitime (1), la filiation naturelle (2) et la filiation adoptive. 1. La filiation légitime On dit légitime l enfant issu de parents mariés. L enfant n est légitime que s il a été conçu pendant le mariage et par faveur, s il est né pendant le mariage tout en ayant été conçu avant. Si l enfant est né avant le mariage de ses parents, il sera légitimé par ce mariage. a) L établissement de la filiation légitime : la présomption de paternité du mari Pour que l enfant issu d une femme mariée soit légitime, il faut bien évidemment que l enfant ait été conçu par le mari. La preuve est facilitée par l existence d une présomption de paternité. - Le champ d application de la présomption de paternité Le principe o Les enfants conçus pendant le mariage. L article 312 al. 1 dispose que sont réputés nés pendant le mariage les enfants nés pendant la durée légale de conception, c'est-à-dire les enfants nés à partir du 180 e jour suivant la célébration du mariage et jusqu au 300 e jour suivant sa dissolution. o Les enfants conçus avant le mariage. La présomption de paternité est appliquée aux enfants qui sont nés pendant le mariage, mais qui ont été conçus avant la célébration. Il s agit des enfants nés dans les 179 premiers jours du mariage (article 314, alinéa 1). C est l intérêt de l enfant qui guide cette règle. On suppose qu il est plus intéressant pour l enfant de naître légitime. o Les enfants conçus après la dissolution du mariage. L enfant conçu après la dissolution du mariage ne bénéficie plus de la présomption de paternité. Cela ne pose aucun problème en cas de veuvage. En revanche, il y a des règles spécifiques s agissant du divorce. Il n est pas raisonnable de penser que les époux ont pu entretenir durant la procédure des relations suffisamment intimes pour conférer un fondement à la présomption de paternité. La présomption cesse donc de jouer à compter du moment où les époux ont eu une résidence séparée avec autorisation judiciaire (donc au début de l instance en divorce). A compter de ce jour, le délai de 300 jours à l expiration duquel les enfants ne seront plus présumés conçus par le mari commence à courir. Les exceptions

2 La présomption est exclue dans deux cas (attention pour chacun des cas, elle peut faire l objet d un rétablissement) : o si l enfant a été conçu pendant une période de séparation légale (séparation de corps ou divorce) (art. 313) ; o si l enfant a été déclaré à l état civil sans indication du nom du mari (article 313-1). L enfant n a alors aucun lien de filiation avec le mari ; o La présomption est cependant rétablie dans deux cas : elle est rétablie de plein droit si l enfant a la possession d état d enfant légitime c'est-à-dire s il a été élevé par le couple comme étant le sien. Elle est rétablie à la demande de l un des époux s il a existé pendant la période légale de conception une réunion de fait entre les époux. Il faut faire une action en justice pour prouver cette réunion de fait et rétablir la présomption. NB : La différence entre écarter la présomption de paternité et la contester tient au fait que dans le premier cas il n est pas nécessaire de prouver par tous moyens que le mari de la mère n est pas le père. Cette différence est très importante dans le cadre d un cas pratique. - La preuve de la filiation légitime La preuve se fait au moyen d un titre ou de la possession d état. Le titre. Il s agit tout simplement de l acte de naissance inscrit sur les registres de l état civil. L acte de naissance fait à lui seul preuve de la filiation dès lors qu il porte mention du nom de la mère et de son mari. La possession d état. La possession d état suppose la réunion de 3 éléments : nomen (nom), fama (réputation), tractatus (traitement). Lorsque le titre et la possession d état sont réunis, la preuve est parfaite. Il y a alors une preuve irréfragable de vérité. Si un seul de ces éléments est présent, il fait office de preuve suffisante, mais la preuve est moins forte (Cf. ce qui a été dit précédemment). b) La contestation de la filiation légitime La présomption de paternité n est ni une présomption irréfragable, ni une présomption simple qui peut être renversée par tous moyens. Il s agit d une présomption mixte : les conditions dans lesquelles la présomption peut être renversée et les personnes qui peuvent demander qu elle le soit sont strictement définies par la loi. Il faut ici distinguer selon que l enfant a ou non la possession d état d enfant légitime. - En cas de possession d état d enfant légitime C est l hypothèse dans laquelle la présomption est la plus difficile à renverser. On cherche alors à concilier la vérité sociologique et la vérité biologique : protection de la paix des familles. La présomption ne peut ainsi être renversée que par une action en justice. L action en désaveu de paternité exercée par le mari. Pour rejeter sa paternité, le mari doit simplement justifier «de faits propres à démontrer qu il ne peut pas être le

3 père» (article 312 alinéa 2 du Code civil). La preuve se fait donc par tous moyens. Exemple : absence de rapport entre la mère et le mari (éloignement, état de santé) ou demande d utilisation de moyens médicaux (analyse ADN). Le juge peut de toute façon demander de lui-même cet examen. Le mari doit alors prouver l impossibilité de sa paternité : une simple improbabilité ne suffit pas. L action doit être intentée dans les six mois de la naissance si le mari était présent sur les lieux, dans les six mois de son retour s il s était éloigné ou si la naissance de l enfant lui a été cachée, dans les six mois qui suivent la découverte de la fraude. (article 316 du Code civil). L action peut être exercée par les héritiers en cas de décès. Il s agit alors d une action en contestation de paternité qui obéit aux mêmes règles. Le délai est alors de six mois à compter du jour où l enfant concerné a eu sa part dans la succession ou l a réclamée (316-1 du Code civil). Si l action est couronnée de succès, elle entraîne l exclusion rétroactive du lien de filiation entre le mari et l enfant qui se retrouve avec une filiation naturelle maternelle. La contestation de paternité exercée par la mère se remariant. La mère peut exercer une action en contestation de paternité lorsqu elle se remarie (article 318 du Code civil). L action est ouverte : o si la mère s est remariée avec le véritable père de l enfant, o dans les six mois du remariage, o à condition que l enfant n ait pas encore atteint l âge de sept ans. Elle doit démontrer la non-paternité du premier mari et la paternité du nouveau. La preuve peut être faite par tous moyens et la règle posée par la Cour de cassation 1 selon laquelle l expertise est de droit en matière de filiation, sauf s il existe un motif légitime de ne pas y procéder s applique à cette action (Cf. développements ci-dessus). Peu importe alors qu il y ait ou non possession d état : la contestation de paternité est toujours possible, pourvu que les conditions de l action soient respectées 2. S agissant d une contestation aux fins de légitimation, l action en contestation de paternité doit s accompagner d une demande de légitimation. L enfant doit en effet passer d une filiation légitime à une autre. - En l absence de possession d état d enfant légitime La présomption est alors plus facile à combattre. L absence de possession d état montre que la situation familiale est déjà troublée. Dans ce cas la contestation est possible par le biais des articles 312 et 318 du C. civ. mais aussi sur le fondement de l article 314 ainsi que sur le fondement de deux autres textes interprétés a contrario par la jurisprudence. Le désaveu par simple dénégation (art. 314 du Code civil): si l enfant a été conçu avant le mariage (179 jours), l article 314 du Code civil permet au mari de désavouer l enfant par simple dénégation. Il existe cependant des fins de non recevoir : le bénéfice de l article 314 lui est refusé s il connaissait la grossesse au moment du 1 Civ. 1 re, 28 mars 2000, D. 2000, jur. P. 731, note Garé. 2 Civ. 1 re, 16 février 1977, Bull. civ. I, n 92.

4 mariage ou s il s est comporté comme le père de l enfant après la naissance. Ce désaveu présente donc un intérêt par rapport au désaveu ordinaire : il n est nullement nécessaire pour le mari de rapporter la preuve par tous moyens qu il n est pas le père biologique de l enfant. L interprétation a contrario de l article du Code civil. L article interdit la reconnaissance ou la recherche de paternité naturelle de l enfant qui a une filiation légitime établie par possession d état. A contrario, si l enfant n a pas de filiation légitime par possession d état, il peut faire l objet d une reconnaissance ou d une recherche de paternité naturelle par un tiers. Cette solution a été admise par la Cour de cassation dans un arrêt du 9 juin Cela va créer un conflit de paternité légitime et naturelle qui devra être résolu par le juge qui tranchera en faveur de la paternité la plus vraisemblable (article ). L interprétation a contrario de l article 322, alinéa 2 du Code civil. L article 322 cc prévoit que «nul ne peut contester l état de celui qui a une possession conforme à son état de naissance». A contrario, l enfant qui a un titre d enfant légitime, mais qui n a pas la possession d état peut voir son état contesté. L action en contestation peut être exercée par la mère, celui qui se prétend le véritable père, par un tiers intéressé (cohéritier) ou par le mari lui-même 4 pendant 30 ans à compter de l acte de naissance. Il faut prouver la non paternité du mari et l absence de possession d état d enfant légitime. Le mari qui cesse de se comporter comme un père en vue de faire cesser la possession d état et, par là même, de bénéficier de l action fondée sur l article 322 a contrario commet cependant une fraude 5 : la possession d état ne peut être mise à néant par un simple décision unilatérale. Si la contestation est efficace, elle opère disparition rétroactive du lien de filiation légitime et de l obligation d entretien qui y est attachée. L enfant se retrouve avec une filiation maternelle naturelle. 2. La filiation naturelle La filiation naturelle s est considérablement développée au cours des trente dernières années sous l influence conjuguée de la réforme de 1972 qui a établi l égalité des filiations, et de l évolution sociologique, qui a conduit à une diminution considérable du nombre de mariages. a) L établissement volontaire de la filiation Le principe est que tout enfant a le droit de voir sa filiation établie. Il existe toutefois en droit français une exception notable : l enfant incestueux. L article du Code civil dispose ainsi que «s il existe entre les père et mère de l enfant naturel, un des empêchements prévus par les articles 161 et 162 pour cause de parenté, la filiation étant déjà établie à l égard de l un, il est interdit d établir la filiation à l égard de l autre». - L établissement de la filiation par reconnaissance volontaire 3 Civ. 1 re, 9 juin 1976, Bull. civ. I, n Civ. 1 re, 27 février 1985, Bull. civ. I, n Civ. 1 re, 15 juillet 1993, Bull. civ. I, n 256.

5 C est le mode d établissement de la filiation le plus répandu. On peut la définir comme l acte juridique unilatéral par lequel une personne reconnaît être le parent d un enfant. Les conditions de forme. La reconnaissance prend nécessairement la forme d un acte authentique (art. 335 du Code civil), soit par acte notarié, soit dans l acte de naissance par acte reçu par l officier d état civil, avant ou après que l enfant ait été déclaré à l état civil. La reconnaissance ne peut être refusée par l officier d état civil. S il a un doute, il peut simplement le signaler au Ministère public. Elle peut enfin se faire par aveu judiciaire : déclaration devant un juge, lors d une comparution personnelle de la paternité ou de la maternité vaut reconnaissance authentique. Les conditions de fond. La reconnaissance ne peut émaner que du parent lui-même. Il s agit cependant de la seule condition : il n y a aucune condition de capacité, comme dans le mariage. Un mineur ou un incapable majeur n a pas besoin d une autorisation pour effectuer une reconnaissance, bien qu il n ait ni la capacité matrimoniale, ni la capacité contractuelle. La date de la reconnaissance. La reconnaissance peut se faire à l avance, à la seule condition que l enfant soit déjà conçu. Elle n est cependant valable que si l enfant est né vivant et viable. Elle peut être faite à n importe quel moment de la vie de l enfant, y compris après son décès. Les enfants pouvant faire l objet d une reconnaissance. Seuls les enfants dont la filiation n est déjà pas établie peuvent faire l objet d une reconnaissance (art. 334 et 338 du Code civil). Précisons également que les enfants incestueux font l objet d une disposition particulière. En effet, selon l article du Code civil, leur filiation ne peut être établie qu à l égard d un seul de leurs parents 6. Les effets de la reconnaissance. Elle est irrévocable et produit un effet déclaratif. Elle produit ainsi un effet rétroactif au jour de la naissance de l enfant. Le cas spécifique de l établissement de la filiation maternelle. En règle générale, le nom de la mère est mentionné à l état civil, si bien que certaines mères omettent de reconnaître leur enfant. La loi a pris en compte cette situation en prévoyant trois hypothèses dans lesquelles la reconnaissance se fait en quelque sorte «de fait» : o Lorsque l acte de naissance mentionne le nom de la mère, l article 337 du Code civil prévoit que cela vaut reconnaissance lorsqu il est corroboré par la possession d état. o Lorsque l acte de naissance est celui d un enfant né en mariage, mais non couvert par la présomption de paternité du mari. o Lorsque l acte de reconnaissance du père mentionne le nom de la mère (article 336 du Code civil a contrario) et qu il est corroboré par un aveu de la mère. 6 La Cour de cassation interprète d ailleurs cette règle de manière très rigoureuse. En effet, par un arrêt du 6 avril 2004, la Première Chambre civile refuse que l adoption puisse être prononcée à l égard de l autre parent. Selon la Cour de cassation, cela constituerait un détournement de l article du Code civil.

6 NB : A partir du 1 er juillet 2006 ces règles dérogatoires ne seront plus qu aucune utilité, mais uniquement pour les enfants nés à compter de cette date. - L établissement par la possession d état La possession d état est un mode autonome d établissement de la possession d état depuis la loi du 25 juin Afin d éviter une action judiciaire, le parent peut saisir le juge des tutelles de manière gracieuse pour qu il délivre un acte de notoriété, qui reconnaîtra l existence d une possession d état. Celle-ci ne sera établie que jusqu à ce qu une preuve contraire soit rapportée. En cas de conflit, seule une action judiciaire sera utile. b) L établissement judiciaire de la filiation - L action en constatation de possession d état Fondée sur l article du Code civil, elle permet à tout intéressé de faire reconnaître l existence d une possession d état en en rapportant la preuve conformément à l article du Code civil. Cette action présente une utilité notamment lorsque le parent est décédé avant d avoir reconnu l enfant. Cela permet à un membre de la famille de faire établir son lien de filiation juridique. A défaut de disposition contraire, c est le délai de prescription de droit commun qui trouve à s appliquer, soit 30 ans. - Les actions en recherche L établissement du lien maternel L action en recherche de maternité maternelle. Cette hypothèse est extrêmement rare. Elle suppose que l enfant a été abandonné dès la naissance. L article 341 du Code civil prévoit la liberté de la preuve. Il réserve simplement le cas où la mère a accouché sous X, qui établit une fin de non recevoir à l action. Dans les autres cas, l action est ouverte sans limite de temps. Le plus difficile sera évidemment, en pratique, de retrouver la trace de la mère. Le jeu de la présomption de paternité. L enfant adultérin, en perdant sa qualité d enfant légitime, conserve cependant une filiation maternelle établie sans qu il soit nécessaire de faire une reconnaissance. Il en va de même lorsque la présomption est écartée de plein droit. L établissement du lien paternel Après avoir été longtemps prohibée, l action a été autorisée par la loi de 1972, mais seulement dans cinq cas limités : enlèvement ou viol, séduction dolosive, aveu écrit, concubinage et participation à l entretien de l enfant. La loi du 8 janvier 1993 a supprimé ces cas d ouverture. Le système est désormais celui de la liberté de la preuve. C est l article 340 du Code civil qui en prescrit le régime.

7 Les conditions de l action. L action en recherche de paternité naturelle n appartient qu à l enfant. Ses héritiers peuvent néanmoins agir s il est mort dans les cinq années suivant sa majorité ou continuer l action s il l avait engagée de son vivant (311-8 du Code civil). L enfant peut en revanche être représenté par sa mère. L action est enfermée dans des délais rigoureux. Elle peut être exercée de la naissance à l âge de deux ans par la mère ou le tuteur. Ce délai peut cependant être infléchi dans deux cas qui reflètent les anciens cas d ouverture de la loi de En cas de concubinage, le point de départ du délai est retardé à la rupture du concubinage. En cas de participation à l entretien : il court du jour où les actes ont cessé. L action peut même être exercée si le concubinage ou les actes d entretien ont commencé après les deux années qui suivent la naissance 7. Une fois l enfant devenu majeur, il peut encore exercer l action pendant deux ans, sans exception. Il faut enfin préciser que l action ne peut être exercée qu à condition de rapporter «des présomptions ou indices graves» (art. 340 du Code civil). Mais cette exigence est devenue peu contraignante avec l essor de la preuve scientifique (Cf. développements ci-dessus). Les effets de l action. Si l action aboutit, le défendeur est déclaré judiciairement père de l enfant, et ce rétroactivement, avec toutes les conséquences juridiques afférentes (obligation alimentaire, nom, etc.). c) La contestation de la filiation naturelle L action en contestation de la reconnaissance : Bien qu irrévocable, la reconnaissance peut être contestée. Le délai de l action est celui du droit commun à défaut de règle légale plus stricte : prescription de 30 ans à compter de la date de la reconnaissance. Elle ne peut en revanche, l être que par des personnes strictement déterminées. Tant que l enfant n a pas une possession d état de dix ans à l égard de l auteur de la reconnaissance, l action est ouverte à tout intéressé : l enfant lui-même, les père et mère, les héritiers, l auteur de la reconnaissance lui-même et même le Ministère public «si des indices tirés des actes eux-mêmes rendent invraisemblables la filiation déclarée» (art. 339 al. 2 du Code civil). Lorsque la reconnaissance est confirmée par une possession d état de dix ans, il existe une fin de non recevoir qui limite la contestation à l autre parent, à l enfant luimême ou à ceux qui prétendent être les parents véritables (art. 339 al. 3 du Code civil). Si l action aboutit, la reconnaissance est rétroactivement anéantie. Il ne faut cependant pas confondre l action en nullité de reconnaissance qui sanctionne le défaut d une condition touchant à la reconnaissance en tant qu acte juridique et l action en contestation de reconnaissance mensongère qui ne tend qu à contester la vérité biologique concernant le lien de filiation. 7 Civ. 1 re, 14 décembre 1999, Bull. civ. I, n 342.

8 d) L action à fins de subsides L action à fins de subsides (article 342 du Code civil) est ouverte à tout enfant naturel dont la filiation paternelle n est pas légalement établie. Plusieurs conditions doivent être remplies : Elle est dirigée contre l homme qui a eu des relations sexuelles avec la mère à l époque de la conception. L action peut être exercée pendant toute la minorité de l enfant. La mère, qui agit au nom de l enfant, n a pas à apporter la preuve de la paternité, mais la preuve d une probabilité de paternité, c est-à-dire prouver qu elle a eu des rapports sexuels avec cet homme pendant la période légale de conception. Une fois que cette preuve est établie, le défendeur ne peut échapper à ses obligations qu en prouvant par tous moyens qu'il n est pas le père de l enfant. Effet. Si l action aboutit la mère obtiendra des subsides, que l on peut définir comme «des versements effectués pour subvenir à l entretien et à l éducation de l enfant». Ce versement prend la forme d une pension alimentaire. Quelle est l utilité de l action aux fins de subsides aujourd hui? La généralisation des expertises biologiques fait qu'il existe très peu de cas où la paternité et la non-paternité sont indémontrables. Par conséquent, l action aux fins de subsides perd une partie de son intérêt. Toutefois elle peut être utile dans l hypothèse de l article du Code civil quand la filiation a été établie à l égard de la mère mais qu elle ne peut être établie à l égard du père, car c'est le frère ou le père de la mère. L action est également utile après l expiration du délai de deux ans après la naissance exigé en matière d action en recherche de paternité. B. Les règles applicables aux filiations par le sang à compter du 1er juillet 2006 Une réforme par voie d ordonnance. C est l ordonnance du 4 juillet 2005 qui vient réformer substantiellement le droit de la filiation. La méthode de l ordonnance peut paraître contestable dans un domaine qui touche au statut de la personne. Mais, ce texte se trouve dans la continuité des rapports et études menés depuis plus de dix ans, ce qui a amené à un certains consensus. Les objectifs poursuivis par la réforme. La volonté première du texte est de tirer les conséquences de l égalité de statut entre enfants quelles que soient les conditions de leur naissance, d unifier les conditions de leur naissance, d unifier les conditions d établissement de la filiation maternelle, d harmoniser et de simplifier le régime procédural des actions relatives à la filiation, et, enfin, de sécuriser le lien de filiation. La suppression symbolique de la distinction des filiations légitime et naturelle. Ces différents objectifs se synthétisent de manière emblématique par la suppression de la distinction entre enfants légitimes et enfants naturels. C est l aboutissement d une lente évolution depuis la loi fondamentale du 3 janvier Pourtant, il ne faut pas s y tromper. Si cette suppression permet de considérer que tous les enfants ont désormais le même statut quant à leurs droits et quant à la possibilité de contester leur filiation, l égalité n est pas parfaite quant à leur établissement! En effet, le mécanisme de la présomption n est pas supprimé lorsque l enfant est né d une femme mariée. En d autres termes, le caractère indivisible de l ancienne filiation légitime et le caractère

9 divisible de la filiation naturelle ne sont pas supprimés Seuls les termes sont donc modifiés : la filiation légitime devient la filiation par l effet de la loi et la filiation naturelle devient la filiation par la volonté des parents (reconnaissance ou possession d état). Seule, la filiation maternelle est parfaitement égalitaire puisque désormais le nom de la mère dans l acte de naissance suffira à établir son lien de filiation. Précisons également que comme conséquence logique toutes les règles de légitimation prévues aux articles 330 et suivants du Code civil disparaissent à compter du 1 er juillet Cette suppression est bienvenue dans la mesure où la légitimation ne présente plus aucun avantage (dans certains cas précis, l intérêt peut subsister pour le nom de famille) Les dispositions transitoires. L entrée en vigueur de l ordonnance est fixée au 1 er juillet Il faut néanmoins préciser ce que cela signifie. En effet, il faut distinguer les règles d établissement de la filiation et les règles de contestation : o Etablissement de la filiation. Concernant les modes extrajudiciaires, les nouvelles règles ne seront applicables que si l enfant est né à compter du 1 er juillet Ainsi, les enfants nés antérieurement ne jouiront pas de la nouvelle règle pour l établissement de la filiation maternelle. En cas d action en recherche, c est la date d introduction de l instance qui déterminera les règles applicables : la loi nouvelle ne s appliquera que si l action est introduite à compter du 1 er juillet o Contestation de la filiation. Les règles sont identiques que pour les actions en recherche : la loi nouvelle s appliquera pour toute action introduite à compter du 1 er juillet L ordonnance restructure totalement le Code civil. Nous envisagerons successivement les nouvelles règles concernant l établissement de la filiation puis les règles relatives aux actions judiciaires en matière de filiation. Précisons que ne seront examinées que les règles nouvelles. Pour le reste, les règles antérieures demeurent applicables. 1. L établissement extrajudiciaire de la filiation Comme la distinction filiation légitime/filiation naturelle disparaît, le plan du nouveau titre 7 distingue désormais : établissement par effet de la loi (section 1), établissement par reconnaissance (section 2) et établissement par possession d état (section 3). La filiation par effet de la loi. Il s agit en fait ici de reprendre le mécanisme de la présomption de paternité ; ainsi les anciennes règles sont conservées. Seul l article 312 du Code civil a été modifié pour substituer les termes de «né» à «conçu», comme l entendait déjà la jurisprudence. Le domaine de la présomption et les mécanismes d exceptions demeurent. Le caractère indivisible de la filiation dans le mariage est donc conservé La filiation établie par reconnaissance. Les dispositions relatives à la reconnaissance n ont pas été modifiées. La seule véritable modification et d importance réside dans l article cc qui dispose «la filiation est établie, à l égard de la mère, par la désignation de celle-ci dans l acte de naissance de l enfant». Cette réforme était attendue afin d éviter aux mères d avoir à reconnaître

10 leurs enfants comme c est déjà le cas dans certains Etats européens. Cette nouvelle règle appelle plusieurs observations : o Tout d abord, l égalité entre le père et la mère n est pas assurée puisque cette disposition ne concerne que la mère : l indication du nom du père dans l acte de naissance de l enfant ne permettra pas d établir sa filiation à son égard. C est relativement critiquable à l heure où l égalité est le maître mot de toute réforme du droit de la famille Toutefois, on peut encore y voir le simple rappel que biologiquement, c est la mère qui porte l enfant! o Ensuite, il n est pas interdit à la mère de réaliser une reconnaissance prénatale, notamment pour la question du nom de l enfant ; o Enfin, l accouchement sous le secret n est pas remis en cause. En effet, si l établissement de la maternité est automatique, il n est pas obligatoire ; la mère dispose donc toujours du droit de demander le secret de son admission et de son identité. Son nom n étant pas indiqué dans l acte, le lien de filiation ne sera pas établi. La filiation établie par possession d état. La réforme ne modifie pas substantiellement son régime, elle consolide ne revanche son rôle et cherche à en faciliter l établissement. Concernant ses faits constitutifs, la loi ajoute «la participation des parents à l entretien, à l éducation ou à l installation de l enfant» dans l article nouveau. Ces éléments rappellent le tractatus mais ils permettront aux juges du fond de mieux exploiter les faits qui leur sont soumis. C est surtout quant à la preuve de la possession d état que l ordonnance innove. En effet, le nouvel article 317 cc permet à chacun des parents ou à l enfant lui-même c est là la nouveauté de demander au juge des tutelles la délivrance d un acte de notoriété. La réforme entend certainement ainsi favoriser la preuve de la possession d état par ce mode de preuve extrajudiciaire. En outre, ce même article ajoute, que «la délivrance de l acte de notoriété ne peut être demandée que dans un délai de cinq ans à compter de la cessation de la possession d état alléguée». C est ainsi la sécurité de la filiation qui est ici protégée : éviter que cet acte puisse être délivré à une personne qui chercherait à s en servir sans respecter l intérêt de l enfant. 2. Les actions judiciaires relatives à la filiation Unification du régime des actions. L ordonnance précise que les actions sont toutes prescrites par un délai de 10 ans sauf dispositions contraires. Il s agit donc désormais du délai de droit commun en matière de filiation, on peut encore y voir un souci de sécurité pour le lien de filiation. En outre, toutes les actions que pourraient intenter l enfant sont suspendues pendant sa minorité, le délai de 10 ans court donc à compter de sa majorité. Sur le terrain de la preuve, l article nouveau du Code civil dispose que «la filiation se prouve et se conteste par tous moyens, sous réserve de la recevabilité de l action». Sans aucun doute, cette disposition est à rapprocher de nos développements sur le «droit à l expertise biologique». Il est raisonnable de penser que cette règle reprend en grande part la jurisprudence de la Cour de cassation.

11 Les actions en établissement de la filiation. Selon le nouveau régime, les actions en recherche de maternité et de paternité obéissent aux mêmes règles. L exigence de présomptions ou d indices graves est supprimée (grande place pour l expertise biologique). Leur délai de prescription est unifiée : 10 ans. L action est intentée au nom de l enfant qui peut l exercer lui-même pendant sa minorité ou bien l exercer à compter de sa majorité. Seule la possibilité pour la mère d accoucher sous l anonymat peut donc bloquer une action en recherche de maternité. Les actions en contestation de filiation. Le premier constat est la grande simplification opérée par la réforme. En effet, il en est terminé avec toutes les actions légales et jurisprudentielles variables selon la nature du lien de filiation établi. Les actions seront désormais semblables. La règle est simple : c est l existence et la durée de la possession d état qui détermine le régime de l action en contestation. La sécurité recherchée a conduit les rédacteurs à renforcer le rôle de la possession d état afin de trouver une conciliation entre la «vérité biologique et la vérité sociologique». Trois situations doivent être distinguées : o Si la filiation est établie que par un titre (inexistence d une possession d état conforme) : la filiation pourra être contestée par toute personne intéressée durant dix ans à compter de la naissance de l enfant ou de la date de la reconnaissance. A sa majorité, seul l enfant pourra encore la contester et ce pendant 10 ans. Là encore le souci de sécurité est certain : seul l enfant pourra revenir sur son lien de filiation, son intérêt et lui seul est sauvegardé. o Si la filiation est établie par un titre corroboré par une possession d état inférieure à cinq ans : la filiation pourra être contestée par l enfant, les parents, ou la personne qui prétend père ou mère. Le demandeur devra agir dans cinq ans qui suivent la fin de la possession d état. o Enfin, si filiation est établie par un titre corroboré par une possession d état au moins égale à cinq ans : aucune action en contestation ne sera recevable. Ainsi, on se rend compte que l égalité de statut est réelle entre les deux anciennes filiations pour ce qui concerne leur contestation. Actuellement, la filiation légitime est quasiment inattaquable alors que la filiation naturelle est fragile. A partir du 1 er juillet 2006, seule la durée de la possession d état sera à prendre en compte. Enfin, précisions que l ordonnance art. 335 nouveau du Code civil - prévoit que la possession d état pourra être contestée dans un délai de cinq ans à compter de la délivrance de l acte de notoriété.

Partie 2 : L enfant. Introduction :

Partie 2 : L enfant. Introduction : Partie 2 : L enfant Introduction : I. Mise en situation : La filiation est le lien juridique qui existe entre parents et enfants et/ou le lien de droit qui existe entre un enfant et son père/sa mère. o

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres Commentaire Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011 Mlle Fazia C. et autres (Effets sur la nationalité de la réforme de la filiation) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 juillet

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/maroc... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 6 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention bilatérale MAROC Textes de référence : - Le code de statut personnel et des successions ou Moudawana du 18 décembre 1957. - Loi

Plus en détail

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2012. PROJET DE LOI ouvrant le mariage aux couples de

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE EN DROIT DE LA FAMILLE TURC

LA RECONNAISSANCE EN DROIT DE LA FAMILLE TURC La reconnaissance en droit de la famille turc 93 LA RECONNAISSANCE EN DROIT DE LA FAMILLE TURC Doç.Dr. Nevzat KOÇ * Le problème d établir une égalité ou une discrimination entre des enfants légitimes et

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE Moniteur No Avril.. DÉCRET DU 4 AVRIL 1974 SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE DÉCRET

Plus en détail

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant

La filiation. Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant La filiation Vous êtes confrontés à des questions relatives à votre filiation ou à celle de votre enfant CONTENU La filiation en droit belge...3 La filiation par l effet de la loi...4 La filiation maternelle...4

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières A. LES ASPECTS DE L'UNION LIBRE

Textes de référence : Table des matières A. LES ASPECTS DE L'UNION LIBRE LES ASPECTS MATRIMONIAUX DE L'UNION LIBRE ET LES COUPLES HOMOSEXUELS EN ITALIE Textes de référence :! Constitution (art. 2, 29, 30)! Code civil (art. 3l7bis, 540, 1322, 2043)! Loi n 392 du 27.07.1978 (art.

Plus en détail

1 of 5 17.04.13 23:37

1 of 5 17.04.13 23:37 N dossier: CCC.2009.147 Autorité: CCC Date 27.01.2010 décision: Publié le: 12.05.2010 Revue juridique: Art. 172ss CC Art. 10 LDIP Art. 62 LDIP Art. 65 LDIP Articles de loi: Titre: Compétence du juge des

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse (Loi sur la nationalité, LN) 1 141.0 du 29 septembre 1952 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

N 2000 Paris le 23 septembre 2005

N 2000 Paris le 23 septembre 2005 N 2000 Paris le 23 septembre 2005 Département Législatif & Réglementaire I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 102 La coopérative dans sa vie juridique externe 1022 Contentieux 10220 Coopérative contre

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence, 5

Plus en détail

République d Haïti. Corps Législatif. Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation

République d Haïti. Corps Législatif. Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation République d Haïti Corps Législatif Loi sur la Paternité, la Maternité et la Filiation Vu les articles 136, 259, 260, 261 de la Constitution haïtienne; Vu la Convention relative aux droits de l enfant

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Conditions Générales. RP Arc-en-Ciel Police de libre passage (variante 1)

Conditions Générales. RP Arc-en-Ciel Police de libre passage (variante 1) Conditions Générales RP Arc-en-Ciel Police de libre passage (variante 1) Table des matières : I. Définitions et abréviations II. III. IV. Principes 1 Règles d application et tarifs 2 Création de la police

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Lettre d actualité juridique Mars 2009. Tutelle, Curatelle

Lettre d actualité juridique Mars 2009. Tutelle, Curatelle Lettre d actualité juridique Mars 2009 Tutelle, Curatelle I. Communication de la circulaire «justice» Emanant de la direction des affaires civiles et du sceau du ministère de la justice, une imposante

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. Numéro du rôle : 5608 Arrêt n 105/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 2 juillet 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/06/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 1 juin 2011 N de pourvoi: 10-20554 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Brouchot, SCP Piwnica et Molinié,

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

La loi portant établissement de la filiation de la coparente : bien dire et laisser faire 455 Marie Demaret et Evelyne Langenaken

La loi portant établissement de la filiation de la coparente : bien dire et laisser faire 455 Marie Demaret et Evelyne Langenaken sommaire DOCTRINE La loi portant établissement de la filiation de la coparente : bien dire et laisser faire 455 Marie Demaret et Evelyne Langenaken LÉGISLATION 1. Législation fédérale Arrêté royal du 11

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 CINQUIÈME SECTION Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Les requérantes, M mes Francine Bonnaud et

Plus en détail

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Emploi- Emploi privé- Existence d un contrat de travail- Licenciement fondé sur l état de grossesse de la réclamante - Observations. La réclamante est embauchée

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013. Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit)

Commentaire. Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013. Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit) Commentaire Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013 Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit) La première chambre civile de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

COURS. Droit des personnes et de la famille. collection. Cours Travaux dirigés Tests d autoévaluation Schémas. Collection dirigée par Bernard Beignier

COURS. Droit des personnes et de la famille. collection. Cours Travaux dirigés Tests d autoévaluation Schémas. Collection dirigée par Bernard Beignier Collection dirigée par Bernard Beignier LMD ÉDITION 2014 collection COURS Droit des personnes et de la famille Cours Travaux dirigés Tests d autoévaluation Schémas À jour de la loi sur le mariage pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Numéro du rôle : 4534. Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4534. Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4534 Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 488bis, h), 2, du Code civil, tel qu il a été remplacé par l article 8 de

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens et lutter contre le sentiment d insécurité, la Commune de Périgueux a mis en place un système de vidéoprotection.

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites n 5 > 7 mars 2014 info Sommaire > Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites > Discrimination : nouveau cas > Application du régime des clauses abusives aux sociétés commerciales > Mésentente

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie Chawki GADDES 20/02/2008 ARTICLE 9 DE LA CONSTITUTION TUNISIENNE DU PREMIER JUIN 1959 TELLE QUE RÉVISÉ

Plus en détail

Loi sur la nationalité suisse

Loi sur la nationalité suisse Délai référendaire: 9 octobre 2014 Loi sur la nationalité suisse (LN) du 20 juin 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 38 de la Constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

Loi du 8 mai 2014 modifiant le Code civil en vue d instaurer l égalité de l homme et de la femme dans le mode de transmission du nom à l enfant et à

Loi du 8 mai 2014 modifiant le Code civil en vue d instaurer l égalité de l homme et de la femme dans le mode de transmission du nom à l enfant et à Loi du 8 mai 2014 modifiant le Code civil en vue d instaurer l égalité de l homme et de la femme dans le mode de transmission du nom à l enfant et à l adopté (M.B., 26 mai 2014) L attribution du nom par

Plus en détail

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS GUIDE DE REDACTION DES STATUTS Ce guide a pour objectif de vous accompagner dans la rédaction des statuts de votre association sportive. Il vous permettra de comprendre les enjeux de la rédaction des statuts

Plus en détail

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur.

1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Sommaire : 1. La contre-visite médicale, un droit reconnu à l employeur. Définition. Les fondements. Conditions de recours. Le déroulement de la procédure. 2. La contre-visite médicale, les intérêts pour

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Mise à jour le 10.08.2009 NOTE D INFORMATION CV/CV Réf. : II-2-4-5 26 mars 2008 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES//Délégations de signature fonct.terr. DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/norve... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:25 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York NORVEGE La Norvège est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

TITRE I - DES CONGES

TITRE I - DES CONGES REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES DECRET N 2004-812 Fixant le régime des congés, des permissions et des autorisations

Plus en détail

A. L importance de la preuve biologique en droit de la filiation

A. L importance de la preuve biologique en droit de la filiation Commentaire Décision n 2011-173 QPC du 30 septembre 2011 M. Louis C. et autres (Conditions de réalisation des expertises génétiques sur une personne décédée à des fins d actions en matière de filiation)

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Paris, le 18 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Qu est-ce qu une donation?

Qu est-ce qu une donation? Qu est-ce qu une donation? Fiche 1 Une donation (*) est une convention par laquelle une personne (le donateur) transfère immédiatement et irrévocablement à une autre personne (le donataire), qui l accepte,

Plus en détail

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016 1 TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry Rapp. D. Duval-Arnould Séance du 14 mars 2016 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat porte sur l ordre de juridiction compétent pour connaître du

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

Office de la Naissance et de l Enfance

Office de la Naissance et de l Enfance Office de la Naissance et de l Enfance Enfance, naissance et droit FORMATION JURIDIQUE TMS 2014 Direction Juridique Stéphanie PERIN Liliane UMUTONI Sifa MAHELE Inès SPRINGUEL INTRODUCTION... 6 TITRE I.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8433 Projet présenté par les députés: M mes et MM. Françoise Schenk-Gottret, Christian Brunier, Fabienne Bugnon, Esther Alder, Bernard Clerc, Rémy Pagani et Christian Grobet

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-six avril deux mille douze. Numéro 37191 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

LE CONTENTIEUX ELECTORAL

LE CONTENTIEUX ELECTORAL LE CONTENTIEUX ELECTORAL 1. Quels litiges peuvent se présenter suite à l organisation d élections professionnelles? 2. Quel est le tribunal compétent? 3. Qui peut saisir le tribunal d instance? 4. Quels

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 1 - CAS PRATIQUE Vous allez avoir la tâche aussi nécessaire que délicate de revoir votre P.-D.G. pour lui dire si son approche peut être retenue. Que lui dites-vous? Un accord

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 09/05/2009 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 25 février 2009 N de pourvoi: 08-11033 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Association Aire Urbaine Metz Thionville Briey

Association Aire Urbaine Metz Thionville Briey 1 Statuts Association Aire Urbaine Metz Thionville Briey Préambule En additionnant les populations des aires urbaines actuelles de Metz et Thionville, l ensemble Metz-Thionville totalise près de 600 000

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation

Le Droit Individuel à la Formation Le Droit Individuel à la Formation S O M M A I R E : Définition Bénéficiaires Conditions Procédure Déroulement Prise en charge Portabilité du DIF CDD & DIF Le C.I.F J A N V I E R 2 0 1 3 L e Droit Individuel

Plus en détail

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement 1 N 3967 - Conflit positif Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Séance du 13 octobre 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement Du 8 juillet

Plus en détail

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier?

49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? 49. Qui peut faire un testament ou une donation? Qui peut en bénéficier? Toute personne majeure et capable (aussi depuis peu certaines personnes sous statut d administration provisoire dans certaines conditions)

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C

Circulaire du 12 mars 2015. relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations NOR : RDFF1501796C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 12 mars 2015 relative à l application des exceptions au principe «silence vaut acceptation» dans les relations

Plus en détail

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants Chroniques notariales vol. 57 Table des matières Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants....................................... 19 Section 1. Contenu

Plus en détail

Numéros du rôle : 3824 et 3936. Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T

Numéros du rôle : 3824 et 3936. Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T Numéros du rôle : 3824 et 3936 Arrêt n 161/2006 du 8 novembre 2006 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 306 du Code civil, posées par la Cour d appel de Liège et la Cour

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3426 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 janvier 2016. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-1288

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives 2 Vous attendez un enfant? Ce petit guide pratique vous renseigne sur les démarches d état civil (délais et documents à fournir) à effectuer avant

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail