L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons"

Transcription

1 Les ados sur le dos 2010 auteure : Lara Lalman L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons Introduction Analyse Valider l expérience quotidienne nourrit l estime de soi, facteur de bonne santé mentale. C est ce qui en fait le centre des démarches psychothérapeutiques. Bruno Humbeeck 1 a abordé cette question lors d une soirée débat organisée par le CEFA asbl, sous l angle de l éducation de l enfant et de l adolescent. Certaines études, dont les plus récentes ont été réalisées en Communauté Française de Belgique, apportent un éclairage sur la différence de situation entre filles et garçons, notamment à travers leur scolarité. Dans quel contexte cette estime de soi peut-elle émerger ou au contraire être défavorisée? La référence à des normes collectives irréalistes, le formatage, la catégorisation ont un impact sur les lieux les plus en prise avec la fondation de l estime de soi : l apprentissage, l image du corps, les liens affectifs.

2 Définitions L estime de soi est un concept quelque peu trouble à force d être mis à toutes les sauces, et par conséquent prête à confusion. Une définition simple pourrait être celle de Renald Legendre : «la valeur qu un individu s accorde globalement» 2. Dans une démarche éducative ou thérapeutique, renforcer l estime de soi se comprend à travers un travail sur la connaissance de soi, l amour de soi et l image de soi, trois composantes essentielles selon Bruno Humbeeck lorsque «nous sommes confrontés à un apprentissage nouveau, à un choix déterminant ou plus généralement à une situation difficile» 3. Renald Legendre précise plus tard que «l estime de soi, propre à une situation pédagogique, s appelle le moi scolaire, lequel est directement relié à la réussite ou non d apprentissages» 4. Apprendre : du plaisir au formatage Bruno Humbeeck 5 pointe la différence entre ce qui provoque une hausse d estime de soi fragile à travers une valorisation ponctuelle, et ce qui stabilise l estime de soi. Selon le psychothérapeute, l estime de soi consiste à oser risquer l échec. Elle se nourrit en effet de réussites qui ne peuvent arriver que si l on expérimente. Les enfants sont naturellement curieux, et apprendre constitue pour eux un plaisir. Plaisir qui tend à disparaître dès que l apprentissage entre dans la logique scolaire de sélection sur base de critères de performance. Apparaissent alors la crainte de l échec et la catégorisation. Plutôt que d être jugés «dignes de découvrir le monde» 6, il faut aux enfants correspondre à des attentes de compréhension et d assimilation dans des limites temporelles identiques pour tous, sans quoi ils sont jugés définitivement incompétents Le facteur temps a une influence majeure en tant que cadre restrictif et génère une certaine angoisse chez les parents aussi, notamment via la pression des devoirs. Une pédagogie fermée? En tout cas, cela a des répercussions à long terme sur l estime de soi. Monsieur Humbeeck prend l exemple des mathématiques, discipline particulièrement valorisée comme baromètre de l intelligence : la réussite ou non dans cette matière conditionne durablement «faibles» et «forts». Or chaque personne a son propre rythme d assimilation et les méthodes devraient être diversifiées et adaptées. De plus, comme le décèle une étude récente, «il est fréquent d entendre dire que les garçons seraient «naturellement» bons en sciences ou mathématiques alors que les filles seraient plus douées en lettres» 7, ce qui ne se vérifie pas au niveau des résultats. Un préjugé qui fonde une discrimination dans l orientation des filles et des garçons dès le début de leur parcours scolaire. Si bien que ceux-ci seront moins exigeants que les premières quant à leurs résultats pour s autoriser à poursuivre dans ces branches. De plus «les filles attribuent plus souvent leurs échecs à leur incapacité et leurs réussites à leur effort tandis que les garçons attribuent plus souvent leurs échecs à leur manque de travail et leurs réussites à leur capacité intellectuelle» 8. Aussi, les différents types d enseignement secondaire sont hiérarchisés alors qu ils devraient être considérés comme des manières d apprendre différentes mais équivalentes dans une démocratie qui se prétend égalitaire. L orientation vers le technique ou le professionnel ne devrait pas, comme c est le cas actuellement, être liée aux performances de l élève dans le général. C est entretenir une hiérarchie de classes dans la société. Aujourd hui, la pression s exerce par rapport à la réussite matérielle, associant le niveau de revenus au niveau d études et à la corrélation entre le type d études et une activité à haute valeur économique. Ceci nous amène à un autre constat d inégalité : les exigences seront différentes en ce qui concerne les filles pour qui le travail à temps partiel peut être envisagé, parce que son revenu peut être perçu comme complémentaire et non principal au sein d un couple 9. Il y a d ailleurs très souvent un décalage entre le niveau d études des filles et leur niveau de revenus! Or il ressort que les filles se voient rarement endosser le rôle de femme au foyer et attendent une reconnaissance sociale. Quant à l orientation professionnelle, les filles sont attendues dans les créneaux les moins valorisés au niveau des salaires : santé, éducation, aide aux personnes. Une ségrégation qui en dit long sur le lien entre d une part le conditionnement global des représentations de la place des hommes et des femmes, et d autre part les priorités d une société néolibérale au niveau de la valeur accordée aux différents secteurs d activités. Des enseignants pointent du doigt un modèle scolaire répandu, qu une étude définit comme entrepreneurial 10, attentif à former ses élèves au service du marché de l emploi bien souvent au détriment du développement de la citoyenneté. Cette option soutient le clivage dénoncé plus haut en termes d orientation professionnelle.

3 En somme, vu les limites que le système scolaire rencontre dans la formation de futurs adultes acteurs de leur vie et de la société, ne serait-on pas en droit d attendre une réforme globale qui s attache peut-être moins à servir l évolution d un système économique qui a intérêt à soutenir les inégalités? 11 Les filles plus sévères avec elles-mêmes que les garçons, une question de normes irréalistes Au Québec 12 et aux États-Unis, des associations ont initié des camps d estime de soi pour filles suite à un constat réel d écart entre filles et garçons dans leur construction identitaire 13. Même le secteur privé s empare de la cause : le Fonds Dove 14 propose aux jeunes filles (et à leurs mères) un site web ludique où mesurer son estime de soi et dispense des conseils. En effet des études menées Outre-Atlantique et chez nous montrent la plus faible estime que se portent les filles par rapport aux garçons 15. Les filles sont généralement plus sévères et plus critiques vis-à-vis d elles-mêmes. L apparence physique semble prendre dans cette différence d appréciation entre les sexes une place prépondérante. Les changements qui s opèrent à la puberté perturbent évidemment l image que l on a de soi, pour les garçons comme pour les filles mais le décalage prend de l ampleur avec l âge : alors que les garçons gagnent en tonus musculaire, conformément au stéréotype masculin valorisé dans notre société, les filles peuvent s éloigner davantage de l «idéal» féminin actuel de minceur par exemple. Les filles ressentent davantage de pression, même si les garçons peuvent être marginalisés ou se sentir mal dans un corps qui ne tend pas vers le modèle sportif. Beaucoup de voix citoyennes s élèvent contre les dictats culpabilisants de la publicité et des medias. En effet les corps photographiés sont retouchés et sont donc à ce titre des modèles inaccessibles, ce qui renforce le sentiment d échec si l on n arrive pas à prendre distance. Par ailleurs, quel magazine féminin ne propose pas son chapitre minceur, plus encore à l approche de l été? La Meute, mouvement français de lutte contre la publicité sexiste dénonce : «À propos des mannequins 8 femmes dans le monde sont des top-models, 3 milliards ne le sont pas. Si les mannequins dans les vitrines étaient des femmes réelles, leur bassin serait trop étroit pour qu elles puissent avoir des enfants. Si la poupée Barbie était une femme réelle, elle serait obligée de marcher à quatre pattes : avec ses proportions, elle ne tiendrait pas debout. Dans les images, le visage et le corps des top-models sont retouchés par ordinateur, en particulier leurs jambes sont allongées. Marilyn Monroe s habillait dans l équivalent français de la taille 42. Le 42 de son époque correspond au 46 actuel. La femme moyenne pèse environ 66 kilos. En France, la moitié des femmes s habillent en taille 44 et au-delà. Il y a 20 ans, les top-models pesaient 8 % de moins que la femme moyenne. Aujourd hui, elles pèsent 23 % de moins.» 16 Or Bruno Humbeek cite en exemple la reconnaissance d une beauté relative, donnée subjective, comme une valorisation éphémère : cela ne favorise pas une estime de soi stable 17. Se définir une image propre hors des normes imposées est donc un enjeu important pour les filles. La prise de conscience du lien entre son mal être et une construction sociale amène non seulement à changer de point de vue sur soi, mais aussi à agir vers la collectivité. C est ainsi que l on voit fleurir tags et autocollants divers sur certaines publicités dans l espace public du style «Ceci n est pas une femme». Autant d actes citoyens courageux, considérés injustement comme actes de vandalisme alors que la régulation éthique de la publicité, qui n est pas une expression artistique faut-il le rappeler mais bien un argument de vente abreuvé à dessein de stéréotypes 18, est bien faible. La confiance de Blanche-Neige L intérêt du film de Walt Disney pour Bruno Humbeeck 19 réside dans cette déclaration célèbre de la chanson de Blanche-Neige : «un jour mon prince viendra», qu il traduit par : «un jour quelqu un m aimera», certitude qui fonde l estime de soi, la dignité d être aimé sans condition. De prime abord, cela évoquerait plutôt l attente passive et illusoire du prince charmant, la destinée d épouse, idéal stéréotypé Le propos n est pas ici de faire l analyse du conte mais précisons que les contes ne sont pas à prendre au pied de la lettre, que leurs héros sont des archétypes symboliques et les interprétations nombreuses selon les écoles littéraires, psychanalytiques, etc. Empruntons donc l interprétation décalée de Bruno Humbeek qui parie sur la survie du personnage principal grâce à sa confiance en la vie : c est donc moins le rêve du prince charmant qui importe que l amour inconditionnel évoqué plus haut indispensable à l estime de soi? La confiance accordée explicitement à un enfant, un jeune ou même un adulte par autrui, et ce au-delà des erreurs ou échecs rencontrés, est à l évidence un facteur essentiel. La vie affective prend beaucoup de place dans l estime de soi, et cela commence avec les parents, pour continuer dans les relations amicales et amoureuses que nous sommes en mesure de créer et de nourrir. Les expériences de sociali-

4 sation sont différentes pour les garçons et les filles : ainsi le domaine relationnel relevant des compétences attribuées traditionnellement au sexe féminin, la perception que les filles ont d elles-mêmes va davantage inclure le paramètre de leurs compétences dans les relations sociales 20. Attentes plus grandes donc, déplacées vers un savoir-être soi-disant inné. Un conditionnement là où une absence de conditions serait nécessaire? «Si [ ] l estime de soi résulte de la combinaison de la compétence que s attribue la personne dans un domaine et de l importance qu elle accorde à celui-ci» 21, c est là que l on remarque un décalage avec les garçons, moins soucieux semble-t-il des relations sentimentales comme domaine de compétence que les filles. Toujours le poids d attentes sociales différentes qui vont biaiser une juste et saine image de soi. Conclusion L estime de soi se mesure à la capacité d oser risquer l échec et se voir par conséquent renforcé par des réussites. Comme nous l avons vu dans l exemple de l école, il importe dans la construction de l estime de soi de ne pas enfermer les individu.e.s, a fortiori les enfants, dans un personnage, un schéma trop étroit, parce que l identité est multiple et destinée à évoluer. Cela se vérifie dans trois domaines identifiés comme essentiels dans la construction de l estime de soi des adolescent.e.s : l apprentissage, les relations affectives et le rapport au corps. Un décalage ressort entre garçons et filles, né d attentes genrées, c est-à-dire construites sur des représentations sociales liées à l identité sexuelle. Et ce décalage trouve un amplificateur dans les enjeux économiques qui s emparent des lieux de construction identitaire ou de socialisation que sont le corps, l éducation ou les relations affectives. Une fois de plus, force est de constater l inégalité des chances que cela produit, à commencer par la perception de soi. Dans toutes ses structures, la société est responsable des clivages qu elle perpétue de par les choix qu elle pose en termes d investissement. Pour reprendre l exemple de l école, celle-ci pourrait être réinvestie comme terrain où s exercent réellement la citoyenneté et l égalité en commençant par la soustraire du champ économique, tout en la considérant comme priorité budgétaire. Pour enrayer sa contribution à reproduire les stéréotypes sexués, entre autres, les études dont fait état le dernier numéro de Faits et Gestes, cité plus haut, s accordent pour encourager la prise de conscience des inégalités dès le début du parcours scolaire, la sensibilisation du corps enseignant, une réelle politique égalitaire au niveau des supports pédagogiques, et une attention particulière à l ouverture, pour chacun.e, du champ des possibles en termes d orientation. Notes 1. Psychothérapeute, chargé de recherche à l Université de Mons-Hainaut, directeur du service Jeunesse et Famille «le Gallion» à Péruwelz, formateur au CREAS. 2. LEGENDRE R., 1993, cité sur 3. HUMBEECK B., Naviguer à l estime extrait cité sur le site 4. LEGENDRE R., 2000, cité sur 5. HUMBEECK B., Stimuler l humour et l estime de soi chez l adolescent, conférence, CEFA asbl, 1/4/ CAMUS M., Le premier homme, cité par HUMBEECK B., ibid. 7. «Filles-Garçons, égaux dans l enseignement?», in : Faits&Gestes n 33, printemps 2010, p. 7 : la revue trimestrielle relate les principaux constats émanant de 7 études réalisées en Communauté française récemment. 8. Ibid., p Ibid. 10. Les déterminants de l orientation scolaire. Une recherche-action sur les trajectoires des filles et des garçons dans l enseignement secondaire général, technique et professionnel, CES, cité in : «Filles-Garçons, égaux dans l enseignement?», in : Faits&Gestes n 33, printemps 2010, p Voir à ce propos les articles publiés par l APED sur le site notamment ceux de Nico Hirtt. 12. par exemple : girlsrockmontreal.org 13. voir par exemple : GODIN I., DECANT P., MOREAU N, de SMET P., BOUTSEN M., La santé des jeunes en Communauté française de Belgique. Résultats de l enquête HBSC Service d Information Promotion Éducation Santé (SIPES), ESP-ULB, Bruxelles, ; SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, 2004 ; McKenzie C., Boite à outils Résonance, Fondation Filles d Action, HUMBEECK B., Stimuler l humour et l estime de soi chez l adolescent, conférence, CEFA asbl, 1/4/ voir à ce propos LALMAN L., L alcool, une drogue culturelle, sortir des mythes et des stéréotypes, CEFA, mars 2010, p Ibid. 20. SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, Ibid., p. 409.

5 Bibliographie GODIN I., DECANT P., MOREAU N, de SMET P., BOUTSEN M., La santé des jeunes en Communauté française de Belgique. Résultats de l enquête HBSC Service d Information Promotion Éducation Santé (SIPES), ESP-ULB, Bruxelles : 2008 MCKENZIE C., Boite à outils Résonance, Fondation Filles d Action, SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, 2004 HIRTT N., L école démocratique, n 39, septembre 2009 HUMBEECK B., Avec le soutien de la Communauté Française de Belgique et de la Province du Brabant wallon Éditrice responsable : Emmanuelle Mélan, 8 Sentier du Goria 1348 Louvain-La-Neuve Conception graphique :

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

1. Classes de filles / Classes de garçons

1. Classes de filles / Classes de garçons 1. Classes de filles / Classes de garçons e e - - - - - é Les inégalités dans la société. - La société française est régie par des lois justes, parce qu elle est une société démocratique. - Tous les français

Plus en détail

Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes?

Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes? Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes? Association femmes et mathématiques - 13 juin 2009 - Paris Annie CORNET Etudes sur le genre et la diversité en gestion (HEC- Ulg)

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse «Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle.» Léonard Nimoy QUESTIONS DE GENRES? Avant propos La persistance de stéréotypes liés à la place des femmes et des hommes dans la société se concrétise

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Comment se réapproprier sa santé?

Comment se réapproprier sa santé? C y c l e s d e f e m m e s, é ta p e s d e v i e : l a s a n t é r e p r o d u c t i v e e t s e x u e l l e des femmes en jeu 2010 auteure : Lara Lalman Comment se réapproprier sa santé? Introduction

Plus en détail

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina Antonella Invernizzi, La vie quotidienne des enfants travailleurs : Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, L Harmattan 2001, Paris (extraits des chapitres 4&5) Plan de la présentation

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite Élèves sur le chemin de la réussite PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Mieux comprendre notre réalité pour mieux agir auprès de nos jeunes Portrait du territoire de domaine-du-roy SOYONS COMPLICES DE LA RÉUSSITE

Plus en détail

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Marie-Claire Rey-Baeriswyl, professeure Karin Zürcher, collaboratrice scientifique Haute école

Plus en détail

Pratiques corporelles et rapports sociaux de. la nécessité de croiser les données

Pratiques corporelles et rapports sociaux de. la nécessité de croiser les données Chapitre 4 Pratiques corporelles et rapports sociaux de sexe : la nécessité de croiser les données Connaissance des pratiques corporelles O. HIDRI NEYS Licence 3 Management Devoir écrit 130 de 2h Introduction

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BESOINS SPÉCIAUX DES ÉTUDIANTS 1

POLITIQUE SUR LES BESOINS SPÉCIAUX DES ÉTUDIANTS 1 Adopté le 6 mai 2011 POLITIQUE SUR LES BESOINS SPÉCIAUX DES ÉTUDIANTS 1 Cette politique est basée sur la Loi des droits de la personne qui protège les individus qui ont des difficultés visuelles, auditives,

Plus en détail

Les incontournables médias sociaux

Les incontournables médias sociaux Les incontournables médias sociaux Pourquoi l école.. Monsieur le Directeur.. Source Zone capitale, printemps 2013. 1 La compréhension des réseaux sociaux web 2.0 par les directions d établissement en

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement

Guide pour un processus de qualité en éducation au développement Guide pour un processus de qualité en éducation au développement www.acodev.be Introduction Ce guide est un outil au service des organisations impliquées dans le champ de l éducation au développement (ED)

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Proportion des élèves du secondaire ayant eu une relation amoureuse au cours de leur vie (EQSJS)

Proportion des élèves du secondaire ayant eu une relation amoureuse au cours de leur vie (EQSJS) Proportion des élèves du secondaire ayant eu une relation au cours de leur vie (EQSJS) (N de ligne du PCS :) (N de fiche EQSJS : 17.3) Introduction L Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU Améliorons ensemble la santé en Pays de la Loire. Santé publique Prenez la parole! SYNTHÈSE RENCONTRE PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Informez-vous - Participez

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents.

Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents. AFEV 26 bis rue de Château Landon 75010 Paris Familles de quartiers populaires et école : sous le respect de l institution se cache l inquiétude des parents. Enquête réalisée auprès de 598 familles dont

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

ÉGALICRÈCHE : FILLES ET GARÇONS SUR LE CHEMIN DE L ÉGALITÉ

ÉGALICRÈCHE : FILLES ET GARÇONS SUR LE CHEMIN DE L ÉGALITÉ ÉGALICRÈCHE : FILLES ET GARÇONS SUR LE CHEMIN DE L ÉGALITÉ INTRODUCTION Pourquoi des fiches pédagogiques sur l égalité filles-garçons dès la petite enfance? FICHE 1 L ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS : OÙ EN SOMMES-NOUS?

Plus en détail

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble Anne-Claudine Oller Coaching scolaire, école, individu. L émergence d un accompagnement non disciplinaire en marge

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, agronomes et bioingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et la satisfaction des

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG Karine WITTIG Artiste plasticienne www.pluri-l.com Ateliers créatifs proposés Ateliers créatifs par tranche d âge Animations évènementielles Animation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

Primaire - autres matières

Primaire - autres matières 1 Primaire - autres matières PRIMAIRE autres matières La mission de l école s articule autour de trois axes : instruire, socialiser et qualifier. Instruire L école joue un rôle primordial en ce qui a trait

Plus en détail

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard Un médiateur est habituellement une personne physique qui intervient pour faciliter une communication, une relation, le transfert d'un savoir ou d'une connaissance.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Historique du Centre de la petite enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe Le Centre de la Petite Enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe est une garderie qui détient un permis

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

Les coins jeux. à l Ecole Maternelle. Un outil au service des apprentissages...

Les coins jeux. à l Ecole Maternelle. Un outil au service des apprentissages... Les coins jeux à l Ecole Maternelle Un outil au service des apprentissages... 1 L enfant et le jeu JEU: du latin jocus : amusement et ludus : jeu 2 "le jeu, c est le travail de l'enfant, c est son métier,

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

Vouloir changer le monde Et pourquoi pas! Ressources à connaître : image corporelle. RQASF Le marché de la beauté Un enjeu de santé publique

Vouloir changer le monde Et pourquoi pas! Ressources à connaître : image corporelle. RQASF Le marché de la beauté Un enjeu de santé publique Vouloir changer le monde Et pourquoi pas! Ressources à connaître : image corporelle Alliance de la fonction publique du Canada Téléphone : 514.523.8349 Courriel : jalbert@tc.gc.ca > Intervention théâtrale

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

la santé affective, relationnelle et sexuelle destinés aux personnes ayant une déficience intellectuelle

la santé affective, relationnelle et sexuelle destinés aux personnes ayant une déficience intellectuelle 1. Campagne été 2014 prévention sida/ist 2. Nouveau site internet : «L hygiène de mains : parlez-en à votre soignant. Ensemble, évitons les infections!» 3. Site internet sur l avortement (Centre de planning

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

1 ANALYSE STATISTIQUE

1 ANALYSE STATISTIQUE 1 ANALYSE STATISTIQUE Les chiffres ci-dessous exposent une partie de l activité de Respect Seniors au cours de l année 2014. Ils ne représentent donc pas un état des lieux des maltraitances commises en

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités DES OUTILS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SEXUALITÉ JEUNESSE SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION EN MATHÉMATIQUE Les tâches familiales Planification des activités PRIMAIRE 1er cycle,

Plus en détail

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Patrick HAAS Direction de la Communication Présenté par la Banque de France dans

Plus en détail

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?»

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» CONFÉRENCE AVEC LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER DANS UN EXPOSÉ DE SA THÈSE INTITULÉ «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» 14 OCTOBRE 2010 À L UFCV TOULOUSE Dans la lignée des événements

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle

RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - 1 er cycle RÉSULTAT DISCIPLINAIRE RÈGLE DE RÉUSSITE DISCIPLINAIRE Programme de formation de l école québécoise Secondaire - er cycle Direction générale de la formation des jeunes Octobre 006 Introduction Dans le

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

LA DÉMOCRATIE LOCALE. Vers une citoyenneté participative. Avec le soutien de la Wallonie

LA DÉMOCRATIE LOCALE. Vers une citoyenneté participative. Avec le soutien de la Wallonie LA DÉMOCRATIE LOCALE Vers une citoyenneté participative Avec le soutien de la Wallonie Citoyenneté responsable Le citoyen responsable est «à la mode» politique médias monde éducatif monde associatif Citoyenneté

Plus en détail

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333

Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Évaluation du poids normal Fascicule n o 333 Chaque individu a un poids normal. Ce poids s identifie par un chiffre précis. Il ne se situe pas à l intérieur d une marge plus ou moins élastique. Pour une

Plus en détail

Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions

Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions Plan d études 2015-2016 de la Maîtrise (Ma) en Traduction Mentions Mentions Domaines de l'enseignement Traduction argumentée et révision (tronc commun) Traduction spécialisée Spécialité Traductologie Technologies

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants

19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants 19 L A P U B L I C I T E E T L E N F A N T IV. Les effets de la publicité sur les enfants Avec le développement social, la télévision est entrée dans la plupart des foyers en devenant le média de masse

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I !"#$%&%'()#*+%&##,-!(#!"#.(%/%'&## 0)#/%&)!(#*+%&)#1

I Le Défenseur des droits I !#$%&%'()#*+%&##,-!(#!#.(%/%'&## 0)#/%&)!(#*+%&)#1 !"#$%&%'()#*+%&##,-!(#!"#.(%/%'&## 0)#/%&)!(#*+%&)#1,-!(#!")#*/%&!%.'-"## "-"#0'$2('3'"%".)## 0)$#)3,&-'$## 4#,(*0-3'"%"2)#5*3'"'") La ségrégation professionnelle Femmes/Hommes Le principe juridique d

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog. L ergonomie au service du développement de l enfant Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.fr 1. La cadre théorique de la réflexion proposée 2. Quelles connaissances

Plus en détail

S ouvrir à l égalité. Répertoire d activités pour la promotion de conduites égalitaires entre filles et garçons Degrés enfantine, 1 et 2

S ouvrir à l égalité. Répertoire d activités pour la promotion de conduites égalitaires entre filles et garçons Degrés enfantine, 1 et 2 L'Ecole de l'égalité La collection qui ouvre les horizons des filles et des garçons S ouvrir à l égalité S exercer à l égalité I Répertoire d activités pour la promotion de Degrés enfantine, 1 et 2 Degrés

Plus en détail

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français

L illettrisme, une question scolaire. Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français L illettrisme, une question scolaire Marie-France Bishop Pr Université de Cergy Pontoise Didactique du Français Quelques points de discussion Des chiffres pour poser le problème Manifestations et causes

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ;

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ; Page 1 sur 6 Proposition de résolution visant à lier étroitement politiques de pension et d emploi, et à encourager le relèvement du taux d emploi des 55-64 ans par des mesures incitatives qualitatives.

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION?

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? Le mardi 3 juin 2014 CONTENU DE LA PRÉSENTATION L intégration au secondaire et l adolescence, un double défi. (présenté

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE

FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE P a g e 1 FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE Synthèse des conclusions de la recherche FNAREN/Université PARIS- DESCARTES «L élève en difficulté scolaire : aide

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Béatrice Van Haeperen, IWEPS 1 Colloque «valider et valoriser ses compétences: un accélérateur de parcours professionnel

Plus en détail

Séance des Vendredis du Social du 13 juin 2014. Hypersexualisation des enfants et des adolescents

Séance des Vendredis du Social du 13 juin 2014. Hypersexualisation des enfants et des adolescents Séance des Vendredis du Social du 13 juin 2014 Hypersexualisation des enfants et des adolescents Introduction Dans notre société, la sexualité est devenue une des actrices principales des médias (clips,

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Société canadienne de psychologie

Société canadienne de psychologie Société canadienne de psychologie LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LA PRATIQUE NON DISCRIMINATOIRE Sharon Crozier, Ph.D., Susan Harris, B. Sc. O.T. Carolyn Larse, Ph.D., Jean Pettifor, Ph.D. Lynn Sloane,

Plus en détail

Circuit, le magazine des langagiers

Circuit, le magazine des langagiers Grille tarifaire 2014-2015 Circuit, le magazine des langagiers Circuit est le magazine de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ). Publié en ligne quatre fois par

Plus en détail