L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons"

Transcription

1 Les ados sur le dos 2010 auteure : Lara Lalman L estime de soi : un miroir différent pour les filles et les garçons Introduction Analyse Valider l expérience quotidienne nourrit l estime de soi, facteur de bonne santé mentale. C est ce qui en fait le centre des démarches psychothérapeutiques. Bruno Humbeeck 1 a abordé cette question lors d une soirée débat organisée par le CEFA asbl, sous l angle de l éducation de l enfant et de l adolescent. Certaines études, dont les plus récentes ont été réalisées en Communauté Française de Belgique, apportent un éclairage sur la différence de situation entre filles et garçons, notamment à travers leur scolarité. Dans quel contexte cette estime de soi peut-elle émerger ou au contraire être défavorisée? La référence à des normes collectives irréalistes, le formatage, la catégorisation ont un impact sur les lieux les plus en prise avec la fondation de l estime de soi : l apprentissage, l image du corps, les liens affectifs.

2 Définitions L estime de soi est un concept quelque peu trouble à force d être mis à toutes les sauces, et par conséquent prête à confusion. Une définition simple pourrait être celle de Renald Legendre : «la valeur qu un individu s accorde globalement» 2. Dans une démarche éducative ou thérapeutique, renforcer l estime de soi se comprend à travers un travail sur la connaissance de soi, l amour de soi et l image de soi, trois composantes essentielles selon Bruno Humbeeck lorsque «nous sommes confrontés à un apprentissage nouveau, à un choix déterminant ou plus généralement à une situation difficile» 3. Renald Legendre précise plus tard que «l estime de soi, propre à une situation pédagogique, s appelle le moi scolaire, lequel est directement relié à la réussite ou non d apprentissages» 4. Apprendre : du plaisir au formatage Bruno Humbeeck 5 pointe la différence entre ce qui provoque une hausse d estime de soi fragile à travers une valorisation ponctuelle, et ce qui stabilise l estime de soi. Selon le psychothérapeute, l estime de soi consiste à oser risquer l échec. Elle se nourrit en effet de réussites qui ne peuvent arriver que si l on expérimente. Les enfants sont naturellement curieux, et apprendre constitue pour eux un plaisir. Plaisir qui tend à disparaître dès que l apprentissage entre dans la logique scolaire de sélection sur base de critères de performance. Apparaissent alors la crainte de l échec et la catégorisation. Plutôt que d être jugés «dignes de découvrir le monde» 6, il faut aux enfants correspondre à des attentes de compréhension et d assimilation dans des limites temporelles identiques pour tous, sans quoi ils sont jugés définitivement incompétents Le facteur temps a une influence majeure en tant que cadre restrictif et génère une certaine angoisse chez les parents aussi, notamment via la pression des devoirs. Une pédagogie fermée? En tout cas, cela a des répercussions à long terme sur l estime de soi. Monsieur Humbeeck prend l exemple des mathématiques, discipline particulièrement valorisée comme baromètre de l intelligence : la réussite ou non dans cette matière conditionne durablement «faibles» et «forts». Or chaque personne a son propre rythme d assimilation et les méthodes devraient être diversifiées et adaptées. De plus, comme le décèle une étude récente, «il est fréquent d entendre dire que les garçons seraient «naturellement» bons en sciences ou mathématiques alors que les filles seraient plus douées en lettres» 7, ce qui ne se vérifie pas au niveau des résultats. Un préjugé qui fonde une discrimination dans l orientation des filles et des garçons dès le début de leur parcours scolaire. Si bien que ceux-ci seront moins exigeants que les premières quant à leurs résultats pour s autoriser à poursuivre dans ces branches. De plus «les filles attribuent plus souvent leurs échecs à leur incapacité et leurs réussites à leur effort tandis que les garçons attribuent plus souvent leurs échecs à leur manque de travail et leurs réussites à leur capacité intellectuelle» 8. Aussi, les différents types d enseignement secondaire sont hiérarchisés alors qu ils devraient être considérés comme des manières d apprendre différentes mais équivalentes dans une démocratie qui se prétend égalitaire. L orientation vers le technique ou le professionnel ne devrait pas, comme c est le cas actuellement, être liée aux performances de l élève dans le général. C est entretenir une hiérarchie de classes dans la société. Aujourd hui, la pression s exerce par rapport à la réussite matérielle, associant le niveau de revenus au niveau d études et à la corrélation entre le type d études et une activité à haute valeur économique. Ceci nous amène à un autre constat d inégalité : les exigences seront différentes en ce qui concerne les filles pour qui le travail à temps partiel peut être envisagé, parce que son revenu peut être perçu comme complémentaire et non principal au sein d un couple 9. Il y a d ailleurs très souvent un décalage entre le niveau d études des filles et leur niveau de revenus! Or il ressort que les filles se voient rarement endosser le rôle de femme au foyer et attendent une reconnaissance sociale. Quant à l orientation professionnelle, les filles sont attendues dans les créneaux les moins valorisés au niveau des salaires : santé, éducation, aide aux personnes. Une ségrégation qui en dit long sur le lien entre d une part le conditionnement global des représentations de la place des hommes et des femmes, et d autre part les priorités d une société néolibérale au niveau de la valeur accordée aux différents secteurs d activités. Des enseignants pointent du doigt un modèle scolaire répandu, qu une étude définit comme entrepreneurial 10, attentif à former ses élèves au service du marché de l emploi bien souvent au détriment du développement de la citoyenneté. Cette option soutient le clivage dénoncé plus haut en termes d orientation professionnelle.

3 En somme, vu les limites que le système scolaire rencontre dans la formation de futurs adultes acteurs de leur vie et de la société, ne serait-on pas en droit d attendre une réforme globale qui s attache peut-être moins à servir l évolution d un système économique qui a intérêt à soutenir les inégalités? 11 Les filles plus sévères avec elles-mêmes que les garçons, une question de normes irréalistes Au Québec 12 et aux États-Unis, des associations ont initié des camps d estime de soi pour filles suite à un constat réel d écart entre filles et garçons dans leur construction identitaire 13. Même le secteur privé s empare de la cause : le Fonds Dove 14 propose aux jeunes filles (et à leurs mères) un site web ludique où mesurer son estime de soi et dispense des conseils. En effet des études menées Outre-Atlantique et chez nous montrent la plus faible estime que se portent les filles par rapport aux garçons 15. Les filles sont généralement plus sévères et plus critiques vis-à-vis d elles-mêmes. L apparence physique semble prendre dans cette différence d appréciation entre les sexes une place prépondérante. Les changements qui s opèrent à la puberté perturbent évidemment l image que l on a de soi, pour les garçons comme pour les filles mais le décalage prend de l ampleur avec l âge : alors que les garçons gagnent en tonus musculaire, conformément au stéréotype masculin valorisé dans notre société, les filles peuvent s éloigner davantage de l «idéal» féminin actuel de minceur par exemple. Les filles ressentent davantage de pression, même si les garçons peuvent être marginalisés ou se sentir mal dans un corps qui ne tend pas vers le modèle sportif. Beaucoup de voix citoyennes s élèvent contre les dictats culpabilisants de la publicité et des medias. En effet les corps photographiés sont retouchés et sont donc à ce titre des modèles inaccessibles, ce qui renforce le sentiment d échec si l on n arrive pas à prendre distance. Par ailleurs, quel magazine féminin ne propose pas son chapitre minceur, plus encore à l approche de l été? La Meute, mouvement français de lutte contre la publicité sexiste dénonce : «À propos des mannequins 8 femmes dans le monde sont des top-models, 3 milliards ne le sont pas. Si les mannequins dans les vitrines étaient des femmes réelles, leur bassin serait trop étroit pour qu elles puissent avoir des enfants. Si la poupée Barbie était une femme réelle, elle serait obligée de marcher à quatre pattes : avec ses proportions, elle ne tiendrait pas debout. Dans les images, le visage et le corps des top-models sont retouchés par ordinateur, en particulier leurs jambes sont allongées. Marilyn Monroe s habillait dans l équivalent français de la taille 42. Le 42 de son époque correspond au 46 actuel. La femme moyenne pèse environ 66 kilos. En France, la moitié des femmes s habillent en taille 44 et au-delà. Il y a 20 ans, les top-models pesaient 8 % de moins que la femme moyenne. Aujourd hui, elles pèsent 23 % de moins.» 16 Or Bruno Humbeek cite en exemple la reconnaissance d une beauté relative, donnée subjective, comme une valorisation éphémère : cela ne favorise pas une estime de soi stable 17. Se définir une image propre hors des normes imposées est donc un enjeu important pour les filles. La prise de conscience du lien entre son mal être et une construction sociale amène non seulement à changer de point de vue sur soi, mais aussi à agir vers la collectivité. C est ainsi que l on voit fleurir tags et autocollants divers sur certaines publicités dans l espace public du style «Ceci n est pas une femme». Autant d actes citoyens courageux, considérés injustement comme actes de vandalisme alors que la régulation éthique de la publicité, qui n est pas une expression artistique faut-il le rappeler mais bien un argument de vente abreuvé à dessein de stéréotypes 18, est bien faible. La confiance de Blanche-Neige L intérêt du film de Walt Disney pour Bruno Humbeeck 19 réside dans cette déclaration célèbre de la chanson de Blanche-Neige : «un jour mon prince viendra», qu il traduit par : «un jour quelqu un m aimera», certitude qui fonde l estime de soi, la dignité d être aimé sans condition. De prime abord, cela évoquerait plutôt l attente passive et illusoire du prince charmant, la destinée d épouse, idéal stéréotypé Le propos n est pas ici de faire l analyse du conte mais précisons que les contes ne sont pas à prendre au pied de la lettre, que leurs héros sont des archétypes symboliques et les interprétations nombreuses selon les écoles littéraires, psychanalytiques, etc. Empruntons donc l interprétation décalée de Bruno Humbeek qui parie sur la survie du personnage principal grâce à sa confiance en la vie : c est donc moins le rêve du prince charmant qui importe que l amour inconditionnel évoqué plus haut indispensable à l estime de soi? La confiance accordée explicitement à un enfant, un jeune ou même un adulte par autrui, et ce au-delà des erreurs ou échecs rencontrés, est à l évidence un facteur essentiel. La vie affective prend beaucoup de place dans l estime de soi, et cela commence avec les parents, pour continuer dans les relations amicales et amoureuses que nous sommes en mesure de créer et de nourrir. Les expériences de sociali-

4 sation sont différentes pour les garçons et les filles : ainsi le domaine relationnel relevant des compétences attribuées traditionnellement au sexe féminin, la perception que les filles ont d elles-mêmes va davantage inclure le paramètre de leurs compétences dans les relations sociales 20. Attentes plus grandes donc, déplacées vers un savoir-être soi-disant inné. Un conditionnement là où une absence de conditions serait nécessaire? «Si [ ] l estime de soi résulte de la combinaison de la compétence que s attribue la personne dans un domaine et de l importance qu elle accorde à celui-ci» 21, c est là que l on remarque un décalage avec les garçons, moins soucieux semble-t-il des relations sentimentales comme domaine de compétence que les filles. Toujours le poids d attentes sociales différentes qui vont biaiser une juste et saine image de soi. Conclusion L estime de soi se mesure à la capacité d oser risquer l échec et se voir par conséquent renforcé par des réussites. Comme nous l avons vu dans l exemple de l école, il importe dans la construction de l estime de soi de ne pas enfermer les individu.e.s, a fortiori les enfants, dans un personnage, un schéma trop étroit, parce que l identité est multiple et destinée à évoluer. Cela se vérifie dans trois domaines identifiés comme essentiels dans la construction de l estime de soi des adolescent.e.s : l apprentissage, les relations affectives et le rapport au corps. Un décalage ressort entre garçons et filles, né d attentes genrées, c est-à-dire construites sur des représentations sociales liées à l identité sexuelle. Et ce décalage trouve un amplificateur dans les enjeux économiques qui s emparent des lieux de construction identitaire ou de socialisation que sont le corps, l éducation ou les relations affectives. Une fois de plus, force est de constater l inégalité des chances que cela produit, à commencer par la perception de soi. Dans toutes ses structures, la société est responsable des clivages qu elle perpétue de par les choix qu elle pose en termes d investissement. Pour reprendre l exemple de l école, celle-ci pourrait être réinvestie comme terrain où s exercent réellement la citoyenneté et l égalité en commençant par la soustraire du champ économique, tout en la considérant comme priorité budgétaire. Pour enrayer sa contribution à reproduire les stéréotypes sexués, entre autres, les études dont fait état le dernier numéro de Faits et Gestes, cité plus haut, s accordent pour encourager la prise de conscience des inégalités dès le début du parcours scolaire, la sensibilisation du corps enseignant, une réelle politique égalitaire au niveau des supports pédagogiques, et une attention particulière à l ouverture, pour chacun.e, du champ des possibles en termes d orientation. Notes 1. Psychothérapeute, chargé de recherche à l Université de Mons-Hainaut, directeur du service Jeunesse et Famille «le Gallion» à Péruwelz, formateur au CREAS. 2. LEGENDRE R., 1993, cité sur 3. HUMBEECK B., Naviguer à l estime extrait cité sur le site 4. LEGENDRE R., 2000, cité sur 5. HUMBEECK B., Stimuler l humour et l estime de soi chez l adolescent, conférence, CEFA asbl, 1/4/ CAMUS M., Le premier homme, cité par HUMBEECK B., ibid. 7. «Filles-Garçons, égaux dans l enseignement?», in : Faits&Gestes n 33, printemps 2010, p. 7 : la revue trimestrielle relate les principaux constats émanant de 7 études réalisées en Communauté française récemment. 8. Ibid., p Ibid. 10. Les déterminants de l orientation scolaire. Une recherche-action sur les trajectoires des filles et des garçons dans l enseignement secondaire général, technique et professionnel, CES, cité in : «Filles-Garçons, égaux dans l enseignement?», in : Faits&Gestes n 33, printemps 2010, p Voir à ce propos les articles publiés par l APED sur le site notamment ceux de Nico Hirtt. 12. par exemple : girlsrockmontreal.org 13. voir par exemple : GODIN I., DECANT P., MOREAU N, de SMET P., BOUTSEN M., La santé des jeunes en Communauté française de Belgique. Résultats de l enquête HBSC Service d Information Promotion Éducation Santé (SIPES), ESP-ULB, Bruxelles, ; SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, 2004 ; McKenzie C., Boite à outils Résonance, Fondation Filles d Action, HUMBEECK B., Stimuler l humour et l estime de soi chez l adolescent, conférence, CEFA asbl, 1/4/ voir à ce propos LALMAN L., L alcool, une drogue culturelle, sortir des mythes et des stéréotypes, CEFA, mars 2010, p Ibid. 20. SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, Ibid., p. 409.

5 Bibliographie GODIN I., DECANT P., MOREAU N, de SMET P., BOUTSEN M., La santé des jeunes en Communauté française de Belgique. Résultats de l enquête HBSC Service d Information Promotion Éducation Santé (SIPES), ESP-ULB, Bruxelles : 2008 MCKENZIE C., Boite à outils Résonance, Fondation Filles d Action, SEIDAH A., BOUFFARD T., VEZEAU C., Perceptions de soi à l adolescence : différences entre filles et garçons, PUF, 2004 HIRTT N., L école démocratique, n 39, septembre 2009 HUMBEECK B., Avec le soutien de la Communauté Française de Belgique et de la Province du Brabant wallon Éditrice responsable : Emmanuelle Mélan, 8 Sentier du Goria 1348 Louvain-La-Neuve Conception graphique :

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

École polyvalente Saint-Jérôme

École polyvalente Saint-Jérôme École polyvalente aint-jérôme GUIDE DE CHIX DE CUR Année scolaire 2015-2016 1 er cycle du secondaire econdaire 2 général econdaire 2 général - programme régional soccer ervice de l organisation scolaire

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Thème : «Eveil citoyen et vivre ensemble»

Thème : «Eveil citoyen et vivre ensemble» Voici l ensemble des différentes thématiques et leurs déclinaisons en activités, développées dans le cadre des TAP 2015 2016. Il est à noter que la mise en place de ces activités sera variable d un établissement

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9. (8.332 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9. (8.332 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 9 (8.332 signes) Volontariat et handicap Quelles sont les adaptations à apporter pour permettre

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be PROGRAMME GENERAL Le collège Saint-Hubert est un établissement d enseignement secondaire

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DE DONS ET COMMANDITES Révisée le 20 août 2014 Contenu CADRE GÉNÉRAL... 2 Politique... 2 Définitions... 2 Imputabilité... 2 Budget... 2 OBJECTIFS GÉNÉRAUX... 3 Attribution... 3 Exclusions...

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados

Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados Impacts psychosociaux du dispositif Sac Ados Aide au départ en autonomie des 16-25 ans Présentation des premiers résultats d étude Bilan Vacances Ouvertes en Aquitaine 19 janvier 2015 Sac Ados Pourquoi

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Ce programme comprend 15 mesures avec des actions vers les jeunes et nouveauté en 2007 - des actions vers les enseignants.

Ce programme comprend 15 mesures avec des actions vers les jeunes et nouveauté en 2007 - des actions vers les enseignants. 1. «Entrepreneuriat 3.15», késako? Entrepreneuriat 3.15 est un document qui reprend sous 3 axes, 15 leviers pour faire émerger des générations entreprenantes et faire de la Wallonie une région intraprenante

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Liège, le 21 septembre 2013 PROJET D ETABLISSEMENT Projet d établissement Le Centre d Enseignement Secondaire Léon MIGNON se composant de trois implantations distinctes, ayant chacune leurs caractéristiques

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys Les écoles de musique qui constituent la réseau Cadences dispensent un enseignement musical diversifié incluant l ensemble des expressions artistiques de

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

Dans le cadre de la semaine de l Egalité professionnelle, l association Social Builder souhaite porter à votre connaissance les conclusions de

Dans le cadre de la semaine de l Egalité professionnelle, l association Social Builder souhaite porter à votre connaissance les conclusions de Dans le cadre de la semaine de l Egalité professionnelle, l association Social Builder souhaite porter à votre connaissance les conclusions de son étude-action 2013-2014 Projection dans la carrière et

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Séquences pédagogiques téléchargeables pour la classe. Conférences et interviews pour la formation. Sélection de ressources documentaires

Séquences pédagogiques téléchargeables pour la classe. Conférences et interviews pour la formation. Sélection de ressources documentaires Le site de l ABCD de l égalité fournit des ressources pour accompagner l expérimentation qui se déroule pendant l année scolaire 2013-2014 dans dix académies volontaires et concerne 275 écoles et plus

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Formation générale CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Formation générale CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Formation générale VISÉES PRIORITAIRES Développer la connaissance de soi sur les plans physique, intellectuel, affectif et social pour agir et opérer des choix personnels. Prendre conscience des diverses

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Pratiques corporelles et rapports sociaux de. la nécessité de croiser les données

Pratiques corporelles et rapports sociaux de. la nécessité de croiser les données Chapitre 4 Pratiques corporelles et rapports sociaux de sexe : la nécessité de croiser les données Connaissance des pratiques corporelles O. HIDRI NEYS Licence 3 Management Devoir écrit 130 de 2h Introduction

Plus en détail

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF :

LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES I. EN BREF : LES PRIORITES DE SIMPLIFICATION VUES PAR LES USAGERS LES ENTREPRISES La Direction Général de la Modernisation de l Etat souhaite faire de l écoute des usagers (particuliers, entreprises, collectivités

Plus en détail

Le besoin et l exigence

Le besoin et l exigence CHAPITRE 1 Le besoin et l exigence Avant de nous embarquer dans l ingénierie des besoins proprement dite, il est important de définir les mots besoins et exigences dans un double contexte : d une part,

Plus en détail

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse «Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle.» Léonard Nimoy QUESTIONS DE GENRES? Avant propos La persistance de stéréotypes liés à la place des femmes et des hommes dans la société se concrétise

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008 DOSSIER DE PRESSE Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne L ART AU SERVICE DE L ÉDUCATION DANS UN CADRE SCOLAIRE Présentation Saison Culturelle 2007/2008 Conférence de presse du lundi 22 octobre 2007

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

ANIM A JEUNES 12-14 ANS ANIM ADOS 15-17 ANS

ANIM A JEUNES 12-14 ANS ANIM ADOS 15-17 ANS ANIM A JEUNES 12-14 ANS ANIM ADOS 15-17 ANS «Accompagner les jeunes dans leur épanouissement, les aider à se construire pour les amener à leur future vie d adulte citoyen.» Service Enfance Jeunesse 3,

Plus en détail

Renseignements généraux

Renseignements généraux .Recherche sur l enseignement par visio/vidéoconférence Enseignants et formateurs qui utilisent fréquemment les systèmes de vidéoconférence et visioconférence par Internet dans leur enseignement Être pédagogue

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail