sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière"

Transcription

1 Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

2 Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station debout, locomotion) Équilibre du métabolisme phospho-calcique Zone de production des cellules hématopoïétiques

3 INTRODUCTION Os = matériau vivant en perpétuel remodelage. Garant de la maintenance biologique et mécanique de l os. Fracture = perturbation de l équilibre de fonctionnement du tissu osseux (remodelage, transmission des charges mécaniques) Consolidation osseuse = Réparation des lésions Restitution ad-integrum de la structure géométrique et fonctionnelle de l os

4 -Fracture: rupture de continuité d un segment osseux - Ostéotomie: section d un segment osseux ( fracture chirurgicale ) - Trait de fracture: ligne selon laquelle l os s est fracturé - Consolidation: succession d événements aboutissant à la restitution ad integrum du segment osseux fracturé - Cal osseux: néoformation osseuse périfracturaire unissant les extrémités fracturées

5 Délai de consolidation: - Epiphyse: 3 sem (enfant) > 6-8 sem (adulte) - Diaphyse: 6 sem (enfant) > 3 mois (adulte) - Délai de consolidation: délai entre fracture et obtention cal osseux - Pseudarthrose: Absence de consolidation à 6 mois - Cal vicieux : Consolidation osseuse en position vicieuse, ne rétablissant pas une anatomie normale

6 Aspects macroscopiques Os longs Ex : fémur, humérus Diaphyse (D): os cortical Métaphyse (M) : os spongieux Épiphyse (E) : os spongieux Os plats Ex : vertèbres Enveloppe : os cortical Intérieur : os spongieux M D M E E 5cm METAPHYSE EPIPHYSE

7 Consolidation Normale des Fractures

8 La fracture va initier une réponse tissulaire : dans la moelle osseuse, la région corticale, le périoste, les parties molles.

9 Moelle osseuse - MO se réorganise en zones de densité cellulaire variable - forte densité cellulaire près des extrémités fracturaires - dès 24h on observe différenciation de CSM > ostéoblastes. +++ La réponse de la moelle osseuse peu influencée par les contraintes mécaniques locales

10 Corticales - réponse très dépendante des contraintes mécaniques - vise à rétablir une continuité corticale sans forcément formation de cal périphérique - observée en cas de réduction anatomique, mise en compression des fragments osseux, et stabilisation par moyen de fixation rigide (plaque)

11 La réponse la plus importante a lieu dans le périoste et à moindre degré dans les tissus alentours Périoste : - on observe différenciation des cellules ostéo-progénitrices contenues dans la couche profonde du périoste - formation du cal osseux - volume du cal périosté dépend étroitement des contraintes mécaniques appliquées au foyer Schématiquement, le cal périosté augmente lorsqu il existe une certaine mobilité du foyer, et diminue en cas de fixation rigide

12 Analyse descriptive Le processus de consolidation comporte 4 phases inflammatoire proliférative : - cal mou - cal dur remodelage FRACTURE Phase d union Phase Inflammatoire : réaction cellulaire initiale Cal mou (j5-j30) Cal dur (j30 - s16) Remodelage, modelage Remodelage (1-4ans) os (haversien) Modelage (forme)

13 1- Phase inflammatoire débute immédiatement et dure 4 jours Formation d un hématome local et d un caillot riche en fibrine Rupture des vx endostés et périostés entraîne une ischémie localisée, et nécrose des extrémités osseuses (1 cm) Mort des cellules péri-fracturaires : ostéocytes, ostéoblastes, cellules de moelle Initiation d une réaction inflammatoire aiguë non spécifique : détersion de la zone fracturaire (PNN, macrophages)

14 2- Phase proliférative Correspond à la période d union (cal mou 3-4 s) Formation d un cal autour et entre les extrémités osseuses L hématome est envahi par des fibroblastes, des chondroblastes, des pré-ostéoblastes Agissant sous l effet de facteurs de croissance matriciels (TGFβ, IGF, FGFb, BMP) Prolifération de cellules endothéliales pour rétablir la continuité vasculaire (Neo-angiogénèse) - rôle des facteurs angiogéniques (FGFb, VEGF)

15 Le cal dur Débute à la 4ème semaine et dure 2-3 mois (6SEM) Cal riche en collagène de type I La minéralisation se propage depuis les extrémités du cal et forme un front de minéralisation enchondrale La minéralisation (apatite biologique) est sous l influence de facteurs locaux et hormonaux : vitamine D, ostéocalcine Radiologiquement : réduction progressive de l espace interfragmentaire Après 6-8 sem, les contraintes mécaniques peuvent renforcer le cal mais auront peu d effet sur l union corticale ++++

16

17 4- Phase de remodelage (1-4 ans) Remplacement de l os lamellaire par un os haversien, corticalisé, structuré spatialement Restauration d une morphologie normale et d un canal médullaire, reperméabilisé par les ostéoclastes Epaississement des corticales, amincissement du cal Même mécanisme que pour l os normal : résorption ostéoclastique et apposition ostéoblastique selon la Loi de Wolff : les ostéons s alignent parallèlement aux contraintes mécaniques principales de l os

18 Causes de Retard de Consolidation

19 Causes de Retard de Consolidation De nombreux facteurs avancés Surtout étudiés chez l animal Souvent difficile à incriminer de façon formelle Classés en facteurs : - liés au patient - liés à la fracture - liés à l acte chirurgical

20 Facteurs liés au patient Ostéoporose (Diamond, Bone 2001) Age : Périoste fibreux chez l adulte Anémie surtout lorsqu elle est associée à une hypovolémie : 33% de pseudarthroses chez le rat, non démontré chez l homme Malnutrition : déficit calcium, phosphore Diabète? (Fact. nutritionnels, vasculaires) Sexe? x4 chez l homme? OTV (femme)?

21 Facteurs liés à la fracture Siège de la fracture (diaphyse) Importance de la comminution Perte de substance osseuse Fracture ouverte Dégâts des parties molles (peau, muscles, périoste) Survenue sur os infecté Survenue sur os irradié Lésion nerveuse tronculaire associée

22 Facteurs liés à l acte chirurgical 1 Stabilité du montage (mobilité du foyer) Ecart interfragmentaire Ostéosynthèse ciel ouvert - Evacuation hématome fracturaire (GF présents dès J2) - Dépériostage des berges fracturaires - Curetage de la cavité médullaire

23 Sémiologie des fractures

24 Types de Fractures 1- Siège de la fracture Os, côté Région (épiphyse, diaphyse) Hauteur du trait (1/3) 1 ou 2 os Fr isolée du tibia

25 Types de Fractures 2- Trait principal Transversale Oblique courte Oblique longue Spiroïde

26 Types de Fractures 3- Traits secondaires et nombre fragments Aile de papillon Bifocale Comminutive

27 Types de Fractures 4- Déplacement Fracture engrenée Angulation Translation = Baillonette Chevauchement Décalage en rotation

28 Fracture engrenée Tassement du spongieux et impaction des fragments (non synonyme de peu déplacée++) Stabilité habituelle du foyer de fracture

29 Fracture spiroïde Mécanisme indirect ++ Déplacement parfois important Des fragments menacent la peau Déplacement en rotation ++

30 Fracture comminutive Chocs directs Lésions des parties molles : peau muscles vaisseaux nerfs

31 Fracture isolée du tibia Le déplacement est rarement important La réduction est difficile à obtenir à cause du péroné intact Il y a une tendance à la récidive du déplacement en varus

32 Cas 2 Cas 1 Cas 3

33 Cas 4

34 Les principaux traitements Traitement fonctionnel Mobilisation immédiate malgré la fracture Traitement orthopédique Réduction : remise en position anatomique Immobilisation externe : plâtre, corset Traitement chirurgical Réduction Ostéosynthèse Plaque vissée, clou centromédullaire, fixateur externe, vis, broche Prothèse Remplacement d'un élément anatomique

35 Complications des fractures Complications immédiates - générales - cutanées - neuro-vasculaires - syndrome de loge Complications secondaires - pseudarthrose - pseudarthrose septique - cal vicieux - cas des fractures articulaires - cas de l enfant (croissance, axe)

36 Complications Immédiates Générales : - Risque hémorragique : Fémur ++ (1,2 l) - Embolie graisseuse : Fémur++ Collapsus cardio-vasculaire Syndrome de confusion mentale Pétéchies sur le corps Signes au FO - Lésions associées Complications cutanées : Ouverture cutanée - de dedans en dehors - de dehors en dedans - 3 stades Risque infectieux ++ Retard de consolidation

37 Fractures ouvertes Cauchoix et Duparc : - Stade 1 : ouverture ponctiforme - Stade 2 : suture simple après parage - Stade 3 : perte de substance cutanée > Nécessité de bien décrire les lésions initiales, de la peau à l os > Traitement dicté par les lésions cutanées

38 Syndrome de Loges Définition Signes cliniques : - douleur spontanée - douleur provoquée - douleur à l étirement - tension de la loge - hypoesthésie - pouls présents +++ >> Fasciotomie en URGENCE

39

40 Pseudarthrose Douleur à la marche Chaleur locale, rougeur Douleur et Mobilité du foyer à rechercher manuellement (pseud. serrée ou lâche) Aspect hypertrophique en patte d'éléphant - persistance écart inter-fragmentaire - élargissement ext osseuses - densification ext osseuses - obturation canal médullaire RX Obliques, TDM

41 Cal vicieux Défaut de traitement initial Défaut de surveillance (déplacement secondaire)

42 Conclusions Le traitement orthopédique Perturbe peu le processus naturel de consolidation Immobilise une ou plusieurs articulations Conséquences fonctionnelles Immobilisation relative Risque de pseudarthrose Risque de cal vicieux Le traitement chirurgical Perturbe le processus naturel de consolidation (+++) A pour but : Assurer la réduction Permettre une mobilisation plus rapide Améliorer le résultat fonctionnel

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Yann Macé 1 La consolidation osseuse est un processus qui aboutit à la réparation du tissu osseux après une fracture, une

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Les Fractures Diaphysaires du Fémur

Les Fractures Diaphysaires du Fémur Les Fractures Diaphysaires du Fémur Pr J. Ch. Le Huec 1/ Tableau Clinique 2/ Classification des Fractures 3/ Complications 4/ Traitement 5/ Indications 6/ Traitement des Complications 7/ Installation -

Plus en détail

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR Consolidation Osseuse principes généraux g et applications en MPR François Genêt, Médecine Physique et de Réadaptation, R Praticien hospitalier dans le service du Pr Azouvi, CHU Raymond Poincaré,, 104

Plus en détail

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18 Sommaire Introduction 5 I. Des rappels anatomiques et physiologiques 6 A. Les cellules du tissu osseux 7 1. Les ostéoblastes 8 2. Les ostéocytes 8 3. Les cellules bordantes 9 4. Les ostéoclastes 9 B. La

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE PR R. BENBAKOUCHE ORTHOPEDIE CHU BAB EL OUED GENERALITES - DEFINITION C'est une fracture diaphysaire et métaphysodiaphysaire, extra articulaire,

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES PRINCIPES GÉNÉRAUX DES OSTÉOSYNTHÈSES Le matériel doit être "biocompatible" c'est-à-dire qu'il ne doit pas déclencher des réactions toxiques, inflammatoires. Le matériel

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses Sommaire Caractéristiques du TCH composition chimique résistance en compression sécurité biologique biocompatibilité contamination Références bibliographiques Implantation animale Protocole Résultats ostéoconduction

Plus en détail

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny Fractures de l avant-bras de l adulte Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny A n a t o m i e Le cadre radio-ulnaire Kapandji, Ann Chir Main, 1998 Stabilité

Plus en détail

CHIRURGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

CHIRURGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR CHIRURGIE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR Volume 1 Professeur J.J. ROMBOUTS et Professeur Ch. DELLOYE AVERTISSEMENT Ce syllabus est un aide-mémoire complémentaire aux notes manuscrites. Il est rédigé de façon

Plus en détail

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Dr. C. LAZERGES, Dr. B. COULET, Pr. M. CHAMMAS Service de Chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Lapeyronie Montpellier

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE

NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE par Jérôme Auger, DMV, DES, MSc, diplômé ACVS/ECVS Hôpital vétérinaire Rive-Sud, Brossard, Québec 2 TABLE DES MATIÈRES Objectifs... 1 Définitions... 2 Introduction... 3 Composition

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Lesblessuresdu trailer. MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015

Lesblessuresdu trailer. MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015 Lesblessuresdu trailer MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015 Les BLESSURES du TRAILER Problèmes AIGUS (survenue BRUTALE) Lésions musculaires Entorses de cheville Problèmes CHRONIQUES (début

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Conclusion : quelle est la bonne pratique?

Conclusion : quelle est la bonne pratique? Conclusion : quelle est la bonne pratique? A. Vannineuse et Ch. Fontaine Le genou est une articulation complexe : il doit concilier des contraintes importantes dans des situations variées, la propulsion

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice)

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Préambule n Reste-t-il des problèmes dans le diagnostic et le traitement des lésions

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie OBJECTIFS Décrire les criteres de sémiologie elementaire des TOM Citer les différentes techniques d imagerie

Plus en détail

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4)

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) Reconditionnement, réathlétisation & réhabilitation WK à la suite d une ostéotomie Un document de Norbert KRANTZ Année 2005-2006

Plus en détail

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG Douleurs du pied en pratique clinique Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied Service de rhumatologie / HUG Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... 16 septembre 2009 Douleur

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

La dysplasie de hanche chez le chien

La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche est une des conditions orthopédiques les plus fréquentes chez le chien. La dysplasie de la hanche est une condition qui se développe chez le

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

La baropodométrie dynamique

La baropodométrie dynamique La baropodométrie en chirurgie du pied Bordeaux le 27 mars 2004 La baropodométrie dynamique dans la chirurgie des troubles statiques du pied Docteur E. Toullec Centre de Chirurgie du Pied Polyclinique

Plus en détail

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse F CHOTEL Stanislas, 6 ans Enfant unique, très s actif Famille monoparentale Depuis 60

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Centre podiatrique Lambert. Dr. Keven Lambert, Podiatre

Centre podiatrique Lambert. Dr. Keven Lambert, Podiatre Centre podiatrique Lambert Dr. Keven Lambert, Podiatre Objectif de la présentation Distinguer les cors et les verrues plantaires et résumer les différents traitements utilisés par les podiatres Évaluer

Plus en détail

Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay. Clinique Bonnefon - Alès

Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay. Clinique Bonnefon - Alès Informations sur les prothèses de la Hanche Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay Clinique Bonnefon - Alès Rappeldel anatomiedelahanche

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

L exercice à la retraite. Dr. Bich-Han Nguyen Résidente II, Physiatrie Université de Montréal

L exercice à la retraite. Dr. Bich-Han Nguyen Résidente II, Physiatrie Université de Montréal L exercice à la retraite Dr. Bich-Han Nguyen Résidente II, Physiatrie Université de Montréal Buts de la conférence Vous renseigner sur les changements du corps qui avance en âge, avec emphase sur le système

Plus en détail

La Fracture du col du fémur

La Fracture du col du fémur La Fracture du col du fémur DEFINITION Le col du fémur est la jonction entre la tête du fémur qui s'insère dans le bassin et la portion verticale du fémur. Le col du fémur est la partie la plus fragile

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Université Paris-VI. Orthopédie. Questions d internat

Université Paris-VI. Orthopédie. Questions d internat Université Paris-VI Orthopédie Questions d internat 2000 Christophe Castelain Michel Christofilis Marc Jayankura (ccapitie@free.fr) Camille Samaha Samy Zouaouy Mise à jour : 12 septembre 2000 2/252 Orthopédie

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Métatarsalgies. Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique. Le pied : sujet complexe!? Dr Thierry Fulpius Consultation du pied

Métatarsalgies. Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique. Le pied : sujet complexe!? Dr Thierry Fulpius Consultation du pied Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique Dr Thierry Fulpius Consultation du pied Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... Service de rhumatologie / HUG 27 août

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE INNOVATION MEANS MOTION

ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE INNOVATION MEANS MOTION ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE FIXATION POLYAXIALE VERROUILLÉE DUALTEC SYSTEM II Implants préformés Vis préorientées et débattement polyaxial de 20 2 approches chirurgicales : latérale et postéro-latérale

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Th. Bégué Service de Chirurgie Orthopédique, Traumatologique et Réparatrice Hôpital Antoine Béclère Université Paris- Sud, laboratoire CIAMS- STAPS EA

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail