Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses"

Transcription

1

2 Sommaire Caractéristiques du TCH composition chimique résistance en compression sécurité biologique biocompatibilité contamination Références bibliographiques Implantation animale Protocole Résultats ostéoconduction ostéointégration remodelage osseux résorption de la céramique Recul clinique casuistique pathologies localisations caractéristiques du comblement matériel associé Résultats Conclusion Exemples de cas cliniques Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses introduction propriétés physico-chimiques processus biologique d intégration Publications KASIOS - Mai

3 Caractéristiques du TCH 1. Céramique de synthèse. Composition chimique : 75% hydroxyapatite (HAP) 25% phosphate tricalcique ( TCP) Formes : granules, bâtonnets, blocs, coins, cylindres, cônes Porosité interconnectée : 60-80% Taille des pores : μm Stérilisation : par rayonnement gamma à la dose minimale de 25kGy. TCH est une céramique macroporeuse obtenue à partir d un mélange d hydroxyapatite et de phosphate tricalcique selon la voie classique de fabrication des céramiques. La poudre de TCP pur est mélangée à la poudre d HAP de façon à obtenir un mélange de 75% HAP et 25% TCP. Une barbotine est préparée en mélangeant la poudre HAP+TCP, le liant, le dispersant et l eau. Cette suspension est ensuite mise en forme. Les pièces ainsi formées sont introduites dans un four et calcinées à haute température (> 1100 C) pour y subir un frittage. Ce frittage assure la solidification de la barbotine par fusion superficielle des grains. Les interstices persistant entre les grains constituent les micropores. Lors du frittage, la disparition de l agent porogène par sublimation fait apparaître les macropores interconnectés. La macroporosité du TCH a été choisie afin de favoriser au maximum la colonisation osseuse. Toutes les publications s accordent à reconnaître que la taille optimale des macropores se situe entre 200 et 500 microns. L inter connectivité permet la repousse osseuse par pénétration tissulaire progressive de la périphérie vers le centre de l implant. Le TCH est entièrement synthétique et donc disponible en quantités illimitées et parfaitement reproductible. KASIOS - Mai

4 2. Composition chimique Le TCH est une céramique biphasée, c est à dire constituée d un mélange de deux phosphates de calcium : 75% Hydroxyapatite Ca 10(PO 4) 6(OH) 2 - rapport Ca/P= % Phosphate tricalcique Ca 3(PO 4) 2 - rapport Ca/P=1.5 Le mélange de ces deux phosphates de calcium est chimiquement très proche de la partie minérale de l os qui est une apatite carbonatée Ca 8(PO 4) 4(HPO 4) (CO 3) rapport Ca/P=1.61. L HAP et le TCP ont des vitesses de dissolution très différentes. Au ph de l organisme, l HAP est très peu soluble ; il persiste pendant plusieurs années. Sa présence assure à l implant une certaine pérennité. Le TCP pour sa part, est très soluble dans l organisme. Quand il se dissout, il libère des ions calcium et des ions phosphates qui semblent favoriser l ostéogénèse. On considère en effet que les ions calcium sont précurseurs dans certains mécanismes de différenciation des cellules ostéoprogénitrices en cellules osseuses ; par ailleurs la saturation des ions favorise la précipitation de micro-cristaux de phosphate de calcium, cristaux qui deviennent des centres de nucléation pour l ostéogénèse. Le TCP est considéré comme fortement bioactif. KASIOS - Mai

5 Le choix des proportions 75% HAP 25% TCP est le résultat de travaux expérimentaux (1). L ostéointégration exprimée par le pourcentage de surface de l implant en contact avec de l os néoformé est mesurée à 2, 4 et 9 mois pour des céramiques à 100%, 75% et 50% d HAP. Quel que soit le temps, l ostéointégration de l HAP pure est toujours très faible ; les céramiques biphasées présentent par contre d excellents résultats en particulier pour les proportions 75% HAP 25% TCP. La céramique biphasée TCH associe donc dans des proportions optimisées, deux substances dont les propriétés se complètent : persistance dans le temps pour l HAP et forte bioactivité immédiate pour le TCP. KASIOS - Mai

6 3. Résistance en compression Comme toutes les céramiques macroporeuses, le TCH est fragile. Sa résistance en compression est de l ordre de 1à 5 MPa pour les granules et bâtonnets et > à 5 MPa pour les autres formes alors que l os spongieux frais présente des valeurs de 1 à 15 MPa (selon sa porosité). TCH ne doit pas donc être utilisé directement en compression à moins qu un dispositif métallique (ostéosynthèse, implant ) ne court-circuite les contraintes susceptibles de provoquer son écrasement. Les propriétés mécaniques de la céramique implantée s améliorent cependant rapidement comme le montre certains travaux (2) : la colonisation osseuse transforme la céramique en un matériau composite dont la résistance en compression augmente de façon linéaire avec le temps. KASIOS - Mai

7 4. Sécurité biologique Biocompatibilité L introduction du TCH dans l organisme ne provoque pas de réaction connue de la part de celui-ci. Lorsque le TCH se dégrade, il libère des ions calcium et des ions phosphate identiques à ceux qui se trouvent normalement dans le sang. Il ne présente donc aucune toxicité. Le TCH est un substitut osseux de synthèse qui, contrairement à la plupart des substituts osseux d origine animale ou humaine, ne contient aucune substance organique susceptible de provoquer une réponse immunologique de l organisme. Contamination Contrairement à certains substituts osseux d origine animale ou humaine, l utilisation du TCH ne présente aucun risque de contamination microbienne (virus ou prions). La stérilisation se fait par rayonnement gamma à la dose minimale de 25 kgy conformément à la norme EN ISO et aux exigences de la Directive Européenne 93/42/CEE. Un témoin de stérilisation vire au rouge quand l implant a reçu la dose d irradiation prévue. Le conditionnement est conforme aux exigences de la Directive européenne 93/42/CEE et est constitué d un double emballage préservant la stérilité. TCH est un dispositif médical à usage unique. La restérilisation est interdite. References Bibliographiques (1) P. FRAYSSINET, J.L. TROUILLET, N. ROUQUET, E. AZIMUS and A. AUTEFAGE: " ossointegration of macroporous calcium phosphate ceramics having a different chemical composition ". Biomaterials 1993, Vol. 14 N 6. (2) TRECAN ET COL. : " Influence of post-implantation physico-chemical changes in a macroporous ceramic on its mechanical strength ". Journal of Materials 1996: Materials in Medecine 7, KASIOS - Mai

8 Implantation animale Protocole Les implantations de TCH ont été réalisées chez le mouton. Des défects de 6 mm de diamètre creusés en différentes localisations osseuses (corticales ou spongieuses) ont été comblées par des granules de TCH et les défects témoins n ont pas été comblés. Des prélèvements ont été réalisés à 6 et 12 semaines. Les coupes histologiques ont été effectuées sur les cavités comblées et les cavités témoins pour les mêmes temps. Résultats 1.Ostéoconduction Le TCH est fortement ostéoconducteur. Lorsque la céramique est placée en milieu osseux, sa surface sert de colonisation intense. A 6 semaines, en site spongieux, lorsque le défect est bien comblé, on observe une néoformation osseuse à progression centripète qui tapisse la surface de la céramique et atteint par les macropores interconnectés le centre de la cavité. Figure1. Figure 1 : Ostéoconduction à 6 semaines. 1a) Vue d ensemble. La néoformation osseuse atteint le centre de la cavité qui est entièrement comblé. C : céramique - OI :os immature néoformé - OA : os ancien KASIOS - Mai

9 1b) détail OI : os immature OA : os ancien de type spongieux C : céramique. La colonisation se fait par invasion tissulaire et vasculaire à partir du tissu osseux du receveur ; en l absence de céramique ou de contact os-céramique, il n y a pas de formation osseuse. Figure 2. Figure 2 : A 6 semaines, cavité non comblée par la céramique. Le comblement de la cavité par du tissu osseux est négligeable. KASIOS - Mai

10 L os nouveau se forme en apposition, directement à la surface de la céramique, sans interposition fibreuse. Les ostéoblastes se différencient à partir des fibroblastes du conjonctif. A 6 semaines l os néoformé est de type immature comme en témoigne la taille des lacunes ostéocytaires. 2.Ostéointégration A 12 semaines, l implant est entièrement envahi par le tissu osseux qui recouvre toute sa surface sans interposition fibreuse. Figure3 : Ostéointégration en site spongieux à 12 semaines. Les macropores sont entièrement comblés par l os en cours de remaniement en apposition à la surface de la céramique. Des fragments de céramique sont détachés et également intégrés. KASIOS - Mai

11 Début de résorption (fragmentation) de la céramique et remodelage osseux. Figure4. Figure 4 : Ostéointégration et remodelage en site cortical à 12 semaines. Repousse osseuse massive. Début de remodelage osseux haversien périphérique. Fragmentation et résorption importante du matériau. OA : os ancien de type cortical. ON : os néoformé. H remaniement haversien. C : céramique. 3.Remodelage osseux En site cortical, à 12 semaines, l os est de type lamellaire avec un début d organisation haversienne à la périphérie. En site spongieux, la néoformation osseuse s oriente vers le type trabéculaire. KASIOS - Mai

12 4.Résorption de la céramique A 12 semaines, on note une fragmentation de la céramique dont la structure macroporeuse s estompe. La composante tricalcique particulièrement soluble au ph de l organisme est en phase de résorption aiguë comme en témoigne au fort grossissement la présence sur le site de nombreux macrophages chargés de matériel exogène. Le remodelage est un phénomène global ; des ostéoclastes actifs sont visibles tant à la surface de la céramique qu à la surface de l os. Figure 5. Figure 5 : Remodelage à 12 semaines. Remodelage osseux : les ostéoclastes détruisent l os immature initial ; les ostéoblastes déposent l os nouveau. Résorption de la céramique : activité clastique contre la céramique ; activité phagocytaire intense des macrophages chargés de matériel exogène. OI : os immature Oc : ostéoclaste OB : front de minéralisation ostéoblastique M : macrophage C : céramique. KASIOS - Mai

13 Recul clinique SUBSTITUT OSSEUX EN CERAMIQUE BIPHASEE DE PHOSPHATE DE CALCIUM A propos de 239 cas dont 129 à plus de 2 ans de recul. Congrès de la SOTEST ; juin 1998 Pr. B Le Saint, Dr J Gadea, Dr. A Cazenave, Pr JP Meyrueis 1.Casuistique 239 patients ont été opérés entre le 5 novembre 1992 et le 31 mai Seuls ont été pris en compte dans cette étude et sans aucun critère d exclusion, les 114 patients présentant plus de 2 ans de recul. 15 de ces patients présentent une double localisation ; le nombre de cas est donc de 129. Sur ces 114 patients, 5 sont «perdus de vue» et 7 sont décédés dont 4 d un cancer ; Age (histogramme fig.1) La moyenne d âge est de ans avec comme valeurs extrêmes 14 et 92 ans. L échantillon comporte 55 hommes et 59 femmes. KASIOS - Mai

14 2. Pathologies Les indications sont regroupées dans les tableaux suivants : Fractures Pseudarthroses Comblements - de prélèvements - après AMO - prothèses de hanche - tumeurs et lacunes Arthrodèses Ostéotomies Butées de hanche Papineau 42 cas 22 cas 13 cas 13 cas 15 cas 11 cas 5 cas 2 cas 2 cas 4 cas Chirurgie aseptique Chirurgie septique 122 cas 7cas 3. Localisations Dans le cadre de cette de cette étude multicentrique, le TCH a été utilisé au niveau de tout le squelette à l exception de la chirurgie vertébrales, des chirurgies crânienne et maxillo-faciale (figure 2). Qualité de l os: Os normal Os très porotique Tumeur bénigne Tumeur maligne 69 patients 28 patients 9 patients 4 patients Il faut noter que les résultats ont été excellents chez les personnes âgées dans l os porotique. Les sujets atteints de cancer sont tous décédés. KASIOS - Mai

15 KASIOS - Mai

16 4. Caractéristiques du comblement Nous avons pris en compte la classification donnée par le GESTO (Association pour l étude des Greffes Et Substituts Tissulaires en Orthopédie). En ce qui concerne les caractéristiques des comblements. Type d os comblé : Le GESTO préconise de classer les comblements en fonction de la structure osseuse du site : - C : site cortical - CS : site cortico-spongieux - S : site spongieux A ces 3 catégories de base nous avons rajouté : - CMS : site cortico-médullo-spongieux pour les grands fracas diaphysaires et métaphysodiaphysaires. - IN : «inclassable» pour les comblements péri-prothétiques C CS S CM CSM IN (PTH) 10 cas 43 cas 23 cas 33 cas 3 cas 17 cas Types de comblement Rappelons que, d après le GESTO, on peut distinguer 4 types de comblements définis comme suit : - type T0 : le substitut est en apposition para-squelettique - type T1 :perte de substance osseuse où persiste une continuité osseuse - type T2 : perte de la continuité osseuse mais persistance d un contact osseux ou médullaire. - Type T3 : perte de tout contact osseux ou médullaire. T0 (butées) T1 (comblement de cavités) T2 (fractures, ostéotomies, pseudarthroses) T3 (papinaux, grandes pertes de substance...) 2 cas 48 cas 74 cas 5 cas Volume du comblement Ce paramètre caractérise «le plus grand éloignement entre un point du comblement et l os receveur environnant». - D- : si la distance est inférieure à 10 mm - D+ : si cette distance est supérieure à 10 mm Nous avons rajouté à cette classification : - IN : pour les comblements péri-prothétiques. D+ 48 cas D- 66 cas IN (PTH) 15 cas 5. Matériel associé Association de substituts : Le TCH a été utilisé seul ou en association avec d autres substituts. TCH + Allogreffe TCH + Autogreffe TCH seul 4 patients 12 patients 98 patients KASIOS - Mai

17 L association avec de l autogreffe a été effectuée afin de rechercher un effet ostéoinducteur. Association de matériel d ostéosynthèse: Dans tous les cas où le TCH était susceptible de subir des contraintes en compression (les types T2 et T3 selon la classification du GESTO), il a été posé un matériel d ostéosynthèse afin de «court-circuiter» ces contraintes. Plaques Fixateur externe de type FESSA Lames-plaques Vis-plaque Broches Agraphes 48 fois 10 fois 4 fois 1 fois 10 fois 3 fois Cas de prothèses de hanche : Lors des reprises de prothèses de hanche, le TCH a été utilisé pour combler les lacunes cotyloïdiennes (8 fois) ou l espace entourant la tige (7 fois). 6. Resultats Echecs et complications : Dans la série de 129 cas ayant plus de deux ans de recul, nous n avons observé que 2 échecs : - une absence de fusion d une arthrodèse scapho-lunaire fixée par broches et comblement de TCH pur, mais on connaît l extrême fréquence des échecs dans ce type d arthrodèse. - Un sepsis à staphylocoques avec évacuation spontanée partielle dans le traitement de trajet d une vis-plaque. La guérison a été obtenue par curetage. Dans les cas les plus récents, nous avons observé 2 échecs suivis de pseudarthroses après comblement par la céramique seule : - sur une fracture métaphysaire du fémur distal ostéosynthèsée par vis-plaque. - Pour une fracture multi-fragmentaire du quart inférieur de la jambe ostéosynthésée par plaque. Un comblement en milieu initialement septique a dû être repris. Résultats cliniques : Comblements : Les sites comblés ont évolué favorablement. Aucune complication n a été observée dans le cas des tumeurs bénignes. Fractures : Pour les fractures récentes épiphysaires c est à dire en site spongieux, la consolidation a toujours été rapide sous la protection d une ostéosynthèse stable. L association avec de l autogreffe s est avérée inutile. En site cortical, nous avons observé un échec (voir ci-dessus). A l heure actuelle, ce n est plus qu au niveau de la corticale mal vascularisée du quart inférieur du tibia que nous hésitons à nous passer totalement d autogreffe. Pseudarthroses : Les pseudarthroses ont toutes consolidé dans des délais normaux. La céramique a uniquement servi de support réhabitable : elle est seulement ostéoconductrice. Il faut donc apporter sur le site des facteurs ostéoinducteurs. Dans les pseudarthroses atrophiques, l ostéogénèse a été relancée par une indispensable autogreffe. Dans les pseudarthroses hypertrophiques, décortication et stabilisation constituent l essentiel du traitement. Reprise de prothèses A ce jour, elles ont toutes des résultats satisfaisants. Dans cette indication, seules les destructions osseuse modérées peuvent être comblées par céramique. KASIOS - Mai

18 Résultats radiologiques En site spongieux, au cours des 2 ème et 3 ème mois, les grains s intègrent dans un tissu trabéculaire, en continuité avec les travées osseuses du spongieux environnant. En site cortical, les granules sont pris en masse dans le cal, participant ainsi à la formation d un pont qui unit les extrémités fractuaires. La vitesse de résorption de la céramique varie considérablement avec le niveau de vascularisation du site receveur. Remarque: les TCH implantés dans la moelle subissent une transformation de type osseux s ils sont près du foyer de fracture ; à distance on ne note aucune évolution. Biopsies Plusieurs biopsies ont été réalisées lors de l ablation du matériel ; elles confirment les résultats de l expérimentation animale. Suites opératoires A l exception des problèmes déjà exposés, les suites opératoires ont toujours été simples. La tolérance a été excellente. Il n a pas été décelé : - de complication générale ou locale ; - de réaction inflammatoire - d infection pouvant être imputée à l implant. Radiologiquement, aucune complication n a été décelée : - pas de lyse corticale - pas de périostite - pas d ostéomes Quelques liserés ont été observés dans des pertes de substance importantes ; ces liserés tendent à s atténuer avec le temps. Conclusion En dehors des très rares échecs précédemment cités, la céramique TCH a permis d éviter le prélèvement d autogreffe ou l utilisation d allogreffe dans de très nombreuses indications. Notre expérience clinique confirme donc l intérêt des céramiques biphasées de phosphate de calcium. KASIOS - Mai

19 Exemples de cas cliniques Fracture à trois segments de l extrémité supérieure de l humérus 77 ans BAR 07/97 Fracture avec horizontalisation de la tête humérale gauche. Séparation du trochiter (cliché n 1). Ostéosynthèse : Prélèvement de la tête autour d une charnière interne. Ostéosynthèse provisoire par broche trochiter-tête. Comblement par du TCH. Ostéosynthèse définitive par plaque PSH de ITAC. Complément du comblement par TCH et ablation de la broche provisoire. Soins post-opératoires : Echarpe pendant 4 semaines puis rééducation. A 1 mois (cliché n 2) Résultats radiologique en début de rééducation. Pré-opératoire Radio à 1 mois KASIOS - Mai

20 A 8 mois Suivi radiologique. Résorption partielle du TCH ; on observe une fusion des grains. Suivi clinique La patiente se sert normalement de son bras. Mobilité : - abduction et antépulsion rotation externe diminuée de 15 - rotation interne normale (main dans le dos jusqu à la pointe de l omoplate controlatérale). Radio à 8 mois. KASIOS - Mai

21 Fracture complexe du fémur distal en os ostéoporotique 92 ans MEV Ostéosynthèse en pontage par lame-plaque et comblement par du TCH de la cavité centromédullaire. Suivi clinique : - reprise de l appui rapide. Très bonnes suites Suivi radiologique - en post-opératoire, à 4 mois (photographie), à 7 mois. - A 4 mois on observe une prise en masse des granules du côté interne du fémur, là où s exercent les plus fortes pressions. Tendance à la corticalisation. - Sous la plaque, là où les contraintes sont court-circuitées, les granules gardent une certaine individualité. Radio à 4 mois KASIOS - Mai

22 Ostéotomie fémorale 68 ans FOU Ostéosynthèse par lame-plaque et granules de TCH dans le trait d ostéotomie et en sous-périosté interne. Suivi radiologique : En post-opératoire (photo), à 3 mois (photo), 5 mois, 19 mois (photo). A 3 mois les contours des granules deviennent flous. Ils sont reliés par des trabécules osseux qui assurent leur «prise en masse». Radio post-opératoire Radio à 3 mois. KASIOS - Mai

23 A 5 mois, apparition d un cal interne et consolidation. Une masse correspondant aux grains soudés occupe le trait d ostéotomie. A 19 mois, fusion entre le substitut et la corticale qui est renforcée au niveau du foyer de fracture. Radio à 19 mois. KASIOS - Mai

24 Fracture complexe de l extrémité supérieure du tibia avec perte de substance métaphysaire - 57 ans GOL Ostéosynthèse par plaque. Suivi clinique : 3 mois : consolidation. Suivi radiologique : - A 3 mois : trabéculation intergranaire. - A 1 ans : fusion des grains de céramique. Radio post-opératoire Radio à 1 an KASIOS - Mai

25 A 2 ans, après ablation du matériel : la céramique se résorbe rapidement grâce au remodelage osseux. On note par ailleurs une évolution inéluctable vers la gonarthrose. Radio à 2 ans KASIOS - Mai

26 Arthrodèse sous-astragalienne 62 ans SIN Ostéosynthèse par vis. Comblement par du TCH du sinus du tarse avivé. Suivi clinique : - consolidation normale. A 12 mois va très bien. Suivi radiologique : - A 21 mois (photo) après ablation des vis, les granules de TCH se sont complètement estompés. Ils ont perdu leurs contours géométriques et se sont fondus en une masse peu dense. - Des travées osseuses en continuité avec celles du spongieux partent du substitut. - A ce stade, la céramique est parfaitement intégrée et en cours de résorption. Radio à 21 mois. KASIOS - Mai

27 Polyarthrite rhumatoïde. Arthrodèse interphalangienne du pouce après échec de 2 autogreffes 64 ans. JOL Ostéosynthèse et comblement par TCH pur. Suivi radiologique : - 3 mois : grains de TCH pris en masse ; liseré distal. - 6 mois : consolidation. - 1 an : pouce indolore et stable. Radio à 3 mois Radio à 10 mois après ablation des broches. KASIOS - Mai

28 A 3 ans de recul : le pouce reste stable et indolore. Disparition du liseré distal, la céramique est en continuité avec les travées spongieuses de P1 et P2. Consolidation de P2. Radio à 3 ans de recul. KASIOS - Mai

29 Arthrodèse tibio-calcanéenne 38 ans HEB Nécrose astragalienne bilatérale chez une jeune femme de 38 ans par lupus erythémateux. Astragalectomie. Ostéosynthèse par vis. Comblement des pertes de substance par TCH pur. Suivi clinique : appui indolore à 3 mois. Suivi radiologique/ - A 5 mois, la fusion des grains est complète en zone postérieure de pression et de contact. Dans la partie antérieure proche de la mobilité médio-tarsienne, la fusion des grains est mois avancée. Radio à 5 mois. KASIOS - Mai

30 Fracture métaphysaire complexe au-dessus d une prothèse du genou 90 ans. REN Ostéosynthèse par vis-plaque. Pas d autogreffe. TCH : 5 g de granules ont été utilisés. Mobilisation immédiate. Suivi clinique : - A 3 mois : appui complet à la fin du troisième mois. La consolidation est obtenue malgré la mobilisation de quelques vis. Radio post-opératoires KASIOS - Mai

31 Suivi radiologique : - A 1 an de recul : fusion et incorporation des grains. Apparition d un cal périosté et médullaire. Suivi clinique : extension complète : flexion : 90. Radios à 1 an de recul. KASIOS - Mai

32 Chondrome du médius gauche 18 ans. MEY Comblement de la cavité par du TCH après curetage. Comblement complet mais insuffisant dans la partie distale du fût. Suivi clinique : la mobilité est normale. Quelques douleurs fugaces de type inflammatoire. Suivi radiologique : - en post-opératoire (photo), à 1 mois, 2 mois, 5 mois, 10 mois, 17 mois (photo). - A 5 mois on observe une altération périphérique «en étoile» des grains qui prennent en masse par trabéculation intergranaire. La lacune distale persiste. - Entre 10 et 17 mois, peu de changements. On observe une fusion diaphysaire entre la corticale et la masse initiée par les greffons. L ossification gagne progressivement la lacune distale. Des travées osseuses convenablement orientées partent des grains en direction des épiphyses et en continuité avec les travées du spongieux épiphysaire. Radio post-opératoire Radio à 17 mois. KASIOS - Mai

33 - A 5 ans de recul, dissociation et fragmentation des grains, réapparition d une corticale épaisse incorporant par endroit des fragments de céramique. Comblement spontané de la lacune distale. - Cliniquement, aspect normal du doigt. Mobilité normale. Indolence parfaite. A 5 ans radio de face radio de profil. KASIOS - Mai

34 Fracture ouverte et perte de substance par tronçonneuse BOI 03/95 Comblement postérieur par spongieux autologue (crête iliaque) et antérieur par TCH. (schéma) Ostéosynthèse par plaque et fixateur externe. Suivi radiologique : - A 2 mois : incorporation du TCH ; formation d un cal. - A 6 mois : ablation du fixateur. La forme des grains est visible en dehors de la corticale. - A 1 an : ablation de la plaque du péroné. Corticale dense ; trabéculation intergranaire au niveau médullaire. Radio à 6 mois avant l ablation du fixateur. KASIOS - Mai

35 BIOPSIE A UN AN (patient BOI 03-95) Figure : Biopsie au niveau métaphysaire lors de l ablation du matériel d ostéosynthèse dans un cas de fracture ouverte avec perte importante de substance. H : os haversien I : fragments de céramique P : débris de forage Le prélèvement est constitué par de l os trabéculaire dense dont la structure haversienne est très nette (H). Le tissu osseux, mature à 1 an, présente des signes de remodelage récent. Le TCH est fortement altéré. La composante tricalcique a disparu et les fragments résiduels de la céramique sont constitués par de l hydroxyapatite. En certains points de la préparation, la céramique participe au remaniement ostéoclastique. Certains fragments sont intégrés dans l os sans interposition de tissu fibreux (I). Les autres fragments réduits à l état de fines particules se retrouvent dans les lacunes osseuses, associés aux débris osseux de forage (p). L analyse du prélèvement met donc en évidence : - les propriétés ostéoconductrices du TCH qui est entièrement colonisé par du tissu osseux. - la bonne ostéointégration du matériau qui se fait sans interposition de tissu fibreux ni réaction inflammatoire à corps étranger. - la disparition progressive de la céramique par dissolution et par l action des ostéoclastes. KASIOS - Mai

36 Fracture très déplacée de la tête de l humérus CRO Ostéosynthèse par plaque et comblement de la cavité par TCH. Suivi radiologique : - en post-opératoire (photo) - 13 mois (photo) - 25 mois : après l ablation du matériel d ostéosynthèse (photo) Après 13 mois, on observe une altération de la forme géométrique des granules dont les bords disparaissent. Les granules perdent leur individualité et fusionnent en masse. Il se produit une fusion entre le substitut osseux et la corticale au niveau du trait de fracture. Radio post-opératoire Radio à 13 mois. A 25 mois, après la consolidation de la fracture et ablation de la plaque, il apparaît clairement que la fusion s est produite entre le TCH et la corticale qui se trouve ainsi renforcée au niveau du trait de fracture. On observe une bonne orientation des trabécules osseux entre le substitut osseux et le tissu spongieux. KASIOS - Mai

37 Radio à 25 mois après l ablation du matériel d ostéosynthèse. KASIOS - Mai

38 Fracture complexe de l articulation de l extrémité inférieure du radius avec perte de substance spongieuse. DUB Abord antérieur. Ouverture du canal carpien et ostéosynthèse du radius par plaque Maconor 2 épiphysaire + broche + comblement de la perte de substance osseuse par TCH. Radio post-opératoire Radio de contrôle à 40 jours. KASIOS - Mai

39 Radio à 5 mois après l ablation du matériel d ostéosynthèse. Profil De face KASIOS - Mai

40 Arthrodèse du poignet (polyarthrite rhumatoïde) CAR Poignet rhumatoïde avec d importantes destructions ostéo-articulaires. Arthrodèse avec avivement des os du carpe. Ostéosynthèse par plaque S1 Maconor 2. Comblement par du TCH dans les interstices. Résultats clinique à 21 mois : poignet stable et indolore. Radio de face post-opératoire Radio de profil à 21 mois. KASIOS - Mai

41 Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses Introduction Les nombreuses publications concernant les études menées sur l hydroxyapatite (HAP ; Ca 10(PO 4) 6(OH) 2) et le phosphate tricalcique ( TCP ) témoignent de l intérêt porté à ces matériaux. Ils ont longtemps été les seuls phosphates de calcium expérimentés in vivo et implantés dans le corps humain. Leur composition chimique est voisine de celle de l'os, favorisant ainsi une biocompatibilité optimale. Ils sont tous deux résorbables, bien que la résorbabilité de l hydroxyapatite en milieu physiologique soit moins importante que celle du phosphate tricalcique. En revanche, toutes les études indiquent pour ce dernier, la capacité à stimuler l ostéointégration tout en se résorbant L utilisation de céramiques poreuses à base de phosphate de calcium, à pores interconnectés au titre de matériau solide implantable pour substitut osseux est connue depuis longtemps (1). En raison de leur macroporosité, ces matrices phosphocalciques solides poreuses présentent l avantage d augmenter la surface d échange avec le milieu biologique, d être biorésorbables, de permettre la revascularisation au cœur du matériau et de posséder d excellentes propriétés ostéoconductrices. Propriétés physico-chimiques Les céramiques phosphocalciques macroporeuses sont obtenues par une mise en forme à partir d'une suspension de phosphate tricalcique et d'hydroxyapatite pulvérulentes. Bien que des micropores soient toujours présents entre les grains de la céramique, il est indispensable de créer dans la céramique une macroporosité (diamètre moyen des pores > 100μm), afin que les tissus de cicatrisation puissent y pénétrer. La macroporosité est rendue possible par le type de moule, support ou agent extérieur porogène utilisé et reste indépendante du phénomène de frittage. Les céramiques phosphocalciques biphasées associent dans un rapport variable l'hydroxyapatite (HAP) et le phosphate tricalcique ( TCP). Des travaux expérimentaux ont montré les avantages respectifs de divers composés biphasés permettent de définir la composition optimale de chacun des constituants (2). Ces mélanges sont développés afin d'essayer de réaliser des équilibres de résorption et de substitution osseuse. Le phosphate tricalcique se résorbe plus rapidement que l'hydroxyapatite (3), et joue un rôle important dans la prolifération cellulaire, la revascularisation et l'ostéoconduction. L'hydroxyapatite permet pour sa part de conserver l'intégrité du substitut pendant plus de temps que le phosphate tricalcique (4). Diverses compositions de céramiques biphasées (HA + TCP) ont été étudiées afin de définir les proportions d hydroxyapatite et de phosphate tricalcique optimales permettant d obtenir le meilleur compromis entre la vitesse de résorption et la repousse osseuse (5). Le diamètre moyen des macropores est compris entre 200 et 500 μm, pour une porosité totale de 60-80% environ. La résistance à la compression de la céramique est mesurée en soumettant un cylindre de 10mm de diamètre et 10mm de hauteur à un essai de compression. La résistance à la compression est voisine de 5 MPa et le module d'young est de 40MPa. Processus biologique d intégration Quel que soit le phosphate de calcium considéré, les séquences de biointégration d un implant en phosphate de calcium sont identiques. Rapidement, dès les premiers jours, survient une dégradation de type biologique par les constituants cellulaires du site d implantation. Certains cristaux de la céramique, les irrégularités de surface sont phagocytées par des macrophages. La résorption des implants ne doit pas être trop rapide pour permettre une colonisation des macropores par des cellules mésenchymateuse plus ou moins différenciées, qui en site osseux, KASIOS - Mai

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18 Sommaire Introduction 5 I. Des rappels anatomiques et physiologiques 6 A. Les cellules du tissu osseux 7 1. Les ostéoblastes 8 2. Les ostéocytes 8 3. Les cellules bordantes 9 4. Les ostéoclastes 9 B. La

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Yann Macé 1 La consolidation osseuse est un processus qui aboutit à la réparation du tissu osseux après une fracture, une

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

T.A.G Dental est un nouvel acteur international majeur de l implantologie dentaire.

T.A.G Dental est un nouvel acteur international majeur de l implantologie dentaire. Introduction T.A.G Dental est un nouvel acteur international majeur de l implantologie dentaire. T.A.G dental est née de la volonté de la société T.A.G Medical Product, leader mondial, détenant plusieurs

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

M / B / A. groupe lépine. Cotyle à impacter sans vis. Modulaire. Biconique. Anatomique.

M / B / A. groupe lépine. Cotyle à impacter sans vis. Modulaire. Biconique. Anatomique. M / B / A Modulaire. Biconique. Anatomique. Cotyle à impacter sans vis groupe lépine M / B / A Modulaire. Biconique. Anatomique. L obtention du silence prothétique CUPULE CARACTERISTIQUES La cupule à impacter

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR Consolidation Osseuse principes généraux g et applications en MPR François Genêt, Médecine Physique et de Réadaptation, R Praticien hospitalier dans le service du Pr Azouvi, CHU Raymond Poincaré,, 104

Plus en détail

l implantologie basale

l implantologie basale Plaquette n 17 6/11/08 11:04 Page 1 Apport de l implantologie basale dans les reconstructions implantaires fixes : une alternative aux greffes osseuses? Denis DOUGNAC-GALANT L omnipraticien est, dans son

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

EP 2 292 279 A2 (19) (11) EP 2 292 279 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 09.03.2011 Bulletin 2011/10

EP 2 292 279 A2 (19) (11) EP 2 292 279 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 09.03.2011 Bulletin 2011/10 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 292 279 A2 (43) Date de publication: 09.03.11 Bulletin 11/ (1) Int Cl.: A61L 27/46 (06.01) A61K 6/06 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 18382.2 (22) Date de dépôt:

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE GUIDÉE AVEC NOBELACTIVE PAR

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Réception du tissus documentation examens sérologiques inspection préparation façonnage

Réception du tissus documentation examens sérologiques inspection préparation façonnage Déroulement du processus Tutoplast Don de tissus accord du patient questionnaire au patient (don vivant) questionnaire aux proches du défunt (don mort) prélèvement du tissus sur le patient (ou en pathologie)

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards 1 Excellentes performances scientifiquement démontrées. Roxolid est un matériau unique

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Les Fractures Diaphysaires du Fémur

Les Fractures Diaphysaires du Fémur Les Fractures Diaphysaires du Fémur Pr J. Ch. Le Huec 1/ Tableau Clinique 2/ Classification des Fractures 3/ Complications 4/ Traitement 5/ Indications 6/ Traitement des Complications 7/ Installation -

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Juin 2011 SOMMAIRE BONNE LECTURE!!!

Juin 2011 SOMMAIRE BONNE LECTURE!!! News 5 Juin 2011 Il y a bientôt 1 an, Biotech International décidait de dépoussiérer son image et s offrait un relooking : nouveaux logos, nouvelles couleurs. L objectif était clair : l entreprise, en

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie OBJECTIFS Décrire les criteres de sémiologie elementaire des TOM Citer les différentes techniques d imagerie

Plus en détail

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE

CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE CATALOGUE OEIL DENTAIRE 2015 : CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE : 6 vidéos» CCL363 Importante augmentation de volume osseux par double greffe d'apposition avec prélèvement ramique» CCL344

Plus en détail

Etude des couches nano-structurées obtenues par ablation laser pour les implants biomimétiques avancés

Etude des couches nano-structurées obtenues par ablation laser pour les implants biomimétiques avancés THESE présentée pour obtenir le titre de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE STRASBOURG Discipline : Physique et Chimie-Physique par Sorin George GRIGORESCU Etude des couches nano-structurées obtenues par ablation

Plus en détail

OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE

OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE Les ostéochondroses de croissance sont également appelées ostéochondrites ou apophysites qui n est pas une pathologie inflammatoire mais une pathologie de surmenage mécanique

Plus en détail

PROTHÈSE TOTALE DE HANCHE (PTH)

PROTHÈSE TOTALE DE HANCHE (PTH) Dr Alain CAZENAVE Chirurgien orthopédiste traumatologie sportive 52 rue du Dr calot 62600 BERCK/mer FRANCE tel: 00-33-(0)3 21 89 20 44 www.orthopale.com PROTHÈSE TOTALE DE HANCHE (PTH) L articulation de

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

IMPLANTATION ET COMBLEMENT SINUSIEN

IMPLANTATION ET COMBLEMENT SINUSIEN Christophe WIERZELEWSKI IMPLANTATION ET COMBLEMENT SINUSIEN Acte chirurgical complexe. Réalisé par le Docteur WIERZELEWSKI Évaluer le rapport coût/bénéfice/sécurité. INTRODUCTION A l heure actuelle, les

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse F CHOTEL Stanislas, 6 ans Enfant unique, très s actif Famille monoparentale Depuis 60

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Osigraft 3,3 mg poudre pour suspension implantable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque flacon contient 3,3

Plus en détail

biocer - système d implant dentaire

biocer - système d implant dentaire i n f o r m a t i o n s p r o d u i t s biocer - - implants dentaires combinés et concepts de butées en matériaux biologiquement fiables. Le dispositif exceptionnel des surfaces cerid - sont la conception

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur!

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur! Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur D. Saragaglia => 2 principes et 3 techniques 1. Principe à 1 faisceau " " -"Anatomique => remplace le faisceau " " " " "antéro-latéral" " - Isométrique

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur A.V.C. Gamme innovante d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Pour une réhabilitation motrice facilitée SYSTÈME DE RÉGLAGE BLOCABLE LIBERTÉ

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

Information pour le patient

Information pour le patient Information pour le patient Plus de qualité de vie avec des implants dentaires SWISS PRECISION AND INNOVATION. 1 Table des matières Quelle est l importance des dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET PROTHESE TOTALE DE HANCHE POUR OSTEONECROSE ASEPTIQUE DE LA TETE FEMORALE Analyse d une série de 126 arthroplasties. Hôpital Edouard HERRIOT

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

EASYTECH HUMERIS HUMELOCK II INVERSABLE

EASYTECH HUMERIS HUMELOCK II INVERSABLE EASYTECH HUMERIS TIGE LONGUE 200 mm HUMELOCK II HUMELOCK II INVERSABLE HUMELOCK REVERSED 1 SOMMAIRE 1. RAPPELS ANATOMIQUES DE L ARTICULATION DE L EPAULE Articulation gléno-humérale Rôle de la coiffe des

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage Validé par un certificat - Crédit de 200 points Accrédité par le Conseil National de la Formation Continue en Odontologie Numéro d accréditation

Plus en détail