Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)"

Transcription

1 Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1

2 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS - PRINCIPES GÉNÉRAUX - ORGANISATION DES SOINS DE FIN DE VIE - LES SOINS PALLIATIFS - L AIDE MÉDICALE À MOURIR - LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE - LES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES 2

3 DÉFINITIONS DES SOINS DE FIN DE VIE 3# Les soins de fin de vie, les soins palliatifs offerts aux personnes en fin de vie et l aide médicale à mourir. 3

4 4. «Soins palliatifs» les soins actifs et globaux dispensés par une équipe interdisciplinaire aux personnes atteintes d une maladie avec pronostic réservé, dans le but de soulager leurs souffrances, sans hâter ni retarder la mort, de les aider à conserver la meilleure qualité de vie possible et d offrir à ces personnes et à leurs proches le soutien nécessaire. 4

5 5. «Sédation palliative continue» un soin offert dans le cadre des soins palliatifs consistant en l administration de médicaments ou de substances à une personne en fin de vie dans le but de soulager ses souffrances en la rendant inconsciente, de façon continue, jusqu à son décès; 5

6 6. «Aide médicale à mourir» un soins consistant en l administration de médicaments ou de substances par un médecin à une personne en fin de vie, à la demande de celle-ci, dans le but de soulager ses souffrances en entraînant son décès. 6

7 PRINCIPES GÉNÉRAUX - AFFIRMATION DE L AUTONOMIE DE LA PERSONNE EN FIN DE VIE - ORGANISATION DES STRUCTURES ET DES INTERVENANTS POUR FAVORISER LES CHOIX DE LA PERSONNE EN FIN DE VIE - RECONNAISSANCE D UN DROIT AUX SOINS PALLIATIFS (INCLUANT LA SÉDATION PALLIATIVE CONTINUE) - RECONNAISSANCE ET ENCADREMENT DE L AIDE MÉDICALE À MOURIR - CRÉATION DE LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE - ÉTABLISSEMENT DU RÉGIME DES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES 7

8 1. AFFIRMATION DE L AUTONOMIE DE LA PERSONNE 8

9 LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE OBJET DE LA LOI ART. 1) - ASSURER AUX PERSONNES EN FIN DE VIE DES SOINS RESPECTEUX DE LEUR DIGNITÉ ET DE LEUR AUTONOMIE - RECONNAÎT LA PRIMAUTÉ DES VOLONTÉS RELATIVES AUX SOINS EXPRIMÉS CLAIREMENT ET LIBREMENT PAR UNE PERSONNE, NOTAMMENT PAR LA MISE EN PLACE DU RÉGIME DES DIRECTIVES ANTICIPÉES 9

10 LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (SUITE) - PRÉCISE LES DROITS DES PERSONNES ET L ORGANISATION ET L ENCADREMENT DES SOINS DE FIN DE VIE DE FAÇON À CE QUE TOUTE PERSONNE AIT ACCÈS, TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS, À DES SOINS DE QUALITÉ ADAPTÉS À SES BESOINS, NOTAMMENT POUR PRÉVENIR ET APAISER SES SOUFFRANCES 10

11 DROITS DE LA PERSONNE EN FIN DE VIE (ART. 4) - DROIT À DES SOINS DE FIN DE VIE - DROIT DE CHOISIR SON MILIEU DE SOINS DE FIN DE VIE - PLAINTE À L ÉTABLISSEMENT ET AU COLLÈGE DES MÉDECINS TRAITÉE EN PRIORITÉ 11

12 SOINS DE FIN DE VIE CONSÉQUENCE DES DÉCISIONS D UNE PERSONNE (Art. 43) - DÉCISION D UNE PERSONNE DE : - REFUSER DE RECEVOIR UN SOIN ; - RETIRER SON CONSENTEMENT À UN SOIN NÉCESSAIRE POUR LA MAINTENIR EN VIE ; - RECOURIR À LA SÉDATION PALLIATIVE TERMINALE OU À L AIDE MÉDICALE À MOURIR. - NE PEUT ÊTRE INVOQUÉE POUR REFUSER DE PAYER UNE PRESTATION OU TOUTE AUTRE SOMME DUE EN MATIÈRE CONTRACTUELLE. 12

13 LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE ACCROISSEMENT DE L AUTONOMIE - CE QUI EST DÉJÀ RECONNU (ART. 5) - REFUS DE TRAITEMENT - INTERRUPTION DE TRAITEMENT - ABSTENTION DE TRAITEMENT - QUI PEUVENT ENTRAÎNER LA MORT - TRAITEMENTS QUI PEUVENT ACCÉLÉRER LE DÉCÈS, SI L INTENTION EST DE SOULAGER LA DOULEUR - RECONNU POUR LE MINEUR ET LE MAJEUR INAPTE - EXIGENCE DU CONSENTEMENT LIBRE ET ÉCLAIRÉ - DROIT DE REFUS NON PRÉJUDICIABLE SUR L ACCÈS AUX SOINS PALLIATIFS 13

14 LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE ACCROISSEMENT DE L AUTONOMIE CE QUI EST AJOUTÉ (ARTS. 26 et ss.): - LE MAJEUR APTE À CONSENTIR PEUT DEMANDER L AIDE MÉDICALE À MOURIR S IL RENCONTRE LES CONDITIONS DE LA LOI 14

15 2. ORGANISATION DES SOINS DE FIN DE VIE 15

16 SOINS DE FIN DE VIE - DISPENSÉS PAR: - LES ÉTABLISSEMENTS - CSSS CHSLD - CLSC - CH - MAISONS DE SOINS PALLIATIFS - DOMICILE 16

17 SOINS DE FIN DE VIE FONCTION ET POUVOIRS DU MINISTRE (ARTS ) - DÉTERMINIE LES ORIENTATIONS DONT DOIVENT TENIR COMPTE UN ÉTABLISSEMENT ET UNE AGENCE DANS L ORGANISATION DES SOINS DE FIN DE VIE, Y COMPRIS CELLES DONT L ÉTABLISSEMENT DOIT TENIR COMPTE DANS L ÉLABORATION DE LA POLITIQUE PORTANT SUR LES SOINS DE FIN DE VIE 17

18 SOINS DE FIN DE VIE FONCTION ET POUVOIRS DU MINISTRE (ART ) (SUITE) - PEUT REQUÉRIR DES ÉTABLISSEMENTS ET DES AGENCES QU ILS LUI TRANSMETTENT, DE LA MANIÈRE ET DANS LES DÉLAIS QU IL INDIQUE LES ÉTATS, DONNÉES STATISTIQUES, RAPPORTS ET AUTRES RENSEIGNEMENTS NÉCESSAIRES AFIN DE LUI PERMETTRE D EXERCER SES FONCTIONS, DE FAÇON DÉNOMINALISÉE 18

19 SOINS DE FIN DE VIE FONCTION DES AGENCES (ART. 18) - DÉTERMINER LES MODALITÉS GÉNÉRALES D ACCÈS AUX DIFFÉRENTS SOINS DE FIN DE VIE DISPENSÉS PAR LES ÉTABLISSEMENTS ET LES MAISONS DE SOINS PALLIATIFS DE SON TERRITOIRE - INFORMER LA POPULATION DE SON TERRITOIRE DES SOINS DE FIN DE VIE QUI Y SONT OFFERTS, DES MODALITÉS D ACCÈS À CES SOINS, DE MÊME QUE DES DROITS DES PERSONNES EN FIN DE VIE ET DE LEURS RECOURS 19

20 SOINS DE FIN DE VIE FONCTION DES AGENCES (ART. 18) (SUITE) - LES RENSEIGNEMENTS À LA POPULATION DOIVENT NOTAMMENT ÊTRE ACCESIBLES SUR LE SITE INTERNET DE L AGENCE 20

21 SOINS DE FIN DE VIE OBLIGATIONS DES ÉTABLISSEMENTS (ART 8) (SUITE) - DOIT OFFRIR DES SOINS DE FIN DE VIE - EN CONTINUITÉ ET COMPLÉMENTARITÉ AVEC LES AUTRES SOINS QUI LUI SONT OU ONT ÉTÉ DISPENSÉS - DOIT FAVORISER L INTER DISCIPLINARITÉ 21

22 SOINS DE FIN DE VIE OBLIGATIONS DES ÉTABLISSEMENTS (ART. 9) - DOIT PRÉVOIR, DANS SON PLAN D ORGANISATION, UN PROGRAMME CLINIQUE DE SOINS DE FIN DE VIE - POUR LES CSSS, LE PROGRAMME DOIT PRÉVOIR L OFFRE DE SOINS À DOMICILE 22

23 SOINS DE FIN DE VIE OBLIGATIONS DES ÉTABLISSEMENTS (ART 10) - TOUT ÉTABLISSEMENT DOIT ADOPTER UNE POLITIQUE PORTANT SUR LES SOINS DE FIN DE VIE - LA POLIQUE DOIT: - TENIR COMPTE DES ORIENTATIONS MINISTÉRIELLES - ÊTRE DIFFUSÉE AUPRÈS DU PERSONNEL DE L ÉTABLISSEMENT, DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ OU DES SERVICES SOCIAUX QUI Y EXERCENT LEUR PROFESSION, DES PERSONNES EN FIN DE VIE ET LEURS PROCHES 23

24 SOINS DE FIN DE VIE OBLIGATIONS DES ÉTABLISSEMENTS (ART 10) (SUITE) - LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DOIT FAIRE UN RAPPORT ANNUEL DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L APPLICATION DE LA POLITIQUE 24

25 SOINS DE FIN DE VIE POLITIQUE DE L ÉTABLISSEMENT RAPPORT ANNUEL (ART 10) - CONTENU DU RAPPORT ANNUEL - NOMBRE DE: - PERSONNES QUI ONT REÇU DES SOINS PALLIATIFS - SÉDATIONS PALLIATIVES TERMINALES ADMINISTRÉES - AIDE MÉDICALE À MOURIR ADMINISTRÉE - AIDE MÉDICALE À MOURIR REFUSÉE, AVEC MOTIF DE REFUS 25

26 SOINS DE FIN DE VIE POLITIQUE DE L ÉTABLISSEMENT RAPPORT ANNUEL (ART 10) (SUITE) INCLUS: NOMBRE DE SÉDATION PALLIATIVE TERMINALE ET D AIDE MÉDICALE À MOURIR ADMINISTRÉES DANS LES LOCAUX DE MAISONS DE SOINS PALLIATRIFS LIÉES PAR UNE ENTENTE ET PAR TOUT MÉDECIN À DOMICILE QUI EST RÉGI PAR UNE ENTENTE UN RÉSUMÉ DU RAPPORT EST CONTENU AU RAPPORT ANNUEL DE GESTION DE L ÉTABLISSEMENT 26

27 SOINS DE FIN DE VIE CODE D ÉTHIQUE (ART. 11) LE CODE D ÉTHIQUE DE L ÉTABLISSEMENT DOIT TENIR COMPTE DES DROITS DES PERSONNES EN FIN DE VIE 27

28 MAISON DE SOINS PALLIATIFS DÉFINITION (ART. 3) - ORGANISME COMMUNAUTAIRE TITULAIRE D UN AGRÉMENT DÉLIVRÉ PAR LE MINISTRE, QUI A CONCLU UNE ENTENTE AVEC UN ÉTABLISSEMENT EN VUE D OBTENIR TOUT OU PARTIE DES SOINS REQUIS PAR LES PERSONNES EN FIN DE VIE QUI UTILISENT SES SERVICES 28

29 SOINS DE FIN DE VIE MAISON DE SOINS PALLIATIFS MISSION (ARTS ) - DÉTERMINE LES SOINS DE FIN DE VIE QU ELLES OFFRENT - DOIVENT INDIQUER, AVANT DE RECEVOIR UNE PERSONNE, LES SOINS DE FIN DE VIE QU ELLE OFFRENT - DOIVENT SE DOTER D UN CODE D ÉTHIQUE - DOIVENT ADOPTER UNE POLITIQUE PORTANT SUR LES SOINS DE FIN DE VIE 29

30 SOINS DE FIN DE VIE CABINETS PRIVÉS DE PROFESSIONNELS (ART. 17) - SOINS DE FIN DE VIE PEUVENT ÊTRE DISPENSÉS À DOMICILE PAR UN MÉDECIN OU UNE INFIRMIÈRE (DANS LES LIMITES DE SA COMPÉTENCE) QUI EXERCENT DANS UN CABINET PRIVÉ DE MÉDECIN 30

31 LES SOINS DE FIN DE VIE 3. LE DROIT AUX SOINS PALLIATIFS (Y INCLUS LA SÉDATION PALLIATIVE CONTINUE) 31

32 LES SOINS PALLIATIFS - C EST UN DROIT DE L USAGER - TOUT LE RÉSEAU DE LA SANTÉ EST TENU D OFFRIR CES SOINS - ILS SONT DISPONIBLES HORS RÉSEAU: - MAISONS DE SOINS PALLIATIFS - DOMICILE 32

33 LA SÉDATION PALLIATIVE CONTINUE - CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ: - PRONOSTIC RELATIF À LA MALADIE - CARACTÈRE IRRÉVERSIBLE DE CE SOIN - DURÉE PRÉVISIBLE DE LA SÉDATION - CONSENTEMENT LIBRE: - LE MÉDECIN DOIT S ASSURER QUE LE CONSENTEMENT NE RÉSULTE PAS DE PRESSIONS EXTÉRIEURES - CONSENTEMENT ÉCRIT: - SUR LE FORMULAIRE PRESCRIT PAR LE MINISTRE - CONSERVÉ AU DOSSIER 33

34 LA SÉDATION PALLIATIVE CONTINUE - SELON UN PROTOCOLE CLINIQUE ADOPTÉ PAR LE CMDP EN COLLABORATION AVEC LE CII - SELON LES NORMES CLINIQUES DES ORDRES PROFESSIONNELS CONCERNÉS - AVIS OBLIGATOIRE DU MÉDECIN AU CMDP OU AU COLLÈGE DES MÉDECINS DANS LES 10 JOURS DE SON ADMINISTRATION 34

35 LES SOINS DE FIN DE VIE 4. L AIDE MÉDICALE À MOURIR 35

36 AIDE MÉDICALE À MOURIR Conditions médicales (art. 26) - ÊTRE EN FIN DE VIE: - ATTEINTE D UNE MALADIE GRAVE ET INCURABLE - SITUATION MÉDICALE CARACTÉRISÉE PAR UN DÉCLIN AVANCÉ ET IRRÉVERSIBLE DE SES CAPACITÉS - ÉPROUVE DES SOUFFRANCES PHYSIQUES OU PSYCHIQUES CONSTANTES, INSUPPORTABLES ET QUI NE PEUVENT ÊTRE APAISÉES DANS DES CONDITIONS QU ELLE JUGE TOLÉRABLE 36

37 QUALITÉ DE LA PERSONNE - MAJEURE - APTE À CONSENTIR - ASSURÉE AU SENS DE LA LOI SUR L ASSURANCE- MALADIE 37

38 AIDE MÉDICALE À MOURIR Forme de la demande (Art. 26 al. 2) - LA PERSONNE DOIT, DE MANIÈRE LIBRE ET ÉCLAIRÉE FORMULER ELLE-MÊME LA DEMANDE D AIDE MÉDICALE À MOURIR AU MOYEN DU FORMULAIRE PRESCRIT PAR LE MINISTRE - FORMULAIRE DOIT ÊTRE : - DATÉ - SIGNÉ PAR LA PERSONNE OU EN CAS D INCAPACITÉ PHYSIQUE, PAR UN TIERS - LE TIERS NE PEUT ÊTRE MINEUR, MAJEUR INAPTE OU FAIRE PARTIE DE L ÉQUIPE DE SOINS 38

39 AIDE MÉDICALE À MOURIR Forme de la demande (suite) (Art. 26 al. 3) - LE FORMULAIRE DOIT ÊTRE SIGNÉ EN PRÉSENCE D UN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ OU DES SERVICES SOCIAUX QUI LE CONTRESIGNE ET QUI, S IL N EST PAS LE MÉDECIN TRAITANT, LE REMET À SIGNER - LA DEMANDE PEUT ÊTRE RETIRÉE EN TOUT TEMPS ET PAR TOUT MOYEN 39

40 AIDE MÉDICALE À MOURIR ÉVALUATION MÉDICALE (Art. 28) Avant d administrer l aide médicale à mourir, le médecin doit: a) s assurer que la personne a les qualités exigées par la loi b) s assurer que la personne satisfait les conditions médicales prévues dans la Loi ; c) s assurer du caractère libre de sa demande, en vérifiant entre autres qu elle ne résulte pas de pressions extérieures; d) s assurer du caractère éclairé de sa demande, notamment en l informant du pronostic, des possibilités thérapeutiques envisageables et leurs conséquences ; 40

41 AIDE MÉDICALE À MOURIR ÉVALUATION MÉDICALE (SUITE) (Art. 28) e) s assurer de la persistance de ses souffrances et de sa volonté réitérée d obtenir l aide médicale à mourir, en menant avec elle des entretiens à des moments différents, espacé par un délai raisonnable compte-tenu de l évolution de son état ; f) s entretenir de sa demande avec des membres de l équipe de soins en contact régulier avec elle, le cas échéant ; g) s assurer que la personne a eu l occasion de s entretenir de sa demande avec les personnes qu elle souhaitait contacter; h) obtenir l avis d un second médecin confirmant le respect des conditions médicales et du consentement prévu par la Loi. 41

42 AIDE MÉDICALE À MOURIR OBLIGATION DU SECOND MÉDECIN (art. 28) - PREND CONNAISSANCE DU DOSSIER DE LA PERSONNE - L EXAMINE - REND SON AVIS PAR ÉCRIT 42

43 DOCUMENTATION (ART. 31) DOIT ÊTRE INSCRIT DANS LE DOSSIER DE LA PERSONNE - FORMULAIRE DE LA DEMANDE D AIDE MÉDICALE À MOURIR - MOTIFS DE LA DÉCISION DU MÉDECIN - AVIS DU MÉDECIN CONSULTÉ - TOUT RENSEIGNEMENT ET LIEN AVEC LA DEMANDE D AIDE MÉDICALE À MOURIR QUE LE MÉDECIN L ADMINISTRE OU NON 43

44 DOCUMENTATION (ART. 31) - DÉCISION DE RETIRER SA DEMANDE D AIDE MÉDICALE À MOURIR OU DE REPORTER SA DÉCISION 44

45 DOCUMENTATION - AVIS AU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS - AVIS AU COLLÈGE DES MÉDECINS (HORS ÉTABLISSEMENT) - À LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE 45

46 MESURES DE CONTRÔLE AVIS AU 1) CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS (ART. 33) - DANS LES DIX JOURS - CMDP ÉVALUE - QUALITÉ DES SOINS - RESPECT DES PROTOCOLES CLINIQUES APPLICABLES 46

47 AIDE MÉDICALE À MOURIR FONCTIONS DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS (Art. 32) - LE CMDP DOIT ADOPTER, COMPTE-TENU DES STANDARDS CLINIQUES ÉLABORÉS PAR LES ORDRES PROFESSIONNELS CONCERNÉS, DES PROTOCOLES CLINIQUES APPLICABLES À LA SÉDATION PALLIATIVE TERMINALE ET À L AIDE MÉDICALE À MOURIR ; - DOIT RECEVOIR UN AVIS DU MÉDECIN QUI A ADMINISTRÉ UN TRAITEMENT DE SÉDATION TERMINALE OU D AIDE MÉDICALE À MOURIR ; - LE CMDP DOIT ÉVALUER LA QUALITÉ DES SOINS. 47

48 MESURES DE CONTRÔLE AVIS AU 2) COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC (ART. 34.1) - PAR UN MÉDECIN EXERÇANT EN CABINET PRIVÉ - DANS LES DIX JOURS - LE COLLÈGE ÉVALUE - LA QUALITÉ DES SOINS - LE RESPECT DES NORMES CLINIQUES APPLICABLES 48

49 MESURES DE CONTRÔLE AVIS À LA 3) COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE (ART. 41) - DANS LES DIX JOURS - SELON LES MODALITÉS PRÉVUES PAR RÈGLEMENT - LA COMMISSION ÉVALUE SI LA LOI EST RESPECTÉE 49

50 CLAUSE DE CONSCIENCE (ART. 50) - DROIT DU MÉDECIN DE REFUSER D ADMINISTRER L AIDE MÉDICALE À MOURIR - UN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ PEUT REFUSER DE PARTICIPER À SON ADMINISTRATION - EN CAS DE REFUS, OBLIGATION D ASSURER LA CONTINUITÉ DES FOINS - LE MÉDECIN DOIT AVISER LE DIRECTEUR GÉNÉRAL 50

51 LES SOINS DE FIN DE VIE 5. LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE 51

52 LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE COMPOSITION - 11 MEMBRES - CINQ (5) PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX - DEUX MEMBRES NOMMÉS APRÈS CONSULTATION DU COLLÈGE DES MÉDECINS - UN MEMBRE NOMMÉ APRÈS CONSULTATION DE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS - UN MEMBRE NOMMÉ APRÈS CONSULTATION DE L ORDRE DES PHARMACIENS - UN MEMBRE NOMMÉ APRÈS CONSULTATION DE L ORDRE PROFESSIONNEL DES TRAVAILLEURS SOCIAUX ET DES THÉRAPEUTES FAMILIAUX ET CONJUGAUX DU QUÉBEC 52

53 LA COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE COMPOSITION - AU MOINS UN DE CES MEMBRES EST ISSU DU MILIEU DES SOINS PALLIATIFS - DEUX MEMBRES JURISTES, APRÈS CONSULTATION DU BARREAU DU QUÉBEC ET DE LA CHAMBRE DES NOTAIRES - DEUX USAGERS D UN ÉTABLISSEMENT, NOMMÉS APRÈS CONSULTATION DES ORGANISMES REPRÉSENTANT LES COMITÉS D USAGERS - UN MEMBRE ISSU DES MILIEUX DE L ÉTHIQUE APRÈS CONSULTATION DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENTS UNIVERSITAIRES - UN MEMBRE NOMMÉ APRÈS CONSULTATION DES ORGANISMES REPRÉSENTANT LES ÉTABLISSEMENTS 53

54 SOINS DE FIN VIE COMMISSION DES SOINS DE FIN DE VIE MANDAT - EXAMINER TOUTE QUESTION RELATIVE AUX SOINS DE FIN DE VIE. - DONNER DES AVIS AU MINISTRE SUR TOUTE QUESTION QU IL LUI SOUMET. - ÉVALUER L APPLICATION DE LA LOI À L ÉGARD DES SOINS DE FIN DE VIE. - SAISIR LE MINISTRE DE TOUTE QUESTION RELATIVE À CES SOINS QUI MÉRITENT L ATTENTION OU UNE ACTION DU GOUVERNEMENT ET LUI SOUMETTRE SES RECOMMANDATIONS. - SOUMETTRE AU MINISTRE, À TOUS LES CINQ ANS, UN RAPPORT SUR LA SITUATION DES SOINS DE FIN DE VIE AU QUÉBEC. 54

55 SOINS DE FIN VIE COMMISSION DES SUIVIS DE FIN DE VIE MANDAT (SUITE) - EFFECTUER TOUT AUTRE MANDAT QUE LUI CONFIE LE MINISTRE. - SURVEILLER L APPLICATION DES EXIGENCES PARTICULIÈRES RELATIVES À L AIDE MÉDICALE À MOURIR. 55

56 MESURES DE CONTRÔLE SINON (2/3 DES MEMBRES) ELLE TRANSMET UN RÉSUMÉ DE SES CONCLUSIONS - AU MÉDECIN - À L ÉTABLISSEMENT - AU COLLÈGE DES MÉDECINS 56

57 LES SOINS DE FIN DE VIE 5. DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES 57

58 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES (Art. 45 et ss.) - TOUTE PERSONNE - MAJEURE - APTE À CONSENTIR AUX SOINS - PEUT DÉTERMINER DANS DES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES - LES SOINS MÉDICAUX QUI POURRAIENT ÊTRE REQUIS PAR SON ÉTAT ET AUXQUELS ELLE CONVIENT OU NON AU CAS OÙ ELLE DEVIENDRAIT INAPTE À LE FAIRE; - INCLUS LES SOINS DE FIN DE VIE, SAUF L AIDE MÉDICALE À MOURIR 58

59 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES - LES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES PEUVENT INDIQUER LE NOM D UNE OU PLUSIEURS PERSONNES DE CONFIANCES - LA PERSONNE DE CONFIANCE LES REMETTRA, AU MOMENT OPPORTUN, AU MÉDECIN TRAITANT DE L AUTEUR DES DIRECTIVES OU À UN AUTRE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ QUI LUI REND DES SERVICES 59

60 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES FORME (Art. 46) - PAR ACTE NOTARIÉE PORTANT MINUTE. - DEVANT DEUX TÉMOINS SUR LE FORMULAIRE PRESCRIT PAR LE MINISTRE. 60

61 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES FORME (Art. 47) - DIRECTIVE DEVANT TÉMOINS : - RÉDIGÉES PAR LA PERSONNE ELLE-MÊME - PAR UN TIERS SUIVANT DES INSTRUCTIONS, EN CAS D INCAPACITÉ PHYSIQUE - LA PERSONNE DÉCLARE, EN PRÉSENCE DE DEUX TÉMOINS : - QU IL S AGIT DE SES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES SANS ÊTRE TENUE D EN DIVULGUER LE CONTENU - ELLE DATE ET SIGNE LES DIRECTIVES À LA FIN OU LES FAITS SIGNER PAR UN TIERS EN CAS D INCAPACITÉ PHYSIQUE 61

62 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES FORME (Art. 47) (SUITE) - LES TÉMOINS SIGNENT LES DIRECTIVES EN PRÉSENCE DE L AUTEUR ET, LE CAS ÉCHÉANT, DU TIERS - UN MAJEUR INAPTE OU UN MINEUR NE PEUVENT AGIR COMME TÉMOIN 62

63 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES - RÉVOCABLES EN TOUT TEMPS PAR TOUT MOYEN - NE PEUVENT ÊTRE MODIFIÉES QUE PAR LA RÉDACTION DE NOUVELLES DIRECTIVES CONFORMES À LA LOI - LES NOUVELLES REMPLACENT LES ANCIENNES 63

64 SOINS DE FIN DE VIE DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES OBLIGATION DU PROFESSIONNEL (Art. 49) - SUR REMISE DES DIRECTIVES, LE PROFESSIONNEL DOIT LES VERSER AU REGISTRE DES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES - LES VERSER AU DOSSIER DE LA PERSONNE - SI ELLES LUI SONT REMISES PAR L AUTEUR ET QU IL EST APTE À CONSENTIR, IL S ASSURE, AU PRÉALABLE, QU ELLES SONT TOUJOURS CONFORMES À SES VOLONTÉS. 64

65 DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES OBLIGATIONS DU MÉDECIN (Art ) - SI LE MÉDECIN CONSTATE UN CHANGEMENT D ÉTAT SIGNIFICATIF D UNE PERSONNE APTE À CONSENTIR AUX SOINS, IL DOIT, SI LES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES ONT ÉTÉ VERSÉES À SON DOSSIER, VÉRIFIER SI LES VOLONTÉS EXPRIMÉES CORRESPONDENT TOUJOURS AUX SIENNES - S IL CONSTATE QU ELLE EST INAPTE À CONSENTIR, IL CONSULTE LE REGISTRE DES DIRECTIVES ANTICIPÉES S IL S Y TROUVE DES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES POUR CETTE PERSONNE, IL LES VERSE AU DOSSIER. 65

66 DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES FORCE EXÉCUTOIRE (Art. 52, 57 ss) - LES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES VERSÉES AU REGISTRE OU AU DOSSIER SONT LA MÊME VALEUR QUE CELLES EXPRIMÉES PAR UNE PERSONNE APTE - PRÉSOMPTION DE CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ - LE TRIBUNAL PEUT : - ORDONNER LE RESPECT DES VOLONTÉS - INVALIDER EN TOUT OU EN PARTIE 66

67 DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES REGISTRE DES DIRECTIVES MÉDICALES ANTICIPÉES - ÉTABLI ET MAINTENU PAR LE MINISTRE - PRESCRIT PAR RÈGLEMENT : - MODALITÉS D ACCÈS AU REGISTRE - MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT POUR - VERSER DES DIRECTIVES - LES CONSULTER 67

68 F I N 68

Comité de bioéthique 18 novembre 2014

Comité de bioéthique 18 novembre 2014 Le projet de loi 52 - Loi concernant les soins de fin de vie: bref survol et réflexion éthique Comité de bioéthique 18 novembre 2014 M e Annie Tremblay Annie.tremblay@clcw.ca 1 Loi sanctionnée le 10 juin

Plus en détail

Loi concernant les soins de fin de vie

Loi concernant les soins de fin de vie Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services de santé et médecine universitaire Loi concernant les soins de fin de vie Me Marie-Josée Bernardi 15 septembre 2015 Introduction

Plus en détail

Loi concernant les soins de fin de vie

Loi concernant les soins de fin de vie 2 épreuve PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 52 Loi concernant les soins de fin de vie Présentation Présenté par Madame Véronique Hivon Ministre déléguée aux Services sociaux et

Plus en détail

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS www.vosdroitsensante.com

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS www.vosdroitsensante.com MÉNARD, MARTIN, AVOCATS www.vosdroitsensante.com LE CADRE RÉGLEMENTAIRE DE L AIDE MÉDICALE À MOURIR: L EXEMPLE DU QUÉBEC Par: Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - LA DÉCISION CARTER

Plus en détail

Que confère la LSSSS aux DSI? Colloque des CII de l ACIIQ

Que confère la LSSSS aux DSI? Colloque des CII de l ACIIQ Que confère la LSSSS aux DSI? Colloque des CII de l ACIIQ 25 septembre 2015 Sonia Amziane, avocate-conseil sonia.amziane@outlook.com Mme Renée Descôteaux, DSI, CHU Ste-Justine 1 Objectifs À la fin de cette

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 182 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 2 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI relative au choix libre et éclairé d une assistance médicalisée pour une fin de vie

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie *

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * (Loi sur les professions de la psychologie, LPsy) 935.81 du 18 mars 2011 (Etat le 1 er septembre 2013) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical table des matières 1. Obligation de déclarer l euthanasie. Patients

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

FORMATION. Conseil d établissement. SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011

FORMATION. Conseil d établissement. SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011 FORMATION Conseil d établissement SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Le rôle du conseil d établissement 2.

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLITIQUE SUR LA DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS GASPÉ, LE 30 AVRIL 2004 1. PRÉAMBULE : Dans le cadre des dispositions prévues à la Loi (L.Q. 2002, ch. 71, art.

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux

Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux Suivez le Ropphl: Conférence 2 Le régime d examen des plaintes du réseau de la santé et des services sociaux Michel Coutu, commissaire régional aux plaintes Agence de la santé et des services sociaux de

Plus en détail

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS PROJET DE LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE P.L. 52

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS PROJET DE LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE P.L. 52 MÉNARD, MARTIN, AVOCATS PROJET DE LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE P.L. 52 Pour: CSSS de la Mitis Par: Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. 1 LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (P. L. 52) OBJET DU PROJET

Plus en détail

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012

COMITÉ CLSC, Soutien à domicile. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 COMITÉ CLSC, Soutien à domicile du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2011-2012 INTRODUCTION. Sur les recommandations du Comité des usagers, le Comité

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration

Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration 1. TITRE Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration du Réseau ÉTS. 2. PRÉAMBULE Le présent code a

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR Présenté par : Geneviève Ménard Directrice-conseil, Direction, Affaires externes, OIIQ Rencontre d information à l intention des DSI, des membres des CECII

Plus en détail

Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie. Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide

Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie. Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide Formulaire à remettre dans les huit jours qui suivent une euthanasie à la Commission

Plus en détail

Les nouveaux mandats

Les nouveaux mandats Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE SURVEILLANCE GÉNÉRALE DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D INGÉNIEUR FORESTIER

INSPECTION PROFESSIONNELLE SURVEILLANCE GÉNÉRALE DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D INGÉNIEUR FORESTIER INSPECTION PROFESSIONNELLE SURVEILLANCE GÉNÉRALE DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D INGÉNIEUR FORESTIER 1. Ce que prescrit la loi Le Code des professions (CP) prescrit qu un Comité d inspection professionnelle

Plus en détail

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION XX e séance publique du conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec date 1563 SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Avis de

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

09.075 é Loi sur les professions relevant du domaine de la psychologie

09.075 é Loi sur les professions relevant du domaine de la psychologie Conseil national Session de printemps 0 e-parl 5.0.0 0:5 - - 09.075 é Loi sur les professions relevant du domaine de la psychologie Projet du du 0 septembre 009 Décision du du 5 juin 00 Adhésion au projet,

Plus en détail

ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES. Juin 2014

ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES. Juin 2014 ACTUALITÉS LÉGISLATIVES ET RÉGLEMENTAIRES SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX Juin 2014 Notre équipe de droit de la santé vous propose, mensuellement, une vigie des textes législatifs et réglementaires tant fédéraux

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

Plus en détail

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE SECTION 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES (p. 2-3) 1. But 2. Portée 3. Objectifs 4. Définitions TABLE DES MATIÈRES SECTION II OBLIGATIONS DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes :

Pour bénéficier du service, vous devez satisfaire aux conditions suivantes : Qu est-ce que le SAH? Le SAH est un service juridique disponible à l aide juridique qui permet aux parents de demander la modification d un jugement déjà obtenu, lorsque celui-ci porte sur la garde d enfant,

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES

UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES UTILISATION DU TÉLÉCOPIEUR POUR LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES NORME 2008.01 Direction des services professionnels Présent pour vous NORME 2008.01 Utilisation du télécopieur pour la transmission des ordonnances

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES

FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES FRAIS EXIGÉS DES PARENTS ET DES ÉLÈVES EN FORMATION PROFESSIONNELLE QUELQUES BALISES Préparé par : Marlène Bergeron

Plus en détail

Guide d information à l intention des parents utilisateurs de la garde en milieu familial

Guide d information à l intention des parents utilisateurs de la garde en milieu familial Guide d information à l intention des parents utilisateurs de la garde en milieu familial Centre de la petite enfance / Bureau coordonnateur 175-A, chemin de la Savane Gatineau (Québec) J8T 1R2 Tél. :

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté. - 53 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Article 1 er

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller?

Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? Avis d inaptitude, jusqu où les médecins du travail peuvent ils aller? 1 Absence de définition de l aptitude et de l inaptitude dans le Code du travail La limite à ne pas franchir : le secret médical I

Plus en détail

Loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. (M.B. 22.06.2002) Texte coordonné: dernière mise à jour: 12.03.2014

Loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. (M.B. 22.06.2002) Texte coordonné: dernière mise à jour: 12.03.2014 Loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie. (M.B. 22.06.2002) Texte coordonné: dernière mise à jour: 12.03.2014 Art. 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. CHAPITRE

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16

Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16 Politique et procédure no : POL-PRO-DSP-613 Date d émission : 2005-11-16 Titre : Détermination de la réanimation cardio respiratoire et des niveaux d intensité thérapeutique Date de révision : 2015-11-05

Plus en détail

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN COMMUNIQUÉ DE PRESSE DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN LA PROTECTRICE DU CITOYEN INVITE LES SERVICES PUBLICS À FAIRE PREUVE DE RIGUEUR TOUT EN ÉVITANT LA RIGIDITÉ ADMINISTRATIVE

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

D où vient-on? Quel était le rôle de l ADMD? Utilité et impasse. Que représentait le testament de vie? Quelles indications données par ces TV?

D où vient-on? Quel était le rôle de l ADMD? Utilité et impasse. Que représentait le testament de vie? Quelles indications données par ces TV? SOINS CONTINUS EN PNEUMOLOGIE NURSE ACTION AND ANSWERS LE TESTAMENT DE VIE Jacqueline Herremans avocate membre de la commission fédérale présidente A.D.M.D. D où vient-on? 1981 création de l ADMD sous

Plus en détail

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN?

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN? Ménard, Martin, Avocats SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE FAIRE POUR ALLER PLUS LOIN? par, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS 2. LES DROITS DES

Plus en détail

LA GOUVERNE CLINIQUE AU CSSS DE LAVAL

LA GOUVERNE CLINIQUE AU CSSS DE LAVAL LA GOUVERNE CLINIQUE AU CSSS DE LAVAL L ORGANISATION MÉDICALE LES DIRECTEURS MÉDICAUX DES REGROUPEMENTS-CLIENTÈLES Préparé par: Préparé par: Dr Michèle Drouin Conseillère médicale aux dossiers stratégiques

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1110539 Mme M. H. M. Mulot Rapporteur M. Merenne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève Code de déontologie de l USPI Genève Edition 2004 1 PREAMBULE 3 REGLES GENERALES 3 RELATIONS AVEC LE PUBLIC 3-4 RELATIONS AVEC LA CLIENTELE 4-5 RELATIONS AVEC LES CONFRERES 5-7 2 Code de déontologie de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société.

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société. 1. INTERPRÉTATION ET OBJECTIFS La présente charte doit être interprétée et appliquée conjointement avec les autres chartes et les politiques de gouvernance adoptées par le Conseil. La présente charte énonce

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Objet Le comité de vérification de la Société d évaluation foncière des municipalités (SÉFM) est établi par le conseil d administration afin de permettre au conseil de

Plus en détail

Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010

Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010 vendredi 1er avril 2011 Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010 Nexedi / Agence de l eau Artois-Picardie Logiciel - contrat - marché public - concurrence - marque - fournisseur

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014.

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014. 1966 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 4 juin 2014, 146 e année, n o 23 Partie 2 sans qu il n ait exercé dans ce domaine doit compléter avec succès le programme de mise à niveau déterminé par l Ordre. Ce programme

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières SERVICE : RESSOURCES HUMAINES CODE : RHCG 01 DATE D APPROBATION : 9 février 2009 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 09.02.09-016 ENTRÉE EN VIGUEUR : 9 février 2009 SUJET : CADRE

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO Références : 140-CA-2146, 203-CA-2972 208-CA-3038, 240-CA-342, 330-CA-4947

Plus en détail

STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE

STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire doit

Plus en détail

- 1 - AFFICHAGE DE POSTE. Profil de l organisation. But du poste

- 1 - AFFICHAGE DE POSTE. Profil de l organisation. But du poste AFFICHAGE DE POSTE Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Statut : Rémunération : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Conseiller en emploi Stratégie urbaine Coordonnatrice

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES LIGNES DIRECTRICES ÉNONCÉ DE POSITION Septembre 2000 CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES INTRODUCTION Ces dernières années, le nombre croissant de patients

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Préparé par Gaétan Thibaudeau Commissaire local aux plaintes

Plus en détail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail Environnement et Travail Santé et sécurité au travail Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail «Quels sont mes droits en vertu de la loi?» «De quelle façon mon

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 PASCALE LEGAULT PROTECTRICE DE L ÉLÈVE 31 OCTOBRE 2011 INTRODUCTION Voici le

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique

Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique Adopté par le Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

REGLEMENT SUR LES CONDITIONS ET MODALITES DE DELIVRANCE DU PERMIS ET DES CERTIFICATS DE SPECIALISTE DU COLLEGE DES MEDECINS DU QUEBEC

REGLEMENT SUR LES CONDITIONS ET MODALITES DE DELIVRANCE DU PERMIS ET DES CERTIFICATS DE SPECIALISTE DU COLLEGE DES MEDECINS DU QUEBEC Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. c et c.1, a. 94, par. i et a. 94.1) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le présent règlement a pour objet de déterminer les règles d'accès à la profession

Plus en détail

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration Mémoire Association des Conseils des infirmières et infirmiers du Québec aciiq@aciiq.qc.ca Coordonnées de la présidente: Madame Mélanie Rocher CSSS de la Vallée de l'or 1275, boulevard Forest Val d'or

Plus en détail