POLITIQUE FISCALE CANADIENNE POUR UN SUCCÈ S MONDIAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE FISCALE CANADIENNE POUR UN SUCCÈ S MONDIAL"

Transcription

1 POLITIQUE FISCALE CANADIENNE POUR UN SUCCÈ S MONDIAL CONSEIL CANADIEN DES CHEFS D ENTREPRISE PROPOSITION AU GROUPE CONSULTATIF SUR LE RÉ GIME

2 INTRODUCTION Le mandat du Groupe consultatif sur le régime canadien de fiscalité internationale consiste à fournir avis et conseils au gouvernement fédéral sur la façon d améliorer la compétitivité, l efficacité et l équité des règles fiscales internationales du Canada, de réduire les coûts associés à la conformité et de faciliter l administration et l application. Les membres du Conseil canadien des chefs d entreprise (CCCE) dirigent plusieurs des entreprises les plus importantes et les plus engagées du Canada à l échelle internationale. Le CCCE est en conséquence fortement et directement intéressé à renforcer la compétitivité de l économie canadienne, notamment la capacité des collectivités du pays à attirer les investissements commerciaux et les gens qualifiés nécessaires à l atteinte du succès mondial. Les règles fiscales internationales sont très complexes, et même les modifications semblant les plus anodines peuvent avoir d importantes répercussions. Le ministère des Finances estime qu en 2007, la décision d éliminer au Canada la déductibilité de l intérêt sur les dettes encourues suite à l investissement dans des entreprises affiliées à l étranger totalise au plus 300 à 400 millions de dollars par année. L analyse générale faisant suite à cette annonce donnait à penser que des entreprises individuelles pouvaient essuyer des pertes de cet ordre et que l impact total atteindrait les milliards de dollars par année. La façon dont le Canada taxe les activités commerciales s étendant audelà de ses frontières influe tant sur la capacité des collectivités Conseil canadien des chefs d entreprise 1

3 canadiennes à attirer les investissements et les emplois que sur la capacité des entreprises ayant leur siège social au Canada de livrer une concurrence partout dans le monde. La procédure servant à modifier la politique se reflète également sur la réputation du pays comme destination pour les capitaux et comme tremplin pour la croissance du commerce international. L expérience de 2007 avec l Initiative d équité en matière de fiscalité internationale illustre le besoin critique de faire des choix politiques judicieux aussi bien que de tenir un processus de consultation exhaustif et transparent avant de modifier les règles fiscales internationales. La décision du gouvernement de créer le Groupe représente donc une occasion significative de fixer des principes fermes pour orienter la stratégie du Canada en matière de compétitivité fiscale internationale. L ENVIRONNEMENT CONCURRENTIEL DE LA POLITIQUE FISCALE INTERNATIONALE Tous les impôts ont un impact sur la compétitivité et la croissance, à l instar de toutes les décisions prises par les gouvernements sur la façon de dépenser les impôts qu ils perçoivent. L impact de l imposition commerciale est particulièrement important en raison de la grande mobilité des capitaux. Les gens qui ont de l argent à investir, qu ils soient canadiens ou étrangers, ont plusieurs possibilités d investissement à travers le monde. Les règles fiscales régissant le commerce et l investissement ont une incidence directe sur les profits que peuvent réaliser les investisseurs dans tout pays donné. Conseil canadien des chefs d entreprise 2

4 Les pays prescrivant de hauts taux d imposition sur les investissements commerciaux réduisent la quantité d investissements et d emplois qui en découlent sur leur territoire. Ils incitent également les entreprises actives mondialement à reconnaître les plus grands avantages possible dans les pays exigeant moins d impôts, ce qui entraîne des règles compliquées et des mécanismes d application coûteux pour protéger la base fiscale dans les pays aux taux d imposition élevés. Dans un monde où les capitaux traversent librement les frontières, les forts taux d imposition commerciaux ne sont tout simplement pas rentables. Les modèles économiques montrent clairement que la réduction de l impôt sur les investissements commerciaux est la façon la plus efficace et la moins coûteuse d accélérer la croissance économique. En règle générale, les pays désirant stimuler la croissance économique doivent privilégier une formule mixte qui taxe la consommation plus que les investissements et les revenus. Les pays souhaitant maintenir un secteur public relativement important doivent veiller soigneusement à garder leurs taxes d affaires basses. La Suède, dont la récolte fiscale totale est beaucoup plus élevée qu au Canada, prescrit un taux effectif marginal d imposition sur les capitaux 42 pour cent moins élevés. Les pays qui ont adopté une stratégie de faibles taux d imposition sur les investissements et les revenus commerciaux ont eu beaucoup de succès dans la génération de recettes fiscales et dans la croissance économique. Citons pour exemple l Irlande qui, grâce à son taux d imposition du revenu des sociétés de 12,5 pour cent, peut recueillir sensiblement le même montant de recettes fiscales commerciales que le Conseil canadien des chefs d entreprise 3

5 Canada comme partie de son économie. Ainsi qu on l a appris au Canada depuis une décennie, les gouvernements qui réduisent les taux élevés d imposition commerciale pourraient bien voir augmenter leurs recettes provenant de cette source. Les faibles taux d imposition sur les investissements et les revenus commerciaux peuvent en outre servir de moteurs pour multiplier les recettes fiscales qui proviennent d autres sources, alors que les investissements mènent à des entreprises, des ventes et des emplois croissants. Comme le démontre une étude publiée récemment par PricewaterhouseCoopers (PwC), intitulée La charge fiscale totale, les impôts fédéral et provincial des sociétés ne sont que deux des 49 taxes que les grandes entreprises canadiennes versent directement ou génèrent dans le cadre de leurs activités. Pour chaque dollar payé directement en impôt sur le revenu des sociétés, les participants à l étude de PwC ont payé en moyenne 82 cents d autres taxes et 67 cents de prélèvements additionnels, comme les royautés sur les ressources, en plus de collecter et de remettre au gouvernement 3,41 $ d autres taxes provenant des employés et des clients. Les très grandes entreprises, qui font inévitablement des affaires à l échelle internationale, sont de très importants générateurs de recettes fiscales pour les gouvernements canadiens. L étude effectuée par PricewaterhouseCoopers visait 39 entreprises, dont des entreprises représentant 61 pour cent de la capitalisation boursière de l Indice S&P/TSX 60. En 2006, ces entreprises ont versé ou collecté plus de 30 milliards de dollars de revenus pour le compte du gouvernement canadien tout en payant un salaire moyen de $ à leurs employés, Conseil canadien des chefs d entreprise 4

6 soit environ 60 pour cent de plus que la moyenne nationale. Dans cet échantillonnage, les dix plus importants contributeurs (25 pour cent des entreprises participantes) représentaient 64 pour cent des impôts à payer et 68 pour cent des impôts à collecter en Il est clair que les gouvernements doivent être sensibles à l incidence de leurs politiques fiscales sur les décisions liées à l investissement que prennent les grandes entreprises engagées dans le commerce international et favoriser la création et la croissance d autres entreprises de ce genre au sein des collectivités canadiennes. Depuis une dizaine d années, le Canada a fait de grands progrès dans la réduction de ses taux d imposition des sociétés. Les gouvernements fédéraux successifs auront ramené le taux fédéral légal d imposition du revenu des sociétés de 28 pour cent en 2000 à 15 pour cent en La plupart des gouvernements provinciaux vont dans la même direction, alors que les gouvernements fédéral et provinciaux ont également réduit ou éliminé l impôt sur le capital. Le ministère fédéral des Finances estime que d ici 2012, le taux fédéral-provincial combiné d imposition du revenu des sociétés aura baissé à 11 points de pourcentage sous celui des États-Unis et que son taux effectif marginal d imposition sur les investissements commerciaux aura descendu de 9 points de pourcentage. Bien que cela avait aussi pour but de donner au Canada le taux légal d imposition des sociétés le plus bas parmi les pays du G7, il reste que les gouvernements à travers le monde œuvrent dans le même sens dans ce domaine. L étalon servant à évaluer les taux d imposition concurrentiels n est donc pas immuable. Conseil canadien des chefs d entreprise 5

7 Le Canada doit spécialement veiller à conserver un avantage fiscal significatif par rapport aux États-Unis. La taille et le dynamisme mêmes de son marché font du voisin et plus important partenaire commercial du Canada un premier choix instinctif pour les investisseurs internationaux s intéressant à l Amérique du Nord. Malgré la grande intégration économique des vingt dernières années, les barrières commerciales et sécuritaires qui restent sont autant de raisons pour les investisseurs de choisir des endroits situés au sud de la frontière canado-américaine. Le Canada n a d autre choix que d offrir des incitatifs ailleurs, comme dans sa politique fiscale, s il espère voir se multiplier les investissements commerciaux dans les entreprises canadiennes intégrées aux chaînes d approvisionnement nordaméricaines et desservant une clientèle sur tout le continent. LE BUT DE LA STRATÉGIE FISCALE INTERNATIONALE DU CANADA Toute politique fiscale vise essentiellement à soutenir et améliorer le niveau et la qualité de vie des Canadiens. Pour y arriver, elle doit rendre les collectivités canadiennes particulièrement attrayantes dans lesquelles et à partir desquelles on peut se livrer à des activités commerciales dans le monde entier. Le CCCE croit que le principal objectif du régime canadien de fiscalité internationale doit être de favoriser les activités de valeur supérieure dans les collectivités canadiennes. Il doit renvoyer aux investisseurs tant canadiens qu étrangers l image d un pays où il est profitable d établir et de développer des entreprises mondiales. L important n est pas qu une Conseil canadien des chefs d entreprise 6

8 entreprise se trouve sous le contrôle d actionnaires canadiens ou étrangers, mais bien les fonctions et les exploitations qu ils décident d installer au Canada. Les activités de valeur supérieure peuvent être générées par le siège social des entreprises sous contrôle canadien ou dans le cadre des responsabilités continentales ou internationales exercées par des entreprises multinationales étrangères exploitant des opérations au Canada. Qu elles soient émises dans le public ou à responsabilité limitée, les entreprises canadiennes et étrangères doivent relever les mêmes défis concurrentiels à l échelle du globe et utilisent les mêmes critères lorsqu elles décident où investir. Peu importe qui sont les propriétaires, toutes les grandes entreprises ayant leur siège social au Canada mènent des activités débordant les frontières canadiennes et sont donc touchées directement par la politique fiscale du pays, qui touche également les décisions prises en matière d investissement international. Le Canada est un joueur relativement modeste dans un marché mondial très compétitif. Très vite les entreprises canadiennes qui souhaitent se développer doivent regarder au-delà des frontières du pays. Elles doivent chercher des clients et des fournisseurs à l étranger, aussi bien que des investisseurs et des opportunités d investissement. La recherche micro-économique a également montré que l engagement international des entreprises canadiennes et étrangères les rend plus productives et plus innovatrices que les entreprises fonctionnant seulement au Canada. Celles qui font des affaires au-delà des Conseil canadien des chefs d entreprise 7

9 frontières canadiennes tendent à investir davantage dans la recherche, la formation des employés et la création de nouveaux produits. L innovation continue et la productivité croissante sont alors essentielles aux revenus plus élevés des familles canadiennes et à une base fiscale plus solide pour les gouvernements canadiens. Le régime canadien de fiscalité internationale doit donc encourager à la fois l importation et l exportation des capitaux. Les capitaux entrants permettent aux entreprises ayant leur siège social au Canada de puiser à même une réserve de capitaux plus large et plus abondante. Les marchés de capitaux plus liquides offrent à leur tour un coût du capital plus avantageux qui favorise l investissement commercial au Canada et qui aide les entreprises ayant leur siège social au Canada à se développer de façon profitable. En même temps, l investissement de portefeuille sortant par les Canadiens leur donne accès à des opportunités plus diversifiées qui améliorent les profits et réduisent les risques, tandis que l investissement direct à l étranger par des entreprises ayant leur siège social au Canada mène à des chaînes d approvisionnement plus efficaces, à une plus grande production et à de meilleures ventes, ce qui crée en fin de compte plus d emplois de valeur supérieure au sein des collectivités canadiennes. LES PRINCIPES DE LA STRATÉGIE FISCALE INTERNATIONALE DU CANADA 1. Rendre les taux d imposition canadiens plus attrayants dans le monde. Le document de réflexion porte sur plusieurs questions fiscales techniques touchant à la fois l investissement commercial entrant et sortant. Plus les taux prescrits par le Canada sont Conseil canadien des chefs d entreprise 8

10 élevés, plus il faut de règles et de mécanismes d application complexes et coûteux pour prévenir la fuite des impôts par des stratégies comme les prix de transfert et l abandon des dettes. Faire du Canada une juridiction où les taux d imposition du revenu des sociétés sont relativement bas servirait deux fins, soit aider les entreprises canadiennes à se développer et inciter les entreprises fonctionnant internationalement à reconnaître au Canada la plus grande partie possible de leurs profits réalisés dans le monde. À cette fin, les gouvernements fédéral et provinciaux doivent continuer à réduire leurs taux d imposition du revenu des sociétés, avec objectif à court terme d atteindre un taux fédéralprovincial combiné de 25 pour cent, tel que le recommande le ministre fédéral des Finances. Le gouvernement fédéral a de plus éliminé la retenue d impôt sur les intérêts versés aux prêteurs étrangers indépendants et il éliminera la retenue d impôt sur les intérêts versés aux prêteurs indépendants aux États-Unis au cours des trois prochaines années dans le cadre de la convention fiscale bilatérale. La prochaine étape sur ce front doit être d éliminer les retenues d impôt sur le paiement des dividendes au sein des groupes multinationaux, réciproquement avec d autres pays, ce qui est le plus urgent avec les États-Unis. Depuis quelques années, les États-Unis ont négocié un taux de retenue de zéro avec plusieurs de ses autres grands partenaires commerciaux y compris le Royaume-Uni, le Mexique, les Pays-Bas, la Suède, l Allemagne, le Conseil canadien des chefs d entreprise 9

11 Danemark, la Finlande et la Belgique pour les dividendes directs provenant d entreprises détenues à plus de 80 pour cent. Le seuil de propriété est fixé à 50 pour cent dans la convention entre les États-Unis et le Japon. Les retenues d impôt sur les dividendes sont un obstacle majeur au libre mouvement des capitaux de part et d autre des frontières et, compte tenu du fait que le Canada est le plus important partenaire commercial des États-Unis, il est vital pour notre pays de pallier rapidement à ce désavantage concurrentiel. Comme les taux d imposition des sociétés ont un effet d entraînement très puissant sur la croissance économique, l environnement concurrentiel est extrêmement dynamique. Les gouvernements doivent ainsi continuer à étalonner les taux canadiens par rapport aux taux d un ensemble de grands concurrents de l investissement mondial, pas seulement les États- Unis. Cela nécessitera possiblement un taux fédéral-provincial combiné d imposition du revenu des sociétés beaucoup plus bas que 25 pour cent à plus long terme. L Institut C.D. Howe a par exemple suggéré un taux de 20 pour cent pour les grandes entreprises aussi bien que pour les petites. En outre, les gouvernements doivent compléter l élimination de l impôt sur le capital aussitôt que possible. Ils doivent aussi continuer à réduire l impôt personnel sur les économies et sur les investissements, de même que le taux marginal maximum d imposition sur le revenu qui est le plus visible aux talents mobiles à l échelle mondiale. Les gouvernements qui imposent Conseil canadien des chefs d entreprise 10

12 encore des taxes de vente aux intrants commerciaux doivent les convertir en taxes à valeur ajoutée similaires ou harmonisées avec la taxe sur les produits et services. Dans la mesure où l imposition peut servir de levier politique pour aborder d autres enjeux, comme le changement climatique, toute modification devrait chercher à axer la formule d imposition mixte sur une base de consommation. 2. Donner des chances égales aux investisseurs canadiens et étrangers au Canada. L investissement étranger entrant profite grandement aux Canadiens. L investissement direct dans les exploitations canadiennes par des entreprises étrangères crée des emplois dans les collectivités canadiennes connectées à des chaînes d approvisionnement et à des réseaux de connaissances internationaux. L accès aux capitaux étrangers est à son tour essentiel à la croissance des entreprises ayant leur siège social au Canada. La politique fiscale doit stimuler les placements des investisseurs canadiens aussi bien qu étrangers et dans la mesure du possible ne pas favoriser les uns par rapport aux autres. Dans son rapport de juin 2008, le Groupe d étude sur les politiques en matière de concurrence avançait que les entreprises canadiennes sont désavantagées par rapport aux entreprises étrangères à cet égard. Comme recommandait le rapport, le Groupe consultatif sur la fiscalité doit examiner de près les règles fiscales pertinentes et Conseil canadien des chefs d entreprise 11

13 s assurer que les entreprises ayant leur siège social au Canada sont en mesure de livrer une concurrence sur un pied d égalité pour faire des acquisitions au Canada. Dans le passé, le statut du Canada en tant que juridiction à fort taux d imposition des sociétés nécessitait le recours constant à des mécanismes politiques visant à contrer les prix de transfert, l abandon des dettes ou le chalandage fiscal inapproprié par des entreprises aux activités internationales qui désiraient transférer leurs profits imposables vers des gouvernements à meilleurs taux d imposition. À mesure que les taux d imposition des sociétés baissent au Canada par rapport à d autres gouvernements, le risque d érosion de sa base fiscale diminue, tout comme le besoin de mécanismes de prévention tels les règles de capitalisation restreinte ou de défibrage des gains. Dans la mesure où ces mécanismes sont encore nécessaires pour protéger la base fiscale canadienne, le Canada doit adopter les plus faciles à administrer et les plus prévisibles. Le Canada doit analyser en profondeur l impact croissant des entités exemptes d impôts sur les marchés des capitaux au Canada et à l étranger. Les fonds souverains et autres entités étrangères exemptés d impôts sont une source importante et croissante de capitaux à faible coût pour les entreprises ayant leur siège social au Canada, mais il faut encore s assurer qu en principe les entités étrangères faisant des affaires au Canada paient effectivement l impôt canadien sur ce qui est considéré à juste titre comme des revenus de source canadienne. Conseil canadien des chefs d entreprise 12

14 Bien entendu, le Canada possède ses propres instruments exempts d impôt, notamment les fonds de pension qui sont des investisseurs actifs au pays et à l étranger. Dans la mesure où la politique fiscale canadienne va continuer à permettre les investissements domestiques à travers des instruments exempts d impôt, elle ne doit pas désavantager les investissements effectués au Canada par leurs équivalents étrangers ou imposer quelque mesure que ce soit sur les fonds étrangers exempts d impôt si elle ne désire pas voir d autres pays faire de même avec les fonds canadiens. Le Canada doit également s assurer que son traitement des fonds exempts d impôt n entraîne pas de distorsions injustes ou non intentionnelles. Plus particulièrement, la politique fiscale doit s assurer que les fonds exempts d impôt, qu ils soient étrangers ou domestiques, ne retirent pas un avantage fiscal par rapport aux sociétés contribuables dans la course aux opportunités de croissance à travers les acquisitions. Dans le même ordre d idées, les règles fiscales actuelles font en sorte que les fonds importants exempts d impôt ont la capacité d imiter les anciens avantages fiscaux offerts par la structure de fiducie de revenu en privatisant une entreprise et en la chargeant de dettes. Les Canadiens qui économisent dans des régimes enregistrés d épargne-retraite ne sont pas capables de privatiser des entreprises et continuent ainsi à être sujets à la double imposition des dividendes qui leur sont payés par les sociétés canadiennes imposables. Il s agit principalement d un problème Conseil canadien des chefs d entreprise 13

15 d équité horizontale existant entre les bénéficiaires de différents instruments d épargne-retraite au Canada, mais la résolution de ce problème pourrait avoir des répercussions sur le traitement canadien des entités exemptes d impôt. 3. Éviter de décourager les entreprises ayant leur siège social au Canada de faire des placements à l étranger. Dans l économie perpétuellement peu génératrice d emplois à la fin du XX e siècle, l instinct politique des gouvernements canadiens les poussait à faire tout ce qui était possible pour stimuler la création d emplois à court terme au Canada. Alors que le pays connaît une transformation structurelle vers une économie manquant perpétuellement de main-d œuvre, les politiques publiques doivent cibler la qualité plutôt que la quantité des emplois créés. Les décisions d investir au Canada et à l étranger ne sont pas un jeu à somme nulle. Les investissements à l étranger favorisent le commerce ainsi que la croissance des entreprises canadiennes. Si l on en croit l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), chaque dollar investi directement outrefrontière produit deux dollars d exportations supplémentaires pour le pays d origine. Cette participation accrue à l économie mondiale génère à son tour de plus grands profits pour les actionnaires canadiens, de meilleurs et plus nombreux emplois au Canada dans des activités de valeur supérieure comme les opérations d un siège social, ainsi que des recettes nationales plus élevées. Conseil canadien des chefs d entreprise 14

16 Une politique fiscale internationale appuyant les investissements étrangers par des entreprises ayant leur siège social au Canada est particulièrement importante pour une économie relativement modeste comme celle du Canada. Si elles veulent atteindre une stature internationale, les entreprises ayant leur siège social au Canada doivent connaître une croissance qui dépasse les frontières canadiennes. Il faudra pour cela qu elles jouissent d un certain accès aux opportunités commerciales, au capital financier et au capital intellectuel leur donnant au moins des chances égales de concurrencer les entreprises internationales ayant leur siège à l étranger. Les modifications importantes que le Canada a apportées récemment à ses règles fiscales internationales allaient précisément dans la mauvaise direction. Comme l a noté le Groupe d étude sur les politiques en matière de concurrence, les mesures fiscales introduites en 2007 pour limiter la déductibilité des intérêts sur l argent emprunté au Canada aux fins de l investissement dans des sociétés affiliées étrangères n augmentera pas l assiette canadienne du revenu et désavantagera les entreprises ayant leur siège social au Canada qui veulent devenir des joueurs mondiaux en augmentant le coût de leur capital. Cette mesure réduira également la compétitivité des entreprises ayant leur siège social au Canada qui investissent à l étranger par rapport aux entreprises étrangères non soumises à des restrictions semblables dans leur pays. Pour soutenir et encourager les entreprises canadiennes à investir à l étranger, il faut éliminer les restrictions sur la Conseil canadien des chefs d entreprise 15

17 déduction des intérêts et sur les autres dépenses liées aux investissements étrangers. Si les entreprises ayant leur siège social au Canada investissent davantage à l étranger, il en résultera plus d emplois de meilleure qualité au sein des collectivités canadiennes dans les années à venir. Une stratégie fiscale internationale fonctionnant de concert avec d autres instruments politiques pour stimuler les investissements internationaux par des entreprises ayant leur siège social au Canada multipliera d importants dividendes au profit de tous les Canadiens. 4. Simplifier le régime canadien de fiscalité internationale. Au fil des ans, le régime canadien de fiscalité internationale est devenu d une complexité déroutante. Cette dernière ne profite en rien aux recettes du gouvernement, mais elle est très frustrante tout autant qu onéreuse pour les entreprises qui essaient simplement de se conformer aux règles dans la planification de leur croissance future. En dépit des meilleures intentions, le vaste ensemble de règles et de conventions fiscales du Canada continue à produire des résultats injustes. Des anomalies dans la façon dont les crédits d impôt étrangers sont calculés au Canada, par exemple, font encore en sorte que certaines entreprises canadiennes ayant des succursales à l étranger doivent payer les impôts canadien et étranger pour les mêmes revenus. Dans le même ordre d idées, les conventions fiscales bilatérales ne garantissent pas toujours Conseil canadien des chefs d entreprise 16

18 que les différents types de revenu soient traités de façon uniforme en matière de retenues d impôt. Un objectif central de la politique fiscale doit être de simplifier les règles dans la mesure du possible. Par exemple, les affiliés étrangers des entreprises canadiennes sont habituellement exempts d impôt canadien sur le revenu provenant d opérations menées dans d autres pays avec lesquels le Canada a conclu une entente. Ce revenu va aux sociétés canadiennes à titre de dividendes exempts d impôt et il est frappé d impôt au Canada seulement lorsqu il est distribué à chaque actionnaire dans ce pays. Le budget fédéral de 2007 indiquait qu à l avenir, cette exemption s étendrait pour inclure les pays qui concluent une entente pour partager l information sur les contribuables. Cette plus grande couverture est une bonne nouvelle pour les entreprises canadiennes qui veulent s attaquer à une plus grande diversité de marchés, mais elle ne va pas assez loin. Alors que les entreprises canadiennes recherchent de plus en plus des possibilités d affaires à l étranger, le régime canadien de fiscalité internationale doit évoluer afin de soutenir ces initiatives. Il doit donc se transformer en un régime d imposition à «exemption totale» et viser, entre autres choses, les gains en capital sur les investissements étrangers de manière à faciliter l expansion et la compétitivité internationale des entreprises canadiennes et des entreprises multinationales étrangères qui font des placements à partir du Canada. Cela permettrait de simplifier considérablement le régime fiscal et réduire le fardeau Conseil canadien des chefs d entreprise 17

19 de la conformité, sans avoir de répercussions fiscales majeures puisque les entreprises ne ramènent pas leur surplus imposable au Canada selon les règles actuelles. Cela permettrait également de ne pas avoir à s appuyer principalement sur un traité fiscal ou un accord sur le partage des renseignements fiscaux conclu entre le Canada et un pays étranger pour déterminer si une activité commerciale étrangère est visée par l impôt canadien ou non. 5. Faire du Canada un pôle d attraction pour le talent et la créativité. Les entreprises multinationales ayant leur siège social au Canada ont développé dans de nombreux domaines une expertise de pointe leur permettant de livrer une concurrence active pour décrocher des contrats à l échelle de la planète. Une telle capacité représente des emplois de valeur supérieure dans plusieurs collectivités canadiennes. Le gouvernement fédéral doit s assurer que la stratégie fiscale internationale du Canada soutienne et favorise le développement de ces «centres d excellence» où l expertise, les connaissances et les compétences canadiennes peuvent être mises au service des clients à l extérieur du Canada. Le régime fiscal doit à coup sûr tenter d imposer les entreprises ayant leur siège social à l étranger, du simple fait qu elles reçoivent des services d entreprises ayant leur siège social au Canada. La politique fiscale visant les sociétés n est pas le seul levier qui peut influer sur la capacité d un pays à attirer les investissements dans les activités de valeur supérieure, comme celles qui se déroulent dans les sièges sociaux des entreprises. Les personnes Conseil canadien des chefs d entreprise 18

20 hautement qualifiées ont en général beaucoup de latitude quant à l endroit où ils souhaitent travailler et vivre avec leurs familles. Qui plus est, des taux d imposition relativement bas sur les revenus personnels élevés se sont aussi avérés une stratégie fructueuse pour attirer des emplois de pointe nécessitant la mobilité internationale des talents. Le Royaume-Uni et les Pays- Bas sont deux pays qui ont délibérément utilisé la politique fiscale personnelle comme un moyen d attirer les activités multinationales de sièges sociaux. D autres pays comme l Irlande ont plutôt choisi d encourager l innovation en accordant un allégement fiscal aux royautés sur la propriété intellectuelle. Si le Canada espère livrer une bonne concurrence pour embaucher des personnes hautement qualifiées qui sont sources d innovation et de croissance pour des entreprises mondiales compétitives, son régime international d imposition doit être en mesure d attirer tant les investisseurs corporatifs que les personnes à revenus élevés. 6. Assurer la transparence et la constance des modifications fiscales. Comme les règles fiscales internationales sont très complexes, même leurs modifications en apparence bénignes peuvent entraîner des conséquences graves et imprévues. Si l on applique des modifications aux règles fiscales internationales sans tenir des consultations approfondies, l économie du Canada tout autant que sa réputation peuvent s en trouver menacées, comme l a compris le gouvernement fédéral lorsqu il a introduit ses modifications de 2007 touchant la déductibilité des intérêts. Conseil canadien des chefs d entreprise 19

21 En plus de réévaluer cette modification particulière de la politique, il est vital de ne pas répéter les mêmes erreurs. En allant de l avant, les gouvernements doivent s assurer que tout changement planifié du régime canadien de fiscalité internationale fasse l objet d une évaluation d impact exhaustive et courante dont les conclusions sont mises à l épreuve dans le cadre d une consultation ouverte avec les entreprises touchées. Au fil du temps, les gouvernements doivent veiller à ajuster leurs politiques d imposition afin qu elles reflètent l évolution du milieu des affaires et les dynamiques de la compétitivité dans une économie mondiale. Ils doivent toutefois reconnaître l importance et la complexité de plusieurs investissements internationaux effectués dans le cadre d arrangements financiers à long terme. Plus les investisseurs auront confiance dans la stabilité de ses règles fiscales, plus le Canada sera en mesure d attirer ce type d investissement. Alors que rien ne doit empêcher les gouvernements d apporter des modifications à leurs politiques au cours des années, il est essentiel de s assurer que toute modification qui aurait pour effet d alourdir le fardeau fiscal des entreprises ne soit pas rétroactive. À tout le moins, les décisions en matière d investissement prises en fonction des présentes règles doivent bénéficier d une clause de droits acquis et être protégées contre toute répercussion néfaste pour une période d au moins dix ans. La constance et la transparence sont incontournables pour maintenir la confiance Conseil canadien des chefs d entreprise 20

22 dans le Canada comme un endroit fiable et attrayant pour y investir. CONCLUSION La politique fiscale est un levier critique pour favoriser la prospérité future du Canada. Les faibles taux d imposition des sociétés réduisent la nécessité de règles et de mécanismes complexes pour protéger la base fiscale canadienne tout en stimulant l investissement commercial, essentiel à la croissance économique et à des recettes fiscales plus abondantes. Un environnement fiscal compétitif pourra attirer des investissements étrangers au Canada et contribuer à la croissance internationale des entreprises ayant leur siège social au Canada. La meilleure façon de susciter des investissements entrants et sortants est de continuer à réduire les taux d imposition des sociétés au Canada. Le Canada doit examiner de près la façon dont d autres économies ont réussi à multiplier les investissements et la croissance grâce à leur politique fiscale internationale, et s assurer que nos politiques sont plus avantageuses que celles de nos principaux concurrents. En faisant cet examen, le pays doit analyser l incidence des politiques fiscales tant corporatives que personnelles sur la capacité du Canada à faire concurrence pour obtenir des investissements, attirer une maind œuvre qualifiée et stimuler le développement et la commercialisation Conseil canadien des chefs d entreprise 21

23 de nouvelles technologies. Il doit aussi répéter ces examens de façon régulière pour s assurer que notre pays demeure concurrentiel dans un environnement fiscal dynamique à l échelle mondiale. Une main-d œuvre de moins en moins abondante dans l économie canadienne signifie que l emphase globale de la politique publique doit passer de la quantité à la qualité des emplois créés. Même si les investissements internationaux des entreprises ayant leur siège social au Canada peuvent créer des emplois à court terme à l extérieur du pays, ces investissements sont critiques pour les entreprises qui veulent être plus productives et innovatrices afin d atteindre un statut international et d établir en dernier ressort des sièges sociaux influents au sein des collectivités canadiennes. Tout en demeurant neutre face à la propriété des capitaux investis au Canada, le régime fiscal international de notre pays doit faciliter les investissements à l étranger par des entreprises ayant leur siège social au Canada avec des taux d imposition compétitifs et un cadre législatif sain, stable et prévisible. Conseil canadien des chefs d entreprise 22

Consultations prébudgétaires 2013

Consultations prébudgétaires 2013 Consultations prébudgétaires 2013 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada Association des comptables généraux accrédités

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ T DAVID STEWART-PATTERSON VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR DEVANT LE COMIT É PERMANENT DES FINANCES NOVEMBRE 2004 Merci de nous donner encore une fois

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Maintenant et demain L excellence dans tout ce que nous entreprenons Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Octobre 2012 Objet et vue d ensemble Présenter

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

L immobilier sans briques ni mortier

L immobilier sans briques ni mortier L immobilier sans briques ni mortier Lorsqu ils entreprennent de constituer leur patrimoine, de nombreux Canadiens se demandent s ils ne devraient pas investir dans des biens immobiliers autres que leur

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Présentation pré-budgétaire. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. l Association of Equipment Manufacturers

Présentation pré-budgétaire. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. l Association of Equipment Manufacturers Présentation pré-budgétaire À l attention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire par l Association of Equipment Manufacturers L AEM représente plus de 850 membres qui offrent

Plus en détail

BUDGET PROVINCIAL 2016

BUDGET PROVINCIAL 2016 BUDGET PROVINCIAL 2016 MESURES IMPACTANT L INDUSTRIE DE LA FABRICATION DE MEUBLES Le gouvernement du Québec a déposé le 17 mars dernier son budget 2016-2017. La lecture du Plan économique du Québec a permis

Plus en détail

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 L Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel 350 Sparks Street,

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Sommaire L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire

Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire MaRS Discovery District Février 2016 SOMMAIRE Le gouvernement du Canada

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 7 décembre 2011 LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse Fiche documentaire : Initiatives canado-américaines Par-delà la frontière et du Conseil de coopération

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Analyse FFOM de Cymbria

Analyse FFOM de Cymbria Analyse FFOM de Cymbria Le principe de base d une analyse FFPM consiste à mieux comprendre si une entreprise réussira ou échouera, en s appuyant sur les forces internes et externes qui pourraient avoir

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre Le 3 novembre 2014 Si votre prévoit la création d une fiducie testamentaire, ou si vous êtes bénéficiaire d une fiducie ou exécuteur testamentaire,

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Rapport financier trimestriel du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada pour le trimestre se terminant le 30 juin 2015

Rapport financier trimestriel du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada pour le trimestre se terminant le 30 juin 2015 Rapport financier trimestriel du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada pour le trimestre se terminant le 30 juin 2015 Compte rendu soulignant les résultats, les risques et

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada 277, rue Wellington Ouest, Toronto (0ntario) Canada

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE

PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE PROGRAMME DE PROTECTION DE PATRIMOINE Donnez à vos clients le moyen d assurer la sécurité financière de toute leur famille Stratégie faisant appel à l assurance-vie universelle exonérée La situation Jean

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Plan : Introduction Les incitations fiscales : Aperçu général 1. Définition 2. Les objectifs 3. Les typologies Mesures en faveur des sociétés

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal

Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal Le 21 février 2014 N o 2014-13 Les multinationales établies à l étranger et les sociétés étrangères qui investissent au Canada ou par l intermédiaire

Plus en détail

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions CTE 001M C.P. P.L. 37 Gaz naturel dans le schiste Mémoire présenté à la Commission des

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2014 Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire Avec 12 000 chercheurs canadiens du domaine de la santé et plus de 35 000 étudiants

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2015. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2015. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 2 Consultations prébudgétaires 2015 Consultations prébudgétaires 2015 Résumé Les Comptables

Plus en détail

Projet postdoctoralsur l Avenir de l éducation médicale au Canada (AEMC EMPo) Recommandation 1 Dans le contexte d un système de soins de santé en

Projet postdoctoralsur l Avenir de l éducation médicale au Canada (AEMC EMPo) Recommandation 1 Dans le contexte d un système de soins de santé en L AFMC est reconnaissante de l occasion qui lui est donnée de rencontrer les membres du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition

Plus en détail

Accroître la compétitivité des entreprises canadiennes par la recherche, le développement, l innovation et la commercialisation

Accroître la compétitivité des entreprises canadiennes par la recherche, le développement, l innovation et la commercialisation Accroître la compétitivité des entreprises canadiennes par la recherche, le développement, l innovation et la commercialisation À propos de la NACO Fondée à titre d organisme sans but lucratif en 2002,

Plus en détail

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE

L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L ALENA UNE DÉCENNIE DE RENFORCEMENT D UNE RELATION DYNAMIQUE L Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) constitue une démonstration exceptionnelle des gains que peuvent obtenir des pays ouverts

Plus en détail

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement 2 CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement Qui sommes-nous? Le CERI est reconnu pour être le pionnier de la recherche en éducation, ouvrant de nouveaux domaines d exploration

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK Pour publication immédiate : 6 janvier 2014 LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UN PLAN EN VUE D OFFRIR PLUS DE 2 MILLIARDS DE DOLLARS EN ALLÈGEMENT FISCAL AUX FAMILLES ET ENTREPRISES DE NEW YORK L État passe

Plus en détail

Ministère des Finances Canada

Ministère des Finances Canada Ministère des Finances Canada Rapport sur les plans et les priorités 2006-2007 James M. Flaherty Ministre des Finances Table des matières Section I : Aperçu... 1 Message du Ministre... 1 Déclaration de

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez plus que les services d un conseiller financier d expérience soucieux de répondre à vos besoins. Vous bénéficiez des nombreuses

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise 10 octobre 2014 INTRODUCTION Le Gouvernement du Québec s apprête à revoir la fiscalité québécoise

Plus en détail

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19 Introduction L État québécois s est doté, depuis la «Révolution tranquille», d une multitude d outils pour appuyer le développement de la société québécoise. Il est si bien outillé pour se développer qu

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Actions d assurance-vie

Actions d assurance-vie Actions d assurance-vie Aperçu Pour diverses raisons, une société peut détenir des polices d assurance-vie sur la tête de ses actionnaires et être le bénéficiaire de ces polices. Si un de ces actionnaires

Plus en détail

Externalisation de la fonction finance et comptabilité

Externalisation de la fonction finance et comptabilité Externalisation de la fonction finance et comptabilité OUTIL DE GESTION Eric Krell Quel est l enjeu? L externalisation de la fonction finance et comptabilité a considérablement évolué ces dernières années,

Plus en détail

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES RÈGLES RÉGISSANT LA PROPRIÉTÉ Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-62F Le 13 décembre 2000 Nouvelles règles en matière de régime

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances

MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS. Présenté au ministère des Finances MÉMOIRE SUR LA RÉFORME DU DROIT DES ASSOCIATIONS Présenté au ministère des Finances Mars 2009 PRÉAMBULE L automne dernier, le ministère des Finances déposait un document de consultation sur l adoption

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Liberal Party of Canada Parti libéral du Canada

Liberal Party of Canada Parti libéral du Canada 28 septembre 2015 Son Honneur, Jim Watson Maire Ville d Ottawa 110, avenue Laurier Ouest Ottawa (Ontario) K1P 1J1 Cher Maire Watson, Je vous remercie d avoir pris le temps de m écrire, et de m avoir fait

Plus en détail