2011 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2011 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL"

Transcription

1 211 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL Dans les Pays Membres de l OCI Centre de Recherches Statistiques, Economiques et Sociales et de Formation pour les Pays Islamiques

2 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL SUR LES PAYS DE L OCI 211 Avec Couverture Spéciale Infrastructures de transport et son impact sur le commerce Tourism International

3 21 Le Centre de Recherches Statistiques, Économiques et Sociales et de Formation pour les Pays Islamiques (SESRIC) Attar Sokak, No. 4, G.O.P., 67 Ankara Turquie Téléphone Internet E-Poste Tous droits sont réservés Des niveaux élevés ont été appliqués pendant l'étape de traitement et de préparation par le SESRIC pour maximiser l'exactitude des données incluses dans ce travail. Les dénominations et toutes autres informations non montrées sur aucune section ou Schéma d'illustration n'impliquent aucun jugement de la part du SESRIC au sujet du statut juridique d'aucune entité. Sans compter qu'elle nie n'importe quelle responsabilité de n'importe quel genre de discussion politique qui peut surgir en employant les données et les informations présentées dans cette publication. Les frontières et les noms montrés sur les cartes présentées dans cette publication n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par le SESRIC.. Le matériel présenté sur cette publication est protégé par les droits d'auteur. Par la vertu de copyright qu il réclame et comme il encourage la diffusion de ses publications pour les Pays Membres de l'oci, le SESRIC donne la permission de sauvegarder, copier, télécharger, et imprimer le matériel présenté à condition que ces matériaux n aillent pas être réutilisés, sur n'importe quelle condition, pour des buts commerciaux. Pour la permission de reproduire ou de réimprime n'importe quelle partie de cette publication, veuillez envoyer une demande avec l'information complète au Département de Publications à Attar Sokak, No. 4, G.O.P., 67, Ankara, Turquie. Toutes les questions sur les droits et les permis devraient être adressées au Département de Publications, SESRIC, à l'adresse ci-dessus. ISBN: La Conception de la Couverture est faite par le Département de Publications, SESRIC. SESRIC exprime par ceci sa satisfaction profonde à l'institut de la Statistique Turc (TurkStat) d avoir fourni des équipements d'impression s. Pour des informations supplémentaires, veuillez SESRIC à travers: contacter le Département de Recherches,

4 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 Contents ACRONYMES... III AVANT-PROPOS... V RESUME DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS DANS L'ECONOMIE MONDIALE DEVELOPPEMENTS ECONOMIQUES RECENTS DANS LES PAYS DE L OCI Contexte Résultats et Investissement Production et Croissance PIB par les Activités Economiques Principales PIB par Eléments de Dépenses Principaux Inflation Balances de Commerce Extérieur et de Paiements Exportations de Marchandise Importations de Marchandise Balance Commerciale Compte Courant Commerce de Marchandise Intra-OCI Positions de Réserves Finances Extérieures et Flux de Capitaux Dette Extérieure Investissements Directs Étrangers Aide Publique au Développement (APD) Population et Emploi I

5 ACRONYMES Population Participation à la Main d Œuvre Chômage INFRASTRUCTURE DE TRANSPORTATION: IMPACT SUR LE COMMERCE Capacité des Pays de l'oci dans les Divers Modes de Transport Transports Routiers Transport Ferroviaire Transport Aérien Transport Maritime Performance des Pays de l'oci dans les Divers Modes de Transport Transport et Liens de Commerce TOURISME INTERNATIONAL DANS LES PAYS DE L OCI Arrivées de Touristes Internationaux et Recettes du Tourisme Le Rôle Economique du Tourisme International Tourisme Intra OCI RECOMMANDATIONS DE POLITIQUE REFERENCES ANNEXE STATISTIQUE PROFILES DES PAYS II

6 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 Acronymes CIA PAB CFM COMCEC UE IDE PIB FCB FCBF PPTE CIAECS OIT FMI CRFMI PAI ALC PMA LDOD IPL MOAN APD OCDE OIC PPA PPP R&D ASS STD Conseil International des Aéroports Programme d'action de Bruxelles Conseil des Ministres des Affaires Etrangères Comité Permanant Pour La Coopération Economique Et Commerciale Union Européenne Investissement Direct à l'etranger Produit Intérieur Brut Formation du Capital Brut Formation du Capital Brut Fixe Pays Pauvres Très Endettés Commission Islamique pour les Affaires Economiques, Culturelles et Sociales Organisation Internationale du Travail Fonds Monétaire International Crédits du FMI Programme d'action d Istanbul Amérique Latine et les Caraïbes Pays Moins Avancés Dette à Long Terme Indice de Performance Logistique Moyen Orient et Afrique du Nord Aide Publique au Développement Organisation de la Coopération et Développement Economique Organisation de la Coopération Islamique Parité de Pouvoir d Achat Partenariat Public-Privée Recherches et Développement Afrique Sub-Saharienne Dette à Court Terme III

7 ACRONYMES TRACECA ONU CNUCED DAES DSONU USD BM IBM Transport Corridor Europe Caucasus Asia Organisation des Nation Unies Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Département des Affaires Economiques et Sociales de l ONU Division Statistique de l ONU Dollar Américain Banque Mondiale Indicateur de la Banque Mondiale IV

8 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 Avant-Propos Le Rapport Economique Annuel sur les Pays de l OCI a été préparé par le Centre de Recherches Statistiques, Économiques et Sociales et de Formation pour les Pays Islamiques (SESRIC) depuis 1979 pour servir comme un document d'information de base au point de l'ordre du jour du Conseil de la Conférence des Ministres des Affaires Étrangères (CMAE) sous des Affaires Economiques intitulées «l Économie Mondiale et les Pays Islamiques». Le Centre avait également présenté le Rapport aux sessions annuelles de la Commission Islamique pour les Affaires Économiques, Culturelles et Sociales (ISCOM) et le Comité Permanent pour la Coopération Économique et Commerciale (COMCEC). A la lumière des développements économiques mondiaux et régionaux majeurs récents, le Rapport Economique Annuel sur les Pays de l OCI analyse et examine les tendances dans les indicateurs économiques principaux des pays membres de l'oci, en tant que groupe, au cours de la période des dernières cinq ans, l'où les données sont disponibles. Il examine ces tendances avec une manière comparative avec leurs homologues dans les groupes des pays développés et les autres pays en développement ainsi que l'économie mondiale dans son ensemble. L'analyse est habituellement effectuée en utilisant des données statistiques courantes sur les pays membres de l'oci, particulièrement compilés de diverses sources internationales et nationales, en plus des bases de données du Centre. Le Rapport Économique Annuel sur les Pays de l'oci 21 apparaît dans un moment où l'économie mondiale a montré des signes de réparation, depuis 21, suite à la grave récession en 28-29, en raison des impacts négatifs de la crise économique et financière mondiale. Au moment où la reprise dans les pays développés est lente avec des taux de chômage élevés, les pays en développement, eux, connaissent une reprise vigoureuse qui est accompagnée par les pressions inflationnistes dans certaines économies à croissance rapide. La reprise économique mondiale devrait gagner en force en 211 et 212. Pourtant, la dette souveraine et les ennuis du secteur financier dans la zone euro constituent un risque de baisse notable qui exige une réponse politique urgente et forte pour éviter la contagion. Les prix élevés du pétrole, le tremblement de terre japonais et la faiblesse de la demande aux Etats-Unis sont d'autres facteurs qui peuvent aussi affaiblir la santé de l'économie mondiale. Les entrées massives de capitaux vers les pays en développement peuvent aussi présenter des risques pour la V

9 AVANT-PROPOS croissance mondiale, surtout si la valeur des devises monte soudainement ou si les bulles d'actifs émergent. A la lumière de ces développements dans l'économie mondiale et compte tenu des récentes projections pour 211 et 212, le numéro actuel du Rapport Economique Annuel sur les Pays de l'oci analyse les tendances des principaux indicateurs économiques des pays de l'oci, au cours de la période de cinq ans de 26 à 21. Dans ce numéro, le Rapport consacre une section spéciale pour se concentrer sur les infrastructures de transport dans les pays de l'oci et de ses impacts sur le commerce. Une autre section est consacrée pour évaluer la performance et le rôle économique du secteur du tourisme international dans les pays de l'oci. Ce faisant, le rapport souligne également un certain nombre de contraintes et défis auxquels sont confrontés les pays membres de l'oci dans leurs efforts pour favoriser leur développement économique et le progrès. A la lumière de ces défis, le Rapport propose un ensemble de recommandations destinées à servir de lignes directrices pour renforcer les efforts de développement des pays membres de l'oci, tant au niveau national et au niveau de la coopération de l'oci, en vue d'assurer un meilleur niveau de vie de leurs populations et des niveaux plus élevés d'intégration économique Dr. Savaş Alpay Directeur Général SESRIC VI

10 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 Résumé Situation Economique Mondiale Récente et Perspectives Croissance du PIB Réel Avant d'être touché par la crise économique mondiale, l'économie mondiale globale réalisait, en moyenne, un taux de croissance de 3,2 pour cent entre 2 et 27. Alors que la crise des subprimes, née aux États-Unis, est tournée en une crise mondiale à l'automne 28, le monde a enregistré une contraction du PIB réel en 29-pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale. En termes de valeur absolue, près de 3,4 trillions de l'économie mondiale a été anéantie. Les pays développés ont contracté en moyenne de 3,4 pour cent en 29. Le Japon était le plus durement touché et a connu une baisse du PIB réel de plus de 6 pour cent et les économies de l'union Européenne ont contracté de plus de 4 pour cent en 29. Après la sévère contraction, les économies développées n ont commencé à augmenter que modestement ou sont restées en stagnation en 21, avec des niveaux de dette insoutenables et des taux de chômage toujours élevés. Le taux de croissance moyenne dans les pays développés a été de 3 pour cent en 21 et la croissance devrait rester autour de 2,5 pour cent, bien en dessous de la moyenne mondiale en 211 et 212. En revanche, les pays en développement ont connu un taux de croissance de plus de 2,7 pour cent, dans l'année de crise 29, près de 4 pour cent inférieurs à leurs taux de croissance moyen entre 2 et 27. Toutefois, la reprise a été plus forte dans les économies en développement, tirée principalement par les investissements de grandes infrastructures, la flambée de consommation intérieure et l'augmentation de la compétitivité dans les marchés d'exportation. Ces processus de récupération à deux vitesses en 21 ont conduit à un changement dans la structure économique du monde. La Chine a dépassé le Japon comme deuxième plus grande économie mondiale et l'allemagne comme le plus grand exportateur du monde. 1

11 RESUME Volumes du Commerce Mondial La crise a entraîné une chute brutale des volumes du commerce et a réduit le commerce global de plus de 1 pour cent en 29. Les baisses ont été généralisées partout dans les pays et les produits, reflétant en grande partie la forte baisse de la demande mondiale. Après cette baisse massive, la plupart des régions ont connu une forte reprise des exportations et des importations, mais la reprise dans les économies en développement a été plus forte que celle des économies développées. La croissance des exportations mondiales totales a atteint 12 pour cent en 21 et devrait dépasser 7,5 pour cent en 211 et 6,9 pour cent en 212. Balances de Comptes Courants et Solde Budgétaire La balance de comptes courants s'est détériorée dans la plupart des pays pendant la crise économique. Cependant, la crise a également produit des améliorations partielles dans la balance du compte courant d'un certain nombre de pays. En général, la chute des prix des matières premières, en particulier dans les aliments et l'énergie, a conduit à des améliorations du compte courant des pays importateurs de matières premières mais a laissé l'effet inverse sur les pays exportateurs des matières premières. Après avoir reculé pendant deux années consécutives (28 et 29), dans l'ensemble l'équilibre du compte courant dans le monde est resté excédentaire, mais la reprise partielle en 21 n'a pas été suffisante pour atteindre son niveau en 27. Un des gros dégâts de la récente crise financière et la récession mondiale a été la situation budgétaire des gouvernements du monde entier. Le déficit budgétaire global de l'économie mondiale est passé de 2 pour cent du PIB en 28 à 6,7 pour cent en 29; dans les pays développés, de 3,6 pour cent du PIB en 28 à 8,8 pour cent en 29; dans les économies émergentes de,6 pour cent à 4,9 pour cent, et dans les pays exportateurs de pétrole d'un excédent de 4,7 pour cent en 28 à un déficit de 4,4 pour cent du PIB en 29. Les soldes budgétaires se sont détériorés en grande partie en raison de la diminution des recettes fiscales et l augmentation des dépenses pour les opérations de sauvetage ainsi que pour compenser la réduction de la consommation privée et l'investissement. Ces efforts ont aidé l'économie mondiale afin d'éviter une dépression plus profonde, mais ils ont soulevé des inquiétudes dans les pays développés au sujet de la viabilité de la dette, en particulier dans la périphérie zone euro et Japon. Inflation et Chômage En raison de la demande en baisse et les prix des matières premières, l'inflation globale a chuté de 6 pour cent en 28 à 2,5 pour cent en 29. Malgré les récentes hausses des prix des matières premières, l'inflation globale a augmenté de 3,7 pour cent en 21 mais demeure inférieure à son niveau de 28, en partie en raison des restrictions aux augmentations de salaires et une politique macro-économique serrée dans les pays avancés et en développement. Comme la demande rebondit, un taux d'inflation prévu de près de 7 pour cent est susceptible d être réalisé dans les pays en développement en 2

12 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL En présence de taux élevés de chômage et l'excès des capacités de production industrielle, l'inflation dans les économies développées devrait rester autour de 2 pour cent en 211 et 212. Le total du taux de chômage mondial a augmenté de 5,6 pour cent en 27 à 6,3 pour cent en 29, et, malgré la croissance économique modeste en 21, il a été estimé à 6,2 pour cent, un taux qui est encore bien supérieur au taux de 5,6 pour cent en 27. Les prix de la plupart des groupes de produits ont au moins doublé depuis 2 jusqu'à la crise et plus que quadruplé pour certains produits. Malgré de fortes réductions pendant la crise, les prix atteignent en mai 211 à peu près les mêmes niveaux en 28 avant que la crise a lieu. Rapidement une demande croissante des pays en développement et relativement une demande stable des pays développés pourrait pousser les prix encore en place en 211, mais une incertitude économique en cours va apparemment éviter des augmentations importantes des prix de la plupart des produits dans les années suivantes. Flux de Capitaux En raison de la crise financière et la récession mondiale, les flux d'ide dans le monde ont chuté à 1,19 billions de dollars en 29 après presque le seuil de 2 billions de dollars en 27. En 21, les flux mondiaux d'ide ont progressé de 5 pour cent pour atteindre 1,24 billions de dollars, tandis que ceux des économies en développement ont dépassé pour la première fois la barre des 5 pour cent des flux mondiaux d'ide. Cependant, les flux d'ide à la fin de 21 étaient encore quelque 15 pour cent en dessous de leur moyenne d'avant la crise de 1,472 billions de dollars et près de 37 pour cent en dessous de leur sommet en 27 de 1,971 billions de dollars. En ligne avec l'amélioration des perspectives économiques et d'investissement, en particulier dans les économies émergentes, la tendance des investissements mondiaux en 211 est susceptible d'être à la hausse. Evolution Economique Récente dans les Pays de l'oci Production et Revenu La contribution des pays de l'oci à la production mondiale s'est légèrement améliorée, mais elle est encore sous-potentielle Avec 22,8 pour cent de la population mondiale totale en 21, les 57 pays membres de l'oci, en tant que groupe, ne représentaient que 1,8 pour cent de la production mondiale, en termes de Dollars des US courant et basé sur les PPP. Le FMI voit la part des pays de l'oci dans la production mondiale se bloque autour de cette valeur. La contribution des 21 Pays les Moins Avancés de l'oci est restée inférieure à 1 pour cent en 21. La part des pays de l'oci dans la production totale des pays en développement a diminué de 1,5 pour cent dans la période et une nouvelle baisse est prévue en 211 et

13 RESUME Le différentiel de la production par habitant s'est encore creusé En termes absolus, même si la production totale et par habitant - exprimé en Dollars des US courants et basée sur les PPP - dans les pays de l'oci n'a cessé de croître au cours de la période considérée, d'autres pays en développement et le monde en général ont gardé une meilleure épreuve. Le différentiel de PIB par habitant entre les pays de l'oci et les autres pays en développement a augmenté de 475 $ à $ Le PIB moyen par habitant dans les pays de l'oci a également divergé à partir de la moyenne mondiale comme le différentiel est passé de 571 $ à 598 $ sur la période Les déséquilibres entre les pays membres de l'oci persistent Diverses caractéristiques économiques du groupe des pays de l'oci se manifestent dans des disparités considérables dans les niveaux de production; seuls quelques pays représentent une partie importante de la production totale. Notamment, en 21, le top 1 des pays de l'oci par le volume du PIB a représenté autant que 71,3 pour cent de la production totale du groupe. Le niveau de la production par habitant dans le pays membre le plus riche, d'autre part, était 17 fois plus élevé que la moyenne des pays de l'oci, ce qui signifie les énormes déséquilibres dans les niveaux de vie entre les pays membres. Croissance Economique Les pays de l'oci ont vu une faible reprise après un pendage faible Il est observé que les pays de l'oci se sont rattrapés de l'impact négatif du ralentissement de l'activité économique mondiale, qui avait été déclenché par la crise financière mondiale. Les impacts de la crise financière mondiale sur la croissance économique moyenne dans les pays de l'oci n'ont pas été aussi graves que ceux sur les pays développés, les autres pays en développement et dans le monde en général. En fait, au moment où la crise touche, le monde souffre d'une croissance négative de son PIB, les pays de l'oci ont continué à croître d'environ 2 pour cent. Les pays développés et les pays en développement autres que la Chine et l'inde ont apprécié d importante bouncebacks en 21 en retour de leur choc le plus dure. La production totale des pays de l'oci a progressé de 5,3 pour cent en 21, avec l augmentation la plus rapide, les pays membres de l'oci ont vu leurs taux de croissance impressionnant allant de 7,5 à 16,3 pour cent. Toutefois, les perspectives pour sont en suspens tant que la croissance du PIB dans les pays de l'oci en tant que groupe, est prévue par le FMI à modérer au-dessous de 5 pour cent. La croissance du PIB par habitant n est pas restaurée Bien que le taux de croissance du PIB par habitant soit récupéré de -,2 pour cent en 29 à 3,5 pour cent en 21, il a été plus lent par rapport aux niveaux pré-crise. Dans l'ensemble, le rythme de la croissance du PIB réel par habitant dans les pays membres de 4

14 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 l'oci a suivi de près celle du monde et même comparé favorablement au rythme de croissance dans les pays développés au cours de la période considérée. PIB par Activités Economiques Principales Le secteur des services reprend la tête dans la valeur ajoutée à l'économie Après avoir montré des signes de contraction pendant la période de crise et la diminution résultante de sa part en 28, la part moyenne du secteur des services dans le PIB total des pays de l'oci a commencé à récupérer et le secteur a continué à être la plus importante source de revenus dans les pays de l'oci en tant que groupe en 29. Comme les industries du pétrole incarnent une partie importante de la valeur ajoutée totale par le secteur industriel dans les pays membres, la baisse des prix pétroliers dans le sillage de la crise financière mondiale a entraîné une contraction significative de la part du secteur de l'industrie dans le PIB total des pays de l'oci en 29. PIB par Eléments de Dépenses Principaux Des niveaux élevés de consommation finale entraînent vers le bas les perspectives d une augmentation dans la formation du capital En 29, la consommation finale a continué à être le principal élément de dépenses dans le groupe des pays membres de l'oci, représentant autant que 71,5 pour cent du PIB total du groupe de - 6,2 pour cent de plus que l'année précédente. Notamment, en raison de l'aide extérieure, en Afghanistan, Comores, Guinée-Bissau, République kirghize, Palestine et le Tadjikistan, le total des dépenses de consommation finale, en soi, a dépassé le PIB total du pays. L'augmentation de la part de la consommation finale a été principalement hébergée par une contraction de la part des exportations nettes des pays membres en tant que groupe. Des niveaux élevés de dépenses de consommation finale, d'autre part, empêchent le groupe de pays membres d'investir suffisamment dans les capacités productives. En effet, la part de la formation brute de capital dans le PIB des pays de l'oci en tant que groupe s est améliorée très légèrement, passant de 24,7 pour cent à 24,9 pour cent depuis Inflation Les pressions inflationnistes sont en place pour les perspectives à court terme des pays membres de l'oci L augmentation sans précédent des prix alimentaires et énergétiques au cours de a poussé l'inflation moyenne, dans les pays de l'oci, à un niveau à deux chiffres. La modération observée en 29 et 21 a déjà été remplacé par le signe fort de l'accélération pour 211 comme les prix alimentaires et énergétiques sont de retour sur le rebond et la demande intérieure est réparée. Les perspectives prometteuses pour 212 sont encore vulnérables aux déviations de baisse des prix alimentaires attendue. Le contrôle limité de la politique monétaire, dans les devises de l OCI indexés en dollars, 5

15 RESUME aggrave les inquiétudes sur la capacité des pays membres, exportateurs de pétrole, de réduire leurs taux d'inflation. Commerce Extérieur et Balance du Compte Courant En raison de la crise financière et économique mondiale, le commerce total des marchandises des pays de l'oci a connu une forte baisse en 29. Néanmoins, après un creux, il a commencé à récupérer et a augmenté à 3,2 billions de dollars en 21, en hausse de 2,5 billions de dollars en 29. Mais malgré cette reprise impressionnante il est resté en dessous du niveau pré-crise de 3,4 billions de dollars en 28. En raison de leur forte dépendance au pétrole et autres produits primaires, les exportations des pays membres de l'oci ont connu un déclin plus profond en 29 par rapport aux pays en développement et développés. Néanmoins, la reprise de l'activité économique mondiale et l'augmentation de la demande de pétrole en 21 a entraîné une pente croissance des exportations des pays membres. Du côté des importations, les pays membres de l'oci ont connu un déclin relativement moins en 29 et ont récupéré leurs importations nettement en 21. Parallèlement, la part des pays de l'oci dans le monde et les pays en développement dans les exportations a été enregistrée, respectivement à 11,2 pour cent et 28,9 pour cent en 21, tandis que leur part dans le monde et les pays en développement dans les importations a été enregistrée, respectivement, à 9,7 pour cent et 26,6 pour cent. Semblable aux revenus, le commerce de l'oci est resté très concentré dans quelques pays membres. En 21, le top dix des pays exportateurs représentaient 74,5 pour cent des exportations totales de marchandises du groupe de l'oci alors que le top 1 des pays importateurs a représenté 69,8 pour cent des importations totales de marchandises. Bien que, les pays membres de l'oci ont continué à enregistrer un excédent commercial durant la période 29-21, il a été significativement plus faible par rapport aux niveaux des années précédentes et il ne représentait que 3,6 pour cent de leur PIB en 21 comparé à 8,7 pour cent en 26. Une tendance similaire a également été observée pour la balance des comptes courants des pays de l'oci. En 21, l excédent de la balance des comptes courants des pays membres ne représentait que 3,3 pour cent du PIB, comparé à 1,2 pour cent en 26. Commerce Intra-OCI Après avoir assisté à une tendance croissante au fil des années avant la crise, le volume du commerce intra-oci a baissé à 411 milliards de dollars en 29. Cependant, en parallèle avec l'amélioration du commerce du monde entier, il a rebondi à 533 milliards de dollars en 21. Tout au long de la période 26-21, la part du commerce intra-oci dans le commerce total de marchandises totales de l'oci a continué d'augmenter et il a compté 16,8 pour cent du total du commerce des pays membres en 21, correspondant à une augmentation de,3 points de pourcentage par rapport à 29. Malgré la baisse dans le volume des exportations intra-oci à 195 milliards de dollars en 29, la part des 6

16 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 exportations intra-oci dans les exportations totales de l'oci a augmenté à 15,4 pour cent, ce qui indique que les exportations des pays de l'oci aux pays non-oci ont diminué plus que les exportations des pays de l'oci. En 21, bien que les exportations intra-oci soient récupérées à 251 milliards de dollars, leur part dans les exportations totales de l'oci, cependant, a connu une légère baisse de,4 points de pourcentage. Les importations intra-oci ont également assisté à une tendance à la hausse avant la crise, cependant cette tendance s'est inversée en 29 et sa part dans les importations totales de l'oci a baissé à 17,8 pour cent comparé à 19, pour cent en 28. En 21, les importations intra-oci ont rebondi et ont représenté 18,8 pour cent des importations totales de l'oci. Semblable au total du commerce, le commerce intra-oci est également resté concentré dans quelques pays membres et 75,9 pour cent des exportations intra- OCI ont été entrepris par seulement 1 pays de l'oci en 21. Total des Réserves (à l exception de l Or) Les réserves totales (à l exception de l Or) des pays de l'oci sont passées de,8 billion de dollars en 26 à 1,4 billion de dollars en 21. En revanche, la part des pays de l'oci dans les réserves totales des pays en développement a montré une tendance à la baisse durant cette période. Avec,9 points de pourcentage de baisse à partir de l'année précédente, il a atteint jusqu'à 22,3 pour cent en 21, comparé à 27, pour cent en 26. La majeure partie des réserves totales des pays de l'oci est encore accumulée dans seulement quelques-uns de ces pays où seulement 1 pays représentaient 82,6 pour cent des réserves totales du groupe de l'oci en 21. Les Pays membres de l'oci ont bien fonctionné en termes de réserves équivalant aux importations mensuelles et les réserves accumulées plus élevées que le seuil de trois mois d'importations. À l'exception des Maldives et du Soudan, tous les pays membres avec les données disponibles ont gardé des réserves à la valeur des importations de plus de trois mois en 29. Dette Extérieure et Flux de Capitaux Selon la classification récente de la Banque Mondiale, 22 pays de l'oci sont encore classés comme Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), dont 18 pays sont également classés comme Pays Moins Avancés (PMA). Le stock de la dette extérieure totale des pays de l'oci a montré une tendance croissante au cours de la période En 29, la dette extérieure totale des pays de l'oci s'est élevé à 93 milliards de dollars, avec 1,4 pour cent de plus qu'en 28. Toutefois, le ratio Dette au PIB pour les pays de l'oci et leur part dans la dette totale des pays en développement ont connu une tendance à la baisse dans cette période. La moyenne du ratio Dette au PIB pour les pays endettés de l'oci était de 35,3 pour cent en 25, mais il a régulièrement diminué dans les années suivantes pour atteindre 28,9 pour cent en 29. D'autre part, leur part dans le stock de la dette extérieure totale des pays en développement a également diminué, passant de 28,3 pour cent en 25 à 25,5 pour cent en 29. La baisse de cette part implique que le stock de la dette des pays de l'oci a augmenté moins que d'autres pays en développement. 7

17 RESUME La composition de la dette extérieure totale des pays de l'oci est restée légèrement différente de celle des autres pays en développement. Bien que la dette à long terme représente la plus grande partie de la dette extérieure totale dans les deux groupes, sa part dans les pays de l'oci est restée relativement élevée. Flux de l Investissement Direct à l Etranger Après une baisse en 29, les flux d'ide vers les pays membres de l'oci ont connu une augmentation légère des flux d'ide et ils ont atteint 131,6 milliards de dollars en 21 comparé à 131,2 milliards de dollars en 29. En 21, les flux d'ide vers les pays de l'oci ont compté 11 pour cent du total mondial et 21 pour cent des flux totaux d'ide aux pays en développement. Comme c'était le cas dans la plupart des grands agrégats économiques, les flux d'ide vers les pays de l'oci sont également concentrés dans seulement un peu d'entre eux. En 21, seulement dix pays membres représentaient 73,3 pour cent des flux totaux d'ide à tous les pays de l'oci. Cette tendance montre que la plupart des pays de l'oci sont encore incapables de créer un environnement favorable aux entreprises et des conditions pour attirer plus de flux d'ide. Flux de l Aide Publique au Développement Les flux de l Aide publique au développement (APD) pour les pays en développement, en particulier pour les PMA continuent de constituer une part importante du total des flux financiers nets vers ces pays et jouent un rôle clé dans leur croissance et développement économique. De nombreux pays membres de l'oci en particulier les PMA comptent aussi beaucoup sur l'apd, cependant, au fil des années les flux d'apd vers les pays membres de l'oci ont connu une tendance à la baisse et ils été enregistrés à 44,2 milliards de dollars en 29 comparativement à 53,3 milliards de dollars en 25. En conséquence, la part de l'oci dans le total des flux d'apd pour les pays en développement a également diminué, passant de 61,4 pour cent en 25 à 47,5 pour cent en 29. Cela signifie que les pays membres de l'oci ont reçu moins d'apd par rapport aux autres pays en développement. Les flux d'apd pour les pays membres sont concentrés dans quelques pays, où seulement 1 pays membres ont reçu 6, pour cent du total des flux d'apd vers tous les pays en 29. Par ailleurs, durant la période 25-29, l'apd par rapport au ratio PIB ainsi que les flux d APD par habitant, ont baissé dans tous les pays membres de l'oci. Chômage La récente crise financière mondiale a ralenti le rythme de la croissance économique à travers le globe. En conséquence, des millions de travailleurs ont été mis à pied, ou on a coupé de leurs expériences, salaires et autres avantages dans les heures travaillées. Les pays membres de l'oci n'ont pas fait l exception et près de 31 millions de 628 millions de personnes dans la main d œuvre de l'oci n'ont pas été en mesure de trouver un emploi en 21. Au fil des années, les pays de l'oci ont enregistré une moyenne des taux de chômage des adultes plus importante par rapport à la moyenne du monde et la 8

18 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 moyenne des pays en développement. En 29, le taux de chômage des adultes dans les pays membres de l'oci a été enregistré à environ 5% qui a légèrement baissé à 4,8% en 21. Entre temps, bien que les pays membres aient enregistrés des performances globalement comparables en termes de taux de participation de main-d œuvre masculine, leur performance en cas de taux de participation féminine est restée nettement inférieure. Infrastructures de Transport dans les Pays de l'oci En termes de capacité et de performance, la situation actuelle des réseaux de transport dans les pays de l'oci est encore loin d'atteindre le niveau désiré de l'impact sur les activités de commerce du tourisme intra OCI. Selon les dernières données disponibles, les pays de l'oci ont une longueur totale de réseau de routes de 3,6 millions de km, dont seulement 43% sont pavés. Compte tenu de la superficie totale des terres du pays de l'oci, ce chiffre indique un très faible niveau de densité du réseau routier de seulement 126 km pour 1 km2, comparativement à 268 km dans les pays non-oci en développement, 315 km en moyenne mondiale, et 479 km dans les pays développés. De même, les pays de l'oci, en tant que groupe, sont toujours à la traîne en termes de l'infrastructure du réseau ferroviaire, où leur longueur totale du réseau ferroviaire est à environ 1 milles km, ce qui correspond à la densité ferroviaire moyenne de seulement 3,27 km ligne ferroviaire pour 1 km2 de la superficie. Ce niveau est nettement inférieur à la moyenne mondiale de 9,2 km, la moyenne des pays non-oci en développement de 7,7 km et la moyenne des pays développés de 17,4 km. Le volume total des marchandises transportées via les réseaux ferroviaires dans les pays de l'oci est seulement 337 milliards de tonnes-km par rapport à 6,356 trillions de tonnes-km transportées via le réseau ferroviaire dans les pays non-oci en développement. Lorsque le transport maritime dans les pays de l'oci est considéré, les données disponibles indiquent que la capacité de la flotte totale des pays de l'oci est d'environ 53,1 millions de tonnes, correspondant à seulement 4 pour cent de la capacité totale de la flotte mondiale et 7 pour cent de celle des pays en développement. D'autre part, le nombre d'aéroports internationaux dans les pays de l'oci ont représenté 18 pour cent des aéroports internationaux au total dans le monde, tandis que ceux des pays non-oci en développement représentaient 35 pour cent. Le transport aérien dans les pays de l'oci souffre d une faible densité des avions, ce qui est estimée à seulement 1,2 départ d avions pour 1 personnes par rapport à la moyenne mondiale de 4 départs d'aéronefs et à la moyenne des pays développés de 18,4 départs d avions. En outre, les pays de l'oci, en tant que groupe, ont une moyenne très faible de densité de passagers du transport aérien de 118 passagers par 1 personnes comparativement à 128 chez les pays non-oci en développement, 346 en moyenne mondiale, et 1558 dans les pays développés. Dans les pays de l'oci, les avions emportent, en moyenne, seulement 7 9

19 RESUME milliards de tonnes-km par rapport à 26 milliards de tonnes-km aux pays non-oci en développement. Le faible niveau de capacité de transport dans les pays de l'oci, en tant que groupe, a sans aucun doute, influencé la performance de transport médiocre et l utilisation inefficace des moyens de transport existants, un facteur qui a, entre autres, des répercussions négatives sur les activités commerciales et touristiques dans ces pays. A cet égard, il convient de mentionner que la part du total des exportations des 57 pays membres de l'oci dans le total des exportations mondiales est d'environ 12% et la part de leurs importations se situe autour de 11%. Les délais moyens pour l'exportation et l'importation dans les pays de l'oci, en tant que groupe, ont été estimés à 31 et 35 jours respectivement, comparativement à 25 et 28 dans les pays non-oci en développement et seulement 1 et 11 dans les pays développés. D'autre part, malgré le fait que, en tant que groupe, les pays de l'oci ont un potentiel élevé pour le développement d'un secteur du tourisme international durable, compte tenu de leur actif du patrimoine historique, géographique naturel riche et diversifié, ils représentaient encore une part modeste dans le marché touristique mondial avec environ 14% de la part des arrivées de touristes du monde et presque 12% de la parts des recettes du tourisme mondial. Le rendement faible du transport reflète le manque de moyens de transport adéquats Les faibles chiffres de la capacité de transport observés dans le groupe des pays membres de l'oci se traduisent par l'incompétence en matière de logistique, qui est la colonne vertébrale du commerce. En 29, 35 pour cent des pays membres de l'oci avaient des faibles chiffres de performances logistiques - basé sur l'indice de Performance Logistique - comparativement à 23 pour cent des autres pays en développement. Par ailleurs, à la suite d'une liaison aérienne directe inadéquate et une pauvre connectivité des réseaux ferroviaire dans les Etats membres, la part des pays de l'oci en tant que groupe dans le transport ferroviaire et le transport aérien mondial a continué à être modeste en 29. Tourisme International dans les Pays de l'oci Dans le monde, l'activité touristique internationale a augmenté, au cours des cinq dernières décennies, à des taux substantiels et durables à la fois en termes d'arrivées de touristes et des recettes touristiques. Le nombre d'arrivées de touristes internationaux dans le monde a atteint 88 millions en 29, et les revenus générés par ces touristes, c'est à dire recettes du tourisme international en termes de prix actuels du dollar américain, a atteint 852 milliards de dollar américains, correspondant à $ 2,3 milliards de dollar américains par jour ou 968 $ par l'arrivée du touriste. Pendant ce temps, on observe que, en plus des deux régions développées traditionnellement récepteurs de touristes de l'europe et les Amériques, de nouvelles destinations ont été émergé dans les régions en développement. L activité du tourisme international est même devenue l'une 1

20 RAPPORT ÉCONOMIQUE ANNUEL 211 des principales activités économiques dans de nombreux pays en développement. En particulier, les activités du tourisme international constituent une source importante de recettes en devises et d'emplois dans plusieurs de ces pays. Comme une partie importante des pays en développement, l'activité touristique internationale dans les pays membres de l'oci a été également en croissance substantielle à la fois en termes d'arrivées de touristes et des recettes touristiques. Le nombre d'arrivées de touristes internationaux dans les pays de l'oci a atteint 129,7 millions en 29, correspondant à 14,7 pour cent des parts d arrivées de touristes internationaux dans le monde au total et augmentant par un taux de croissance annuel moyen de 4,9 pour cent durant la période Les revenus générés par ces touristes, à savoir les recettes de tourisme international en termes de prix actuels du dollar américain, atteint $ 19,5 milliards de dollar américain, correspondant à 12,9 pour cent des parts de recettes touristiques totales du monde et augmentant par un taux de croissance annuel moyen de 8,9 pour cent durant la période Cependant, au niveau individuel des pays de l'oci, l'activité touristique internationale à la fois en termes d'arrivées de touristes et des recettes du tourisme est encore concentrée dans quelques pays. Par exemple, en 29, seuls 1 pays de l'oci, à savoir la Turquie, la Malaisie, l'egypte, l'arabie saoudite, Maroc, Tunisie, Indonésie, Syrie, le Koweït et la Jordanie ont accueilli 18.5 million arrivées de touristes internationaux, ce qui correspond à une part de 83,6 pour cent du total marché du tourisme de l'oci. De même, les recettes du tourisme international dans les pays de l'oci sont également concentrées dans quelques pays, la majorité d'entre eux étant les principales destinations touristiques de l'oci, à savoir la Turquie, la Malaisie, Egypte, Maroc, Liban, Indonésie, Arabie saoudite, Syrie, Tunisie et la Jordanie sont le top 1 des pays de l'oci en termes de recettes touristiques. Ce groupe de pays de l'oci a obtenu 94,3 milliards de dollars des Etas Unies comme recettes du tourisme international en 29, correspondant à une part de 86,1 pour cent du total des recettes touristiques de l'oci pour cette année. Comme une tentative d'évaluer le rôle économique du secteur du tourisme international dans les économies des pays de l'oci, la balance du tourisme international a été calculé pour chacun des pays pour lesquels les données pertinentes sont disponibles dans la période en déduisant les dépenses du tourisme international des recettes du tourisme international. La contribution nette du secteur du tourisme international pour les économies des pays de l'oci est ensuite examinée en rapportant la balance du tourisme international en tant que pourcentage du PIB de chaque pays. Le secteur est aussi évalué comme une source de revenus en devises étrangères en rapportant les recettes du tourisme international dans chaque pays, en pourcentage, à ses exportations totales de marchandises dans la même période. Dans ce contexte, il a été observé que le rôle économique du secteur du tourisme international dans les économies des pays de l'oci n'est ni une fonction de la taille ni un niveau de développement de l'économie. Par exemple, avec une moyenne de 43,3 pour 11

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci. Renseignements Généraux

La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci. Renseignements Généraux La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci Renseignements Généraux 1. SESRIC a organisé, en collaboration avec la Banque Centrale de la République de Turquie, la Réunion des Banques

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE AGRICULTURE OIC/COMCEC/30-14/D(30) NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE BUREAU DE COORDINATION DU COMCEC Novembre 2014 COMCEC COORDINATION OFFICE November 2014 NOTE SUR LA COOPERATION AGRICOLE L agriculture

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI ORGANISATION DE LA CONFÉRENCE ISLAMIQUE CENTRE DE RECHERCHES STATISTIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ET DE FORMATION POUR LES PAYS ISLAMIQUES PERSPECTIVES DE L'OCI Juin 8 TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

SESRIC RAPPORT D'ACTIVITÉ MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE L OCI POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DU TOURISME 2014-2015

SESRIC RAPPORT D'ACTIVITÉ MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE L OCI POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DU TOURISME 2014-2015 SESRIC RAPPORT D'ACTIVITÉ MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE L OCI POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DU TOURISME 2014-2015 NEUVIÈME SESSION DE LA CONFERENCE ISLAMIQUE DES MINISTRES DU TOURISME

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

PROBLEMES ET PERSPECTIVES CONCERNANT LE DEVELOPPEMENT DURABLE DU TOURISME DANS LES PAYS DE L OCI AVEC UNE REFERENCE PARTICULIERE A L ECOTOURISME

PROBLEMES ET PERSPECTIVES CONCERNANT LE DEVELOPPEMENT DURABLE DU TOURISME DANS LES PAYS DE L OCI AVEC UNE REFERENCE PARTICULIERE A L ECOTOURISME ESD/CTM03/SM Original: Anglais PROBLEMES ET PERSPECTIVES CONCERNANT LE DEVELOPPEMENT DURABLE DU TOURISME DANS LES PAYS DE L OCI AVEC UNE REFERENCE PARTICULIERE A L ECOTOURISME TROISIEME CONFERENCE ISLAMIQUE

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 BANQUE MONDIALE Bulletin trimestriel d'information économique de la région MENA Bureau de l'économiste en chef Numéro 1 Juillet 2013 Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 FAITS MARQUANTS S'il

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL I.1 - APERÇU GENERAL L'expansion de l'économie mondiale s'est poursuivie à un rythme appréciable en 2006, atteignant 5,4 % contre 4,9 % en 2005. La croissance s'est

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Incidences financières de la baisse des prix du pétrole Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) a pour mandat de présenter au Parlement une analyse

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

Tableau de bord de la compétitivité de l économie belge. 04 Développement durable et cohésion sociale

Tableau de bord de la compétitivité de l économie belge. 04 Développement durable et cohésion sociale Tableau de bord de la compétitivité de l économie belge Executive summary 01 Contexte global 02 Compétitivité prix-coût 03 Compétitivité hors prix 04 Développement durable et cohésion sociale Juin 2015

Plus en détail

L évolution de l économie mondiale et ses répercussions

L évolution de l économie mondiale et ses répercussions 11 L évolution de l économie mondiale et ses répercussions pour l Afrique 1CHAPitre Après la crise économique et financière, l économie mondiale a montré des signes de reprise en 2010, mais des écarts

Plus en détail

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé.

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé. ANNEE 2004 Décembre 2004 : Communiqué du Conseil d'administration de la Banque Centrale de Tunisie, réuni le 9 Décembre 2004 L'environnement international continue à être caractérisé par un ralentissement

Plus en détail

TD6 La balance des paiements

TD6 La balance des paiements TD6 La balance des paiements Banque de France : Balance des paiements et position extérieure de la France (http://www.banque- france.fr/fr/stat_conjoncture/balance/bdppof/bdppof.htm) en milliards d'euros

Plus en détail

Attrait des marchés frontières

Attrait des marchés frontières CONFÉRENCE OFI INNOVATIONS ET RECOMMANDATIONS 2015 OFI ASSET MANAGEMENT Attrait des marchés frontières Zin BEKKALI CEO and Group CIO, SILK INVEST 2 Silk Invest, spécialiste reconnu des marchés frontières

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Le sterling fort ou faible?

Le sterling fort ou faible? Le sterling fort ou faible? La livre sterling se trouve dans une position difficile, prise entre le marteau et l'enclume. D'un côté, la livre est sous-évaluée par rapport à sa juste valeur contre l'euro

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques?

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? par Patrick Artus. Les interventions des banques centrales asiatiques sur le marché des changes visent à soutenir la compétitivité des exportations

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Table des matières En bref 1 Une stagnation des exportations au cours des années 2000 1 Un recul majeur sur le marché

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES Association des économistes québécois Québec, le 16 janvier 2014 Pierre Fournier, Analyste géopolitique 1 États-Unis : Surperformance économique durable,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Une lecture marxiste de la crise

Une lecture marxiste de la crise janvier - N Une lecture marxiste de la crise Notre interprétation de la crise est la suivante : il y a excès mondial de capacité de production, dû essentiellement à la globalisation et à l'investissement

Plus en détail

20 Rapport Annuel 1428H. La liste des PMMA est fournie à la Section II du Chapitre III. 3

20 Rapport Annuel 1428H. La liste des PMMA est fournie à la Section II du Chapitre III. 3 PERFORMANCE ECONOMIQUE ET 1 PRINCIPALES PROBLEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT L Economie mondiale L économie mondiale a enregistré une croissance durable de 4,9 pourcent en 2007. Les crises liées au crédit,

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

A TENDANCES RÉCENTES DU COMMERCE INTERNATIONAL

A TENDANCES RÉCENTES DU COMMERCE INTERNATIONAL I A évolution récente du commerce et quelques TENDANCES RÉCENTES DU COMMERCE INTERNATIONAL 1. Introduction: La croissance du commerce et de la production a été moins rapide en 2 que l année précédente

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail