«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA"

Transcription

1 OAR FIDUCIAIRE SUISSE Monbijoustrasse 20, CP 7956, 3001 Berne Tf , Fx «Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA A Règles générales Le réviseur externe est mandaté par l intermédiaire financier et doit respecter le concept de contrôle OAR. Il procède selon chiffre 6 du concept de contrôle OAR («Méthodologie du contrôle effectué par le réviseur externe»). Le réviseur externe note ses observations de manière neutre dans le formulaire no 8 (rapport de contrôle LBA du réviseur externe) et établit des notes de révisions (formulaire no 19, voir partie B de ce document). Les points suivants sont également à respecter lors de l établissement du rapport de contrôle : a) avant l acceptation du mandat de révision 1. Conditions matérielles et formelles : Le chef de mandat doit faire preuve de qualité d expertréviseur agréé par l ASR et doit être accrédité par l OAR-FIDUCIAIRE SUISSE. L entreprise de révision doit être membre-entreprise de FIDUCIAIRE SUISSE ou de la Chambre Fiduciaire, ainsi qu être accréditée comme entreprise de révision auprès de l ASR. Sans respect de ces conditions, le rapport LBA ne peut être accepté. Le chef de mandat doit être accrédité auprès de l OAR afin que l entreprise de révision puisse être publiée sur la liste des réviseurs externes accrédités. Cette liste est publiée au site de l OAR. 2. Obligation de formation continue LBA : Le réviseur externe (chef de mandat) remplit l obligation de formation continue LBA (une demi-journée tous les 2 ans auprès de l OAR- FIDUCIAIRE SUISSE, chiffre 12 du concept de contrôle OAR). L OAR peut décider de rendre obligatoire un cours supplémentaire pour les réviseurs externes auprès de l OAR- FIDUCIAIRE SUISSE (condition pour le maintien de l accréditation). 3. Connaissances techniques du réviseur LBA : au cas où le réviseur externe remarque suite à la complexité de la matière qu il ne comprend pas l activité professionnelle de l IF ou si il y a des barrières linguistiques, il doit consulter un «expert» ou renoncer au mandat. 4. Indépendance: Le réviseur externe doit être indépendant de l IF contrôlé. Si l indépendance selon les normes professionnelles n est pas assurée, le réviseur externe doit renoncer au mandat de révision. Les mandats réciproques de réviseurs externes sont exclus entre IF affiliés à l'oar- FIDUCIAIRE SUISSE. b) avant la révision 5. Planification du délai de révision: Le délai du contrôle LBA est à fixer avec l IF aussitôt que possible. Dans sa planification, le réviseur externe prend en considération que le rapport doit être établi dans les 6 mois qui suivent la clôture de l exercice annuel (chiffre 8 du concept de contrôle OAR). 6. Responsabilité du chef de mandat : le contrôle LBA doit être effectué par le chef de mandat. Pour des contrôles d un IF avec des structures complexes ou avec beaucoup de mandats LBA, le réviseur externe peut être accompagné par du personnel auxiliaire, pour autant que ce dernier ait les qualifications techniques nécessaires (connaissances de la LBA, cours de base LBA suivi). Le nom du personnel auxiliaire est à indiquer dans le rapport LBA. La responsabilité finale demeure chez le réviseur externe mandaté (signature personnelle du chef de mandat). c pendant la révision 7. Entretien d entrée / description de l activité de l IF: Le réviseur externe doit avoir un entretien avec la personne de contact LBA et le responsable de l entreprise au début de la révision. Le réviseur LBA rédige un texte avec ses propres mots sur l activité professionnelle dans ses notes de révision (formulaire no. 19 voir également chiffre B-1.1. B-1.3. ci-dessous). «Directives de révision LBA» page 1 / 5

2 8. Critères pour le sondage : Le réviseur externe note dans le rapport ses propres critères de sondage concernant le choix des dossiers LBA contrôlés. 9. Accès à la comptabilité de l IF : Le réviseur externe doit consulter la comptabilité de l IF (chiffre 6, al. 5 du concept de contrôle OAR). Il ne s agit pas d une révision selon le CO de la comptabilité, mais de se faire une image sur l activité professionnelle de l IF. Le réviseur externe prend connaissance des comptes de résultats et contrôle par sondage les mouvements sur les comptes bancaires de l IF. Les honoraires concernant les mandats pour les sociétés de domicile sont à contrôler, si ces activités sont retenues comme relations d affaires assujetties à la LBA. Par ce contrôle, le réviseur LBA doit vérifier, si l IF a déclaré tous les mandats LBA. Si l IF refuse l accès à sa comptabilité, le réviseur externe fait une réserve dans son rapport en mentionnant les raisons du refus. Dans ce cas, l OAR ordonne une révision par un réviseur LBA de l OAR au frais de l IF. 10. Analyse des risques : Le réviseur externe explique également avec ses propres mots, pourquoi il estime le risque LBA comme «normal» ou comme «élevé» dans son rapport (voir chiffre 6 du concept de contrôle et la feuille d information «Analyse des risques»). Les remarques sont à placer au formulaire no 8). 11. Appréciation générale : Une appréciation générale de l IF est exigée dans tous les cas. 12. Amélioration : Si le réviseur externe constate des lacunes, celles-ci sont à corriger pendant le contrôle LBA. Si cela n est pas possible, le réviseur LBA peut accorder un délai de 30 jours pour combler les lacunes. Toute amélioration est à vérifier et le résultat de ce contrôle doit être noté dans le rapport. Les délais de remise du rapport au bureau exécutif OAR sont à respecter. d) après la révision 13. Conservation des notes de révision (contenu minimal: voir formulaire no 19) : Les notes de révision et jugements, qui ne sont pas notés dans le rapport de contrôle formulaire no 8, sont à conserver durant 10 ans et doivent être, le cas échéant, mises à disposition de l OAR. Le réviseur externe garde également une copie du rapport de contrôle LBA (form. no 8). Scan : La conservation électronique doit remplir les conditions des art. 9 et 10 de l ordonnance concernant la tenue et la conservation des livres de comptes (Olico, RS ). B Explications concernant le formulaire no Description de l intermédiaire financier 1.1. Description de l activité de l intermédiaire financier Description détaillée, actuelle et complète de l activité globale de l intermédiaire financier, en particulier de l activité LBA. L ensemble des domaines d activité et des services offerts par l intermédiaire financier doivent être présentés et décrits. La mention des buts sociaux tels qu ils apparaissent dans les statuts ou au registre du commerce, de même qu une énumération de style télégraphique ou la reprise de la description de l activité telle qu elle apparaît dans la décision d autorisation ne sont pas suffisantes. En cas de succursales et société de groupe (par exemple, société-fille) ou sociétés auxiliaires à l étranger : Présentation détaillée de la structure du groupe. Explication des activités exercées par les différentes sociétés ou succursales du groupe en Suisse et à l étranger. Informations sur le respect des législations locales (confirmation de l existence des autorisations nécessaires ; les autorisations des sociétés ou des succursales à l étranger peuvent être annexées au rapport) Description détaillée de la structure de la clientèle et sa répartition géographique (en % par région env.) La structure de la clientèle (resp. des ayants-droit économiques) clients suisses, clients étrangers domiciliés en Suisse, clients étrangers et leur origine (Pays) en % par région env., PEP s, clients/investisseurs qualifiés, clientèle de passage, etc.), répartition par personnes physiques ou personnes morales, utilisation de structures complexes, etc. page 2 / 5

3 1.3. Description de l organisation, de l administration et de la direction, ainsi que des collaborateurs (situation au moment du contrôle) Nombre des collaborateurs / nombre des collaborateurs actifs dans le domaine de la LBA / règlement de signature / organigramme Présentation de l organisation de l entreprise, des unités et de l attribution des responsabilités. Veuillez récolter un organigramme complet et actuel de l IF avec les indications sous-mentionnées ou noter les informations comme suit : a) Composition du conseil d administration : Les membres du conseil d administration (associés, commanditaires, etc.) doivent être mentionnés nommément (Nom, prénom, nationalité). b) Composition de la direction : Les membres de la direction doivent être mentionnés nommément (Nom, prénom, date de naissance, nationalité) c) Collaborateur(s) LBA de l IF: Outre à la personne de contact LBA, la ou les personnes assumant une fonction active dans le domaine de la LBA doivent être mentionnées nommément (Nom, prénom, date de naissance, nationalité, qualifications professionnelles et formation) d) Organes de fait: Le réviseur devra examiner si un actionnaire qui n exercerait aucune fonction (conseil d administration ou direction) vu de l extérieur ne devrait pas tout de même être qualifié d organe en raison de son influence directe sur l activité de la société avec nom, prénom, nationalité) Informations sur les changements, touchant l activité LBA, l organisation de l entreprise, le conseil d administration, la direction et la fonction de la personne de contact LBA de l IF durant la période contrôlée (y compris les mutations dans le Registre du Commerce) Y a-t-il eu des changements depuis l affiliation à l OAR ou depuis le dernier audit LBA? Des changements sont-ils en cours ou prévus (membres du conseil d administration, personne de contact, personnes actives dans le domaine de la LBA)? L IF, a-t-il annoncé ces changements à l OAR? Les nouvelles personnes actives dans le domaine de la LBA sont-elles formées concernant la LBA? 1.5. Informations sur les propriétaires actuels de la société et l importance de leur participation Les rapports de propriété et de participation de la société doivent être énumérés. D éventuelles modifications de ces rapports, actuelles ou prévues, seront mentionnées Notes concernant des procédures en cours L IF se prononce au formulaire no 7 (question 2c) si les personnes responsables de l IF (membres du conseil d administration, direction, personne de contact LBA), ont fait l objet d une procédure pénale ou administrative en rapport avec l'exercice de la profession durant la période examinée. Le réviseur externe doit s informer sur d éventuelles procédures en cours actuelles. Il contrôle, lors de la période suivante, si l IF l a mentionné au formulaire no Mesures organisationnelles 2.1. Organisation concernant la liste des mandats LBA de l intermédiaire financier (Structure et contenu de la liste / facilité de contrôle / nombre de mandats interrompus et nouvellement acquis) L IF, gère-t-il une liste des mandats LBA actifs (proposition : form. no 11 de l OAR) et une liste des mandats LBA archivés ou transférés à un autre IF? Concernant le nombre de mandats LBA déclaré par l IF : chaque société de domicile, pour laquelle l IF est enregistré comme membre du conseil d administration compte comme 1 mandat LBA, même si pour plusieurs sociétés de domicile un seul ayant droit économique ou plusieurs ayants droits économiques apparaissent. L IF a-t-il déclaré tous les mandats LBA, y compris les mandats LBA interrompus durant l exercice contrôlé? 2.2. Organisation concernant la catégorisation des risques LBA par l intermédiaire financier L OAR définit des critères minimaux. L IF peut déterminer des propres critères. Dans ce cas, le réviseur externe les énumère. Les critères sont-ils adaptés aux activités, à la structure de la clientèle? Sont-ils effectivement mis en pratique? Qui est compétent et prend la décision d accepter ou de continuer une relation d affaire présentant un risque accru? page 3 / 5

4 2.3. Organisation concernant l obligation de formation continue LBA Cours LBA suivis / organisation de formation interne Il faudra contrôler si les personnes en charge d une activité en matière de LBA disposent de connaissances suffisantes pour mettre en œuvre les devoirs de diligence. De plus, il conviendra d examiner comment ces personnes sont formées au départ puis de manière continue. Enfin, il faudra établir comment ces personnes sont informées des nouvelles réglementations pertinentes pour leur activité. Obligations de formation : a) Cours de base LBA obligatoire: Les personnes de contact LBA des intermédiaires financiers nouvellement affiliés et les nouvelles personnes de contact LBA sont obligées de suivre un cours de base relatif à la LBA dans les 6 mois. Les nouveaux collaborateurs qui gèrent des dossiers LBA doivent être instruits dans les 6 mois ou plus tôt, afin que les obligations de diligences puissent être assurées. b) Cours de formation continue LBA obligatoire : La personne de contact LBA de l IF est obligée de suivre au minimum une fois tous les 2 ans le cours de formation continue de l OAR. Si nécessaire, le comité exécutif OAR ou l office d information OAR peuvent introduire la formation continue obligatoire annuelle pour les personnes de contact (changement de législation importante). L IF doit présenter l attestation concernant la participation au cours de formation continue LBA au réviseur externe. L IF doit ajouter une copie de la participation au cours de formation continue LBA à sa «Déclaration de l intermédiaire financier» (form. no 7) que si ce cours a été suivi ailleurs (autre OAR accrédité par la FINMA) que chez l OAR-FIDUCIAIRE SUISSE Organisation concernant le «recours à un tiers» pour les obligations de diligence Voir chiffre 3.5. du règlement OAR. Si l IF a fait recours à un tiers selon chiffre 3.5. du Règlement OAR, possède-t-il dans son dossier LBA une copie des documents ayant servi à remplir les obligations de diligence (chiffre 3.5. al. 4 Règlement OAR)? 2.5. Organisation concernant l obligation d établir et de conserver les documents Manière d organisation / archive / collaborateurs responsables La qualité des pièces justificatives et l organisation de leur classement est conforme aux dispositions légales. Des tiers experts peuvent se faire une opinion fiable sur les transactions et les relations d affaires, ainsi que sur le respect des dispositions légales et des obligations découlant de la LBA. La conservation des documents est conforme aux dispositions légales. L ensemble de la documentation est conservée dans un lieu sûr et accessible en tout temps, en Suisse. La conservation électronique satisfait aux exigences des art. 9 et 10 de l Ordonnance concernant la tenue et la conservation des livres de comptes (Olico ; RS ). En cas d interruption de mandats LBA, les dossiers LBA sont-ils conservés durant 10 ans en Suisse ou transférés à un autre IF affilié à un OAR (quittance : form. no transfert de dossiers LBA)? 3. Déroulement de révision 3.1. Critères de sondage des dossiers LBA contrôlés Quels sont les critères du choix des dossiers pour le contrôle? 3.2. Informations concernant les dossiers LBA et leur contenu Formulaire no. 12 de l OAR par dossier LBA contrôlé Les dossiers LBA contrôlés sont-ils tenus de manière complète selon les prescriptions des art. 3 7 LBA? L OAR conseille de noter le résultat par dossier LBA sur le formulaire no 12 de l OAR. L IF a-til établi pour chaque dossier LBA un profil du client adéquat aux risques LBA du client (formulaire no 4a ou notes similaires)? L étendue des informations du profil du client à collecter tient compte du risque que représente le cocontractant. Le cas échéant, le réviseur externe note le numéro ou le nom des dossiers LBA incomplets en indiquant les manquements. Si lors de sa révision, le réviseur externe constate chez l IF des lacunes, même minimes, quant au respect des dispositions légales, il doit les mentionner intégralement dans le rapport de révision (rapport de contrôle du réviseur externe formulaire no 8). En cas de lacunes formelles de peu d importance, le réviseur externe peut accorder un délai de 30 jours à l IF pour les corriger. Il doit mentionner les améliorations effectuées dans son rapport (chiffre 7 al. 1 du concept de contrôle OAR). page 4 / 5

5 3.3. Comparaison avec le résultat de la révision LBA de l année précédente Description des constatations relatives aux corrections apportées par l intermédiaire financier aux manquements constatés. Des lacunes ont-elles été constatées lors de l audit précédent? Si oui, l intermédiaire financier a-t-il remédié à ces lacunes? Si l intermédiaire financier a été sommé par l OAR de corriger certains manquements à ses obligations, a-t-il donné suite à cette mesure en conformité avec les exigences de l OAR? 3.4. Comptabilité de l IF et transactions pour des mandats LBA par un de ses propres comptes ou par des comptes à titre fiduciaire hors bilan Chiffre d affaires de l IF total / chiffre d affaires de l IF (env.) réalisé avec les mandats LBA / informations sur la fortune sous gestion en CHF (env.) L IF contrôlé, a-t-il effectué des transactions pour des mandats LBA par un de ses propres comptes ou par des comptes à titre fiduciaire hors bilan? Si oui, le réviseur externe doit prendre en considération au sondage des mandats LBA contrôlés et mentionner le résultat au formulaire no Transactions présentant un risque accru Chiffre du Règlement OAR / transactions contrôlées Si l IF a déclaré au form. no 7 des transactions comportant un risque accru, le réviseur externe doit vérifier, si les obligations de clarifications sont respectées et documentées. Existe-t-il un système de surveillance des relations d affaires et des transactions adapté au déroulement de l activité et à l organisation? Est-il effectivement mis en œuvre? Comment se déroule la surveillance? Qui est responsable de cette surveillance? Décrivez les opérations de révision que vous avez effectuées. L IF est-il conscient que toute transaction en espèce excédant le montant de CHF 100'000 que l IF effectue pour son client, doit être documentée au dossier LBA avec des justificatifs originaux, y compris la clarification de l arrière-plan économique et du but de la transaction Analyse des risques effectuée par le réviseur externe Chiffre 3.1. du rapport LBA (form. No. 8) Le réviseur externe doit consulter la feuille d info de l OAR «Analyse des risques», voir également site internet Link : Feuilles d info. Les réflexions du réviseur externe pour l établissement de l analyse des risques sont à mentionner dans les notes de révision. Dans le form. no 8, l analyse des risques est à indiquer selon les prescriptions y relatives (risque normal / risque élevé). 4. Résultat de révision 4.1. Obligation en cas de soupçon de blanchiment d argent L IF, a-t-il effectué une communication selon art. 9 LBA? Si oui, a-t-il respecté les prescriptions du Règlement OAR? Est-ce que durant vos travaux de réviseur externe, avez-vous détecté des cas pour lesquels une communication aurait dû être faite par l IF au Bureau de communication (MROS)? 4.2. Remarques Remarques de note interne / remarques pour la révision de l année prochaine 4.3. Entretien finale avec l intermédiaire / ouverture du résultat de révision À la fin du contrôle sur place, le réviseur externe informe l IF sur les lacunes existantes et sur les réserves éventuelles avant de rédiger le rapport. En cas de lacunes formelles de peu d importance, le réviseur externe peut accorder un délai de 30 jours à l IF pour les corriger. Le délai de remise du rapport LBA de l OAR est à respecter (chiffre 8 concept de contrôle OAR). Le réviseur externe envoie les originaux des formulaires nos 7 et 8 (non reliés, svp) à l OAR. Il conserve une copie ou un scan des documents. Approuvé par la commission OAR le /ES page 5 / 5

Accréditation des organes de révision LBA externes

Accréditation des organes de révision LBA externes Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d'argent Circulaire 2004/1 du 6 décembre 2004 (Modification

Plus en détail

Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres

Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres Admission et exclusion de membres Extrait du Règlement OAR de l'asg, 3 partie: Admission et exclusion de membres Admission et exclusion de membres [Traduction, le texte allemand fait foi] I. Conditions

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

(Ordonnance 2 de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA- FINMA 2) 1

(Ordonnance 2 de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA- FINMA 2) 1 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur la prévention du blanchiment d argent et du financement du terrorisme dans le domaine des assurances privées (Ordonnance 2 de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. Champ d application. pour des requêtes en autorisation d exercer une activité de représentant de placements collectifs étrangers

GUIDE PRATIQUE. But. Champ d application. pour des requêtes en autorisation d exercer une activité de représentant de placements collectifs étrangers GUIDE PRATIQUE pour des requêtes en autorisation d exercer une activité de représentant de placements collectifs étrangers Edition du 13 juin 2007 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Règlement. l organisme d autorégulation selon la loi sur le blanchiment d argent

Règlement. l organisme d autorégulation selon la loi sur le blanchiment d argent Règlement de l organisme d autorégulation selon la loi sur le blanchiment d argent de VQF Verein zur Qualitätssicherung von Finanzdienstleistungen [Association d assurance-qualité pour les prestations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation d une SICAF et l approbation de ses statuts et de son règlement de placement (Partie I) les modifications au sein de la SICAF (Partie II) Edition

Plus en détail

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE POUR LES FIDUCIES

LISTE DE CONTRÔLE POUR LES FIDUCIES LISTE DE CONTRÔLE POUR LES FIDUCIES Création de la fiducie 1. Le constituant avait la capacité juridique au moment de créer la fiducie, c est-à-dire qu il n était pas un mineur, un failli, ou un incapable

Plus en détail

pour le règlement du Secrétariat et du Bureau de coordination de l OAR/ASSL version 2005

pour le règlement du Secrétariat et du Bureau de coordination de l OAR/ASSL version 2005 Règlement d exécution pour le règlement du Secrétariat et du Bureau de coordination de l OAR/ASSL version 2005 Le Secrétariat de l OAR/ASSL édicte, en vertu du chiffre 4.5 du règlement du Secrétariat et

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience

Validation des acquis de l expérience 1 Guide pour la formation professionnelle initiale 2 Impressum Editeur: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), Berne Version: 1 Langues: d / f / i Date de publication:

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

L E C O N S E I L F E D E R A L S U I S S E

L E C O N S E I L F E D E R A L S U I S S E L E C O N S E I L F E D E R A L S U I S S E Sur recommandation de la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) du.. Sur proposition du DFJP du.. Vu la décision du Conseil fédéral du 24 octobre 2001

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES RESULTATS ET

Plus en détail

Annexe 1 à la circulaire NBB_2013_02

Annexe 1 à la circulaire NBB_2013_02 boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles, le 17 juin 2013 Annexe 1 à la circulaire NBB_2013_02

Plus en détail

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques,

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques, Remarque: Cette version n inclut pas les modifications de la Circulaire Intermédiaire n 339 du 23 Septembre 2013 et de la Circulaire Intermédiaire n 363 du 11 Mars 2014 BANQUE DU LIBAN Circulaire de base

Plus en détail

Convention sur la saisie du temps de travail (CSTT)

Convention sur la saisie du temps de travail (CSTT) Convention sur la saisie du temps de travail (CSTT) Valable à compter du 1 er janvier 2016 Convention sur la saisie du temps de travail A. Dispositions générales 4 B. Renonciation à la saisie du temps

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants

Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants 831.192.1 du 2 décembre 1996 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109,

Plus en détail

REGLEMENT DES EXAMENS FEDERAUX DE MATURITE PROFESSIONNELLE

REGLEMENT DES EXAMENS FEDERAUX DE MATURITE PROFESSIONNELLE Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle REGLEMENT DES EXAMENS FEDERAUX DE MATURITE PROFESSIONNELLE du 22

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9671) sur le réseau communautaire d'informatique médicale (e-toile) (K 3 07) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Chapitre I Dispositions générales Art. 1 Objet

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

Ordonnance concernant les examens externes pour économistes d entreprise

Ordonnance concernant les examens externes pour économistes d entreprise Ordonnance concernant les examens externes pour économistes d entreprise 412.105.7 du 5 mai 1987 (Etat le 5 décembre 2006) Le Département fédéral de l économie 1, vu l art. 50, al. 2, de la loi fédérale

Plus en détail

CDB 08 et CDB 16 Tableau comparatif

CDB 08 et CDB 16 Tableau comparatif et 6 Tableau comparatif Légende: exemple Les parties biffées dans la indiquent les mots ou phrases qui ont été supprimés dans la 6. exemple Les parties surlignées dans la 6 indiquent les mots ou phrases

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC

TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC Montant additionnel ASAP: Non Oui, N o ASAP : VEUILLEZ EPÉDIER CE FORMULAIRE, PAR COURRIER INTERNE, AU SERVICE DES CARTES DE CRÉDIT (934) CARTE DÉTENUE PAR LE CLIENT CARTE

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION 2015 (Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association) DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION Nom de l association : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants?

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? Nous maîtrisons les terrains les plus divers Août 2014 Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? La présente

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE?

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE? DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE Tous les médecins devraient bénéficier d une protection adéquate contre les problèmes médico-légaux pouvant survenir dans l exercice de leur profession. La protection

Plus en détail

asa Directives relatives aux cours de perfectionnement OMCo Ordonnance sur les moniteurs de conduite

asa Directives relatives aux cours de perfectionnement OMCo Ordonnance sur les moniteurs de conduite Formation continue des moniteurs de conduite Weiterbildung Fahrlehrer Formazione continua dei maestri conducenti asa ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE

Plus en détail

Règlement de liquidation partielle de la fondation ou d œuvres de prévoyance de la caisse de pension pro

Règlement de liquidation partielle de la fondation ou d œuvres de prévoyance de la caisse de pension pro Règlement de liquidation partielle de la fondation ou d œuvres de prévoyance de la caisse de pension pro valable au 01.01.2010 caisse de pension pro Bahnhofstrasse 4 Case postale 434 CH-6431 Schwyz t +

Plus en détail

Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue

Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue 1. Généralités Pourquoi existent-ils désormais des prescriptions relatives à la formation continue? Selon le

Plus en détail

Instructions relatives aux «Directives anticipées»

Instructions relatives aux «Directives anticipées» Instructions relatives aux «Directives anticipées» Le texte qui suit est une version abrégée des directives et recommandations médicoéthiques «Directives anticipées». Il ne remplace pas la version intégrale

Plus en détail

Demande au programme de Développement des compétences

Demande au programme de Développement des compétences Avant de commencer Vous devez être un «participant*» au sens de la Loi sur l assurance-emploi du gouvernement fédéral. Vous devez avoir travaillé avec un conseiller en emploi et un gestionnaire de cas

Plus en détail

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Numéro de la recommandation et date REC-2010-1 (29/03/2010) REC-2010-2 (29/03/2010) REC-2010-3 (29/03/2010) REC-2010-4

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Procédure administrative : Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Numéro : PA 6.020 Catégorie : Ressources humaines Pages : 10 Approuvée : le 18 octobre 2010 Modifiée :

Plus en détail

Règlement sur la liquidation partielle et totale. GEMINI Fondation collective

Règlement sur la liquidation partielle et totale. GEMINI Fondation collective Règlement sur la liquidation partielle et totale GEMINI Fondation collective Valable à partir du 1 er janvier 2011 La version originale en langue allemande fait foi dans tous les cas. Table des matières

Plus en détail

1. Prestations de TPA. 2. Conditions d admission au fonds de garantie TPA. 3. Obligations du membre

1. Prestations de TPA. 2. Conditions d admission au fonds de garantie TPA. 3. Obligations du membre Règlement et conditions complémentaires TPA Pour les membres au bénéfice de la couverture des fonds du client proposée par TPA Édition du 17.05.2014 1. Prestations de TPA 1.1. TPA fournit à ses membres

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

POLITIQUE : GESTION DE NUMÉRAIRE ET SÉCURITÉ CODE: FS-9

POLITIQUE : GESTION DE NUMÉRAIRE ET SÉCURITÉ CODE: FS-9 POLITIQUE : GESTION DE NUMÉRAIRE ET SÉCURITÉ CODE: FS-9 Origine : Services financiers Autorité : Résolutions 04-02-25-8; 05-03-30-8.5 Référence(s) : Énoncés de procédures reliées au secteur des jeunes,

Plus en détail

Gestion transparente des rétrocessions: éviter les conflits d intérêts!

Gestion transparente des rétrocessions: éviter les conflits d intérêts! Schweizerischer Pensionskassenverband Association suisse des Institutions de prévoyance Associazione svizzera delle Istituzioni di previdenza Kreuzstrasse 26 8008 Zürich Tél. 043 243 74 15/16 Fax 043 243

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1 Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat Les décisions relatives à la prise en charge d honoraires d avocat sont du ressort du Comité de l Association du Centre genevois

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE DES RESPONSABLES DE GARDE EN MILIEU FAMILIAL

INFORMATIONS SUR LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE DES RESPONSABLES DE GARDE EN MILIEU FAMILIAL INFORMATIONS SUR LE PROCESSUS DE RECONNAISSANCE DES RESPONSABLES DE GARDE EN MILIEU FAMILIAL CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE FAIRE UNE DEMANDE DE RECONNAISSANCE Qu est-ce que le Bureau coordonnateur Enfants

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Sociétés d audit du 29 juin 2005 (Dernière modification : 1 er septembre 2007)

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Sociétés d audit du 29 juin 2005 (Dernière modification : 1 er septembre 2007) Circ.-CFB 05/3 Sociétés d audit Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Sociétés d audit du 29 juin 2005 (Dernière modification : 1 er septembre 2007) Sommaire I. Champ d application

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 PLAN DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 PLAN DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL DE SOUTIEN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 1.0 FONDEMENT L'article 5-7.00 de la convention collective du personnel de soutien établit les règles et principes de base concernant le 2.0 OBJECTIFS

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE

FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Agence canadienne de développement économique du Nord Canadian Northern Economic Development Agency FORMULAIRE DE DEMANDE AU TITRE DU DEE Directives 1. Le formulaire de demande au titre du DEE nous permet

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part,

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part, CONVENTION TYPE DE MEDIATION BANCAIRE (Service Commun de Médiation Bancaire) Entre les soussignés : L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». D une part, Et Monsieur,

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E.

DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E. DEMANDE DE RECEVABILITE ET D EXPERTISE EN VUE D UNE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE V.A.E. [En application de la loi 2002-73 du 17 janvier 2002 et du décret 2002-590 du 24 avril 2002] (ce dossier

Plus en détail

POLITIQUE D ARCHIVAGE

POLITIQUE D ARCHIVAGE DGAL 136 POLITIQUE D ARCHIVAGE 1. CONTEXTE...1 2. OBJECTIFS...2 3. ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE POUR L ARCHIVAGE DE L INFORMATION TOUT AU LONG DE SON CYCLE DE VIE...2 4. MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE D

Plus en détail

DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE

DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE DROIT DE LA PROTECTION DE L ADULTE INFORMATIONS RELATIVES AU MANDAT POUR CAUSE D INAPTITUDE RESPONSABLE: DOMAINE SPÉCIALISÉ PERSONNES ÂGÉES ETAT: AUTOMNE 2012 CURAVIVA Suisse Zieglerstrasse 53 3000 Berne

Plus en détail

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES Nom/prénom : Pseudonyme : Adresse : Téléphone : Ci-après dénommé «LE MANDANT» D UNE PART, ET Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social

Plus en détail

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur

Le cahier des charges doit être rempli par le bénéficiaire et approuvé par l auditeur ANNEXE V FORMULAIRE A CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF AUX FICHES FINANCIÈRES TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

TRADUCTEUR EN LANGUES AFRICAINES (M/F)

TRADUCTEUR EN LANGUES AFRICAINES (M/F) TRADUCTEUR EN LANGUES AFRICAINES (M/F) BRUXELLES MINISTERE DE LA DEFENSE AFG08004 Contexte de la fonction La Défense assure les missions suivantes: la défense du territoire, l organisation de missions

Plus en détail

UNODC/CND/EG.1/2010/2

UNODC/CND/EG.1/2010/2 23 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion du groupe d experts sur la collecte de données Vienne, 12-15 janvier 2010 Point 3 de l ordre du jour provisoire * Contenu et structure d un système révisé,

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

Ordonnance sur les audits des marchés financiers

Ordonnance sur les audits des marchés financiers Ordonnance sur les audits des marchés financiers (OA-FINMA) du... Le Conseil fédéral, vu l art. 38a, al. 3, de la loi du 25 juin 1930 sur l émission de lettres de gage (LLG) 1, vu les art. 127, al. 2,

Plus en détail

Livraisons de médicaments en provenance directe d un entrepôt situé à l étranger

Livraisons de médicaments en provenance directe d un entrepôt situé à l étranger Livraisons de médicaments en provenance directe d un entrepôt situé à l étranger Document valable à compter du: 13.07.2015 N du document: I-SMI.TI.08 Version n 03F Classification: Publique Remplace le

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2012 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2012 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 202 du brevet Prévoyance professionnelle (PP) No de candidat (e) : Durée de l'examen : Nombre

Plus en détail

PROCÉDURE RELATIVE AU CONTRÔLE DE L EFFECTIF SCOLAIRE EN FORMATION GÉNÉRALE ADULTE

PROCÉDURE RELATIVE AU CONTRÔLE DE L EFFECTIF SCOLAIRE EN FORMATION GÉNÉRALE ADULTE En vigueur : 2014-2015 2015-06-23 Approbation : Directeur général PROCÉDURE RELATIVE AU CONTRÔLE DE L EFFECTIF SCOLAIRE EN FORMATION GÉNÉRALE ADULTE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP 1.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant :

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant : FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Vous êtes perdu? Pour des questions relatives à votre formalité : type de formalité à accomplir, difficulté de compréhension ou besoin de précision au cours du dialogue

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

HOTELA Caisse maladie. Statuts

HOTELA Caisse maladie. Statuts 0.0 HOTELA Caisse maladie Statuts Valables dès le er janvier 0 Rue de la Gare 8, Case postale 5, 80 Montreux, Tél. 0 96 49 49, www.hotela.ch Page I. Nom, siège et but Art. Nom, nature juridique, siège

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

Règlement relatif à la qualité de membre

Règlement relatif à la qualité de membre Règlement relatif à la qualité de membre Approuvé par l Assemblée des délégué-e-s Date d entrée en vigueur 12.06.2013 Titre du document OKT_DV_MITGLREGL_130612_F.docx 12.06.2013 Page 1/9 Table des matières

Plus en détail

Questionnaire Multirisques CMI (Garanties Techniques et Financières)

Questionnaire Multirisques CMI (Garanties Techniques et Financières) Questionnaire Multirisques CMI (Garanties Techniques et Financières) 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1 Identification : Nom ou raison sociale : Sigle : Adresse : Code postal : Ville : Adresse e-mail : Tél.

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LA FORMATION CONTINUE 2007 Dernières modifications: 1 er décembre 2014

DIRECTIVES CONCERNANT LA FORMATION CONTINUE 2007 Dernières modifications: 1 er décembre 2014 DIRECTIVES CONCERNANT LA FORMATION CONTINUE 2007 Dernières modifications: 1 er décembre 2014 EXPERTsuisse, Limmatquai 120, 8001 Zurich www.expertsuisse.ch SOMMAIRE Page I BUT / DOMAINE D APPLICATION 3

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux

Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux (O-SIGEXPA) du 1 er septembre 2010 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 32, al. 1, de la loi du

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

TITRE DE VOTRE PROJET

TITRE DE VOTRE PROJET TITRE DE VOTRE PROJET Merci de rédiger votre projet à l encre noire. En quelques mots, de quoi s agit-il? Expliquez les grandes lignes de votre projet Nombre de participants : Date de réalisation du projet

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider

Nous sommes là pour vous aider Nous sommes là pour vous aider N 50717#03 Demande de fixation d une contribution aux charges du mariage. (Article 214 du Code Civil, Articles1070 à 1074, 1137 et suivants du Code de Procédure Civile 1

Plus en détail

Arcabase bvba Manuel d utilisation Formulaire d Inscription Candidats MANUEL D UTILISATION FORMULAIRE D INSCRIPTION CANDIDATS

Arcabase bvba Manuel d utilisation Formulaire d Inscription Candidats MANUEL D UTILISATION FORMULAIRE D INSCRIPTION CANDIDATS 1 MANUEL D UTILISATION FORMULAIRE D INSCRIPTION CANDIDATS Le formulaire d inscription contient 5 étapes: Données personnelles ; Etudes achevées ; Activités actuelles ; Aperçu ; Upload documents et frais

Plus en détail

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Tout Office de Tourisme souhaitant obtenir ou renouveler la marque QUALITE TOURISME doit faire l objet d un audit réalisé par un auditeur

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

Norme d audit suisse. Vérification de l existence. du système de contrôle interne (NAS 890)

Norme d audit suisse. Vérification de l existence. du système de contrôle interne (NAS 890) Norme d audit suisse Vérification de l existence du système de contrôle interne (NAS 890) La présente Norme d audit suisse (NAS) a été approuvée par le Comité de la Chambre fiduciaire en date du 17 décembre

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Guide du nouveau certificat de salaire Sage Start Adaptations au 01.01.2016

Guide du nouveau certificat de salaire Sage Start Adaptations au 01.01.2016 Guide du nouveau certificat de salaire Adaptations au 01.01.2016 Cm 17 Les indemnités de trajet: si l employeur paye la totalité de ses frais de trajets à l employé la somme correspondante ne doit pas

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

Profil de formation et des prestations part 1 pour la formation initiale en entreprise Employé/Employée de commerce CFC «Services et administration»

Profil de formation et des prestations part 1 pour la formation initiale en entreprise Employé/Employée de commerce CFC «Services et administration» Profil de formation et des prestations part 1 pour la formation initiale en entreprise Employé/Employée de commerce CFC «Services et administration» Personne en formation: Nom/Prénom Date de naissance:

Plus en détail

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune Règles-cadres pour la reconnaissance de l'autorégulation en matière de gestion de fortune comme standard minimal Référence : Circ.-FINMA 09/1

Plus en détail

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance

Circulaire d'information à toutes les institutions de prévoyance AUTORITÉ CANTONALE DE SURVEILLANCE DES FONDATIONS ET DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Rue du Stand 26 CP 3937 1211 Genève 3 Tél. 022 / 546.05.00 Fax 022 / 546.05.13 Circulaire d'information à toutes les

Plus en détail