La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail"

Transcription

1 DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il peut s'agir de créations techniques, protégées par brevet et dont la propriété est réglée au travers des dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle relatives aux inventions de mission et hors mission.(art. L 611-7) Il peut encore s'agir de marques ou de modèles.. Pour mémoire, quand la création concernée est une marque ou un modèle déposé, les articles L et L du code de la propriété intellectuelle entraînent une présomption de propriété au profit du déposant. Il peut s'agir enfin de créations au sens du droit d'auteur Seul le sort de la propriété de ces dernières sera ici examiné. Cette question peut s'appréhender sous deux angles ; en premier lieu vis-à-vis des tiers à l'entreprise ou bien encore dans les relations entre salariés et employeur. Vis-à-vis des tiers, on rappellera que la jurisprudence a évolué dans un arrêt Aréo du 24 mars 1993 (Cass civ 1ère, 24 mars 1993, RIDA n 158 octobre 1993 p. 200 ; v. également Cass civ 1ère, 3 juillet 1996, RIDA n 171 janvier 1997 p. 315 et Cass civ 1ère, 10 février 1998, Rambour n G , inédit). Elle pose désormais une présomption de titularité au profit des personnes morales qui est la suivante : "La personne morale qui divulgue et exploite sous son nom une oeuvre est présumée, à l'égard des tiers contrefacteurs, être titulaire sur cette oeuvre du droit de propriété incorporelle de l'auteur". Cette présomption ne vaut bien entendu qu'à l'égard des tiers contrefacteurs et ne règle pas la question entre la personne morale et son salarié. On s'attachera donc à déterminer la propriété des droits sur les créations dans les relations entre employeurs et salariés. Contrairement à une idée relativement répandue, l'existence d'un contrat de travail n'emporte

2 aucun transfert de propriété au bénéfice de l'employeur. Ce principe contient néanmoins des exceptions. I. Le principe : L'absence de transfert de propriété au bénéfice de l'employeur. Les textes, tout comme la jurisprudence, s'opposent à un tel transfert. On examinera le contenu de ce principe au travers des textes et de la jurisprudence. On verra ensuite que ce principe connaît une limite. A - Contenu du principe. 1 - Les textes Il s'agit en premier lieu de l'article L alinéa 3 et L alinéa 1 du Code de la Propriété Intellectuelle. L'article L alinéa 3 prévoit en effet que "l'existence ou la conclusion d'un contrat de louage d'ouvrage ou de service par l'auteur d'une oeuvre de l'esprit n'emporte aucune dérogation à la jouissance du droit reconnu par l'alinéa 1er". Quant à l'article L alinéa 1, il dispose que "la transmission des droits de l'auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l'objet d'une mention distincte dans l'acte de cession et que le domaine d'exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée." Deux conclusions peuvent être tirées de ces textes. En premier lieu, le contrat de travail n'emporte pas de cession automatique des créations du salarié au bénéfice de l'employeur. De plus, la cession de ces droits doit répondre à des conditions précises. On peut ensuite se demander si la prévision dans le contrat de travail d'une cession des droits assortie de toutes les conditions légales est suffisante pour réaliser la cession des droits sur toutes les créations que le salarié va réaliser au cours de son contrat de travail. Toutefois l'article L prévoit quant à lui que la cession globale des oeuvres futures est nulle. Ainsi la cession de droits sur des oeuvres non réalisées est interdite dans son principe. Dès lors, la prévision dans le contrat de travail de dispositions particulières relatives au bénéfice de l'employeur la cession des droits des oeuvres qui seront réalisées par le salarié paraît très difficile à mettre en oeuvre légalement. Il faut donc s'interroger sur les solutions qui ont pu être adoptées par la jurisprudence.

3 2 - La jurisprudence Après une période de fluctuation, la jurisprudence a été fixée par un arrêt de la Cour de Cassation en date du 16 décembre La Cour Suprême décide ainsi que "l'existence d'un contrat de travail conclu par l'auteur d'une oeuvre de l'esprit n'emporte aucune dérogation à la jouissance de ses droits de propriété incorporelle, dont la transmission est subordonnée à la condition que le domaine d'exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée" (Cass civ 1ère, 16 décembre 1992, D-93, IV, n 549). Auparavant un arrêt de la Cour de Cassation en date du 11 avril 1975 avait imposé la rédaction d'un contrat distinct du contrat de travail pour l'exploitation des droits d'auteur. Cette jurisprudence a depuis été confirmée par différentes décisions (CA Paris 5 mars 1990, Cah. D.A. Septembre 90, p. 17 ; CA Paris 17 janvier 1995 RIDA n 165 p. 332 ; Cass civ 1ère 21 octobre 1997, D 97, IV, 2390). En revanche, il n'existe pas à notre connaissance de jurisprudence récente qui se soit prononcée sur la validité dans un contrat de travail des dispositions prévoyant la cession des oeuvres créées par le salarié. Toutefois, on peut penser que les principes posés par la jurisprudence ancienne en la matière restent applicables. Notamment, la cession par un artiste de ses oeuvres futures limitée à une période déterminée a été considérée comme valable. (CA Aix 23 février 1965 GP 65 I 316). De plus, la cession d'oeuvres non encore réalisées mais identifiées notamment par leur thème est également possible. Ainsi, la cession des droits entre le salarié et son employeur doit par principe faire l'objet d'un contrat ou de dispositions spécifiques mais ne résultent pas de la seule existence d'un contrat de travail. Cette cession doit également répondre à des conditions précises, dont la mise en oeuvre au travers d'un contrat de travail est susceptible d'être contestée. Le principe ainsi exposé contient de plus une limite. B. La limite La limite à ce principe tient à ce que tous les droits portant sur une oeuvre ne peuvent être cédés. Seuls peuvent l'être les droits patrimoniaux mais non pas le droit moral. En effet, l'article L dispose : "l'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible...". Les articles L et L prévoient également un droit de divulgation ainsi qu'un droit de repentir ou de retrait. Ces articles définissent ainsi le contenu du droit moral et ses caractéristiques.

4 Le droit au nom implique ainsi que l'auteur de l'oeuvre peut exiger que son nom et sa qualité soient portés sur toute reproduction ou utilisation de l'oeuvre. De même l'auteur a droit au respect de son oeuvre, ce qui veut dire que l'utilisation qui en est faite doit être conforme à la destination de l'oeuvre. Ainsi on ne peut modifier le contenu de l'oeuvre sans le consentement de l'auteur. En matière artistique, la jurisprudence admet toutefois dans certains cas de légères modifications en raison d'impératifs techniques. Le droit de divulgation est le droit de livrer l'oeuvre au public. Quant au droit de repentir ou de retrait, il s'agit du droit de retirer l'oeuvre au public à charge pour l'auteur d'indemniser préalablement le cessionnaire du préjudice que ce repentir ou ce retrait lui fait subir. Si ces prérogatives qui restent celles de l'auteur peuvent paraître très larges, leur exercice fait cependant l'objet d'un contrôle par les tribunaux qui en sanctionnent l'exercice abusif par l'auteur. Ultérieurement, ce sont le droit au nom et le droit au respect de l'oeuvre qui feront le plus souvent l'objet de litige, principalement lorsque l'employeur entend adapter l'oeuvre créée par son salarié et surtout lorsque celui-ci ne fait plus partie de l'entreprise. Le principe de non-dévolution sauf contrat des droits à l'employeur connaît cependant deux exceptions. II. Les exceptions Elles tiennent de la nature des oeuvres concernées. Dans un cas, il s'agit de l'oeuvre collective. Dans l'autre, depuis une loi du 3 juillet 1985, il s'agit des logiciels. A. L'oeuvre collective La définition de l'oeuvre collective résulte de l'article L alinéa 3 du code de la propriété intellectuelle et sa propriété est réglementée par l'article L de ce même Code. 1. Définition "Est dite collective l'oeuvre créée sur l'initiative d'une personne physique ou morale qui l'édite, la publie et la divulgue sous sa direction et son nom et dans laquelle la contribution personnelle des divers auteurs participant à son élaboration se fond dans l'ensemble en vue duquel elle est conçue, sans qu'il soit possible d'attribuer à chacun d'eux un droit distinct sur l'ensemble réalisé". Il s'agit là en réalité d'une sorte d'oeuvre anonyme et notamment cette qualité est traditionnellement reconnue aux dictionnaires et aux encyclopédies dans la conception desquels la part de chaque intervenant ne peut être définie.

5 Par ailleurs, cette qualité a été retenue pour différentes créations créées par des salariés groupés dans le cadre de bureaux de style (v. Ainsi Cass. Crim 1er mars 1977, D 78, 223). Néanmoins, la tendance de la jurisprudence est d'apprécier de manière restrictive cette qualité qui doit être considérée comme exceptionnelle dans l'esprit de la loi (v. Cass Civ 6 novembre 1979, JCP 80, IV, 26 ; Cass Com. 7 avril 1987, JCP 87, 20868). 2. Propriété des droits "L'oeuvre collective est, sauf preuve contraire, la propriété de la personne physique ou morale sous le nom de laquelle elle est divulguée. Elle est investie des droits de l'auteur" (art. L 113-5). Cet article règle sans aucun doute la propriété des droits patrimoniaux qui vont appartenir dans le cas qui nous intéresse à l'employeur. Cependant une décision récente relative à la diffusion sur internet d'un journal, tout en rappelant que le journal est une oeuvre collective a néanmoins décidé que cette diffusion était soumise à autorisation des auteurs, c'est-à-dire des journalistes (TGI, Strasbourg, référé 3 février 1998, RIDA p. 466). Enfin, la question est très controversée s'agissant du droit moral. B - Les logiciels Depuis la loi du 3 juillet 1985 modifiée par la loi du 10 mai 1994, les logiciels font l'objet de dispositions légales relatives à leur protection et à leur propriété. En premier lieu, conformément à la jurisprudence dominante rendue avant l'entrée en vigueur de la loi de 1985, les logiciels sont protégés par le droit d'auteur, sous réserve de leur originalité. Par ailleurs, l'article L dispose : "Sauf dispositions statutaires en stipulations contraires, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créés par un ou plusieurs employés dans l'exercice de leurs fonctions ou d'après les instructions de leur employeur sont dévolus à l'employeur qui est seul habilité à les exercer". Ces dispositions s'appliquent également aux agents de l'etat, des collectivités publiques et des établissements publics à caractère administratif. Il est à noter d'une part que cette exception s'applique uniquement aux logiciels créés après l'entrée en vigueur de la loi. S'agissant des logiciels créés avant l'entrée en vigueur de la loi, les solutions précédemment rappelées restent applicables (Cass civ 1ère, 16 décembre 1992, JCP et G. 93, IV n 549 p. 63).

6 D'autre part cette exception concerne les logiciels créés par des employés. Elle ne règle pas le sort des logiciels créés sur commande par des tiers non employés. Par ailleurs, le droit moral du salarié est également aménagé (article L 121-7). Celui-ci ne peut en effet s'opposer à la modification du logiciel sauf si celle-ci porte atteinte à son honneur ou à sa réputation. Il ne peut non plus exercer son droit de repentir ou de retrait. CONCLUSION On le voit, la titularité des droits sur les créations des salariés est susceptible de créer différents conflits selon la nature du droit en cause (moral ou patrimonial) ou la nature des créations. Pour éviter des litiges, la meilleure solution reste la conclusion par écrit d'un contrat de cession, conformes aux dispositions légales relatives notamment à la définition des droits cédés. On a vu que les dispositions relatives à la nullité de la cession globale des oeuvres futures impliquaient qu'une attention particulière soit portée à la rédaction du contrat de travail pour le cas où celui-ci contiendrait des dispositions relatives à la cession des créations du salarié. Ainsi, on conseillera si le contrat est à durée indéterminée de prévoir précisément le domaine d'action créative du salarié et par avenant si besoin est le descriptif des créations qu'il doit réaliser. Quoi qu'il en soit, la meilleure solution est encore de prévoir également des contrats ponctuels confirmatifs de cession une fois les créations réalisées, ce qui permettra de les identifier précisément et de préciser leur date de création. Aurélia MARIE CABINET BEAU DE LOMENIE 2000

Le droit du "design"

Le droit du design Table des matières Le droit du "design" 5 - Les contrats liés au design 5.1 - La cession d'un design. 5.2 - Le contrat de commande. 5.3 - licences. 5.4 - design et créations des salariés. 5.4.1 - La création

Plus en détail

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques DROIT > Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques Décembre 2014 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Principes de base du droit d auteur

Principes de base du droit d auteur PROTECTION ET VALORISATION DES RÉSULTATS SCIENTIFIQUES NON- BREVETABLES UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Principes de base du droit d auteur Pr Jacques Larrieu, UT1Capitole PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Propriété industrielle

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

INTRODUCTION A LA PROPRIETE INTELLECTUELLE TITRE DE LA PRÉSENTATION 1 INTRODUCTION A LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Soizic LEFEUVRE/Karim TADRIST NOVEMBRE 2015 LE DROIT D AUTEUR UNE IDEE QUI VIENT DE LOIN 2 LES ORIGINES DU DROIT D AUTEUR Genèse Historique

Plus en détail

N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI

N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, portant mise en œuvre de la directive n 91/250/C.E.E.

Plus en détail

La valorisation des logiciels au CNRS. Pascaline Toutois Service Partenariat et Valorisation CNRS Rhône-Auvergne

La valorisation des logiciels au CNRS. Pascaline Toutois Service Partenariat et Valorisation CNRS Rhône-Auvergne La valorisation des logiciels au CNRS Pascaline Toutois Service Partenariat et Valorisation CNRS Rhône-Auvergne Formation pour le developpement et la ValOrisation des Logiciels en environnement de recherche

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE source http://www.upp-auteurs.fr Droit d'auteur Le droit d'auteur constitue une branche de la propriété littéraire et artistique. Il a pour vocation de fixer un cadre juridique

Plus en détail

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES Avant de pouvoir clairement distinguer les différents types de création dont vos salariés peuvent être les auteurs, et leurs régimes juridiques distincts, il convient

Plus en détail

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS REMARQUES GÉNÉRALES «Les droit attachés à une demande de brevet ou à un brevet sont transmissibles en totalité ou en partie. Ils peuvent faire l'objet, en totalité

Plus en détail

Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique. L exemple du brevet

Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique. L exemple du brevet Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique L exemple du brevet Disparité entre l approche grand public et les définitions juridiques POUR LE PUBLIC, la contrefaçon est identifiée au commerce d

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DES DROITS D AUTEUR

CONTRAT DE CESSION DES DROITS D AUTEUR CONTRAT DE CESSION DES DROITS D AUTEUR ATTACHÉS A L ILLUSTRATION COMMANDÉE PAR L INTERMEDIAIRE DU SITE INTERNET www.unikness.com ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Ci-après dénommé «Le CEDANT» D UNE PART, ET Ci-après

Plus en détail

O LEMON - MENTIONS LÉGALES

O LEMON - MENTIONS LÉGALES O LEMON - MENTIONS LÉGALES Préambule O lemon est une société par actions simplifiées au capital de 1 200 Euros, dont le siège social est situé 4 rue Paul Baudry 75008 PARIS, immatriculée au registre du

Plus en détail

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation Conseil d'administration DOC. 17.908bis/CA/18.11.2015 Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège 1. Règlement général : actualisation

Plus en détail

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE TRIBUNAL D E GRANDE INSTANCE DE PARIS a 3ème chambre 2ème section N RG : 12/10772 N MINUTE 3 Assignation du : 18 Juillet 2012 JUGEMENT rendu le 18 Octobre 2013 DEMANDEUR Monsieur Dominique-Paul VINET 1326

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail

Journée géomatique 16/12/2013

Journée géomatique 16/12/2013 Journée géomatique 16/12/2013 Comment garantir le partage de l'information géographique? Maÿlis RIGOT (Juriste) / Elodie GONDRAN (géomaticienne) Qui a le droit d'utiliser, de diffuser les données dans

Plus en détail

CHARTE ET CESSION DE DROITS

CHARTE ET CESSION DE DROITS CHARTE ET CESSION DE DROITS Comment participer? La contribution à «MonGravenchon» est simple : Vous êtes invité(e) à rédiger un ou des articles concernant l Histoire de Notre-Dame-de-Gravenchon et à déposer

Plus en détail

QUELS DROITS POUR LES AUTEURS DE LOGICIELS? Les Matinales du S.A.I.C. Soizic LEFEUVRE Responsable de la Cellule Contrats du Service d Activités Industrielles et Commerciales de l Université Paris-Sud 11

Plus en détail

Le droit des logiciels

Le droit des logiciels Le droit des logiciels Valérie HOSPITAL CNRS/DAJ Les Rencontres CNRS de l Innovation «Collaboration public - privé pour la valorisation de logiciels» - 15 juin 2011 LE DROIT LIE AUX LOGICIELS Protection

Plus en détail

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014

CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 CORRIGÉ DU DEVOIR D0021-2014 1 - CAS PRATIQUE Vous allez avoir la tâche aussi nécessaire que délicate de revoir votre P.-D.G. pour lui dire si son approche peut être retenue. Que lui dites-vous? Un accord

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Préambule ACCORD CADRE SUR LES DROITS D AUTEUR DANS LA PRESSE QUOTIDIENNE REGIONALE

Préambule ACCORD CADRE SUR LES DROITS D AUTEUR DANS LA PRESSE QUOTIDIENNE REGIONALE ACCORD CADRE SUR LES DROITS D AUTEUR DANS LA PRESSE QUOTIDIENNE REGIONALE Préambule Les signataires du présent accord constatent que le développement des nouvelles technologies multiplie les possibilités

Plus en détail

Le droit d auteur et sa mise en œuvre par les enseignantschercheurs. Eric Heilmann avril 2013 Bordeaux

Le droit d auteur et sa mise en œuvre par les enseignantschercheurs. Eric Heilmann avril 2013 Bordeaux Le droit d auteur et sa mise en œuvre par les enseignantschercheurs Eric Heilmann avril 2013 Bordeaux Introduction : la propriété intellectuelle 1. A quelles conditions? L originalité 2. Pour qui? L auteur

Plus en détail

LES CONSEILS DE NOTRE AVOCAT EN DROIT D AUTEUR : CE QU IL FAUT SAVOIR!

LES CONSEILS DE NOTRE AVOCAT EN DROIT D AUTEUR : CE QU IL FAUT SAVOIR! Fiche juridique : droit d auteur. NOTRE AVOCAT : Maître Tamara BOOTHERSTONE est avocat au Barreau de Paris depuis plus de 10 ans. Elle a fondé le cabinet BOOTHERSTONE AVOCAT, un cabinet à taille humaine,

Plus en détail

III ANNEXES: Modèles de contrats et de lettres

III ANNEXES: Modèles de contrats et de lettres 71 III ANNEXES: Modèles de contrats et de lettres 1. Autorisation pour l'utilisation de textes (reproductions sur un support en ligne ou hors ligne, modifications, traductions etc.) modèle de contrat de

Plus en détail

LA PROTECTION DU DESIGN

LA PROTECTION DU DESIGN Cabinet BLEGER-RHEIN Conseils en Propriété Industrielle LA PROTECTION DU DESIGN CLUB PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE ALSACE 4 juin 2008 CCI de Mulhouse 10 juin 2008 CCI de Strasbourg Cabinet Bleger-Rhein 2008 1

Plus en détail

Code de la propriété intellectuelle Sommaire du code et extraits de la partie législative

Code de la propriété intellectuelle Sommaire du code et extraits de la partie législative Code de la propriété intellectuelle Sommaire du code et extraits de la partie législative Code de la propriété intellectuelle Extraits de la partie législative GR 20101125 Page 1 / 16 CODE DE LA PROPRIETE

Plus en détail

DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS

DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS DIRIGEANTS ET DELEGATION DE POUVOIRS 08/06/2015 Les représentants légaux de toute société peuvent déléguer à d autres personnes de leurs choix le pouvoir d accomplir, au nom de la société, certains actes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE L'agence POINT CARDINAL est une agence de création de packaging, de marque, d'identité visuelle et d'édition. L'agence POINT CARDINAL peut aussi accompagner ponctuellement

Plus en détail

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier -17- TABLEAU COMPARATIF Code de la propriété intellectuelle Article Premier Article Premier Art. L. 112-3 Les auteurs de traductions, d'adaptations, transformations ou arrangements des oeuvres de l'esprit

Plus en détail

Les droits d auteur des universitaires. Eric Heilmann UTBM-Bibliest (mars 2013)

Les droits d auteur des universitaires. Eric Heilmann UTBM-Bibliest (mars 2013) Les droits d auteur des universitaires Eric Heilmann UTBM-Bibliest (mars 2013) Introduction En matière de création intellectuelle, le droit commun est celui de la liberté : «les idées sont de libres parcours»

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/02.283 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Patrimoine - Inventaire - Conventions entre le Ministère de la Culture et la Région Languedoc-Roussillon LE CONSEIL

Plus en détail

Conférence relative à la mise en œuvre de la Directive 95/46 du 24 octobre 1995, Bruxelles, 30 septembre / 1 er octobre 2002

Conférence relative à la mise en œuvre de la Directive 95/46 du 24 octobre 1995, Bruxelles, 30 septembre / 1 er octobre 2002 Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Conférence relative à la mise en œuvre de la Directive 95/46 du 24 octobre 1995, Bruxelles, 30 septembre / 1 er octobre 2002 Intervention de M. Hubert

Plus en détail

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CONSEQUENCES DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (EPCI) A FISCALITE PROPRE SUR LES PERSONNELS EMPLOYES PAR CES ETABLISSEMENTS L article

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL LIBRE CeCILL

CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL LIBRE CeCILL CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL LIBRE CeCILL Avertissement Ce contrat est une licence de logiciel libre issue d une concertation entre ses auteurs afin que le respect de deux grands principes préside à

Plus en détail

Conditions Générales. Candidat : désigne l Utilisateur du Service ayant déposé des Documents sur la Plate- Forme.

Conditions Générales. Candidat : désigne l Utilisateur du Service ayant déposé des Documents sur la Plate- Forme. La Caisse des dépôts et consignations propose sur la plate-forme internet accessible via le lien ci-après, http://cdcinvestissementsdavenir.achatpublic.com/accueil/, un service en ligne de consultation

Plus en détail

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions LA 26 juin COUR 2001. DE Arrêt CASSATION, n 3096. Cassation CHAMBRE partielle. SOCIALE. Formation de section. BULLETIN Pourvoi n 99-18.249. CIVIL. 57117 l'agence Sur le pourvoi Montoy-Flanville, de maintenance

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

Contrat de diffusion par voie électronique, en ligne, d une thèse soutenue à l Université MONTESQUIEU BORDEAUX IV

Contrat de diffusion par voie électronique, en ligne, d une thèse soutenue à l Université MONTESQUIEU BORDEAUX IV Contrat de diffusion par voie électronique, en ligne, d une thèse soutenue à l Université MONTESQUIEU BORDEAUX IV - Vu l arrêté du 7 août 2006 relatif aux modalités de dépôt. - Vu le vote des Conseils

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. Guide d exercice professionnel

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. Guide d exercice professionnel Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Guide d exercice professionnel LE DROIT DE RETENTION DE L EXPERT-COMPTABLE : CONDITIONS D EXERCICE Les textes Conditions générales d'exercice du

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Texte d'accord entre le CPE et le SNE

Texte d'accord entre le CPE et le SNE Texte d'accord entre le CPE et le SNE 1/ La création d'un Code des usages - Dans le Code de la Propriété Intellectuelle «I. - Les organisations professionnelles représentatives des auteurs et des éditeurs

Plus en détail

La propriété intellectuelle. & la transformation numérique de l économie Regards d experts

La propriété intellectuelle. & la transformation numérique de l économie Regards d experts La propriété intellectuelle & la transformation numérique de l économie Regards d experts 2.3 RÉFLExIONS AUTOUR DE LA CRÉATION NUMÉRIque DANS l ENTREPRISE : PROBLÉMATIques JURIDIques, ENJEUx et PISTES

Plus en détail

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental Pascale Mathieu Secrétaire générale Jean-François Dumas Délégué du président aux affaires juridiques Mathilde Guest Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA/PM/MG/ n 1/ 2012.09.06 L examen des contrats - L

Plus en détail

Externalisation d activité : la sous-traitance

Externalisation d activité : la sous-traitance Mois AAAA Mois AAAA Mises à jour décembre 2008 et décembre 2010 En bref Cette fiche a pour objectif de présenter les réflexions que l employeur doit engager lorsqu il envisage de sous-traiter l une des

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

Le cumul d activités des agents publics

Le cumul d activités des agents publics Le cumul d activités des agents publics Références : Loi n 83-634 du 13 juillet 1983, modifiée par la loi n 2007-148 du 2 février 2007, portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25) Décret

Plus en détail

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS FONCTIONNEMENT DU FORFAIT : CONDITIONS DE SUIVI ET DE CONTRÔLE Introduction : Le forfait jours s adresse à des salariés qui disposent

Plus en détail

La résidence d artiste en milieu scolaire. Document de cadrage Cahier des charges. Rectorat. Pôle Organisation scolaire et politiques éducatives

La résidence d artiste en milieu scolaire. Document de cadrage Cahier des charges. Rectorat. Pôle Organisation scolaire et politiques éducatives La résidence d artiste en milieu scolaire Rectorat Pôle Organisation scolaire et politiques éducatives Document de cadrage Cahier des charges Délégation académique à l action culturelle Adresse des bureaux

Plus en détail

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Nombreux sont les litiges dans lesquels des exploitants de cafétérias ou

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré

LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SARL AIMI Agence Internationale de Management Intégré INTRODUCTION Gérant, Directeur d'établissement, Maires, Profession indépendante, Responsable

Plus en détail

1.7 La société GRANDHOMME André se réserve le droit de sous-traiter ou céder à un tiers les droits et obligations issus des présentes.

1.7 La société GRANDHOMME André se réserve le droit de sous-traiter ou céder à un tiers les droits et obligations issus des présentes. 1. Généralités 1.1 Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les relations entre la société GRANDHOMME André, éditrice des sites G1SiteWeb.com, G1SiteWeb.fr et les Clients utilisant

Plus en détail

CHARTE DE L UTILISATION DES MOYENS ET RÉSEAUX INFORMATIQUES DU DJCE DE RENNES

CHARTE DE L UTILISATION DES MOYENS ET RÉSEAUX INFORMATIQUES DU DJCE DE RENNES CHARTE DE L UTILISATION DES MOYENS ET RÉSEAUX INFORMATIQUES DU DJCE DE RENNES Introduction La Charte a été élaborée à destination des étudiants du DJCE de Rennes. Elle vient compléter la Charte pour l'utilisation

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE LOI ------ EXPOSE DES MOTIFS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la culture et de la communication NOR : MCCX0300082L/B1 PROJET DE LOI relatif au droit d auteur et aux droits voisins dans la société de l information ------ EXPOSE DES

Plus en détail

La Grande Bibliothèque du Droit. Charte

La Grande Bibliothèque du Droit. Charte La Grande Bibliothèque du Droit Charte Préambule La Grande Bibliothèque du Droit (ci-après «GBD») édite un site internet, accessible à l adresse : www.lagbd.fr permettant l accès, la consultation et la

Plus en détail

STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES

STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES modification 22 janvier 2014 Référence: Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ; Loi n 2007-148 du 2 février 2007 ; Loi

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

2.1. Pour chaque commande, un devis sera établi par Duo Dujardin sur la base des demandes du Client.

2.1. Pour chaque commande, un devis sera établi par Duo Dujardin sur la base des demandes du Client. CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET DE PRESTATION DE SERVICE DUO DUJARDIN APPLICABLES AUX CLIENTS PROFESSIONNELS Les présentes conditions générales sont applicables à toutes ventes de produits et à toutes

Plus en détail

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes I. Textes fondamentaux La liberté d expression et la liberté d information des jeunes sont inscrites dans des textes fondamentaux comme la Convention

Plus en détail

PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE

PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE DUREE DE PRESCRIPTION DE L ACTION EN CONTREFAÇON DE DROITS D AUTEUR ET DUREE DE PROTECTION DES DROITS Flore FOYATIER Juillet / Août 2013 Just because of you, la musique

Plus en détail

Les problèmes pratiques liés aux forfaits jours

Les problèmes pratiques liés aux forfaits jours Sylvie GIBERT Intervention du 26 mars 2012 Les problèmes pratiques liés aux forfaits jours Le forfait jours entraîne de nombreuses questions pratiques en droit du travail et en matière de sécurité sociale.

Plus en détail

TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR. adopté à Genève le 20 décembre 1996. Article 1 Rapports avec la Convention de Berne

TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR. adopté à Genève le 20 décembre 1996. Article 1 Rapports avec la Convention de Berne TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR adopté à Genève le 20 décembre 1996 Article 1 Rapports avec la Convention de Berne 1) Le présent traité constitue un arrangement particulier au sens de l'article

Plus en détail

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)...

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)... Numéro : 285C Statut de certains travailleurs à domicile, des ressources de type familial, des ressources intermédiaires et des responsables de service de garde en milieu familial 12 octobre 2011 Objectif

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL?

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? PARTIE 1 QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? Le droit du travail est avant tout un droit protecteur visant à définir et garantir les droits du salarié face à l entreprise. De ce fait, c est un droit impératif

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

CONVENTION DE CESSION DE DROITS

CONVENTION DE CESSION DE DROITS CONVENTION DE CESSION DE DROITS Entre : La Société WICONCEPT, SARL au capital de 7.660 Euros, immatriculée au RCS de Saint- Etienne sous le numéro 494 537 699, dont le siège social est 7 Quai de la rive

Plus en détail

Pouvoir de direction - Définition

Pouvoir de direction - Définition L'étude du pouvoir de direction conduit à s'interroger sur le fondement du rapport inégalitaire entre employeurs et salariés dans un contexte d'égalité civile. L'employeur dispose d'un pouvoir général

Plus en détail

Aff 3954 Aff 3955 M. M. Rapp. Mme Duval-Arnould. Séance du 16 juin 2014

Aff 3954 Aff 3955 M. M. Rapp. Mme Duval-Arnould. Séance du 16 juin 2014 1 TC Aff 3954 Aff 3955 M. M. Rapp. Mme Duval-Arnould Séance du 16 juin 2014 Les deux affaires qui viennent d être appelées posent la question de l incidence de modification du premier alinéa de l article

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1110539 Mme M. H. M. Mulot Rapporteur M. Merenne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

La lettre de la S.C.B.

La lettre de la S.C.B. Octobre 2015 Nume ro 5 Les conséquences des décrets «Magendie» sur la responsabilité civile professionnelle des avocats Introduction La lettre de la S.C.B. Les décrets Magendie, depuis leur entrée en vigueur

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS

Journal officiel des Communautés européennes COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS L 329/73 COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS DÉCISION N o 181 du 13 décembre 2000 concernant l'interprétation des articles 14, paragraphe

Plus en détail

«RECOUVREMENT JUDICIAIRE : PRATIQUES

«RECOUVREMENT JUDICIAIRE : PRATIQUES Mardi 23 novembre 2010 Maison du Barreau de MARSEILLE 59 rue Grignan - 13006 MARSEILLE Colloque organisé par : L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE MARSEILLE L'ECOLE DES AVOCATS DU SUD-EST ET L'AAPPE «RECOUVREMENT

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

communications électroniques (CO-A-2015-064)

communications électroniques (CO-A-2015-064) 1/8 Avis 54/2015 du 16 décembre 2015 Objet : demande d'avis concernant l'avant-projet de loi modifiant la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques (CO-A-2015-064) La Commission de

Plus en détail

Fournitures photographiques et droits de reproduction

Fournitures photographiques et droits de reproduction Fournitures photographiques et droits de reproduction Conditions générales de vente et d'utilisation 1. Toute demande doit être formulée par écrit, adressée à : Musée de Bourgoin-Jallieu Service photothèque

Plus en détail

Note sur la propriété intellectuelle et industrielle

Note sur la propriété intellectuelle et industrielle 1 Note sur la propriété intellectuelle et industrielle Note rédigée par le cabinet BGV & Partenaires Lyon en collaboration avec la Guilde des Doctorants. Résumé : cette note présente la problématique générale

Plus en détail

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014 A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS Juillet 2014 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante : cma.juridique@cm-alsace.fr

Plus en détail

Quand le designer développe ses propres produits, quels sont ses droits?

Quand le designer développe ses propres produits, quels sont ses droits? Wallonie Design confie une thématique pour la réalisation d un «focus» mensuel, à des spécialistes en design. Chaque article est réalisé par une agence, un designer ou un enseignant dans le domaine du

Plus en détail

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Cumuls d'emplois Références : NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25), modifiée

Plus en détail

RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM?

RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM? RECRUTER EN CDI EN CDD OU EN INTERIM? Selon une étude du ministère du Travail, l'emploi temporaire a connu une progression foudroyante avec plus de 90% d'embauches en CDD et en intérim enregistrées en

Plus en détail

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox.

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Les présentes conditions générales ont pour objet de définir les modalités de fourniture et d'utilisation des Services DirectVox, une marque de MKS-Direct

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Licenciement économique Définition légale Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF

MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF MISE A DISPOSITION TEMPORAIRE DE PERSONNEL A BUT NON LUCRATIF La mise à disposition constitue un prêt de main d œuvre, lequel est strictement encadré par les articles L. 8231-1 et L. 8241-1 du Code du

Plus en détail

Matinale IP/T Focus sur le droit d'auteur et le droit des marques

Matinale IP/T Focus sur le droit d'auteur et le droit des marques Matinale IP/T Focus sur le droit d'auteur et le droit des marques Matinale IP/T DLA Piper UK LLP 8 mars 2012 I. Introduction II. Droit d'auteur et droit des marques : deux droits complémentaires III. Droit

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 1/6 Avis n 30/2010 du 15 décembre 2010 Objet: Projet d arrêté royal relatif aux règles de fonctionnement des jeux de hasard automatiques dont l exploitation est autorisée dans les établissements de jeux

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 23/2015 du 9 juillet 2015 Objet : demande d'autorisation formulée par l'université de Gand, Faculté de Médecine vétérinaire, afin de pouvoir

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

LOI SUR LE DROIT D AUTEUR ET LES DROITS VOISINS

LOI SUR LE DROIT D AUTEUR ET LES DROITS VOISINS PROGRAMME D APPUI A L INDUSTRIE MUSICALE DU PROJET DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS PRIVES (PPIP) 28 JANVIER 2007 LOI SUR LE DROIT D AUTEUR ET LES DROITS VOISINS Page 1 sur 35/ version finale loi Première

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

Licence données culturelles

Licence données culturelles Licence données culturelles 1. Définitions Acceptant : la ou les personne(s) physique(s) ou morale(s) ou entité(s) qui exercent sur les Données les droits accordés par cette Licence et qui n ont pas précédemment

Plus en détail

CONGE D'ADOPTION PC 4.6 1 - GENERALITES

CONGE D'ADOPTION PC 4.6 1 - GENERALITES CONGE D'ADOPTION PC 4.6 1 - GENERALITES Les agents féminins et, sous certaines conditions définies à l'article 2 du présent chapitre PC 4.6, les agents masculins, ont droit à un congé dit "congé d'adoption"

Plus en détail

CODE DU PATRIMOINE LIVRE II ARCHIVES. TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES

CODE DU PATRIMOINE LIVRE II ARCHIVES. TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES CODE DU PATRIMOINE LIVRE II ARCHIVES TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES Chapitre 1er Dispositions générales Article L211-1 Les archives sont l'ensemble des documents, quels que soient leur date, leur

Plus en détail