Vers une «bataille» de l Arctique?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers une «bataille» de l Arctique?"

Transcription

1 Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention de M. Patrice Geoffron, sur le thème du continent Arctique. Professeur de sciences économiques à l Université Paris-Dauphine et Directeur du Centre Géopolitique de l Energie et des Matières Premières (CGEMP), situé à Dauphine, ce spécialiste des questions énergétiques s est attaché à exposer, dans une optique prospective, les problématiques, à la fois géoéconomiques et géopolitiques, qui permettent de comprendre ce qui se joue dans cette zone géographique. Son analyse révèle la complexité du monde actuel. L Arctique semble en effet être le lieu de concentration des enjeux globaux liés au réchauffement climatique, à la profusion énergétique et à la transition énergétique. Pourquoi s intéresser à l Arctique? Cette zone a longtemps été, principalement, l affaire des populations autochtones et des missions d exploration scientifique. L intérêt grandissant pour le «Pôle Nord» s explique par les richesses minières et fossiles considérables qui, du fait de ce phénomène environnemental majeur qu est le réchauffement climatique, pourraient devenir plus aisément accessibles dans les décennies à venir. Depuis quelques années, la réduction de la calotte Et l Antarctique? L Arctique et l Antarctique ne bénéficient pas du même statut international. Le Traité sur l Antarctique de 1959, a placé cette région sous un régime juridique unique interdisant toute activité militaire ou d exploitation des ressources minérales. Seules les exploitations menées à titre scientifique sont autorisées. A l inverse, l Arctique n est sous l égide d aucune réglementation juridique, ce qui laisse le champ libre à son exploitation.

2 glacière en période estivale constitue un «le signal avancé des effets du changement climatique» et fait de l Arctique «un océan en cours de banalisation» : D une part, de nouvelles routes maritimes se dégagent et pourraient intéresser les grands acteurs du commerce international, au premier rang desquels se trouve la Chine. Ceux-ci espèrent pouvoir réduire leurs coûts de transport en évitant le passage traditionnel par le Canal de Suez (48 jours) au profit de la «route du Nord- Est» (33 jours). D autre part, en libérant des eaux nouvelles, la fonte des glaces favorise aussi l accès à des ressources, principalement des énergies fossiles, jusque-là restées inexploitées. C est sur ce second point qu a particulièrement insisté le conférencier en mettant en lumière l ensemble des tensions associées à la présence d un stock non négligeable de ressources énergétiques qui confèrent une grande valeur potentielle à cette aire géographique. Selon une estimation de la US Geological Survey, l Arctique recèlerait : 90 milliards de barils de pétrole 300 milliards de barils équivalent pétrole en gaz, détenus en majorité par la Russie Des ressources minières : diamants, or, uranium, fer, zinc, métaux rares La question énergétique en Arctique n est donc pas totalement circonscrite aux hydrocarbures, même si l abondance des ressources gazières est un dossier-clé. Au vu de cette profusion énergétique qui incite à qualifier l Arctique de «second Moyen Orient» - une perspective s ouvre pour plusieurs Etats d aller explorer plus loin (off-shore), et surtout plus profond (deepwater), dans la mesure où 84% de ces réserves se situeraient en pleine mer. En fait cette partie du globe était déjà un point de tension au cours de la guerre froide, mais, si M. Geoffron a opté pour le terme provocateur de «bataille», celle-ci se résume, pour l instant, plus à un ensemble de débats, de revendications d intérêts et de velléités, qu à un réel affrontement de terrain. A l heure actuelle, plusieurs Etats limitrophes manifestent leur intérêt pour la zone : le Canada, les Etats-Unis, la Russie, le Danemark (via le Groenland), la Norvège, la Suède, la Finlande et l Islande, réunis au sein du Conseil de l Arctique, expriment des revendications territoriales. Mais le partage de cette région apparaît difficile à organiser du fait de l opacité du droit maritime international qui ouvre la voie à des interprétations diverses dans le cas de l Arctique. On pourra en juger en se référant à l un 2

3 Le Conseil de l Arctique Créé en 1996 par la Déclaration d Ottawa, ce forum inter-gouvernemental regroupe huit paysmembres permanents, six organisations internationales représentant les populations indigènes de l Arctique, ainsi que trente-deux organisations et pays observateurs, dont la France et la Chine. Sur le papier, cette institution, qui n est qu un organe de discussion, est destinée à assurer la coopération et la coordination entre ses différents membres, notamment sur la question environnementale. des articles fondamentaux de ce droit maritime : «Un état côtier peut exercer ses droits souverains en matière d exploration et d usage des ressources jusqu à 200 milles nautiques de ses côtes au maximum [ ] Au-delà, afin d exercer sa souveraineté sur une zone maritime, chaque pays doit démontrer que le fond marin concerné est un «prolongement naturel» du plateau continental.» Toute la difficulté est, ici, d interpréter cette notion de «prolongement naturel». Au-delà des aspects purement juridiques et territoriaux, la discussion sur l Arctique se cristallise autour de considérations environnementales. La question soulevée est celle, au moment où s impose la nécessité d engager une «transition énergétique» en réduisant les émissions de CO 2, de la cohérence d une éventuelle extraction de ces ressources du Grand Nord. En effet, de la première révolution industrielle à nos jours, la richesse mondiale a été multipliée par 100 et s est inscrite dans un modèle de croissance fondé sur le carbone, conduisant à l émission annuelle de plus de 30 milliards de tonnes de CO 2. Ainsi, l idée de transition énergétique devient peu à peu omniprésente dans les discussions écologiques, politiques, économiques et sociales des pays les plus développés. Mais, à rebours des prévisions apeurées des années 1970 annonçant une pénurie de pétrole dans les quarante années à venir, nous observons aujourd hui une véritable profusion d hydrocarbures, avec plusieurs siècles de réserves. Ainsi résume M. Geoffron : «La situation de l Arctique symbolise les contradictions entre les nécessités de la lutte contre le changement climatique (la «transition énergétique») et cette profusion inattendue d hydrocarbures.». À ces considérations environnementales se rattachent de manière assez évidente des logiques économiques et financières. Si des années 1970 aux années 1990, le prix du pétrole est resté peu élevé, il a explosé au début des années 2000 à la suite d un «choc de demande» (lié à la croissance chinoise), passant de 20$ à 100$ le baril. L augmentation des prix du pétrole a dégagé un espace économique pour l exploitation de ressources moins «conventionnelles», telles que le pétrole et le gaz de schistes, dont on sait quelle ampleur ils ont prise dans le débat écologique et énergétique des pays développés (Etats-Unis en 3

4 tête). La perspective d exploitations plus lointaines et plus profondes dans l Arctique s inscrit dans ce même contexte. Pour autant, à l heure actuelle, l humeur des Etats et des grands groupes énergétiques est à la prudence plus qu à la course vers une exploitation rapide de ces ressources arctiques. Excepté la question de la pêche qui pourrait se débloquer, rien n incite à penser que des plates-formes offshore seront installées dans l immédiat dans cette zone. Les protagonistes voient leurs ambitions contrariées par les risques liés à l exploitation de ce territoire. D un côté, les conditions climatiques extrêmes de la zone arctique (la nuit, le froid ) posent des problèmes aigus, à la fois techniques et financiers. Les opérateurs gardent en effet en mémoire les suites économiques de la catastrophe de la plateforme pétrolière de BP dans le Golfe du Mexique en avril Aucun dispositif technique n est aujourd hui au point pour permettre de faire face à une marée noire en Arctique, et si des infrastructures d exploitation devaient être déployées, elles supposeraient un investissement considérable pour les grandes firmes. Le risque financier tient également à l incertitude sur le prix du gaz dans la mesure où les Etats Unis sont potentiels exportateurs (du fait du «schiste»). En outre, la crise économique, combinée à la transition énergétique (et donc au développement des renouvelables), laissent entrevoir des places très différenciées pour le gaz à l avenir (comme le suggère la situation énergétique en Europe actuellement). En définitive, M. Geoffron dresse le constat d une très grande indétermination sur l avenir de l Arctique et formule l hypothèse de deux scénarios. Le premier consiste à penser que les pays intéressés vont s entendre sur l exploitation de la zone Arctique, donnant lieu à une dégradation des écosystèmes déjà fragiles dans cette région, et alimentant ainsi le réchauffement climatique, dans un processus de «cercle vicieux». Ce premier scénario noir est toutefois peu probable selon Patrice Geoffron. Pour le contrebalancer, ce dernier évoque la puissance des «forces de rappel» qui invitent à formuler une antithèse au premier scénario. Ces forces de rappel relèvent en partie du domaine purement économique et des mécanismes de marché. Les conditions économiques pour l exploitation des ressources en Arctique sont en réalité loin d être réunies, rendant les entreprises prudentes. De plus, l éventualité d un accord lors de la conférence sur la Climat de Paris en 2015 (incertaine, mais envisageable), rendrait plus encore délicate l exploitation de ces ressources dans le Grand Nord. 4

5 Quoi qu il en soit, inscrit au cœur des tensions de la globalisation, le devenir de l Arctique reste encore longtemps l objet de beaucoup de spéculations. 5

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014 M. Pouria Amirshahi, député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, a insisté lors de l ouverture du colloque sur le caractère hautement stratégique de ces métaux dont on parle

Plus en détail

La transition énergétique: Une révolution?

La transition énergétique: Une révolution? La transition énergétique: Une révolution? Patrice Geoffron Professeur à l Université Paris-Dauphine Directeur du Centre de Géopolitique de l Energie et des Matières Premières (CGEMP) Entretiens Enseignants-Entreprises

Plus en détail

Concilier activités portuaires et préservation de l environnement

Concilier activités portuaires et préservation de l environnement BV/CdC/2108260 Concilier activités portuaires et préservation de l environnement HAROPA - Port du Havre Service Environnement Terre-plein de la Barre - CS 81413-76067 LE HAVRE CEDEX - FRANCE Tél. : 02

Plus en détail

Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D

Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D Stratégies d implantation des terminaux méthaniers : vers une nouvelle relation au(x) territoire(s)» Yann Alix, Ph.D y.alix@ecole-management-normandie.fr Plan - Introduction et problématique - L industrie

Plus en détail

Tara - fiche exercice étape 2 : Alaska, Prudhoe Bay

Tara - fiche exercice étape 2 : Alaska, Prudhoe Bay Photo : jerrican d essence Problématique : Raréfaction des ressources - Rechercher du pétrole plus loin, plus profond ; - Difficulté d extraction en Arctique (froid, banquise) ; - Problèmes de sécurité

Plus en détail

Administration électronique

Administration électronique Comité 24 Administration électronique I Depuis sa création en 1945, une des principales priorités de l ONU a été de «réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d ordre

Plus en détail

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?»

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Par Nicolas Lelièvre, PLP Lettres-Histoire-Géographie, académie de Rouen, octobre 2009 Saint Dié

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Des territoires en transition énergétique

Des territoires en transition énergétique Des territoires en transition énergétique Montpellier 1 er octobre 2013 Plénière Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Quel mix énergétique pour demain? incertitudes et paradoxes Jacques

Plus en détail

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone.

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 01 40 42 46 37 / service-de-presse@edf.fr EDF, ACTEUR ENGAGÉ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE Durée 4H, coefficient 1 L épreuve de culture générale vise un triple but : 1 ère ÉPREUVE : CULTURE GÉNÉRALE 1. Vérifier le niveau général des connaissances des candidats Si l épreuve ne comporte aucun

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique

Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique Université Paris Dauphine Géopolitique du gaz naturel: Choc de 2009 et évolutions possibles dans le bassin Atlantique Sophie MERITET Sophie.meritet@dauphine.fr Colloque Bresil France Energie 1 Organisation

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Le gaz naturel en Europe: un atout fragilisé par le charbon et les tensions politiques Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur Emérite à l

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

De la transition économique à la transition énergétique en France

De la transition économique à la transition énergétique en France De la transition économique à la transition énergétique en France Résumé : Bien que la France dispose d un patrimoine énergétique qui conserve une grande valeur, il est temps de remettre en question son

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES L Outre-mer, source de la puissance maritime française Les ZEE sont un principe récent : la Convention des Nations unies qui les a introduites

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

L Arctique sera à terme de nouveau une zone stratégique et la région, qui

L Arctique sera à terme de nouveau une zone stratégique et la région, qui L Arctique : trop froid pour la France? TRIBUNE n 667 Christine Huseby Torjussen Commandant (armée de l air norvégienne), spécialisée dans les ressources humaines. Promotion 1994 de l École de formation

Plus en détail

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 Présentée au ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques OCTOBRE

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Partenaires opérationnels

Partenaires opérationnels Partenaires opérationnels ECOSYSTEM ULTRAMAR ROCHE ÉCORESSOURCES ECONOLER BIBBY STE-CROIX DYCOSOLAR ENERSTAT ENERGIE SOLUTIONS ASSOCIÉS VOUS? - 2 - Pour relever les défis énergétiques de demain : la sobriété

Plus en détail

Inde : émissions de CO 2 depuis 1990

Inde : émissions de CO 2 depuis 1990 Inde Mise en route Objectif climatique : 33-35 % d une baisse de l intensité carbone à l horizon 2030 par rapport au niveau de 2005 Émissions de CO 2 actuelles par rapport au niveau de 1990 : 238 % Émissions

Plus en détail

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse 1 I La richesse grâce aux énergies fossiles! II Pic du pétrole et économie de marché III Les ressources non-conventionnelles IV

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde?

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? La réunion de tous les dangers La réunion de l OPEP du 27 novembre dernier qui s est tenue à Vienne a été évènement majeur. Dans son communiqué final, l OPEP reconnait

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Intervention en ouverture de la conférence CAF Sciences Po sur les défis contemporains et futurs du développement en Amérique latine Mardi 11 octobre 9h Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président,

Plus en détail

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Note-réponse Points de vue et avis Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Projet de vision structurelle sur le gaz de schiste Le 18 septembre 2013,

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE

LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE LA TRANSITION NUMÉRIQUE EN AFRIQUE : ENJEUX TECHNOLOGIQUES, FRÉQUENCES ET DIVIDENDE NUMÉRIQUE CONFÉRENCE INTERNATIONALE : TRANSITION VERS LA TÉLÉVISION NUMÉRIQUE TERRESTRE PARIS, 7-8 NOVEMBRE 2013 Mesdames

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions CTE 001M C.P. P.L. 37 Gaz naturel dans le schiste Mémoire présenté à la Commission des

Plus en détail

Le développement durable c est l affaire de chacun

Le développement durable c est l affaire de chacun Le développement durable c est l affaire de chacun Claude Villeneuve Professeur titulaire Directeur de la Chaire en éco-conseil Département des sciences fondamentales Université du Québec à Chicoutimi

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE Yves-Louis Darricarrère Mesdames, Messieurs, Cher Amis, Il se trouve que l année dernière m était déjà revenu l honneur et le plaisir de clôturer

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat JE M'ENGAGE AVEC M A R S EIL L E P R O V E N C E M É T R O P O L E Prévoir et anticiper, c est le rôle des collectivités locales. La Communauté urbaine

Plus en détail

Accords de libre-échange

Accords de libre-échange Accords de libre-échange (UE / Canada, UE / Etats-Unis, UE / Mercosur) Quels que soient les enjeux commerciaux au niveau mondial, peut-on raisonnablement détruire la filière viande bovine française et

Plus en détail

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES L étude WETO-H2 a permis d élaborer une projection de référence du système énergétique mondial ainsi que

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience 0 LE DEVELOPPEMENT DURABLE, LEVIER D INNOVATION POUR L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES? Fidèle à ses engagements et

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Conférence de presse. Rabat 23/ 05/ 2016

Conférence de presse. Rabat 23/ 05/ 2016 1 Conférence de presse Rabat 23/ 05/ 2016 PLAN I Organisation du Colloque II Contexte III Objectifs du Colloque IV Programme du Colloque V Conclusion Ce Colloque est organisé, Sous le Haut patronage de

Plus en détail

«LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE»

«LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE» «LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE» LE RAPPORTEUR : M. PHILIPPE LANGEVIN LE PRESIDENT : M. LUCIEN CAPELLA LES VICE-PRESIDENTS : M. GILBERT JAUFFRET M. ROGER

Plus en détail

PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE

PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE Novembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE Note de conjoncture Donner un prix au CO2 est un axe fondamental de la stratégie européenne

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS Avant-propos Dimitri UZUNIDIS Innovation : introduire des nouveautés, des changements, plus spécialement dans l industrie et, plus généralement, dans les affaires. Aussi, faire du neuf à partir de l existant

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique

Concours d admission en 1 er Cycle. Epreuve écrite principale 1/2. Correction de la Dissertation. Durée : 2 heures. Thématique 2 Changement climatique Concours d admission en 1 er Cycle Epreuve écrite principale 1/2 Correction de la Dissertation Durée : 2 heures Thématique 2 Changement climatique Sujet : Le développement durable : une réponse aux enjeux

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire. Institut de l'economie Circulaire

Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire. Institut de l'economie Circulaire Laetitia Carré, Chargée de mission, Institut de l économie circulaire 1 Quelques chiffres 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources 355 millions de tonnes de déchets produits en France

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Ugo Lapointe Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Colloque IREC - HEC Montréal 22 novembre 2011

Ugo Lapointe Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Colloque IREC - HEC Montréal 22 novembre 2011 Ugo Lapointe Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Colloque IREC - HEC Montréal 22 novembre 2011 PRÉSENTATION D AUJOURD HUI 1. QUI EST LA COALITION QUÉBEC MEILLEURE MINE! 2. CONTEXTE DES MINES:

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

Chapitre I. Un trésor minéral, biologique et énergétique

Chapitre I. Un trésor minéral, biologique et énergétique Chapitre I Un trésor minéral, biologique et énergétique L économie de la mer se trouve, sans que nous en ayons toujours bien conscience, à un tournant. L exploitation des océans, basée sur le trépied immémorial

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS

LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Séance Plénière du 23 octobre 2007 RÉGIONAL D AQUITAINE AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL D AQUITAINE LES PME/TPE DANS LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES AQUITAINS

Plus en détail

LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE

LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE LA RELÈVE, LA SUCCESION ET LA MAIN D OEUVRE 5 E RENCONTRE INTERPROFESSIONNELLE DE L ALQ 13 MARS 2013 PRONONCÉ PAR MARIE-HÉLÈNE VAUGEOIS Même si le sujet de la relève, de la succession et de la main d œuvre

Plus en détail

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 A Boulogne sur Mer, le 15 décembre 2015 Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 Crédit photo : Vincent Maran Adoption

Plus en détail

Impacts géopolitiques de la «ruée» vers l Arctique

Impacts géopolitiques de la «ruée» vers l Arctique Impacts géopolitiques de la «ruée» vers l Arctique Joël PLOUFFE École nationale d administration publique (ÉNAP) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du

Plus en détail

Marchés mondiaux de gaz naturel : Enjeux, stratégies d acteurs et impacts

Marchés mondiaux de gaz naturel : Enjeux, stratégies d acteurs et impacts الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية épublique Algérienne Démocratique et Populaire وزارة التعليم العالي و البحت العلمي Ministère de l nseignement upérieur et de la echerche cientifique المدرسة التحضيرية

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

La production d hydrocarbures au Ghana

La production d hydrocarbures au Ghana La production d hydrocarbures au Ghana Le Ghana est depuis fin 2010 un pays producteur de pétrole. Le début de l exploitation de nouveaux champs devrait entraîner un doublement sa production d ici la fin

Plus en détail

L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA

L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA www.canadahydro.ca info@canadahydro.ca Twitter @CanadaHydro 1. L HYDROÉLECTRICITÉ EST UNE ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE. Une centrale

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

La ville et le village intelligent:

La ville et le village intelligent: La ville et le village intelligent: L opportunité du numérique 3 avril 2014 C. Despins www.promptinc.org 4ème Rencontre municipale de l énergie / 3 avril 2014 / Prompt inc. LE QUÉBEC FACE À DES DÉFIS DE

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Régie de l énergie à l égard des approvisionnements électriques et de la construction du projet du Suroît Avril 2004 Table des matières

Plus en détail

Les Français face aux enjeux de la planète

Les Français face aux enjeux de la planète Les Français face aux enjeux de la planète SONDAGE LH2-Comité 21 Anne-Marie Sacquet Directrice Générale Comité 21 01 55 34 75 21 Luc Balleroy Directeur Général Adjoint LH2 01 55 33 20 54 Levée d embargo

Plus en détail

Rapport final du Projet Canada

Rapport final du Projet Canada Rapport final du Projet Canada Mission possible : une prospérité durable pour le Canada Conférence Affaires et perspectives économiques 2008 Montréal, 28 novembre 2007 Mario Lefebvre, directeur, Service

Plus en détail

L Alaska en Danger : Forage pétrolier dans une réserve protégée

L Alaska en Danger : Forage pétrolier dans une réserve protégée 16102005 L'Alaska : histoire, faune, pétrole et conséquences L Alaska en Danger : Forage pétrolier dans une réserve protégée L Artic National Wildlife Refuge (ANWR) est une réserve protégée depuis 1960

Plus en détail

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur «Les perspectives de coopération (nationale, européenne) et d interarmisation de l outil de défense : quels partages capacitaires possibles et quelles conséquences pour l armée de terre?» Jean-Pierre Maulny

Plus en détail

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Stage nouveaux programmes de Terminales ES/L Florian NICOLAS L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Le redressement de l Afrique, auteur inconnu Source : www.cemcis.org (DR) Comment traiter la séquence?

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés.

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés. Discours du Gouverneur de la Banque de France Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés 30 novembre 2015 Mesdames, Messieurs, Cette conférence organisée grâce à la 2 Investing

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

L'action de l'état en mer, 5. soutien de la politique maritime dans l'océan Indien

L'action de l'état en mer, 5. soutien de la politique maritime dans l'océan Indien L'action de l'état en mer, 5 soutien de la politique maritime dans l'océan Indien 74 75 La crédibilité d une politique maritime française dans le Sud de l océan Indien repose sur la capacité de l État

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

5 mai 2014. 1. En 50 ans, les conseils généraux (ou futurs conseils départementaux) franciliens ont accompli une action remarquable.

5 mai 2014. 1. En 50 ans, les conseils généraux (ou futurs conseils départementaux) franciliens ont accompli une action remarquable. 5 mai 2014 Mission d information et d évaluation sur la suppression des départements de petite couronne Audition du Conseil de développement du Val-de-Marne Contribution de la délégation Les débats parlementaires

Plus en détail

Stage Nouveaux programmes de cinquième

Stage Nouveaux programmes de cinquième Stage Nouveaux programmes de cinquième Stage Nouveaux III- DES HOMMES ET DES RESSOURCES ( environ 35% du temps consacré à la géographie ) LA QUESTION DE L ENERGIE Des problèmes Stage Nouveaux Une des difficultés

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Réunion d information sur le projet de «politique climat» de la Nouvelle- Calédonie et sur la COP 21 Auditorium

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel -

Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel - INTRODUCTION DEFIS ET ENJEUX DES ENERGIES FOSSILES AU XXI EME SIECLE Isabelle Rousseau* Depuis la révolution industrielle, les énergies fossiles - charbon, pétrole et gaz naturel - ont été des composantes

Plus en détail