Martin Hirsch retire son plan! Abonnements d été, J-10, lire page 16. TRIBUNE. de discussion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Martin Hirsch retire son plan! Abonnements d été, J-10, lire page 16. TRIBUNE. de discussion"

Transcription

1 INFORMATIONS OUVRIÈRES nouvelle série N 0356 (2750) semaine du 18 au 24 juin ,5 euro (soutien 2 euros) ISSN L émancipation des travailleurs sera l œuvre des travailleurs eux-mêmes INFORMATIONS OUVRIÈRES TRIBUNE LIBRE DE LA LUTTE DES CLASSES abonnés reçoivent ce numéro. Et vous? (page 16) H E B D O M A D A I R E D U PA R T I O U V R I E R I N D É P E N D A N T POI Après l assemblée-débat du 6 juin, poursuivons la TRIBUNE de discussion Cette semaine, la parole à Une contribution de Christian Renard, militant CGT de la construction Interview de Fred Paré, responsable du secteur droits, libertés et action juridique à l union départementale CGT de Paris Le point de vue de Michel Pinatel, délégué syndical FO dans la métallurgie, en Haute-Loire, et défenseur syndical aux prud hommes Une correspondance de Stéphane Marati Interview de Gérard Caillon, secrétaire général de l union locale Force ouvrière de Saint- Nazaire (Loire-Atlantique) Une contribution de Stéphane Hablot, maire PS de Vandœuvre et conseiller général de Meurthe-et-Moselle Interview d Agnès Catala, syndicaliste enseignante dans l Hérault Une correspondance de Didier Brémaud Contribution de Gilbert Saccani, membre du POI, ancien secrétaire départemental du syndicat FO des lycées et collèges, et de Michel Barbe, ancien secrétaire général adjoint de la Fédération de l Education nationale (FEN) du Vaucluse Contribution au débat de Grégoire Hamelin, syndicaliste FO (Indre-et-Loire) Pages 4, 5 6 et 7 Hôpitaux de Paris. Face à la grève unie des personnels avec leurs syndicats et la menace d une grève totale Martin Hirsch retire son plan! Le même jour, à l Assemblée nationale, Valls fait passer la loi Macron avec le Pages 2 et 3 DR Vie du parti Déclaration du bureau national du POI. Page 9 Appel de Jean Bartholin et Gérard Schivardi Rassemblement de l AMRF à l Assemblée nationale le 24 juin. Page 14 LE POI APPELLE À MANIFESTER SAMEDI 20 JUIN EN SOUTIEN AU PEUPLE GREC! Dans la voie de la rupture avec l Union européenne, infligeons une défaite au gouvernement Hollande-Valls! Rendez-vous à 14 h 30, place Stalingrad, Paris. Abonnements d été, J-10, lire page 16.

2 2 INFORMATIONS OUVRIÈRES N À LA UNE Semaine du 18 au 24 juin 2015 Face à la menace d une grève totale des hospitaliers de Paris, Martin Hirsch et le gouvernement ont retiré le plan de réorganisation de l AP-HP. Dans le même temps, le gouvernement convoque l Assemblée nationale jusqu à la fin du mois de juillet avec une série de projets soumis au vote, comme la réforme territoriale et la loi Rebsamen. Il initie cette session de contre-réformes ce mardi 16 juin, en recourant à l article 49-3 pour imposer la loi Macron. Comme l écrit l éditorialiste des Echos (16 juin), «il y a des sujets sur lesquels il est possible d avancer, fût-ce au forceps du 49-3 comme sur la loi Macron. Il en est d autres tellement inflammables pour la gauche qu ils impliquent de trouver des chemins de traverse.» Et l éditorialiste du journal patronal revient sur le livre que Robert Badinter vient de publier, intitulé : Le Travail et la loi. Il poursuit en écrivant : «A deux ans de l élection présidentielle, François Hollande est toujours à la recherche de la bonne pédagogie économique à l adresse des socialistes. A fortiori sur le sujet emblématique du Code du travail. Le coup de force, il y a renoncé ( ). Dès lors, comment faire? Appeler la conscience de gauche qu est Robert Badinter à la rescousse, ou du moins se féliciter de son incursion audacieuse sur le terrain du droit social ( ). Ce faisant, l exécutif fait le pari que la charge des auteurs contre l obésité du Code du travail ( ) fera réfléchir cette gauche encline à sortir les chiffons rouges dès que Manuel Valls et Emmanuel Macron ouvrent la bouche ( ). A quelques mois du rapport Combrexelle sur les rigidités du Code du travail [explique un conseiller], on va mettre tout ça sous cloche et regarder ce qui se passe. En clair, laisser prospérer le débat et tenter d évaluer jusqu où il est possible d aller.» Ce qui est en cause, c est le Code du travail et l indépendance des organisations de la classe ouvrière. Lucien GAUTHIER Devant la puissance des grèves des 21 mai, 28 mai, 11 juin, et la menace de la grève totale, Martin Hirsch cède! Martin Hirsch, directeur général de l Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), a cédé. Il avait multiplié les documents (23 avril, 26 mai et 2 juin) visant à réorganiser et individualiser le temps de travail des personnels de l AP-HP. Après les grèves et manifestations des 21 et 28 mai, des milliers et des milliers étaient en grève (dont les personnels assignés) le 11 juin. Quinze mille se sont rassemblés devant le siège de la direction générale et ont manifesté jusqu à l Elysée. Les personnels sont venus en cortège, dans l unité avec leurs syndicats, derrière leur banderole d établissement. Sur de nombreuses banderoles, un seul mot d ordre : «Retrait du plan Hirsch». Ils ont manifesté sur une exigence claire scandée avec force et détermination tout au long du parcours : «Ni amendable ni négociable, retrait du plan Hirsch». Et d ailleurs, dès le 21 mai, les personnels scandaient : «Retrait, demain on continue». Après la manifestation et la rencontre avec les représentants de l Elysée et de Touraine, l intersyndicale indique dans un communiqué : «Si le projet n est pas retiré, la question de la grève totale des hôpitaux de l AP-HP est à l ordre du jour.» Le 12 juin après-midi sort le communiqué du «front uni des sept organisations syndicales» : «Le 18 juin, si le projet de M. Hirsch n est pas retiré, alors, ce sera la grève des hôpitaux de l AP-HP.» Pour la préparer, l intersyndicale convoque une assemblée des délégués syndicaux le 16 juin à la Bourse du travail de Paris. Le soir du 12 juin, le directeur général de l AP-HP adresse une 11 juin Communiqué de presse de l intersyndicale de l Assistance publique-hôpitaux de Paris (CGT, FO, SUD, CFTC, CFDT, UNSA et CGC) «La grève du 11 juin a été une nouvelle fois massive dans les hôpitaux de l AP-HP. L intersyndicale se félicite de la mobilisation des personnels contre le projet de réorganisation du temps de travail de Martin Hirsch. Après les manifestations des 21 et 28 mai qui ont rassemblé 8 000, ce sont près de personnels qui ont manifesté ce jour de la direction générale vers l Elysée. Nous avons demandé à être reçus par l Elysée. Dans un premier temps, cette demande a été refusée. Après plus d une heure trente d attente, les altercations avec les forces de police ont eu lieu. Ils n ont pas hésité à utiliser les gaz lacrymogènes, matraques et lances à eau contre les personnels. L intersyndicale condamne ces méthodes. M me Christine Gardel, représentant le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, et M. Boris Vallaud, secrétaire général adjoint de lettre aux organisations syndicales où il reconnaît que son projet «a déclenché une forte mobilisation sociale qui s est traduite notamment par plusieurs journées d action les 21 mai, 28 mai et 11 juin». LES DOCUMENTS DU 23 AVRIL, 26 MAI ET 2 JUIN SONT OFFICIELLEMENT RETIRÉS DU CHAMP DE LA DISCUSSION Ce qui l a amené à écrire : «Deuxièmement, il est pris acte du désaccord exprimé par les organisations syndicales sur le document d orientation portant sur l organisation du temps de travail lequel a déjà été retiré du champ de la discussion en signe d ouverture ainsi que sur le document dénommé Nouvelles bases de dialogue en date du 2 juin. Force est de constater que ces documents de travail n ont pas permis de réunir un consensus social minimum et qu ils n ont pu être considérés comme une base de discussion acceptable pour les organisations syndicales.» Les documents des 23 avril, 26 mai et 2 juin sont donc officiellement retirés «du champ de la discussion». Dans le point 4 de son projet de relevé de conclusions, M. Hirsch écrit : «La direction générale estime pour cela nécessaire d ouvrir des espaces d expression et de discussion, dans les pôles et les services volontaires, sur l organisation et les conditions de travail.» Confronté à la puissance de la grève, unie, avec leurs organisations syndicales, des personnels de l AP-HP, Martin Hirsch ne pouvant passer par les syndicats, tente de passer par les pôles et ce qu il appelle «l expression directe des personnels». Il fait de nouveau fausse route. Les personnels de l AP-HP tiennent comme à la prunelle de leurs yeux au cadre actuel de l organisation du travail en trois équipes fixes. Ils ne veulent pas de la généralisation de la grande équipe. Ils ne veulent pas d une «négociation» service par service, pôle par pôle, dont ils savent qu elle a pour unique objectif de faire éclater le statut particulier de l AP-HP. Toujours dans cette lettre, Martin Hirsch propose «de reprendre la démarche selon une autre approche». Cela ne peut se faire que sur la base du mandat sur lequel les personnels ont fait grève et manifesté : «Non à la réorganisation-individualisation du temps de travail des personnels ( ), maintien des droits collectifs liés au statut particulier de l AP-HP, notamment en nombre de jours RTT, du cadre d organisation actuelle en trois équipes fixes jour, garde, nuit, contre la généralisation à la grande équipe ( ), embauche de personnels par la titularisation de tous les contractuels.» Daniel DUTHEIL et Philippe NAVARRO Si le projet n est pas retiré, la question de la grève totale des hôpitaux de l AP-HP est à l ordre du jour l Elysée, ont enfin reçu une délégation de l intersyndicale. Ce dernier a dit qu il transmettrait au président de la République nos demandes, tout en précisant que le dialogue était nécessaire et devait continuer. L intersyndicale a précisé que notre direction générale n était à aucun moment dans le dialogue. A ce jour, ni M. Hirsch ni M me Touraine n ont répondu à notre revendication. Nous attendons une réponse du président de la République et du directeur général. Nous réaffirmons que si M. Hirsch retire son projet, l intersyndicale est prête à ouvrir de réelles négociations. Si le projet n est pas retiré, la question de la grève totale des hôpitaux de l AP-HP est à l ordre du jour. L intersyndicale se réunira en urgence vendredi à 10 heures 30 pour les suites à donner.» A la veille du vote de la loi Touraine, un coup porté à la politique gouvernementale Quelques heures avant que Hirsch n indique, dans une lettre aux organisations syndicales, que les documents étaient retirés, Claude Evin, apportait son soutien au plan, soulignant : «La préparation de ce qu il a proposé aux organisations syndicales a fait l objet de discussions avec le ministère.» Pour Claude Evin, directeur général de l agence régionale de santé d Ile-de- France, ancien ministre PS de la Santé, cette réorganisation du travail est directement reliée à la mise en place de la chirurgie ambulatoire, élément clé de la loi santé de Marisol Touraine, visant à expulser les patients de l hôpital et à les renvoyer chez eux quelques heures après une opération, ainsi qu à généraliser les dispositifs d hospitalisation à domicile. Evin, dans la digne veine de la politique du gouvernement Hollande-Valls de mépris et de coups de force, accusait, le 12 juin, les organisations syndicales de refuser le prétendu «dialogue» avec Martin Hirsch : «Pour qu un dialogue existe, il faut être deux. Ce ne peut être un dialogue consistant à dire : Vous retirez votre projet pour qu on revienne autour de la table.» 14 juin Le directeur de l AP-HP propose de reprendre la négociation à zéro (Le Parisien) «C est l impasse totale, explosive, mais ça pourrait bouger. Ouverte début mai, la discussion sur la réforme des 35 heures pour les agents de l Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) s est déjà soldée par trois journées de grève ( ). Eviter l embrasement. Devant ce blocage total et la menace d un embrasement social, le directeur de l AP-HP, acculé et esseulé, a décidé de lâcher du lest et de tendre la main aux syndicats. Selon nos informations, ses services ont adressé, vendredi soir, aux huit organisations syndicales de l Assistance publique un document d une page qui propose de reprendre la négociation à zéro et sur de nouvelles bases.»

3 À LA UNE 3 INFORMATIONS OUVRIÈRES N Semaine du 18 au 24 juin 2015 Education nationale Grève et manifestation le 11 juin pour l abrogation de la réforme du collège Le 11 juin, les enseignants étaient de nouveau en grève à 30 % pour l abrogation de la réforme du collège, à l appel de leurs syndicats SNES-FSU, SNEP-FSU, SN-FO-LC, SNETAA-FO, CGT Educ action, SUD Education, SNCL-FAEN et SIES-FAEN. L a veille, le 10 juin, le ministère convoquait un groupe de travail sur la «suite des textes» de la réforme. Le SN-FO-LC, le SNETAA-FO, le SNES, le SNEP, la CGT et SUD ont rappelé dans une déclaration commune «leur opposition à la réforme, leur demande d abrogation des textes (décret et arrêté) et leur refus de toute négociation sur des textes d application». Face à la fin de non-recevoir de la ministre, dont les représentants ont affirmé qu elle n envisageait pas de remettre en cause «les fondamentaux de la réforme», mais seulement de «préciser» et d apporter «des recommandations de mise en œuvre», les organisations syndicales ont quitté la séance. Le mot d ordre d abrogation, scandé par des milliers de manifestants, exprime la détermination à ne pas céder. Abrogation du décret et de l arrêté publiés le 20 mai, au lendemain de la grève majoritaire, au mépris des personnels, cette question demeure à l ordre du jour. Clément Dirson, co-secrétaire académique du SNES (Créteil) Continuer la lutte pour le retrait du décret sur la réforme du collège Comment apprécies-tu cette journée de grève et de manifestation? D après les remontées, incomplètes, on peut dire qu il y a entre 30 et 40 % de grévistes dans les collèges, c est-à-dire 15 à 20 % de moins que la dernière fois. La publication du décret par la ministre, au soir de la grève et des manifestations du 19 mai, a incontestablement été un coup de massue, pour les jeunes professeurs en particulier. Comment vois-tu la suite? Les enseignants, dans leur grande majorité, ont un sentiment de plus en plus négatif par rapport à la ministre. C est à la fois un sentiment d indignation et de résignation, surtout qu ils ont l impression que le gouvernement ne lâchera rien. Jeudi 18 juin, la commission administrative académique va discuter de la suite pour continuer la lutte pour le retrait du décret sur la réforme du collège. Il faut s appuyer sur les parents, qui sont dans leur majorité contre cette réforme, sur les associations professionnelles, pour préparer une manifestation nationale. Et bien sûr, la question de la grève à la rentrée est posée. Sébastien Ribeiro, secrétaire académique SN-FO-LC Versailles Il nous faut poursuivre et amplifier le rapport de force Dans les heures d information syndicale et assemblées générales qui se tiennent dans les établissements scolaires, les personnels continuent d exiger l abrogation des textes sur la réforme du collège. A maintes reprises, des parents d élèves ont apporté leur soutien aux enseignants, parfois en se joignant à leurs assemblées générales. La ministre a fait le choix du passage en force, avec le soutien de la CFDT et de l UNSA, en publiant sa réforme le 19 mai, jour d une grève majoritaire. Il fallait oser! De la même manière, ce gouvernement est passé en force sur la loi Macron ( ). C est aussi sur la revendication claire de retrait (avant la publication des textes sur la réforme du collège), puis d abrogation, qu une unité syndicale a pu se construire et se renforcer avec les organisations représentant 80 % des personnels de l Education nationale. C est une force, un point Dominique Chauvin, autre co-secrétaire académique du SNES (Créteil) Il faut l abrogation du décret, et non pas discuter sur l application de ses modalités Comment apprécies-tu le mouvement contre la réforme du collège? Les derniers sondages montrent que 74 % des professeurs sont contre cette réforme! Au lieu de 60 % précédemment. Le SNES a fait un effort particulier pour mobiliser, avec plein d heures d information syndicale. Le mécontentement est là. La manifestation d aujourd hui est loin d être ridicule, j estime qu il y a manifestants. Comment vois-tu la suite? Les parents sont de notre côté. Le président de la FCPE débarqué en plein congrès, c est du jamais vu! L intersyndicale hier a eu raison de sortir de la réunion avec la ministre. Il faut l abrogation du décret, et non d appui considérable, et le gouvernement en est conscient ( ). Maintenant, il nous faut poursuivre et amplifier le rapport de force, décider avec les personnels les moyens pour arracher l abrogation de la réforme, car nous voulons gagner. Une déclaration commune des syndicats SNUDI-FO, CGT et SUD du premier degré indique que la jonction premier et second degrés est à l ordre du jour, c est juste. A titre personnel, j ai participé à l assemblée-débat du 6 juin à l initiative d Informations ouvrières : plusieurs intervenants ont fait part du rejet de la politique du gouvernement, de la résistance et de la détermination des salariés dans leur secteur d activité, y compris dans l Education nationale. Rien n est plié, dans aucun secteur! La riposte interprofessionnelle, comme elle s est déjà dessinée le 9 avril dernier, est bien à l ordre du jour. pas discuter sur l application de ses modalités. Dans mon département, la Seine-et- Marne, nous allons diffuser devant les écoles primaires pour faire comprendre aux parents la gravité de cette réforme. Il faut agir avec eux. Le blocage du brevet des collèges comme le proposent certains, serait se mettre à dos de nombreux parents. Il faut discuter de la grève à la rentrée, d une manifestation nationale unitaire professeurs-parents avec les syndicats. Je pense aussi qu il faut étendre la mobilisation aux lycées ; ils seront touchés dès la rentrée 2017, puisque la réforme est appliquée à la rentrée 2016 au collège : les élèves sortant de 3 e auront subi enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), allégements de programmes et d horaires. Michel Vialle, secrétaire académique du SNES Versailles Des convergences se feront peutêtre, ce sont les suites du 9 avril Ce serait une erreur de croire que le nombre de grévistes le 11 juin traduit un reflux de la mobilisation. L exaspération des collègues est très forte, face à la ministre et son refus d abroger le décret et l arrêté de la réforme qu elle a publiés. Il y a aussi le rapprochement avec les parents, qui sont très inquiets des conséquences de l autonomie, de la concurrence entre établissements, du rétablissement de filières. Il s agit de continuer à construire la mobilisation avec un allié, les parents, pour obtenir le retrait de cette réforme. Il y a aujourd hui de plus en plus de mobilisations sectorielles contre les réformes, qui toutes mettent en cause les service publics : dans le second degré, à l AP-HP. Des convergences se feront peut être. Ce sont les suites du 9 avril. Mais il s agit de gagner, d obtenir le retrait de la réforme du collège. La ministre et le gouvernement sont minoritaires sur cette question dans le pays. ÉDITORIAL é L ennemi est dans notre pays Daniel Gluckstein secrétaire national du POI Anouveau, le gouvernement a donc décidé d utiliser l article 49-3 de la Constitution. Cette fois, il s agit de faire passer la loi Macron. Président du Medef, Pierre Gattaz, a salué cette décision. «C est un bon choix», s est-il écrié. La forme les institutions rejoint le fond. La loi Macron, c est la loi des patrons, de la déréglementation et de la destruction des droits ouvriers. Le 49-3, c est un concentré du régime de la V e République, un régime d arbitraire fondé pour remettre en cause l indépendance des organisations ouvrières et faire passer les plans du capital. Au même moment, l Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE), le FMI poursuivent leur tentative d étrangler le peuple et la classe ouvrière de Grèce. Là aussi, la forme institutionnelle rejoint le contenu. Au nom des déficits, de la dette, des «critères», l Union européenne et ses institutions (dont l euro) ont été mises en place pour imposer aux travailleurs et aux peuples du continent des plans de destruction, de misère et de déchéance, exigés par la classe capitaliste. Ces institutions supranationales et antidémocratiques auxquelles toutes les représentations politiques et les gouvernements de toutes couleurs ont prêté allégeance constituent un véritable carcan qui prétend caporaliser et discipliner le mouvement ouvrier. Le lien est étroit entre le caractère corporatiste, anti-ouvrier et antidémocratique, des institutions de la V e République et de l Union européenne, d une part ; et, d autre part, la guerre sociale généralisée qu engendrent les politiques mises en œuvre dans le cadre de ces institutions. Solidarité avec le peuple grec? Oui, inconditionnellement! Elle passe par le refus d accorder le moindre soutien au gouvernement Hollande-Valls, par une lutte à mort contre chacune de ses mesures. Car le rapport est direct entre la décision, via le 49-3, d imposer la loi Macron en France et les mesures de guerre sociale, via les institutions de l Union européenne, que le même gouvernement Hollande-Valls veut imposer au peuple grec. C est pourquoi aucune compromission n est acceptable avec la V e République et l Union européenne, institutions au seul service du capital financier, dont le Parti ouvrier indépendant, depuis sa fondation, revendique le démantèlement, afin d ouvrir la voie à la démocratie dont le peuple définira lui-même la forme et le contenu. Solidarité avec le peuple grec? Oui, inconditionnellement. Elle passe par le nécessaire rassemblement des forces sur le terrain de la lutte de classe, des travailleurs, des organisations, afin de bloquer les plans et contre-réformes du gouvernement. A l instar des travailleurs de l AP-HP qui, unis avec leurs syndicats, viennent d imposer le retrait du plan Hirsch. Car bloquer ces mesures en France, c est bloquer la capacité de nuisance du gouvernement Hollande-Valls à l offensive avec les autres gouvernements européens pour tenter d imposer au peuple grec des plans de mort et de désespoir. Il y a cent ans, en pleine guerre impérialiste de , le député social-démocrate allemand Karl Liebknecht diffusait un tract dans lequel il avait écrit : «L ennemi du peuple allemand est dans notre propre pays, c est le gouvernement.» Eh bien, disons-le aujourd hui : dans la guerre que mènent l Union européenne, la BCE et tous les gouvernements contre le peuple grec et tous les peuples, dans la guerre que mène la V e République contre la classe ouvrière et les droits démocratiques, l ennemi est dans notre propre pays. Il s appelle le gouvernement Hollande-Valls. DR

4 4 INFORMATIONS OUVRIÈRES N TRIBUNE de discussion Faites parvenir vos contributions à : La rédaction d Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris. Une tribune L e succès du 6 juin, qui a rassemblé un millier de militants ouvriers, de démocrates et d élus à l initiative d Informations ouvrières, est le point de départ d une série d assembléesdébats dans les départements et les localités dans l objectif de rassembler des milliers et des milliers de militants et de travailleurs. Comme nous l avons dit à plusieurs reprises, le fait qu Informations ouvrières A propos du texte commun, Vivre ensemble, Travailler ensemble CGT-CFDT-CFTC-CGC-UNSA- FSU et Solidaires, du 5 juin 2015 Une contribution de Christian Renard militant CGT de la construction Tout d abord une première remarque : le gouvernement Hollande-Valls, sa politique se trouvent totalement absents de ce texte. Comment comprendre? Un texte signé par des confédérations syndicales, qui ne mentionne pas les coups qui tombent sur les travailleurs. Loi Macron, loi Rebsamen, pacte de responsabilité, etc. : tout cela n existe pas, et même le mot «austérité» n apparaît pas dans cet appel. Ne serait-ce pas pour la simple raison que certains de ces signataires, comme la CFDT, l UNSA,... soutiennent ces terribles attaques contre la classe ouvrière? Dans le chapitre sur l emploi «L emploi constitue un élément essentiel de l insertion sociale, pour l autonomie et l indépendance des personnes, pour leur assurer les moyens matériels d existence par le salaire comme la protection sociale qu il génère ( ). L emploi doit être source d intégration et de reconnaissance dans la société.» Cela au moment où les plans de licenciements tombent, où des milliers d emplois sont supprimés On se demande dans quel monde vivent les signataires de ce texte! Et l on nous explique : «La situation est pourtant différente en fonction des métiers et des activités qui pour certaines sont porteuses d inégalités et de conditions de travail dégradées. Ces secteurs professionnels marqués par la présence massive de femmes ou de travailleuses et travailleurs d origine étrangère (sous-traitance, secteur du bâtiment, services à la personne, nettoyage ou emplois de sécurité ) sont généralement les plus ouverts aux personnes sans diplômes ou peu qualifiées et enferment ces salariés dans l instabilité durable et l insécurité sociale.» On nous donne l impression que la précarité de l emploi serait une calamité naturelle, au même titre que les cyclones, les tremblements de terre, etc. Et non pas la réalité : c est-à-dire une politique délibérée, concertée, menée par le patronat et le gouvernement pour casser le coût du travail, politique menée notamment au moyen de l ANI, signé par la CFDT, et de la loi Macron, appuyée par la CFDT. Dans le chapitre Agir contre les discriminations à l embauche et au travail L on prétend que «le cadre juridique de la lutte contre les discriminations a évolué positivement en France du fait notamment de l action européenne» Mais le texte ne dit mot sur un des premiers cas de discrimination que nous rencontrons au travail : celui de la discrimination syndicale. Quotidiennement, des militants, délégués et élus du personnel sont en butte à la répression antisyndicale, certains sont licenciés, souvent avec l accord du ministère du Travail. De cela, le texte ne fait pas mention ; peut-être que pour les signataires, cela ne fait pas partie des discriminations au travail? Dans le chapitre Agir dans les cités, les quartiers, les villes et les villages Pas un mot sur la destruction des services publics (hôpitaux, maternités, centres de Sécu, de La Poste, etc.), sur l étranglement budgétaire des communes qui Mais quelles valeurs communes partageons-nous avec Laurent Berger, qui cautionne toute la politique réactionnaire et anti-ouvrière du gouvernement Hollande-Valls, alors que nous, nous la combattons? conduit à leur destruction, tout cela organisé par les gouvernements successifs depuis des années et qui est en train de s accélérer avec la mise en place de la réforme territoriale. En revanche, on nous dit : «La présence en proximité des syndicats comme des associations avec des moyens nécessaires sont des préalables au maintien de notre République laïque, démocratique, sociale et de ses principes d égalité, de liberté et de fraternité.» Ce sont donc les syndicats et les associations qui seraient amenés à suppléer à la destruction de nos services publics? Qui peut accepter cela! Dans le chapitre intitulé Education, école On nous dit : «(L école) doit donc faire l objet de débats afin de définir un projet d école le plus consensuel possible.» Et plus loin : «D où l importance d un partage du projet de l école qui ne peut s adosser qu à un projet de société dont les valeurs et principes font culture commune dans la société.» N est-ce pas là les mêmes arguments que nous assènent le gouvernement et sa ministre, Najat Vallaud-Belkacem, pour tenter de faire appliquer sa réforme du collège, réforme combattue par la majorité des organisations syndicales dans l enseignement? Dans le dernier chapitre, intitulé Militer résolument pour les valeurs du syndicalisme et les principes républicains Référence est faite au 11 janvier : «Parce que nous croyons en un avenir partagé et pacifique, nous voulons rester fidèles à ce que certains appellent l esprit du 11 janvier.» L esprit du 11 janvier, de quoi parle-t-on? Rappelons-nous que le 11 janvier, en tête de la manifestation, se trouvait des chefs d Etat qui, tous, s attaquent aux droits et libertés des peuples, et dont bon nombre ont les mains souillées du sang de leurs victimes. Le «11 janvier» n a-t-il pas plutôt servi au gouvernement pour tenter d imposer une «union nationale» en soutien à sa politique? N est-ce pas en son nom que le gouvernement justifie sa loi sur le renseignement, loi liberticide que combat la CGT? Et plus loin, on nous dit : «Il faut développer le dialogue social, les libertés syndicales et exiger du patronat des contreparties aux subventions accordées aux entreprises.» Ainsi donc, le pacte de responsabilité serait acceptable moyennant des contreparties! Cela, c est la position de la CFDT, mais en aucun cas la nôtre! En sorte de conclusion, le texte affirme : «Les organisations syndicales qui partagent des principes et des valeurs communes ont décidé de travailler ensemble pour s opposer à la fois à la montée du populisme, de l extrême droite et de ses idées, de la xénophobie, du sectarisme et du fondamentalisme, mais aussi pour rechercher et exiger des réponses à la crise économique et sociale.» Mais quelles valeurs communes partageons-nous avec Laurent Berger, qui cautionne toute la politique réactionnaire et anti-ouvrière du gouvernement Hollande- Valls, alors que nous, nous la combattons? Semaine du 18 au 24 juin 2015 soit à la fois l hebdomadaire du POI et tribune libre de la lutte des classes n est en rien contradictoire, parce que personne ne veut imposer à quiconque son point de vue. C est le libre débat entre militants ouvriers, démocrates, élus d origines politiques et syndicales diverses mais qui entendent tous contribuer à la discussion et à l action pour arrêter ce gouvernement et sa politique. C est pourquoi, à l issue de l assemblée-débat nationale du 6 juin, Informations ouvrières continue de publier cette tribune de discussion dans l objectif d aider au libre débat au sein du mouvement ouvrier. Faites-nous parvenir vos contributions! Lucien Gauthier, Rédacteur en chef Loi Macron > Le gouvernement décide le plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement abusif La porte ouverte à l arbitraire patronal sans limite Interview de Fred Paré, responsable du secteur droits, libertés et action juridique à l union départementale CGT de Paris Que penses-tu de la décision du gouvernement de plafonner les indemnités prud homales? C est une volonté patronale de «sécuriser» le licenciement, comme ils disent. Cela va changer beaucoup de choses, en particulier pour les salariés qui ont de l ancienneté. Une indemnité plafonnée à douze mois, avec peu de chance de retrouver du travail, c est rien du tout. Les employeurs, ceux qui pouvaient être encore réticents à licencier, n auront plus aucune hésitation à le faire, puisqu ils sauront que, dans le pire des cas, cela ne leur coûtera que douze mois de salaire maximum, même si le licenciement est reconnu «sans cause réelle et sérieuse». C est la porte ouverte à l arbitraire patronal sans limite. Que penses-tu du recours prévu à l article 49-3 pour l adoption définitive du projet de loi Macron à l Assemblée nationale? On voit bien que ce gouvernement est aux abois et qu il se fout de ceux qui les ont élus. Ce gouvernement, dit socialiste, est le pire gouvernement de droite! La dernière fois que tu t es exprimé dans nos colonnes, c était au lendemain de la grève interprofessionnelle du 9 avril. Comment les choses ont-elles évolué depuis, selon toi? La situation est très compliquée. Les avancées qui avaient abouti au 9 avril, avec cette grosse manifestation sur Paris, ont eu du mal à enclencher une dynamique interprofessionnelle. Aujourd hui, on nous renvoie à une journée qui aura lieu le 25 juin. On ne peut pas s en satisfaire, même si c était peut-être le seul moyen d amener les organisations syndicales autour d une même table. Un déni de justice! Le point de vue de Michel Pinatel, délégué syndical FO dans la métallurgie, en Haute-Loire, et défenseur syndical aux prud hommes M ettre un barème pour indemniser les licenciements abusifs, c est un déni de justice! Les prud hommes sont là pour juger, peser le pour et le contre, chaque dossier est différent. Avec ce plafonnement, le patron sera sanctionné, mais pas jugé selon l importance de sa faute. C est le programme du Medef. L objectif réel, c est de diminuer le coût du travail et d arriver, un jour, à la situation des Etats-Unis, où le patron peut licencier sans motif, du jour au lendemain. En France, ce n est pas encore possible, le patron doit donner un motif au licenciement. Mais avec ce barème, le patron pourra licencier pour un oui ou pour un non : il paye l amende, et tout est réglé. Je voudrais aussi dire un mot sur l assemblée-débat du 6 juin dernier, à Paris. Je viens d en lire le compte rendu dans Informations ouvrières. Il faut poursuivre ce débat localement, c est évident. Je voudrais aussi dire une chose sur Informations ouvrières. Depuis quelques semaines, on a pris l habitude de lire des interviews, des contributions de militants qui ne sont pas nécessairement au POI. Je trouve cela très bien. Je me souviens, après avoir acheté pour la première fois le journal, j avais lu en haut de la première page : «L émancipation des travailleurs sera l œuvre des travailleurs eux-mêmes.» Et un peu en dessous : «Tribune libre de la lutte des classes.» Je pense que ces tribunes de militants, dans le cadre de la préparation de l assemblée du 6 juin, correspondent vraiment à cela. J espère que cela va continuer.

5 INFORMATIONS OUVRIÈRES N TRIBUNE Semaine du 18 au 24 juin DISPONIBLE MERCREDI PROCHAIN SNCM : le tribunal ordonne la poursuite de l activité Une correspondance de Stéphane Marati Le 10 juin, le tribunal de commerce de Marseille a rejeté les offres de reprise de la SNCM. Il a enjoint aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d offres, dont le résultat sera examiné le 25 septembre prochain. C est précisément ce que demandaient les organisations syndicales de la SNCM, pour qui : les offres proposées signifient le licenciement de 800 salariés ; le redressement judiciaire est la conséquence directe du comportement irresponsable des actionnaires, Etat et Transdev, qui ont fait valoir une créance de 30 millions d euros alors qu ils sont prêts, aujourd hui, à abandonner une créance de 160 millions d euros et à financer un plan social de 85 millions ; les offres de reprise s élèvent de 3 à 5 millions d euros, alors que les actifs de la SNCM sont évalués à 200 millions d euros ; il s agirait par conséquent d un véritable pillage de l entreprise. UNE VICTOIRE POUR LES SYNDICATS, ÉCRIT LE MONDE La décision du tribunal, qui relève que la SNCM ne perd plus d argent et possède 30 millions d euros de trésorerie, est donc, comme l écrit le journal Le Monde, «une victoire pour les syndicats». Et ce, malgré le pilonnage incessant du gouvernement, des patrons et de l Union européenne, qui ne cessent d agir depuis des mois et des années pour liquider la SNCM et le pavillon français de premier registre, au profit des sociétés «low cost» qui refusent d appliquer le droit social et fiscal français et qui généralisent l emploi de travailleurs détachés. Rappelons quelques faits : le procureur de la République soutenait l offre de l armateur de Baja Ferries ; le juge-commissaire soutenait l offre du patron corse Patrick Rocca ; l Union européenne avait «ordonné» au tribunal de prendre une décision de reprise ou de liquidation avant fin juin, sous la menace d engager de nouvelles procédures judiciaires ; en déplacement à Marseille quelques jours avant le délibéré du tribunal, Valls qui a renié les engagements de l Etat et qui s est engagé avec les patrons dans une offensive visant à liquider la SNCM et à généraliser le statut de travailleur détaché estimait qu une «solution est à portée de main» ; juste avant le délibéré du tribunal, le groupe STEF, qui possède la CMN (Méridionale), co-délégataire, avec la SNCM, de la délégation de service public de continuité territoriale entre la Corse et le continent, faisait valoir son intérêt pour une éventuelle reprise partielle de la SNCM. Immédiatement, l Union européenne écrivait un courrier de mise en garde, menaçant de maintenir ses amendes de 600 millions d euros, qu elle était pourtant prête à lever pour les autres «repreneurs». à peine le jugement prononcé, le patron du groupe Transdev menaçait déjà, mettant en garde contre la possibilité d une liquidation totale. On peut dire que les manœuvres, les retournements et les coups contre la SNCM pleuvent comme à Gravelotte. On peut même se demander ce que le gouvernement, les patrons et l Union européenne vont encore inventer pour liquider la SNCM, car, pour l instant, les salariés de la SNCM sont toujours là, avec leurs navires et avec le pavillon français de premier registre. Et c est bien cela qui leur est insupportable. LA GRÈVE DU 4 JUIN SUIVIE À 65 % Pour l heure, ce jugement ne peut que renforcer la détermination des salariés de la SNCM, et plus largement sur le port de Marseille. Il est d ailleurs à noter qu après la grève du 4 juin, suivie à 65 % à la SNCM et dans de nombreux autres secteurs à l appel principal de la fédération CGT des syndicats maritimes, plusieurs organisations syndicales avaient déposé un préavis de grève pour le 11 juin, dans l hypothèse d un jugement défavorable. Alors que les unions départementales CGT, FO, FSU et SUD des Bouches-du- Rhône «soutiennent et appellent toutes leurs structures à mettre en commun leurs forces, dans les entreprises, les services, les administrations, les collectivités, pour faire aboutir (les) légitimes revendications», la résolution commune des organisations CGT, SAMM, FO, CFE-CGC, CFDT et CFTC de la SNCM exigeant, notamment, le maintien de la SNCM, des emplois et du pavillon français de premier registre, reste plus que jamais à l ordre du jour. LE COMPTE RENDU INTÉGRAL DE L ASSEMBLÉE- DÉBAT NATIONALE DU 6 JUIN À PARIS TOUTES LES INTERVENTIONS TOUTES LES CONTRIBUTIONS ÉCRITES REMISES À LA TRIBUNE Ce supplément d Informations ouvrières, de 24 pages, sera vendu 3 euros l unité. Prix spécial pour toute commande groupée : 2 euros (à partir de 5 exemplaires) Participation aux frais d envoi : - 3 euros pour une commande de 5 à 10 exemplaires, - 5 euros pour une commande de 11 à 20 exemplaires. Chèques à l ordre d Informations ouvrières. Toute commande doit être accompagnée du paiement. A renvoyer à : Administration Informations ouvrières, 87, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris Loire-Atlantique : deux rassemblements face à Hollande, Gattaz et Berger appelés par les unions départementales CGT, CGT-FO, FSU et Solidaires Interview de Gérard Caillon, secrétaire général de l union locale Force ouvrière de Saint- Nazaire (Loire-Atlantique) Le 12 juin, les unions départementales FO, CGT, Solidaires et FSU ont organisé deux rassemblements, le matin à Nantes, à l occasion de la venue du président de la République au congrès de la FNMF, et l après-midi à La Baule, lors d un colloque auquel participaient, entre autres, Pierre Gattaz et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Peux-tu nous en parler? On peut dire qu il y a eu en Loire-Atlantique, le même jour, deux présidents, un président de la République et le président du Medef. Mais les deux ont les mêmes orientations, puisque le Medef ne fait qu ordonner et le gouvernement, soutenu par le président de la République, ne fait qu aller dans ce sens. On voulait marquer les esprits en rappelant à François Hollande qu on est en désaccord sur les politiques qu il mène. Et à La Baule, il s agissait de dénoncer un sommet des dirigeants pour «redresser la France», avec des personnalités, anciens ministres et autres On a souhaité marquer fortement notre désapprobation sur ce qu envisage le Medef, c est-à-dire la destruction de tous les acquis sociaux. Il faut savoir que ce sommet est organisé dans un hôtel de luxe offrant une prestation pour le week-end et par personne à euros. On pourrait considérer qu ils font ce qu ils veulent avec leur argent, sauf que dans ce cas de figure, ce colloque est financé via le budget de formation des entreprises, donc avec le fruit du travail des salariés La présence de Berger, secrétaire général de la CFDT, a été contestée par sa base nazairienne ; pour autant, on peut largement considérer que sa participation à une telle initiative correspond tout à fait à ses orientations d accompagnement des politiques destructrices influées par le Medef et menées par les différents gouvernements successifs. En Loire-Atlantique, depuis le 9 avril, il y a une intersyndicale avec la CGT, la FSU, Solidaires et FO. On s est mis d accord sur une plate-forme commune revendicative et sur des actions, on est sur un axe que nous appelons l «axe de la résistance», considérant qu aujourd hui, la seule solution que nous avons face à cette destruction, face à cette politique d austérité, c est résister. Le matin, le rassemblement s est passé sous un ciel pluvieux. Normal, puisque chaque fois que le président se déplace, il pleut! Il y avait face à nous un service d ordre très important, sur un rayon très large, puisque à 500 mètres autour du palais des Expositions, il n y avait aucun passage possible, même pour les piétons. Tous les axes routiers avaient été bloqués. A La Baule, c était un peu différent, avec un service d ordre moins nombreux. Les grilles de l hôtel de l Hermitage étaient fermées quand nous sommes arrivés. Nous étions environ 150 à nous rassembler, surtout des militants CGT et FO. Il s agissait pour nous de démarches symboliques, sans agressivité, puisqu il s agissait de montrer que nous sommes en désaccord avec les politiques menées. Donc, pour nous, l objectif a été atteint. Le journal de l union départementale Force ouvrière de Loire-Atlantique, L Ouest syndicaliste, a rédigé un article pour alerter sur les dangers du groupe de travail à l Assemblée nationale chargé de plancher sur un projet de réforme des institutions, et en particulier du Sénat. En quoi est-ce un danger pour le mouvement ouvrier et la démocratie? Il s agit d un rapport sous la houlette de Claude Bartolone, qui doit être remis fin juin. C est de la dynamite! Le Sénat ne serait plus une chambre exclusivement composée d élus politiques de la République, mais comporterait aussi, ès qualités, «des représentants des forces sociales, économiques et culturelles». C est un projet très dangereux puisque c est un mélange des genres. Il y a déjà eu des tentatives similaires à plusieurs reprises, notamment celle de De Gaulle en On retrouve aussi le système pétainiste, c est-à-dire associer les syndicats au pouvoir politique, les enfermer dans un carcan, dans une assemblée soidisant démocratique, qui ne leur permettrait plus de pouvoir exister librement, notamment Force ouvrière, nous qui sommes très attachés à notre liberté et à notre indépendance. Nous enfermer dans un Sénat voudrait dire qu on accompagnerait toutes les lois, toutes les réformes. Or on voit bien ce qui se passe aujourd hui à l Assemblée nationale, où même quand un gouvernement est majoritaire, il utilise le Ce qui signifie que demain, s il y avait une association syndicats-partis politiques, cela ne signifierait pas que le gouvernement ne ferait pas des lois antisyndicales. Nous sommes complètement opposés à cette volonté. En 1969, Force ouvrière avait appelé à voter contre, je pense qu aujourd hui la position est la même. On peut dire qu il y a eu en Loire-Atlantique, le même jour, deux présidents, un président de la République et le président du Medef. Mais les deux ont les mêmes orientations Tu as participé à la préparation de l assemblée-débat du 6 juin à l initiative d Informations ouvrières. Que penses-tu de cette initiative et de ses travaux? J ai été associé à la préparation de cette initiative, qui est très importante et qui a été un succès puisqu il y avait réunis des responsables, des salariés de différentes organisations syndicales, de différents secteurs qui sont venus débattre et apporter leur témoignage sur ce qu ils vivent aujourd hui. C est quelque chose de très fort, il faut maintenant persévérer, grossir nos rangs, aller plus loin et expliquer ce qui se passe. Il n y a aucun relais médiatique, donc si on ne le fait pas nous-mêmes, comme ce qui s est passé le 6 juin, il n y aura rien. On ne peut pas accepter que soit détruit tout ce qui a été mis en place par le Conseil national de la Résistance et après-guerre par toutes les luttes de classe. On est aujourd hui en train de se battre pour ne pas perdre nos acquis. C est inacceptable. Si on ne fait rien, demain, il n y aura plus de couverture sociale, et tout sera dilapidé sur l autel du capitalisme. J ai parlé de l importance de «l axe de la résistance», c est essentiel. Car on voit ce qui s est passé, notamment, avec les dirigeants de sept confédérations qui se sont réunis et qui ont rédigé un document sur l appel du 11 janvier dernier, déclarant qu il fallait retrouver ce qui s était passé après des événements certes dramatiques, et qui voudraient mettre en place l unicité nationale, ce qui reviendrait à accompagner la politique du gouvernement. On se retrouve alors au niveau national avec des dirigeants qui ont tendance à aller dans ce sens là, et à la base, on voit des militants et des responsables syndicaux qui, eux, veulent combattre l austérité, combattre les politiques qui mettent à mal tous les Français et qui n amènent que la paupérisation. Propos recueillis par Marie STAGLIANO

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes.

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Le 21 mars 1804, Napoléon Ier instaure le Code civil dont l'article 1781 édicte qu'en cas de litige sur le salaire, la parole

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE!

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! Loi N 2013-504 du 14.06.2013 Entreprises en LIQUIDATION JUDICIAIRE NON APPLICATION DE LA LOI SUR LA PORTABILITE GRATUITE DES FRAIS DE SANTE et DE PREVOYANCE Si aujourd

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER La CGT a travaillé la construction d une plate-forme revendicative depuis plus de 10 mois dans un cadre unitaire autour de : l amélioration des conditions

Plus en détail

COURRIER DE S1 NUMÉRO 9 LYCÉENS, PARENTS, ENSEIGNANTS

COURRIER DE S1 NUMÉRO 9 LYCÉENS, PARENTS, ENSEIGNANTS COURRIER DE S1 NUMÉRO 9 LYCÉENS, PARENTS, ENSEIGNANTS L U N I V E R S I T E S Y N D I C A L I S T E C L A S S I Q U E M O D E R N E T E C H N I Q U E SYNDICAT NATIONAL DES SNES (FSU) ENSEIGNEMENTS DE SECOND

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

Aide pour les formations

Aide pour les formations Aide pour les formations 1 Janvier 2008 Qu elles viennent des bases nouvelles ou des représentants syndicaux nouveaux, la Fédération souhaite répondre efficacement aux multiples demandes de formations

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

LE QUIZ DES AMBULANCIERS

LE QUIZ DES AMBULANCIERS courriel : trans- LE QUIZ DES AMBULANCIERS 1 Le CCA est il diplôme d Etat? 2 Les indemnités de déplacement ont-elles été revalorisées? 3 L avenant à l accord-cadre est-il signé? 4 Quelle a été la réaction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Succès de la manifestation européenne à Ljubljana

Succès de la manifestation européenne à Ljubljana Succès de la manifestation européenne à Ljubljana Une délégation de l UNSA a participé à la grande manifestation organisée, le 5 avril, par la Confédération européenne des syndicats (CES) à Ljubljana en

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE PARITAIRE DE LA PHARMACIE D OFFICINE DU 17 OCTOBRE 2005

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE PARITAIRE DE LA PHARMACIE D OFFICINE DU 17 OCTOBRE 2005 FEDERATION NATIONALE DE LA PHARMACIE F.O. 7 Passage Tenaille 75014 PARIS Tél. 01.40.52.85.60. Fax. 01.40.52.85.61. E-mail. fopharma@wanadoo.fr salhic@wanadoo.fr PARIS, le 4 Novembre 2005 COMPTE RENDU DE

Plus en détail

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie?

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? SITUATION PROBLEME 1: La loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? Compétences du socle commun

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un licenciement discriminatoire d une salariée dans un restaurant en raison de la couleur de peau (Observations

Plus en détail

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur

Plus en détail

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE Mardi 14 juin 2016 L essentiel du projet de loi Le projet de loi relatif

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français.

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La politique du gouvernement dit socialiste puis social libéral et enfin libéral social, a été marquée par un virage à 180

Plus en détail

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides Vous n avez pas payé votre loyer depuis deux mois > Des frais supplémentaires de relance facturés sur quittance > Deux lettres de rappel

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

Assemblée du 14 mars 2015

Assemblée du 14 mars 2015 Animation : Gabrielle Compte-rendu : Camille Assemblée du 14 mars 2015 au Collège de Maisonneuve 3800 rue Sherbrooke Est 5 participantes et participants, 1 observateur. Début de l assemblée à 13h20. Tour

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting.

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Intervention de William Martinet Meeting 29 janvier C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Après une journée de travail entre syndicalistes de tous les horizons :

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit :

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit : CONTRAT DE SYNDIC «Le Syndicat des Copropriétaires» de La Résidence «PATRICIA» sise Bld Paul Cezanne, rue Georges Braque et rue Paul Gauguin 78280 GUYANCOURT, représenté par la personne spécialement mandatée

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Convention d entreprise n 87. » du personnel de la société Autoroute du Sud de la France

Convention d entreprise n 87. » du personnel de la société Autoroute du Sud de la France Convention d entreprise n 87 relative au régime collectif et obligatoire de prévoyance «incapacitéinvalidité-décès» du personnel de la Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M.

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

Accord ANI - 11 janvier 2013. Argumentaire UD CGT 35-2. «Sécurisation de l emploi»

Accord ANI - 11 janvier 2013. Argumentaire UD CGT 35-2. «Sécurisation de l emploi» Accord ANI - 11 janvier 2013 1 «Sécurisation de l emploi» Argumentaire UD CGT 35-2 Contexte L accord national interprofessionnel du 11 Janvier 2013, dit «pour un nouveau modèle économique et social au

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. CANIVET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mme MATHIA Avocat général : Mme BARRAIRON Assemblée Plénière Arrêt du 24 Juin 2005 LA COUR

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce 3 octobre 2012 La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce Communiqué Lu sur EGORA le 26/09/2012 : «la CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces très nombreuses réformes néolibérales ont fait la preuve en trente ans de leur inefficacité. Et tout se passe pourtant comme s il n y en avait

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

Les sanctions disciplinaires

Les sanctions disciplinaires Les sanctions disciplinaires Définition : La sanction disciplinaire est un acte unilatéral pris par le chef d entreprise pour sanctionner le comportement fautif du salarié. L employeur a un droit de sanction

Plus en détail

Commune de CALVISSON (Gard)

Commune de CALVISSON (Gard) Commune de CALVISSON (Gard) REGLEMENT DE LA CONSULTATION Avec possibilité de négociation Contrats d'assurance pour la commune de Calvisson Date et heure limite de réception des offres : 20 août 2015 à

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 3 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 3 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1407765 COMITE CENTRAL D'ENTREPRISE HJ HEINZ FRANCE SAS et autres Mme Lorin Rapporteur M. Charier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil,

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil, Entre ACCORD COLLECTIF PORTANT SUR LA COUVERTURE PRÉVOYANCE DANS LES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES l'union FRANÇAISE DES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES (UFIP), 4, avenue Hoche, 75008 Paris, représentée par : d'une part,

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Proposition de deux situations d évaluation

Proposition de deux situations d évaluation Titre Propriétés Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Outils numériques associés Mots-clés (notions) Droit STS Deuxième année Description Proposition de deux situations

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Allianz Protection Juridique * est l assurance de protection juridique du Groupe Allianz. Chargée de défendre les intérêts

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

comparant par la SELARL LOMBARDO, société d Avocat au barreau de NOUMEA, comparante par la SELARL JURISCAL, Société d Avocats au barreau de NOUMEA,

comparant par la SELARL LOMBARDO, société d Avocat au barreau de NOUMEA, comparante par la SELARL JURISCAL, Société d Avocats au barreau de NOUMEA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 05/00191 Présidente : Mme LE TAILLANTER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 8 Septembre 2006 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL

LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL LE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL PROCEDURE DE LICENCIEMENT ECONOMIQUE INDIVIDUEL DANS LES ENTREPRISES AVEC REPRESENTANTS DU PERSONNEL Convocation

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un

Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un Pourquoi les jugements prud homaux profitent-ils généralement aux salariés? Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un commerçant qui emploie des salariés peut à tout moment avoir

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail