LES ROMA DE BRUXELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ROMA DE BRUXELLES"

Transcription

1

2 Remerciements à la cellule Gens de voyage et Roma du Centre Régional d Intégration Foyer Bruxelles asbl E.R.: Loredana Marchi, Foyer asbl Rue des Ateliers 25, 1080 Bruxelles

3 Les Roma de Bruxelles La situation à Bruxelles des Roma venant de l Europe de l Est. Leur vie, Foyer, réd. une publication du Centre Régional d Intégration Foyer Bruxelles asbl

4 4

5 TABLE DE MATIÈRES Préface... 9 Explications concernant l enquête Introduction: histoire, situation dans le pays de provenance, migration et nombres Chapitre 1. Situation de séjour, répartition, provenance et nombres à Bruxelles Introduction 2. Les Roma venant de la Roumanie 3. Les Roma roumains dans la région de Bruxelles-capitale 4. Les Roma de l ex-yougoslavie a. Les Roma venant de Bosnie, Kosovo et Serbie-Montenegro b. Les Roma venant de la Macédoine 5. Les Roma venant de la Bulgarie 6. Les Roma venant de Slovaquie 7. Les Roma d autres nationalités 8. Nombre total des Roma dans la région de Bruxelles-capitale Chapitre 2. Enseignement La situation de l enseignement des Roma en Europe de l Est 2. Analyse socioculturelle, relevante pour la situation en Belgique 3. Cadre légal en Belgique 4. Scolarisation des minorités ethnoculturelles 5. Méthode de recherche 6. Carrière scolaire des Roma 7. Les Roma dans l enseignement à Bruxelles 8. L école : pas une option évidente pour les Roma 9. Solutions appliquées 10. Autres acteurs 11. Recommandations 5

6 Chapitre 3. Santé La situation de santé des Roma en Europe de l Est 2. L aide médicale urgente pour les personnes sans papiers 3. La situation de santé des minorités ethnoculturelles 4. La méthode de recherche 5. La situation de santé des Roma à Bruxelles 6. La prévention 7. Les médicaments 8. L appel fait aux services médicaux de Bruxelles 9. Les obstacles dans l assistance médicale 10. Recommandations Chapitre 4. Logement La situation du logement des Roma en Europe de l Est 2. La situation du logement des Roma dans la région de Bruxelles-capitale 3. Recommandations Chapitre 5. Emploi et formation La situation de l emploi des Roma en Europe de l Est 2. L importance de l emploi pour les Roma et leur situation concrète 3. Les Roma sur le marché de l emploi 4. La formation 5. Recommandations Chapitre 6. Les Roma et l aide sociale Les services d aide sociale 2. Les difficultés dans les relations entre Roma et l aide sociale 3. Recommandations 4. Cas : la mendicité des enfants 6

7 Chapitre 7. Les Roma et la culture : quelques remarques Un certain succès du Pentecôtisme 2. Le problème de s organiser 3. L honneur 4. Les bébés et les enfants au centre de la vie familiale Notes Annexes, dont annexe 3 : bibliographie

8 8

9 PRÉFACE PRÉFACE Cette analyse porte sur les Roma qui sont des réfugiés immigrés de l Europe de l Est qui veulent s établir chez nous. Ils espèrent pouvoir clôturer une longue histoire de marginalisation et de discrimination. Mais cela ne paraît pas évident. Les Roma à Bruxelles se trouvent dans une situation de séjour précaire et sont condamnés à vivre dans la pauvreté. Quand leur statut de séjour est en ordre, la plupart des Roma sont confrontés à d autres problèmes : rechercher un logement décent, un travail adapté, etc. Des facteurs culturels jouent un rôle et font que l intégration dans la société belge ne va pas de soi. Les Roma que nous observons à Bruxelles, sont pour la plupart originaires de la Roumanie, de l ex-yougoslavie et de la Bulgarie. On estime que leur nombre s élève à 5500 à 7000 personnes dans la région de Bruxelles Capitale. Depuis longtemps, ils vivent de façon sédentaire et se distinguent des tziganes Roms nomades qui vivent dans des roulottes et qui ont tous la nationalité belge, française ou d un autre pays de l Europe de l Ouest. La population Roma a beaucoup de caractéristiques communes, mais il s agit en même temps d une population diverse avec une manière de vivre, une culture et un passé socio-économique différents selon le pays et la région d origine, l histoire, le clan, etc. A cause de leur situation de séjour instable, les personnes et les groupes changent beaucoup avec le temps, en fonction de la saison, du climat politique, des possibilités européennes d obtenir un statut de séjour etc. C est pourquoi dans la présente analyse du milieu nous parlerons surtout des Roma qui sont venus en Belgique depuis les années 90. La situation d un grand groupe de Roma macédoines, par exemple, qui séjournent souvent déjà depuis un certain temps à Bruxelles et qui ont un statut de séjour et sont en général bien intégrés, n y correspond pas. Par conséquent, l étude ne concerne pas ce groupe. Le centre régional d intégration Foyer Bruxelles asbl a estimé qu il est important de faire une analyse la plus complète possible de la situation des Roma. La cellule Gens de voyage et Roma du Foyer a en grande partie rédigé ce document qui se veut être le point de départ d un travail à poursuivre. En plus, il essaie de présenter une image plus positive des Roma qui vivent parmi nous. Nous ne prétendons pas que cette analyse soit complète et exhaustive. Avec les 9

10 années, les idées s affineront et les relations pourront être corrigées. Tous les services et personnes qui rencontrent des Roma dans leur travail ou vie privée, sont invités à nous transmettre leurs suggestions, à échanger et collaborer avec nous si possible. Des réactions sont donc plus que bienvenues! Bruxelles, septembre 2004, CRI Foyer asbl 10

11 EXPLICATIONS EXPLICATIONS CONCERNANT L ENQUÊTE Dans le cadre de cette analyse du milieu, une enquête a été menée à partir de janvier 2004 jusqu à mi-mai En premier lieu, la situation d une dizaine de familles a été examinée. Certaines familles ont été suivies pendant un certain temps par le service Roma, Roms et Gens de voyage du Centre régional d intégration Foyer asbl (Foyer) pour l aide administrative et sociale. Finalement, une interview semi-structurée a été faite avec toutes les familles sur les différents thèmes traités dans l analyse. Nous avons opté pour 7 familles roumaines, 2 de l ex- Yougoslavie, 1 bulgare, ce qui reflète plus ou moins les proportions des différentes nationalités dans la région de Bruxelles Capitale. Le groupe examiné présente aussi une variation selon le statut de séjour, la durée du séjour et la répartition à Bruxelles. De plus, il y a eu des contacts, entretiens et des interviews structurées avec toute une série de services et d organisations à Bruxelles qui sont en contact avec des Roma. Les collaborateurs ont parlé de leurs expériences et ont renvoyés à d autres contacts pertinents. Dans les chapitres sur l enseignement, la santé et le logement, les contacts spécifiques à ces sujets sont expliqués. Ensuite, d autres contacts avec des Roma et avec des personnes étroitement impliquées dans le milieu Roma complètent l image. Koen Geurts du service Gens du voyage et Roma du Foyer a effectué le travail de recherche et la plus grande partie de la rédaction. Un grand merci à tous ceux qui ont collaboré : tout d abord les familles Roma impliquées dans l enquête, les CPAS de Bruxelles Béguinage, Bruxelles St. Roche, Bruxelles Blaes, Schaerbeek et Molenbeek, les brigades de la jeunesse de Bruxelles-Ouest et Bruxelles-Ixelles, les 11 écoles de Schaerbeek, Molenbeek, Bruxelles, Forest, St. Gilles et Anderlecht, les différents collaborateurs du CAW Archipel Welkom, de Kind&Gezin et du bureau de consultation de Foyer, l O.N.E., la Maison médicale 35, Marolles, Quart Monde et Médecins sans frontières, la maison de quartier Bonnevie, ATD Quart Monde, Solidarité Socialiste, le service social de l hôpital St. Pierre, la maison culturelle roumaine Arthis et les membres de groupe de femmes Roma, le CGVS Cedoca, départements Europe de l Est et Balkan, Fedasil service dispatching la commission de régularisation, la direction statistique de la 11

12 DE ROMA VAN BRUSSEL région Bruxelles Capitale, le Petit-Château, le Comité d Union du Peuple Rom, la plate-forme des organisations des droits de l enfant Code, Pagasa, le Regionaal Overleg Roma Aangelegenheden, Nasci, plusieurs collaborateurs du service juridique et d autres services du Foyer, ERIO, Sireas, les communes qui ont mis à disposition des chiffres du registre de la population, Kim Janssens (Schoolopbouwwerk VGC), Ann Huybrechs (Ondersteuningstems allochtone jeugdbijstand Antwerpen), Léon Tambour, Wolf Bruggen, Toon Machiels et tous les membres du groupe des collègues Woonwagenwerk, Annuska Bento du service Gens du voyage et Roma du Foyer, Johan Leman, président du Foyer, Christian Paris, Muriel Renaut, Sabine Roblet et toute personne contactée pour un entretien téléphonique. 12

13 INTRODUCTION INTRODUCTION Le ICMPD-Report, Current Roma Migration from the EU Candidate States (février 2001) estime que le nombre de Roma vivant en Europe est de 7 à 9 millions, dont 6 millions en Europe Centrale et en Europe de l Est. Dans un rapport du Minority Rights Group International de 95/4, Roma/Gypsies : a European Minority (p. 38), le nombre pour la Belgique est estimé entre 10 et Le VMC pense qu il est de l ordre de Roma en 2003 pour Bruxelles et la Flandre, dont vivant dans la région de Bruxelles. Dans notre étude, nous voulons proposer ce qui est connu jusqu ici et ce que nous pouvons communiquer après une recherche de six mois au sujet de ces nouveaux habitants de Bruxelles, communément nommés Roma dans la littérature scientifique. 13

14 14

15 SITUATION DE SEJOUR CHAPITRE 1. SITUATION DE SÉJOUR, RÉPARTITION, PROVENANCE ET NOMBRES À BRUXELLES 1. Introduction Le problème de fond pour les Roma cherchant à être reconnus comme demandeurs d asile, est qu ils ne correspondent pas aux exigences de la Convention de Genève, selon les autorités belges, sauf s ils viennent de régions en guerre comme, il y a quelques années, l ex-yougoslavie et le Kosovo. Une grande partie des Roma ne disposent donc pas de documents légaux. Ce qui reste à certains, c est de faire une demande de régularisation sur base de l art. 9 3, les critères humanitaires. Les Roma ayant un statut légal l ont obtenu, la plupart du temps, durant la campagne de régularisation de janvier Ce qui caractérise le séjour de la plupart des Roma à Bruxelles, c est la précarité. 2. Les Roma venant de la Roumanie De loin la communauté la plus nombreuse parmi les Roma est celle venant de la Roumanie. Les gens viennent par des réseaux informels d amis, de famille, d agences de voyage Beaucoup vendent leur maison avant de partir. Beaucoup aussi ont déjà séjourné dans un autre pays, comme la Suisse, la France, l Allemagne. Dû à la mendicité de plusieurs parmi eux, la répression envers les Roma roumains a augmenté. L art. 9 3 est le seul espoir pour la plupart de ces gens. Les Roma roumains essaient de justifier leur séjour en Belgique en référant à des problèmes avec la police ou avec l extrême droite en Roumanie. Les vrais problèmes de discrimination ne sont pas posés. Des Roma roumains reconnus comme réfugiés politiques sont rares. Entre 1999 et 2003 cela n a été le cas que de sept Roumains, dont la plupart sont des Roma. S il y a régularisation, d habitude c est dû ou à la campagne de régularisation ou à une maladie sérieuse et un séjour très long. Les Roma essaient cette régularisation deux - trois fois. Cette pratique est inspirée par l espoir et parce qu cela leur donne une apparence de légalité. Plusieurs ont encore une demande en cours auprès du Conseil d Etat. Certains vivent ici depuis 6 à 8 ans, d autres sont à peine arrivés. On 15

16 veut prouver à tout prix qu on veut rester en Belgique, p.ex. en suivant des cours de langues, ou en appelant leur nouveaux nés Belgiana ou Belgicano. L extrême précarité est à la base d une mobilité extrême. 3. Les Roma roumains dans la région de Bruxelles-capitale Au moins la moitié des Roma roumains qui vivent en Belgique habitent à Bruxelles. La région de provenance en Roumanie explique aussi qui habite en quelle ville en Belgique. A Bruxelles, il s agit de Roma venant de la région (moins pauvre) de Arad et Timisoara, et la région (plus pauvre) autour de Boucarest. Très souvent la famille est éparpillée dans plusieurs pays de l Europe. Le pentecôtisme est très populaire parmi les Roma roumains à Bruxelles. Selon certains, trois quarts des Roma roumains à Bruxelles fréquentent des églises pentecôtistes. Il y en a trois : à la rue de l Instruction à Anderlecht, à la rue du Canal près de Yser, et à la rue des Commerçants. Il y a aussi des Témoins de Jéhovah et des orthodoxes. Nombre de familles Quelques estimations : Les plus grandes concentrations de Roma roumains se situent, en ordre d importance, à Schaerbeek, Molenbeek, Bruxelles ville, et Anderlecht. En nombre de familles (estimations avec l aide de témoins privilégiés pentecôtistes) Par famille, on peut compter jusqu à 5 à 6 membres. Minimum Maximum Ouest Roemanie: Région d'arad (Sintana: ) Timisoara Région de Cluj Sud Roumanie: Région de Boucarest Buzau Giurgiu Autres régions: Bacau (Nord-est) Craiova (Sud) Total: Cela voudrait dire qu il y a entre et Roma roumains dans la région de Bruxelles-capitale. Deux autres témoins privilégiés nous parlent de 3000 à 4000 Roma roumains. Cependant, il faut tenir compte de l énorme mobilité. 16

17 SITUATION DE SEJOUR 4. Les Roma de l ex-yougoslavie Pour ces communautés-ci, il est typique qu ils ont pu jouir plus facilement du statut de réfugiés et qu ils ont pu participer à la campagne de régularisation de a. Les Roma venant de Bosnie, Kosovo et Serbie-Montenegro Plusieurs Roma bosniaques ont trouvé leur chemin à Bruxelles, surtout les jeunes qui ont trouvé du travail ou qui jouissent d un statut. Il s agit d une toute petite communauté à Bruxelles. Ils sont tous musulmans, à la façon bosniaque, c.- à.-d. très flexibles. On estime à une centaine de familles les familles Roma de l ex-yougoslavie (sans Macédoine) à Bruxelles. Mais, les familles bosniaques peuvent compter jusqu à huit personnes. On estime le nombre des Roma de l ex-yougoslavie (sans Macédoine) à b. Les Roma venant de la Macédoine Ces Roma-ci sont déjà arrivés à Bruxelles dans les années 60. Il s agit d un groupe plutôt spécifique. Plusieurs ont la double nationalité. Ils ont un emploi. Les Roma macédoniens ont reçu une grande influence turque ottomane. Ils parlent un autre dialecte que le Romanes et se sentent supérieurs aux autres Roma. On estime leur nombre autour de 150 à 170 familles à Bruxelles, avec une moyenne de 5 personnes, ce qui nous mène à 750 à 850 personnes. 5. Les Roma venant de la Bulgarie Il s agit d une migration plutôt récente. Beaucoup parmi eux déclarent avoir une origine turque. Ils ont très rarement un statut régulier. Les Roma bulgares fréquentent les milieux bulgaro-turcs (et macédoniens). A Bruxelles la plupart habitent près du quartier Nord (jusqu à Laeken) et, un petit nombre dans les quartiers turcs de Schaerbeek. Il y a bien sûr encore d autres familles ailleurs. On estime qu il y a 50 familles à Schaerbeek et une quinzaine à Anderlecht,ce qui nous mène à 65 familles Roma bulgares à Bruxelles. Nous estimons leur nombre à personnes. 17

18 6. Les Roma venant de la Slovaquie Les Roma slovaques ont commencé à demander l asile en Belgique en 1993, avec une pointe de 1392 demandes en La plupart vient de villes comme Kosice et Presov. A Bruxelles on ne trouve les Roma slovaques que dans le cadre de l asile, donc au Petit Château et dans les alentours. On estime leur nombre à 124 Roma slovaques pour Bruxelles. Leurs enfants fréquentent souvent l enseignement néerlandophone. 7. Les Roma d autres nationalités Il y a un nombre limité de Roma polonais et tchèques à Bruxelles, et quelques familles isolées venant encore d autres pays. On les estime, en tout, à familles. 8. Nombre total des Roma dans la région de Bruxelles-capitale Nous estimons qu il y a entre 1050 et 1300 familles Roma à Bruxelles, ce qui veut dire 6200 personnes Roma dans la région de Bruxelles (c.-à.-d. entre 5500 et 6900), cfr. une estimation faite il y a quelque temps par le VMC (en 2003). Le VMC estimait à 6500 les Roma à Bruxelles. 18

19 ENSEIGNEMENT CHAPITRE 2. ENSEIGNEMENT 1. La situation de l enseignement des Roma en Europe de l Est Le rapport du PNUD (2002) 1 décrit la situation dramatique de l enseignement des Roma dans 5 pays de l Europe de l Est (Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie). Un tiers des enfants Roma terminent l école élémentaire, seuls 6% fréquentent une école secondaire et 1% l enseignement supérieur (voir tableau 1). Un autre rapport (Kpotova A. & Lacko M.) constate qu en Slovaquie, 30 fois plus d enfants Roma abandonnent leurs études que d autres enfants, 14 fois plus répètent une année et 28 fois plus d enfants Roma sont orientés vers des écoles pour enfants ayant un retard scolaire. Beaucoup d autres rapports donnent également des chiffres poignants. Niveaux d'enseignement 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Bulg Tchèque Hong Slov Roum enseignement secondaire ou supérieure enseignement secondaire incomplet enseignement élémentaire peuoupas d'enseignement élémentaire" Tableau 1 : Niveau d enseignement des Roma en 5 pays de l Europe de l Est Source : rapport du PNUD sur les Roma, 2002 Le rapport du PNUD sur la situation des Roma indique comme raison principale une spirale vicieuse de pauvreté. Souvent, il est impossible de pourvoir le matériel le plus élémentaire pour fréquenter l école (matériel scolaire, vêtements appropriés, nourriture suffisante, ) et les enfants sont souvent, par nécessité, impliqués dans des activités pour acquérir un revenu. Le manque d enseignement conduit au chômage, ce qui aboutit à une marginalisation encore plus grande à 19

20 travers les générations, comparable à celle de la grande pauvreté. Les parents sont également peu-qualifiés et ne stimulent pas leurs enfants à suivre l enseignement. Mais, outre la pauvreté, la tradition d enseignement orale des Roma joue aussi un rôle important : on n est pas assez familiarisé avec l enseignement par des livres, un élément de la culture gadgé. La moitié des enfants Roma vont à des écoles avec une prépondérance d enfants de la population majoritaire. Plus que 1 enfant Roma sur 3 fréquente une école avec principalement des enfants Roma. Ceci est entre autre dû au fait que les Roma s installent (de manière obligatoire ou non) dans des lieux avec une prépondérance de la population Roma (ghettos Roma). La pauvreté joue aussi un rôle. Après le communisme, le budget pour l enseignement a diminué petit à petit. Ce sont surtout les écoles Roma et les Roma eux-mêmes qui en ont subi les conséquences. Les enfants de parents pauvres recevaient un enseignement pauvre d un niveau plus bas. Lorsque des enfants d une communauté marginalisée forment une majorité à l école, cela engendre automatiquement des mécanismes de sélection négative conduisant à la ghettoïsation de l enseignement et une ultérieure ségrégation. La discrimination qui en découle, catalyse encore la spirale négative. Pourtant, dans l enseignement, l intégration dans la population majoritaire a un effet positif sur le parcours des Roma et elle mérite donc d être stimulée en permanence. Dans les écoles pour handicapés mentaux et dans les orphelinats, le nombre d enfants Roma dépasse le nombre d enfants non-roma dans les 5 pays examinés, sans qu il y ait, dans la plupart des cas, une raison médicale. Selon le rapport du PNUD sur les Roma, 14% des familles enquêtées répondent qu elles ont au moins un enfant dans de telles écoles. La raison principale indiquée est que le programme scolaire y est plus facile. La connaissance de la langue dominante est également faible. Mais pour la plupart, ce sont des éléments liés à la pauvreté qui jouent un rôle (problèmes de santé et malnutrition). L enseignement maternel est le moment critique à partir duquel à l école des limites du processus d apprentissage commencent à apparaître. Si les enfants n apprennent pas suffisamment la langue de la majorité, ils seront pour la plupart envoyés aux écoles spéciales pour Roma. Après le communisme, le budget pour 20

21 ENSEIGNEMENT l enseignement maternel a fortement été limité. Le nombre d enfants à l école maternelle a fortement diminué parce que les familles ne pouvaient plus prendre en charge les frais supplémentaires. En Roumanie, en 1998 seulement 17% des enfants Roma fréquentaient une école maternelle, contre 60% de la population totale. Pourtant, des études mettent en évidence que les enfants Roma qui ont fréquenté l école maternelle, ont beaucoup plus de chances de continuer leur scolarisation dans un milieu intégré que ceux qui entrent à l école plus tard (Reger Z., 1999). En tout cas, plus jeune un enfant Roma entre à l école, plus de chances il a d éviter la spirale de pauvreté, de chômage et de marginalisation. Roumanie Article 5 de la Loi sur l enseignement de 1995 dit que chaque citoyen a droit à un accès égal à tous les niveaux et formes d enseignement, quelles que soient les conditions sociales ou matérielles. En Roumanie, l enseignement est gratuit, de l accueil préscolaire jusqu à l université. Selon la loi, il existe une obligation scolaire pour les enfants à partir de 7 ans jusqu à l âge de 16 ans. Les enfants entre 3 et 6 ans vont à l école maternelle. A partir de 7 ans, les enfants vont à l école élémentaire qui compte 8 années. En dernière année, ils doivent passer des examens. Sur base des résultats de ces examens, ils peuvent choisir entre deux formations de suite: le lycée de quatre années où les jeunes sont préparés aux études supérieures, ou l école secondaire de deux années qui mène à l enseignement professionnel. Depuis une dizaine d années, les autorités publiques ont pris une série d initiatives pour lutter contre la marginalisation et l exclusion socioprofessionnelle des Roma. Une loi de 1993 prévoit une aide sociale pour les enfants (4 US $/mois), à condition qu ils fréquentent l école. Pour les familles Roma qui ont beaucoup d enfants, cette aide représente une partie essentielle de leur revenu. L investissement dans l enseignement reste pourtant faible en comparaison avec la période communiste antérieure. Les minorités ethniques-culturelles ont le droit de suivre des études dans leur langue maternelle, les Roma 2 aussi. Des gens qui voyagent beaucoup, peuvent s inscrire à n importe quel moment et il n y a pas de condition concernant un domicile fixe. Depuis quelques années, un certain nombre de places dans différentes universités sont réservées aux Roma (150 en 1998). 21

22 Malgré l apparent accroissement de l aide publique pour les Roma dans l enseignement, pas mal de problèmes subsistent sur le plan du suivi et de l évaluation de cette aide. Le Comité Discrimination Raciale des NU notait dans son rapport de 1999 que le degré de scolarisation des enfants Roma restait faible et qu il n y avait pas d améliorations quant au taux de chômage élevé des Roma. Selon le Comité, ceci contribuait à une stéréotypisation négative, permanente et inacceptable des Roma en comparaison avec le reste de la société. Une étude a mis en évidence qu en Roumanie seuls 17% des enfants Roma entre 3 et 6 ans allaient à l école maternelle ( 97-98), contre 60% de la population totale ( 96-97). En ce qui concerne les enfants entre 7 et 10 ans, 94% de la population totale fréquentaient l école élémentaire contre 70% des enfants Roma ( 97-98). Ceci s expliquait en partie par la pauvreté. Selon le Romania Integrated Household Survey ( 97) 79% des Roma vivaient en pauvreté contre 31% de la population totale. Bien que cet élément ressortait moins de l enquête des familles Roma, des informants roumains confirmaient que la pauvreté est un obstacle sérieux pour beaucoup de Roma. Certains ne peuvent même pas acheter des vêtements appropriés pour aller à l école. D autres raisons mentionnées étaient le mauvais état de santé et les problèmes de transport à cause des grandes distances entre la campagne et les écoles. On peut dire que le degré d analphabétisme a augmenté après la chute du communisme. Les parents, quant à eux, ont encore suivi l enseignement. On constate aussi des différences régionales. Les Roma vivant en région rurale sont plus souvent analphabètes que les Roma en zone urbaine (Timisoara, Boucarest, ). A la campagne, pendant la saison agricole, les enfants doivent souvent aider les parents à travailler les champs, garder les petits enfants à la maison ou à gagner de l argent. La plupart des Roma enquêtés lors de cette étude, se plaignaient de discrimination et racisme à l école en Roumanie, sous forme de refus d inscription et de vexations, avec souvent des lésions physiques pour conséquences. Bogdan : 3 Depuis qu elles étaient toutes petites, ils ne voulaient pas accueillir mes filles. Ils savaient qu elles étaient malades et en avaient peur. La plupart des Roma a été repoussés. Mon fils a suivi l école jusqu à la quatrième année. Les enfants le traitaient brutalement. Souvent, les enseignants ne s occupent pas de ces problèmes ou du 22

23 ENSEIGNEMENT suivi individuel des enfants. A cause de toutes ces difficultés, on se contente de pouvoir apprendre à lire, écrire et faire les calculs à l école élémentaire, des compétences qui seront bien utiles plus tard pour pouvoir faire du commerce, entre autres. C est pourquoi beaucoup de Roma essaient de cacher leurs origines pour ne pas devenir victimes de discriminations. Elena : Mon père a gardé le secret sur ma vraie origine pendant toute ma jeunesse. De cette façon, j ai évité beaucoup de problèmes. Le fait que nous venions de Hongrie était déjà assez grave. De toutes les femmes enquêtées, celle-ci avait le niveau d enseignement le plus haut : après l école secondaire elle avait encore fait quatre années d études d économie. Ses enfants ne disaient pas non plus qu ils étaient Roma. Ils ont tous pu fréquenter l école normalement. Officiellement, il n y a pas d écoles Roma créées seulement pour les Roma. Pourtant, il existe des écoles pauvres dans les villages et les régions urbaines qui sont surtout fréquentées par des Roma, vu que la majorité de la population y est d origine Roma. Dans d autres écoles, ils sont souvent refusés ou visés de façon à ce qu ils abandonnent et aboutissent donc automatiquement dans les écoles Roma, ce qui confirme la ségrégation. Des études récentes montrent que 5% des Roma n ont pas de certificat de naissance et 4% des enfants âgés de plus de 14 ans n ont pas de carte d identité. Or, comme il est souvent obligatoire de disposer de ces documents pour avoir accès aux services publics, souvent ils n arrivent pas à s inscrire dans une école. On estime également que entre 1200 et 6000 Roma sont devenus apatrides en Roumanie après avoir quitté le pays pour demander asile à l Ouest. Ces personnes n arrivent pas, non plus, à s inscrire dans une école après leur retour. Calin, un des pères, témoignait : Nous demandions les droits au bourgmestre, mais celui-ci refusait de nous parler. Isaac était malade depuis Ils nous détestaient et on nous traitait comme des chiens. Nous recevions des réactions racistes. Aucun des enfants a été accueilli à l école. En Belgique, ils sont allés à l école pour la première fois. Depuis que nous avions été demander nos droits, la police venait régulièrement chez nous. On me cherchait. Ils demandaient pourquoi j étais allé à la maison communale. Je disais que je 23

24 demandais les droits de l homme. On me menaçait de coups et de blessures. On me suspectait. Si il y avait un vol, on signalait que j en étais l auteur. J ai eu peur et j ai quitté le pays. Quand j allais au contrôle médical avec mes enfants, on ne voulait pas me donner de médicaments ou faire des examens. On ne tenait pas compte de nous : ni à l école, ni à la maison communale, ni chez le docteur Je souhaite un meilleur avenir pour mes enfants. En Roumanie, cela n est pas possible sans argent. 2. Analyse socio-culturelle, relevante pour la situation en Belgique Ann Huybrechs de Ondersteuningsteam allochtone jeugdbijstand (équipe de soutien de l aide à la jeunesse allochtone) à Anvers a analysé le comportement collectif ou individuel des minorités ethniques culturelles qui au cours de leur histoire ont développé une forte méfiance vis-à-vis de l aide et de la société dans son ensemble. Ce comportement provient d un engrenage de différentes images du monde et de l homme qui sont chacune à la base d une autre vision de l aide. Pour mieux comprendre l attitude des Roma et organiser l aide d une manière efficiente, il importe d analyser l influence des différentes images du monde et de l homme. Par là, on obtient également des réponses aux questions comme comment motiver des Roma à l enseignement? et comment motiver l enseignement par rapport aux Roma?. Chez les Roma, un facteur important est la logique culturelle du groupe. Celle-ci est orientée sur la survie du groupe, la lutte quotidienne pour satisfaire les besoins de base. Les Roma portent en eux cette lutte depuis des siècles, de façon qu elle est presque devenue une partie de leur identité culturelle. Pour que cette lutte contre le monde extérieur soit fructueuse, chacun a une place bien déterminée au sein du groupe. Pour en accroître l efficacité, des ordres sont transmis selon une logique hiérarchique du haut vers le bas. On s adapte aux décisions prises par les personnes plus âgées qui marquent les limites du propre comportement. Cette logique de survie a un impact sur différents domaines. Tandis que nous nous basons sur l idée que les parents doivent être disponibles pour les enfants,de la même façon, pour les Roma vaut que les enfants doivent être disponibles pour les parents (aider à gagner de l argent, donner un statut au clan, ). 24

25 ENSEIGNEMENT Dans cette logique, l accent n est pas mis sur la responsabilité individuelle. Des problèmes arrivent et les Roma ne voient pas toujours dans quelle mesure ils y contribuent. Par conséquent, ils attendent de l intervenant qu il produise des changements dans leur situation par l extérieur (motivation externe). Les intervenants gagneront plus facilement leur confiance s ils arrivent à évaluer correctement les besoins et les intérêts qu ils ressentent. Pour aboutir, il peut être important que l aide offerte soit traduite vers la culture du groupe de façon à ce que les personnes concernées en comprennent elles-mêmes les intérêts. Les risques d un comportement non-coopératif et les avantages d une collaboration doivent être rendus visibles sans prendre soi-même position. Ann Huybrechs souligne l importance d une greffe : rechercher les intérêts au sein du groupe cible pour y accrocher les buts du travailleur social en - donnant des arguments qui correspondent aux vrais arguments (de survie) pour eux - rendant l offre (p.ex. offre de l école) intéressante pour les enfants et les parents - mettant la famille dans une position de demande par une stratégie d offre défiante toute critique, en définissant en concertation avec toutes les personnes concernées le rôle et la position de chacun. Au cours du dernier siècle, en Europe de l Ouest et de l Est, des évolutions socio-politiques telles que l émancipation et l avancement social ont également joué un rôle très important. Quand au début du 20 ème siècle, la logique du groupe ne suffisait plus pour survivre face au patronat, en Europe de l Ouest, progressivement, des changements sociaux ont été forcés à partir de la base, tels les droits individuels (évolution). Des syndicats, un cadre juridique, la sécurité sociale, un réseau d aide etc. ont été créés. Finalement, en tant qu individu, on arrivait à survivre matériellement, indépendamment de la grande famille. Ainsi, on était obligé de développer une propre opinion, de faire ses propres choix et de créer une propre perspective pour le futur, ce qui agrandissait le sentiment de responsabilité individuelle. Cette évolution devint partie de la culture et notre aide fut aussi imprégnée de cette logique axée sur la personne. On suppose que des personnes ne peuvent être aidées que si elles sont prêtes (motivation interne) à comprendre quelle part 25

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 PERMIS DE TRAVAIL A, B, C Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 Loi du 30 avril 1999 relative à l occupation des travailleurs étrangers Arrêté royal du 9 juin 1999 portant exécution de la

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Stephan Backes Coordonnateur COFETIS asbl Coordination Fédérale de la Traduction et de l Interprétariat

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006.

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006. Date: 10-05-2006 M.B. : 26-05-2006 Circulaire relative au dépassement du délai de transposition de la directive 2004/38 relative au séjour des ressortissants U.E. et des membres de leur famille Prolongation

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU

NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU 1/ Résultats de l enquête sur la couverture vaccinale et l accès aux soins de santé des populations roms sur Bruxelles 2/ Quelques bonnes pratiques: «film» 3/ Piste pour la suite NOUS SOIGNONS CEUX QUE

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

La politique flamande d intégration. Hellemans Inge L Agence des Affaires d intérieur L Autorité Flamande

La politique flamande d intégration. Hellemans Inge L Agence des Affaires d intérieur L Autorité Flamande La politique flamande d intégration Hellemans Inge L Agence des Affaires d intérieur L Autorité Flamande La législation principale Le décret du 28 février 2003 relatif à la polique flamande d intégration

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR)

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) POUVOIR EXERCER LA PHARMACIE EN FRANCE POUR LES PHARMACIENS À DIPLOME NON COMMUNAUTAIRE ET POUR LES PHARMACIENS À DIPLOME

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Je travaille pour le Réseau flamand de lutte contre la pauvreté 58 associations où les pauvres prennent la parole en Flandre et à Bruxelles sont affiliés à

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Séminaire «The NEETs need us»

Séminaire «The NEETs need us» Séminaire «The NEETs need us» Jeudi, 23 avril 2015 Atelier 1 : Vers une transition efficace entre le système scolaire et le marché du travail Orateur : M. Massimiliano MASCHERINI, chargé de recherches

Plus en détail

Emploi et formation LE DROIT À LA FORMATION LINGUISTIQUE

Emploi et formation LE DROIT À LA FORMATION LINGUISTIQUE Fonds européen pour les réfugiés Emploi et formation LE DROIT À LA FORMATION LINGUISTIQUE L apprentissage du français est une condition essentielle de l intégration des populations étrangères en France.

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois

Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois 1. Introduction L accord du gouvernement fédéral a prévu, en son art 63 2 et suivant, la limitation du droit

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise

Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise Les caractéristiques démographiques des étrangers arrivant en Hongrie. Comparaison avec la structure de la population hongroise Éva GÁRDOS, Annamária SÁROSI Bureau Central de la Statistique de Hongrie

Plus en détail

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite est un programme communautaire intégré qui fournit un soutien

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques Résumé Table des matières Origines de l Enquête... 3 Pilotage de l Enquête... 3 Résultats : niveau de langue... 6 Performance globale... 6

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres A. Introduction L emploi et la formation des jeunes bruxellois est un des défis majeurs du Gouvernement. Notre objectif ultime

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction

Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Résiliation de contrats d apprentissage dans le secteur principal de la construction Version abrégée Selon mandat confié par la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) et la Fédération Infra Avril 2014

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat d Etat aux migrations SEM Fiche d information Date : 18 septembre 2015 Situation actuelle, réinstallation et relocalisation 1.1 Situation dans

Plus en détail

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne newsletter 88 2015 JUILLET - SEPTEMBRE sommaire Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne La CEC et la crise des migrants Nos membres 1 2 3 4 5 ÉDITORIAL Les

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

GUIDE DE. l aide médicale. Version novembre 2015 Aide médicale

GUIDE DE. l aide médicale. Version novembre 2015 Aide médicale GUIDE DE l aide médicale Version novembre 2015 Aide médicale GUIDE DE L AIDE MÉDICALE (URGENTE) en six pas... Qu est-ce que l aide médicale? L aide médicale dépend-elle de ma situation de séjour? Comment

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Information pour les citoyens

Information pour les citoyens Information pour les citoyens Vous demandez un visa D, un séjour de + 3 mois en Belgique, ou un changement de statut? Ceci vous intéresse. À partir du 02.03.2015, certains étrangers qui veulent séjourner

Plus en détail

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez:

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez: Attaché - Gestionnaire de dossiers 22/07/2009 Direction Générale de l'office des étrangers - Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides SPF Intérieur Niveau de formation Conditions Vous disposez d

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Etudes. Les Agences locales pour l'emploi. Analyse descriptive

Etudes. Les Agences locales pour l'emploi. Analyse descriptive Etudes Les Agences locales pour l'emploi Analyse descriptive 1995 à 1999 Introduction Cette analyse a pour but de faire le point sur le système des Agences locales pour l emploi après 5 ans. Les données

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Règlement Permanent concernant les Formations

Règlement Permanent concernant les Formations Règlement Permanent concernant les Formations Adopté par la décision du Conseil d Administration de l Université CEU Cardenal Herrera à la date du 8 Novembre 2012. I. Dispositions générales Article 1.

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Cartes électroniques. 1 décembre 2008

Cartes électroniques. 1 décembre 2008 Cartes électroniques 1 décembre 2008 Nécessité de modernisation Mobilité Lutte contre la fraude/criminalité Nouveaux besoins sociaux Simplification administrative Réglement (CE) nr. 1030/2002 du Conseil

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P leo > Degré primaire Années 5P à 8P DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Présentation du Cycle 2 Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle vise à

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail