Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE"

Transcription

1 Notions de Virologies : Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

2 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

3 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Qu est ce qu un virus? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

4 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Qu est ce qu un virus? Interactions virus/hôte: (illustration a partir d un exemple : le virus HIV) Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

5 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Qu est ce qu un virus? Interactions virus/hôte: (illustration a partir d un exemple : le virus HIV) Comment le virus se réplique? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

6 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Qu est ce qu un virus? Interactions virus/hôte: (illustration a partir d un exemple : le virus HIV) Comment le virus se réplique? Mécanismes de défense de l hôte et échappement du HIV au contrôle par l hôte. Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

7 Notions de Virologies : Pourquoi travailler sur les virus? Qu est ce qu un virus? Interactions virus/hôte: (illustration a partir d un exemple : le virus HIV) Comment le virus se réplique? Mécanismes de défense de l hôte et échappement du HIV au contrôle par l hôte. Comment peut on mettre en place des stratégies antivirales efficaces? Etienne DECROLY AFMB/MARSEILLE

8 Principales causes de mortalité dans le monde

9 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans

10 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999)

11 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam

12 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia

13 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea

14 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea SARS coronavirus

15 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea SARS coronavirus Monkeypox: USA

16 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea SARS coronavirus Monkeypox: USA Marburg virus (Ebola): Angola

17 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea SARS coronavirus Monkeypox: USA Marburg virus (Ebola): Angola Japanese encephalitis: India

18 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia Rift-Valley fever virus: crossed the Red sea SARS coronavirus Monkeypox: USA Marburg virus (Ebola): Angola Japanese encephalitis: India Chikungunya virus: La Réunion, Indian ocean

19 > 9 virus ont «bougé» en 10 ans West-Nile virus: N Africa, Roumania, then USA (1999) H5N1: Honk-Kong, Viet-Nam Nipah virus: Malaysia NE Rift-Valley fever virus: crossed the W Red sea SARS coronavirus Monkeypox: USA NE W Marburg virus (Ebola): Angola Japanese encephalitis: India Chikungunya virus: La Réunion, Indian ocean

20 Définition des virus

21 Travail individuel : Définition des virus

22 Définition des virus Travail individuel : en 5 minutes tenter de définir la notion de virus

23 Définition des virus Travail individuel : en 5 minutes tenter de définir la notion de virus identifier les étapes putativement ciblées par des antiviraux

24 Définition des virus Travail individuel : en 5 minutes tenter de définir la notion de virus identifier les étapes putativement ciblées par des antiviraux Travail collectif :

25 Définition des virus Travail individuel : en 5 minutes tenter de définir la notion de virus identifier les étapes putativement ciblées par des antiviraux Travail collectif : Définir la notion de virus

26 Définition des virus

27 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée.

28 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique.

29 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux)

30 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte.

31 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte. ribosomes. Ils ne possèdent pas d appareil de traduction, ni de

32 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte. Ils ne possèdent pas d appareil de traduction, ni de ribosomes. Ils ne possèdent pas d information génétique relative au métabolisme énergétique.

33 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte. Ils ne possèdent pas d appareil de traduction, ni de ribosomes. Ils ne possèdent pas d information génétique relative au métabolisme énergétique. ils sont capables de perturber l information génétique des cellules qu ils infectent (mais ne provoquent pas obligatoirement la mort cellulaire).

34 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte. Ils ne possèdent pas d appareil de traduction, ni de ribosomes. Ils ne possèdent pas d information génétique relative au métabolisme énergétique. ils sont capables de perturber l information génétique des cellules qu ils infectent (mais ne provoquent pas obligatoirement la mort cellulaire). Ce sont des organismes inertes en dehors d une cellule vivante.

35 Définition des virus Des objets biologiques, particulaires, de structure organisée. Infectieux, subcellulaires, doués de continuité génétique. Constitués au minimum d un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l ARN; soit l ADN ; jamais les deux) Ils sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte. Ils ne possèdent pas d appareil de traduction, ni de ribosomes. Ils ne possèdent pas d information génétique relative au métabolisme énergétique. ils sont capables de perturber l information génétique des cellules qu ils infectent (mais ne provoquent pas obligatoirement la mort cellulaire). Ce sont des organismes inertes en dehors d une cellule vivante. Ils sont capables de se transmettre de cellule à cellule. Tout

36 Corollaire

37 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s en rapprochent :

38 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s en rapprochent : les organites cellulaires (en particulier les mitochondries).

39 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s en rapprochent : les organites cellulaires (en particulier les mitochondries). les éléments génétiques mobiles formés d ADN? (les plasmides et transposons)

40 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s en rapprochent : les organites cellulaires (en particulier les mitochondries). les éléments génétiques mobiles formés d ADN? (les plasmides et transposons) les viroïdes responsables de pathologies chez les végétaux.

41 Corollaire Certains composants du monde vivant ne sont pas des virus, mais s en rapprochent : les organites cellulaires (en particulier les mitochondries). les éléments génétiques mobiles formés d ADN? (les plasmides et transposons) les viroïdes responsables de pathologies chez les végétaux. les prions (agents transmissibles non conventionnels).

42 Le virus HIV :

43 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques

44 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV

45 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV Organisation des particules virales

46 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV Organisation des particules virales Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

47 Le virus HIV : Introduction historique

48 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta

49 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983

50 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983

51 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii Sarcome de Kaposi Infections opportunistes 1983

52 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii Sarcome de Kaposi Infections opportunistes des cellules blanches (TCD4 < 500) Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant

53 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

54 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

55 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

56 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

57 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

58 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta 1983 Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

59 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA)

60 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA) L. Montagnier / R. Gallo : identification du rétrovirus (LAV/HTLVIII, HIV) Biopsie ganglionnaires Contrairement au HTLV1-1 qui immortalise les cellules (oncorétrovirus) il tue les Lymphocytes TCD4 (lentivirus)

61 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA) L. Montagnier / R. Gallo : identification du rétrovirus (LAV/HTLVIII, HIV) Biopsie ganglionnaires Contrairement au HTLV1-1 qui immortalise les cellules (oncorétrovirus) il tue les Lymphocytes TCD4 (lentivirus) Voie d entrée = récepteur CD4 ( des cellules CD4 + )

62 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA) L. Montagnier / R. Gallo : identification du rétrovirus (LAV/HTLVIII, HIV) Biopsie ganglionnaires Contrairement au HTLV1-1 qui immortalise les cellules (oncorétrovirus) il tue les Lymphocytes TCD4 (lentivirus) Voie d entrée = récepteur CD4 ( des cellules CD4 + ) Découverte du HIV-2 (F. Clavel) (moins pathogène/ Afrique de l ouest)

63 Le virus HIV : Introduction historique 1981 : CDC Atlanta Pneumocystis carinii des cellules blanches Sarcome de Kaposi (TCD4 < 500) Infections opportunistes Immunodépression? Transmission : Sexuelle Sanguine Mère enfant Syndrome d immunodéficience Acquise (SIDA) L. Montagnier / R. Gallo : identification du rétrovirus (LAV/HTLVIII, HIV) Biopsie ganglionnaires Contrairement au HTLV1-1 qui immortalise les cellules (oncorétrovirus) il tue les Lymphocytes TCD4 (lentivirus) Voie d entrée = récepteur CD4 ( des cellules CD4 + ) Découverte du HIV-2 (F. Clavel) (moins pathogène/ Afrique de l ouest) Pandémie mondiale (+ de 40 millions de personnes infectées).

64 Etat actuel de l épidémie (1)

65 Etat actuel de l épidémie (1)

66 Etat actuel de l épidémie (2)

67 Etat actuel de l épidémie (2)

68 Etat actuel de l épidémie (3)

69 Etat actuel de l épidémie (3)

70 Etat actuel de l épidémie (4)

71 Etat actuel de l épidémie (4)

72 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5)

73 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy)

74 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et

75 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : 5 000

76 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : Cas de SIDA déclarés depuis le début de l épidémie :

77 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : Cas de SIDA déclarés depuis le début de l épidémie : Décès dus au SIDA en 2001: 409

78 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : Cas de SIDA déclarés depuis le début de l épidémie : Décès dus au SIDA en 2001: 409 Décès dus au SIDA depuis le début de l épidémie :

79 Etat actuel de l épidémie en FRANCE (5) Situation en (source : rapport delfraisy) Personnes vivant avec le HIV/SIDA : entre et Nouveaux cas d'infection à HIV en 2001 : Cas de SIDA déclarés depuis le début de l épidémie : Décès dus au SIDA en 2001: 409 Décès dus au SIDA depuis le début de l épidémie : % des cas traiter = succes virologique

80 20 ans de lutte contre le VIH

81 20 ans de lutte contre le VIH

82 20 ans de lutte contre le VIH 1981 Alerte sanitaire aux USA

83 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA»

84 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH

85 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l AZT

86 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l AZT Premiers cas de résistance à l AZT

87 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l AZT Premiers cas de résistance à l AZT 1996 Premiers anti-protéases 2004

88 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l AZT Premiers cas de résistance à l AZT 1996 Premiers anti-protéases Apparition de virus multirésistants 2004

89 20 ans de lutte contre le VIH Alerte sanitaire aux USA «SIDA» Isolement du VIH-1 Premier anti-rétroviral, l AZT Premiers cas de résistance à l AZT 1996 Premiers anti-protéases Apparition de virus multirésistants Situation dramatique en Afrique millions de morts du SIDA 40 millions de personnes infectées

90 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV Organisation des particules virales Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

91 Histoire naturelle de l infection HIV

92 Histoire naturelle de l infection HIV

93 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique

94 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique

95 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases :

96 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases : La contamination

97 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases : La contamination La primo-infection

98 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases : La contamination La primo-infection L infection asymptomatique

99 Histoire naturelle de l infection HIV Evénements cliniques et biologiques se manifestant en dehors de toute intervention thérapeutique 4 phases : La contamination La primo-infection L infection asymptomatique La maladie

100 I - La contamination Voies de contaminations : Sexuelle Sanguine Mère enfant

101 I - La contamination Voies de contaminations : Sexuelle Sanguine Mère enfant Le virus gagne les ganglions lymphatiques où il se multiplie.

102 I - La contamination Voies de contaminations : Sexuelle Sanguine Mère enfant Le virus gagne les ganglions lymphatiques où il se multiplie. Pas de test biologique capable de prouver la présence du virus.

103 I - La contamination Voies de contaminations : Sexuelle Sanguine Mère enfant Le virus gagne les ganglions lymphatiques où il se multiplie. Pas de test biologique capable de prouver la présence du virus. En cas de contamination suspectée, il existe un traitement d urgence:

104 I - La contamination Voies de contaminations : Sexuelle Sanguine Mère enfant Le virus gagne les ganglions lymphatiques où il se multiplie. Pas de test biologique capable de prouver la présence du virus. En cas de contamination suspectée, il existe un traitement d urgence: trithérapie devant être débutée dans les 24 h suivant l acte contaminant et pendant un mois.

105 Taux relatifs Résumé Cellules T CD4+ Cellules T CD8+ Anticorps anti-hiv-1 ARN viral Virus infectieux Temps en mois Temps en années Primo-infection Phase asymptomatique clinique Symptomatique (SIDA) a :

106 Histoire naturelle de l infection

107 Histoire naturelle de l infection Phase asymptomatique

108 Histoire naturelle de l infection VIRUS IMMUNITÉ virus fabriqués/jour Elimination quotidienne des virus Destruction continue des cellules CD4 Régénération + accélérée des cellules CD4 + Phase asymptomatique

109 Histoire naturelle de l infection VIRUS IMMUNITÉ virus fabriqués/jour Elimination quotidienne des virus Destruction continue des cellules CD4 Régénération + accélérée des cellules CD4 + Plusieurs années Phase asymptomatique

110 Histoire naturelle de l infection VIRUS IMMUNITÉ VIRUS IMMUNITÉ virus fabriqués/jour Elimination quotidienne des virus Destruction continue des cellules CD4 Régénération + accélérée des cellules CD4 + Plusieurs années Destruction des cellules T CD4 + Apparition de maladies opportunistes Phase asymptomatique

111 Histoire naturelle de l infection VIRUS IMMUNITÉ VIRUS IMMUNITÉ virus fabriqués/jour Elimination quotidienne des virus Destruction continue des cellules CD4 Régénération + accélérée des cellules CD4 + Plusieurs années Destruction des cellules T CD4 + Apparition de maladies opportunistes Phase asymptomatique SID A

112 SCHEMA SIMPLIFIE DU DEROULEMENT CINETIQUE DES REPONSES ANTIVIRALES Réponses Immunitaires innées Rapides, peu diversifiées, spécificité dégénérée, efficacité restreinte pas de mémoire Réponses Immunitaires adaptatives lentes, très diversifiées, spécificité haute, efficacité forte mémoire

113

114 Les responses immunitaires aux virus :

115 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque

116 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions

117 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc..

118 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate

119 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires

120 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna)

121 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction)

122 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI

123 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers

124 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers ligands de NKG2D, IFN-α/β

125 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers ligands de NKG2D, IFN-α/β Système immunitaire adaptif:

126 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers ligands de NKG2D, IFN-α/β Système immunitaire adaptif: Lymphocytes T CD8 (lyse des cellules infectées), LT CD4,

127 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers ligands de NKG2D, IFN-α/β Système immunitaire adaptif: Lymphocytes T CD8 (lyse des cellules infectées), LT CD4, Lymphocytes B: anticorps (neutralisants, facilitants, ADCC)

128 Les responses immunitaires aux virus : Immunité Intrinsèque défenses antivirales cellulaires : restrictions Apobec3G, FV1, Ref1, Trim5 etc.. Immunité Innée immédiate défenses antivirales cellulaires interférence ARN (destruction des mrna),voies de la PKR (apoptose et inhibition traduction) Voies TOL Mda5, de Rig-I et DAI émission de signaux de dangers ligands de NKG2D, IFN-α/β Système immunitaire adaptif: Lymphocytes T CD8 (lyse des cellules infectées), LT CD4, Lymphocytes B: anticorps (neutralisants, facilitants, ADCC) Effets néfastes pour l hôte: immunopathologie

129 Pathogénèse du HIV

130 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte

131 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique

132 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années

133 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années

134 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A

135 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte

136 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI

137 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps

138 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques

139 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque)

140 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G

141 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

142 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

143 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

144 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

145 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

146 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

147 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

148 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

149 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

150 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Disfonctionnement du SI Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

151 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Disfonctionnement du SI Contrôle de l immunité innée Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

152 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Disfonctionnement du SI Contrôle de l immunité innée Effet cytopathogène Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

153 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Disfonctionnement du SI Contrôle de l immunité innée Effet cytopathogène cyncitas Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

154 Pathogénèse du HIV VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Défenses de l hôte VIRUS Phase asymptomatique Plusieurs années SID A Efficacité réplicative du virus Echappement au SI Cellules cibles : CD4 contrôle de la variabilité hyper glycosylation AC facilitants Latence Disfonctionnement du SI Contrôle de l immunité innée Effet cytopathogène cyncitas Défenses de l hôte Contrôle par le SI Anticorps Cellules T cytotoxiques Défense cellulaire (immunité innée et intrinsèque) Apobec 3G contrôle de l uracilation de L ADN

155 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV Organisation des particules virales Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

156 Structure du virion

157 Structure du virion Particule virale immature Particule virale mature

158 Structure du virion Particule virale immature Particule virale mature

159 Structure du virion

160 Structure du virion

161 Le virus HIV : Rappel historique et quelques statistiques Histoire naturelle de l infection par le HIV Organisation des particules virales Le cycle réplicatif du HIV et cibles thérapeutiques

162 Cycle d infection par le HIV

163 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Cytoplasme

164 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme

165 Identification du récepteur CD4 :

166 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+

167 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro

168 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4

169 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV

170 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4

171 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4

172 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Une énigme subsiste :

173 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Une énigme subsiste : Des cellules de souris qui ne sont pas infectables par le HIV-1 restent insensibles après transfection du gène codant pour le récepteur CD4

174 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Une énigme subsiste : Des cellules de souris qui ne sont pas infectables par le HIV-1 restent insensibles après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Certaines cellules CD4+ humaines sont non infectables par le HIV

175 Identification du récepteur CD4 : L infection HIV induit une diminution du nombre de Lymphocytes T CD4+ Des anticorps monoclonaux dirigés contre le CD4 bloquent l infection in vitro La GP120 co-immunoprécipite avec le récepteur CD4 L incubation du virus avec du CD4 recombinant titre l infection HIV Des cellules HeLa ne sont pas infectables par le HIV-1; elles le deviennent après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Une énigme subsiste : Des cellules de souris qui ne sont pas infectables par le HIV-1 restent insensibles après transfection du gène codant pour le récepteur CD4 Certaines cellules CD4+ humaines sont non infectables par le HIV

176 Comment inhiber l entré du virus

177 Comment inhiber l entré du virus

178 Comment inhiber l entré du virus

179 Comment inhiber l entré du virus

180 Comment inhiber l entré du virus

181 Comment inhiber l entré du virus T20

182 Cycle de réplication du VIH-1

183 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme

184 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Décapsidation

185 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Cytoplasme

186 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Décapsidation

187 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation

188 La rétrotranscription

189 La rétrotranscription

190 La rétrotranscription Mécanismes d action des inhibiteurs de la RT 2 types d inhibiteurs (modes d action différent)

191 La rétrotranscription Mécanismes d action des inhibiteurs de la RT 2 types d inhibiteurs (modes d action différent) Analogues de bases = Terminateurs de chaînes Exemples : les inhibiteurs nucléosidiques (NRTI) Les nucléotidiques (NtRTI)

192 La rétrotranscription Mécanismes d action des inhibiteurs de la RT 2 types d inhibiteurs (modes d action différent) Analogues de bases = Terminateurs de chaînes Exemples : les inhibiteurs nucléosidiques (NRTI) Les nucléotidiques (NtRTI) Inhibition par par modification du site catalytique de la RT Les inhibiteurs non nucléosidiques (NNRTI),

193 Mode d action de L AZT

194 N3 Mode d action de L AZT

195 N3 Mode d action de L AZT

196 N3 Mode d action de L AZT

197 N3 Mode d action de L AZT

198 Mode d action de L AZT N3 N3

199 Les analogues de base (NRTI et NtRTI)

200 Les analogues de base (NRTI et NtRTI) Les nucléosides (analogues de base non phosphorylés)

201 Les analogues de base (NRTI et NtRTI) Les nucléosides (analogues de base non phosphorylés)

202 Les analogues de base (NRTI et NtRTI) Les nucléosides (analogues de base non phosphorylés) Les nucléotides (analogues de base phosphorylés)

203 Les analogues de base (NRTI et NtRTI) Les nucléosides (analogues de base non phosphorylés) Les nucléotides (analogues de base phosphorylés)

204 Inhibiteur non nucléosidiques de la RT Les informations structurale permettent de comprendre leur mode d action.

205 Inhibiteur non nucléosidiques de la RT Les informations structurale permettent de comprendre leur mode d action. RT + ADN

206 Inhibiteur non nucléosidiques de la RT Les informations structurale permettent de comprendre leur mode d action. RT + ADN RT + Inhibiteur Non nucléosidique

207 Inhibiteur non nucléosidiques de la RT Les informations structurale permettent de comprendre leur mode d action. RT + ADN RT + Inhibiteur Non nucléosidique

208 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation

209 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Noyau

210 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration

211 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration

212 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Cellules infectée est un «provirus»

213 L intégration

214 L intégration

215 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées).

216 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées).

217 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing).

218 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing).

219 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing). Le 3 OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l ADN cellulaire et coupe en quinconce.

220 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing). Le 3 OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l ADN cellulaire et coupe en quinconce.

221 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing). Le 3 OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l ADN cellulaire et coupe en quinconce. Des activités cellulaires (flap endonuclease, polymerase, ligase) réparent et dupliquent les 4 à 6 bases du quinconce.

222 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing). Le 3 OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l ADN cellulaire et coupe en quinconce. Des activités cellulaires (flap endonuclease, polymerase, ligase) réparent et dupliquent les 4 à 6 bases du quinconce.

223 L intégration Lorsque la RT est finie, l intégrase se repositionne aux extrémités du LTR, un dimère par LTR. D autres protéines (NC et protéines cellulaires sont associées). Elle enlève 2 bases à l extrémité 3 OH (3 end-processing). Le 3 OH de chacun des brins fait une attaque nucléophile sur l ADN cellulaire et coupe en quinconce. Des activités cellulaires (flap endonuclease, polymerase, ligase) réparent et dupliquent les 4 à 6 bases du quinconce. L intégration se fait au hasard dans le chromosome (débat sur région + ou - transcriptionnellement active)

224 Structure de l intégrase

225 Structure de l intégrase

226 Structure de l intégrase Structure cristalline recherchée depuis 15 ans sans succès. Seul des domaines isolés sont connus. Protéine native quasi-insoluble et partiellement active.

227 Structure de l intégrase Structure cristalline recherchée depuis 15 ans sans succès. Seul des domaines isolés sont connus. Protéine native quasi-insoluble et partiellement active. 3 domaines, Zinc binding en N-term, Core catalytique central et C- term domaine qui est plus variable

228 Structure de l intégrase Structure cristalline recherchée depuis 15 ans sans succès. Seul des domaines isolés sont connus. Protéine native quasi-insoluble et partiellement active. 3 domaines, Zinc binding en N-term, Core catalytique central et C- term domaine qui est plus variable Anti IN en phase II et I prochainement

229 Noyau Cycle de réplication du VIH-1 Cytoplasme

230 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

231 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

232 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Régulation latence post integrative/expression des virus Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

233 Fonctions promotrices du LTR 5

234 Fonctions promotrices du LTR 5

235 Fonctions promotrices du LTR 5 Certains facteurs de régulation sont spécifiques d espèces et/ou de type cellulaires. Donc, outre le récepteur, les facteurs de transcription déterminent aussi la réplication virale dans une cellule/tissu/ou espèce.

236 Fonctions promotrices du LTR 5 Certains facteurs de régulation sont spécifiques d espèces et/ou de type cellulaires. Donc, outre le récepteur, les facteurs de transcription déterminent aussi la réplication virale dans une cellule/tissu/ou espèce. La concentration intra-nucléaire de ces facteurs est très contrôlée par l état d activation cellulaire. Le niveau d expression du virus sera aussi très dépendant de l activation et/ou la différentiation cellulaire

237 Transactivation par des facteurs viraux

238 Transactivation par des facteurs viraux

239 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

240 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Traduction assemblage Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

241 Maturation protéolytique de Gag

242 Maturation protéolytique de Gag

243 Maturation protéolytique de Gag

244 Maturation protéolytique de Gag

245 Inhibiteurs Maturation protéolytique de Gag

246 Maturation protéolytique de Gag? Inhibiteurs

247 Les inhibiteurs de la protéase virale

248 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997

249 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997

250 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997 La protéase clive les protéines virales précurseurs en protéines matures

251 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997 La protéase clive les protéines virales précurseurs en protéines matures

252 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997 La protéase clive les protéines virales précurseurs en protéines matures Fixation des IP sur le site catalytique inhibition réversible de la protéase

253 Les inhibiteurs de la protéase virale Premier inhibiteur de la protéase disponible en 1997 La protéase clive les protéines virales précurseurs en protéines matures Fixation des IP sur le site catalytique inhibition réversible de la protéase

254 Maturation des particules virales

255 Maturation des particules virales Le clivage protéolytique des précurseurs viraux permet de résoudre le paradoxe de l encapsidation/décapsidation

256 Maturation des particules virales Le clivage protéolytique des précurseurs viraux permet de résoudre le paradoxe de l encapsidation/décapsidation

257 Les inhibiteurs de la protéase

258 Les inhibiteurs de la protéase

259 Les inhibiteurs de la protéase

260 Maturation de la particule HIV-1

261 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

262 Cycle de réplication du VIH-1 Fixation au récepteur et au co-récepteur Bourgeonnement Cytoplasme Rétrotranscription Décapsidation Transport au noyau Intégration Noyau

263 La machinerie de bourgeonnement

264 La machinerie de bourgeonnement MVB Ub 4 Ub Tsg101 Ub Ub

265 La machinerie de bourgeonnement MVB Ub Ubiquitine Virus Ub Ub 4 Ub Tsg101 Ub Ub

266 La machinerie de bourgeonnement MVB Ub Ubiquitine Tsg101 ESCRT- I ESCRT-II ESCRT-III 4 Vps4 Virus Tsg101 Ub Ub Ub 4 Ub Ub Ub 4 Ub Tsg101 Ub Ub

Rétrovirologie : le HIV

Rétrovirologie : le HIV Rétrovirologie : le HIV Etienne Decroly Etienne.decroly@afmb.univ-mrs.fr Tel : 04 91 82 86 47 Famille des rétroviridae :! Caractéristique des rétrovirus!! Virus à ARN (simple brin +, non segmenté)!! Virus

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Virus et machinerie cellulaire

Virus et machinerie cellulaire Virus et machinerie cellulaire 1 Dr Céline Bressollette-Bodin Multiplication des virus dans la cellule - principales étapes - mécanismes de transcription / réplication Les interactions virus / cellules

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre

Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre Épreuve obligatoire série S Partie 1 (5 points) Thème 1-: Expression, stabilité, variation du patrimoine génétique. Sujet : On cherche à montrer,

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI 2 Digestion par les enzymes SalI et EcoRV Digestion par les enzymes XhoI et SmaI Klenow: sous-unité de l ADN Polymérase I d E. coli possédant une activité ADN polymérase 5-3 et une activité exonucléasique

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire 1. L idée que les caractères observables (le phénotype) d un individu puissent se transmettre de génération en génération par des «unités» héritées (le génotype)

Plus en détail

La virologie générale et médicale

La virologie générale et médicale 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants

Plus en détail

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I

Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système INF I BMC 403- artiel du 22-12-2006 - Sujet de Microbiologie (1heure) Répondre aux différentes questions dans les cadres destinés à cet effet Stratégie développée par le virus de la rage pour échapper au système

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Tests de paternité (fin labo électrophorèse) Un test de paternité consiste à analyser l'adn de deux personnes dans le but d'établir un lien de parenté génétique.

Plus en détail

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Cours IFSI clinique 2010-2011 Maladies Infectieuses et Tropicales - S3 Dr Sébastien Gallien Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes. Critères de choix: Les outils du transfert de gènes. L intérêt du transfert de gènes

Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes. Critères de choix: Les outils du transfert de gènes. L intérêt du transfert de gènes Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes L intérêt du transfert de gènes Recherche fondamentale Compréhension de la fonction d un gène : gain ou perte de fonction dérégulation du gène piégeage de

Plus en détail

Classification des rétro-éléments

Classification des rétro-éléments Classification des rétro-éléments Transposable elements ~ 45% RNA intermediate Transposons ~ 3% Retroelements ~ 42% non LTR ~ 34% LTR ~ 8% SINE : ~ 11% LINE ~ 17 % Pseudogenes < 1% Class I ERV (~3%) :

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique.

Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique. Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique. Pourquoi êtes-vous blonds? bruns? chauves? Pourquoi avez-vous les yeux bleus? Pourquoi ressemblez-vous

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES.

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. Modification épigénétiques : viennent s ajouter à la séquence nucléotidique. La séquence nucléotidique est transmise intacte de la cellule mère à la cellule fille.

Plus en détail

Organisation générale du noyau

Organisation générale du noyau Organisation générale du noyau L enveloppe nucléaire Le nucléoplasme A. Ait Chaoui Références www.sciencebio.com/facbio/biocell juin 2009 Biologie cellulaire. Des molécules aux organismes. Jean-Claud Callen.

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue.

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue. Palliatif : Qui supprime ou atténue les symptômes d une maladie sans agir sur ses causes. Les soins palliatifs sont l ensemble des soins et du soutien destiné à accompagner un malade dont l état général

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Obj. cognitifs : Définir le système immunitaire. Une réaction rapide-la phagocytose, réalisée

Plus en détail

!!!!!! !!!!!!!!!! Diagnostic virologique des infections virales respiratoires!

!!!!!! !!!!!!!!!! Diagnostic virologique des infections virales respiratoires! UE9 Agents infectieux Mercredi 29 janvier 2014 15h30-16h30 Pr Simon RT: agathe Hercent RF: Nadia Guezour Diagnostic virologique des infections virales respiratoires 1 sur 14 Plan: I) Virus responsables:

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste Françoise Urner Vers chez les Blancs, 16.06.2011 Techniques de procréation assistée dans un contexte viral

Plus en détail

I. Des maladies nouvelles par leur conjonction, et l absence de passé médical des personnes atteintes

I. Des maladies nouvelles par leur conjonction, et l absence de passé médical des personnes atteintes ANNEXE II Comment la course à la paternité pour la découverte du rétrovirus du SIDA contribua à fermer le ban sur la construction SIDA = lymphocytes TCD4+ en moins I. Des maladies nouvelles par leur conjonction,

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Ingénierie des protéines

Ingénierie des protéines Ingénierie des protéines Stéphane Delbecq EA 4558 Vaccination antiparasitaire Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire Faculté de Pharmacie - Montpellier Rappel: transcription et traduction Universalité

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble

Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Virus et cancer Patrice MARCHE Directeur de Recherche INSERM U823, Grenoble patrice.marche@ujf-grenoble.fr Virus

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Interaction entre le HIV et le système de l immunité inné ou intrinsèque :

Interaction entre le HIV et le système de l immunité inné ou intrinsèque : Interaction entre le HIV et le système de l immunité inné ou intrinsèque : comment vif contrecarre l effet antiviral de APOBEC3G Etienne Decroly Le VIH-1 Rétrovirus Organisation génétique commune aux rétrovirus

Plus en détail

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1 Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 NATURE DU RISQUE GRIPPAL La grippe est une infection respiratoire aigue -Très contagieuse -Due à un virus influenzae

Plus en détail

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe 2 LA GRIPPE Objectifs : présenter les principaux symptômes de la grippe à l'aide de schémas, repérer les principales caractéristiques structurales du virus et les étapes du cycle viral décrire la voie

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Biotechnologie 2 C2120 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 5 Nombre

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137

CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137 CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137 Exercice 1 p 171 : définir en une phrase les mots suivants Polypeptide : chaine de plusieurs acides aminés. Séquence protéinique : séquence

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES

Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES (Thématique traitée dans la séance 1) Légende : : Notion tombée

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques

Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques Met en évidence l adaptabilité des bactéries et leur capacité à évoluer très rapidement. Plusieurs routes d évolution des génomes bactériens

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

SIDA et défenses immunitaires

SIDA et défenses immunitaires SIDA et défenses immunitaires Chapitre 1 : le SIDA I- Une enquête médicale de plusieurs années a) Les débuts de l épidémie L épidémie de SIDA débute en 1981 : aux Etats Unis des hommes jeunes, toxicomanes

Plus en détail

8. Amplification et séquençage des acides nucléiques

8. Amplification et séquençage des acides nucléiques 8. Amplification et séquençage des acides nucléiques ADN chromosomique, plasmides (ADN bactérienne), ARN messager Rupture cellulaire Isolation et purification des acides nucléiques Concentration et amplification

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Toxoplasmose (Chap. 124, Chap. 108,

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

Rapport d activité APPEL D OFFRES 2006. Tests fonctionnels recombinants de l'hémagglutinine des virus Influenza H5N1.

Rapport d activité APPEL D OFFRES 2006. Tests fonctionnels recombinants de l'hémagglutinine des virus Influenza H5N1. Tests fonctionnels recombinants de l'hémagglutinine des virus Influenza H5N1 circulant en Asie Contexte de la recherche Les virus influenza sont à l origine d épidémies saisonnières et de pandémies plus

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Dr Claude Danglot Médecin biologiste et Ingénieur hydrologue 20 Février 2013 - AG des Personnels! travaillant en réseaux d assainissement!

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail