Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»"

Transcription

1 Transmission des maladies infectieuses «maladies transmissibles» 1

2 Généralités I. Un germe (agent pathogène) qui nécessite II. Un hôte (ou cible) : l homme [H] ou l animal [An] III. Entre les 2, il y a la transmission directe ou indirecte par l environnement par un vecteur (quelquefois ) 2

3 3 questions : 1. germe : d où vient il? (source?) 2. transmission à l H : comment se fait elle? (mode de contamination / transmission?) 3. dissémination cycle : comment l H re-transmet il ce germe? (mode de transmission / dissémination?) 3

4 1. Source ou réservoir [R] 1. R humain (H) = mal. humaine (H H ) (ex TB, typhoide) 2. R animal = zoonose (An H ) (ex Rage, H5N1) (un germe animal est transmis à l H ) 3. R environnemental = ( Env H ) = biotope Eau (ex Giardia, choléra ) Sol ( ex Tétanos, mélioidose ) Aliments (voir animal, ou sol, ou eau) 4

5 2.Transmission du germe à l homme: comment? Du réservoir à l homme 2 types de transmission : DIRECTE H H An H [ truc : une mère peut elle infecter son bébé?: si réponse oui = transmission directe ]? INDIRECTE via : - eau - aliment -air - vecteur. 5

6 Transmission directe homme à homme contact H-H nécessaire 1. Air aérienne 2. Contact cutané/ muq mains manuportée 3. Sexe sexuelle 4. Sang sanguine 5. Mère-fœtus verticale Transmiss. Indirecte contact H-H non nécessaire passage intermédiaire par : Par vecteur vectorborne Animal zoonotic Eau / Aliment waterborne / foodborne Air airborne Sol soil transmitted Objets inertes (fomites) 6

7 TB Exercice : comment sont transmis. préciser direct / indirect et type type de transmission Giardiase Germe/maladie Dir / Indir Type Staphylocoque Grippe Leptospirose Hépatite A Melioidose Rickettsiose Encéphalite japon. Typhoide 7

8 Transmission aérienne : gouttelettes et particules 8

9 Ex. de transmission aérienne Directe Indirecte TB Grippe SARS Pneumocoque Méningocoque Diphtérie SARS? Grippe aviaire Legionella Fièvre Q Cryptocoque Autres mycoses profondes 9

10 Transmission de SARS dans un avion (SJ Olsen, NEJM, 2003;349: ) N Engl J Med 10

11 Un mode de transmission n est pas exclusif ex.mal transm /eau sont aussi à transm directe (mains) Bactéries Cholera Dysenterie Typhoide Lepto Aeromonas, vibrios Virus Polio Rota Hépatite A, E autres Protozoaires intestin. Giardia Amibes Cryptosporidium Cyclospora Algues cyanobactéries.? directe ou indirecte? 11

12 Voies de transmission s multiples ex. cholera 12 fact-sheets-htm/sg

13 Transmission par l eau 13

14 Transmission zoonoses 14

15 Zoonoses : épidémiologie la transmission de l animal à l homme L animal est malade (ex. chien - rage) ou porteur sain (rat - leptospirose) L animal est sauvage (sanglier - trichinose) ou domestique (chat - toxoplasmose) La transmission est directe ou indirecte par contact (fièvre Q) par voie alimentaire (brucellose) aérienne (grippe aviaire) par vecteur (rickettsiose) 15

16 transmission manu-portée = l Infection nosocomiale le lavage des mains est la solution!! 16

17 Transmission par sang et greffe d organe Virus VIH / HTLV VHB / VHC CMV HHV8 Rage Bactéries Syphilis Yersinia autres Parasites Paludisme Babesia Trypanosome Autres Prion (nouveau type d agent infectieux) (Creuzfeldt Jacob, vache folle) 17

18 Transmission directe : homme à homme aérienne cutanée manuportée sexuelle sanguine materno-fetale Exemples 18

19 Transmission directe : homme à homme Voie Exemples (non limités) aérienne cutanée manuportée sexuelle sanguine mère-fetus TB/ SARS/ grippe/ méningo/ pneumo staphyloc/ varicelle/ gale typhoid/ shighel/ VHA/ germe nosocom VIH/ gonoc/ VHB/ HPV. VIH / VHB / VHC listeria/vih / syphilis.. 19

20 Transmission indirecte Eau cholera / typhoid / legionella/ amibes/ cryptosp/ giardia/shighella Aliments salmonella/ trematodes/ toxo Sol tetanos/ melioid/ cryptococ/ ankylost Air cryptoc/penicillium/ legionel/ Q fever Animaux salmon/ toxo/ trematodes/ rage Produits animaux brucell/ charbon/ pasteurella Vecteurs palu/ dengue/ JE/ west nile/ filariose/ leishman / trypanos etc 20

21 4 notions de base dans la transmission 1. Réservoir ( d ou? ) 2. Hôte intermédiaire habituel définitif accidentel ( qui? ) 3. Voies d entrée et sortie du germe ( par ou? ) voie d entrée = contamination voie de sortie = dissémination 4. Mode et type de transmission ( comment? ) mode direct / indirect // type aérien, hydrique, etc vectoriel ou non vectoriel et quel vecteur 21

22 Notion de réservoir ( ou source ) Réservoir : organisme ou milieu qui héberge habituellement le germe : Homme Animal Sol (tellurique) Eau (hydrique) NB. il peut y avoir plusieurs R pour un même germe.. Exemples de réservoirs Typhoïde homme Leptospirose rat Taenia solium porc Toxoplasmose chat Giardiase eau SARS civette? Grippe : oiseau, porc, H Angiostrongyl rat VIH H (singe) Melioidose sol 22

23 Notion d hôte et de cycle L hôte est celui qui va attraper le germe Deviendra malade ou non Peut devenir réservoir! La durée de vie du germe chez l hôte est très variable longue chez le porteur sain brève lorsque maladie aiguë H définitif : quand le germe se reproduit durablement chez l hôte H transitoire quand le germe ne fait que passer Le passage par l hôte a souvent un caractère obligatoire, faisant partie d un cycle 23

24 Notion de vecteur : arthropodes 1. Poux 2. Puces 3. Tiques Vecteurs 4. Moustiques Ex de maladie Typhus exanthématique Peste / typhus murin Rickettsioses boutonneuses mal Lyme / Borrelia / Babesia Palu/ dengue/ encéphal japo/ West-Nile (arboviroses) / Filariose lymphatique 24

25 Les vecteurs ont une interaction très forte et complexe avec l environnement. La science des vecteurs constitue l entomologie 25

26 Exercice : 1.quel cycle? 2.quel hôte? 3.quel vecteur? 4.rôle de l environnement? 5.quels moyens de lutte? 26

27 Cycle simple : Giardia 1 seul réservoir-hôte = H 1 milieu (biotope) = eau pas de vecteur 27

28 Taenia solium: Cycle simple *sans vecteur *2 hôtes possibles 28

29 West Nile virus : 1 vecteur, 1 réservoir, et 2 hôtes donc 2 cycles possibles hôtes 29

30 Cycle plus complexe : Angiostrongylus 30

31 Cycle très complexe Toxoplasma gondii Oocystes non sporulés Eau, terre végétaux 2-3 jours Oocystes sporulés 31

32 Pourquoi faut il connaître ces notions de transmission & cycles? Pour pouvoir l interrompre Interrompre la transmission, c est contrôler la maladie Interrompre à n importe quel endroit du cycle et de préférence en plusieurs endroits 32

33 Contrôle : interrompre le cycle en un ou 4 endroits du cycle : ex. Schisto 1. Pas de bain 2. Ni défécation dans eau 3. Praziquantel Tt de masse 4. Molluscicides 33

34 La notion de barrière d espèce 1. Chaque espèce animale a ses propres germes pathogènes pneumonie du porc = non transmissible au cheval, ni à homme encéphalite de la chèvre non transmise à l H choléra des poules de choléra humain et non transmis à l H 2. On dit : barrière d espèce le germe ne peut pas la franchir 3. Pas toujours vrai : la barrière n est pas infranchissable! 4. et de nombreux germes sont communs à plusieurs espèces 5. Par mutation un germe peut s adapter à une autre espèce : on dit qu il a «sauté la barrière d espèce» 34

35 Le saut de la barrière d espèce les germes qui ont «sauté» récemment sont en général particulièrement virulents pour l H ex. VIH, Ebola, SARS, grippe aviaire Mais sont peu transmissibles à l H ex.grippe aviaire, VIH.. ( SARS? ) nécessitant un contact particulier inter-espèces : proximité inédite H animal ou H-H chasse : chasse et Ebola (?), singe et VIH mode d élevage ou alimentaire poulet industriel et grippe aviaire ; animaux exotiques et monkey pox ; civette et SARS (?); ESB et farines animales 35

36 Germes et barrière d E: des comportement variables A. Germes très spécifiques : propres à 1 seule espèce espèce spécifique B. Germes peu spécifiques adaptés de longue date à plusieurs espèces C. Germes émergents ayant récemment franchi la barrière barrière étanche barrière non étanche barrière récemment franchie G très dangereux pour l H S Typhi homme Salmonella non typhi VIH MTB homme Virus rage Prion agent de ESB VHB Leptospira Grippe aviaire Virus variole Rickettsia SARS? Virus peste porcine porc Borrelia Ebola? Bacille de la peste Monkey pox 36

37 Risques nouveaux : élevage intensif 37

38 Zoonoses émergentes = animaux tropicaux recherchés (mode) SIV, psittacose, SARS, monkey pox, balysascaris 38

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies?

Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies? Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies? Bernard DAVOUST 1,2, Oleg MEDIANNIKOV 2, Jean-Lou MARIÉ 1,2, Cristina SOCOLOVSCHI 2, Philippe PAROLA 2 et Didier RAOULT 2 1 - Direction régionale

Plus en détail

INSECTICIDE BIO KILL

INSECTICIDE BIO KILL INSECTICIDE BIO KILL Contenu de l information : Pourquoi lutter contre les insectes? La lutte moderne contre les insectes Présentation du concept BIO KILL Quelle est la toxicité des insecticides? À propos

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Pascal DELAUNAY Entomologie Parasitologie-Mycologie CHU de Nice Inserm 1065 Qu est qu un vecteur? INSECTES et Agents pathogènes Compétence + Capacité

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE 13.05 Objectif Le risque lié à la présence d ectoparasites et d agents nuisibles dans les établissements de santé est réel pour les patients et pour le

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail

Les animaux en EHPAD : règles d hygiène

Les animaux en EHPAD : règles d hygiène 5 ème journée régionale de formation et d information. Prévention du risque infectieux en EHPAD CHRU de LILLE Les animaux en EHPAD : règles d hygiène Annie BRENET, CDS Hygiéniste ARLIN Picardie Jeudi 23

Plus en détail

Les infections et les cancers liés au VIH

Les infections et les cancers liés au VIH Les infections et les cancers liés au VIH Dans ce chapitre, nous parlons des nombreux cancers et infections qui peuvent toucher les personnes vivant avec le VIH. La plupart de ces maladies sont beaucoup

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

ARTHROPODES ET VOYAGEURS

ARTHROPODES ET VOYAGEURS JNI Bordeaux 2014 Ils vous rendent «dengues» ARTHROPODES ET VOYAGEURS Arezki IZRI Parasitologie-Mycologie CHU Avicenne, Université Paris 13 93009 Bobigny arezki.izri@avc.aphp.fr 01 48 95 56 52 INTRODUCTION

Plus en détail

Les maladies infectieuses émergentes animales

Les maladies infectieuses émergentes animales Les maladies infectieuses émergentes animales Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement Une exigence renouvelée de recherches finalisées La dernière décennie a

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS Durant l année 2013, nous avons effectué, dans notre laboratoire, un grand nombre d analyses coproscopiques

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Soudan - Informations générales

Soudan - Informations générales Soudan - Informations générales Capitale: Khartoum. Langue: arabe, anglais (langue officielle), plusieurs langues autochtones : bedscha, zagawaha, daju, nubien... ). Régime politique: République de type

Plus en détail

Punaise de lits. Nuisance émergente. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY. CHU de Nice. Parasitologie-Mycologie. Pascal DELAUNAY

Punaise de lits. Nuisance émergente. Cimex lectularius. Pascal DELAUNAY. CHU de Nice. Parasitologie-Mycologie. Pascal DELAUNAY Punaise de lits Cimex lectularius Nuisance émergente Parasitologie-Mycologie CHU de Nice 1947 1999 2009 Ectoparasite Hématophage chez les 2 sexes Adultes et larves ressemblent à un confetti brun ou beige

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

Angleterre - Londres - Informations générales

Angleterre - Londres - Informations générales Angleterre - Londres - Informations générales Langue : anglais. Régime politique : démocratie parlementaire à monarchie constitutionnelle. Habitants : 59,2 millions. Décalage horaire : GMT +0. Indicatif

Plus en détail

Les armes de répulsion massive contre les vecteurs d infection

Les armes de répulsion massive contre les vecteurs d infection Garder le cap face au voyageur! Les armes de répulsion massive contre les vecteurs d infection un tour d horizon de l arsenal Michel Frigon et Janine Matte 2 Un groupe d élèves vous consultent en prévision

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

Hongrie - Informations générales

Hongrie - Informations générales Hongrie - Informations générales Capitale: Budapest Langue : hongrois. Régime politique : république unitaire à démocratie parlementaire. Habitants : 9 977 000 Monnaie: Forint Décalage horaire : GMT +1

Plus en détail

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15 8 Avertissement Mis à part quelques précisions sur la prévention du paludisme (malaria) et le traitement de la diarrhée chez les enfants, ce livre ne se consacre ni aux nouveau-nés et jeunes enfants, ni

Plus en détail

AID aujourd hui cherche à comprendre comment la mondialisation contribue à brouiller les cartes en termes de maladies émergentes. Et plus précisément

AID aujourd hui cherche à comprendre comment la mondialisation contribue à brouiller les cartes en termes de maladies émergentes. Et plus précisément AID aujourd hui cherche à comprendre comment la mondialisation contribue à brouiller les cartes en termes de maladies émergentes. Et plus précisément en quoi les transformations de l homme sur l environnement

Plus en détail

NOS PARASITES D ICI ET D AILLEURS

NOS PARASITES D ICI ET D AILLEURS NOS PARASITES D ICI ET D AILLEURS Prof. Yves Carlier, MD, PhD -Laboratoire de Parasitologie, Faculté de Médecine, Université Libre de Bruxelles (ULB), Bruxelles, Belgique -Department of Tropical Medicine,

Plus en détail

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo.

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo. Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordinateur RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX philippe.havette@wanadoo.fr PLAN LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie?

Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? Savez-vous ce qu'est exactement un vaccin à part un produit qu'on injecte et qui protège contre une maladie? C'est en fait, une petite quantité du germe (virus ou bactérie) responsables de la maladie que

Plus en détail

Sommaire de la séquence 7

Sommaire de la séquence 7 Sommaire de la séquence 7 De tout temps, l Homme a été frappé par des maladies mortelles qui décimaient des populations entières lors d épidémies connues comme la peste ou le choléra. Malgré ces fléaux,

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

EMS et animaux de compagnie. Alliance homme/animal. Littérature. N. Henry ISPCI Lausanne

EMS et animaux de compagnie. Alliance homme/animal. Littérature. N. Henry ISPCI Lausanne EMS et animaux de compagnie N. Henry ISPCI Lausanne Forum septembre 2005 Alliance homme/animal B.Levinson, psychiatre américain, a été l un des premiers (1950/1960) à décrire le rôle de catalyseur social

Plus en détail

Chine - Formalités. Contact en France: Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois.

Chine - Formalités. Contact en France: Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois. Chine - Formalités Passeport: en cours de validité d'au moins 6 mois. Nouvelle procédure d'entrée sur le territoire: Trois nouvelles réglementations désormais obligatoires pour les voyageurs à destination

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

CONSEILS AUX VOYAGEURS

CONSEILS AUX VOYAGEURS CONSEILS AUX VOYAGEURS Vous devez prochainement partir en mission à l étranger Au cours de votre séjour, vous pouvez être confronté à différents risques : risques infectieux : paludisme, diarrhées, hépatites,

Plus en détail

Vietnam - Informations générales

Vietnam - Informations générales Vietnam - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tél: 00 84 (4) pour Hanoï Réseau Tél:

Plus en détail

LETTRE DE MISSION 1... 1. RAPPORT d'etape... 4 LETTRE DE MISSION 2...14. RAPPORT DE MISSION Pr. Didier RAOULT...16 INTRODUCTION...

LETTRE DE MISSION 1... 1. RAPPORT d'etape... 4 LETTRE DE MISSION 2...14. RAPPORT DE MISSION Pr. Didier RAOULT...16 INTRODUCTION... LETTRE DE MISSION 1... 1 RAPPORT d'etape... 4 LETTRE DE MISSION 2...14 RAPPORT DE MISSION Pr. Didier RAOULT...16 INTRODUCTION...17 ETAT DES LIEUX...25 1. BIOTERRORISME...26 1 - Introduction...26 2 - Les

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 -

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - 50 QUESTIONS SUR LES VACCINS Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - vpautre@leem.org 1 Les vaccins,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Troubles digestifs au retour de voyage Diarrhée (> 2 selles/j de consistance anormale)

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation.

Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation. Japon - Formalités Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation. Nouvelle procédure d'entrée sur le territoire : Trois nouvelles réglementations désormais

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Egypte - Formalités. Visa: obligatoire, valable 1 mois pouvant être prolongé au bureau de l immigration (au Caire, place Tahrir, immeuble Le Mogamma).

Egypte - Formalités. Visa: obligatoire, valable 1 mois pouvant être prolongé au bureau de l immigration (au Caire, place Tahrir, immeuble Le Mogamma). Egypte - Formalités Les voyageurs se rendant en Egypte sans passer par une agence de voyages ne pourront plus obtenir leur visa à l'arrivée aux frontières à partir du 15 mai 2015.Ils devront faire la demande

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Rapport de Mission Pr. D. Raoult

Rapport de Mission Pr. D. Raoult RAPPORT de MISSION Didier RAOULT Pré-rapport le 02 avril 2003 Rapport définitif le 17 juin 2003 Rapport de Mission Pr. D. Raoult LETTRE DE MISSION 1... 1 RAPPORT d'etape... 4 LETTRE DE MISSION 2...14 RAPPORT

Plus en détail

Prévention des maladies infectieuses transmises par voie sanguine dans le secteur sanitaire

Prévention des maladies infectieuses transmises par voie sanguine dans le secteur sanitaire Prévention des maladies infectieuses transmises par voie sanguine dans le secteur sanitaire Marcel Jost, Brigitte Merz, Carlo Colombo, Patrick Francioli, Christian Ruef, Anne Iten, Josef Jost, Martin Rüegger,

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Egypte - Le Caire - Informations générales

Egypte - Le Caire - Informations générales Egypte - Le Caire - Informations générales Capitale: Le Caire Langue: égyptien, arabe, anglais. Régime politique: république unitaire à régime présidentiel. Habitants: 82 538 000 Monnaie: Livre égyptienne

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Groupe Missions CNRS - IRD - IRSTEA - MNHN 1/98

Groupe Missions CNRS - IRD - IRSTEA - MNHN 1/98 1/98 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 4 II. LES VACCINATIONS... 5 II.1. Vaccination contre la diphtérie... 9 II.2. Vaccination contre le tétanos... 10 II.3. Vaccination contre la poliomyelite... 11 II.4. Vaccination

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

TJ 24 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE

TJ 24 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE Les risques biologiques sur les lieux de travail TJ 24 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

GUIDE D EDUCATION SANITAIRE APPLIQUEE A L EAU L HYGIENE ET L ASSAINISSEMENT

GUIDE D EDUCATION SANITAIRE APPLIQUEE A L EAU L HYGIENE ET L ASSAINISSEMENT Projet cofinancé par la Commission européenne Projet d «Appui à la mise en œuvre de plans de développement communaux intégrés prenant en compte les problématiques d eau, d assainissement et de santé» GUIDE

Plus en détail

Restauration collective. quelques aspects réglementaires

Restauration collective. quelques aspects réglementaires Restauration collective quelques aspects réglementaires JL Fumery Marseille, 17 mai 2005 1 La restauration collective n est pas vraiment un concept nouveau de la préhistoire au moyen-âge quelles que soient

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France

Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France Réalisé dans le cadre d une collaboration avec l Afssa Comité de Pilotage Scientifique Thierry Ancelle Service de parasitologie,

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin :

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin : Année 2004 - N 16 - avril - mai - juin Editorial Mr GUEDON Yves, nouveau Président du GDMA85 Lors du dernier Conseil d administration qui s est tenu le 30 juin dernier à la Roche Sur Yon, les administrateurs

Plus en détail

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Pr. N. MARTY (mail : ) Objectifs : I Introduction Les intoxications alimentaires sont fréquentes y compris dans

Plus en détail

Conseils aux voyageurs

Conseils aux voyageurs Conseils aux voyageurs Informations issues du site du Ministère des Affaires Etrangères en France : http://www.diplomatie.gouv.fr/ Entrée / Séjour : Un visa d entrée est nécessaire pour les ressortissants

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE

ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE ENTENTE INTERDEPARTEMENTALE DE LUTTE CONTRE LA RAGE ET AUTRES ZOONOSES ETAT D AVANCEMENT DES TRAVAUX 2011 SUR L ECHINOCOCCOSE ALVEOLAIRE et autres zoonoses Toutous, vous saurez tout sur l échino! Note

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Cours Aviforum/Agridea, 27.3.07 Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Andreas Gloor, Aviforum, Zollikofen Buts, conditions de base Depuis le 1.1.2007: équivalence à la législation

Plus en détail

L institut Pasteur. La lettre de. Fibrose : les «mauvaises» cellules identifiées. L OMS et l Institut Pasteur alliés contre les épidémies

L institut Pasteur. La lettre de. Fibrose : les «mauvaises» cellules identifiées. L OMS et l Institut Pasteur alliés contre les épidémies histoire Paul-Louis Simond Le multimissionnaire p.7 international p.10 L OMS et l Institut Pasteur alliés contre les épidémies Le point p. sur 16 p.11 La fièvre Ebola Lettre trimestrielle d informations

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

Les maladies transmises par les animaux

Les maladies transmises par les animaux Les maladies transmises par les animaux Ce qu il est bon de savoir Service d Ecologie Sociale Faculté des Sciences SOMMAIRE En contact avec la nature En contact avec la nature Indispensable pour nous tous

Plus en détail

best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV

best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV best of médecine tropicale et des voyages Olivier Bouchaud Bobigny et SMV 1 LIENS D INTERET Déclaration d intérêts de 2012 Intérêts financiers : 0 à 2015 Liens durables ou permanents : 0 Interventions

Plus en détail

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN L'OZONE L'OZONE EST UN GAZ INCOLORE (À HAUTES CONCENTRATIONS, IL EST BLEUTÉ), D'ODEUR ACIDE, ODEUR ATYPIQUE QUI SE SENT APRÈS UN ORAGE ACCOMPAGNÉ D'ÉCLAIRS. LE SYMBOLE EST

Plus en détail

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau Avril 2007 Remerciements Ces questions et réponses ont été élaborées par les départements de l OMS Sécurité

Plus en détail

RAPPORT SUR LES RISQUES INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENTAUX MONTRÉAL 2004-2010

RAPPORT SUR LES RISQUES INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENTAUX MONTRÉAL 2004-2010 RAPPORT SUR LES RISQUES INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENTAUX MONTRÉAL 2004-2010 RAPPORT SUR LES RISQUES INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENTAUX MONTRÉAL 2004-2010 Une réalisation du secteur Vigie et protection Direction

Plus en détail

Recueil de recommandations de bonnes pratiques d hygiène à destination des consommateurs

Recueil de recommandations de bonnes pratiques d hygiène à destination des consommateurs LÉGISLATION ET RÉGLEMENTATION GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIÈNE Recueil de recommandations de bonnes pratiques d hygiène à destination des consommateurs Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS Association

Plus en détail

BROCHURE d INFORMATION

BROCHURE d INFORMATION Leliegaarde 22 1731 Zellik BROCHURE d INFORMATION ASSURANCE D HOSPITALISATION ouvriers C.P. 109 Police n. M025 Table des matières Qui souscrit le plan soins de santé? p.1 Qui est affilié? p.1 Qui n'est

Plus en détail

Les parasites externes du chien

Les parasites externes du chien Les parasites externes du chien La puce La puce, doit-elle être considérée comme un parasite normal du chien? Non, elle vit à ses dépends, les femelles prélevant du sang sur le chien pour se nourrir. La

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES INTERVENTIONS DES DIRECTIONS DE SANTÉ PUBLIQUE (DSP) RÉGIONALES

RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES INTERVENTIONS DES DIRECTIONS DE SANTÉ PUBLIQUE (DSP) RÉGIONALES RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LES INTERVENTIONS DES DIRECTIONS DE SANTÉ PUBLIQUE (DSP) RÉGIONALES DU QUÉBEC RELATIVEMENT AUX MALADIES ENTÉRIQUES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE LABORATOIRE DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Plus en détail

LES MALADIES DU GIBIER

LES MALADIES DU GIBIER Hélène Thiboutot, microbiologiste alimentaire LES MALADIES DU GIBIER Toutes les parties de l animal sont comestibles. Toutefois, le gibier peut receler des maladies (liées à des parasites, à des bactéries

Plus en détail