Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»"

Transcription

1 Transmission des maladies infectieuses «maladies transmissibles» 1

2 Généralités I. Un germe (agent pathogène) qui nécessite II. Un hôte (ou cible) : l homme [H] ou l animal [An] III. Entre les 2, il y a la transmission directe ou indirecte par l environnement par un vecteur (quelquefois ) 2

3 3 questions : 1. germe : d où vient il? (source?) 2. transmission à l H : comment se fait elle? (mode de contamination / transmission?) 3. dissémination cycle : comment l H re-transmet il ce germe? (mode de transmission / dissémination?) 3

4 1. Source ou réservoir [R] 1. R humain (H) = mal. humaine (H H ) (ex TB, typhoide) 2. R animal = zoonose (An H ) (ex Rage, H5N1) (un germe animal est transmis à l H ) 3. R environnemental = ( Env H ) = biotope Eau (ex Giardia, choléra ) Sol ( ex Tétanos, mélioidose ) Aliments (voir animal, ou sol, ou eau) 4

5 2.Transmission du germe à l homme: comment? Du réservoir à l homme 2 types de transmission : DIRECTE H H An H [ truc : une mère peut elle infecter son bébé?: si réponse oui = transmission directe ]? INDIRECTE via : - eau - aliment -air - vecteur. 5

6 Transmission directe homme à homme contact H-H nécessaire 1. Air aérienne 2. Contact cutané/ muq mains manuportée 3. Sexe sexuelle 4. Sang sanguine 5. Mère-fœtus verticale Transmiss. Indirecte contact H-H non nécessaire passage intermédiaire par : Par vecteur vectorborne Animal zoonotic Eau / Aliment waterborne / foodborne Air airborne Sol soil transmitted Objets inertes (fomites) 6

7 TB Exercice : comment sont transmis. préciser direct / indirect et type type de transmission Giardiase Germe/maladie Dir / Indir Type Staphylocoque Grippe Leptospirose Hépatite A Melioidose Rickettsiose Encéphalite japon. Typhoide 7

8 Transmission aérienne : gouttelettes et particules 8

9 Ex. de transmission aérienne Directe Indirecte TB Grippe SARS Pneumocoque Méningocoque Diphtérie SARS? Grippe aviaire Legionella Fièvre Q Cryptocoque Autres mycoses profondes 9

10 Transmission de SARS dans un avion (SJ Olsen, NEJM, 2003;349: ) N Engl J Med 10

11 Un mode de transmission n est pas exclusif ex.mal transm /eau sont aussi à transm directe (mains) Bactéries Cholera Dysenterie Typhoide Lepto Aeromonas, vibrios Virus Polio Rota Hépatite A, E autres Protozoaires intestin. Giardia Amibes Cryptosporidium Cyclospora Algues cyanobactéries.? directe ou indirecte? 11

12 Voies de transmission s multiples ex. cholera 12 fact-sheets-htm/sg

13 Transmission par l eau 13

14 Transmission zoonoses 14

15 Zoonoses : épidémiologie la transmission de l animal à l homme L animal est malade (ex. chien - rage) ou porteur sain (rat - leptospirose) L animal est sauvage (sanglier - trichinose) ou domestique (chat - toxoplasmose) La transmission est directe ou indirecte par contact (fièvre Q) par voie alimentaire (brucellose) aérienne (grippe aviaire) par vecteur (rickettsiose) 15

16 transmission manu-portée = l Infection nosocomiale le lavage des mains est la solution!! 16

17 Transmission par sang et greffe d organe Virus VIH / HTLV VHB / VHC CMV HHV8 Rage Bactéries Syphilis Yersinia autres Parasites Paludisme Babesia Trypanosome Autres Prion (nouveau type d agent infectieux) (Creuzfeldt Jacob, vache folle) 17

18 Transmission directe : homme à homme aérienne cutanée manuportée sexuelle sanguine materno-fetale Exemples 18

19 Transmission directe : homme à homme Voie Exemples (non limités) aérienne cutanée manuportée sexuelle sanguine mère-fetus TB/ SARS/ grippe/ méningo/ pneumo staphyloc/ varicelle/ gale typhoid/ shighel/ VHA/ germe nosocom VIH/ gonoc/ VHB/ HPV. VIH / VHB / VHC listeria/vih / syphilis.. 19

20 Transmission indirecte Eau cholera / typhoid / legionella/ amibes/ cryptosp/ giardia/shighella Aliments salmonella/ trematodes/ toxo Sol tetanos/ melioid/ cryptococ/ ankylost Air cryptoc/penicillium/ legionel/ Q fever Animaux salmon/ toxo/ trematodes/ rage Produits animaux brucell/ charbon/ pasteurella Vecteurs palu/ dengue/ JE/ west nile/ filariose/ leishman / trypanos etc 20

21 4 notions de base dans la transmission 1. Réservoir ( d ou? ) 2. Hôte intermédiaire habituel définitif accidentel ( qui? ) 3. Voies d entrée et sortie du germe ( par ou? ) voie d entrée = contamination voie de sortie = dissémination 4. Mode et type de transmission ( comment? ) mode direct / indirect // type aérien, hydrique, etc vectoriel ou non vectoriel et quel vecteur 21

22 Notion de réservoir ( ou source ) Réservoir : organisme ou milieu qui héberge habituellement le germe : Homme Animal Sol (tellurique) Eau (hydrique) NB. il peut y avoir plusieurs R pour un même germe.. Exemples de réservoirs Typhoïde homme Leptospirose rat Taenia solium porc Toxoplasmose chat Giardiase eau SARS civette? Grippe : oiseau, porc, H Angiostrongyl rat VIH H (singe) Melioidose sol 22

23 Notion d hôte et de cycle L hôte est celui qui va attraper le germe Deviendra malade ou non Peut devenir réservoir! La durée de vie du germe chez l hôte est très variable longue chez le porteur sain brève lorsque maladie aiguë H définitif : quand le germe se reproduit durablement chez l hôte H transitoire quand le germe ne fait que passer Le passage par l hôte a souvent un caractère obligatoire, faisant partie d un cycle 23

24 Notion de vecteur : arthropodes 1. Poux 2. Puces 3. Tiques Vecteurs 4. Moustiques Ex de maladie Typhus exanthématique Peste / typhus murin Rickettsioses boutonneuses mal Lyme / Borrelia / Babesia Palu/ dengue/ encéphal japo/ West-Nile (arboviroses) / Filariose lymphatique 24

25 Les vecteurs ont une interaction très forte et complexe avec l environnement. La science des vecteurs constitue l entomologie 25

26 Exercice : 1.quel cycle? 2.quel hôte? 3.quel vecteur? 4.rôle de l environnement? 5.quels moyens de lutte? 26

27 Cycle simple : Giardia 1 seul réservoir-hôte = H 1 milieu (biotope) = eau pas de vecteur 27

28 Taenia solium: Cycle simple *sans vecteur *2 hôtes possibles 28

29 West Nile virus : 1 vecteur, 1 réservoir, et 2 hôtes donc 2 cycles possibles hôtes 29

30 Cycle plus complexe : Angiostrongylus 30

31 Cycle très complexe Toxoplasma gondii Oocystes non sporulés Eau, terre végétaux 2-3 jours Oocystes sporulés 31

32 Pourquoi faut il connaître ces notions de transmission & cycles? Pour pouvoir l interrompre Interrompre la transmission, c est contrôler la maladie Interrompre à n importe quel endroit du cycle et de préférence en plusieurs endroits 32

33 Contrôle : interrompre le cycle en un ou 4 endroits du cycle : ex. Schisto 1. Pas de bain 2. Ni défécation dans eau 3. Praziquantel Tt de masse 4. Molluscicides 33

34 La notion de barrière d espèce 1. Chaque espèce animale a ses propres germes pathogènes pneumonie du porc = non transmissible au cheval, ni à homme encéphalite de la chèvre non transmise à l H choléra des poules de choléra humain et non transmis à l H 2. On dit : barrière d espèce le germe ne peut pas la franchir 3. Pas toujours vrai : la barrière n est pas infranchissable! 4. et de nombreux germes sont communs à plusieurs espèces 5. Par mutation un germe peut s adapter à une autre espèce : on dit qu il a «sauté la barrière d espèce» 34

35 Le saut de la barrière d espèce les germes qui ont «sauté» récemment sont en général particulièrement virulents pour l H ex. VIH, Ebola, SARS, grippe aviaire Mais sont peu transmissibles à l H ex.grippe aviaire, VIH.. ( SARS? ) nécessitant un contact particulier inter-espèces : proximité inédite H animal ou H-H chasse : chasse et Ebola (?), singe et VIH mode d élevage ou alimentaire poulet industriel et grippe aviaire ; animaux exotiques et monkey pox ; civette et SARS (?); ESB et farines animales 35

36 Germes et barrière d E: des comportement variables A. Germes très spécifiques : propres à 1 seule espèce espèce spécifique B. Germes peu spécifiques adaptés de longue date à plusieurs espèces C. Germes émergents ayant récemment franchi la barrière barrière étanche barrière non étanche barrière récemment franchie G très dangereux pour l H S Typhi homme Salmonella non typhi VIH MTB homme Virus rage Prion agent de ESB VHB Leptospira Grippe aviaire Virus variole Rickettsia SARS? Virus peste porcine porc Borrelia Ebola? Bacille de la peste Monkey pox 36

37 Risques nouveaux : élevage intensif 37

38 Zoonoses émergentes = animaux tropicaux recherchés (mode) SIV, psittacose, SARS, monkey pox, balysascaris 38

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

INTERMEZZO : Nouvelle-Calédonie (2:51)

INTERMEZZO : Nouvelle-Calédonie (2:51) Exercices avec VOD VOD INTERMEZZO : Nouvelle-Calédonie (2:51) 2 51 Contenu P1 P4 Exercices P5 P8 Corrigés P8 P9 Transcription et traduction < Élémentaire > Compréhension globale / Éléments visuels : Visionnez

Plus en détail

Début du jeu Juillet 2008 1

Début du jeu Juillet 2008 1 Réalisation du diaporama: Jacinthe Marchand, CSSS des Pays-d en-haut Renseignements tirés de La transmission du VIH : guide d évaluation du risque, 5e édition (2004) Société canadienne du sida, 80 pages.

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles

CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS. Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles CHIKUNGUNYA : HALTE AUX RUMEURS Le Chikungunya fait naître les rumeurs les plus folles 1 LA MALADIE EST DANS L AIR Le chikungunya se transmet exclusivement par le moustique Aedes Aegypti. Ce virus est

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Les principales anthropozoonoses

Les principales anthropozoonoses Les principales anthropozoonoses Les principales anthropozoonoses Ou plutôt les principales maladies animales transmissibles à l homme en Belgique. La rage La rage Le grand classique aujourd hui éteint.

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES ET AUX MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE Références - Arrêté du 3 mai 989 Durées et conditions d'éviction, mesures de prophylaxie à prendre

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Chlamydia Vaginal health Genital herpes Gonorrhoea Genital warts

Chlamydia Vaginal health Genital herpes Gonorrhoea Genital warts Your guide to sexual health and wellbeing Votre guide de bien-être et de santé sexuelle What do you know about... Chlamydia Vaginal health Genital herpes Gonorrhoea Genital warts Que savez-vous à propos

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09. Maurice TEKO JJ Boreux

TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09. Maurice TEKO JJ Boreux TRANSMISSION SPATIO TEMPORELLE DE LA GRIPPE. ETUDE DE CAS LA GRIPPE PORCINE A/H1N1/09 1. INTRODUCTION 2. MODELISATION Quelles sont les particularités du virus? Il existe trois types de virus "influenza

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Parasites des oiseaux de cage et de volière Définition du parasite : Organisme vivant aux dépens d un autre organisme vivant.

Parasites des oiseaux de cage et de volière Définition du parasite : Organisme vivant aux dépens d un autre organisme vivant. Parasites des oiseaux de cage et de volière Définition du parasite : Organisme vivant aux dépens d un autre organisme vivant. Les animaux d élevage sont fréquemment, sinon toujours, contaminés par de nombreux

Plus en détail

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA PNLS Gouvernement du Bénin Ministère de la Santé BANKENGRUPPE ABMS POPULATION SER VICES INTERN ATIONAL BENIN Questions : 1) Qu est-ce

Plus en détail

LES PARASITES EXTERNES

LES PARASITES EXTERNES Clinique Vétérinaire du Lac 74320 SEVRIER tel : 04 50 52 63 98 - fax : 04 50 52 49 73 info@veterinairedulac.fr Dr NARDIN Dr DOLIGER Dr BARBE LES PARASITES EXTERNES Dès leur plus jeune âge, les chiens et

Plus en détail

Prophylaxie individuelle des maladies vectorielles

Prophylaxie individuelle des maladies vectorielles Prophylaxie individuelle des maladies vectorielles Pr Ag Emna Siala Laboratoire de Parasitologie Institut Pasteur de Tunis Maladies vectorielles Maladies infectieuses transmises par des vecteurs Potentiellement

Plus en détail

Définition d une épidémie

Définition d une épidémie MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES RISQUES ÉPIDÉMIQUES Dr Eric D Ortenzio Médecin-Epidémiologiste Unité d Epidémiologie des Maladies Infectieuses Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie edortenzio@pasteur.nc

Plus en détail

EXPOSES DE SVT EXPOSES DE SVT

EXPOSES DE SVT EXPOSES DE SVT SUJET N 1 : VACCINATION ET SOCIETE. «Après avoir rappelé brièvement l histoire de la vaccination, vous présenterez son principe et ses risques notamment pour les vaccins obligatoires en France ou pour

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

LA GALE. JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014. Journée correspondants en. hygiène Lutin 72-05 12 2014

LA GALE. JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014. Journée correspondants en. hygiène Lutin 72-05 12 2014 LA GALE JOURNEE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE 5 décembre 2014 1 L agent responsable : Ce parasite est un Acarien : Sarcoptes scabei variété hominis Réservoir de germes : Il s agit d un parasite strict

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Fièvre au retour de pays tropical

Fièvre au retour de pays tropical Fièvre au retour de pays tropical Dr Paul-Henri Consigny Centre Médical de l Institut Pasteur Centre d Infectiologie Necker-Pasteur DU Prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Cochin,

Plus en détail

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida Cases «!» Le joueur devra à l aide de cartons vert, rouge ou blanc dire s il est d accord (vert), pas d accord (rouge) ou n a pas d avis (blanc) au sujet de l affirmation énoncée sur la thématique de l

Plus en détail

Samoa Américaines - Informations générales

Samoa Américaines - Informations générales Samoa Américaines - Informations générales Langue: samoan et anglais. Régime politique: Sous administration américaine. Habitants: 62.000 Décalage horaire: GMT -11 Indicatif Tél: 00 684 Réseau Tél: correct.

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon Les parasites : une part importante de la biodiversité? - Traitements antibiotiques Eradication de la variole

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité.

Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Espagne - Formalités Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Nouvelle procédure d'entrée sur le territoire : Trois nouvelles réglementations désormais obligatoires

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Don de sang. Chapitre 4: Don de sang 4. Le don de sang / page 23. Sujet

Don de sang. Chapitre 4: Don de sang 4. Le don de sang / page 23. Sujet Niveau 2 4.1 / Le sang Information pour l enseignant 1/5 Sujet Chapitre 4: 4. Le don de sang / page 23 Devoir Les élèves répondent aux questions de la fiche de travail après avoir lu l information pour

Plus en détail

Etats Unis - Miami - Informations générales

Etats Unis - Miami - Informations générales Etats Unis - Miami - Informations générales Langue: anglais. Capitale: Washington Régime politique: république fédérale à démocratie présidentielle. Habitants: 311 938 000 Monnaie: Dollar des États-Unis

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm 1985 25 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm Kathy FaberBouillaut Directeur de thèse : Dr A. Leprince, INRS Dpt EAM Forum St Jacques 7 octobre 26 Sommaire Introduction de

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Capitale: Bandar Seri Begawan Langue: malais. Régime politique: monarchie absolue sultanat (les partis sont interdits depuis 1988). Habitants: 406

Plus en détail

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi Inactivation des PSL: présent et futur Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi La transfusion sanguine: un système «ultra-sur».aujourd hui Carson J L et al. Ann Intern

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

Passeport: même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité.

Passeport: même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Italie - Formalités Passeport: même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Visa: pas nécessaire pour des visites touristiques ou d'affaires de moins de 3 mois. Enfant: si

Plus en détail

LA LUTTE ANTI VECTORIELLE

LA LUTTE ANTI VECTORIELLE COLLOQUE DE BOURGES 2013 ; LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES SUR L HOMME http://ants.asso-web.com LA LUTTE ANTI VECTORIELLE Association Nationale des Techniques Sanitaires Ecole des Hautes Etudes

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

Référence: B.O n 4344-27 chaabane 1416 (18-1-96).

Référence: B.O n 4344-27 chaabane 1416 (18-1-96). Référence: B.O n 4344-27 chaabane 1416 (18-1-96). Arrêté du ministre de la santé publique n 683-95 du 30 chaoual 1415 (31 mars 1995) fixant les modalités d'application du décret royal n 554-65 du 17 rabii

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUETE

QUESTIONNAIRE D ENQUETE 1 QUESTIONNAIRE D ENQUETE Sujet : «Contribution à l étude des savoirs et des pratiques locaux ayant une incidence directe sur les ressources naturelles collectives : cas de la Commune RUTEGAMA et de la

Plus en détail

Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies?

Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies? Les animaux vertébrés sont-ils réservoirs de rickettsies? Bernard DAVOUST 1,2, Oleg MEDIANNIKOV 2, Jean-Lou MARIÉ 1,2, Cristina SOCOLOVSCHI 2, Philippe PAROLA 2 et Didier RAOULT 2 1 - Direction régionale

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Les parasites externes du chien

Les parasites externes du chien Les parasites externes du chien La puce La puce, doit-elle être considérée comme un parasite normal du chien? Non, elle vit à ses dépends, les femelles prélevant du sang sur le chien pour se nourrir. La

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire?

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire? Information 1/8 Le 24 octobre 2005 GRIPPE AVIAIRE (ou INFLUENZA AVIAIRE) à H5N1 Questions Réponses Ce document «Questions/Réponses» sur la grippe aviaire a été élaboré dans un but d information et pour

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose. Dr Yves Moreau Directeur scientifique

La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose. Dr Yves Moreau Directeur scientifique La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose Dr Yves Moreau Directeur scientifique Virus grippal en microscopie électronique ou influenza del fredo Un virus changeant : Trois types : A Très instable

Plus en détail

MP CADRAGE DU PROJET Ch 2 CADRAGE DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

MP CADRAGE DU PROJET Ch 2 CADRAGE DU PROJET. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 2 CADRAGE DU PROJET 1 LE CADRAGE M E T H O D E C P S CADRAGE PRAGMATIQUE ET SYNTHETIQUE 2 Il est difficile de parler d un projet avant d avoir fait une analyse détaillée du travail à faire. Il est cependant

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

France - Paris - Informations Générales

France - Paris - Informations Générales France - Paris - Informations Générales Capitale: Paris Langue: français. Régime politique: République démocratique parlementaire à régime présidentiel. Habitants: 65 249 000 Décalage horaire: GMT +1 Indicatif

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

M2 du Master International d Entomologie co-porté par l'université AO et l'université Montpellier

M2 du Master International d Entomologie co-porté par l'université AO et l'université Montpellier M2 du Master International d Entomologie co-porté par l'université AO et l'université Montpellier HMBE324 Notions d arthropodologie médicale et vétérinaire et principales maladies à vecteurs Basic knowledge

Plus en détail

Encéphalites Encephalitis. PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites

Encéphalites Encephalitis. PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites Encéphalites Encephalitis PM Preux, M Strobel IFMT, 2003-2004 Module Maladies Émergentes - Encéphalites Encéphalites : spectaculaires et médiatiques Notions d ensemble sur les encéphalites Les aspects

Plus en détail

La gestion de l épidémie de chikungunya 2005-2006 à La Réunion par le médecin traitant,

La gestion de l épidémie de chikungunya 2005-2006 à La Réunion par le médecin traitant, La gestion de l épidémie de chikungunya 2005-2006 à La Réunion par le médecin traitant, Emilie Fenetrier, Nicole Vernazza-Licht, Daniel Bley, Denis Malvy, Daouda Sissoko, Aubry Pierre, Bernard-Alex Gaüzère

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

La surveillance des maladies infectieuses. Dr Alexandra Mailles Département des maladies infectieuses- InVS 14 janvier 2015

La surveillance des maladies infectieuses. Dr Alexandra Mailles Département des maladies infectieuses- InVS 14 janvier 2015 La surveillance des maladies infectieuses Dr Alexandra Mailles Département des maladies infectieuses- InVS 14 janvier 2015 Pourquoi surveiller des maladies? Pour décrire : produire des informations sur

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DES DECHETS - PROCEDURE

PROBLEMATIQUE DES DECHETS - PROCEDURE ASSOCIATION DE LA VILLE ET DES COMMUNES DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE SECTION CPAS PROBLEMATIQUE DES DECHETS - PROCEDURE Ce document vise à aider les CPAS et intercommunales à gérer les déchets de

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

Catastrophes naturelles et risques sanitaires. IFMT-MS-Santé publique-2007 1

Catastrophes naturelles et risques sanitaires. IFMT-MS-Santé publique-2007 1 Catastrophes naturelles et risques sanitaires IFMT-MS-Santé publique-2007 1 Quelles catastrophes en Asie du SE? Nom Typhon Inondations Éruption volcanique Tremblement de terre Tsunami Glissement de terrain

Plus en détail

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Historique 26 avril 2009 : premiers cas humains de grippe d origine porcine au Mexique Puis extension aux Etats-Unis Et en quelques semaines à l ensemble des cinq continents

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Les actualités du Pharo 2015

Les actualités du Pharo 2015 LA VACCINATION DE L ENFANT DANS LA LUTTE ANTIRABIQUE, UNE ACTIVITE DE L UNITE : MEDECINE PREVENTIVE ET VACCINATION DU CHU DE TLEMCEN EN ALGERIE «2001-2014» N.Chabni, I.Cherif, H.benabderrahmane, L. Henaoui,

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

Je suis honoré d avoir été invité à prononcer le discours officiel. à l ouverture de ce symposium sur la veille sanitaire de l océan

Je suis honoré d avoir été invité à prononcer le discours officiel. à l ouverture de ce symposium sur la veille sanitaire de l océan Mon collègue le Ministre de l Agro-industrie et de la Sécurité Alimentaire Monsieur l ambassadeur de France Monsieur le secrétaire général de la commission de l océan indien (COI) Monsieur le directeur

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

INSECTICIDE BIO KILL

INSECTICIDE BIO KILL INSECTICIDE BIO KILL Contenu de l information : Pourquoi lutter contre les insectes? La lutte moderne contre les insectes Présentation du concept BIO KILL Quelle est la toxicité des insecticides? À propos

Plus en détail