Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris"

Transcription

1 Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris

2 Troubles digestifs au retour de voyage Diarrhée (> 2 selles/j de consistance anormale) Troubles fonctionnels intestinaux (TFI) Douleurs spasmodiques migratrices Excès de gaz rectaux - Ballonnement Transit intestinal instable Tendance à la diarrhée (selles matinales) Alternance diarrhée-constipation

3 Troubles digestifs au retour du voyage Diarrhée aiguë Diarrhée prolongée à chronique de début aigu Troubles fonctionnels intestinaux post-infectieux

4 Diarrhées aiguës Diarrhée aiguë Au moins 3 selles molles à liquides depuis moins de 2 semaines Diarrhée de début aigu 6 Nombre de selles Temps (jours)

5 Diarrhées de début aigu 10 Nombre de selles par jour Temps (jours) Diarrhée aiguë prolongée chronique

6 Diarrhée du voyage Diarrhée aiguë 20-50% pays développés pays en développement Pics de fréquence: J3-J4 et J10 Diarrhée prolongée: 3% Diarrhée chronique: 1% DuPont, Clin Infect Dis 1996; 22: 124

7 Diarrhées aiguës infectieuses Temps d incubation Bactéries EPEC ETEC Campylobacter 1 j 1-2 j 3 j Protozoaires Cyclospora 5 j (3-18 j) Giardia 7 j (3-20 j) Cryptosporidium 7 j

8 Durée d'évolution moyenne des infections intestinales Cyclosporose Amibiase Lambliase Cryptosporidiose Yersinia Shigelles Salmonelloses mineures Campylobacter ETEC Protozoaires Bactéries Virus Adénovirus Rotavirus Astrovirus Norwalk Jours

9 Diarrhée de début aigu Enquête infectieuse d emblée Risque immédiat pour le malade Terrain: valulopathe Diarrhée sévère (Σme septicémique, déshydratation majeure) Colite sous-jacente probable Diarrhée cliniquement hémorragique Douleurs abdominales circonscrites (FID) - Défense Environ 1 % des patients

10 Diarrhée de début aigu Enquête infectieuse d emblée Examens: Coproculture Parasito (diarrhée hémorragique, voyage) Coloscopie courte (diarrhée hémorragique) Schéma d exploration: Nombre de selles explorations Temps (jours) antibiothérapie empirique d attente

11 Diarrhée de début aigu Enquête infectieuse différée: J4 Une diarrhée franche (> 4 selles) persistant au delà du 3ème jour malgré le traitement symptomatique (environ 5% des patients) est de cause bactérienne ou parasitaire dans 80% des cas 1 Une antibiothérapie introduite au delà de J5 ne raccourcit pas le temps d évolution d une diarrhée bactérienne 2 1 Dryden, Clin Infect Dis 1996; 22: Anders, Lancet 1982, 1: 131

12 Diarrhée de début aigu Enquête infectieuse différée: J4 Examens : Coproculture Parasito (diarrhée hémorragique, voyage) Schéma d exploration : Nombre de selles Temps (jours) explorations antibiotiques si bactérie ou parasite

13 Examen direct des selles Etape préliminaire commune de la coproculture et de l examen parasitologique des selles Présence de nombreux leucocytes et hématies = colite sous-jacente

14 Coproculture Ensemencement Selles < 2h après collection (à défaut 4 C <12 h) Milieux sélectifs par défaut (B180) Salmonella, Shigella, Campylobacter, (Yersinia) Milieux optionnels sur demande (B60) E. coli O157:H7 (Mac Conkey-sorbitol) Diarrhée hémorragique, ingestion de viande de boeuf (surtout hachée) peu ou pas cuite Klebsiella oxytoca Diarrhée hémorragique sous βlactamines ou pristinamycine

15 Diarrhées aiguës de l adulte en France Examen parasitologique des selles (1) Comprend un examen direct et 2 techniques de concentration (B95) Selles fraîches pour la recherche de formes végétatives mobiles d amibes (B50) Certains milieux et demandes spécifiques Cryptosporidiose (diarrhée prolongée, retour de voyage) - (B60) Microsporidiose (infection par le VIH) - (B60)

16 Troubles digestifs au retour du voyage Diarrhée aiguë Diarrhée prolongée à chronique de début aigu Troubles fonctionnels intestinaux post-infectieux

17 Diarrhée prolongée (>14j) au retour de voyage Traitement adapté + Coproculture Parasito (2-3, dont crypto) Biologie (NFS CRP albumine) Pas d agent pathogène Sang dans les selles (macro ou microscopique) oui Coloscopie avec biopsies non Perte pds et/ou fièvre et/ou anomalies biologiques non Ciflox 500mgx2/j 5j oui EOGD avec biopsies duodénales Coloscopie avec biopsies Sprue MICI Brainerd Flagyl 1,5 g/j 7j Zentel 400 mg/j 3-5j Fibroscopie Coloscopie Pas d effet Pas d effet normales TFI Vraie diarrhée Tt symptomatique Guérison < 3 ans

18 Diarrhée prolongée-chronique au retour de voyages - Agents en cause Bactéries EPEC E.coli entéro-adhérents Aeromonas Plesiomonas Salmonella -Shigella Campylobacter Yersinia Parasites Giardia Cryptosporidium Isospora belli Cyclospora

19 Diarrhées prolongées de début aigu Cryptosporidiose Ubiquitaire mais cause émergente de diarrhée du voyage (Russie, piscines d hôtel) Symptômes souvent invalidants et prolongés (Milwaukee, cas, McKenzie, N Engl J Med 1994; 331: 161) Nombre moyen de selles 12 / j Fièvre 57 % Durée médiane de la diarrhée 9 j (jusqu à 3 mo) Recherche dans les selles par technique spécifique (B60) Traitement possible par paromomycine 2 g/j 2 semaines

20 Diarrhées prolongées de début aigu Cyclosporose Retour de zones tropicales en saison humide (Népal, Amérique latine, Caraïbes) Symptômes souvent invalidants et prolongés (Framboises vénézuéliennes, 760 cas 1 ) Nombre moyen de selles 6 / j Amaigrissement 91 % Durée médiane de la diarrhée 14 j (jusqu à 2 mo) Pas de technique de recherche spécifique dans les selles mais diagnostic difficile - Traitement curatif efficace par Bactrim Forte, 1 à 4 cp/j pendant 5 à 10 jours 1 Herwaldt, N Engj J Med 1997; 336: 1548

21 Diarrhée prolongée de début aigu Giardiase Parasitose ubiquitaire mais certaines destinations (Russie) ou comportements (randonnée, piscines d hôtels) sont particulièrement à risque Après la phase aiguë, en l absence de traitement, le passage à la chronicité (douleurs épigastriques, diarrhée fluctuante) est fréquent 1 Les examens de selles répétés sont volontiers pris en défaut dans les giardiases chroniques, alors que la sensibilité et la spécificité de la recherche du parasite à partir des biopsies duodénales sont proches de 100% 1 Ortega, Clin Infect Dis 1997; 25: 545

22 Sprue tropicale Séjour > 1 mois en zones à risque (Haïti - Caraïbes - Porto- Rico - Sud-Est asiatique) Diarrhée modérée - TFI - Amaigrissement Biologie: malabsorption (carence folates, B12, calcium, facteurs de coagulation) Histologie duodénale: atrophie villositaire - inflammation Traitement 3 à 6 mois: Acide folique (Spéciafoldine, 5 mg/j) Tétracyclines: 250 mg x 4/j Retour à la normale en < 1 an si ancienneté de la diarrhée < 3 mois

23 Premières poussées de MICI Les MICI: débutent dans 10 % des cas au cours ou au décours d un voyage à l étranger débutent dans 10 % des cas sur un mode aigu sont associées initialement dans 10 % des cas à une une infection intestinale Schumacher, Scand J Gastroenterol 1994; 29: 265 Beaugerie, Gastroenterol Clin Biol 1998; 22: A15

24 Diarrhée de Brainerd Diarrhée chronique épidémique Brainerd (Minnesota) 122 cas lait non pasteurisé Henderson (illinois) 72 cas eau de puits d un restaurant routier Galapagos 59 cas réserves d eau d un bateau de croisière

25 Diarrhée de Brainerd Tableau clinique stéréotypé Incontinence 50% Nombre moyen de selles 10/j Amaigrissement 70% Durée médiane d évolution mois Lésions histologiques Hyperlymphocytose épithéliale isolée (20%) Parfois aspect celiac-like du grêle Mintz, J Infect Dis 1998; 177: 1041 Bryant, Am J Surg Pathol 1996; 20: 1102

26 Diarrhée chronique post-voyage Histologies duodénale et colique normales La mesure du poids de selles sur au moins 2 jours, dans des conditions de vie normales, permet de distinguer: Les vraies diarrhées chroniques mystérieures 1 Poids fécal: g Habituellement pas de stéatorrhée Extinction spontanée de la diarrhée en moins de 3 ans Les TFI à forme diarrhéique post-voyage 2 (PF < g) 1 Afzalpurkar, N Engl J Med 1992; 327: Gwee, Gut 1999; 44: 400

27 Troubles digestifs au retour du voyage Diarrhée aiguë Diarrhée prolongée à chronique de début aigu Troubles fonctionnels intestinaux post-infectieux

28 TFI post-gastroentérite TFI chroniques parfois à forme diarrhéique au décours d une diarrhée aiguë Profil psychologique particulier Tendance anxio-dépressive Somatisation - Hypochondrie Inflammation modérée mais persistante de la muqueuse rectale Gwee, Lancet 1996; 347: 150 Gwee, Gut 1999; 44: 400

29 TFI prolongés (>14 j) au retour de voyage: D abdominales spasmodiques Ballonnement - Excès de gaz Diarrhée fluctuante - Alternance D-Constipation Traitement adapté + Coproculture Parasito selles x 2-3 NFS CRP Albumine Pas d agent pathogène Perte pds notable et/ou fièvre et/ou anomalies biologiques non Flagyl 1,5 g/j 7j Zentel 400mg/j 3-5j oui EOGD avec biopsies duodénales Coloscopie Pas d effet Sprue MICI EOGD Coloscopie normales TFI post-voyage

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Janvier 2003 PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2003 PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2003 RECOMMANDATIONS DE LA PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES L. BEAUGERIE (Paris) Avec la collaboration de : G. GAY (Nancy), B. NAPOLEON (Lyon), T. PONCHON (Lyon), J. BOYER

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

DIARRHEE PERSISTANTE APRÉS UN VOYAGE

DIARRHEE PERSISTANTE APRÉS UN VOYAGE DIARRHEE PERSISTANTE APRÉS UN VOYAGE Relevé des maladies transmissibles au Canada Vol. 24 (DCC-1) 1 er janvier 1998 Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Comité consultatif de la médecine tropicale

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES

LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES LES TOXI - INFECTIONS ALIMENTAIRES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Pr. N. MARTY (mail : ) Objectifs : I Introduction Les intoxications alimentaires sont fréquentes y compris dans

Plus en détail

Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013

Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013 Diarrhées infectieuses Actualités 2013 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 03/10/2013 1. Généralités Syndromes cliniques d expression digestive, mais aussi générale, d origine bactérienne, parasitaire

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Diarrhée et Gastroentérite

Diarrhée et Gastroentérite Diarrhée et Gastroentérite Comprendre Certaines personnes vont aux toilettes trois fois par jour, d'autres, trois fois par semaine. Le rythme est différent selon la "vitesse" de l'activité intestinale

Plus en détail

Diarrhée du voyageur ; Traveller s diarrhoea;

Diarrhée du voyageur ; Traveller s diarrhoea; EMC-Hépato-Gastroentérologie 2 (2005) 249 263 www.elsevier.com/locate/emchg Diarrhée du voyageur Traveller s diarrhoea D. Carré (Spécialiste des Hôpitaux des Armées, service de gastroentérologie) *, F.

Plus en détail

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. L'agent pathogène... 3 2.1. Morphologie et biologie... 4 2.1.1. Les

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Item 100 : Parasitoses digestives : lambliase, taeniasis, ascaridiose, oxyurose, amibiase

Item 100 : Parasitoses digestives : lambliase, taeniasis, ascaridiose, oxyurose, amibiase Item 100 : Parasitoses digestives : lambliase, taeniasis, ascaridiose, oxyurose, amibiase Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Giardiose... 1 2 Taeniasis à Taenia

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN :

MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN : DOSSIER 13 MALADIES INFLAMMATOIRES DE L INTESTIN : ENTRE SOUFFRANCE ET TABOU Souvent dissimulées par les malades, parfois encore ignorées par la médecine de ville, les maladies inflammatoires chroniques

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats. Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume

Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats. Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume Plan Modalités Indications / Résultats Saignement digestif Maladie de Crohn Tumeur du grêle Autres

Plus en détail

MI1:Métabolisme et Nutrition Séméiologie des troubles du transit Année universitaire 2007-2008

MI1:Métabolisme et Nutrition Séméiologie des troubles du transit Année universitaire 2007-2008 Introduction Séméiologie des troubles du transit Dans sociétés occidentales, où la quantité de fibres alimentaires est faible, le transit digestif normal se manifeste par : émission de selle de consistance

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Historique et actualité... 3 2. Agent pathogène et cycle... 4 3.

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation.

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Pr Pierre Déchelotte Unité de Nutrition CHU de Rouen (76) Dr Pascal Boulet Médecin généraliste-enseignant Bonsecours (76) Rouen

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives

Toxi-infections alimentaires collectives Importance en Santé Publique Une toxi-infection alimentaire collective (TIAC) est définie comme l apparition chez au moins deux cas groupés, d une symptomatologie similaire, le plus souvent de type gastro-intestinal

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Syndrome de l intestin irritable : Une approche globale

Syndrome de l intestin irritable : Une approche globale World Gastroenterology Organisation Global Guidelines Syndrome de l intestin irritable : Une approche globale juin 2009 Reviewers Prof. Eamonn Quigley (Président, Ireland) Prof. Michael Fried (Suisse)

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL SERVICE DE DIAGNOSTIC LABORATOIRE DE PARASITOLOGIE RAPPORT 2013 CHATS Durant l année 2013, nous avons effectué, dans notre laboratoire, un grand nombre d analyses coproscopiques

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France

Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France Réalisé dans le cadre d une collaboration avec l Afssa Comité de Pilotage Scientifique Thierry Ancelle Service de parasitologie,

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Restauration collective. quelques aspects réglementaires

Restauration collective. quelques aspects réglementaires Restauration collective quelques aspects réglementaires JL Fumery Marseille, 17 mai 2005 1 La restauration collective n est pas vraiment un concept nouveau de la préhistoire au moyen-âge quelles que soient

Plus en détail

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques

Plus en détail

Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»

Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles» Transmission des maladies infectieuses «maladies transmissibles» 1 Généralités I. Un germe (agent pathogène) qui nécessite II. Un hôte (ou cible) : l homme [H] ou l animal [An] III. Entre les 2, il y a

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15 8 Avertissement Mis à part quelques précisions sur la prévention du paludisme (malaria) et le traitement de la diarrhée chez les enfants, ce livre ne se consacre ni aux nouveau-nés et jeunes enfants, ni

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

Comprendre les PROBIOTIQUES

Comprendre les PROBIOTIQUES Comprendre les Qu est-ce que les probiotiques? Les probiotiques sont généralement définis comme des microbes vivants (des organismes infiniment petits qui ne peuvent être vus qu avec un microscope) et

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes!

Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes! Diarrhée, vomissements, constipation ou quand l appareil digestif fait des siennes! Dr Vet Grégory Casseleux Royal Canin Gammes Professionnelles Responsable Technique FR 30670 Aimargues La digestion se

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

La constipation occasionnelle chez l adulte

La constipation occasionnelle chez l adulte Laconstipationoccasionnellechezl adulte Laconstipationsedéfinitparladiminutiondelafréquencedessellesendessousde3parsemaine. Cette définition ne constitue pas une règle absolue, la fréquence des selles

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Maladies transmises sexuellement (MTS)

Maladies transmises sexuellement (MTS) Maladies transmises sexuellement (MTS) La sexualité est une dimension normale et saine de la vie De nos jours, de nombreuses infections se transmettent par les relations sexuelles. On les appelle infections

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

La recto-colite hémorragique

La recto-colite hémorragique La recto-colite hémorragique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Livret LAM page 1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Dans certains cas les symptômes et le traitement peuvent différer de ce que y est présenté dans ce livret. A tout moment

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

MESURES DE CONTRÔLE ET PRÉVENTION INFECTIEUSE D ALLURE VIRALE (NOROVIRUS) DES ÉCLOSIONS DE CAS DE GASTRO-ENTÉRITE

MESURES DE CONTRÔLE ET PRÉVENTION INFECTIEUSE D ALLURE VIRALE (NOROVIRUS) DES ÉCLOSIONS DE CAS DE GASTRO-ENTÉRITE AVIS SCIENTIFIQUE MESURES DE CONTRÔLE ET PRÉVENTION DES ÉCLOSIONS DE CAS DE GASTRO-ENTÉRITE INFECTIEUSE D ALLURE VIRALE (NOROVIRUS) À L INTENTION DES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS COMITÉ SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

C Recommandations pré analytiques générales

C Recommandations pré analytiques générales C Recommandations pré analytiques générales C.1 Liste des analyses à jeun Etat de jeûne L état de jeûne est un des éléments permettant la bonne exécution technique des analyses et une interprétation pertinente

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Edition 2011 ISBN : 978-2-11-076672-4 ISSN : 0767-4538 AVIS AUX PROFESSIONNELS DE L ALIMENTATION

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail