Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15"

Transcription

1 8 Avertissement Mis à part quelques précisions sur la prévention du paludisme (malaria) et le traitement de la diarrhée chez les enfants, ce livre ne se consacre ni aux nouveau-nés et jeunes enfants, ni aux femmes enceintes et ni aux immunodéprimés. L auteur tient à souligner que les recommandations nationales belges du Groupe d Etude Scientifique de la Médecine des Voyages ainsi que celles du Conseil Supérieur de la Santé ont été scrupuleusement respectées. Comme la médecine est une science en perpétuelle évolution, ce livre reflète l état des connaissances médicales acquises à l heure de sa préparation. Le lecteur est invité à être en quête des nouvelles acquisitions et à s informer auprès de son médecin, d un centre de vaccination ou de l Institut de Médecine Tropicale d Anvers. L auteur décline toute responsabilité sur le plan des conséquences éventuelles d applications erronées des recommandations par le lecteur, et de la présence possible d une erreur et ce malgré les soins apportés à la rédaction du livre.

2 9 CONTENU Introduction Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux Vaccinations - 15 Traditionnels: Tétanos, Diphtérie, Polio Obligatoires: Fièvre jaune, méningite à méningocoque Recommandés: Hépatite A, Hépatite B, Fièvre typhoïde, Encéphalite à tique, Rougeole Circonstanciels: Encéphalite japonaise, Rage 2. Diarrhée du voyageur ou Turista - 53 Origine, types de diarrhées, comment traiter la diarrhée chez l adulte et chez l enfant <15 ans; mesures de prévention: hygiène alimentaire et consommation d eau 3. Paludisme ou Malaria - 63 Transmission, symptômes, définition des zones à risque, prévention en zone A et C, expatriation et voyage longue durée, conseils aux anciens résidents des pays endémiques, les anticoagulants 4. Lutte contre les moustiques de la malaria, de la Dengue et du Chikungunya Jet-lag, mal des montagnes, désert Voyageurs fragilisés: le voyageur à risque de thrombo-embolie, l insuffisant respiratoire, le cardiaque, le diabétique, le voyageur interdit de vol Inconfort pendant le voyage : le mal du voyage (cinétose), les lentilles Situations évitables: ciguatera, bilharziose, histoplasmose, papillonite, brûlure de la peau par la sève des mancenilliers, larbish, tungose, myase, chute de noix de coco - 96

3 10 Partie II Voyages dans les pays tempérés et maladies transmises par les tiques Description des tiques et de leur cycle Maladie de Lyme : Description, prévention primaire et secondaire, incidence chez les scouts Encéphalite à tique : pays endémiques, protection des voyageurs Prévention d autres maladies transmises par les tiques Partie III Santé psychique et voyage Syndrome de Stendhal, de Paris, de l Inde Partie IV Retour du voyage Partie V Résumé Partie VI A propos de l auteur Partie VII Annexes Partie VIII Les cartes géographiques Index - 145

4 11 Introduction Dans le cadre de ses activités, le médecin se doit de connaître les risques encourus par le voyageur durant le séjour, de les désigner, d en décrire les parades et de les formater en recommandations et stratégies de prévention. C est le kit santé, le prêt-à-partir du voyageur ou PPV, un concept d éducation de la santé en voyage. Une place importante y est réservée aux voyages dans les Tropiques avec ses exigences en termes de vaccinations, d hygiène alimentaire et de mise en place d un protocole pour la prophylaxie du paludisme (malaria). L Europe, première destination touristique au monde, n est pas dénuée de risques surtout dans les territoires situés dans l hémisphère nord. Les adeptes du tourisme vert à la campagne, de séjour dans les forêts et les bois, les promeneurs en montagnes jusqu à une altitude de 1500 mètres devraient connaître les modalités de protection contre l Encéphalite à tique et la maladie de Lyme. Ces différents points seront développés dans ce livre. Grâce à ce livre, le voyageur trouvera des éléments de réponse aux questions qu il se pose sur sa santé, sur les moyens de la conserver, loin de son pays et de son milieu socioculturel, au contact de la vie et de la culture de l autre, dans un environnement peut-être difficile mais source d exaltation et d un enrichissement personnel.

5 12 Le point d orgue des décisions, des résolutions et des démarches est cette phase préparatoire pendant laquelle le voyageur est au centre de toutes les attentions de sa famille, de ses amis et de ses collègues du travail qui, forts de leur propre expérience, se font un point d honneur à lui donner des «recettes» pour lui permettre de réussir son voyage. Phase de planification, un vrai moment de bonheur mais aussi parfois de stress. Certains membres de l entourage vont jusqu à lui suggérer une liste de vaccins prioritaires et même une stratégie pour la prévention du paludisme. Ces intentions, au demeurant fort louables, sont loin d être en harmonie avec les consensus du monde scientifique. Les avis sont divergents. Certes, d un simple clic le voyageur peut télécharger du Net une abondante littérature mais la maîtrise de celle-ci s avère extrêmement difficile et chronophage. Pour toutes ces raisons, il nous a semblé utile de faire le point et de mettre à la disposition à la fois des médecins et du public des voyageurs, une référence-relais, un maillon fort dans la chaine de communication entre les dispositions officielles et leur mise en pratique sur le terrain. Que souhaiter davantage, dans cette nébuleuse du voyage, sinon que le message en soit bénéfique aux protagonistes. Le message s adresse aussi aux irréductibles, ceux qui partent sans demander l avis de personne parce qu ils savent voyager, tel ce baroudeur qui vous lance oh moi vous savez, ça fait 30 ans que je voyage, je n ai jamais été malade ; ce briscard de service vous n allez pas m apprendre à moi comment laver la salade ; ce bourlingueur invétéré qui se targue d une longue expérience résistant à toute épreuve; cet aventurier à qui il n arrive pas d aventure Contraints et forcés, ils n acceptent que le vaccin de la fièvre jaune, puisqu il est obligatoire.

6 Le voyageur sera aussi informé de la conduite à suivre lorsque, au retour, il présente quelques soucis de santé attribués, de prime à bord, aux conditions de vie dans le pays d accueil. Le rôle du médecin sera alors d établir le diagnostic, d être à côté de son malade pour le soigner et le guérir. Pour conclure, ce livre doit permettre au voyageur d anticiper sa santé et de partir, mens sana in corpore sano, pour réaliser son rêve, découvrir de nouveaux horizons dans le monde du travail, du tourisme classique ou équitable, de la coopération et de l aide humanitaire (ONG), tout en restant serein, optimiste et conscient de ses limites de performances. Jouir d une excellente santé en voyage est un défi de tous les jours. La conserver est un gage de succès. 13 Docteur Victor Luyasu

7 53 QU EST-CE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR OU TURISTA ET QUE DOIS-JE FAIRE POUR L ÉVITER? La diarrhée survient chez le voyageur comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, durant les premiers jours d arrivée dans le pays d accueil. Elle se traduit par une fréquence accrue d évacuation, généralement 3 par jour, de selles molles ou liquides, avec en plus l un des symptômes suivants: Nausée; Vomissement; Crampes abdominales; Fièvre; Urgence fécale; Ténesme (tension douloureuse avec sensation de brûlure et envies continuelles d aller à selle); Selles sanglantes ou mucoïdes. La diarrhée peut aussi se produire à tout moment, même au retour de voyage. On estime que 20 à 50% des voyageurs vont en souffrir. La perte de liquides est synonyme de déshydratation surtout chez les enfants en bas âge et les personnes âgées. Chez ces dernières, elle se traduira par des muqueuses sèches (muqueuse de la langue notamment), des plis cutanés persistants (par exemple pincer la peau de l abdomen entre 2 doigts et on voit que la peau ne reprend pas son aspect initial), des orbites renfoncées, une confusion, une diminution du volume des urines et un mauvais état général.

8 54 ORIGINE La cause de la diarrhée est: Bactérienne dans 50 à 80% des cas avec comme germes par ordre décroissant, l Escherichia coli ETEC, le Campylobacter, le Salmonella et le Shigella; Virale dans moins de 20% des cas: Rotavirus principalement; Parasitaire dans moins de 5% des cas: Giardia et Entamoeba Histolytica. NATURE DES DIARRHÉES 1. Une diarrhée peut être peu gênante et guérir spontanément; 2. Une diarrhée gênante est celle qui est d origine bactérienne, virale ou parasitaire. Elle nécessite un traitement symptomatique; 3. Une diarrhée sévère est celle qui s accompagne de selles sanguinolentes ou purulentes, d une fièvre supérieure à 38,5 C pendant 24h et ou de crampes violentes. Ici le contact médical est souhaitable, une hospitalisation sera probablement nécessaire pour permettre une réhydratation intraveineuse et la mise en route d un traitement approprié dans les délais les plus rapides.

9 63 Dois-je prendre des médicaments contre le paludisme (Malaria)? Votre médecin vous donnera toutes les recommandations concernant ce sujet. Vous pouvez aussi consulter le site pour visualiser la situation géographique du pays visité. Le paludisme ou malaria est une maladie tropicale causée par des parasites appartenant à l espèce Plasmodium: P. falciparum, P. vivax, P. ovale, P. malariæ et P. knowlesi. Les trois premiers intéressent plus particulièrement le voyageur: le P. falciparum provoque une infection grave et potentiellement mortelle; P. vivax et P. ovale sont responsables des formes de reviviscence c est-à-dire de récidive survenant à distance de l épisode primaire. COMMENT SE TRANSMET LE PALUDISME? Par un moustique, l Anophèle, qui pique dès la tombée de la nuit. Ce moustique est petit, ne fait pas de bruit et ne laisse aucune trace. QUELS SONT LES SYMPTÔMES? Une fièvre à plus de 38 C, des maux de tête, des sueurs froides, des frissons, des courbatures, parfois des diarrhées. Ces symptômes surviennent généralement entre 7 et 30 jours après une piqûre infectante. Si l infection par

10 64 Plasmodium falciparum n est pas traitée, le patient peut développer des complications qui toucheront plusieurs organes comme le foie, les reins et le cerveau, avec une issue souvent fatale. COMMENT ÉVITER LE PALUDISME? Par une stratégie comprenant: La prise d un médicament préventif efficace adapté à l âge, à l état de santé du voyageur et à la nature du risque dans les régions visitées; La lutte contre les moustiques répartie sur 2 fronts: o L usage des répulsifs anti-moustiques sur la peau et les vêtements; o La protection par une moustiquaire entourant complètement le lit ou par un système d air conditionné qui sidère le moustique mais ne le tue pas. Le moustique est capable de reprendre sa vitalité et sa capacité de piquer si l air conditionné est mis à l arrêt par exemple à cause d une panne électrique.

11 127 RESUMÉ Ce livre apporte des éléments de réponses aux questions que se posent les voyageurs, adultes et jeunes, avant leur départ vers l ailleurs; éléments regroupés selon un concept d éducation de la santé en voyage. L ensemble des données constituent le prêt-à-partir du voyageur ou PPV. Formation complexe qui, pour les Tropiques, s exerce sur plusieurs axes de prévention: l hygiène alimentaire, l hygiène corporelle, le paludisme ou malaria, les vaccins obligatoires et recommandés, la dengue, la diarrhée des voyageurs et bien d autres sujets de préoccupations. Formation limitée, en Europe, à la revue des zoonoses les plus émergentes: maladie de Lyme et Encéphalite à tique, et à un nombre restreint de vaccinations et recommandations. Les messages se veulent efficaces, pédagogiques et logiques. Dans cet ordre d idées, ce livre constitue une référence-relais, un maillon fort dans la chaine de communication entre les dispositions officielles et leur mise en pratique sur le terrain. Le prêt-à-partir permet au voyageur d anticiper sa santé, de partir mens sana in corpore sano, pour réaliser son rêve, découvrir de nouveaux horizons dans le monde du travail, du tourisme, de la coopération et de l aide humanitaire (ONG), tout en restant optimiste et conscient de ses limites de performances. Jouir d une excellente santé en voyage est un défi de tous les jours. La conserver est un gage de succès.

12 128 A propos de l Auteur Victor Luyasu est Docteur en Médecine, spécialiste en Biologie clinique, en maladies Tropicales et parasitaires. Pour cette dernière discipline, cursus en Belgique, en Afrique et en France, notamment à l Hôpital Claude Bernard, Aubervilliers, Paris (ancien hôpital); à l Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées, Le Pharo, Marseille; à l Hôpital Maison Blanche CHR, Groupe Toxo, Reims. Spécialiste en Vaccinologie, diplômé de l Université Paris V et Paris VI, et formation complémentaire en Médecine des Voyages et Emporiatrie: Toulouse et Sommières, France. Président du Groupe de Recherches et d Information sur la maladie de Lyme et Pathologies exotiques (RILY), il collabore avec des centres universitaires de recherche sur les tiques et les maladies transmises à l homme, en Belgique et dans d autres pays européens. Il est membre actif de International Society Working Group on Tick-borne encephalitis (www.isw-tbe.info). Victor Luyasu est l actuel Responsable du Centre de Vaccinations Internationales créé par le Ministère de la Santé dans la Province du Brabant Wallon. Par ailleurs, il est administrateur du Collège International du Voyage (Paris), et membre actif de nombreuses autres sociétés scientifiques. Il fut membre du Groupe d Experts chargés du contrôle de qualité des laboratoires belges (Institut Scientifique de Santé Publique ISP, Ministère Fédéral de la santé); expert Auditeur dans le cadre du programme d accréditation des laboratoires belges aux normes européennes (Beltest et ISP), et expert Toxoplasmose dans le réseau européen des laboratoires de référence, selon les directives du programme Biomed 2 de la Communauté Européenne.

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

CONSEILS AUX VOYAGEURS

CONSEILS AUX VOYAGEURS CONSEILS AUX VOYAGEURS Vous devez prochainement partir en mission à l étranger Au cours de votre séjour, vous pouvez être confronté à différents risques : risques infectieux : paludisme, diarrhées, hépatites,

Plus en détail

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo.

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo. Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordinateur RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX philippe.havette@wanadoo.fr PLAN LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Conseils aux voyageurs

Conseils aux voyageurs Conseils aux voyageurs Informations issues du site du Ministère des Affaires Etrangères en France : http://www.diplomatie.gouv.fr/ Entrée / Séjour : Un visa d entrée est nécessaire pour les ressortissants

Plus en détail

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord Paludisme et voyages Pr Thierry Debord Priorité pour la santé mondiale Le paludisme sévit dans 99 pays. Plus de 3 milliards de personnes risquent de contracter la maladie. Par rapport à l année 2000 :

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs

DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs Sabine GENTY Médecin Groupe Technip (secteur International) Ex Prat Att à la Consultation des Voyages Hôpital Avicenne BOBIGNY

Plus en détail

Dossier - conseil : Voyage et Santé

Dossier - conseil : Voyage et Santé Dossier - conseil : Voyage et Santé 1. Introduction. L objectif de ce dossier est de sensibiliser les lecteurs à certains aspects liés à la santé dans le cadre d un voyage. Nous vous recommandons de consulter

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Mon psoriasis, mes vacances et moi

Mon psoriasis, mes vacances et moi Mon psoriasis, mes vacances et moi Conseils et astuces du Dr François Maccari pour des vacances réussies www.aplcp.org Informations 01 42 39 02 55 Stelara_Leaflet_voyage.indd 1 Editorial Les vacances Une

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Hongrie - Informations générales

Hongrie - Informations générales Hongrie - Informations générales Capitale: Budapest Langue : hongrois. Régime politique : république unitaire à démocratie parlementaire. Habitants : 9 977 000 Monnaie: Forint Décalage horaire : GMT +1

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Soudan - Informations générales

Soudan - Informations générales Soudan - Informations générales Capitale: Khartoum. Langue: arabe, anglais (langue officielle), plusieurs langues autochtones : bedscha, zagawaha, daju, nubien... ). Régime politique: République de type

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Historique et actualité... 3 2. Agent pathogène et cycle... 4 3.

Plus en détail

Voyager Bien informé!

Voyager Bien informé! Ne pas oublier de faire des photocopies de votre passeport et votre billet d avion Destinations : Afrique du Sud Cambodge Chine Thaïlande Page 2 Page 31 Document préparé par les infirmières de la clinique

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Un bon départ. Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens. Voyage.gc.ca. santevoyage.gc.ca

Un bon départ. Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens. Voyage.gc.ca. santevoyage.gc.ca Un bon départ Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens Voyage.gc.ca santevoyage.gc.ca Publié par l Agence de la santé publique du Canada et Affaires étrangères et Commerce international Canada

Plus en détail

Les voyageurs atteints du

Les voyageurs atteints du Les voyageurs atteints du VIH : comment les conseiller? Depuis la venue de traitements efficaces, les personnes infectées par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) ont grandement amélioré leur qualité

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE

BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 8. Précautions générales 8.1 Voyage en avion Se déplacer le plus souvent possible au cours du

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Vietnam - Informations générales

Vietnam - Informations générales Vietnam - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tél: 00 84 (4) pour Hanoï Réseau Tél:

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012

Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Insectes et Virus - Un risque réel Actualités 2012 Pascal DELAUNAY Entomologie Parasitologie-Mycologie CHU de Nice Inserm 1065 Qu est qu un vecteur? INSECTES et Agents pathogènes Compétence + Capacité

Plus en détail

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature Diabète de type 1 et haute montagne Revue de la littérature Contre-indications absolues Diabète mal équilibré : hypoglycémies sévères mal ressenties, acido-cétose. Présence de complications du diabète

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Grand froid : Soyons tous vigilants

Grand froid : Soyons tous vigilants Dossier de presse Mercredi 21 novembre 2012 Grand froid : Soyons tous vigilants Le grand froid, le vent glacé, la neige sont des risques météorologiques à ne pas négliger. Ils peuvent être dommageables

Plus en détail

MALADIES D AILLEURS aux escales et à terre. origine, soins, prévention

MALADIES D AILLEURS aux escales et à terre. origine, soins, prévention MALADIES D AILLEURS aux escales et à terre. origine, soins, prévention Le but de ce dossier n est évidemment pas d être un Traité de Médecine mais plutôt une base de référence sur les risques médicaux

Plus en détail

Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles»

Transmission des maladies infectieuses. «maladies transmissibles» Transmission des maladies infectieuses «maladies transmissibles» 1 Généralités I. Un germe (agent pathogène) qui nécessite II. Un hôte (ou cible) : l homme [H] ou l animal [An] III. Entre les 2, il y a

Plus en détail

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL MISSION PRINCIPALE Assister le Médecin du Travail ail dans l ensemble de ses activités Collaboration totale avec le Médecin du Travail Confiance mutuelle des deux parties Spécificité Infirmière complémentaire

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE?

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? Information pour les patients TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA TUBERCULOSE GÉNÉRALITÉS 1.1 Qu est-ce que la tuberculose? 1.2 La tuberculose est-elle toujours contagieuse?

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail