Eléments de Relativité générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments de Relativité générale"

Transcription

1 Eléments de Relativité générale par Gilbert Gastebois 1. Notations 1.1 Unités En relativité générale on adopte certaines conventions sur les unités pour simplifier les formules : On prend la vitesse de la lumière c = 1 Le temps est multiplié par c, il s'exprime en m les vitesses sont divisées par c, elles n'ont donc pas d'unité GM est divisé par c², GM s'exprime en m Les énergies sont divisées par c², elles s'expriment en kg Le moment cinétique est divisé par c, il s'exprime en kg m Grâce à ces conventions, beaucoup des grandeurs les plus utiles s'expriment en m. 1.2 La métrique de l'espace-temps Dans l'espace temps plat de la relativité restreinte, l'écart ds entre deux évènements vaut ds² = dt² - dx² - dy² - dz² (certains auteurs utilisent les signes inverses, il n'y a pas de consensus en ce domaine... ) On peut le réécrire comme ds² = g tt dt² + g tx dtdx + g ty dtdy + g tz dtdz + g xt dxdt + g xx dx² + g xy dxdy + g xz dxdz + g yt dydt + etc. ( 16 termes à additionner) avec g tt = 1 g xx = -1 g yy = -1 g zz = -1 et g ij = si i j. La matrice représentant g est diagonale car seuls les éléments de la diagonale sont non nuls Bien sûr, dans l'espace-temps plat, c'est une complication inutile, mais dans l'espace-temps courbe de la relativité générale, c'est très utile. En relativité générale, on utilise en général les coordonnées sphériques : t, r, q et f car elles sont particulièrement bien adaptées au voisinage d'une sphère. L'ensemble des g ij constitue un tenseur symétrique (g ij = g ji ). C'est le tenseur métrique. 1.3 Notation indicielle Ecrire explicitement une somme de 16 termes n'est pas très gérable, aussi Einstein a-t-il inventé une notation très pratique ( même si elle est un peu abstraite ). Il écrit : ds² = g mn dx m dx n chaque lettre grecque représente les quatre coordonnées x m ou x n représentent t, r, q et f Quand une même lettre grecque se trouve en indice et en exposant, cela signifie qu'il faut additionner les 4 termes obtenus en remplaçant la lettre par t, r, q et f. Dans l'expression précédente, il y a donc bien une somme de 4x4 = 16 termes car m et n apparaissent tous les deux en indice et en exposant, Le produit scalaire d'un quadri-vecteur A s'écrit A² = A m g mn A n Dans l'espace-temps plat, cela donne A² = A t ² - A x ² - A y ² - A z ² Il ne reste que 4 termes non nuls sur les 16 car g tt = 1 g xx = -1 g yy = -1 g zz = -1 et g ij = si i j. Par exemple, le produit scalaire de la quadri-vitesse u² = u t ² - u x ² - u y ² - u z ² est u² = 1/(1 - v²) - v x ²/(1 - v²) - v y ²/(1 - v²) - v z ²/(1 - v²) = (1 - (v x ² + v y ² + v z ²))/(1 - v²) = 1 Ce résultat établi dans un espace-temps plat reste valable dans les espaces quelconques. u² = 1 est une relation utile que l'on réutilisera plus tard.

2 2. La métrique de Schwartzschild En 1916, un an après qu'einstein eut publié sa théorie de la relativité générale et qu'il ait établi son équation générale, Schwartzschild, alors qu'il combattait dans les tranchées où il sera tué quelques semaines plus tard, trouva une solution de l'équation s'appliquant au voisinage d'une concentration sphérique de masse sans rotation. En pratique, la théorie s'applique bien à une étoile normale en rotation lente comme le Soleil et même à une étoile à neutrons ou à un trou noir qui ne sont pas en rotation ultrarapide. Cette solution est la métrique de Schwartzschild : ds² = (1-2GM/r) dt² - 1/(1-2GM/r) dr² - r² dq ² - r²sin²q df ² donc g tt = (1-2GM/r) g rr = - 1/(1-2GM/r) g qq = - r² g ff = - r²sin²q tous les autres termes sont nuls, la métrique est donc diagonale. Autour d'une sphère immobile, le mouvement est indépendant de q, On peut donc simplifier en se plaçant dans le plan équatorial q = p/2, on a alors g ff = - r² et dq = ds² = (1-2GM/r) dt² - 1/(1-2GM/r) dr² - r² df² Autour d'une sphère immobile, les g mn doivent être indépendants du temps et de f 3. Equation des géodésiques Le principe fondamental de la relativité générale est qu'un objet placé près d'une masse suit une trajectoire «naturelle» appelée géodésique qui dépend de la métrique de l'espace-temps, elle-même déterminée par la présence de la masse. On utilise le principe de moindre temps : Pour aller d'un point A à un point B, un mobile suit la trajectoire qui demande un temps extrémal entre les deux points. Ce principe est général en mécanique et a donné la méthode du lagrangien. ds² = g mn dx m dx n B S = ds = (g mn dx m /dt dx n /dt) 1/2 dt t est une variable temps qui varie de à 1 entre A et B A Cette relation définit le lagrangien L tel que 1 S = L dt donc L = ds/dt = ( g mn dx m /dt dx n /dt) 1/2 1 Le principe de moindre temps amène à l'équation de Lagrange pour chaque coordonnée : d(dl/dx a ' )/dt - dl/dx a = en posant x a ' = dx a /dt g mn ne dépend que des variables et pas de leur dérivée donc dl/dx a ' = 1/(2L) ( g an x n ' + g ma x m ' ) ( dx m '/dx a ' vaut 1 si m = a et sinon ) g étant symétrique g ma = g am donc g an x n ' = g ma x m ' et dl/dx a ' = 1/L ( g an dx n /dt ) = g an dx n /ds car 1/L = dt/ds dl/dx a = 1/(2L) ( g mn / x a dx m /dt dx n /dt ) = ½ ( g mn / x a dx m /ds dx n /dt) car 1/L = dt/ds On obtient donc d(g an dx n /ds)/dt ½ ( g mn / x a dx m /ds dx n /dt) = En multipliant les deux membres par dt/ds, on élimine t et on obtient : d(g an dx n /ds)/ds ½ ( g mn / x a dx m /ds dx n /ds) = C'est l'équation des géodésiques. En fait, 4 équations, une par coordonnée a, chacune pouvant contenir jusqu'à 24 termes... Leur résolution permet de déterminer le mouvement d'un objet autour d'une étoile.

3 4. Précession du périhélie autour d'une étoile sphérique immobile 4.1 Equations différentielles du mouvement Equation des géodésiques : d(g an dx n /ds)/ds ½ ( g mn / x a dx m /ds dx n /ds) = On utilise la métrique de Schwartzschild pour q = p/2 donc dq/ds = g tt = (1-2GM/r) g rr = - 1/(1-2GM/r) g qq = - r² g ff = - r² g mn = pour m n Prenons a = t d(g tt dt/ds)/ds = car g mn est diagonale et indépendante du temps donc g tt dt/ds = e ( e = constante. e est alors l'énergie relativiste par kg du mobile) dt/ds = e/(1-2gm/r) Prenons a = f d(g ff df/ds)/ds = car g mn est diagonale et indépendante de f donc g ff df/ds = - K ( K = constante. K est alors le moment cinétique par kg du mobile ) df/ds = K /r² Prenons a = r et sachant que dq/ds = d(g rr dr/ds)/ds - ½ dg tt /dr (dt/ds)² - ½ dg rr /dr (dr/ds)² - ½ dg ff /dr (df/ds)² = dg rr /dr (dr/ds)² + g rr d²r/ds² - ½ (dg tt /dr (dt/ds)² + dg rr /dr (dr/ds)² + dg ff /dr (df/ds)²) = g rr d²r/ds² = - ½ dg rr /dr (dr/ds)² + ½ (dg tt /dr (dt/ds)² + dg ff /dr (df/ds)²) En développant et en utilisant les expressions de dt/ds et de df/ds, on obtient : d²r/ds² = GM/(r²(1-2GM/r)) (dr/ds)² - GMe²/(r²(1-2GM/r)) + K²/r 3-2K²GM/r 4 Espérer trouver une solution à cette équation semble illusoire, pourtant on peut facilement éviter l'obstacle en utilisant la relation u² = 1 u² = u m g mn u n = 1 = g tt (dt/ds)² + g rr (dr/ds)² + g qq (dq/ds)² + g ff (df/ds)² g rr (dr/ds)² = 1 - g tt e²/(1-2gm/r)² - g ff (df/ds)² car dq/ds = (dr/ds)² = GM/r + e² - r²(1-2gm/r)(df/ds)² = GM/r + e² - K²(1-2GM/r)/r² (dr/ds)² = e² GM/r - K²/r² + 2GMK²/r 3 ( 1 ) On dérive par rapport à s 2 dr/ds d²r/ds² = - 2GM/r² dr/ds + 2K²/r 3 dr/ds 6GMK 2 /r 4 dr/ds d²r/ds² = - GM/r² + K²/r 3-3GMK 2 /r 4 ( 2) avec df/ds = K /r² Ces deux équations permettent de trouver numériquement la position du mobile en fonction du temps propre s Remarque : On peut maintenant, si on le souhaite, entrer les expressions ( 1 ) et ( 2) dans l'équation obtenue plus haut et vérifier que tout va bien. C'est une manière de confirmer que l'expression u² = 1 est bien correcte dans un espace courbe.

4 6 Y (km) X (km) -2 GM = 1,479 km r = 5 km v =,14 = 42 km/s K = r v = 7 km La trajectoire ne se referme pas. Le périhélie avance à chaque tour d'un angle de Stabilité des trajectoires On peut réécrire l'équation (1) différemment : ½ (e² - 1) = ½ (dr/ds)² - GM/r + K²/(2r²) - GMK²/r 3 = E m ou E m = E c r + V p r E c r = ½ (dr/ds)² étant l'énergie cinétique radiale/kg et V p r = - GM/r + K²/(2r²) - GMK²/r 3 étant le potentiel gravitationnel apparent E m est alors l'énergie mécanique/kg En mécanique Newtoniène on a : E m = ½ (dr/ds)² - GM/r + K²/(2r²) La différence vient du dernier terme qui devient négligeable quand r >> GM V pr,6,5,4,3,2,1 r (km) -, ,2 -,3 -,4 GM = 1,479 km r = 56 km v =,116 = 348 km/s K = r v = 6,5 km E m = -,2 r min = 13,8 km r max = 56,1 km r l = 5,95 km r c = 23 km correspond à : E m c = -,295

5 Si Em <, il peut y avoir une trajectoire stable autour de l'astre, le mobile se rapprochant au plus près à r min et s'éloignant au plus à r max. Si Em >=, le mobile est libéré de l'astre. Si r < r l, il n'y a plus d'orbite stable, le mobile spirale vers r =. Ce cas n'est possible que si r l est supérieur au rayon de l'astre et cela n'arrive que pour un trou noir. Il n'y a pas d'équivalent en mécanique Newtonnienne où il y a toujours une orbite stable. Si E m est égale au minimum de V p r, E c r est alors toujours nulle, ce qui correspond à une trajectoire circulaire de rayon r c = K²/(2GM) + (K 4 /(2GM)² - 3K²) 1/2 C'est la raison qui fait que les disques de poussières autour des étoiles ( ou les anneaux de Saturne ) deviennent circulaires au fur et à mesure qu'ils perdent de l'énergie ( même chose qu'en mécanique Newtoniène ). 4.3 Equation différentielle de la trajectoire (dr/ds)² = e² GM/r - K²/r² + 2GMK²/r 3 ( relation 1 ) On change de variable u = 1/r dr/ds = - r² du/ds = - r² du/df df/ds = - r² du/df K /r² = - K du/df K²(du/df)² = e² GM u - K²u² + 2GMK²u 3 On dérive par rapport à f et on divise par K² 2 du/df d²u/df² = 2GM/K² du/df - 2u du/df + 6GMu 2 du/df d²u/df ² + u = GM/K² + 3GMu 2 Si u est très petit ( r >> GM ) on peut négliger le dernier terme et on obtient alors d²u/df ² + u = GM/K² qui est l'équation obtenue en mécanique classique Newtonnienne. Sa solution est l'équation d'une ellipse. 4.4 Précession du périastre d²u/df ² + u = GM/K² + 3GMu 2 Cette équation n'a pas de solution analytique, on ne peut la résoudre que numériquement. Cependant pour une trajectoire quasi-circulaire de «rayon» très supérieur à GM, on peut la résoudre par la méthode des perturbations. On cherche d'abord la solution pour une trajectoire circulaire pour laquelle u = u c = constante donc d²u c /df² = et u c = GM/K² + 3GMu c 2 Pour une trajectoire quasi-circulaire, u = u c (1 + h) h << 1 h dépendant de f d²u/df² = u c d²h/df² = GM/K² + 3GM u c 2 + 6GMu c ² h - u c - h u c ( on néglige le terme en h²) On simplifie et il reste : d²h/df² + (1-6GM/r c )h = avec u c = 1/r c La solution est évidente, c'est la fonction sinusoïdale : h = h sin(w f + D ) avec w = (1-6GM/r c ) 1/2 Quand le mobile a décrit une orbite complète, w f + D a augmenté de 2p donc w f 2 + D = w f 1 + D + 2p f 2 - f 1 = 2p/w = 2p (1 + 3GM/r c ) car r c >> GM donc f 2 - f 1 = 2p + 6p GM/r c le périhélie avance donc de d = 6p GM/r c On a 1/r m = 1/r c + h et 1/r M = 1/r c - h donc 1/r m + 1/r M = 2/r c La théorie Newtoniène valable dans cette approximation donne : r m = a(1-e) et r M = a(1+e) a : demi grand-axe et e : excentricité de l'ellipse En remplaçant, on obtient r c = a(1 - e²) donc d = 6p GM/(a(1 - e²)) à chaque orbite En unités SI, on a d = 6p GM/(a(1 - e²)c²)

6 Précession du périhélie de Mercure : Au milieu du XIX ème siècle, on savait que le périhélie de Mercure se décalait lentement de 575 '' d'arc par siècle. En tenant compte de l'influence des autres planètes et du léger aplatissement du Soleil, Le Verrier put expliquer l'essentiel de l'écart, 532 '' d'arc, mais il manquait 43'' qui ne trouvaient pas d'explication. On imagina même qu'il y avait peut-être une planète inconnue entre le Soleil et Mercure, mais on ne la trouva pas et le problème resta pendant jusqu'en 1915 quand Einstein publia sa théorie. Pour Mercure, on a : GM = 1,479 km T = 87,97 jours a = 57,9.1 6 km e =,26 d = 6p GM/(a(1 - e²)) = 5, rd = 2, =,137 '' d'arc pour 87,97 jours on obtient alors bien d = 43 '' d'arc par siècle. On raconte que lorsqu'einstein fit ce calcul et qu'il trouva ce résultat, il fut tellement enthousiasmé qu'il resta plusieurs jours dans un état second. On peut le comprendre... C'était le Nobel assuré! Et en effet, il le reçut en 1921 pour sa théorie de... l'effet photoélectrique! 5. L'horizon des évènements du trou noir Il n'échappe à personne qu'il y a quelque chose d'étrange dans la métrique de Schwartzschild, si r = 2GM, g rr tend vers l'infini! Et g tt =. On a ainsi dt/ds qui tend vers l'infini. Qu'est-ce tout cela peut bien signifier? D'abord, c'est une situation qui ne peut se rencontrer que pour un trou noir, les autres astres ayant un rayon supérieur à 2GM, ce rayon correspond à ce qu'on appelle l'horizon des évènements du trou noir. Le fait que g rr tende vers l'infini est dû au choix de coordonnées fait par Schwartzschild. On peut choisir d'autres coordonnées qui font disparaître la singularité, d'ailleurs, l'équation ( 2) : d²r/ds² = - GM/r² + K²/r 3-3GMK 2 /r 4 ne présente aucune singularité pour r = 2GM. Donc il ne s'y passe rien de dramatique. Si vous vous trouvez, ce que je vous déconseille, dans un vaisseau spatial qui traverse l'horizon d'un trou noir et que vous n'avez pas été déchiqueté par les forces de marée - choisissez un trou noir supermassif -, vous ne remarquerez aucune discontinuité. En revanche comme dt/ds tend vers l'infini, cela signifie que dt tend vers l'infini, c'est à dire que le temps mesuré par un observateur très éloigné, s'écoule de moins en moins vite. Il vous verra vous approcher de plus en plus lentement de l'horizon du trou noir. En même temps, la période de la lumière sera elle aussi de plus en plus grande et donc la longueur d'onde se décalera vers le rouge pour finir par devenir invisible, on a l apparent = l/(1-2gm/r) 1/2. Il vous verra très lentement devenir de plus en plus sombre pour finir par disparaître à sa vue puisque l apparent tend vers l'infini quand r tend vers 2GM. Que se passe-t-il pour le voyageur qui a franchi l'horizon? Pour r < 2GM, gtt < et grr >. Donc, en quelque sorte, les rôles de t et de r s'inversent, r acquiert les propriétés du temps et notamment celle de ne pouvoir rester fixe et celle de ne pouvoir évoluer que dans un seul sens. On ne peut donc pas rebrousser chemin, de même qu'à l'extérieur de l'horizon, on ne peut pas remonter le temps. On ne peut même pas rester immobile, la seule chose qui puisse arriver, c'est de se diriger vers le centre en r =. Rien ne peut donc se diriger vers l'extérieur, même la lumière, tout doit se diriger vers le centre. C'est pour cela que l'astre est noir. Cependant le rayon du disque noir vu par un observateur très éloigné, n'est pas 2GM, mais (27) 1/2 GM! ( Voir 6.2 )

7 6. Déflexion de la lumière 6.1 Equation différentielle du mouvement d'un photon La caractéristique du photon est que l'intervalle ds est nul. Il faut donc adapter les formules obtenues au paragraphe précédent. Prenons dt/ds = e/(1-2gm/r), on la remplace par dt/df df/ds = e/(1-2gm/r) donc dt/df = r²e/(1-2gm/r)/k car df/ds = K/r² df/dt = K/e (1-2GM/r)/r² On pose K/e = b ( b est alors le paramètre d'impact du photon, c'est la distance qui sépare la direction à l'infini du photon, du centre de l'étoile.) df/dt = (1-2GM/r) b/r² ds² = = g tt dt² + g rr dr² + g qq dq² + g ff df² On se place à nouveau dans le plan équatorial à q = p/2, on a alors = g tt dt² + g rr dr² + g ff df² On divise par dt² : g rr (dr/dt)² = - g tt - g ff (df/dt)² df/dt = (1-2GM/r) b/r² donc g rr (dr/dt)² = - g tt - g ff (1-2GM/r)² b²/r 4 g tt = (1-2GM/r) g rr = -1/(1-2GM/r) g ff = - r² (dr/dt)² = (1-2GM/r)² - (1-2GM/r) 3 b²/r 2 ( 3 ) On dérive l'expression par rapport à t et on divise par 2 dr/dt d²r/dt² = 2GM(1-2GM/r)/r² - 3GM(1-2GM/r)²b²/r 4 + (1-2GM/r) 3 b²/r 3 avec df/dt = (1-2GM/r) b/r² Ces deux équations permettent de trouver numériquement la position du photon en fonction du temps t 1 Y (km) 5 X (km) GM = 1,479 km b = 7,694 km r mini = 4,554 km Le rayon lumineux fait le tour du trou noir -1

8 6.2 Condition de capture de la lumière par un trou noir On reprend la relation (3) : (dr/dt)² = (1-2GM/r)² - (1-2GM/r) 3 b²/r 2 = (1-2GM/r)²(1 - (1-2GM/r)b²/r 2 ) Quand la lumière s'approche au plus près, avant de s'éloigner, r est minimum donc dr/dt = donc (1-2GM/r)b²/r 2 = 1 ou 1/b² = 1/r² - 2GM/r 3 On note 1/r² - 2GM/r 3 = V pr V pr passe par un maximum pour dv pr /dr =, ce qui donne r = 3GM, on a alors V prmax = 1/(27 GM²) 1/2 b critique = 1/(V prmax ) = (27) 1/2 GM Si b < b critique, dr/dt ne s'annule jamais et la lumière est capturée par le trou noir. La lumière est donc capturée si b < (27) 1/2 GM. Aucune lumière se dirigeant vers cette zone ne peut être observée de l'extérieur donc R = (27) 1/2 GM est le rayon apparent du trou noir pour un observateur éloigné. V pr (km -2 ),2,15,1 V pr = 1/r² - 2GM/r 3 GM = 1,479 km b critique = (27) 1/2 GM = 7,685 km r critique = 3GM = 4,437 km,5 -,5 r (km) b = 1 km ( b -2 =,1 km -2 ) r mini = 7,914 km b = 7,5 km ( b -2 =,178 km -2 ) Le rayon est capturé 6.3 Equation différentielle de la trajectoire d'un photon On reprend la relation (3) : (dr/dt)² = (1-2GM/r)² - (1-2GM/r) 3 b²/r 2 = (dr/df)² (df/dt)² = (dr/df)² (1-2GM/r)² b²/r 4 donc (dr/df)² = r 4 /b² - (1-2GM/r) r² = r 4 /b² - r² + 2GM r On change de variable, on pose u = 1/r donc du/df = -u² dr/df on obtient ainsi : 1/u 4 (du/df)² = 1/(b²u 4 ) - 1/u² + 2GM/u ou (du/df)² = 1/b² - u² + 2GMu 3 On dérive l'expression par rapport à f 2 du/df d²u/df² = - 2u du/df + 6GMu 2 du/df d²u/df² + u = 3GMu 2 Si u est toujours très petit ( b >> GM ) on a d²u/df² + u = dont la solution est une droite comme il se doit.

9 6.4 Trajectoire pour les faibles déflexions Si la lumière est très peu déviée, on peut utiliser une méthode perturbative autour de la ligne droite. Pour la ligne droite, on a donc d²u d /df² + u d = dont la solution est u d = 1/r m sinf r m est alors la distance minimale d'approche qui vaut pratiquement b pour les petites déviations, donc u d = 1/b sinf On pose u = 1/b (sinf + h) donc d²u/df² = - 1/b sinf + 1/b d²h/df² donc - 1/b sinf + 1/b d²h/df² + 1/b sinf + 1/b h = 3GM/b² sin²f ( on néglige les autres termes car b >> GM et h <<1 ) d²h/df² + h = 3GM/b sin²f qu'on peut linéariser en : d²h/df² + h = 3/2 GM/b (1 - cos (2f)) Solution de l'équation : On a une équation d'oscillateur harmonique forcé dont la solution est une sinusoïde de pulsation égale à la pulsation de «l'excitateur» : w = 2 plus un terme constant. On prend donc h = A + B cos (2f) - 4 B cos (2f) + A + B cos (2f) = 3/2 GM/b - 3/2 GM/b cos (2f) A = 3GM/(2b) B = GM/(2b) h = GM/(2b) (3 + cos (2f)) u = 1/b (sin f + GM/(2b) (3 + cos (2f))) A -, u = et f = - q comme q est très petit, on prend sin(-q) = - q et cos(-2q) = 1 On obtient q = 2GM/b Comme on a la même déviation pour +, la déviation totale d vaut 2q, donc d = 4GM/b En unités SI, on a d = 4GM/(bc²) Déviation par le bord du soleil : GM = 1,479 km b = R = 7 km d = 8, rd = 4, = 1,74 '' d'arc. Cette valeur fut mesurée avec beaucoup de difficultés et donc avec une assez grande incertitude par Eddington au cours d'une éclipse de Soleil en 1919 grâce au décalage apparent de la position des étoiles qui se trouvaient très près du bord du Soleil. Malgré sa relative imprécision, cette mesure largement médiatisée fit d'einstein une star internationale. Un journal titra même que le professeur Einstein avait déplacé les étoiles...

10 6.5 Le mirage gravitationnel Une source lumineuse lointaine ( un quasar par exemple ) placée derrière une accumulation de matière ( un ensemble de galaxies ), voit sa lumière déviée de part et d'autre et donne ainsi deux images ( ou plus si l'accumulation n'est pas sphérique ) sur le ciel. C'est le phénomène de mirage gravitationnel, Nous allons étudier la déviation par une masse sphérique. S position apparente de S S O D E Tous les angles sont petits donc les tangentes sont assimilables à l'angle. Ainsi OS = Da OS ' = Dq SS ' = (D D E ) d et b = D E q OS ' = OS + SS ' donc Dq = Da + (D D E ) d avec d = 4GM/b = GM/(D E q) q = a + 4(1 D E /D)GM/(D E q) q² - aq - 4(1/D E 1/D)GM = Equation du second degré dont la solution est q = a/2 ± (a²/4 + 4(1/D E 1/D)GM) 1/2 En unités SI, on a : q = a/2 ± (a²/4 + 4(1/D E 1/D)GM/c²) 1/2 Il y a deux solutions, on voit donc bien deux images de S de part et d'autre de la position réelle de la source S. Le mirage gravitationnel est double. Remarque : Si la source S est parfaitement alignée avec la masse déflectrice (a = ), on obtient un mirage circulaire de diamètre apparent q = 2 ((1/D E 1/D)GM) 1/2 En pratique, la masse déflectrice n'est jamais sphérique et on n'obtient que des morceaux d'anneau qu'on appelle anneaux d'einstein. Exemple : Prenons un quasar distant de 2 milliards d'a.l situé derrière un amas d'une cinquantaine de galaxies distantes de 1 milliard d'a.l, on obtient un angle q voisin de,5 ( 1/1 du diamètre lunaire ) 7. Relativité générale et GPS D Le système de positionnement du GPS ( Global Positioning System ) est basé sur la comparaison entre le moment d'émission d'un signal par un satellite et le moment de sa réception au sol. Il est donc crucial que les horloges placées dans le satellite et celles situées au sol soient parfaitement synchronisées. Le problème est que la fréquence propre de l'horloge du satellite n'est plus la même que celle du sol à cause de son altitude et de sa vitesse, il faut donc faire des corrections. Le satellite est placé sur une orbite circulaire, r = constante donc dr/ds = à l'altitude h R rayon de la Terre

11 On a dt = e/(1 2GM/r) ds donc le rapport entre la période T à l'infini et la période propre vaut : T/T p = e/(1 2GM/r) avec ½ (e² - 1) = ½ (dr/ds)² - GM/r + K²/(2r²) - GMK²/r 3 r >> GM et dr/ds = donc en faisant un développement limité, e = (1-2GM/r + K²/r² - GMK²/r 3 ) 1/2 = 1 - GM/r + K²/(2r²) On néglige le terme en 1/r 3 Au sol, on a r = R et on néglige K donc T/T = e/(1-2gm/r) = (1 - GM/R)/(1-2GM/R) Dans le satellite, on a T/T s = e/(1 2GM/r) = (1 - GM/r + K²/(2r²))/(1-2GM/r) Sur l'orbite circulaire, K = r v donc T/T s = (1 - GM/r + v²/2)/(1-2gm/r) Pour un satellite en orbite circulaire, la théorie Newtoniène valable dans cette approximation donne v² = GM/r donc T/T s = (1 - ½ GM/r)/(1-2GM/r) T /T s = ((1 - ½ GM/r)/(1-2GM/r))/((1 - GM/R)/(1-2GM/R)) r et R << GM, on peut donc faire un développement limité : T /T s = (1 - ½GM/r)(1 + 2GM/r)(1 + GM/R)(1-2GM/R) T /T s = (1 - ½GM/r + 2GM/r)(1 + GM/R - 2GM/R) = (1 + 3/2 GM/r)(1 - GM/R) T /T s = 1 + 3/2 GM/r - GM/R (T -T s )/T s = 3/2 GM/r - GM/R En unités SI : (T -T S )/T S = 3/2 GM/(rc²) - GM/(Rc²) r = R + h Si h << R (T - T s )/T s = 3/2 GM/(R + h) - GM/R = 3/2 GM/R - 3/2 GMh/R² - GM/R (T - T s )/T s = ½ GM/R - 3/2 GMh/R² GM = gr²/c² ( g étant l'intensité de la pesanteur au sol g = 9,8 m/s², on repasse en unités SI ) (T - T s )/T s = ½ gr/c² - 3/2 gh/c² Exemple : R = 637 km g = 9,8 m/s² h = 4 km c = m/s (T - T s )/T s = ½ gr/c² - 3/2 gh/c² = 2, Cela semble très faible, pourtant en une journée, 864 s, l'écart vaut 24,5 µs ce qui correspond à une erreur de 7 km!! Il faut donc bien compenser l'écart. Bibliographie : Relativité générale de Thomas Moore (De boeck) Leçons sur la gravitation de Richard Feynman (Odile Jacob Sciences)

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

par Gilbert Gastebois

par Gilbert Gastebois Le gyroscope 1. Schémas par Gilbert Gastebois 2. Étude du mouvement d'une toupie. Une toupie est un gyroscope dont l'une des extrémités de l'axe est posée sur le sol sans possibilité de glissement. : vitesse

Plus en détail

CHAPITRE V : Le champ électrique

CHAPITRE V : Le champ électrique CHAPITRE V : Le champ électrique V.1 La notion de champ a été introduite par les physiciens pour tenter d'expliquer comment deux objets peuvent interagir à distance, sans que rien ne les relie. A la fois

Plus en détail

Principes de base de la relativité générale

Principes de base de la relativité générale Principes de base de la relativité générale Monique SIGNORE Directeur de recherche associé à l Observatoire de Paris Monique.Signore@obspm.fr Sophie REMY, Comité national EPhy sophie.remy@prepas.org L

Plus en détail

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire :

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire : TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter Objectif : calculer la masse de Jupiter en observant le mouvement de ses satellites et en utilisant la 3ème loi de Kepler 1. Les lois

Plus en détail

Le système Terre-Lune

Le système Terre-Lune Introduction 9 Le système Terre-Lune La Terre et la Lune forment une paire peu commune dans notre système solaire. En effet, si on fait exception de Pluton, seule notre planète est accompagnée d'un satellite

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014 Université de Caen LMNO Relativité générale C. LONGUEMARE Applications version.0 4 mars 014 Plan 1. Rappels de dynamique classique La force de Coulomb Le principe de moindre action : lagrangien, hamiltonien

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Première partie : les distances dans le système solaire

Première partie : les distances dans le système solaire Mesurer des distances dans le système solaire Pierre Causeret(*) Après avoir rappelé les principales méthodes pour mesurer des distances dans le système solaire (dont plusieurs sont réalisables avec des

Plus en détail

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007 MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE Debelle M 23 01 2007 1 Dimensions de la Lune Rayon équatorial : 1740 km Masse : 7,348.10²² kg Distance Moyenne : 384403 km, (60 rayons terrestres) Densité moyenne : 3,34333

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE

LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE Nom Groupe Date Partenaire LABORATOIRE No 8 LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE Étude préliminaire Définissez les termes suivants: Révolution Rotation Albédo LABORATOIRE No 8 LES PLANÈTES DU SYSTÈME SOLAIRE

Plus en détail

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve Concours EPITA IPSA Épreuve de physique A propos de la sonde Rosetta Corrigé de l'épreuve A Navigation spatiale Questions préliminaires 1 Compte-tenu des symétries, on détermine l'expression du champ de

Plus en détail

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne

Chapitre 1. Cinématique et Dynamique. 1.1 Grandeurs cinématiques. 1.1.1 Base cartésienne Chapitre 1 Cinématique et Dynamique 1.1 Grandeurs cinématiques En classe de 2 e nous avons introduit les grandeurs cinématiques utilisées pour décrire le mouvement d un point matériel : l abscisse curviligne,

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

La notion de temps. par Jean Kovalevsky, membre de l'institut *

La notion de temps. par Jean Kovalevsky, membre de l'institut * La notion de temps par Jean Kovalevsky, membre de l'institut * Introduction : le temps classique Nous avons de la notion de temps une connaissance primaire, vivant dans un présent coincé entre un passé

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Le principe de moindre action

Le principe de moindre action Le principe de moindre action F. Hérau Laboratoire de Mathématiques Université de Reims Fete de la science novembre 2008 Définition Principe de moindre action : en physique, hypothèse selon laquelle la

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Stéphane Paltani. Cosmologie I, 2012 2013

Stéphane Paltani. Cosmologie I, 2012 2013 Stéphane Paltani Stephane.Paltani@unige.ch Département d astronomie, Université de Genève Cosmologie I, 2012 2013 Ce cours est essentiellement basé sur le cours Lectures on Gravitational Lensing, de Ramesh

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées On a vu (fiche «Système solaire») comment définir les positions relatives de la Terre, du Soleil et des planètes. Pour le trio Soleil-Terre-Lune, on a également

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Le système Soleil Terre Lune p. 2. Les phases lunaires p. 3. Les éclipses lunaires p. 4. Les éclipses solaires p. 5

Le système Soleil Terre Lune p. 2. Les phases lunaires p. 3. Les éclipses lunaires p. 4. Les éclipses solaires p. 5 Le système Soleil Terre Lune p. 2 Le Soleil p. 2 La Terre p. 2 La Lune p. 2 Mouvements au sein du système Soleil Terre Lune p. 3 Les phases lunaires p. 3 Changements d apparence p. 3 Lune croissante et

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil

Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil Foire aux questions LA ROTATION DE LA TERRE SUR ELLE-MEME Mouvement de la Terre et des planètes autour du Soleil animation Astre, étoile ou planète? Un astre est un corps céleste naturel visible, à l'œil

Plus en détail

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé.

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé. 2 e BC 3 Induction électromagnétique 21 Chapitre 3: Induction électromagnétique 1. Mise en évidence du phénomène : expériences fondamentales a) Expérience 1 1. Introduisons un aimant dans une bobine connectée

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Se positionner grâce aux ondes GPS, horloges et relativité (3) Extrait du programme d enseignement

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

La Rivière Situations Connexes. Arc de cercle. Voir. Courbe. Voir. Sur la sphère. Voir. Retour au Menu La Rivière

La Rivière Situations Connexes. Arc de cercle. Voir. Courbe. Voir. Sur la sphère. Voir. Retour au Menu La Rivière Arc de cercle Voir Courbe Voir Sur la sphère Voir Retour au Menu La Rivière Rivière en arc de cercle La rivière est un arc de cercle : Retour au Menu des Rivière en arc de cercle Expérience : Expérimenter

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Mesurer l âge de l univers

Mesurer l âge de l univers Mesurer l âge de l univers Objectif : Mesurer l âge de l univers à partir de la vitesse d expansion des galaxies Méthode : A partir d un échantillon réel de galaxies, évaluer par l effet Doppler la vitesse

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 2 : Électrostatique Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. II- Électrostatique Finalité du chapitre

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

Les objets très lointains

Les objets très lointains Les objets très lointains Lorsque les étoiles sont proches il est possible de mesurer la distance qui nous en sépare par une méthode dite abusivement directe, la trigonométrie, qui permet de déduire les

Plus en détail

CHAPITRE III : Travail et énergie

CHAPITRE III : Travail et énergie CHPITRE III : Travail et énergie III. 1 En principe, les lois de Newton permettent de résoudre tous les problèmes de la mécanique classique. Si on connaît les positions et les vitesses initiales des particules

Plus en détail

Les dossiers pédagogiques du planétarium. Les éclipses

Les dossiers pédagogiques du planétarium. Les éclipses Les dossiers pédagogiques du planétarium Les éclipses Ce dossier pédagogique vous aidera : - A préparer votre venue au planétarium - A prolonger votre visite par d'autres activités - A mieux connaître

Plus en détail

Exercices, dioptres sphériques et lentilles

Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 exercices, dioptres sphériques et lentilles Exercices, dioptres sphériques et lentilles 1 Lentille demi-boule Considérons une lentille demi-boule de centre O, de sommet S, de rayon R = OS = 5cm, et d'indice

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015

Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015 Photographie astro sans suivi Patrice Mai 2010 Mis à jour Novembre 2015 Sommaire But Principe Exemples Limite du temps de pose Calculs Autre exemple détaillé Poses courtes et multiples Utiliser Iris Le

Plus en détail

Cours et exercices satellites et communications spatiales

Cours et exercices satellites et communications spatiales Les télécommunications par satellites offrent des possibilités complémentaires aux communications par lignes et ondes terrestres. Quelques notions de physique aident à comprendre le fonctionnement de ces

Plus en détail

4. Applications des dérivées

4. Applications des dérivées APPLICATIONS DES DÉRIVÉES 25 4. Applications des dérivées 4.1. Calculs de tangentes à des courbes On cherche parfois à connaître l'équation d'une droite tangente à une fonction. Rappels sur les droites

Plus en détail

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements

Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Corrigés de la séance 5 Chap 5 et 7: Gravitation et frottements Questions pour réfléchir Q4. p.262. Jupiter a une masse 318 fois plus grande que celle de la Terre. Pourtant, l accélération de la pesanteur

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

Chapitre 8 - Trigonométrie

Chapitre 8 - Trigonométrie Chapitre 8 - Trigonométrie A) Rappels et compléments ) Le cercle trigonométrique a) Définitions On appelle cercle trigonométrique le cercle de centre O et de rayon dans un repère orthonormal (O, I, J),

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

DOSSIER : LA GRAVITATION

DOSSIER : LA GRAVITATION DOSSIER : LA GRAVITATION Les planètes Pourquoi les planètes restent-elles autour du Soleil? Le Soleil est situé au centre du système solaire. Huit planètes (Mercure, Vénus Terre, Mars, Jupiter, Saturne,

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 2 Durée 04 heures

Devoir de Sciences Physiques n 2 Durée 04 heures Devoir de Sciences Physiques n 2 Durée 04 heures Exercice 1 : (03 points) Un ester E provient de l action d un acide carboxylique saturé A sur un mono alcool saturé B. 1.1. B peut-être obtenu par hydratation

Plus en détail

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg

Vallejo Olivier. Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg Ce l e s t i a Vallejo Olivier Chargé de Mission au Planétarium de Strasbourg T u t o ri el A q u o i s e r t Ce l e s t i a? Celestia est un logiciel libre de droit qui permet de simuler le système solaire

Plus en détail

Comment a-t-on su que le Soleil et environ 100 milliards d autres étoiles forment une structure en forme de disque?

Comment a-t-on su que le Soleil et environ 100 milliards d autres étoiles forment une structure en forme de disque? Comment a-t-on su que le Soleil et environ 100 milliards d autres étoiles forment une structure en forme de disque? www.astrosurf.com/luxorion/univers-galaxies.htm Voyez la réponse à cette question dans

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

CONCOURS D ENTRÉE CYCLE INGENIEUR

CONCOURS D ENTRÉE CYCLE INGENIEUR CONCOURS D ENTRÉE CYCLE INGENIEUR OPTION : PHYSIQUE Samedi 18 Avril 2015 Durée : 2 Heures Concours EPITA IPSA Épreuve de physique Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé. L énoncé de cette

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Les Cadrans Solaires

Les Cadrans Solaires Les Cadrans Solaires Travail de Maturité Michel Di Salvo 3M7 Gymnase Auguste Piccard Lundi 13 Novembre 006 Florentin Acker Table des matières Travail de maturité Michel Di Salvo Résumé - page Liste des

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Travail, énergie et puissance, V7.1. conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives

Travail, énergie et puissance, V7.1. conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives 5 Travail, énergie et puissance, V7.1 conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives 1 Le travail L'objet O subit un déplacement indiqué par le vecteur s. Si une force F agit sur O, alors le

Plus en détail

www.chegg.com/homework-help/questions-and-answers/two-electrons-240-10-10m-proton-shown-figure-find-magnitudenet-electrical-force-exert-pro-q2852180

www.chegg.com/homework-help/questions-and-answers/two-electrons-240-10-10m-proton-shown-figure-find-magnitudenet-electrical-force-exert-pro-q2852180 Deux électrons sont initialement au repos à une distance de 1 m l un de l autre. Il y a alors répulsion électrique entre les électrons. Quelle sera la vitesse des électrons quand ils seront loin l un de

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Annexe D: Les nombres complexes

Annexe D: Les nombres complexes Annexe D: Les nombres complexes L'équation t + 1 = 0 n'a pas de solution dans les nombres réels. Pourtant, vous verrez lors de vos études qu'il est très pratique de pouvoir résoudre des équations de ce

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail