La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable"

Transcription

1 Des générations déshéritées Mickaël Mangot Économiste Face au constat d une dégradation continue de leur sort depuis quarante ans, les jeunes générations auraient-elles des raisons légitimes d être rancunières vis-à-vis de celle du baby-boom? En d autres termes, le bien-être extraordinaire des baby-boomers s est-il construit sur le dos des plus jeunes, via notamment des politiques publiques qui n ont pas respecté une nécessaire équité entre les générations? La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable avec celle qu ont vécue les générations entrées dans la vie active durant les Trente Glorieuses. La dette publique par habitant a été multipliée par cinq depuis la fin des années 1970 ; le taux de chômage des jeunes (23 %) par quatre ; le taux d effort des jeunes pour se loger (25 % du revenu) par deux ; le risque de déclassement social par un et demi. Si les niveaux de vie absolus continuent d augmenter de génération en génération, la tendance s est accompagnée d une dégradation du niveau de vie relatif des jeunes (par rapport aux autres classes d âge) et d un ralentissement du rythme d accumulation patrimoniale durant le cycle de vie depuis l âge d or connu par la génération née dans les années Le fardeau de la dette publique L évolution de la dette publique sur les dernières décennies (qui, par habitant, représente aujourd hui un an du salaire moyen net contre deux mois et demi à la fin des années 1970) semble suggérer que la génération des baby-boomers lègue aux suivantes un fardeau bien plus lourd que celui qu elle a reçu en héritage à son entrée dans la vie active. Toutefois, le calcul du legs générationnel ne doit pas se résumer uniquement à la mesure de la dette publique qui est laissée à la charge des générations futures. Il faut prendre en compte tous les éléments du passif (la dette contractée par les collectivités publiques mais aussi la dette implicite correspondant 40 Sociétal n 77

2 Des générations déshéritées aux engagements futurs) et tous les éléments laissés à l actif, qu ils soient tangibles (comme les infrastructures et les participations dans les entreprises) ou intangibles (la technologie, les institutions, le capital humain, le capital social ). L exercice est délicat tant nombre de ces éléments sont difficiles voire impossibles à évaluer faute de prix observables (les actifs intangibles) ou parce que leur estimation s appuie sur des paramètres qui peuvent être modifiés par la législation (les engagements des régimes de retraite). Une façon simple mais imparfaite d appréhender le legs générationnel public est de s en tenir au bilan patrimonial des administrations publiques calculé par l Insee. Il permet de mettre en face des dettes des administrations (centrales, locales et de sécurité sociale) des actifs financiers (dépôts, actions) et non financiers (logements, bureaux, hôpitaux, ouvrages de travaux publics et leurs terrains sous-jacents) évalués à leur valeur de marché. Ainsi, en 2010, les administrations publiques détenaient pour milliards d euros d actifs parmi lesquels 37 % étaient constitués de bâtiments publics et ouvrages de génie civil, 26 % de terrains et 16 % de participations financières cotées (EDF, GDF Suez, EADS, Aéroports de Paris, France Telecom ) ou non cotées. Soit un total d actifs valorisé de 500 milliards d euros de plus que le montant placé au passif, ou encore euros par Français. Mais alors que la dette exprimée en pourcentage du PIB n a fait que gonfler depuis plus de trente ans, la valeur des actifs, elle, a stagné jusqu au milieu des années 1990 avant de remonter dans le sillage des prix boursiers et immobiliers. En conséquence, l actif net 1 des administrations publiques, positif durant toute la période, n a cessé de reculer jusqu en 1997 avant de se redresser. La crise financière et son impact simultané sur le montant de la dette et sur le prix des actions et de l immobilier a fortement inversé la tendance, réduisant l actif net de 300 milliards d euros ou 19 points de pourcentage de PIB en trois ans. En 2010, l actif net des administrations publiques ne représentait plus qu un quart d une En 2010, l actif net des administrations publiques ne représentait plus qu un quart d une année de production nationale contre le double en année de production nationale contre le double en Une forte baisse des prix de l immobilier mêlée au creusement de la dette publique serait de nature à faire passer 1. L actif net des administrations publiques est la différence entre la somme de tous les actifs publics (financiers et non financiers) et le passif financier des administrations (essentiellement la dette). 3 eme trimestre

3 l actif net en territoire négatif. Et illustrerait de manière crue la mauvaise gestion des finances publiques puisque alors l État serait, virtuellement, en faillite. Si la dette publique a augmenté plus vite que la production nationale ou l actif public, ce n est pas parce que les politiques publiques ont constamment privilégié la croissance future au détriment du bien-être présent, laissant aux générations futures un environnement économique amélioré. Au contraire, le choix a été fait de systématiquement accroître la dette pour financer l accroissement des dépenses courantes. Ainsi, en pourcentage du PIB, les dépenses d investissement 2 n ont pas significativement évolué en trente ans (entre 3 % et 4 % du PIB), contrairement aux dépenses de fonctionnement (consommations intermédiaires, rémunération des fonctionnaires, pensions des fonctionnaires ) et, encore plus, aux prestations sociales, lesquelles comptent pour deux tiers de l accroissement des dépenses publiques sur les trois dernières décennies. Aujourd hui, les investissements représentent 5,6 % des dépenses publiques quand les prestations sociales 3 en représentent 45 %. Le rendement déclinant des retraites par répartition Évaluer l équité intergénérationnelle des politiques publiques sur un plan dynamique nécessite de faire la somme des transferts reçus et versés par les différentes générations sur l ensemble de leur cycle de vie. Les retraites sont un champ privilégié d étude puisqu il est possible, à partir des détails législatifs des systèmes de retraite et des données de l Insee sur l espérance de vie moyenne par génération, d évaluer les cotisations versées et les pensions reçues par génération et de calculer, pour chaque génération, le taux de rendement qui égalise ces deux grandeurs. De telles études 4 obtiennent que le taux de rendement réel des cotisations de retraite (c est-à-dire le taux de rendement interne qui égalise les pensions reçues et les cotisations versées) a décru quasi constamment depuis l instauration du régime par 2. Près de 80 % de ces investissements (dont une grande majorité est initiée par les collectivités locales) sont des bâtiments et des ouvrages de génie civil et, pour un peu moins de 10 %, des services, notamment dans le domaine de l informatique (logiciels). 3. Composées à plus de 85 % de dépenses d assurance vieillesse et d assurance maladie. 4. Voir le Conseil des prélèvements obligatoires, «La répartition des prélèvements obligatoires entre générations et la question de l équité intergénérationnelle», 2008 ; et Antoine Bozio, «Le rendement des retraites, un regard historique», Lettre de l Observatoire des retraites, Sociétal n 77

4 Des générations déshéritées répartition en Bien que percevant des petites pensions, les premières générations ont reçu beaucoup plus que ce qu elles avaient cotisé. Puis, le système a lentement évolué (et sans rupture brutale entre les cohortes successives) vers un taux de rendement égal à son taux d équilibre, c est-à-dire le taux de croissance de la masse salariale (proche du taux de croissance de l économie). La génération qui arrive en retraite aujourd hui (celle du baby-boom) se situe dans une position encore intermédiaire avec, selon les scénarios, un taux de rendement réel compris entre 2,7 % et 4 %. Quelle que soit la Bien que percevant des petites pensions, les premières générations ont reçu beaucoup plus que ce qu elles avaient cotisé. méthode utilisée pour équilibrer le système par répartition, elle aboutira à une nouvelle baisse de rendement pour les jeunes générations et les suivantes. L actualisation des cotisations et des pensions au taux sans risque disponible à chaque date sur les marchés financiers montre que les générations nées avant 1930 ont touché des transferts positifs du système par répartition (touchant plus que ce qu elles auraient reçu en investissant elles-mêmes), alors que les générations nées après 1930 sont en passe de recevoir des transferts négatifs. Un «droit de senioriage»? Un tel exercice de comparaison dynamique peut être réalisé pour ce qui concerne les retraites mais beaucoup plus difficilement pour l ensemble des transferts, faute de données suffisantes notamment sur l âge des récipiendaires des dépenses budgétaires (à qui profitent une route, un aéroport, la police, la justice, l armée?). En utilisant une typologie rudimentaire, on peut néanmoins déceler des tendances historiques dans la répartition générationnelle des dépenses budgétaires. Les dépenses de l assurance maladie et l assurance vieillesse peuvent être regardées comme des transferts ascendants des classes d âges actives vers les seniors, les dépenses pour l emploi constituant des transferts horizontaux des actifs vers eux-mêmes ; et enfin les dépenses d éducation, de soutien à la famille et à la maternité représentant des transferts descendants vers les jeunes. En acceptant cette typologie, on observe depuis cinquante ans une stagnation voire un recul des transferts descendants en pourcentage du PIB et, au contraire, une forte hausse des transferts horizontaux 3 eme trimestre

5 (parallèlement à la hausse du taux de chômage) et surtout ascendants. Ces tendances font plus qu accompagner les évolutions démographiques, puisqu elles demeurent identiques après correction par la taille relative des groupes d âges bénéficiaires. Il est toutefois plus aisé de tester l hypothèse d équité générationnelle instantanée des prélèvements obligatoires en regardant si toutes les générations contribuent, à un moment donné, d une même façon au budget de l État. Ce travail a été effectué par le Conseil des prélèvements obligatoires 5, qui conclut que le système de prélèvements obligatoires opère des transferts nets des tranches d âge actives vers les seniors. Concernant les prélèvements sur la consommation (TVA, TIPP, taxe sur les alcools et les tabacs), il ressort que les plus de 70 ans sont significativement moins taxés (en proportion de leur revenu disponible) que les autres tranches d âge et qu à l autre bout du spectre, les jeunes de 20 à 29 ans sont les plus lourdement taxés (par le jeu des taux et de la part du revenu qui est consommée). Quant aux prélèvements sur le revenu (IR, cotisations sociales, CSG, CRDS et prélèvements sociaux), ils frappent beaucoup plus lourdement les tranches d âge actives (plus de 40 % du revenu) que les retraités (moins de 15 % chez les plus de 65 ans) par le jeu des cotisations sociales pesant sur le travail. En moyenne un jeune de moins de 30 ans paie aujourd hui deux à trois fois plus en prélèvements obligatoires qu un senior de plus de 65 ans. Un écho dissonant peut être entendu du côté de l imposition du patrimoine (taxe foncière et impôt sur la fortune). Les prélèvements sur le patrimoine sont en effet les seuls à frapper plus durement les tranches d âge les plus hautes. Néanmoins, par rapport aux prélèvements sur les revenus, ils représentent des montants dérisoires. La tranche d âge la plus imposée en valeur sur le patrimoine (les ans) versait en moyenne moins de euros par an, à comparer à un versement annuel moyen de ,00 euros au titre des prélèvements sur les revenus (cotisations sociales incluses) pour les ans. Ce faisant, l imposition du patrimoine est loin de compenser les transferts nets en direction des plus de 65 ans via les prélèvements sur la consommation et les revenus, si bien qu en moyenne un jeune de moins de 30 ans paie aujourd hui deux à trois fois plus en prélèvements obligatoires qu un senior de plus de 65 ans. 5. CPO (2008), op. cit. 44 Sociétal n 77

6 Des générations déshéritées Déformation française Graphique Montant moyen des prélèvements obligatoires par âge (en euros) PO Patrimoine PO Revenus (cotisations) PO Revenus ( hors cotisations) PO Consommation Source : CPO ; Mickaël Mangot Dans leur dernier ouvrage 6, Jean-Hervé Lorenzi, Jacques Pelletan et Alain Villemeur dressent un tableau comparatif des transferts publics vers les différentes classes d âge au sein de plusieurs pays développés. Les actifs français y apparaissent comme les contributeurs nets les plus importants (versant l équivalent de 16,6 % du PIB, soit euros par actif contre à peine euros en Allemagne). Les seniors français sont, avec les italiens, les récipiendaires nets les plus importants (12 % du PIB contre autour de 6-7 % en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis) et les principaux bénéficiaires du système de redistribution. En plus de leur nombre, le niveau moyen élevé des pensions par rapport au salaire moyen explique le phénomène. Les jeunes Français, eux, sont les grands perdants : ils ne reçoivent que 4,3 % de PIB de transferts (2 points de moins qu au Royaume-Uni ou en Suède), soit seulement euros par jeune, soit encore 15 % à 45 % de moins qu en Allemagne, aux États-Unis, au Royaume-Uni ou en Suède. Il ressort de ces comparaisons l idée d une triple déformation française des transferts publics, avec des actifs très sollicités, des retraités parmi les mieux traités et des jeunes parmi les plus défavorisés. 6. Rajeunissement et vieillissement de la France, Descartes & Cie, eme trimestre

7 Un système anachronique Pris collectivement, les jeunes en France se retrouvent aujourd hui dans une situation économique très dégradée, étant à la fois la classe d âge la plus pauvre en revenus et en patrimoine, celle qui consacre le plus de son revenu aux dépenses de logement et qui se retrouve le plus souvent au chômage ou en contrat précaire (parmi les actifs) et sous le seuil de pauvreté. Le niveau de vie des plus jeunes est rogné par de multiples transferts publics ou privés dont les seniors sont souvent les grands bénéficiaires : transferts au titre de l assurance vieillesse, de l assurance maladie, remboursements de la dette publique et de ses intérêts, et enfin dépenses de logement (à la location ou à l achat). En l état actuel des choses, ce système opère une redistribution à l envers, des classes d âge les plus pauvres en revenus et en patrimoine (les jeunes) vers les classes d âges les plus riches. Les retraités français actuels présentent en effet la particularité (quasi unique au sein des pays développés) d être en moyenne plus riches en revenus que les actifs après prise en compte des revenus financiers et ceux tirés de la propriété immobilière, loin de la grande précarité dans laquelle les seniors étaient tombés au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il convient de réorienter le système en ponctionnant moins les revenus du travail et davantage d autres sources de revenus comme la résidence principale. L équité intergénérationnelle des politiques publiques nécessite une nette réorientation du système fiscal et social français, devenu anachronique, vers une répartition plus homogène entre les classes d âge. Compte tenu de leurs spécificités, une telle réorientation nécessite une moindre ponction sur les revenus du travail et une plus grande fiscalisation d autres sources de revenus, par exemple la résidence principale qui échappe largement à l impôt alors qu elle est devenue un des vecteurs majeurs des inégalités (entre ménages, entre classes d âge et entre générations). 46 Sociétal n 77

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT Communication de M. Philippe Marini Rapporteur général I. LES DERNIERES DONNEES SUR LES DELOCALISATIONS

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique»

Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Partenariat PSE CELSA «Décrypter l actualité économique» Session de formation du lundi 18 janvier 2010 Première séance, «Décrypter les prélèvements obligatoires»» PSE 48 boulevard Jourdan Grande salle

Plus en détail

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière Après le succès de l action carte-pétition qui s est traduite par près de 100 000 cartes signées et remises à l

Plus en détail

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES?

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? Les notes de l IPP n 9 Novembre 2013 Antoine Bozio Malka Guillot Marianne Tenand www.ipp.eu Résumé Rendu public fin septembre, le projet de loi de finances

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose :

Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose : Réhabiliter la progressivité de l IR, pour Force Ouvrière cela suppose : l l D accroître le nombre de tranches d imposition afin d assurer le principe du financement de chaque citoyen selon sa faculté

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus 1.1 Revenu des ménages en comptabilité nationale u niveau de la Nation, la masse des A ressources disponibles de l ensemble des ménages est mesurée par le revenu disponible brut

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1 COMPARATIF (1) ENTRE LES PRINCIPAUX ELEMENTS DU PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL RELATIF A LA REFORME DES REGIMES DE RETRAITE DE BASE ET LES POSITIONS ET PROPOSITIONS DE LA CGPME (2) LE PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL

Plus en détail

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation

mai 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme de l activité Face à l accélération de l inflation mai 2011 N 315 la vie économique et sociale Une politique monétaire résolument favorable à la croissance, Chicago, 27 avril 2011 conjoncture internationale Faiblesse du dollar conjoncture française Dynamisme

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Monsieur et Madame ARNAUD

Monsieur et Madame ARNAUD DOSSIER PATRIMONIAL Monsieur et Madame ARNAUD Etude réalisée le 02/01/2015 Situation arrêté au 02/01/2015 Par votre Consultant Patrimonial : Marc DURAND DOSSIER PATRIMONIAL INFORMATIONS GÉNÉRALES La famille

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL

Jean COMTE DOSSIER SUCCESSORAL DOSSIER SUCCESSORAL Informations générales Actif net successoral Réserve - quotité disponible Répartition de la succession Droits de succession de Quentin COMTE Droits de succession de Elodie COMTE Droits

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

DOSSIER RETRAITE Avril 2014. Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous?

DOSSIER RETRAITE Avril 2014. Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous? DOSSIER RETRAITE Avril 2014 Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous? ?? Tout a commencé là! De Louis XIV à François H 1681 et 1707 : création des régimes de retraite de la marine 1698 : création

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

2005-2025 Retraités et retraites

2005-2025 Retraités et retraites DOSSIER 2005-2025 Retraités et retraites Les retraités de l Agirc et de l Arrco seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Les mesures prises par les partenaires sociaux depuis 10 ans lisseront les conséquences

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 15 JANVIER 2015 N 1/2015 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE OBLIGATIONS Réforme du régime simplifié d imposition : les modalités de versement des acomptes semestriels sont précisées À compter

Plus en détail

Préserver et améliorer le bouclier fiscal DIDIER MAILLARD

Préserver et améliorer le bouclier fiscal DIDIER MAILLARD 10_MAILLARD_art127:ARTICLE_gabarit 26/08/09 10:37 Page 687 Préserver et améliorer le bouclier fiscal Le bouclier fiscal a été introduit en 2006 dans le système d imposition français. Son but est de plafonner,

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des sociétés au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Panorama de la fiscalité des retraites

Panorama de la fiscalité des retraites DIRECTION DE LA PRÉVISION SOUS-DIRECTION D Paris, le 28 novembre 2002 BUREAU DES ÉTUDES FISCALES 139, RUE DE BERCY - TÉLÉDOC 75572 PARIS CEDEX 12 Référence : D2-02-044 Damien ECHEVIN Dominique BRIAIRE

Plus en détail

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE Etienne de Callataÿ UWE Liège, le 28 octobre 2010 LES DEFIS 1. La croissance économique durable 2. La cohésion sociale 3. Les finances publiques 4. La structure

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

«Le capital au 21e siècle», T. Piketty

«Le capital au 21e siècle», T. Piketty Un résumé de «Le capital au 21e siècle», T. Piketty B U S Buressois Unis & Solidaires 1 Jacques-Olivier Klein Fév. 2015 Il est question de Inégalités salaires patrimoines Austen Balzac Taux d imposition

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? *

VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? * VERS LA FUSION DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET DE LA CSG? * Guillaume Allègre, Gérard Cornilleau et Henri Sterdyniak OFCE La France se caractérise par la coexistence d un impôt sur le revenu (IR) progressif,

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail