E VOLUTIONS DU SECTEUR DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E VOLUTIONS DU SECTEUR DE LA"

Transcription

1 E VOLUTIONS DU SECTEUR DE LA REPARATION COLLISION, METIERS ET FILIERES DE FORMATION EN CARROSSERIE- PEINTURE Ce dossier est édité par l Observatoire de L Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 108, rue du Moulin des Landes Sainte-Luce-sur-Loire cedex A participé à cette édition : Jocelyn GOMBAULT Edition 06/2002, Sainte-Luce-sur-Loire (44) 69 pages Usage interne

2 TABLE DES MATIERES Lexique de termes utilisés... 5 Evolutions du Secteur... 8 Rappel des caractéristiques du marché de la carrosserie en France Procédure de réparation d un véhicule accidenté Répartition du marché Assurances et Mutuelles Acteurs professionnels Le secteur de la carrosserie- peinture : Un secteur en ébullition Eurodesign : l enjeu de la pièce de carrosserie Evolution des effectifs en formation de carrosserie Evolution de l insertion professionnelle des apprentis et Lycéens Activités des Ateliers Répartition des Chocs Facture Tendances de l activité des ateliers Une tendance générale à l «allègement» de la carrosserie La carrosserie-rapide Tendances changement d éléments ou réparation Le Service La relation commerciale en carrosserie Evolutions technologiques Mais au fait, qu est ce que le débosselage sans peinture? Les compétences Double compétence, triple compétence et polyvalence Le travail en équipe Compétences en communication client au niveau V en carrosserie-peinture Des compétences réparties autour de 9 pôles Les Métiers métiers rencontrés en entreprise Répartition des métiers par pôle de compétence Souhaits d adhérents et de représentants d organisations professionnelles sur les métiers et diplômes Exemples de référentiels d activités professionnelles Carrossier Peintre Compétences en CAP : pistes de réflexion Compétences en Bac Pro : quelques questions Les parcours de formation Formations initiales en carrosserie-peinture : ce que font quelques autres pays

3 Proposition de parcours professionnels Parcours de formation actuel en carrosserie peinture Quelles évolutions pour les diplômes de la filière carrosserie-peinture? Quel positionnement de branche pour les diplômes? Des propositions de parcours de formation possibles Conclusion :

4 INDEX accidents, 15, 16, 17, 25 accueil, 13, 27, 28, 29, 35, 38, 53 aluminium, 30, 31, 56 assurances, 12, 13, 31, 69 Bac Pro, 34, 44, 48, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 66, 67 Belgique, 57, 60 CAP, 21, 22, 31, 34, 36, 37, 45, 46, 47, 48, 52, 61, 62, 64, 65, 66, 67, 69 carrosserie légère, 27, 30, 35 CARROSSERIE RAPIDE, 16, 26, 27, 35, 36 carrosserie-rapide, 26, 35, 37 changement d éléments, 26, 27, 31, 35 changement de pièces, 13, 20, 27 chiffre d affaire, 18 communication, 37 conventions d agréments, 13, 14 CQP, 26, 53, 63, 65, 67 DARVA, 11, 13, 27 débosselage sans peinture, 32 effectifs, 56 Electronique embarquée, 29 Equip auto, 6 expert, 6, 11, 14, 17, 27, 33, 37, 48, 54 facturation, 35 hydrosolubles Voir Peinture à l'eau importateurs, 19 insertion, 23 Insertion, 56 mastic, 52 nombre d entreprises, 8 optique, 26, 30, 35 parcours, 7, 55, 61, 65, 66, 67, 69 Parcours, 61 pare-brise, 8, 26, 28, 29, 35 part de marché, 12 peintures à l eau, 30 Photo-expertise, 27 pôles de compétences, 38 polyvalence, 34, 35, 36, 44, 52, 53, 61, 62, 63, 64, 65, 66 ponçage, 48, 52 Procédure de réparation, 10 professionnalisation, 55, 57, 60, 69 Quebec, 55, 60 référentiel, 31, 37, 50, 51 réparation sur plastique, 31 réseaux, 8, 9, 12, 26, 27, 28, 30, 38, 53 réseaux indépendants, 8 RNQSA, 45, 61, 63 Sellerie-Générale, 62 service, 13, 26, 27, 28, 53 sinistres, 16, 17, 27 soudage, 52, Voir Soudure structure du véhicule, 26, 53 taux horaires, 14, 19, 48 temps barêmés, 14 THLE, 30, 31 Véhicules Economiquement Irréparable, 26 Véhicules Gravement Accidentés, 26 4

5 Lexique de termes utilisés Colorimétrie : Système de mesure (par ordinateur) permettant d'étudier les caractéristiques des couleurs et de définir les formules de coloration. Construction par formage : Action de construire et mettre en forme un élément métallique (terme utilisé dans l industrie métallurgique). On distingue formage primaire (forgeage; laminage; extrusion; étirage) et formage secondaire (emboutissage; usinage; frittage). DARVA : Entreprise dépendant principalement des mutuelles-assurances, spécialisée dans l échange de données informatisées tripartite entre les experts, les assureurs et les réparateurs. Débosselage sans peinture : voir paragraphe s y référent. MAG : soudage à l'électrode métallique sous gaz actif (gaz contenant de l'oxygène ou du dioxyde de carbone). MIG : soudage à l'électrode métallique sous gaz inerte (Argon, hélium ou mélanges) Peinture à l eau : Les peintures à base de solvants, nocives pour l'environnement, sont remplacées progressivement par des peintures à très fortes proportions d'eau. Les peintures à l'eau ne contiennent ni toluène et ni xylène. Par contre, leurs viscosités sont différentes de celles des peintures traditionnelles et elles sèchent plus difficilement. Raccord noyé : technique de peinture permettant de rendre une réparation invisible, en fondant le coloris avec le reste du véhicule (par l utilisation d un dégradé de couches de peintures successives de plus en plus fine). RAP : Référentiel d activités professionnelles Subjectile : Tout objet ou surface à laquelle on veut appliquer une couche de peinture, vernis etc THLE : Très Haute Limite Elastique. Tôle en acier de très forte résistance utilisée pour la fabrication des châssis. En raison de sa haute limite d'élasticité, cette tôle pose des problèmes d'emboutissage car elle a tendance à se comporter comme un ressort et ne pas accepter la forme demandée. Elle ne supporte pas non plus la galvanisation. TIG : soudage à l'électrode tungstène sous gaz inerte Définition proposée par site partenaire de 5

6 Le présent rapport vise à compléter, enrichir et actualiser les différents mémoires et rapports sur le secteur et les métiers de la carrosserie et de la peinture automobile. Il s inscrit dans la continuité des études déjà réalisées et nécessitera un complément dans quelques années sur la situation économique de la carrosserie. Etude secteur réparation collision Sept-déc Observatoire H. Camaret Etude métier 1er niveau de qualification carrosserie-peinture 2002 Titres et Diplôme M.Bauer / C. Calif Actualisation étude secteur Complément étude métier Observatoire J. Gombault Livret secteur? Observatoire L objectif principal de ce rapport est aujourd hui de servir de support aux groupes techniques qui travailleront sur les futures évolutions des diplômes. A ce titre les sources utilisées sont : Le rapport de mission de DESS EIP de Céline CALIF et Marie BAUER sur les activités et compétences des premiers niveaux de qualification en carrosserie-peinture (principalement de carrosseries indépendantes) en complétant ces informations à la lumière de trois entretiens complémentaires (chefs d ateliers de concession et expert national d une mutuelle assurance). Une prospection presse et Internet nous permettra d actualiser nos données relatives aux évolutions du secteur. Ce rapport vise également à rassembler des études et problématiques provenant de sources internes (Ingénierie des Formations Alternées / Délégation régionale de Bordeaux) sur la carrosserie. Il est également proposé une approche internationale à travers des informations issues de la conférence carrosserie du GIAC/FFC du Salon Equip auto 2003 et à travers une exploration Internet pour disposer d informations comparatives des modalités de formations initiales en carrosserie de deux pays. 6

7 L ensemble de ces informations a été sélectionné pour permettre de cibler progressivement la problématique des compétences. Après l avoir abordé, nous analyserons en guise de conclusion, différents modèles de parcours de formation envisageables. 1. Evolutions du secteur 2. Les Activités des ateliers 3. Les Métiers 4. Les Compétences 5. Les parcours de formation Note : Dans l ensemble des schémas de ce rapport, la carrosserie sera représentée avec cette couleur : Et la peinture avec celle-ci : 7

8 E VOLUTIONS DU S ECTEUR Rappel des caractéristiques et du fonctionnement du marché de la carrosserie en France. Le marché de la réparation collision est assez diffus. Comme le soulignait l étude de l Observatoire de décembre 2000, cette activité est exercée : Au sein des réseaux constructeurs (Concessionnaires et agents) Au sein d entreprises indépendantes spécialisées : celles-ci pouvant être : entièrement indépendantes, organisés au sein de réseaux indépendants (qui tendent à se multiplier), AD, Five Star, Axial Franchisé ou filiales d enseignes et de chaînes (réparation de pare-brise ) Au sein d entreprises de réparation mécanique indépendantes (MRA). Cette multiplicité de statuts, d identifiants NAF, d activités déclarées, associé à une possible présence d une économie souterraine, rend laborieux une quelconque estimation du nombre d entreprise de carrosserie en France. A partir des enquêtes de 98 et 99, l Observatoire de l ANFA avait estimé le nombre d entreprises ayant une activité de carrosserie entre et soit entre un tiers et la moitié des entreprises de la branche. Il avait été estimé que 20% de ces entreprises en faisaient leur activité principale soit entre 8000 et 9000 entreprises. En 2004, France-Télécom à travers les Pages Jaunes comptabilisait inscrits dans sa section «carrosserie et peinture automobile» (comprenant les indépendants et les réseaux de marques). En 2003, le GIAC/FFC estimait à le nombre d entreprises spécialisées en carrosserie en France auxquels s ajoutent professionnels possédant une activité de réparation-collision. Soit entreprises au total. 8

9 Nombre d'entreprises répertoriées sous l'activité "entreprises de carrosserie et de peinture automobile" (source Pages Jaunes 2004) (note : ces estimations comprennent à la fois les réseaux de marque et les carrosseries indépendantes) 9

10 Procédure de réparation d un véhicule accidenté Il peut sembler judicieux de rappeler sommairement le fonctionnement de la circulation des informations, procédures et documents avant la réparation d un véhicule accidenté. On peut les résumer à travers le schéma suivant : 10

11 L ensemble de cette procédure peut être simplifiée grâce à des systèmes informatiques : En effet, si un réparateur est équipé d un système informatique, il peut se connecter à un réseau d échange informatique ; la plupart des assureurs utilisent le système DARVA : celui-ci permet l envoi immédiat des devis et factures du réparateur à l assureur, il permet au réparateur de réaliser la déclaration de sinistre, il permet l édition de l accusé de sinistre et de l ordre de mission à l expert chez l assureur, sans intervention humaine. De plus, le système DARVA peut être couplé avec un dispositif de télé-expertise permettant à l expert d estimer à distance le coût de la réparation à partir de photos numériques. 11

12 Répartition du marché Les réseaux de marques disposent en de 55% des parts du marché de la réparation collision (45% pour les indépendants). Il faut rappeler qu il y a à peine 15 ans, les indépendants maîtrisaient pratiquement intégralement le marché de la carrosserie. Répartition des parts du marché de la réparation-collision réseaux de marques / indépendants (en % - courbes de tendance moyenne mobile à partir des données GIAC/FFC de ) 80 Indépendants 58,5 41, Réseaux de marque La progression du poids des réseaux de marques dans le marché de la carrosseriepeinture en France a été particulièrement marquée durant la décennie Sa progression est moins forte depuis cinq ans. Il s agit également de spécifier que la part de marché des constructeurs sur le marché de la carrosserie constitue un particularisme français : même si la tendance des constructeurs à «grignoter» la part de marché des indépendants se rencontre un peu partout en Europe, ils ne sont jamais dominants sur le marché comme en France. Assurances et Mutuelles Entre 80 et 85% du marché des réparations de carrosserie-peinture sont prises en charge par les assurances et les mutuelles en Le marché français est caractérisé par une très forte concentration des assureurs : 10 assureurs disposent de 80% du marché. Ce marché est réparti entre les assurances privées (50% environ) et les mutuelles (50%) les mutuelles étant également une spécificité française. 1 Source GIAC/FFC Colloque carrosserie Equip auto

13 Les conventions d agréments Les mutuelles sont à l origine des conventions d agrément (ou «convention de partenariat») avec les réparateurs et plus spécifiquement, la MAIF est l opérateur historique de ces conventions : en 1965, la MAIF, constate que l obligation de résultat incombant aux réparateurs ne suffit pas à garantir la parfaite remise en état des véhicules. Elle constate également que les sociétaires sont désorientés devant le choix du prestataire. La MAIF décide alors de sélectionner des carrosseries offrant une prestation de qualité homogène. Les sociétaires passant par ces entreprises, bénéficieraient du système du tiers payant. Les autres mutuelles et assurances se lancèrent dans ces systèmes d agrément à la suite de la MAIF. L objet de ces conventions d agréments n était pas initialement de contrôler les prix puisque les prix de la réparation automobile étaient, à cette époque, fixés réglementairement. Avec la libération des prix de la réparation automobile le 1 er janvier 1987, les assureurs se sont efforcés de limiter les dérives des tarifs-horaires de la profession et se sont servis des conventions existantes pour y ajouter cette clause. Aujourd hui, les conditions tarifaires des assureurs représentent l élément essentiel de leur agrément. Maurice FAIA Expert National de la MAIF m indiquait qu il existe quatre points principaux aux conventions d agréments ou «convention de réparateur partenaire 2» : Des délais les plus courts possibles Des contraintes administratives réduites Des prestations de services Une progression de la productivité et des gains de productivité. Par prestation de service, il faut entendre aujourd hui, véhicules de remplacement pour le sociétaire en cas d immobilisation trop longue du véhicule, un espace d accueil de «qualité correcte» etc. Par contrainte administrative réduite, il faut entendre équipement informatique (DARVA/tele-expertise), possibilité pour l assuré d effectuer sa déclaration de sinistre sur le site de l entreprise etc... Par gains de productivité, la MAIF privilégie aujourd hui la réparation au dépend du changement de pièces. (Les assureurs maîtrisent aujourd hui le coût de la main d œuvre mais ne maîtrisent pas ou pas encore le coût de la pièce de carrosserie. En outre, un réparateur ne peut être agréé que s il respecte un certain nombre de conditions : à savoir il convient, pour la MAIF, que le réparateur puisse réaliser son 2 Marque déposée par la MAIF 13

14 activité en autonomie et puisse disposer d un équipement «correct» (selon l expression de M. FAIA) : c'est-à-dire, disposer de ponts 2 / 4 têtes et au pire de disposer d un marbre, au mieux d un banc de redressage laser afin de ne pas avoir à sous-traiter les opérations sur train-roulants. Dans ce cadre, d ailleurs, certains réparateurs s engagent à suivre des formations au GNFA pour remplir leurs conventions d agréments. Le système de temps baremés et de taux horaires Aujourd hui, lorsqu un véhicule accidenté arrive chez un carrossier, l assureur demande à ce qu un expert «indépendant» diagnostique un temps de réparation et un coût de pièces. L expert automobile utilise fréquemment les barèmes de temps de réparations établies par les constructeurs (temps barèmés). Qu il s agisse de mécanique ou de carrosserie, les constructeurs ont tendance à minimiser ces temps d intervention barémés puisque c est sur cette base qu ils remboursent les réparations effectuées sous garantie à leur réseau. Plus spécifiquement, il semblerait aujourd hui que les constructeurs prennent peu en compte les temps nécessaires au montage et démontage des éléments électroniques sur les véhicules récents (dans d autres pays européens, les barêmes de temps en carrosserie sont établis par les organisations professionnelles). Les assureurs appliquent ensuite un taux horaire de remboursement défini dans les conventions d agrément avec le réparateur. La politique des assureurs étant d exiger des carrossiers un accroissement de leur productivité, les taux horaires des assureurs sont relativement «serrés». Le cumul des deux systèmes (temps barêmés de constructeurs + taux horaire des assureurs) pourrait potentiellement être «viable» pour un carrossier si le volume de sinistre lui permettait de remplir ses ateliers ce qui, actuellement n est pas le cas pour beaucoup d entre eux. Il convient également de préciser qu un réparateur a théoriquement la possibilité de négocier les temps de réparation avec l expert, cependant, le manque de temps, le manque de formation en négociation commerciale 3 et surtout la crainte de perdre un marché déjà restreint aboutissent généralement à une décision unilatérale de l expert. Acteurs professionnels Il convient de rappeler que le secteur de la carrosserie en France est représenté par trois organisations professionnelles : le Groupement 3 Malgré une offre GNFA adaptée à ces situations. 14

15 National des Carrossiers Réparateur (GNCR), les branches Carrosserie et Concessionnaires du Conseil National des Professionnels de l Automobile (CNPA) et la Fédération Nationale des Artisans de l Automobile (FNAA). Une fédération, la Fédération Française de la Carrosserie (FFC) regroupe les réparateurs du GNCR, les équipementiers et fabricants de peintures du GIAC (hors de la branche des Services de l'automobile) et les constructeurs de carrosseries de véhicules industriels et remorques du CARCOSERCO (également hors de la branche pour la majorité d entre eux). Cette relative atomisation des organisations professionnelles a vraisemblablement nuit au poids politique de la profession vis-à-vis des assureurs et mutuelles. A cet égard, la conférence GIAC/FFC d Equip auto de 2003 a vanté les mérites du secteur de la carrosserie hollandais organisé autour d un seul syndicat (FOCWA) qui négocie auprès des assureurs primes et barèmes de temps avantageux. Il convient de rappeler que la situation française de dispersion des organisations professionnelles de carrosserie s accompagne d une extrême concentration des assureurs français. Le cumul des deux facteurs pèse lourd dans le rapport de force entre les organisations. Le secteur de la carrosserie- peinture : Un secteur en ébullition A l heure où est écrit ce rapport, il est relativement malaisé d anticiper à long terme sur les compétences dans les ateliers de carrosserie peinture. En effet, le secteur de la carrosserie est particulièrement dépendant des phénomènes extérieurs. Les conditions météorologiques d une région impacte de façon importante l activité des carrosseries. Après décembre 1999, on a parlé d un effet «tempête» qui aurait eu des incidences sur l activité des carrosseries durant une bonne partie de l année De même, alors que nombre d observateurs parlent de baisse d activité des carrossiers en 2003, celle-ci ne touche que dans une moindre mesure les entreprises du sud-est, région victime d inondations en décembre La baisse des accidents «Effet Sarkozy», radars automatiques, absence de ponts 4, absence de phénomènes climatiques (tempête, grêle)... les causes ne manquent pas pour expliquer la baisse des 4 Toussaint, premier mai, huit mai sont traditionnellement des périodes «propices aux accidents dans les statistiques de la sécurité routière.» 15

16 sinistres sur véhicules en France en Selon Max Alumni, PDG d'albax (réseau de franchisé de carrosserie rapide du sud de la France) cité par le magazine Réparation Atelier d Août-Septembre 2003 " La carrosserie moyenne ne réalisait que 3% de résultat. Avec les mesures Sarkozy, c'est 25% du CA en baisse». L observatoire interministériel de la sécurité routière notait que le bilan des accidents 2001 était en net retrait par rapport au bilan 2003 : -9,7% pour les accidents corporels, 6,2% pour le nombre de tués sur les routes. La carte de l indice IAL (Indice d accidentologie Locale : indice lié au nombre de tués et de blessés dans un accident de la route) de l Observatoire Interministériel de la Sécurité Routière permet d évaluer la situation française à ce jour IAL (Indice d accidentologie locale) Observatoire interministériel de la sécurité routière Exemple de lecture : un IAL de 1,30 signifie qu'il y a eu sur cinq ans 30% de tués en plus dans cette région par rapport au bilan qu'il y aurait eu si les taux de risque sur les différents réseaux avaient été ceux de l'ensemble de la France. Il faut rappeler que bien que les accidents graves ne présagent pas nécessairement du volume d accidents «urbains». Ces derniers ont toutefois singulièrement diminués 16

17 entre 1992 et 2002 : alors que les chocs urbains représentaient 92% de l ensemble des chocs en 1992, ils n en représentent plus que 75% en Conséquences sur la sinistralité En 2003, la FFC comptabilise 4 millions de sinistres par an. Il faut rappeler qu en 1999, il était comptabilisé 5,9 millions de sinistres. En 1999, on enregistrait une baisse régulière de 2% des sinistres par an. De 1999 à 2003, on s aperçoit donc que le nombre de sinistres selon la FFC a baissé en moyenne de -8,5% par an. A titre d information, parallèlement à ces données, l expert national de la MAIF soutien que ses services n ont constaté qu une baisse de 6% des sinistres en 2003 chez ses «réparateurs partenaires». Guy Martin, vice président de la FFC et président du GIAC lors de la conférence carrosserie d Equip Auto 2003, précisait que «le marché de la carrosserie des trente glorieuses a bel et bien disparu». La moyenne de la périodicité des sinistres sur un véhicule est en 2003 de 7 ans et ne cesse également de croître. Au demeurant, les enseignants de conduite (à travers leur syndicat Unidec) notent qu historiquement les réductions d accidents liés à une politique répressive, à un surcroît de contrôles et de sanctions pénales sont généralement limité temporellement. Il faut également ajouter que la baisse des sinistres semblerait également s accompagner de changement de mentalité du consommateur moins pressé de faire réparer des petits chocs en dessous de la franchise. Selon le GIPA, 60% du parc français de véhicule roulant nécessiteraient une petite réparation de carrosserie. Baisse d activité des carrosseries. Il est relativement difficile d estimer la baisse d activité des entreprises de carrosserie sur Nous proposerons donc ici plusieurs indicateurs de sources différentes. Il convient donc d être prudent sur la situation exacte du secteur de la réparation collision en France : même s il est indéniable que le secteur de la carrosserie soit en réelle difficulté, il est difficile à l heure ou est écrit ce rapport d en tirer des conséquences sur les entreprises du secteur. L estimation laborieuse du nombre de carrosserie en France, rend également laborieux l estimation de leur «santé» (estimation de la baisse d activité des entreprises, faillites, difficultés financières, licenciements). Il est d ailleurs trop tôt pour analyser l évolution sur ce plan. C est pour cette raison qu il apparaît nécessaire pour l équipe de l Observatoire d effectuer une recherche détaillée sur 17

18 l économie du secteur de la carrosserie dans le courant de l année prochaine afin d essayer de mesurer le phénomène. La revue technique automobile de juin 2003 parlait selon les régions d une baisse d activité comprise entre -20% et -50% pour le premier trimestre Selon l Argus de juin 2004 citant des sources du GNCR, la réduction des réparations aurait atteint 15% entre 2002 et 2003 mais devraient se stabiliser dans les prochaines années par des réduction de réparations autour de 2%. La FNA parle d une baisse d activité de 15% en zone rurale et de 30% en zone urbaine. Selon l observatoire de la Petite Entreprise (Fédération des Centres de Gestion Agréés 5 / Banques Populaires), le chiffre d affaire des Très Petites Entreprises (TPE) de carrosserie auraient chuté de -2,8% (source FCGA) entre 2002 à 2003 alors que l évolution du chiffre d affaire de l ensemble du secteur du CRA (toutes entreprises confondues) sur la même période est de + 5,9% (source COFACE). Taux d accroissement du chiffre d affaire des petites entreprises de carrosserie Comparaisons trimestrielles 4 e trimestre 2002 / 1 er trimestre 2003 / 2 e trimestre 2003 / 3 e trimestre 2003 / 4 e trimestre er trimestre e trimestre e trimestre 2002 TPE carrosseries + 0,5 % - 4,6 % - 2,5 % - 4,4 % automobiles TPE Secteur du CRA + 0,3 % +2,0 % -1,6 % -1,1 % Source Observatoire de la Petite Entreprise (FCGA /BP) Enfin dernier indicateur qui ne trompe pas quand à la santé économique vacillante d un secteur : la Banque de France, pour ses indicateurs «évaluation du risque crédit» vient en 2004 de classer les carrossiers comme «professions à risque». Nous noterons toutefois qu en 2004 l activité des carrosserie semble s améliorer (Evolution du CA : +9,6% pour les TPE de Carrosserie pour le 1 er trimestre 2004 selon la FCGA). «UNE REVOLTE PROGRAMMEE» 6 Fait sans précédent dans le secteur de la carrosserie, le 17 décembre 2003, les trois organisations syndicales représentatives su secteur de la carrosserie en France : les 5 6 Titre d un article de «carrossier réparateur» n 16 réalisé par le bureau du GNCR 18

19 branches concessionnaires et carrossier du CNPA, le GNCR et la FNAA ont décidé d une alliance commune pour dénoncer : La faiblesse des taux horaires des assureurs L accroissement des services (non-payés par l assureur) devant être fourni par les réparateurs dans les conventions d agrément. La baisse des barèmes de temps des constructeurs La baisse des remises consenties par les constructeurs sur l achat de pièces de carrosseries (voir paragraphe suivant) L intersyndicale a rencontré les organisations professionnelles de l assurance le 20 février dernier et plusieurs rencontres sont désormais prévues à partir du mois de mars : Ce mouvement pourrait déboucher sur un accord entre les professions. Eurodesign : l enjeu de la pièce de carrosserie. Qualifié de «brûlant» par la presse, le dossier sur l «Eurodesign» est en passe, en mars 2004) d être rouvert par Frits Bolkenstein, le commissaire européen en charge du marché intérieur. De quoi s agit-il? Il faut rappeler qu aujourd hui les pièces de rechange de carrosseries visibles de l extérieures sont dites «captives» : ce qui signifie qu elles bénéficient de la loi sur les dessins et modèles industriels. A ce titre les pièces de carrosseries ne peuvent être vendues que par les constructeurs. Les pièces de carrosseries constituent un quart du marché total de la pièce de rechange 7 et représentent une manne financière conséquente, régulière et stable pour les constructeurs. Il y a six ans, dans le cadre de la libéralisation des échanges européens, la commission européenne a tenté d ouvrir le marché de la pièce de carrosserie en permettant à des équipementiers de commercialiser des pièces de carrosserie sur le marché européen. Ce fut la naissance du dossier «Eurodesign». A cette époque, la France et l Allemagne, protégeant leurs industries automobiles s étaient opposées à cette libéralisation. Aujourd hui le contexte est relativement différent puisque la réouverture du dossier Eurodesign s inscrit à la suite du règlement européen libéralisant le marché des pièces de rechange «concurrencées» (pièces de mécanique). Plusieurs acteurs économiques poussent à cette libéralisation : les distributeursstockistes (AD, 3G, Starexcel représentés par leur fédération : la FEDA), les trois gros 7 Selon l Argus Automobile du 12 février

20 importateurs de pièces de carrosseries restant en France (Cora, Carser et Caredis), certains acteurs de la réparation indépendante, et surtout les assureurs et mutuelles qui remboursent aux réparateurs chaque année près de trois milliards d euros de pièces de rechange. Dans d autre pays européens comme en Grande-Bretagne, les assureurs peuvent exiger du réparateur qu ils utilisent des pièces de carrosserie de réemploi (c'est-à-dire des pièces provenant du marché de la déconstruction automobile et reconditionné en usine généralement par l équipementier à l origine de la pièce ). Cette pratique est illégale en France sur un certain nombre de pièces pour des raisons évoquées de sécurité. Si les assureurs parvenaient à maîtriser une partie du coût de la pièce de carrosserie, cela signifie que leurs politiques vis-à-vis des réparateurs pourraient s en trouver modifié : Par exemple, si actuellement, la MAIF privilégie la réparation au lieu du changement de pièce, il en serait tout autrement si la pièces de carrosserie était libéralisé : La MAIF devrait privilégier le changement de pièce plutôt que la réparation. Les activités des entreprises pourraient donc s en trouver fortement modifié : les réparations des structures et les gros débosselage pourraient alors disparaître des activités des entreprises pour se limiter au changement de pièces. Même si nous n en sommes pas encore là, il convient de garder à l esprit ces évolutions possibles D autant plus que ces évolutions ne vont pas à l encontre des tendances constatées dans l activité des entreprises. Par contre, si le dossier sur l Eurodesign n aboutissait pas, il est plus que probable que les constructeurs chercheront à récupérer des gains sur le marché des pièces captives qu ils perdent sur le marché des pièces concurrencées (c'est-à-dire comme cela se déroule actuellement, augmentation des prix et réduction des remises annuelles sur les pièces de carrosserie). 20

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules

Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules Contexte de la rénovation des diplômes de la filière maintenance des véhicules 1 SOMMAIRE 1/ Les évolutions clés dans les services de l automobile 2/ Les résultats de l enquête terrain auprès des entreprises

Plus en détail

L insertion des contrats de professionnalisation de la branche des services de l automobile en 2014

L insertion des contrats de professionnalisation de la branche des services de l automobile en 2014 L insertion des contrats de professionnalisation de la branche des services de l automobile en 2014 Résumé ) L ensemble des indicateurs (taux d emploi, taux de CDI, taux de maintien dans l entreprise formatrice

Plus en détail

L automobile en Languedoc Roussillon

L automobile en Languedoc Roussillon Observatoire ANFA Jocelyn GOMBAULT Juillet 2011 L automobile en Languedoc Roussillon La filière automobile en Languedoc Roussillon : Services de l automobile : 17 155 salariés (Unedic 2008) Fabrication

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Le plan d appui pour le maintien et le développement des emplois

Le plan d appui pour le maintien et le développement des emplois ENTREPRISE SPECIALISEE DE L'AUTOMOBILE Le plan d appui pour le maintien et le développement des emplois dans la Branche des Services de l Automobile ESA Les partenaires L État, Le Conseil National des

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

CLAUDE VINET SAS 80 route de Bons 74140 LOISIN

CLAUDE VINET SAS 80 route de Bons 74140 LOISIN NOUVEAU!! VENTE ET MONTAGE PNEUS Carrosserie peinture véhicules légers et utilitaires. Mécanique auto (géométrie pneus ) Réparation de véhicules anciens. Préparation de véhicules à la vente et au contrôle

Plus en détail

Portrait sectoriel : La carrosserie automobile. 40 % des artisans carrossiers sont adhérents d un réseau ou d un groupement.

Portrait sectoriel : La carrosserie automobile. 40 % des artisans carrossiers sont adhérents d un réseau ou d un groupement. OCTOBRE 212 autofocus 52 La le t t r e de l ob s e r v a t o i r e de l ANFA Portrait sectoriel : La carrosserie automobile Depuis une dizaine d années, le secteur de la carrosserie automobile s est restructuré

Plus en détail

Les évolutions dans les services de l automobile. ) Éléments de cadrage et prospective

Les évolutions dans les services de l automobile. ) Éléments de cadrage et prospective Les évolutions dans les services de l automobile ) Éléments de cadrage et prospective des métiers dans les services de l automobile Socio-économiques Relais d'information et d'orientation Politiques de

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants...

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants... Garage 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 09 DONNÉES FORMATION Page 11 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

G ide d e d u d r é r p é ar a a r t a eu e r C p a sa s u A to Mai 2014

G ide d e d u d r é r p é ar a a r t a eu e r C p a sa s u A to Mai 2014 Guide du réparateur CapsAuto Mai 2014 Chère partenaire, Cher partenaire, Préambule Si vous avez ce Pack Réparateur entre les mains, c est que vous avez choisi de participer à la grande aventure de CapsAuto.

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Engagement n 1 : caractère contradictoire de L expertise

Engagement n 1 : caractère contradictoire de L expertise ACCORD DE RELATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LES EXPERTS DE BCA EXPERTISE-CNPA-F.N.AA-FFC REPARATEURS Le CNPA (Conseil National des Professions de l Automobile), la F.N.AA (Fédération nationale de l artisanat

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques

Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Maîtrise des énergies renouvelables et électriques Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE DOSSIER DE PRESSE 2 ème COLLOQUE DE LA LIBRE CHOIX DE SON REPARATEUR, REGROUPEMENT DES COMPAGNIES D ASSURANCES, REGLEMENT DIRECT DES REPARATIONS AUX CARROSSIERS CONSOMMATEURS, CARROSSIERS : LA LIBERTE

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

LES FONCTIONS DE L ENCADREMENT DANS LE COMMERCE ET LA REPARATION AUTOMOBILE

LES FONCTIONS DE L ENCADREMENT DANS LE COMMERCE ET LA REPARATION AUTOMOBILE LES FONCTIONS DE L ENCADREMENT DANS LE COMMERCE ET LA REPARATION AUTOMOBILE Ce dossier est édité par l Observatoire de L Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

RECRUTER en alternance

RECRUTER en alternance RECRUTER ET FORMER A u tomobile Vé h icu le indust riel Mot ocycle Cycle RECRUTER en alternance Île-de-France Recruter en alternance : c est former vos collaborateurs de demain Vous souhaitez Recruter

Plus en détail

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto 4.1 Panorama du commerce et de la réparation auto-moto L ensemble du commerce et de la réparation d automobiles et de motocycles comprend 75 entreprises en 28 et 365 en équivalents-temps plein. Le taux

Plus en détail

Financial Services. Quelles opportunités en matière d offres d assurance et d assistance

Financial Services. Quelles opportunités en matière d offres d assurance et d assistance Financial Services Quelles opportunités en matière d offres d assurance et d assistance Conférence Argus de l Assurance Assurance Affinitaires 2 octobre 2013 Jean-Baptiste COSTER Agenda 1. 2. 3. Les Assurances

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

RECRUTER en alternance

RECRUTER en alternance RECRUTER ET FORMER A u tomobile Vé h icu le indust riel Mot ocycle Cycle RECRUTER en alternance Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées Recruter en alternance : c est former vos collaborateurs de demain Vous

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

RECRUTER en alternance

RECRUTER en alternance RECRUTER ET FORMER A u tomobile Vé h icu le indust riel Mot ocycle Cycle RECRUTER en alternance Auvergne, Limousin Recruter en alternance : c est former vos collaborateurs de demain Vous souhaitez Recruter

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Licence professionnelle Métiers de gestion et d administration dans l immobilier

Licence professionnelle Métiers de gestion et d administration dans l immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Métiers de gestion et d administration dans l immobilier Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8

Sommaire 2. Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition... 6. 2. Accès à la profession... 6. Analyse économique 8 Coiffure 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 5

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2015

ACCORD DU 7 JUILLET 2015 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Procédure de gestion du parc automobile

Procédure de gestion du parc automobile Service AEMO PARC AUTOMOBILE Procédure de gestion du parc automobile 1. Choix du garagiste 2. Organisation des révisions routinières 3. Remplacement lié à l usure des pièces moteur 4. Gestion des pannes

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMOBILIER

DIAGNOSTIC IMMOBILIER DIAGNOSTIC IMMOBILIER SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 4 L'ACTIVITÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER...

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009 Année de référence 2009 L Observatoire L Observatoire est un outil de la CNET qui permet aux chefs d entreprise de : Avoir une vision claire et précise du marché; Comparer quelques éléments clé de leur

Plus en détail

Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur

Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Pilote de processus de fabrication assistée par ordinateur Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 novembre 2009 Objectif : connaître les déplacements en 2008 Les objectifs du Plan de Déplacements

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Travaux de remise en état des véhicules accidentés du réseau des Transports Urbains Briochins

Travaux de remise en état des véhicules accidentés du réseau des Transports Urbains Briochins MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES Procédure adaptée passée en application du règlement intérieur des achats de la Société Publique Locale Baie d Armor Transports, selon le décret n 2005-1308 du 20 octobre

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE LE PORTAGE SALARIAL...3 Rappel des principes du portage...3 Une reconnaissance dans le droit du travail français....4 Historique, un secteur jeune qui se structure....4

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Licence professionnelle Organisation et management des services de l automobile

Licence professionnelle Organisation et management des services de l automobile Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Organisation et management des services de l automobile Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

BRANCHE. Loueurs Courte Durée. La voiture AUTREMENT. DOSSIER de PRESSE 2014. Avril 2014 1

BRANCHE. Loueurs Courte Durée. La voiture AUTREMENT. DOSSIER de PRESSE 2014. Avril 2014 1 BRANCHE Loueurs Courte Durée La voiture AUTREMENT DOSSIER de PRESSE 2014 Avril 2014 1 Dossier de presse Branche Loueurs 2014 Sommaire : 1. L Evolution de la location de courte durée De la location «traditionnelle»

Plus en détail

RECRUTER en alternance

RECRUTER en alternance RECRUTER ET FORMER A u tomobile Vé h icu le indust riel Mot ocycle Cycle RECRUTER en alternance Aquitaine, Poitou-Charentes Recruter en alternance : c est former vos collaborateurs de demain Vous souhaitez

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail