Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne"

Transcription

1 1

2 2 Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne

3 EDITO Porte d entrée sud de l Île-de-France, l Essonne s impose comme un territoire majeur d échanges et d interconnexions à l échelle nationale et internationale. Par ciel, terre (rails et routes), fleuve, tous les chemins mènent à l Essonne. Le département dispose en effet d infrastructures routières, aériennes, fluviales et ferroviaires denses. Il bénéficie notamment de la présence du 2e aéroport national, Orly, et du plus important fleuve navigable de France, la Seine. Il est donc nécessaire de veiller à la cohérence globale des différentes politiques impactant les flux de marchandises pour favoriser le dynamisme économique local tout en préservant la qualité de vie des Essonniens. En effet, si l attractivité du territoire est fondamentale, celle-ci doit être respectueuse des équilibres territoriaux et des populations par une prise en compte de l accessibilité à l emploi, tout en limitant les nuisances sonores, visuelles, et la pollution. C est pourquoi le Conseil général souhaite favoriser le potentiel du département pour développer les modes alternatifs à la route, qui à elle seule assure aujourd hui 92% des échanges et transport de marchandises. Le rôle du Département, à travers sa politique budgétaire d investissement, est aujourd hui d accompagner cette mutation, ce changement nécessaire vers une mobilité plus diverse et offrant une alternative au "tout routier". Dans un domaine où les compétences sont partagées entre de nombreux acteurs publics et privés, renforcer les partenariats est une nécessité. En dépit d un contexte financier contraint, le Conseil général entend pleinement jouer son rôle de facilitateur, de mobilisateur d énergies, et d interface entre l action régionale et les projets locaux. Le Plan d actions pour un transport durable des marchandises est l expression de cette vision volontaire et respectueuse de l environnement. Il s inscrit dans les orientations affichées dans l Agenda 21 départemental, le Plan Climat Énergie territorial et le Schéma départemental des déplacements. Il participe à l aménagement de notre territoire. Il constitue, par ailleurs, une contribution à la révision en cours du Plan de déplacements urbains (PDU) de la région Île-de-France, renforçant ainsi le positionnement métropolitain de l Essonne. Jérôme Guedj Président du Conseil général de l Essonne Pascal Fournier Vice-président chargé des équipements publics et des infrastructures routières 3

4 4 Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne

5 SOMMAIRE 1. Contexte de l élaboration du Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne POURQUOI AGIR SUR LE TRANSPORT DE MARCHANDISES? Un document de référence pour un transport durable des marchandises en Essonne Un outil de transversalité et de positionnement du Département Une démarche construite en concertation avec la diversité des acteurs concernés Qu est-ce que la logistique et le transport de marchandises? Des comportements qui influencent l organisation logistique Deux enjeux qui incitent à la réduction des stocks La disponibilité au cœur des enjeux de service La volonté de réduire les coûts : un enjeu économique et financier considérable Des enjeux accentués par le phénomène de mondialisation L externalisation : une tendance forte dans un univers dominé par des logistiques internalisées Une externalisation accrue Du transport aux opérations à forte valeur ajoutée La logistique fonction pourtant majoritairement internalisée Logistique et territoires Les nœuds logistiques : clarification des termes Les sites logistiques Les zones logistiques Les pôles logistiques Les espaces logistiques La desserte des sites logistiques Les acteurs de l immobilier logistique Les grandes tendances : plateformisation, qualité environnementale et insertion urbaine L attractivité des territoires Les grands corridors logistiques L emploi au cœur des enjeux logistiques et de localisation Une prédominance des effectifs ouvriers Les ratios d emplois à l hectare Des phénomènes de pénurie quantitative et qualitative Un dispositif de formation de plus en plus complet

6 2.5. Les sites générateurs de flux Le transport, support d échanges entre des sites aux vocations diversifiées Les déterminants des flux de transport sur un territoire Le transport : des produits adaptés à des envois de diverses natures Le chargeur au sein des chaînes logistiques Diagnostic : le transport de marchandises en Essonne Un contexte régional déterminant La plateformisation de la logistique, un enjeu majeur d aménagement L importance des trafics de desserte Une concentration des trafics sur les axes structurants Les pôles générateurs de trafic en Essonne Un monopole routier du transport de marchandises Une offre multimodale essonnienne encore restreinte, un manque d interfaces Le fret ferroviaire La voie d eau Le fret aérien Des perspectives contrastées d évolution des modes alternatifs Une stratégie partagée pour une mobilité durable des marchandises en Essonne Rationaliser la desserte routière du territoire essonnien Garantir un cadre de vie durable pour les Essonniens en incitant au report modal Sensibiliser et capitaliser de l information pour promouvoir une logistique partagée Les fiches actions

7 1 1. Contexte de l élaboration du Plan d actions pour CONTEXTE un transport DE L ELABORATION durable des marchandises DU PLAN en Essonne D ACTIONS POUR UN TRANSPORT DURABLE DES MARCHANDISES EN ESSONNE 7

8 1.1. POURQUOI AGIR SUR LE TRANSPORT DE MARCHANDISES? Le transport de marchandises intervient dans tous les aspects de la vie en société : déplacements, activités et entreprises, conditions de concurrence internationale, organisation de la ville et de l espace public, aménagement du territoire, santé publique ou encore comportements des consommateurs. Il participe directement au développement économique et à la cohésion des territoires. Toutefois, il doit faire face à une contradiction permanente entre une société de consommation exigeante mais également soucieuse des nuisances générées et du respect de l environnement. Pris en charge, en France, à près de 90 % par le mode routier, les échanges de marchandises engendrent en effet l engorgement de certains axes routiers, de l insécurité ainsi que des pollutions. Selon le bilan carbone réalisé en 2006 par le Département, les émissions qu ils génèrent sont évaluées à teq 1 CO 2, soit 31 % des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) du poste transports et 14 % des émissions de GES globales du territoire essonnien. Face à ces enjeux d importance, la France s est engagée, dans le cadre du Grenelle de l environnement, à réduire massivement la part du transport de marchandises dans les émissions de CO 2, notamment en développant des alternatives performantes et sobres en carbone au transport routier : les lois Grenelle déterminent ainsi un objectif d augmentation de la part modale des modes alternatifs à la route pour atteindre 25 % à l horizon 2030, afin de réduire la pollution atmosphérique mais également les nuisances induites par les poids lourds. Le Plan climat énergie départemental adopté par l Assemblée départementale le 21 juin 2010 s inscrit dans cet engagement et traduit l objectif européen d une réduction des émissions de GES de 20% d ici Le décret n du 24 octobre 2011 relatif à l information sur la quantité de dioxyde de carbone émise à l occasion d une prestation de transport obligera en 2013 à estimer le poids carbone de leurs prestations. Cet enjeu d étiquetage carbone rejoint la préoccupation des collectivités de réductions des émissions GES dans leur fonctionnement et sur leur territoire. Aujourd hui, le transport de marchandises prend donc de plus en plus de poids dans les politiques publiques, relevant des prérogatives de divers acteurs (Etat, Région, communes et intercommunalités). Le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France comme le Plan de Déplacements Urbains d Ile-de-France intègrent cette problématique et lui donnent un cadre réglementaire à l échelle de la métropole. Parallèlement, la Région Ile-de-France et l Etat se sont saisis de cette thématique afin de définir un cadre francilien et mettre en place une instance de concertation en matière de transport de marchandises. Mais en dépit de ces évolutions, on constate une absence de planification ou d orientation comme cela peut se faire pour le transport de voyageurs. Cette absence est accentuée par une difficulté supplémentaire : la question des marchandises interroge les logiques du secteur privé, parfois mal connues de la sphère publique. 1 La TEQ CO2 (tonne équivalent CO 2 ) est une équivalence en CO2 de tous les gaz à effet de serre 8

9 Le Département de l Essonne, avec un positionnement logistique attractif au Sud de l Ile-de-France, souhaite ainsi se saisir pleinement de cette problématique pour laquelle il identifie les enjeux suivants : Remédier au caractère fragmentaire de la connaissance du transport de marchandises en Essonne, tant sur le plan qualitatif que quantitatif ; Conforter la compétitivité des activités locales ; Assurer la desserte du territoire essonnien en conciliant les intérêts des entreprises (performances logistiques) et ceux de la collectivité (respect du cadre de vie) ; Organiser et hiérarchiser les trafics routiers ; 9

10 1.2. UN DOCUMENT DE REFERENCE POUR UN TRANSPORT DURABLE DES MARCHANDISES EN ESSONNE Le transport de marchandises fait intervenir des acteurs multiples et divers aussi bien du secteur public que du secteur privé. Le Conseil général de l Essonne a un rôle à jouer non négligeable dans l organisation des déplacements. En matière de transport de marchandises, il détient néanmoins des compétences limitées. Mais, il est gestionnaire de la voirie départementale. Plus globalement, l ensemble du réseau routier de l Essonne est le support privilégié de la croissance économique du département et la répartition modale des trafics de marchandises contribue à l amélioration de la sécurité routière, à la réduction de la congestion des routes mais également à la limitation des nuisances. Le Conseil général, qui souhaite aujourd hui vivement maîtriser et organiser les flux de poids lourds circulant sur le réseau départemental pour en limiter les nuisances, est confronté à une triple complexité : l Essonne produit des biens (marchandises), elle en consomme et elle est également un territoire de transit. Dans un contexte de libre échange et de dynamisme local, il devient nécessaire de veiller à la cohérence, entre elles des différentes politiques entraînant un impact sur les flux de transport de marchandises. Le Conseil général souhaite donc contribuer à la mise en œuvre d une organisation des transports de marchandises plus respectueuse des populations et en adéquation avec les orientations affichées dans son Agenda 21, son plan Climat énergie territorial et son Schéma Départemental des Déplacements (SDD). 10

11 Ce souhait passe par la mise en œuvre du présent Plan d Actions pour un Transport Durable des Marchandises en Essonne (PATDME) répondant à quatre objectifs majeurs : Pallier un manque de données et d analyse à l échelle départementale ; Mieux comprendre le fonctionnement du territoire en matière de transport de marchandises, d usages d infrastructures, de pratiques privées et de politiques publiques ; Construire un outil de référence pour une politique globale afin d apporter un positionnement clairement identifié du Département sur la problématique du transport de marchandises vis-à-vis des autres acteurs concernés (Etat, Région, Départements limitrophes, collectivités essonniennes, VNF, RFF, Ports de Paris, SNCF, AEE, CCI, etc.) ; Mettre en place une visée opérationnelle avec des actions cohérentes et nécessaires pour un développement solidaire, partagé et durable du territoire. 11

12 1.3. UN OUTIL DE TRANSVERSALITE ET DE POSITIONNEMENT DU DEPARTEMENT Le transport de marchandises fait intervenir des acteurs multiples et divers aussi bien du secteur public que du secteur privé. Le Département ne détenant pas l ensemble de la compétence, son intervention peut prendre des formes différentes et doit s inscrire en cohérence avec les actions de ses partenaires. Aussi, pour chaque action définit dans le PATDME le Département se positionne en qualité de pilote, intercesseur et/ou incitateur, confortant un rôle d ensemblier et de fédérateur d acteurs et de territoires. Par ailleurs, si le Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne s inscrit dans le cadre des politiques départementales, il a également son rôle à jouer dans les politiques nationales, régionales et locales. Cette démarche participe, tout d abord, aux objectifs de l Agenda 21 et du plan climat énergie territorial en proposant des orientations plus durables pour le transport de marchandises en Essonne (favoriser le report modal pour un transport durable des biens, rationaliser la desserte routière, etc.). Elle constitue également la contribution «transport de marchandises» à la réalisation du projet départemental Essonne 2020 qui représente le cadre stratégique des politiques départementales en matière d aménagement du territoire. Par ailleurs, le Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne constitue l une des actions phares du Schéma Départemental des Déplacements (SDD), document dressant les contours de l action du Conseil général dans le domaine des déplacements tous modes confondus. Enfin, il s articule avec les schémas sectoriels suivants : la révision du Schéma Directeur de la Voirie Départementale (SDVD), document définissant les enjeux sur le réseau routier départemental et l élaboration du Schéma Directeur de Signalisation Directionnelle et Touristique (SDSDT), qui définit les objectifs en matière de signalisation routière. A l échelle régionale, le Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne s inscrit dans une logique de prise en compte de la problématique du transport de marchandises dans le cadre du projet de SDRIF 2008, de la révision du PDUIF et de l élaboration de documents stratégiques par les services de l Etat (Document d Orientations Stratégiques) et de la Région Ile-de-France (Assises régionales du fret et de la logistique, grand moment d échanges sur les enjeux du fret et de la logistique avec les professionnels et les décideurs). Les réflexions liées à l élaboration du PATDME ont constituées un référentiel pour alimenter toutes ces démarches. Enfin, ce document constitue un outil de référence pour les collectivités essonniennes qui ont le pouvoir d agir sur l organisation du transport de marchandises et de la logistique à travers des documents d urbanisme (SCOT, PLU, etc.) et des Plans Locaux de Déplacements (PLD). 12

13 13

14 1.4. UNE DEMARCHE CONSTRUITE EN CONCERTATION AVEC LA DIVERSITE DES ACTEURS CONCERNES L élaboration du Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne s est déroulée en trois phases : L étude d un diagnostic dynamique apportant entre autres des éléments objectifs quantifiés pour mieux appréhender les flux de marchandises, les enjeux, les itinéraires des poids lourds, les pôles générateurs de trafic de marchandises, etc. La définition d une stratégie partagée en matière de transport de marchandises à l horizon 2020, dans le respect des principes de développement durable, autour de quatre axes stratégiques et de fiches actions; La formalisation d un document cadre pour une politique départementale des marchandises tous modes confondus (route, voie d eau, voie ferrée, aérien) définissant, à long terme, la politique à mener par le Conseil général en matière de transport de marchandises. En outre, il propose des objectifs d amélioration de la desserte pour favoriser un transport durable des marchandises. 14

15 1 ère phase : Élaboration d un diagnostic dynamique Positionnement logistique : l Essonne porte d entrée Sud de l Îlede-France Un contexte national et européen favorable aux modes alternatifs, mais des parts de marché encore faibles Les trafics essonniens : des flux de desserte et des flux de transit 2 ème phase : Définition d une stratégie partagée Plan d actions défini autour d une ambition stratégique Caractérisation des actions opérationnelles découlant de 3 axes de travail opérationnels en fonction du positionnement du Département (pilote, intercesseur, incitateur) 3 ème phase : Formalisation d un document cadre Le Département ne détenant pas toutes les compétences en matière de transports de marchandises, l élaboration de ce plan d actions n a pu être mise en œuvre sans une phase de concertation et une 15

16

17 2 2. u est-ce que la logistique et le transport de marchandises? QU EST-CE QUE LA LOGISTIQUE ET LE TRANSPORT DE MARCHANDISES? 17

18 L élaboration d un Plan d actions pour un transport durable des marchandises en Essonne conduit à s interroger sur un ensemble de flux générés par les activités économiques. Ces flux sont diversifiés. Ils peuvent concerner des produits, des conditionnements, des origines/destinations différents. Ils peuvent emprunter différents modes de transport. Enfin, ils peuvent relever d échanges interindustriels, d échanges industrie commerce ou encore d échanges BtoC 2. Les sites générateurs de fret sont également très divers et peuvent prendre la forme : de sites industriels, de sites commerciaux, de sites artisanaux, d administrations, de sites du secteur tertiaire ou encore de particuliers. La logistique, présente dans toutes les activités génératrices de flux Usines, entrepôts, points de vente, sont des sites générateurs de flux et de besoins de transport. Ils sont chacun une composante de systèmes logistiques plus larges impliquant également leurs fournisseurs, leurs clients, d autres sites industriels ou commerciaux, ou d autres entrepôts. Au sein d un territoire donné, ces flux se traduisent par des trafics internes (flèches bleues), des trafics d échanges de/vers d autres territoires (flèches vertes) et enfin des trafics de transit reliant des acteurs économiques localisés en dehors du territoire mais qui empruntent ses infrastructures. Les infrastructures magistrales (autoroutes et nationales) ont pour objet précisément de capter ces flux de transit. Cette diversité et cette complexité du transport de marchandises nous amène à devoir expliquer les pratiques des entreprises en matière de transport et à en comprendre le fonctionnement. 2 Business to Consumer : échanges entre le commerce ou l industrie et des particuliers 18

19 2.1. DES COMPORTEMENTS QUI INFLUENCENT L ORGANISATION LOGISTIQUE L évolution des goûts des consommateurs, la volatilité croissante de la demande et la difficulté à la prévoir, le renchérissement des coûts (de l énergie, du foncier, du travail), la réduction des cycles de vie commerciale des produits, sont autant d éléments qui ont fondé l émergence de la logistique «moderne» et qui en ont fait une composante essentielle de la stratégie des firmes. Produire sans stocks pour réduire les coûts et s adapter à des marchés fluctuants est complexe. La rupture (risque majeur des politiques de flux tendus) coûte cher tant en termes d image qu en matière de chiffre d affaires non réalisé. Alors que les systèmes fordiens étaient ceux de la gestion des sécurités (les stocks), les systèmes logistiques actuels reposent sur la coordination des flux au sein des entreprises et entre entreprises (ce qui a donné naissance au concept de Supply Chain). Les conséquences sont multiples mais le fractionnement des flux et l accélération des fréquences d approvisionnement livraison est une des conséquences la plus visible. Elle conduit en effet à solliciter fortement le système de transport et les infrastructures qui en sont le support. Elle explique la domination de la route qui s est érigée comme la référence en raison de sa souplesse, de sa capacité à aller partout pour tout type de chargement. «La logistique est l ensemble des activités ayant pour but la mise en place, au moindre coût, d une quantité de produit à l endroit et au moment où la demande existe. Elle concerne [ ] la localisation des usines et des entrepôts, l approvisionnement, la gestion [ ] des en-cours, [ ] le stockage, la gestion des stocks, la manutention et la préparation des commandes, le transport et les tournées de livraison.» (Source ASLOG 3 ). Elle est à la fois conceptuelle, technique et transversale. Sa définition a évolué au cours du temps pour passer de l achat de prestations de transport à l organisation complexe des flux physiques et d informations le long d une chaîne allant du fournisseur de matière première au client final (Supply Chain). Supply Chain globale d une entreprise (Council of Logistics Management) La Supply Chain est une vision plus globale de la logistique et des interactions entre entreprises. Elle fonde la performance sur la coordination entre les acteurs de la chaîne (coordination de leur flux physiques mais également de leur flux d informations). 3 Association des Logisticiens de France. 19

20 La logistique est désormais considérée comme une fonction stratégique et sa place dans les organigrammes en atteste. Elle s impose progressivement comme un élément d intégration d entreprises et d échanges globalisés Deux enjeux qui incitent à la réduction des stocks Si l enjeu de la logistique pour les entreprises devait être résumé en quelques mots, il conviendrait de retenir : - la maîtrise du coût, - l obtention d un haut niveau de service. Ces contraintes sont un impact sur les processus de mise en place de logistique. En l absence de stocks donc de sécurités, l obtention d un haut niveau de service résulte d une bonne gestion des flux et d un enchaînement optimal des opérations d approvisionnement production - distribution. Devenue stratégique avec l essoufflement du modèle fordien (qui reposait sur les économies d échelle donc sur la présence de stocks), la logistique a donné lieu : - à des politiques de réduction des stocks qui sont devenus, sur des marchés plus volatils, gages d inadaptation au marché et de coûts d obsolescence, - au développement de systèmes de production plus flexibles permettant de répercuter rapidement l évolution du marché, - au développement de systèmes de remontée d informations. Les enjeux et pratiques se sont cristallisés dans le concept du «Juste à Temps» pour éviter les stocks et les ruptures de marchandises. La coordination se traduit par le fractionnement des approvisionnements par des flux à l intérieur du système de production et par des flux aval vers le client, là où la massification conduisait à des stocks (cf. schéma ci-dessous). Elle s inscrit dans une production dont les méthodes et les outils permettent de produire efficacement des petites séries de produits diversifiés plus vite absorbés par le marché, là où le système Ford produisait des biens standardisés. Système de type Ford piloté par l amont Fournisseur Massification Standardisation des produits et séries longues Juste à Temps Fournisseur Fractionnement Diversification des gammes et références et séries courtes Réalisation : Samarcande 20

21 La disponibilité au cœur des enjeux de service Disponibilité, délai de mise à disposition, réactivité à la commande ou capacité à fractionner constituent les principales exigences des clients (industriels ou commerciaux, sociétés ou particuliers). Des progrès considérables ont d ores et déjà été obtenus sur les délais et la réactivité. L enjeu actuel réside dans la disponibilité, qui forme un vecteur important du positionnement concurrentiel dans un contexte marqué par une concurrence âpre et mondialisée, une versatilité des clients, une montée des exigences relatives au service (les produits devenant de moins en moins distinguables par leurs caractéristiques techniques). L objectif est de réduire les ruptures et les causes de leur apparition. Cela implique des réflexions partenariales entre acteurs des chaînes La volonté de réduire les coûts : un enjeu économique et financier considérable Les enjeux économiques et financiers de la logistique sont considérables. Les coûts logistiques représenteraient en moyenne 10 % du chiffre d affaires des entreprises avec des disparités selon les firmes et les secteurs. Les gains peuvent donc être importants et la logistique est, en ce sens, un gisement de productivité majeur. Répartition moyenne du coût logistique global Transport distribution 25% Traitement administratif 6% Frais financiers stocks 8% Entreposage produits finis 9% Logistique interne aval 10% Transport d'approvisionnement 25% Entreposage matières premières 5% Logistique interne amont 7% Entreposage en cours de production 5% (Le coût logistique moyen est estimé à 10% du chiffres d'affaires) Source : ASLOG 21

22 Des enjeux accentués par le phénomène de mondialisation La mondialisation et la globalisation des marchés accroissent l importance de la logistique et de son caractère stratégique : - d une part, en appliquant à un champ territorial élargi les principes de concurrence, de cycle de vie des produits, etc, - d autre part, en modifiant l organisation des firmes, en accroissant, de manière corollaire, les aires de marché et en complexifiant les flux. Dans ce contexte, les entreprises ne peuvent être considérées isolément les unes des autres. La logistique induit donc une vision plus systémique. C est cette logique d interdépendance des entreprises au sein de cette chaîne que traduit le vocable de «Supply Chain». Les logistiques collaboratives s accompagnent d un développement des systèmes d informations permettant des échanges rapides et fiables entre les différents acteurs de la chaîne. Flux d informations et de matières sont les vecteurs d une intégration de sous-systèmes interdépendants. La traduction de cette logistique collaborative dans la grande distribution est l ECR (Efficient Consumer Response ou Réponse Efficace au Consommateur) 4. CE QU IL FAUT RETENIR La logistique est présente dans toutes les activités qui génèrent des flux. Le développement des marchés, conjugué aux pratiques logistiques actuelles engendrent un fort fractionnement des flux et un accroissement de la diffusion géographique et temporelle des envois. Une des conséquences majeures de cette évolution réside dans la forte sollicitation du système de transport et de ses infrastructures. S agissant d infrastructures partagées, les contraintes s accroissent pour l ensemble des acteurs (opérateurs, gestionnaires, acteurs du territoire, etc). 4 ECR, Efficient Consumer Response, désigne l'initiative conjointe industrie-commerce destinée à apporter une réponse optimale au consommateur (Source ECR France) 22

23 2.2. L EXTERNALISATION : UNE TENDANCE FORTE DANS UN UNIVERS DOMINE PAR DES LOGISTIQUES INTERNALISEES Une externalisation accrue Jusqu aux années 80, les entreprises externalisaient essentiellement la prestation «transport». Leurs partenaires avaient une intervention limitée dans la chaîne logistique (opérations d acheminement essentiellement). Depuis, les entreprises industrielles et commerciales se sont engagées dans une démarche d externalisation d autres fonctions logistiques et ont fait appel à des entreprises tiers pour prendre en charge des tâches auparavant réalisées en propre. Cette tendance a suivi la complexification des tâches logistiques. Elle permet aux entreprises industrielles et commerciales : - de se recentrer sur ce qu elles considèrent comme leur «cœur de métier» alors que parallèlement la logistique fait appel à des qualifications et des outils de plus en plus complexes et, en conséquence, à des investissements de plus en plus lourds, - de réaliser des économies de compétences et d investissements, - de rationaliser leur logistique et d en réduire le coût par le recours à un professionnel soumis à un objectif de résultat, - de bénéficier des économies d échelle réalisées par les prestataires, - de substituer des coûts variables aux coûts fixes inhérents à la possession ou à la location d un entrepôt en propre, - de s émanciper de la gestion du personnel logistique, - d obtenir une souplesse dans leurs implantations, non contraintes par des investissements antérieurs Du transport aux opérations à forte valeur ajoutée D abord appliquée à des tâches logistiques banalisées (transport - entreposage), l externalisation a gagné le champ de prestations à plus forte valeur ajoutée faisant appel à des compétences : - strictement logistiques : gestion des stocks, préparation de commandes, - plus «industrielles» : opérations de fin de production, petits montages, emballage promotionnel - copacking, emballage primaire. Aux opérations s appliquant directement à la marchandise et aux flux de matière se sont, en outre, ajoutés le pilotage des informations et des prestations «administratives» (facturation pour le compte du client voire passation de commandes pour le compte du client). On observe donc un double mouvement : - d externalisation, - d implication forte du prestataire dans la logistique de son client. 23

24 La logistique fonction pourtant majoritairement internalisée Si l externalisation est une tendance lourde, une part encore majoritaire des fonctions logistiques demeure internalisée. Il en est ainsi : - en premier lieu, de l ensemble des fonctions consistant à élaborer la stratégie logistique, - mais également de la majorité des opérations s inscrivant dans la logistique de production, - enfin nombre d entreprises commerciales n ont pas externalisé leur distribution et leur approvisionnement et détiennent des plates-formes en propre. Les entreprises industrielles et commerciales (grands distributeurs et grossistes) sont donc les premiers acteurs de la logistique. Mesuré dans le cadre de l enquête Aslog 2009, le taux d externalisation des prestations en entrepôt, variable selon les filières, est estimé à 40 % en moyenne. Le transport, première opération confiée à des tiers, est, en revanche, externalisé à hauteur de 84 %. Evolution de la sous-traitance (source : enquête Aslog) Part des coûts externalisés en % 24

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs Synthèse avril 2004 Source : Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole - 2004 2 L Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Décembre 2014 Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Résultat du vote : UNANIMITÉ Rapporteur : M Antoine LAFARGE Initié en 2009 sous sa forme

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Logistique urbaine : Sogaris imagine des solutions adaptées à la ville de demain Le 16 avril 2014 Contacts

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Le marché français des entrepôts logistiques

Le marché français des entrepôts logistiques LES FOCUS DE DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION Le marché français des entrepôts logistiques Espace Gallieni - 150 rue Gallieni - 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT - France Tél : 33 01 46 03 59 59 - Fax : 33 01 46 03

Plus en détail

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com *Chaîne logistique AMÉRIQUES 45 agences 8 pays 950 collaborateurs Europe 157 agences 22 pays 5 710 collaborateurs ASIE-PACIFIQUE 136 agences 24 pays 3 950

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Christophe RIPERT, Directeur immobilier, SOGARIS Cette présentation porte sur des exemples concrets d

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ 1 OBJET DU SCHÉMA DIRECTEUR Une démarche partenariale du Département de la Seine-Saint-Denis, avec les collectivités

Plus en détail

Version définitive approuvée après enquête publique

Version définitive approuvée après enquête publique Secteurs 3 et 4 de Marne-la-Vallée et communes environnantes Phase 3 Version définitive approuvée après enquête publique ROLAND RIBI & ASSOCIES Ingénieurs-conseils et urbanistes s.à.r.l. 15, avenue de

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Port de Limay-Porcheville. Infrastructures, Services, Multimodalité

Port de Limay-Porcheville. Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Limay-Porcheville Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Limay-Porcheville, plate-forme incontournable de l Ouest parisien Situé à l Ouest de Paris sur l axe Paris-Rouen-Le Havre, le

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

Port de Bonneuil-sur-Marne. Infrastructures, Services, Multimodalité

Port de Bonneuil-sur-Marne. Infrastructures, Services, Multimodalité Port de Bonneuil-sur-Marne Infrastructures, Services, Multimodalité Le port de Bonneuil-sur-Marne, plate-forme stratégique de l Est parisien Situé au cœur d une zone en pleine expansion (l Est de l Ile-de-France)

Plus en détail

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif La qualité des Parcs d activités ème du 21 siècle Contribution du Conseil de développement de Lille métropole Contribution adoptée en séance plénière le 14 décembre 2011 1 Lille Métropole élabore une Charte

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT

Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Logistique et transport de marchandises au Maroc : État des lieux et enjeux. Professeur Mustapha EL KHAYAT Président de l Association Marocaine pour la logistique ( AMLOG) I- Le coût de la logistique au

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

Transport et Logistique face à la mondialisation

Transport et Logistique face à la mondialisation Commission Mobilité et Transport Transport et Logistique face à la mondialisation Cas des Produits Industrialisés CNISF le 13 janvier 2010 JC Raoul 1 Pourquoi les produits industrialisés? Une croissance

Plus en détail

La logistique urbaine

La logistique urbaine Direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer La logistique urbaine Mars 2010 Définition La logistique urbaine est la façon d acheminer dans les meilleures conditions les flux de

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

Supply Chain agroalimentaire mondiale

Supply Chain agroalimentaire mondiale Supply Chain agroalimentaire mondiale Pilotage d une Supply Chain agroalimentaire mondiale Hervé Ledru Directeur Supply Chain International 06 84 48 59 32 - ledru.herve@free.fr Agenda 1. Contexte et défis

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

L importance des ports dans le transport durable et la supply-chain. Philippe DEYSINE / Jean-Pierre GRASSIEN

L importance des ports dans le transport durable et la supply-chain. Philippe DEYSINE / Jean-Pierre GRASSIEN L importance des ports dans le transport durable et la supply-chain Philippe DEYSINE / Jean-Pierre GRASSIEN Les ports et les pôles de compétitivité Mission des pôles de compétitivité Faire émerger des

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

La logistique en France Rapport Savy

La logistique en France Rapport Savy La logistique en France Rapport Savy Préface Le mot logistique revêt, selon le contexte, des sens différents. La logistique désigne une série d opérations physiques portant sur des produits agricoles ou

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7 E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE MERCREDI 10 OCTOBRE 2007, A 11H00 SALLE LUMIERE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LYON CONTACTS PRESSE : Association

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013

Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013 Un TGV pour Beauvais Association Paris-Londres-Beauvais-Picardie Février 2013 SOMMAIRE : I Un positionnement géographique qui place le territoire au carrefour de l Europe du Nord. II Nouvelle piste de

Plus en détail

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Frédéric Léonhardt Les travaux du Grand Paris Express s annoncent coûteux et décalés par rapport aux problèmes réels. Pour Frédéric Léonhardt,

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé Healthcare * sdv.com Logistique. Imagination. *Santé SDV, un service de proximité et une performance assurée La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité

Plus en détail

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Jean-Charles DECONNINCK Président de Generix Group 19 Septembre 2014 Generix Group Qui Éditeur de solutions applicatives

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Manifestation sur les innovations de la supply chain

Manifestation sur les innovations de la supply chain Manifestation sur les innovations de la supply chain INITIATIVES DE MUTUALISATION ET MULTI-MODALITE E.COMMERCE ET LOGISTIQUE TRACABILITE ET PACKAGING Avec la participation de TRANSLOG OUVERTURE PAR MME

Plus en détail

Plan Climat Énergie Territorial

Plan Climat Énergie Territorial Plan Climat Énergie Territorial Présentation des actions 2012-2020 2 avril 2012 1 1 de 2011 à 2020, poursuivre la dynamique de co-construction Nov.2010-Mai 2011 Diagnostics Février-Mai 2011; publication

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier de presse. Agences de développement économique : état des lieux et perspectives

Dossier de presse. Agences de développement économique : état des lieux et perspectives Dossier de presse Agences de développement économique : état des lieux et perspectives Une étude réalisée par le CNER, Katalyse et SNCF Développement Une période d incertitudes Les agences de développement

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Projet COMELEC. Implantation d une représentation France et d une unité d assemblage de véhicules électriques. - PROPOSITIONS DE SITES

Projet COMELEC. Implantation d une représentation France et d une unité d assemblage de véhicules électriques. - PROPOSITIONS DE SITES Projet COMELEC Implantation d une représentation France et d une unité d assemblage de véhicules électriques. - PROPOSITIONS DE SITES VOTRE PROJET Créée en 1999, votre entreprise conçoit et assemble des

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Dossier de presse. Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Avril 2007 SOMMAIRE I. La problématique du Transport de Marchandises en Ville (TMV) II. Une démarche pionnière dès 1999 avec

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises Les plates-formes aéroportuaires fournissent l exemple de réseaux d entreprises concentrées sur un site avec

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Novembre 2006 Pour toute information complémentaire, veuillez contacter : Marion Cocherel (marion.cocherel@porternovelli.fr)

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

Contrat de développement territorial Coeur économique roissy terres de france etudes logements annexes. Pré diagnostic habitat.

Contrat de développement territorial Coeur économique roissy terres de france etudes logements annexes. Pré diagnostic habitat. Contrat de développement territorial Coeur économique roissy terres de france etudes logements annexes Pré diagnostic habitat Avril 2013 2 3 Sommaire Préambule pré Diagnostic référentiel foncier Villepinte

Plus en détail

Les services d efficacité énergétique et environnementale

Les services d efficacité énergétique et environnementale Les services d efficacité énergétique et environnementale Sommaire Notre organisation Page 4 Notre offre Page 6 Nos métiers Améliorer la performance énergétique et environnementale des bâtiments Page 8

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). 2014-25 Séance du 17 septembre 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires

À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires ME MEN TO À destination des acteurs & des professionnels du Tourisme d Affaires ÉDITO Luc Doublet, Président Christine Batteux, Vice-Présidente du Conseil Régional, Chargée du Tourisme Avec 5,8 milliards

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution 20% d économie sur les coûts logistiques et 25% de réduction des émissions de CO 2, voilà ce que promet

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer

UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE. Continuer UNE LOGISTIQUE FIABLE POUR LE SECTEUR DE L ENERGIE ÉOLIENNE Continuer Contents Sommaire Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Après avoir progressé en moyenne de 25% par an au cours de la dernière

Plus en détail

www.hubstart-paris.com

www.hubstart-paris.com www.hubstart-paris.com HUBSTART PARIS ACCÉLÉRATEUR DE RÉUSSITE Avec la démarche collective de promotion internationale sous la marque Hubstart Paris, le territoire du Grand Roissy renforce son ouverture

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Newsletter. Éditorial. Janvier - février 2012 SOMMAIRE

Newsletter. Éditorial. Janvier - février 2012 SOMMAIRE Newsletter Janvier - février 2012 Éditorial Philippe-Pierre Dornier Président directeur général Alexandre de la Nézière Directeur général Yann Jaouën Manager L année 2012 a débuté pour chacun d entre vous

Plus en détail