DIPLOME D'ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. Session 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIPLOME D'ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. Session 2013"

Transcription

1 Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale d'ile De France DIPLOME D'ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE Session 2013 Etude comparant l évolution d une ecchymose suite à la pose d une bande Kinesio Taping avec et sans méthode spécifique. Stage réalisé du 02 Juillet au 03 Août 2012 BASPEYRE Jean

2

3 Remerciements A M JL Fossier, cadre kinésithérapeute à la clinique privée du Pré Saint Gervais (93), pour son investissement dans mon étude et pour avoir supporté mes innombrables allées et venues au sein de la clinique ; A l équipe de masseurs kinésithérapeutes de cette même clinique pour leur implication dans mon étude ; A la société KTAI et plus spécifiquement à Mme D Cole qui m a donné les moyens matériels de réaliser cette étude tout en me permettant de conserver mon intégrité scientifique ; De manière indirecte à M LR Salmi, pour son ouvrage «Lecture critique et communication médicale scientifique» qui m a servi de canne anglaise pour la rédaction de ce mémoire ; Aux différentes personnes sollicitées qui ont eu l amabilité de me répondre même si ce fut souvent par la négative ; A tous ceux qui me sont chers.

4

5 Résumé Objectif Évaluer l effet d une bande Kinesio Taping dans l évolution d une ecchymose. Schéma d étude Étude randomisée en simple aveugle. Population Patients majeurs ayant une ecchymose faisant suite à un traumatisme intrinsèque de type «intervention chirurgicale» ou à traumatisme extrinsèque de type «direct». Exclusion des patients dont l hématome est périfracturaire ainsi que ceux ayant une plaie ouverte, une cicatrice non fermée, une allergie connue à l acrylique ou une infection cutanée (type psoriasis, eczéma, neurodermite). Effets mesurés Évolution de la surface globale de l ecchymose et de sa répartition sur huit intervalles de nuance de gris. Évolution de la douleur et des paramètres influant sur le drainage hors présence de la bande. Résultats Au 18 Mars 2013, 16 sujets ont été inclus dans l étude, 12 ont mené à bien l étude. Ils ont été répartis en 3 groupes : groupe contrôle (GC, n=5), groupe sans mise en tension de la bande (FKT, n=3) et groupe respectant la Kinesio Taping method (KT, n=4). Sur la base des données recueillies, l évolution de la surface globale de l ecchymose, des groupes FKT et KT, ne diffère pas significativement du groupe GC, les intervalles de confiance se chevauchant. Conclusion La pose d une bande Kinesio Taping accélère peut-être l évolution d une ecchymose. Mots clés - Ecchymose - Entretien - Kinesio Taping - Méthode - Objectivité

6

7 Summary Purpose Assess the role of the Kinesio Taping tape in the evolution of a bruise. Plan of study - Single-blind randomized study. Population Over 18 patients having a bruise following an intrinsic trauma such as "surgical operation" type or an extrinsic trauma such as "direct" type. Exclusion from patients whose bruise is around a fracture as well as those having an open wound, a not closed scar, an allergy known to the acrylic or a cutaneous infection (psoriasis, eczema, neurodermatitis). Assessed effects - Evolution of the global surface of the bruise and its distribution on eight intervals of nuance of grey. Evolution of the pain and the parameters influencing the drainage except where the band lies. Results - On March 8 th, 2013, 16 subjects were included in the study, 12 brought to a successful conclusion of the study. They were distributed in 3 groups: a group control (GC, n=5), a group without tape tension (FKT, n=3) and a group respecting Kinesio Taping method (KT, n=4). Based on the data, the evolution of the global surface of the bruise, for KT and FKT groups, does not differ significantly from the GC group, the 95% confidence interval overlapped. Conclusion The use of Kinesio Taping tape may accelerate the evolution of a bruise. Keywords - Bruise - Interview - Kinesio Taping - Method - Objectivity

8

9 SOMMAIRE Avant-propos... 1 Introduction Hémostase Hématome ou ecchymose et évolution Risques liés à la présence d un hématome ou d une ecchymose Nodules fibreux Kystes ou pseudokystes Calcifications Douleur Esthétique Présentation du Kinesio Taping Rappel historique Les différents domaines d action Généralités sur la pose de bandes La technique de pose pour les fonctions circulatoires Contre-indications Matériel et Méthode Matériel utilisé Entretien Présentation du logiciel ImageJ Méthode Protocole de l entretien Protocole de la prise de photographie Paramètres comparés... 14

10

11 3 Résultats et Analyse Post-traitement des photographies Résultats Discussion Par rapport à l analyse Par rapport à l expérience Par rapport aux autres études réalisées Conclusion Glossaire Annexes Annexe 1 : Kinesio Taping Standard Clinical Trial Agreement... I Annexe 2 : Entretien... III Annexe 3 : Protocole des mesures concernant l ecchymose... V Annexe 4 : Détails de l évolution des différentes surfaces... VII Annexe 5 : Résultats des entretiens... X

12 Figure 1 : Visualisation avant la pose. Figure 2 : Suppression à J +4..

13 Avant-propos Dans le paragraphe «Présentation du Kinesio Taping» ( 2.4), la littérature et les références données sont constituées d écrits rédigés par les concepteurs de la technique ou publiés sur le site Kinesio Taping Association International [1]. Toutes les affirmations se rapportant à ce paragraphe seront considérées comme hypothétiques jusqu à preuve du contraire. Pour ce qui est du paragraphe «Par rapport aux autres études réalisées» ( 5.3, i.e.: 3 ème partie de la discussion), les études référencées sont totalement indépendantes de la méthode Kinesio Taping. Les conclusions de ces études font suite à un travail scientifique dont la rigueur sera discutée. Le financement du matériel a été pris en charge par la société Kinesio Taping Association International après signature d un accord entre les deux parties (cf. Annexe 1). Je déclare, cependant, ne pas avoir un intérêt avec cet organisme privé industriel en relation avec le sujet présenté. Durant mon stage de juillet 2012, j ai été amené à rééduquer un patient ayant subi une ligamentoplastie type DIDT. Cet acte chirurgical a entrainé une ecchymose importante en face postérieure de la cuisse. Ma kinésithérapeute référente, ayant suivi une formation récente, a posé une bande Kinesio Taping pour drainer cette ecchymose afin de réduire son incidence sur la rééducation. Quatre jours après, visuellement, la résorption était nettement plus marquée à l endroit où la bande avait été posée (Fig. 1 et 2). C est dans ce contexte que j ai décidé de consacrer mon mémoire à une étude afin de connaître l incidence de la pose d une bande sur l évolution de l ecchymose.

14

15 1 Introduction En support des techniques et adjuvants 1 mis à disposition du masseur kinésithérapeute (MK), la pose d une bande Kinesio Taping peut-elle être un accélérateur du drainage d une ecchymose? Le présent travail a pour objectif de répondre à la problématique posée via une étude réalisée durant la troisième année de formation au titre de masseur kinésithérapeute. Pour ce faire, il intègre la mise en place d un protocole pouvant être repris par d autres professionnels de santé et transposable à d autres sites de prise en charge de patients. Les résultats et analyses qui en découlent, permettront de discuter de l efficacité de la technique Kinesio Taping dans l accélération de l évolution d une ecchymose. Les résultats seront mis en perspective des études existantes, réalisées dans le champ de la rééducation. A ma connaissance, il n existe pas d études spécifiques, objectivant l efficacité du Kinesio Taping sur le drainage de l ecchymose, même si cette efficacité est mentionnée dans l article de Delaunay L et Echinard S [2]. Cette étude randomisée en simple aveugle a pour objectif de comparer l évolution d une ecchymose dans le cas de trois groupes distincts : 1. Bande Kinesio Taping posée selon la méthode Kinesio Taping définie par un CKTI (Certified Kinesio Taping Instructor) : Groupe KT ; 2. Bande Kinesio Taping sans aucune tension, elle sera simplement posée : Groupe FKT ; 3. Témoin : Évolution spontanée de l ecchymose : Groupe GC. 1 Les mots en «italique souligné» sont définis dans le glossaire. 1

16

17 1.1 Hémostase Pour mieux comprendre ce que sont un hématome et une ecchymose, il est important de s approprier le terme de milieu intérieur. D après Robert C et Vincent P [3], il est divisé en trois secteurs : intracellulaire, interstitiel et plasmatique, supposés homogènes et anatomiquement séparés par des membranes à travers lesquelles les phénomènes de diffusion sont possibles. Pour assurer la régulation de composition du milieu intracellulaire (l homéostasie), des phénomènes de brassages et d échanges vont se dérouler en permanence à travers les membranes semi-perméables des cellules. Le plasma constitue le principal moyen de brassage. Le sang et la circulation sanguine jouent des rôles fondamentaux dans les phénomènes de communications intracellulaires et dans l ensemble des relations que l organisme entretient avec le milieu extérieur. Cela nécessite un contrôle précis de la masse sanguine, tant quantitatif que qualitatif. Cependant, de multiples raisons peuvent entraîner une atteinte du système circulatoire et provoquer des pertes de sang hors des vaisseaux. Alors, la constance du milieu intérieur se trouve compromise et l intégrité de l organisme altérée. Les ruptures de vaisseaux sanguins déclenchent une série de réactions rapides et localisées, permettant à l organisme de stopper l hémorragie. Ainsi, le sang liquide est transformé en masse solide (c est la coagulation) en même temps que se produisent des modifications vasculaires. L ensemble de ces mécanismes constitue l hémostase. Celle-ci se déroule en trois phases successives mais plus ou moins imbriquées : la réaction vasculaire, la formation du clou plaquettaire formant l hémostase primaire et le temps de la coagulation formant l hémostase secondaire. L hémostase primaire comprend la réaction de la paroi vasculaire. C'est-à-dire la constriction immédiate des parois entraînant une réduction du calibre du vaisseau et un ralentissement du débit sanguin. Cette réaction est favorisée par l activation de nocicepteurs locaux et par la libération de substances chimiques issues des cellules endothéliales des parois vasculaires. Ces cellules ont de surcroît tendance à adhérer entre-elles, facilitant leur résistance à des pressions relativement élevées. La deuxième barrière de protection apparaît ensuite : le clou plaquettaire. Dans le cas de lésions de vaisseaux, les plaquettes constituent un bouchon qui ferme temporairement la brèche du vaisseau sanguin. Elles adhèrent aux fibres de collagène issues du tissu conjonctif sous-jacent en regard de la lésion. Cette adhérence libère des produits actifs : l ADP stimule l agrégation de nouvelles plaquettes et la sérotonine, elle, la vasoconstriction. 2

18 Lésion du vaisseau Cellules endothéliales abîmées Fibres de collagène du tissu conjonctif exposées Cellules endothéliales intactes + Agrégation plaquettaire + Prostacycline ADP Sérotonine Thromboxane A Vasoconstriction Clou plaquettaire Figure 3 : Séquences de mise en jeu lors de l hémostase primaire d après Robert C et Vincent P [3]. Le signe + indique une stimulation et le Ŕ une inhibition. Prothrombine Thrombine Facteur XIII inactif Fibrinogène Fibrine Facteur XIII actif Fibrine renforcée Caillot Figure 4 : Etapes de l hémostase secondaire d après Robert C et Vincent P [3].

19 L agrégation des plaquettes est sous la dépendance de deux prostaglandines ; l une, la thromboxane A 2 est un stimulant, l autre la prostacycline est un inhibiteur (Fig. 3). Ceci permet la maîtrise du développement du clou plaquettaire uniquement dans la zone lésée. L hémostase secondaire correspond au temps plasmatique. Elle constitue la coagulation proprement dite qui aboutit à la formation d un réseau de fibrine enserrant les hématies dans ses mailles. C est la principale barrière de défense de l organisme en cas de lésion vasculaire. Le sang est transformé en un gel solide autour du clou plaquettaire. Cette transformation consiste en des réactions en cascades faisant intervenir des facteurs numérotés de I à XIII. La formation du coagulum (Fig. 4) est réalisée par une succession d étapes : la transformation de la prothrombine (précurseur inactif circulant dans le sang) qui, devenue active sous forme de thrombine, transforme la fibrinogène en fibrine. Cette même fibrine, enserrant les hématies, forme le coagulum. 1.2 Hématome ou ecchymose et évolution Dans le langage courant, lorsqu une personne a une collection sanguine visible au niveau de la peau, on parle d hématome ou de bleu. Il convient ici de bien définir les termes pour montrer que l étude porte sur l évolution des ecchymoses et non des hématomes. En effet, un hématome est une collection sanguine circonscrite, développée dans un tissu qu elle dissocie. On appelle coagulum ou caillot, le précipité gélatineux correspondant à la masse du sang coagulé. Un thrombus est le produit de la coagulation du sang dans la lumière de l appareil circulatoire. L ecchymose est une infiltration hémorragique diffuse et superficielle dans la peau, les muqueuses ou les séreuses. Une pétéchie est une petite ecchymose [4]. Ce processus inflammatoire présente des caractères communs à toutes les agressions et comporte plusieurs étapes : Processus inflammatoire suite à une hémorragie de faible ou moyenne abondance : 1 er temps (minutes) : réaction vasculo-sanguine : congestion (dilatation vasculaire) + œdème (hyperhydratation du tissu interstitiel) ; 2 ème temps (heures) : diapédèse des polynucléaires qui se répandent dans le tissu interstitiel = exsudat inflammatoire ; 3 ème temps (48-72h) : formation du granulome inflammatoire (polynucléaires + macrophages + fibroblastes) ; 3

20

21 4 ème temps (J 1 -J 7 ) : détersion par les phagocytes : destruction des éléments du foyer inflammatoire + évacuation de l œdème par les réseaux lymphatiques ; 5 ème temps (débuté à la 2 ème semaine et qui s étend sur plusieurs mois) : phase de réparation : bourgeon charnu puis cicatrisation par remplacement de la perte de substance par un tissu conjonctif. Ces informations, issues de l article «Les hématomes tissulaires (viscères et parties molles)» [4], permettent de montrer que la détersion débute à partir du premier jour suivant l hémorragie et qu elle se fait en parallèle de l hémostase. Remarque : Il est à noter que si l hémostase primaire entraîne la constriction immédiate des parois vasculaires et donc une réduction du calibre du vaisseau, la réaction inflammatoire qui la suit, provoque, elle, une dilatation des vaisseaux, la contraction des fibres musculaires et l apparition des premiers signes de la douleur. 1.3 Risques liés à la présence d un hématome ou d une ecchymose La présence d un hématome ou d une ecchymose peut engendrer de nombreuses complications. Il s agit en premier lieu d éviter une organisation de l'hématome et une limitation d amplitude des plans de glissement. Ceci peut alors se traduire de trois manières différentes : en nodule fibreux, en kyste ou en calcification [5] Nodules fibreux La prolifération d un tissu cicatriciel sans organisation spatiale peut conduire à la formation d un cal fibreux dépourvu des qualités histologiques du muscle, notamment de ses propriétés viscoélastiques. Ce tissu est dénommé granulome cicatriciel, nodule fibreux ou noyau scléreux, selon les auteurs et la densité de la trame cicatricielle observée Kystes ou pseudokystes L encapsulement progressif de l hématome initial ou de l épanchement résiduel forme une poche liquidienne intramusculaire cernée par une zone de sclérose dense parfois bordée, à sa face profonde, d une membrane sécrétante. Il se traduit par la présence d une masse arrondie, rénitente, indolore, entraînant une diminution localisée du ballottement musculaire. Souvent, il s agit d un décollement aponévrotique qui s étend sur une grande distance et dont la traduction clinique n est pas très franche. 4

22 Figure 5 : Récepteurs cutanés selon Tortora GJ, Grabowski SR, Parent JC. Principes d'anatomie et de physiologie [6].

23 1.3.3 Calcifications L hématome survenu après un traumatisme direct ou indirect est souvent volumineux, ce qui semble favoriser sa calcification secondaire. Le diagnostic différentiel entre myosite ossifiante et ossification périostique, selon la localisation intramusculaire ou périfémorale de l hématome initial, reste discuté ; leur pathogénie est d ailleurs l objet de controverses. La notion classique selon laquelle l hématome consécutif à la lésion musculaire se transforme secondairement en tissu osseux ne semble retenue par plusieurs auteurs que pour les ossifications périostiques [5]. L ossification d origine périostée se traduit par une volumineuse tuméfaction profonde, très dure, douloureuse et chaude dans les phases précoces ensuite indolore. Elle est absolument non mobilisable Douleur A l origine de la nociception, il y a l application d un stimulus capable de nuire à l intégrité de l organisme. Ce stimulus exciterait le nocicepteur directement ou par l intermédiaire de cellules réceptrices [7]. Il n existe pas à proprement parler de récepteur nociceptif ; il n y a que des terminaisons nerveuses libres amyéliniques rencontrées, entre autres, dans les tissus cutanés (Fig. 5). Pour être qualifié de nociceptif, un récepteur doit avoir une capacité de réponse proportionnelle à l intensité du stimulus et un seuil de réponse plus élevé que les simples thermorécepteurs et mécanorécepteurs. Pour être qualifiée de nociceptive, une fibre doit répondre de façon sélective à des stimulations intenses. Il existe cependant des exceptions : les fibres Aβ (nociceptives non spécifiques) et les fibres C (nociceptives) réagissent différemment selon l intensité de la stimulation. Les fibres nerveuses somatiques sont divisées en trois classes : 1. Les fibres Aβ, de conduction rapide et de gros calibres, encodent l information non nociceptive mais participent à la modulation de la douleur ; 2. Les fibres Aδ, de plus petit calibre et plus lentes que les Aβ, assurent la transmission rapide de l information nociceptive ; 3. Les fibres C, petites fibres lentes répondent préférentiellement à des stimulations nociceptives. Les fibres Aβ sont, dans leur presque totalité des mécanorécepteurs dont le seuil de réponse est très bas (excitables par des effleurements). 5

24 Figure 6 : Représentation schématique de l hyperalgésie primaire (petit ovale) et de l hyperalgésie secondaire (grand ovale) à la suite d un stimulus nociceptif local [7].

25 Leur recrutement sélectif, en plus de permettre la conduction des afférences non nociceptives, favorise la mobilisation dans la substance gélatineuse des cornes postérieures de la moelle, d interneurones inhibiteurs qui bloqueront l information nociceptive en provenance du même segment de la moelle ou du même dermatome. C est ce mécanisme qui est décrit dans la théorie du portillon de Melzack et Wall [8]. Les fibres Aδ sont dans une forte proportion considérées comme nociceptives. Elles sont responsables de la première douleur ressentie (douleur brève et localisée s apparentant à une piqûre). Les fibres C sont tenues responsables de la seconde douleur, plus tardive et diffuse, s apparentant à une brûlure. On leur confère un rôle très important dans l intensité de la douleur ressentie. Le degré d activation du nocicepteur est modifié par de nombreuses substances chimiques présentes dans l espace extracellulaire à la suite d un dommage tissulaire. Parmi elles, les prostaglandines provoquant l hyperalgésie et la substance P (contenue entre autres dans les parois des vaisseaux sanguins et libérée par le nocicepteur lui-même), qui favorise la vasodilatation puis l œdème. Ainsi, il existe un lien étroit entre douleur et inflammation. La séquence des événements est la suivante : Vasodilatation locale Œdème Hyperalgésie primaire Extension graduelle de la sensibilité aux tissus sains à distance de la blessure (Hyperalgésie secondaire, Fig. 6) et parfois allodynie et douleurs spontanées sans stimulation. De la périphérie aux centres nerveux supérieurs (CNS) l information nociceptive chemine : transduction sensorielle, transmission, modulation et perception. Les CNS jouent un rôle prédominant dans la modulation de la douleur. Une fois l information nociceptive transmise par les voies afférentes, elle arrive à la conscience et est perçue comme douloureuse. Cependant le passage de cette afférence à la perception de la douleur se fait en plusieurs étapes au cours desquelles l information sera modulée. On appelle «comportement de douleur» toutes les réactions volontaires ou involontaires (réflexe nociceptif, comportements liés au système sympathique, expressions faciales) à la douleur. Pour expliquer le cheminement de l influx nerveux, on utilise souvent des simplifications qui présentent un trajet linéaire. L action des systèmes de modulation à tous les niveaux du système nerveux illustre la difficulté d établir un lien direct entre l activation d un nocicepteur et la douleur ressentie. 6

26 4 Composante cognitivocomportementale 1 Composante nociceptive Composante sensoridiscriminative (intensité) Composante motivo-affective (aspect désagréable) Figure 7 : Modèle circulaire de la douleur illustrant les composantes de la douleur et leurs interrelations [7].

27 La théorie des ensembles (modèle circulaire, Fig. 7) permet de faire ressortir les liens existants entre chacune des 4 composantes, à savoir nociceptive, sensoridiscriminative, motivo-affective et cognitivo-comportementale. En plus de coexister sous diverses combinaisons, les composantes s influencent mutuellement. La distraction peut bloquer la perception douloureuse. Un enfant qui joue dehors, tombe et s égratigne, pris dans son jeu, ne ressent pas réellement de douleur même si les fibres nerveuses responsables de la nociception sont activées. Deux points particuliers seront discutés quant à l apport de la bande Kinesio Taping sur le phénomène complexe de la douleur : L application en elle-même et son effet mécanique (cf Les différents domaines d action) ; L incidence de la pose d une bande sur la composante sensoridiscriminative (cf. 5 Discussion) Esthétique Le dernier point concerne celui de l esthétique et de la présence de l ecchymose sur la peau. L hypothèse est que sa disparition prématurée pourrait avoir une incidence sur l état moral du patient par un meilleur rapport à son corps. Indirectement, ceci pourrait influer sur son implication dans sa rééducation et dans le ressenti de l évolution positive de son processus de guérison. 1.4 Présentation du Kinesio Taping Rappel historique Dans les années 70, le D r Kenzo Kase met au point une nouvelle approche de tape basée sur certains principes de la kinésiologie 2. Il développe de nouveaux matériaux élastiques (Kinesiotex ) dont les propriétés se rapprochent de celles de la peau (élasticité, poids, épaisseur) et nomme sa technique kinesio taping method. L idée principale de ces approches est que la peau (plus grand organe sensoriel du corps) est l élément capital dans tous les processus : information, douleur, mobilité. 2 La kinésiologie est une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d équilibre et de bien-être physique, mental, émotionnel et social [9]. En France, elle reste surveillée pour ses risques de dérives sectaires [10]. La kinésiologie est non éprouvée et ne bénéficie d aucune reconnaissance légale. 7

28 Sans bande élastique. Avec bande élastique. Figure 8 : Effet d ouverture de la bande élastique selon Khelaf K [11].

29 Par le biais de la peau, cette méthode permettrait d exercer une influence sur les fonctions articulaire et musculaire mais surtout circulatoire, lymphatique et nociceptive. L application de la bande permettrait de créer des circonvolutions au niveau de l épiderme augmentant ainsi l espace interstitiel. Le résultat en serait une réduction de la pression et de l irritation sur les récepteurs sous-cutanés. Par voie mécanique, ce «soulèvement» de la peau créerait une augmentation de la circulation sous-cutanée. La technique kinesio taping method est utilisée en Allemagne depuis une trentaine d années. La technique commence à se propager, plus particulièrement sous le nom K- Taping en France, depuis quelques années [11]. C est à travers le sport qu elle se popularise. Depuis, divers fabricants ont reproduit de tels matériaux, il est désormais possible de retrouver différentes marques sur le marché autres que Kinesio Taping et K-Taping à savoir, de manière non exhaustive : Physio Taping Therapy, Physio Taping Training, LeukoTape Les différents domaines d action La technique kinesio taping method couvre des domaines d action très larges : musculaire, ligamentaire, de correction, circulatoire lymphatique ou sanguin et sur la douleur. Seuls les deux derniers domaines ayant trait au sujet du mémoire seront détaillés. Sur la douleur Le premier impact des bandes de Kinesio Taping est mécanique. L application de ces bandes, de par la tension existante sur son support (cf. 3.1 Matériel utilisé) et les motifs ondulatoires disposés sur la face adhésive, entraîneraient un soulèvement cutané (Fig. 8) permettant de libérer les récepteurs ce qui se traduirait par une diminution de la douleur [2, 12]. En effet, lors d une lésion ou d une inflammation, l espace entre la peau et les muscles est réduit, ce qui comprime les récepteurs sous-cutanés responsables de la nociception. L adhérence des bandes pourrait également stimuler des mécanorécepteurs selon le principe de la théorie du portillon de Melzack et Wall [8] (cf Douleur). Amélioration des fonctions circulatoires L inflammation résultant de lésions tissulaires entraîne des œdèmes. Cet excès de lymphe dans le tissu interstitiel contribue à limiter la circulation lymphatique et artérioveineuse. L augmentation de la pression interstitielle diminue le diamètre des capillaires et autres vaisseaux lymphatiques et contribue à maintenir le gonflement clinique. 8

30 Pose de la base 1 Pose de la base 2 Application terminée Figure 9 : Technique de pose Kinesio Taping, dans le cas d une ecchymose.

31 La pose d un montage Kinesio Taping permettrait, en soulevant la peau, une meilleure circulation en augmentant l espace interstitiel. Ceci diminuerait la pression exercée sur les canaux. La lymphe / le sang circulerait avec plus de facilité vers les vaisseaux collecteurs situés sous les bandes. Les mouvements du corps, associés au soulèvement de la peau, contribuent à mobiliser les différents plans et accélèreraient l écoulement. Il y aurait alors un effet drainant similaire à un drainage manuel durant toute la durée de port du montage. Un tel montage permettrait de traiter les œdèmes et les ecchymoses Généralités sur la pose de bandes L application doit se faire sur une peau propre et sèche, il n est pas nécessaire de raser la zone, cependant en cas de pilosité importante, il se peut que les bandes adhèrent mal au plan cutané. Une peau grasse ou humide peut, elle aussi, diminuer l effet d adhérence des bandes. Pour débuter un montage Kinesio Taping, il est, dans la plupart des cas, nécessaire de réaliser une base. Celle-ci correspond à une longueur de deux ou trois travers de doigts qui est posée sans tension. Cette base sert de départ au reste du montage. Enfin, il faudra arrondir les extrémités. Cette pratique, associée à l absence de tension des bases initiale et terminale, permet d éviter un décollement précoce. L adhésion du Kinesio Taping dépend de la chaleur. Une fois posée, il faut frotter légèrement la bande, pour faciliter la fixation. Avec un montage Kinesio Taping, il est possible de se doucher ou bien d aller à la piscine sans que les bandes ne se décollent. En revanche, il ne faut pas frotter le montage pour le sécher, il est conseillé de le tapoter avec une serviette de bain La technique de pose pour les fonctions circulatoires L application sur ecchymose est un cas spécial d application lymphatique pour favoriser le transport de l exsudat (Fig. 9). La bande est découpée en quatre dans le sens de la longueur tout en conservant la base. Première bande : Au-dessus de la fibrose ; Seconde bande : En rotation de 90 par rapport à la première. Pose de la première bande : 1. Poser la base sans tension ; 2. Appliquer les bandes de tape par-dessus l ecchymose avec mise en tension maximale ; 3. Poser la base terminale sur une largeur de deux doigts sans tension. 9

32

33 Pose de la seconde bande : 1. Identique à l application de la première bande mais perpendiculaire à celle-ci Contre-indications Bien qu aucun effet indésirable ni contre-indication ne soit actuellement connu après la pose de Kinesio Taping, les concepteurs préconisent de ne pas réaliser de montage, dans les cas suivants : Sur des plaies ouvertes ou des cicatrices en cours de guérison ; En présence de pathologies cutanées (type eczéma, psoriasis) ou d allergie aux produits adhésifs ; Sur la zone du sacrum dans les 3 premiers mois de la grossesse. Certaines rougeurs apparaissent parfois en réaction à des résidus de silicone sur les bandes. Ce produit est disposé sur le film protecteur afin de retirer les bandes plus facilement, il est aussi utilisé à des fins hypoallergéniques. 2 Matériel et Méthode 2.1 Matériel utilisé Les bandes de Kinesio Taping se présentent sous forme de rouleaux de 5 m de long pour une largeur de 5 cm de couleur chair. Les bandes élastiques sont enroulées sur un support papier, qui permet, en le déchirant, d appliquer efficacement les bandes. Ces bandes sont déjà pré étirées d environ 10 % sur leur support papier. Les bandes sont en coton (97 %) et la colle est un acrylate dont les propriétés d encollage augmentent avec la chaleur du corps et autorisent sports, douches, saunas, hammams, piscine. Les photographies ont été utilisées avec un appareil photo numérique Canon Powershot S5IS 8 Mpx datant de La lumière, pour la prise de vue, provient d une lampe frontale à LED Fenix HP11 utilisée sur le mode 70 lumens Entretien Le chapitre «Technique de rapports individuels» issu de l ouvrage «Méthodes des sciences sociales» de Madeleine Grawitz présente les outils de réalisation d'un entretien. Il expose la méthodologie que l'enquêteur est censé suivre : type de questions, réactions de l'enquêté ou encore disposition de l'entretien. L enquêteur disposera alors, du recul nécessaire au bon déroulement de l'entretien. 10

34

35 Ainsi, j ai construit cet entretien (cf. Annexe 2) à partir de questions fermées (hormis pour la question C.1.5). Il est de type directif, direct et extensif. On parle ici d entretien et non de questionnaire, en effet un entretien est un procédé d investigation scientifique, utilisant un processus de communication verbale, pour recueillir des informations, en relation avec le but fixé. C est un tête-à-tête et un rapport oral entre deux personnes, dont l une transmet à l autre des informations. Il s agit d une forme de communication établie entre deux personnes ayant pour but de recueillir certaines informations concernant un objet précis [13]. Cet outil «Entretien» me permet de mesurer de manière objective l évolution de plusieurs paramètres à J 0 et J 3. Les critères mesurés sont : la gêne du patient par rapport à l ecchymose, la sensation liée à la bande (le cas échéant) et les activités annexes réalisées par le patient durant ces trois jours pouvant influer sur le drainage. Enfin, un dernier critère concerne l incidence du port d une bande élastique sur l implication du patient dans sa rééducation. Remarque : Dans l entretien, il est question d hématome et non d ecchymose. Dans le langage courant, le terme «hématome» est en effet plus usité qu «ecchymose». Justification des thèmes de l entretien 1. La gêne du patient : douleur et limitation liées à l hématome ; La douleur apparaît comme une dominante importante en post lésionnel immédiat. (cf Douleur). La prise en compte du traitement antalgique permet de mieux objectiver l évolution de la cotation (via l échelle numérique de 0 à 10, présente sur le document de l entretien). L incidence sur les amplitudes articulaires peut être liée à la présence soit de l œdème consécutif à la lésion, soit d un accolement des plans de glissement consécutif à l organisation de l ecchymose. 2. La sensation de confort suite à la pose de la bande ; La présence de la bande pourrait entraîner une perte de mobilité (du fait de la tension de la bande) et éventuellement une réaction allergique. La cotation hors échelle numérique se fait entre 0 et 3 afin d éviter que le patient ne choisisse la valeur moyenne. 11

36

37 3. Le patient et sa rééducation : Cette partie est divisée en trois items. Le premier traite de l'incidence d'autres paramètres que le port de la bande sur le drainage de l'ecchymose ; ils sont au nombre de cinq : 1. Le port du bas de compression [14, 15] ; 2. Le glaçage de l ecchymose afin de limiter la douleur [16] ; 3. La surclive du membre atteint afin de réduire l œdème par effet gravitaire ; 4. Le massage de la zone lésée (type drainage manuel) ; 5. La mobilisation par le patient lui-même lors de sa déambulation. Les deuxième et troisième items cherchent à définir le rapport que le patient entretient avec la masso kinésithérapie, et le cas échéant, si la pose de la bande a un rôle dans cette évolution Présentation du logiciel ImageJ La présente étude nécessite un post-traitement des photographies afin de mesurer l évolution des ecchymoses au cours du temps. Ce travail a été réalisé via le logiciel ImageJ 3 (version 1.46r). C est un logiciel libre : le code source est en accès libre et peut être modifié. Il permet le traitement et l analyse d'images et a été développé par le National Institute of Health 4. Le développeur du projet, Wayne Rasband, appartient au Research Services Branch du National Institute of Mental Health. ImageJ a été initialement développé pour des applications biomédicales. Il permet par exemple de réaliser des analyses de gels d'électrophorèse, ou de la détection et analyse de tumeurs. Son usage s'est depuis étendu à d'autres domaines, comme la science des matériaux. La plupart des opérations courantes de traitement d'images sont réalisables avec ImageJ : visualisation et ajustement de l'histogramme des niveaux de gris, débruitage, correction d'éclairage, détection de contours, transformation de Fourier directe et inverse, seuillage, opérations logiques et arithmétiques entre images, et d'une manière générale, tout type de transformation linéaire par définition personnalisée de masques. En analyse d'image, ImageJ permet de dénombrer des particules, d'évaluer leur ratio d'aspect, de mesurer diverses grandeurs (distances, surfaces), d'extraire des coordonnées de contours. 3 Site officiel : 4 Les National Institutes of Health (NIH) sont des institutions gouvernementales des États-Unis qui s'occupent de la recherche médicale et biomédicale. 12

38 Randomisés (n=16) Dans le groupe contrôle (GC) (n=7) Dans le groupe Kinesio Taping (KT) (n=6) Dans le groupe Faux Kinesio Taping (FKT) (n=3) Inclus dans l'analyse (n=5) N'ont pas réalisé l'étude (n=2) Ont réalisé l'étude (n=5) N'ont pas réalisé l'étude (n=1) Inclus dans l'analyse (n=3) Inclus dans l'analyse (n=4) Exclus de l'analyse (n=1) Figure 10 : Diagramme de flux.

39 2.2 Méthode L étude a débuté le 8 Octobre 2012 pour se terminer le 18 Mars Le nombre de patients est de 16 dont 12 résultats exploitables (Fig.10). Les patients ont été répartis de manière aléatoire dans les 3 groupes. Critères d inclusion Il existe deux catégories distinctes de traumatismes, elles-mêmes subdivisées en sous catégories [5]. 1. Traumatismes intrinsèques Ecchymose suite à une intervention chirurgicale : Prothèse totale de genou (PTG), prothèse totale de hanche (PTH), prothèse totale d épaule, ligamentoplastie. Ecchymose suite à : o une contraction brutale : le muscle dépasse les capacités de résistance de ses propres fibres (biceps lors d un effort en musculation) ; o un étirement passif brutal (ischiojambiers lors d une glissade ou d un tacle jambe en avant) ; o un traumatisme excentrique. 2. Traumatismes extrinsèques Traumatismes directs, appuyés (cas du footballeur : béquille appuyée sur la face antérieure de la cuisse). Afin de limiter le nombre des origines de l ecchymose, il ne sera inclus dans cette étude que les patients ayant des ecchymoses suite à un traumatisme intrinsèque de type «intervention chirurgicale» ou de traumatismes extrinsèques de type «direct». Critères d exclusion Tous les patients dont l hématome est périfracturaire seront exclus. On ajoutera également ceux remplissant une des contre-indications [4, 15] : plaie ouverte, cicatrice non fermée, allergie connue à l acrylique ou infection cutanée (type psoriasis, eczéma, neurodermite). 13

40 Objectif Ecchymose Distance 30 cm Figure 11 : Protocole de la prise de photographie.

41 2.2.1 Protocole de l entretien L entretien se réalisera de la manière suivante : Explication au patient du déroulé de l étude ; Prise de photographies, pose ou non de bandes (selon le groupe) ; Réalisation de l entretien. L enquêteur (moi) sera toujours habillé en tenue et avec le badge «stagiaire masseur kinésithérapeute». L entretien est lu en respectant le libellé des questions Protocole de la prise de photographie Afin de limiter au maximum les biais liés à la prise de photographies inter patients et intra patients, un protocole a été mis en place (Fig. 11) : L apport lumineux est réalisé par la lampe frontale réglée sur 70 lumens (cf. 3.1 Matériel utilisé) ; Une règle graduée est ajoutée sur la zone photographiée pour servir de référence lors du post-traitement de la photographie ; L objectif est le plus perpendiculaire possible à l ecchymose ; La mise au point est automatique, la distance [objectif-ecchymose] est de l ordre de 30 cm ; L appareil est réglé en mode manuel de la manière suivante : sensibilité à 200 ISO, ouverture à f/2,7 et vitesse de fermeture à 1/40 s Paramètres comparés Les paramètres comparés sont les suivants : Surface globale de l ecchymose ; Surface pour chaque intervalle de gris (8 au total) (cf. 4 Résultats et Analyse) ; Paramètres de l entretien : Douleur à l observation et à la palpation, la gêne occasionnée par la bande, le poids des autres paramètres pouvant favoriser l évolution de l ecchymose (bas de compression, glaçage, déclive, massage et déambulation), le rapport du patient avec la masso kinésithérapie et l éventuelle incidence de la bande sur ce rapport. Les différentes mesures seront réalisées lors des entretiens et des photographies prises à J 0 et J 3. 14

42 Du non chiffrable.. vers le chiffrable. Transformer l'image en nuance de gris (8 bits) Initialiser l'échelle de référence Tracer la surface globale de l'hématome, puis supprimer le reste de la photographie Calcul de la surface globale Répartition de la valeur des pixels Calcul de chaque surface des intervalles définis Figure 12 : Représentation des étapes du post-traitement des photographies. TABLEAU I : Détails des informations concernant l ensemble des sujets. Groupe N Date de Pathologie / Lieu Age Sexe l'ecchymose Suite à Situation Date de pose Delta % acte chir Date suppression Delta M1 KT 1 78 H 28-sept-12 Fracture malléole Face latérale du pied D lat D 08/10/ :00 10/1/00 17:00 KT n'a pas tenu M2 GC F 14-sept-12 PTG Face latérale pied D 08/10/ :30 24/1/00 14:30 11/10/ :30 3/1/00 3:00 M3 GC H 08-oct-12 PTG Face médiale genou G 16/10/ :30 8/1/00 17:30 19/10/ :30 3/1/00 0:00 M4 KT H 08-oct-12 DIDT Face Post du genou G 19/10/ :00 11/1/00 17:00 22/10/ :30 2/1/00 23:30 M5 GC F 09-oct-12 PTG Face latérale ext sup jambe D 19/10/ :00 10/1/00 18:00 22/10/ :00 3/1/00 0:00 M6 GC 3 94 F 27-oct-12 Chute Face lat ext inf de la cuisse G 31/10/ :00 4/1/00 14:00 Patiente sortie M7 GC F 05-nov-12 PTG Face antérieure de la jambe D 09/11/ :00 4/1/00 17:00 12/11/ :00 3/1/00 0:00 M8 Fracture col du oct-12 Face médiale de cuisse D KT 78 H fémur 09/11/ :15 4/2/00 17:15 12/11/ :15 3/1/00 0:00 Refus de la M9 GC 2 78 F 05-nov-12 PTH Ext sup de cuisse D Face Lat 09/11/ :30 4/1/00 17:30 patiente pour la photo M10 FKT F 15-oct-12 PTG Face antérieure du genou D 16/11/ :05 1/2/00 17:05 19/11/ :00 2/1/00 23:55 M11 FKT F 07-nov-12 PTG Face médiale de cuisse D 16/11/ :30 9/1/00 17:30 19/11/ :15 2/1/00 23:45 M12 FKT F 05-nov-12 PTG Face latérale de cuisse D 16/11/ :45 11/1/00 17:45 19/11/ :30 2/1/00 23:45 M13 GC F 14-nov-12 PTH Face postérieure du genou D 16/11/ :00 2/1/00 18:00 19/11/ :45 2/1/00 23:45 M14 KT F 15-nov-12 Chute Face médiale genou D 19/11/ :50 4/1/00 14:50 22/11/ :10 3/1/00 0:20 M15 KT 2 30 H 01-mars-13 Protocole de Reprise Face latérale cuisse D 15/3/13 13:30 14/1/00 13:30 prise de photo ligamentoplastie non suivi M16 KT H 02-mars-13 Fracture col du fémur Face postérieure fessier D 15/03/ :45 13/1/00 13:45 18/03/ :15 2/1/00 23:30

43 3 Résultats et Analyse 3.1 Post-traitement des photographies La difficulté du suivi de l évolution de l ecchymose est grande. En effet, les couleurs varient du violet au jaune. Le violet correspondant a une zone de forte densité sanguine, alors que le jaune correspond à une ecchymose en fin de résorption. La couleur de l ecchymose au niveau de la peau est due aux produits de dégradations de l hémoglobine : la bilirubine (pigment rouge paraissant jaune) [4]. Le logiciel ImageJ permet de mesurer les surfaces définies par l utilisateur. Etant donné le nuancier, il était impossible de définir les surfaces correspondant à chaque couleur. Aussi, pour pallier à cette difficulté, il a été proposé de transformer la photographie en nuance de gris (8 bits, soit des valeurs des pixels allant de 0 à 255). Les étapes du protocole sont définies cicontre (Fig. 12). Ce protocole n est opérateur dépendant que pour l étape de la définition du contour de l ecchymose. Toutes les autres étapes sont automatisées et permettent une reproductibilité complète. A partir de la photographie initiale, on détermine la surface globale de l ecchymose. La répartition de cette surface dans les huit intervalles de nuance de gris, allant du plus foncé (valeurs des pixels allant de 0 à 31) au plus clair (de 224 à 255), est réalisée à partir de l histogramme. Il permet, pour chaque valeur de pixel, de connaître le nombre de pixels correspondant. A partir du nombre total de pixels et de la surface globale, la surface de chaque intervalle est alors déduite. L annexe 3 donne le détail du protocole à suivre. 3.2 Résultats Seize sujets adultes volontaires dûment informés ont consenti à participer à cette étude. Parmi eux, quatre ne sont pas allés au bout de l expérimentation (cf. Fig Méthode). Le premier sujet a refusé d être pris en photo à J 3, le second a vu sa bande se décoller, le troisième était sorti de l hôpital lors de ma seconde venue et le protocole de la prise de photographie n a pas été respecté pour le dernier. Les douze sujets (4 hommes et 8 femmes) sont âgés de 22 à 85 ans. La moyenne d âge est de 67,7 ans et d écart type ± 18,3. Les douze personnes ont été réparties aléatoirement en trois groupes. Cinq dans le groupe contrôle (GC), quatre dans le groupe KT dont la bande était posée selon la méthode Kinesio Taping et trois dans le groupe FKT dont le même type de bande était posée sans tension (TAB I). 15

44 TABLEAU II : Évolution des surfaces entre J 0 et J 3, cas du 3 ème sujet du groupe GC. * : Non significatif. M5 Groupe Intervalle GC J0 surface (mm²) J3 surface (mm²) Delta Surface Global ,5% NS* NS ,9% ,3% ,4% NS NS NS Figure 13 : Répartition des surfaces entre J 0 et J 3, cas du 3 ème sujet du groupe GC. TABLEAU III : Évolution de la surface globale des ecchymoses. Groupe J0 surface J3 surface Delta (mm²) (mm²) Surface M10 FKT ,1% M11 FKT ,5% M12 FKT ,4% M2 GC ,5% M3 GC ,9% M5 GC ,5% M7 GC ,3% M13 GC ,1% M4 KT ,4% M8 KT ,4% M14 KT ,8% M16 KT ,4%

45 L étude a été réalisée sur quatre sites distincts mais préférentiellement sur un site (n=9). La prise en charge des patients a eu lieu en moyenne à 14 jours de l événement initiateur de l ecchymose avec un écart type ± 11. Le maximum est de 1 mois et 4 jours et le minimum de 2 jours. L intervalle de temps entre les prises de photographies et les entretiens, programmé à 3 jours, est en moyenne de 3 jours et 7 minutes avec un écart type ± 56 minutes. Analyse des surfaces Pour chaque ecchymose, il a été calculé la surface globale et la surface de chaque intervalle de gris et ceci à J 0 et J 3. Le tableau ci-contre (TAB II) donne un exemple de la répartition et de l évolution des différentes surfaces entre les deux instants de mesure (cas du troisième sujet du groupe GC). On peut observer une diminution de 33 % de la surface de l ecchymose et une répartition s effectuant de manière plus prononcée vers les couleurs claires à J 3 par rapport à J 0. (Fig. 13). L annexe 4 détaille, pour chacun des sujets, l évolution de la surface pour chaque intervalle. Pour une meilleure lisibilité, le tableau ci-contre (TAB III) récapitule uniquement les données en rapport avec l évolution de la surface globale. Ainsi : Groupe GC : Diminution en moyenne de 19,6 % ±14 % ; Groupe FKT : Diminution en moyenne de 33,7 % ±12 % ; Groupe KT : Augmentation en moyenne de 2,9 % ±86 % ou une diminution de 67,4 % ±34 % en ne prenant en compte que les deux premières ecchymoses (cf. 5 Discussion). Afin de mieux cerner les résultats obtenus, il a été réalisé une analyse statistique. L objectif est de calculer l erreur standard et l intervalle de confiance des données recueillies. D après Poinsot D [17], l erreur standard est le nom spécifique donné à l'écart-type d'un paramètre (ici la moyenne de l évolution de l ecchymose), calculée à partir des données. Cet écart-type estime la dispersion des données autour de la moyenne dans la population échantillonnée. L'intervalle de confiance représente, lui, la zone dans laquelle se trouve «très probablement», et avec une probabilité choisie, la véritable valeur (à jamais inconnue) du paramètre que l on 16

46 TABLEAU IV : Données permettant le calcul statistique. Groupe Variation Surface M10 FKT -22,1% M11 FKT -33,5% M12 FKT -45,4% M2 GC -5,5% M3 GC -16,9% M5 GC -33,5% M7 GC -7,3% M13 GC -35,1% M4 KT -91,4% M8 KT -43,4% M14 KT 45,8% M16 KT 100,4% M4 KT -91,4% M8 KT -43,4% n Valeur de t Moyenne Ecart type Variance Erreur standard Borne inf Borne sup ,3027 2,7765 3, ,706-33,7% 11,7% 0,014 6,7% -62,6% -4,7% -19,6% 14,1% 0,020 6,3% -37,1% -2,2% 2,9% 86,4% 0,746 43,2% -134,6% 140,3% -67,4% 34,0% 0,115 24,0% -372,5% 237,7% Figure 14 : Moyennes de l évolution des surfaces globales par groupe. Ajout de l erreur standard.

47 étudie dans la population. Dans le cas de cette étude, il sera utilisé les probabilités 0,95 signifiant un seuil de confiance à 95 %. Les données recueillies sont supposées suivre une loi normale. Ceci pour plusieurs raisons : la connaissance d une variable ne me permet pas d en connaitre une autre. Elles sont indépendantes. Enfin, elles sont issues de la même population statistique donc répondent à la même distribution statistique et auront la même densité de probabilité. Les conditions d appartenance à une loi normale sont, par voie de conséquence, remplies. Le nombre de données étant inférieure à 30, il ne sera pas appliqué le théorème central limite mais le test t de Student. A chaque effectif n, sera appliquée la valeur critique de la distribution. Plus exactement, chaque valeur n-1 (appelé degrés de liberté : d.d.l.) correspond à la donnée d entrée de la table du test t de Student [18]. Ainsi, il peut être utilisé la formule suivante μ = m ± t, où : μ : L intervalle de confiance ; t (n-1)ddl : La valeur critique selon le nombre de degrés de libertés ; s² : La variance ; n : L effectif. Le tableau ci-contre (TAB IV) contient les données nécessaires au calcul de l intervalle de confiance à 95% selon la valeur de l effectif. L erreur standard est intégrée au graphique des moyennes de l évolution des surfaces par groupe (Fig. 14). Pour les différents groupes, on obtient : Groupe GC : IC 95% : [-37,1 ; -2,2%] ; Groupe FKT : IC 95% : [-62,6 ; -4,7%] ; Groupe KT : IC 95% : [-134,6 ; 140,3%] et dans le cas de la prise en compte des deux premières ecchymoses : IC 95% : [-372,5 ; 237,7%], (appelé KT 2 sur la figure 14). 17

48 TABLEAU V : Récapitulatif des fréquences de glaçage. Fréquence de glaçage Jamais 1 à 2 fois 3 à 4 fois + de 4 fois TABLEAU VI : Récapitulatif des modes de déambulation. Mode de déambulation 2 CA ou Déambulateur seul ou 1 CA Attelle de Zimmer seule 2 CA + Attelle de Zimmer Déambulateur + Zimmer

49 Analyse des entretiens Le dépouillement de l ensemble des entretiens (cf. Annexe 5) montre que tous les sujets (hormis les sujets 14 et 16) ont suivi un traitement antalgique pris en moyenne 5 heures avant l entretien. Les sujets ont une cotation nulle à l échelle numérique concernant la douleur à l observation et à la palpation sauf dans quatre cas (soit pour 33 % des sujets) : 1. Le sujet 1 (groupe GC) cote sa douleur à la palpation à 5 puis à 3 ; 2. Le sujet 8 (groupe KT) cote sa douleur à la palpation à 1 puis à 0 ; 3. Le sujet 14 (groupe KT) cote sa douleur à 1 pour les 2 items et puis cette douleur devient nulle à J 3 ; 4. Enfin un cas particulier, le sujet 7 (groupe GC) cote sa douleur à 10 à la palpation aussi bien à J 0 qu à J 3. La bande ne génère aucune gêne ni d allergie dans les sept cas de pose. Le port de bas de compression est effectué dans six cas (soit dans 50 % des cas) pour une durée comprise entre 8 à 12h par jour. Sauf un cas, où cette durée est comprise entre 12 et 16h. Cette durée ne varie pas entre les deux entretiens sauf dans un cas où le port du bas est arrêté. La fréquence de glaçage est très variable (TAB V). Elle n évolue pas sauf pour le sujet 4 qui de + de 4 fois passe à 3 à 4 fois. La mise en déclive du membre est réalisée quatre fois et n évolue pas. Le masseur kinésithérapeute masse la zone dans deux cas (17 % des cas) et ce chiffre n évolue pas entre les deux entretiens. Le mode de déambulation est très disparate (TAB VI) et n évolue dans aucun. Quant au rapport du patient avec la masso kinésithérapie, ce dernier l estime extrêmement utile dans huit cas et fortement utile pour les autres. On ne relève aucune évolution de cette cotation. Enfin, dans tous les cas où une bande a été posée, on ne relève aucune incidence sur le rapport du patient avec la masso kinésithérapie sauf pour le sujet 14 qui estime à forte l incidence du port de la bande sur sa rééducation. 18

50

51 4 Discussion Cette étude a tenté de mettre en évidence, sur un intervalle de trois jours, un lien entre l évolution d une ecchymose et la pose d une bande Kinesio Taping sans mise en tension et selon la méthode préconisée, les deux groupes étant comparés à un groupe contrôle. 4.1 Par rapport à l analyse Pour les deux groupes GC et FKT, l écart est de l ordre de 10 % en moyenne en faveur du groupe FKT. La lecture des IC 95% se traduit par : «il y a 95 % de chance que la diminution soit comprise entre 2,2 et 37,1 % dans le cas du groupe GC et entre 4,7 et 62,6 % dans le cas du groupe FKT». Les IC 95% se chevauchant, cet écart n est pas statistiquement significatif. L amplitude de ces intervalles de confiance est très large, ce qui est liée à un effectif réduit et à une variabilité des résultats. Dans le cas du groupe KT, on observe une augmentation de la surface de l ecchymose de 2,9 % avec un écart type de 86 %. Ce qui montre bien la disparité des résultats obtenus. C est la raison pour laquelle il a été réalisé une deuxième moyenne en excluant les deux ecchymoses dont l origine n était pas liée à un acte chirurgical (respectivement une chute et une fracture récente du col du fémur). On obtient alors une diminution moyenne de la surface de l ecchymose de 67,4 % ±34 %. L intervalle de confiance associé montre le peu de crédit que l on peut accorder à ces données (IC 95% : [-372,5 ; 237,7%]), mais permet de limiter l origine des ecchymoses. Au global, d un point de vue statistique, l hypothèse qu une bande Kinesio Taping ait un effet sur l évolution d une ecchymose n est pas vérifiée mais reste envisageable. Il est important de retenir qu il n y a pas d'éléments statistiques suffisamment solides pour la déclarer peu crédible. Cela signifie simplement que l on n a pas suffisamment de raisons de soupçonner que cette hypothèse soit fausse. Il est à noter que pour les sujets 14 et 16, la surface globale de l ecchymose a augmenté (respectivement 50 % et 100 %). Le sujet 14 est le seul cas où le traumatisme est de type extrinsèque direct (chute et compression du genou) avec une prise en charge très proche de l incident à savoir quatre jours. On peut supposer que l évolution de l'ecchymose eut été différente, si cette dernière était due à un traumatisme intrinsèque par acte chirurgical. En effet, l hémorragie est probablement située moins en profondeur et son évolution vers la surface de la peau sans 19

52 Figure 15 : Répartition des surfaces par intervalle entre J 0 et J 3, 4 ème sujet du groupe KT. Ajout d une courbe de tendance.

53 doute plus marquée. Pour le sujet 16, la fracture du col du fémur laisse supposer une hémorragie importante, ce qui pourrait également expliquer, comme pour le cas précédent, une évolution importante vers la surface de la peau. Un point remarquable pour ces deux cas, concerne l évolution de la répartition des surfaces par intervalle. Malgré une augmentation conséquente de la surface globale, on observe un décalage de la courbe vers les couleurs claires (Fig. 15), ce qui montre bien le phénomène de détersion de l ecchymose. Les biais de l étude sont la limitation de la taille de l échantillon (n=12) et une population peu spécifique quant à l origine de l ecchymose. Sur les neuf ecchymoses issues d un traumatisme intrinsèque provenant d un acte chirurgical, sept sont liées à une pose de prothèse de genou, une à une pose de prothèse de hanche et une à une ligamentoplastie type DIDT. Ceci implique que les zones d ecchymose ne sont pas les mêmes, que l acte chirurgical n est pas identique et que l incidence des bandes peut être différente selon les zones. Enfin, le délai entre l acte chirurgical et la prise en charge des patients est, lui aussi, disparate. Il conviendrait de resserrer cet intervalle afin de limiter le temps de détersion naturelle de l hématome ou de l ecchymose pour mieux cerner l effet de la bande Kinesio Taping. En ce qui concerne l entretien, la douleur n apparaît pas comme un élément fondamental de la prise en charge de l ecchymose des sujets. En effet, peu d entre eux s estiment douloureux et cette douleur est cotée au maximum à 5 (sur 10). Pour les quatre cas où la cotation n est pas nulle (dont un cas particulier discuté ciaprès), celle-ci diminue durant l expérience. Dans deux cas, elle disparait. La prise d antalgique limite l incidence potentielle sur le champ «douleur» de la bande. Le cas particulier de la cotation à 10 est lié à l incompréhension de la patiente concernant l échelle numérique, en effet cette dernière a coté à 10 car elle s estime douloureuse. Pourtant elle ne présente aucun signe d une douleur «insupportable ou la pire qu elle n ait jamais eue» aussi bien au niveau de l expression de son visage que du type d antalgique prescrit ou encore de sa possibilité à répondre à l entretien de manière naturelle. Dans les cas où la bande a été posée, aucune allergie ni gêne n ont été notées. Pour ce qui est de l incidence d autres paramètres sur le drainage de l ecchymose, il paraît difficile d en tirer une information claire. En effet, le croisement entre le temps de port du bas de compression, le glaçage, la mise en déclive, le massage éventuel et le mode de déambulation ne permet pas de noter l incidence d un paramètre spécifique sur les critères 20

54

55 mesurés. Même dans le cas précis de la pose d une PTG (n=7), seulement quatre sujets portent des bas de compression. Cependant, chaque sujet a au moins deux paramètres «validés», à savoir qu ils déambulent tous (même si le mode est différent) et si l un d eux ne porte pas de bas de compression, alors il a soit le membre en déclive et / ou il glace. Ainsi, même si l apport de chaque paramètre n est pas quantifiable, il est présent pour tous les sujets. Enfin, le port de la bande Kinesio Taping n occasionne dans un seul cas sur les sept, une évolution du rapport du patient avec la masso kinésithérapie (MKIE). Le sujet estime l incidence à forte. Cependant, il a été rapporté que la tenue de la bande n était pas optimale ce qui peut limiter l impact positif du port. Enfin, la cotation initiale du rapport patient vs MKIE est très souvent (n=8) extrêmement utile soit la cotation la plus élevée. 4.2 Par rapport à l expérience Le paramètre douleur peut être impacté de trois manières lors de la pose d une bande Kinesio Taping. Tout d abord par mise en place du mécanisme de la théorie du portillon, les fibres Aβ étant très majoritairement des mécanorécepteurs, la présence de la bande permet de les exciter et de favoriser la conduction d afférences non nociceptives qui mobiliseront des interneurones inhibiteurs qui bloqueront l information nociceptive transmise par les fibres Aδ et C. La seconde manière, par effet de soulèvement et de création d ondulations, la bande élastique permettrait de limiter la compression des récepteurs sous-cutanés et la décharge nociceptive qui en résulte. En troisième lieu, la présence de la bande peut avoir une incidence sur la composante sensoridiscriminative de la douleur. La sensation de douleur peut être altérée par le sentiment que cette dernière va avoir un effet sur la douleur. Cet effet placebo serait à approfondir. D un point de vue circulatoire, la bande favoriserait une limitation de la compression des vaisseaux sous cutanés, du fait de la présence de l œdème, par décollement de la peau. L effet direct serait une circulation sanguine améliorée et donc un meilleur drainage de l ecchymose. La présente étude ne permet pas de répondre aux questions concernant la douleur car tel n était pas l objectif principal de celle-ci. Il paraît toutefois intéressant de mener une étude à ce sujet en tentant de dissocier les différents paramètres pouvant être influencés par la bande élastique. Pour ce qui est de la partie circulatoire, l analyse statistique ne permet pas de 21

56

57 conclure sur l efficacité réelle de la bande Kinesio Taping ni sur celle de la technique de pose. Une question reste en suspens : si le port d une bande élastique permet une accélération de la détersion de l ecchymose, qu en est-il de la profondeur de ce drainage? Une réponse à cette question pourrait être l utilisation de l échographie. C'est l'examen le plus adapté pour l'étude du muscle traumatisé car il est facilement disponible et non douloureux. Le diagnostic échographique d un hématome est réalisé lorsqu il y a remaniement avec zone hypo et hyper échogène et hétérogène [19]. Les avantages de l'échographie sont multiples : prise en charge rapide, examen dynamique et possibilité de réalisation facile pour la surveillance de l évolution de la lésion musculaire afin de détecter d'éventuelles complications et enfin coût réduit. Les inconvénients sont connus à savoir une mauvaise relecture des images, un examen opérateur-dépendant et une sensibilité inférieure à l IRM. La sensibilité devrait s'améliorer progressivement grâce aux enseignements tirés d'examens IRM antérieurs et permettre de réaliser une meilleure échographie musculaire. Le problème est qu une étude multicentrique nécessiterait des opérateurs différents donc des résultats d examens discutables. Ma connaissance du potentiel de l échographie n est pas suffisante pour savoir s il est envisageable de reproduire les mesures aussi bien de surfaces, que de volumes. Mais cela pourrait constituer une indication intéressante pour un début de réponse. 4.3 Par rapport aux autres études réalisées Comme indiqué dans l introduction, je n ai pas trouvé dans la littérature d études montrant l incidence du Kinesio Taping ou plus largement d une bande (tape ou de contention) sur le drainage d une ecchymose voire d un hématome. En revanche, la revue de littérature datant de Décembre 2012 réalisée par Morris, Jones, Ryan et Ryan [20] permet d avoir une vision de l apport du Kinesio Taping dans d autres champs de la rééducation. L objectif de cette étude est d analyser les effets du Kinesio Tex Taping 5 d après des études contrôlées randomisées. Les critères d inclusion et d exclusion sont les suivants : L étude devait être publiée avant avril 2012, dans des ouvrages scientifiques examinés par des pairs et disponibles en anglais. Les études incluant des patients mineurs, des patients 5 Les termes Kinesio Taping et Kinesio Tex Taping sont rigoureusement identiques. Les auteurs de la revue de littérature ont choisi le second terme qui sera conservé dans l analyse des études retenues. 22

58

59 asymptomatiques ou encore des animaux ont été exclues. Les études ayant un haut risque de biais ont été exclues car elles peuvent surestimer leur efficacité [21]. Enfin, les études croisées randomisées n ont pas été retenues car elles sont généralement limitées à des interventions à très court terme et leurs résultats réduisent la pertinence clinique. La stratégie de recherche a intégré les mots-clés : KINESIO; KINESIO TAPE; KINESIO TAPING; KINESIOTAPING; KINESIO-TAPING; KINESIO TEX et KINESIO TEX TAPE dans les bases de données : CINAHL; MEDLINE; OVID; AMED; SCIENCE DIRECT; PEDRO; BRITISH NURSING INDEX, PROQUEST; SPORT DISCUS et COCHRANE CENTRAL REGISTER OF CLINICAL TRIALS. Des 716 études ressorties des bases de données selon ces mots-clés, huit ont rempli les critères d inclusion et d exclusion. Elles seront décrites dans le détail. Six d entre-elles concernent des études musculo-squelettiques, une inclut des patients ayant un lymphœdème suite à un cancer du sein et une inclut des patients spastiques suite à un AVC. Les études ont été notées selon les 12 critères Cochrane [22]. Une autre étude de Koss et Munz [23] a noté certaines de ces études selon leur niveau de preuves 6. Ce dernier a été validé par le CEBM (Centre for Evidence Based Medecine) [24] et l ANAES dans «Guide d analyse de la littérature et gradation des recommandations» [25]. 1. Thelen M, Dauber J, Stoneman P. The Clinical Efficacy of Kinesio Tape for Shoulder Pain: A Randomized, Double-Blinded, Clinical Trial [26]. Notation 11/12. Haute qualité de l étude. Niveau de preuve 1b. Détails de l étude : Les patients souffrent de conflit sous acromial ou de tendinites de la coiffe des rotateurs depuis moins de six mois. Deux groupes sont comparés, le premier (n=21) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et le second (n=21) un mauvais tape. Critères mesurés : La douleur (via l échelle de la douleur NRS), l amplitude articulaire sans douleur (via un goniomètre) et le fonctionnel (via le Shoulder Pain and Disability Index : SPADI). Instants des mesures : A J 0, J +3 et J +6. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Évolution de deux points sur la NRS, 15 pour l amplitude articulaire et dix points sur SPADI. Résultats : Immédiatement après la pose, il y un gain de 19 en abduction sans douleur et aucune amélioration pour les autres critères mesurés. Après trois jours, les effets ont disparu. 6 Chaque étude sera assortie d une notation et, parfois, d un niveau de preuve provenant de ces deux études [22, 23]. 23

60

61 2. Gonzales-Iglesias J, Fernandez-de-las-Penas C, Cleland JA. Short term effects of cervical kinesio taping on pain and cervical range of motion in patients with acute whiplash injury : a randomized clinical trial [27]. Notation 10/12. Haute qualité de l étude. Niveau de preuve 1b. Détails de l étude : Les patients souffrent de douleurs cervicales suite à un accident en véhicule motorisé datant de moins de 40 jours. Deux groupes sont comparés, le premier (n=20) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping sur le rachis cervical et le second (n=20) un mauvais tape. Critères mesurés : La douleur (via l échelle de la douleur NRS) et l amplitude articulaire active (via un goniomètre). Instants des mesures : A J 0 et J +1. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Évolution de 20 % sur la NRS, entre 10 et 19 pour l amplitude articulaire. Résultats : Il existe une diminution de la douleur et une augmentation de l amplitude articulaire, statistiquement significative, du premier groupe par rapport au second mais sans que cela soit cliniquement significatif. 3. Tsai CT, Chang WD, Lee JP. Effects of short-term treatment with Kinesio taping for plantar fasciitis [28]. Notation 7/12. Qualité moyenne de l étude. Détails de l étude : Les patients souffrent de fasciite plantaire depuis moins de dix mois. Deux groupes sont comparés, le premier (n=29) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et suit un traitement classique (ultrasons et TENS) et le second (n=28) ne suit que le traitement classique. Critères mesurés : La douleur (via le Mc Gill Pain Questionnaire : MPQ et le Foot Function Index : FFI) et l épaisseur du fascia plantaire à son insertion calcanéenne et à 0,5 cm du bord antérieur calcanéen (via des mesures par ultrasons). Instants des mesures : A J 0 et J +1semaine. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Pas définis dans l étude. Résultats : Il existe une diminution, statistiquement significative, de la douleur et de l épaisseur (uniquement à son insertion calcanéenne) mais sans comparaison possible à des valeurs cliniquement significatives. 24

62

63 4. Tsai HJ, Hung HC, Yang JL, Huang CS, Tsauo JY. Could Kinesio tape replace the bandage in decongestive lymphatic therapy for breast-cancer-related lymphedema? A pilot study [29]. Notation 10/12. Haute qualité de l étude. Niveau de preuve 1b. Détails de l étude : Les patients souffrent de lymphœdème suite à un cancer unilatéral du sein opéré quatre semaines auparavant. Deux groupes sont comparés, le premier (n=20) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et suit un traitement classique et le second (n=21) se voit poser un bandage élastique standard et le traitement classique. Critères mesurés : La taille du membre, la composition de l eau du bras, les symptômes relatifs au lymphœdème et les critères de qualité de vie (via les questionnaires EORTC, QLQ- C30 et QLQ-BR23). Instants des mesures : A J 0 et J +3mois. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Pas définis dans l étude. Résultats : Il n a été observé aucune différence significative entre les deux groupes. 5. Karadag-Saygi E, Cubukcu-Aydoseli K, Kablan N, Ofluoglu D. The role of Kinesiotaping combined with botulinum toxin to reduce plantar flexor spasticity after stroke [30]. Notation 9/12. Qualité moyenne de l étude. Détails de l étude : Les patients souffrent de spasticité des muscles fléchisseurs plantaires suite à un accident vasculaire cérébral datant de plus de six mois. Deux groupes sont comparés, le premier (n=10) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et subit des injections de toxine botulique et le second (n=10) se voit poser un mauvais tape et subit également des injections de toxine botulique. Critères mesurés : La spasticité (via l échelle d Ashworth modifiée), la flexion dorsale passive de cheville, la vitesse de marche et la longueur du pas. Instants des mesures : A J 0, J +2 semaines, J +1 mois, J +3 mois et J +6 mois. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Pas définis dans l étude. Résultats : Il n existe pas de différence significative entre les deux groupes sauf après deux semaines de traitement où la flexion dorsale de cheville est supérieure de 5 pour le premier groupe. Cette valeur est sujette à caution d après les travaux Gajdosik et Bohannon [31] sur les incertitudes liées à la mesure goniométrique. 25

64

65 6. Castro-Sanchez AM, Lara-Palomo IC, Mataran-Penarrocha GA, Fernandez- Sanchez M, Sanchez-Labraca N, Arroyo-Morales M. Kinesio taping reduces disability and pain slightly in chronic non-specific low back pain: A randomised trial [32]. Notation 11/12. Haute qualité de l étude. Détails de l étude : Les patients souffrent de douleurs lombaires chroniques depuis plus de trois mois. Deux groupes sont comparés, le premier (n=30) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et le second (n=30) se voit poser un mauvais tape. Critères mesurés : La douleur (via une échelle visuelle analogique de 10 cm), l amplitude articulaire du tronc en flexion (via un inclinomètre), la fonction (via le Roland Morris Disability Questionnaire : RMDQ et le Oswestry Disability Index : ODI) et l endurance musculaire (via le test de Mc Quade). Instants des mesures : A J 0, J +1 semaine et J +4 semaines. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Évolution de 30 % sur l échelle de la douleur, de six et deux points sur les échelles fonctionnelles (respectivement. ODI et RMDQ). Pas de différence spécifiée pour le test de Mc Quade. Résultats : Après une semaine de traitement, le premier groupe a des valeurs améliorées de manière statistique mais pas clinique pour ce qui est de la fonction. Il n y a plus de différences significatives à quatre semaines. Pour ce qui est de la douleur et de l endurance musculaire, après une et quatre semaines, il existe des différences statistiques mas pas cliniques. Il n existe pas de différences significatives pour les autres critères comparés. 7. Akbas E, Atay AO, Yuksel I. The effects of additional Kinesio taping over exercise in the treatment of patellofemoral pain syndrome [33]. Notation 6/12. Qualité moyenne de l étude. Détails de l étude : Les patients souffrent de douleurs dues à un syndrome fémoro patellaire. Deux groupes sont comparés, le premier (n=15) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et suit un programme d exercices et le second (n=16) doit suivre le programme seul. Critères mesurés : La douleur (via une échelle visuelle analogique de 10 cm), l amplitude articulaire du genou (via des tests cliniques) et la fonction (via l Anterior Knee Pain Scale : AKPS). 26

66

67 Instants des mesures : A J 0, J +3 semaine et J +6 semaines. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Évolution de 2 cm sur l échelle de la douleur, de dix points sur l AKPS. Résultats : A trois semaines, il existe un écart statistiquement significatif sur la souplesse des ischiojambiers pour le premier groupe qui n existe plus après six semaines de traitement. Aucune autre différence statistique ou clinique n est relevée. 8. Aytar A, Ozunlu N, Surenkok O, Baltaci G, Oztop P, Karatas M. Initial effects of Kinesio taping in patients with patellofemoral pain syndrome: A randomized, double-blind study [34]. Notation 9/12. Qualité moyenne de l étude. Détails de l étude : Les patients souffrent de douleurs dues à un syndrome fémoro patellaire. Deux groupes sont comparés, le premier (n=12) se voit poser une bande Kinesio Tex Taping et le second (n=10) un mauvais tape. Critères mesurés : La douleur (via une échelle visuelle analogique de 10 cm), force musculaire et sensibilité profonde (via un dynamomètre) et l équilibre (via une plateforme d équilibre). Instants des mesures : A J 0 et J +45 minutes. Critères pour qu une différence soit qualifiée de cliniquement significative : Évolution de 2 cm sur l échelle de la douleur, aucun autre critère n est spécifié. Résultats : Il n y a pas d amélioration significative pour les critères de douleur et de sensibilité profonde. Une amélioration a été notifiée pour les deux groupes pour la force et l équilibre mais sans analyse statistique. Ainsi, des six études incluant un mauvais tape, il y a des preuves limitées à modérées que le Kinesio Tex Taping, à court terme, ne soit pas plus cliniquement efficace qu un mauvais tape ou qu un bandage habituel. Les conclusions de cette revue de littérature sont en accord avec la revue de littérature réalisée en 2010 par Bassett, Lingman et Ellis [35], qui rapporte qu il n y a pas de preuve substantielle de l efficacité du traitement avec le Kinesio Tex Taping. La seule étude (Tsai,Chang et Lee [28]) montrant un potentiel bénéfice de l utilisation du Kinesio Tex Taping par rapport à un groupe contrôle est de qualité moyenne (7/12 selon la liste de critères Cochrane). La mesure de la douleur a été réalisée avec le questionnaire MPQ mais seulement une partie des questions a été prise en compte. De la 27

68

69 même façon, toutes les questions relatives au FFI n ont pas été posées. Les écarts types sont également importants. L étude de Tsai, Chang et Lee est une des plus faibles d un point de vue rigueur scientifique des études retenues avec en plus l absence de groupe avec un mauvais tape. Une seule étude (Thelen, Dauber et Stoneman [26]), de haute qualité (11/12) montre un effet immédiat sur l abduction d épaule sans douleur du groupe ayant eu la pose d une bande Kinesio Tex Taping et ceci aussi bien d un point de vue statistique que clinique. L effet a cependant disparu dans les trois jours. L utilisation de la bande pourrait être faite dans certaines conditions (par exemple les activités sportives). Les limites des conclusions de cette revue de littérature sont le nombre d articles inclus (n=8) et le fait qu hormis le syndrome fémoro patellaire, aucune n étudie la même population. Les conclusions ne concernent que le type de population traitée. Enfin, seules les études en anglais ont été incluses. 28

70

71 5 Conclusion Le premier terme qui me vient à l esprit après la réalisation de ce est «Naïveté», celle-ci correspond à la crédulité de quelqu'un qui résulte de son inexpérience [36]. En effet, cette inexpérience permet de prendre en charge un travail sans trop d appréhension et d a priori. La réalisation de cette étude m a permis de me rendre compte de la rigueur nécessaire pour qu une étude soit recevable. Mon idée, liée peut-être à ma propre rigueur, est de s approcher d une étude expérimentale randomisée. Pour ce faire, j ai fait en sorte d anticiper un maximum la survenue des problèmes que je serai amené à rencontrer. J ai, sur les bons conseils de l équipe pédagogique, tenu un journal de bord. Il permet de prendre du recul sur le travail effectué et celui à venir à moyen et long terme. Deux items se détachent dans les difficultés : l avant étude et l analyse des résultats obtenus. Pour ce qui est de l avant étude, l anticipation m a permis d obtenir le matériel nécessaire rapidement, de disposer de plusieurs lieux où réaliser l étude et enfin de mettre au point des protocoles de mesure et de post-traitement des photographies qui soient reproductibles. Cependant, à la lecture du livre de Salmi LR [37], je ne pense pas, et sans doute loin s en faut, avoir assimilé l ensemble des écueils éventuels pouvant rendre une étude réfutable d un point de vue scientifique. La deuxième difficulté rencontrée, a été l analyse des résultats obtenus. Mon bagage en analyse statistique étant plutôt limité, j ai éprouvé toutes les peines du monde à trouver des informations sur ce type d analyse qui me soient accessibles. Le livre de Poinsot D [17] permet d appréhender de manière ludique mais néanmoins rigoureuse les statistiques. J ai tenté de conserver toute l objectivité nécessaire pour ne pas avoir d idées reçues sur la bande ou la technique utilisée en gardant en mémoire la phrase sans auteur reconnu : «A force de torturer les données, elles finissent par avouer». Aussi, même si les résultats obtenus ne permettent pas de répondre à la question posée, ils ont le méritent d exister. En effet, il n existe, à ma connaissance, aucune étude sur le sujet traité. L objectif était de répondre, par la négative ou l affirmative, à la question posée en introduction : «En support des techniques et adjuvants mis à disposition du masseur kinésithérapeute, la pose d une bande Kinesio Taping peut-elle être un accélérateur du drainage d une ecchymose?». Au regard de cette étude, cette hypothèse n est pas validée, ce qui ne signifie pas pour autant qu elle soit fausse. 29

72

73 Aussi, je considère cette étude non pas comme une étude pilote où il s agirait de vérifier si la conception est adéquate. Mais comme une étude randomisée contrôlée avec un certain nombre de critiques s y rapportant. J aimerais participer à l éventuelle poursuite de cette étude. Elle pourrait être proposée à des étudiants en début de 3 ème année dans le cadre de leur mémoire de fin d étude. Au final, un suivi longitudinal de sujet de mémoire permettrait un travail plus approfondi avec un intérêt plus grand pour l ensemble de la communauté des masseurs kinésithérapeutes. Ceci nécessite de sortir de la confidentialité du mémoire spécifique à une école et d'atteindre une portée plus grande via la publication dans des revues. Enfin, la présente étude pourrait avoir une application directe dans le quotidien des masseurs kinésithérapeutes. Au-delà du suivi de l évolution d une ecchymose qui n est pas le lot commun des patients à traiter ni l objectif premier, l application pourrait se faire, par exemple, sur le suivi du morphostatisme d un patient en l objectivant par des mesures. La prise de photographie suivrait le protocole suivant : éclairage, position du sujet, réglage de l appareil photographique, consignes au patient identiques entre les différentes mesures. Une règle graduée servirait de référence. L utilisation du logiciel ImageJ permettrait de connaître, par exemple l évolution des flèches des courbures rachidiennes dans le cadre d une correction posturale. 30

74

75 GLOSSAIRE Le sens des termes est issu de l encyclopédie Wikipédia (sauf mention contraire) qui est un projet d encyclopédie collective établie sur Internet. Les définitions restent générales pour rester accessibles et fiables mais permettant la compréhension des mots dans le contexte du mémoire. Le lecteur a tout le loisir de se reporter à des sources plus spécialisées pour approfondir ses connaissances. Adjuvant : Un adjuvant est quelque chose ou quelqu'un qui aide à l'accomplissement d'un processus, renforçant ou ajoutant des propriétés recherchées. ADP : Adénosine Di Phosphate. L'ADP est le produit final qui résulte de la perte d'un groupe phosphate (P) de l'atp (adénosine tri phosphate), situé à l'extrémité de la molécule. La conversion de ces deux molécules joue un rôle critique dans l'acheminement d'énergie pour beaucoup de processus vitaux. Allodynie [7] : Douleur produite par une stimulation habituellement non douloureuse. Biais : Un biais est une démarche ou un procédé qui engendre des erreurs dans les résultats d'une étude. Cellule endothéliale : Les cellules endothéliales, constitutives de l'endothélium, sont plates et polarisées ; la face apicale est en contact avec la lumière du vaisseau, la face basale étant, quant à elle, fixée sur une lame basale constituée de collagène. La fonction la plus évidente de l'endothélium est de contenir le sang à l'intérieur des vaisseaux sanguins, tout en autorisant l'échange des substances nutritives avec le milieu intérieur. Diapédèse : La diapédèse est le mécanisme par lequel un leucocyte s'insinue entre les cellules endothéliales d'un capillaire sanguin en réponse à des signaux chimiques inflammatoires. Une fois entrés dans les tissus environnant les leucocytes vont provoquer l'inflammation de ce tissu.

76

77 Entretien [13] : Dans le cadre de mon mémoire, l entretien est construit avec des questions fermées (hormis pour la question C.1.5) et il est de type directif, direct et extensif. Un entretien à questions fermées comporte un questionnaire standardisé avec des questions libellées à l avance auxquelles l enquêté ne peut répondre que par un choix limité. Il est dit type directif car la structuration est forte, direct signifie que les questions et les réponses ne veulent rien dire d autre que ce qu elles paraissent dire, l enquêteur ne cherche pas au-delà. L étude extensive a pour but la mesure des taux de fréquence, elle permet une quantification statistique. Ecart type [17]: On peut considérer l écart type comme l écart qu'on observera en moyenne entre une donnée prise au hasard dans l échantillon (et, par extension, dans la population) et la moyenne des données. Etude randomisée en aveugle : Une étude randomisée ou essai randomisé contrôlé (ERC) (randomized controlled trial (RCT) en anglais) est un type d'étude scientifique utilisé en médecine. Après l'évaluation pour éligibilité dans l'étude puis recrutement, les sujets sont aléatoirement répartis (randomisation) parmi les groupes correspondants à chaque approche thérapeutique testée. Les sujets, les thérapeutes et les évaluateurs sont dans la mesure du possible en aveugle (on dit aussi en insu), c'est-à-dire qu'ils ne savent pas dans quel groupe est le patient. La seule variable différente entre les groupes est le traitement. L'aveugle est maintenu en utilisant des techniques de placebo ou de fausse procédure. Cette stratégie permet un maintien de la comparabilité. Hémostase : L'hémostase est le processus physiologique qui permet d'interrompre le saignement afin d éviter l'hémorragie. Hyperalgésie [7] : Réponse exagérée à une stimulation normalement douloureuse. Cette définition fait référence à un seuil de douleur anormalement bas. Leucocyte : Les leucocytes ou globules blancs sont des cellules du système immunitaire.

78

79 Plaquette : Un thrombocyte ou plaquette est un élément figuré du sang, formé par fragmentation des mégacaryocytes, grandes cellules contenues dans la moelle osseuse. Leur principale fonction consiste à transformer le fibrinogène (présent dans le plasma sanguin) en structures fibreuses de fibrine qui, à leur tour, enserrent les autres cellules sanguines tel un filet de pêche, ce qui rétrécit tout doucement la structure du filet, prévenant la perte de sang. Polynucléaire : Les granulocytes (appelés autrefois «polynucléaires»), sont des globules blancs qualifiés de «non spécifiques» dans la mesure où ils ne sont pas dirigés contre un seul antigène. Il existe trois catégories de granulocytes : les neutrophiles, les basophiles et les éosinophiles. Prostaglandine : Les prostaglandines sont des métabolites (terme réservé en général aux petites molécules, par opposition aux macromolécules) issus des acides gras essentiels par action de phospholipases. Séreuse : Une membrane séreuse ou plus simplement une séreuse est le revêtement lisse des cavités corporelles (thorax et abdomen). Elle est lisse, brillante, translucide et contient une fine couche de liquide. Les principales séreuses chez l'homme sont la plèvre, le péritoine et le péricarde. Sérotonine : La sérotonine est une monoamine, servant de neurotransmetteur dans le système nerveux central. Tissu conjonctif : Les tissus conjonctifs (TC) sont des tissus dont les cellules sont séparées par de la matrice extracellulaire, contrairement aux épithéliums où les cellules sont jointives. Ces tissus constituent les deux tiers du volume total chez l'homme. Ils sont impliqués dans les fonctions de soutien, de protection, de nutrition, de liaison, de réparation des tissus, de mouvement, de réponse immunitaire, de croissance et de stockage.

80

81 Références bibliographiques : [1] : Site officiel de la société Kinesio Taping Association International. [En ligne] ; [Consulté le 26/11/2012]. Consultable à l URL : [2] : Delaunay L, Echinard S. Une nouvelle génération de contention élastique. Profession Kinésithérapeute Février ; 21 :5-9.7 [3] : Robert C, Vincent P. Biologie & physiologie humaines. Paris : Vuibert ; 1995 : p 377 et p [4] : Fornes P, Galloy MA, Hoeffel JC, Nguyen QK. Les hématomes tissulaires (viscères et parties molles). Feuillets de radiologie, 2000 ; 40, 5 : [5] : P. Christel, H. de Labareyre, P. Thelen, J. de Lecluse. Pathologie traumatique du muscle strié squelettique. EMC A p. [6] : Tortora GJ, Grabowski SR, Parent JC. Principes d'anatomie et de physiologie, 2 ème édition, Montréal : CEC ; 1994, p.465. [7] : Marchand S. Le phénomène de la douleur. Comprendre pour soigner. Paris : Masson ; 2009 p. 16 à 18, 68 à 72, 79 à 82 et 100 à 101. [8] : Calvino B, Grilo RM. Central Pain Control. Joint Bone Spine, 2006 janvier ; Vol 73, n 1 : [9] : Site officiel de la kinésiologie. Définition de la kinésiologie. [En ligne] ; [Consulté le 26/11/2012]. Consultable à l URL :

82

83 [10] : Site officiel de la Miviludes. Paragraphe «Méthode par massage ou apposition des mains». [En ligne] ; [Consulté le 14/10/2012]. Consultable à l URL : [11] : Kerkour K. Rôle et place des bandages adhésifs (tape) actifs de couleurs. Kinesither Rev 2010 ; ( ) : [12] : Delaunay L. Comment prolonger l action manuelle du kinésithérapeute? Kiné actualité, 2009 novembre ; 1172 : [13] : Grawitz M. Méthodes des sciences sociales ; 11 ème édition ; Paris : Dalloz ; [14] : Ramelet AA, Perrin M, Kern P. Les varices et télangiectasies ; Paris : Elsevier Masson ; [15] : Mollard J-M, Lance G. Contention/compression élastique. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Angéiologie, ,2005, Kinésithérapie-Médecine physique-réadaptation, A-10, [16] : Legré V, Boyer T. Diagnostic et traitement d un genou douloureux. Encycl Méd Chir (Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés), Appareil locomoteur, A-10, 2003, 24 p. [17] : Poinsot D, Statistiques pour statophobes. [En ligne] ; 2004 [Consulté le 10/01/2013]. Consultable à l URL : [18] : Table de la loi de Student. [En ligne] ; [Consulté le 22/04/2013]. Consultable à l URL : [19] : Les traumatismes musculaires de la cuisse : Les lésions musculaires récentes. [En ligne] ; [Consulté le 29/11/2012]. Consultable à l URL :

84

85 [20] : Morris D, Jones D, Ryan H, Ryan CG. The clinical effects of Kinesio Tex Taping taping : A systematic review. Physiotherapy Theory and Practice Décembre ; [21] : Moher D, Pham B, Jones A. Does quality of reports of randomized trials affect estimates of intervention efficacy reported in meta-analyses? Lancet ; 352: [22] : Furlan AD, Pennick V, Bombardier C, Van Tulder M. Updated method guidelines for systematic reviews in the Cochrane Back Review Group. Spine ; 34: [23] : Koss J, Munz J. What is the current level of evidence and the efficacy of medical taping on circulation, muscle function, correction, pain, and proprioception? European School of physiotherapy. Professional Assignment Project. 2010; [24] : Philips B, Ball C, Sackett D, Badenoch D, Straus S, Haynes B, et al. Oxford Centre for Evidence-based Medicine Levels of Evidence. [En ligne] ; 2009 [Consulté le 10/01/2013]. Consultable à l URL : [25] : ANAES Service recommandations professionnelles. Guide d analyse de la littérature et gradation des recommandations : Paris ; Janvier p.22, 47, 50. [26] : Thelen M, Dauber J, Stoneman P. The Clinical Efficacy of Kinesio Tape for Shoulder Pain: A Randomized, Double-Blinded, Clinical Trial. J Orthop Sports Phys Ther Juillet ; 38, 7: [27] : Gonzales-Iglesias J, Fernandez-de-las-Penas C, Cleland JA. Short term effects of cervical kinesio taping on pain and cervical range of motion in patients with acute whiplash injury : a randomized clinical trial. J Orthop Sport Physical Therapy ; 2009 : [28] : Tsai CT, Chang WD, Lee JP. Effects of short-term treatment with Kinesio taping for plantar fasciitis. Journal of Musculoskeletal Pain ; 18: [29] : Tsai HJ, Hung HC, Yang JL, Huang CS, Tsauo JY. Could Kinesio tape replace the bandage in decongestive lymphatic therapy for breast-cancer-related lymphedema? A pilot study. Support Care Cancer ; 17:

86

87 [30] : Karadag-Saygi E, Cubukcu-Aydoseli K, Kablan N, Ofluoglu D. The role of Kinesiotaping combined with botulinum toxin to reduce plantar flexor spasticity after stroke. Topics in Stroke Rehabilitation ; 17: [31] : Gajdosik RL, Bohannon RW. Clinical measurement of range of motion: Review of goniometry emphasising validity and reliability. Physical Therapy ; 67: [32] : Castro-Sanchez AM, Lara-Palomo IC, Mataran-Penarrocha GA, Fernandez-Sanchez M, Sanchez-Labraca N, Arroyo-Morales M. Kinesio taping reduces disability and pain slightly in chronic non-specific low back pain: A randomised trial. Journal of Physiotherapy ; 58: [33] : Akbas E, Atay AO, Yuksel I. The effects of additional Kinesio taping over exercise in the treatment of patellofemoral pain syndrome. Acta Orthopaedica et Traumatologica Turcica ;45: [34] : Aytar A, Ozunlu N, Surenkok O, Baltaci G, Oztop P, Karatas M. Initial effects of kinesio taping in patients with patellofemoral pain syndrome: A randomized, double-blind study. Isokinetics and Exercise Science. 2011; 19: [35] Bassett KT, Lingman SA, Ellis RF. The use and treatment of kinaesthetic taping for musculoskeletal conditions: A systematic review. New Zealand Journal of Physiotherapy ; 38: [36] : Site officiel de Larousse. Définition de la naïveté. [En ligne] ; [Consulté le 04/01/2012]. Consultable à l URL : [37] : Salmi LR, Lecture critique et communication médical scientifique. Comment lire, présenter, rédiger et publier une étude clinique ou épidémiologique. 2 ème édition ; Paris : Elsevier ; 2002.

88

89 SOMMAIRE DES ANNEXES Annexe 1 : Kinesio Taping Standard Clinical Trial Agreement... I Annexe 2 : Entretien... III Annexe 3 : Protocole des mesures concernant l ecchymose... V Annexe 4 : Détails de l évolution des différentes surfaces... VII Annexe 5 : Résultats aux entretiens... X

90

91 Annexe 1 : Kinesio Taping Standard Clinical Trial Agreement Page I

92

93 Page II

94

95 Annexe 2 : Entretien Initiales du patient : Numéro de l entretien : /2. Date et heure de l entretien : Age du patient : Origine de l ecchymose : A La gêne du patient A.1 Suivez-vous un traitement antalgique? Si OUI : Lequel et l heure de la dernière prise : A.2 L hématome engendre-t-il une douleur? A.2.1 Durant l'observation OUI / NON Si OUI : Tracez un trait. A.2.2 A la palpation OUI / NON / Pas de palpation permise Si OUI : Tracez un trait A.3 L hématome engendre-t-il une limitation du mouvement? OUI / NON / Pas de mouvement permis Si OUI : Quand et pourquoi? B Sensation de confort B.1 La bande génère-t-elle une gêne? 0 absente / pas du tout 1 faible / un peu 2 forte / beaucoup 3 extrêmement forte / extrêmement B.2 Allergie à la bande (le cas échéant) : OUI / NON Page III

96

97 C Le patient et la rééducation C.1 Le drainage de l hématome hors protocole : C.1.1 : Portez-vous des bas de compression (le cas échéant) : OUI / NON Fréquence : 0h / 1h à 4h / 4h à 8h / 8h à 12h / 12h à 16h / + de 16 h C.1.2 : Glacez-vous l hématome? : OUI / NON Fréquence : 0 / 1 à 2 / 3 à 4 / + de 4 fois. C.1.3 : Surélevez-vous le membre? : OUI / NON C.1.4 : Le masseur kinésithérapeute masse-t-il l hématome : OUI / NON C.1.5 : Comment vous déplacez-vous? : C.2 Pensez-vous que la masso-kinésithérapie est utile pour votre rééducation? 0 absente / pas du tout 1 faible / un peu 2 forte / beaucoup 3 extrêmement forte / extrêmement C.3 Pensez-vous que le fait d'avoir eu une bande a une incidence sur votre rééducation? 0 absente / pas du tout 1 faible / un peu 2 forte / beaucoup 3 extrêmement forte / extrêmement Page IV

98

99 Annexe 3 : Protocole des mesures concernant l ecchymose Etape 1 : Transformer l image en nuance de gris : Image > Type > 8-Bit ; Etape 2 : Initialiser l échelle : Tracer une ligne via «straight», puis, analyze > set scale. Mettre la valeur 10 et l unité : mm ; Etape 3 : Tracer la surface globale de l ecchymose ; Etape 4 : Supprimer l extérieur : Edit>Clear Outside ; Etape 5 : Calcul de la surface globale de l ecchymose : Analyze> Mesure à relever dans la ROI Manager ; Etape 6 : Calcul de la répartition : Analyze > Histogram. Dans la fenêtre de l histogramme, demander «list» et la sauvegarder en txt ; Etape 7 : Ouvrir le fichier txt sous excel. La répartition et le nombre de pixels de l image permet, avec la surface de l ecchymose de recalculer la répartition par intervalle de couleur. Page V

100

101 Etapes 1 et 2 : Transformer l image en nuances de gris et définir la calibration. Etapes 3 et 4 : Définir la surface de l ecchymose et supprimer le reste. Etape 5 : Calcul de l aire globale. Etape 6 : Histogramme de la photographie. Etape 7 : Répartition des pixels par valeurs, comprises entre 0 et 255. Page VI

Claquage au mollet. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse.

Claquage au mollet. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse. Claquage au mollet 90 % des claquages ont lieu chez des sportifs au cours d'un effort musculaire. Le claquage au mollet est un des plus fréquents claquages avec le claquage à la cuisse. Les footballeurs

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive. Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE. Catégorie : Traumatologie du Sport

Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive. Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE. Catégorie : Traumatologie du Sport Titre : K-Taping et kinésithérapie sportive Auteur(s) : Mr Arnaud DAUFRENE Catégorie : Traumatologie du Sport Date : Novembre 2012 17 ème Congrès IRBMS K-Taping et Kinésithérapie sportive Arnaud DAUFRENE

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

Place du Taping dans le traitement de l épaule douloureuse! 9 juin 2012! Julien Cramet! L épaule: Savoirs et Savoir-faire!

Place du Taping dans le traitement de l épaule douloureuse! 9 juin 2012! Julien Cramet! L épaule: Savoirs et Savoir-faire! Place du Taping dans le traitement de l épaule douloureuse! 9 juin 2012! Julien Cramet! L épaule: Savoirs et Savoir-faire! INTRODUCTION! Depuis quelques années les contentions «classiques», nos strappings

Plus en détail

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie D.U. cicatrisation Paris 7. Mai 2012 Pr Marc REVOL Plan de la présentation Pierre Ruelle Kinésithérapeute / Orthésiste 06 Antibes 1 les différentes cicatrices

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport 1 INTRODUCTION Le sport demande au muscle : FORCE ENDURANCE

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

Son poids représente environ 40 % de la masse totale de l'organisme. Au repos le tissu musculaire représente 25 % de la dépense de base.

Son poids représente environ 40 % de la masse totale de l'organisme. Au repos le tissu musculaire représente 25 % de la dépense de base. LE MUSCLE LE MUSCLE Il permet - le maintient de la posture - la saisie d'objet - le déplacement Par rapprochement des articulations Son poids représente environ 40 % de la masse totale de l'organisme.

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Connaître les caractéristiques des tissus cicatriciels en phase de remodelage. Connaître la différence entre

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE SPORT

LES ACCIDENTS DE SPORT LES ACCIDENTS DE SPORT Service formation sport SDIS 86 / 2006 Fracture Fracture de fatigue Périostite LES ACCIDENTS DE SPORT OSSEUX TENDINEUX Tendinite Rupture tendineuse ARTICULAIRE Entorse Luxation trouble

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX I) INTRODUCTION 1. Le muscle Le muscle est un organe excitable-contractile, extensible visco-élastique, Motricité : - Automatique (marche) - Réflexe (activité stéréotypée,

Plus en détail

Anatomie microscopique

Anatomie microscopique Anatomie microscopique Nerf périphérique = structures neuroépithéliales conductrices (fascicule nerveux, l unité de base) + système conjonctif protecteur Structures neuroépithéliales La fibre nerveuse

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose LE TAPING 1. Les principes généraux 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose 3. Le matériel Caractéristiques - Dimensions - Théorie des couleurs - Sens de pose des bandes - La

Plus en détail

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION Dr B VESSELLE Ouverte : Point fixe proximal Chaîne Fermée : Point fixe distal Totale Interne -moyenne - externe Course Contraction musculaire MODALITES DE LA CONTRACTION

Plus en détail

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements?

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements? LA RECHERCHE SUR LE PSORIASIS INAUGURE UNE NOUVELLE ÈRE (*) (*) raduction d un article du docteur Wim Pollet paru dans le trimestriel Psoriant de l association belge de patients psoriasiques Psoriasis

Plus en détail

UN PETIT GESTE * QUI TIENT DE GRANDES PROMESSES

UN PETIT GESTE * QUI TIENT DE GRANDES PROMESSES UN PETIT GESTE * QUI TIENT DE GRANDES PROMESSES CONTRÔLE DES HÉMORRAGIES MOYENNES À MODÉRÉES (3) Capillaires ou veineuses (2) ADAPTÉ À LA PLUPART DES CHIRURGIES - Interventions cardiaques, abdo-viscérales,

Plus en détail

STAGE DES ENTRAINEURS

STAGE DES ENTRAINEURS STAGE DES ENTRAINEURS RÉGIONAUX (SOCCER) François Lévesque, physiothérapeute Action Sport Physio Sherbrooke Action Sport Physio, 2011 François Lévesque, physiothérapeute Copropriétaire de la clinique Action

Plus en détail

Toujours. plus loin DOSSIER DE PRESSE

Toujours. plus loin DOSSIER DE PRESSE Toujours plus loin DOSSIER DE PRESSE 30 ans de science et d innovation Depuis 1983, INDIBA est une entreprise spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation d équipements de radiofréquence

Plus en détail

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne L adaptation de l environnement Ceci concerne les objets usuels adaptés pour limiter les efforts afin de ne pas se luxer : des ouvres bouteilles,

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Th. Bégué Service de Chirurgie Orthopédique, Traumatologique et Réparatrice Hôpital Antoine Béclère Université Paris- Sud, laboratoire CIAMS- STAPS EA

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Sports Massage manual

Sports Massage manual Sports Massage manual OFFICIAL SUPPLIER OF PRO TEAMS: lit Sports Massage manual OFFICIAL SUPPLIER OF PRO TEAMS: lit FR L automassage sportif Les produits de la ligne Automassage pre-course ou entrainement

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Traitement de varices

Traitement de varices Traitement de varices Les télangiectasies en araignées et les varices affectent à peu près 80 millions de personnes aux États-Unis chaque année. Les télangiectasies en araignées apparaissent communément

Plus en détail

Accidents musculaires. Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre

Accidents musculaires. Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre Accidents musculaires Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre I. Lésions musculaires aiguës Classification Clinique

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

BLESSURES DE SURUTILISATION

BLESSURES DE SURUTILISATION INTRODUCTION Monsieur Sansouci est un fervent amateur de course à pied et de natation. Voulant participer à une course de 10 km dans quelques semaines, il a augmenté son volume d entraînement. Par contre,

Plus en détail

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse

Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse Mars 2010 Mise à jour : juillet 2010 Mise à jour : 28 septembre 2010 Questions / Réponses Implants mammaires à base de gel de silicone de la société Poly Implant Prothèse 1. Quelles prothèses mammaires

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné

Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Après un cancer du sein, retrouvez une vie active et votre féminité avec votre kiné Le cancer du sein touche 1 femme sur 9 * au cours de sa vie. Si la prévention, la recherche et les traitements font d

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau.

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. A) La machine La machine utilisée pour cette étude est celle du Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Elle nous a été fournie par

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

3M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique. L innovation dans les sutures cutanées. 3Santé. L innovation en action

3M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique. L innovation dans les sutures cutanées. 3Santé. L innovation en action M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique L innovation dans les sutures cutanées L innovation en action Santé M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique Une suture à effectuer? M Precise Prête à l

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

Coussin de massage Shiatsu

Coussin de massage Shiatsu Coussin de massage Shiatsu Appareil et éléments de commande Têtes de massage doubles tridimensionnelles _ Revêtement amovible _ Commutateur 0 Appareil éteint I Massage allumé II Massage et chauffage allumés

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

L ostéopathie. PRIVAS TEDDY Infirmier DE Ostéopathe DO. ISFI Bayonne Septembre 2012

L ostéopathie. PRIVAS TEDDY Infirmier DE Ostéopathe DO. ISFI Bayonne Septembre 2012 L ostéopathie PRIVAS TEDDY Infirmier DE Ostéopathe DO ISFI Bayonne Septembre 2012 1 PLAN Définition Un peu d histoire L ostéopathie aujourd hui Le cadre législatif Les différentes approches Pour qui, pour

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE

THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE A PROPOS DE 56 CAS DE RHIZARTHROSE CHRISTIAN SCHWAB, PHILIPPE BAROSI * PHYSIOTHÉRAPEUTES RÉSUMÉ Cette étude clinique portant sur un collectif de 56 patients présentant

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

Vivez et Bougez! Schéma de traitement. Conseils pratiques aux patients souffrant d arthrose

Vivez et Bougez! Schéma de traitement. Conseils pratiques aux patients souffrant d arthrose Schéma de traitement OSTENIL, OSTENIL PLUS et OSTENIL MINI sont des dispositifs médicaux stériles, disponibles sur prescription auprès de votre pharmacien. D autres canaux de distribution existent également,

Plus en détail

FERMETURE DERMIQUE. Dr TAILLIER / Dr ROS. Nouvelle clinique de l Union

FERMETURE DERMIQUE. Dr TAILLIER / Dr ROS. Nouvelle clinique de l Union FERMETURE DERMIQUE Dr TAILLIER / Dr ROS Nouvelle clinique de l Union 1 UN PEU D HISTOIRE (1) Egyptiens, il y a 4000 ans, aiguilles à chas en os, fil de lin et même bandelettes adhésives Indes, 2000 ans

Plus en détail

LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER

LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER Escarres et plaies du pied du diabétique: comment les couvrir? LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER Escarres: plan Définitions des stades Le moment chirurgical Les techniques

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC sales@btlnet.com www.btlnet.com Tous les droits sont réservés. Toutes les précautions pour offrir des informations précises et pour suivre les mises à jour ont été prises, nous

Plus en détail

Blessure neurologique : qui, que, quoi??

Blessure neurologique : qui, que, quoi?? Blessure neurologique : qui, que, quoi?? Présenté par le Dr Aroussen Laflamme Chiropraticien Il y a quelques semaines sur cyclingnews, ont pouvait lire l histoire de Bobbie Traksel, un jeune coureur de

Plus en détail

QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL

QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL QUANTITATIVE MUSCLE TESTING OF ANKLE DORSI FLEXION AND FEET EVERSORS USING A DYNAMOMETER TYPE CHATILLON : PROTOCOL Investigateur pour cette partie du projet: Dr Luc J. Hébert 08 mai 2006 Consignes à l

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

ALGORITHME DECISIONNEL

ALGORITHME DECISIONNEL ALGORITHME DECISIONNEL RACHIS LOMBAIRE SACRO ILIAQUES COXO FEMORALES BILAN 1 DIM RAS PATHOLOGIE LIMITEES TRAITEMENT 1 TNF LOMBAIRE NON TRAITE TNF SACRO ILIAQUE NON TRAITE BILAN CONTROLE 2 BIEN = DEBUT

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier Former le personnel paramédical Uniformiser les pratiques Permettre

Plus en détail

GESTION DU CERNE EN CREUX AVEC LES EXTRAITS PLAQUETTAIRES.

GESTION DU CERNE EN CREUX AVEC LES EXTRAITS PLAQUETTAIRES. GESTION DU CERNE EN CREUX AVEC LES EXTRAITS PLAQUETTAIRES. Docteur Gilbert AMGAR MAISONS LAFFITTE Inexistant chez le nourrisson, le cerne creux est synonyme de fatigue, d épuisement, de souffrance ou de

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 8 : Circulation : Contrôle local du débit sanguin Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Activités qui imposent des stress importants aux chevilles

Activités qui imposent des stress importants aux chevilles Activités qui imposent des stress importants aux chevilles Anatomie du pied Tirée de Gosling et Al. Anatomie humaine 1986. 008 Figure 132 : Anatomie du pied Tirée de : Wirhed, Rolf. (1998), Anatomie et

Plus en détail

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Genou 203 I. Exercices pour le syndrome fémoro-patellaire, la gonalgie chronique ou le syndrome d Osgood-Schlatter Une surcharge pondérale peut précipiter ou aggraver un problème articulaire au genou.

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS SIANI F (1) - BOUCAND M.H (2) Janvier 2006 Association Française Syndromes Ehlers Danlos 1 - kinésithérapeute cadre de santé, Centre

Plus en détail

RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE

RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE Mars 2009 RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE Réalisé sur des volontaires recrutés au sein de l hôpital pitié-salpêtrière de paris Intervenants de l

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs?

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une déchirure des tendons au niveau de leur insertion sur l humérus. Il s agit le plus souvent

Plus en détail

Mode d emploi pour l application du produit

Mode d emploi pour l application du produit CONÇU POUR LE MOUVEMENT Mode d emploi pour l application du produit Facile à utiliser S applique en quelques secondes Dure jusqu à 5 jours Tous les produits SpiderTech sont fabriqués au Canada avec la

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX 7. Divers moyens physiques et psychologiques peuvent induire un effet analgésique. Certains peuvent être facilement appliqués par un infirmier. Leur indication ne doit pas pour autant faire dispenser le

Plus en détail

Mal de dos. Pour faire le point Ouvrons le dialogue. Ministère de la Santé et de la Protection sociale

Mal de dos. Pour faire le point Ouvrons le dialogue. Ministère de la Santé et de la Protection sociale Mal de dos Pour faire le point Ouvrons le dialogue Ministère de la Santé et de la Protection sociale Pour faire le point Mal de dos Votre médecin vous a proposé de faire le point sur votre dos. Ce livret

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

PREVENTION DES ESCARRES

PREVENTION DES ESCARRES PREVENTION DES ESCARRES OBJECTIFS SEPECIFIQUES - Définir l escarre en se référant au contenu du cours - Expliquer le processus d installation d une escarre - Énumérer toutes les causes de l escarre - Citer

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires 1 Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires Dans la grande majorité des cas, les syndromes fémoro-patellaires (SFP) guérissent avec un traitement médical bien conduit. Pour être efficace,

Plus en détail

Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires.

Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. SOMMAIRE Quel rôle jouent nos dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce qu un implant dentaire? 4 De quelles possibilités disposons-nous pour

Plus en détail

Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires.

Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. SOMMAIRE Quel rôle jouent nos dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce qu un implant dentaire? 4 De quelles possibilités disposons-nous pour

Plus en détail