Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner"

Transcription

1 Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner Avril 2014 Introduction Le présent document se fonde sur les réponses aux questionnaires émanant de participants des pays suivants : Cameroun, Côte- d'ivoire, République du Congo, Ghana, Liberia, Vietnam et Laos. Il résume les réponses reçues. Dans certains cas, les réponses n'étaient, cependant, pas claires pour nous. Aussi, le présent document ne doit donc être considéré que comme un projet, auquel des modifications pourront être apportées, lors de la réunion, pour s'assurer que le document final reflète correctement la situation des différents pays. 1. Qu'entendez- vous par «gestion communautaire des forêts» et y a- t- il quelque chose de similaire dans votre pays? Les pays répondants disposent d un large éventail de concepts concernant la foresterie communautaire. Certains pays ont une définition très large de la foresterie communautaire : pour RECOFTC au Vietnam, par exemple, la foresterie communautaire englobe tout ce qui augmente le rôle des populations locales dans la gestion des forêts. Cela peut comprendre la gestion directe de la communauté, les entreprises forestières à petite échelle, les schémas de production forestière indépendante et les partenariats entreprise - communauté. Il existe trois types de foresterie communautaire au Vietnam, à savoir : type 1 : les forêts en copropriété, possédées et gérées par les populations locales ;

2 type 2 : les forêts sous contrat entre une organisation étatique et les populations locales, détenues par le gouvernement ; type 3 : les forêts de gestion traditionnelle par les populations locales, non reconnues légalement. Pour la plupart des répondants, le droit de gérer les terres et les ressources forestières était un élément important (Liberia, Cameroun, Ghana, République du Congo, Laos, Vietnam). Le Liberia a également mentionné le droit de réglementer l accès et l usage. Les pays à évoquer des modèles de foresterie communautaire impliquant la propriété réelle de la terre ont été moins nombreux (Ghana, Liberia, République du Congo et Vietnam). Au Ghana, on entend par «forêt communautaire» les accords de partage des recettes. Les plantations sont un type de forêts communautaires, appartenant conjointement au gouvernement et aux communautés ; ces dernières recevant une part de 45 % des revenus générés par la forêt. Une certaine incohérence a été constatée entre la façon dont certains pays ont décrit leur compréhension théorique de la foresterie communautaire et ce qu'ils ont ensuite proposé comme exemples de foresterie communautaire dans leur propre pays. Par exemple, tant le Ghana que la République du Congo ont, tous deux, déclaré la propriété comme étant une partie essentielle de la foresterie communautaire, puis ensuite, ils ont décrit des modèles de «foresterie communautaire» dans leurs propres pays où le gouvernement a conservé la propriété officielle de la terre. 2. Quels types d'activités économiques sont autorisés sur les terres? Les forêts communautaires de nombreux pays autorisent la collecte des produits forestiers non ligneux (NTFP) (Ghana, Cameroun, Vietnam, République du Congo). Le Vietnam a indiqué que certaines de ses forêts communautaires (type 1, voir p. 1 ci- dessus) permettaient aux communautés de commercialiser les NTFP, mais que d'autres modèles de forêt communautaire existaient, dont ceux fondés sur un contrat communautaire- gouvernemental (type 2) et ceux nullement reconnus par la loi (type 3), où les NTFP ne pouvaient être collectés qu à des fins de subsistance des communautés. Plusieurs modèles de forêts communautaires autorisent les communautés de pratiquer l'agriculture (République du Congo, Cameroun, Vietnam, Liberia). Certains pays permettent également la collecte commerciale du bois dans les forêts communautaires (Liberia, Cameroun, République du Congo, et certaines forêts

3 communautaire (FC) au Ghana et au Vietnam). Au Cameroun, au Liberia et dans certains types de forêts communautaires au Vietnam, les communautés peuvent négocier et signer des contrats directement avec les sociétés forestières, en ayant droit à une partie des revenus de cette exploitation (au Liberia, 55 %). Dans les forêts communautaires de type 1 au Vietnam, les communautés sont libres de faire de même pour les plantations, mais la collecte commerciale du bois des forêts naturelles n'en est qu'au stade du test. Les autres types de forêts communautaires au Vietnam (type 2) appartiennent au gouvernement, et non pas aux populations locales, de sorte que la communauté ne peut contracter directement avec les sociétés forestières. D'autres types de forêts communautaires sont axés principalement sur la conservation. Dans ces zones, les activités économiques peuvent être totalement interdites (Cameroun, Côte d'ivoire), ou permettre l'écotourisme (Ghana, Laos). En Côte d'ivoire, en dépit d'une interdiction générale d'exercice de toute activité économique dans les forêts communautaires, il peut éventuellement arriver que des plantations soient autorisées afin de réduire la pauvreté. 3. Quelles règles régissent la forêt communautaire? La plupart des pays disposent d un certain degré de législation nationale, en matière de foresterie communautaire, laquelle est plus ou moins détaillée (ce qui est susceptible d'influencer sa mise en œuvre). Au Liberia, une loi spécifique sur la foresterie communautaire, accompagnée d'un ensemble détaillé de règlements, a été adoptée en En revanche, dans d'autres pays, si l'on a bien abordé la foresterie communautaire dans la législation au niveau national, il demeure un besoin persistant de mise en œuvre d'une législation plus détaillée (Vietnam, Côte d'ivoire). Les forêts communautaires de nombreux pays sont également régies par des plans de gestion individuels, développés au niveau local (Laos, Cameroun, Liberia, République du Congo, et certaines FC au Ghana). Ces plans fixent les droits et les responsabilités des parties prenantes locales, par rapport aux types d'activités pouvant avoir lieu dans la forêt communautaire. Au Cameroun, le plan de gestion comprend une liste de projets à financer avec les revenus de l'exploitation. En général, ces plans de gestion sont élaborés par la communauté, avec un certain degré d'implication des acteurs gouvernementaux locaux (Laos) ou nationaux (Liberia, Ghana), voire parfois du secteur privé (République du Congo). Le Cameroun et le Liberia ont mentionné le soutien d ONG et/ou de consultants dans l'élaboration de ces plans de gestion, qui devaient être fondés sur des études socio- économiques, ainsi qu'environnementales. Au Liberia, le plan de gestion est accompagné par la création d'un organe de gestion communautaire des forêts multipartite, qui supervise sa mise en œuvre.

4 Certains de ces plans de gestion ont des durées limitées, après l échéance desquelles, ils doivent, du moins théoriquement, être renégociés et renouvelés (République du Congo et Cameroun : 5 ans). 4. Comment a fonctionné la foresterie communautaire dans la pratique? Qu'est- ce qui a bien fonctionné? Les réponses apportées à la question de savoir si la foresterie communautaire constitue un développement positif, offrent une image contrastée. Bien qu'en théorie tous les pays voient la foresterie communautaire comme importante et positive, en pratique, il semblerait y avoir beaucoup de problèmes, notamment dans les pays africains. En effet, presque tous les pays déclarent que l'importance de la foresterie communautaire réside dans le fait que les communautés se voient octroyer le pouvoir (juridique) de gérer les forêts et d'en tirer profit. La participation des membres de la communauté dans la gestion des forêts est perçue comme positive par presque tous les pays (Côte d'ivoire, Ghana, Cameroun, Vietnam et République du Congo). Les questionnaires font allusion au fait (sans toutefois fournir de données) que les avantages économiques sont, cependant, réduits. Le Cameroun fait notamment état de génération de revenus et de la création des emplois pour la jeunesse, comme effets positifs sur la foresterie communautaire, mais nulle donnée n est proposée à l appui de cette affirmation. Néanmoins, les forêts communautaires jouent un grand rôle dans la conservation des sites biologiquement importants et souvent sacrés (Ghana, Laos). Le Ghana indique que dans les forêts naturelles, la protection «bois sacrés» appartenant à la communauté s est avérée efficace pour protéger de petits fragments de forêts ayant un rôle de biodiversité et d'îlots de préservation culturelle. Il est intéressant de souligner qu'au Ghana, des plantations forestières (industrielles) appartenant conjointement aux communautés et à la Commission des forêts, sont considérées comme un exemple de partenariat entre les communautés et l État pour le développement, permettant les investissements communautaires sur des produits forestiers à forte valeur ajoutée, ainsi que le potentiel de pouvoir réduire la taille illégale ou le vol d'arbres. Il existe trois types de foresterie communautaire au Vietnam, tel que mentionné ci- dessus. Le type 1 a bien fonctionné pour fournir à la population locale des droits et avantages légaux concernant les forêts. Le type 2 génère avec succès des liquidités immédiates au profit des populations locales (sachant que nulle donnée n a été mise à

5 disposition sur ce point), et le type 3 de FC apporte de manière satisfaisante aux populations locales l espace nécessaire pour pratiquer leurs traditions coutumières. Quels ont été les problèmes? Des règles compliquées, une législation inadéquate ou hors de propos, le manque de soutien technique et financier et des structures de gouvernance peu claires, sont fréquemment mentionnés (Cameroun, Côte- d'ivoire, République du Congo, Laos) comme étant les principaux problèmes rencontrés. La taille réduite de la zone et la difficulté à la rendre économiquement viable, sont également mentionnées par le Ghana (en ce qui concerne les forêts naturelles), le Cameroun, la République du Congo et le Vietnam. Au Cameroun, la complexité des règles complique la tâche des collectivités à mettre en œuvre la foresterie communautaire, le tout aggravé par le manque de soutien financier et technique, la faiblesse des structures organisationnelles et les conflits internes. De la même manière, la République du Congo fait état de la lourdeur des procédures ou des mécanismes, à laquelle viennent s ajouter l'incompétence et le manque de capacités au sein des communautés. Plusieurs pays ont mentionné les difficultés qui empêchaient les forêts communautaires de réaliser de véritables avantages économiques pour les communautés. Au Cameroun, l'absence de marchés pour les NTFP est un problème important. Au Liberia, la formation et l'autonomisation des communautés à faire un usage économiquement productif propre de leurs forêts, se sont avérées insuffisantes. Le résultat qui s en est suivi est qu en pratique, les forêts communautaires ont fonctionné comme des concessions forestières commerciales, avec peu d'avantages financiers, sociaux et environnementaux apportés aux communautés. Au Ghana, la foresterie de plantation fournit des retombées insuffisantes aux communautés ; dans les forêts naturelles, les espaces sont généralement trop petits pour apporter des avantages économiques tangibles, sans aucune possibilité d'expansion, puisque la plupart des forêts naturelles ont disparu. Presque tous les pays dénoncent l'empiètement et la taille illégale comme étant les principales menaces. Au Cameroun, cet empiétement n'est pas imputable dans son ensemble aux concessionnaires forestiers, puisque ce sont les forêts communautaires qui prévalent, juridiquement parlant, quant à l'exploitation commerciale du bois. Néanmoins, cette protection ne s'applique pas à d'autres secteurs, et les forêts communautaires se trouvent particulièrement en proie aux menaces de la part de concessions minières. Au Ghana, la principale menace pour les forêts communautaires n'émane pas non plus de concessionnaires forestiers, mais d'autres acteurs, tels que les vendeurs d'écorce d'arbres, les coupeurs de bois illégaux (également signalés en République du Congo) et les mineurs à petite échelle. Le Liberia a également signalé des

6 problèmes avec l'expansion des terres, au bénéfice des secteurs de l'huile de palme et minier. Le Liberia et le Ghana ont tous deux déclaré des problèmes d'expansion illégale de concessionnaires forestiers dans les forêts communautaires. Au Ghana, ces contrevenants ont soutenu qu ils agissaient ainsi car les terres n'étaient pas clairement délimitées. Le Liberia a expliqué que ce problème était en partie dû au fait que le pays n'avait pas encore élaboré de politique globale d'aménagement du territoire, ni de plan pour traiter les revendications territoriales concurrentes ; une autre raison avancée était la faiblesse des mécanismes d'application de la loi. Dans d'autres pays, l'exploitation légale du bois commercial constitue une menace importante. En Côte d'ivoire, des permis d'abattage ont été accordés sur les zones forestières communautaires. Le Laos a, quant à lui, observé que les acteurs bénéficiant d'un statut privilégié étaient encore en mesure d'extraire du bois comme bon leur semblait. Au Vietnam, les problèmes signalés concernant les forêts de type 1 tiennent au fait que les droits légaux et les forêts ne deviennent pas automatiquement des droits et des avantages dans la pratique, en raison du flou existant et du manque d'exécution de leur mise en œuvre. Cependant, les forêts de type 1 sont généralement les mieux protégées contre les incursions par d'autres acteurs, puisque les communautés possèdent un droit à la terre. En revanche, les forêts des types 2 et 3 sont beaucoup plus vulnérables dans la pratique, puisque les communautés ne possèdent pas la terre. Dans les forêts de type 2, les populations locales ne connaissent pas la durée de leurs contrats, puisque ceux- ci doivent être renouvelés chaque année, et il n'y a aucune garantie qu'elles se verront attribuer les forêts l'année suivante. Dans les forêts de type 3, les populations locales n'ont pas de droits légaux sur les forêts (et sont donc dépourvues de toute protection juridique). Comment améliorer les choses? Les règles existantes n étant pas favorables aux utilisateurs des forêts, de nombreux pays proposent de modifier ces dernières et/ou le système juridique, pour élaborer un ensemble de règles applicables et utiles pour les communautés (Cameroun, Côte d'ivoire, Vietnam, République du Congo). Le renforcement de la capacité de toutes les parties prenantes, et notamment des communautés autochtones et locales, a également été évoqué par le Cameroun, la République du Congo, le Ghana, le Laos, le Liberia et le Vietnam. Le Liberia a noté, en particulier, l'importance de la formation des communautés pour réaliser des activités économiquement bénéfiques, de sorte que les forêts communautaires ne deviennent pas simplement des concessions d abattage forestier.

7 Pour le Ghana, l amélioration de la foresterie communautaire dans les forêts naturelles passerait, en tout premier lieu, par la réalisation de recherches plus poussées quant à leur contribution au développement durable, ainsi que par l'amélioration de leurs systèmes de gouvernance, notamment en ce qui concerne la surveillance et les retours d information. Pour les plantations, la voie à suivre serait d'inclure le renforcement des capacités des communautés pour un engagement efficace avec le gouvernement, ainsi que d améliorer le flux des avantages aux communautés. Au Vietnam, pour les forêts de type 1, la proposition est de renforcer la capacité des communautés locales et de créer un environnement juridique et d'exécution favorable aux populations locales. Pour les forêts de type 2 et de type 3, il s agirait d accorder aux populations locales des droits légaux sur la forêt (en d'autres termes, passage vers le type 1). Au Laos, la mise en place d'un cadre juridique clair, couvrant les ressources foncières et forestières villageoises, qui permettrait une gestion des ressources naturelles efficace de la part des communautés, avec une planification participative de l'utilisation des terres au niveau du village reflétant l'utilisation réelle des terres et des forêts, s avérerait nécessaire, ainsi que l'allocation de ressources financières adéquates pour le soutien de la mise en œuvre de la gestion forestière communautaire et la mise en place de systèmes de micro- finance pour l'auto- soutien à long terme, au niveau local. 4. Que trouveriez- vous utile d'apprendre des expériences d'autres pays/ dans le cadre de cet atelier? De nombreux participants aimeraient mieux comprendre ce que la foresterie communautaire implique, comment elle est encadrée légalement dans les différents pays, et comment elle fonctionne dans la pratique à travers le monde, ainsi que ses avantages et ses inconvénients. Il a aussi fréquemment été mentionné, le souhait d'étudier les différents modes de gouvernance et de contrôle communautaires, et comment les améliorer, y compris au moyen d un soutien à l'élaboration des plans de gestion des forêts communautaires. Le Liberia souhaiterait se pencher sur les moyens de faire barrage à l'empiétement sur les forêts communautaires par l'exploitation forestière, l'exploitation minière et les concessions d'huile de palme, notamment par la formation des communautés pour qu elles puissent assurer une surveillance elles- mêmes. Un intérêt a également été exprimé concernant la recherche de moyens pour améliorer les flux d'avantages pour les communautés et protéger les intérêts de ces dernières quant à l'évolution des plantations. Le Cameroun, en particulier, souhaiterait également

8 mieux examiner les différentes procédures possibles d'attribution et de gestion, ainsi que les sources de financement de la foresterie communautaire, en améliorant les relations avec les acheteurs- transformateurs et le développement de chaînes viables pour les NTFP. Le Libéria souhaiterait, quant à lui, étudier les possibilités pour les communautés d'accéder aux avantages qu'offre le carbone forestier. Fin.

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation

Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation Getty images Point d étape du partenariat entre la Fondation Chirac et The Forest Trust dans le cadre de leur programme de lutte contre la déforestation Sommaire Communiqué de presse La lutte contre la

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso

Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso ECO Consult au nom de PROFOR Session Technique PROFOR Agenda 1. Objectives de l etude 2. Methodologie 3. Vulnerabilite de la sous-filiere

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

LES FORETS AU BURKINA FASO

LES FORETS AU BURKINA FASO LES FORETS AU BURKINA FASO Background Paper Présenté à l atelier sur le Dialogue Forestier 12 au 15 septembre 2011 Ouagadougou/ Burkina Faso Sylvestre Bangré OUEDRAOGO Coordonnateur Régional de TREE AID

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun

De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun Retour au menu De Kompia à Djholempoum : Sur les sentiers tortueux de l aménagement des forêts communautaires au Cameroun C. Vermeulen (1), M. Vandenhaute (2), W. Delvingt (2) et M. Dethier (1) (1) Université

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final Objet: Aide d Etat N 351/2006 France Crédit d impôt en faveur des sociétés créées pour le rachat de tout ou partie du capital d une entreprise

Plus en détail

CERTIFICATION FORESTIERE FSC. Guide simplifié pour les différents acteurs

CERTIFICATION FORESTIERE FSC. Guide simplifié pour les différents acteurs CERTIFICATION FORESTIERE FSC Guide simplifié pour les différents acteurs 1 Présentation de l équipe Réalisation: CIEFE: Centre International d Etudes Forestières et Environnementales (Cameroun) IMAFLORA:

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com PROGRAMME «PROMOTION DE L EXPLOITATION CERTIFIEE DES FORETS» Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com À travers la KFW PARTIE I 1. COORDONNEES DU CANDIDAT

Plus en détail

Fiche technique du projet DACEFI-2

Fiche technique du projet DACEFI-2 technique du projet DACEFI-2 La superposition des permis forestiers, des permis miniers et des futures forêts communautaires technique N 2 Contexte Au Gabon, le domaine forestier national (DFN) est divisé

Plus en détail

Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC

Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC 6ème Réunion du PFBC Yaoundé: 11 au 12 Novembre 2009 1 Présentation par Bamba Diop BAD But et Objectif Stratégique

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DE TRAVAIL SUR L ARTICLE

RAPPORT D ACTIVITES SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DE TRAVAIL SUR L ARTICLE CDB CONVENTION SUR LA DIVERSITE BIOLOGIQUE Distr. GENERALE UNEP/CBD/WG8J/4/2 1 décembre 2005 FRANCAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPECIAL INTERSESSIONS A COMPOSITION NON LIMITEE SUR L ARTICLE

Plus en détail

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Gestion durable des forêts et programme d investissement dans l initiative REDD+

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO Objectif 1 : Conservation de la diversité biologique THEMES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ETAT DE

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE POURQUOI MAINTENANT? La crise est bien réelle Notre industrie forestière est essentielle à la santé économique du Nouveau-Brunswick, car la subsistance de 22 000 travailleurs dépend de cette importante

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique les services d'orange pour l agriculture en Afrique ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les méthodes développées par Orange pour améliorer la productivité dans le monde rural 2 sommaire 1 2 3 l'apport

Plus en détail

2 L appellation «entreprise d État» désigne une entreprise détenue en tout ou en partie par l État. Les rôles des entreprises

2 L appellation «entreprise d État» désigne une entreprise détenue en tout ou en partie par l État. Les rôles des entreprises FMI (2012) «Fiscal Regimes for Extractive Industries: Design and Implementation» («Les régimes fiscaux des industries extractives : conception et mise en œuvre»). Département des finances publiques. 2

Plus en détail

Comment les informations peuvent être. utilisées pour influencer l'application du

Comment les informations peuvent être. utilisées pour influencer l'application du Comment les informations peuvent être utilisées pour influencer l'application du Règlement Bois de l'ue 1 Contexte Le Règlement Bois crée deux exigences principales. Il interdit la mise sur le marché de

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

GUIDE DES UTILISATEURS DU MANUEL BROCHURE A

GUIDE DES UTILISATEURS DU MANUEL BROCHURE A Les petites entreprises communautaires de produits forestiers: Analyse et Développement des Marchés GUIDE DES UTILISATEURS DU MANUEL BROCHURE A Les petites entreprises communautaires de produits forestiers:

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir

Plus en détail

Les propositions de politiques de sauvegarde de la Banque mondiale pour les peuples autochtones soulèvent de vives préoccupations

Les propositions de politiques de sauvegarde de la Banque mondiale pour les peuples autochtones soulèvent de vives préoccupations Les propositions de politiques de sauvegarde de la Banque mondiale pour les peuples autochtones soulèvent de vives préoccupations Nous avons examiné et réfléchi au projet de nouvelle proposition de politiques

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Mines & Communautés. Promouvoir le développement axé sur les droits humains dans le contexte de l exploitation minière industrielle en Guinée

Mines & Communautés. Promouvoir le développement axé sur les droits humains dans le contexte de l exploitation minière industrielle en Guinée Mines & Communautés Promouvoir le développement axé sur les droits humains dans le contexte de l exploitation minière industrielle en Guinée Version abrégée du Guide pratique à l intention des organisations

Plus en détail

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ;

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ; MODELE DE CONVENTION DEFINITIVE DE GESTION D UNE FORET COMMUNAUTAIRE (Extrait du manuel des procédures d attribution et de gestion des forêts communautaires 2009) REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX - TRAVAIL

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET INTITULÉ: NUMÉRO DE SÉRIE: COMITÉ: SOUMIS PAR: LANGUE ORIGINALE: DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE DES BOIS TROPICAUX ET PRODUITS DÉRIVÉS,

Plus en détail

PARC NATIONAL DE LA SALONGA

PARC NATIONAL DE LA SALONGA PARC NATIONAL DE LA SALONGA Carte Source : draft de plan de gestion ECOFAC 20102020 In Bekalikali, n 2 30 septembre 2008 Superficie : 3 600 000 ha Catégorie IUCN : II Label international : Site du Patrimoine

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives 1 Ce document a été réalisé par la Direction du développement régional et de l économie sociale du ministère des Affaires municipales,

Plus en détail

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche?

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Vous êtes un propriétaire forestier privé ou public? ou vous envisagez de le devenir? Vous souhaitez vendre, échanger ou acheter des parcelles

Plus en détail

TUNISIE TCP/TUN/3304. 304 000 dollars EU

TUNISIE TCP/TUN/3304. 304 000 dollars EU Pays : Code du projet : Code du projet : TUNISIE Appui à la promotion des micro entreprises forestières basées sur les PFNL pour améliorer le niveau de vie des populations forestières et une gestion durable

Plus en détail

Des mots pour des maux

Des mots pour des maux Des mots pour des maux Le Plan Nord: Un plan pour qui? 1. Pourquoi s y intéresser? Qu est-ce que le Plan Nord? C est un projet économique qui a pour but d exploiter les mines, la forêt, l énergie et les

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL ADOPTER L AVANT PROJET DE LOI PORTANT RÉGIME DES FORETS ET DE LA FAUNE?

POURQUOI FAUT-IL ADOPTER L AVANT PROJET DE LOI PORTANT RÉGIME DES FORETS ET DE LA FAUNE? POURQUOI FAUT-IL ADOPTER L AVANT PROJET DE LOI PORTANT RÉGIME DES FORETS ET DE LA FAUNE? LES AUTORITÉS TRADITIONNELLES DU CAMEROUN S EXPRIMENT Une Proposition validée lors de l Atelier de réflexion des

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

1 er CONGRES DES FORETS COMMUNALES DE LA COMIFAC Présentation des initiatives en cours au CAMEROUN

1 er CONGRES DES FORETS COMMUNALES DE LA COMIFAC Présentation des initiatives en cours au CAMEROUN 1 er CONGRES DES FORETS COMMUNALES DE LA COMIFAC Présentation des initiatives en cours au CAMEROUN Par: NTI MEFE Solomon Maire de la Commune de Djoum Secrétaire Général ACFCam 1- REPERES CHRONOLOGIQUES

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

Auteurs : Maquette et mise en page Mots clés Décembre 2014

Auteurs : Maquette et mise en page Mots clés Décembre 2014 RAPPORT ATELIER NATIONAL SUR L APPROPRIATION ET L APPLICATION DE L ARRETE N o 105 /MFEPRN/SG/DGF/DDF/SACF FIXANT LE MODELE DU CAHIER DES CHARGES CONTRACTUELLES SUR LE PARTAGE DES BENEFICES ISSUS DE L EXPLOITATION

Plus en détail

Expert Forêt- Environnement et changement climatique

Expert Forêt- Environnement et changement climatique Expert Forêt- Environnement et changement climatique Ghislain AGOUM TIKENG BP:30214 Yaoundé Mobile : (237)75331427/98547768 E-mail :agoum_ghislo@yahoo.fr Né le 24/11/1980 à Yaoundé Camerounais, célibataire

Plus en détail

Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales

Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales Forum international sur les paiements pour services liés aux écosystèmes des forêts tropicales San José (Costa Rica) - Du 7 au 10 avril 2014 Messages principaux, résumé et recommandations 1 1 Le présent

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Formulaire de demande de Co-financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com

Formulaire de demande de Co-financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com PROGRAMME «PROMOTION DE L EXPLOITATION CERTIFIEE DES FORETS» Formulaire de demande de Co-financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com à travers la KFW PARTIE I 1. COORDONNEES DU CANDIDAT

Plus en détail

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée I. Contexte La République de Guinée est aujourd hui engagée sur la voie de la transparence et de la bonne gouvernance pour

Plus en détail

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks NC 04 Norme comptable relative aux Stocks Objectif 01. Lorsque l'activité de l'entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

INSTRUCTION. Mots clés : Commercialisation des bois, particulier, cessionnaire, produit accessoire, contrat

INSTRUCTION. Mots clés : Commercialisation des bois, particulier, cessionnaire, produit accessoire, contrat INSTRUCTION N INS-11-T- Diffusion interne : T le Diffusion externe : 0 Service rédacteur : DTCB-DCB Plan de classement : 7.12 Direction Générale 2, av. de Saint-Mandé 75570 Paris Cedex 12 Objet : Vente

Plus en détail

Règle du Jeu du paysage

Règle du Jeu du paysage Règle du Jeu du paysage Le Jeu du paysage vous fait expérimenter les liens dynamiques entre la concurrence pour l usage des terres, l action gouvernementale et l évolution d un paysage Le Jeu du paysage

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS SYNTHESE INTRODUCTION La présente étude documentaire a été réalisée par le Programme Carbone forestier, Marchés et Communautés (FCMC). Ce programme

Plus en détail

MINIERE EN AFRIQUE. Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012

MINIERE EN AFRIQUE. Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012 ET A LA GOUVERNANCE MINIERE EN AFRIQUE Par Papa Gora BAR (SENEGAL) - Mai 2012 L ITIE : Initiative pour la Transparence des Industries Extractives ressources minérales, l vise à renforcer la gouvernance

Plus en détail

La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise

La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise La Loi sur l aménagement durable du territoire forestier et le régime de la forêt privée québécoise Les forêts qui entourent nos communautés urbaines et rurales sont très majoritairement des boisés privés.

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires du 28 novembre 1983 Le Conseil fédéral suisse, vu les articles 11 et 37 de la loi du 23 décembre 1959" sur l'énergie

Plus en détail

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF ATELIER DE FORMATION EN AFRIQUE CEMTRALE Assemblée Nationale du Cameroun 11 13 Mars 2015 ---------------------------------- Promouvoir des Investissements Agricoles Durables: Les Options Juridiques et

Plus en détail

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides Tableau 8 : Plan d action pour la conservation de la biodiversité au Rwanda Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides 1.1. Développement 1.1.1

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE

TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE 1 1. CONTEXTE Le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d Afrique Centrale a obtenu un don de la Banque Africaine

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir dans

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Le grand principe gouvernant la matière, déjà évoqué, veut que les marchés publics soient passés avec concurrence. A cette fin, les pouvoirs adjudicateurs

Plus en détail

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets

EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT. Partie législative. Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets le Code de l Environnement p. 1 EXTRAITS DU CODE DE L ENVIRONNEMENT Partie législative Section 2: Conception, production et distribution de produits générateurs de déchets des déchets issus de leurs produits

Plus en détail

Les innovations collaboratives - rendre les bibliothèques plus pertinentes dans la société

Les innovations collaboratives - rendre les bibliothèques plus pertinentes dans la société Submitted on: August 17, 2013 Les innovations collaboratives - rendre les bibliothèques plus pertinentes dans la société French translation of the Original Paper: Collaborative innovations Making Libraries

Plus en détail

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline Travail ORDONNE Ordonnance n 2012 03. du 11 janvier 2012 modifiant les articles 22,50, 95, 149 a 163 ter et complétant l'article

Plus en détail

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Par Dan Lansana KOUROUMA, CÉREC Ouo Ouo LAMA, UdeM Jean Philippe WAAUB, GEIGER

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable En quoi consiste le CAFTN? Cadre de partenariat avec les entreprises forestières dans le but de promouvoir la foresterie

Plus en détail

Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail

Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail Institut de recherche et de développement coopératifs ifk Modèle de phases FlexWork: Sondage des entreprises et administrations suisses sur la flexibilité géographique et temporelle du travail Auteurs/Auteure:

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU CONCOURS 1 TABLETTE TACTILE A GAGNER

REGLEMENT DU JEU CONCOURS 1 TABLETTE TACTILE A GAGNER REGLEMENT DU JEU CONCOURS 1 TABLETTE TACTILE A GAGNER Article 1 : Organisation Le site web Voyage Way ci après désignée sous le nom «L'organisatrice», organise un jeu gratuit sans obligation d'achat du

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Décembre 2003 Série socio-économique 03-024 Examen des programmes de formation en gestion immobilière à l intention des Premières nations Introduction Les Premières nations ont tout

Plus en détail

FICHE 4 : LES DONNEES PROTEGEES PAR DES DROITS DE PROPRIETE. 1 Comment déterminer si une donnée est protégée par des droits de propriété?

FICHE 4 : LES DONNEES PROTEGEES PAR DES DROITS DE PROPRIETE. 1 Comment déterminer si une donnée est protégée par des droits de propriété? 1 FICHE 4 : LES DONNEES PROTEGEES PAR DES DROITS DE PROPRIETE 1 Comment déterminer si une donnée est protégée par des droits de propriété? En l état, seules des personnes publiques soumises au Code des

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS INTRODUCTION Newedge Group (ci-après «Newedge») est un prestataire de service d investissement établi en France et ayant des succursales et filiales

Plus en détail

De l'exploitation forestière illégale au blanchiment du bois

De l'exploitation forestière illégale au blanchiment du bois De l'exploitation forestière illégale au blanchiment du bois Un commerce de plus de 30 milliards de dollars (USD), structuré par le crime organisé, responsable de 90% de la déforestation tropicale Un rapport

Plus en détail

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre :

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Phase II Recherche action sur la formation des enseignants aux usages pédagogiques des

Plus en détail

Exemple d'application.

Exemple d'application. Exemple d'application. 1. Monsieur A est salarié. Messieurs B et C sont travailleurs indépendants. Tous trois ont un revenu professionnel annuel de 100.000 euros. La seule différence entre B et C est que

Plus en détail

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES

ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES ASSOCIATION DES BIOLOGISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE SUR L AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT POUR UN CODE DE GESTION DES PESTICIDES présenté au Ministère de l Environnement et de la Faune Direction des politiques des

Plus en détail

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011 Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé Avril 2011 Chapitre 204 du Code de déontologie harmonisé pour les comptables agréés du Canada approuvé le 4 avril 2011 par le Comité sur

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon

Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon Entre permis forestier et permis minier, la diff icile émergence des forêts communautaires au Gabon Morin, A. 1, Meunier, Q. 1, Moumbogou, C. 1, Boldrini, S. 1, Vermeulen, C. 2 Résumé A l heure de l attribution

Plus en détail

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue

ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE. Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue ANIMATION DE LA CHARTE GARRIGUE Gestion des conflits d usages liés à la pratique des sports motorisés en garrigue Circulation des engins motorisés dans les espaces naturels Synthèse règlementation Sommaire

Plus en détail

POLITIQUE DE LOGEMENT

POLITIQUE DE LOGEMENT POLITIQUE DE LOGEMENT ADOPTÉE LE : 1998-06-27 AMENDÉE LE : 2001-05-23 AMENDÉE LE : 2004-04-17 RÉSOLUTION : CP195-98 RÉSOLUTION : CC583-01 RÉSOLUTION : CC1123-04 NOTE : Dans le présent document, le masculin

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Quel avenir pour les produits bois éco-certifiés africains sur le marché européen?

Quel avenir pour les produits bois éco-certifiés africains sur le marché européen? Quel avenir pour les produits bois éco-certifiés africains sur le marché européen? Premières conclusions de l étude sur le marché européen des produits bois issus des forêts du Bassin du Congo gérées de

Plus en détail

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Fonds pour l Environnement Mondial. Décembre 2014 1 1.

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE 1) Droits d exploitation audiovisuelle des compétitions professionnelles... 185 2) Match télévisé... 185 3) Match des Champions... 185

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Titre : Economie verte et changements climatiques Date : 12 au 19 avril 2015 Lieu : Bujumbura-Burundi Langues : Français et Anglais. 1. Contexte

Plus en détail