Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner"

Transcription

1 Foresterie communautaire Vers une meilleure compréhension du concept et comment le faire fonctionner Avril 2014 Introduction Le présent document se fonde sur les réponses aux questionnaires émanant de participants des pays suivants : Cameroun, Côte- d'ivoire, République du Congo, Ghana, Liberia, Vietnam et Laos. Il résume les réponses reçues. Dans certains cas, les réponses n'étaient, cependant, pas claires pour nous. Aussi, le présent document ne doit donc être considéré que comme un projet, auquel des modifications pourront être apportées, lors de la réunion, pour s'assurer que le document final reflète correctement la situation des différents pays. 1. Qu'entendez- vous par «gestion communautaire des forêts» et y a- t- il quelque chose de similaire dans votre pays? Les pays répondants disposent d un large éventail de concepts concernant la foresterie communautaire. Certains pays ont une définition très large de la foresterie communautaire : pour RECOFTC au Vietnam, par exemple, la foresterie communautaire englobe tout ce qui augmente le rôle des populations locales dans la gestion des forêts. Cela peut comprendre la gestion directe de la communauté, les entreprises forestières à petite échelle, les schémas de production forestière indépendante et les partenariats entreprise - communauté. Il existe trois types de foresterie communautaire au Vietnam, à savoir : type 1 : les forêts en copropriété, possédées et gérées par les populations locales ;

2 type 2 : les forêts sous contrat entre une organisation étatique et les populations locales, détenues par le gouvernement ; type 3 : les forêts de gestion traditionnelle par les populations locales, non reconnues légalement. Pour la plupart des répondants, le droit de gérer les terres et les ressources forestières était un élément important (Liberia, Cameroun, Ghana, République du Congo, Laos, Vietnam). Le Liberia a également mentionné le droit de réglementer l accès et l usage. Les pays à évoquer des modèles de foresterie communautaire impliquant la propriété réelle de la terre ont été moins nombreux (Ghana, Liberia, République du Congo et Vietnam). Au Ghana, on entend par «forêt communautaire» les accords de partage des recettes. Les plantations sont un type de forêts communautaires, appartenant conjointement au gouvernement et aux communautés ; ces dernières recevant une part de 45 % des revenus générés par la forêt. Une certaine incohérence a été constatée entre la façon dont certains pays ont décrit leur compréhension théorique de la foresterie communautaire et ce qu'ils ont ensuite proposé comme exemples de foresterie communautaire dans leur propre pays. Par exemple, tant le Ghana que la République du Congo ont, tous deux, déclaré la propriété comme étant une partie essentielle de la foresterie communautaire, puis ensuite, ils ont décrit des modèles de «foresterie communautaire» dans leurs propres pays où le gouvernement a conservé la propriété officielle de la terre. 2. Quels types d'activités économiques sont autorisés sur les terres? Les forêts communautaires de nombreux pays autorisent la collecte des produits forestiers non ligneux (NTFP) (Ghana, Cameroun, Vietnam, République du Congo). Le Vietnam a indiqué que certaines de ses forêts communautaires (type 1, voir p. 1 ci- dessus) permettaient aux communautés de commercialiser les NTFP, mais que d'autres modèles de forêt communautaire existaient, dont ceux fondés sur un contrat communautaire- gouvernemental (type 2) et ceux nullement reconnus par la loi (type 3), où les NTFP ne pouvaient être collectés qu à des fins de subsistance des communautés. Plusieurs modèles de forêts communautaires autorisent les communautés de pratiquer l'agriculture (République du Congo, Cameroun, Vietnam, Liberia). Certains pays permettent également la collecte commerciale du bois dans les forêts communautaires (Liberia, Cameroun, République du Congo, et certaines forêts

3 communautaire (FC) au Ghana et au Vietnam). Au Cameroun, au Liberia et dans certains types de forêts communautaires au Vietnam, les communautés peuvent négocier et signer des contrats directement avec les sociétés forestières, en ayant droit à une partie des revenus de cette exploitation (au Liberia, 55 %). Dans les forêts communautaires de type 1 au Vietnam, les communautés sont libres de faire de même pour les plantations, mais la collecte commerciale du bois des forêts naturelles n'en est qu'au stade du test. Les autres types de forêts communautaires au Vietnam (type 2) appartiennent au gouvernement, et non pas aux populations locales, de sorte que la communauté ne peut contracter directement avec les sociétés forestières. D'autres types de forêts communautaires sont axés principalement sur la conservation. Dans ces zones, les activités économiques peuvent être totalement interdites (Cameroun, Côte d'ivoire), ou permettre l'écotourisme (Ghana, Laos). En Côte d'ivoire, en dépit d'une interdiction générale d'exercice de toute activité économique dans les forêts communautaires, il peut éventuellement arriver que des plantations soient autorisées afin de réduire la pauvreté. 3. Quelles règles régissent la forêt communautaire? La plupart des pays disposent d un certain degré de législation nationale, en matière de foresterie communautaire, laquelle est plus ou moins détaillée (ce qui est susceptible d'influencer sa mise en œuvre). Au Liberia, une loi spécifique sur la foresterie communautaire, accompagnée d'un ensemble détaillé de règlements, a été adoptée en En revanche, dans d'autres pays, si l'on a bien abordé la foresterie communautaire dans la législation au niveau national, il demeure un besoin persistant de mise en œuvre d'une législation plus détaillée (Vietnam, Côte d'ivoire). Les forêts communautaires de nombreux pays sont également régies par des plans de gestion individuels, développés au niveau local (Laos, Cameroun, Liberia, République du Congo, et certaines FC au Ghana). Ces plans fixent les droits et les responsabilités des parties prenantes locales, par rapport aux types d'activités pouvant avoir lieu dans la forêt communautaire. Au Cameroun, le plan de gestion comprend une liste de projets à financer avec les revenus de l'exploitation. En général, ces plans de gestion sont élaborés par la communauté, avec un certain degré d'implication des acteurs gouvernementaux locaux (Laos) ou nationaux (Liberia, Ghana), voire parfois du secteur privé (République du Congo). Le Cameroun et le Liberia ont mentionné le soutien d ONG et/ou de consultants dans l'élaboration de ces plans de gestion, qui devaient être fondés sur des études socio- économiques, ainsi qu'environnementales. Au Liberia, le plan de gestion est accompagné par la création d'un organe de gestion communautaire des forêts multipartite, qui supervise sa mise en œuvre.

4 Certains de ces plans de gestion ont des durées limitées, après l échéance desquelles, ils doivent, du moins théoriquement, être renégociés et renouvelés (République du Congo et Cameroun : 5 ans). 4. Comment a fonctionné la foresterie communautaire dans la pratique? Qu'est- ce qui a bien fonctionné? Les réponses apportées à la question de savoir si la foresterie communautaire constitue un développement positif, offrent une image contrastée. Bien qu'en théorie tous les pays voient la foresterie communautaire comme importante et positive, en pratique, il semblerait y avoir beaucoup de problèmes, notamment dans les pays africains. En effet, presque tous les pays déclarent que l'importance de la foresterie communautaire réside dans le fait que les communautés se voient octroyer le pouvoir (juridique) de gérer les forêts et d'en tirer profit. La participation des membres de la communauté dans la gestion des forêts est perçue comme positive par presque tous les pays (Côte d'ivoire, Ghana, Cameroun, Vietnam et République du Congo). Les questionnaires font allusion au fait (sans toutefois fournir de données) que les avantages économiques sont, cependant, réduits. Le Cameroun fait notamment état de génération de revenus et de la création des emplois pour la jeunesse, comme effets positifs sur la foresterie communautaire, mais nulle donnée n est proposée à l appui de cette affirmation. Néanmoins, les forêts communautaires jouent un grand rôle dans la conservation des sites biologiquement importants et souvent sacrés (Ghana, Laos). Le Ghana indique que dans les forêts naturelles, la protection «bois sacrés» appartenant à la communauté s est avérée efficace pour protéger de petits fragments de forêts ayant un rôle de biodiversité et d'îlots de préservation culturelle. Il est intéressant de souligner qu'au Ghana, des plantations forestières (industrielles) appartenant conjointement aux communautés et à la Commission des forêts, sont considérées comme un exemple de partenariat entre les communautés et l État pour le développement, permettant les investissements communautaires sur des produits forestiers à forte valeur ajoutée, ainsi que le potentiel de pouvoir réduire la taille illégale ou le vol d'arbres. Il existe trois types de foresterie communautaire au Vietnam, tel que mentionné ci- dessus. Le type 1 a bien fonctionné pour fournir à la population locale des droits et avantages légaux concernant les forêts. Le type 2 génère avec succès des liquidités immédiates au profit des populations locales (sachant que nulle donnée n a été mise à

5 disposition sur ce point), et le type 3 de FC apporte de manière satisfaisante aux populations locales l espace nécessaire pour pratiquer leurs traditions coutumières. Quels ont été les problèmes? Des règles compliquées, une législation inadéquate ou hors de propos, le manque de soutien technique et financier et des structures de gouvernance peu claires, sont fréquemment mentionnés (Cameroun, Côte- d'ivoire, République du Congo, Laos) comme étant les principaux problèmes rencontrés. La taille réduite de la zone et la difficulté à la rendre économiquement viable, sont également mentionnées par le Ghana (en ce qui concerne les forêts naturelles), le Cameroun, la République du Congo et le Vietnam. Au Cameroun, la complexité des règles complique la tâche des collectivités à mettre en œuvre la foresterie communautaire, le tout aggravé par le manque de soutien financier et technique, la faiblesse des structures organisationnelles et les conflits internes. De la même manière, la République du Congo fait état de la lourdeur des procédures ou des mécanismes, à laquelle viennent s ajouter l'incompétence et le manque de capacités au sein des communautés. Plusieurs pays ont mentionné les difficultés qui empêchaient les forêts communautaires de réaliser de véritables avantages économiques pour les communautés. Au Cameroun, l'absence de marchés pour les NTFP est un problème important. Au Liberia, la formation et l'autonomisation des communautés à faire un usage économiquement productif propre de leurs forêts, se sont avérées insuffisantes. Le résultat qui s en est suivi est qu en pratique, les forêts communautaires ont fonctionné comme des concessions forestières commerciales, avec peu d'avantages financiers, sociaux et environnementaux apportés aux communautés. Au Ghana, la foresterie de plantation fournit des retombées insuffisantes aux communautés ; dans les forêts naturelles, les espaces sont généralement trop petits pour apporter des avantages économiques tangibles, sans aucune possibilité d'expansion, puisque la plupart des forêts naturelles ont disparu. Presque tous les pays dénoncent l'empiètement et la taille illégale comme étant les principales menaces. Au Cameroun, cet empiétement n'est pas imputable dans son ensemble aux concessionnaires forestiers, puisque ce sont les forêts communautaires qui prévalent, juridiquement parlant, quant à l'exploitation commerciale du bois. Néanmoins, cette protection ne s'applique pas à d'autres secteurs, et les forêts communautaires se trouvent particulièrement en proie aux menaces de la part de concessions minières. Au Ghana, la principale menace pour les forêts communautaires n'émane pas non plus de concessionnaires forestiers, mais d'autres acteurs, tels que les vendeurs d'écorce d'arbres, les coupeurs de bois illégaux (également signalés en République du Congo) et les mineurs à petite échelle. Le Liberia a également signalé des

6 problèmes avec l'expansion des terres, au bénéfice des secteurs de l'huile de palme et minier. Le Liberia et le Ghana ont tous deux déclaré des problèmes d'expansion illégale de concessionnaires forestiers dans les forêts communautaires. Au Ghana, ces contrevenants ont soutenu qu ils agissaient ainsi car les terres n'étaient pas clairement délimitées. Le Liberia a expliqué que ce problème était en partie dû au fait que le pays n'avait pas encore élaboré de politique globale d'aménagement du territoire, ni de plan pour traiter les revendications territoriales concurrentes ; une autre raison avancée était la faiblesse des mécanismes d'application de la loi. Dans d'autres pays, l'exploitation légale du bois commercial constitue une menace importante. En Côte d'ivoire, des permis d'abattage ont été accordés sur les zones forestières communautaires. Le Laos a, quant à lui, observé que les acteurs bénéficiant d'un statut privilégié étaient encore en mesure d'extraire du bois comme bon leur semblait. Au Vietnam, les problèmes signalés concernant les forêts de type 1 tiennent au fait que les droits légaux et les forêts ne deviennent pas automatiquement des droits et des avantages dans la pratique, en raison du flou existant et du manque d'exécution de leur mise en œuvre. Cependant, les forêts de type 1 sont généralement les mieux protégées contre les incursions par d'autres acteurs, puisque les communautés possèdent un droit à la terre. En revanche, les forêts des types 2 et 3 sont beaucoup plus vulnérables dans la pratique, puisque les communautés ne possèdent pas la terre. Dans les forêts de type 2, les populations locales ne connaissent pas la durée de leurs contrats, puisque ceux- ci doivent être renouvelés chaque année, et il n'y a aucune garantie qu'elles se verront attribuer les forêts l'année suivante. Dans les forêts de type 3, les populations locales n'ont pas de droits légaux sur les forêts (et sont donc dépourvues de toute protection juridique). Comment améliorer les choses? Les règles existantes n étant pas favorables aux utilisateurs des forêts, de nombreux pays proposent de modifier ces dernières et/ou le système juridique, pour élaborer un ensemble de règles applicables et utiles pour les communautés (Cameroun, Côte d'ivoire, Vietnam, République du Congo). Le renforcement de la capacité de toutes les parties prenantes, et notamment des communautés autochtones et locales, a également été évoqué par le Cameroun, la République du Congo, le Ghana, le Laos, le Liberia et le Vietnam. Le Liberia a noté, en particulier, l'importance de la formation des communautés pour réaliser des activités économiquement bénéfiques, de sorte que les forêts communautaires ne deviennent pas simplement des concessions d abattage forestier.

7 Pour le Ghana, l amélioration de la foresterie communautaire dans les forêts naturelles passerait, en tout premier lieu, par la réalisation de recherches plus poussées quant à leur contribution au développement durable, ainsi que par l'amélioration de leurs systèmes de gouvernance, notamment en ce qui concerne la surveillance et les retours d information. Pour les plantations, la voie à suivre serait d'inclure le renforcement des capacités des communautés pour un engagement efficace avec le gouvernement, ainsi que d améliorer le flux des avantages aux communautés. Au Vietnam, pour les forêts de type 1, la proposition est de renforcer la capacité des communautés locales et de créer un environnement juridique et d'exécution favorable aux populations locales. Pour les forêts de type 2 et de type 3, il s agirait d accorder aux populations locales des droits légaux sur la forêt (en d'autres termes, passage vers le type 1). Au Laos, la mise en place d'un cadre juridique clair, couvrant les ressources foncières et forestières villageoises, qui permettrait une gestion des ressources naturelles efficace de la part des communautés, avec une planification participative de l'utilisation des terres au niveau du village reflétant l'utilisation réelle des terres et des forêts, s avérerait nécessaire, ainsi que l'allocation de ressources financières adéquates pour le soutien de la mise en œuvre de la gestion forestière communautaire et la mise en place de systèmes de micro- finance pour l'auto- soutien à long terme, au niveau local. 4. Que trouveriez- vous utile d'apprendre des expériences d'autres pays/ dans le cadre de cet atelier? De nombreux participants aimeraient mieux comprendre ce que la foresterie communautaire implique, comment elle est encadrée légalement dans les différents pays, et comment elle fonctionne dans la pratique à travers le monde, ainsi que ses avantages et ses inconvénients. Il a aussi fréquemment été mentionné, le souhait d'étudier les différents modes de gouvernance et de contrôle communautaires, et comment les améliorer, y compris au moyen d un soutien à l'élaboration des plans de gestion des forêts communautaires. Le Liberia souhaiterait se pencher sur les moyens de faire barrage à l'empiétement sur les forêts communautaires par l'exploitation forestière, l'exploitation minière et les concessions d'huile de palme, notamment par la formation des communautés pour qu elles puissent assurer une surveillance elles- mêmes. Un intérêt a également été exprimé concernant la recherche de moyens pour améliorer les flux d'avantages pour les communautés et protéger les intérêts de ces dernières quant à l'évolution des plantations. Le Cameroun, en particulier, souhaiterait également

8 mieux examiner les différentes procédures possibles d'attribution et de gestion, ainsi que les sources de financement de la foresterie communautaire, en améliorant les relations avec les acheteurs- transformateurs et le développement de chaînes viables pour les NTFP. Le Libéria souhaiterait, quant à lui, étudier les possibilités pour les communautés d'accéder aux avantages qu'offre le carbone forestier. Fin.

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Groupe de coordination de la transition de la supervision des fonctions IANA Appel à propositions

Groupe de coordination de la transition de la supervision des fonctions IANA Appel à propositions Groupe de coordination de la transition de la supervision des fonctions IANA Appel à propositions 8 septembre 2014 Introduction Conformément à la charte du 1 groupe de coordination de la transition du

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE FICHE DE POSITION PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Boite à outils - Lobbying 9 avril 2014 I Repères sur le projet de loi 1- Rappel du calendrier Le projet de loi sur l économie sociale et solidaire

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Préparer une demande de bourse aux études supérieures avec succès

Préparer une demande de bourse aux études supérieures avec succès Préparer une demande de bourse aux études supérieures avec succès CRSNG, FRQNT, VANIER et autres En tant qu étudiant à Polytechnique, vous pouvez poser votre candidature pour plusieurs bourses qui pourront

Plus en détail

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Mars 2016 15 place de la République 75003 Paris EDITO 01 Chaque année depuis quatre ans, Ashoka publie le Baromètre de l Entrepreneuriat Social en collaboration

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

Evolution des lois et règlements, des droits coutumiers et du processus de décentralisation: Evolution des lois et règlements

Evolution des lois et règlements, des droits coutumiers et du processus de décentralisation: Evolution des lois et règlements Evolution des lois et règlements, des droits coutumiers et du processus de décentralisation: BAMAKO, le 10 juin 2013 Cheick Oumar Diarrah Evolution des lois et règlements Droits coutumiers Droits modernes

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Le système PEFC en bref

Le système PEFC en bref 10-1-1 NOTE À L ATTENTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PUBLIANT UN APPEL D OFFRE PUBLIC INTÉGRANT UNE EXIGENCE PEFC OU UNE EXIGENCE DE CERTIFICATION DE LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT Devant le fort

Plus en détail

Note sur la propriété intellectuelle des RTRA

Note sur la propriété intellectuelle des RTRA R é p u b l i q u e f r a n ç a i s e Ministère de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche Direction générale de la Recherche et de l Innovation Réf :MH/NM Michèle HANNOYER

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

développement durable des établissements et entreprises publics.

développement durable des établissements et entreprises publics. L Andra signe la charte développement durable des établissements et entreprises publics. Mercredi 2 avril, Marie-Claude Dupuis, Directrice Générale de l'andra, a signé, avec 32 autres organismes publics,

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire

Norme de Performance 5 V2 Acquisition de Terres et Réinstallation Involontaire Introduction 1. La Norme de Performance 5 reconnaît que l acquisition de terres par un projet et les restrictions d utilisation des terres liées à certains projets spécifiques peuvent avoir des impacts

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Synthèse. Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique

Synthèse. Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique 0 Synthèse Tenir ses promesses : Tirer profit des ressources naturelles pour accélérer le développement humain en Afrique 1 Résumé Il existe des besoins pressants en matière de développement humain sur

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

Projet de règlement sur l aide aux personnes et aux familles : Des reculs inquiétants pour les familles monoparentales.

Projet de règlement sur l aide aux personnes et aux familles : Des reculs inquiétants pour les familles monoparentales. Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec 8059, boulevard Saint-Michel Montréal (Québec), H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514) 729-6746 www.cam.org/fafmrq

Plus en détail

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 011-551 7700 Fax: 011-551 7844 Website: www.au.int POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI La solution aux enjeux de formation des PME et ETI, conçue par des dirigeants, pour le développement de leurs entreprises et de leurs salariés. OSSIER E

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers

Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers Étudier au Canada Visas, travail et immigration pour les étudiants étrangers www.cic.gc.ca/etudier Le Canada est doté de l un des systèmes d éducation les meilleurs et les plus respectés au monde. Chaque

Plus en détail

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé Contribution du travail socio-éducatif auprès des jeunes pour les aider à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, en particulier le passage du système éducatif au monde du travail Résultats

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques».

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Cliquez sur «Suivant» pour continuer. 1 Cette formation vous permet de : comprendre

Plus en détail

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION Projet de tribunal du brevet communautaire européen Prise de position du CCBE concernant

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

Consultation du public sur les forêts de proximité Fédération Québécoise des Clubs Quads

Consultation du public sur les forêts de proximité Fédération Québécoise des Clubs Quads Consultation du public sur les forêts de proximité Fédération Québécoise des Clubs Quads 1. Le Ministère rendra compte des résultats de la consultation dans un rapport. Vos commentaires pourraient se trouver

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

Positionnement stratégique

Positionnement stratégique Positionnement stratégique Table des matières Table des matières... 2 Mise en contexte... 3 1. L'état des lieux... 4 1.1. Les forces :... 4 1.2. Les faiblesses :... 4 1.3. Les conditions favorables :...

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES PAYS MEMBRES DE LA FRANCOPHONIE?» Proposition du Secrétariat international des infirmières et infirmiers francophones (SIDIIEF)

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions

Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions Un approvisionnement en gaz naturel diversifié et à prix compétitif favorise l'économie du Québec et de ses régions CTE 001M C.P. P.L. 37 Gaz naturel dans le schiste Mémoire présenté à la Commission des

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!» Département fédéral de l'intérieur DFI Secrétariat général DFI Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées BFEH Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Plus en détail

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Dernière mise à jour : 15 mars 2016 i Table des matières Introduction 1 Mise en contexte

Plus en détail

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Quelques exemples Méthodologie et accompagnement Introduction Ce document présente quelques registres, critères et indicateurs d évaluation

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 (2013, chapitre 22) Loi sur l économie sociale Présenté le 19 mars 2013 Principe adopté le 6 juin 2013 Adopté le 10 octobre 2013 Sanctionné

Plus en détail

La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise

La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise La publicité : comment m y prendre? Donner une identité commerciale à mon entreprise Créateurs/repreneurs d entreprise, chefs d entreprise, conjoints, salariés, associés Définir ses outils de communication

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Comprendre et prévenir la violence. Cahier d exercices. pour les jeunes. autochtones. Les réponses aux exercices. www.lessentiersdelaguerison.

Comprendre et prévenir la violence. Cahier d exercices. pour les jeunes. autochtones. Les réponses aux exercices. www.lessentiersdelaguerison. uérison gles sentiers de la Comprendre et prévenir la violence Cahier d exercices pour les jeunes autochtones Les réponses aux exercices Jeu-questionnaire : Les sentiers de la guérison Faites ce jeu-questionnaire!

Plus en détail

Prix SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives - Institut de France - 3 ème édition - RÈGLEMENT

Prix SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives - Institut de France - 3 ème édition - RÈGLEMENT Prix SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives - Institut de France - 3 ème édition - RÈGLEMENT Prix SUEZ ENVIRONNEMENT Initiatives - Institut de France - RÉGLEMENT 1 1 RÈGLEMENT de la 3ème édition du Prix SUEZ ENVIRONNEMENT

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail