RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME"

Transcription

1 RAPPORT FINAL INTERVENTION À L HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉROME DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE SAINT-JÉROME Le 30 mars 2012

2 Avis Le présent rapport a été rédigé au terme d une intervention effectuée par le Protecteur du citoyen conformément au chapitre IV de la Loi sur le Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux, L.R.Q., chapitre P-31.1 (Loi sur le Protecteur des usagers). Sa communication ou diffusion est régie par cette loi ainsi que par la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, L.R.Q., chapitre A-2.1 (Loi sur l accès). Ce rapport peut être communiqué par le Protecteur du citoyen conformément aux articles 24 et 25 de la Loi sur le Protecteur des usagers. À l exception des personnes à qui la loi en autorise la communication intégrale, certains extraits de ce rapport peuvent être masqués conformément à la Loi sur l accès, notamment en vertu des articles 53, 54, 83 et 88, parce qu ils contiennent des renseignements personnels concernant des personnes et permettant de les identifier. Ces extraits ne peuvent donc être divulgués sans le consentement des personnes concernées comme prescrit par l article 59 de la Loi sur l accès. 525, boulevard René-Lévesque Est, bureau 1.25 Québec (Québec) G1R 5Y4 Téléphone : (418) , côte du Beaver Hall, 10 e étage Montréal (Québec) H2S 1S8 Téléphone : (514) Courriel : Protecteur du citoyen 2012

3 Table des matières 1. LE CONTEXTE DE LA DEMANDE D INTERVENTION LA LOI SUR LE PROTECTEUR DES USAGERS EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX LA PERTINENCE DE L INTERVENTION L INSTANCE VISÉE PAR L INTERVENTION LA CONDUITE DE L INTERVENTION LA DÉLÉGUÉE DÉSIGNÉE POUR L INTERVENTION LA VISITE DE L ÉTABLISSEMENT LA COLLECTE D INFORMATION LA DOCUMENTATION CONSULTÉE LE RÉSULTAT DE L ENQUÊTE LA SALLE D ATTENTE L AIRE DE TRIAGE L AIRE AMBULATOIRE L AIRE DES CIVIÈRES LE SUIVI ATTENDU ANNEXE Liste des recommandations... 13

4 1. LE CONTEXTE DE LA DEMANDE D INTERVENTION 1.1 LA LOI SUR LE PROTECTEUR DES USAGERS EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX Le Protecteur du citoyen exerce les fonctions prévues à la Loi sur le Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux. Cette loi prévoit qu il doit veiller, par toute mesure appropriée, au respect des usagers ainsi que des droits qui leur sont reconnus par la Loi sur les services de santé et les services sociaux et par toute autre loi 1. En outre, il peut intervenir s il a des motifs raisonnables de croire qu une personne physique ou un groupe de personnes physiques a été lésé par l acte ou l omission d une instance de la santé ou des services sociaux ou peut vraisemblablement l être 2. Le respect des usagers et de leurs droits est au cœur de la mission du Protecteur du citoyen. 1.2 LA PERTINENCE DE L INTERVENTION Depuis 2008, plusieurs motifs de plainte concernant l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme sont portés à l attention du Protecteur du citoyen. Malgré nos différentes recommandations, qui ont été implantées par l établissement, une insatisfaction demeure quant à la qualité des soins, l attitude du personnel et les délais d attente avant la prise en charge médicale. Par cette intervention, le Protecteur du citoyen veut s assurer que le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Saint-Jérôme prend les mesures appropriées pour améliorer la qualité des soins et des services offerts à l urgence et que les moyens mis de l avant sont porteurs de résultats concrets. 1.3 L INSTANCE VISÉE PAR L INTERVENTION L Hôpital régional de Saint-Jérôme est situé dans la région des Laurentides. L urgence dispose de 39 civières fonctionnelles et enregistre, par année, près de visites. 2. LA CONDUITE DE L INTERVENTION 2.1 LA DÉLÉGUÉE DÉSIGNÉE POUR L INTERVENTION En vertu des pouvoirs qui lui sont conférés, le Protecteur du citoyen a confié à M me Vicky Langevin, déléguée, le mandat de recueillir le témoignage des personnes concernées et le point de vue des instances impliquées, ainsi que toute autre information jugée pertinente afin de procéder à l analyse de la situation et, le cas échéant, proposer des correctifs et des recommandations. 1. L.R.Q., c. P-31.1, art. 1 et Ibid., art. 20 et suivants. Protecteur du citoyen 1

5 2.2 LA VISITE DE L ÉTABLISSEMENT Pour apprécier la situation portée à l attention du Protecteur du citoyen, deux déléguées se sont déplacées à l Hôpital régional de Saint-Jérôme les 10 et 11 novembre Elles ont procédé à une observation des lieux le 10 novembre et fait une visite complète et commentée le lendemain. Une attention particulière a été portée à la salle d attente, au triage, aux corridors de débordement, à l aire ambulatoire et à l aire des civières. 2.3 LA COLLECTE D INFORMATION Dans le cadre de l enquête, les commentaires et observations de plusieurs usagers et membres de leur famille ont été recueillis. De plus, différents intervenants du CSSS de Saint-Jérôme ont été interrogés, soit : la directrice du programme de santé physique, la chef de département et le chef de programme de l urgence, la coordonnatrice des programmes ambulatoires et critiques, la directrice des soins infirmiers et des programmes de qualité, le chef du service de sécurité et coordonnateur des mesures d urgence, un conseiller clinicien au programme de santé physique, du personnel infirmier, la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services et son adjointe. Finalement, la Direction développement et soutien professionnel de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) fut également consultée. 2.4 LA DOCUMENTATION CONSULTÉE Afin de maximiser la collecte d information sur la situation à l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme, nous avons consulté : des documents transmis par des usagers; des dossiers d usagers constitués par l établissement. Nous avons également consulté les documents transmis par l établissement, dont : le projet d organisation du travail ; le projet LEAN de l urgence indicateur de progrès année 2011; le rapport de la visite de l équipe de coordination ministérielle du désencombrement des urgences; le code d éthique et de civilité; le processus de travail au secteur ambulatoire dans le cadre du projet LEAN juin 2011; l outil de prise de décision pour les assignations ou l ajout de ressources supplémentaires pour le quart suivant; le plan de contingence à l urgence section triage; le canevas de suivi pour la gestion intégrée des salles d urgence du CSSS de Saint-Jérôme ; le plan d action de la Direction des soins infirmiers et des programmes de qualité concernant le programme de l urgence; le plan d action-urgence et le plan gestion de crise à l urgence. Protecteur du citoyen 2

6 Par ailleurs, pour une meilleure compréhension et connaissance des normes et règles régissant les unités d urgence, nous nous sommes principalement référées à la documentation suivante : la Loi sur les services de santé et les services sociaux; le Code de déontologie des infirmières et infirmiers; le Répertoire des guides de planification immobilière Unité d urgence; le Guide de gestion de l urgence; le Triage à l urgence, lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence; L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements d urgence; la Révision de L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements d urgence : Guide d implantation. 3. LE RÉSULTAT DE L ENQUÊTE Au cours de l enquête, nous avons constaté la volonté de l établissement d améliorer la situation à l urgence. Plusieurs formations sont prévues et un code d éthique et de civilité a été adopté et distribué aux membres du personnel afin de promouvoir les pratiques et les conduites attendues des intervenants. L enquête du Protecteur du citoyen a porté sur plusieurs aspects, notamment les délais d attente et la qualité des soins et des services. Ce rapport fait état du résultat de notre enquête par aires de soins. 3.1 LA SALLE D ATTENTE Les lieux physiques L organisation physique de la salle d attente ne respecte pas entièrement une exigence importante du Guide de gestion de l urgence, soit de permettre au personnel infirmier de surveiller, en tout temps, les patients de la salle d attente. Deux demi-murs séparent l aire d attente générale de celle réservée aux patients potentiellement contagieux. L un de ces demi-murs (celui ne contenant pas les prises d oxygène) empêche de voir quatre des sièges pour les patients en attente et réduit la visibilité de ceux de la zone de contagion. De plus, au moment de notre visite, des affiches couvraient une partie des murs transparents de cette zone. Bien que certains employés nous aient affirmé ne pas trouver problématique ce manque de visibilité, nous maintenons qu un demi-mur et des affiches les empêchent d observer les soudaines modifications de l état de tous les patients et, s il y a lieu, d intervenir rapidement auprès d eux. R-1 S assurer que le personnel affecté au triage a une vision complète de tous les patients de la salle d attente, incluant ceux de la zone de contagion potentielle. Protecteur du citoyen 3

7 La surveillance des patients Le personnel affecté au triage n effectue aucune surveillance des patients de la salle d attente. Cette situation est d autant plus préoccupante que nos interrogations à ce sujet n ont pas obtenu de réponses satisfaisantes. Nous remarquons, en effet, que le personnel infirmier minimise l importance de cette partie de son travail. Rappelons que les Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence soulignent l importance d effectuer une surveillance visuelle continue des patients dans les aires d inscription et d attente. Cette surveillance permet de noter toute détérioration de l état d un patient avant la prise en charge médicale. R-2 Revoir avec le personnel concerné, les rôles et les responsabilités du personnel infirmier au triage, dont la surveillance visuelle continue des patients en attente de prise en charge médicale. La présence d un agent d information et d un agent de sécurité Nous avons observé les activités de la salle d attente et du personnel infirmier pendant plus de deux heures l après-midi du 10 novembre À ce moment, aucun agent d information n était présent. Malgré que la coordonnatrice des programmes ambulatoires et critiques et le chef de programme de l urgence nous aient assurées de la présence journalière d un agent de sécurité et d un agent d information au poste d information, les propos recueillis auprès d employés confirment qu un tel agent est rarement présent dans la salle d attente. L agent de sécurité a été aperçu une seule fois à l extérieur de l établissement lors de notre passage, le 10 novembre. Selon les renseignements obtenus, chaque jour un agent de sécurité est affecté à l urgence. Il doit toutefois s absenter régulièrement de la salle d attente pour accomplir différentes tâches, telles qu assister le préposé aux bénéficiaires lors de l inventaire d effets personnels de certains patients, accompagner des patients à l extérieur pour leur permettre de fumer, etc. Le rôle premier de l agent de sécurité est de s assurer que le personnel de l urgence travaille dans un environnement sécuritaire. Il doit donc demeurer disponible pour intercepter et maîtriser certains patients lorsque cela est nécessaire. Pour cette raison, nous remettons en cause l absence de l agent de sécurité dans la salle d attente pendant de longues périodes (quelques heures). Protecteur du citoyen 4

8 L information transmise aux patients Nous constatons que seuls les patients qui demandent à connaître le temps d attente à l urgence en sont informés. Un tableau d affichage électronique, sur lequel on peut lire que les patients seront régulièrement renseignés sur la situation à l urgence est pourtant présent dans la salle, mais il n en donne aucune indication. Conformément aux lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence, le Protecteur du citoyen recommande au de : R-3 S assurer que les patients de la salle d attente de l urgence soient régulièrement informés de la situation à l urgence. 3.2 L AIRE DE TRIAGE Le délai pour évaluer l état des patients Nous notons que le temps d attente pour être évalué au triage 3 excède parfois les dix minutes prescrites par L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements d urgence (ÉTG). Dans ces situations, nous constatons que le personnel infirmier ne procède pas à une évaluation sommaire ou brève (moins de 2 minutes) des patients, comme prescrit. Les personnes rencontrées affirment ne pas trouver très utile l évaluation sommaire et celle-ci n est pas encouragée par les gestionnaires. Tout comme l indiquent les Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), nous croyons que l évaluation sommaire doit être favorisée afin d assurer une intervention en temps opportun. R-4 Instaurer l évaluation sommaire ou brève lorsque la durée d attente au triage est supérieure à la cible de 10 minutes. 3. Le triage sert surtout à définir le niveau de priorité, ce qui établit le délai souhaitable entre l arrivée du patient et l évaluation médicale. Les délais prévus à L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements d urgence constituent un objectif à atteindre. Protecteur du citoyen 5

9 Le plan de contingence Le chef de département et le chef de programme ont la responsabilité de s assurer que le triage est fait dans les délais prescrits par l ÉTG. Un plan de contingence à l urgence section triage est appliqué depuis peu par l établissement. Ce document permet au personnel de mettre en œuvre différentes mesures lors de situations exceptionnelles, c est-à-dire lorsque le triage ne peut être fait dans les délais ciblés. Nous remarquons que des mesures devant être prises dans de tels contextes devraient aussi l être dans les situations plus courantes. Il en va ainsi des tâches d évaluation et de réévaluation des usagers de la salle d attente et du corridor. Ces tâches doivent être accomplies en tout temps et non seulement pour des cas exceptionnels. Nous remarquons que le plan de contingence autorise le personnel à ne pas respecter l ÉTG. Nous avons communiqué avec la Direction du développement et du soutien professionnel de l OIIQ, qui a soutenu être complètement en désaccord avec le nonrespect des délais prévus à l ÉTG. Nous partageons l opinion de l OIIQ. De plus, nous croyons que d autoriser le personnel à ne pas respecter l ÉTG n est pas une mesure appropriée pour contrer l achalandage à l urgence. Au contraire, cette mesure n est pas sécuritaire pour les patients et pourrait mettre en cause la responsabilité du personnel infirmier. Il est essentiel que le plan de contingence de l établissement respecte les critères de L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements de l urgence, des Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence, du Guide de gestion de l urgence et du Code de déontologie des infirmières et infirmiers. s R-5 Imposer immédiatement un triage (évaluation et réévaluation) qui soit conforme aux Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence, et ce, quel que soit l achalandage à l urgence; R-6 Réaliser un plan de contingence conforme aux balises édictées par le Guide de gestion de l urgence, L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements de l urgence, les Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence et le Code de déontologie des infirmières et infirmiers. La qualité de l évaluation de l état des patients Il n y a pas d évaluation systématique de la qualité et du processus de triage. De plus, aucune rétroaction du travail n est effectuée. Par conséquent, il n y a pas de formation adaptée sur l application de l ÉTG et sur les outils utilisés à l urgence. Les propos recueillis auprès de plusieurs des membres du personnel mettent en évidence le manque d encadrement et de support apportés aux employés affectés au triage. Protecteur du citoyen 6

10 Une formation sur le triage doit débuter en mars Une observation du travail du personnel au triage et une analyse des dossiers par du personnel infirmier externe sont également prévues durant des périodes précédant et suivant ces formations. Nous saluons ces initiatives et souhaitons qu elles apportent rapidement des résultats concrets sur la qualité de l acte au triage. s Selon ses propres constats et au regard des dispositions du Guide de gestion de l urgence, le Protecteur du citoyen recommande au Centre de santé et de services sociaux de R-7 Réaliser la formation sur le triage prévue au mois de mars 2012 et transmettre au Protecteur du citoyen une copie des audits qui seront faits avant et après la formation, tel qu il est prévu au Plan d action de l Hôpital; R-8 S assurer de l amélioration continue du triage, notamment en étudiant régulièrement les délais et les réponses attendues pour chacun des niveaux de priorité retenus (analyse aléatoire de dossiers); R-9 S assurer qu au moins un médecin et un infirmier soient responsables de la formation continue du personnel affecté au triage et de l application adéquate de l ÉTG. Les dossiers d usagers On nous rapporte qu à quelques reprises, le personnel de l urgence n aurait pas procédé à l ouverture d un dossier pour certains patients. Le Protecteur du citoyen est préoccupé par la situation et considère comme injustifiables de telles omissions. À la suite d une recommandation de la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services, un rappel a été fait au personnel. Nous sommes satisfaits de cette recommandation. Par ailleurs, un manque de rigueur dans les notes aux dossiers des usagers, dont l évaluation de la douleur, est toujours observé par la commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services. R-10 Mettre en place un processus d évaluation de la qualité des notes d observation au triage à l urgence. Protecteur du citoyen 7

11 Le manque de personnel infirmier Au mois de novembre dernier, les gestionnaires interrogés nous ont assurées que les postes à l urgence étaient en nombre suffisant. Depuis, la situation de l achalandage à l urgence est telle que l établissement a décidé d ajouter un poste d infirmière par quart de travail et de réviser la structure de postes, afin de maintenir le ratio d infirmières lors d absences. Nous saluons ces mesures, car elles répondent à la responsabilité du conseil d administration de l établissement de se doter d un plan de gestion conforme à la réalité de son unité d urgence. s R-11 Compléter les mesures entreprises afin de s assurer que l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme dispose des ressources humaines nécessaires à une prestation sécuritaire et de qualité des services de santé, même durant les périodes de pointe quotidiennes; R-12 Évaluer les impacts de la mise en place des mesures et apporter les correctifs nécessaires à l amélioration continue de la situation afin qu en tout temps le département d urgence dispose des ressources humaines nécessaires à une prestation sécuritaire et de qualité des services de santé. Les soins en santé mentale Le Rapport d enquête sur la qualité des soins en santé mentale au CSSS de Saint- Jérôme de l OIIQ et du Collège des médecins du Québec fait état de certaines lacunes que nous reprendrons partiellement dans cette section du présent rapport. D abord, il n existe pas d outil d estimation de la dangerosité pour le personnel au triage. Ensuite, le personnel infirmier n a qu une connaissance minimale des problématiques en santé mentale. Une formation en santé mentale a récemment été offerte au personnel de l urgence. Ce programme de formation vise à rehausser les connaissances du personnel sur l isolement et la contention, la gestion de l urgence suicidaire, le suivi métabolique, la garde en établissement, l évaluation de l état mental, etc. Ce programme, réparti en blocs de trois heures, totalise deux jours de formation. Malheureusement, en raison des contraintes de personnel et de l achalandage à l urgence, la formation a été interrompue. La directrice des soins infirmiers et des programmes de qualité nous assure qu elle reprendra à la fin du mois de mars prochain et que les responsables tentent actuellement d innover en trouvant de nouvelles façons de former le personnel, malgré la situation à l urgence. Protecteur du citoyen 8

12 s R-13 Instaurer l utilisation d outils d estimation de la dangerosité à l urgence; R-14 Compléter la formation en santé mentale pour l ensemble du personnel concerné et affecté à l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme. L utilisation des ordonnances collectives Les ordonnances collectives, mises à la disposition du personnel afin d accélérer le processus de soins, sont peu utilisées par le personnel infirmier. Les employés interrogés connaissent l existence de la majorité des ordonnances collectives, mais hésitent à utiliser certaines d entre elles. Le plan d action urgence de l établissement mentionne la sous-utilisation des ordonnances collectives. On peut également y lire que ce sujet fera partie de la formation sur le triage. Compte tenu des actions entreprises par l établissement, le Protecteur du citoyen recommande au de : R-15 Faire un suivi de l utilisation des ordonnances collectives par le personnel infirmier et adapter les formations sur le triage en conséquence. L attribution des civières Il n y a pas de critères d installation des patients sur civière. L attribution se fait selon des critères non définis et, par conséquent, qui ne respectent pas les recommandations du Guide de gestion de l urgence. R-16 Diffuser et faire appliquer des critères d installation des patients sur civière qui respectent ceux du Guide de gestion de l urgence. Protecteur du citoyen 9

13 La gestion des admissions et des départs L ébauche d une politique de gestion des lits est en cours à l Hôpital régional de Saint- Jérôme. Nous croyons que l application rigoureuse d une telle politique par l ensemble des intervenants du CSSS peut aider au désengorgement de l urgence. R-17 Terminer l élaboration de la politique de gestion des lits et celle des procédures liées à celle-ci et les transmettre au Protecteur du citoyen lors de leur entrée en vigueur. La réorientation des patients Une ordonnance collective pour la réorientation des usagers pédiatriques est appliquée depuis le 11 janvier On nous a informées qu un bilan de son utilisation serait fait d ici le mois d avril prochain. Selon le Guide de gestion de l urgence, l utilisation des ordonnances collectives pour accélérer le processus de soins doit être favorisée. Selon les données obtenues, près de 50 % des usagers se présentant à l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme sont évalués priorité 4 (P4 moins urgent) ou priorité 5 (P5 non urgent) selon l ÉTG. Le nombre élevé de P4 et P5 à l urgence et le délai d attente à l aire ambulatoire justifient des travaux plus soutenus pour l orientation de cette clientèle vers une autre ressource. s R-18 Effectuer un bilan de l application de l ordonnance collective sur la réorientation des usagers pédiatriques; R-19 Évaluer les possibilités de réorientation des P4, P5 vers d autres ressources et créer des ententes avec les partenaires concernés dans le réseau. Les patients en attente de civière Un corridor derrière l aire de triage est utilisé pour les patients en attente de civière. Ces patients ne sont pas encore pris en charge par un médecin. Ils demeurent donc sous la responsabilité du personnel infirmier affecté au triage et doivent être surveillés par ce personnel. Protecteur du citoyen 10

14 Nous comprenons qu actuellement une infirmière du triage est attitrée aux patients en attente de civière, lorsqu au moins trois patients attendent depuis plus de trois heures. Dans les situations d encombrement, jusqu à 15 patients attendent parfois une civière dans ce corridor et le nombre d infirmières n est pas toujours augmenté en conséquence. Afin d assurer la sécurité de tous les patients, le Protecteur du citoyen recommande au de : R-20 Désigner du personnel infirmier qui soit responsable, en tout temps et en nombre suffisant, de la surveillance et de la réévaluation des patients en attente de civière. 3.3 L AIRE AMBULATOIRE Le manque de personnel infirmier Lors de notre présence à l Hôpital régional de Saint-Jérôme, les gestionnaires ont affirmé que le personnel affecté à l aire ambulatoire était en nombre suffisant. La teneur des propos du personnel infirmier fait état du contraire. À la suite de vérifications supplémentaires, le Protecteur du citoyen est informé que l organisation du travail sera revue afin de statuer sur les fonctions de l infirmière ajoutée par quart de travail. La possibilité de remplacer une infirmière auxiliaire par une infirmière à l aire ambulatoire est évoquée. s Compte tenu des actions entreprises par l établissement, le Protecteur du citoyen recommande au de : R-21 Informer le Protecteur du citoyen de la réalisation des différentes mesures prévues concernant le manque de personnel à l aire ambulatoire; R-22 Évaluer, d ici six mois, les impacts de la mise en place des mesures et, le cas échéant, apporter les correctifs nécessaires à la diminution des irritants identifiés par le personnel infirmier. Protecteur du citoyen 11

15 3.4 L AIRE DES CIVIÈRES Le monitorage des patients Le Guide de gestion de l urgence recommande que le nombre de civières munies d appareils de monitorage à l urgence corresponde à 50 % des civières. L urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme dispose de 39 civières fonctionnelles, mais seulement neuf ont un moniteur. Ce nombre ne répond pas aux normes de monitorage approprié. Pour contribuer à l atteinte des objectifs cliniques fondamentaux soulignés par le Guide de gestion de l urgence, le Protecteur du citoyen recommande au Centre de santé et de services sociaux de R-23 Évaluer les besoins quantitatifs relativement au monitorage des patients de l urgence et, s il y a lieu, procéder aux ajustements appropriés afin de respecter les normes du Guide de gestion de l urgence. 4. LE SUIVI ATTENDU Tel qu il est prévu à la Loi sur le Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux, le Protecteur du citoyen doit être informé dans les 30 jours de la réception du présent rapport, des suites que l instance entend donner à ses recommandations et, si l instance concernée n entend pas y donner suite, des raisons justifiant sa décision. De façon complémentaire, pour l ensemble des recommandations du présent rapport, le Protecteur du citoyen demande à l instance concernée de lui indiquer quels moyens elle entend prendre pour réaliser chacune d elles, de lui fournir toute preuve à cet effet, ainsi qu un échéancier. Protecteur du citoyen 12

16 ANNEXE Liste des recommandations R-1 p.3 R-2 p.4 R-3 p.5 R-4 p.5 R-5 p.6 R-6 p.6 R-7 p.7 R-8 p.7 R-9 p.7 R-10 p.7 R-11 p.8 S assurer que le personnel affecté au triage a une vision complète de tous les patients de la salle d attente, incluant ceux de la zone de contagion potentielle. Revoir avec le personnel concerné les rôles et les responsabilités du personnel infirmier au triage, dont la surveillance visuelle continue des patients en attente de prise en charge médicale. S assurer que les patients de la salle d attente de l urgence soient régulièrement informés de la situation à l urgence. Instaurer l évaluation sommaire ou brève lorsque la durée d attente au triage est supérieure à la cible de 10 minutes. Imposer immédiatement un triage (évaluation et réévaluation) qui soit conforme aux Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence, et ce, quel que soit l achalandage à l urgence. Réaliser un plan de contingence conforme aux balises édictées par le Guide de gestion de l urgence, L échelle canadienne de triage et de gravité pour les départements de l urgence, les Lignes directrices pour l infirmière au triage à l urgence et le Code de déontologie des infirmières et infirmiers. Réaliser la formation sur le triage prévue au mois de mars 2012 et transmettre au Protecteur du citoyen une copie des audits qui seront faits avant et après la formation, tel qu il est prévu au Plan d action de l Hôpital. S assurer de l amélioration continue du triage, notamment en étudiant régulièrement les délais et les réponses attendues pour chacun des niveaux de priorité retenus (analyse aléatoire de dossiers). S assurer qu au moins un médecin et un infirmier soient responsables de la formation continue du personnel affecté au triage et de l application adéquate de l ÉTG. Mettre en place un processus d évaluation de la qualité des notes d observation au triage à l urgence. Compléter les mesures entreprises afin de s assurer que l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme dispose des ressources humaines nécessaires à une prestation sécuritaire et de qualité des services de santé, même durant les périodes de pointe quotidiennes. Protecteur du citoyen 13

17 R-12 p.8 R-13 p.9 R-14 p.9 R-15 p.9 R-16 p.9 R-17 p.10 Évaluer les impacts de la mise en place des mesures et apporter les correctifs nécessaires à l amélioration continue de la situation afin qu en tout temps le département d urgence dispose des ressources humaines nécessaires à une prestation sécuritaire et de qualité des services de santé. Instaurer l utilisation d outils d estimation de la dangerosité à l urgence. Compléter la formation en santé mentale pour l ensemble du personnel concerné et affecté à l urgence de l Hôpital régional de Saint-Jérôme. Faire un suivi de l utilisation des ordonnances collectives par le personnel infirmier et adapter les formations sur le triage en conséquence. Diffuser et faire appliquer des critères d installation des patients sur civière qui respectent ceux du Guide de gestion de l urgence. Terminer l élaboration de la politique de gestion des lits et celle des procédures liées à celle-ci et les transmettre au Protecteur du citoyen lors de leur entrée en vigueur. R-18 p.10 R-19 p.10 R-20 p.11 R-21 p.11 R-22 p.11 R-23 p.12 Effectuer un bilan de l application de l ordonnance collective sur la réorientation des usagers pédiatriques. Évaluer les possibilités de réorientation des P4, P5 vers d autres ressources et créer des ententes avec les partenaires concernés dans le réseau. Désigner du personnel infirmier qui soit responsable, en tout temps et en nombre suffisant, de la surveillance et de la réévaluation des patients en attente de civière. Informer le Protecteur du citoyen de la réalisation des différentes mesures prévues concernant le manque de personnel à l aire ambulatoire. Évaluer, d ici six mois, les impacts de la mise en place des mesures et, le cas échéant, apporter les correctifs nécessaires à la diminution des irritants identifiés par le personnel infirmier. Évaluer les besoins quantitatifs relativement au monitorage des patients de l urgence et, s il y a lieu, procéder aux ajustements appropriés afin de respecter les normes du Guide de gestion de l urgence. Protecteur du citoyen 14

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Bilan annuel 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Période du 1er avril 2014 au 31 mars 2015 Présenté par Yvan Roy

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention à la résidence privée pour aînés Les Jardins Intérieurs St-Lambert Québec, le 28 juillet 2014 Avis Le présent rapport

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD)

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RÉGION : Mauricie et Centre-du-Québec ÉTABLISSEMENT : Centre de santé et de services

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits RAPPORT ANNUEL 2014-2015 Sur l application de la procédure d examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Préparé par Gaétan Thibaudeau Commissaire local aux plaintes

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Chaudière-Appalaches Établissement : Centre de santé et de services sociaux

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Projet de règlement Loi sur la distribution de produits et services financiers (chapitre D-9.2, a. 200 par. 1 à 5, 6, 7 et 9 et a. 203 par.1, 3 à 6 ) Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Outaouais Établissement : Centre de santé et de services sociaux de Gatineau

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF DIRECTION DES ÉTUDES SERVICE DU CHEMINEMENT SCOLAIRE REGISTRARIAT

GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF DIRECTION DES ÉTUDES SERVICE DU CHEMINEMENT SCOLAIRE REGISTRARIAT Le Cégep de l Outaouais accueille, dans ses trois campus et son Centre d études collégiales, plus de 5 150 étudiantes et étudiants à qui il offre un riche éventail de 5 programmes pré universitaires et

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR Présenté par : Geneviève Ménard Directrice-conseil, Direction, Affaires externes, OIIQ Rencontre d information à l intention des DSI, des membres des CECII

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales Processus de gestion des insatisfactions Processus de gestion des insatisfactions du Le processus de gestion des insatisfactions

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : CHSLD HEATHER inc. Installation (CHSLD) : CHSLD

Plus en détail

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN COMMUNIQUÉ DE PRESSE DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN LA PROTECTRICE DU CITOYEN INVITE LES SERVICES PUBLICS À FAIRE PREUVE DE RIGUEUR TOUT EN ÉVITANT LA RIGIDITÉ ADMINISTRATIVE

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests L application de cette politique est sous la responsabilité de la Direction générale

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail

MODÈLE DE RÉGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR D UNE ASBL POUVOIR ORGANISATEUR

MODÈLE DE RÉGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR D UNE ASBL POUVOIR ORGANISATEUR MODÈLE DE RÉGLEMENT D ORDRE INTÉRIEUR D UNE ASBL POUVOIR ORGANISATEUR PRÉAMBULE Le présent document est un modèle mis à la disposition des ASBL PO de l enseignement catholique s inspirant des principes

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques.

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques. SERVICES À LA CLIENTÈLE OBJET : Politique de déclaration des incidents et accidents SC-24 Page 1 de 12 1. Principes généraux : Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Approbation : CC-010627-1034 Amendée par : CC-080422-2877 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique de communication 1. LA RAISON D ÊTRE Les communications représentent un secteur

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec 27 juin 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. LE CADRE JURIDIQUE... 1 2. LES CHAMPS D APPLICATION... 1 Une définition...

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL

RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL RAPPORT SUR LES PLAINTES DES USAGERS PÉRIODE 1 AVRIL 2010-31 MARS 2011 HÔPITAL JUIF DE RÉADAPTATION LAVAL Présenté au conseil d'administration 17 mai 2011 par Michael Greenberg, Commissaire aux plaintes

Plus en détail

Audit de la gestion de la sécurité matérielle

Audit de la gestion de la sécurité matérielle Audit de la gestion de la sécurité matérielle Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Approuvé par le président le 18 mars

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) Service des ressources éducatives POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) Politique numéro : CSRS-POL-2008-01

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada 12 2 Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Table des matières Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Résumé...227 Contexte...229 Affaires étrangères

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016)

4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016) 4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016) Page 1 sur 8 RÉFÉRENCES LÉGALES SOUTENANT LES AJUSTEMENTS RÉGIME PÉDAGOGIQUE DE L'ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE, DE L'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Titre # Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision :

Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision : POLITIQUE 802 Page 1 de 5 Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision : 1.0 OBJET Cette politique définit les normes minimales pour la

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration Mémoire Association des Conseils des infirmières et infirmiers du Québec aciiq@aciiq.qc.ca Coordonnées de la présidente: Madame Mélanie Rocher CSSS de la Vallée de l'or 1275, boulevard Forest Val d'or

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne

Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne 9 Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne Table des matières Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne Résumé... 155 Introduction...156 L Agence spatiale canadienne...

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

OBJET Politique relative au processus de budgétisation

OBJET Politique relative au processus de budgétisation OBJET Politique relative au processus de budgétisation 1. PRÉAMBULE La présente politique vise à garantir la présence d un bon processus budgétaire et est requise en vertu des normes et pratiques de gestion

Plus en détail

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1

VISION TRIENNALE. Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 VISION TRIENNALE 2015 2016 2017 Cour du Québec Vision triennale 2015 2016 2017 1 MESSAGE DE LA JUGE EN CHEF La Cour du Québec prend régulièrement un temps d arrêt pour réfléchir aux actions à poursuivre

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre #

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre # Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois dans le secteur de la culture, du loisir et de la vie communautaire dans les arrondissements Titre # Politique d embauche du

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011

CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 CONSEIL DES COMMISSAIRES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DE HAUTES-RIVIÈRES RAPPORT ANNUEL DU PROTECTEUR DE L ÉLÈVE ANNÉE 2010-2011 PASCALE LEGAULT PROTECTRICE DE L ÉLÈVE 31 OCTOBRE 2011 INTRODUCTION Voici le

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 CENTRES DE LA PETITE ENFANCE GARDERIES SUBVENTIONNÉES BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL Tous les termes qui renvoient

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence Dossier OF-Surv-Gen-08 Le 5 avril 2016 Destinataires : Toutes les sociétés détenant une autorisation de construire et d exploiter un oléoduc ou un gazoduc, ou une usine de traitement du gaz, réglementés

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

Montrouge, le 3 décembre 2015

Montrouge, le 3 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 3 décembre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-035633 Monsieur le Directeur Direction du Parc Nucléaire et Thermique EDF Site Cap Ampère 1 place

Plus en détail

PROCÉDURE. Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs. Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O.

PROCÉDURE. Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs. Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O. PROCÉDURE PRO-10-001 Procédure de rédaction des documents d encadrement administratifs Version no 1 Entrée en vigueur : 26 octobre 2015 Révisée le : S.O. Procédure organisationnelle Procédure de gestion

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Services de télétriage

Services de télétriage Chapitre 4 Section 4.13 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de télétriage Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.13 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I CONTRÔLE DE LA QUALITÉ ET MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE La mesure de la satisfaction constitue une activité importante car elle permet aux dirigeants des services alimentaires de connaître

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail