MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE"

Transcription

1 MODÈLE D ÉVALUATION DU LEADERSHIP CCPE Le processus d octroi du titre de médecin gestionnaire certifié du Canada (Canadian Certified Physician Executive CCPE) oblige à évaluer les compétences en leadership du candidat en fonction du cadre des capacités LEADS Diriger dans un milieu de soins (http://www.leadersforlife.ca/leads-framework) soit les qualités du leadership efficace approuvées par l AMC et beaucoup d autres organismes nationaux ou provinciaux du Canada. L évaluation des capacités en leadership se fait à trois niveaux : les candidats médecins évaluent leur propre rendement sur le plan du leadership, trois juges évaluent le rendement du candidat et un jury d évaluation et d examen par les pairs du CCPE, dont les membres nommés sont des médecins reconnus ou accomplis, procède à une évaluation finale : tous utilisent le même cadre LEADS. Ce modèle d évaluation vise à illustrer comment il faut procéder aux évaluations en fonction des cinq domaines LEADS : Être son propre leader, Engager les autres, Atteindre des résultats, Développer des coalitions et Transformer les systèmes. Le processus d évaluation consiste notamment à coter le rendement sur le plan du leadership en fonction d une échelle à quatre points décrite ci-dessous et à fournir des éléments de preuve pour étayer la cote choisie. Niveau de rendement Cote Description du niveau Maîtrise 4 Le médecin maîtrise la capacité à un niveau exceptionnel, affichant continuellement des comportements dénotant un degré supérieur d habileté et de facilité, comme on l observe dans diverses situations cliniques, organisationnelles et/ou communautaires. Il est un modèle exemplaire pour les autres et pourrait enseigner cette compétence. Distinction 3 Le médecin démontre constamment la capacité dénotant l habileté et la confiance dans des situations cliniques, organisationnelles et/ou communautaires, peu importe la complexité de la situation. Ses actions contribuent de façon significative à la réussite organisationnelle. Maturité 2 Le médecin démontre la capacité dans la plupart des situations, mais à l occasion est moins habile lorsque la situation clinique, organisationnelle ou communautaire est complexe, ou exigeante. En développement 1 Le médecin ne démontre pas régulièrement cette capacité de manière appropriée pour faire face à la situation clinique, organisationnelle ou communautaire dans laquelle elle est requise. Aucune opinion A.O. Il y a peu ou pas du tout d éléments de preuve disponibles sur lesquels fonder l évaluation de la capacité du médecin. 1

2 Les éléments de preuve sont des exemples concrets et de qualité. Il faut en présenter au moins un et au plus trois pour étayer la cote attribuée aux 20 capacités du leadership. Les évaluateurs doivent être aussi brefs que possible nous encourageons la structure en style télégraphique. DES DÉTAILS SUR UN EXEMPLE D ÉVALUATION SUIVENT DOMAINE ÊTRE SON PROPRE LEADER : CE DOMAINE PORTE AVANT TOUT SUR LES CAPACITÉS DU LEADERSHIP PERSONNEL. LES COMPOSANTES DU DOMAINE ÊTRE SON PROPRE LEADER COMPRENNENT LA CONNAISSANCE DE SES VALEURS ET PRINCIPES, LA CONNAISSANCE DE SES PERCEPTIONS ET SUPPOSITIONS, L INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE, LA «BOUSSOLE MORALE», LA MAÎTRISE DE SOI ET LES APTITUDES POUR LA RÉSOLUTION DE PROBLÈMES. ÊTRE SON PROPRE LEADER S ENTEND SOUVENT DU «LEADERSHIP CHEZ SOI». COMPÉTENCES EN LEADERSHIP Aucune opinion A.O. En développement 1 Maturité 2 Distinction 3 Maîtrise 4 Se connaît. Connaît ses propres suppositions, valeurs, principes, forces et limites. Durant toute sa carrière en médecine et en leadership, le D r X a appliqué constamment ses propres valeurs, suppositions et convictions dans sa pratique (comme le démontre le CV ci joint). Dans le rapport 360 du D r X, des collègues ont indiqué qu il agit constamment en fonction de ses valeurs et convictions personnelles. Deux personnes ont signalé en fait qu il s agit manifestement là d un point fort de son leadership. Le rapport LEADS 360 et les commentaires des subordonnés directs du D r X, de ses pairs et du chef de la direction indiquent que lorsqu il prend la parole en public (voir Se gère ci dessous), il peut manifester plus d énergie ou de passion pour son travail. On a établi un plan d action pour donner suite à cette observation. Se gère. Assume la responsabilité à l égard de son propre rendement et de sa propre santé. La D re Y a établi et énoncé une vision ou mission personnelle pour démontrer son engagement envers les changements personnels, organisationnels et systémiques qui s imposent pour faire avancer le système de santé du Canada. Ses pairs et ses subordonnés directs ont indiqué dans le rapport 360 de la D re Y qu elle a toujours donné aux autres l exemple de saines habitudes de vie (physique, mentale et spirituelle). La randonnée pédestre, la bicyclette et l entraînement font partie de son régime personnel en dépit d une vie professionnelle très chargée en pratique clinique et en administration. Elle ne peut refuser et se surcharge, ce qui constitue sa faiblesse. 2

3 Les commentaires formulés dans le rapport 360 de la D re Y (et en particulier par ses subordonnés directs et un collègue chef de file de premier plan) révèlent qu elle réussit très bien à contrôler ses émotions au cours de réunions parfois au point où l on s interroge sur l enthousiasme et la passion qu elle exprime à l égard du travail collectif de l équipe. C est pourquoi la D re Y prévoit chercher à exprimer plus efficacement un enthousiasme authentique au cours des réunions. Se développe. Recherche activement des défis et des occasions favorisant l apprentissage, la formation du caractère et le développement personnel. Le bilan du D r X sur le plan du cheminement de carrière de médecin de famille à VP Affaires médicales dans une importante régie de la santé démontre qu il veut saisir les possibilités d instruction et peut tirer des leçons de l expérience au travail. Le D r X a terminé tous les cours IGM obligatoires pour présenter sa demande de CCPE, ce qui démontre aussi son engagement. Il convient de signaler l engagement du D r X à l égard de l utilisation continue du programme LEADS 360 et son dialogue avec les membres du personnel pour discuter des résultats de l évaluation 360 la plus récente, ce qui indique sa volonté de solliciter activement les commentaires de tiers. Le D r X a entrepris un programme d autoperfectionnement en retenant les services d un agent conseil pour les cadres afin de l aider à mettre sur pied un plan d apprentissage personnel basé sur le rapport 360 et sur son examen du rendement effectué par le chef de la direction. Le D r X partage son plan d apprentissage avec des tiers et, le cas échéant, les fait participer au processus d apprentissage. Fait preuve de caractère. Démontre des qualités comme l honnêteté, l intégrité, la résilience et la confiance. Les résultats 360 de la D re Y indiquent que ses subordonnés directs, ses pairs et le chef de la direction croient en son engagement solide envers la compassion et la bienveillance au service de la santé des patients et de la population dans notre régie de la santé. Tout au long de sa carrière, la D re Y a reçu des commentaires d autres médecins et d employés, les a écoutés et a pris des décisions qui tiennent compte de leurs besoins. À quelques occasions, la D re Y a pris position par principe (ce qui a nécessité du courage) souvent à cause de son engagement solide envers des soins de grande qualité pour les patients. 3

4 DOMAINE ENGAGER LES AUTRES : CE DOMAINE SE CONCENTRE SUR LES CAPACITÉS DES LEADERS À ENGAGER LES AUTRES ET À CRÉER DES LIENS ENTRE EUX TOUT EN TENANT COMPTE DES IMPÉRATIFS ORGANISATIONNELS. ILS LE FONT EN FAVORISANT L APPRENTISSAGE, EN INSISTANT SUR LA SANTÉ ET LE MIEUX ÊTRE, EN CRÉANT DES ÉQUIPES INTERPROFESSIONNELLES ET EN COMMUNIQUANT EFFICACEMENT AFIN D ENGAGER LES AUTRES DANS L ACTION ORGANISATIONNELLE COLLECTIVE. COMPÉTENCES EN LEADERSHIP Aucune opinion A.O. En développement 1 Maturité 2 Distinction 3 Maîtrise 4 Favorise le développement des autres. Appuie et stimule les autres pour qu ils atteignent leurs buts professionnels et personnels. Le D r X continue de rencontrer (au moins une fois par année) ses subordonnés directs pour revoir leurs objectifs personnels et professionnels et discuter de leurs plans de carrière. Le D r X a encouragé ses subordonnés directs à établir des plans d apprentissage personnel basés sur leurs besoins en perfectionnement en fonction de leurs examens de rendement et s attend à ce qu ils mènent ces plans à terme. Le D r X encadre actuellement deux aspirants gestionnaires un dans mon service et un dans un autre service de ma régie de la santé. Les résultats 360 du D r X indiquent que ses subordonnés directs croient qu il appuie leur propre développement. Il a en outre affecté officiellement une partie du budget de l équipe au développement professionnel et l a confiée à un subordonné direct. Il a établi un processus qui permet d avoir accès à ces fonds de façon équitable. Contribue à la création d organisations saines. Crée des milieux stimulants où les autres ont de véritables occasions de contribuer et s assure que des ressources sont disponibles pour que les autres soient en mesure d accomplir ce qu on attend d eux. Dans son rôle antérieur, la D re Y a été la championne et l animatrice des efforts déployés à l intérieur de notre régie de la santé pour améliorer le lavage des mains afin de minimiser les infections. On a constaté des améliorations importantes. La D re Y est membre d un groupe stratégique de haut niveau dans notre régie de la santé coiffé par les RH qui est chargé d élaborer des politiques (en mettant à contribution des membres du personnel) afin d améliorer le mieux être, la sécurité et les initiatives portant sur la flexibilité au travail dans toute la régie et d assurer que des paramètres appropriés de mesure protègent les employés contre les dommages physiques ou affectifs. 4

5 Les résultats de notre service quant au niveau de la «mobilisation du milieu de travail» atteignent ou dépassent la moyenne régionale ils indiquent que les membres du personnel croient vraiment qu ils peuvent s acquitter efficacement de leurs responsabilités. Il s agit d un secteur de croissance dans notre système et la D re Y se fait la championne d un plan d action en vue de l améliorer. Communique efficacement. Écoute bien et encourage l échange franc de l information et des idées en utilisant des moyens de communication appropriés. Les résultats 360 du D r X indiquent que ses subordonnés directs et ses pairs croient qu il écoute activement les autres et respecte leurs opinions. Le D r X utilise efficacement la technologie (courriel, présentations PowerPoint, site web ou groupe qui est un collectif de pratique sur la qualité et la sécurité) pour communiquer avec les autres membres du service au sujet de la qualité clinique et de la sécurité. On fait souvent appel au D r X comme porte parole de notre régie de la santé au sujet d enjeux de la qualité des soins médicaux au cours de congrès provinciaux et nationaux et de réunions communautaires. Ses subordonnés directs et ses pairs signalent toutefois (quelques commentaires dans le rapport 360) que D r X pourrait s exprimer avec un peu plus de passion ou d enthousiasme. C est pourquoi le D r X s est joint à Toastmasters pour améliorer ses techniques de conférencier. Bâtit des équipes. Facilite la création de milieux où l on fait appel à la collaboration et à la coopération pour obtenir des résultats. La D re Y participe activement et à de nombreux titres aux travaux d équipes interdisciplinaires qui cherchent à améliorer les soins aux patients. La D re Y a établi une unité interne de médecine familiale dont l équipe est gérée avec des infirmières praticiennes, qui a été mise sur pied au début à l hôpital universitaire et qui est devenue par la suite un modèle efficace dans tous les hôpitaux de la région. Selon le rapport 360 de la D re Y, elle appuie le travail d équipe interdisciplinaire comme élément clé de la mise en œuvre de changements dans son service. 5

6 ATTEINDRE DES RÉSULTATS : IL S AGIT DU SEUL DOMAINE AXÉ SUR LES RÉSULTATS. IL REPRÉSENTE LES «RÉSULTATS» EN MATIÈRE DE LEADERSHIP PERSONNEL ET STRATÉGIQUE. LES LEADERS AXÉS SUR LES RÉSULTATS «SONT CHARGÉS DE GÉRER LES RESSOURCES DE L ORGANISATION DE MANIÈRE À OBTENIR DES RÉSULTATS». ILS CRÉENT UNE ORIENTATION STRATÉGIQUE ET MESURENT LE RENDEMENT AFIN DE S ASSURER QUE L ORGANISATION UTILISE SES RESSOURCES DE MANIÈRE EFFICIENTE ET EFFICACE. COMPÉTENCES EN LEADERSHIP Aucune opinion A.O. En développement 1 Maturité 2 Distinction 3 Maîtrise 4 Établit l orientation. Inspire la vision en déterminant, en établissant et en communiquant des attentes et des résultats clairs et explicites. Le D r X a produit un plan stratégique sur la qualité et la sécurité dans son ancienne région de la santé. Une grande partie du plan avait été mise en œuvre lorsqu il est passé à son poste actuel. À titre de VP de la Médecine, le D r X préside actuellement un groupe de travail de premier plan de la régie qui cherche à améliorer nos résultats sur le plan de la qualité, ce qui fait partie de nos orientations stratégiques. Le D r X encourage la participation active des médecins et d autres cliniciens dans leur domaine de compétence en employant des exercices destinés à créer et à faire comprendre la vision et les priorités stratégiques de notre régie de la santé. Aligne les décisions de manière stratégique sur la vision, les valeurs et les données probantes. Tient compte des missions de l organisation, de ses valeurs et des données probantes fiables et valables pour prendre des décisions. La D re Y est diplômée du programme FORCES et depuis qu elle a terminé le programme, elle insiste pour que toutes les décisions prises sur les changements dans son service reposent sur une solide assise factuelle. Le rapport 360 de la D re Y assure et confirme régulièrement que ses subordonnés directs sentent que les valeurs de l organisation sont à l avant plan des processus décisionnels dans le service. Avec l appui de la D re Y, l équipe de la haute direction a adopté une pratique suivant laquelle toutes les propositions doivent présenter des options pour la prise de décision et illustrer l effet de ces options sur les valeurs de l organisation que sont la compassion, le respect et la responsabilité. La pratique a été adoptée aussi dans deux 6

7 autres régies de la santé. Agit pour mettre les décisions en œuvre. Agit en conformité avec les valeurs organisationnelles pour assurer un service efficace et efficient axé sur le public. Le D r X continue d utiliser et de promouvoir des méthodes d amélioration de la qualité comme les cycles PDSA (Plan Do Study Act) et le LEAN (ou méthode Toyota) pour améliorer la qualité et l efficacité du service aux patients et aux clients. La compassion, le respect et la responsabilité sont les valeurs de notre organisation. Dans le contexte des initiatives pour la qualité et la sécurité lancées dans tous les établissements de la région, des plans d action en cours reposent sur ces valeurs. Dans le cadre de notre processus de planification annuel, le D r X exige que chaque service démontre comment les valeurs de l organisation sont intégrées dans des plans d activités particuliers à des rôles, des buts et des objectifs du service. Évalue. Évalue les résultats. Se tient et tient les autres responsables des résultats obtenus par rapport à des repères et apporte les correctifs appropriés. La D re Y préconise l utilisation du tableau de bord équilibré dans notre régie de la santé afin de suivre l atteinte de nos priorités stratégiques dans la région et en particulier nos initiatives sur la qualité et la sécurité. Dans notre service, chaque unité doit créer des mesures du rendement qui reflètent des réalisations annuelles. La D re Y a prononcé plusieurs conférences sur la question au cours de congrès, y compris la Conférence nationale de l AMC sur le leadership il y a deux ans (son intervention portait sur la mesure des résultats et la gestion efficace de l amélioration de la qualité clinque). 7

8 DOMAINE DÉVELOPPER DES COALITIONS : CE DOMAINE AXÉ SUR LE PROCESSUS INCARNE LES CAPACITÉS UTILISÉES DANS L ÉTABLISSEMENT DE RELATIONS À UN NIVEAU STRATÉGIQUE PAR LA CRÉATION DE PARTENARIATS ET DE RÉSEAUX POUR OBTENIR DES RÉSULTATS. COMPÉTENCES EN LEADERSHIP Aucune opinion A.O. En développement 1 Maturité 2 Distinction 3 Maîtrise 4 Crée volontairement des partenariats et des réseaux pour parvenir à des résultats. Établit des relations avec les individus et les groupes, gagne leur confiance et fait ressortir les avantages de la collaboration. Le D r X a aidé à lancer des projets et des initiatives portant sur des aspects précis de la sécurité des patients qui étaient endémiques à l époque (p. ex., SRAS). Le D r X siège actuellement à un groupe de travail chargé par l association médicale de notre province de se pencher sur le développement approprié du leadership pour nos membres. Le D r X a dirigé l étude de «la qualité comme stratégie d affaires» pour notre région et deux autres dans notre province et siège au Comité des normes du Conseil de la qualité et de la sécurité de la province. Manifeste son engagement à l égard des clients et du service. Facilite la collaboration, la coopération et les coalitions entre des groupes diversifiés ayant des points de vue différents dans le but d apprendre à améliorer les services. La D re Y a été chargée, dans le contexte de notre effort de planification stratégique, de mettre à contribution le groupe consultatif médical de la région et d aider à structurer le plan et à le faire approuver. Elle a aussi obtenu l appui de l association provinciale. La D re Y présente et examine régulièrement les opinions d intervenants et de groupes d intérêt pendant que nous nous penchons sur des changements importants de la prestation des services. Tous nos programmes de qualité suivent des perceptions que la communauté ou les clients ont de la qualité et nous utilisons ces renseignements pour améliorer le service en conséquence. Mobilise les connaissances. Utilise des méthodes pour recueillir des 8

9 renseignements, encourage l échange ouvert d information et utilise des données probantes de qualité pour influencer l action partout dans le système. Les partenariats structurés que nous avons établis avec l Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP) et le Centre d innovation de la Faculté des sciences de la santé de l université locale éclairent nos initiatives sur la qualité et la sécurité des patients. Ces partenariats visent à faciliter l échange de connaissances et de savoir faire sur la recherche de pointe portant sur la qualité et la sécurité des patients et sur la meilleure façon de mettre en œuvre de tels programmes. Comme on l a déjà dit, le D r X fait partie d un site web ou groupe provincial qui constitue un collectif de pratique sur la qualité et la sécurité, parrainé par le conseil provincial de la qualité et de la sécurité, dans le cadre de son initiative sur la qualité. Le D r X utilise ce groupe pour avoir accès à des connaissances et des données probantes servant à nos travaux internes dans ma régie de la santé. Les liens qu il a noués avec des personnes occupant des rôles semblables créent un sentiment de confiance sur le plan des orientations provinciales en matière de qualité et de sécurité des patients. Le D r X assiste au congrès de l IHI (et y a présenté un exposé) tous les deux ans aux États Unis (depuis six ans) afin de se tenir au fait des connaissances nouvelles et de la recherche sur la qualité et la sécurité aux États Unis. Navigue dans les milieux sociopolitiques. A le sens de la politique. Sait négocier pour régler les conflits et mobiliser un soutien. La D re Y était chargée des relations avec le syndicat local des infirmières au cours d un arrêt de travail particulièrement amer. Ses efforts ont aidé à maintenir la stabilité de l organisation au cours du conflit de travail. La D re Y comprend efficacement les forces politiques à l origine à la fois de menaces et de possibilités en ce qui concerne la réalisation du plan stratégique de notre régie de la santé en particulier, les liens solides qu elle a noués avec des intervenants clés de l AMC et au ministère provincial ont aidé à faire avancer notre programme. La D re Y continue de gérer les conflits et les comportements perturbateurs comme chef de département, et maintenant comme VP, d une façon qui permet à chacun de garder sa dignité. DOMAINE TRANSFORMATION DES SYSTÈMES : CE DOMAINE COMPREND LE JEU DE CAPACITÉS QUE LES LEADERS EMPLOIENT POUR APPORTER DES CHANGEMENTS DANS LES SYSTÈMES DE TAILLES DIVERSES. CES CAPACITÉS STRATÉGIQUES SONT SOUVENT ASSOCIÉES À CE QU ON APPELLE LE «LEADERSHIP À DISTANCE». 9

10 COMPÉTENCES EN LEADERSHIP Aucune opinion A.O. En développement 1 Maturité 2 Distinction 3 Maîtrise 4 Manifeste une pensée systémique/critique. A un raisonnement analytique et une pensée conceptuelle, conteste et met en doute le statu quo, cerne les questions, règle les problèmes et conçoit et met en œuvre des processus efficaces visant tous les systèmes et toutes les parties intéressées. Le D r X participe activement à la planification stratégique pour l hôpital. Au cours des réunions de l équipe de la direction, il insiste constamment et avec respect pour analyser l effet de changements majeurs, comme des compressions budgétaires, des initiatives nouvelles, du point de vue des interlocuteurs de notre région, des patients et, bien entendu de nos relations avec la communauté. On a souvent demandé au D r X de prendre la parole dans d autres équipes de direction au cours de congrès et de parler de stratégies de réflexion systémique et de changement dans les grands hôpitaux. Au cours de sa carrière antérieure à titre de directeur médical de l unité d orthopédie de mon hôpital, il a été le champion d un projet visant à coordonner et rationaliser les services avec un autre hôpital de notre région. Encourage et appuie l innovation. Crée un climat d amélioration continue et de créativité visant à amener des changements systémiques. Au cours de chaque réunion, notre équipe de gestion réserve à l ordre du jour un point pour discuter de la nécessité d innover dans nos domaines de responsabilité. À l occasion, d autres gestionnaires de l organisation ont consulté la D re Y sur la façon de promouvoir le climat de changement et d innovation. La D re Y appuie le personnel de gestion et l encourage à proposer des idées innovatrices et à consulter les membres de leur personnel. Tout au long de sa carrière, la D re Y a été attirée par des postes de responsabilité où il faut pratiquer une stratégie d innovation pour réussir. S oriente stratégiquement en fonction de l avenir. Explore l environnement pour relever les idées, les pratiques exemplaires et les tendances nouvelles qui façonneront le 10

11 système. Notre équipe de gestion analyse l environnement pour y trouver des articles et des documents pertinents qui reflètent les tendances des soins cliniques, particulièrement en ce qui concerne les nouveaux modèles de soins axés sur les patients. À l occasion, mais pas aussi régulièrement que nous pourrions le faire, nous échangeons et discutons de constatations importantes afin d en déterminer les répercussions sur nous. Le D r X assiste au congrès de la SCMG/AMC chaque année afin d en tirer des connaissances personnelles sur les nouvelles tendances en leadership et transformation de la santé. Comme on l a déjà dit à la rubrique Développer des coalitions, il assiste au congrès de l IHI. Le D r X est au courant du programme de transformation de l AMC et l appuie dans la mesure du possible, mais on l encourage à être plus actif. Décide et orchestre le changement. Contribue activement à changer les processus qui améliorent la prestation des services de santé. Tout au long de sa carrière, la D re Y a suivi de nombreux cours sur la façon de diriger le changement. Récemment, elle a suivi des cours de l IHI sur le «changement à grande échelle». Elle préconise régulièrement l utilisation d outils comme LEAN et Six Sigma pour «remettre en question» les pratiques cliniques existantes. Elle préconise des méthodes qui en appuient la mise en œuvre et donnent aux gestionnaires et au personnel leur mot à dire dans le processus de changement, et elle participe à leur application. La D re Y fait participer les membres du personnel aux processus de changement, assiste aux réunions de l équipe de gestion et l encourage à le faire aussi afin que ses membres puissent échanger avec le personnel afin de mieux connaître leurs préoccupations et leurs besoins. La D re Y a indiqué qu elle aimerait en apprendre davantage au sujet de la théorie de la complexité et des modèles de changement qui sont pertinents, ainsi que de la façon dont un membre de l équipe de la direction peut optimiser ses interventions pour appuyer le changement. 11

12 VOUS AVEZ BESOIN D AIDE? Communiquez avec le Secrétariat du CCPE a/s de Leadership et Développement professionnel Association médicale canadienne Téléphone : , poste 2070 ou au , poste 2070 Téléc. : Courriel : 12

EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015

EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015 EXEMPLE DE FORMULAIRE D ÉVALUATION 2015 (CONFIDENTIEL UNE FOIS REMPLI) INTRODUCTION : Le processus d obtention du titre de médecin gestionnaire certifié du Canada (Canadian Certified Physician Executive

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation

Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation Ce modèle, élaboré en fonction du poste de sous-ministre adjoint ou sous-ministre adjointe, peut être adapté à tous les niveaux ou groupes professionnels

Plus en détail

Stratégie de participation Jeunesse

Stratégie de participation Jeunesse Stratégie de participation Jeunesse Contexte La Stratégie de participation Jeunesse repose sur le Colloque jeunesse de la Croix-Rouge canadienne, qui a eu lieu à St. John s, à Terre-Neuve, du 14 au 17

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS DANS LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTÉ SOMMAIRE DE LA CONFÉRENCE INAUGURALE TENUE LES 8 ET 9 OCTOBRE 2009 À OTTAWA Discussions en panel plénier sur l interprofessionnalisme

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012 2012 PRÉAMBULE Cette version 2012 du Guide du stage d expérience pratique vise non seulement à fournir toutes les informations dont un candidat a besoin afin de remplir avec succès les exigences relatives

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Rapport du conseil d administration de l AIIC par Karima Velji, inf. aut., Ph.D., CHE

Rapport du conseil d administration de l AIIC par Karima Velji, inf. aut., Ph.D., CHE Rapport du conseil d administration de l AIIC par Karima Velji, inf. aut., Ph.D., CHE Le 9 juin 2015 Ottawa, Ontario Je suis heureuse de vous présenter le rapport du conseil d administration 2014 de l

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société.

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

PROFIL DE LA PRATIQUE DES ERGOTHÉRAPEUTES AU CANADA

PROFIL DE LA PRATIQUE DES ERGOTHÉRAPEUTES AU CANADA PROFIL DE LA PRATIQUE DES ERGOTHÉRAPEUTES AU CANADA 2012 Octobre 2012 Association canadienne des ergothérapeutes PROFIL DE LA PRATIQUE DES ERGOTHÉRAPEUTES AU CANADA 2012 A. Introduction B. L ergothérapie

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis.

ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du EVALUATION DU STAGE. Acquis. ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE INSTITUTION / SERVICE / UNITE : NOM / PRENOM DU STAGIAIRE PRE-HES : Stage du au EVALUATION DU STAGE Acquis Non acquis Absences pendant le stage : jours Date et Signatures : Stagiaire

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur

Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur Ligne directrice du cours menant à la qualification additionnelle Droit au cycle supérieur (Auparavant sous le nom de qualification de base additionnelle (QBA) mise à jour en juin 2011 pour correspondre

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

Exemples de description de poste

Exemples de description de poste Exemples de description de poste Conseiller(ère), dotation et développement organisationnel Responsabilités Effectuer le recrutement interne et externe pour des postes de niveau varié et agir à titre de

Plus en détail

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes L ENTREPRISE CG-1 Alain Dunberry Maryse Larivière CIRDEP Table des matières Résumé... 2 1. Le portrait

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien

La Formation au Jugement Professionnel dans l Enseignement de la Comptabilité : Approche Théorique et Application au Cas Tunisien Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sfax Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax Mémoire de Mastère en comptabilité Sujet

Plus en détail

ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS)

ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS) École de service social ÉVALUATION DE STAGE DE FORMATION PRATIQUE DE MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (MTS) Le formulaire d évaluation, signé à la fois par l étudiant et le superviseur de stage, doit être retourné

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

Compétences clés en leadership

Compétences clés en leadership Compétences clés en leadership Publié par l Agence de la fonction publique du Canada et par la Commission de la fonction publique du Canada Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Pier Bouchard et Mylène Savoie

Pier Bouchard et Mylène Savoie GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION SUR GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ SUR L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ Pratiques et innovations possibles en faveur de

Plus en détail

Leadership Magique, mais pas mystérieux : cinq pratiques qui feront toute la différence dans votre milieu de travail!

Leadership Magique, mais pas mystérieux : cinq pratiques qui feront toute la différence dans votre milieu de travail! Leadership Magique, mais pas mystérieux : cinq pratiques qui feront toute la différence dans votre milieu de travail! Présenté à la conférence intitulée «Les pratiques exemplaires en soins infirmiers :

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne portant sur les Services d évaluation des risques liés aux marchés financiers du Groupe du soutien de la surveillance (SERMF-GSS)

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Rapport canadien sur l agrément des services de santé de 2014. Le leadership, outil de renforcement du système de santé

Rapport canadien sur l agrément des services de santé de 2014. Le leadership, outil de renforcement du système de santé Rapport canadien sur l agrément des services de santé de 2014 Agrément Canada est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui procède à l agrément d organismes de santé et de services sociaux au Canada

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

DEMANDE DE PROPOSITIONS

DEMANDE DE PROPOSITIONS DEMANDE DE PROPOSITIONS L économie de la sécurité des patients 8 octobre 2009 Date limite de soumission des demandes : 17 novembre 2009 à 12 h, HR TABLE DES MATIÈRES A. Introduction... 2 1. Intention...

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Les 18 principes du Lean leadership

Les 18 principes du Lean leadership Les 18 principes du Lean leadership Par Jeff Hajek, consultant Lean, auteur et fondateur de Velaction Continuous Improvement Le leadership est un élément essentiel du Lean leadership. Que vous soyez à

Plus en détail

Agrément des services de santé des Premières nations et des Inuits Informations de la. communauté. Septembre 2014

Agrément des services de santé des Premières nations et des Inuits Informations de la. communauté. Septembre 2014 Agrément des services de santé des Premières nations et des Inuits Informations de la communauté Septembre 2014 Santé Canada est le ministère fédéral qui aide les Canadiennes et les Canadiens à maintenir

Plus en détail

Groupe Roche. Politique de l emploi

Groupe Roche. Politique de l emploi Groupe Roche Politique de l emploi 2 Les principes fondamentaux du groupe Roche expriment notre conviction que le succès de l entreprise repose sur le talent et les performances d employés très impliqué

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les LE COACHING PERFORMANT : UNE VUE D'ENSEMBLE Le coaching vise à aider les gens à donner le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs sont toujours désireux de rehausser les qualités des gens qu ils encadrent

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT. Lili de Grandpré

Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT. Lili de Grandpré Le 7 avril 2005 LES MESURES DE LA PERFORMANCE ORGANISATIONNELLE : NOUVELLES TENDANCES ET IMPACT Lili de Grandpré Le contexte Seulement 11% des directeurs financiers perçoivent les RH comme partenaires

Plus en détail

Version révisée 2012. Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1

Version révisée 2012. Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1 Version révisée 2012 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Fondements de l exercice professionnel INTRODUCTION 1 Table des matières 3 Fondements de l exercice professionnel 4 Professionnalisme

Plus en détail

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013)

Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Normes des programmes d enseignement infirmier (2013) Introduction Le College of Registered Nurses of Manitoba a le pouvoir légal d approuver les programmes d enseignement infirmier menant à l inscription

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION Énoncé de position PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION POSITION DE L AIIC La profession infirmière 1 joue un rôle essentiel dans tous les aspects de la gestion des urgences,

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

La reddition de comptes

La reddition de comptes Bureau du vérificateur interne Votre référence en gestion, risque et contrôle La reddition de comptes Novembre 2005 TABLE DES MATIÈRES Page 1. Introduction... 1 2. Une définition de la reddition de comptes...

Plus en détail

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Rapport d étape 31 mars 2015 Table des matières Section Page

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail