SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES ENTREPRISES 123 MILLIONS DE COOPÉRATEURS 5,4. Les coopératives dans le monde UNE PRIORITÉ?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "27.000 SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES 160.000 ENTREPRISES 123 MILLIONS DE COOPÉRATEURS 5,4. Les coopératives dans le monde UNE PRIORITÉ?"

Transcription

1 1

2 De tous types et de toutes tailles, actives dans tous les secteurs, les coopératives produisent, vendent et réalisent du chiffre d affaires. Elles ont des salariés, des clients, des fournisseurs et des partenaires. Comme les autres entreprises, elles sont soumises aux lois du marché et contribuent au dynamisme économique de nos pays. Mais les coopératives ne sont pas des entreprises comme les autres Elles se distinguent essentiellement de ces dernières par leur structure de gouvernance, par la manière dont elles répartissent leurs bénéfices et, surtout, par les valeurs qu elles défendent. Fondées sur le self-help, la solidarité, la démocratie et la collaboration, les entreprises coopératives sont des associations de person- nes (et non de capitaux) qui entreprennent ensemble dans le but de créer des avantages qui ne pourraient être obtenus individuellement. Le modèle coopératif se caractérise donc par la recherche constante de relations harmonieuses et équilibrées avec toutes les parties prenantes et l absence d actionnaire dominant. INTERNATIONAL Alliance coopérative internationale ORGANISATIONS FÉDÉRATIVES ET 265 COOPÉRATIVES DANS 96 PAYS 100 MILLIONS UN MILLIARD DE COOPÉRATEURS D EMPLOIS EUROPE Cooperatives Europe ENTREPRISES MILLIONS 123 MILLIONS DE COOPÉRATEURS 5,4 D EMPLOIS Les coopératives dans le monde La définition à laquelle les sociétés coopératives du monde entier se réfèrent a été élaborée par l Alliance Coopérative Internationale. Elle présente la coopérative comme «une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs par le biais d une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement». L économie mondiale n obéit plus qu aux exigences de rendement à court terme, de compétitivité à tout prix et de création de dividendes pour les actionnaires. La crise que nous traversons a mis en évidence les limites de ce système et montré les difficultés que rencontrent les acteurs publics pour y remédier. UNE PRIORITÉ? 2 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : Fotolia Sunnystudio Le temps est venu de la transition vers un nouveau modèle, plus humain, plus social et plus respectueux de l environnement. Ancrée dans l économie réelle, attachée au développement des territoires, l économie coopérative constitue une réponse crédible et concrète à ce nouveau défi. Depuis plus d un siècle, le mouvement coopératif se réinvente en permanence pour répondre aux besoins de nos sociétés, tant dans les secteurs d activité traditionnels (santé, alimentation, services, banque et assurance, etc.) que dans des domaines plus innovants (écoconstruction, technologies de l information, mobilité durable, commerce équitable, agriculture biologique, etc.). Depuis une dizaine d années, le modèle coopératif fait l objet d un intérêt renouvelé, tant sur le plan international qu en Belgique. La Commission européenne, l Organisation Internationale du Travail et l ONU (qui a décrété 2012 Année Internationale des Coopératives) considèrent la coopérative comme un élément essentiel du développement économique et social. En BELGIQUE PLUS DE SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES En Belgique, cet intérêt se traduit par une redynamisation du Conseil National de La Coopération, le lancement d appels à projets, la création de groupements et la multiplication de projets coopératifs. L accroissement significatif du nombre de coopérateurs soutenant ces activités met aussi en évidence l attachement du grand public à ces initiatives de proximité, ancrées dans le réel et porteuses de sens. D ENTRE ELLES SONT AGRÉÉES AUPRÈS DU CONSEIL NATIONAL DE LA COOPÉRATION AUTRES SONT DES SOCIÉTÉS À FINALITÉ SOCIALE 3

3 LA COOPÉRATIVE DEVRAIT ÊTRE À L AGENDA DU MONDE POLITIQUE... Il ressort de notre étude que tous les partis manifestent un intérêt pour le modèle coopératif. Avec différents accents et souvent pour différentes raisons. Globalement, l entreprise coopérative est effectivement perçue comme une forme d entreprise fiable, pertinente et dont la place dans le champ économique ne saurait être remise en cause. Parmi les caractéristiques les plus souvent citées à propos de l entreprise coopérative, on trouve l idée d une économie attentive à l homme et à son environnement, la notion d ancrage local et de réponse à des besoins collectifs (qu il s agisse de production de biens ou services ou de création d emploi), ses liens naturels avec les principes du développement durable et de la responsabilité sociétale des entreprises À quoi s attachent les différents partis politiques lorsqu ils parlent d économie coopérative? Pour les socialistes (PS et SP.A), la réponse est simple. La coopérative est perçue comme une composante majeure de leur histoire, comme un élément structurant de leur patrimoine génétique. Outre cet attachement quasi-organique, les socialistes mettent en évidence la force des valeurs coopératives (solidarité, justice sociale, service, innovation, etc.) ainsi que leur modernité. La coopérative est ainsi définie comme le «fondement d un modèle économique durable, alternative au modèle individualiste et capitaliste». Les partis écologistes (ECOLO et GROEN) voient dans le modèle coopératif une réponse économique à leurs préoccupations environnementales et sociétales et une véritable alternative économique capable de «contaminer» les autres modèles d entreprise. Dans un monde perçu comme un écosystème global, les coopératives se définissent comme des vecteurs de développement durable. Ancrage local, emplois non délocalisables, primauté de l objet social et du travailleur sur le capital, lutte contre la pauvreté... le modèle coopératif est véritablement l expression entrepreneuriale du développement durable. Fidèles à leur vision du monde, les centristes du CD&V et du CDH s attachent à la notion d équilibre que véhicule le mouvement coopératif. Equilibre entre impératifs économiques et vertu sociale, équilibre entre responsabilité individuelle et action collective, équilibre entre développement local et respect de l environnement. Le MR, pour sa part, explique son intérêt pour le modèle coopératif en soulignant son rôle pour l emploi : «Nous estimons qu on ne travaille pas que pour de l argent. Le MR a un objectif prioritaire : l emploi. Un emploi où chacun trouve sa place. A cette fin, nous soutenons toutes les formes d entreprises qui permettent la mise à l emploi, la création de nouveaux emplois et qui, au final, stimulent notre économie et notre croissance et luttent contre l exclusion sociale et renforcent notre Etat Providence». Bénéficier des mêmes chances que les autres modèles d entreprises. C est donc sous l angle de l impact économique et social qu est apprécié le modèle coopératif qui doit être appréhendé comme une solution possible parmi d autres et qui, à ce titre, ne devrait pas recevoir de traitement particulier mais bénéficier des mêmes chances que les autres modèles étant donné leur contribution au développement économique et social. Globalement, ce point de vue est aussi celui de la N-VA. Fotolia Robhainer POUR FEBECOOP La coopérative est une évidence et une priorité Mais qu en pensent les partis? Au lendemain du 25 mai 2014, nos élus auront l opportunité de soutenir le modèle coopératif et de promouvoir une économie plus humaine, plus durable et tout aussi performante. Entre les partis qui considèrent la coopérative comme un outil économique autonome (PS, SP.A, CDH, GROEN), ceux qui la placent dans le champ de l économie sociale (FDF, ÉCOLO) et les formations qui y voient une forme d entreprise comme les autres (CD&V, MR, OPEN-VLD, N-VA), quelles actions pouvons-nous attendre ces prochaines années? 4 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 5

4 UN ENVIRONNEMENT OUVERT À LA SPÉCIFICITÉ COOPÉRATIVE Parce qu elles doivent évoluer dans un environnement règlementaire et institutionnel qui ne reconnaît pas leurs spécificités, les coopératives sont souvent entravées dans leur développement. Pourtant, compte tenu de leur potentiel en termes de croissance et d emploi, les coopératives doivent être pleinement soutenues et considérées comme des acteurs clefs du développement économique et social. «Les coopératives peuvent jouer un rôle central dans la réalisation des objectifs EU2020 tels que la lutte contre la pauvreté, l inclusion sociale, les enjeux climatiques et la transition vers une économie plus durable». GROEN Fotolia Yuryimaging Concrètement, que préconise FEBECOOP? Febecoop soutient une stratégie de soutien globale et intégrée qui devrait particulièrement se traduire par une responsabilité politique des matières coopératives clairement identifiée (du niveau européen au niveau régional) et par la prise en compte des besoins et spécificités de l entreprise coopérative (et ce dès la conception des politiques de soutien aux entreprises). Sur le plan européen : Élaboration et mise en place d un plan stratégique commun (politique communautaire) en y associant les opérateurs par l intermédiaire de groupes de travail spécifiques au sein du Parlement européen. Une analyse des législations nationales existantes et une intégration des principes coopératifs dans celles-ci. Une levée des entraves faites aux entreprises actives dans certains secteurs (pharmacie, énergie verte, secteur financier ) du fait de leur nature coopérative. Au niveau fédéral : Révision de la loi sur la société coopérative. Créer un cadre règlementaire pour les sociétés coopératives participatives et lier à ce cadre des avantages fiscaux permettant de constituer des fonds propres et de financer la croissance de l entreprise sans devoir faire appel à du capital extérieur ; revoir le système permettant de distribuer une partie du bénéfice en parts aux travailleurs associés avec avantages fiscaux afin de favoriser la participation financière des travailleurs ; clarifier la règlementation autour du statut des travailleurs détenant une part substantielle du capital d une entreprise. Fotolia Sundikova Renforcement du rôle du Conseil National de la Coopération : cette instance consultative attachée au Ministère fédéral de l économie qui agrée les sociétés coopératives fonctionnant conformément aux valeurs et principes coopératifs n est pas suffisamment outillée pour remplir ses missions. En tant que plateforme représentative du secteur et organe consultatif, le Conseil National de la Coopération devrait disposer de moyens suffisants mais surtout être systématiquement consulté sur toutes les matières coopératives et sur les matières ayant un impact sur le développement coopératif. Par ailleurs, il devrait être doté d une fonction plus large et plus contraignante en matière de reconnaissance et de suivi des sociétés optant pour le statut coopératif. Au niveau régional : Une réforme de la loi sur la société coopérative Un cadre décrétal et des dispositifs règlementaires qui reconnaissent les particularités des entreprises coopératives et renforcent quantitativement et qualitativement leur développement. En Belgique, l essentiel de ce qui se passe en termes de développement coopératif repose sur le statut de Société Coopérative à Responsabilité Limitée (SCRL). Or la SCRL ne garantit en rien la nature réellement coopérative de l entreprise. Souple à l extrême et muet quant aux principes et aux valeurs qu il est censé véhiculer, le statut de société coopérative belge se choisit moins souvent pour ses valeurs que pour des raisons pratiques : sur sociétés coopératives, seules sont identifiées comme de «vraies» coopératives. La réforme de ce cadre règlementaire pour le faire coïncider au modèle d entreprise coopérative est une priorité. Febecoop demande un cadre légal qui serve de socle à une véritable identité coopérative : une nouvelle loi sur la société coopérative qui intègre les principes formulés par l Alliance Coopérative Internationale ainsi que les valeurs sur lesquelles repose le modèle coopératif (auto-assistance, auto-responsabilité, démocratie, équité, solidarité ), qui affirme la dimension collective du projet coopératif, qui garantisse l absence d actionnaire majoritaire, limite le pouvoir votal au sein de la société, limite la rémunération du capital et règle la question de l affectation des bénéfices, qui soit applicable à tous les types de coopératives et tienne compte de leurs spécificités : coopératives de consommateurs, de producteurs, coopératives mixtes, sociétés participatives de type SCOP 6 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 7

5 Et que proposent les partis politiques? Au niveau européen : Pour la majorité des formations politiques, la coopérative doit bénéficier des mêmes conditions que les autres entreprises. Mais GROEN, ÉCOLO, le PS et le SP.A vont plus loin en soulignant la nécessité de valoriser ses spécificités. GROEN et ÉCOLO précisent leurs positions en mentionnant la Résolution du Parlement européen du 13/03/2013 et le rapport de Sven Giegold qui recommande de «veiller à l existence et au bon fonctionnement d un cadre législatif européen, fédéral et régional propice à la diversité économique et à l innovation sociale». Par ailleurs, la plupart des partis s accordent pour affirmer que les entreprises coopératives doivent avoir accès aux outils, fonds et programmes mis en place pour soutenir l entrepreneuriat au niveau européen de la même manière que les autres formes d entreprises, ce qui passe aussi par une reconnaissance de leurs caractéristiques. Le SP.A, GROEN et ÉCOLO réaffirment leur attachement au niveau européen en soulignant l importance d une politique communautaire coordonnée, notamment par la mise en place de structures de travail associant des acteurs du mouvement coopératif et des représentants des institutions de l Union européenne. ECOLO, GROEN et le MR citent la Société Coopérative Européenne (mais réformée pour les Verts) comme un outil pertinent à l échelle communautaire (en particulier dans le cadre de politiques de développement sectoriel, pour le MR). Au niveau fédéral : En soutenant la création d un cadre légal approprié qui distingue la société coopérative des autres formes de sociétés en intégrant les principes coopératifs, le PS, le SP.A, ÉCOLO, GROEN, le CDH et les FDF répondent positivement à l une des principales revendications de Febecoop. Le PS et le SP.A rappellent à ce sujet qu ils ont déposé en octobre 2013 une proposition de modification de la Loi de 1991 sur les sociétés coopératives et réaffirment leur intérêt pour la question lors de la prochaine législature. «Nous souhaitons y inscrire le respect des normes et valeurs de responsabilité personnelle et mutuelle, de gestion démocratique, d égalité, d équité et de solidarité telles que définies au sein de l Alliance Coopérative Internationale. Renforcer la dimension collective du projet, mettre en œuvre la démocratie économique, clarifier l affectation des bénéfices». Pour sa part, le CDH plaide pour une adaptation des législations en cours «pour qu elles soient davantage conformes aux développements actuels (comme le financement participatif)» et insiste pour que soit établi «clairement que les usagers et les travailleurs sont des parties prenantes au développement de la coopérative». De son côté, ÉCOLO pense que «cette mesure irait de pair avec la mise en place d un délai afin de permettre aux sociétés coopératives de se conformer à ces modifications statutaires». Le PS, ÉCOLO et le CDH proposent de lier le sujet du cadre légal à la question de la réforme du CNC et à celle de la Société à Finalité Sociale (SFS) afin que «dans le cadre de la modification de la législation sur les coopératives, le CNC doit jouer un rôle plein et entier». Sur ce sujet, le CD&V estime qu il est préférable de veiller à la mise en cohérence et à la compatibilité des législations existantes avec les caractéristiques des coopératives afin que l environnement règlementaire n entrave pas ces dernières. «La coopérative est un instrument important du développement économique. Le modèle coopératif démontre qu une autre économie est possible en suivant des principes forts comme la gestion démocratique, la primauté des services à la collectivité, la solidarité, le juste partage des richesses, la formation, le long terme, l innovation ou encore la création d emploi local plutôt que le profit». PS «Nous souhaitons permettre aux travailleurs de reprendre collectivement leur entreprise grâce à un mécanisme permettant d activer les indemnités de licenciement auxquelles les travailleurs auraient droit en cas de fermeture à condition qu ils les réinvestissent dans le rachat de leur société». MR «Ecolo veut défendre la reprise par les travailleurs notamment sous forme de coopérative, une option optimale car les salariés sont généralement les mieux placés». ECOLO Les coopératives participatives et la reprise d entreprises par les travailleurs Réponse possible au problème des trop nombreuses fermetures d entreprises, la transmission ou reprise de celles-ci par les travailleurs dans le cadre de coopératives participatives fait débat. Pour le PS et le SP.A, il importe non seulement de défendre le droit de préemption des travailleurs pour acquérir une entreprise sous forme coopérative mais aussi de garantir à ces entrepreneurs le maintien de leur statut de travailleurs salariés. Plus prudents, le CD&V et le CDH estiment que cette solution, si elle peut être traitée comme une option, ne doit pas être considérée comme la panacée. Soucieux de lier entrepreneuriat et aide sociale, le MR propose de donner un coup de pouce aux travailleurs qui investissent dans le rachat de leur entreprise. Très engagés sur le sujet, GROEN et ÉCOLO ont d ores et déjà mis en chantier cette question et pour soutenir ce type d initiatives, proposent notamment la mise en place de dispositifs d accompagnement, la création de statuts adaptés (sur le modèle des SCOP françaises ou des sociedades laborales espagnoles), le soutien aux dirigeants qui veulent transmettre leur entreprise à leurs salariés et la mise sur pied de régimes fiscaux particuliers (pour faciliter la transition vers des structures coopératives). Au niveau régional : Le SP.A au niveau flamand et le PS, ÉCOLO et le CDH côté wallon annoncent qu ils seront attentifs à la place accordée aux coopératives dans le cadre des décrets régionaux dédiés à l économie sociale. Le CDH soutiendra «la mise en place d actions spécifiques favorisant le développement de sociétés coopératives au sein même de l économie sociale (notamment par l intermédiaire d une mise à jour du décret de 2008)». 8 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 9

6 MESURES SPÉCIFIQUES POUR SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT COOPÉRATIF Et que proposent les partis politiques? Les sociétés qui choisissent d inscrire leur projet économique dans le modèle coopératif et qui s engagent à en respecter les principes et valeurs (actuellement les sociétés coopératives à finalité sociale et les coopératives agréées au sein du CNC) obéissent à des contraintes que ne s imposent pas d autres modèles d entreprises. Ce choix mérite d être encouragé et soutenu par des mesures appropriées, d autant qu avec la redéfinition du cadre légal de la Société Coopérative, de telles dispositions seront gravées dans la loi et auront une force contraignante. Concrètement, que préconise FEBECOOP? De par leur nature même, les entreprises coopératives proposent des réponses pertinentes aux besoins sociaux et environnementaux de nos sociétés. C est la raison pour laquelle nous estimons qu elles devraient faire l objet d une attention et d un soutien particulier de la part du monde politique. Au niveau européen : Une intégration de l économie coopérative dans les programmes de développement sectoriel et une adaptation des instruments financiers existants afin d y incorporer les caractéristiques coopératives. Au niveau fédéral : En parallèle à l élaboration du nouveau cadre légal de la SC, des mesures fiscales pour stimuler le développement des entreprises coopératives et dans ce cadre les coopératives qui appliquent le principe de réserve impartageable doivent pouvoir bénéficier d un taux d intérêt plus favorable que les PME classiques (ajustement des intérêts notionnels). Au niveau régional : Soutien à la recherche scientifique pour stimuler l innovation et l émergence de nouveaux projets. Un renforcement de la place et des moyens dédiés aux coopératives dans les politiques régionales de soutien à l économie sociale (Décret de 2008 en Wallonie et Ondersteuningsdecreet en Flandre). Des instruments financiers spécifiques pour aider les entreprises coopératives à lever des fonds pour soutenir leur création et leur essor. «Durant la prochaine législature, nous voulons accroitre notre soutien aux niches d activité coopératives telles que les énergies renouvelables, la mobilité collective, le bien-être, l accueil de la petite enfance, l habitat» SP.A «Les coopératives et l économie sociale sont trop souvent prises par les pouvoirs publics comme des béquilles à l emploi. Certes, ces entreprises peuvent constituer d excellents outils d intégration sociale et de réinsertion socioprofessionnelle. Néanmoins, il ne faut pas les limiter à ce seul champ d activité». FDF CONCERNANT LES MESURES ET OUTILS SPÉCIFIQUES : ÉCOLO : Soutien aux agences-conseil par un financement stable et suffisant PS : Octroi de bourses à l innovation pour les SCOP GROEN : Soutien à la recherche et au développement SP.A : Création d un centre de compétence flamand CONCERNANT LE DÉVELOPPEMENT SECTORIEL : La plupart des partis politiques reconnaissent un rôle particulier aux entreprises coopératives dans les secteurs des services aux personnes (garde d enfant, assistance, etc.), du logement, des énergies renouvelables et plus largement dans les activités qui reposent sur des dynamiques collectives et / ou sociales. Ainsi, le PS entend «maximiser les retombées locales en donnant la priorité aux projets collectifs et dans ce contexte, soutenir les coopératives». Le SP.A complète cette vision en proposant la création d instruments financiers spécifiques pour le soutien des coopératives dans ces niches. Le CDH, pour sa part, défend l idée de coopératives de logement intergénérationnel et souligne l importance des coopératives agricoles. CONCERNANT LES STIMULANTS FISCAUX ET LES AVANTAGES CNC Les approches retenues par les grandes familles politiques traduisent des visions assez marquées. Alors que OPEN-VLD, CD&V et N-VA se refusent à favoriser une entreprise plutôt qu une autre (en considérant que les avantages accessibles via le CNC sont déjà suffisants), ÉCOLO s engage clairement en faveur de l économie sociale en préconisant des dispositions fiscales plus favorables pour les Sociétés à Finalité Sociale (SFS). Sur ce point, le parti francophone s illustre en proposant de «supprimer pour les sociétés à finalité sociale ayant un objet bien précis l imposition des montants affectés à la réalisation de cette finalité». 10 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 11

7 «La coopérative répond aux attentes de nombreuses personnes de renforcer le lien entre entrepreneurs et investisseurs, d ancrer les projets localement, de renforcer la participation de toutes les parties prenantes à l entreprise et d inscrire celle-ci dans le long terme». CD&V «Nous voulons faire du crowdfunding une alternative de financement intéressante pour les entreprises». OPEN -VLD «Nous voulons également aller plus loin dans le cadre du «maatwerkdecreet» en prévoyant des actions spécifiques pour renforcer le développement des coopératives». GROEN S il ne s engage pas à cette hauteur, le CDH défend aussi ce principe du soutien aux entreprises en fonction de leur finalité et de leur impact sociétal positif. Le PS et le SP.A donnent la priorité à la loi sur les Sociétés coopératives. Sur ce sujet, la N-VA soutient l idée que, tant que les bénéfices des entreprises restent dans les entreprises, ils puissent être exemptés d impôts. CONCERNANT L ACCÈS AU FINANCEMENT : Cette question est cruciale pour l ensemble des partis politiques. La spécificité de l économie coopérative en termes d ancrage local et de proximité incite plusieurs formations à faire le lien avec le soutien à l épargne locale (à travers des dispositifs tels que le winwinlening pour OPEN-VLD, le prêt Proxy pour ÉCOLO, Tante Agathe pour MR, etc.), voire avec des outils de type «crowdfunding». L expression du CDH sur le sujet est claire. En effet, pour le parti centriste, il convient de «renforcer le financement participatif et de mieux canaliser l épargne vers des projets qui ont du sens pour le développement d une économie au service de tous». La mise en cohérence et l optimisation des outils financiers existants (régionaux, fédéraux et européens) sont aussi citées par plusieurs partis politiques (MR et PS) comme solutions à développer. Le PS propose de soutenir le développement coopératif en facilitant l accès aux financements de la SOWECSOM mais aussi à tous types de financements européens. GROEN en particulier préconise de personnaliser les dispositifs existants (les fonds de soutien à l innovation notamment) pour favoriser leur utilisation par les entreprises coopératives. Les FDF, pour leur part, insistent sur le soutien que les pouvoirs publics doivent apporter aux entreprises qui offrent des services aux citoyens et remplissent des missions de service public. Pour celles-ci en particulier, le parti francophone défend le principe d aide publique au démarrage et de subsides qui leur faciliteront l accès aux capitaux. PROMOTION DE L ENTREPRENEURIAT ET ÉDUCATION INCLUANT LE MODÈLE COOPÉRATIF Premières victimes de la crise économique, les jeunes sont de plus en plus nombreux à s intéresser au modèle coopératif qui permet d associer dynamisme entrepreneurial et valeurs solidaires. Pourtant, rares sont les programmes scolaires qui les sensibilisent et les forment à ces modèles alternatifs. Qui plus est, quand vient l idée de la création d entreprise, trop peu d acteurs sont à même de les conseiller et de les orienter sur cette voie. Pourtant, le développement d une économie positive et pourvoyeuse d emplois et d avenir passe par la promotion de toutes les formes d entreprise. Dès lors, l information, la sensibilisation, la formation et le conseil sont des chantiers cruciaux. Concrètement, que préconise FEBECOOP? Au niveau européen : Soutien par la Commission européenne pour la prise en compte du modèle entrepreneurial coopératif dans les programmes éducatifs des 28 Etats membres. Création de programmes d échange et de formation spécifiquement dédiés à l entrepreneuriat coopératif. Création à Bruxelles d une Business School européenne pour les entrepreneurs coopératifs. Au niveau régional et communautaire : Création de centres de référence régionaux sur les coopératives pour promouvoir le modèle et offrir aux notaires, réviseurs, avocats, enseignants et chercheurs une information technique et éthique sur le modèle coopératif. Sensibilisation au modèle coopératif dès l enseignement primaire. Création de cours en secondaire et dans le cadre des études supérieures et universitaires. Développement d actions de promotion d un esprit d entreprise qui intègre les valeurs de solidarité, de responsabilité, de démocratie et d équité. 12 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 13

8 Et que proposent les partis politiques? Qu ils soient résolument engagés en faveur du développement coopératif ou simplement soucieux d offrir un cadre propice au développement des entreprises, tous les Partis soutiennent la nécessité de stimuler l esprit d entreprise et appuient la proposition de Febecoop d intégrer la formation au modèle coopératif, surtout dans les écoles supérieures et universités et plus spécifiquement dans les filières économiques et commerciales. Ils y seront attentifs sur le plan européen, mais les plus convaincus proposent d agir dès le niveau régional sur lequel ils ont plus de prise. La plupart relève aussi la nécessité d apporter une information complète (et par conséquent incluant le modèle coopératif) aux futurs entrepreneurs dans le cadre des actions de promotion de l esprit d entreprise. Sur cette question, SP-A se distingue par la maturité de sa vision. Les socialistes flamands défendent en effet la mise en place en Flandre d un centre de connaissance dédié qui favoriserait les échanges de bonnes pratiques, assurait la promotion des dispositifs existants, offrirait des conseils et œuvrerait en faveur du rapprochement entre le monde éducatif et les entreprises coopératives. Très aboutie, cette approche inclut en outre la promotion de l économie coopérative dès le secondaire, la création de diplômes universitaires (MBA) dédiés à l organisation coopérative et même la création d un label spécifique. «Les coopératives contribuent à bâtir une économie durable centrée sur le bien-être et qui rend leur place aux citoyens. En tant que parties prenantes de l économie, les coopératives doivent avoir la place qu elles méritent. Nous avons des priorités très claires tant au niveau régional (enseignement) qu au niveau fédéral (cadre juridique)». SP.A Construire un projet à plusieurs Le PS défend lui aussi une position très volontariste sur le sujet : «Pour améliorer l accès à l information sur le modèle coopératif, nous souhaitons former les enseignants afin qu ils disposent d une connaissance de base de l entreprise et de l entrepreneuriat à travers l organisation de projets entrepreneuriaux, de rencontres d entreprise dans leur diversité (secteur marchand, secteur non-marchand, économie sociale, travailleur indépendant, petite, moyenne ou grande entreprise). Nous informerons également les candidats entrepreneurs sur le modèle coopératif par les outils publics d accompagnement à la création d entreprises.» «Nous souhaitons intégrer la dimension de l entrepreneuriat coopératif, et de ses valeurs, dans la sensibilisation des étudiants, quelle que soit leur discipline». PS Le CD&V, pour sa part, milite pour une meilleure information sur ces questions à travers notamment le lancement de campagnes d information et l échange de bonnes pratiques en précisant toutefois que ces actions devraient s inscrire dans le cadre d une approche équilibrée. Au centre, le CDH défend la nécessaire rationalisation des actions à mener en termes de sensibilisation et d éducation. En matière d information, le parti démocrate humaniste préconise l instauration d un point de contact unique pour toutes les formes d entreprise et ce, à tous les stades de leur développement. En Wallonie, l Agence de Stimulation Economique serait ainsi reprise dans une agence unique de l entreprise et de l innovation, qui devra clairement intégrer dans ses missions le soutien aux modèles coopératifs. Enfin, pragmatique, le CDH reconnaît que l éducation à l économie coopérative doit être intégrée dans les programmes d enseignement tout en défendant l idée que la pratique est souvent bien plus riche que la théorie. «Ce n est souvent pas tant d un apprentissage théorique dont nos jeunes ont besoin, mais surtout d un apprentissage quotidien de l intérêt et des joies issues de la coopération et de construire un projet à plusieurs». CDH Fotolia Yuryimaging GROEN, le parti écologiste flamand, considère aussi cette question comme prioritaire et souhaite y apporter une réponse globale (sensibilisation, formation, conseils, échanges de bonnes pratiques, etc.) vis-à-vis des jeunes bien sûr mais aussi des enseignants et des organisations relais, tels que les comptables, les notaires, etc 14 Pour en savoir plus : Pour en savoir plus : 15

9 NOTRE DÉMARCHE Febecoop a pour mission de défendre, promouvoir et développer le modèle d entreprise coopérative. Forte de ses quarante années d action sur le terrain coopératif belge et international, Febecoop a développé une expérience et une expertise qu elle met au service de ses objectifs à travers ses représentations et les conseils offerts, dans les trois régions, par ses agencesconseil en économie sociale. «Nous devons davantage sensibiliser le public à l idée que les coopératives sont un modèle d entreprise basé sur des valeurs et qui peuvent opérer à grande échelle. Nous devons convaincre le public que la coopérative est une forme d entreprise moderne capable de servir une société moderne. Et nous devons changer le point de vue des responsables politiques sur les coopératives». Charles Gould, Directeur de l Alliance Coopérative Internationale UN SONDAGE AUPRÈS DES PARTIS A l aube des élections, Febecoop a souhaité attirer l attention des politiques, en leur demandant de partager et d expliciter leur vision sur l entrepreneuriat coopératif en répondant à un questionnaire portant sur trois grandes thématiques : La création d un environnement reconnaissant les spécificités coopératives. La mise en place de mesures spécifiques pour en soutenir le développement. La place à attribuer au modèle coopératif dans les filières de formation et d éducation et les campagnes de promotion de l esprit d entreprise. Parmi les partis contactés début mars (PS, SP.A, ECOLO, GROEN, CDH, CD&V, MR, OPEN-VLD, FDF, N-VA, PTBA-PVDA) seul le PTB-PVDA n a pu remettre de réponse en raison d un manque de moyens et de personnel. Ce document présente les grandes tendances qui se dégagent de cette consultation et celles-ci ont fait l objet d une comparaison avec les attentes exprimées dans les memoranda de Febecoop. Une version plus complète contenant nos memoranda, les questions in extenso, et une sélection des réponses est disponible sur notre site : ÉDITEUR RESPONSABLE : William JANSSENS DESIGN : PHENYX43 PHOTO COUVERTURE : Fotolia Sunnystudio Bruxelles, avril Place des Barricades 1000 Bruxelles

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN CECOP est la Confédération européenne représentant environ 50,000 coopératives et autres

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Programme Stratégique Transversal

Programme Stratégique Transversal Programme Stratégique Transversal 2013-2018 Avant-propos Gérer, c est prévoir! Prévoir, c est se fixer des objectifs à atteindre bien évidemment avec les moyens mis à notre disposition! En effet, la crise

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social De l Economie sociale à l entrepreneuriat social Des enjeux d actualité Un Paradoxe Très présente dans notre vie quotidienne. Méconnue du grand public. Un Regain d actualité Le chômage de masse La mondialisation

Plus en détail

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Mise en ligne début novembre au moment du lancement du site Internet du Labo ESS, le sondage sur l identité et l avenir de l ESS a connu un vif succès.

Plus en détail

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood. WE DO WHAT? L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! DOSSIER DE PRESSE MAI 2015 CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.co 1 S E O M M A I 1/ QUI SOMMES-NOUS? 2/ VALEURS 3/ FONCTIONNEMENT

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR Essilor International 147, rue de Paris 94220 Charenton-le-Pont, France www.essilor.com Conception et réalisation : lilcreative les PrInCIPes et Valeurs essilor 2 FACILITER

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires SOMMAIRE Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires Brève présentation de l ANACAPH Stratégies d intervention

Plus en détail

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Contexte Les enjeux des énergies renouvelables Une transition énergétique nécessaire Les questions énergétiques représentent l un des

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT GRAND-DUCAL RELATIF À LA COMPOSITION ET AU FONCTIONNEMENT DE

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Préambule En février 2007, les opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs de contenu

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 «comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 Diffusion de la culture entrepreneuriale et création d entreprises Lemoine, LemoineConseil, nov12 2 Le développement

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Objet : Quelles sont vos mesures pour lutter contre l obsolescence programmée?

Objet : Quelles sont vos mesures pour lutter contre l obsolescence programmée? Sophie BRINGUY Tête de liste Europe Ecologie Les Verts Pays de la Loire Elections régionales décembre 2015 HOP// Halte à l obsolescence programmée Laetitia Vasseur Présidente Objet : Quelles sont vos mesures

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL Découvrez notre nouveau fonds socialement responsable et solidaire Déjà présents auprès d un entrepreneur sur quatre, nous avons décidé d accélérer notre soutien

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif en capital des startups ou de toute autre entreprise n existait nulle part dans le monde. 2 hommes décidèrent de réinventer l économie et créèrent

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail