Régimes pathologies de l œsophage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Régimes pathologies de l œsophage"

Transcription

1 Régimes pathologies de l œsophage I) Le reflux gastro-oesophagien (RGO) Définition On appelle RGO la remontée anormale et répétée du contenu gastrique dans l œsophage en dehors des efforts de vomissements et sans la participation de la musculature de l estomac, de l abdomen ou du diaphragme. Manifestations et causes Le RGO permet la remontée du contenu gastrique dans l œsophage dont la muqueuse n est pas faite pour recevoir un liquide acide ou alcalin, d où les sensations de brûlures dont se plaignent les patients. Le RGO se rencontrent à tous les âges de la vie y compris chez les nourrissons. L évolution est très variable : les douleurs peuvent être supportables et calmées par des mesures hygiéno-diététiques et quelques médicaments, ou une oesophagite peptique apparaît entraînant des épisodes douloureux avec anémie, asthénie, voire dysphagie en cas de sténose. Autres causes : Vieillissement Grossesse Surcharge pondérale au niveau abdominal Compression abdominal Tabac AINS (anti inflammatoire non stéroïdiens), médicaments Obésité Traitement L objectif est le renforcement du tonus du sphincter inférieur oesophagien et diminuer les causes du RGO (pression). Le RGO peut être traité par des mesures hygiéno-diététiques qui, si elles ne suffisent pas, peuvent être associés à d autres mesures. - Mesures posturales évitant la suppression intra-abdominale Ne pas se pencher en avant, ne pas porter de poids important, éviter les vêtements trop serrés à la taille, la position assise trop prolongée, éviter les efforts de la défécation, ne pas dormir à plat, ne pas se coucher à plat immédiatement après un repas. - Mesures diététiques chez l adulte Fractionner l alimentation, pas de repas trop copieux ni trop gras, éviter les graisses cuites, pas de boissons gazeuses, pas de chocolat, pas de friandise à base de menthe, arrêt du tabac. Texture épaisse plutôt que liquide, éviter de boire pendant les repas et le soir après le repas. Supprimer les excitants : café, épices fortes, alcool Enrichir l alimentation en fibres pour lutter contre la constipation, boire souvent et peu à la fois. En cas d obésité, la perte de poids améliore le confort du patient en baissant la pression abdominale. - Mesures diététiques chez le nourrisson (En plus des mesures posturales) Les biberons seront fractionnés et épaissis grâce à des pectines type GUMIK. Les prises d eau seront nombreuses et peu abondantes.

2 Le RGO chez l enfant impose le même type de mesures : fractionnement de l alimentation, préparations épaisses, de faible volume. Pas de boissons gazeuses. Pas de chocolat. Le RGO lié à la grossesse disparaît après l accouchement. Utilisées si les mesures précédentes sont insuffisantes ou si les complications existent. Les sutures intéressent l œsophage et l estomac, la réalimentation sera celle de la gastrectomie avec vagotomie associée à cette de l oesophagoplastie. II) Les oesophagites Définition Inflammation ou brûlure de la paroi de l œsophage. Selon le facteur déclenchant on distingue : - Les oesophagites caustiques dues à l ingestion d un produit corosif - Les oesophagites peptiques (RGO) - Les oesophagites infectieuses (mycosiques, bactériennes) Les conséquences communes à ces pathologies est l apparition d une sténose plus moins serrée conduisant dans un premier temps à une dysphagie intermittente, puis dans un deuxième temps à une dysphagie totale ainsi qu une odynophagie nécessitant une intervention chirurgicale. L intervention consiste à réséquer la sténose et à rétablir la continuité ou à pratiquer une oesophagoplastie avec le côlon gauche ou l estomac. Les oesophagites peptiques Définition Atteinte inflammatoire de la muqueuse de l œsophage en réponse à un RGO pathologique. Elle peut entraîner une sténose oesophagienne plus ou moins serrée. L oesophagite peut être superficielle ou profonde, elle peut être responsable d hémorragies ou d ulcères qui, cicatrisant, forment une sténose. Cette pathologie est souvent bien tolérée et les traitements médicamenteux donnent d excellents résultats. Si la sténose apparaît, elle induit une dysphagie (difficulté à manger) voire une odynophagie (difficulté à déglutir). Traitement Il correspond à celui du RGO. Les mesures diététiques sont identiques, y compris dans le traitement chirurgical. On tiendra compte des hémorragies susceptibles d entraîner une anémie ou une asthénie. Traitement des oesophagites infectieuses Traitement anti infectieux ou anti fongique. Selon la tolérance, on met en place une alimentation peu acide, parfois froide (intolérance aux laitages due à l infection) Traitement des oesophagites caustiques :

3 stade 1 (érythème muqueux) et 2 (ulcération de la muqueuse) nutrition parentérale pendant quelques jours puis nutrition orale avec texture liquide, moulinée et hachée. Stade 3 (nécrose de la paroi localisée ou étendue) nutrition parentérale pendant 21 jours, puis : - Cicatrisation nutrition orale - Sténose modérée nutrition orale selon la tolérance (au niveau de la texutre) - Lésion nutrition parentérale encore 21 jours avec un second bilan Stade 4 (destruction de la paroi) oesophagectomie +/- totale/ Les oesophagites caustiques Diététique : Il s agit de brûlures chimiques plus ou moins profondes, plus ou moins étendues de la paroi de l œsophage mais aussi de la cavité buccale et, selon les cas, de la paroi de l estomac voire de la trachée et des bronches. Les caustiques détruisent les tissus, les acides coagulent les protéines, les bases les dissolvent, la plupart de ces réactions sont exothermiques (qui produisent de la chaleur) et la chaleur formée brûle les tissus. Outre les actions corrosives, les produits ingérés peuvent être toxiques et détruire directement les cellules. Selon la quantité et la concentration du produit corrosif ingéré, les brûlures sont plus ou moins graves et les cicatrisations sont plus ou moins rapides. L évolution des brûlures caustiques est comparable à celle des autres brûlures et comporte deux phases : - Une phase aigüe au cours de laquelle la nécrose s installe (la destruction des tissus, les perforations viscérales peuvent alors entraîner la mort du sujet), puis - Une phase tardive cicatricielle où les sténoses peuvent apparaître ainsi qu en cortège de troubles fonctionnels graves. En phase aigüe, au moment de l accident, le patient est en état de choc, sa déglutition est impossible. La nutrition est exclusivement parentérale. Lorsque les lésions sont bénignes, les brûlures n ayant pas entraîné de perforations, la phase de réparation peut demander huit à dix jours pendant lesquels le sujet sera alimenté par voie parentérale. L alimentation orale pourrait être source de traumatisme supplémentaire, donc l alimentation artificielle parentérale est obligatoirement choisie. Par la suite, après contrôle de l état des muqueuses, il est possible d envisager la reprise de l alimentation orale. Le régime sera alors normo ou hyperénergétique en fonction du sujet. (Ce genre d accident se produit souvent chez les enfants) L apport en protéines est important, les protéines ne sont pas données à visées énergétique mais dans un but de «reconstruction», l apport se situe autour de 18 à 20 % de l AET. Le reste de l énergie est amené dans des proportions habituelles : 35 à 40% de lipides et le complément énergétiques de la ration : les glucides 42 à 47 % AET Vitamines et minéraux doivent être apportés en fonction du sujet. La texture de l alimentation sera adaptée : souple, sans particules irritantes dans un premier temps, puis normale très rapidement. (mixée lisse)

4 Le patient est parfaitement en mesure de mâcher, la modification de texture n est prévue qu à titre de précaution, elle participe aussi à la lutte contre l anorexie consécutive au stress ou à une pathologie associée. La température sera sans grands écarts, ni trop élevée, ni trop basse (T ambiante à tiède, hygiène rigoureuse). Un fractionnement peut être nécessaire si le sujet est anorexique. Lorsque les lésions sont plus sévères, plus profondes, plus étendues (stade 2), la cicatrisation demande plus de temps, environ 20 à 30 jours, le protocole de réalimentation est identique mais plus lent. Nutrition parentérale jusqu à la cicatrisation, puis croisée avec l alimentation orale, puis orale exclusive avec texture adaptée : molle, épaisse, non irritante (mixée lisse), de température moyenne, fractionnée. Lorsque les lésions sont au stade 3, la totalité de l œsophage est atteint ainsi qu une partie des organes voisins, la cicatrisation demande entre 90 et 120 jours. Il faut souvent préparer le patient à une intervention. A partir de la cicatrisation plusieurs tableaux sont possibles : Soit le patient est totalement guéri (surveillance de l œsophage pendant 1 à 2 ans) Soit une dysphagie apparaît entre 4 à 6 semaines après l accident. Elle est la conséquence d une sténose correspondant à un ou des rétrécissements de l œsophage au niveau des zones brûlées. Le sujet jusqu ici capable de s alimenter normalement voit sa déglutition se dégrader et devenir de plus en plus difficile. Cette phase dite de sténose n est pas obligatoire mais si elle se produit, il est nécessaire d agir rapidement pour éviter la dysphagie totale avec son cortège de complications. Le traitement consiste à pratiquer des dilatations plus ou moins rapprochées, contraignantes car réalisées en milieu hospitalier et sous anesthésie. Ces dilatations autorisent en général la reprise d une alimentation orale normale, mais il n est pas rare que l on soit obligé d adapter la texture en fonction des réactions du patient. Si les dilatations sont inefficaces ou impossibles, ou encore si la sténose est trop serrée, l intervention chirurgicale s impose comme au stade 3. Deux cas de figures sont alors possibles : - Soit le patient est susceptible d affronter l intervention, soit il est nécessaire de la placer en alimentation entérale par sonde de jéjunostomie afin d obtenir un état nutritionnel correct. En effet, le sujet en phase de sténose diminue peu à peu ses prises alimentaires et se trouve finalement en situation de carence (risque de dénutrition). - Il est également possible, dans la mesure où le patient est capable, de le préparer à une intervention par une alimentation orale enrichie avec des produits naturels courants : poudre de lait, fromage fondu (crème de gruyère), jaune d œuf ou de proposer des CNO industriels. Ces préparations offrent un apport énergétique et protéique intéressant sous un faible volume. L intervention qui consiste en une oesophagoplastie, souvent associée à une oesophagectomie, est une intervention importante qui nécessite un terrain favorable (comme n importe qu elle intervention du tube digestif). III) Prothèse oesophagienne Elle est en silicone et on la place dans l œsophage. L objectif est de rétablir la continuité du tractus digestif.

5 Indications Sténose Obstruction néoplasique Palliatif La complication possible est la perforation du médiastin (région du corps humain située entre les 2 poumons) à la pose ce qui entraîne une hémorragie. Sinon il faut 24 à 48 h pour qu elle prenne bien sa place. Mesures diététiques La reprise alimentaire doit être très prudente avec modification et évolution de texture : liquide puis mixée lisse Le patient doit bien mastiquer, même si alimentation mixée. La digestion doit se faire en position semi-assise. L alcool est supprimé (car il ronge le silicone). Il faut dissoudre et mixer les comprimer (car ils passent mal) Boire bien pendant le repas et de l eau gazeuse en fin de repas (aide à pousser les aliments) Les différentes étapes 1. Alimentation pauvre en fibre, liquide/mixée, eau gazeuse 2. Alimentation pauvre en fibre moulinée, eau gazeuse 3. Alimentation normale IV) Pathologies tumorales de l œsophage Causes : - Tumeurs bénignes, elles génèrent une dysphagie qui peut être modérée ou sévère. Une exérèse permet l énucléation de la tumeur. - Le régime est celui de la dysphagie. - Tumeurs malignes. Tardivement décelées en raison de la localisation c est un cancer redoutable. Le signe d appel est la dysphagie transitoire au début, puis permanente, empêchant toute prise alimentaire, solide comme liquide. La dysphagie peut être associée à une hypersialorrhée sanglante. L amaigrissement est important, rapide, la dénutrition s installe tout aussi rapidement. On peut noter des surinfections bronchiques conduisant à une fièvre au long cours. On comprend aisément pourquoi les patients limites leurs prises alimentaires. Traitement : Avant d entreprendre un traitement, il est nécessaire de pratiquer un bilan d extension de la tumeur et d apprécier le retentissement de la pathologie sur l état général du patient. Le traitement peut être palliatif ou curatif. Traitement palliatif : Dès que la dysphagie n autorise plus les prises alimentaires en quantité suffisante, une issue consiste à placer une sonde de gastrostomie et à alimenter le patient par nutrition entérale. Le produit sera choisi en fonction de l état du patient mais il faut tendre vers une alimentation hyper énergétique 1,5 kcal/ml, hyper protidique, de type polymérique (solution standard 1kcal par ml) Diète polymérique, avantages : simple d emploi, complète, prête à l emploi, bien tolérée.

6 Cette solution permet de renutrir un patient en mauvais état afin de le présenter à une intervention dans de meilleures conditions ou simplement de lui faire retrouver des forces. Traitement curatif : C est l exérèse de la tumeur associée à la radiothérapie et/ou à la chimiothérapie en pré et post opératoire. L oesophagectomie Elle se fait généralement avec : - Gastroplastie (95% des cas) ou méthode de Lewis Santy (OEsophagectomie par double abord abdominal et thoracique) - Coloplastie Avec coloplastie La coloplastie correspond à une résection colique apposée à la suite de l œsophage (il n y a pas de problème de digestion/absorption). On met en place tout d abord un régime pauvre en fibre. Selon la longueur de la coloplastie, on peut également remonter l estomac, ce qui demande un régime pauvre en fibre et le fractionnement avec l adaptation de la texture (mixée lisse). Cette technique n est plus trop utilisée. Avec gastroplastie L estomac est relié directement à l œsophage après résection d une partie de ce dernier. On note une nette diminution du volume gastrique (car remontée d une partie de l estomac). Il y a une perte de la fonction principale de broyage/malaxage et du péristaltisme oesophagien (par les cils vibratiles, qui ne sont plus présents). Les aliments ressortent si le corps est renversé manger assis. Mise en place d une alimentation parentérale et/ou entérale (par jéjunostomie) Fractionnement impératif en 6 repas minimum, car : - Volume de l estomac diminué - Cela permet un apport suffisant Adapter la texture (liquide ou lisse, puis mouliné, haché) La température sera moyenne Alimentation PEF puis normale en fibres Alimentation riche en protéines pour la cicatrisation et aussi car il y a risque de dénutrition Aliments : - Boissons/eau gélifiée fractionnée - Bouillon/yaourt/compote fractionné Etapes 1. Alimentation PEF, lisse/moulinée fractionnée 2. Alimentation progressivement normale en fibre 2000 kcal en entérale kcal per os, puis on diminue progressivement l entérale pour augmenter l alimentation per os.

7 Etapes de réalimentation : J1 J2 J3 J4 8h 12h 14h 16h 18h 20h 22h Bouillon de BL et V légumes eau - - vermicelles gélifiée Thé, café +/- sucre Thé, café 2 biscottes + beurre Thé, café 2 biscottes + beurre Thé, café 2 biscottes + beurre BL Laitage Compote BL Laitage Compote Purée (100g) Purée (100g) VPO lisse Laitage Compote Laitage Compote Crème enrichie Crème enrichie Potage enrichi Crème enrichie purée Laitage Compote Laitage Compote - - Conseils généraux : Texture adaptée aux capacités de mastication Alimentation plutôt lisse/mixée au départ pour évoluer vers l alimentation normale Fractionner avec 3 repas et 2 à 3 collations, cela permet d alléger les repas en évitant les gros volumes et cela permet de garder un apport calorique suffisant. Manger lentement en mastiquant bien (même mixé) Boire de préférence entre les repas Surveiller le poids (risque de perte de poids) Conseils culinaires Cuisson au four, à la vapeur, au grill VPO rôti, grillé Légumes cuits à l eau, à la vapeur, au four MG crue Pas de friture, ragoût, braisé Conseil pour enrichir l alimentation Annexe 1. Modalités d enrichissement des repas Modalités d enrichissement des repas Poudre de lait 3 cuillères à soupe (environ 20 g) apporte Lait concentré entier environ 8g de protéines Poudre de protéines (1 à 3 cuillères à soupe par 1 càs de 5 g environ dans 150 ml de liquide ou jour) 150 g de purée apporte environ 5 g de protéines Fromage râpé/fromage fondu type de crème de 20 g de gruyère environ 5 g de protéines gruyère 1 crème de gruyère de 30 g environ 4 g de protéines Œufs 1 jaune d œuf environ 3 g de protéines Crème fraîche épaisse 1 cuillère à soupe (environ 25 g) = environ 80 calories Beurre fondu/huile 1 cuillère à soupe (environ 10 g) = environ 75 à 90 calories

8 Les potages En y ajoutant des pâtes à potage, du tapioca, du pain, des croûtons, de la crème fraîche, du beurre, du fromage (gruyère, crèmes de gruyère ), du lait en poudre, des œufs, du jambon. Penser aux soupes de poissons. Les entrées Compléter les crudités avec des œufs durs, du jambon émincé, des lardons, des dés de poulet, du thon, des sardines, des harengs, des crevettes, du surimi, des cubes de fromage, des croûtons, du maïs, des raisins secs, des olives Varier avec du saucisson, des pâtés, des salades de pommes de terre ou de céréales, des entrées pâtissières Le plat protidique Choisir des plats naturellement riches, tels que des viandes en sauce, des soufflés, des gratins de poisson, des quenelles, des lasagnes, des pâtes farcies Les légumes Les servir plutôt en béchamel, en sauce blanche ou en gratins enrichis avec du lait en poudre, du gruyère, de la crème fraîche, du beurre, des œufs, de la viande hachée Les purées En ajoutant des jaunes d œufs, du gruyère ou autre fromage râpé, du lait en poudre Les pâtes et le riz En les additionnant de parmesan ou gruyère râpé, de beurre, de crème fraîche, de jaunes d œufs comme pour la carbonara, de lardons, de jambon, de viande hachée comme pour la bolognaise, de petits pois, avec des morceaux d omelette comme pour le riz cantonnais Les laitages et desserts En incorporant du lait en poudre, du lait concentré sucré, de la crème fraîche, de la confiture, du miel, de la crème de marron, du caramel, du chocolat, des nappages à la fraise, des fruits comme la banane, des fruits au sirop, etc. Les desserts les plus énergétiques sont : les gâteaux de riz ou semoule, les flans aux œufs, les crèmes anglaises ou pâtissières, les clafoutis de fruits, les quatre-quarts, les gratins de fruits Les boissons Enrichir le lait avec du lait en poudre (soit une cuillère à soupe pour 100 ml de lait entier de préférence) à consommer chaud ou froid aromatisé (chocolat, café, sirop de fruits). Penser au lait de poule (un œuf battu avec du lait, du sucre, de la vanille ou du rhum), au milk-shake (lait battu avec crème fraîche et fruits). Enrichir le jus de fruits avec du lait en poudre, du miel. Choix des aliments : PL : pas d interdit Fromages : préférer les fromages facilement tartinables VPO : 1 portion protidique au moins aux 2 repas principaux (si la personne ne supporte pas la viande, on enrichi les plats voir modalité d enrichissement) Viande de cheval plus lisse que le bœuf Quenelle, œuf mollet, pain de poisson PC : biscotte, pain de mie, PDT (purée ), semoule, riz (au lait), tapioca

9 Légumes : PEF (carotte, courgette cf. régime PEF), d abord en purée puis bien cuit et enfin en crudité Fruits : PEF en compote, cuits ou pochés PS : pas d interdit mais adapter la texture Boissons : eau, thé Divers : aromates V) Hernies diaphragmatique hernies hiatales Définition Passage permanent ou intermittent, à travers l orifice oesophagien du diaphragme, d une partie de l estomac qui se trouve alors dans le thorax. Les hernies peuvent être congénitales ou acquises et dans le cas on parle de hernie hiatale. Une hernie hiatale est due à la perte de l intégrité anatomique de la région oesocardiotubérositaire. Si à cette déficience anatomique s ajoute une diminution du tonus du sphincter inférieur oesophagien, un RGO accompagne la hernie. La hernie est souvent la conséquence d un relâchement musculaire (vieillissement) ou d une surpression abdominale (obésité, grossesse, ascite, tumeur abdominale). Signes cliniques Souvent asymptomatique, la hernie hiatale passe inaperçue, on retrouve parfois la dysphagie mais peu importante, rarement des nausées et des vomissements, si un RGO existe, pyrosis (Sensation de brûlure partant de l'estomac et remontant le long de l'œsophage jusqu'à l'extrémité supérieure de l'œsophage dans la gorge due à un reflux de liquide gastrique acide vers l'œsophage), régurgitations sont courantes donc susceptibles d entraîner des complications : hémorragies, oesophagites peptiques, anémie. Traitement La hernie si elle est traitée, ne peut l être que par voie chirurgicale, les symptômes observés sont davantage le fait du reflux. Certaines hernies ne donnent donc pas lieu à des traitements mais seulement à une surveillance. - Eviter la compression abdominale traitement médicamenteux, chirurgie, diététique Pour hernie non opérée : - Eviter la mise en déclive du thorax (éviter de se pencher en avant) - Traitement de l obésité (perte de poids) - Sevrage tabagique/alcoolique - Fractionnement en 4 àà 5 repas - Boire en dehors des repas, peu à table (éviter les potages, surtout le soir) - Eviter les préparations trop liquides, les boissons gazeuses - Régime NL (pas de graisses cuites, fritures, sauce, aliments à goût fort, acide - Avoir une bonne hygiène alimentaire Lorsque la hernie est associée à une oesophagite et/ou un reflux, le sujet peut éprouver des sensations de brûlures, on évitera : - Les aliments acides, irritants, trop durs, les préparations trop salées ou trop sucrées, trop chaudes. Si la hernie est compliquée d une oesophagite douloureuse, donner une alimentation lisse pendant quelques jours. Evoluer vers la texture molle, puis hachée enfin normale en surveillant les apports énergétiques et protidiques. Si la hernie est associée à un RGO, il faut limiter le temps que passent les aliments dans l estomac, on évitera donc les aliments qui retardent la vidange de cet organe : aliments gras, graisses cuites,

10 crudités, aliments trop concentrés, enfin proposer un fractionnement important (au moins 5 repas par jour). Pour hernie opérée : - Réalimenter à la reprise des gaz - Premiers jours : PEF liquide ou mixé (15 à 30 jours) - Eviter les aliments difficiles à digérer - Régime NL VI) Diverticules de l œsophage Définition Il s agit d expansions ou de hernies de la muqueuse conduisant à la formation de «sacs» appendus (accrochés, suspendus) à la paroi de l œsophage. Ces diverticules peuvent être de taille variable et suivant leur localisation, on distingue : - Les diverticules pharyngo-oesophagienne ou hypopharyngés - Les diverticules de l œsophage thoracique. Les premiers entraînent, après plusieurs années d existence, une dyphagie le plus souvent intermittente, parfois douloureuse, se manifestant au début des repas, élective (préférentielle) pour les solides et pouvant induire un blocage de l aliment ingéré. Traitement Le seul traitement consiste en la résection. Il n est pas rare de se trouver en face de patients en mauvais état nutritionnel car ils ont tardé à consulter en raison de l intermittence des manifestations. Ils ne s y résolvent que lorsqu il y a douleur. En fonction de patients, il sera donc nécessaire d adapter l alimentation. Tant qu il n y a pas d odynophagie, l alimentation reste normale ; en phase de dysphagie, on aura recours à une alimentation à texture modifiée sachant qu il faut impérativement revenir à une texture normale dès que le patient se sent mieux. Souvent les patients âgés restent à la texture modifiée par crainte du blocage ; l ennui, c est que les apports énergétiques et protidiques sont souvent insuffisants dans ce cas. Le fractionnement peut être une mesure nécessaire en cas d anorexie, il faut préférer 5 à 6 repas de petits volumes et fortement énergétiques. Lorsque l intervention est programmée, il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour que le patient ne soit pas dénutri. On peut alors faire appel à des préparations enrichies maison et/ou des CNO si le patient est âgé. L intervention est rapide, sans séquelle si le nombre et la taille des diverticules sont modérés, ils sont ôtés sous célioscopie et, en dehors d une petit gêne pendant 2 à 3 jours, le patient sera en mesure de reprendre une alimentation normale très rapidement (régime BYC pendant 48h). Les seconds peuvent être plus gênants, les signes cliniques sont sensiblement les mêmes : dysphagie, sensation de blocage, vomissements et le traitement est le même. Lorsque l intervention sera prévue, en pré-opératoire, l alimentation sera mixée pour permettre la déglutition. Le régime sera normo ou hyperénergétique en fonction de l état du patient, l apport en protéines sera normal ou augmenté si le patient présente une dénutrition. Le reste des nutriments sera normal. Le fractionnement est souvent indispensable. Il est nécessaire, quand cela est possible, d amener le patient à l intervention dans le meilleur état nutritionnel possible.

11 En post-opératoire, une sonde naso-gastrique peut être posée jusqu à la cicatrisation des sutures. L alimentation entérale sera adaptée en énergie et en nutriments. Le tube digestif est sain, il est donc facile de faire retrouver au patient un état nutritionnel correct après l intervention si cela n a pu être obtenu avant l intervention Lorsque le contrôle des sutures a été fait, le patient soit retrouver une alimentation orale normale. En fait si le patient est anxieux, on choisira une alimentation souple, molle ou mixée lisse dans un premier temps, puis normale. Cette progression se fera sur 2 à 3 jours, elle n est faite que pour rassurer le patient qui est en fait parfaitement capable de s alimenter normalement. Il est bien entendu nécessaire d éviter tout aliment dur comme les croûtes de pain, les arêtes de poisson, les particules irritantes. VII) Les varices oesophagiennes Définition Dilatation des veines de l œsophage. L étiologie la plus fréquente est l hypertension portale laquelle résulte soit : D une thrombose ou d un obstacle dans les veines sus-hépatiques ou dans la veine cave inférieure D une maladie intra-hépatique, la plus fréquent étant la cirrhose D une atteinte extra-hépatique de la veine porte. Traitement Si les varices ont été mises en évidence lors d une fibroscopie (une varice se rompt ou demeure silencieuse), il conviendra de prévenir l accident en supprimant les particules dures de l alimentation type croûte de pain, arêtes de poisson, brins d herbes aromatiques mais aussi les produits pulvérulents (cacao, sucre glace) susceptibles de déclencher une toux. La prévention de l accident passe aussi par la lutte contre la constipation (l effort engendré par la défécation peut faire éclater une varice). Les apports en eau et fibres feront partie de la préoccupation des diététiciens. Après la rupture d une varice, l alimentation orale est arrêtée et remplacée par une alimentation parentérale exclusive jusqu à l arrêt de l hématémèse. Tant que le sujet saigne, il est hors de question de le faire manger. La ligature des varices oesophagiennes C est une méthode endoscopique inspirée de la ligature hémorroïdaire interne permettant la traitement et la prévention des hémorragies par rupture des varices oesophagienne. Avant l examen : cet examen est pratiqué sous anesthésie générale. Le patient doit être strictement à jeun (ni boire, ni manger, ni fumer depuis la vieille de l examen minuit). Déroulement de l examen : le médecin fait une endoscopie oesogastroduodénale dans un premier pour repérer les varices. Puis l endoscope est retiré et nettoyé. Un dispositif de ligature est mis en place sur l endoscope, qui est ensuite réintroduit. La varice est aspirée et un petit élastique est mis autour de la varice. La procédure est renouvelée autant que nécessaire. Après l examen : le patient est ensuite mis sous surveillance en salle de réveil. (hospitalisation 24h)

12 6 heures après le geste, le patient pourra s alimenter avec un régime lisse et froid (yaourt, compotes, soupes froides). Plus rarement il peut y avoir des douleurs eosophagiennes qui seront soulagées par des antalgiques habituels (paracétamol). L alimentation ne sera reprise que le lendemain de l opération.

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

Manque d appétit - perte de poids...

Manque d appétit - perte de poids... Livret d information Manque d appétit - perte de poids... Quelques conseils pour enrichir votre alimentation Centre de Réadaptation Cardiologique et Pneumologique de Franche-Comté «La Grange-sur-le-Mont»

Plus en détail

Alimentation liquide. Info +

Alimentation liquide. Info + Alimentation liquide Info + La texture liquide rend les repas moins appétissants et parfois difficiles à reconnaître : inscrivez les noms des préparations sur chaque bol ou notez-les sur un menu pour mieux

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie. École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15

Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie. École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15 Les régimes alimentaires particuliers en pédiatrie École AP Lenval F.Eichenberger Année 2014/15 REGIMES ALIMENTAIRES PEDIATRIQUES En milieu thérapeutique En milieu scolaire ou structures d accueil Régimes

Plus en détail

PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DENUTRITION

PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DENUTRITION PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE Nb de pages : 9 Rédaction : Dr R.ABADIE Vérification : Dr A.GHISOLFI Validation : Groupe FMC Gériatrie & Med-Co Références : HAS 2007 Date d application

Plus en détail

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Buccal Œsophage Estomac Intestin grêle Colon Portion ano-rectale Mais aussi, nous observons des atteintes: Musculaires, rénales, pancréatico-biliaire,

Plus en détail

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire.

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Service Diététique Hôpital Saint Antoine 01.49.28.20.57 RECETTES ENRICHIES Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Des traitements répétés et un manque d appétit

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

En savoir plus n 2 Cancer des ovaires

En savoir plus n 2 Cancer des ovaires Comment mieux s alimenter? En savoir plus n 2 Cancer des ovaires L alimentation pendant la prise en charge de votre cancer peut jouer un rôle important sur son évolution et sur votre état général (1).

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans.

Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. Alimentation du nourrisson et du jeune enfant. de 0 à 3 ans. De la naissance à 4 mois: uniquement du lait! Lait maternel ou lait premier âge (=préparation pour nourrissons). En pratique Quantité quotidienne

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Petit guide d alimentation à l attention des personnes présentant un problème stomatologique

Petit guide d alimentation à l attention des personnes présentant un problème stomatologique Petit guide d alimentation à l attention des personnes présentant un problème stomatologique Service de Stomatologie et de Chirurgie Maxillo-Faciale C.H.U. Hôtel Dieu 44093 Nantes cedex 01 Plan QUELQUES

Plus en détail

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT

L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT L ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT 1. DE LA NAISSANCE JUSQU À 4 À 6 MOIS : ALIMENTATION LACTÉE C est la période de l alimentation lactée exclusive, jusqu à la diversification alimentaire. Le début de la diversification

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Information destinée aux patients et aux proches Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Qu est-ce que la diverticulite? Cette brochure vous informe

Plus en détail

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11.

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11. Nutrition et Sport L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Qui est considéré comme sportif? Valérie Ducommun Diététicienne dipl. ES Diplôme universitaire Nutrition du Sportif A.F. Creff

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

Activités physiques et dépense énergétique

Activités physiques et dépense énergétique Observe Le fonctionnement du corps humain et l éducation à la santé : alimentation et hygiène alimentaire Activités physiques et dépense énergétique 1. Voici la quantité d énergie que ton corps dépense

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble

DIETETIQUE et SPORT. de la théorie à la pratique. Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble DIETETIQUE et SPORT de la théorie à la pratique Marie-Hélène Genas Diététicienne UF de biologie et médecine du sport CHU de Grenoble Pour être en forme et le rester hygiène de vie : - sommeil suffisant

Plus en détail

Les petites recettes de Manon GUIDE DES RECETTES ELABORE PAR MANON AGNEL, DIETETICIENNE DE FRANCE PERFUSION HERAULT

Les petites recettes de Manon GUIDE DES RECETTES ELABORE PAR MANON AGNEL, DIETETICIENNE DE FRANCE PERFUSION HERAULT Les petites recettes de Manon GUIDE DES RECETTES ELABORE PAR MANON AGNEL, DIETETICIENNE DE FRANCE PERFUSION HERAULT Les entrées froides Salade niçoise Ingrédients (pour 2 pers ) 4 pommes de terre 4 tomates

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne 22/11/2012 1 Contexte de l intervention Pertes des repères alimentaires Nouveaux produits alimentaires, diversification

Plus en détail

Les variations de textures d un régime

Les variations de textures d un régime Les variations de textures d un régime Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute

Plus en détail

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène)

OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) OBJECTIFS : Assurer la formation de réserves énergétiques optimales (= glycogène) Garantir le parfait état de la masse musculaire Eviter tout problème digestif Prévenir les déficits en minéraux et vitamines

Plus en détail

Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans

Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans Quelques idées de menus entre 18 mois et 3 ans Déjeuner : Avocat-tomate, poisson en papillote, pommes de terre vapeur, yaourt nature sucré, fruits au sirop léger. Concombre-sauce yaourt*, omelette aux

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles

CHU Saint-Pierre Site Porte de Hal Rue Haute, 322-1000 Bruxelles. CHU Saint-Pierre Site César De Paepe Rue des Alexiens, 13-1000 Bruxelles La dysphagie Les troubles de la déglutition : de quoi s agit-il? La fausse déglutition : que puis-je boire/manger? Quelques conseils pour faciliter l alimentation Fiche de conseils personnalisés pour le

Plus en détail

L alimentation des 4-18 mois

L alimentation des 4-18 mois Vers l âge de 1 an Bébé a grandi de 25 cm, il mange à la petite cuillère et aime encore son biberon, comment composer ses repas entre 12 et 18 mois? L alimentation des 4-18 mois Petit déjeuner Biberon

Plus en détail

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 Menus Basses Calories à 1800kcal 1 verre de jus de pamplemousse 1 yaourt à 0% de matière grasse 2 tranches de pain aux noix (40g) 100 g de poulet 1 branche de céleri emincé 1 petite tomate 50 g de mais

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif L alimentation du sportif Dr F. GANE TROPLENT 04/2013 Faculté de Médecine HyacintheBASTARAUD Activités physiques : Recommandations d activité physique pour la population Pratique d une activité physique

Plus en détail

Les besoins nutritionnels de la personne âgée

Les besoins nutritionnels de la personne âgée Les besoins nutritionnels de la personne âgée Dr N. LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest,9 mai 2012 11/05/2012 1 Pourquoi des besoins spécifiques? Quels besoins spécifiques? 11/05/2012 2 1 Pourquoi

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire

Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire CHAPITRE 22 Les règles de l'équilibre alimentaire : la journée alimentaire d'un enfant d'âge scolaire CE QU'IL FAUT SAVOIR Élaborer des repas équilibrés consiste à dresser la liste des menus qui composeront

Plus en détail

Troubles de la déglutition

Troubles de la déglutition Troubles de la déglutition Prévention des fausses routes dans les atteintes neurologiques chez l adulte Sommaire Définition................................ 3 Quand on avale........................... 4

Plus en détail

L alimentation de la personne âgée

L alimentation de la personne âgée La recette du mois L alimentation de la personne âgée Niveau de difficulté : Ingrédients indispensables : 3 cuillerées d imagination 2 bonnes doses de convivialité 1 brin de vigilance Ustensiles : User

Plus en détail

Guide pratique. Pour. Une. Alimentation. Équilibrée

Guide pratique. Pour. Une. Alimentation. Équilibrée Guide pratique Pour Une Alimentation Équilibrée La diététique en quelques mots page 3 ~ 2 ~ Les groupes d aliments, quels sont-ils? page 4 Vous êtes en poste de matin page 5 Vous êtes en poste d après-midi

Plus en détail

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien Docteur PAULE MORARD IBM ECULLY SPORT ET DIETETIQUE BESOINS GLUCIDES : 1g= 4kcal 55% de l apport energétique quotidien Glucides à indice glycémique élevé ( IG) : Pain, purée, riz blanc, corn flakes Glucides

Plus en détail

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN Par le Dr Mourad BRAHIMI, médecin du travail au CMB Je vais vous parler aujourd hui de ce que nous devons manger tous les jours et en quelle quantité pour

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ!

LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ! LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ! VIEILLIR EN SANTÉ Pour vivre en santé, il est important de bien manger, de bouger et de socialiser. Vous avez des questions? Consultez les diététistes/nutritionnistes,

Plus en détail

L équilibre alimentaire expliqué aux «jeunes»

L équilibre alimentaire expliqué aux «jeunes» L équilibre alimentaire expliqué aux «jeunes» Testez vos connaissances De quoi sont composés les fruits et légumes qui les rendent si bons pour la santé? Quel est le fruit qui apporte le plus de vitamine

Plus en détail

CONSEILS ALIMENTAIRES POUR LES SPORTIFS

CONSEILS ALIMENTAIRES POUR LES SPORTIFS CONSEILS ALIMENTAIRES POUR LES SPORTIFS CHAPITRES TABLE DES MATIÈRES LA RATION D ENTRAINEMENT LES REPAS 4 LE GOUTER 6 LE PETIT DEJEUNER 7 L HYDRATATION 8 LE REPAS PRIS 12 HEURES AVANT LA COMPETITION 9

Plus en détail

Alimentation et Alzheimer. S adapter au quotidien

Alimentation et Alzheimer. S adapter au quotidien Alimentation et Alzheimer S adapter au quotidien France Alzheimer 15/3/2012 Dr. DUCLOS Michel CHI Châtillon sur Seine dr.duclos-michel@wanadoo.fr Manger qu est ce que c est? Assumer un besoin physiologique

Plus en détail

Dénutrition et alimentation enrichie. Conseils nutritionnels

Dénutrition et alimentation enrichie. Conseils nutritionnels Dénutrition et alimentation enrichie Conseils nutritionnels La dénutrition Quel objectif? L équipe soignante a constaté que vous présentiez un état de dénutrition. Le but de cette brochure est de vous

Plus en détail

le Comité Départemental Olympique et Sportif 86, Poitou-Charentes vous proposent une conférence sport / santé sur la Mission Nutrition et Alimentation

le Comité Départemental Olympique et Sportif 86, Poitou-Charentes vous proposent une conférence sport / santé sur la Mission Nutrition et Alimentation le Comité Départemental Olympique et Sportif 86, la Mission Nutrition et Alimentation Poitou-Charentes vous proposent une conférence sport / santé sur Octobre 2009 présentation Syndicat mixte Mission Nutrition

Plus en détail

DISCIPLINE : SCIENCES

DISCIPLINE : SCIENCES DISCIPLINE : SCIENCES SEQUENCE : L alimentation SEANCE 4 : (60 mns) Période : 1 Niveau : Cycle 3 OBJECTIF : Classification des aliments et leur devenir. COMPéTENCE : Rôle des aliments dans l o rganisme.

Plus en détail

Suffisamment dans la journée (sédentaire minimum 3 litres, pour un sportif en activité minimum 4.5), et contrôler la coloration des urines.

Suffisamment dans la journée (sédentaire minimum 3 litres, pour un sportif en activité minimum 4.5), et contrôler la coloration des urines. L A L I M E N T A T I O N, É Q U IL I B R E D E V IE E T D E S A N T É MANGER A des heures régulières sans sauter de repas. BOIRE Suffisamment dans la journée (sédentaire minimum 3 litres, pour un sportif

Plus en détail

Le régime sans résidu ou limité en résidus

Le régime sans résidu ou limité en résidus Le régime sans résidu ou limité en résidus Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien

Plus en détail

La diététique du rugby

La diététique du rugby La diététique du rugby UFR APS Jeudi 23 avril 2015 1 L alimentation au cœur de la performance 2 «De deux athlètes d égale valeur et d entraînement identique, l athlète ayant la meilleure performance est

Plus en détail

La dénutrition, c est quoi?

La dénutrition, c est quoi? La dénutrition, c est quoi? Ou MPE : malnutrition protéinoénergétique, malnutrition la plus grave et la plus fréquente chez la personne âgée Définition de l HAS avril 2007 La dénutrition protéino-énergétique

Plus en détail

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose)

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose) 50878-FRE:50878-FRE 6/12/08 10:24 AM Page 4 Hyperglycémie et hypoglycémie Il suffit d un changement de santé, d alimentation, d activité physique ou de médicament pour faire monter ou baisser la glycémie.

Plus en détail

SPORT ACTIVITE PHYSIQUE ET NUTRITION. Docteur R.POTIER

SPORT ACTIVITE PHYSIQUE ET NUTRITION. Docteur R.POTIER SPORT ACTIVITE PHYSIQUE ET NUTRITION Docteur R.POTIER DEFINITIONS Activité physique : ensemble des mouvements musculaires du corps humain dans la vie courante Sport : le sport est une activité physique

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire EAU Seule boisson indispensable PRODUITS SUCRES Limiter le sucre : desserts sucrés, boissons sucrées (Sodas, sirop ) Des aliments pour une journée (1 part = 1 fois par jour) MATIERES

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre )

NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre ) NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre ) PRINCIPES Ca se prépare. Quand? Tout au long de sa vie Bien sur, on ne peut manger n importe comment en général, se réveiller le jour de son super weekend

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

La diététique du jeune joueur de tennis :

La diététique du jeune joueur de tennis : La diététique du jeune joueur de tennis : Bien manger, bien boire! L optimisation des performances des jeunes joueurs de tennis (12/18 ans) peut- elle être liée à une alimentation appropriée? Qu est ce

Plus en détail

CATALOGUE NUTRISIS. Cap Traiteur - 6 rue Robert Moinon - 95190 Goussainville France

CATALOGUE NUTRISIS. Cap Traiteur - 6 rue Robert Moinon - 95190 Goussainville France Cap Traiteur - 6 rue Robert Moinon - 95190 Goussainville France Tél. 01 34 38 87 85 - Fax : 01 34 38 87 81 - www.captraiteur.fr - contact@captraiteur.fr Cap traiteur est une filiale du Groupe Solina Desserts

Plus en détail

«Manger = un plaisir!»

«Manger = un plaisir!» 9. Jeux: 1. Complète: A. Il faut en boire 1,5 litre par jour:... B. Quel est la première activité à réaliser pour éviter la constipation:... C. Certains aliments comme le poisson dégage beaucoup d o...

Plus en détail

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique :

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique : La préparation d un match passe aussi par l alimentation. Pour être performant lors d un match, il est essentiel de bien s alimenter avant! AVANT VOTRE MATCH Pour aborder votre match dans les meilleures

Plus en détail

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants.

ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque classe d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. ANNEXE 2 Grammages Si les grammages qui suivent, adaptés à chaque d âge, sont nécessaires, ils sont aussi suffisants. PRODUITS, prêts à consommer, en grammes ( ou 10%), REPAS PRINCIPAUX PAIN 10 20 30 40

Plus en détail

Pourquoi l anémie? Les nourrissons de 9 à 24 mois sont plus à risque de développer une anémie par manque de fer, car :

Pourquoi l anémie? Les nourrissons de 9 à 24 mois sont plus à risque de développer une anémie par manque de fer, car : L ANÉMIE FERRIPRIVE L anémie se définit comme une diminution du taux d hémoglobine ou du volume des globules rouges. L hémoglobine est une protéine du sang qui sert à transporter l oxygène des poumons

Plus en détail

l alimentation des tout-petits Des conseils pour bien grandir Petite enfance

l alimentation des tout-petits Des conseils pour bien grandir Petite enfance l alimentation des tout-petits Petite enfance Des conseils pour bien grandir C est durant la petite enfance que les adultes acquièrent les bases de l éducation nutritionnelle et de la curiosité alimentaire.

Plus en détail

Gestion de l'alimentation sur un WE de compétition. Virginie Dubois, Diététicienne Nutritionniste Colloque mars 2015

Gestion de l'alimentation sur un WE de compétition. Virginie Dubois, Diététicienne Nutritionniste Colloque mars 2015 Gestion de l'alimentation sur un WE de compétition Virginie Dubois, Diététicienne Nutritionniste Colloque mars 2015 3j avant ou juste la veille (si compétitions tous les WE) : * Ration hyperglucidique

Plus en détail

«Equilibre alimentaire et performance sportive»

«Equilibre alimentaire et performance sportive» «Equilibre alimentaire et performance sportive» Septembre 2013 Centre de médecine du sport- Albertville clothildemora.diet@orange.fr Plan Besoins nutritionnels Equilibre alimentaire Compétition et nutrition

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT

ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT Jean-Paul BLANC Diététicien Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu ALIMENTATION DU JEUNE ENFANT Nourrir l enfant est une préoccupation de chaque jour dans tous les pays

Plus en détail

RECETTES. Savourez des recettes minceur saines.

RECETTES. Savourez des recettes minceur saines. RECETTES. Savourez des recettes minceur saines. SUGGESTIONS POUR PERDRE DU POIDS SUGGESTIONS POUR GARDER SON POIDS NahroFit Mocca Variante 1 Barre NahroFit aux fruits rouges et une poire Variante 2 Variante

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied!

Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied! Le petit déjeuner : un repas pour partir du bon pied! 2 POURQUOI LE PETIT-DÉJEUNER EST-IL UN REPAS SI IMPORTANT? Pour «Recharger les batteries» après une nuit de jeûne Eviter les «creux à l estomac» et

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 62 HERBANEWS SOMMAIRE Les protéines Définition, rôles et particularités des protéines Les recommandations du PNNS et comment y arriver? Quels sont les aliments

Plus en détail

L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013

L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013 L ALIMENTATION DU SPORTIF Version 3 06.05.2013 L alimentation du sportif se diffère de l alimentation générale par l apport calorique nécessaire à l activité physique et par le timing des ces apports.

Plus en détail

Sportifs, comment couvrir vos proteines? comment couvrir en protéines?

Sportifs, comment couvrir vos proteines? comment couvrir en protéines? COLLECTION BIEN-ÊTRE DU SPORTIF Sportifs, comment couvrir vos besoins vos besoins en proteines? comment couvrir en protéines? Les protéines, seuls éléments bâtisseurs de vos muscles entrent dans la composition

Plus en détail

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir!

ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE. Olivet construit son avenir! ELABORATION DES MENUS PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE SOMMAIRE Introduction Plan national nutrition santé, réglementation et programme Objectif et outils du GEMRCN Les portions, les grammages Composition

Plus en détail

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON Objectifs de cet outil : Disposer d un outil o Pratique et fonctionnel o Accessible et compréhensible par tous o Reprenant, sans être exhaustif,

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA PRÉSENTATION DE M LLE DE MACAR SUR LA NUTRITION DU NAGEUR

RÉSUMÉ DE LA PRÉSENTATION DE M LLE DE MACAR SUR LA NUTRITION DU NAGEUR RÉSUMÉ DE LA PRÉSENTATION DE M LLE DE MACAR SUR LA NUTRITION DU NAGEUR Pierre Band, Mars 2010 1 ère PARTIE: JOURS SANS ENTRAÎNEMENTS Petit déjeuner Toasts blé entier +beurre dʼarachide+banane+lait Baqgel+fromage+jus+

Plus en détail

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve)

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) 1.1 Adopter une alimentation équilibrée : Veiller aux quantités,

Plus en détail

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24 & 25 septembre 2014 24/09/2014 de 11h à 12h Nicolas NOUCHI, CHD Expert Alexandra RETION, nutritionniste Luc DREGER, Chef Conseiller culinaire Les règles de l

Plus en détail

SOINS DE BOUCHE Conseils hygiéno-diététiques destinés aux patients

SOINS DE BOUCHE Conseils hygiéno-diététiques destinés aux patients Pour tout renseignement : Réseau ASPAN 1 Avenue Molière, Hôpital de Hautepierre, Bâtiment AX4 03 88 12 84 67 reseau.aspan67@yahoo.fr SOINS DE BOUCHE Conseils hygiéno-diététiques destinés aux patients Document

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ QU EST CE QUE LE SYSTÈME DE BANDE GASTRIQUE? Le système DE BANDE GASTRIQUE est un anneau gastrique ajustable que l on place autour de l estomac au moyen d une intervention

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Géraldine PEYTEL (en collaboration avec Ariane DELEMASURE) Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes Les troubles de la déglutition (dysphagies)

Plus en détail

+ CUISINE MAROCAINE: ENTREES

+ CUISINE MAROCAINE: ENTREES LA CUISINE DU RIAD Notre cuisinière vous proposera un large choix de menus marocain selon vos goûts et vos habitudes, elle se fera un plaisir de vous emmener faire les courses dans le souks berbères et

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Une alimentation saine pour les tout-petits

Une alimentation saine pour les tout-petits Vous, votre enfant, et les aliments Une alimentation saine pour les tout-petits âgés de 2 à 5 ans Guide pour les parents et les personnes qui prennent soin des enfants Table des matières Pour une alimentation

Plus en détail

Nouvelles recettes Janvier Février 2016

Nouvelles recettes Janvier Février 2016 Nouvelles recettes Janvier Février 2016 «Les pas pareille» Janvier : Tortilla aux pommes de terre Février : Cake à la Carotte Connaissance de nos recettes maison: Licuado de platano Une journée à la fête

Plus en détail

CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS?

CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS? CONSEILS POUR UNE HYGIENE DIETETIQUE LES RÈGLES HYGIÉNO DIÉTÉTIQUES QUELLE NOURRITURE POUR VOTRE CORPS? SEDENTARITE ET TABAGISME LES RÈGLES HYGIÉNO DIÉTÉTIQUES 1- L alimentation est notre première médecine,

Plus en détail

La composition du petit-déjeuner

La composition du petit-déjeuner Les repas Salle, avec tableau extérieur 30 à 40 min. La composition du petit-déjeuner Objectifs de l atelier : Identifier et reconnaître les aliments indispensables pour le petit-déjeuner. Déterminer l

Plus en détail