Les différentes techniques d imagerie médicale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différentes techniques d imagerie médicale"

Transcription

1 Les différentes techniques d imagerie médicale Marie-Pierre GUENFOUDI CHU DIJON 4 & 5 Février 2013

2 Définition Techniques utilisant les rayons X Techniques utilisant les ultrasons Techniques utilisant la résonnance magnétique Techniques endoscopiques L imagerie nucléaire

3 Définition L imagerie médicale est le procédé par lequel un médecin peut examiner l intérieur du corps d un patient sans l opérer.

4 Techniques utilisant les rayons X La radiologie standard La radiologie interventionnelle Le scanner ou tomodensitométrie

5 Historique Découverte ancienne : 1895 par Wilhelm Conrad Röntgen au cours de travaux sur le tube cathodique. Découvre l existence d une fluorescence d un écran platino-cyanure de baryum. Ces rayons ne sont arrêtés ni par le papier ni par le verre mais le sont par le plomb et le platine. Rayonnement inconnu jusqu alors «rayon X» 1 ère radiographie de la main 1 er Prix Nobel de physique en 1901

6 Principe C est l impression photographique d un film argentique par un faisceau de rayon X après que ce dernier ait traversé l organe à étudier. L'image radiographique ainsi obtenue variera en fonction de la nature du tissu traversé et de l'absorption par ce dernier du rayonnement émis. Ainsi une structure dense (os) apparaîtra plus "blanche" A l'inverse, une structure aérique (comme les poumons) apparaîtra en "noir". Depuis quelques années, les applications de l'informatique et de la micro-électronique ont transformé l'exercice radiologique : la possibilité de numérisation de l'image a permis le traitement de cette image radiologique.

7 Applications de la radiologie standard Exploration dite "standard" du corps. Concerne les structures osseuses et articulaires qui possèdent une densité importante ainsi que les poumons (densité très faible). Par contre, pas les parties molles (muscles, tendons, disques vertébraux, cerveau, organes abdominaux) du fait de leur densité intermédiaire. pathologie traumatique, rhumatologique, pulmonaire, ainsi que l'orthodontie et l'étude dentaire. Examens dit «de contraste» qui par adjonction d un produit de contraste «radio-opaque» permettent une analyse plus fine

8 Radiologie interventionnelle Elle désigne l ensemble des procédures ayant pour but le traitement ou le diagnostic d'une affection, réalisées par un médecin Radiologue, sous contrôle d'un moyen d'imagerie. (radio, écho, scanner, IRM) Ex : angiographie étudie les vaisseaux sanguins non visibles en radiologie standard

9 Scanner ou tomodensitométrie Les rayons X sont émis grâce à un tube tournant autour du patient Le film est ici remplacé par des capteurs, l'information est ensuite traitée et reconstruite pour donner des images des structures explorées. Il s'agit d'une imagerie en " coupes ". Recours fréquent à un produit de contraste iodé

10 Scanner ou tomodensitométrie Source de rayons X couplée à un ou des détecteurs (barrettes) Table motorisée (vitesse de déplacement) Console de traitement des données pour traiter les images natives

11 Scanner ou tomodensitométrie Pour les examens injectés : nécessité de coupler le déclenchement de l acquisition des images avec l arrivée du produit de contraste = injection automatique Injecteur OptiVantage

12 Exemples d examens (1) Examens du squelette : Radiographie standard essentiellement en traumatologie Scanner : fractures, malformation, bilan des tumeurs osseuse ou musculaires Examens ostéo-articulaires : arthrographie ou arthroscanner ( étude plus fine des articulations et cartilages) Nécessitent l injection d un produit de contraste à base d iode directement dans l articulation Indications en diminution depuis l IRM Examens du tube digestif : lavement baryté

13 Exemples d examens (2) Examens urinaires : L urographie intraveineuse : opacification des voies excrétrices urinaires après injection IV d un produit de contraste. Recherche de malformations, tumeurs et calculs bloqués dans l uretère. La cystographie : étudie les parois de la vessie et de l urètre par injection d un produit de contraste à l aide d une sonde introduite dans les voies urinaires (opacification à contre courant). Diverticules, tumeur, reflux urine vers reins Rétrécissement du conduit ou irrégularité du calibre Examens gynécologique : Hystérosalpingographie : étudie la cavité utérine et les trompes par injection d un produit de contraste à l aide d une sonde introduite dans l utérus Recherche de tumeur, fibrome, rétrécissement des voies génitales Bilans de stérilité, infections répétitives, saignements génitaux, douleurs.

14 Exemples d examens (2) Examens des vaisseaux : Angiographie : étudie les vaisseaux sanguins non visibles en RX standard Artériographie : recherche de sténoses Phlébographie : membres inférieurs et veine cave inférieure pour la recherche de phlébites (après une échographie-doppler) et des thromboses veineuses Coronarographie : étudie les artères coronaires du cœur pour dépister des anomalies de circulation dues à un obstacle ( plaque athérome, embole) Peut être couplée à un geste thérapeutique (angioplastie)

15 LES ULTRASONS : Echographie 1955, visualisation du corps humain en coupe par l utilisation des ultrasons. Ces ultrasons traversent toute la matière à l exception des os et de l air contenu dans le corps. Les ultrasons sont dirigés sur les zones à étudier grâce à une sonde posée sur la peau. Cette sonde émet des ultrasons et reçoit l écho produit par les organes Utilisation encore limitée de produits de contraste.

16 LES ULTRASONS : Echographie Elle permet l analyse de nombreux organes Superficiels : Parotides Thyroïde Muscles et tendons Articulations Testicules Seins Ganglions Vaisseaux Profonds : Foie, vesicule, reins, rate, pancréas, utérus, ovaires, prostate Pendant la grossesse, elle permet d étudier la vitalité et le développement du fœtus, de dépister des anomalies ou encore de déterminer le sexe.

17 LES ULTRASONS : Système doppler Il permet l étude du débit dans les artères et veines. La sonde se présente sous forme de stylo appliqué en regard de la zone à étudier. Il recherche des perturbations du flux sanguin pouvant être en rapport avec un obstacle ou un rétrécissement. Souvent intégrés dans l appareil d échographie

18 LES ULTRASONS : Echographie transthoracique Couplée au doppler, elle permet à l aide d une sonde placée sur le thorax, de créer une image du cœur en mouvement et de suivre également les flux sanguins à l intérieur du cœur. Souvent complétée par une échographie trans oesophagienne (E.T.O.)

19 LES ULTRASONS : Echographie transoesophagienne Permet d explorer le cœur, les valves et cavités à l aide d un capteur ultra sonore qui est placé sur un endoscope. Voie privilégiée pour obtenir des images du cœur car l œsophage est accolé au cœur. Les ultrasons émis sont réfléchis par les structures cardiaques et analysés par l échographe. Indications les plus fréquentes : Recherche d un caillot intra cardiaque Anomalie au niveau des valves Anomalie de fonctionnement d une prothèse Anomalie de la paroi de l aorte thoracique

20 LES ULTRASONS : Echographie endocoronaire Permet de visualiser le cœur de l intérieur grâce à un fin cathéter, munie à son extrémité d'une sonde d'échographie. Précise à la fois qualitativement (morphologie de la plaque) et quantitativement (mesure de le surface de lumière résiduelle). Indications : Exploration du tronc commun, des sténoses calcifiées, des sténoses molles, des anévrismes, des dissections, des thrombus, la visualisation du bon positionnement des stents. En complément de l'angiographie chaque fois que les données sont insuffisantes ou ambiguës

21 IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE IRM Evolution majeure de l imagerie permettant d analyser à distance des organes de manière très précise. Permet de visualiser des détails invisibles sur les radiographies standards, le scanner ou l échographie 1946 : description du phénomène de Résonance Magnétique Nucléaire par Bloch et Purcel.

22 IMAGERIE PAR RESONANCE MAGNETIQUE IRM Schématiquement, cette technique utilise un gros aimant et analyse la réaction des différents tissus du corps à ces champs magnétiques. Les données recueillies sont ensuite traitées et la zone étudiées peut être restituée en deux ou trois dimensions. Elle recherche : Au niveau du cerveau, des lésions infectieuses ou inflammatoires, des anomalies des vaisseaux, des tumeurs. Au niveau de la colonne vertébrale, des hernies discales. Au niveau des articulations, des lésions ligamentaires ou méniscales

23 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (1) L endoscopie est une méthode d exploration et d imagerie médicale ou industrielle qui permet de visualiser l intérieur (endon en grec) de conduits ou de cavités inaccessibles à l œil. L endoscope est composé d un tube optique muni d un système d éclairage. Couplé à une caméra vidéo, on peut ainsi retransmettre l image sur un écran.

24 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (2) Elle peut être utilisée soit pour le diagnostic, soit pour traiter une maladie (endoscopie opératoire) L introduction se fait par les voies naturelles lorsque c est possible ou sinon par incision. Il existe deux types d endoscopes Endoscope rigide : tube métallique surtout utilisé pour l exploration des articulations, de la vessie et de la cavité abdominale( laparoscopie et cœlioscopie) Endoscope souple ou fibroscope constitué de fibres optiques. Il permet d explorer les bronches, l œsophage, l estomac, le duodénum, le colon.

25 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (3) Arthroscopie : essentiellement au niveau du genou et de l épaule. Consiste à explorer les structures articulaires à l aide d un endoscope introduit dans l articulation après incision. Elle permet d étudier les structures articulaires ( cartilages, ménisques, ligaments) afin de Déceler les anomalies Effectuer des prélèvements Réaliser des petits gestes chirurgicaux ( sutures de ménisque, ablation de débris, lavage articulaire.

26 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (4) Cœlioscopie ou laparoscopie : consiste à insuffler un gaz inerte (dioxyde de carbone) dans la cavité abdominale, puis à y introduire une caméra. Elle permet l exploration de l ensemble de la cavité abdominale, du péritoine et de la surface des viscères ( foie, vésicule biliaire, paroi intestinale, organes génitaux chez la femme ). Elle est diagnostique ou thérapeutique Appendicectomie, Cholécystectomie, cure de hernie GUE, kyste ovarien, stérilisation tubaire, endométrioses Prostatectomies Thyroïdectomies

27 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (5) Cystoscopie : permet d étudier la paroi interne de la vessie grâce à un cystoscope introduit dans l urètre. Elle est indiquée en cas : d antécédents familiaux ou personnels de cancer de la vessie de présence de sang dans les urines d infections urinaires à répétition Elle recherche : un cancer des polypes une inflammation ou infection une malformation

28 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (6) Coloscopie : permet d examiner le rectum et la totalité du colon jusqu à la jonction iléo-colique grâce à un coloscope. Le coloscope est introduit par l anus puis est glissé peu à peu dans l intestin et dirigé par l opérateur grâce à des manettes. Le cystoscope est pourvu d une source lumineuse, d un système optique et d un ou plusieurs canaux opérateur permettant d insuffler de l air, d aspirer l eau ou de laver et surtout de faire passer des pinces pour les prélèvements ou les gestes thérapeutiques

29 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (7) Principales indications Recherche de polypes ou de cancer dans le cadre du dépistage du cancer colorectal (> décès par an en France) Recherche des causes d un saignement intestinal Recherche des causes de douleurs abdominales inexpliquées Recherche des causes d une diarhée chronique Suivi des patients ayant des maladies intestinales bien identifiées ou des facteurs de risque connus ( cancer, MICI, antécédents de polypes)

30 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (8) Fibroscopie bronchique : permet d explorer la trachée et les bronches grâce à un fibroscope introduit par la bouche ou le nez. Visée diagnostique Visualisation d anomalies anatomiques, de sténose, de fistules, de tumeurs, d encombrements Réalisation de biopsies Réalisation d un lavage broncho alvéolaire Visée thérapeutique Désencombrement de l arbre bronchique Lavage de zones abcédée intra pulmonaire Ablation de petits corps étrangers

31 Indications LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (9) Diagnostic et surveillance de l évolution des cancers broncho pulmonaire Recherche d étiologie des hémoptysies, des expectoration prolongées, sanglantes Diagnostic des infections broncho pulmonaires Recherche de corps étranger intra bronchique

32 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (10) Fibroscopie oeso-gastro-duodénale : permet d explorer les organes creux (œsophage, pylore, duodénum) grâce à l introduction d un endoscope par la bouche. Indications diagnostic : Gastrites Cancers oeso gastro duodénaux Ulcères gastro duodénaux Varices œsophagiennes Hémorragies digestives hautes Indications thérapeutiques : Dilatation œsophagienne Pose de prothèse œsophagienne Sclérose de varices œsophagiennes Ablation de polypes et corps étrangers

33 LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (11) Hystéroscopie : permet de visualiser directement l'intérieur de l utérus à l'aide d'un hystéroscope. Diagnostique : Ménorragies et métrorragies Stérilité Avortements à répétition Hystéroscopie opératoire : Polypectomie, myomectomies Endométrectomie Sections de cloison en cas de malformation Sections de synéchies utérines (adhérences) Stérilisation par obstruction des trompes (dispositif ESSURE )

34 ORL : sous AG LES TECHNIQUES ENDOSCOPIQUES (12) La laryngoscopie : permet de visualiser le larynx et les cordes vocales La rhinofibroscopie : permet l examen des fosses nasales, du larynx et du pharynx La sinuscopie : permet d observer les sinus maxillaires et d apprécier l état de la muqueuse nasale.

35 IMAGERIE EN MEDECINE NUCLAIRE Adaptée aux études fonctionnelles d organes Utilisation d atomes radioactifs (traceurs) pour marquer certaines molécules qui ont un intérêt biologique et dont on veut suivre le devenir dans l organisme. Permet donc d étudier le fonctionnement des organes.

36 IMAGERIE NUCLEAIRE Ces molécules radioactives sont détectées par une gamma-caméra placées face au patient. Grâce à un système informatique, on obtient une image de la répartition des produits marqués. 2 versants Diagnostique : scintigraphie thyroïdienne, myocardique. Thérapeutique : hyperthyroïdie par l iode 131, polyglobulie primitive par le phosphore 32P, les métastases osseuses douloureuses par le strontium 89Sr.

37 Exploration fonctionnelle

38 Tomographie à cohérence optique C.T.O. Mise au point en Non invasif et très performant. Comparable dans son principe à l imagerie ultrasonore. Basée sur la réflexion d ondes non pas ultrasonores mais lumineuses. Application en ophtalmologie : suivi des maladies de la rétine (un laser infrarouge permettant reconstruction de toute l épaisseur de la rétine) Recherche en dermatologie : prometteur dans la caractérisation des tumeurs et maladies inflammatoires Recherche en cardiologie : prometteur dans l analyse des plaques d athérome et le dans le guidage d une angioplastie.

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Séquence n 5 : L endoscopie :

Séquence n 5 : L endoscopie : Séquence n 5 : L endoscopie : Un peu d histoire pour introduire l endoscopie À l'époque des Grecs anciens le phénomène du transport de la lumière dans des cylindres de verre était déjà connu. Il était,

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Corps en transparence

Corps en transparence 1/5 Corps en transparence Pour chaque question, coche uniquement la bonne réponse CORPS EXPLORÉ 1. La radiographie X permet d obtenir des images : 2. Le scanner X permet d obtenir des images : 3. L IRM

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale jean-christophe.ferre@chu-rennes.fr 6 octobre 2014 2 Imagerie

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Synthèse par tiges, vis et crochets

Synthèse par tiges, vis et crochets Synthèse par tiges, vis et crochets 10 2. Tomodensitométrie trie (TDM) ou scanner Utilisation rayons X Intérêt : étudier l os l et les parties molles, et canal rachidien Interprétation tation : est une

Plus en détail

Techniques de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance

Techniques de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance. Rythme de surveillance RADIOLOGIE DES CANCERS CHEZ LE SUJET AGE Méthodes d Imagerie Diagnostiques et Thérapeutiques Frank Boudghene Hopital Tenon Université Paris 6 Techniques de surveillance Modalités Radiologie Echographie

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE. Quel rôle pour l Aide soignant?

IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE. Quel rôle pour l Aide soignant? IMAGERIE MEDICALE RADIOTHERAPIE Quel rôle pour l Aide soignant? IMAGERIE MEDICALE Actes réalisés en radiologie ou en médecine nucléaire : Radiographie standard Echographie Scanner IRM Scintigraphie TEP

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! http://www.geekdad.fr/2013/09/operation-chirurgicale-dun-ours-en-peluche/ Deux possibilités

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps Imagerie Médicale Une vision de l intérieur du corps Source: uhrad.com. Isabelle Bloch, Elsa Angelini Département Traitement du Signal et des Images, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 46

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes F2_Activité 1 : Quelques rappels sur les ondes Dans tout ce chapitre, on se restreint à une approche ondulatoire des ondes. 1. Travail élève : Faire un schéma d une représentation simplifiée d une onde.

Plus en détail

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE GASTRO-ENTEROLOGIE LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE I - EXAMENS ENDOSCOPIQUES A - LA FIBROSCOPIE ŒSOGASTRODUODENALE (FOGD) 1) DEFINITION Encore appelée fibroscopie gastrique. Examen endoscopique. Il permet

Plus en détail

LES TECHNIQUES ET EXAMENS UTILISES EN REANIMATION

LES TECHNIQUES ET EXAMENS UTILISES EN REANIMATION GROUPE HOSPITALIER PITIE-SALPETRIERE INSTITUT DE CARDIOLOGIE SERVICE DE REANIMATION MEDICALE PROFESSEUR CHASTRE INFORMATION AU PATIENT ET AUX FAMILLES LES TECHNIQUES ET EXAMENS UTILISES EN REANIMATION

Plus en détail

Tomodensitométrie (scanner à rayons X)

Tomodensitométrie (scanner à rayons X) Tomodensitométrie (scanner à rayons X) Principes du scanner à rayons X l Le scanner à rayons X ou tomodensitométrie (TDM) a été inventé par un ingénieur anglais de chez EMI, Geoffrey Hounsfield, qui a

Plus en détail

D.U. PHARMACIE ONCOLOGIQUE 2011/2012 IMAGERIE. Dr. P. HENROT

D.U. PHARMACIE ONCOLOGIQUE 2011/2012 IMAGERIE. Dr. P. HENROT IMAGERIE Dr. P. HENROT Imagerie médicale et prise en charge des cancers P Henrot Service de Radiologie Centre Alexis Vautrin Place de l imagerie Dépistage : sujet ne se plaignant de rien Ex : mammographie

Plus en détail

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 Dr Didier BOUSSARIE CHV Pommery 51100 Reims PRINCIPE DE LA TOMODENSITOMETRIE

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

1. Produits Barytés. Absorption des rayons X

1. Produits Barytés. Absorption des rayons X Exemple 3 : Radiographie du thorax Patient jeune avec douleur thoracique brutale. Suspicion de pneumothorax (air dans la plèvre) situé plutôt en haut, il va décoller la plèvre et entrainer une déviation

Plus en détail

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale S3 3.03 Expérience de terrain: travail en interprofessionalité Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale Présenté par Marjorie Boyer 2015 Sommaire I/ Introduction: II/ Objectifs : III/ Déroulement

Plus en détail

Terminologie médicale

Terminologie médicale Auteur : Dominique Heren L'APPAREIL RESPIRATOIRE Cours sur l'appareil respiratoire. CUEEP/USTL Introduction...2 La respiration...3 Le pharynx...4 Le larynx...4 La trachée...6 Les poumons...8 La plèvre...9

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures Médecine Académique - Programme 2014-2015 L objectif de notre module de médecine académique est de transmettre les bases indispensables à la compréhension du corps humain, ainsi qu une approche des différentes

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Sources : Définition de la radiologie conventionnelle. Remarques :

Sources : Définition de la radiologie conventionnelle. Remarques : Tarification : Exemples faisant intervenir les nouvelles règles concernant la radiologie conventionnelle Décision UNCAM du 5 mars 2009 (article III-3 B) Définition de la radiologie conventionnelle Par

Plus en détail

En quoi consiste la Gastroentérologie?

En quoi consiste la Gastroentérologie? En quoi consiste la Gastroentérologie? Sur ces pages, le lecteur intéressé ou le patient personnellement concerné trouvent quelques indications sur des procédures typiques en Gastroentérologie. 1. En quoi

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Chapitre Les Affections ALD Libellé. 38- Troubles permanents du rythme et de la conductivité

Chapitre Les Affections ALD Libellé. 38- Troubles permanents du rythme et de la conductivité Chapitre Les Affections ALD Libellé 15- Insuffisance cardiaque Insuffisance ventriculaire gauche : IVG Insuffisance ventriculaire droite secondaire :IVD Troubles de la conduction (BAV complet) 38- Troubles

Plus en détail

Service d imagerie interventionnelle

Service d imagerie interventionnelle Une équipe hautement spécialisée Un équipement à la pointe de l innovation technologique Service d imagerie interventionnelle Nouvel Hôpital Civil / Strasbourg Sommaire L imagerie Interventionnelle: aujourd

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte

Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte De Sambre Avesnois Centre Hospitalier Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle chez l adulte SFAR. Actualisation 2010 www.sfar.org/antibioprophylaxie-en-chirurgie-et-en -médecine-interventionnelle-cc-2010

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle. Elle apporte souvent des arguments complémentaires à l imagerie morphologique (radiodiagnostic) Scintigraphie Radioélément

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) :

UROLOGIE Art. 14j pag. 1 coordination officieuse. j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : UROLOGIE Art. 14j pag. 1 j) les prestations relevant de la spécialité en urologie (DO) : 3035 260035 260046 Néphrostomie K 180 3003 260050 260061 Néphrotomie, avec ou sans extraction de calcul K 225 3045

Plus en détail

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors :

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors : Ch. 5 ONDES ET IMAGERIE MEDICALE Objectifs : Connaître la définition et la distinction d une onde sonore et d une onde électromagnétique (domaines de fréquence ) Connaître les vitesses de propagation de

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

Image fœtale en écho obstétrique

Image fœtale en écho obstétrique ECHOGRAPHIE DEFINITION -L'échographie est une technique d'imagerie médicale qui utilise des ultrasons. -Ce nom désigne à la fois l'acte médical et l'image qui en résulte. -Examen échographique rapide et

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Une collection de planches et de modèles d'anatomie est disponible à la BU Santé de Reims. Consultez notre catalogue pour la découvrir.

Une collection de planches et de modèles d'anatomie est disponible à la BU Santé de Reims. Consultez notre catalogue pour la découvrir. Une collection de planches et de modèles d'anatomie est disponible à la BU Santé de Reims. Consultez notre catalogue pour la découvrir. Ces objets sont consultables sur demande à l'accueil de la BU. Tous

Plus en détail

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous-

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous- UE 5.8.S3 - PATHOLOGIES PRÉVALENTES DU SERVICE. Otho-rhino-laryngologie : En urgence : o Trachéotomie : il s agit d une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture à la face antérieure

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Echographie transoesophagienne normale DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Indications Contre-indications Préparation du patient Procédure d introduction de la sonde Déroulement

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, IRM CHEZ L'ENFANT Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Digestive. Patho Chir

Digestive. Patho Chir Digestive Patho Chir gastroscopie colonoscopie Abdomen à blanc normal Pas bon Bon Abdomen couplé a un thorax air sous coupoles signe d une perforation Abdomen à blanc couché Abdomen à blanc sur le coté

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

La fiche individuelle d examen somatique de l adulte avec autisme

La fiche individuelle d examen somatique de l adulte avec autisme Des consultations spécialistes dédiées, avec réduction des temps d attente, anticipation des problématiques avec mise à disposition de temps supplémentaires. Le regroupement des interventions invasives

Plus en détail

points de repere Évolution des actes techniques en secteur libéral en 2007

points de repere Évolution des actes techniques en secteur libéral en 2007 décembre 2008 - numéro 21 points de repere Les premières données du codage de la Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM) ont permis de connaître la nature et la fréquence des actes techniques

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Les indications les plus courantes de la radiographie de thorax sont:

Les indications les plus courantes de la radiographie de thorax sont: 3. Usage clinique des examens radiologiques courants La radio de thorax La radiographie de thorax est le type de radiographie le plus souvent pratiqué. Son usage reste intensif malgré les nouvelles méthodes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 25 août 2006 modifiant l arrêté du 5 mars 2006 relatif à la classification et à la prise en charge de prestations

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation du système de soins SANTÉ ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon. THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés)

Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon. THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés) Morpho-anat Cours 2 19 mars 08 (17h30) Dr. Vacher et Parlier cruau Auriana Moachon THORAX (cas cliniques) et MEMBRES (clichés) 1 Plan : 1 ère PARTIE : Membres Cliché 4 (suite) : rappels anatomiques Cliché

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

Présentation et organisation du département

Présentation et organisation du département Présentation et organisation du département médecins généralistes. L unité de chirurgie gynécologique apporte aux patientes une solution chirurgicale de qualité dans le cadre d une étroite collaboration

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20

1.1.1. Interrogatoire général - 20 1.1.2. Interrogatoire ciblé - 20 TABLE DES MATIÈRES Le mot du doyen...................................................................... 5 Le mot du médecin généraliste...................................................... 7 Remerciements........................................................................

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Avec la robotique, la chirurgie du 21 e siècle entre à la Clinique du Tonkin

Avec la robotique, la chirurgie du 21 e siècle entre à la Clinique du Tonkin DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse - Mars 2011 Avec la robotique, la chirurgie du 21 e siècle entre à la Clinique du Tonkin Contact Presse : Alternative Media Alexandre Bérard [alex@ampr.fr] - Magali

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail