Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention"

Transcription

1 Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 10/01/09

2 Table des matières * Introduction Item : Expliquer les facteurs de risque cardiovasculaire Notions de risque, facteur de risque et prévention Facteurs de risque majeurs et indépendants Facteurs de risque non modifiables : hérédité, âge et sexe masculin Tabagisme Hypertension artérielle Dyslipidémies Diabète Autres facteurs de risque Item : Expliquer les modalités de la prévention primaire et secondaire des facteurs de risque et les stratégies individuelles et collectives Stratégies individuelles de prévention cardiovasculaire Estimation du risque cardiovasculaire global Prise en charge hygiéno-diététique Sevrage tabagique Mise en place d une activité physique régulière Modification du comportement alimentaire Prise en charge de l hypertension artérielle essentielle Evaluation du patient hypertendu Objectifs thérapeutiques Classes pharmacologiques disponibles Prise en charge des dyslipidémies Evaluation du patient dyslipidémique Objectifs thérapeutiques Classes pharmacologiques disponibles...1

3 Stratégies thérapeutiques Prise en charge du diabète de type Evaluation du patient diabétique Objectifs thérapeutiques Classes pharmacologiques disponibles Prévention secondaire Stratégies collectives de prévention cardiovasculaire Indicateurs d impact des mesures de prévention collective Les stratégies de prévention collectives... 1 ENC : OBJECTIFS Expliquer les facteurs de risque cardiovasculaire et leur impact pathologique. Expliquer les modalités de la prévention primaire et secondaire des facteurs de risque cardiovasculaire et les stratégies individuelles et collectives. GENERAL : Savoir définir les notions de risque, facteur de risque et prévention. Connaître les différents facteurs de risque cardiovasculaire et leur impact dans le développement de lathérosclérose et la survenue des maladies cardiovasculaires. Savoir estimer le risque cardiovasculaire global d'un sujet. Connaître les stratégies individuelles de prévention primaire et secondaire des maladies cardiovasculaires : Prise en charge hygiéno-diététique Recommandations pour la prise en charge de lhypertension artérielle essentielle Recommandations pour la prise en charge des dyslipidémies Recommandations pour la prise en charge du diabète de type 2. Connaître les stratégies collectives de prévention des maladies cardiovasculaires : Connaître les indicateurs dimpact des mesures de prévention collective Expliquer les stratégies de prévention collective : éducation à la santé et politiques de dépistage et de lutte contre les facteurs de risque cardiovasculaire.

4 INTRODUCTION Les maladies cardiovasculaires ont été responsables en 2005 de près de décès en France (soit 28,4% de l ensemble des décès), et sont une cause importante de morbidité et d invalidité précoces. Elles relèvent la plupart du temps de facteurs de risque bien identifiés sur lesquels il est possible d intervenir efficacement. La prévention des maladies cardiovasculaire s entend aussi bien à l échelle individuelle que populationnelle et repose sur des acteurs multiples, professionnels de santé mais également décideurs politiques, médias, milieux associatifs, enseignants ou éducateurs. La palette des moyens disponibles pour lutter contre les facteurs de risque cardiovasculaire est vaste, intégrant aussi bien l éducation à la santé et l éducation thérapeutique que les traitements médicamenteux. De nombreuses recommandations de prévention primaire et secondaire ont été proposées, reposant sur des niveaux de preuve d efficacité élevés.

5 I ITEM : EXPLIQUER LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE I.1 NOTIONS DE RISQUE, FACTEUR DE RISQUE ET PRÉVENTION La notion de facteur de risque désigne tout facteur d exposition susceptible de modifier le risque d une maladie, c est à dire de modifier sa probabilité de survenue. Un facteur de risque est donc une variable statistiquement liée à une maladie et présentant un lien causal avec celle-ci. L existence d un lien causal se détermine à partir d un faisceau d arguments : - Constance et reproductibilité de la relation : la relation se retrouve dans des populations et des situations d étude différentes. - Force de l association : l exposition au facteur est associée à une forte augmentation du risque de maladie (le risque relatif des sujets exposés par rapport aux non exposés est élevé). - Existence d une relation dose-effet : plus l exposition au facteur est importante, plus l augmentation du risque de maladie est importante. - Cohérence chronologique : l exposition au facteur précède la survenue de la maladie. - Cohérence physiopathologique : existence d une explication physiopathologique. - Indépendance de la relation : l association entre le facteur d exposition et la maladie persiste une fois pris en compte l effet des autres facteurs de risque. - Réversibilité : la suppression ou la diminution du facteur d exposition entraîne la diminution de l incidence de la maladie dans la population. Il s agit de l argument le plus fort pour affirmer l existence d une relation causale. Pour cette raison, le type d enquête le plus adapté à la mise en évidence d une relation causale est l enquête expérimentale (voir figure 1).

6 Figure 1 : Niveau de preuve de causalité apporté par les enquêtes La lutte contre les facteurs de risque s intègre dans le cadre de la prévention qui regroupe l ensemble des mesures prises à l échelle individuelle et collective dans le but d éviter la survenue d une maladie ou d un état de santé. On distingue : - La prévention primaire : mesures visant à éviter la survenue d un premier épisode de maladie. - La prévention secondaire : mesures visant à éviter la récidive d une maladie. - La prévention tertiaire : mesures visant à éviter la survenue de complications, séquelles ou handicaps liés à la maladie. Dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires, un sujet ayant des facteurs de risque mais ne présentant aucun antécédent coronaire (infarctus du myocarde, angor stable ou instable, revascularisation coronaire) ou de maladie vasculaire avérée (accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique constitué ou transitoire, artériopathie périphérique à partir du stade II) se situe en prévention primaire. Un sujet présentant l un de ces états pathologiques se situe en prévention secondaire. Par extension, on considère qu un sujet présentant une atteinte vasculaire asymptomatique importante relève également de la prévention secondaire (ischémie coronaire silencieuse documentée, sténose carotidienne de plus de 50%, indice de pression artérielle systolique inférieur à 0,9, anévrysme de l aorte abdominale).

7 I.2 FACTEURS DE RISQUE MAJEURS ET INDÉPENDANTS I.2.1 Facteurs de risque non modifiables : hérédité, âge et sexe masculin - La présence d antécédents familiaux de coronaropathie précoce (infarctus du myocarde ou mort subite touchant le père ou un frère avant 55 ans, la mère ou une sœur avant 65 ans) augmente de façon majeure le risque de coronaropathie. Un antécédent familial d AVC avant 45 ans est également un facteur de risque cardiovasculaire. - L incidence des maladies cardiovasculaires augmente avec l âge. Il s agit d un facteur de risque particulier, reflétant l effet d une exposition prolongée aux autres facteurs de risque. - A âge identique, les hommes ont une probabilité plus importante que les femmes de développer une pathologie cardiovasculaire, en particulier une coronaropathie. Les maladies cardiovasculaires liées à l athérosclérose sont rares chez les femmes en période d activité génitale. Ceci peut refléter un effet protecteur direct de l imprégnation oestrogénique et/ou témoigner d une moindre exposition aux facteurs de risque des femmes par rapport aux hommes, à âge équivalent. I.2.1 Tabagisme Le tabagisme est un facteur de risque de coronaropathie, d artériopathie périphérique et d AVC. Il existe une relation dose effet marquée et une réversibilité : après trois ans de sevrage, le risque d événement coronaire aigu d un ex-fumeur n est pas significativement différent de celui d un non fumeur. Toutefois, la probabilité de présenter des lésions athéromateuses reste corrélée à la quantité et à la durée du tabagisme. Les mécanismes responsables sont multiples : - Le tabagisme favorise le déclenchement d accidents vasculaires aigus en majorant le risque de thrombose (augmentation de l agrégation plaquettaire, du fibrinogène et de la viscosité sanguine) et de spasme coronaire (dysfonction endothéliale). - Le tabagisme renforce l ischémie myocardique : l oxyde de carbone gène le transport de l oxygène, ce qui augmente l hypoxie tissulaire.

8 - Le tabagisme potentialise les troubles du rythme cardiaque en abaissant le seuil de fibrillation ventriculaire. - Le tabagisme (la nicotine) stimule le système nerveux sympathique. - Le tabagisme favorise l athérosclérose (baisse du cholestérol-hdl, inflammation chronique, stress oxydatif, dysfonction endothéliale, stimulation sympathique). I.2.1 Hypertension artérielle L hypertension artérielle (HTA) se définit lorsque des mesures effectuées en consultation (2 mesures par consultation, au cours de trois consultations successives, sur une période de trois à six mois) sont 140/90 mmhg. Une moyenne des mesures ambulatoires sur 24 heures 130/80 mmhg ou des auto-mesures, réalisées par le patient à domicile, 135/85 mmhg définissent également l HTA. La pression ambulatoire moyenne sur 24 heures a une valeur pronostique supérieure à la pression de consultation. La pression artérielle systolique a une valeur pronostique plus importante que la pression diastolique, lorsque le sujet vieillit. Plus la pression sanguine artérielle est élevée, plus le risque cardiovasculaire est important. Au niveau cardiaque : L HTA favorise l athérosclérose coronaire (insuffisance coronaire organique) et l hypertrophie ventriculaire gauche (HVG). L HVG s associe à une augmentation des besoins en oxygène du myocarde et à une insuffisance coronaire fonctionnelle. L HVG évolue vers l insuffisance cardiaque. Au niveau cérébral : L athérosclérose des gros troncs artériels augmente le risque d AVC avec infarctus généralement de grande taille. Un processus d artériolopathie est responsable d infarctus cérébraux de plus petite taille, conduisant à des lésions lacunaires et évoluant vers une démence vasculaire. L HTA favorise par ailleurs les AVC hémorragiques. Au niveau vasculaire périphérique : l HTA favorise l athérosclérose périphérique et les anévrysmes et dissections aortiques par modifications de la paroi artérielle. Au niveau rénal : L HTA favorise l athérosclérose des artères rénales et la néphroangiosclérose des artérioles, évoluant vers l insuffisance rénale. Au niveau rétinien : l HTA augmente le risque d accidents vasculaires oculaires et favorise la rétinopathie hypertensive.

9 I.2.1 Dyslipidémies Les dyslipidémies regroupent l ensemble des troubles du métabolisme des lipides. Cholestérol et triglycérides sont apportés par l alimentation mais il existe également une synthèse endogène hépatique. Dans le courant circulatoire, cholestérol et triglycérides sont transportés par des particules de plus ou moins grande densité : les lipoprotéines. - Les LDL (low density lipoprotein) transportent le cholestérol du foie vers les cellules périphériques. Le cholestérol-ldl (c-ldl : cholestérol transporté dans les LDL) correspond à la fraction athérogène du cholestérol qui a tendance à s accumuler dans la paroi artérielle et à s oxyder. Il favorise ainsi le développement de réactions immunitaires et inflammatoires inadaptées, à l origine de plaques d athérosclérose. - Les HDL (high densiy lipoprotein) transportent le cholestérol de la périphérie vers le foie où il est dégradé. C est un système «d épuration du cholestérol» donc protecteur vis-à-vis de l athérosclérose. - Les VLDL (very low density lipoprotein) transportent les triglycérides endogènes synthétisés par l organisme. - Les chylomicrons transportent les triglycérides exogènes apportés par l alimentation. Une classification des dyslipidémies a été proposée par Fredrickson (voir figure 2). Il convient d y ajouter les baisses du c-hdl, isolées ou associées à d autres troubles lipidiques. Les dyslipidémies peuvent également être secondaires à une hypothyroïdie, un syndrome de Cushing, un syndrome néphrotique, une stéatose hépatique alcoolique ou à une prise médicamenteuse (oestroprogestatifs, corticoïdes, rétinoïdes, antirétroviraux).

10 Figure 2 : Classification des dyslipidémies selon Fredrickson Figure 2 bis : Classification des dyslipidémies selon Fredrickson (Hypercholestérolémie de type IIa) Le diagnostic de dyslipidémie repose sur la réalisation d un prélèvement sanguin, après 12 heures de jeûne, pour dosage du cholestérol total (CT), du c-hdl et des triglycérides (TG). Le c-ldl est calculé à partir de la formule de Friedewald, utilisable lorsque les triglycérides sont inférieurs à 4 g/l (4,6 mmol/l) : c-ldl = CT c-hdl TG/5 pour des valeurs exprimées en g/l Si le patient n a pas de facteurs de risque associés, le bilan est normal si c-ldl < 1,60 g/ l (4,1 mmol/l), c-hdl > 0,50 g/l (1,3 mmol/l) pour les femmes ou 0,40 g/l (1 mmol/l)

11 pour les hommes et TG < 1,50 g/l (1,7 mmol/l). Il n est pas justifié de répéter le bilan avant 5 ans en l absence d événement intercurrent, de l apparition de facteur(s) de risque, de modifications thérapeutiques ou d une prise de poids. Il existe une association positive et linéaire entre les taux plasmatiques de cholestérol total et LDL et le risque de développer une coronaropathie. Cette relation est inverse pour le c-hdl qui est un facteur protecteur. L hypercholestérolémie est par ailleurs associée à une augmentation du risque d AVC ischémique, alors que de faibles taux de cholestérol pourraient favoriser les accidents hémorragiques. L hypertriglycéridémie est un facteur de risque indépendant de coronaropathie. Cependant, l effet délétère de l hypertriglycéridémie s explique en grande partie par la baisse concomitante du c- HDL. Au-delà de 10 g/l (11,4 mmol/l), l hypertriglycéridémie fait courir un risque de pancréatite aiguë. I.2.1 Diabète Le diabète se définit par une glycémie à jeun 1,26 g/l (7 mmol/l) à au moins deux reprises et/ou une glycémie 2g/l (11,1 mmol/l), 2 heures après une charge orale de 75 g de glucose. Lorsque la glycémie est 1,10 g/l (6,1 mmol/l), on parle d intolérance au glucose qui est un facteur de risque de diabète. L hyperglycémie favorise l athérogenèse et la thrombose : augmentation de l oxydation du c-ldl, inflammation chronique, production accrue de VLDL (ce qui favorise l élévation des triglycérides, la baisse du c- HDL et la synthèse de particules LDL petites et denses, particulièrement athérogènes), dysfonction endothéliale et activation de la coagulation. Les diabètes de type 1 et 2 majorent de façon considérable le risque cardiovasculaire. La maladie coronaire est plus grave en présence de diabète (mortalité post-infarctus plus élevée, lésions plus sévères, insuffisance cardiaque plus fréquente). Le diabète augmente le risque de macro-angiopathie (coronaropathie, AVC et artérite des membres inférieurs) et de micro-angiopathie (rétinopathie et néphropathie). Le traitement optimal de l hyperglycémie diminue le risque de micro-angiopathie. En revanche, le bénéfice sur la macro-angiopathie est plus controversé, ce qui rend d autant plus nécessaire le contrôle strict de tous les facteurs de risque associés au diabète. I.3 AUTRES FACTEURS DE RISQUE - L obésité se définit par un indice de masse corporelle (rapport du poids sur la taille au carré) 30 kg/m2 (surcharge pondérale entre 25 et 29,9 kg/m2). L obésité est associée à une augmentation du risque cardiovasculaire. Son rôle dans l athérosclérose

12 est en grande partie médiée par l effet des facteurs de risque classiques : l obésité un facteur de risque indépendant d hypertension artérielle, de diabète et de dyslipidémie (élévation du c-ldl et des triglycérides et baisse du c-hdl). - La sédentarité favorise la prise de poids, l hypertension artérielle et les troubles des métabolismes glucidique et lipidique. Une activité physique régulière favorise la baisse des chiffres de pression sanguine artérielle, l élévation du c-hdl et améliore l équilibre glycémique. - Le syndrome métabolique (ou syndrome d insulino-résistance) (voir figure 3) correspond à une association de facteurs de risque cardiovasculaire chez des patients présentant une répartition androïde des graisses (obésité abdominale). L obésité favorise l insulino-résistance, le développement d anomalies lipidiques (élévation des triglycérides, baisse du c-hdl et synthèse de particules LDL petites et denses), et l évolution vers le diabète et l hypertension artérielle. - D autres facteurs d exposition sont proposés comme facteurs de risque cardiovasculaire. Toutefois les arguments en faveur d une relation causale sont incertains, en particulier, il n existe pas d études d intervention ayant montré qu une diminution de l exposition à ces facteurs entraîne une diminution du risque cardiovasculaire. Il s agit des élévations de l homocystéinémie, de la lipoprotéine(a), de la protéine C réactive, du fibrinogène et de l uricémie. Figure 3 : Définitions du syndrome métabolique

13 II ITEM : EXPLIQUER LES MODALITÉS DE LA PRÉVENTION PRIMAIRE ET SECONDAIRE DES FACTEURS DE RISQUE ET LES STRATÉGIES INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES II.1 STRATÉGIES INDIVIDUELLES DE PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE II.1.1 Estimation du risque cardiovasculaire global En prévention primaire, la prise en charge et le contrôle des facteurs de risque a pour but de diminuer le risque de développer une pathologie cardiovasculaire aiguë ou chronique. Les modalités de prise en charge, en particulier l introduction d un traitement médicamenteux, dépendent du risque cardiovasculaire global (ou risque cardiovasculaire absolu) du sujet. Evaluer le risque cardiovasculaire global d un individu revient à estimer sa probabilité de développer une pathologie cardiovasculaire dans les années à venir, compte tenu de l ampleur de ses facteurs de risque. Plusieurs méthodes ont été développées et proposées pour estimer le risque cardiovasculaire global d un individu. La plus simple consiste à comptabiliser le nombre de facteurs de risque présents chez le sujet. Les recommandations de prise en charge des sujets à risque cardiovasculaire se basent sur ce décompte pour fixer les objectifs thérapeutiques à atteindre. Les méthodes de décompte sont détaillées lors de la présentation des recommandations de prise en charge de l hypertension artérielle, des dyslipidémies et du diabète. Une alternative revient à utiliser des équations de risque développées à partir d études épidémiologiques prospectives. Les deux plus répandues sont l équation de Framingham (qui évalue un risque de coronaropathie) et l équation SCORE (qui évalue un risque de décès cardiovasculaire). Ces équations présentent néanmoins plusieurs problèmes : - Tous les facteurs de risque ne sont pas pris en compte, notamment les antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire précoce ou le diabète pour l équation SCORE. - La durée de l exposition aux facteurs de risque n est pas prise en compte. - L équation de Framingham a été établie à partir d une population nord-américaine, présentant de ce fait des caractéristiques et un niveau de risque différents de nos populations. Son utilisation en population européenne est délicate. En revanche, l équation SCORE a été établie à partir d études européennes, mais relativement anciennes.

14 II.1.1 Prise en charge hygiéno-diététique II Sevrage tabagique L aide au sevrage tabagique repose sur la sensibilisation du patient aux effets du tabac et sur une évaluation clinique initiale pour déterminer la motivation, apprécier le degré de dépendance à la nicotine par le test de Fagerström (voir figure 4) et identifier les codépendances (alcool, cannabis, médicaments ) et les troubles anxio-dépressifs éventuellement associés. Il convient d établir avec le patient un accompagnement allant, selon les cas, du simple soutien psychologique aux thérapies comportementales et cognitives. La prescription de substituts nicotiniques (gommes ou patchs) est conseillée à partir d un score 5 au test de Fagerström. La dose est à ajuster en fonction du score et des signes de surdosage (diarrhée, palpitations, insomnie) ou sous-dosage (syndrome de sevrage marqué). La substitution est prévue sur une durée de 6 semaines minimum à 6 mois maximum. L arrêt de la substitution se fera de façon progressive. La varénicline (agoniste partiel des récepteurs nicotiniques) peut également être utilisée. L augmentation de posologie est progressive sur une semaine. L arrêt du tabac intervient deux semaines après l initiation du traitement. La prise de varénicline se fait durant 12 semaines (et peut éventuellement être prolongée 12 semaines supplémentaires). La varénicline est contre-indiquée avant 18 ans et en cas d insuffisance rénale importante. Le bupropion dispose également d une AMM dans l aide au sevrage tabagique mais présente des effets indésirables cardiovasculaires (hypertension artérielle, tachycardie ). Aucun traitement pharmacologique n est pris en charge par l assurance maladie, mais il existe un remboursement forfaitaire de 50 Euros par patient et par an pour les substituts nicotiniques et la varénicline.

15 Figure 4 : Test de Fagerström II Mise en place dune activité physique régulière Une activité physique régulière d endurance doit être favorisée. Elle doit être adaptée à l âge et à la condition physique du patient et représenter au moins 30 minutes de marche rapide par jour. Elle s effectue idéalement entre 40 et 60% de la VO2 max (pic de consommation maximal d oxygène), ce qui correspond à un essoufflement débutant. La marche, le vélo, la natation et pour les plus jeunes le footing sont particulièrement adaptés car ils favorisent l endurance. Les exercices de musculation dynamique légère avec réalisation de mouvements amples sont intéressants, mais les efforts violents, à respiration bloquée, ou les accélérations brutales, ne sont pas conseillés. Chez le sédentaire, un électrocardiogramme de repos est conseillé et, après 40 ans, en présence de facteurs de risque, une épreuve d effort est à proposer en cas de reprise d une activité physique soutenue. II Modification du comportement alimentaire L alcool et le sodium favorisent l augmentation de la pression sanguine artérielle qui à l inverse tend à diminuer avec une alimentation enrichie en calcium et potassium. Les acides gras saturés (viandes, charcuteries, viennoiseries, pâtisseries, sauces, beurre, produits laitiers entiers, préparations industrielles) augmentent le cholestérol total (c- LDL et c-hdl). Les acides gras poly-insaturés (huiles végétales, poissons) tendent à diminuer le c-ldl. Les acides gras mono-insaturés (huile d olive et de colza, volailles) tendent à augmenter le c-hdl. Les phytostérols (margarines enrichies en stanols et stérols végétaux) diminuent l absorption intestinale de cholestérol. Les acides gras «trans» (margarines solides) diminuent le c-hdl et augmentent le c-ldl. Les acides gras poly-insaturés oméga 3 ont un effet hypo-triglycéridémiant (à forte dose) et anti-

16 arythmique. L hypertriglycéridémie est favorisée par une consommation excessive d alcool et de sucres rapides. Les fruits et légumes apportent vitamines, anti-oxydants, fibres et potassium. En revanche, les suppléments vitaminiques ne présentent pas d avantage en terme de prévention cardiovasculaire. En résumé, les conseils suivants peuvent être donnés : - Perdre du poids si nécessaire (réduction des portions), faire 3 repas et éviter le grignotage. En cas d obésité, une perte de 10% du poids sur 6 mois est généralement raisonnable. - Diminuer la consommation de graisses saturées qui seront remplacées par des glucides complexes (céréales, féculents, légumineuses, pain préférentiellement complet) et des graisses mono et poly-insaturées d origine végétale (huiles végétales) et d origine marine (poisson trois fois par semaine). La consommation totale de lipides ne doit pas excéder 35% de la ration calorique totale (acides gras saturés inférieurs à un tiers des lipides). La consommation quotidienne de cholestérol doit être inférieure à 300 mg (jaune d œuf, beurre, abats). - Les glucides doivent contribuer à plus de 50% des apports énergétiques journaliers, en favorisant la consommation des aliments source d amidon, en réduisant les sucres simples et en augmentant la consommation de fibres. - Consommer cinq rations de fruits et légumes par jour. - Limiter les apports en sodium (< 6 g / jour si hypertension artérielle). - Consommer deux à trois portions de produits laitiers par jour pour un apport suffisant en calcium (en préférant les produits allégés en matières grasses). - La consommation d alcool ne doit pas excéder 2 verres de vin (10 cl) chez la femme, 3 chez l homme (être plus restrictif chez le sujet hypertendu ou hypertriglycéridémique). - Limiter la consommation de sodas et autres boissons sucrées qui ne peuvent en aucune façon remplacer l eau dans l apport hydrique quotidien. - Pour les patients diabétiques, la mise en place de mesures plus spécifiques de la prise en charge diabétique est nécessaire. II.1.1 Prise en charge de lhypertension artérielle essentielle II Evaluation du patient hypertendu L interrogatoire et l examen clinique sont orientés sur la recherche de facteurs de risque associés et de signes d atteinte des organes cibles ou d HTA secondaire. Le bilan minimal comprend : créatininémie et débit de filtration glomérulaire, bandelette réactive urinaire (protéinurie, hématurie), kaliémie sans garrot, glycémie, cholestérol total, c-hdl et triglycéridémie, électrocardiogramme de repos.

17 II Objectifs thérapeutiques Abaisser la pression sanguine en dessous de 140/90 mmhg (130/80 chez le diabétique ou l insuffisant rénal) et la protéinurie en dessous de 500 mg/24h chez l insuffisant rénal. Les modalités permettant d atteindre ces objectifs sont résumées sur la figure 5. Figure 5 : Modalités de prise en charge de l'hypertension artérielle essentielle II Classes pharmacologiques disponibles Les diurétiques thiazidiques, les bêta-bloquants, les inhibiteurs calciques, les inhibiteurs de l enzyme de conversion de l angiotensine (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l angiotensine II (ARA II) ont fait la preuve d une efficacité sur la réduction du risque de morbi-mortalité cardiovasculaire et peuvent être utilisés en monothérapie ou en association (bi voir trithérapie) pour atteindre l objectif thérapeutique (voir figure 6). Il est recommandé de débuter par une monothérapie ou une bithérapie en association fixe à faible dose. La majoration du traitement se fait par paliers d au moins 4 semaines, mais peut-être plus rapide pour des chiffres élevés ( mmhg) ou un risque cardiovasculaire important.

18 Figure 6 : Possibilités d'associations d'anti-hypertenseurs (effets additifs sur la baisse des chiffres tensionnels) II.1.1 Prise en charge des dyslipidémies II Evaluation du patient dyslipidémique L interrogatoire et l examen clinique sont orientés sur : - l évaluation du risque cardiovasculaire global (facteurs de risque associés, signes d insuffisance coronaire, souffles vasculaires), - la recherche de signes d hypercholestérolémie familiale : antécédent familial de coronaropathie précoce, xanthomes cutanéo-tendineux (dépôts graisseux sous-cutanés), xanthélasmas (dépôts jaunâtres à la jonction des paupières), arcs cornéens (arcs blanchâtres autour de la cornée), - la recherche de signes d hypercholestérolémie secondaire. Le bilan biologique minimal comprend une mesure de la glycémie à jeun. II Objectifs thérapeutiques Il s exprime en termes de c-ldl et est fonction du nombre de facteurs de risque associés à la dyslipidémie (voir figure 7).

19 Figure 7 : Objectifs thérapeutiques dans la prise en charge des dyslipidémies II Classes pharmacologiques disponibles Les statines (simvastatine, pravastatine, fluvastatine, atorvastatine, rosuvastatine) sont des inhibiteurs de l HMG-CoA réductase (elles diminuent la synthèse hépatique de cholestérol). Elles entraînent une baisse du c-ldl et ont un effet marginal sur l élévation du c-hdl et la baisse des triglycérides. Elles sont indiquées dans les élévations isolées du c-ldl et dans les dyslipidémies mixtes. Les statines les plus anciennes ont montré leur efficacité sur la réduction du risque de morbi-mortalité en prévention primaire et secondaire et constituent de ce fait un traitement de choix des dyslipidémies. Les fibrates (fénofibrate, ciprofibrate, bézafibrate, gemfibrozil) diminuent le c-ldl, augmentent le c-hdl et baissent les triglycérides. Ils sont indiqués dans les élévations isolées ou associées du c-ldl et des triglycérides. Seul le gemfibrozil a fait la preuve d une efficacité sur la réduction de la morbi-mortalité cardiovasculaire. Les résines échangeuses d ions (cholestyramine) diminuent l absorption intestinale des acides biliaires et du cholestérol mais ne sont presque plus utilisées aujourd hui. L ézétimibe est un inhibiteur de l absorption intestinale du c-ldl. L acide nicotinique est l agent le plus «hyper-hdlémiant». Il baisse également les triglycérides et le c-ldl.

20 II Stratégies thérapeutiques - En prévention primaire, l instauration d un traitement médicamenteux ne s effectue que si l objectif thérapeutique n est pas atteint après trois mois de régime bien conduit. - Lorsqu un traitement médicamenteux est nécessaire, il s agit en priorité d une statine (classe la mieux évaluée sur des critères de morbi-mortalité) devant une élévation isolée du c-ldl, une dyslipidémie mixte, ou en prévention secondaire. - Les statines sont contre-indiquées en cas de myopathie, d insuffisance hépatique (ou d élévation prolongée des transaminases à plus de trois fois la normale) et d insuffisance rénale sévère (pravastatine). - Les effets indésirables les plus fréquents sont les douleurs musculaires, les élévations des enzymes musculaires (CPK) et des transaminases (ASAT et ALAT). - La surveillance biologique repose sur un contrôle effectué de un à trois mois après l initiation du traitement : exploration d une anomalie lipidique (cholestérol total, c- HDL et triglycérides) + ASAT + ALAT. Un contrôle annuel est suffisant, une fois le bilan stabilisé. Le dosage systématique des CPK n est pas nécessaire en l absence de facteurs favorisants (hypothyroïdie, insuffisance rénale, antécédents personnels ou familiaux de maladie musculaire génétique, antécédents d effet indésirable musculaire sous statine ou fibrate, alcoolisme, âge supérieur à 70 ans). - En seconde intention, lorsque l objectif thérapeutique n est pas atteint, une bithérapie est envisageable. Il s agit principalement de l association statine + ézétimibe. - L hypertriglycéridémie se traite essentiellement par mesures hygiéno-diététiques. Les mesures médicamenteuses en prévention primaire ne s envisagent réellement qu au-delà de 4 g/l (4,6 mmol/l). II.1.1 Prise en charge du diabète de type 2 II Evaluation du patient diabétique L interrogatoire et l examen clinique sont orientés sur la recherche de facteurs de risque associés et de signes de complications macro et micro-angiopathiques. Le bilan minimal comprend : Hémoglobine A1c (HbA1c), cholestérol total, c-hdl, triglycéridémie, créatininémie et débit de filtration glomérulaire, micro-albuminurie des 24 heures, fond

21 d œil, électrocardiogramme de repos, recherche clinique d hypotension orthostatique et de neuropathie périphérique. II Objectifs thérapeutiques Le contrôle des facteurs de risque est plus exigeant chez les patients diabétiques. La pression sanguine artérielle doit être maintenue en dessous de 130/80 mmhg. La figure 7 détaille les objectifs pour le c-ldl. La figure 8 représente les stratégies de prise en charge du diabète de type 2 et les objectifs à atteindre en termes d HbA1c. Figure 8 : Stratégies thérapeutiques dans le diabète de type 2 II Classes pharmacologiques disponibles La metfomine (biguanide) est le seul antidiabétique oral ayant fait la preuve d une efficacité sur la réduction de la mortalité cardiovasculaire dans le diabète de type 2. Les effets indésirables les plus fréquents sont digestifs. Il n y a pas d hypoglycémie induite. L acidose lactique est un effet indésirable grave, mais rare. La metformine est le traitement médicamenteux de première intention. Les sulfamides hypoglycémiants, les glinides, les glitazones et les inhibiteurs des alphaglucosidases intestinales sont utilisés en seconde intention. L insulinothérapie est proposée dans les formes évoluées et en cas de contre-indication aux antidiabétiques oraux. Elle diminue le risque de microangiopathie. II.1.1 Prévention secondaire Les traitements médicamenteux ayant fait la preuve d une réduction de la mortalité cardiovasculaire en prévention secondaire et devant être systématiquement prescrits en l absence de contre-indication sont :

22 - L aspirine (ou un autre anti-agrégant plaquettaire) pour tous les patients en prévention secondaire (à l exception des sujets avec antécédent d hémorragie cérébrale). - Les bêta-bloquants pour les patients coronariens. En cas d insuffisance cardiaque il convient de choisir un bêta-bloquant adapté. - Les inhibiteurs de l enzyme de conversion de l angiotensine (ou en cas d intolérance les antagonistes de l angiotensine II) pour les patients coronariens, qu il y ait ou non insuffisance cardiaque. - Les statines pour les patients coronariens et ceux ayant présenté un AVC ischémique. II.2 STRATÉGIES COLLECTIVES DE PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE II.2.1 Indicateurs d'impact des mesures de prévention collective Les stratégies collectives de prévention cardiovasculaire ont pour but de diminuer la prévalence des facteurs de risque dans la population de façon à diminuer l incidence des maladies cardiovasculaires. L impact des mesures de prévention collectives sur la réduction du risque cardiovasculaire s évalue à partir d indicateurs d impact : - La fraction étiologique du risque chez les exposés : proportion de cas attribuables au facteur de risque parmi les sujets exposés malades. FERe = (RR 1) / RR ou FERe = (OR 1) / OR - Le risque attribuable dans la population : proportion de cas attribuables au facteur de risque parmi l ensemble des cas dans la population. RA = [pe (RR 1)] / [1 + pe (RR 1)] ou RA = [pe (OR 1)] / [1 + pe (OR 1)] pe :Fréquence de l exposition dans la population. RR : Risque relatif de maladie chez les exposés par rapport aux non exposés. OR : Odds ratio de maladie chez les exposés par rapport aux non exposés. Ainsi, la FERe ne dépend que de la valeur du RR (force de l association entre le facteur de risque et la maladie). Le RA dans la population dépend du RR et de la prévalence du facteur de risque. Plus le RR et la prévalence sont élevés, plus le RA dans la population est grand.

23 II.2.1 Les stratégies de prévention collectives La prévention à l échelle populationnelle repose sur de multiples intervenants pouvant jouer un rôle dans l éducation des populations à la santé (professionnels de santé, enseignants, éducateurs, associations de malades ou de lutte contre les maladies, médias). Elle repose également sur les pouvoirs publics qui mettent en place et font appliquer les mesures de prévention à l échelle collective. Les efforts doivent porter essentiellement sur les mesures non médicamenteuses de prévention primaire : - Lutte contre le tabagisme : éviter l entrée dans le tabagisme des adolescents et inciter les fumeurs à arrêter de fumer (campagnes de prévention dans les écoles, collèges, lycées et universités, messages de prévention dans les médias, implication des médecins généralistes, spécialistes, et de la médecine du travail, développement de structures d aide au sevrage tabagique, politiques de lutte contre le tabagisme dans les lieux publics, augmentation du prix du tabac). - Lutte contre la sédentarité : campagnes de prévention incitant à une activité physique quotidienne minimale, accès facilité aux structures sportives, enseignement de l éducation physique de l école à l université. - Lutte contre l obésité et les déséquilibres alimentaires : Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recense les mesures à mettre en place pour améliorer l état de santé de la population en agissant sur la nutrition. Il s agit d informer et d orienter les consommateurs vers des choix alimentaires satisfaisants, d éduquer les jeunes et de prévenir, dépister et prendre en charge les troubles nutritionnels dans le système de soins. Il convient de développer des collaborations entre pouvoirs publics et industriels de l agro-alimentaire et de la restauration collective de façon à améliorer la qualité de l alimentation collective (notamment par la réduction des quantités de sel, sucres rapides et graisses saturées des aliments) et à renseigner le consommateur sur la composition des aliments (étiquetage de la composition nutritionnelle des aliments du commerce). Enfin, le PNNS prévoit la mise en place de systèmes de surveillance alimentaire et nutritionnelle de la population et le développement de la recherche en nutrition humaine.

24 III ANNEXES BIBLIOGRAPHIE Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, Haute Autorité en Santé, janvier 2007 : Traitement médicamenteux du diabète de type 2. Recommandations de bonne pratique. Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, mars 2005 : Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Actualisation des recommandations de bonne pratique. Haute Autorité en Santé, octobre 2005 : Prise en charge des patients adultes atteints dhypertension artérielle essentielle. Actualisation Recommandations.

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE Comité scientifique ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES Première cause de mortalité et de handicap dans les pays développés, les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations)

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention (Evaluations) Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/5 : L hypertension artérielle :

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 42 SOMMAIRE L alimentation des sportifs Les chiffres clés Les besoins nutritionnels Comment adapter son alimentation? Les produits Herbalife A retenir Les

Plus en détail

Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle CFLHTA_dec2012.indd 1 28/11/12 15:38 Edito «L hypertension artérielle est une maladie silencieuse responsable de 7

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

XVII- DIABETE DU SUJET AGE

XVII- DIABETE DU SUJET AGE XVII- DIABETE DU SUJET AGE Du fait du vieillissement de la population et de la progression de l obésité, le nombre de diabétiques âgés ne cesse d augmenter. La prise en charge du diabète dans la population

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères n 18 Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères Édito Protéger ses artères : trop d information tue l information Stopper les graisses, faire baisser le cholestérol, perdre du poids,

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Collège National des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Sommaire Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Item 128 - Athérome, épidémiologie

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016 Conférence Sport Santé 27 Mai 2016 Conférencier : Bernard BAUDET 1 / SOMMAIRE 1. Introduction 2. Le Cœur : description anatomique et fonctionnement du système CV ( Cardio Vasculaire ) 3. Les effets de

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER Programme de TRANSformation des pratiques cliniques InTerprofessionnelles pour améliorer la qualité des soins préventifs en première ligne AIDE-MÉMOIRE POUR LE SUIVI INFIRMIER

Plus en détail

HYPERTENSION ARTÉRIELLE. École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

HYPERTENSION ARTÉRIELLE. École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 HYPERTENSION ARTÉRIELLE École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. PRESSION ARTERIELLE (PA) : RAPPELS 1. Définition La pression artérielle est la pression de

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008 Lignes directrices à l attention des opérateurs économiques relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire et d activité physique du Programme National Nutrition Santé Ces lignes

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE OBJECTIFS Expliquer l épidémiologie de l hypertension artérielle de l adulte. Connaître les différents modes de mesure de la pression artérielle et les critères

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE

LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE LE CONTROLE DE LA PRESSION SANGUINE ARTERIELLE L'Hypertension artérielle et les risques associés L'Hypotension artérielle et les risques associés Une hypertension artérielle est caractérisée par des chiffres

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

L acide myristique du lait : ami ou ennemi?

L acide myristique du lait : ami ou ennemi? LA PAROLE EST À LA DÉFENSE! L acide myristique du lait : ami ou ennemi? Dr Henry Dabadie Service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux Médecin chercheur, le docteur Dabadie vient d'animer

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

L ALIMENTATION SOMMAIRE

L ALIMENTATION SOMMAIRE L ALIMENTATION SOMMAIRE I. Conception de base de la nutrition du sportif II. Les calories III. Les lipides 1. Le tissu adipeux 2. Les acides gras saturés 3. Les acides gras mono saturés 4. Les acides gras

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

NEPALM ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule

NEPALM ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule NEPALM 1. NOM DU MEDICAMENT FEGENOR 140 mg, gélule ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule Pour la liste complète

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE Pr. Annelise LOBSTEIN, Pharmacognosie UMR-CNRS 7200 - Partie 1 - PLAN 1. Définitions législation 2. Le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

IV Hypertension artérielle

IV Hypertension artérielle IV Hypertension artérielle IV.1. Contexte Dr Sylvie MERLE, directrice Observatoire de la Santé de la Martinique Aurélie MALON, stagiaire PROFET, CIRE Antilles-Guyane Il est admis que l hypertension artérielle

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 3 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FAITS SCIENTIFIQUES ET DE PRÉVENTION

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE L ESH-ESC 2003 POUR LA PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE EN MÉDECINE GÉNÉRALE*

RECOMMANDATIONS DE L ESH-ESC 2003 POUR LA PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE EN MÉDECINE GÉNÉRALE* RECOMMANDATIONS DE L ESH-ESC 2003 POUR LA PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTÉRIELLE EN MÉDECINE GÉNÉRALE* A. PERSU (1), J.M. KRZESINSKI (2), P. VAN DE BORNE (3)** RÉSUMÉ : Les modalités du traitement

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?

Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante? MEDIC AM «Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?» Nouvelle étude inédite : Quel aura été l impact de l action de la Cnamts sur la prescription hypolipémiante?

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES L hypertension artérielle (HTA) est une élévation anormale de la pression artérielle au repos. Son origine est multifactorielle, faisant intervenir des facteurs individuels et des facteurs d environnement.

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

I/ Importance du problème

I/ Importance du problème 129 IV FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE - PREVENTION SECONDAIRE Pr Jean Ferrières Jan 2002 La prévention secondaire se définit comme la mise en œuvre de modalités pharmacologiques et non pharmacologiques

Plus en détail

Cholestérol. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Cholestérol. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir Cholestérol Tout ce que vous avez toujours voulu savoir D où vient le cholestérol? La majeure partie du cholestérol présent dans notre corps est produit par l organisme lui-même. Un tiers de celui-ci provient

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 64 HERBANEWS SOMMAIRE Les lipides Définition, rôles et particularités des lipides Quels sont les aliments sources de lipides? Les recommandations du PNNS

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte

Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte Item 130 : Hypertension artérielle de l'adulte Auteur(s) LANG Thierry INAMO Jocelyn de GAUDEMARIS Régis HERPIN Daniel Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Item 130-1 : Expliquer

Plus en détail

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs pour la plupart des patients Valeurs normales à envisager lorsqu elles peuvent être atteintes sans danger Examens diagnostics

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. PARTIE II : ALIMENTATION, PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : L organisme prélève dans son milieu les aliments qu

Plus en détail

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES Année universitaire 2008 Auteur : Dr. Nadia Charfi Sellami Coordinateur : Chef de section Professeur Mohamed ABID Spécialité : Thérapeutique Etablissement : Faculté de

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34 Il y a moins de 20 ans, les AVC étaient quasiment inconnus du grand public au Cameroun. Aujourd'hui, les AVC sont devenus un véritable problème de Santé Publique car tuent plus que les Accidents de la

Plus en détail

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands X. FRUITS ET LEGUMES En Normandie La Normandie propose tout au long de l'année une vaste gamme de légumes frais d'excellente qualité. En effet, la région représente 3% de la production légumière française

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail