DOSSIER DE PRESSE. 28 Juin 2011 *** LANCEMENT DE LA CAMPAGNE 2011 SUR LE DROIT AUX VACANCES POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. 28 Juin 2011 *** LANCEMENT DE LA CAMPAGNE 2011 SUR LE DROIT AUX VACANCES POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES"

Transcription

1 1 DOSSIER DE PRESSE 28 Juin 2011 *** LANCEMENT DE LA CAMPAGNE 2011 SUR LE DROIT AUX VACANCES POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES Résultats du Sondage Mobilisation en Régions Proposition de Loi Avec le soutien de

2 2 SOMMAIRE 1. Le Mot du Président 2. Contexte actuel 3. Résultats du sondage 4. Proposition de loi 5. Mobilisation en Régions 6. La Jeunesse au Plein Air 7. Partenaires 8. Contacts

3 3 1. LE MOT DE FRANCOIS TESTU Président de la Jeunesse Au Plein Air «Les vacances? Un droit pour tous les enfants!» «Combien d enfants ne partent pas en vacances chaque année? Selon le dernier sondage 1, 28%. Essentiellement pour des raisons financières. Peutêtre pourraient ils partir en colos, s ils ne partent pas en famille? Mais il faut souvent des aides pour pouvoir assumer le coût d un séjour à 63 euros 2 en moyenne par jour. Que faire pour les enfants des familles aux revenus les plus faibles et aux revenus médians qui sont les moins représentés dans ces séjours? Comment cumuler des aides diverses pour déclencher le départ? Le non départ constitue pour le ¼ restant une injustice sociale qu il serait de la responsabilité des pouvoirs publics de combattre. Comment un enfant peut il accepter de ne pas partir alors que les «autres» partent? Comment va réagir un enfant qui n aura connu pendant 2 mois d été que le pied de son immeuble et la télévision, quand l enseignant à la rentrée, demandera aux enfants de raconter leurs vacances? Plus d 1 enfant sur 3 ne partira pas en vacances cette année, soit au total 3 millions d enfants «assignés» à résidence. La Jeunesse au plein air s y emploie localement en montant des partenariats avec des collectivités locales, territoriales et des associations. Tout en revendiquant une politique nationale d aide plus élargie et équitable. C est l objet de la proposition de loi initiée par la JPA et déjà signée par plus de 120 députés sénateurs. FRANCOIS TESTU, Président de la Jeunesse Au Plein Air 1 Sondage Ipsos Secours populaire français 2 Selon l Ovlej

4 4 2. LE CONTEXTE ACTUEL Un désengagement progressif des pouvoirs publics Au cours du temps, les politiques sociales ont fortement évolué. Dans les années 1950 et 1960 les aides couvraient 50 % du prix des séjours. L État s est progressivement désengagé, suivi par les Caisses d Allocations Familiales. Les comités d entreprise qui ont joué aussi un rôle essentiel connaissent aujourd hui des difficultés et doivent faire face à d autres priorités. Enfin les collectivités territoriales sont confrontées à de tels problèmes budgétaires qu elles sont également contraintes à se désengager. Une campagne de sensibilisation et de mobilisation autour du droit aux vacances. La journée du 28 juin marque donc le point de départ d une campagne de mobilisation pour défendre le droit aux vacances et aux loisirs des enfants et des jeunes en séjours collectifs. L objectif est de maintenir et d amplifier la mobilisation jusqu aux élections présidentielles et législatives de Une campagne en 3 étapes : Les résultats du sondage le 28 juin sur «La perception des colonies de vacances par les 5 19 ans et leurs parents», réalisé par Harrisinteractive, en partenariat avec l Ovlej, avec le soutien du Crédit Coopératif et de la Macif Une mobilisation en régions : sensibiliser et interpeller sur le terrain pendant la semaine du 4 juillet Faire adopter une proposition de loi permettant la mise en place d une aide de 200 pour les enfants et pour les jeunes

5 5 Les inégalités se sont creusées : Ce sont les catégories sociales les plus aisées qui sont encore plus parties en vacances en 2004 par rapport à Selon la DGIS (2009). Dans les foyers disposant d un revenu mensuel inférieur à 2 000, c est plus d un enfant sur deux qui ne part en vacances. Le non départ en vacances des enfants (et des adultes) touchent de plus en plus les classes moyennes. Pour un ménage à revenu annuel inférieur à Euros, le départ en vacances est très difficile, alors que le taux de départ en vacances des enfants 4 millions de mineurs fréquentent les accueils de loisirs, principalement les 6 12 ans. 1 million d enfants déclarés en séjours de vacances (séjours d au moins 5 nuitées) contre un peu plus d 1,6 million en Près de 3 millions d enfants ne partent pas en vacances aujourd hui. (Données 2004) 2 millions d enfants ne partent pas de leur domicile plus d une journée par an +30% : c est l augmentation de chances de partir en vacances pour un enfant qui peut bénéficier d une aide. de 5 à 19 ans d une famille à revenu annuel supérieur à Euros est supérieur à la moyenne. ÉVOLUTION DE LA FRÉQUENTATION DES 6 12 ANS ENTRE 1960 ET AUJOURD HUI On note une baisse relative de la fréquentation des 6 12ans à partir de 1990, phénomène lié essentiellement à la baisse des aides financières dans les années POURCENTAGE DES ANS QUI SONT DEJA PARTIS EN SEJOURS DE VACANCES

6 6 3. RÉSULTATS DU SONDAGE «La perception des vacances et des loisirs collectifs par les 5 19 ans et leurs parents.» (extraits) Le sondage est fait en partenariat avec Harris Interactive et L OVLEJ (Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes), avec le soutien du Crédit Coopératif et de la Macif LES TERMES ASSOCIÉS SPONTANÉMENT AUX COLONIES DE VACANCES PAR LES ENFANTS ET PAR LES PARENTS LES ENFANTS LES PARENTS

7 7

8 8

9 9

10 10 Résultats complets du sondage disponible en téléchargement.

11 11 4. PROPOSITION DE LOI : UNE AIDE DE 200 PAR ENFANT La Jeunesse au Plein Air (La JPA) mène une campagne pour l instauration d une loi sur l Aide au Départ en Vacances (ADV) : Une aide de 200 par enfant, sous forme d allocation vacances qui serait suffisante pour permettre le départ en vacances qui ne partent pas aujourd hui. Cette proposition de loi est aujourd hui soutenue par de nombreux députés sénateurs et élus. Printemps 2007, La Jeunesse au Plein Air interpelle les candidats à l élection présidentielle. Le candidat UMP répond : «Je soutiens par conséquent toutes les initiatives prises par les associations qui, comme la vôtre, défendent le droit pour tous de partir en vacances. Si je suis élu à la Présidence de la République, je veux de ce fait vous assurer que je considérerai avec le plus vif intérêt toutes les solutions qui permettront d accentuer l effort dans un domaine où la discrimination, comme vous l écrivez justement, est peu visible.» Été 2008, le parti socialiste dépose à l assemblée nationale un projet de loi instaurant une aide au départ en vacances (ADV) pour les enfants. L aide annuelle de 200 euros minimum s adresse aux mineurs qui n ont pas accès aux vacances et aux loisirs. Elle est nominative et ciblée pour un départ en colos d au moins une semaine. Depuis, les 61 associations membres de la plateforme pour le départ en vacances de tous les enfants et de tous les adolescents initiée par La JPA et des citoyens ont interpellé le gouvernement par l intermédiaire des députés et des sénateurs sur la question du non départ des enfants. Dans sa réponse en rappelant les dispositifs actuels Solidar été, Ville Vie Vacances, et les aides des CAF pour les loisirs de proximité, le gouvernement confirme l importance mais également l insuffisance de ces dispositifs. Dans ces différentes propositions, le fait de partir n est pas majoritairement soutenu, l accent est mis sur le loisir de proximité. De plus, ces propositions n existent pas sur l ensemble du territoire. "C est à l État de s engager et de rendre effectif le droit aux vacances pour tous par la création d une aide au départ en vacances pour les enfants et adolescents mineurs (ADV). Cette aide serait ciblée sur les trois millions d enfants et de jeunes de 4 à 17 ans qui ne partent pas en vacances." (extrait de l'exposé des motifs de la proposition de loi déposée à l Assemblée nationale le 22 juillet 2008) Elles ne permettent pas de chiffrer le nombre de jeunes réellement partis grâce à ces aides. Enfin, elles sont insuffisantes. En effet, en 2010, 28 % de l ensemble des mineurs ne sont pas partis en vacances, 37% des 5 12 ans, soit un sur trois, si sa famille dispose de moins de euros par mois et un sur deux dans un foyer disposant de moins de euros. Aujourd hui, il n existe plus de statistiques officielles de l Insee sur le départ des enfants, seuls des sondages permettent d avoir un aperçu. Reprendre en compte ce paramètre permettrait de mieux connaître le profil des non partants et ainsi de mettre en œuvre une aide au départ ciblée. Cette aide apporterait un cadre national dans lequel s inscriraient les actions complémentaires d autres institutions, adaptées aux réalités territoriales. Pour en savoir plus :

12 12 LA LETTRE AUX PARLEMENTAIRES Mesdames, Messieurs, Trois millions d enfants ne partent pas en vacances chaque année en France, l été. Parmi ceux-ci, deux millions des 5-19 ans ne partent même pas un week-end hors de chez eux et un million partent moins de quatre nuits consécutives selon l Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes (Ovlej). Dans une société où le départ en vacances constitue le modèle social pour une majorité d enfants et d adolescents, ne pas partir en vacances représente une inégalité et une injustice sociale majeure. Pourtant, le droit à partir en vacances est un droit fondamental reconnu. L article 31 de la convention internationale des droits de l enfant du 7 août 1990 prévoit que «les États parties reconnaissent à l enfant le droit au repos et aux loisirs». La loi d orientation relative à la lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998 a reconnu les vacances comme un droit fondamental au même titre que le logement ou la santé dans son article 140 en précisant : «L égal accès, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs constitue un objectif national. Il permet de garantir l exercice effectif de la citoyenneté.» Les enfants bénéficient en France, en moyenne, de 125 jours de vacances scolaires par an, dont le nombre de jours le plus important se situe l été. Ces interruptions dans l activité scolaire sont une nécessité pour permettre une récupération physique, psychologique, biologique dans le rythme de vie de l enfant. Ces temps doivent pouvoir être mis à profit pour des activités de détente et de loisirs, et pour partir en vacances. Le fait pour un enfant de bénéficier d un départ en vacances est dépendant de la décision de ses parents : un choix largement conditionné par la situation économique et sociale de la famille. Le premier obstacle au départ en vacances, c est le coût des séjours, ce sont des raisons financières. Le non-départ en vacances concerne d ailleurs de nombreuses familles appartenant à la catégorie des «classes moyennes». À l heure actuelle, des dispositifs d aides aux départ en vacances existent mais sont insuffisants et dispersés entre différents acteurs : dispositif Ville-vie-vacances, collectivités locales, comités d entreprise, bons CAF, Agence nationale des chèques vacances, tarifs réduits SNCF et campagnes nationales de solidarité des associations comme Jeunesse en plein air et le Secours populaire. C est à l État de s engager et de rendre effectif le droit aux vacances pour tous par la création d une aide au départ en vacances pour les enfants et adolescents mineurs (ADV). Cette aide serait ciblée sur les trois millions d enfants et de jeunes de 4 à 17 ans qui ne partent pas en vacances. Cette aide d un montant minimum de 200 euros versée sous conditions de ressources serait affectée directement au financement de séjours organisés par les centres de vacances agrées.

13 13 5. MOBILISATION EN RÉGIONS 10 MANIFESTATIONS PRÉVUES PARTOUT EN France en partenariat avec L OVLEJ (Observatoire des Vacances et des Loisirs des Enfants et des Jeunes), avec le soutien du Crédit Coopératif et de la Macif. Date : Du 1 er au 7 juillet 2011 Lieux : dans plusieurs villes de France Objectif : attirer l attention du grand public (parents, élus, enseignants, partenaires ) sur la valeur éducative des séjours, autour du départ en vacances des enfants et des jeunes. Types de manifestations : visites de centres, portes ouvertes, départ en colo, etc. La parole sera donnée aux enfants, aux parents, aux animateurs, aux directeurs de centres, aux partenaires qui facilitent les premiers départs. Sujets abordés : ces événements donneront l occasion aux journalistes de poser les questions qu ils souhaitent sur les sujets suivants : Politiques d aide au départ et politiques éducatives territoriales Partenariats de La JPA sur les territoires Menaces qui pèsent sur les séjours et les structures associatives organisatrices

14 14 LES 10 MANIFESTATIONS RÉGIONALES PRÉVUES 1 er juillet PICARDIE Somme Amiens Grand rassemblement de jeunes à l Hôtel de Ville avant leur départ en centres de vacances Invités : président du conseil général, président du conseil régional, maire, directeur de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), directeur de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) Interviews d enfants et de parents, prises de paroles des invités. Contact presse : Jean Luc Dubois, , 2 juillet PROVENCE ALPES COTE D AZUR Bouches du Rhône Aubagne Départ en car de 150 enfants d une colonie de vacances de la Ville d Aubagne (membre du Réseau des Villes Éducatrices) pour son centre de vacances de Saint Vincent les Forts. Invités : président du conseil général, maire d Aubagne, directeur de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) Interviews d enfants et de parents, prises de paroles des invités et conférence de presse. Contact presse : Jean Marc Suarnet, , 3 juillet LANGUEDOC ROUSSILLON Hérault Montpellier Départ en car d une colonie de vacances des Pupilles de l Enseignement Public de l Hérault, Fédération d Education Populaire, complémentaire de l Éducation Nationale. Accueil des personnalités au départ des cars ; présentation du séjour par le directeur et/ou le représentant des PEP 34 ; interviews d enfants et de parents. Présentation du travail des associations membres de La JPA dans l Hérault et qui favorisent le départ en vacances collectives des enfants et des jeunes ; valorisation des paroles des enfants et des parents sur leurs attentes vis à vis des séjours de colo. Contact presse : Jean Marc Suarnet, , 4 juillet ILE DE FRANCE Yvelines Ecquevilly Premier départ en colo. Invités : inspecteur d académie, préfet, maire et représentant du conseil général. 5 juin RHONE ALPES Drôme Valence Contact presse : Jean Luc Dubois, , Visite du centre social dont la gestion est confiée par la ville de Valence à Léo Lagrange, suivi d un débat et d un pot d accueil. Témoignages de parents dont les enfants fréquentent le centre et des parents d enfants ayant bénéficié d une bourse d aide au départ l an passé ; valorisation de la mixité sociale et des liens entre centre de loisirs et départ. Invités : représentants du conseil général, maire de valence, direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) Contact presse : François Benoît, ,

15 15 5 juillet BRETAGNE Finistère Accueil de personnalités et de journalistes au départ d une colonie de vacances de l Amicale Laïque de Pont L Abbé en partance pour les Alpes. Depuis près de 20 ans cette amicale laïque organise sur le pays bigouden ce centre de vacances. Les politiques et partenariats d aide au départ en vacances ont permis la pérennisation de ce séjour. Invités : président du conseil général, maire de Pont L Abbé, directeurs de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), président de la Caisse d allocations familiales Sud. Les prises de parole et le débat seront suivis d un pot autour d une dégustation de langoustines. Contact presse : Jean Yves L Helgoualc h, , 6 juillet AUVERGNE Puy de Dôme Visite du collège du Pavin situé à proximité de la station de Super Besse où se retrouvent pendant l été 60 jeunes de 4 à 14 ans. Présentation des activités et interview du directeur sur la formation continue des animateurs. Expressions d animateurs et de directeurs dans une logique de formation continue des animateurs ; valorisation des bases estivales de proximité. Invités : directeurs de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) Contact presse : Olivier Masson, , 6 juillet POITOU CHARENTES Charente Aubeterre Visite du centre de vacances des Pupilles de l Enseignement Public accueillant des enfants bénéficiaires de l opération «Premier départ». Présentation du séjour et visite du centre par le directeur ; échanges avec les enfants et les animateurs ; prises de paroles des invités et conférence de presse. Invités : président du conseil général et de conseillers généraux, directeurs de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), président de la Caisse d allocations familiales (CAF), directeur de l Action sociale de la CAF, tous les partenaires impliqués dans le projet «Premier départ» : confédérés, Secours Populaire Français, Restos du Cœur, Mutuelle d assurance des instituteurs de France (MAIF), Mutuelle accident élèves (MAE), Crédit Mutuel. Contact presse : Bernard Laval, , 7 juillet MIDI PYRENEES Haute Garonne Mondonville et Castanet Visite d un centre de vacances (au «Domaine d Ariane»de la Ligue de l Enseignement 31) et d un centre de loisirs (affilié Francas). Temps de parole d enfants sur «ne pas avoir de vacances c est (à partir de jeux d écriture, dessins et autres formes d activités d expression) ; prise de parole des personnalités parrainant la journée. Invités : Nicole Belloubet, première vice présidente du conseil régional Midi Pyrénées, Marie Claude Leclerc, vice présidente du conseil général de Haute Garonne, Catherine Lemorton, députée de la Haute Garonne. Contact presse : Jean Louis Colombies, ,

16 16 7 juillet PAYS DE LA LOIRE Loire Atlantique Nantes Départ de 200 enfants et jeunes de 7 à 17 ans du Maine et Loire et de Loire Atlantique sur des séjours à la montagne et à l étranger organisés par les fédérations départementales 44 et 49 de la Ligue de l enseignement. Officialisation de l Union Régionale JPA et des partenariats 2012 sur les aides au départ en vacances avec le conseil régional ; expressions des jeunes sur leurs attentes des séjours à l étranger. Invités : Jacques Auxiette, président du conseil régional des Pays de La Loire, Michel Ménard, député, Philippe Grosvalet Président du conseil général de Loire Atlantique. Contact presse : Jean Yves L Helgoualc h, , TÉMOIGNAGES «Une vraie rupture reste indispensable. Ceux de mes élèves qui ne sont pas partis du tout n ont pas la même disponibilité aux apprentissages que les autres qui reviennent frais et dispos à la rentrée. On pourra toujours dire que ceux qui ne partent pas n en meurent pas. En tout cas, ils le paient cher.» Liliane, institutrice. Extraits de la Revue Loisirs Éducation «Quand j étais petit, je ne partais jamais en vacances. Pourtant je n étais pas malheureux. Mais je n aimais pas quand le maître nous demandait ce qu on avait fait pendant les vacances. J avais du mal à dire : «Je suis resté chez moi». J étais jaloux de ce que les autres racontaient. J avais honte aussi. Pas pour moi, mais pour mes parents. Je racontais des fausses visites chez ma mamie, deux rues à côté.» Nicolas, Perpignan. Extraits de la Revue Loisirs Éducation «En tant qu ex enfant envoyé en colo, je suis très tentée d y envoyer mon fils. Car je crois qu un enfant pousse très bien aussi en dehors du regard de ses parents. Sans compter qu il prend des responsabilités... Le bonheur, c est de partir quand on est pré ado, c est un univers de liberté dans un cadre protégé». Claudie, maman de deux enfants,.extraits de la Revue Loisirs Éducation

17 17 6. LA JEUNESSE AU PLEIN AIR Née du grand courant populaire de 1936 et créée en 1938, la Jeunesse au Plein Air est une confédération laïque d organisations, qui agit pour un projet de transformation sociale fondé sur des valeurs de laïcité, de solidarité et de citoyenneté. La JPA agit pour que les vacances et les loisirs éducatifs soient reconnus comme temps éducatifs complémentaires à celui de l école et à celui de la famille : elle milite pour une éducation globale qui soit active et coopérative, le temps de l'école et le temps des loisirs y concourant en complémentarité. Elle agit pour des loisirs qui, par les valeurs qui les sous tendent et par les pratiques mises en œuvre, prolongent l'éducation dispensée par l'école de la République. Aujourd hui, La JPA considère que la complémentarité éducative reste primordiale. Ses missions Favoriser le départ en centres de vacances Développer et moderniser les centres de vacances Fournir la documentation nécessaire aux organisateurs de centres de vacances Sauvegarder le principe de laïcité Quelques dates 1938 Création de la Fédération nationale des œuvres laïques de vacances d enfants et d adolescents, qui deviendra JPA Le ministre de l éducation nationale confie officiellement à La JPA l organisation de la campagne de solidarité. La JPA attribue ses premières bourses d aide au départ Reconnue d utilité publique par décret, la fédération devient «confédération des œuvres laïques de vacances d enfants et d adolescents», dite Jeunesse au Plein Air La JPA devient membre du Comité de la charte de déontologie des associations sociales et humanitaires faisant appel à la générosité du public Création du Prix de la solidarité associative. Ce prix récompense de jeunes associations qui agissent dans le domaine de la solidarité en faveur des jeunes Premières Rencontres nationales de la Jeunesse au Plein Air : les obstacles à l accès aux vacances et aux loisirs collectifs. Rédaction de la «Charte de déontologie pour l'accueil des personnes handicapées dans les structures de vacances et de loisirs non spécialisées» 2001 La JPA lance l opération «Un million d enfants de plus en vacances» 2003 La JPA initie une plateforme pour l accueil collectif des mineurs et la défense du statut des animateurs À l initiative de La JPA, une plate forme d associations se constitue en octobre autour du droit aux vacances des enfants La JPA interpelle les candidats aux élections présidentielle et législatives La JPA fête ses 70 ans aides aux vacances et aux classes de découvertes ont été attribuées grâce aux dons et aux partenaires Plus d infos sur

18 18 7. PARTENAIRES DU SONDAGE Créé en 1999, l Observatoire des Vacances et des Loisirs des enfants et des jeunes (OVLEJ) est une association qui réunit la Jeunesse au Plein Air (JPA), l Union Nationale des Associations de Tourisme de plein air (UNAT), membres fondateurs, la Caisse Centrale d Activités Sociales (CCAS) du personnel des industries électriques et gazières, et l Union nationale des Centres sportifs de Plein Air (UCPA). L OVLEJ a pour objectif de suivre et d analyser les évolutions qui affectent le secteur des vacances et des loisirs pour enfants et jeunes. Lieu ressource sur ces thématiques, il réalise également des études et enquêtes spécifiques en réponse aux demandes de ses membres ou d autres partenaires. Les programmes précédents ont porté sur l image des colonies de vacances et les attentes des parents, l accès au départ des 5 19 ans, les motivations des jeunes à passer le BAFA. Les derniers travaux portent sur l organisation du temps libre des enfants et adolescents de la maternelle au lycée, et parmi eux, de ceux en situation de handicap Le Crédit Coopératif, une banque originale au service des acteurs de la solidarité Le Crédit Coopératif est une banque, et le partenaire bancaire historique des associations et organismes d intérêt général. Il met les métiers et techniques de banquier au service des acteurs de la solidarité : associations, coopératives, mutuelles, fondations et bien d autres acteurs engagés pour construire un monde où chacun ait sa place. Il est à leurs côtés, depuis près de 50 ans, au service de la lutte contre toutes les formes d exclusion. Il est partenaire des associations de personnes handicapées et de leurs familles. Il accompagne les établissements pour personnes âgées, les hôpitaux, les services aux personnes, les structures d insertion par l économique, le logement social et très social, les finances solidaires, le microcrédit, les ONG, les acteurs du commerce Il offre une passerelle de rencontre entre les acteurs ayant besoin de ressources pour mettre en oeuvre leurs projets solidaires et ceux qui souhaitent les soutenir. Pour cela il a conçu une gamme, unique, de produits solidaires, bancaires, d épargne et d investissement. Coopératif et humaniste, par nature et par choix quotidien, le Crédit Coopératif a toujours eu une vision responsable de l économie. Ses clients sociétaires partagent cette vision et font vivre une solidarité essentielle au développement de notre société. Fondée en 1960 par un groupe de commerçants et d entrepreneurs de Niort, la Macif (Mutuelle d assurance des commerçants et des industriels de France) a débuté son activité en se consacrant à l assurance automobile. Les modes de vie ont évolué et les attentes des sociétaires se sont diversifiées. Dans une logique de croissance entièrement tournée vers la satisfaction des besoins de ses sociétaires, la mutuelle a bâti, avec ses filiales et ses partenaires, un groupe cohérent offrant une gamme complète de produits et de services adaptés aux particuliers mais aussi aux professionnels : assurances dommages, santé, prévoyance, crédit, épargne, placements financiers, assistance, services à la personne, etc. Entreprise socialement responsable portée par des valeurs de partage, d humanisme et de solidarité, la Macif place le lien social au cœur de ses préoccupations. Le groupe Macif couvre aujourd hui l ensemble des besoins de ses 5 millions de clients dont 4,8 millions de sociétaires pour lesquels il gère plus de 16,9 millions de contrats au 1er janvier Mutuelle d assurance sans intermédiaire, la Macif est une entreprise d économie sociale qui se distingue par un mode d organisation unique : sans capital à rémunérer, la Macif n appartient ni à des actionnaires, ni à l Etat, mais à ses sociétaires qui ont eux mêmes en charge la gouvernance de la mutuelle. Portée par des valeurs de partage, d équité et de solidarité, la Macif place le lien social au cœur de ses préoccupations, jouant quotidiennement son rôle d entreprise socialement responsable. Investie depuis plus de 20 ans dans le domaine de la prévention, la Macif œuvre aussi en faveur de la création d emplois dans le secteur de l économie sociale par le biais de sa Fondation. Depuis 2005, le groupe Macif a formalisé ses engagements en matière de Responsabilité sociale et environnementale.

19 19 8. CONTACTS Patricia Deschamps Jeunesse Au Plein Air Tél : Julie Schwarz Econovia

20 20

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes www.rhonealpes.fr Accueillir et accompagner des jeunes en contrat d engagement de service civique Rhône-Alpes Alors que la jeunesse doit rester l âge des projets et des rêves, aujourd hui, dans notre région,

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

Un week-end de Solidarité Au camping de l ASPTT en Ardèche

Un week-end de Solidarité Au camping de l ASPTT en Ardèche Accès aux vacances, à la culture et aux loisirs pour tous Un week-end de Solidarité Au camping de l ASPTT en Ardèche 20 et 21 juin 2015 ASSOCIATION POUR UNE MONTAGNE SOLIDAIRE 11 rue Auguste LACROIX 69003

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE 2/02 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE Séance du 30 Janvier 2009 Commission n 2 - Administration Générale et Personnel Commission n 7 - Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Un réseau de partenaires

Un réseau de partenaires Profession Sport 34 Une association départementale spécialisée dans le secteur du sport et de l animation Pour développer, structurer et consolider l emploi Profession Sport 34 Un conseil d administration

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général 1 EDITORIAL L édition 2012-2013 du Livret d Accueil du Centre Communal d Action Sociale rassemble

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol)

Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol) 2012 Petit guide des aides sociales à l usage des contractuels et assistants éducation (AVSi AVScol) Yves Briand -référent précaires EVS-AVS sgen-cfdt Bretagne 02/01/2012 QUI PEUT BENEFICIER DE L ACTION

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant.

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Offre «JEUNE AGENT» «Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» 2 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Couverture santé, projets d installation,

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Direction de la solidarité Centre Communal d'action Sociale Service action sociale - 02/03/2015 LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Le Centre Communal d'action Sociale inscrit son action, dans

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

solidaire Agissons ensemble pour un monde en Rhône-Alpes «Si tu veux marcher vite, marche seul, mais si tu veux marcher loin, marche avec les autres.

solidaire Agissons ensemble pour un monde en Rhône-Alpes «Si tu veux marcher vite, marche seul, mais si tu veux marcher loin, marche avec les autres. Agissons ensemble en Rhône-Alpes pour un monde solidaire «Si tu veux marcher vite, marche seul, mais si tu veux marcher loin, marche avec les autres.» proverbe africain Collectif des Associations de Développement

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT Prix À «Mobilisons-nous L ÉCOLE : L AFFAIRE contre DE le TOUS! harcèlement» 2ème édition 2014/2015 Préambule Dans le cadre de la politique conduite pour diminuer le harcèlement

Plus en détail

Le Réseau intercommunal des bibliothèques

Le Réseau intercommunal des bibliothèques Réseau intercommunal des bibliothèques APPEL A CANDIDATURE POUR UNE RESIDENCE D AUTEUR Dans la période d octobre 2010 à janvier 2011, la Communauté de communes Vallée de l Hérault accueille un auteur en

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

Que ressentirais-tu si la victime était un(e) de tes camarades de classe, un(e) voisin(e) ou un(e) ami(e)?

Que ressentirais-tu si la victime était un(e) de tes camarades de classe, un(e) voisin(e) ou un(e) ami(e)? Que ferais-tu si quelqu un de ton lycée, de ton entourage, de ton quartier était agressé, verbalement ou physiquement, en raison de son look, de son sexe, de son accent, de sa religion ou de sa couleur

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris

le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris année européenne du bénévolat et du volontariat le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris du 14 au 20 avril 2011 place de l Hôtel de ville programme Ouvert de 11h à 19h Entrée

Plus en détail

Aides forfaitaires incitatives géographiques ou sectorielles (sans condition de ressources)

Aides forfaitaires incitatives géographiques ou sectorielles (sans condition de ressources) Les Autres Aides Bourse à la mobilité de la Région Midi Pyrénées Etudiants boursiers sur critères sociaux, inscrits en DUT, DUETE, en L3, M1, M2 dans un établissement d enseignement supérieur de la région,

Plus en détail

Portes Ouvertes chez votre assistant maternel

Portes Ouvertes chez votre assistant maternel Coordonnées utiles www.cg59.fr de Métropole Lille 108/112, rue Pierre Legrand CS 70511-59022 LILLE Cedex Tél. : 03 59 73 92 70 de Métropole Roubaix Tourcoing 12, Boulevard de l Egalité 59200 TOURCOING

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES En 2008, se sont déroulées les premières rencontres nationales des cafés cultures à Nantes. Ces rencontres ont immédiatement été suivies par la création de «la plateforme

Plus en détail

Ciné-débat spécial public jeune dédié à la finance solidaire

Ciné-débat spécial public jeune dédié à la finance solidaire Festival du Cinéma solidaire dans l Ain Ciné-débat spécial public jeune dédié à la finance solidaire Mardi 29 novembre 2011 - MJC de Bourg en Bresse Dossier de présentation à l usage des chefs d établissement

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. une Banque coopérative. De PROXIMITÉ. Au CŒuR Du DÉVELOPPEMENT

DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. une Banque coopérative. De PROXIMITÉ. Au CŒuR Du DÉVELOPPEMENT DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. En 2012, la Caisse d Epargne Loire Drôme Ardèche a consacré 1 408 500 à des projets de solidarité locale. une Banque coopérative De PROXIMITÉ

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire -

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire - DOSSIER DE PRESSE Relations Presse : Abrasive Karine Michaud Tel : 04 26 00 25 16 E-mail : contact@abrasive.fr Communiqué de presse 17 octobre 2014 Forum de l emploi solidaire : une journée pour découvrir

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Parents, enfants. un guide pour vous

Parents, enfants. un guide pour vous Parents, enfants un guide pour vous edit s mmaire Parents, Notre engagement de mettre en place un territoire compétitif, solidaire et durable ne peut se concevoir sans répondre aux besoins des enfants

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens

Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens DOCUMENT 1 Procédure de domiciliation du Centre Communal d Action Sociale d Amiens Textes régissant la domiciliation : - Article 51 de la loi n 2007-290 du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?»

Règlement du concours de lutte contre les discriminations. «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» Règlement du concours de lutte contre les discriminations «Discriminant Discriminé : et toi tu es quoi?» La Préfecture de région, le Rectorat de l Académie de Besançon et le Conseil Régional de Franche-

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. #InstantColo. www.jeunes.gouv.fr/instant-colo. facebook.fr/jeunes.gouv.fr @Jeunes_gouv

DOSSIER DE PRESSE. #InstantColo. www.jeunes.gouv.fr/instant-colo. facebook.fr/jeunes.gouv.fr @Jeunes_gouv #InstantColo www.jeunes.gouv.fr/instant-colo facebook.fr/jeunes.gouv.fr @Jeunes_gouv 2 Sommaire Edito du ministre 3 La campagne de promotion des colos 4 Les visuels 5 Les chiffres 6 Les partenaires 8 Les

Plus en détail

Commission Permanente d Action Sociale.

Commission Permanente d Action Sociale. Commission Permanente d Action Sociale. DEMANDE d AIDE FINANCIERE Vacances, voyages, Cures, Individuelles ou familiales Insertion des Malades Insuffisants Respiratoires 2014 Séjours vacances FFAAIR et

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail