Traitement symptomatique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement symptomatique"

Transcription

1 Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Traitement symptomatique de la sclérose en plaques Dr Audrey Rico-Lamy, neurologue Service de Neurologie - Hôpital de La Timone, Marseille

2 Le traitement de la sclérose en plaques comporte trois axes : le traitement de la poussée quand elle est symptomatique par corticoïdes intraveineux, les traitements de fond qui réduisent l activité de la maladie et ralentissent son évolution, le traitement des symptômes. Les symptômes qui peuvent survenir au cours de la maladie sont très variés puisqu ils dépendent de la localisation des lésions inflammatoires démyélinisantes. Ils peuvent être présents au moment d une poussée seulement ou s installer durablement. Leur intensité varie au fil du temps et au cours de la journée en fonction de la fatigue, de l activité en cours et des émotions. Les traitements symptomatiques sont donc différents pour chaque personne en fonction du type de symptômes présents, de leur intensité et de leurs horaires. Ils sont réajustés à chaque consultation en fonction de leur effet positif ou négatif et de l évolution positive ou négative des symptômes. Leur effet est de durée limitée et nécessite leur renouvellement tant que le symptôme persiste. La prise en charge des symptômes repose sur des médicaments qui seront toujours instaurés progressivement pour une meilleure tolérance mais également sur des mesures hygiénodiététiques, des thérapies manuelles, kinésithérapiques ou psychothérapeutiques ou encore des appareillages. Cette prise en charge est pluridisciplinaire avec l intervention possible de plusieurs professionnels de santé médicaux (neurologues, médecins de médecine physique et de réadaptation, urologues, gastroentérologues...) et paramédicaux (infirmières, kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes ). 2 - Traitement symptômatique de la SEP - septembre 2013

3 Nous évoquerons ici sans être exhaustifs les principaux traitements symptomatiques en fonction du symptôme qu ils atténuent. Nous aborderons ainsi les traitements de la spasticité, des douleurs et paresthésies, ceux des troubles urinaires et digestifs puis ceux des troubles de la sexualité et de la fatigue. TRAITEMENTS DE LA SPASTICITÉ La spasticité augmente avec la mise en tension des muscles et peut entraîner des secousses incontrôlables notamment au cours de l effort ou des émotions ou encore la nuit. DÉFINITION SPASTICITÉ : La spasticité est la raideur excessive des muscles extenseurs des jambes et fléchisseurs des bras. Elle peut être diminuée par des étirements réalisés par le kinésithérapeute ou, après apprentissage par la personne elle-même (auto-étirements) le matin ou avant la rééducation. Les douches ou les bains froids peuvent également la diminuer. Il existe plusieurs médicaments anti-spastiques, les plus utilisés sont le baclofène en trois à quatre prises ou le dantrolène en deux prises par jour. Les décontracturants musculaires peuvent également être associés comme le tétrazepam le soir ou le thiocolchicoside. L instauration du traitement est progressive jusqu à la posologie la plus adaptée. Pour le baclofène, il est possible d augmenter ou de diminuer légèrement la posologie journalière autour de la posologie habituelle en fonction des variations d intensité de la spasticité. En cas de spasticité focale, des injections intramusculaires de toxine botulique peuvent apporter un réel bénéfice. Elles sont à renouveler tous les 4 à 6 mois. Dans les spasticités sévères des membres inférieurs, l administration continue de baclofène par voie intrathécale à l aide d une pompe implantée est possible. PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR ET DES TROUBLES SENSITIFS Les douleurs rencontrées dans la sclérose en plaques sont majoritairement des douleurs neurologiques, c est-à-dire liées à l atteinte des fibres nerveuses qui véhiculent les informations sensitives. Cette atteinte entraîne des sensations anormales, spontanées ou déclenchées par la stimulation cutanée, de type brûlures, échauffements, décharges électriques, ruissellements, sensations d étau, fourmillements ou picotements.... Ces sensations désagréables étant liées à une atteinte du système nerveux, les médicaments qui les diminueront sont les traitements qui agissent sur le système nerveux central. Les antalgiques classiques Traitement symptômatique de la SEP - septembre

4 comme le paracétamol ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont donc inefficaces sur ces douleurs neurologiques. On les utilise pour les douleurs ostéo-articulaires ou musculaires qui peuvent être associées. Les antalgiques qui ont une action centrale comme le tramadol peuvent avoir une action mixte sur les douleurs neurologiques et sur les douleurs périphériques. Le traitement médicamenteux des douleurs neurologiques repose donc sur les psychotropes en particulier les antiépileptiques comme la carbamazépine, la gabapentine, la prégabaline, et les antidépresseurs comme la clomipramine, l amitriptyline ou le duloxétine. Pour les douleurs rebelles, une prise en charge dans les centres anti-douleurs permettra d optimiser le traitement, de proposer des perfusions en hospitalisation de jour ou encore la réalisation de stimulations magnétiques transcrâniennes répétitives. Des techniques manuelles comme les massages kinésithérapiques, l acupuncture ou encore la relaxation et la sophrologie peuvent apporter un soulagement. SYMPTÔMES URINAIRES Les symptômes urinaires sont liés à un trouble de la commande neurologique de la vessie et des sphincters urétraux. Ils sont déroutants car ils associent des besoins inopinés et irrépressibles et des difficultés pour uriner. Les premiers symptômes appelés «urgenturies» ou «impériosités» sont liés à une hyperactivité de la vessie qui se contracte de façon incontrôlable alors qu elle n est pas encore pleine. Les traitements de l urgenturie sont les anticholinergiques par voie orale l oxybutynine ou plus récemment le trospium et le Solifénacine. LE SAVIEZ-VOUS? Les difficultés de vidange vésicale sont fréquentes en cas de vessie neurologique, elles sont liées à une hypertonie des sphincters urétraux. Il faut être prudent avec ces traitements qui freinent la vessie car ils peuvent augmenter les difficultés de vidange vésicale souvent associées. Les difficultés de vidange vésicale sont fréquentes en cas de vessie neurologique, elles sont liées à une hypertonie des sphincters urétraux qui ne se relâchent pas au moment de la miction volontaire. La miction tarde à venir et nécessite des efforts de poussée ; le débit est faible et la miction est prolongée voir incomplète avec nécessité de retourner aux toilettes rapidement. Une rétention chronique peut s installer. Elle est alors responsable d une majoration de la fatigue et des symptômes des membres inférieurs (douleurs et spasticité) et cause des infections urinaires récidivantes parfois hautes (pyélonéphrites). Les alpha-bloquants comme l alfulosine ou la tamsulosine peuvent diminuer ces phénomènes chez l homme comme chez la femme. Quand les symptômes sont trop importants, l apprentissage des auto-sondages permet grandement d améliorer la qualité de vie en retrouvant une vidange facile, complète et régulière de la vessie. La réalisation des auto-sondages permet ensuite de supprimer l urgenturie car la vessie peut être freinée 4 - Traitement symptômatique de la SEP - septembre 2013

5 autant que nécessaire par les anticholinergiques ou si nécessaire par des injections intravésicales de toxine botulique renouvelées tous les six mois. Depuis un à deux ans, l hyperactivité vésicale peut également être freinée par la stimulation transcutanée du nerf tibial postérieur à la cheville. Cette stimulation indolore est réalisée par un petit appareil placé à la cheville 20 à 30 minutes par jour. SYMPTÔMES DIGESTIFS Des symptômes digestifs peuvent survenir au cours de la SEP en rapport d une part avec un ralentissement du transit et d autre part avec une diminution du réflexe de défécation. Des mesures hygiéno-diététiques, comme une bonne hydratation, une activité physique régulière, la prise de pruneaux ou de graines de lin ou encore des massages abdominaux, sont souvent suffisantes. L utilisation régulière de suppositoires à la glycérine permet de déclencher la défécation en stimulant le reflex (de défécation). Ce moyen simple et sans effet nocif permet d assurer une évacuation régulière des selles et peut être utilisé quotidiennement. Quand les selles sont trop dures et que l abdomen est météorisé (gonflé, dur et douloureux), le transit trop long peut être accéléré par des laxatifs de préférence osmotiques et des médicaments stimulant la motricité du tube digestif comme le trimebutine. Dans des situations de constipations très importantes et résistantes aux thérapeutiques précédentes, la réalisation d auto-lavements réguliers à l eau tiède permet une évacuation régulière et indolore des selles. Cette méthode est non irritante pour le colon qui retrouve, même au fil des semaines, une meilleure motricité. TROUBLES SEXUELS Les troubles sexuels sont complexes et multifactoriels. Il est important d identifier par une consultation spécialisée les facteurs affectifs, psychologiques ou médicamenteux qui peuvent avoir une influence négative. Le traitement de la douleur ou des sensations anormales, des troubles urinaires et digestifs est indispensable car ils peuvent gêner la sexualité. Chez l homme, quand la commande neurologique de l érection est altérée, nous disposons de traitement par voie orale comme le sildénafil et le tadalafil. Dans les rares situations où ils sont inefficaces ou contre-indiqués, les auto-injections d alprostadil-alfadex dans le corps caverneux du pénis déclenchent l érection. Chez la femme, des lubrifiants vaginaux peuvent améliorer le confort. En cas de diminution de la sensibilité, une stimulation plus longue pourra permettre d arriver au plaisir. Traitement symptômatique de la SEP - septembre

6 PRISE EN CHARGE DE LA FATIGUE ET LA FATIGABILITÉ La fatigue est un symptôme fréquent et gênant de la SEP. Ses causes sont multiples et doivent être identifiées pour un meilleur traitement. Elle peut être directement secondaire à l activité inflammatoire de la maladie et diminuera avec le traitement de la poussée et la mise en place d un traitement de fond efficace. La fatigue peut également être liée à d autres symptômes et à certains LE SAVIEZ-VOUS? Pour limiter la fatigue, il est important de fractionner ses efforts et de s accorder des temps de pause réguliers, qui permettent au final une activité plus prolongée. traitements. Ainsi, elle peut être en partie secondaire à l altération de la qualité du sommeil du fait des douleurs, de la spasticité ou encore des troubles urinaires. Le traitement de ces symptômes améliorera la qualité du sommeil et diminuera la fatigue. Les traitements en particulier psychotropes peuvent entraîner une somnolence et majorer la fatigue. Il conviendra alors de se limiter au nombre de molécules et aux doses minimales efficaces. Les symptômes dépressifs peuvent également être source de fatigue et ne doivent pas être négligés sous peine de se prolonger. Un espace de parole auprès d un professionnel est parfois suffisant, si ce n est pas le cas un traitement anti-dépresseur tel qu un inhibiteur de la recapture de la sérotonine pourra être associé (paroxetine, fluoxetine, sertraline, escitalopram ). La fatigue et surtout la fatigabilité peuvent être liées à la démyélinisation chronique qui augmente le temps de conduction de l information le long des fibres nerveuses. L instauration précoce d un traitement de fond efficace permet de prévenir l accumulation des lésions de démyélinisation. Certains traitements permettent d autre part d améliorer la conduction nerveuse : la 3,4-diaminipyridine disponible en préparation magistrale dans le traitement de la fatigue et un nouveau traitement assez proche la 4-aminopyridine qui améliore la marche chez une personne sur trois gênées à la marche. Les douches et les bains froids peuvent également diminuer la fatigue en améliorant la conduction nerveuse. La fatigue peut apparaître en cours d activité physique ou intellectuelle. Pour la limiter, il est important de fractionner ses efforts et de s accorder des temps de pause réguliers qui permettent au final une activité plus prolongée. Plus la tâche physique ou intellectuelle est difficile et plus les pauses devront être fréquentes. Contrairement à ce que l on pensait auparavant, on sait aujourd hui qu une activité physique régulière adaptée permet de diminuer réellement la fatigue. Les médicaments comme l amantadine, un antiviral, ou le modafinil, utilisés en dehors de leur AMM (autorisation de mise sur le marché), peuvent apporter un bénéfice à certaines personnes. 6 - Traitement symptômatique de la SEP - septembre 2013

7 SYMPTÔMES Fatigue Douleurs MESURES HYGIÉNO-DIÉTÉTIQUES fractionner l effort, temps de repos MÉDICAMENTS AUTRES Amantadine, Modafinil, 3,4 diaminopyridine anti-épileptiques, antidépresseurs Spasticité auto-étirements anti-spastiques Troubles urinaires Constipation Dépression auto-sondages marche, hydratation, jus de pruneaux anticholinergiques, alphabloquants laxatifs osmotiques, suppositoires à la glycérine antidépresseurs activité physique régulière, réentrainement à l effort massage, relaxation étirements, bains froids, toxine botulique toxine botulique activité physique, massage psychothérapie, groupe de parole La prise en charge de la sclérose en plaques a considérablement évoluée durant les quinze dernières années grâce à une recherche fondamentale et clinique très active. Bien que l on ne puisse pas encore guérir cette maladie, le nombre et l efficacité des traitements de fond ont augmenté depuis 5 ans permettant d influencer l évolution de la maladie. Le traitement de la poussée a également évolué avec un traitement en perfusion intraveineuse d action plus rapide, mieux toléré et réalisable à domicile. Les traitements symptomatiques médicamenteux et non médicamenteux se sont également enrichis permettant un meilleur contrôle des symptômes au prix de moins en moins d effets secondaires. Cet axe de traitement n est pas à négliger car il permet de limiter les conséquences de la maladie et de préserver au maximum la qualité de vie. Traitement symptômatique de la SEP - septembre

8 Fondation ARSEP Service communication - ARSEP - Fotolia.com - septembre rue Jules Vanzuppe Ivry sur Seine Tél :

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante,

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante, Spasticité Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris Spasticité et SEP La spasticité, un symptôme fréquent dans la SEP La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

Traitement des symptômes de la Sclérose en Plaques

Traitement des symptômes de la Sclérose en Plaques Traitement des symptômes de la Sclérose en Plaques La spasticité +/- déficit moteur + douleurs, crampes, spasmes Aggravée par toute «épine irritative»: infection urinaire, fécalome, ongle incarné, etc.

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

LA SCLEROSE EN PLAQUES

LA SCLEROSE EN PLAQUES Fiche 4 LA SCLEROSE EN PLAQUES PRESENTATION Quelques généralités La sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central dont les causes sont encore mal connues et qui empêche le cerveau de contrôler

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Atelier Gestion de la fatigue

Atelier Gestion de la fatigue Journée Rhônalpine d information sur la Sclérose en Plaques samedi 27 septembre 2014 Atelier Gestion de la fatigue Présentation Centre Médical Germaine Revel Brigitte LUC, Médecin Alexandre GOUY, Educateur

Plus en détail

Rééducation et sclérose en plaques

Rééducation et sclérose en plaques Fondation pour l aide à la recherche sur la sclérose en plaques Rééducation et sclérose en plaques Pr Djamel Bensmail, Dr Thibaud Lansaman et Dr Jonathan Levy Vaincre ensemble la SEP Cet ouvrage est réalisé

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Patient Copyright France 2009 Qu est-ce que la SEP? La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Vivre avec la sclérose en plaques

Vivre avec la sclérose en plaques Fondation pour l aide à la recherche sur la sclérose en plaques Vivre avec la sclérose en plaques Par le Dr Sandrine Wiertlewski Sous la coordination du Pr Thibault Moreau brochure réalisée grâce au soutien

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

constipation occasionnelle

constipation occasionnelle Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 constipation occasionnelle de l adulte constipation occasionnelle de l adulte Ce qu il faut savoir La constipation se définit

Plus en détail

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud Douleurs lombo-pelvi-périnéales périnéales chroniques Depuis plus de 6 mois, peut être depuis plusieurs années, vous souffrez de douleurs au niveau de la zone intime : Chez les femmes : au niveau de la

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une hémorroïdectomie par l équipe chirurgicale des docteurs

Plus en détail

Pour le médecin, la constipation se définit

Pour le médecin, la constipation se définit Cas clinique La constipation : Comment s y prendre pour mieux la traiter? Mickael Bouin, MD, Ph.D. Le cas de Josette Josette, âgée de 50 ans, sans antécédents, vous consulte pour une constipation qui dure

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Quels sont mes choix?

Quels sont mes choix? Méthodes de soulagement de la douleur pendant le travail. Quels sont mes choix? Préparé par le Département d anesthésiologie et le Programme de périnatalogie de L HO P567 (04/05) Imprimé à L Hôpital d

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Qu'est-ce que l'incontinence? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'incontinence? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'incontinence? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE SCLÉROSE EN PLAQUES

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE SCLÉROSE EN PLAQUES LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE SCLÉROSE EN PLAQUES ACTUALISATION Janvier 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger Pour en savoir plus sur la douleur chronique Nicole Brunet Aline Boulanger Jeu-questionnaire Vrai ou faux La cause de la douleur chronique est toujours connue Jeu-questionnaire Vrai ou faux Le stress et

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1

Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1 Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1 Définitions Constipation Symptôme recouvrant plusieurs manifestations d étiologies différentes

Plus en détail

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation PROGRAMME - VOLET 2A La douleur chronique non cancéreuse soins de première ligne : Portrait de la situation CORRIGÉ QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES PROFESSIONNELS Chercheures : Lyne Lalonde, Ph. D. Faculté

Plus en détail

Soulagement de la douleur au cours du travail

Soulagement de la douleur au cours du travail Page 1 (Front page) Soulagement de la douleur au cours du travail Cette brochure a pour but de vous donner quelques informations sur la douleur au cours du travail menant à l accouchement, et les différents

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Brochure d information aux patients. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Brochure d information aux patients. Vous avez mal? Agissons ensemble! Brochure d information aux patients Vous avez mal? Agissons ensemble! Table des matières Introduction 3 Que faire en cas de douleur? 4 Comment mesurer la douleur? 5 Quelles sont les causes de la douleur?

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Risques communs à tous les secteurs professionnels

Risques communs à tous les secteurs professionnels 1 Nom : Prénom : Distribué le : Classe : Risques communs à tous les secteurs professionnels Plan du module : Risques liés à l activité physique Risques liés à la charge mentale Risques liés au bruit 2

Plus en détail

L Incontinence urinaire (IU)

L Incontinence urinaire (IU) L Incontinence urinaire (IU) Dr Vo QUANG DANG Paul, Rééducation Fonctionnelle, Institut IRMA Valenton 94 - France Introduction L incontinence urinaire IU- est définie comme un trouble de fonctionnement

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission traitements médicamenteux Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des

Plus en détail

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII?

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? QCM Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? - Prédominance féminine - C est une pathologie psychiatrique - C est une pathologie psycho-somatique - Son étiologie n est jamais retrouvée - 10 à

Plus en détail

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Asthénie : fatigue Céphalée : mal de tête Comitialité : épilepsie Co-morbidité : association de deux maladies Cortex : partie du cerveau

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTALGIQUES MORPHINIQUES A DOMICILE

GUIDE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTALGIQUES MORPHINIQUES A DOMICILE L équipe médicale et paramédicale est à votre disposition Pour toute question, vous pouvez contacter : Urgences Service d hématologie Hôpital réseau de 8h00 à 17h00 : 05 55 05 66 42 GUIDE PRATIQUE D UTILISATION

Plus en détail

De l hôpital vers la maison

De l hôpital vers la maison Programme des tumeurs cérébrales Feuillet d informations à l intention des patients ayant subi une chirurgie au cerveau lors du retour au domicile De l hôpital vers la maison patients ayant subi une chirurgie

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 Pour en savoir plus Qu'est-ce que la sclérose en plaques? La Sclérose en Plaques (SEP) est une maladie dont les premiers signes se manifestent souvent chez

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Comment soulager la douleur?

Comment soulager la douleur? Comment soulager la douleur? Soulager la douleur avec des médicaments Soulager la douleur par les traitements du cancer 40 57 De nombreuses possibilités existent pour soulager la douleur : des médicaments

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Il peut être très difficile de composer avec la constipation.

Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Qu est-ce que la constipation? La nourriture que nous mangeons traverse l appareil digestif afin d alimenter notre organisme, notre esprit

Plus en détail

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE LA NEUROPATHIE DIABETIQUE Cas de M. L. 64 ans, hospitalisé pour un diabète II déséquilibré Cohen Rebecca ATCD: Familiaux : aucun. Personnels: abcès de la marge anale en 1991. SAS appareillé Mode de vie:

Plus en détail

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Sclérose en plaques Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Intervention du samedi 26 juin 2010 Introduction La sclérose

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Conseil de pratique. Prise en charge du Syndrome de l Intestin Irritable (SII)

Conseil de pratique. Prise en charge du Syndrome de l Intestin Irritable (SII) Prise en charge du Syndrome de l Intestin Irritable (SII) Rédacteurs : Jean-Marc Sabaté, Pauline Jouet Références : Longstreth GF, Thompson WG, Chey WD, Houghton LA, Mearin F, Spiller RC. Functional bowel

Plus en détail

J ai mal à la main, j en parle INFORMER

J ai mal à la main, j en parle INFORMER j en parle INFORMER Les maux de mains Qu elle soit d origine tendineuse, osseuse ou musculaire, artérielle ou veineuse, la douleur de la main chez l adulte doit être médicalement suivie afin d en déterminer

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE Dr Nadia BOUAMRANE Unité Douleur Sce de Médecine Interne Pr Brouri (H.Birtraria) PNP diabétiques Définition, généralités NEUROPATHIES

Plus en détail

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus Observatoire Vieillissement et Société Conférencière Une présentation de: Chantale Dumoulin, PT, PhD. Professeure

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Céphalées par abus médicamenteux. Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005

Céphalées par abus médicamenteux. Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005 Céphalées par abus médicamenteux Pr André Pradalier Pr Claire Le Jeunne 17 Mars 2005 Définition Céphalées d allure migraineuse et ou tensive survenant plus de 15 jours par mois chez un patient aux antécédents

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

LA CONSTIPATION DE L ENFANT

LA CONSTIPATION DE L ENFANT LA CONSTIPATION DE L ENFANT Dr Nabil CHAOUI POURQUOI CETTE PRÉSENTATION La constipation est courante mais mal appréciée Elle n est pas toujours reconnue, Pas toujours bien gérée, Fait souvent l objet d

Plus en détail

TROUBLES DU CONTROLE SPHINCTERIEN

TROUBLES DU CONTROLE SPHINCTERIEN TROUBLES DU CONTROLE SPHINCTERIEN A) L'énurésie 1. Définition Une miction répétée, involontaire, diurne ou nocturne, chez les enfants âgés de plus de 5 ans, normal dans son déroulement physiologique. Elle

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

traitement des symptômes de la SEP *

traitement des symptômes de la SEP * 3 Le traitement des symptômes de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Dans cette brochure vous découvrirez les symptômes

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

Zoom sur la douleur chronique

Zoom sur la douleur chronique Zoom sur la douleur chronique 2009 ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE LA DOULEUR CHRONIQUE PUBLIÉ GRÂCE À UNE SUBVENTION À VISÉE ÉDUCATIVE DE PFIZER CANADA INC. TABLE DES MATIÈRES 1 Sommaire 2 La douleur chronique

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr APO-PIOGLITAZONE chlorhydrate de pioglitazone La présente notice est la partie III d'une «monographie de produit» en trois parties publiée lorsqu APO-

Plus en détail

Incontinence et périnée Le périnée à chaque âge de la vie Fuites urinaires et sexualité. Conseils, prévention, rééducation. Incontinence et périnée

Incontinence et périnée Le périnée à chaque âge de la vie Fuites urinaires et sexualité. Conseils, prévention, rééducation. Incontinence et périnée Brochure Inco et pe?rinee2010_v3.qxp:150x210 9/09/10 9:43 Page 1 SCA HYGIENE PRODUCTS S.A.S. au capital de 83 390 129 - RCS Bobigny 509 395 109 - Ref.97555 / Capital Image - 2010 Incontinence et périnée

Plus en détail

PROTECTION DU PLANCHER

PROTECTION DU PLANCHER «MIEUX VAUT PREVENIR QUE GUERIR» PROTECTION DU PLANCHER PELVIEN ET DU DOS PREVENTION DES INCONTINENCES URINAIRES CHEZ LES JEUNES FEMMES ET DES HERNIES INGUINALES CHEZ LES GARCONS. L analyse des statistiques

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger Complications des Bandelettes Sous-Urétrales Ph. Ballanger IU et Bandelettes sous urétrales La Révolution de 1995 - Ulmsten Bandelette de Polypropylène Objectif Position sous-urétrale corriger la défaillance

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif Prévention et traitement Presentation générale Les bienfaits du sport Blessures Facteurs favorisants Les accidents musculaires 7 catégories Dus à

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

L opération du kératocône. Technique du cross linking pour traiter la cornée

L opération du kératocône. Technique du cross linking pour traiter la cornée L opération du kératocône Technique du cross linking pour traiter la cornée Introduction Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération du kératocône par

Plus en détail

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter TROUBLES HEMORROIDAIRES comprendre, détecter et traiter 1 COMPRENDRE QU APPELLE-T-ON HEMORROIDES? Les hémorroïdes sont des structures normales, présentes chez chacun d entre nous, au niveau de l'anus.

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Dossier de la rédaction France Bleu Pays d Auvergne sur le thème "la lutte contre la douleur" Présenté par Dominique MANENT 16 septembre 2003 1ère partie

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

Sommaire. Sommaire 1. 1./ Introduction 2

Sommaire. Sommaire 1. 1./ Introduction 2 Sommaire Sommaire 1 1./ Introduction 2 2./ Les antalgiques 3 A. Qu'est-ce qu'un antalgique? 3 B. Les différents paliers 3 C. Les avantages et les inconvénients des antalgiques 4 3./ La place et l'utilité

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant :

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant : RÉSUME DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Movolax 13,7 g, Poudre pour solution buvable, sachet 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque sachet contient les composants

Plus en détail