Mots-clés : indicateurs, tableaux de bord, établissements et services sociaux et médico-sociaux, financement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mots-clés : indicateurs, tableaux de bord, établissements et services sociaux et médico-sociaux, financement"

Transcription

1 Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère des solidarités, de la santé et de la famille Ministère de la parité et de l'égalité professionnelle Direction générale de l action sociale Sous-direction des institutions, des affaires juridiques et financières Bureau de la réglementation financière et comptable (5B) Personne chargée du dossier : Isabelle Piel tél. : fax : mél. : Le ministre du travail et de la cohésion sociale Le ministre des solidarités, de la santé et de la famille à Mesdames et Messieurs les préfets de région, Directions régionales des affaires sanitaires et sociales (pour exécution) Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (pour exécution) CIRCULAIRE N DGAS/5B/2005/120 du 7 mars 2005 relative à la publication des valeurs moyennes et médianes des indicateurs des tableaux de bord des articles R et suivants du code de l action sociale et des familles et aux questions soulevées par leur mise en œuvre, entre octobre 2004 et février 2005 Date d'application : immédiate NOR : Grille de classement : Résumé : Ce document a pour but de préciser les modalités de publication des valeurs moyennes et médianes des indicateurs des tableaux de bord fixés par l arrêté du 26 octobre 2004 relatif aux premiers indicateurs prévus aux articles R et suivants du code de l action sociale et des familles (CASF) et de répondre aux questions les plus fréquentes. Mots-clés : indicateurs, tableaux de bord, établissements et services sociaux et médico-sociaux, financement - Textes de référence : - Code de l action sociale et des familles notamment l article L et les articles R à R ; - Arrêté du 22 octobre 2003 fixant les modèles de documents prévus aux articles 9, 12, 16, 18, 19, 47 et 83 du décret n du 22 octobre 2003 relatif à la gestion budgétaire, comptable et financière, et aux modalités de financement et de tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux mentionnés au I de l article L du Code de l action sociale et des familles, et des établissements mentionnés au 2 de l article L du code de la santé 14, avenue Duquesne, PARIS 07 SP / 1

2 Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère des solidarités, de la santé et de la famille Ministère de la parité et de l'égalité professionnelle publique. - Arrêté du 30 janvier 2004 fixant le cadre normalisé de présentation du compte administratif prévu à l'article 48 du décret n du 22 octobre Arrêté du 26 octobre 2004 fixant les premiers indicateurs et leurs modes de calcul pris en application du 5 du I de l article 16 et des articles 27 à 32 du décret n du 22 octobre Note DGAS/5B n 184 du 22 avril 2004 relative aux indicateurs du tableau de bord de l article 27 et suivants en application du décret n du 22 octobre 2003, et à la mise en place d une expérimentation - CIRCULAIRE n DGAS/5B/2004/527 du 5 novembre 2004 relative à l arrêté du 26 octobre 2004 fixant les premiers indicateurs et leurs modes de calcul pris en application du 5 du I de l article 16 et des articles 27 à 32 du décret n du 22 octobre Textes abrogés ou modifiés : xxx Annexes : 3 1. Modèle d arrêté 2. Forum aux questions 3. Fiche questions techniques relatives aux tableurs de saisie de données et d agrégation 2 14, avenue Duquesne, PARIS 07 SP /

3 3 Les articles R et suivants du CASF, disposent que le fonctionnement des établissement ou services qui fournissent des prestations comparables peut être décrit par un ou plusieurs indicateurs, afin notamment de permettre des comparaisons de coûts. Le premier arrêté fixant les premiers indicateurs pris en application de ce décret a été signé le 26 octobre 2004 et est paru au journal officiel du 29 octobre Il concerne les établissements et services du champ du handicap, et plus particulièrement les IME, IEM, MAS, CAT, IR. et les SESSAD relevant des annexes XXIV, XXIV bis et XXIV ter. Cet arrêté a rendu obligatoire, la transmission des données brutes permettant le calcul des premiers indicateurs. A ce jour, les DRASS doivent être en mesure d assurer la publication des valeurs moyennes et médianes régionales des tableaux de bord, comme le prévoit l article R du CASF. La présente circulaire doit notamment en clarifier les modalités de publications. 1. La publication des valeurs moyennes et médianes est une compétence du préfet de région Le préfet de région a la charge de publier les valeurs moyennes et médianes départementales et régionales. La répartition géographique des structures est très hétérogène, il est donc souhaitable de prendre en compte les réalités locales, tout en assurant l information des acteurs et la cohérence du dispositif. Les valeurs sont publiées par circonscription de référence. L arrêté DGAS/5B du 26 octobre 2004 fixe dans son annexe n 1, le nombre minimum d'établissements ou services comparables. - Si le nombre de structures est suffisant par département, il sera publié des valeurs départementales pour chacun des départements qui composent la région, et à titre d information les valeurs régionales. - Si le nombre de structures est insuffisant pour certains départements, il sera publié uniquement les valeurs départementales pour les départements qui disposent du nombre de structures suffisant, et les valeurs régionales pour les autres départements. - Il peut arriver que même au niveau régional, une catégorie d établissement ou service contienne moins de 5 structures. A titre expérimental, et pour la première année, il est proposé de publier pour information les valeurs régionales quand il existe 3 structures au moins. Quand il existe une ou deux structures de la même catégorie sur une région, aucune valeur ne sera publiée. Nombre de structures minimum permettant d'établir une moyenne départementale par catégories TYPE DE SERVICES EXTERNAT ET SEMI -INTERNAT ANNEXE XXIV Décret n ANNEX E XXIV- ITEP Décret n ETABLISSEMENTS ANNEXE XXIVbis Décret n ANNEXE XXIVter Décret n INTERNAT et MIXTE SESSAD SERVICE S MAS CAT ETABLISSEMENT S La publication des valeurs moyennes et médianes concerne les derniers résultats approuvés Seules les données relatives au compte administratif 2003, et les valeurs collectées sur l exercice 2003 seront rendues publiques. La formalisation de la publication peut prendre la forme d un arrêté unique qui précise le niveau départemental ou régional de référence par catégorie de structure pour la région donnée, et renvoie en annexe à une fiche récapitulative des valeurs par catégorie. Un exemple d arrêté est proposé en annexe n 1 Le fichier d agrégation fourni pour établir les valeurs permet d extraire les tableaux récapitulatifs nécessaires. 3. Conditions d utilisation des valeurs moyennes et médianes par l'autorité de tarification à titre indicatif R dans le cadre de la procédure contradictoire de fixation du tarif. Pour motiver les modifications de propositions budgétaires au titre de l article R La référence à ces valeurs moyennes et médianes n'est toutefois possible, au soutien d'une proposition de modification budgétaire, ou au soutien d'une demande de réduction d'écarts engagée sur le fondement de l'article R , que s'il existe un nombre minimum d'établissements ou services comparables dans la circonscription considérée, comme le précise le point 1 de la présente circulaire.

4 4 Il vous est recommandé de conserver toutes les informations relatives au calcul des indicateurs, particulièrement quand un redressement de données a été réalisé dans le cadre d une vérification de cohérence. Si vous réalisez un redressement de données, et que l information corrigée est intégrée au calcul de moyenne, vous devez le mentionner à la structure dans le cadre de la procédure contradictoire. Il est rappelé que s agissant de la première année de la mise en œuvre et d appropriation du dispositif, la référence aux valeurs moyennes et médianes sera utilisée avec prudence. Le forum aux questions en annexe 2 a pour but d apporter une réponse aux questions les plus fréquemment posées à mes services sur ce dispositif. Il est complété en annexe 3 par une fiche explicative qui aborde les différentes questions techniques liées à l utilisation des tableurs. Ce forum aux questions restera ouvert au cours du second trimestre Jean-Jacques TREGOAT Directeur général de l action sociale

5 ANNEXE N 1 Modèle d arrêté de publication des valeurs moyennes et médianes des indicateurs LE PREFET VU Le code de l action sociale et des familles notamment l article L et les articles R à R ; VU l arrêté du 22 octobre 2003 fixant les modèles de documents prévus aux articles 9, 12, 16, 18, 19, 47 et 83 du décret n du 22 octobre 2003 relatif à la gestion budgétaire, comptable et financière, et aux modalités de financement et de tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux mentionnés au I de l article L du Code de l action sociale et des familles, et des établissements mentionnés au 2 de l article L du code de la santé publique ; VU Arrêté du 30 janvier 2004 fixant le cadre normalisé de présentation du compte administratif prévu à l'article 48 du décret n du 22 octobre 2003 ; VU Arrêté du 26 octobre 2004 fixant les premiers indicateurs et leurs modes de calcul pris en application du 5 du I de l article 16 et des articles 27 à 32 du décret n du 22 octobre 2003 ; CONSIDERANT les données relatives aux indicateurs transmises par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales de la circonscription régionale; SUR RAPPORT du Directeur Régional des Affaires Sanitaires et Sociales ; ARRÊTE Article 1 er : En application de l annexe 1 de l arrêté du 26 octobre 2004 susvisé, pour la publication des valeurs moyennes et médianes des derniers résultats approuvés 2003 relatives aux indicateurs, le niveau territorial de publication est déterminé comme suit : TYPE DE SERVICES EXTERNAT ET SEMI - INTERNAT ANNEXE XXIV Décret n ANNEXE XXIV- ITEP Décret n ANNEXE XXIV bis Décret n ANNEXE XXIV ter Décret n SESSAD MAS CAT ETABLISSEMENTS SERVICES ETABLISSEMENTS *** *** *** *** INTERNAT et MIXTE *** *** *** *** *** *** *** *** Indiquer le niveau retenu «départemental» ou «régional»

6 Article 2 : Pour chaque catégorie disposant de trois structures au moins au niveau régional, les valeurs régionales sont indiquées. Article 3: Pour chacune des catégories de structures, une fiche récapitulative des valeurs moyennes et médianes de chaque indicateur est annexée au présent arrêté : La fiche 1 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en externat et semi internat relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV au décret n ) La fiche 2 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en internat et mixtes relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV au décret n ) La fiche 3 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en externat et semi internat relevant des articles D à D du Code de l action sociale et des familles La fiche 4 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en internat et mixtes relevant des articles D à D du Code de l action sociale et des familles La fiche 5 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en externat et semi internat relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV bis au décret n ) La fiche 6 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en internat et mixtes relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV bis au décret n ) La fiche 7 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en externat et semi internat relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV ter au décret n ) La fiche 8 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des établissements fonctionnant en internat et mixtes relevant de l article D du Code de l action sociale et des familles (annexe XXIV ter au décret n ) La fiche 9 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des SESSAD La fiche 10 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des maisons d accueil spécialisées (MAS) La fiche 11 présente les valeurs moyennes et médianes des indicateurs des centre d aide par le travail (CAT) Article 4 : Les recours dirigés contre le présent arrêté doivent être portés devant le tribunal interrégional de la tarification sanitaire et sociale sis [adresse du secrétariat du tribunal dans lequel l établissement ou le service a son siège], dans le délai d un mois à compter de sa publication ou, pour les personnes auquel il sera notifié, à compter de sa notification. Article 5 : Une ampliation du présent arrêté sera notifiée aux directeurs départementaux des affaires sanitaires et sociales concernés. Article 6 : En application des dispositions l article R du code de l action sociale et des familles susvisé, le présent arrêté sera publié au recueil des actes administratifs de la préfecture de [nom de la région]. Article 7 : Le secrétaire général de la préfecture et le directeur régional des affaires sanitaires et sociales sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté. Fait à Le LE Préfet

7 FICHE n 1 Annexe XXIV externat et semi-internat Statistiques régionales 0-2 ans 3-4 ans 5-6 ans 7-10 ans plus de Total ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans 75 ans A1/A A2/A A3/A A4/A A5/A A6/A A7/A A8/A A9/A A10/A A11/A A12/A A13/A A14/A A15/A A/A Moyenne 1er quartile 2è quartile ou médiane 3ème quartile Valeur la plus haute Valeur la plus basse Ecart-type Coefficient de variation Valeurs régionales hommes femmes TOTAL B1/B B2/B B/B Moyenne 1er quartile 2è quartile ou médiane 3ème quartile Valeur la plus haute Valeur la plus basse Ecart-type Coefficient de variation

8 FICHE n 1 Annexe XXIV externat et semi-internat Durée moyenne de prise en charge Valeurs régionales E2/E1 Moyenne 1er quartile 2è quartile ou médiane 3ème quartile Valeur la plus haute Valeur la plus basse Ecart-type Coefficient de variation Indicateur de qualification Niveau VI Niveau V NiveauIV Niveau III Niveau II Niveau I Niveaux VI à I Indicateur de vieillesse technicité Valeurs régionales H1/H H2/H H3/H H4/H H5/H H6/H H/H J/I Moyenne 1er quartile 2è quartile ou médiane 3ème quartile Valeur la plus haute Valeur la plus basse Ecart-type Coefficient de variation

9 FICHE n 1 Annexe XXIV externat et semi-internat Coût de structure Valeurs régionales Indicateur Indicateur relatif à relatif à l encadrement l immobilier Indicateur relatif au transport du personnel Moyenne 1er quartile 2è quartile ou médiane 3ème quartile Valeur la plus haute Valeur la plus basse Ecart-type Coefficient de variation

10 ANNEXE 2 Forum aux questions (première série) (29 octobre 2004 au 15 février 2005) 1. QUESTIONS GÉNÉRALES. Champ d application Question 1 - Les SESSAD sensoriels sont-ils concernés par l arrêté du 29 octobre 2004? Qu en est il des CAMSP, CMPP et des CRP? Les SESSAD sensoriels, les CAMSP, les CMPP et les CRP ne sont pas concernés par cet arrêté. Question 2 : Pour les SESSAD, faut-il comprendre tous les types de services (SESSAD, SEFFIS, SAAIS, SAFEP et SSAD). Oui Calendrier Question 3 - Quels sont les années à renseigner pour les indicateurs à remettre au 31 décembre 2004 (la campagne budgétaire 2005)? Les informations relatives à la population et à l activité sont comptabilisées en flux, c est à dire en cumul du 01/01 au 31/ Les informations relatives au personnel sont comptabilisées en stock au 31 décembre Les informations financières sont celles figurant au compte administratif 2003 et le budget prévisionnel Question 4 - Quels sont les années à renseigner pour les indicateurs à remettre au 30 avril 2005 (compte administratif 2004)? Les informations relatives à la population et à l activité sont comptabilisées en flux, c est à dire en cumul du 01/01 au 31/ Les informations relatives au personnel sont comptabilisées en stock au 31 décembre Les informations financières sont celles figurant au compte administratif Question 5 - Pour les indicateurs suivants : coût de structure, indicateur relatif à la fonction d'encadrement, indicateur relatif à l'immobilier, il est demandé une saisie des données du compte administratif et du budget prévisionnel. S'agit-il du même exercice budgétaire, ou par exemple du CA 2003 et du BP 2004? CA 2003, et BP 2005 pour la campagne budgétaire 2005 CA 2004 pour le compte administratif à remettre au 30 avril 2005 Question 6 - Faut-il prendre les chiffres du compte administratif transmis par l établissement ou ceux du compte administratif arrêté par la DDASS? Deux cas de figures : - indicateurs transmis avec les propositions budgétaires 1

11 Il faut le compte administratif approuvé par l autorité de tarification. Toutefois lorsque le CA n a pas été approuvé au 31/10, il faut prendre le CA de l établissement. - indicateurs transmis avec le compte administratif Il faut prendre au 30 avril le compte administratif proposé par l établissement. Question 7 - Que fait-on lorsque l établissement vient d ouvrir? Lorsque l établissement n a été ouvert qu en 2004 et donc qu il n existe pas de compte administratif 2003, il n est pas nécessaire que l établissement remplisse les tableaux relatifs aux informations financières BP 2005, car les indicateurs sont calculés sur les données d activité et de population de l année Question 8 La capacité autorisée et financée (D) dans la feuille données brutes de l annexe 2 est indiquée uniquement au 31/12/n-2. Que fait-on en cas de modification de l agrément entre n-2 et n? La capacité qu il faut indiquer est celle existant au 31/12/n-2. Il serait souhaitable que l établissement ou le service concerné indique dans la feuille commentaire qu il peut remettre avec le fichier excel qu entre n-2 et n il y a eu une modification de l agrément afin que l autorité de tarification puisse le prendre en compte lors de l analyse de la moyenne. Question 9 En 2003, un établissement a subi de profondes restructurations au niveau des modalités d accueil (mise en place d un semi-internat et d un SESSAD en cours d exercice). Quelle année doit-il saisir? Il faut renseigner les données pour Il peut utiliser la fiche de commentaires pour expliquer ces conditions exceptionnelles. Question 10 : deux IME ont fusionné en septembre 2003? Quelles données doivent-il remplir? Ce sont les modalités d approbation du (des) CA qui déterminent les modalités d élaboration des indicateurs. Catégories et calcul des moyennes : Question 11 - Pour réaliser une moyenne départementale, comment faut-il comptabiliser un établissement dont l'agrément des places fait référence à des annexes XXIV différentes? (risque de double comptage puisque l'on compte le nombre d'établissements et non pas le nombre de places). C'est le nombre de places le plus important qui détermine la catégorie de rattachement, s'il n y a pas de possibilité de différencier Comment doit procéder : - quand l'établissement gère également un SESSAD - quand l'établissement a une section IMPRO C'est le nombre de places le plus important qui détermine la catégorie de rattachement s'il n y a pas de budget annexe Question 12 Les IME avec une section polyhandicapé vont-ils établir deux séries d indicateurs, afin de tenir compte des particularités liées à l accueil de cette population au sein de l établissement? Non Question 13 Comment traiter les actions complémentaires de CAT (SISEP)? Faut-il les inclure dans l ensemble des indicateurs du CAT? Oui, l annexe 1 de l arrêté du 26 octobre 2004 précise qu il n y a pas de subdivision de la catégorie CAT pour le calcul des moyennes. Question 14 Est-ce que l on comptabilise les places des centres d'accueil familial Spécialisé (CAFS)? Oui. 2

12 Question 15 - Pour déterminer le nombre d'établissements pour constituer les moyennes départementales puis régionales, faut-il recenser les établissements en prenant le numéro FINESS entité juridique ou entité établissement? l'entité établissement 2. QUESTIONS PAR INDICATEURS. Indicateurs n 1 et 2 : population Question 16 - Faut il compter les personnes accueillies temporairement, parfois sur des durées très courtes au cours de l année? Oui, il s agit de recenser la population accueillie du 01/01/2003 au 31/12/2003. Question 17 - Faut il compter les personnes à temps très partiel, l effectif à saisir dans le tableau étant prévu en nombre entier? OUI ; Les informations doivent être comptabilisées en flux c est à dire en cumul du 01/01 au 31/12. Question 18 - Dans un IME, faut-il compter à la fois les enfants qui quittent l établissement en juillet et ceux rentrant en septembre? Oui, s il ne s agit pas des mêmes enfants. Question 19 Si tous les flux de l année sont comptabilisés, l effectif des indicateurs 1 et 2 sera nettement supérieur à l effectif agréé? Oui Question 20 - Les limites supérieures de tranche d âge incluent elles les personnes ayant dépassé l âge? Ex : de 0 à 2 ans : un enfant ayant 2 ans et x mois est il à prendre dans cette tranche d âge ou dans celle de 3 à 4 ans, compte tenu qu il est dans sa 3 ème année? OUI. Pour un enfant ayant 2 ans et x mois, il convient de le classer dans la tranche 0-2 ans. Indicateur n 3 : Durée moyenne de prise en charge Question 21- au niveau des jours cumulés des séjours des sortants, faut-il prendre en compte le nombre de jours à compter du 01/01/03 ou à compter de la date d'entrée effective dans la structure (date d'entrée pouvant être bien avant 2003) Il faut prendre la date d'entrée effective dans la structure Question 22- Comment prendre en compte le nombre de jours des personnes accueillies à temps partiel? Le calcul est en jours calendaires, il convient de cumuler les prises en charges partielles. Question 23- Comment faut il interpréter la notion «d accompagnement régulier» comme indiqué dans les commentaires? Ex : une personne ne vient plus dans l établissement bien qu elle ait toujours une orientation COTOREP ou CDES vers cet établissement. Faut il la considérer comme sortie? Dans cette hypothèse, la situation de fait prévaut. En l occurrence, il n y a plus d accompagnement régulier. Le projet d accompagnement n est plus effectif. Question 24 Quand un enfant passe du semi-internat au SESSAD au sein d un même établissement, faut-il le considérer comme sortant? Non, s il s agit de la même structure 3

13 Question 25 Que fait-on quand l établissement n a enregistré aucune sortie? La durée moyenne de prise en charge sera égale à 0. Indicateur n 4: Indicateur du nombre de travaileurs handicapés à temps partiel Question 26 Comptabilise t-on les temps partiels aménagés comme étant du temps partiel? Les temps aménagés ne sont pas considérés comme étant du temps partiel. Seuls les temps partiels «officialisés» doivent être comptabilisés. Question 27 - Comment faut il considérer les personnes ayant eu une modification de statut en cours d année : passage de temps plein à temps partiel ou inversement? Cette indicateur vise à mesurer la proportion d adultes handicapés travaillant à temps partiel. Pour les personnes ayant une modification de statut en cours d année, il peut être envisagé de retenir le statut effectif au 31/12 de l année. Indicateurs 5 et 6 : indicateurs relatifs au personnel Question 28 - Faut il indiquer le personnel extérieur à l établissement, comptabilisé en prestations externes? Ce personnel extérieur peut permettre de remplacer un poste à l organigramme pour lequel on n arrive pas à trouver de salarié à recruter (ex : orthophoniste dans les SESSAD). Si ce personnel bien qu effectivement en poste n est pas comptabilisé en groupe de dépenses II, il ne faut pas le comptabiliser dans l indicateur de qualification ni dans l indicateur de vieillesse-technicité. Question 29 - Faut-il indiquer les personnels rémunérés par l Education nationale? Oui, il faut les indiquer dans l indicateur de qualification et dans l indicateur de vieillesse-technicité. Question 30 - En cas de CDI remplacé par un CDD ponctuellement, quelle est la personne dont il faut indiquer le niveau? Le niveau de qualification pris en compte est celui du salarié en poste au 31/12 de l exercice. Question 31- Faut il indiquer les CDD non remplaçant (ex : pour surcroît de travail), les CES, emplois jeunes,? Oui, il faut les indiquer dans l indicateur de qualification et dans l indicateur de vieillesse-technicité. Question 32- Le total des postes en ETP doit il être équivalent à l ETP de l organigramme? Ou peut il être différent? NON dans la mesure où il s agit des personnes effectivement en poste au 31/12, y compris le personnel mis à disposition (éducation nationale), les CDD et contrats aidés Indicateur n 5 : indicateurs de qualification Question 33- Quel est le niveau à indiquer entre celui de la fiche de poste de l organigramme ou celui de la personne? C est celui du poste prévu à l organigramme. Mais attention si la personne a un niveau de qualification inférieur au niveau de qualification du poste on prend en compte le niveau de qualification de la personne. Question 34- Est-il nécessaire d avoir obtenu le diplôme ou prend-on en compte le niveau correspondant au poste? 4

14 On prend le niveau de qualification du dernier diplôme obtenu. Toutefois, il faut qu il soit en lien avec le poste occupé. Question 35 - Quand le diplôme dont dispose la personne n'a pas de lien avec l'activité exercée (par exemple, un BTS horticulture exerçant une fonction de secrétaire médico-sociale ou un DUT mécanique exerçant une fonction de directeur-adjoint d'établissement), prend-on en compte le niveau de ce diplôme ou celui correspondant normalement à cette activité? Il faut prendre le niveau de diplôme qui correspond à la fiche de poste. Dans l exemple présenté si le niveau attendu pour le poste est un niveau BTS, on prend en compte le niveau III, si en revanche pour cette fonction de secrétariat la fiche de poste se réfère à un niveau IV, on prend en compte le niveau IV et non le niveau III du salarié qui occupe le poste. Question 36- Comment renseigner le niveau des diplômes belges? Selon l équivalence européenne des niveaux. Indicateur n 6 : indicateur de vieillesse-technicité Question 37 - Comment valoriser l indice du personnel extérieur non salarié? Nous ne connaissons ni leur salaire, ce sont d ailleurs souvent des professions libérales, ni leur ancienneté. Les professions libérales ne sont pas intégrées dans le calcul de cet indicateur, ni celui de qualification Question 38- Que faut il indiquer en cas de personnel «faisant fonction de»? ex : ME faisant fonction d ES. Pour les ME faisant fonction, c est le niveau de qualification de la personne qui occupe le poste. Question 39- Faut-il indiquer les personnels vacataires? Oui, l indice est dans ce cas calculé à partir de la rémunération. Il est à inscrire dans le tableau «ETP sauf CCN51». Question 40 - Comment calcule t-on les indices de la CCN51? Un coefficient de référence est fixé pour chaque regroupement de métiers. A ce coefficient de référence s ajoutent, le cas échéant, des compléments de rémunération (diplôme, encadrement, métier ). L addition du coefficient de référence et des compléments de rémunération constitue le coefficient de base conventionnel.(j22) Sur ce coefficient de base conventionnel, il est appliqué une prime d ancienneté de 1% l an dans la limité de 30% (J23), et une majoration spécifique pour les cadres de 1% l an dans la limite de 20%(J24). Question 41- Comment calculer l indicateur vieillesse-technicité pour les personnels de l Education nationale? Il faut se référer à la grille indiciaire correspondante de la fonction publique d Etat. Indicateurs financiers Encadrement Question 42 - Le médecin psychiatre dans un établissement type IME (où il a un rôle de responsable technique) ; est-il considéré comme appartenant à la fonction "soins" ou à 5

15 l'encadrement?un directeur pédagogique, mis à disposition par l'education nationale, est-il à inscrire en personnel enseignant ou d'encadrement? Ils sont classés dans l'encadrement. C'est la fonction hiérarchique qui prime. Question 43- Comment entendre la fonction «encadrement»? Est-elle à considérer selon la rémunération de la personne ou le statut salarié cadre/non cadre ou l exercice de certaines fonctions ou compte tenu de fonctions hiérarchiques? La ventilation des personnels dans la fonction «encadrement» est effectuée conformément à l annexe A du guide. Néanmoins si l on considère l indicateur 8, toute fonction dont la rémunération associée figure sur une grille de rémunération d encadrement peut être considérée comme fonction encadrement. A l exception des psychologues conformément à l annexe A. Charges de personnel Question 44- Dans les dépenses de personnel, les rémunérations et charges (O1 et P1) doivent elles inclure des charges exceptionnelles, comme des primes de départ en retraite ou indemnités de licenciement? Conformément au guide pratique, les dépenses afférentes au personnels comprennent : Les rémunérations et les charges sociales et fiscales, La valorisation du personnel mis à disposition à titre gratuit coût réel + charges + primes + autres avantages en nature. Les dépenses exceptionnelles de cette nature figurent dans les dépenses de structures (groupe 3) 6

16 ANNEXE 3 : FICHE QUESTIONS TECHNIQUES RELATIVES AUX TABLEURS DE SAISIE DE DONNEES ET D AGREGATION Rappels : Le code ou nom du département inscrit dans l onglet «Régions doivent être strictement identique à celui inscrit dans l onglet «données ét» Il est nécessaire de créer un fichier d agrégation par catégories d établissements ou services mentionnées à l annexe 1 de l arrêté du 26 octobre Où trouver les documents? Les fichiers sont téléchargeables sur : intranet dans "social", "Décret budgétaire et comptable" internet (www.social.gouv.fr, "autres points sur", "établissements sociaux et médico-sociaux"). 1. Fichier de l établissement ou du service. Il est inscrit DIV0! pour l indicateur d encadrement dans le tableau de bord du service. Explication-solution : Pour permettre le calcul, il suffit après avoir bien renseigné 0 dans le compte 656, puisqu'il n y a pas de frais de siège social, de mettre un chiffre tel que 0,00001 dans la case x21 et un autre dans la case y2. Comme cela, la formule de calcul fonctionne. Dans les tableaux vieillesse-technicité, il n y a pas assez de lignes dans le fichier établissement pour reporter l ensemble des postes de l établissement et leurs indices. Explication-solution :Le tableau relatif à la vieillesse-technicité, pour la convention de 1951 comme pour les autres conventions, peut être agrandi. Pour se faire, il faut, comme cela est indiqué à la fin des tableaux, sélectionner la dernière ligne du tableau, puis positionner le curseur sur le coin à droite et en bas de la cellule la plus à droite de la ligne- une petite croix apparaît alors- et faire glisser cette ligne vers le bas au moyen de la souris. Vous pouvez ainsi obtenir le nombre de lignes correspondant à la taille de l'établissement. 2. Fichier d agrégation Généralités. Vous avez copié l ensemble des lignes d exportation dans l onglet «Données ét» du fichier d agrégation, pourtant il n y a pas de résultats dans la feuille «age», «sexes», dans le tableau de vérification par établissement plusieurs conditions ne sont pas respectées pourtant dans le tableau vérification globale aucun point d interrogation n apparaît. Explication-solution : les noms (ou code ou numéro) de département inscrits dans la feuille "données et" du fichier d'agrégation sont différents de ceux inscrits dans la feuille "région" de ce même fichier. 1

17 mettre des codes ou noms strictement identiques dans ces deux onglets Une cellule contient #VALEUR alors qu elle devrait contenir un chiffre. Explication-solution : il est probable qu une lettre ou un point soit inscrit dans une des cellules utilisées pour le calcul de ce chiffre. il faut rectifier ce chiffre : - soit dans la feuille «données et» ou «données + places» du fichier d agrégation - soit dans le fichier de l établissement et recopier la ligne d exportation dans le fichier d agrégation Une cellule contient DIV!0 alors qu elle devrait contenir un chiffre. Explication-solution : la cellule qui sert de diviseur contient Onglets de vérification de la cohérence. Ces onglets ont été établis pour vérifier la cohérence des données qui ont été renseignées. Elle ne dispense pas d autres vérifications. Colonne C : Le total de la population par âges doit être égal au total de la population par sexes La colonne contient des points d interrogation : Explication : Le total «ages» ou le total «sexes» a été renseigné de manière non correcte.. Il n y a pas d égalité entre les deux totaux alors que la population de référence devrait être la même. Il est nécessaire de regarder dans la page suivante «vérification par établissements» pour voir quels établissements sont concernés et se rapprocher des établissements concernés pour rectifier ces données. Colonne D : Le nombre total d'etp par niveaux de qualification est égal au nombre total d'etp de l'indice vieillesse-technicité La colonne contient des points d interrogation : Explication-solution : Cela signifie que le total ETP par niveaux de qualification n est pas égal au total ETP de l indice vieillesse-technicité. 1ère question : Quels sont les régions et les établissements concernés? Regarder dans la feuille vérification globale puis la feuille vérification par établissements pour voir quels sont les établissements concernés. Plusieurs explications sont possibles : pour les trouver, il faut regarder dans le fichier de l établissement concerné et procéder par étapes, en répondant à un certain nombre d autres questions : 2ème question : est-ce qu il y a un problème d arrondi? Si oui, ne pas tenir compte des points d interrogation. 2

18 Si non, continuer la vérification : voir questions suivantes 3ème question : Dans le cas des établissements et services qui appliquent la convention de 1951, est-ce que cet établissement a utilisé la bonne version du fichier? Pour s en rendre compte, aller par exemple dans la case x de la feuille «données brutes» du fichier que vous avez reçu, s il est inscrit :..Ce n est pas la bonne version. L erreur de calcul est due à une erreur de formule dans ce fichier. Plusieurs possibilités s offrent alors à vous : - Soit recopier les données brutes dans un fichier exact - Soit corriger les erreurs sur le fichier d agrégation après avoir calculé l indice vieillesse technicité sur un fichier annexe Attention aux autres erreurs si cette méthode est choisie : En particulier, il faut renseigner dans le fichier d'agrégation les dépenses afférentes aux personnels d'encadrement du compte administratif car elles ne sont pas dans la feuille d'exportation. Si vous avez constaté que ce n était ni un problème d arrondi, ni un problème de fichier, il est nécessaire de se rapprocher de l établissement ou service pour rectifier. Colonne E : L indice vieillesse-technicité doit être supérieur à 1. La colonne contient des points d interrogation : Explication-solution : Cela signifie que l indice vieillesse-technicité est inférieur à 1. 1ère question : Quels sont les régions et les établissements concernés? Regarder dans la feuille vérification globale puis la feuille vérification par établissements pour voir quels sont les établissements concernés. Plusieurs explications sont possibles : pour les trouver, il faut regarder dans le fichier de l établissement concerné et procéder par étapes, en répondant à un certain nombre d autres questions : 2ème question : Est-ce que dans le tableau de calcul de l'indice vieillesse technicité, il y a des lignes où l ETP a été rempli mais pas l'indice de base ni l'indice réel? Si oui, il est nécessaire de se rapprocher de l établissement ou service pour renseigner les indices afférents aux ETP non renseignés car ce remplissage partiel a pour conséquence une erreur dans le calcul de l indice vieillesse-technicité. 3ème question : Dans le cas des établissements et services qui ont la convention de 1951, est-ce que cet établissement a utilisé la bonne version du fichier? Pour s en rendre compte, aller par exemple dans la case x de la feuille «données brutes» du fichier que vous avez reçu, s il est inscrit : =SOMMEPROD('VT-conv51'!C6:C10;('VT-conv51'!D6:D10+'VT- conv51'!e6:e10+1);si('vt-conv51'!c6:c10<>0;puissance(('vt-conv51'!c6:c10);(- 1));0);'VT-conv51'!G6:G10) Ce n est pas la bonne version. L erreur de calcul est due à une erreur de formule dans ce fichier. La différence avec la formule correcte de calcul est le chiffre 10 qui devrait être égal à 399. = SOMMEPROD('VT-conv51'!C6:C399;('VT-conv51'!D6:D399+'VT- conv51'!e6:e399+1);si('vt-conv51'!c6:c399<>0;puissance(('vt-conv51'!c6:c399);(- 1));0);'VT-conv51'!G6:G399) 3

19 4ème question: Y a t-il des indices réels inférieurs à l indice de base pour certains postes de l établissement? Pour s en rendre compte, il faut regarder dans le fichier de l établissement concerné dans l onglet «VT». Si oui, il est nécessaire de se rapprocher de l établissement ou service pour rectifier. Colonne F et G: Le groupe III de dépenses est supérieur aux dépenses d'infrastructures (compte administratif et budget prévisionnel) La colonne contient des points d interrogation : Explication-solution : Cela signifie que les dépenses du groupe III sont inférieures aux dépenses d infrastructure. Les dépenses d infrastructure sont les dépenses des comptes 6811, 612, 613, 614, 615 et 616. Ces comptes sont compris dans le groupe III. Il y a donc une erreur de remplissage. se rapprocher de l établissement ou service pour rectifier Fichier d agrégation CAT. Dans les feuilles «Vérification CAT», La colonne contient des points d interrogation. Explication-solution : Le nombre total de travailleurs handicapés n est pas égal au total de la population accueillie par âges. Il y a donc une erreur de remplissage se rapprocher de l établissement ou service pour rectifier. 4

Forum aux questions (première série)

Forum aux questions (première série) ANNEXE 2 Forum aux questions (première série) (29 octobre 2004 au 15 février 2005) 1. QUESTIONS GENERALES. Champ d application Question 1 - Les SESSAD sensoriels sont-ils concernés par l arrêté du 29 octobre

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref Mois AAAA Mois novembre AAAA 2008 mise à jour décembre 2010 En bref La majeure partie du secteur social et médico-social est encadrée par la loi du 2 janvier 2002 (voir fiche Cnar «La loi 2002-2»). Une

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l exercice, de la déontologie et du développement professionnel continu (RH2) Personne chargée

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l inclusion sociale, de l insertion et de la lutte contre la pauvreté Bureau des minima sociaux Personne chargée du dossier : Nadia SIMON tél.

Plus en détail

DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE

DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE DOCUMENTATION / CONSEIL 04/03/2013 Foire aux questions DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE Attention : Certaines des réponses qui suivent ne trouvent pas leur fondement dans un texte législatif ou règlementaire.

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

PROJET EXCEL. Sujet : Elaboration d un programme complet

PROJET EXCEL. Sujet : Elaboration d un programme complet UNIVERSITE CHOUAIB DOUKKALI Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Année universitaire 2013/2014 Matière : Informatique Enseignant : M.RMILI PROJET EXCEL Sujet : Elaboration d un programme complet

Plus en détail

PARIS, LE11 DECEMBRE 2003. Le ministre délégué aux libertés locales. Mesdames et Messieurs les préfets. Circulaire n NOR/LBL/B/03/10081/C

PARIS, LE11 DECEMBRE 2003. Le ministre délégué aux libertés locales. Mesdames et Messieurs les préfets. Circulaire n NOR/LBL/B/03/10081/C DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Affaire suivie par : Christophe Renou Tél. : 01.40.07.24.10 Fax : 01.49.27.38.93 Mél.

Plus en détail

Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la santé et des sports

Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la santé et des sports Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie des personnes âgées et de personnes handicapées Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction prévention des risques infectieux Bureau Infections par le VIH, IST et hépatites Personnes chargées du dossier

Plus en détail

Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire. et de la vie associative

Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire. et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations «Jeunesse

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATION DEMANDE DE SUBVENTION 2015 (Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association) DOSSIER DEMANDE DE SUBVENTION Nom de l association : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

Notice d utilisation de l application ICARE

Notice d utilisation de l application ICARE Notice d utilisation de l application ICARE Informatisation des Comptes Administratifs Retraités des Etablissements 1. Rappel du contexte de l application ICARE Le retraitement comptable consiste à distinguer

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

Annexe 3 30/11/04/DGAS 1

Annexe 3 30/11/04/DGAS 1 Annexe 3 LES INDICATEURS CHRS GUIDE PRATIQUE 30/11/04/DGAS 1 SOMMAIRE N 1 répartition des populations par classe d âge N 2 répartition des populations par sexe N 2 bis répartition des populations par situation

Plus en détail

Le suivi financier des CIDFF : Comment ça marche?

Le suivi financier des CIDFF : Comment ça marche? Le suivi financier des CIDFF : Comment ça marche? 1. Le suivi financier (budget prévisionnel 2015) Pour chacune des colonnes, les données chiffrées saisies correspondent aux dépenses et recettes annuelles

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau de la protection des personnes SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX

Plus en détail

RÈGLEMENTS SPORTIFS DES CHAMPIONNATS DÉPARTEMENTAUX

RÈGLEMENTS SPORTIFS DES CHAMPIONNATS DÉPARTEMENTAUX RÈGLEMENTS SPORTIFS DES CHAMPIONNATS DÉPARTEMENTAUX ARTICLE 1 : ORDRE DE PRIORITÉ DES RENCONTRES SENIORS Championnat de France (jeunes et seniors), Championnat Régional, Championnat Départemental. EXCEPTION

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

Page 1 sur 8. Paris, le 20 novembre 2014

Page 1 sur 8. Paris, le 20 novembre 2014 Paris, le 20 novembre 2014 Note concernant la mobilité interdépartementale des personnels enseignants du premier degré rentrée scolaire 2015. Affaire suivie par : Honorine ZOUNON Gestionnaire bureau DE2

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MISSION DE DIAGNOSTIC AMIANTE, TERMITES ET PLOMB AVANT TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION MAÎTRISE D'OUVRAGE CENTRE HOSPITALIER MAS CAREIRON UZES CONDUCTEUR D OPERATION SUD AMO CONSEIL RENOVATION DU

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations initiales (RH1)

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/DACI/2012/127

CIRCULAIRE N DSS/DACI/2012/127 Ministère du travail, de l'emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l'etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire

Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire Questions / Réponses Prime d activité et gestion des non-salariés Sommaire 1. Les non-salariés qui déclarent un bénéfice... 3 1.1. Les NSA au réel... 3 1.1.1. Les conditions d accès propres... 3 1.1.2.

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

MANUEL DE PRISE EN MAIN RAPIDE

MANUEL DE PRISE EN MAIN RAPIDE MANUEL DE PRISE EN MAIN RAPIDE 59, Avenue Voltaire 02200 SOISSONS (Siège) Tél : 03.23.76.37.37. Fax : 03.23.59.55.59 Logiciels de gestion pour l'audiovisuel 8/10 rue des Blés 93210 La Plaine Saint Denis

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Dossier de demande de subvention Fonds social européen PO national FSE pour l emploi et l inclusion - 2014-2020 Intitulé de l opération Organisme porteur de projet Date du dossier Personne à contacter

Plus en détail

«Questions réponses» relatif à la rupture conventionnelle

«Questions réponses» relatif à la rupture conventionnelle «Questions réponses» relatif à la rupture conventionnelle en application de la loi n 2008-596 du 25 juin 2008, du décret n 2008-715 du 18 juillet 2008 et de l arrêté ministériel du 18 juillet 2008 mis

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT MINISTÈRE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Direction des affaires générales MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET

Plus en détail

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion

Plus en détail

CoordinationNationaleInfirmière

CoordinationNationaleInfirmière CoordinationNationaleInfirmière Direction générale de l action sociale Sous-direction des institutions, des affaires juridiques et financières Bureau de la réglementation financière et comptable (5B) Circulaire

Plus en détail

Spécialistes INDEX 4. PAIEMENT... 2 4.1 MODE DE PAIEMENT... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT... 2

Spécialistes INDEX 4. PAIEMENT... 2 4.1 MODE DE PAIEMENT... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT... 2 INDEX INDEX Page.............................................. 2 4.1 MODE DE PAIEMENT.......................................... 2 4.2 DÉLAI DE PAIEMENT.......................................... 2 4.3 FACTURATION

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation relative aux jeux de casino

Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation relative aux jeux de casino ministère de l intérieur, DE l outre-mer et des collectivités territoriales Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Circulaire du 15 novembre 2010 relative à l évolution de la réglementation

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats. Manuel d utilisation

BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats. Manuel d utilisation BILAN SOCIAL 2011 Saisie globale et / ou affichage des résultats Manuel d utilisation AVANT-PROPOS Légalement, les collectivités et établissements publics territoriaux se doivent de présenter au comité

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. à Mesdames et Messieurs les préfets

Le ministre de l intérieur. à Mesdames et Messieurs les préfets Paris, le 15 janvier 1999 REF. LP/PB/CIRBUD2/CIRCULAIRE AFFAIRE SUIVIE PAR : Laurent PREVOST NOR/INT/A/99/00008/C Le ministre de l intérieur à Mesdames et Messieurs les préfets O B J E T : Crédits du chapitre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3364 Convention collective nationale IDCC : 2796. RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Février 2011 Choisir de scolariser ses enfants dans le système français à l étranger représente une dépense importante dans le budget familial. La France

Plus en détail

Paris, le 26 déc. 2001. Le Directeur des Entreprises commerciales, artisanales et de services

Paris, le 26 déc. 2001. Le Directeur des Entreprises commerciales, artisanales et de services D I R E C T I O N D E S E N T R E P R I S E S COMMERCIALES, ARTISANALES ET DE SERVICES Paris, le 26 déc. 2001 SOUS-DIRECTION E AFFAIRES GÉNERALES ET BUDGÉTAIRES BUREAU E3 TUTELLES DES CHAMBRES DES MÉTIERS

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

Travailleurs handicapés

Travailleurs handicapés Travailleurs handicapés Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa CEDEX Tél. Nouméa : 27.55.72

Plus en détail

Que sont les conventions de forfait? Une convention de forfait peut-elle être imposée au salarié?

Que sont les conventions de forfait? Une convention de forfait peut-elle être imposée au salarié? Que sont les conventions de forfait? Il existe plusieurs types de conventions de forfait : le forfait hebdomadaire ou mensuel en heures de travail ; le forfait annuel en heures de travail ; le forfait

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Après la RPN du 18 octobre

Après la RPN du 18 octobre Spécial Classification n 2 Le 20 octobre 2013 Après la RPN du 18 octobre PROPOSITIONS DE L EMPLOYEUR POSITION DU SNPDOSS CFECGC LA CLASSIFICATION Six niveaux pour quatre fonctions Les quatre fonctions

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider

Nous sommes là pour vous aider Nous sommes là pour vous aider N 50717#03 Demande de fixation d une contribution aux charges du mariage. (Article 214 du Code Civil, Articles1070 à 1074, 1137 et suivants du Code de Procédure Civile 1

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

SOMMAIRE. 21 Coûts régionaux annuels par catégorie d établissement et type de déficience 2

SOMMAIRE. 21 Coûts régionaux annuels par catégorie d établissement et type de déficience 2 SOMMAIRE PREAMBULE ET METHODOLOGIE 1 REPARTITION DES DEPENSES ASSURANCE MALADIE EN RHONE ALPES SUR LE CHAMPS MEDICO SOCIAL HANDICAP 1 2 LES STRUCTURES POUR ADULTES HANDICAPES 21 Coûts régionaux annuels

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT

LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT LE CONTRAT DE TRAVAIL INTERMITTENT Article 4.5 de la CCNS Le contrat de travail intermittent est un contrat à durée indéterminée (CDI) qui permet de pourvoir des postes permanents de la structure qui comportent

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Association. Dossier de DEMANDE DE SUBVENTION

Association. Dossier de DEMANDE DE SUBVENTION Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de DEMANDE DE SUBVENTION Année Civile 2016 Commune de ROCHE LA MOLIERE Article L. 1611-4 du Code général des collectivités

Plus en détail

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE République française Polynésie française www.cgf.pf LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE (Mode d emploi) (Applicable à partir du 1 er août 2012 pour toutes les communes) SOMMAIRE

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date N Affaires sociales N Formation professionnelle AVENANTS N 6 ET N 10 : Questions / Réponses Pour rappel,

Plus en détail

BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013

BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013 BILAN SOCIAL DU CNES ANNEE 2013 Direction des Ressources Humaines, des Relations Sociales et de la Communication Interne SOMMAIRE 1 EMPLOI... 5 1.1 EFFECTIFS... 5 1.1.1 Effectifs au 31-12 (CDI & CDD)...

Plus en détail

LE CONGÉ POUR FORMATION EN DEHORS DU TEMPS DE TRAVAIL

LE CONGÉ POUR FORMATION EN DEHORS DU TEMPS DE TRAVAIL LE CONGÉ POUR FORMATION EN DEHORS DU TEMPS DE TRAVAIL NOTICE POUR LA CONSTITUTION D UN DOSSIER La prise en charge par UNIFORMATION d une formation se déroulant en dehors du temps de travail est soumise

Plus en détail

Emetteur (s) Direction des politiques familiale et sociale DLV2S/Pôle solidarités Barbora BRLAYOVA Tél. : 01 45 65 67 29

Emetteur (s) Direction des politiques familiale et sociale DLV2S/Pôle solidarités Barbora BRLAYOVA Tél. : 01 45 65 67 29 Caisse nationale des allocations familiales Paris, le 16/11/2011 C - n 2011-017 Emetteur (s) Direction des politiques familiale et sociale DLV2S/Pôle solidarités Barbora BRLAYOVA Tél. : 01 45 65 67 29

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

DECLARATION DES INDEMNITES DE FONCTION DANS LES REVENUS 2008

DECLARATION DES INDEMNITES DE FONCTION DANS LES REVENUS 2008 Paris, le 1 er avril 2009 Département Administration et Gestion Communales Nos Réf. : GeC/JR/MB-Note n 27 Affaire suivie par Geneviève CERF ((01 44 18 13 76) et Julie ROUSSEL (( 01 44 18 51 95) P.J. :

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Le Ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat

Le Ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Direction générale de l'administration et de la fonction publique Sous-direction des carrières et des rémunérations Bureau des rémunérations, des pensions et du temps de travail (B7) Dossier suivi par

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet

AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet AUTOGIAGNOSTIC du PROJET d INSTALLATION remplir par le porteur de projet BP 80054 Chambre d agriculture du Gard 1120 Route de Saint Gilles 30023 Nîmes Cedex pai30@gard.chambagri.fr Cette fiche doit être

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Sujet C12 Page 1 sur 7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche concernant les logiciels

Plus en détail

Pole Expertise Juridique GUIDE ADHERENTS «Déclaration 2483»

Pole Expertise Juridique GUIDE ADHERENTS «Déclaration 2483» Pole Expertise Juridique GUIDE ADHERENTS «Déclaration 2483» Sommaire I) Les grands principes de la déclaration 2483... 2 1.1 La déclaration 2483, qu est ce que c est?... 2 1.2 Qui doit remplir la 2483?...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction générale

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION PLATE-FORME WEB EN FORME AVEC MYG ET GYM

GUIDE D UTILISATION PLATE-FORME WEB EN FORME AVEC MYG ET GYM GUIDE D UTILISATION PLATE-FORME WEB EN FORME AVEC MYG ET GYM Octobre 2013 Table des matières 1. Présentation générale... 3 2. Accès à la section privilégiée... 4 2.1 Votre code d accès et votre mot de

Plus en détail

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse 1/5 La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse Source Objet de cette prime Art. 5 de l avenant n 6 du 15 décembre 2009 à la CCN des Hôtels, Cafés, Restaurants étendu par arrêté publié au JO du 24 février

Plus en détail

Formation informatique. Microsoft office 2010. ExcEl

Formation informatique. Microsoft office 2010. ExcEl Formation informatique Microsoft office 2010 ExcEl A. Prise en main Excel est un tableur qui permet d effectuer des calculs sophistiqués sur un ensemble de données présentées en tableau. Un document Excel

Plus en détail

CIRCULAIRE N. Aux Présidents et aux secrétaires des Commissions zonales de réaffectation

CIRCULAIRE N. Aux Présidents et aux secrétaires des Commissions zonales de réaffectation Commission centrale de réaffectation Bruxelles, le 25 août 2003. pour les enseignements secondaire ordinaire et spécial, secondaire artistique à horaire réduit, artistique et de promotion sociale libres

Plus en détail

PROCÉDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF ÉCONOMIQUE : LES MODÈLES DE LETTRES -2 ème partie-

PROCÉDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF ÉCONOMIQUE : LES MODÈLES DE LETTRES -2 ème partie- Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NOVEMBRE 2015 NOTE N 41 PROCÉDURE DE LICENCIEMENT

Plus en détail

Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue

Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue Commentaires sur l obligation de formation continue et sur le rapport de formation continue 1. Généralités Pourquoi existent-ils désormais des prescriptions relatives à la formation continue? Selon le

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Allocation pour l éducation de l enfant handicapé et ses compléments. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP ENFANTS Fiche détaillée

Allocation pour l éducation de l enfant handicapé et ses compléments. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP ENFANTS Fiche détaillée Allocation pour l éducation de l enfant handicapé et ses compléments PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP ENFANTS Fiche détaillée Au 01/04/08, les familles d enfant handicapé de moins de 20 ans et qui

Plus en détail

: 01.44.83.44.40. Nous vous remercions de l attention que vous voudrez bien porter à ces informations. NOTEZ BIEN :

: 01.44.83.44.40. Nous vous remercions de l attention que vous voudrez bien porter à ces informations. NOTEZ BIEN : Cette notice s adresse aux entreprises qui disposent d un système informatique de gestion de personnel ou de paye et souhaitent transmettre via Internet ou à l aide d un support numérique les déclarations

Plus en détail

AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe

AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe SESSION 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX S O M M A I R E LE ROLE PAGE

Plus en détail

MESURES GOUVERMENTALES

MESURES GOUVERMENTALES DROIT SOCIAL / Note synthétique / Décembre 2014 MESURES GOUVERMENTALES APPLICABLES A COMPTER DU 1/1/2015 PREVENTION DE LA PENIBILITE 1 er janvier 2015 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1

Bilan Social 2015. Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Bilan Social 2015 Données du 01/01/2014 au 31/12/2014 BILAN SOCIAL 2015 1 Introduction Une source statistique nécessaire à la réflexion des partenaires sociaux de la Mutualité Le Bilan social de la branche

Plus en détail

Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007)

Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007) Arrêté royal du 7 juin 2007 concernant le fonds de formation titres-services (M.B. 11.07.2007) Modifié par: (1) arrêté royal du 22 juillet 2009 modifiant l arrêté royal du 7 juin 2007 (MB 05.08.2009) Article

Plus en détail

E 15 LA RUPTURE CONVENTIONNELLE HOMOLOGUEE. Juin 2013

E 15 LA RUPTURE CONVENTIONNELLE HOMOLOGUEE. Juin 2013 E 15 LA RUPTURE CONVENTIONNELLE HOMOLOGUEE Juin 2013 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante : cma.juridique@cm-alsace.fr

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les préfets de région

Mesdames et Messieurs les préfets de région Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de la

Plus en détail