1. Introduction Principes Principales phases Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II..."

Transcription

1 CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007

2 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction Principes Principales phases... 5 Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... 5 Phase 1 A - Rapport d écarts... 5 Phase 1B Plan de mise en œuvre préliminaire... 6 Phase 2 Demande formelle pour l utilisation de l approche de notation interne avancée du risque de crédit... 7 Phase 3 Période d utilisation simultanée... 9 Phase 4 Agrément de l Autorité... 9 Phase 5 Surveillance continue Annexe Annexe

3 1. INTRODUCTION La nouvelle ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base (décembre 2007) de l Autorité des marchés financiers, (l «Autorité»), applicable aux coopératives de services financiers, permet à une entité 1 d utiliser ses propres systèmes de notation du risque de crédit pour calculer son capital réglementaire requis, sous réserve de l agrément de l autorité réglementaire. Ce document présente les principes, les exigences et les principales phases en vue de l obtention de l agrément de l approche de notation interne avancée 2 du risque de crédit (NI avancée). 1 Est définie dans la Ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base. (décembre 2007) 2 Tel que stipulé à l article 252 de la Ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base (décembre 2007), il n y a aucune distinction entre l approche fondation et l approche avancée pour la clientèle de détail.

4 2. PRINCIPES L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») propose un cadre d agrément permettant une mise en œuvre adéquate de l approche NI avancée dont les principes généraux sont les suivants : 1. Le cadre d agrément («cadre d agrément») sera fondé sur l autoévaluation de conformité produite par l entité sur une base consolidée. 2. Le cadre d agrément se voudra progressif en ce sens que l Autorité émettra ses commentaires à l entité au fur et à mesure de l évolution des travaux pour éviter un «goulot d étranglement» à la fin des travaux de mise en œuvre. 3. Le cadre d agrément servira autant aux fins de l agrément initial que de la surveillance continue de la conformité aux exigences minimales de l approche NI avancée. 4. Le cadre d agrément permettra de délivrer un agrément ultime qui représentera le résultat des travaux effectués tout au long du processus de mise en œuvre de l approche NI avancée. La décision finale sera prévisible. 5. Le cadre d agrément va promouvoir un dialogue continu avec l entité et une rétroaction à celle-ci tout au long du processus de mise en oeuvre. 6. Le cadre d agrément se voudra souple en ce sens qu il permettra de s adapter au contexte particulier de l entité. 7. Le cadre d agrément s appliquera à toutes les demandes d agrément, autant celles qui se feront à la date d application de la ligne directrice que celles subséquentes. 8. Le cadre d agrément favorisera le dialogue avec les autres autorités de réglementation, lorsque requis, en lien avec les recommandations du Comité de Bâle (Cross Border Principles for Basel II Implementation). 9. Le cadre d agrément reconnaît que la vérification interne de l entité est une partie indépendante 3. L Autorité pourra toutefois autoriser d autres fonctions indépendantes à exercer des activités de contrôle prévues à la ligne directrice. 3 Dépendant de la structure organisationnelle de l'entité, d'autres fonctions indépendantes, autre que la vérification interne, pourraient exercer des activités prévues à la ligne directrice. Page 4

5 3. PRINCIPALES PHASES Le cadre d agrément est divisé en cinq phases distinctes. Avant de pouvoir passer à une autre phase, l entité doit avoir complété la phase précédente, et ce, à la satisfaction de l Autorité. La date de mise en application de la Ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base (décembre 2007) est le 1 er janvier 2009, pour les entités québécoises assujetties. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II La phase 1 a pour but de vérifier les efforts déployés par l entité pour se conformer au nouveau dispositif d adéquation des fonds propres. Durant la phase 1, l entité doit démontrer qu elle a planifié avec rigueur les travaux requis pour se conformer aux exigences de l approche NI avancée, qu elle a prévu suffisamment de ressources et de temps pour exécuter son plan. La phase 1 se subdivise en deux parties. Phase 1 A - Rapport d écarts L entité doit soumettre à l Autorité une analyse des écarts concernant sa conformité aux exigences minimales de la ligne directrice en regard de l approche NI avancée. Cette analyse d écarts est requise pour tous les portefeuilles ou catégories d actifs et pour toutes les unités opérationnelles pour lesquels le calcul des fonds propres (Pilier 1) se fera par l utilisation de l approche NI avancée. Considérant qu une mise en œuvre progressive de l approche NI avancée est préconisée par l Autorité, plus d un rapport d écarts pourra être produit. Cette phase est donc répétitive. Le rapport d écarts est requis un an avant la demande formelle de l utilisation de l approche NI avancée ainsi que lors du dépôt de la demande formelle. Le rapport d écarts doit être approuvé par le comité de gestion des risques de l entité. L Autorité pourra faire des commentaires sur le contenu desdits rapports après révision. Suivant la réception des rapports d écarts, l Autorité rencontrera l entité périodiquement afin de suivre l évolution des travaux pour se conformer aux exigences minimales. Page 5

6 Phase 1B Plan de mise en œuvre préliminaire En vertu de la ligne directrice, une entité qui adopte l approche NI avancée pour une partie de ses créances, doit l étendre à l ensemble de son «groupe financier coopératif» et, par conséquent, doit établir un programme précisant dans quelle mesure et à quel moment elle envisage d appliquer à terme l approche NI avancée aux principales classes d actifs et entités financières. Ce plan requiert l autorisation de l Autorité. L entité doit ainsi soumettre à l Autorité, son plan de mise en œuvre préliminaire visant l adoption progressive de l approche NI avancée : Par catégorie d actifs au sein d un même établissement (ou pour chaque souscatégorie d actifs séparément, dans le cas des créances sur la clientèle de détail (voir paragraphe 257 de la ligne directrice). Par unité d affaires (voir paragraphe 257 de la ligne directrice). Par entités légales (voir paragraphe 258 de la ligne directrice). Le plan devra indiquer, dans un premier temps, pour quels segments, tels que décrits précédemment, l entité prévoit adopter l approche NI avancée pour la date de mise en application de la ligne directrice et ceux pour lesquels l adoption de l approche NI avancée se fera à une date ultérieure. Le plan comprendra également les critères utilisés pour définir les éléments peu significatifs pour lesquels l entité entend demander à l Autorité une exemption pour l application de l approche NI avancée (voir paragraphe 259 de la ligne directrice), la ventilation (montant) de ces éléments, par catégories d actifs, par unités d affaires et par entités financières, de même que leur proportion par rapport à l actif total et à l actif ajusté en fonction des risques (en vertu de la ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base, avril 2003, révisée janvier 2007). Enfin, l entité devra fournir toute autre information jugée pertinente pour démontrer à l Autorité que son plan est contraignant mais réaliste, conçu dans l optique d un passage facilement réalisable vers l approche avancée et n est pas motivé par le désir d adopter une approche qui minimise les exigences de fonds propres. L entité doit démontrer qu elle a la ferme intention d appliquer l approche NI avancée à l ensemble de ses portefeuilles d envergure dans un délai raisonnable. Le plan de mise en œuvre final, lequel doit être approuvé par le conseil d administration de l entité, est requis lors de la demande formelle prévue à la phase 2. À ce moment, les dates cibles d implantation de l approche NI avancée pour tous les portefeuilles significatifs devront être fixées. Page 6

7 Phase 2 Demande formelle pour l utilisation de l approche de notation interne avancée du risque de crédit La phase 2 prévoit que l entité présente une demande formelle écrite à l Autorité pour pouvoir utiliser l approche NI avancée. Tel qu indiqué dans le calendrier de l annexe 1, la demande formelle doit être soumise au plus tard 6 mois avant la date de début de la période d utilisation simultanée, soit 21 mois précédant la date d utilisation prévue de l approche NI avancée pour fins du calcul du capital réglementaire. Étant donné la mise en œuvre progressive, une demande formelle devra être faite à chaque fois que l entité voudra appliquer l approche NI avancée à un ou des portefeuilles d envergure. Cette phase se veut donc répétitive. La demande formelle soumise à l Autorité doit inclure, notamment, les informations et les documents suivants : Le segment visé. Une lettre de présentation du chef de la gestion des risques adressée à l Autorité indiquant les informations suivantes : o L état d avancement des travaux de mise en œuvre ainsi que le niveau de conformité aux exigences minimales de l approche NI avancée, en précisant quelle part des travaux reste à compléter. o Quelles informations ont été soumises au comité de gestion des risques, au comité de vérification et au conseil d administration en regard des travaux de mise en œuvre et de l approbation du système de notation interne. L autoévaluation, à jour, par rapport aux exigences minimales de l approche NI avancée, selon le format déterminé par l Autorité, incluant les informations suivantes : o La description du processus d autoévaluation. o La description des principales hypothèses utilisées en terme d importance relative, d exemptions ou d exclusions. o L autoévaluation détaillée pour tous les systèmes de notation interne; Le plan de mise en œuvre final, lors de la première demande formelle. Le plan devra comprendre pour chacune des segmentations décrites à la phase 1B, les échéanciers progressifs visés (dates cibles) pour l adoption de l approche NI avancée. Également, en lien avec ces segments, le nombre de systèmes de notation utilisé et leur application respective. Page 7

8 o Le plan devra être approuvé par le conseil d administration. La copie de la résolution adoptée par le conseil doit être transmise à l Autorité. Une mise à jour du plan de mise en œuvre est requise pour chaque demande subséquente. Un mois suivant le dépôt de la demande formelle, le chef de la vérification de l entité devra également transmettre une lettre à l Autorité. Cette lettre devra contenir une opinion de forme négative fondée sur : o Le travail effectué à ce moment, les observations et les autres procédés de vérification, en regard des progrès réalisés par l entité vers l atteinte d une conformité aux exigences minimales de l approche NI avancée. o Une revue de l'autoévaluation effectuée dans le cadre de la demande formelle, incluant une revue du processus d autoévaluation développé et mis en application par la gestion des risques. En plus de la lettre, le chef de la vérification interne doit également soumettre : o La description de tous les travaux de vérification interne réalisés à cette date en ce qui a trait à la conformité de l entité aux exigences minimales de l approche NI avancée, notamment les travaux de validation 5. Si certains des travaux sont complétés, l opinion de ce dernier devra faire partie des documents à transmettre à l Autorité. o Les plans détaillés de vérification interne au cours la période d utilisation simultanée prévue dans le cadre de la mise en œuvre de l approche NI avancée. Une copie de la résolution du comité de gestion des risques recommandant au conseil d administration d approuver la demande formelle à être transmise à l Autorité; Une copie de la résolution du conseil d administration approuvant la demande formelle. L Autorité voudra comprendre le processus utilisé par l entité pour démontrer sa conformité aux exigences minimales de l approche de notation interne avancée. L Autorité s attend à ce que les travaux de l entité progressent selon le plan de mise en œuvre soumis. L Autorité s attend également à ce qu une portion significative des travaux indiqués précédemment soit réalisée au moment de la demande formelle. 5 Réf. : article 500 de la ligne directrice Page 8

9 Phase 3 Période d utilisation simultanée La période d utilisation simultanée s étend sur cinq trimestres précédents la date de mise en application ou la date d utilisation de l approche NI avancée, et implique que l entité produise deux types de divulgation. Une divulgation sur les calculs des fonds propres minimaux selon les dispositions de la ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base (décembre 2007), et une divulgation selon les dispositions de la ligne directrice actuelle (ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base, avril 2003, révisée janvier 2007). Au cours de la phase 3, les derniers ajustements pour le calcul des fonds propres devraient être effectués. Durant cette période, l Autorité poursuivra ses travaux d agrément. Phase 4 Agrément de l Autorité La phase ultime est l agrément donné à l entité permettant l utilisation de l approche NI avancée pour le calcul des fonds propres minimaux. Bien que l Autorité reconnaisse qu il est important de fournir à l entité des indications sur son agrément avant la date de mise en vigueur, elle est également d avis qu une décision finale doit tenir compte de l ensemble des résultats obtenus pour toute la période d utilisation simultanée. L Autorité donnera donc un agrément en deux étapes : Il y aura d abord un agrément «conditionnel» qui sera donné avant la date de mise en vigueur (ou date prévue de l utilisation de l approche NI avancée). Cet agrément sera conditionnel aux résultats de la période de calcul parallèle et de l autoévaluation. Cette décision sera communiquée à l entité trois mois avant la date prévue de l utilisation de l approche NI avancée. L agrément final sera confirmé après la date de mise en vigueur (ou date prévue de l utilisation de l approche NI avancée). La décision finale sera communiquée à l entité deux mois suivant la date de mise en vigueur ou date prévue de l utilisation NI avancée pour fins du calcul de capital réglementaire. Une demande formelle à jour devra être soumise à l Autorité à la fin de la période d utilisation simultanée, laquelle tiendra compte de tous les changements survenus depuis le dépôt initial de la demande (phase 2). Cette demande devra inclure une autoévaluation finale (en date de l agrément conditionnel) de même que : Une attestation à l effet que le conseil d administration et la haute direction ont reçu toutes les informations nécessaires pour assumer leurs responsabilités en regard de l agrément de l approche NI avancée; et Une opinion du chef de la vérification interne à l effet que la conception et l efficacité des contrôles internes permettent de s assurer de la conformité aux exigences requises de l approche NI avancée. Page 9

10 La délivrance de l agrément signifiera que l entité pourra utiliser la méthode NI avancée pour le ou les segments ciblés, pour son calcul des fonds propres minimaux requis en vertu de la ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base, décembre Phase 5 Surveillance continue Une fois l agrément obtenu, l entité devra démontrer qu elle se conforme toujours aux exigences minimales de la ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base (décembre 2007), et ce, sur une base continue. En particulier, l Autorité va demander à l entité, sur une base annuelle, une lettre du chef de la gestion des risques attestant les informations suivantes : a. Le niveau de conformité aux exigences minimales. b. Le statut d avancement des travaux du plan de mise en œuvre. c. Les changements dans le niveau d importance relative des différents portefeuilles (segments), les exemptions ou exclusions. Au cours de la période de transition (qui s échelonne sur trois ans suivant la date de mise en vigueur de la ligne directrice), une revue périodique de la conformité aux exigences minimales sera faite. Si des changements significatifs sont apportés aux systèmes de notation interne, l entité devra démontrer qu elle respecte toujours les exigences requises auprès de l Autorité. Page 10

11 Annexe 1 Principales phases du cadre d agrément du risque de crédit Phases Livrables Description Échéancier Phase 1-A Rapport d écarts L entité soumet son T 5-33 mois rapport d écarts à l Autorité Phase 1-B Plan de mise en œuvre préliminaire L entité soumet son plan de mise en œuvre T- 33 mois Phase 2 Phase 3 Phase 4 Phase 5 Demande formelle Plan de mise en œuvre final Période d utilisation simultanée (5 trimestres) Agrément conditionnel Date de mise en vigueur ou date d utilisation de l approche NI avancée Agrément final Surveillance continue préliminaire à l Autorité L entité dépose sa demande formelle à l Autorité de même que son plan de mise en œuvre final L entité doit produire deux divulgations à l Autorité L Autorité va délivrer un agrément conditionnel (sujet aux résultats finaux de la période d utilisation simultanée) L Autorité va délivrer un agrément final à l entité. Cette dernière pourra ainsi utiliser l approche NI avancée pour fins de calcul du capital réglementaire T-21 mois T-15 mois T-3 mois T T+2 mois En continu 5 T=date prévue de mise en vigueur ou d utilisation de l approche NI avancée pour fins de calcul du capital réglementaire Page 11

12 Annexe 2 Cadre de travail pour l agrément de l approche de notation interne avancée du risque de crédit Phase 1 Phase 2 Phase 3 Phase 4 Phase 5 Phase 1A Rapport d écarts Phase 1B Plan de mise en œuvre préliminaire Demande formelle et préparation pour l utilisation simultanée Début de la période d utilisation simultanée Agrément conditionnel Mise en vigueur Agrément final Surveillance continue Approbation Phase 4 Période d utilisation simultanée Phase 3 (5 trimestres) T-33 mois T-33 mois T-21 mois T-15 mois T-3 mois T= date de mise en vigueur ou date d utilisation de l approche Ni avancée T+2 mois En continu Page 12

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS POUR TOUTE MODIFICATION PROPOSÉE AUX PROGRAMMES DÉSIGNÉS EN VERTU DE LA LOI SUR L ATTRIBUTION DE GRADES UNIVERSITAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK CONTENTS

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010.

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010. Avis relatif à la mise en application des Normes internationales d information financière : Pratiques comptables et normes relatives à la suffisance des fonds propres 1. Champ d application Cet avis s

Plus en détail

DATE : 2010-10-05 VERSION : 1 DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE

DATE : 2010-10-05 VERSION : 1 DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE PROTOCOLE POUR LE RENOUVELLEMENT DES PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE ET D'UNE INSTALLATION DE DÉCHETS RADIOACTIFS DE GENTILLY-2 DATE : 2010-10-05 VERSION : 1 HYDRO-QUÉBEC COMMISSION

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance Avis administratif Avis d approbation Destinataires à l interne: Finances Haute direction Personne-ressource : Keith Persaud Premier vice-président aux finances et à l administration 416 865-3022 kpersaud@iiroc.ca

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014.

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014. 1966 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 4 juin 2014, 146 e année, n o 23 Partie 2 sans qu il n ait exercé dans ce domaine doit compléter avec succès le programme de mise à niveau déterminé par l Ordre. Ce programme

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE POUR MODIFIER UN PERMIS D ASSUREUR Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Plus en détail

Examen externe du Conseil d examen des taux des entreprises de services

Examen externe du Conseil d examen des taux des entreprises de services GOUVERNEMENT DU NUNAVUT Demande d expression d intérêt Examen externe du Conseil d examen des taux des entreprises de services Le Conseil d examen des taux des entreprises de services, un organisme de

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012.

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012. Proposé par le conseil de participation enseignante À sa rencontre du 29 avril 2013 Approuvé par la direction, Chantal Beauchemin Le conseil d établissement a été informé lors de la séance du 9 mai 2013

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-05 Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Commentaires

Plus en détail

Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG) Numéro de l invitation : OSGG-BSGG-15-1503

Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG) Numéro de l invitation : OSGG-BSGG-15-1503 Le 29 octobre 2015 Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG) Numéro de l invitation : OSGG-BSGG-15-1503 Demande de propositions (DP) Stratégie d image de marque et un plan de rayonnement Questions

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997 D-98-23 R-3393-97 23 Avril 1998 PRÉSENTS : M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. André Dumais, B. Sc. A. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués

Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Procédure administrative : Évaluation du rendement du personnel de soutien employés non syndiqués Numéro : PA 6.020 Catégorie : Ressources humaines Pages : 10 Approuvée : le 18 octobre 2010 Modifiée :

Plus en détail

Suivi de la vérification interne : Contrat de maintenance de l Airbus

Suivi de la vérification interne : Contrat de maintenance de l Airbus Revu par le CS Ex conformément à la Loi sur l accès à l information (LAI). Renseignements NON CLASSIFIÉS. Contrat de maintenance de l Airbus Décembre 2008 7053-64-2 (CS Ex) Chef Service d examen PROTÉGÉ

Plus en détail

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 BUT La principale fonction du Comité de vérification (le «comité») de TransForce Inc. (la «Société») consiste à aider le conseil d administration

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Information Circular Circulaire d information Ref. ICC/INF/2005/004. Date: 18 août 2005. 1. Étude de qualification des emplois

Information Circular Circulaire d information Ref. ICC/INF/2005/004. Date: 18 août 2005. 1. Étude de qualification des emplois Le Greffe The Registry Information Circular Circulaire d information Ref. ICC/INF/2005/004 Date: 18 août 2005 Étude de qualification des emplois achevée en mai 2005 La présente circulaire a pour objet

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG)

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG) QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION DONNÉES À PRÉSENTER AU PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DE L ASAG Résumé des conclusions Agence statistique d assurance générale (ASAG) Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE...2

Plus en détail

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes 2003 Éducation et Jeunesse Manitoba Enseignement postsecondaire et Formation professionnelle Manitoba Données de catalogage avant publication

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Le 29 décembre 2015 1. Introduction Le personnel des Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Plus en détail

OBJET Politique relative au processus de budgétisation

OBJET Politique relative au processus de budgétisation OBJET Politique relative au processus de budgétisation 1. PRÉAMBULE La présente politique vise à garantir la présence d un bon processus budgétaire et est requise en vertu des normes et pratiques de gestion

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL Septembre 2010 Adoptée : Rés. CA 2010-29 Modifiée : Rés. CA 2012-36 1 TABLE DE MATIÈRES POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

État : En cours Mise à jour/justification : Au 30 juin 2014 :

État : En cours Mise à jour/justification : Au 30 juin 2014 : MESURE DU RENDEMENT ET D'EXAMEN EN DU 30 JUIN 2014 D APPROBATION : 21-11-2013 1. Le dirigeant principal de l information devrait renforcer la gouvernance et l orientation stratégique liées à la gestion

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville RAPPORT D EVALUATION Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville Décembre 2015 Introduction Le Cégep de Drummondville a adopté une nouvelle version de sa Politique

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Rôle Les affaires de la Caisse sont, en vertu de la Loi sur la Caisse de dépôt et placement du Québec (la «loi sur la Caisse»), administrées par un conseil d'administration

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Le comité des ressources humaines («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à s acquitter

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail

PROCÉDURE RELATIVE À LA SCOLARISATION À LA MAISON À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA MOYENNE-CÔTE-NORD

PROCÉDURE RELATIVE À LA SCOLARISATION À LA MAISON À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA MOYENNE-CÔTE-NORD PROCÉDURE RELATIVE À LA SCOLARISATION À LA MAISON À LA COMMISSION SCOLAIRE DE LA MOYENNE-CÔTE-NORD Objectif: Préciser les responsabilités de chacun des intervenants en matière de scolarisation à la maison.

Plus en détail

Une Loi qui se renouvelle

Une Loi qui se renouvelle IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

s'y prête pas. Page 1 sur 6

s'y prête pas. Page 1 sur 6 POLITIQUE DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION DES MEMBRES 28 avril 2016 Selon le contexte, le genre masculin ou le genre féminin est utilisé dans les présentes règles de fonctionnement pour en faciliter la

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication

Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication Ottawa Foyers Partage 44, rue Eccles, bureau 50 Ottawa (Ontario) K1R 6S4 613-744-3562 (tél.) 613-288-0043 (téléc.) Ottawa Foyers Partage Demande de propositions Projet de marketing et de communication

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL Mai 2015 Ligne directrice sur la gestion du capital TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de mise à jour... 5

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067 Norme définitive Version définitive des Normes de pratique Révision des Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Déclaration des renseignements concernant le coût supplémentaire et la sensibilité

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016 BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III 1. APERÇU DE LA BANQUE ZAG La Banque Zag (la «Banque») est une banque à charte fédérale de l annexe I

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES. Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du pôle social. Termes de référence

DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES. Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du pôle social. Termes de référence PROGRAMME PROMOUVOIR ET RENFORCER L INSTITUTIONNALISATION DE L EQUITE ET DE L EGALITE DE GENRE DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du

Plus en détail

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Automne 2011 Service des programmes et du développement pédagogique Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Contexte Au Cégep Marie

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2010-004 R-3714-2009 22 janvier 2010 PRÉSENT : Jean-François Viau Régisseur Hydro-Québec Demanderesse et Intéressés dont les noms apparaissent ci-après Décision

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Le texte de l Accord a été publié par les Parties au PTP le 5 novembre 2015. Les Parties contractantes sont les suivantes : Australie, Brunei Darussalam, Canada,

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Sommaire 1. Contrats d assurance... 2 2. Contrats de location... 4 3. Campagne d améliorations 2012-2014... 5 4. Vente ou apport en nature d actifs

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES Le comité de ressources humaines (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 Approuvé lors de la rencontre du personnel du 15 octobre 2014 Depuis le 1 er juillet 2011, un bulletin national est utilisé dans toutes les écoles

Plus en détail

4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016)

4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016) 4.6 Règles de passage et de classement des élèves (Résolution : C.C. 2015-016) Page 1 sur 8 RÉFÉRENCES LÉGALES SOUTENANT LES AJUSTEMENTS RÉGIME PÉDAGOGIQUE DE L'ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE, DE L'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Politique sur la formation continue Pour les membres certifiés et provisoires 2015-2016

Politique sur la formation continue Pour les membres certifiés et provisoires 2015-2016 Politique sur la formation continue Pour les membres certifiés et provisoires 2015-2016 1. Le programme de formation continue pour le professionnel en design d intérieur 3 Organisme encadreur 3 Fonctionnement

Plus en détail

Bulletin sur les institutions et services financiers

Bulletin sur les institutions et services financiers Bulletin sur les institutions et services financiers Juin 2002 Création de l Agence nationale d encadrement du secteur financier Sylvie Bourdeau, Montréal Vancouver Toronto Montréal Québec New York Londres

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 TITRE DE LA POLITIQUE : N o : Politique sur le remboursement

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 25.3.2011 Journal officiel de l Union européenne C 93/17 V (Avis) PROCÉDURES ADMINISTRATIVES COMMISSION EUROPÉENNE APPEL À PROPOSITIONS EACEA/15/11 Dans le cadre du programme pour l éducation et la formation

Plus en détail