CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE"

Transcription

1 Mars 2008 CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE PORTANT SUR LE CONTENU D UNE LOI EUROPEENNE SUR LES PETITES ENTREPRISES («SMALL BUSINESS ACT») REPONSE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS

2 Aujourd hui, les PME représentent plus de 90 % du tissu économique européen et deux tiers des emplois. Ce sont elles les moteurs de la croissance, les viviers d emplois et d innovation. De plus en plus présentes sur les marchés internationaux, elles ont besoin d outils juridiques adaptés facilitant leur développement. En effet, leurs tailles, structures constituent souvent des freins à leur développement et les contraintes administratives pèsent plus lourdement sur elles que sur les grands groupes. C est face à la nécessité de renforcer nos PME et de créer davantage de «champions européens» que les États membres examineront prochainement la problématique d un Small Business Act inspiré de la loi étasunienne. Dans cette perspective, la Commission a lancé une vaste consultation sur la mise en place d une telle mesure au niveau communautaire. À cette occasion, la Chambre de commerce et d industrie de Paris souhaite appeler tout particulièrement l attention de la Commission sur quatre domaines indispensables au développement des PME : - l accès aux marchés publics ; - l adoption d une Société privée européenne (SPE) ; - la levée des obstacles au potentiel de croissance des PME ; - les opportunités de croissance des défis climatiques et énergétiques. De plus, et parce que l Europe fait de l aide aux PME l une de ses priorités depuis plusieurs années, il serait nécessaire de soumettre à une plus grande rationalisation et à des études d impacts (ex post et ex ante) l arsenal d aides européennes, auquel s ajoutent des aides d État toutes aussi nombreuses et variées. Il conviendrait de prendre en compte dans cet audit l ensemble des aides régionales ou locales encouragées par chaque État membre et qui contribuent à éparpiller les moyens. 2

3 L ACCES DES PME AUX MARCHES PUBLICS Face au poids des marchés publics dans l économie communautaire (environ 15 % du PIB de l Union), il est manifeste que les achats par les autorités publiques constituent de formidables opportunités commerciales pour les entreprises. Cependant, les PME accèderaient moins facilement que les grandes structures aux marchés publics ; de même elles seraient moins enclines à tenter de répondre à des avis d appel à concurrence hors de leur État. D une certaine façon, la libre circulation serait ici bridée. SUR LA PART DES PME DANS LES MARCHES PUBLICS Au plan français, et pour ne citer qu une des études les plus significatives, il a été souligné que l'état, les collectivités locales et les hôpitaux s'adressent autant aux PME qu'aux grandes entreprises lorsqu'il s'agit d'acheter des prestations de services 1. Parallèlement, une étude de OSEO 2 a souligné que 55 % des marchés de l État ont été attribués en 2004 aux PME, ce qui représente 21 % du montant de ces marchés. De même, une étude européenne a révélé que la valeur médiane des marchés (passés via TED) gagnés par les PME est de euros, tandis que celle des grandes entreprises est de euros 3. Si l on ajoute à cela le fait que les collectivités locales -en particulier les plus petitesont tendance à contracter avec les entreprises de proximité, il serait plus exact de dire que les marchés de fort montant sont effectivement emportés par les grandes entreprises et que les PME contractent plus souvent pour les marchés de faible importance et/ou pour ceux des autorités locales. Les PME ne sont donc nullement absentes de la commande publique nationale. En revanche, elles sont peu présentes dans les marchés territorialement éloignés de leur siège. Les marchés emportés par des entreprises nonressortissantes du même État que l administration à l origine de l avis d appel à concurrence ne représentent qu une proportion quasi anecdotique (aux alentours de 5 %). SUR LES MOTIFS DE FAIBLE PART DES PME DANS CERTAINS MARCHES Plusieurs raisons expliquent les difficultés des PME face à certains marchés publics. La première serait liée à l absence de vastes services juridiques (souvent les PME ne possèdent même pas en propre de tels services). Ceux des grandes entreprises sont proportionnellement plus importants et disposent de davantage de facilité lors de la constitution des dossiers de candidature. En effet, réunir l ensemble des 1 INSEE Première, n mars OSEO, «Rapport 2006 sur l évolution des PME». 3 SME's access to public procurement, European Commission / EIM,

4 documents nécessaires comporte un coût réel, en temps comme en argent, que les PME ne peuvent assumer au même titre que les sociétés plus grandes. La deuxième raison repose sur des postulats subjectifs : les PME souffriraient - là aussi du fait de leur manque de département dédié aux marchés publics - d un défaut d information : Comment connaître les attentes des personnes publiques? Où s informer sur les contrats à venir? En outre, elles redouteraient davantage de devenir dépendantes de l acheteur administratif. La troisième raison concerne plus particulièrement les marchés extra-territoriaux : il s agit de la barrière linguistique. Déchiffrer les marchés émis dans une langue étrangère, répondre dans celle-ci requiert non seulement des compétences spécifiques mais également du temps supplémentaire. Là aussi les petites structures sont pénalisées. Le constat est donc le suivant : Le principe d égal accès aux marchés publics, s il est théoriquement affirmé, n est nullement avéré en pratique. Comme les PME sont de formidables viviers de création d emploi et d innovation, que les marchés publics les conforteraient dans leur développement, il convient de leur en favoriser la contractualisation. Difficile accès à l information, petite «cellule de veille» sur les marchés susceptibles d intéresser l entreprise (quand cette cellule existe ), nécessité de mobiliser des personnels spécifiquement en les déchargeant de d autres missions, barrière linguistique autant d obstacles au développement de la part des PME. MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP 1. Encourager la promotion d un SBA européen Pour la CCIP, conférer une dimension européenne au SBA amplifierait son efficacité. Ce choix d un texte communautaire doit, en effet, guider nos efforts en faveur des PME. 2. Faire de la part d exécution du contrat que le candidat s engage à confier à des PME l'un des critères d attribution des marchés Une telle disposition pourrait aisément être intégrée aux directives. Il conviendra néanmoins de veiller à ce que ce critère ne reçoive pas une pondération trop faible sous peine de lui faire perdre toute portée. 3. Réserver 15 % des marchés soumis à une procédure formalisée aux PME dites innovantes Les directives marchés publics seraient alors modifiées par l article suivant : «Les PME innovantes sont définies comme les entreprises dont l'effectif ne dépasse pas 250 employés, dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas en moyenne sur les trois 4

5 dernières années d'euros et consacrant 10 % de leur chiffre d affaires ou de leur personnel dans la recherche-développement. Ne sont pas considérées comme des petites et moyennes entreprises les entreprises dont le capital social est détenu à hauteur de plus de 33 % par une entreprise n'ayant pas le caractère d'une petite et moyenne entreprise». 4. Lutter contre la fracture numérique entre les grandes structures et les plus petites Les PME disposent souvent de versions et d équipements plus anciens, de logiciels sécuritaires insuffisants et de modes de connexion plus lents. Cela implique également la généralisation de véritables «modes d'emploi» téléchargeables sur les sites officiels de marchés et expliquant, étape par étape, comment remplir les formulaires accompagnant la candidature. Dans le même ordre d esprit des FAQ regroupant les questions les plus fréquemment posées par les entreprises pourraient être systématiquement créées. 5. Supprimer les enchères électroniques Cette mesure s inscrirait dans la prise en compte des risques soulevés par cette procédure et face auxquels la CCIP avait préconisé différentes recommandations. En effet, les enchères électroniques contiennent intrinsèquement de nombreux écueils : risque casino du vendeur qui pris par le temps descend en-deçà du prix plancher qu il s était fixé et que sa société peut assumer ; engagement de responsabilité une fois les enchères terminées ; attribution en pratique des marchés au moins disant Elles sont peu prisées des PME qui sont en forte situation de faiblesse face à l acheteur et aux grandes entreprises dont les économies d échelle sont plus importantes. 6. Mieux former les entreprises dans leur contractualisation avec les acheteurs publics Cela signifie, par exemple, la mise en place de missions (qui pourraient être confiées aux organismes consulaires) de sensibilisation à l appropriation possible de marchés extranationaux et la meilleure connaissance des personnes publiques. Des initiatives comme Trendspot 4 doivent être fortement encouragées en ce qu elles tissent un réseau multinational au service des entreprises avec l accès pour ces dernières à des informations sur les réglementations nationales, à des guides de bonnes pratiques, à des témoignages d entreprises, à des sélections d avis de marchés 4 Réseau entre les EEN de Liège, de Libramont, de Luxembourg, de Trèves, de Paris et d Orléans. 5

6 L ADOPTION D UN STATUT DE SOCIETE PRIVEE EUROPEENNE (SPE) Pour favoriser la croissance économique de l Union Européenne, il est primordial d encourager le potentiel de performance des PME, grâce à un environnement réglementaire incitatif prenant en compte leurs besoins spécifiques. La création d une Société Privée Européenne (SPE) répondrait parfaitement à ces objectifs. Alors que la Société européenne (SE) est désormais ouverte aux grandes structures (notamment celles faisant appel public à l épargne), les PME sont, elles aussi, en droit d être les destinataires privilégiés d une nouvelle forme sociale simple et souple. Véritablement européenne, elle leur permettrait de s organiser en groupes de sociétés et de constituer des entreprises communes avec toute la flexibilité nécessaire. Ainsi, en s'appuyant sur les travaux du Centre de Recherche sur le Droit des Affaires (CREDA), la CCIP et le MEDEF ont proposé, dès 1998, une structure communautaire complémentaire à la SE : la Société Privée Européenne. Schématiquement, il s agirait d une structure : - facilement accessible à tous (personnes morales ou physiques) et pouvant être créée ab initio ; - nécessitant un capital social peu élevé, voire sans seuil minimal ; - largement autonome à l égard des législations internes (sauf en quelques domaines relevant de l ordre public) ; - reposant fondamentalement sur la liberté contractuelle (pour la détermination des organes sociaux et leurs pouvoirs, les droits des actionnaires, les conditions d accès au capital ) ; - s appliquant ainsi uniformément partout au sein de l Union, de manière à réduire significativement le facteur «coût», particulièrement décisif dans le développement des PME. Autre atout essentiel, en termes d image, la SPE offrirait aux PME un véritable label européen, porteur de notoriété et de dynamisme dans le cadre de la compétitivité internationale. Grâce à un lobbying soutenu de la CCIP et du MEDEF, relayé par Eurochambres et Business Europe, l aboutissement du projet de création d une Société Privée Européenne est en bonne voie. Après avoir recueilli de nombreux soutiens au sein des États membres, ainsi que de la part du Comité économique et social européen, puis du Parlement européen, le Commissaire européen Mc Creevy a annoncé, le 3 octobre dernier, la rédaction d un draft de texte législatif dans la première moitié de l année Aujourd hui, la CCIP salue le fait que la SPE soit devenue une priorité d action dans le cadre de la Présidence Française de l Union européenne de juillet

7 LA LEVÉE DES OBSTACLES AU POTENTIEL DE CROISSANCE DES PME Effets de seuils, concurrence, financement Pour la CCIP, la politique communautaire en faveur des PME doit se centrer sur l amélioration du potentiel de croissance des PME et non pas se focaliser sur la création. La faiblesse du système réside dans la capacité à faire grossir les entreprises (excepté en Allemagne). * * Il convient, à ce titre, de neutraliser les effets de franchissements de seuils qui handicapent la croissance des PME. La multiplicité des définitions européennes actuelles des PME empêche de cibler correctement les mesures de soutien à la croissance des PME. Le seuil est fixé à 250 alors qu aux États-Unis, par exemple il est variable jusqu à 1500 selon les secteurs et les politiques dans la classification SBA américaine (notamment 500 personnes pour une PME émargeant au «Small Business Innovation Research»). Rappel : Il existe, en effet, plusieurs définitions de PME au niveau communautaire. - on entend généralement par PME, toute entreprise de moins de 250 personnes, un CA n'excédant pas 50 millions ou dont le total du bilan annuel ne dépasse pas 43 millions, et pas de contrôle à plus de 25 % par une autre entreprise ; - à laquelle s ajoutent parallèlement deux définitions pour les PME innovantes, celle de la jeune entreprise innovante figurant au paragraphe 5.4 de l encadrement 2006/C 323/01 sur les aides d État à la R&D de décembre 2006 et celle du programme conjoint Eurêka-UE «Eurostars» ; - le système français complexifie encore celui communautaire par une multitude de définitions selon le dispositif visé par la PME et le guichet auquel elle s adresse. MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP Revoir la définition communautaire des PME qui date de 2003 pour l adapter aux nouvelles réalités économiques et neutraliser les effets de franchissements de seuils qui handicapent la croissance des PME : - inclure les entreprises de taille intermédiaire jusqu à 2000 personnes ou les faire bénéficier du statut de PME un temps limité ; - clarifier la définition communautaire de la PME innovante ; - maintenir le statut de PME et les avantages en matière d aide d État qui en découlent pendant une durée de 3 ans (à compter de l année de dépassement) en cas d un dépassement de seuil lié à des embauches ou un accroissement de CA. * * Il convient, aussi, d ajuster les dispositifs en matière de concurrence pour permettre aux PMI de se développer à «jeu égal» avec leurs partenaires intra et extra communautaires. Elles pourront ainsi mieux exploiter le potentiel du marché unique. 7

8 Rappel : Le contrôle du marché devient un élément déterminant de la politique industrielle face à l arrivée sur le marché européen de produits contrefaits, non conformes aux règles d hygiène et de sécurité et aux nouvelles directives environnementales. Amplifiées par la fluidité des échanges à l intérieur de l espace communautaire, la contrefaçon et la non-conformité des produits aux normes induisent des distorsions de concurrence qui pèsent sur la compétitivité des entreprises européennes, notamment les plus petites d entre elles. Car, dans les faits, il n existe aujourd hui que peu de contrôles de conformité effectifs et guère de mécanismes de sanctions réelles exceptés pour les produits alimentaires de grande consommation. Par ailleurs, toute l'action économique de la Commission européenne fondée sur le modèle rigoureux du «tout concurrence» institué par le Traité de Rome et sur une approche concurrentielle traditionnelle basée sur la protection du consommateur par les prix (excluant les aspects qualité, conformité aux règles d'hygiène, de sécurité et environnementales) rend les entreprises européennes dans l incapacité d affronter économiquement le reste du monde. MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP Bâtir un nouveau cadre européen basé sur une nouvelle philosophie en matière de concurrence qui doit conduire à réduire les distorsions de concurrence entre PMI intra et extracommunautaires. Plusieurs voies complémentaires méritent, à ce titre, d être explorées. En particulier, l Europe doit : - limiter la concurrence fiscale opaque ou déloyale au sein de l espace communautaire ; - favoriser l émergence de PME/PMI championnes européennes en intégrant un critère de compétitivité externe dans le contrôle communautaire des concentrations et en révisant les conditions d octroi d aides d Etat ; - se donner les moyens d assurer l effectivité de son arsenal réglementaire et de veiller au respect et à l harmonisation des normes et des règles de marché entre Etats Membres par la création de codes de bonnes pratiques en matière de réglementation des produits entre l ensemble des acteurs d une filière allant jusqu à la mise en œuvre d un principe de conditionnalité de l assurance des produits au respect des règles communautaires ; - ne pas pénaliser les PME/PMI européennes par des règles plus contraignantes que celles qui sont érigées dans les autres zones économiques ; - et, enfin, peser notamment sur les mécanismes de régulation au niveau mondial dans le cadre de l OMC, dans un souci d équilibre et d équité. * * Il convient également de veiller à l instauration de pratiques plus respectueuses en matière de délais de paiement entre grands comptes et PME/PMI. Le développement de telles initiatives collaboratives entre les PME et les grands comptes doit se faire dans un esprit de «gagnant-gagnant». Rappel : En Europe, les écarts de délais de paiement entre pays du Nord et du Sud créent des distorsions de concurrence au sein du marché commun. 8

9 Délais de paiement en jours Suède, Norvège, Danemark, Finlande 31,7 31,8 31,3 France, Belgique, Pays-Bas 59,3 58,7 59,5 Grande-Bretagne et Irlande 52,2 51,4 52,3 Allemagne, Autriche, Suisse 42,8 46,0 46,8 Estonie, Lettonie, Lituanie 40,8 39,1 38,9 Portugal, Espagne, Italie 88,4 91,7 91,5 Pologne, République tchèque, Hongrie 45,2 45,2 44,8 Source : Observatoire des délais de paiement, rapport annuel 2006 Les effets nocifs de délais de paiement abusifs sont multiples : - ils génèrent des pressions sur la trésorerie au point d être un facteur de défaillances des entreprises les plus petites et les plus fragiles ; - ils participent au freinage de l investissement des entreprises et présentent des risques non négligeables de fragilisation du tissu économique européen. Cette situation est notamment préjudiciable pour les entreprises de taille moyenne, enserrées de plus en plus dans des réseaux de sous-traitance, face à des donneurs d ordre dans une logique de réduction des coûts. MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP Envisager un délai harmonisé des règlements au niveau communautaire et des pénalités plus contraignantes en cas de dépassement, la directive 2000/35/CE du 29 juin 2000 qui impose le paiement d intérêts moratoires à un taux unique dans l UE n ayant pas modifié le niveau des délais de paiement en Europe. * * Parmi les obstacles à l innovation, outre le financement, il convient de rendre plus efficace l actuel système européen de brevet notamment pour les PME innovantes, en remédiant à l hétérogénéité des législations (multiplication de procédures administratives et juridiques dans les différents pays après la délivrance du brevet), aux coûts qu elles engendrent et à l insuffisante sécurité juridique. Rappel : Plusieurs rapports soulignent un retard de l Europe (et aussi de la France), par rapport aux États-Unis, dans le nombre de dépôts de brevets. En termes de brevets triadiques notamment (c est-à-dire déposés simultanément aux États-Unis, au Japon et auprès de l Office Européen des Brevets -OEB), considéré comme un indicateur d efficacité de la R&D, l Union européenne a déposé en 2003, 35 brevets par million d habitant contre 66 pour les États-Unis et 106 pour le Japon (source : OCDE 2006). MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP Concrétiser l élan donné par la Commission dans sa communication (COM(2007) 165 final) pour un système de brevet simple en Europe, à guichet unique et assorti de réelles solutions de règlement des litiges sur les brevets européens et les futurs brevets communautaires. 9

10 Faciliter l accès des PME au financement et créer de nouveaux outils (capital risque, mezzanine ) dédiés à l innovation : - renforcer les dispositifs d information et de formation sur les aspects financiers de l innovation et l accompagnement pour accéder aux financements disponibles ; - prendre en compte les différentes formes d innovation (process, marketing, technologique...) et adapter les dispositifs de financement aux différents stades du projet (amorçage - prototypage - dépôt de brevet - commercialisation et test des produits) ; - favoriser une plus grande transparence des modalités d attribution des aides publiques financières, leur simplification et le raccourcissement des délais d attribution ; - encourager les investisseurs (business angels, capital-risque, capital développement) à intervenir dans les secteurs d activité de pointe. 10

11 LES OPPORTUNITÉS DES DÉFIS ÉNERGÉTIQUES ET CLIMATIQUES POUR LES PME Depuis le Conseil européen des 8 et 9 mars 2007, la préservation de l environnement est devenue un nouvel objectif stratégique de l Union au même titre que la réalisation du marché intérieur en 1993 ou de la monnaie unique en En fixant des objectifs ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre 5, l Europe se veut exemplaire et demeure la région du monde montrant la volonté la plus forte comme le prouve le nouveau paquet de mesures concrètes présenté en janvier dernier 6. Le coût de ces mesures est estimé à 0,5 % du PIB de l UE en 2020, soit 60 milliards d euros (soit trois euros par semaine et par citoyen européen) qu il convient de comparer au coût de l inaction qui pourrait s élever à au moins 5 % du PIB. Cet engagement de l Union en faveur de l environnement repose sur la conviction que les préoccupations environnementales peuvent stimuler la croissance et être catalyseurs d innovation de par les nombreuses opportunités de développement qu elles présentent pour les entreprises européennes au sein du marché intérieur mais aussi sur les marchés extérieurs. Rappel : La dernière étude de la Confédération européenne des Syndicats pilotée par l ADEME confirme que la lutte contre le réchauffement climatique serait créatrice nette d emplois en Europe, les pertes dans les secteurs les plus énergivores (cimenterie, sidérurgie) étant amplement compensées par la création de plusieurs centaines de milliers d emplois dans les branche de la production d électricité (+12 %), le logement (+14 %) et les transports (+30 %). Si les entreprises commencent à percevoir les questions liées au changement climatique «comme une grande opportunité à long terme», elles attendent aussi «une plus grande réglementation pour susciter une réponse commerciale au changement climatique» 7. MESURES PRECONISEES PAR LA CCIP Pour la CCIP, la palette des instruments à mettre en œuvre contre le défi climatique mérite d être élargie. Tout le monde est convaincu que le système européen d échanges de quotas d émissions (ETS) ne peut à lui seul répondre au défi climatique. Et tout le monde s accorde à dire que réglementation et fiscalité peuvent offrir une réponse complémentaire qui permettait d atteindre les émissions diffuses. 5 Réduction des émissions de CO2 d'au moins 20 % d'ici 2020 (voire de 30 %, en cas d'accord au niveau mondial) et 20 % d'énergies renouvelables. 6 COM(2008) 30 final - Deux fois 20 pour 2020, Saisir la chance qu offre le changement climatique. 7 Sources : enquête du cabinet d avocats Clifford Chance / enquête européenne de l OEFE sur la fiscalité environnementale jointe en annexe. 11

12 Pour autant, aucun arbitrage communautaire n a été fait en la matière, la Commission laissant à chaque État membre le libre choix des instruments économiques ou fiscaux à utiliser. Pour la CCIP, certaines mesures directes et indirectes bien paramétrées de fiscalité environnementale sont à considérer et à étudier au niveau de Bruxelles pour, en particulier, orienter les marchés vers les technologies les plus respectueuses de l environnement et préserver la compétitivité des entreprises : - un taux de TVA réduit pour les produits et surtout les services écologiquement propres ; - des standards minimaux de performance environnementale et énergétique pour un certain nombre de produits responsables d une grande partie de la consommation d énergie et des émissions de CO2 des citoyens européens ; - via la directive sur «les produits utilisant de l énergie», l imposition d exigences minimales qui, si elles ne sont pas respectées, empêcheraient les produits concernés d être commercialisés sur le marché de l Union européenne. Dans le paquet «transports verts» que proposera la Commission européenne en juin 2008, la directive Eurovignette permettant la prise en compte des coûts environnementaux dans les transports routiers devrait être révisée, ce que soutient la CCIP. Au niveau national, la France a déjà commencé à donner un avantage comparatif aux véhicules peu émetteurs (éco-pastille annuelle modulée sur les émissions de polluants CO 2 et particules des voitures, système de bonus/malus annuel, prime à la casse des véhicules de plus de 15 ans). Il est important d apporter rapidement des réponses à ces questions car l incertitude institutionnelle pour l après 2012 freine les investissements en termes de projets d autant que la majorité des projets énergétiques mettent 5 à 7 ans pour être financés et mis en opération. 12

13 En conclusion, plus qu un Small Business Act, c est vers un Small Business Network ou une Small Business Administration qu il faudrait tendre. Toutefois, il ne devra pas s agir de créer une administration supplémentaire, mais de mobiliser tous les acteurs de l accompagnement des PME sous forme d un réseau auprès duquel les PME trouveraient soutien au financement, à l'assistance et à l'innovation ainsi que, bien évidemment, accompagnement dans leur volonté de contracter des marchés publics. Les CCI constituent d ailleurs déjà les ancrages et la trame de ce réseau. En effet, les organismes consulaires constituent les premiers points d entrée des entreprises et de leurs créateurs. En outre, l une de leurs missions fondatrices est celle de l appui aux entreprises. Une étude récente (sondage de l Institut CSA de novembre 2007) a montré que pour 43 % des dirigeants d entreprise ayant des relations avec l étranger ou souhaitant en établir, les CCI sont considérées comme des acteurs de l accompagnement. 13

14 ANNEXE Sur cette question de la fiscalité environnementale, la CCIP a interrogé 1000 entreprises de l Union européenne dans le cadre de l Observatoire européen de la fiscalité des entreprises (OEFE). Les résultats révèlent que : la fiscalité est le moyen jugé le plus efficace pour encourager le respect de l environnement : les entrepreneurs penchent majoritairement pour l adoption de mesures fiscales incitatives et/ou dissuasives (61 %) plutôt que pour l établissement de règles strictes par le biais de lois et de réglementations (35 %) ; les partisans d une fiscalité incitative (47 %) sont quasiment aussi nombreux que ceux d une fiscalité dissuasive (46 %) à l exception de la Suède (préférence pour la sur-taxation des comportements polluants) de l Italie et l Espagne (préférence pour la sous-taxation des comportements vertueux) ; 80 % des chefs d entreprise s accordent pour affirmer qu il existe des distorsions de concurrence entre les entreprises de l UE et celles des pays ne respectant pas le Protocole de Kyoto. Une large majorité d entre eux (86 %) (les Français en tête 100 %), est favorable à l instauration d une éco-taxe européenne pour taxer à la frontière les importations en provenance des pays n ayant pas ratifié le Protocole de Kyoto (dont les États-Unis, l Australie ou la Turquie) ; quant aux émissions polluantes liées au transport routier de marchandises, les chefs d entreprises considèrent que le moyen le plus efficace pour les réduire est : 1 ) l aide au développement d offres de transport alternatives (55 %) 2 ) une réglementation stricte sur le niveau des émissions des poids lourds (30 %) 3 ) un système de redevance kilométrique frappant les poids lourds (seulement 11 %). Les résultats plus détaillés sont présentés ci-après. 14

15 LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE Des avis très partagés sur la compatibilité des objectifs de rentabilité et de respect de l environnement Plus de la moitié (52%) estime que ces deux objectifs sont difficilement conciliables. Mais une forte minorité (46%) est de l avis contraire (objectifs conciliables) notamment en Suède (66%), en Allemagne (57%) et en Espagne (56%). Ces trois pays affichent d ailleurs aujourd hui des taux de croissance significatifs tout en étant d ores-et-déjà en bonne voie pour atteindre les objectifs de réduction d émissions de CO 2 fixés par le Protocole de Kyoto pour la période La fiscalité : le moyen jugé le plus efficace pour encourager le respect de l environnement Préférence pour le levier fiscal plutôt que normatif : les entrepreneurs penchent majoritairement pour l adoption de mesures fiscales incitatives et/ou dissuasives (61%) plutôt que pour l établissement de règles strictes par le biais de lois et de réglementations (35%). Hésitation sur l outil fiscal le plus adapté : les partisans d une fiscalité incitative (47%) sont quasiment aussi nombreux que ceux d une fiscalité dissuasive (46%). Trois exceptions : la Suède (préférence pour la sur-taxation des comportements polluants) et l Italie et l Espagne (préférence pour la sous-taxation des comportements vertueux). Focus sur les émissions polluantes liées au transport routier de marchandises Les chefs d entreprises considèrent que le moyen le plus efficace pour les réduire est : 1 ) l aide au développement d offres de transport alternatives (55%) 2 ) une réglementation stricte sur le niveau des émissions des poids lourds (30%) 3 ) un système de redevance kilométrique frappant les poids lourds (11%) Des entrepreneurs conscients de la nécessité de participer à l effort collectif... Une large majorité (79%) estime que les taxes vertes sont justifiées et cette tendance se vérifie dans tous les pays, y compris ceux où la pression fiscale est ressentie comme très élevée. mais qui estiment que les taxes environnementales n ont pas vocation à devenir un outil budgétaire Selon eux, les recettes provenant des taxes vertes doivent être affectées en priorité : 1 ) à la protection de l environnement en général» (40%) 2 ) à la création d infrastructures favorables à l environnement (ex. voies d eau) (30%) 3 ) à la recherche et au développement (21%) 4 ) à l allègement des impôts et taxes pesant sur le travail (16%) 15

16 5 ) à l allégement du déficit public (6%) Moins d une entreprise européenne sur cinq se dit concernée par les incitations fiscales liées au respect de l environnement Seulement 18% des entreprises interrogées déclarent bénéficier aujourd hui d incitations fiscales en faveur de l environnement (dont 36% dans le transport et 31% dans l industrie). En matière d incitations, leurs attentent vont principalement vers : - les investissements destinés à l utilisation de sources d énergies renouvelables (41%), - l acquisition de véhicules industriels et commerciaux moins polluants (32%), - les investissements dans les installations industrielles et commerciales économes (24%). Fort soutien à une éco-taxe sur les importations 80% des chefs d entreprise s accordent pour affirmer qu il existe des distorsions de concurrence entre les entreprises de l UE et celles des pays ne respectant pas le Protocole de Kyoto. Une large majorité d entre eux (86%) (les Français en tête - 100%), est favorable à l instauration d une éco-taxe européenne pour taxer à la frontière les importations en provenance des pays n ayant pas ratifié le Protocole de Kyoto (dont les Etats-Unis, l Australie ou la Turquie). 16

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement»

10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement» 10 PROPOSITIONS POUR L ECONOMIE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le 24 septembre 2007 Synthèse de la contribution de la CCIP au «Grenelle de l environnement» A travers les différentes missions qui sont les

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros.

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros. Interf@ce Europe pour les PME En direct de Bruxelles "Une nouvelle stratégie pour le marché unique": les propositions de Mario Monti Mario Monti, ancien Commissaire européen au marché intérieur et à la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le Small Business Act pour l'europe (SBAE) a été adopté le 25 juin 2008 pour soutenir la croissance et la compétitivité des PME dans l'union européenne.

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

La Banque européenne d investissement en bref

La Banque européenne d investissement en bref La Banque européenne d investissement en bref En tant que banque de l Union européenne (UE), la Banque européenne d investissement (BEI) apporte ses financements et son savoir-faire à l appui de projets

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6 N 25 juin 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/6 ACTUALITES 10 conseils pour simplifier l achat public...... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le PNAAPD?...3 R E G L E M E N T A T I O N Sur qui porte l obligation

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les PDE sont des démarches liées à l'établissement : accessibilité et attitudes de mobilité. Vous devez au préalable vérifier

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009 UCITS IV Ce qui va changer Bien se préparer Octobre 2009 Introduction 1 Historique, calendrier et enjeux de la directive UCITS IV > De UCITS I à UCITS IV > Calendrier de mise en œuvre de UCITS IV > Enjeux

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS I) CONTEXTE II) LES GRANDS CHANGEMENTS III) DISPOSITIF DE GESTION DU CODE REGIMES: BENEFICE DES AVANTAGES PLUS FAVORABLES MECANISME DE CONTRÔLE ET DE SUIVI EVALUATI

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES I. CONTEXTE Le Schéma Régional de développement Economique, d Innovation et d Internationalisation (SRDEII) adopté par la Région fin

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Analyse de la position allemande

Analyse de la position allemande Note du Réseau Action Climat - Mars 2013 Analyse de la position allemande Super crédits : le diable se cache dans les détails Contexte En juillet 2012, la Commission publie sa proposition de révision du

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail