les usages du numérique dans les établissements du second degré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les usages du numérique dans les établissements du second degré"

Transcription

1 les usages du numérique dans les établissements du second degré feuille de route numérique

2

3

4

5 Sommaire Une photographie des usages du numérique déclarés par les professeurs... 3 Une photographie des usages du numérique observés par les inspecteurs... 9 Les usages du numérique observés dans les disciplines et spécialités Anglais en lycée professionnel Arts plastiques Documentation Économie gestion dans la voie technologique Économie-gestion dans la voie professionnelle Éducation physique et sportive Histoire- géographie et éducation civique en collège et lycée Langues vivantes en collège et lycée Lettres histoire dans la voie professionnelle Lettres en collège et lycée Mathématiques et sciences physiques et chimiques en lycée professionnel Mathématiques en collège et lycée Sciences économiques et sociales Sciences et techniques industrielles Sciences et techniques médico-sociales en lycée professionnel Sciences et technologies de la santé et du social Sciences de la vie et de la Terre...49 Bilan et perspectives...55 Annexes - annexe 1 : questionnaire à destination des enseignants - annexe 2 : grille d observation des usages du numérique dans les pratiques pédagogiques - annexe 3 : profils d usage du numérique

6 2

7 Une photographie des usages du numérique déclarés par les professeurs Pour mesurer les usages dans le second degré, une enquête annuelle en ligne est menée auprès de tous les enseignants en poste. Le questionnaire, qui figure en annexe 1, a été élaboré par des inspecteurs et des chefs d établissement. 1. Description du dispositif L enquête a été réalisée auprès des enseignants des collèges et des lycées publics de l'académie, elle s'est déroulée du 3 février 2013 au 12 avril Sa gestion s'est appuyée sur une application nationale en ligne hébergée et suivie par l'académie de Nancy-Metz. Chaque enseignant a reçu un message dans sa boite mél professionnelle l'invitant à répondre à une vingtaine de questions portant sur cinq champs : - identification du répondant ; - les usages pédagogiques ; - les usages des «outils de communication» (cahier de textes, gestion des notes, site de l établissement, espaces collaboratifs) ; - la formation ; - les usages des ressources numériques. Le message comportait un lien individualisé permettant à l'application de faire le suivi des répondants. Le traitement des données ne s'est fait que de façon statistique avec les exploitations suivantes : - résultats de l'ensemble de l'académie ; - résultats des lycées d'enseignement généraux avec comparaison académique ; - résultats des lycées professionnels avec comparaison académique ; - résultats par département pour l'ensemble des collèges avec comparaison académique ; - résultats par : établissement avec comparaison départementale et académique ; discipline avec comparaison avec l'ensemble des disciplines. Les chefs d'établissement ont été sensibilisés à cette opération ainsi que les correspondants TICE des établissements. Au cours de la campagne, les proviseurs et principaux ont reçu à deux reprises la liste des adresses mél des enseignants rattachés à leur établissement n'ayant pas fourni de réponse. 2. Analyse des taux de réponse 1 - Taux de réponse : 65% Sur les adresses mél ciblées, nous avons reçu réponses, soit un taux de retour de 62,1%. Environ un tiers des établissements nous a signalé des erreurs (301) dans les envois (professeur en détachement, en congé de longue durée, en retraite ), ce qui porte le taux de réponse à 63,4%, que l'on peut estimer à 65% si l'on considère que des établissements ont négligé de nous transmettre ces informations. 3

8 nb d'établissements 2 - Répartition des établissements en fonction du taux de réponse répartition en % de réponses de 0% à 9% de 10% de 20% de 30% de 40% de 50% de 60% de 70% de 80% à 19% à 29% à 39% à 49% à 59% à 69% à 79% à 89% 90% à 100% L'analyse du nombre de réponses reçues (en % par rapport au nombre de réponses attendues) par établissement permet de constater que : - 61 établissements ont moins de 45% de réponses : ces données sont considérées comme inexploitables ; établissements ont des données qui pourront être exploitée localement (plus de 60% de réponses). Parmi ceux-ci, 6 établissements ont même 100% de réponses ; - 66 établissements ont des données qui sont indicatives, mais qu'il faudra interpréter avec prudence. Si l'on recherche les raisons des défaillances, on peut constater que plus l'établissement est important, plus il est difficile de mobiliser les enseignants sur ce type d'opération. Ainsi : - en moyenne, les établissements de moins de 30 enseignants ont répondu à 66% ; - alors que les établissements de 50 enseignants et plus n'ont répondu qu'à 60%. La répartition par catégorie d'établissement suit ce constat. type d'établissement % < 64% type d'établissement % >=64% nb % nb % clg clg LGT+LPO LGT+LPO LP LP Bilan de l opération Les principales difficultés rencontrées Une assistance était assurée pendant toute la période de la campagne auprès des enseignants pour répondre à leurs questions ou les aider à surmonter les difficultés qu'ils pouvaient rencontrer. Une adresse mél spécifique était à leur disposition (adresse présente dans les méls envoyés et sur les affichettes proposées aux établissements). Au total, il y a eu 697 messages, soit près de 5% des enseignants concernés. Une réponse individualisée a été faite à chaque demande. La première difficulté rencontrée par l équipe de suivi est celle des boites mél en "overquota". Même si l'on peut recevoir les messages si l'on a redirigé ses méls sur une adresse personnelle, certains collègues n'utilisent pas la messagerie académique et n'ont donc pas participé à cette enquête. Malgré une sensibilisation des chefs d'établissement et des CoTICE à la nécessité de maintenir la boite à lettres académique en état de fonctionnement, le nombre de retours pour "overquota" est resté de l ordre de 13% à chaque relance. Les autres difficultés rencontrées sont essentiellement liées aux "performances" de l'application (temps de réponse, surcharge du serveur, etc.) qui ont sans doute découragé certains enseignants. L'application INTERVIEW utilisée à cette échelle a montré ses limites. Elle vient d être largement rénovée. 4

9 Un bilan plutôt satisfaisant Un collaborateur du pôle TICE (Pierre-Marie Gibon) a pris en charge et suivi cette opération que l on peut considérer comme réussie puisque le taux de réponse (65%) est globalement satisfaisant. L impulsion des chefs d établissement a été déterminante et elle est directement corrélée au pourcentage de réponses. Les résultats de chacun des EPLE sont mis en ligne dans l application à laquelle les chefs d établissement peuvent accéder à l aide de leurs identifiants académiques, ils ne sont donc pas publics. Un tableau de bord résume les principaux résultats de l EPLE et une représentation en étoile permet de les comparer, au choix, avec les résultats du bassin, du département, de l académie. Les EPLE dont le taux de réponse est inférieur à 45% n ont pas de radar (graphe). Les résultats de chaque discipline ou spécialité ont été transmis aux inspecteurs correspondants qui les analyseront et les confronteront à leurs observations lors des inspections. 4. Les résultats de l enquête Les résultats représentés dans le radar ci-dessous correspondent à l ensemble de toutes les disciplines et spécialités. Tous les pourcentages ont pour base les réponses obtenues. 5

10 Ci-dessous on retrouve les résultats des collèges et de ceux des lycées. académie collèges lycées Nombre de réponses Usage d'outils de diffusion collective (vidéoprojecteur, TNI) 80% 75% 84% Usage d'ordinateurs par les élèves dans la classe 63% 54% 71% Usage d outils numériques par les élèves hors la classe 65% 63% 68% Usage du cahier de textes 75% 80% 69% Utilisation du site Internet 68% 72% 64% Gestion des notes (en continu) 68% 73% 63% Distribution et collecte de documents (usage régulier) 15% 12% 19% Utilisation de la messagerie 85% 83% 87% C2i2e obtenu 18% 20% 16% Besoins de formation 55% 58% 52% Usage de ressources numériques jusque dans la classe 72% 68% 76% On observe que le nombre de réponses des deux populations de collège et de lycée est équivalent. Si globalement les usages d outils numériques en classe et hors la classe sont plus développés en lycée, on peut observer que le cahier de textes numérique, le site de l établissement ainsi que le suivi des notes sont mieux mis en œuvre au collège ; de même plus d enseignants y possèdent le C2i2e et manifestent un besoin en formation. Les collèges de chacun des départements dans le panorama académique 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% collèges académie collèges Alpes de Haute Provence collèges Hautes Alpes collèges Bouches du Rhône collèges Vaucluse Pour la plupart des items, ce sont les collèges des Bouches-du-Rhône qui obtiennent les taux d utilisation les plus élevés. Mais les écarts ne sont guère significatifs. L effort fait par les Alpes de Haute Provence, les Hautes-Alpes et le Vaucluse pour mettre à niveau l équipement des collèges se retrouve bien ici. 6

11 Comparaison entre les lycées généraux et les lycées professionnels. 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% LGT LP Lycées Académie Les usages en lycée ne différent guère selon qu il soit général et technologique et professionnel. On peut toutefois noter que les usages hors la classe sont plus fréquents au lycée général et technologique. Analyse de quelques items L enquête comporte aussi des questions plus qualitatives qui permettent de préciser les réponses. Usage d outils de visualisation collective (vidéoprojecteur, TNI). Les 80% d enseignants qui mettent en œuvre des outils de visualisation collective se répartissent en trois groupes : 26% les utilisant systématiquement, 41,5% régulièrement et 12,5 % exceptionnellement. L absence d équipement des salles (7%) et la difficulté d accès au matériel (7%) sont les deux principales raisons invoquées par ceux qui ne les utilisent pas, avant le manque de formation (6%) et celui de ressources numériques (3%). Il faut ajouter les 3% qui n en voient pas l intérêt dans leur discipline. Cet usage paraît donc de mieux en mieux installé. Les observations des inspecteurs permettront d évaluer la pertinence de ces usages : ces outils sont-ils mis à profit pour capter l attention des élèves et les amener à réfléchir ou contribuent-ils à asséner aux élèves un spectacle plus ou moins réussi? Usage d ordinateurs par les élèves en classe Sur les 63% des enseignants qui déclarent faire travailler leurs élèves sur ordinateur en classe (1 ou 2 par poste), 6% la font systématiquement, 38% régulièrement et 19% exceptionnellement. Les conditions matérielles (absence de matériel : 17% ; accès au matériel : 13% ; élèves trop nombreux et indisciplinés : 12%) prédominent dans les raisons de non-mise en œuvre. L usage le plus répandu se situe en salle multimédia, qui occasionne un déplacement et incite à travailler toute une heure sur ordinateur. On voit là que l intégration du numérique aux pratiques ordinaires passe par du matériel nomade. Le résultat obtenu dans les Bouches-du-Rhône, nettement supérieur à celui des autres départements, conforte cette analyse. Usage d outils numériques hors la classe La formulation de l item est : «Je demande à mes élèves de réaliser hors la classe des travaux nécessitant l outil numérique». 7

12 Si 65% des enseignants répondent positivement, ils sont 35% à ne le faire qu exceptionnellement, 28% régulièrement et 2% systématiquement. Les principaux freins proviennent de l équipement des élèves (19%) et de l intérêt de cette pratique dans la discipline (10%). De nouveau, on observe que cette pratique est plus répandue dans les collèges des Bouches-du-Rhône, sans doute du fait de l équipement personnel des élèves. Ces résultats sont à corréler avec celui qui concerne la distribution et la collecte de documents et qui reste encore peu effectives puisque seuls 15% des enseignants de l académie déclarent y recourir. Usage du cahier de textes numérique Alors que son usage est désormais obligatoire, seuls 75% des enseignants déclarent renseigner le cahier de textes numérique, plus de la moitié (53%) pour seulement noter le contenu de la séance, c'est-à-dire sans profiter du potentiel offert par le numérique, 21% y insèrent des liens ou des documents. Une sensibilisation des équipes est sans doute à refaire. La mise en place d un ENT sera une bonne occasion. Usage de ressources numériques Les enseignants ayant répondu à l enquête utilisent les ressources numériques dans une très large proportion (98%).Il sont 73% à les utiliser jusque dans la classe (c est cela qui apparaît dans les résumés), 6% uniquement pour se former et s informer et 19% aussi pour préparer leurs cours. La vidéoprojection, qui apparait dans 62% des réponses est la modalité la plus utilisée. Dans ce cas, la ressource semble être mise au service d une pédagogie traditionnelle. Elle est suivie (avec 52% d occurrences) par l usage des ressources numériques lors d un «travail individuel ou en petit groupe», ce qui constitue des modalités pédagogiques plus individualisées. 79% des enseignants ayant répondu à l enquête expriment des besoins de formation à l usage de ressources numériques, y compris lorsqu ils déclarent ne pas avoir d usage. Dans les deux cas, les aspects techniques sont la première préoccupation exprimée suivie de la problématique d intégration des ressources numériques dans les pratiques. Cette question peut renvoyer à des aspects pédagogiques : articulation de la ressource avec les notions et les compétences à faire acquérir aux élèves ; modalités d exploitation, de restitution, d évaluation des usages ; gestion de la classe. Les enseignants qui ont des usages expriment en troisième position des besoins de formation pour différencier les apprentissages des élèves. Cette expression, assez bien représentée (29%) est très intéressante et peut être le reflet de la prise de conscience actuelle de la nécessité de répondre en termes d individualisation aux besoins des élèves. Formation au numérique 18% des enseignants qui ont répondu sont titulaires du C2i2e, 21% ne savant pas de quoi il s agit. Sur les 61% restants, 29% (soit environ 1 600) souhaiteraient le passer. Il faudrait parvenir à mettre en place des modalités de certification «au fil de l eau» qui tiennent compte des compétences acquises lors de stages successifs. 47% des enseignants déclarent avoir suivi au moins une formation à l usage du numérique durant les trois années précédentes. 55% des enseignants expriment des besoins en formation. Chaque chef d établissement peut retrouver la liste de ceux qui ont été formulés plus précisément dans leur établissement et mieux adapter son plan de formation local. Les inspecteurs peuvent aussi avoir ces informations et orienter ainsi les actions propres à leur discipline dans le domaine du numérique. 8

13 Une photographie des usages du numérique observés par les inspecteurs Les résultats présentés ci-dessous résultent du traitement de 930 fiches d observation (cf. annexe 2) renseignées par les IEN-ET/EG et les IA-IPR suite aux inspections effectuées. Ils correspondent à un regard global, toutes disciplines confondues, porté sur les usages du numérique en classe, au collège, au lycée professionnel et au lycée d enseignement général et technologique. 1. Des usages majoritairement dédiés à la communication (présentation collective de supports pédagogiques) par le biais du vidéoprojecteur Utilisation du numérique pour : 16% 43% 14% Recherche doc saisie et stock exploi données modélisation Communication 6% 21% 9

14 2. Des usages par les élèves fortement guidés (le plus souvent par une fiche d activité) Modalités d'usage par les élèves 10% 11% guidée pour tous autonome 18% 61% différenciée selon besoins différenciée selon taches 3. Des usages mis en œuvre tout au long de la séance, avec une préférence au début, sans doute liée à la problématisation de l objet d étude Moments des usages 19% 37% debut de séance Pendant fin 44% 10

15 4. Des usages de durée très variables, sans doute liés au type de tâches mises en œuvre Durées des usages 18% 22% 33% 1/4 1/2 3/4 Totalité 27% 5. Des usages développés à partir de logiciels, didacticiels et utilitaires très variés, mais dominés par des logiciels de présentation et des environnements numériques de travail Logiciels, didacticiels, utilitaires utilisés 27% 2% 20% traitement de texte tableur 7% INTERNET TBI 34% 10% 0% Vidéo PowerPoint chamillo Ce paysage académique des usages du numérique traduit l importance accordée par les professeurs à la pédagogie «du dire» ou «du montrer» que facilitent des technologies numériques facilement maîtrisables comme la vidéoprojection et les outils qui sont liés comme le diaporama. Dans les représentations graphiques présentées ci-dessus, on voit la bonne corrélation entre les usages observés (majoritairement liés à la communication ; cf. 1), les modalités d usage surtout guidés (cf. 2) et les supports majoritairement utilisés (PowerPoint et vidéo). 11

16 Les usages du numérique observés dans les disciplines et spécialités 1. Anglais en lycée professionnel Le contexte de l apprentissage des LVE en LP Le programme de langues des CAP et des «bac pro» précise les éléments clés suivants : «La langue étrangère est utilisée pour effectuer des tâches et mener à bien des projets proches de ceux que l on peut réaliser dans la vie réelle. Cette démarche dans laquelle l usage des technologies de l information et de la communication est aussi naturel qu indispensable donne du sens à ce que les élèves apprennent car elle leur permet de mieux comprendre l intérêt et la finalité des étapes conduisant à la réalisation d une tâche communicative précise.» Le constat Les observations des situations d enseignement cette année ainsi que la participation aux actions inscrites au plan académique de formation (PAF) ont confirmé que l usage du numérique fait désormais partie des pratiques régulières et des préoccupations majeures des enseignants de langues en LP. Les classes dédiées aux langues vivantes sont généralement équipées d un vidéoprojecteur et la plupart des activités proposées aux élèves sont présentées de façon visuelle (diaporamas, documents rédigés au traitement de textes, documents vidéo, photographies, ressources numériques Internet, etc.). L usage de cartes heuristiques se développe progressivement comme celle des tableaux numériques interactifs qui débute. Même si les élèves ne sont pas encore suffisamment des utilisateurs autonomes du numérique dans le processus d apprentissage d une langue étrangère, les cours d anglais apportent incontestablement davantage de sens et d authenticité, ce qui correspond bien aux exigences de la rénovation de la voie professionnelle du «bac pro» trois ans et aux objectifs du programme de langues vivantes. Les professeurs utilisent également et de plus en plus des baladeurs (mp3 et mp4) qui permettent notamment aux élèves de s entraîner à s exprimer de façon continue jusqu à 5 minutes sur un sujet donné. Le site académique Anglais LP (dans sa nouvelle version) a connu cette année une augmentation sensible de connexions. La réussite de nos élèves au CCF de langues (LV1 et LV2) en baccalauréat professionnel constitue une priorité depuis la session 2012 et pour les années à venir. L épreuve est entièrement orale. Les technologies numériques sont par conséquent indispensables à la mise en œuvre du programme, à la préparation des élèves aux examens du niveau IV (baccalauréat professionnel, BMA, DTMS) et à la poursuite d études en BTS. Les perspectives poursuivre les observations de classe en intégrant systématiquement une partie Usage du numérique dans le rapport d inspection (cf. fiche préparatoire à l inspection en ligne sur le site Anglais LP) ; - mettre en place une charte de l utilisation pédagogique du cahier de textes numérique en classe d anglais ; 12

17 - intégrer les technologies numériques dans toutes les actions de formation proposées au PAF en formation continue, mais également dans le cadre de la formation des étudiants en master, des PSTG et des CA2D et mettre en place de nouveaux outils à la disposition des professeurs ; - développer un travail d équipe TICE enseignement général enseignement professionnel autour du dispositif EGLS (enseignement général lié à la spécialité) et augmenter le nombre de ressources mises en ligne sur le site EGLS ; - poursuivre la participation au dispositif académique USATICE afin de dynamiser les usages des TICE en langues en lycée professionnel ; - mettre en place une expérimentation d évaluation des élèves de seconde professionnelle dans huit établissements qui consiste à évaluer en fin d année quatre activités langagières par l usage exclusif du numérique. 2. Arts plastiques Notre contribution concerne le niveau collège et le niveau lycée, enseignements facultatif et de spécialité. Elle se fonde sur l enquête réalisée auprès des enseignants de collège de l académie à laquelle plus de 35% ont répondu (139 réponses) et sur l observation de 90 situations d enseignement réalisée au cours de l année scolaire , lors d inspections ou de visites-conseil. Attentes des programmes Les programmes disciplinaires (août 2008 et septembre 2010) précisent les attentes à tous les niveaux en matière de maîtrise du numérique. L usage des outils numériques dépasse le domaine de la recherche documentaire pour favoriser le traitement et la création d images relevant de la photographie, de la vidéo et de l infographie. Les programmes du collège (août 2008) abordent, quant à eux, la question des technologies et de l information à partir de trois orientations principales : La formation nécessaire à la maîtrise des TICE par l acquisition de compétences numériques qui s acquièrent dans une pratique sollicitant sans cesse action et réflexion, dans l articulation d une pratique artistique et la construction d une culture. Ces compétences sont listées pour chaque niveau de classe : - en sixième, utiliser les fonctions de base d un ordinateur, des appareils (photographier, scanner, imprimer) et des logiciels, trouver des documents utiles sur Internet et enregistrer des données ; - en cinquième, utiliser des appareils et logiciels simples à des fin de production (photographier, filmer, scanner, imprimer), trouver des documents sur Internet, les discriminer et conserver des données ; - en quatrième, exploiter les appareils à des fins de création et de diffusion, utiliser quelques fonctions avancées de logiciels, faire des recherches avancées sur Internet et partager des données ; - en troisième, mettre en œuvre les matériels et différents logiciels à des fin de création, d exposition, de présentation, exploiter Internet de manière critique, diffuser et publier des données. La place importante des technologies numériques dans la création artistique contemporaine. Cette reconnaissance doit permettre de mieux faire percevoir le croisement des arts et le fait que l appropriation artistique du numérique suscite de nouvelles questions, renouvelle ou met en perspective les codes fondamentaux de la création d images. L impact des TICE dans le quotidien des élèves (plus particulièrement précisé à partir des programmes de quatrième) : présentes à profusion, les images exercent une fascination sur les adolescents. Face à la diversité des sources, des supports médiatiques et de la nature matérielle des images, le programme de cinquième et de quatrième a pour objectif de développer la capacité des élèves à produire, à analyser 13

18 et à interpréter les images, et plus particulièrement celles qui entretiennent, sous un abord direct, un rapport complexe avec la réalité. L utilisation de l outil informatique en situation de pratique est par ailleurs fortement induite, voire imposée par différents contenus d enseignement : les images fixes et animées analogiques ou virtuelles / l étude du temps et du mouvement, réels ou suggérés / l élargissement aux pratiques photographiques, cinématographiques, vidéographiques, numériques. Besoin minimum et conditions matérielles de mise en œuvre Le site national EDUSCOL fait une large place aux indications concernant l équipement informatique conseillé en distinguant celui du professeur et celui des élèves. Équipement informatique conseillé Les programmes d arts plastiques insistent sur la dimension incontournable dans notre enseignement des outils numériques dits les TICE (technologies de l information et de la communication pour l enseignement). Les nouveaux programmes de collège (28 aout 2008) instaurent une pratique du numérique, à l instar des autres pratiques (ex : dessin, peinture, collage, sculpture...) comme nécessaire à tous les niveaux, de la 6 e à la 3 e. Des compétences numériques et des apprentissages sont déclinés chaque année. De même, au lycée, le numérique est incontournable comme pratique et comme champ de références artistiques. Les épreuves du baccalauréat préconisent la présentation par l élève d un dossier avec des travaux utilisant les outils numériques. Outils de création d images par les élèves, ils sont nécessairement présents dans la salle d arts plastiques. Ils permettent l indispensable présentation de reproduction d œuvres à chaque cours et sont un outil didactique précieux. La salle informatique, multimédia, les équipements mobiles des établissements peuvent venir compléter l équipement de la sall,e mais ne peuvent le remplacer. L équipement matériel et logiciel vient en complément des locaux et équipements de la salle d arts plastiques. Poste "maître" Le poste maître est légèrement plus puissant que les autres et c est lui qui pilotera les principaux périphériques d entrée et sortie (scanner, imprimante, graveur, vidéoprojecteur, etc.). A titre d exemple, l équipement suivant peut vous servir de base : Processeur de fréquence 3GHz RAM. 1 disque dur : 160 Go, 7200 tours/mn. Un 2 e disque dur dédié à la vidéo de même capacité ou plus. Carte vidéo : restitution de 16 millions de couleurs en 1600x1200, avec sortie TV, carte son et enceintes. Connexions USB2 et IEEE (pour l acquisition de vidéos). Lecteur /graveur CD-Rom/DVD avec carte de décompression, télécommande et sortie TV. Carte réseau (connexion au réseau). Écran 19 pouces affichage maxi en 1600 x 1200 à 85 Hz. Postes "élèves" Cinq au minimum. Les postes "élèves" sont aujourd hui des ordinateurs "modèle courant", on veillera juste à les doter d un écran de bonne taille... Ces cinq postes sont connectés au réseau de l établissement et bénéficient d un accès à Internet. A titre d exemple, l équipement suivant peut vous servir de base : Processeur de fréquence 2,5GHz RAM : 512Mo. Disque dur : 100 Go, 7200 tours/mn. Carte vidéo : restitution de 16 millions de couleurs en 1024x768. Carte son et casque. Lecteur CD-Rom/DVD. Carte réseau. Écran 17 pouces affichage en 1024 x 768 à 85 Hz. Les périphériques 1 vidéoprojecteur, équipement indispensable aujourd hui dans la salle d arts plastiques. Il remplace l ancien projecteur de diapositives. Connecté au poste maître, il permet l affichage des travaux numériques (et des travaux des élèves avec le camescope numérique), des documents et reproductions sélectionnés par le professeur (et présentés à chaque cours) et des recherches Internet. 5 appareils photo numériques (au minimum), 5 millions de pixels (au moins), carte 128Mo ou plus. 1 caméra numérique avec sortie et entrée DV permettant d aborder le montage. 1 scanner (au minimum) avec interface USB2 format A4 (1 A3 au lycée si possible). 1 tablette graphique (si possible en collège). 1 imprimante couleurs A4 (au minimum) 1 A3 au lycée en plus (jet d encre, équipée de 4 cartouches : couleurs primaires + noir). 14

19 Logiciels En privilégiant au maximum les logiciels gratuits, on peut utiliser l équipement sans frais importants. Acquisition de l image Tous les périphériques d acquisition (scanner, appareil-photo, vidéo, graveur) en sont dotés. Toutefois, il est préférable d accéder à la fonction de numérisation du scanner directement depuis le logiciel (ce que le logiciel GIMP fait très bien). Concernant les dotations matérielles dans notre académie, nous nous arrêterons sur cette étude réalisée à partir des visites d inspection. 100% des classes sont équipées d au moins un poste (généralement destiné à la présentation des reproductions d œuvre par le professeur) ; la majorité de ces équipements est reliée à Internet. 95% des classes sont équipées d un vidéo projecteur très majoritairement fixe. La nécessité de renforcer la lisibilité de la composante d histoire des arts dans l enseignement disciplinaire et l usage fréquent en situation d enseignement de la discipline a contribué à généraliser cet équipement. 35% des classes sont équipées d au moins deux postes permettant l utilisation de l outil en situation de pratique (libre accès pour un petit nombre offrant un plus grand panel des moyens d expression). Cet équipement est encore peu relié à Internet ou/et à un serveur local. Notons que des établissements ont fait le choix de privilégier l accès à une salle informatique plutôt que d équiper la salle spécialisée de plusieurs postes élèves, cela au détriment de pratiques au quotidien dans le cadre de situations de cours usuels. Signalons aussi la présence de quelques chariots mobiles d ordinateurs portables qui encouragent le choix du recours au numérique dans les pratiques personnelles des élèves. Relevons enfin depuis 2009 une plus grande homogénéité de la dotation numérique sur l ensemble du territoire académique. L enquête sur les pratiques et l es usages observés Collèges et Lycées Nb de réponses des établissements : usages communica tion Formation Ressources numériques Usages d'outils de diffusion collective Usage d'ordinateurs par les élèves dans la classe Usage d'ordinateurs par les élèves hors la classe Usage du cahier de textes Utilisation du site internet Gestion des notes (en continu) Distribution et collecte de documents (usage régulier) Utilisation de la messagerie C2i2e Besoins de formation Usages de ressources numériques jusque dans la classe Arts Plastiques 139 Réalisé le : 03/05/2013 Pourcentages Arts Plastiques Académie:T outes les disciplines 94% 80% 73% 63% 69% 65% 76% 75% 76% 68% 46% 68% 19% 15% 80% 85% 18% 18% 68% 55% 90% 72% Toutes les disciplines Usages de ressources numériques jusque Besoins de formation C2i2e Utilisation de la messagerie Distribution et collecte de documents (usage Arts Plastiques Usages d'outils de diffusion collective 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Usage d'ordinateurs par les élèves dans la classe Usage d'ordinateurs par les élèves hors la classe Usage du cahier de textes Utilisation du site internet Gestion des notes (en continu) Académie:Toutes les disciplines Cette enquête récente corrobore les constats effectués in situ en omettant toutefois de distinguer les usages du numérique dans la salle spécialisée de ceux qui sont réalisés dans des salles informatiques de l établissement ou dans les lieux dédiés comme le CDI. Pour ce qui concerne les usages pédagogiques par le professeur, 67% mentionnent un usage systématique à chaque séance, 56% un usage régulier et 7% un usage exceptionnel. Nous enregistrons néanmoins que 6,5% n utilisent pas l ordinateur relié à un vidéoprojecteur, soit pour des questions matérielles, soit pour une absence de maîtrise ou d intérêt! 15

20 Concernant l usage du numérique par les élèves, 73,5% des réponses sont positives, 26,7% négatives avec des arguments qui évoquent très majoritairement l absence d ordinateurs élèves en salle de classe et quelques-uns qui arguent du nombre élevé d élèves ou encore de leur faible autonomie. A la question relative à l utilisation d ordinateurs hors de la classe, recherches ou productions, les enseignants répondent oui à 69%. L absence d équipement individuel personnel est ici soulevée et au-delà se pose une question de principe s agissant notamment de productions qui se doivent d être réalisées en classe. Enfin, nous recommandons de faire effectuer les recherches au CDI afin de ne pas créer de rupture d équité entre les élèves. Dans les situations observées, l utilisation de l outil informatique reste encore d abord celle du professeur. Dans ce cas de figure, il sert d outil d archivage ainsi qu à la présentation de reproductions d œuvres ou des productions des élèves, pour ceux qui maîtrisent l enregistrement rapide des images des productions en cours de séance. Les enseignants utilisent généralement des banques de données qu ils ont eux-mêmes organisées en dossier (thématiques, chronologiques, notionnels). Le recours à de courtes séquences filmiques se généralise également. Cependant, nous avons pu observer en plusieurs circonstances des situations d enseignement dont l objectif visait au développement collectif de compétences numériques et cela fréquemment dans le contexte du traitement des programmes du cycle central qui abordent la question de l image. Pour ce faire, les enseignants ont eu recours à l équipement de la salle informatique du collège ou, dans de trop rares cas, à l utilisation d un chariot mobile d ordinateurs. Nous avons aussi constaté, quand l équipement en classe le permettait, que les enseignants encourageaient les élèves à diversifier les outils, dont les outils numériques pour concevoir et réaliser leurs propositions de réponses au problème posé, image fixe, animée et/ou sonorisée. Cette pratique est généralisée au lycée. Enfin (et cela constitue une avancée significative qui avait été mentionnée dans le rapport de 2009 comme axe de progrès), dans environ la moitié des situations observées, les élèves prennent des clichés de leurs productions avec des appareils photonumériques en vue d abord d une conservation de traces, mais aussi afin de nourrir le temps d évaluation formative qui permet au professeur de constituer les connaissances en jeu à partir de leur expérience. S ajoute aussi le développement de la capacité à concevoir des images signifiantes pour rendre compte de sa démarche et du résultat plastique. De plus, quelques professeurs réalisent, durant les phases de pratique, des clichés des élèves au travail qu ils exploitent ultérieurement pour évaluer les compétences en matière d initiative, de maîtrise des gestes et de conduite de projet. Au regard des attendus des programmes et des compétences des enseignants, demeurent encore des marges de progrès. La réflexion qui se doit d être menée sur le caractère durable des enseignements se fonde sur trois axes qui émergent de l observation des pratiques des enseignants ayant pu développer des expériences plus abouties : - La prise de vue systématique des productions et des étapes de la pratique afin d alimenter différents types de portfolios numériques pour garder trace de ce qui a été réalisé et appris lors d'une situation de cours. Cette approche permet également à l enseignant de ne plus se contraindre à un temps de bilan conduit dans «l urgence» afin de répondre aux seules contraintes liées au temps imparti à la séance ou au manque d espace d entreposage des productions. - La constitution d outils (feuilles de calcul, outils d accompagnement à la pratique) qui s articule à ce travail de prise de vue et qui permet d enrichir le travail d évaluation, voire d autoévaluation. Cette approche donne à l élève la possibilité et le temps d expliciter ses choix, mais aussi ses éventuelles hésitations ou renoncements. Ces traces visuelles constituent autant de jalons de la pratique à l intérieur d une même séance, d une séquence, d une année scolaire ou de la totalité du cursus de formation des arts plastiques au collège. Le portfolio numérique permet alors à l élève de revenir plus facilement sur des questionnements antérieurs et à l enseignant de vérifier le réinvestissement 16

21 de savoirs et le développement de compétences (l enseignement de la discipline étant fondé sur une approche par approfondissement successif). - La transmission collective ou individuelle d informations, par réseau, dans et hors la classe (QCM, tutoriaux, synthèse de situations d enseignement, banques de données interactives, liens Internet pouvant faciliter le travail de recherche ). Cette situation est également liée à une culture grandissante de ce type. Il est néanmoins à noter, comme l enquête le montre, qu en dehors des échanges professeurs/élève(s), le travail de recherche sur Internet se pratique essentiellement hors la classe, hormis au lycée où les équipements sont nombreux et connectés. Les expérimentations menées depuis plusieurs années ont certainement été facilitées par une politique particulièrement volontariste conduite dans un des départements de l académie : classes mobiles, don d ordinateurs portables pour tous les élèves de quatrième, prêt d ordinateurs portables pour tous les professeurs de collège, dotation «1 poste pour 5 élèves» dans un nombre important d établissements, emploi d accompagnateur technique informatique dans chaque établissement. L extension de cette initiative sous des formes différentes conduit les élèves de l académie à des pratiques comparables et engage les enseignants à investir les potentialités offertes par les outils numériques. Les observations effectuées font apparaître de nouvelles pratiques professionnelles propices à la mise en œuvre de pédagogies différenciées pour une meilleure prise en compte de l hétérogénéité des élèves. En cela, les dotations matérielles préconisées doivent pouvoir répondre à la nécessité d organiser des pôles de pratiques diversifiées à l intérieur d un même espace classe. L outil informatique est également devenu un outil de pratique à destination de l élève dans l enseignement des arts plastiques. Nous pouvons toutefois regretter que les situations où les élèves sont amenés à produire au quotidien avec cet outil restent trop limitées. Les dispositifs observés permettent néanmoins de dégager deux types d approche qui rendent compte, dans leur mise en œuvre, de deux schémas didactiques bien différents. Ces schémas sont d ailleurs souvent transposés par les enseignants, quels que soient les moyens d expression mis à la disposition des élèves : - Un enseignement à visée techniciste fondé sur des exercices, où l apprentissage collectif va se limiter à la maîtrise d un outil selon des procédures fixées par l enseignant (ici le logiciel et la déclinaison des effets qu il peut produire). Même si cette situation tend à régresser, nous sommes loin ici d un enseignement sollicitant action et réflexion. - Un enseignement problématisé, laissant à l élève une très grande part d initiative dans les moyens qu il met en œuvre. On pourrait ainsi imaginer, que même si tous les élèves ne produisent pas en même temps avec l outil informatique, tous seraient amenés à réaliser plusieurs productions numériques pour chaque niveau de classe en s appuyant sur la multiplication de contextes d apprentissage ouverts. Ces deux approches, même si elles ne construisent pas les mêmes savoirs permettent par contre de vérifier une certaine fascination de «l objet produit» chez les élèves, développant ainsi un plus grand sentiment de réussite immédiate. Au regard des prescriptions des programmes du collège, de l observation des pratiques pédagogiques sur les dernières années scolaires, mais surtout des évolutions sociales qui permettent de constater une «accommodation» générale à l outil, il n est pas à douter que les situations de pratique intégrant l usage du numérique vont être amenées à se généraliser. Des questions d importance continuent à se poser : - Comment ne pas mettre en concurrence les outils afin de bien distancier les «effets plastiques» (les outils informatiques les déclinent à l infini) et ce qui relève de l intention artistique? - Comment ne pas trop spécialiser les arts plastiques dans le domaine de la création et la lecture d images artistiques ou de communication? Nous perdrions alors de la véritable dimension artistique de notre enseignement et participerions à installer, aux yeux de la communauté éducative, une représentation limitée du rôle de la discipline dans la formation générale de l élève. 17

22 3. Documentation Une enquête spécifique sur les usages du numérique au CDI a été réalisée auprès des professeurs documentalistes de l académie au mois de juin dernier. Elle fera l objet d une restitution complète dans les semaines à venir. Dans cette attente, une première restitution très synthétique et nécessairement partielle peut être proposée. Avec un "taux de retour" de 67% (222 réponses obtenues), équivalent à celui de l enquête générale, l effet disciplinaire n a manifestement pas joué. 70% des professeurs documentalistes exerçant leurs fonctions en collège ont répondu à l enquête, 57% en lycée. 71% des professeurs documentalistes affectés dans un établissement scolaire des Bouches-du-Rhône ont participé à l enquête. Ils sont 66% dans les Alpes de Haute Provence, deuxième département de l académie le plus "participatif". 68% des participants à l enquête ne possèdent pas le C2i2e. Un contraste apparaît entre les deux départements alpins (79% et 82% des professeurs documentalistes exerçant leurs fonctions dans ces départements ne possèdent pas le C2i2e), les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse (moins de 70% ne le possèdent pas dans ces deux départements). Globalement, en ce qui concerne l équipement du CDI, les deux tiers des professeurs documentalistes exerçant leurs fonctions en collège s estiment "satisfaits" ou "très satisfaits" de l équipement du CDI de leur établissement tandis que, dans les lycées professionnels, la majorité d entre eux se dit insatisfaits. Pour les lycées généraux et technologiques, les appréciations sont plus disparates, ce qui pourrait laisser supposer des situations contrastées. 65% des CDI en collège atteignent un taux d équipement de 6 à 10 postes informatiques "élèves". Concernant les lycées professionnels, la majorité des CDI (56 %) se situe dans la fourchette 6 à 10 postes "élèves", tandis que pour les LGT, l équipement est supérieur à 10 postes "élèves" pour 48% des CDI et compris dans la fourchette de 6 à 10 postes pour 40% d entre eux. Dans les Alpes de Haute Provence, la majorité des CDI ne dispose pas d'un "espace numérique de formation" (défini comme un ensemble de postes informatiques regroupés pour conduire une séance de formation avec un groupe ou une classe). Dans les Hautes-Alpes et les Bouches-du-Rhône, 65% des CDI disposent de cet espace. Ils sont 71% dans le Vaucluse. 214 professeurs documentalistes (sur 222) déclarent pouvoir disposer d'une salle informatique, qu'il y ait, ou pas, au CDI un "espace numérique de formation". Deux établissements ne disposant pas d une salle informatique et d un "espace numérique de formation" bénéficient néanmoins d'une classe mobile. Finalement, seuls quelques professeurs documentalistes exerçant en lycée regrettent qu'il n'y ait pas d'espace numérique de formation dans le CDI de leur établissement et que toute utilisation de la salle informatique nécessite de fait la fermeture du CDI. Une très forte proportion de classes mobiles sont accessibles aux professeurs documentalistes de collège dans les Bouches-du-Rhône (63 sur 95), comparativement aux lycées (1 sur 30). Sans surprise, l'utilisation fréquente ("régulièrement" ou "systématiquement") de l'ordinateur est une réalité pour tous les professeurs documentalistes (74% "systématiquement", 25% "régulièrement"). Le mp3 fait son apparition dans les usages numériques au CDI, même si la majorité des professeurs documentalistes de l académie ne l'utilise "jamais" et 14% de manière "occasionnelle". En ce qui concerne le vidéoprojecteur, si les usages en sont réguliers dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, ils apparaissent plus "occasionnels" dans les départements alpins. L'utilisation du TBI reste très majoritairement faible ou nulle. L'utilisation d'outils de capture d'images n'est pas négligeable : reconnue comme étant de pratique "occasionnelle" pour 45% des réponses obtenues, elle l est de manière "régulière" pour 22% des professeurs documentalistes. Dans leur très grande majorité, tablettes et liseuses ne sont pas utilisées. 18

23 A la question Dans un usage autonome et individuel au CDI, quels sont les usages du numérique privilégiés par les élèves? (cocher au moins 3 situations parmi : Production de documents (textes, vidéos, diaporamas) ; Utilisation de logiciels ou applications vus en classe (Sketch-up, Paint..) ; Situations d'apprentissages ; Consultation de l'ent ; Consultation du site de l'établissement ; Consultation de notes ; Consultation du cahier de textes en ligne ; Consultation du portail du CDI ; Consultation du catalogue en ligne ; Recherches d'information ; Consultation de ressources documentaires en ligne ; Autre, on relève que la production de documents arrive en tête, suivi par la recherche d'information. Les usages diffèrent ensuite suivant les types d'établissement, les collégiens utilisant prioritairement les postes informatiques du CDI pour se servir de logiciels considérés en classe et consulter le catalogue en ligne ; les lycéens "généraux et technologiques" préférant la consultation de leurs notes, les lycéens "professionnels" privilégiant les ressources documentaires. Il est à relever qu à la question Dans l'usage du numérique, rencontrez-vous des difficultés?, 46% des professeurs documentalistes ayant répondu affirment rencontrer des difficultés dans l'usage du numérique. Les professeurs documentalistes exerçant en collège sont un peu plus nombreux à indiquer des difficultés dues au débit (74%) que leurs collègues en lycée (67%). En ce qui concerne les difficultés rencontrées dans la maîtrise des outils numériques, 32% des professeurs documentalistes en collège reconnaissent y être confrontés. 25% le sont en lycée. 4. Économie gestion dans la voie technologique Ce document synthétise les résultats de l'enquête sur les usages numériques des équipes pédagogiques en économie gestion des lycées généraux et technologiques. L'objectif de cette enquête est de dresser un état des lieux de ces usages et, à terme, de mettre en place des formations selon les besoins identifiés. L'enquête, parue en février 2013, est restée ouverte pendant deux mois. Sur 466 réponses attendues, 289 ont été collectées, ce qui porte le taux de participation à 62,15%. L'analyse des résultats peut être considérée comme représentative puisque ce taux dépasse les 50%. Les rubriques de l'enquête L'enquête a été divisée en six rubriques afin d'interroger les enseignants sur leurs usages numériques dans la classe et à l'extérieur de celle-ci. - La 1 re rubrique intitulée "Logiciels" a pour objectif de déterminer les logiciels, disciplinaires ou non, utilisés au quotidien par les enseignants. - La 2 e rubrique "Veille disciplinaire" permet de découvrir les sources d'informations exploitées par les enseignants pour maintenir l'état de leur connaissance. - La 3 e rubrique "Travail collaboratif" vise à définir les pratiques pédagogiques mises en œuvre au travers des outils collaboratifs. - La 4 e rubrique "TICE" mesure la quantité et la variété des technologies de l'information et de la communication utilisées par les professeurs dans leurs enseignements. - La 5 e rubrique "Vie scolaire" permet de savoir si les enseignants utilisent les outils numériques pour saisir leur cahier de texte et les absences des élèves. - La 6 e rubrique "Divers" pose des questions qui n'ont pu être classées ailleurs telles que l'utilisation de l'adresse académique, la possession du C2i2e et les souhaits de formation des enseignants. 19

24 Analyse des résultats par rubrique Rubrique n 1 Logiciels Cette première rubrique a pour objectif de déterminer les logiciels, disciplinaires ou non, utilisés au quotidien par les enseignants. Parmi les logiciels de comptabilité, la suite EBP (74%) est plus utilisée que ses concurrents (26%). Notons que plus de la moitié de ces logiciels de comptabilité sont manipulés en version monoposte (55%). Les PGI utilisés par 33% des professeurs plébiscitent la suite EBP Line (48%), les autres PGI se répartissant entre Cegid (28%), OpenERP (17%) et Quadratus (6%). Seuls 37% de ces PGI sont exploités en version réseau. En ce qui concerne les autres logiciels disciplinaires, 54% des enseignants utilisent un logiciel d'enquêtes (Sphinx 19%, Ethnos 35%), 42% un logiciel de gestion de projet (Gantt Project 33%, Microsoft Project 9%) et 12%, un logiciel de GED (ThereFore 9%, Kplan 3%). Parmi les logiciels non disciplinaires, les texteurs (Write 30%, Word 60%) et les tableurs (Excel 67%, Calc 21%) font partie intégrante des logiciels manipulés par les enseignants. Quant aux logiciels de cartes mentales, ils ne représentent que 55% d'utilisation chez les enseignants (FreeMind 40%, MindView 9%, MindManager 6%). 20

25 Rubrique n 2 Veille disciplinaire Cette 2 e rubrique permet de découvrir les sources d'information exploitées par les enseignants pour maintenir l'état de leur connaissance. Pour pratiquer une veille disciplinaire, les enseignants exploitent différentes sources numériques : listes de diffusion (56%), sites spécialisés (35%), revues académiques (26%) et flux RSS (16%). Les sources plus traditionnelles comme la presse spécialisée sont également utilisées (35%). Rubrique n 3 Travail collaboratif Cette 3 e rubrique "Travail collaboratif" vise à définir les pratiques pédagogiques mises en œuvre au travers des outils collaboratifs.les enseignants collaborent : - avec leurs élèves par le biais de dossiers partagés (58%) et d'espaces collaboratifs privés (35%) ; - avec leurs collègues par le biais d'espaces collaboratifs privés (36%). Remarquons que 60% des professeurs mutualisent leurs ressources. Quant au travail en ligne, 37% des enseignants utilisent des outils disponibles sur Internet et seulement 29% proposent des cours et exercices accessibles à leurs élèves en dehors du lycée. Rubrique n 4 TICE Cette 4 e rubrique "TICE" mesure la quantité et la variété des technologies de l'information et de la communication utilisées par les professeurs dans leurs enseignements. Dans le cadre de leur enseignement, les enseignants ont pour la plus grande majorité (81%) accès, dans leur salle de cours, à un ordinateur relié à un vidéoprojecteur et à Internet. Les ressources vidéo projetées se répartissent de manière équilibrée entre des diaporamas (31%), des vidéos (27%), des cours au format texte (21%) et des sites Internet (21%). 21

26 Dans le cadre de leurs cours, les enseignants utilisent pour la plupart une salle équipée d'ordinateurs (87%). Lorsqu'ils ont accès à cette salle, leurs élèves utilisent systématiquement Internet (99%). En termes d'outils numériques, les manuels numériques sont les plus utilisés (24%). Viennent ensuite les jeux sérieux (17%), les exerciseurs (9%) et les tableaux numériques interactifs (9%). La baladodiffusion ne fait pratiquement pas partie des usages (1%). Rubrique n 5 Vie scolaire Cette 5 e rubrique permet de savoir si les enseignants utilisent les outils numériques pour saisir leur cahier de texte et les absences des élèves. Pour la plupart, les enseignants saisissent leur cahier de textes avec un logiciel spécifique (83%). En revanche, seulement la moitié exploite un logiciel d'emploi du temps (51%). Rubrique n 6 Divers Cette 6 e et dernière rubrique pose des questions qui n'ont pu être classées ailleurs telles que l'utilisation de l'adresse académique, la possession du C2i2e et les souhaits de formation des enseignants. 74% des professeurs de l'académie utilisent leur adresse académique. Seul 18% des enseignants possèdent le certificat informatique et internet niveau 2. Pour terminer, les formations souhaitées s'échelonnent entre les tableaux numériques interactifs (39%), les plates-formes de travail collaboratifs (28%), les logiciels disciplinaires (20%), l'utilisation d'un réseau (connexion, dossiers partagés, dépôts de fichiers, droits d'accès...) (9%) et les PGI (4%). 22

27 En plus des formations listées ci-dessus, l'enquête a fait apparaître d'autres souhaits de formation tels que : - les jeux sérieux, - l'ent Chamilo, - le logiciel de présentation dynamique Prezi, - le logiciel de cartes thématiques Pearltress, - les diaporamas sonorisés, - le traitement du son et de la vidéo, - le C2i2e, - les logiciels de cartographie mentale. Brève analyse de l'enquête menée La nature des usages et leur fréquence varient d'une discipline à l'autre. On peut néanmoins noter une utilisation non négligeable du support numérique dans le cadre de l'apprentissage. L'usage avec les élèves est également fréquent. L'usage d'un logiciel ou d'un outil TICE est le plus souvent lié à de nombreux facteurs : disponibilité, coût, formation, maîtrise, choix d'équipe pédagogique. D'après les réponses libres observées, les freins aux usages sont d ordre matériel (établissement non équipé exemple : manque de TBI ; problèmes techniques exemples : matériel en panne, connexion Internet défaillante) et d'ordre humain (manque de maîtrise des outils, manque de temps pour pratiquer). Conclusion L usage du numérique en économie-gestion se trouve confronté à deux problèmes : - trop peu de moyens et de temps sont affectés au développement de cet usage ; - la mutualisation des supports est insuffisante. Pour remédier à ces problèmes, un effort conséquent de formation doit être mené, les enseignants étant, en majorité, volontaires et prêts à s'investir. 23

28 5. Économie-gestion dans la voie professionnelle Le numérique est pleinement intégré dans tous les référentiels de l économie gestion en voie professionnelle (tertiaire administratif et commercial, transport logistique, alimentation, hôtellerie restauration, métiers de la sécurité...) et, pour certains d entre eux, en constitue le cœur même de la pédagogie depuis la rénovation de la voie professionnelle. C est le cas par exemple du nouveau baccalauréat professionnel gestion administration et des progiciels de gestion intégrée comme outil clef d apprentissage. Ces progiciels caractéristiques en économie gestion permettent de confronter les élèves à des problématiques professionnelles «authentiques». Les enseignants se heurtent encore à différents obstacles dans l utilisation du numérique. Le premier lié à l environnement technique perdure, même si les établissements s équipent progressivement avec des aménagements de salles dans lesquelles l outil informatique occupe une place privilégiée. Le deuxième lié à la compétence technique s estompe progressivement du fait des actions de formation académiques ou propres à chaque établissement ou réseau d établissements. Les usages du numérique entrent progressivement dans des pratiques habituelles des enseignants. La nature des ressources numériques utilisées illustrent encore des pratiques empiriques des enseignants comme supports d illustration, avec une percée notable des outils audio et vidéo. Si les enseignants déclarent à une forte majorité user du numérique à des fins d apprentissage, cet usage répond encore souvent à une volonté de capter l attention des élèves, souvent en phase d accroche. Il existe aujourd hui un enjeu important de déploiement des usages du numérique tout au long des apprentissages, voire hors la classe. A ce sujet, les exercices en ligne et toute la panoplie des ressources disponibles comme outils de différenciation des apprentissages et de développement de l autonomie des élèves se déploient progressivement. Il convient de noter des exemples prometteurs de formation à distance dans le cadre de l accompagnement personnalisé, avec des mises en ligne de ressources pour les élèves et les enseignants par type d atelier. Les jeux sérieux constituent également des axes d évolutions importantes dans une filière (l économie gestion) particulièrement adaptée à ces mises en situation virtuelle au plus près des réalités professionnelles. Les pratiques collaboratives, via les environnements numériques de travail sont encore sous utilisés. Elles sont pourtant largement préconisées / facilitées dans l académie (formations à Chamillo, usages d espaces collaboratifs internes aux sites académiques, utilisation du réseau de l établissement, sites SPIP). De réelles marges de manœuvre existent à l heure où se déploient également des pratiques d évaluation par compétence. Différentes productions pédagogiques (scénarii) commencent à être disponibles en ligne et permettent de simuler des situations professionnelles types et d intégrer les élèves dans des processus communs où ils seront interdépendants (le retard ou la mauvaise exécution d'une tâche par un élève ayant des conséquences directes sur le travail des autres élèves : cela peut considérablement changer les rapports "enseignant-élèves" dans la mesure où ce sont les élèves eux-mêmes qui peuvent subir et régler de manière collective l'absentéisme, les négligences, la non-qualité de certains travaux du groupe...). Des simulations de boutiques virtuelles, d'achats en ligne et de messageries internes viennent compléter la panoplie d'outils. Sont souvent brassées dans un même processus des notions commerciales, comptables et financières, juridiques et économiques de gestion des ressources humaines, de communication et d'organisation sans cloisonnement et sans "étiquette"... De plus, certains outils d'interaction permettent à l enseignant de créer des événements «à la volée» dans ces scenarii, afin d obliger les élèves à réagir dans l urgence face à l'imprévu, alors que leur feuille de route "standard" ne le prévoyait pas 24

29 6. Éducation physique et sportive Résultats de l enquête Collèges et Lycées EPS Académie:T Nb de réponses des 666 EPS outes les établissements : disciplines Usages d'outils de diffusion collective 36% 80% Usage d'ordinateurs par les élèves usages dans la classe 11% 63% Usage d'ordinateurs par les élèves hors la classe 26% 65% communica tion Formation Ressources numériques Usage du cahier de textes Utilisation du site internet Gestion des notes (en continu) Distribution et collecte de documents (usage régulier) Utilisation de la messagerie C2i2e Besoins de formation Usages de ressources numériques jusque dans la classe Pourcentages 22% 75% 76% 68% 41% 68% 6% 15% 83% 85% 7% 18% 59% 55% 30% 72% Usages de ressources Besoins de formation C2i2e Utilisation de la messagerie Distribution et collecte de EPS Usages d'outils de diffusion 100% 80% 60% 40% 20% 0% Usage d'ordinateurs Usage d'ordinateurs Usage du cahier de textes Utilisation du site internet Gestion des notes (en Académie:Toutes les disciplines Des usages numériques en EPS pour quoi faire? La question relaye volontairement une représentation assez commune empreinte de scepticisme ou de méconnaissance : l EPS n aurait pas besoin de ces technologies. Pourtant, les usages numériques en EPS, encore discrets ou ponctuels, sont à l aube d un développement considérable par sa portée en termes d apprentissages pour les élèves, de connaissances professionnelles partagées pour les enseignants, de lisibilité des apports de la discipline pour les partenaires de l école. Apprendre en EPS, c est passer de l immersion dans l action au décodage des sensations, à la compréhension des contraintes et des ressources, à l identification du jeu sur les paramètres de l activité, à la planification de projets d action, à la construction de connaissances utiles dans les situations sportives et transférables aux situations de la vie quotidienne et professionnelle. Ces différentes étapes structurent la pensée des enseignants lorsqu ils cherchent à faire apprendre les contenus relatifs aux différentes compétences des programmes qu ils soient de collège, de la voie professionnelle ou du lycée. Ils savent la difficulté que cela représente. Ils savent le degré de disponibilité intellectuelle qu exige leur métier quand il est nécessaire, dans un même temps, d organiser la pratique, de veiller à la sécurité, d impulser ou soutenir une dynamique de groupe bénéfique à tous, de gérer une hétérogénéité souvent multifactorielle et d empan élevé et de faire apprendre des contenus parfois très fins ou difficiles d accès. Usages observés Si offrir un temps d activité motrice est une orientation professionnelle efficace et essentielle, il n en reste pas moins que les moyens d objectiver aux yeux des élèves leurs productions par essence éphémères et interactives. Certes l'usage n'est pas massif, notamment du fait des contraintes de mise en œuvre : luminosité en extérieur, risques liés aux déplacements ou aux objets, mais certains ont développé des usages intéressants. On a pu observer ainsi des applications de relevé de temps en courses permettant de visualiser la courbe de vitesse et de la mettre en relation avec l'intensité de sollicitations des processus énergétiques. Un dispositif de relevé de performance en direct en sports de raquettes permet d'enregistrer en temps réel l'histoire du score d'une partie et de reconstituer ainsi les éléments qui ont constitué l'histoire du rapport de force. Ailleurs, 25

30 c'est le couplage des ordinateurs à des appareils photos numériques qui sont utilisés en cours d'acrosport, de danse, gymnastique sportive ou rythmique. L'image peut soit être analysée immédiatement après la présentation, soit permettre des comparaisons avec d'autres prestations de même niveau scolaire ou de sportifs experts. Les élèves peuvent alors identifier clairement les critères de réussite, les postures, ou encore prendre des décisions de correction de certains éléments de leur projet d'action. L apparition des tablettes, en libérant les outils numériques de leurs contraintes filaires, offre une multitude d axes de développement pour des usages à la fois à explorer et à assurer. Les productions des élèves étant par essence éphémères en EPS, le stockage d'images ou de vidéos peut servir de support pour l'évaluation ou encore l'analyse diagnostique des conduites afin de différencier la pédagogie. Des innovations particulièrement intéressantes sont apparues sous la forme de bornes de contenus : il s agit de mettre en libre service sous la forme de bornes numériques pendant le déroulement de l activité des contenus que les élèves viennent consulter : en acrosport, des figurines et des séquences vidéo sur leur réalisation ; en escalade, des rappels schématisés ou vidéos des opérations de sécurité, des séquences filmées permettant de visualiser les choix de trajet ou de techniques corporelles permettant de passer une difficulté dans une voie. Ces innovations sont particulièrement prometteuses tant elles renforcent la qualité de l ergonomie du cours et l accessibilité des contenus pour tous les élèves. L apparition des tablettes numériques a d emblée suscité des perspectives d utilisation professionnelle et pédagogique chez les enseignants d EPS. Le nomadisme de ces outils, leur autonomie, leur ergonomie, leur caractère multimédia et leur connectivité, leur fluidité, leur évolutivité, leur attractivité ont généré des idées d utilisation souvent évidentes. Il s agit maintenant de transformer ces intentions en tentatives exploratoires et de parvenir à les consacrer en usages valides. La capitalisation des expériences permettra de les rendre transmissibles pour que l usage et l utilité des tablettes numériques dans l enseignement de la discipline EPS deviennent une compétence partagée au bénéfice de la réussite des élèves. En perspective : le développement de l usage des tablettes en EPS La spécificité disciplinaire de l EPS présente plusieurs caractéristiques qui rendent l utilisation des tablettes numériques particulièrement utile : Utilité dans la gestion des absences : souvent délivré à distance des locaux de cours et de la vie scolaire, la transmission des bulletins d absences nécessite des organisations particulières et coûteuses en temps ou en personnel. Les tablettes permettent une transmission numérique en temps réel. Utilité dans la présentation et la mise à disposition des informations nécessaires au cours : les sites de pratique comportent rarement les outils de communication qui facilitent la présentation et la mise à disposition d informations à l ensemble de la classe ; par ailleurs, lorsqu elles existent, les contraintes filaires les rendent peu adaptées par manque de proximité avec les espaces de production des élèves. Les tablettes permettent de présenter et de garder disponible à tout instant les informations essentielles au cours. Utilité dans la gestion du cours : la composition des équipes, la distribution des groupes sur les différents ateliers de pratique, le recueil en direct des résultats, la mise en mémoire de productions d élèves aux fins d analyse ou d évaluation, etc., peuvent être facilitées par les applications tout en réduisant l usage souvent peu adapté de papier ; Utilité dans l aide à l apprentissage : les productions d élèves sont éphémères et souvent contextualisées au cœur d interactions multiples et significatives (matériel, partenaires, adversaires, objets, etc.). De ce fait, l aide à l apprentissage prend actuellement appui sur la représentation mémorisée de la prestation que se donnent le professeur et les élèves. Ce simple fait révèle des distorsions qui viennent ensuite entraver la 26

31 bonne compréhension des conseils, des procédures, des critères de réussite, des éléments signifiants du contexte, et donc la réussite des élèves ; les tablettes permettent d enregistrer une trace vidéo qui facilite alors le guidage. Utilité dans la mise en relation entre les productions des élèves et les divers champs de connaissances de référence permettant la compréhension des pratiques, du corps, des facteurs de performance, la disponibilité de références dans les domaines de la sécurité (escalade) ou les bases de figures (gymnastiques, acrosport, danse), etc. Une expérimentation académique Ces différents axes sont en cours d expérimentation par le groupe EPS d USATICE. Il se propose d investiguer les différentes utilités évoquées plus haut avec les équipes des établissements concernés, d explorer les applications les plus performantes, de rendre compte des intérêts et limites et de formuler des propositions de façon à faciliter. Il opèrera un recensement des usages en cours dans l académie. Il élaborera des indicateurs de validation de l expérimentation. En effet, il s agit d identifier la plus-value apportée par l usage des tablettes en cours d EPS à partir des usages effectivement mobilisés : - quelles incidences sur l ergonomie du cours? - quels effets sur l activité des élèves? - quels effets sur leurs apprentissages? - quels effets sur l activité de l enseignant? - quels effets sur la dynamique globale de l enseignement de l EPS et sur les parcours de formation des élèves? - quels effets sur la circulation des savoirs professionnels? Une méthodologie plus affinée peut s appuyer sur les critères de conditions d efficacité dont la discipline EPS s est dotée au niveau académique et qui permettent de mesurer ou de qualifier les bénéfices d une décision pédagogique quelle qu elle soit. Un facteur de dynamique dans le cadre des associations sportives Les enseignants animateurs utilisent les ordinateurs portables pour transmettre les informations relatives à l'animation de l'as sur les portails d établissement. Ils stockent les résultats et des images de façon à conserver une trace de l'activité et composer des clips de promotion. Conclusion Le développement des usages numériques dans la pédagogie de l éducation physique et sportive devrait connaître une croissance importante. Les tablettes présentent des propriétés tout à fait prometteuses, notamment par la facilité de leur intégration dans l ergonomie variable et très contextualisée du cours d EPS. 7. Histoire- géographie et éducation civique en collège et lycée Attente des programmes et des instructions officielles Les programmes du lycée ne sont plus simplement incitatifs Les nouveaux programmes de lycées incluent tous quelle que soit la série un tableau des capacités et méthodes dans lequel le numérique a trouvé toute sa place. «I les technologies de l information et de la communication doivent jouer un rôle croissant» «II. Maîtriser des outils et méthodes spécifiques - Utiliser les TIC ordinateurs, logiciels, tableaux numériques ou tablettes graphiques pour rédiger des textes, confectionner des cartes, croquis et graphes, des montages documentaires». 27

32 Les nouveaux programmes de collège (BO n 32 du 28 août 2008) Ils donnent des instructions précises d utilisation des outils numériques et ne sont pas seulement incitatifs : - en histoire : «utilisation des technologies de l information et de la communication pour [le] travail documentaire chaque fois que possible» ; - en géographie : «Les systèmes d information géographiques (SIG) sont désormais d une utilisation courante (carte routière en ligne, systèmes de positionnement, images satellitaires ). Les élèves doivent en apprendre l usage et en acquérir l intelligence.» ; - en éducation civique : «[les élèves] sont initiés aux méthodes d enquête et de recherche, à la sélection et à l analyse de l information, au travail avec les technologies de l information et de la communication.» Besoins minima et conditions matérielles de mise en œuvre Trois types d utilisation des TICE sont envisageables en histoire géographie éducation civique ECJS qui supposent des équipements spécifiques : - en salle informatique (ou classe mobile) : les utilisations dans ce cadre sont ponctuelles ; les professeurs les plus investis prévoient des séances dans ce cadre une à deux fois par trimestre ; - en salle banalisée avec un vidéoprojecteur : les équipements sont de plus en plus nombreux et les professeurs les utilisent fréquemment ; le tableau blanc interactif reste beaucoup plus rare ; - au CDI : en fonction des projets conduits avec les classes. L utilisation des TICE : effets observés sur le travail des professeu rs et sur l activité des élèves Le bilan 2013 est très proche de ce qui avait été observé en Les effets positifs de l utilisation des TICE sont multiples : - les professeurs distribuent des documents à la présentation soignée grâce à un usage quasiment généralisé du traitement de texte ; - le recours à des documents diversifiés et nouveaux grâce à des banques de données et des logiciels adaptés : Les jalons de l histoire ; lesite.tv ; edugéo et les globes virtuels ; logiciels de cartographie - les documents vidéoprojetés sont de très bonne qualité et permettent de mobiliser l attention des élèves. Les professeurs n ont pas toujours suffisamment de recul face à l utilisation des TICE : - des leçons récupérées sur Internet sont proposées sans véritable réflexion (problème d adaptation ou de transposition) ; - ce sont les professeurs qui manipulent principalement, les élèves restent souvent dans une position passive avec peu d interactivité. Les observations en salle informatique sont rares, mais le manque d occasions de travailler avec des effectifs réduits en histoire-géographie est un frein mis en avant par les professeurs qui ont peur de ne pas maitriser la situation ; le travail avec des classes de 35 élèves est en effet souvent difficile : nombre d ordinateurs insuffisant, lenteur du réseau... Par rapport à 2009, l usage du vidéoprojecteur s est généralisé ; il est très rare qu en situation d inspection il ne soit pas présent. Les usages s étant multipliés, on constate aussi des niveaux d utilisation plus diversifiés. Cependant, à cause d une réflexion personnelle des professeurs encore insuffisante, sur la plusvalue du vidéoprojecteur, on constate des pratiques qui demandent à être mieux pensées : - les diaporamas ont tendance à accentuer la linéarité du cours par la succession de diapositives, donnant un effet cumulatif plutôt que démonstratif ; - de même, les diaporamas sont souvent le support à des cours magistraux au cours desquels les élèves passent trop de temps à copier les éléments vidéoprojetés ; 28

33 - la facilité à constituer des diaporamas conduit à la multiplication des documents voire leur accumulation peu propice à leur exploitation ; les documents de statut très différent, d origine multiple sont souvent mis sur le même plan (et sur la même diapositive), ce qui n aide pas à la construction du sens. L usage du tableau blanc interactif est loin d être généralisé comme on aurait pu le penser en 2009 alors qu il présente de nombreux atouts : - aider à hiérarchiser les savoirs transmis : il permet par des annotations apportées d éclaircir une problématique, de souligner les mots-clés qui la constituent ; - faciliter le décryptage des documents et le travail sur l image : annotation des documents, confrontation aisée de plusieurs documents, lecture de paysages par zonage puis construction d un croquis, travail sur document vidéo Préconisations Des usages raisonnés du numérique conduisent à des pratiques pertinentes à condition que la technique ne prenne pas le pas sur la réflexion pédagogique et didactique. Les TICE ne constituent qu un outil et rien d autre. Un certain nombre de règles sont donc à respecter. - Avoir une approche critique non seulement des propositions de séances proposées par les sites Internet, mais aussi de tous les documents mis en ligne et former les élèves à cette dimension critique. Cela suppose donc la manipulation de ressources numériques ; l éducation civique et l ECJS sont des enseignements particulièrement adaptés à cette réflexion. - C est bien la problématique qui est l entrée d une leçon et non l outil informatique. Le recours aux ressources numériques ou aux outils informatiques peuvent souvent apporter une forte plus-value dans la construction du raisonnement à condition d aider à répondre à la problématique du cours. - Renforcer le travail collaboratif et mutualiser les approches les plus pertinentes afin de gagner du temps pour les professeurs (mutualisation entre professeurs des bonnes pratiques) ou de travailler certaines compétences avec les élèves pour construire l autonomie. 29

34 8. Langues vivantes en collège et lycée L utilisation de ressources numériques et du vidéo projecteur est désormais bien implantée dans les cours de langues vivantes. On retrouve cet outil en collège et en lycée, bien que l on constate une utilisation plus variée en collège. Au lycée, en anglais, espagnol et italien, les professeurs utilisent principalement le vidéoprojecteur pour un travail de compréhension/expression à partir de documents vidéo (anticipation traitement du support), pour projeter des documents iconographiques (le plus souvent lors de l étape d anticipation) ou des diaporamas. En allemand, les professeurs l utilisent de plus en plus souvent pour élaborer la trace écrite du cours et en optimiser la mise en page. La durée d utilisation couvre pratiquement toute la séance. On projette des plans, des images, des arbres généalogiques, des photos, du lexique, des exercices Certains documents sont issus du manuel numérique. On en donne souvent une version papier, la plupart du temps en noir et blanc. C est là également un avantage du vidéoprojecteur qui permet de travailler en classe sur des supports en couleur riches et motivants. Il faut noter que l exploitation de documents vidéo est de plus en plus fréquente. Généralement, le travail sur le support vidéo ou audio se fait à l aide d une fiche identique pour tous qui s apparente toutefois davantage à une fiche d évaluation qu à de réelles activités d apprentissage, destinées à mettre en place des stratégies dans l activité langagière de compréhension. En collège, en anglais et en espagnol par exemple, les usages concernent plus régulièrement l introduction et le rebrassage du lexique, la phase d anticipation ainsi que l activité de transfert et parfois la phase de pratique raisonnée de la langue. Un certain nombre de professeurs l utilisent aussi pour l élaboration de la trace écrite, ce qui leur permet, a posteriori, de la modifier et de l étoffer, puis de la mettre en ligne sur le cahier de textes numérique. Dans quelques cas, certains enseignants ont organisé la totalité de leur préparation sous forme numérique. En collège, en espagnol, les enseignants commencent à attacher des fichiers son dans le cahier de texte numérique afin que les élèves poursuivent l entraînement à la prononciation en dehors du cours. En allemand, il arrive que les professeurs renvoient leurs élèves à un site Internet pour le travail à la maison. Dans ce cas, ils montrent à la fin du cours, par le truchement du vidéo projecteur, les fonctionnalités du site. L ordinateur couplé au vidéoprojecteur n a pour autant pas entièrement remplacé le lecteur de CD qui demeure un outil d entraînement à la compréhension de l oral, même si la plupart de professeurs utilisent maintenant l ordinateur, les clés USB ou des documents audio et vidéo au format numérique. Certains enseignants, en anglais notamment, se connectent parfois directement sur un site Internet, de façon à vérifier une information, à élargir les compétences culturelles ou dans une phase d échauffement linguistique, pour les rituels d entrée en classe à propos de la météo du jour notamment. Malheureusement, la fiabilité des connections n est pas toujours acquise (en certains endroits de l académie et à certains moments de la semaine) et cela peut constituer un réel facteur de découragement. Globalement, les établissements sont de mieux en mieux équipés, notamment les collèges où de nombreux professeurs disent utiliser le vidéoprojecteur quotidiennement. On constate avec satisfaction que les collèges ECLAIR sont généralement bien équipés et que l utilisation des ressources et des équipements offre une plus-value sensible en termes d accroissement de la motivation et de l attention, d aménagement possible des contenus en fonction du niveau des élèves. En dehors des formateurs ou de professeurs déjà aguerris dans ce domaine, l utilisation du TBI n est pas encore suffisamment répandue et ce malgré les efforts importants de formation consentis dans le cadre du plan académique de formation (PAF). Les observations des inspecteurs d anglais et d allemand par exemple ont permis de relever une utilisation en collège essentiellement pour conduire des activités lexicales (de type appariement de mots de vocabulaire et d illustrations). En espagnol, plusieurs observations ont été réalisées au collège ou au lycée au cours desquelles le TBI était utilisé pour une exploitation de tableaux de maître, permettant une découverte progressive et un travail sur la composition des œuvres. Les professeurs ne se sont toutefois pas encore saisis des nombreuses possibilités offertes par cet outil. 30

35 L utilisation de chariots mobiles est également peu fréquente, mais s accompagne la plupart du temps de difficultés techniques. Les inspections n ont qu exceptionnellement permis d observer l usage de la baladodiffusion. Quand ce fut le cas, il faut noter que ces usages ont été très encourageants en termes d efficacité, de motivation et d individualisation de l apprentissage. De façon générale, de nombreux professeurs sont intéressés par cet outil nomade, se sont inscrits aux formations (PAF ou formations USATICE) et souhaitent l utiliser prochainement. 9. Lettres histoire dans la voie professionnelle Constat et préconisation Le vidéoprojecteur est présent dans les classes et son usage le plus fréquent est destiné à : - une présentation assistée par ordinateur, - une projection de documents étudiés issus ou non de manuels numériques. Les animations sont rarement réalisées par l enseignant, on ne peut pas évoquer de plus-value pédagogique lors des activités. Le face à face pédagogique est donc renforcé sans autre interactivité qu un questionnement oral classique. Mais les usages plus novateurs se font rarement lors des inspections, mais plutôt dans des activités de projets, parfois pluridisciplinaires, conçus autour de temps de recherches documentaires externalisés au CDI ou hors la classe. Pour recueillir des productions d élèves, on observe exceptionnellement l usage de plateformes telles que Chamilo, Les graphiques suivants sont un bilan des visites de l année scolaire. (nombre d inspections : 50 au 15 avril 2013). Utilisation du numérique pour : 20% 80% 0% Recherche doc saisie et stock exploi données modélisation Communication 31

36 Modalités d'usage par les élèves 0%14% 0% guidée pour tous autonome différenciée selon besoins 86% différenciée selon taches Moments des usages 23% 0% debut de séance Pendant fin 77% 10. Lettres en collège et lycée Les résultats de l enquête menée par les IA-IPR de lettres sont les suivants : en collège, 1 inspection sur 5 a été l occasion d observer une utilisation du numérique et en lycée 1 sur 6 seulement. Ces résultats sont probablement inférieurs à ceux obtenus auprès des professeurs qui dans leur majorité affirment utiliser les outils informatiques ; il convient en effet de distinguer l usage réel qu ils en font et celui observé au cours des inspections qui est moins fréquent : cela témoigne d une méfiance nourrie à l égard de l outil qui peut faire suite à des déconvenues d ordre technique. Les autres freins à l utilisation des TICE sont classiquement d ordre matériel : accès à la salle informatique difficile pour des raisons de réservation, de concurrence forte d autres matières, de nombre de postes ; les salles où exercent les professeurs de lettres enfin sont rarement les premières équipées (peut-être par manque de combativité de ces mêmes professeurs). L utilisation la plus fréquente est la vidéoprojection de documents exploités pendant l heure de cours : il peut s agir de documents de contextualisation (affiche, photographie, court documentaire) qui sont, dans ce cas, montrés en début d heure, ou de prolongements, en particulier dans le domaine de l histoire des arts 32

37 (projection de tableaux le plus souvent), et occupent alors la fin de l heure : les documents le plus souvent exploités sont les textes et les images fixes ou animées, les documents sonores plus rarement. Les manuels récents proposent une version numérique qui n est en général qu une redite du manuel papier et n offre pas d exercices interactifs. Les séances en salle informatique observées en inspection sont exceptionnelles ; la saisie d informations par un élève pendant le cours est très rare, c est le professeur qui assume cette tâche. Enfin ces usages sont toujours plus fréquents au collège qu au lycée, comme il a déjà été dit, à cause de la pression des programmes plus forte au lycée. Pour les enseignants, l utilisation la plus fréquente concerne la recherche documentaire dans le cadre de la préparation des cours, avec le risque (la tentation?) de s inspirer de travaux de qualité médiocre dans des sites non institutionnels, mais les professeurs sont de plus en plus prévenus contre cette pratique. Le cahier de textes numérique est quasiment toujours utilisé sans que toutes les possibilités qu il offre soient exploitées (affichage des textes, des exercices ). Quant aux élèves, ils répondent également aux demandes de recherche à l occasion d un exposé ou d une recherche plus ponctuelle. Les devoirs saisis à l ordinateur sont acceptés, mais cette pratique n est pas très courante. Enfin au cours des séances observées, c est le professeur qui guide le travail à partir du document vidéoprojeté : il n est pas envisagé d activité en autonomie pour les élèves Préconisations d utilisation - L exploitation des documents certes, mais sans doute davantage un travail sur les textes étudiés permettrait d utiliser efficacement l ordinateur ou le vidéoprojecteur, particulièrement pour l étude de la langue et les cours de grammaire avec des exercices de substitution, déplacement, effacement ou sur l organisation syntaxique de la phrase. - Pratique de l écriture longue avec travail sur les brouillons. - Accueil des élèves «dys» : un des domaines où le bénéfice du numérique est le plus grand. - Possibilité d une véritable pédagogie différenciée : par exemple dans les classes de langues et cultures de l Antiquité de seconde du lycée où sont mêlés des latinistes de trois ans, des débutants, des explorateurs. - Apprentissage de l autonomie par un travail individualisé à l occasion de tâches complexes. L académie offre quelques beaux exemples de projets (par exemple dans le cadre de l expérimentation Culture numérique) pour lesquels les outils numériques sont utilisés : journal du collège, revue (forum optimum par des latinistes), cahier de lecture numérique. Quelques exemples d outils utilisés à ces occasions : - TapTouch, logiciel d entraînement pour maîtriser le clavier et accéder à un rythme de saisie plus rapide. - Didapage : application qui permet de créer des pages ou des livres interactifs qui intègrent du texte, des images, du son, de la vidéo. - Inspiration : logiciel pour créer des fiches heuristiques. - Framapad afin de pouvoir collaborer en ligne ; - Wallwisher pour pouvoir créer un mur de travail collaboratif. Langues et cultures de l Antiquité Les ressources sont abondantes, mais là encore le numérique est utilisé surtout pour la présentation de documents historiques, artistiques, touchant la religion et la civilisation, mais rarement pour l étude des textes et de la langue alors que des sites présentent des séquences qui font ce travail (Hélios). 33

38 Rappel des préconisations en termes de ressources Privilégier les sites institutionnels : - sites académiques (celui d Aix-Marseille en particulier qui offre près de 250 documents et qui permet de se tenir au courant de l actualité). Ce site propose deux sitographies assez complètes élaborées par l inspection pédagogique régionale pour les langues et cultures de l Antiquité et pour l enseignement du théâtre. - Le site Eduscol, utile pour l enseignement des lettres, des langues et cultures de l Antiquité, de l histoire des arts, des TICE. - Le site du ministère de la Culture, qui a mis en place un portail dédié à l enseignement de l histoire des arts : - Les sites de la BNF, des musées nationaux qui proposent des collections en ligne ainsi que des dossiers pédagogiques (http://classes.bnf.fr/ ; - Le site de l INA, sur lequel on peut retrouver les enregistrements des grands orateurs du XXe siècle. - Les sites dédiés à certains points du programme (ex : ou encore - Pour l enseignement des LCA, on peut consulter un article des "Dossiers de l'ingénierie éducative" du CNDP qui recense les outils et sites intéressants : - Les dictionnaires en ligne (dictionnaire de langue comme le TLF, Gaffiot, Bailly) - Des exercices en ligne sur la maîtrise de la langue sur les sites reconnus comme celui de CCDMD (http://www.ccdmd.qc.ca/fr/) ou celui de Jacqueline Picoche (http://jpicochelinguistique.free.fr/) - Des exercices en ligne pour l enseignement des LCA sur le site de l académie de Poitiers (http:// /lang_anc/ ; Conclusion Le caractère incontournable du numérique est reconnu, mais l appropriation de l outil n est pas encore totale : on s en tient essentiellement à une présentation des textes ou d œuvres qui pourrait passer par le papier ; on reconnaît cependant les avantages de la projection. Cette étape, sans doute nécessaire, devrait précéder celle où les élèves, dans un travail plus individuel, utiliseront le numérique comme un véritable outil d apprentissage interactif. Les professeurs de lettres sont prêts à s investir à condition que les conditions matérielles s améliorent et que l accent soit mis sur la formation dans les années à venir. 11. Mathématiques et sciences physiques et chimiques en lycée professionnel Analyse des résultats Globalement, tous les enseignants de la discipline utilisent les TICE, hormis quelques réfractaires. L utilisation est conditionnée par les programmes en vigueur que ce soit en «bac pro» ou en CAP, certaines parties de programmes ne pouvant être enseignées sans les TICE (statistiques, géométrie ) en raison de la présence des TICE aux examens. Les vidéoprojecteurs sont régulièrement utilisés par l ensemble des professeurs. 34

39 Les professeurs utilisent des logiciels dédiés souvent gratuits et libre d accès (Geogébra, Open Office). L emploi des TICE a réellement évolué au cours des dernières années, les enseignants les utilisant de plus en plus régulièrement. Cependant l utilisation reste perfectible didactiquement et pédagogiquement. Certains enseignants ont une grande maîtrise et développe des scénarii pédagogiques élaborés. Perspectives - Développer une utilisation régulière par les élèves en toute autonomie. Cela requiert un plus grand nombre de salles adaptées et équipées pour la discipline, tant en mathématiques qu en sciences physiques et chimiques. Cela offrira la possibilité d une utilisation pédagogique adaptée en cours de séance et améliorera l efficience de l utilisation des TICE dans la discipline. - Continuer de former les enseignants pour une meilleure utilisation plus performante. 12. Mathématiques en collège et lycée Attentes des programmes et instructions officielles Les outils numériques exercent, sur l enseignement des mathématiques, une double influence : - comme instruments au service de la pédagogie, ils modifient la façon d enseigner ; - au travers de logiciels spécifiques, ils ont modifié la pratique même des mathématiques. Les programmes et les instructions officielles reflètent ainsi une double préoccupation. «L introduction commune à l ensemble des disciplines scientifiques» des programmes de collège consacre tout un chapitre à la place des outils numériques. Les programmes de mathématiques précisent ensuite des usages et des capacités attendues : emploi d un logiciel de géométrie dynamique dès la classe de 6 e, d un tableurgrapheur dès celle de 5 e, pour viser en 3 e la maîtrise de ces deux outils. On retrouve la même chose pour les programmes de lycée. Le programme de mathématiques de seconde comporte dans son introduction un paragraphe intitulé Utilisation d outils logiciels ainsi rédigé : «L utilisation de logiciels (calculatrice ou ordinateur), d outils de visualisation et de représentation, de calcul (numérique ou formel), de simulation, de programmation développe la possibilité d expérimenter, ouvre largement la dialectique entre l observation et la démonstration et change profondément la nature de l enseignement. L utilisation régulière de ces outils peut intervenir selon trois modalités : - par le professeur, en classe, avec un dispositif de visualisation collective adapté ; - par les élèves, sous forme de travaux pratiques de mathématiques ; - dans le cadre du travail personnel des élèves hors du temps de classe (par exemple au CDI ou à un autre point d accès au réseau local).» Les programmes de toutes les séries, rénovés ces dernières années, ont été écrits dans le même esprit. De manière plus spécifique, l enseignement de notions d algorithmique fait l objet de prescriptions sur l ensemble des trois années de lycée. Besoins minima et conditions matérielles effectives de mise en œuvre Chaque professeur de mathématiques doit avoir accès avec ses classes de manière suffisamment fréquente à des salles pouvant accueillir une classe entière, équipées d un ordinateur relié à un vidéoprojecteur ou un TNI (tableau numérique interactif), à une salle informatique généraliste (ce qui implique, pour un lycée de taille moyenne, l équivalent de l usage à temps plein d une salle par les mathématiques) et enfin les élèves doivent pouvoir accéder à des postes «en libre-service» en dehors des heures de cours. 35

40 Les collèges des Bouches-du-Rhône disposent d un équipement qui permet de satisfaire ces attentes, éventuellement en utilisant aussi une «classe mobile». Dans les autres départements et les lycées, les conditions s améliorent nettement, mais nous rencontrons encore des équipes qui ne disposent pas de ces conditions de travail et nous constatons de très grandes disparités. Nous déplorons la fréquente corrélation entre le manque d équipement ressenti et la frilosité de l implication de l équipe des enseignants de mathématiques dans les usages du numérique. État de l introduction des outils numériques dans l enseignement des mathématiques Nous synthétisons ici les données recueillies lors de l inspection de professeurs de collège ou de lycée. Il ne s agit pas seulement d observations lors de la visite d inspection, mais aussi de l évaluation de leurs pratiques au quotidien. a. dans le travail des professeurs Dans leur quasi-totalité, les professeurs utilisent divers outils (traitement de textes, logiciel de géométrie, tableur ) pour leurs préparations de cours et l élaboration des fiches de travail et des sujets de devoir. Ils gèrent leurs notes grâce au tableur et sont maintenant habitués à remplir les bulletins trimestriels en ligne. Dans les établissements qui disposent d un espace collaboratif, la collecte de devoirs en ligne et un suivi des élèves par leurs professeurs se répandent. b. dans l enseignement et l activité des élèves Lorsque les professeurs de mathématiques ont accès à un vidéoprojecteur ou un TNI, l usage le plus fréquent consiste à remplacer le manuel en projetant des documents. On constate que certains professeurs utilisent des logiciels de présentation assistée par ordinateur comme support d un cours déjà écrit. Ce dispositif, adapté à des temps de conférence, ne permet pas une élaboration collective des énoncés préconisée en termes de maîtrise de la langue ; son emploi doit donc rester très exceptionnel. Par contre, dans des classes où l usage du TBI est fréquent et pertinent, le professeur est à même de mettre les synthèses construites collectivement à disposition des élèves dans un espace réservé, par exemple sur le site de l établissement. Les professeurs emploient aussi le vidéoprojecteur ou le TNI, seuls ou plus rarement en interaction avec les classes, pour modéliser des problèmes mathématiques au moyen de logiciels adaptés. D une manière qui reste encore trop occasionnelle, et qui reste en grande partie conditionnée par la commodité de l accès à une salle informatique convenablement organisée, les professeurs organisent des séances de TP où les élèves prennent en mains ces outils. Des activités de deux types sont alors proposées : - résolution de problèmes : modélisation expérimentation sur ordinateur ou calculatrice conjecture démonstration tout ou partie effectuée par les élèves. Ce type d activité est au centre du travail mathématique et donc de la formation de l élève. Nous observons cependant que la fiche guidée est la norme et la recherche d une démarche autonome l exception. - des exercices d entraînement et/ou de remédiation, au moyen de ce qu on peut appeler des «exerciseurs». Les graphiques suivants sont issus de l évaluation des pratiques des enseignants de mathématiques lors de la campagne d inspections

41 90% Usages collèges 100% Fréquent Occasionnel Jamais Usages lycées 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Recherche documentaire Gestion de données Modélisation communication 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Recherche documentaire Gestion de données Modélisation communication On observe donc une appropriation progressive des logiciels spécifiques à l activité mathématique, mais encore peu de modifications des pratiques pédagogiques, ainsi qu en attestent les graphiques qui illustrent les modalités d organisation du travail des élèves. 70% Modalités collèges Fréquent Occasionnel Jamais 80% Modalités lycées 60% 70% 50% 60% 40% 50% 40% 30% 30% 20% 20% 10% 10% 0% Prof devant la classe Guidée (fiche) Elèves autonomes 0% Prof devant la classe Guidée (fiche) Elèves autonomes Préconisations L outil informatique doit rester au service des apprentissages et son utilisation pertinente dépend de la qualité de la réflexion que doit mener chaque enseignant sur la conception des séances. Leur effort doit porter essentiellement sur : - la mise en œuvre de scénarios de classe qui font vivre les diverses phases de l activité mathématique : observer, abstraire, expérimenter, démontrer. L usage (collectif ou individuel) d ordinateurs ou de calculatrices se montre précieux dans certaines de ces phases et il permet d entraîner les élèves à conduire une recherche. Il faut pourtant veiller à laisser à l élève une autonomie suffisante pour qu il puisse se livrer à des essais, chercher, découvrir, se tromper, apprendre à contrôler son travail (et l outil informatique apporte alors bien souvent une aide décisive). Il est donc essentiel que l activité permette une véritable découverte et suscite de véritables questions. Il faut donc proscrire les présentations d activités qui ne laissent plus à l élève que la responsabilité d effectuer chacune des micro-tâches indiquées sur une fiche ; - la différenciation des activités proposées aux élèves. L usage de solutions informatiques permet aux professeurs de proposer des parcours personnalisés à certains groupes d élèves. Pour être efficaces, ces temps d exercices doivent s inscrire dans la continuité du travail mathématique. Il faut donc éviter des scénarios dans lesquels le seul objectif serait d obtenir «un bon score» (en répondant éventuellement au hasard), sans regard réflexif sur les stratégies mises en œuvre. L attrait passager de l emploi de la machine ne saurait garantir un quelconque apprentissage. On constate avec plaisir que des enseignants savent choisir ces temps de façon à garantir un véritable entraînement (qui reste indispensable) en veillant à ce qui aura été découvert ou maîtrisé dans l environnement informatique reste mobilisable par l élève lorsque l environnement change. Il est 37

42 certain que l emploi de ces outils facilitent une différenciation des rythmes de travail et donc, lorsque ceci est bien pensé dans le scénario pédagogique, un accompagnement plus personnalisé des élèves ; - la réflexion sur les nouvelles potentialités offertes : par exemple, traiter des volumes importants de données ayant une signification réelle pour les élèves, l intérêt d utiliser des outils puissants avant même leur construction mathématique par les élèves ou d utiliser des outils de calcul formel 13. Sciences économiques et sociales Ce bilan de l utilisation du numérique en SES est fait à partir des 60 inspections réalisées en Sur 60 inspections de professeurs de SES de l académie d Aix-Marseille, 14 professeurs ont utilisé du numérique en classe. L analyse ci-dessous est faite à partir des profils (de 1 à 5) définis dans l annexe 3. Ainsi un peu moins de 25% des professeurs de SES inspectés cette année correspondraient au profil 4. Parmi ces 14 professeurs, 12 l utilisaient pour vidéoprojeter un plan de cours ou un (ou des) document(s) et 2 pour des usages un peu plus développés. Une seule séance de deux heures était vraiment construite autour du numérique et ce, de manière très efficace. [Les deux professeurs concernés par cette utilisation plus poussée sont le webmestre et l IATICE de SES, dont les compétences en ce domaine ne font aucun doute et un autre collègue qui l assiste dans ces taches!] Pour autant, il ne faut pas en déduire que les professeurs de SES de l académie sont réfractaires au numérique. En effet, je ne connais aucun professeur de SES de l académie qui ait le profil 1, à savoir qui ne fasse aucun usage du numérique. En, effet, tous les professeurs inspectés utilisent le numérique à titre personnel (profil 2) et pour préparer leurs cours à l extérieur de leur classe (profil 3). La plupart des enseignants de SES inspectés appartiennent au profil 3 car ils utilisent le numérique pour : - suivre l actualité scientifique des sciences économiques, politiques et de la sociologie sur les très nombreux sites existant dans ces domaines et plus largement pour suivre l actualité économique et sociale, notamment en étant abonnés à des listes de diffusion donnant accès à des informations nombreuses et variées (INSEE, direction de l'information légale et administrative, service public, DREES-ONPES, Observatoire de la pauvreté, Sénat, Assemblée Nationale ) ; - suivre l actualité de la discipline, de l académie, sur des sites pédagogiques institutionnels ou associatifs, personnels ; - se connecter au site de leur établissement (remplissage du cahier de textes numérique, des bulletins de notes ) ou produire des ressources sur les sites des établissements dans des cas plus rares ; - rechercher des documents pour construire leurs cours ; - rechercher des documents de nature variée pour les fournir aux élèves, notamment dans des dossiers documentaires, souvent de très bonne facture, réalisés à l aide de logiciel de traitement de textes ; - construire des évaluations, toutes réalisées sous forme numérique (traitement de texte, tableau ), qui exige, en première et terminale notamment, d utiliser des documents de nature variée, bien souvent issus de sites Internet de qualité ou de sites pédagogiques ; - quasiment tous les professeurs utilisent les messageries électroniques pour recevoir les informations provenant du webmestre ou de l inspection à destination de tous les professeurs de SES de l académie, pour communiquer entre eux, avec l inspection et, de plus en plus, pour échanger avec les élèves afin d envoyer par exemple des travaux à faire ou des synthèses de cours. Les élèves ont aussi de plus en plus la possibilité de contacter les professeurs par mail ; - enfin, certains professeurs ont construit des sites personnels sur lesquels ils déposent du contenu à destination des élèves, des collègues Les collègues de SES de l académie, de profil 5, restent très marginaux. 38

43 14. Sciences et techniques industrielles Contexte général Dans le secteur STI, l intégration du numérique dans nos enseignements est plus un défi pédagogique que technologique. Il faut tendre à ce que les compétences numériques de nos élèves soient impérativement les plus adaptées au monde du travail. Tous les enseignants sont donc concernés par l'usage des outils propres aux TIC et leur intégration dans les pratiques pédagogiques. A très court terme, la pédagogie devra s orienter et/ou se renforcer vers la création d activités adaptées à différents groupes d élèves hétérogènes et l enseignant devra faire acquérir de nouvelles aptitudes et compétences qui permettront d intégrer la société numérique. Constat et analyse Les TICE sont très utilisées par les enseignants dans leur préparation des cours (98%), mais ne sont pas réellement intégrées à leurs pratiques pédagogiques dans la classe (19%). Le groupe classe (15 élèves) induit une utilisation des TICE de façon plus fréquente ; cependant elle se limite trop souvent à l'emploi en classe d'un seul ordinateur avec un vidéoprojecteur et/ou parfois un TNI. Pour le lancement de séance (mise en situation) dans un temps réduit (1/4h), le professeur (dans 65 % des cas) choisit de projeter un document numérique (PowerPoint, animation flash, vidéo ou autre) pour sensibiliser les élèves à la problématique de départ. De plus, on peut regretter que les tableaux interactifs, de plus en plus présents dans les établissements, ne soient pas assez usités afin d'animer plus efficacement des séances. La projection de documents interactifs entraîne indéniablement la participation active des élèves. Utilisation du numérique pour : 23% 35% Recherche doc saisie et stock exploi données 14% modélisation Communication 9% 19% 39

44 Modalités d'usage par les élèves 19% 36% guidée pour tous autonome 12% différenciée selon besoins différenciée selon taches 33% Moments des usages 22% 44% debut de séance Pendant fin 34% Durées des usages 27% 16% 17% 40% 1/4 1/2 3/4 Totalité Feuille de route pour l année Les sites pédagogiques : coopération et collaboration La montée en charge des sites pédagogiques disciplinaires devra permettre, pour l année à venir, de mettre à disposition, des professeurs et formateurs, des ressources numériques pédagogiques innovantes de 40

45 manière à ce que celles-ci constituent de nouvelles opportunités pour le travail de production et de collaboration. Le développement de nouveaux usages pédagogiques Un groupe de formateurs référents aura pour mission de conduire les enseignants à ne pas se laisser enfermer dans les logiques de l outil numérique et leur. apprendre à savoir transformer et détourner l outil en instrument au service de la didactique de la discipline. Un module Scenarii et opale a été élaboré à cet effet dans le plan académique de formation. Les jeux sérieux : un nouveau support d apprentissage Certains groupes de professeurs STI se sont engagés dans l expérimentation de nouveaux supports numériques d apprentissage, c'est-à-dire l utilisation de jeux sérieux en classe afin d'en mesurer l'apport pédagogique. Durant l année , le retour d analyse sera publié sur les sites disciplinaires. Constat et analyse général par discipline 1. Génie mécanique - Une application informatique pour le suivi individualisé des acquis des élèves par compétence est utilisée. - Les outils numériques sont globalement utilisés pour la présentation et la communication, ainsi que la recherche documentaire (ressources). - Ils sont mobilisés le plus souvent de manière guidée, pour tous, mais également au service de la différenciation, le plus souvent selon les tâches prescrites à chacun en atelier, mais aussi parfois selon les besoins des apprenants. - Des outils numériques sont inhérents à la formation (GMAO par exemple). - On note une utilisation généralisée de logiciel (habilitation électrique, simulateurs...) permettant également la personnalisation de l enseignement. - Cependant, certains rares établissements peinent à s équiper et à moderniser leurs plateaux techniques par l utilisation du numérique. 2. Génie industriel, industries graphiques - L enseignement s articule essentiellement autour de logiciels professionnels (PAO) et de gestion de flux numériques (impression numérique). Les élèves sont individuellement postés sur un ordinateur (mac). - Cependant, les pratiques pédagogiques n intègrent pas, en grande majorité, l utilisation des moyens numériques. Les enseignants demeurent dans une pratique traditionnelle : vidéoprojecteur (parfois sans équipement permanent dans les salles), séquence de vidéo, diaporama figé..., mais l interactivité à l aide d un outil numérique tel que, par exemple, le tableau interactif ne figure pas dans leur pratique quotidienne. - Ils sont mobilisés le plus souvent de manière guidée, pour tous. - Des outils numériques sont inhérents à la formation (GPAO ou logiciel d imposition par exemple), mais ne sont pas mis en place (des demandes d équipement doivent aboutir). 3. Génie chimique - Des ressources numériques en ligne de type vidéo, «serious games» sont disponibles et utilisées régulièrement. - Les outils numériques utilisés sont le plus souvent des logiciels de bureautique mis en oeuvre à des fins de communication et de présentation, guidée pour tous. - Il est difficile, pendant les séances de travaux pratiques, de mobiliser des ressources informatiques eut égard aux types d activité menés sur les plateaux de génie chimique. L utilisation se limite aux opérations de mesurage et d analyse. 41

46 4. Génie des matériaux - Les professeurs se forment à la modélisation 3D afin de permettre une conception par ordinateur et, par conséquent, un pilotage numérique de la fabrication. - Les outils numériques utilisés sont le plus souvent des logiciels de bureautique mis en oeuvre à des fins de communication et de présentation, guidée pour tous. 5. Génie mécanique construction L enseignement de la construction mécanique est historiquement un des premiers à avoir connu des applications de la CAO. Ces logiciels aident non seulement à la création des pièces (ou systèmes) ou à la mise en œuvre de leur fabrication, mais aussi à la simulation de leur comportement et donc à la compréhension et la validation des solutions retenues. Ces outils de conception et de simulation sont au cœur des compétences des métiers. Toute conception et réalisation de pièces ou de systèmes s effectue aujourd hui dans une approche de confrontation entre le virtuel de l étude et le réel du résultat obtenu, toute étude sera d abord conduite en virtuel pour être testée ensuite dans la réalité. La méthode de travail traditionnelle sur plan "papier" est bien abandonnée. Ici, dès le début de la phase d étude, on travaille sur le système dans son ensemble. On dispose d un prototype virtuel, que l on va appréhender dans une démarche de compréhension qui va évoluer en fonction des niveaux d étude (matériaux, procédé d'obtention...) avec la possibilité de revenir sur les différentes étapes pour approfondir l étude. Il est donc important que, dès son entrée dans la formation, l élève puisse appréhender la formation par l utilisation des logiciels au travers de l étude d un produit ou d un système. A partir d une réalité physique, l élève pourra confronter la représentation chaîne du virtuel de la création et l étude. L ergonomie des outils numériques permet aujourd hui une modélisation parfaite de la réalité. Il faut reconstruire les modèles d apprentissage pour utiliser cette possibilité de double commande. Puisque la chaîne numérique permet de simuler le réel, l élève a, dès son entrée, le droit d essayer de concevoir et de réaliser ou d intervenir sur un système à partir de processus validés par simulation. Didactique propre à une séquence d apprentissage Partir d une situation de la construction mécanique comportant un problème technique nouveau à résoudre. Pour traiter le problème, l élève doit conduire une activité en réalisant une tâche. L élève, guidé par le dossier d activité traite le problème posé. Ce dossier est bien souvent numérisé et l élève est guide par un document type diaporama qui le guide vers la réflexion à développer. Il peut ainsi, avec celui-ci et par des liens bien identifiés, se diriger vers un document de maquette numérique, récupérer sur des données numériques utiles pour son problème, découvrir un document de rappel des savoirs vus auparavant, utiliser des représentations réalistes et les représentations symboliques, utiliser des sites Internet pour récupérer des données où des exemples de solutions pour les analyser, des banques d images factuelles, de situations, de défauts, d illustrations, des animations réalistes d un fonctionnement, des animations schématiques de principes, des simulations scénarisées de comportements mécaniques, des bases de données de composants. Cette démarche privilégie l assistance technique et le guidage formation. Très présent dans les activités pour guider les élèves. C est le niveau 2 de l utilisation des TICE, «moderne et attrayant». Ces approches exigent des temps de préparation importants pour obtenir des résultats intéressants et la défiance des professeurs est parfois très grande. 42

47 Des situations d apprentissage sont montées aussi avec un espace de travail adaptable à l autonomie des élèves, des aides en ligne internes accessibles mais optionnelles, des aides adaptées (connaissances, méthodes, techniques) en «libre-service» et une aide à la formalisation des connaissances. Ainsi, il y a création par le professeur d un «espace numérique de travail» de l établissement pour la discipline. En fait, avec cette démarche, l élève est amené à utiliser des ressources variées en rapport avec l apprentissage qu il reçoit. C'est-à-dire découvrir la relation réel modèle. D autre part, l utilisation de tableau interactif lors des séances, soit d apprentissage pour montrer collectivement l utilisation d un outil logiciel soit pour mettre en situation d analyse les élèves lors des séances de synthèse, se fait dans beaucoup d établissements. D un point de vue pédagogique, les logiciels volumiques permettent de développer un enseignement simultané, qui permet aux élèves de visualiser une pièce et un ensemble en volumique en fonctionnement. On facilite ainsi, l appropriation des connaissances, par une approche simultanée des points de vue. C est donc une autre pratique de l enseignement qui est faite avec le numérique. Le numérique modifie en profondeur les modes d'apprentissage «traditionnels». Le concept de point de vue permet de comprendre de manière interactive le système des vues et des projections. Il permet d'approcher la notion de vraie grandeur et d'utilité des plans normés, encore indispensables dans la définition et la réalisation des produits et des constructions. La relation entre les figures géométriques qui pilotent la création d'un volume élémentaire et les formes et surfaces fonctionnelles du volume créé sont très faciles à percevoir à l'aide d'un logiciel volumique et très formatrice d'un point de vue conceptuel. La CAO volumique permet également d'identifier facilement les surfaces fonctionnelles, de les nommer et participe ainsi à construire la culture technique des élèves. L'image numérique permet de "rentrer" dans la structure d'un mécanisme. L'élève peut très facilement manipuler chaque pièce constitutive d'un ensemble, identifier des composants, réaliser des coupes "dynamiques" qu'il positionne où il veut et qui lui permet de découvrir l'intérieur d'un système. Toutes ces manipulations sont impossibles à mener simplement avec un objet réel. Par contre, il est indispensable que l'élève découvre les différences entre cette approche virtuelle, où tout est permis, même les manipulations impossibles, et la réalité des mécanismes réels. L'élève découvre ainsi le concept de «chaîne numérique», qui va de la conception des produits à leur réalisation et à leur entretien, et qui devient omniprésent dans le monde des entreprises. Les maquettes numériques sont utilisées avec les élèves suivant deux logiques : logique de conception, logique d exploitation. Elles permettent d améliorer l installation d images mentales facilitant l apprentissage. C est le niveau 1 de l utilisation des TICE, mais il ne doit pas être négligé car il participe à la formation et à vaincre les peurs des professeurs non spécialistes. Le vécu actuel des professeurs de génie mécanique construction montre qu il ne suffit pas de disposer de moyens informatiques pour enrichir sa pratique pédagogique par les TICE. Le choix d aborder l utilisation des TICE par la voie pédagogique et didactique est l acte premier de leur enseignement. C est aussi de définir un «mode d apprendre» adapté au sujet visé, aux élèves et à leur environnement social et technique. 43

48 Filières Génie civil et Chaudronnerie Utilisation comme outil propre à la profession Les logiciels spécifiques de la profession sont utilisés régulièrement et de manière satisfaisante pour la filière Chaudronnerie. Il s agit principalement de logiciels de CAO (modélisateur 3D) ou de FAO (développement de la fabrication) liés des machines à commande numérique. Pour ce qui concerne la filière Génie civil, en enseignement de spécialité, les logiciels spécifiques sont très peu utilisés. Cependant, je note une amélioration dans l utilisation du logiciel Sketchup, qui permet une visualisation en 3D des différents ouvrages. Les logiciels de bureautique sont largement utilisés auprès des élèves, notamment lors de la rédaction de leur rapport d activité. Utilisation comme outil pédagogique Les pratiques pédagogiques n intègrent pas, en grande majorité, l utilisation du numérique. Les enseignants demeurent dans une pratique traditionnelle : vidéoprojecteur, séquence de vidéo, diaporama figé mais l interactivité à l aide d un outil numérique tel que, par exemple, le tableau interactif figure peu dans leur pratique quotidienne. Un seul enseignant a exploité l interactivité du tableau numérique lors de mes observations. Génie électrique (électrotechnique, électronique) - Trois applications informatiques pour le suivi individualisé des acquis des élèves par compétence sont en cours d expérimentation au niveau de la filière électronique. - L utilisation de tablettes numériques par les enseignants commence à se développer dans 3 établissements, autour de deux directions : o validation des compétences des élèves en cours de TP, o présentation de documents vidéo projetés. - Certains documents réponses de TP sont réalisés sur informatique et envoyés aux enseignants de façon à limiter l usage du support papier. - Les outils numériques sont globalement utilisés pour la présentation et la communication, ainsi que pour la recherche documentaire. - Des supports didactiques se développent progressivement sur Chamillo et Doceo. - Des logiciels sont utilisés de façon spécifique à la formation (Habilec ). - Le site Internet de la filière électronique est en cours de construction. La structure est réalisée. La formation d un groupe d enseignants est prévue dans le prochain PAF. Génie énergétique - Une application informatique pour le suivi individualisé des acquis des élèves par compétence est en cours d expérimentation. - Les outils numériques sont globalement utilisés pour la présentation et la communication, - Des logiciels sont utilisés de façon spécifique à la formation (Shémaplic, Frigalog ). - De nombreuses recherches d informations techniques sont actuellement réalisées sur des sites Internet de constructeurs (Willo, Grunfoss ). - Le site Internet de la filière énergétique est en cours de construction. La structure est réalisée. La formation d un groupe d enseignants est prévue dans le prochain PAF. 44

49 15. Sciences et techniques médico-sociales en lycée professionnel 1 Filière sanitaire et sociale Bilan Les professeurs de la filière sanitaire et sociale PLP Sciences et techniques médico-sociales (STMS) et PLP Biotechnologies intègrent de plus en plus les TICE dans leur enseignement tant au niveau des préparations des séquences que du face-à-face pédagogique. Les utilisations les plus fréquentes sont la projection de documents, la présentation de diaporamas ou de vidéogrammes. Si les outils sont assez bien maîtrisés au niveau technique, leur utilisation pédagogique reste à affiner, notamment lors de l emploi d un manuel scolaire numérique. Le site Internet STMS a permis de partager les expériences pédagogiques des enseignants et devient une référence. L expérimentation conduite sur les cartes heuristiques auprès des équipes de 8 lycées professionnels publics et privés sous contrat dans le cadre des travaux académiques mutualisés (TRAAM) s est poursuivie en Elle a contribué à diversifier les approches pédagogiques et à approfondir la réflexion en créant des scénarios pédagogiques qui proposent un parcours d apprentissage autonome pour l élève. Pour accompagner cette démarche, il est possible de consulter : - le guide pour l utilisation de cartes heuristiques en classe (résultat de l expérimentation ) - la lettre TIC Edu Biotechnologies ST2S n 10, mars 2013, qui présente les jeux sérieux en classe Préconisations pour Matériel 5 ordinateurs par salle de classe, 1 vidéoprojecteur, des logiciels spécialisés (cartes heuristiques, transmission de soins ) Pédagogie L intégration d un support pédagogique numérique dans une séquence doit être le fruit d une réflexion approfondie qui estime l intérêt pédagogique du support, qui précise les objectifs, les activités élèves (consignes comprises) à partir du support choisi et qui évalue l impact sur les apprentissages. L utilisation des TICE doit continuer à stimuler la motivation et la curiosité intellectuelle des élèves en les rendant davantage acteurs, en leur donnant les moyens de mettre à jour leurs connaissances dans le domaine de la santé et du social. De nouveaux supports liés au monde professionnel sont prévoir pour la formation des élèves : jeux sérieux et logiciels de transmission de soins, d évaluation du degré d autonomie d une personne, de gestion de planning, d animation 2 Filière Biotechnologies au lycée professionnel Constats Les observations des différentes situations d enseignement font apparaître cette année une évolution positive de l usage du numérique en classe. La quasi-totalité des enseignants effectue le travail préparatoire aux séances pédagogiques recherches documentaires, production de documents à imprimer ou vidéoprojetés, avec l outil informatique. Ainsi, la plupart des évaluations ont pour support un document mis en forme par publication assistée par ordinateur (PAO). De nombreux documents destinés aux élèves dans le cadre de travaux dirigés montrent une réelle appropriation des techniques de confection de documents composites (textes et illustrations : images, schémas, tableaux...). En classe, les ressources numériques restent essentiellement utilisées pour la vidéoprojection. L enseignant remplace l antédiluvien couple «tableau-craie» par son équivalent moderne, le vidéoprojecteur, avec un 45

50 usage strictement similaire : il s agit d afficher sur un mur de la classe les éléments saillants de la séance. On observe plus rarement une utilisation dynamique, voire interactive des ressources numériques. Il n en demeure pas moins que l outil informatique fait désormais partie intégrante de la panoplie des moyens utilisés en classe. Il s agit là d une véritable évolution des pratiques professionnelles des enseignants. Le site académique disciplinaire Biotechnologies en lycée professionnel a été rénové et présente depuis cette année de nouvelles fonctionnalités. Les contenus disciplinaires y sont agrégés de façon collaborative par les enseignants. Ce site apparaît comme une source fiable pour la réflexion et la mise en œuvre pédagogique. Préconisations pour Le premier usage du numérique pour les enseignants reste celui de la confection de documents. Il faut encore développer la qualité de ces documents en continuant les actions de formation à la publication assistée par ordinateur (PAO). - Il reste surtout à developper ce qui constitue la réelle plus-value du numérique pour l éducation, à savoir d une part la possibilité de l interaction professeur/élèves et d autre part de la mise en autonomie des élèves. Cela passe par une incitation à l expérimentation in vivo et au partage des résultats de ces expériences. Cela passe également par une réflexion sur l utilisation des espaces numériques de travail pour les élèves. - Le site disciplinaire Biotechnologies en lycée professionnel constitue déjà une référence sous sa forme actuelle. Il convient de le maintenir pleinement fonctionnel et d étudier les pistes permettant d accroître son aspect collaboratif afin qu il devienne le lien entre chacun des enseignants de biotechnologies de l académie. 46

51 16. Sciences et technologies de la santé et du social Validité de l échantillon observé Profil des classes observées Niveaux ou diplômes sur lesquels portent les observations SP3S = Services et prestations du secteur sanitaire et social ESF = Economie sociale familiale HPE= Hygiène propreté environnement 70% des observations ont été réalisées en «pré-bac» contre 30% en «post-bac». Cette répartition est représentative de celle des établissements de l académie, dont 22 proposent une section «pré-bac» relevant de la compétence de l IA-IPR STMS (21 avec une section de bac technologique ST2S et 1 avec une section de bac technologique Hôtellerie Restauration) et 10, une section BTS (3 BTS ESF, 3 BTS SP3S, 1 BTS HPE, 2 BTS Diététique et 1 BTS Esthétique Cosmétique). Par contre, les observations n ont pas permis de couvrir l ensemble des formations ; absence d observation en bac technologique Hôtellerie Restauration et en BTS EC. Taille du groupe Les 2/3 des observations ont été réalisées avec des groupes à effectif réduit (GER). Là encore, en section ST2S (la plus représentée dans les observations), la part des GER est de l ordre des 2/3 de l horaire global avec : - en première : une autonomie des établissements, mais une répartition observée de l ordre de 3h en classe entière et de 4h en GER dans la majorité des établissements ; - en terminale, une obligation de 4h classe entière et 6h en demi-groupe. Les GER permettent un meilleur accès à l outil informatique pour les élèves puisque la plupart des salles spécialisées ne peuvent accueillir des effectifs correspondant à des classes entières. Profil des enseignants observés Discipline des enseignants observés La répartition entre disciplines observées correspond également à la répartition académique avec 72 enseignants ST2S et 21 BSE. Corps des enseignants observés (établissements publics et privés sous contrats) 47

52 La répartition selon le corps ne correspond pas à la répartition académique. D une part, les stagiaires (3 sur l académie, soit 3,2% des enseignants relevant de la compétence de l IA- IPR STMS) sont sur-représentés du fait de l obligation d inspection en vue de la titularisation. Or c est un public particulièrement sensibilisé au TICE car soit déjà détenteur du C2i2e, soit en train de le préparer. D autre part, les certifiés titulaires (84 sur l académie, soit 90,3% des enseignants relevant de la compétence de l IA-IPR STMS) sont sous-représentés du fait de la non-inspection systématique des certifiés hors classe. Ceci peut représenter un biais à l observation car les enseignants hors classe sont moins nombreux à détenir le C2i2e. Enfin, les personnels contractuels (6 sur l académie soit 6,5% des enseignants relevant de la compétence de l IA-IPR STMS) sont également sur-représentés. Ceci peut également représenter un biais à l observation car ce sont des personnels non formés aux TICE et ne détenant pas le C2i2e pour la majorité d entre eux. Conclusions sur la validité de l échantillon L échantillon observé correspond à la répartition académique à l exception de la répartition par corps. Cependant, la sur-représentation des stagiaires (personnel particulièrement formé aux TICE) et de contractuels (personnel peu, voire pas formé au TICE) se compensent. Le seul biais possible serait la nonreprésentation des certifiés hors-classe correspondant à une population détenant le C2i2e à un faible taux. Usages du numérique constaté Sur 27 observations, 10 (soit 37%) se sont déroulées sans usage du numérique. Trois raisons à ce nonusage du numérique : - aucune plus-value pédagogique, donc choix cohérent de la part de l enseignant ; - absence d équipement informatique (postes informatiques et vidéoprojecteur) dans la salle ; - manque de compétences des enseignants malgré un équipement présent. Pour les 17 observations où le numérique a été utilisé, il est possible de définir deux types d usage : 1) en groupe à effectif réduit Les élèves sont placés individuellement ou par binôme devant un poste informatique afin d effectuer une recherche documentaire, d exploiter les données recueillies en les organisant sous forme d une fiche de synthèse (réalisée avec Word) ou d un diaporama (exécuté avec PowerPoint) dans un objectif de présentation des données au reste du groupe lors de la correction. Dans ce processus, le travail est autonome avec le professeur qui circule entre les groupes pour d éventuels conseils sur l usage informatique. En général, les élèves ont une bonne maîtrise de l outil et rencontrent plutôt des problèmes en termes de contenu disciplinaire. 2) en classe entière Les élèves n utilisent pas directement l outil informatique. Le cours se fait à l aide d un diaporama préparé par l enseignant et vidéoprojeté. Dans ce cas, l usage est guidé pour tous et permet à l enseignant d avoir un support de communication incluant de la documentation technique (schémas, photos, vidéos, lien Internet). Dans tous les cas, l usage du numérique est majoritairement mis en place sur la totalité de la séance, qui peut varier de une à trois heures. 48

53 Il n y a jamais d utilisation du numérique dans un objectif de modélisation. Conclusions sur l usage du numér ique L usage observé correspond aux préconisations du programme du bac ST2S et des BTS concernés. En groupe à effectifs réduits, l élève doit privilégier la recherche documentaire, notamment au travers de l usage de moteurs de recherche. Il doit savoir également traiter et mettre en forme l information. Enfin, il doit être capable de réaliser des supports de communication, dont le diaporama. En classe entière, le diaporama peut être utilisé à condition qu il apporte de la documentation technique sur laquelle l enseignant appuie son discours. A l opposé, il ne doit pas être le résumé du cours que l élève se limite à recopier. 17. Sciences de la vie et de la Terre Nombre d observations de pratiques de classe prises en compte : 134 Nombre d observations comptabilisées en lycée : 69 Nombre d observations comptabilisées en collège : 65 Nombre de professeurs de sciences de la vie et de la Terre dans l académie : 1093 (donnée SIPRIEN) Pourcentage des observations comptabilisées par rapport au nombre de professeurs : 12,26% Compte tenu de la taille de l échantillon, de la répartition académique des lieux des pratiques observées et de leur choix seulement guidé par le suivi de carrière des professeurs, on peut penser que les résultats obtenus sont statistiquement représentatifs. Des usages très contrastés en collège et lycée Au collège, l usage majoritairement observé est celui de la vidéoprojection (43 usages observés sur les 65 pratiques, soit 66,15%). Et ces usages sont seulement l apanage des professeurs qui le plus souvent se contentent de projeter les documents sur lesquels ils font travailler leurs élèves. Il s agit donc de l usage d un outil pratique par les professeurs, le vidéoprojecteur, pour présenter les documents d apprentissage et insister sur certaines de leurs caractéristiques. L autre usage lié au vidéoprojecteur, qui se développe aujourd hui, est la présentation de la trace écrite, le plus souvent établie avant sa consignation par les élèves dans le cahier-classeur. La corrélation entre l usage de la vidéoprojection et l item du questionnaire «la présentation et la communication» est absolue (65 usages de la vidéoprojection pour 65 utilisations du numérique pour la présentation et la communication). Toujours au collège, le nombre de non-usage du numérique est important (32,31%). Le non-usage est le plus souvent lié à l absence d intérêt du numérique dans le contexte de l étude entreprise. Il est aussi parfois lié au manque d équipement et parfois encore au désintérêt du professeur vis-à-vis de cet outil. Les usages par les élèves d outils numériques sont rares au collège. Sur les 65 observations comptabilisées, seules 5 (7,7%) ouvrent sur un usage par les élèves et, dans ces cas, il s agit le plus souvent pour eux de saisir des informations dans des animations. Les usages du numérique comme moyen d investigation scientifique sont marginaux. Un seul usage de ce type a été répertorié ; il s agissait d un travail interactif d investigation expérimentale (logiciel de simulation). Le paysage numérique est tout autre au lycée. L utilisation du numérique n est plus seulement la prérogative du professeur à travers la vidéoprojection des documents sur lesquels il fait travailler ses élèves et les bilans qu il leur fait consigner dans le cahier- 49

54 classeur, mais devient un moyen pour les élèves d investiguer lors des séances d activités pratiques, à travers différents usages comme l atteste la représentation graphique ci-dessous. On le constate, deux blocs se dégagent nettement dans l utilisation par les élèves des outils numériques : la saisie et le stockage de données et leur exploitation. 92 réponses Quant aux modalités d usage du numérique par les élèves, réponses On voit encore l importance de la guidance de leur travail, souvent à travers une fiche technique procédurale qui explicite point par point ce qu il convient de faire pour parvenir au résultat attendu. Les non-usages répertoriés correspondent à 16% des réponses. Un pourcentage non négligeable quand on sait l importance qu occupe l outil numérique dans une démarche d investigation scientifique. Détail amusant, à travers ces résultats, apparaît l effet inspecteur qui s exprime à travers les deux modalités retenues ici de la différenciation pédagogique (selon les besoins ou selon les tâches), portées différemment par les deux inspecteurs de sciences de la vie et de la Terre. Autre point à souligner, et non des moindres, c est la diversité des logiciels et applications numériques utilisés. Par ordre décroissant des citations, on trouve : - logiciels de visualisation moléculaire (rasmol, rastop, jmol) : 8 - ExAO : 7 - Excel : 5 - logiciels de capture d images (one touch grabber, capture flux, scopephoto, TS view ) : 5 - logiciels de traitement de texte (word, open office) : 4 - Anagène : 3 - Eduanatomist : 3 - Bases de données : 2 - Mesurim : 2 -. On peut regretter leur usage contraint qui obère la démarche d investigation, qui n est pas celle de l élève, mais celle du professeur. 50

55 Des usages observés complémentaires des usages déclarés Les usages du numérique déclarés par les professeurs (enquête en ligne) L enquête en ligne effectuée cette année auprès des professeurs et résumée par la représentation graphique ci-dessus apporte d autres informations sur leurs usages du numérique, notamment sur le renseignement du cahier de textes numérique et la gestion des notes par des logiciels dédiés comme PRONOTE. Aujourd hui ces usages sont bien maîtrisés par tous les professeurs de sciences de la vie et de la Terre, qu ils exercent au collège ou au lycée, comme l est celui de l ordinateur qui fait partie intégrante de l environnement de travail, mais plutôt du lycéen que du collégien (cela malgré l investissement opéré par le conseil général des Bouches-du-Rhône), notamment dans les séances à effectifs réduits. C est la familiarité avec l outil informatique, surtout au lycée, qui permet aux élèves d utiliser les ressources mises à leur disposition (CORRELYCE) et de naviguer à bon escient sur le web. Un point important que souligne l enquête en ligne, c est le besoin en formation. Les formations inscrites au plan académique de formation s y emploient depuis de nombreuses années pour familiariser les professeurs avec les logiciels et applications usuels. Le site académique offre des progiciels pour en faciliter l appropriation. Cette culture du numérique, plus prégnante chez les professeurs de lycée que chez leurs collègues de collège, tient sans doute à l introduction d une épreuve d évaluation des compétences expérimentales en terminale S dans laquelle figure l usage du numérique. Deux exemples observés d usages opératoires du numérique Premier exemple : classe de terminale S, enseignement général spécifique, 1,5 heure (11h20-13h), 18 élèves (classe de 35). La leçon observée porte sur la diversification génétique des êtres vivants. Formulation d une problématique scientifique motivant l étude menée et conduite de la démarche d investigation La leçon débute par quelques rappels sur le brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique, suivis aussitôt de la présentation fouillée de l étude de cas envisagée : la résistance de populations de souris au virus de la leucémie murine MLV dont on sait qu elles possèdent un gène de résistance au virus FV-4r. 51

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Inspection Pédagogique Régionale de Technologie Académie de Reims juin 2008 1/8

Inspection Pédagogique Régionale de Technologie Académie de Reims juin 2008 1/8 Inspection Pédagogique Régionale de Technologie Académie de Reims juin 2008 1/8 La rénovation des programmes de technologie nécessite des activités pédagogiques centrées sur l objet technique ce qui nécessite

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Usages pédagogiques des tablettes

Usages pédagogiques des tablettes Usages pédagogiques des tablettes 1. Qu est-ce qu une tablette? Bien que définie comme un «ordinateur portable et ultraplat, qui se présente comme un écran tactile et qui permet notamment d accéder à des

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Programme "Collège Numérique Rural"

Programme Collège Numérique Rural JEUNESSE DOSSIER DE PRESSE Programme "Collège Numérique Rural" Stéphanie RENAUX Attachée de presse 04 71 46 22 78 srenaux@cg15.fr Sommaire CyberCantal Education : une implication historique du Département

Plus en détail

RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015

RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015 RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015 Cette réunion annuelle s est déroulée à Dijon, au lycée Le Castel. Elle a réuni les IATICE économie et gestion des différentes

Plus en détail

Projet Bring your own device

Projet Bring your own device Projet Bring your own device Apportez votre appareil numérique" Mai 2015 Jean-Jacques GOINEAU Professeur - COTIC Introduction : Que signifie Bring your own device? Il s agit de permettre aux usagers, en

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

des TICE Les plus-values au service de la réussite

des TICE Les plus-values au service de la réussite des TICE Les plus-values au service de la réussite Les plus-values des TICE au service de la réussite Une analyse interdisciplinaire des usages des Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité Des quiz en toute mobilité 3 Des quiz en toute mobilité 4 Des quiz en toute mobilité Pour une pédagogie différenciée L objectif ici était de proposer un outil d évaluation accessible aux élèves en dehors

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

Bilan enquête Informatique BU Droit Sciences Economie - STAPS - 19 novembre au 1 er décembre 2012 -

Bilan enquête Informatique BU Droit Sciences Economie - STAPS - 19 novembre au 1 er décembre 2012 - Bilan enquête Informatique BU Droit Sciences Economie - STAPS - 19 novembre au 1 er décembre 2012 - Brève analyse de l enquête : Le profil type du répondant est un étudiant de licence qui possède chez

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER ESPAGNOL Propositions pour la mise en œuvre Le tableau suivant est l adaptation et le développement des pistes proposées par ailleurs sur le site de l Académie de Grenoble

Plus en détail

Tablettes dans l éducation. Retours d expérimentation et éléments d industrialisation

Tablettes dans l éducation. Retours d expérimentation et éléments d industrialisation Tablettes dans l éducation Retours d expérimentation et éléments d industrialisation Apports des tablettes dans l éducation La tablette présente toutes les qualités requises pour être le «compagnon personnel

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES PASI NANCY-METZ LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES Académie de Nancy-Metz PASI- CARDIE http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/ ACTION CANDIDATE AU PRIX ACADEMIQUE DE L INNOVATION 2014 FICHE

Plus en détail

Pôle Ressources Numériques. Catalogue des formations 2014/2015. Usages du numérique dans les pratiques pédagogiques

Pôle Ressources Numériques. Catalogue des formations 2014/2015. Usages du numérique dans les pratiques pédagogiques Pôle Ressources Numériques Catalogue des formations 2014/2015 Usages du numérique dans les pratiques pédagogiques Présentation des formations Les formations proposées par le PRN visent à développer l usage

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Enquête ETIC. Campagne 2015. 2 nd degré. Document d accompagnement

Enquête ETIC. Campagne 2015. 2 nd degré. Document d accompagnement Enquête ETIC 2 nd degré Campagne 2015 Document d accompagnement L'enquête nationale ETIC (enquête sur les technologies de l'information et de la communication) est destinée à fournir des indicateurs sur

Plus en détail

dossiers les Les technologies de l information et de la communication (TIC) en classe au collège et au lycée : éléments d usages et enjeux

dossiers les Les technologies de l information et de la communication (TIC) en classe au collège et au lycée : éléments d usages et enjeux les dossiers Enseignement scolaire Les technologies de l information et de la communication (TIC) en classe au collège et au lycée : éléments d usages et enjeux 197 [octobre 2010] les dossiers Ministère

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2013 8, juillet 2013 www.ftu.be/ep L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Quelle évolution depuis le nouveau plan

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

«Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe.

«Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe. «Comment préserver son audition?» - seconde professionnelle. Usages pédagogiques des tablettes tactiles dans et hors la classe. Introduction La séquence proposée d une durée de 5 h est consacrée à la partie

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Guide d équipement des BTS commerciaux

Guide d équipement des BTS commerciaux Guide d équipement des BTS commerciaux La performance commerciale des entreprises repose en grande partie sur la qualité de leur système d information. Les métiers commerciaux mobilisent de façon permanente

Plus en détail

Expression écrite : approche méthodologique et collaborative. Dulce Araujo / Laurence Langlois

Expression écrite : approche méthodologique et collaborative. Dulce Araujo / Laurence Langlois * Expression écrite : approche méthodologique et collaborative Dulce Araujo / Laurence Langlois SOMMAIRE 1) Le projet a) Description du projet b) Objectifs du projet 2) Les supports a) ENT comme lieu d

Plus en détail

Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et

Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et Direction du Numérique - Pôle ARTICE - 2015 Direction du Numérique - Pôle ARTICE (Accompagnement et Ressources aux TICE) Catalogue de formations du personnel en pédagogie numérique et usages des TICE UPPA/ARTICE

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Faire entrer l EPS dans l ère du numérique

Faire entrer l EPS dans l ère du numérique Faire entrer l EPS dans l ère du numérique marcel.lemire@ac-strasbourg.fr Déroulement du stage 9h Accueil, café 9h15 Les fondamentaux des TICE 9h45 C2i et B2i (QCM) 10h15 Les images 3D en EPS (TP) 10h30

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

éviter la fracture numérique

éviter la fracture numérique 8 éviter la fracture numérique L école, et en particulier le collège, joue un rôle essentiel pour éveiller la curiosité, donner les clefs d accès à la connaissance, relever le défi de l égalité, construire

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG LE CONTEXTE Les élèves de terminale STG doivent réaliser pendant leur année de terminale sur une durée de 16 heures,

Plus en détail

Document d accompagnement pour l utilisation du Cartable en ligne Lycée des Métiers Fernand LÉGER 2013/2014

Document d accompagnement pour l utilisation du Cartable en ligne Lycée des Métiers Fernand LÉGER 2013/2014 Document d accompagnement pour l utilisation du Cartable en ligne Lycée des Métiers Fernand LÉGER 2013/2014 Le Cartable en ligne est un Environnement numérique de travail (ENT) dont la vocation est de

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr TITRE DE LA FICHE Didapages DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Novembre 2014 MOTS -CLES (CHAMPS

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

La clé USB nomade - La mobilité logicielle

La clé USB nomade - La mobilité logicielle UTILISER LA Framakey DANS LES COURS ET EN DEHORS DE COURS. La mobilité logicielle. La clé USB nomade - La mobilité logicielle 1 Qu'est ce que la Framakey?... 2 2 Où télécharger la Framakey?...2 3 Le matériel

Plus en détail

ECRITECH 3 NICE / AVRIL 2012 ARTS PLASTIQUES & HISTOIRE DES ARTS TABLETTES NUMÉRIQUES & PÉDAGOGIE(S)

ECRITECH 3 NICE / AVRIL 2012 ARTS PLASTIQUES & HISTOIRE DES ARTS TABLETTES NUMÉRIQUES & PÉDAGOGIE(S) ECRITECH 3 NICE / AVRIL 2012 ARTS PLASTIQUES & HISTOIRE DES ARTS TABLETTES NUMÉRIQUES & PÉDAGOGIE(S) Mme Josyane ROUCH IA-IPR Arts Plastiques Chargée du suivi de l'histoire des Arts Académie de NICE M.

Plus en détail

Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz

Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz La baladodiffusion ou «podcasting» c est la possibilité de télécharger des contenus audio et vidéo qui peuvent être ensuite transférés sur des lecteurs numériques

Plus en détail

LE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE

LE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE 179 LE DESSIN ANIMÉ ASSISTÉ PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE La pratique du dessin animé en établissement scolaire pose à la fois des problèmes techniques et des difficultés d'organisation : - Relation

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION Aix-en-Provence Mars 2010 Laurence Giovannoni, IA-IPR d anglais Académie d Aix-Marseille Baladodiffusion: définition Traduction du mot podcasting: ipod

Plus en détail

Les tablettes numériques en EPS. Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques.

Les tablettes numériques en EPS. Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques. Les tablettes numériques en EPS Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques. Document actualisé le 17 Mars 2013 Repères L objectif de cet article est de donner des repères quand

Plus en détail

Mais pourquoi avez-vous réussi à imprimer sur la même imprimante et même récupérer 2 images identiques dans un dossier, sachant que vous n'est pas

Mais pourquoi avez-vous réussi à imprimer sur la même imprimante et même récupérer 2 images identiques dans un dossier, sachant que vous n'est pas Mais pourquoi avez-vous réussi à imprimer sur la même imprimante et même récupérer 2 images identiques dans un dossier, sachant que vous n'est pas sur le même ordinateur.? L environnement informatique

Plus en détail

Salon des usages pédagogiques du Numérique - Description des ateliers

Salon des usages pédagogiques du Numérique - Description des ateliers 41 Le livre dont vous êtes le héros et Utilisation des logiciels suivant : - Xmind pour la modélisation de la structure du livre. - Didapage pour la mise en forme et la publication du livre. - Audacity

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un mémento grammatical

Plus en détail

Un collégien, un ordinateur portable

Un collégien, un ordinateur portable Un collégien, un ordinateur portable > Éviter la fracture numérique... fiche 1 Henri Emmanuelli, député, président du Conseil général des Landes > Message de Jack Lang aux collégiens landais... fiche 1

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

La communication et la gestion de l'information

La communication et la gestion de l'information La communication et la gestion de l'information En informatique il existe plusieurs ressources matérielles qui permettent à un utilisateur de travailler, on appelle cet ensemble un poste de travail. Le

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES UNR - RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE ÉQUIPEMENT ET USAGES CHEZ LES ÉTUDIANTS MARS 2009 Présentation de l'enquête Les universités d'angers,

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau

Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau Les TIC au quotidien l utilisation des TIC s amplifie Sommaire I. Les actions mises en place par le Ministère

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Dans un deuxième temps et avec l expérience de cette observation, un ENT mutualisant la Nouvelle Calédonie verra le jour.

Dans un deuxième temps et avec l expérience de cette observation, un ENT mutualisant la Nouvelle Calédonie verra le jour. Préambule : Actuellement, au collège LUCKY HITT de Plum a lieu une expérimentation pour la mise en place et l observation des usages d un Espace Numérique de Travail. Dans un deuxième temps et avec l expérience

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture»

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture» Bilan de mission Au collège : «Les clés de la culture» La co-intervention en 6 e La formation des Assistants pédagogiques Dans le R.A.R. : Accompagner le projet «chorale» par l histoire Histoire de Montpellier

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Cahier des charges Dispositif général de certification C2i2e Année 2014-2015

Cahier des charges Dispositif général de certification C2i2e Année 2014-2015 Cahier des charges Dispositif général de certification C2i2e Année 2014-2015 Ce document décrit les principes et dispositions concernant la mise en œuvre de la certification au Certificat Informatique

Plus en détail

Résultats de l'enquête TICE@CPGE 2003-2004

Résultats de l'enquête TICE@CPGE 2003-2004 Enquête TICE@CPGE - Analyse comparative des résultats 2001-2002 et 2003-2004 - Commission TICE inter-unions - Février 2004 - Contact: Nathalie.VanDeWiele@ePrep.org - Page 1 sur 9 Résultats de l'enquête

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

PROGRAMMES D INFORMATIQUE Cycle préparatoire de l enseignement de base

PROGRAMMES D INFORMATIQUE Cycle préparatoire de l enseignement de base RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels scolaires PROGRAMMES D INFORMATIQUE

Plus en détail

Questions réponses sur e sidoc

Questions réponses sur e sidoc Questions réponses sur e sidoc Sommaire Questions sur la stratégie éditoriale des solutions documentaires du CRDP de Poitou-Charentes... 1 Questions sur les fonctionnalités d e-sidoc... 2 Questions sur

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif EPS 2.0 Expérimentation académique de tablettes numériques tactiles Luc di Pol Interlocuteur académique pour le numérique en EPS Académie de Nancy-Metz La genèse du projet une initiative de la DANE dans

Plus en détail

Contenus détaillés des habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial

Contenus détaillés des habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial Contenus détaillés des habiletés du des étudiants du collégial Auteur(s) : Équipe de travail du réseau REPTIC. Version originale REPTIC Version en date du : 5 octobre 2009 Comment citer ce document : Équipe

Plus en détail

Les finalités du B2i. Médiapôle d Argenteuil. Philippe da Silva

Les finalités du B2i. Médiapôle d Argenteuil. Philippe da Silva Les finalités du B2i Les TIC font désormais partie du paysage économique, social, culturel et éducatif. Elles sont largement utilisées tout au long de la vie professionnelle et privée. «Il appartient à

Plus en détail

Réunir 4 structures dans un espace multimédia commun. Projets

Réunir 4 structures dans un espace multimédia commun. Projets Pour généraliser en 2006 l'usage des T.I.C.E. dans toutes les disciplines, nous avons un projet humain et deux projets techniques. Réunir 4 structures dans un espace multimédia commun un Collège une S.E.G.P.A

Plus en détail

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 LP Blaise Pascal COLMAR Retour d expériences Choisir 2 images qui témoignent de votre ressenti dans votre prise de fonction Restitution au groupe LE REFERENTIEL

Plus en détail

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage Par Emmanuelle Villiot-Leclercq (IUFM de Grenoble-UJF), Document placé sous licence Creative Commons BY-NC-ND Octobre 2011 Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie

Plus en détail

Info TICE 31. Editorial. Dans ce numéro. 2012 Numéro 1 TEMOIGNAGE : DES ORDINATEURS DANS MA CLASSE 2

Info TICE 31. Editorial. Dans ce numéro. 2012 Numéro 1 TEMOIGNAGE : DES ORDINATEURS DANS MA CLASSE 2 Info TICE 31 Editorial 2012 Numéro 1 En juin 2011, avec la volonté d'étendre au département une lettre d'information existante localement, le groupe départemental Tice mettait à disposition des écoles

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place?

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? A l heure de la généralisation de l informatisation de notre société, notre école subit cette montée

Plus en détail