LA FIN DU SYSTÈME CONCENTRATIONNAIRE : LE RETOUR À LA LIBERTÉ DES DÉPORTÉS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FIN DU SYSTÈME CONCENTRATIONNAIRE : LE RETOUR À LA LIBERTÉ DES DÉPORTÉS."

Transcription

1 ORIGINE ET RÉALITÉ DES CAMPS DE CONCENTRATION ET D EXTERMINATION. I Le régime national-socialiste a conçu et mis au point un système de camps de concentration apparu dès l accession de Hitler au pouvoir, en 1933, et qui n a cessé de se développer jusqu à la défaite de l Allemagne. > De g. à d. : Heinrich Himmler, Ziereis (commandant du camp) et Kaltenbrunner chef du RSHA au camp de Mauthausen. BMI/Fotoarchiv der KZ-Gedenkstätte Mauthausen À la tête de cette gigantesque entreprise d où toute humanité était bannie, se trouvait le Reichsführer SS Heinrich Himmler. Deux puissantes centrales, relevant de son autorité, le RSHA ou Reichssicherheitshauptamt (Office principal de sécurité du Reich) et le WVHA ou Wirtschaftsverwaltungshauptamt (Office principal de gestion économique de la SS) dirigé par le général SS Oswald Pohl, dont dépendait l Inspecteur général des camps (IKL) Theodor Eicke, se partagèrent la tutelle policière, administrative et économique des camps jusqu à l arrivée des troupes alliées et la libération des camps. Parallèlement, fut lancée la plus vaste entreprise de «mise à mort industrielle» jamais imaginée par des hommes. Elle comporta quatre centres de mise à mort (Chelmno, Sobibor, Belzec et Treblinka) et deux camps de concentration-extermination (Maidanek et Auschwitz-Birkenau), activés dans le plus grand secret à partir du début de l année 1942 jusqu à la fin de 1943 pour certains, jusqu à fin 1944 pour les autres, pour éliminer par gaz les populations juives et tsiganes d Europe et, moins systématiquement, des éléments indésirables de la «race slave». Ces génocides furent précédés par l élimination physique de quelques malades mentaux et handicapés, dans des centres «d euthanasie», équipés de chambres à gaz qui furent les laboratoires de mise au point des techniques de gazage employées ensuite pour l extermination des Juifs et des Tsiganes et pour l élimination des détenus «devenus inutiles». On estime à environ , les victimes juives des centres et camps d extermination nazis, auxquels il faut ajouter autres, abattues par des Troupes spéciales (Einsatzgruppen) agissant sur les arrières de la Wehrmacht sur le front de l Est et en Union Soviétique en 1941, parfois massacrées par les populations complices de certains pays d Europe centrale et orientale, ou encore mortes ou mises à mort dans les ghettos et les camps de concentration. (sources Raul Hilberg) Le nombre de victimes tsiganes exterminées se situe entre et > Oswald Pohl, chef du WVHA en visite officielle à Auschwitz, accompagné par Richard Baer, commandant du camp. USHMM > Theodor Eicke, Inspecteur général des camps de concentration. > Richard Glücks, son successeur. Gedenkstätte Sachsenhausen 1

2 ORIGINE ET EXISTENCE DES CAMPS DE CONCENTRATION ET D EXTERMINATION. II > Carte des principaux camps de concentration, centres d euthanasie et centres d extermination ouverts par le régime nazi. À partir de fin 1942, lorsque tout espoir de guerre éclair eût disparu, le principe de la guerre totale entraîna l utilisation systématique des détenus, hommes, femmes et enfants, dans l ensemble des camps de concentration pour participer à la production de guerre. Les camps fournirent alors, aux entreprises industrielles et d armement du Reich une main d œuvre peu coûteuse, exploitable jusqu à la mort et aisément renouvelable. En France, la collaboration des polices françaises et allemandes facilita l envoi de nombreux juifs vers les centres d extermination et celui de nombreux résistants, opposants et antifascistes dans les camps de concentration et prisons du Reich. > Détenus de Sachsenhausen construisant un quai au niveau de l écluse de Lehnitz sur le canal Oder-Havel près d Oranienburg en mai Gedenkstätte Sachsenhausen > Détenus travaillant à la glaisière de Sachsenhausen. Gedenkstätte Sachsenhausen > Détenus travaillant à 1a fabrication d éléments d avion dans l usine Siemens de Bobrek (Haute Silésie, 1944). USHMM > Kommando natte-paille de Ravensbrück. Gedenkstätte Ravensbrück Les martyrs ont été jusqu au bout de la souffrance, nous leur devons d aller jusqu au bout de la vérité. Georges Bernanos 2

3 ORIGINE ET EXISTENCE DES CAMPS DE CONCENTRATION ET D EXTERMINATION. III Peu à peu, une véritable nébuleuse de camps, de camps-annexes et de Kommandos extérieurs finit par couvrir l ensemble du territoire du Reich. L occupation d une grande partie de l Europe entraîna une internationalisation croissante de la population concentrationnaire, les Allemands ne représentant, sur la fin, qu environ 10% de l ensemble. > Carte générale de situation des camps et de leurs principales annexes. Gedenkstätte Bergen-Belsen > Limites atteintes par les offensives du Reich et des forces de l axe en Europe. Aux catégories identifiées, à l ouverture des camps, par des triangles de couleur : rouge pour les prisonniers politiques, noir pour les asociaux, violet pour les Témoins de Jéhovah (ou Bibelforscher, c.-à-d. «scrutateurs de la bible»), rose pour les homosexuels, vert pour les prisonniers de droit commun en détention illimitée, se superposèrent progressivement de nouvelles catégories : triangle jaune pour les Juifs, brun pour les Tsiganes, indication de nationalité (lettre portée dans le triangle définissant le pays d origine : B pour les Belges, F pour les Français, P pour les Polonais, etc.) ; la couleur bleue enfin fut attribuée aux déportés dits «apatrides», tels les Républicains espagnols réfugiés en France puis déportés, reniés à la fois par le pouvoir franquiste et la France de Vichy. La population issue d Europe centrale et de l Est fut la plus nombreuse. Au total environ dix millions d hommes, de femmes et d enfants sont passés par les camps nazis. 3

4 LA FIN DU REICH. > : L étau se referme sur le Reich. Après les revers de 1942 et 1943 (échec devant Moscou, débarquement des alliés en Afrique du Nord, défaite de Stalingrad, capitulation du Corps expéditionnaire d Afrique en Tunisie, bataille de Koursk), la situation militaire du Reich ne cessa de se dégrader. L année 1944 vit l Armée soviétique reprendre l initiative de façon décisive à l Est et les débarquements des armées occidentales en Normandie (6 juin 1944) et Provence (15 août 1944) permettre l ouverture de nouveaux fronts. Le Reich était par ailleurs dominé sur mer et dans les airs. Hitler croyait cependant encore possible un retournement de situation et plaçait tous ses espoirs dans les armes nouvelles développées en secret dans les camps de concentration, comme les V1, les fusées V2 ou le chasseur à réaction Messerschmitt. > Chasseur à réaction Me 262. New Liberty Productions, 1985 > Fusée V2 dans l usine souterraine de Dora-Mittelbau, Ullstein Walter Frentz, Berlin > Corps d avion-missile sans pilote baptisés V1. FNDIRP Les dégâts infligés par les bombardements alliés aux infrastructures, aux voies de communications et aux usines, désorganisèrent la production d armement, au moment où les pertes humaines allemandes provoquaient une pénurie de main d œuvre irréversible, entraînant l écroulement final de tout l édifice et la capitulation sans condition de l armée allemande, le 8 mai Il faut nous méfier de ceux qui cherchent à nous convaincre par d autres voix que celle de la raison. Primo Levi in Les naufragés et les rescapés. 4

5 1944 : PREMIÈRES LIBÉRATIONS DE CAMPS PAR LES ARMÉES ALLIÉES. I À l Est : Les premiers camps découverts par l armée soviétique furent : - Dans les pays Baltes : le camp de Vaivara, (28 juin 1944) évacué préalablement par les SS vers les camps de Stutthof et Auschwitz ; Kaunas (18 août 1944), ghetto puis camp de concentration, dont les survivants furent évacués vers les camps de Stutthof et de Dachau ; Riga-Kaiserwald, camp de travailleurs juifs rescapés des ghettos de Riga, Vilna, Daugavpils, évacués vers Stutthof, Buchenwald et Dachau et quasiment vide à l arrivée de l armée soviétique, le 1 er octobre En territoire polonais : le camp de Lublin- Maidanek (24 juillet 1944), qui fut, à partir de 1943, la destination principale des détenus dont la vie était jugée inutile. Ce rôle sera assuré ensuite par le camp de Bergen-Belsen. Progressivement vidé de ses déportés évacués vers les camps de Natzweiler, Gross-Rosen, Sachsenhausen, Auschwitz ou Ravensbrück, le camp ne comptait plus à l arrivée des Soviétiques qu environ malades. Les soviétiques y découvrirent les premières preuves de crimes de masse et les procédés de mise à mort par gaz appliqués aux Juifs. Les carnets de guerre de l écrivain et correspondant de guerre Vassili Grossmann, repris par la presse occidentale, montrèrent qu à la seule vue de Maidanek, puis des traces de Treblinka, l ampleur des crimes nazis avait été pressentie. 11 mars et 19 avril femmes 9 avril détenus 6 avril et 22 juillet avril 1944 Russes et Polonais 7 juillet prisonniers de guerre soviétiques > Principaux transferts depuis le camp de Maidanek en > Maïdanek, le crématoire. En arrière plan, l agglomération de Lublin. Photo Pierre Jautée/FMD/2006 > Lublin-Maidanek, entrée du camp donnant sur le champ 3. Photo Pierre Jautée/FMD/2006 5

6 1944 : PREMIÈRES LIBÉRATIONS DE CAMPS PAR LES ARMÉES ALLIÉES. II À l Ouest : - le camp de concentration de Natzweiler- Struthof, situé en Alsace, déjà abandonné et vide fut saisi par l armée américaine le 23 novembre Le camp principal, avec sa hiérarchie, son administration et les détenus, avait été replié vers Dachau en septembre 1944 en relativement bon ordre. Les camps-annexes continuèrent cependant à fonctionner, essentiellement sur la rive droite du Rhin, d autres furent créés postérieurement. Ils furent libérés progressivement. 4 septembre septembre septembre sept 1944 > Transferts de Natzweiler vers Dachau en septembre le camp de concentration et de transit de Herzogenbusch (Vught dans les Pays Bas), situé près de la frontière belge, d où près de Juifs avaient été envoyés et exterminés à Auschwitz et Sobibor. Il fut évacué en septembre 1944, les femmes vers Ravensbrück, les hommes vers Sachsenhausen et saisi par l armée canadienne qui n y trouva plus qu une centaine de détenus malades, les 26 et 27 octobre > Vue aérienne du camp de Vught en Topografische dienst Emmen Évacuation de Vught Septembre 1944 > Le camp de Vught (Herzogenbusch) est évacué vers Ravensbrück et Sachsenhausen en septembre Ils s appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel, Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou, D autres ne priaient pas mais qu importe le ciel, Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux. Jean Ferrat in Nuit et Brouillard. 6

7 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. I L évacuation des camps de l Est, entreprise en 1944 et poursuivie en 1945, provoqua un afflux de détenus dans ceux de l Ouest, une aggravation de la pénurie alimentaire et une dégradation de l état sanitaire général, malgré les efforts des organisations clandestines (là où elles existaient) et l incroyable dévouement des médecins détenus. L arrivée de SS accompagnant les détenus de l Est contribua à durcir le régime des camps à l Ouest. À Dachau de grands convois de détenus, infestés de poux, en provenance de Hongrie, apportèrent en novembre 1944 le typhus exanthématique. Entre décembre 1944 et la libération du camp, en avril 1945, les archives (incomplètes) du Service International de Recherche d Arolsen (SIR), ont relevé décès. LES ORGANISATIONS CLANDESTINES I Agissant en faveur de l entraide et de la solidarité, puis pour détenir les postes clés de l administration interne, pour organiser le sabotage de la production de guerre, souvent décimées, elles furent tiraillées entre crainte de provoquer des massacres et volonté de s y opposer par tous les moyens. Auschwitz La résistance clandestine s est constituée à Auschwitz I (camp souche) dès 1940, autour de quelques socialistes et militaires polonais. Souvent réduite à néant, elle se reconstitua néanmoins et intégra différentes nationalités, notamment des Russes et quelques résistants français, disposant de relais au camp de Birkenau. À mesure de la dégradation de la situation militaire du Reich, elle redouta un massacre final et élabora des plans d insurrection générale, qui serait appuyée par l armée polonaise de l intérieur (dénomination officielle de la Résistance). En face, Himmler, conscient de la menace que représentait la masse de quelque détenus (en avril 1944) et de la dégradation de la situation militaire du Reich, fit préparer une division de réserve et un plan d acheminement de renforts de la Wehrmacht. L intensification des activités de la résistance polonaise, le nombre croissant d évasions et la révolte du Sonderkommando, provoqua l accélération du processus d évacuation des détenus politiques vers les camps du centre de l Allemagne dès 1944, et la dispersion des responsables de la résistance clandestine, donc la ruine de leurs plans. Figures de résistants d Auschwitz : > Alfred Wetzler, évadé juif slovaque de Birkenau en avril Musée Auschwitz/CDJC > Rudolph Vrba, évadé juif slovaque de Birkenau en avril Musée Auschwitz/CDJC Dachau À Dachau, initiée par des communistes allemands, la résistance clandestine s est internationalisée et diversifiée par la suite. D autres nationalités et d autres tendances politiques (chrétiens démocrates, socialistes, etc.) s unirent et un Comité international fut constitué. Chaque groupe national eut sa direction clandestine. En avril 1945, l ordre de ne pas laisser un détenu tomber vivant entre les mains ennemies fut connu du Comité international qui réfléchit alors aux parades possibles, concluant qu il fallait gagner les délais nécessaires à l arrivée des Alliés en évitant toute provocation avec les SS. Des groupes de combat furent créés au sein des Kommandos de travail et des groupes de sécurité dans les Blocks, afin de prévenir toute provocation. Les plus expérimentés mirent à l abri certains documents ou copie de documents lorsque les SS, pressentant la défaite, commencèrent à détruire archives et documents compromettants pour effacer les traces de leurs crimes. Quelques hommes du comité international préparaient en secret la mise en place d une direction nouvelle et d une police interne pour le moment où les SS disparaîtraient. 7

8 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. II LES ORGANISATIONS CLANDESTINES II Mauthausen La résistance clandestine à Mauthausen commença en 1943 autour de communistes autrichiens, tchèques et espagnols. Des comités nationaux apparurent au printemps Un comité international fut créé en août 1944 autour des Espagnols Razola et Montero, du Tchèque Léopold Hoffman, des Autrichiens Hans Maršálek et Heinrich Dürmeyer. La détérioration de la situation interne avec l arrivée des convois d évacuation, un risque de panique ou d actes de désespoir pouvait dégénérer en exécutions collectives, d autant que des rumeurs d évacuation ou d extermination générale circulaient. L organisation clandestine s efforça de sauver les détenus les plus exposés, grands malades et invalides à éliminer parce que preuve de la barbarie du système, ou témoins de la réalité des opérations de gazage. Elle s employa à brouiller les pistes pour gêner les enquêtes de la Politische Abteilung (Section politique de la Gestapo) et ses recherches. Un Appareil militaire international (AMI) fut constitué en avril 1945, sous commandement hispanosoviétique. La perspective que soit possible un rapport de force favorable restant illusoire, l entrée en action de l AMI fut repoussée et la majorité de ses membres opta pour une temporisation. Les rares révoltes observées furent le fait de détenus non contrôlés par les organisations clandestines. > Hans Maršálek (et sa femme à Prague en 1939). BMI/Fotoarchiv der KZ-Gedenkstätte Mauthausen > Hans Maršálek s exprimant à l occasion de la commémoration de la libération du camp en BMI/Fotoarchiv der KZ-Gedenkstätte Mauthausen Buchenwald En 1943, les communistes allemands parvinrent à occuper les postes principaux de l administration interne. Une organisation clandestine vit le jour à partir de ce noyau. Elle recruta chez les communistes et les patriotes résistants des différents pays. Son action s orienta vers la recherche d informations tant sur la situation internationale que sur les intentions des SS. Elle développa l entraide et la solidarité chez les détenus, le sabotage dans l industrie de guerre et, sur la fin, prépara la résistance armée, en fonction des différentes hypothèses prévisibles. Les différentes nationalités eurent chacune un Comité, dont le Comité des Intérêts Français. Du 8 au 11 avril, lorsque se constituèrent les convois d évacuation du camp, qui touchèrent détenus, l organisation clandestine tenta de retarder les départs et de dissimuler des détenus, juifs notamment. Des groupes d action clandestins se constituèrent. Les modalités d une insurrection furent arrêtées et des armes et moyens radio récupérés, souvent après les bombardements alliés, dissimulés. > Armes légères récupérées par l organisation clandestine à Buchenwald et exposées après la libération. Gedenkstätte Buchenwald > Archives de la déclaration du Comité des Intérêts Français. Les signataires sont : Marcel Paul, le Colonel Manhès, Robert Darsonville, Louis Vautier, Maurice Jattefaux et Eugène Thomas (octobre 1944). Association française Buchenwald-Dora Et tes yeux m ont suffi, certains jours, Tes yeux où je lisais la dure certitude De ceux qui veulent la vie. Pierre-Yves Boulongne in L Espoir - poème écrit à Buchenwald. 8

9 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. III LES ORGANISATIONS CLANDESTINES III Neuengamme À Neuengamme, l approche de la défaite du Reich alerta ceux qui s étaient donné pour tâche de lutter contre la machine nazie. Un noyau de résistance s était formé au camp central, d abord autour de l avocat belge André Mandrycks, communiste, employé au bureau du travail (Arbeitseinsatz) en 1943, jusqu à sa révocation et son envoi en Kommando. Une organisation secrète vit ensuite le jour autour de quelques hommes, dont l Allemand Albin Lüdke et l officier russe Wassilij A. Bukrejew. Elle fut rapidement dépassée par l ampleur des évacuations et de surcroît ne parvint pas à s unir sur des modalités et objectifs d action. > Albin Lüdke, responsable du bureau du travail (Arbeitseinsatz). A.I.N > André Mandrycks, secrétaire au bureau du travail, l un des premiers artisans de la résistance clandestine en 1943 à Neuengamme. A.I.N Ravensbrück Il n y eut pas d organisation structurée de résistance, ni de direction clandestine à Ravensbrück. Des réseaux complexes d affinités sociales ou politiques s employèrent à instaurer certaines formes de solidarité. Les détenues ne jouaient qu un rôle secondaire dans l administration interne du camp et le pouvoir des Prominenten restait limité, face à celui des SS contrairement à ceux de l administration interne des camps d hommes. L action clandestine visa surtout à secourir les détenues les plus menacées et les enfants par divers procédés, dont des substitutions d identité avec des morts. Un brassage permanent dû aux changements fréquents de Blocks et aux départs vers d autres camps désorganisait sans cesse les réseaux. Les détenues cherchèrent, individuellement ou par petits groupes d affinité, à ralentir ou saboter la production de guerre allemande en Essayant d être intelligemment imbéciles et maladroites. Certaines l ont payé de leur vie comme Noémie Suchet, Hélène Linière et Simone Michel-Levy (compagnon de la Libération), affectées au Kommando de la poudrerie d Holleischen, et pendues à Flossenbürg pour avoir saboté une presse de 100 tonnes. > Wassili A. Brukjerew, officier russe, chef de l organisation militaire clandestine de Neuengamme rescapé du drame de la baie de Lübeck. Photo d après guerre AKZNG Mittelbau-Dora Il n y eut pas, au camp de Dora de résistance organisée à proprement parler, mais de nombreux actes de sabotages individuels, souvent punis de pendaisons publiques. L efficacité des dénonciateurs et la surveillance particulièrement vigilante des civils ne permirent pas l émergence d une résistance structurée. Tout au plus, à mesure que la fin du Reich parut inéluctable, l action clandestine s employa-telle à mettre à l abri les détenus les plus menacés de mort, dont certains détenaient des secrets relatifs à la fabrication des armes secrètes V1 et V2. Le service de sécurité de la SS (le Sicherheitsdienst ou SD) eut connaissance de cette forme d action et arrêta la plupart des responsables parmi lesquels plusieurs Français, mettant de facto un terme à leur activité. > Ordre de transfert des trois Françaises, accusées de sabotage émis par la Kommandantur de Holleischen, pour Flossenbürg, où elles furent pendues. Association française du camp de concentration de Flossenbürg > Photo de Simone Michel-Levy prise au camp de Ravensbrück avant son envoi au Kommando Holleischen. Musée de l Ordre de la Libération, Paris 9

10 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. IV ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT I Les évacuations de début 1945 ont été entreprises dans l urgence, dans une Allemagne indifférente et en général hostile aux détenus. Par des températures de -10 à -30 C, l évacuation du complexe d Auschwitz et des derniers camps de travail forcé de l Est fut l un des sommets de cette tragédie, qui entraîna un engorgement généralisé des autres camps et de véritables hécatombes humaines. Le taux de mortalité atteignit et dépassa 50% de l effectif évacué. > Principaux axes empruntés par les marches de la mort et les convois d évacuation. (flèches rouges et noires ; les flèches bleues et vertes indiquent la progression des forces alliées à l Est et à l Ouest) Selon les moments et les circonstances, l objectif poursuivi par les SS a pu varier. En 1944, il s agissait de soustraire les détenus à l armée soviétique ou aux armées occidentales et de redéployer ailleurs la main d œuvre (essentiellement juive et slave) encore utilisable. Les malades et impotents que les SS ne purent éliminer à temps, furent abandonnés sur place. Dans les premiers mois de 1945 et jusqu à la capitulation finale, les choses se compliquèrent. La question ne se limitait pas à régler le sort des incurables et des «inutiles», envoyés dans des camps mouroirs ou exterminés par d autres moyens. Celle du sort des autres détenus, encore valides, se posa, surtout à partir d avril Fallaitil les exterminer, regrouper cette main d œuvre encore exploitable pour organiser des réduits de résistance, ou encore marchander leur survie? Questions qui se posaient dans un contexte de désorganisation du pouvoir, laissant place aux initiatives des chefs locaux, eux-mêmes partagés entre fanatisme et désir de sauver leur peau. > Où peu nombreux sont ceux qui purent gravir le chemin de la liberté. (Dessin de Maurice de la Pintière, 1945) C est à vous que je parle, homme des antipodes, je parle d homme à homme, avec le peu en moi qui demeure de l homme, avec le peu de voix qui me reste au gosier, mon sang est sur les routes, puisse-t-il, puisse-t-il ne pas crier vengeance! Benjamin Fondane in Préface en prose du recueil Exode-super flumina Babylonis 10

11 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. V ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT II Himmler lui-même n échappa pas à ce dilemme, oscillant entre sa fidélité au Führer et l espoir de parvenir à un arrangement avec les occidentaux. Il se livra à un marchandage monstrueux de vies humaines par l intermédiaire des états neutres. En février 1945, il négocia ainsi à plusieurs reprises avec le vice-président de la Croix-Rouge suédoise, le comte Folke Bernadotte, puis avec le président fédéral suisse, Jean-Marie Musy, et même avec le fondé de pouvoir du Congrès juif mondial, le docteur Norbert Masur. Il concéda, contre une promesse d impunité, le transfert en Suède de détenus Danois et Norvégiens, l accès de la Croix Rouge internationale dans les camps de concentration (qui fut plus symbolique que réel), promit de traiter les Juifs avec humanité (promesse non tenue), consentit à la libération de femmes de Ravensbrück et Mauthausen (ce qui n empêcha pas le processus d élimination des malades dans ces camps de se poursuivre) et pour finir s engagea à mettre un terme aux évacuations des camps (promesse non tenue). moments de la guerre, la responsabilité de crimes qu ils auraient froidement commis quelques mois plus tôt. De janvier à mai 1945, des colonnes humaines ou des trains de détenus moribonds sillonnèrent l Allemagne en direction générale de l ouest et du sud, dans des conditions épouvantables. Quelques évacuations, eurent lieu également par la Baltique. Tout détenu parvenu au bout de ses forces était impitoyablement abattu d une balle dans la tête et enterré, peu après, par la population environnante ou par d autres détenus. Ces évacuations sont connues et relatées par les survivants sous le nom évocateur de «marches de la mort». Elles donnèrent lieu occasionnellement à des massacres collectifs et à des épisodes particulièrement tragiques. Puis brusquement, dans la première quinzaine d avril, sur instructions d Hitler, il ordonna d anéantir les détenus pour qu aucun d eux ne tombe vivant entre les mains ennemies, estimant que l ouverture des camps par les armées ennemies constituerait une menace pour la population allemande. L extermination finale n eût finalement pas lieu. La volonté d élimination existait chez les hauts responsables SS, mais ils étaient confrontés à un manque évident de moyens. Le passage à l acte resta exceptionnel. Dans certains cas, les détenus surent aussi prendre des contre-mesures préventives efficaces. Enfin certains responsables n ont plus voulu assumer, dans les derniers > Détenu abattu au cours d une marche de la mort dans la région de Gardelegen. Keystone > L évacuation des Kommandos sur les routes en (Dessin de Pierre Mania, 1945) > Groupe de détenus évacués de l un des camps annexes de Dachau. Yad Vashem 11

12 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. VI ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT III Janvier 1945 : Auschwitz Avancée de l Armée Rouge mi-janvier 1945 > Évacuation d Auschwitz en janvier par train à pied L évacuation du complexe d Auschwitz, dans la précipitation et l improvisation à l approche des troupes soviétiques, donna lieu à des situations d une grande diversité. Elle intervenait dans un contexte de guerre, des unités combattantes en mouvement rencontrant parfois des colonnes de détenus, au milieu de populations civiles fuyant la guerre, dans un froid sibérien, dans un contexte de commandement incohérent, la Wehrmacht prenant parfois elle-même les choses en main. Les responsables souhaitaient surtout se débarrasser rapidement de leurs encombrants prisonniers. Le 17 janvier 1945, l approche d unités de l armée soviétique des faubourgs de Cracovie par le Nord et le Nord-Ouest déclencha la décision d évacuer les quelque détenus du camp et de ses annexes. Le SS Richard Baer, commandant du camp prescrivit d abattre tout détenu tentant de fuir ou de rester en arrière. Le 18 janvier à l aube, des colonnes sans fin de 500 à plus de détenus, dont des femmes et des enfants, se mirent en route. Des trains de wagons de marchandises ouverts, furent constitués dont le parcours incertain, marqués par des bombardements ou des attaques aériennes ajouta au nombre des victimes. Certains, arrivant à destination, comme à Sachsenhausen, furent refoulés faute de place et repartirent vers une autre destination. Il en arriva ainsi à Mauthausen, Bergen-Belsen, Buchenwald, Dachau, et leurs annexes. Ces départs furent précédés ou suivis de massacres. À Gleiwitz, après le départ des «valides», 57 détenus restant à l infirmerie, les SS mirent le feu au bâtiment et mitraillèrent les détenus qui tentèrent de fuir les flammes. Deux d entre eux, retrouvés vivants sous les corps de leurs camarades, raconteront. Le 20 janvier, à Birkenau, une formation de SS de retour après un départ précipité massacra près de 200 femmes malades, puis dynamita les restes des crématoires II et III. À Tschechowitz-Vacuum, alors qu une unité de l organisation Todt (en charge des grands travaux d infrastructure) faisait creuser une tranchée par les détenus encore présents pour enfouir des cadavres, les SS arrivés sur place, firent brûler les cadavres et massacrèrent tous les survivants. Quelques fuyards tentèrent d échapper en se dissimulant dans le camp. La plupart furent retrouvés et abattus par des patrouilles. Cinq pourtant échappèrent et purent raconter. Le 26 janvier 1945, à une heure du matin, un dernier Kommando de SS dynamita le crématoire V, ultime témoin matériel de la réalité de la «solution finale». > Auschwitz Birkenau : restes du crématoire V. FMD, 2005 Il faudra que je me souvienne, Plus tard, de ces horribles temps, Froidement, gravement, sans haine, Mais avec franchise pourtant. Charlotte Delbo (écrit à Auschwitz) 12

13 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. VII ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT IV Janvier-févier 1945 : Gross-Rosen L évacuation de Gross-Rosen fut progressive. Dans les dix premiers jours de janvier, environ onze camps secondaires de la rive Est de l Oder furent rapatriés au camp central puis évacués par rail vers le Reich. Les détenus des camps de basse Silésie furent envoyés vers les Sudètes et le protectorat de Bohème Moravie en marche de la mort. La dernière phase se joua à la mi-avril 1945 à l ouest de l Oder et se prolongea jusqu à la veille de la capitulation allemande début de mai. Les évacués de Gross-Rosen furent répartis entre les camps de Dachau (2 300), Bergen-Belsen (4 000), Mauthausen (4 800) Buchenwald (6 000) et vers les Kommandos de Flossenbürg, la destination principale ayant été Mittelbau-Dora ( détenus). Complexe de Gross-Rosen > Évacuations de Gross-Rosen : janvier-février Avril 1945 : Buchenwald et ses annexes En avril 1945, à l approche du front, environ détenus occupaient le camp de Buchenwald. L évacuation des annexes, comportant 60 camps d hommes et 26 de femmes, constitua la première étape. La partie appelée «petit camp» servait de quarantaine et de camp pour les détenus arrivés. Son effectif passa de début janvier 1945 à début avril. La mortalité y fut impressionnante. Début avril, le commandant du camp, Hermann Pister fit évacuer entre et Juifs sur Theresienstadt, en vue d un échange «dans l intérêt supérieur de l Allemagne». Jusqu au 5 avril, il pensa que les autres détenus devraient être livrés aux Américains. Le 6, l ordre d évacuation général tomba. Les évacuations s échelonnèrent jusqu au 10 avril Elles ont concerné environ détenus. Face à la résistance passive et au désordre entretenu par le comité clandestin pour retarder les évacuations, les SS se livrèrent à de véritables rafles dans le camp. Des colonnes d évacuation partaient quotidiennement vers le sud et vers les Sudètes. Le dernier convoi de détenus fut mis en route le 10 avril 1945, la veille de la libération. Progression de l armée américaine en avril 1945 > Évacuation de Buchenwald. par train marches Les troupes américaines délivrèrent des colonnes en marche et découvrirent près de Dachau, un train de la mort venant de Buchenwald. 13

14 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. VIII ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT V Avril 1945 : Neuengamme et ses annexes Les évacuations commencèrent le 15 avril par le transfert de malades à Bergen-Belsen. Les 19 et 20 avril, détenus norvégiens et danois furent remis à la Croix-Rouge suédoise. Jusqu au 29 avril, plusieurs milliers de détenus furent dirigés vers des camps du Nord de l Allemagne. Bergen-Belsen > Principaux axes d évacuation de Neuengamme et de ses annexes entre fin mars et mi-avril La progression des forces britanniques, début avril 1945, obligea à détourner les convois destinés à Bergen-Belsen vers les camps de prisonniers de guerre (Stalag XB) de Sandbostel (entre le 12 et le 19 avril) et Wöbbelin. Ces deux camps n étaient ni équipés ni préparés à recevoir une telle masse de détenus. Ils se transformèrent rapidement en mouroirs. > Wöbbelin : les détenus libérés par l armée américaine sont transportés dans des hôpitaux voisins, mai NAW > Wöbbelin : déporté de Neuengamme en larmes parce qu il n est pas dans les premiers hospitalisés. Photo Ralph Forney. (Armée américaine) NAW Fin avril, les détenus restant à Neuengamme furent acheminés vers le port de Lübeck en vue de leur évacuation par mer. Parmi eux, à deux reprises quelques centaines de détenus dont des femmes issues de Ravensbrück, furent transférés sur des navires suédois grâce à l intervention de la Croix-Rouge, à la suite des pourparlers entre le comte Bernadotte et Himmler. > Convoi de la Croix-Rouge venu évacuer des ressortissants des pays scandinaves à Friedrichsruh, Allemagne. Croix-Rouge Suédoise, Stockholm Les derniers jours furent mis à profit par le commandant du camp, Max Pauly, pour faire nettoyer le camp par des détenus allemands afin d effacer toute trace du passé, puis le camp fut vidé. On sait aujourd hui que dans les camps de concentration d Allemagne, tous les degrés possibles de l oppression ont existé. Robert Antelme in L espèce humaine. 14

15 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. IX ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT VI Avril 1945 : Mittelbau-Dora L évacuation de Dora fut entreprise les 5 et 6 avril Près de détenus, destinés à Neuengamme, furent finalement répartis dans la région de Bergen-Belsen après des parcours en train perturbés par la progression des Britanniques. Le dernier transport d évacuation des camps de Mittelbau-Dora, le plus important avec détenus, parti le 5 avril, arriva finalement à Ravensbrück. Parti le 5 avril vers Neuengamme, son parcours semé d imprévu, coupé de parcours à pied et de changements de direction en fonction de la progression des troupes américaines, passa par Osterode, Helmstedt Magdeburg, Sachsenhausen avant d être réorienté vers Ravensbrück, région atteinte le 14 avril, où les détenus ont été trouvés et libérés en pleine nature. Forces britanniques Forces soviétiques Direction générale des forces américaines du Nord > Évacuation de Mittelbau-Dora les 5 et 6 avril > Dessin de Léon Delarbre : le transport de Dora à Bergen-Belsen, 4 jours et 5 nuits dans la pluie et le froid. Nous étions 100 par wagon, sans toit, sans nourriture, sans eau, et presque sans vêtements, Avril ( MRD Besançon) Ravensbrück Les convois d arrivées d autres camps représentèrent 30% des admissions à Ravensbrück dès la deuxième moitié de Une accélération spectaculaire intervint fin janvier, début février 1945, avec les derniers transports venus d Auschwitz, et à la mi-avril avec ceux de Mittelbau-Dora et Watenstedt (annexe de Neuengamme). La direction du camp chercha tous les moyens pour se débarrasser du plus grand nombre possible de détenu(e)s : envoi vers des mouroirs (le 28 février, détenus partent pour Bergen-Belsen dont des femmes enceintes et deux cents enfants), privation de nourriture, empoisonnement, exécutions par balles, injections mortelles, chambre à gaz de circonstance, transferts vers d autres camps, ou même «libération» anticipée : cas de Polonaises déportées après l insurrection de Varsovie, qui furent en réalité envoyées dans des camps de travail. Enfin, peu avant la libération, une partie des détenues fut évacuée par la Croix-Rouge suédoise et internationale (environ 7 500). Entre janvier et avril 1945, de nombreux transports partirent pour les camps satellites de Flossenbürg (environ détenues), Buchenwald (environ 1 895), Dachau (480). Trois transports furent dirigés vers Mauthausen (dont le 7 mars, détenues NN françaises belges et hollandaises et des enfants Sintis et Roms). La majorité des Sintis et des Roms et les plus malades furent remis en route pour Bergen-Belsen. Enfin détenu(e)s encore présent(e)s sur le camp furent lancé(e)s dans des marche de la mort les 24 et 26 avril (hommes) et les 27 et 28 avril (femmes), soit deux jours avant l arrivée de l armée soviétique. Évacuations par la Croix-Rouge suédoise Avril 1945 Janvier février 1945 Mars 1945 > Évacuations aboutissant et partant de Ravensbrück dans les premiers mois de

16 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. X ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT VII Sachsenhausen > Transferts et évacuation ayant eu lieu depuis Sachsenhausen. Le complexe de Sachsenhausen comptait détenus fin janvier En janvier et février, détenus furent évacués vers Bergen-Belsen, Mittelbau- Dora, Mauthausen, Ohrdruf et d autres camps. Peu avant l évacuation finale, un convoi de la Croix-Rouge suédoise fut autorisé à emmener Norvégiens et Danois jusqu à Neuengamme d où, avec de leurs compatriotes de Neuengamme, ils furent acheminés en Suède. L ordre d évacuation fut donné le 18 avril. Formés en groupes de 500, les détenus furent mis en route vers le Nord-Ouest dans la nuit du 20 au 21 avril. Les premiers groupes arrivèrent le 23 avril à Wittstock. Quelques kilomètres au nord, les gardes firent entrer détenus dans la forêt de Below, pour camper et attendre d autres colonnes. Des évacuées de Ravensbrück rejoignirent la forêt qui abrita près de détenus jusqu au 29 avril, étendus à même le sol, sans eau, sans nourriture, sans vêtements appropriés, mangeant des racines ou de l herbe pour tromper faim et soif. Un convoi de vivres de la Croix-Rouge distribua des colis de nourriture, peu après l arrivée des premières colonnes. Les troupes russes libérèrent le secteur entre le 1 er et le 3 mai > Dessin évoquant la tragédie du bois de Below. Carnet de Guy Chataigné > Marche de la mort d évacuation de Sachsenhausen : étape du bois de Below. (extrait de Detlef Garbe et Carmen Lange, Häftlinge zwischen Vernichtung und Befreiung, p.263) > Évacuation de Sachsenhausen. Photo prise probablement dans le bois de Below. Archives du CICR, Genève Et puis quelques paroles rauques : Karacho-Tovaritch-Ami. Une main se tend que je frôle Et de nouveau il se raidit. Jean Puissant (Buchenwald) 16

17 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. XI ÉVACUATIONS ET MARCHES DE LA MORT VIII Flossenbürg Un nombre important des convois d évacuation avait convergé vers Flossenbürg à la veille de l évacuation du camp. Le 14 avril, le réseau de Flossenbürg réunissait plus de détenus, dont femmes. Max Kögel, commandant du camp lança entre et déportés dans les marches de la mort, du 15 au 20 avril Un premier convoi, de Juifs, arrivé de Buchenwald fut envoyé à Theresienstadt, tandis que quatre colonnes principales furent dirigées à pied vers Dachau : une seule atteint son but, les autres errèrent jusqu à leur rencontre avec les Alliés. Les évacuations de Flossenbürg illustraient l impasse d une situation qui n en finissait pas de finir. Dans les sites reculés, les gardes ne montrèrent aucun scrupule à liquider les détenus qui n étaient plus capables de se remettre en marche et, lorsque la progression se trouva définitivement bloquée, ils eurent à choisir entre massacrer les détenus et fuir, ou abandonner leurs prisonniers en disparaissant. Le hasard, ou la personnalité d un SS a fait la différence. > Directions générales d évacuation du camp de Flossenbürg en avril LES MOUROIRS I Au premier semestre 1945, l élimination de la multitude des détenu(e)s malades ou inaptes n étant matériellement plus possible, les transferts systématiques vers des camps mouroirs prirent le relais, maladies et épidémies se substituant alors aux installations de mise à mort. Après l arrivée des Soviétiques à Auschwitz, il était exclus pour les responsables nazis d abandonner des malades ou des inaptes entre les mains de l ennemi, pour n évacuer que les «valides». Les détenus les plus mal en point furent en conséquence expédiés dans des camps ou installations de fortune, qui servirent de mouroirs. Des survivants y furent découverts au milieu d une multitude de cadavres par les armées alliées. Bergen-Belsen À partir de début 1945, les convois convergèrent d un peu partout vers Bergen-Belsen, qui devint l épicentre des évacuations de détenus dont les commandants de camp voulaient se débarrasser en priorité. Les détenus arrivaient à pied des annexes de Neuengamme, ou par convois de Dora-Mittelbau, Buchenwald, Sachsenhausen, Flossenbürg et même Leonberg (annexe de Natzweiler). On a pu parler à propos des envois à Bergen-Belsen «d épurations avant évacuations». Décembre er février er mars 1945 Environ Augmentation des effectifs de Bergen-Belsen. > Convergence de convois vers Bergen-Belsen en Gedenkstätte Bergen-Belsen 17

18 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. XII LES MOUROIRS II Les nazis nourrirent l épidémie de typhus en envoyant sans cesse de nouveaux convois qui arrivaient dans un tel état d épuisement physique que les détenus étaient rapidement la proie de la maladie transmise par les poux et mouraient. Rien qu en mars 1945, décès ont pu être dénombrés à Bergen-Belsen par les secrétariats tenus par les détenus. > Vision de cauchemar dans les bois du camp de Bergen-Belsen. (15 avril 1er mai 1945), Imperial War Museum, Londres Les derniers convois d évacuation furent aussi terribles et mortifères que ceux de janvier et de février QUELQUES UNES DES TRAGÉDIES FINALES I La tragédie de la baie de Lübeck La région de Neustadt constituait un point de convergence des derniers états-majors actifs et unités encore équipées de la Wehrmacht. La Kriegsmarine possédait une importante base sous-marine et un centre de contre-espionnage dans le secteur. Deux responsables nazis locaux, le comte Bassewitz- Behr, chef des SS et de la police à Hambourg, et le Gauleiter Kaufmann, commissaire à la défense et du Reich pour l administration maritime, décidèrent de se débarrasser des derniers détenus de Neuengamme sur des navires réquisitionnés, avec soit l intention de les faire périr en mer, soit de les «marchander». Du 19 au 26 avril, quinze trains transportèrent environ détenus encore valides vers le port de Neustadt où ils furent répartis à bord de trois navires ancrés au large : le paquebot de croisière Cap Arcona (4 500 détenus) et les cargos Thielbeck (2 800 détenus) et Athen (2 000 détenus). Le 30 avril, la Croix-Rouge suédoise réussit à faire libérer 400 détenus, de l ouest (Français, Belges et Hollandais), parmi lesquels des femmes de Ravensbrück et un groupe d hommes provenant de Dora qui furent emmenés par bateau en Suède le 2 mai Les autres prirent la mer avec leur chargement de déportés, arborant le pavillon à croix gammée. Le 3 mai 1945 en début d après-midi, l aviation > Le Cap Arcona en feu dans la baie de Lübeck IWM, Londres britannique au cours d un raid sur Neustadt attaqua aussi les navires. Le Cap Arcona prit feu puis chavira, le Thielbeck coula en vingt minutes. L Athen toujours à quai fut épargné. Ce 3 mai 1945, déportés périrent dans les eaux glacées de la Baltique. Quelques uns parvenus malgré tout sur les plages de Pelzerhaken et Neustadt furent alors traqués et mitraillés par les jeunesses hitlériennes ou des marins. Malgré tout, 350 rescapés du Cap Arcona, dont onze Français et 50 du Thielbeck dont quatre Français survécurent au drame. > Épave du Cap Arcona après la guerre. ANg > Cérémonie du souvenir sur l épave du Cap Arcona en FZH NHS Je revois ces torches incandescentes / Ce feu maudit / Qui fut la dernière tourmente / Mais le Cap Arcona / Les entrailles tordues / Sombrait amèrement / Dans sa course perdue. André Migdal (Neuengamme) 18

19 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. XII QUELQUES UNES DES TRAGÉDIES FINALES II La grange de Gardelegen Entre les 9 et 11 avril 1945, plusieurs convois d évacuation en provenance de camps annexes de Dora et Neuengamme arrivèrent en gares de Mieste et de Letzhingen, près de Gardelegen. Peu après l arrivée des trains, le SS Gerhard Thiele, chef de la circonscription administrative (Kreisleiter) de Gardelegen, décida du sort des détenus avec la complicité d officiers de la Wehrmacht et de la Luftwaffe et l aide de membres de la Volkssturm, des jeunesses hitlériennes et du Front du travail : ils seront enfermés dans la grange Isenschnibbe, laquelle sera incendiée. > Convois d évacuation vers Gardelegen. Gedenkstätte Mittelbau-Dora Le vendredi 13 avril après midi, tous les détenus furent dirigés vers la grange, les moins valides sur des chariots. Le sol de la grange avait été recouvert de 50 cm de paille imbibée d essence. Lorsque tous les prisonniers furent à l intérieur les soldats bloquèrent les portes avec des blocs de pierre et mirent le feu. De nombreux prisonniers tentèrent de sortir et furent abattus à la mitrailleuse. Plusieurs parvinrent à s enfuir au cours de la nuit mais furent retrouvés et aussitôt abattus. Au total ce massacre fit victimes. Les troupes américaines, arrivèrent sur les lieux de l horreur le 15 avril matin. Le feu couvait encore. Plusieurs centaines de cadavres étaient visibles. Une fosse commune où des cadavres avaient été enterrés sommairement fut découverte devant la grange. > Détenu abattu devant la grange en tentant de fuir. NAW/FNDIRP > Dans un champ à proximité de la grange, coiffure d un détenu retrouvée dans une mare de sang. NAW > Soldat américain contemplant les corps calcinés (avril 1945). NAW/FNDIRP Les prises de vue des reporters américains servirent de preuves lors du procès des responsables. Les quelques détenus qui avaient survécu au massacre furent pris en charge par les services sanitaires américains. 19

20 1945 : À L APPROCHE DES ALLIÉS. XIII QUELQUES UNES DES TRAGÉDIES FINALES III La grange de Gardelegen II Les habitants de sexe masculin de Gardelegen furent requis pour enterrer les victimes. Du 18 au 24 avril 1945, environ 200 hommes ont dû exhumer les cadavres déjà enterrés dans la fosse commune. Toutes les victimes furent ensuite ensevelies à des emplacements individualisés dans un champ proche, transformé en cimetière. Les tombes furent marquées d une croix de bois de couleur blanche ou d une étoile de David. > Des citoyens de Gardelegen exhument les victimes de la fosse commune (avril 1945). NAW > Les victimes sont enterrées une par une par la population qui a préparé les croix blanches visibles au premier plan. NAW/FNDIRP Le 25 avril, se déroula une cérémonie militaire et religieuse à caractère œcuménique, à laquelle participèrent des membres des forces armées américaines, des travailleurs étrangers forcés ainsi que des habitants de Gardelegen et des environs. La population de Gardelegen reste aujourd hui encore réticente à admettre l implication de la commune dans ce drame. Le principal coupable du massacre, Gerhard Thiel, bénéficiant d indulgences et de complicités, put finir tranquillement ses jours dans une ville d Allemagne. Le train de la mort de Buchenwald-Dachau Parti le 7 avril avec 4480 détenus, pour Flossenbürg, ce train fut dérouté vers Dachau, en raison de l avance américaine. Les détenus venaient d arriver à pied du camp annexe d Ohrdruf, distant de 90km de Buchenwald, dans un état d épuisement total quand ils ont embarqué dans des wagons de marchandise fermés ou ouverts, à 90 ou 100, sur de la poussière de charbon. Avec le froid et la pluie incessante, l épuisement, le manque d eau et la faim, les morts se multipliaient. Le train traversa le territoire tchèque cinq jours durant. À bord, un sous-officier SS, surnommé «le sergent tueur», abattait les détenus malades avec sa mitrailleuse en parcourant le train. D autres détenus furent fusillés dans la nuit du 20 avril, et leurs cadavres brûlés en plein air sur un gril de rails. Au cours des huit derniers jours que dura le voyage, le train devint un immense cercueil roulant. Puis les wagons et leur chargement de cadavres restèrent en pleine voie à proximité de Dachau jusqu à l arrivée des Américains. > Soldats américains découvrant le convoi de la mort à Dachau. NAW/FNDIRP > Le train de Buchenwald à l ouverture des wagons. NAW/FNDIRP On promène des morts dans la plaine Ce train qui roule D une lenteur d agonie S enfonce dans les siècles Ainsi qu un noyé. Robert Desnos (Dernier poème) 20

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy.

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Visite du 23 Janvier 2014 Sommaire Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Conclusion. Introduction Jeudi

Plus en détail

Auschwitz!... Que faire après?

Auschwitz!... Que faire après? Auschwitz!... Que faire après? L exposition «Auschwitz!... Que faire après?» n a pas pour objectif d expliquer le fonctionnement du système d extermination nazi mais de permettre une réflexion sur la mémoire

Plus en détail

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Après le drame de l agression contre leur République par une partie de l armée soutenus par les dictateurs européens, après l épreuve de l exode et

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009 Service éducatif des Archives Départementales de la Dordogne. Livret pédagogique d accompagnement de l exposition «une famille juive dans la tourmente de Strasbourg à Périgueux 1939-1944» Cycle 3 9, rue

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

Les phases de la Seconde Guerre mondiale

Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Le monde en 1942 La politique antisémite

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

... 1945 : EN PARCOURANT LE MUSÉE... GUIDE DE VISITE INTRODUCTION AU MUSÉE

... 1945 : EN PARCOURANT LE MUSÉE... GUIDE DE VISITE INTRODUCTION AU MUSÉE EN PARCOURANT LE MUSÉE... 1945 : LIBÉRATION DES CAMPS ET DÉCOUVERTE DE L UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE ; CRIME CONTRE L HUMANITÉ ET GÉNOCIDE OCCUPATION RÉSISTANCE DÉPORTATION LIBÉRATION GUERRE 1939-1945 GUIDE

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire En ce Mercredi 12 février2014, nous, élèves de 2ndes de l'enseignement défense du lycée de Barral de Castres, avons vécu une expérience mémorable. Avec nos professeurs,

Plus en détail

Notre voyage-mémoire à Auschwitz-Birkenau (Pologne)

Notre voyage-mémoire à Auschwitz-Birkenau (Pologne) jeudi 16 janvier 2014 Dans le cadre de la journée «Études et mémoire», organisée chaque année par le Conseil général du Rhône, dix élèves du collège sont partis à Auschwitz-Birkenau le 16 janvier 2014.

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2 A 22 h, une vive fusillade allemande éclate en face de notre gauche et en face de la droite anglaise. Le tir de notre artillerie arrête immédiatement cette fusillade. La nuit est calme ; mêmes tirs systématiques

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Mémoire vive des convois des «45.000» et «31.000» d'auschwitz-birkenau

Mémoire vive des convois des «45.000» et «31.000» d'auschwitz-birkenau Archives départementales du Val-de-Marne Mémoire vive des convois des «45.000» et «31.000» d'auschwitz-birkenau Témoignages de déportés et/ou de leur famille : enregistrements filmés 1996-1999 4AV 380-403

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

L Université résistante au défilé du 14 juillet

L Université résistante au défilé du 14 juillet L Université résistante au défilé du 14 juillet Le 14 juillet prochain, Alain Beretz, président de l Université de Strasbourg assistera au défilé du 14 juillet dans la tribune Brest proche de la tribune

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l univers concentrationnaire

La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l univers concentrationnaire Conseil Général de la Haute-Garonne La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l univers concentrationnaire haute-garonne.fr Les publications du Musée départemental de la

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

3 La Seconde Guerre. mondiale (1939-1945) Questions

3 La Seconde Guerre. mondiale (1939-1945) Questions La Seconde Guerre mondiale (199-1945) De 199 à 1945, la Seconde Guerre mondiale embrase à nouveau la planète. Elle oppose les forces de l Axe (Allemagne nazie et Italie fasciste, puis Japon, Roumanie,

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 )

L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) 1 L A P O L I C E A L L E M A N D E E N F R A N C E O C C U P E E ( 1 9 4 0-1 9 4 4 ) Une étude des camps d'internement français ayant existé durant l'occupation ne peut, à mon sens, être faite sans que

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

Doc 1. Portraits réalisés à Ravensbrück par France Audoul

Doc 1. Portraits réalisés à Ravensbrück par France Audoul Recueil de documents Niveau 3 ème / 1ère LES DESSINS COMME FORME DE RESISTANCE DANS LES CAMPS Doc 1. Portraits réalisés à Ravensbrück par France Audoul Née à Lyon dans une famille d artistes, France Audoul

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

Le rôle des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande dans l internement et la déportation des Juifs de France1

Le rôle des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande dans l internement et la déportation des Juifs de France1 Le rôle des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande dans l internement et la déportation des Juifs de France1 La rafle du 14 mai 1941 En mai 1941, à Paris, des milliers de Juifs étrangers, dont la

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

Témoignage de Madame. adame JALLATTE

Témoignage de Madame. adame JALLATTE Témoignage de Madame adame JALLATTE C est le 26 mai 2009 que nous avons rencontré Denyse LANDAUER, c est-à-dire Madame JALLATTE et son mari Charly-Sam JALLATTE, à leur domicile, au 13 bd Gambetta, l ancien

Plus en détail

H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)

H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) En 1939, débute le conflit le plus meurtrier de l'histoire, la 2 nde Guerre Mondiale. Ce fut une vraie guerre mondiale et idéologique qui mobilisa l'ensemble

Plus en détail

Cimetière du Père-Lachaise

Cimetière du Père-Lachaise Cimetière du Père-Lachaise MAIRIE DE PARIS MUSÉE DE LA RÉSISTANCE NATIONALE (CHAMPIGNY) MÉMORIAL LECLERC ET DE LA LIBÉRATION DE PARIS MUSÉE JEAN MOULIN (VILLE DE PARIS) Henri Garat - Mairie de Paris Préface

Plus en détail

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Fait sur mesure pour les écoles, Trop jeunes est un projet pédagogique qui veut attirer l attention de nos jeunes sur ce monde qui tourne de plus

Plus en détail

Le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück (1939 1945)

Le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück (1939 1945) Le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück (1939 1945) C est dans le village prussien de Ravensbrück, aux abords de l ancienne station thermale mecklembourgeoise de Fürstenberg, que la SS fit

Plus en détail

Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945)

Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945) LES MESURES ANTI-JUIVES. LE GÉNOCIDE Le sort des juifs de France «Les négociations avec le gouvernement français ont donné les résultats suivants. L ensemble des Juifs de France sont tenus prêts à notre

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

«RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS»

«RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS» Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2012 «RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS» Plaquette de préparation du Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2012 Musée départemental

Plus en détail

Exposition. La musique en Pologne sous l Occupation nazie

Exposition. La musique en Pologne sous l Occupation nazie Exposition La musique en Pologne sous l Occupation nazie Illustration material comes from performance by Annea Lockwood, photo by Tyler Kidder Principaux partenaires Festival Musiques Interdites Marseille

Plus en détail

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CARLIER Jean AD18 140 J 25 Sa fonction de secrétaire de mairie lui permet de transmettre de précieux renseignements en faveur de la Résistance à l ennemi. Début

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

La libération et le rapatriement des déportés *

La libération et le rapatriement des déportés * La libération et le rapatriement des déportés * par Henri LAFFITTE ** et Pierre BOURGEOIS *** L'époque comprise entre le 1 er avril et le 15 mai 1945 a comporté pour les déportés le maximum de joies et

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Bernard Maître, 20 ans, Résistant Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Les élèves de CM1 de Mme Mailley ont réalisé ce livre racontant l histoire de

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

REPERES SUR LE CONTEXTE LOCAL

REPERES SUR LE CONTEXTE LOCAL REPERES SUR LE CONTEXTE LOCAL REPERES SUR LE CONTEXTE LOCAL - MA CLASSE AU CŒUR DE L HISTOIRE MULTIPLES OBJECTIFS : Comprendre l importance de la Bataille de l Atlantique dans la Seconde Guerre Mondiale

Plus en détail

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE CORRECTION DST 17 OCT. 2013 ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE L épreuve sera notée sur 40 points. La maîtrise de la langue est notée sur 2 points. Hist-géo : E.C. : ML :

Plus en détail

LA 2 GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT

LA 2 GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT LA 2 GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT Problématique Qu est- ce qui fait de la 2 Guerre mondiale une guerre d anéantissement? Plan I- Une guerre planétaire d anéantissement en 2 actes. II-

Plus en détail

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ.

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. Projet et exposition réalisés avec la collaboration étroite de la Maison d Izieu, Mémorial

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

GUERNICA DE PABLO PICASSO POUR L HISTOIRE DES ARTS

GUERNICA DE PABLO PICASSO POUR L HISTOIRE DES ARTS GUERNICA DE PABLO PICASSO POUR L HISTOIRE DES ARTS Autoportrait Quand il peint Guernica, Picasso (né à Malaga en 1881, mort en France en 1973) est déjà un peintre reconnu et célèbre. Au moment du bombardement

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi. Les journées passent, grises, mornes, interminables, rythmées

Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi. Les journées passent, grises, mornes, interminables, rythmées 08 09 B U L L E T I N P É D A G O G I Q U E A N N U E L Édité par le CDDP Val-de-Marne et le musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne dans le cadre de la préparation du Concours national

Plus en détail

Des réfugiés belges dans la gare du Nord de Paris, le 10 octobre 1914, photo Bibliothèque historique de la ville de Paris.

Des réfugiés belges dans la gare du Nord de Paris, le 10 octobre 1914, photo Bibliothèque historique de la ville de Paris. Des réfugiés belges dans la gare du Nord de Paris, le 10 octobre 1914, photo Bibliothèque historique de la ville de Paris. Publié dans Septentrion 2014/1. Voir www.onserfdeel.be ou www.onserfdeel.nl. L

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat d Etat aux migrations SEM Fiche d information Date : 18 septembre 2015 Situation actuelle, réinstallation et relocalisation 1.1 Situation dans

Plus en détail

Un jeu de Dominique Ehrhardt - Illustrations de D. Ehrhardt - Couverture : Arnaud Demaegd

Un jeu de Dominique Ehrhardt - Illustrations de D. Ehrhardt - Couverture : Arnaud Demaegd Un jeu de Dominique Ehrhardt - Illustrations de D. Ehrhardt - Couverture : Arnaud Demaegd Règles du jeu A la tête d une puissante nation, prenez le contrôle de la Méditerranée du 15ème siècle. Envoyez

Plus en détail

MÉMOIRES TSIGANES, L AUTRE GÉNOCIDE

MÉMOIRES TSIGANES, L AUTRE GÉNOCIDE films en classe documentaire H I S T O I R E MÉMOIRES TSIGANES, L AUTRE GÉNOCIDE Les Tsiganes dans l Europe de la Seconde Guerre mondiale films en classe HISTOIRE Sommaire Présentation du documentaire...

Plus en détail

Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa.

Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa. Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa. Ce musée se situe en face de l Hôpital Gaston Bourret, rue Paul Doumer. Notre visite s est faite dans le

Plus en détail

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI

LE QUOTIDIEN DANS L ABRI LE QUOTIDIEN DANS L ABRI 7AUDIOGUIDE Avant l état de siège, plusieurs centaines de personnes descendent dans l abri le temps d une alerte aérienne. Pas de banc, l éclairage y est installé tardivement :

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Amagney dans la tourmente

Amagney dans la tourmente Amagney dans la tourmente 1939-1945 Notre maison au bord de la route (automne 1934) Lucien dans sa petite auto (il avait 4 ans). Cette guerre emporta six Magnoulots : L auto a brûlé le 30 août 1944. (Georgette

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Le complexe Oranienburg-Sachsenhausen

Le complexe Oranienburg-Sachsenhausen plan territorial, muséographique et pédagogique sont multiples : dépollution des espaces imprégnés de produits toxiques laissés par l armée soviétique, création d une grande exposition permanente et d

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail